Navigation – Plan du site
Notes bibliographiques

The Geography of Croatia

Philippe Dugot
p. 196-200
Référence(s) :

D. Magas, The Geography of Croatia, université de Zadar-Meridijani Publishing House, 2015, 597 p.

Texte intégral

1Il est arrivé dans les locaux du département de géographie toulousain (fin 2017) un gros volume en anglais (traduction d’un livre en langue croate datant de 2013) ayant pour ambition de livrer une géographie de la Croatie. Cette synthèse semble combler un vide en Croatie même puisque le dernier travail du même acabit date des années 1970. Les six volumes parus pour la première fois en 1974 traitaient en outre d’une des républiques socialistes de Yougoslavie et non d’un pays indépendant. Un tel travail était donc fort attendu dans le pays, ce qui est rappelé dans un avant-propos de l’éditeur mais aussi dans trois recensions reproduites à la fin du volume, signées de collègues croates de l’auteur. Sans doute que l’attente était moindre en dehors de la Croatie mais ce travail n’en comble pas moins une lacune évidente. Une rapide recherche d’ouvrages en français sur ce pays ne donne guère de résultats à part un nombre assez considérable de guides touristiques, ce qui en dit d’ailleurs beaucoup sur la vision de ce pays, à savoir une destination touristique qui, bien que proche, est d’un exotisme montant pour les Français, sans doute moins pour les Italiens, les Allemands ou les Autrichiens. Au-delà de la seule Croatie, il faut de toute façon bien reconnaître que les travaux sur les pays de l’ancienne Yougoslavie sont rares et lorsqu’ils existent, le prisme reste celui des conditions malheureuses de son éclatement dans les premières années de la décennie 1990 et des conséquences géopolitiques. De ce point de vue, à l’instar de la Slovénie proche, la Croatie a au moins l’avantage de trouver sa place sur le marché touristique, lui garantissant une exposition supérieure, et sûrement aussi plus positive, que d’autres ex-républiques de la défunte Yougoslavie, telles la Serbie ou la Bosnie-Herzégovine.

2Le plan adopté démontre le choix d’une analyse géographique classique déclinée en neuf chapitres d’une taille très inégale. Le premier chapitre est consacré à positionner la Croatie au sein de l’Europe. Ce chapitre ne compte qu’une quinzaine de pages ce qui est très peu au regard du volume. Il n’en est pas moins une pièce essentielle à la fois pour une première approche mais surtout pour prendre acte d’un certain nombre d’éléments qui ressortent à plusieurs reprises, signatures de la vision d’un auteur. En effet, dans ce premier chapitre, il est posé la « géographie duale » d’une Croatie qui serait à cheval entre une Europe centrale et une Europe de l’Ouest, personnifiée ici par le positionnement méditerranéen-adriatique du pays. On trouve dans ce positionnement du « seuil croate », le parti-pris de dissocier la Croatie d’un Sud-Est européen, et donc du reste de l’ex-Yougoslavie, la Slovénie mise de côté. Un très intéressant schéma p. 21, schéma d’essence culturelle, évoque ainsi la Croatie à la croisée d’un « esprit centro-européen » (Alpes et bassin pannonien) et d’une « affiliation méditerranéenne », complétée par une « influence balkanique ». Il est rappelé de façon claire et en appoint de ce constat que d’un point de vue religieux, la Croatie s’inscrit prioritairement dans le catholicisme, dessinant de fait une barrière avec les territoires sous influence orthodoxe et/ou musulmane. Ce positionnement de la Croatie, présenté comme singulier par rapport à d’autres pays de la péninsule Balkanique, explique la suite de l’ouvrage, certains choix et sans doute aussi oublis dans l’analyse. Nous y reviendrons. L’ouvrage se poursuit par un deuxième chapitre, beaucoup plus long et entièrement consacré à l’étude physique du territoire. Géologie, géomorphologie, climatologie, pédologie, phytogéographie sont tour à tour mobilisées pour nous offrir une analyse complète des principales caractéristiques du cadre de vie croate dont nous retiendrons ici une diversité importante liée à une position de contact entre plusieurs influences, différences nourries par la topographie du pays. Le chapitre suivant se charge d’ailleurs de livrer une régionalisation précise des conditions physiques et paysagères selon une typologie dont le premier seuil se compose de trois gros morceaux : une Croatie intérieure essentiellement pannonienne, une Croatie montagneuse axée sur l’arc dinarique et enfin la Croatie littorale et adriatique, la plus connue et valorisée du pays du point de vue touristique. Ce très long chapitre de 120 p. offre une lecture géographique excessivement fine du territoire croate, descendant à l’échelle de sous-régions de quelque dizaines de km2. La lecture au fil des pages apparaît de fait rapidement un peu fastidieuse sauf à vouloir faire connaissance d’une façon très fine avec la grande diversité du territoire croate. Par contre, en cas de besoin géographique précis, l’outil est utile pour une caractérisation de telle ou telle contrée. À titre personnel, nous avons été particulièrement intéressé par les analyses produites sur la partie adriatique. Le quatrième chapitre, moins long mais tout de même de 70 p., continue de vivifier l’analyse territoriale puisqu’il se donne pour objectif principal de rendre compte du ressac territorial d’une « aire croate » jusqu’aux frontières de l’actuelle Croatie. On ne note aucune nostalgie pour l’ex-Yougoslavie. Pour qui en douterait, les mots utilisés pour caractériser la situation de la République populaire de Croatie entre 1946 et 1961 sont sans équivoque : socialisation et nationalisation sont associées à expropriation, confiscation, séquestration et même colonisation, tous ces mots apparaissant en caractères accentués. La guerre de 1991-1995 est rapidement évacuée tant ces années, relevant d’un « processus inévitable d’indépendance », semblent inscrites dans une téléologie géopolitique croate. Logiquement, le chapitre suivant invite à faire connaissance avec le peuplement de ce territoire. On y dispose d’une analyse relativement poussée, bien que descriptive, des principales caractéristiques démographiques, de la population active, du logement. L’analyse se fait régionale et laisse aussi une part aux dimensions « ethniques, culturelles et religieuses » même si le constat est celui d’une « croatisation » croissante du pays. Au détour de ces pages, on devine une conception de la nation empreinte de jus sanguinis. Mais la Croatie ne se démarque guère de son environnement centro-européen et balkanique. Dans la façon d’évoquer Serbes et Serbie, on mesure que la guerre est une plaie vive. Dans ce chapitre, il est d’ailleurs réservé quelques espaces à l’évolution consécutive du peuplement ainsi qu’est livré un point sur les destructions induites par les combats de la période 1991-1995. Ce chapitre apparaît un peu court et il aurait gagné à creuser un peu plus les conséquences de la dépopulation constatée dans certaines régions, notamment rurales et montagneuses. Un regard territorial et environnemental plus appuyé aurait également été le bienvenu. Du point de vue de l’évolution démographique, on ressent le déclin de la population croate comme une inquiétude. Il est alors dommage que les politiques mises en place, ou pas, ou mal, ne soient pas un peu plus détaillées, de même que la posture par rapport à un renforcement possible de l’immigration, le pays étant surtout un pays d’émigration, l’hypothèque du brain drain étant même évoquée. Le sixième chapitre est tout entièrement consacré à une présentation de l’économie par un passage en revue systématique des secteurs économiques classés selon la typologie ternaire de Colin Clark. La somme d’informations rassemblées est considérable et d’un grand intérêt. Même si parfois le propos dérape vers une emphase qui ne devrait être dans un ouvrage scientifique : est-il utile pour étayer l’idée que le tourisme bénéficie encore d’un large potentiel de développement d’ajouter à l’argumentation une soi-disant « hospitalité traditionnelle pour laquelle les Croates sont bien connus » ? (p. 407) On est plus là dans le registre du guide touristique que dans l’analyse éclairée de facteurs concrets. On peut en outre regretter la tonalité trop souvent descriptive de l’analyse des différents secteurs. On le regrette d’autant plus qu’au-delà de la crise politique qu’a traversée la Croatie, elle a également été touchée par les incertitudes d’une transition systémique, sans doute moins brutale que dans d’autres pays d’Europe orientale dotés d’une économie davantage étatisée, mais tout de même réelle. L’auteur ne manque d’ailleurs pas de signifier combien la Croatie, partie plus anciennement développée que la Yougoslavie plus méridionale, a souffert de cette réorganisation socialiste de l’économie. De fait, on aurait aimé en savoir plus sur les acteurs de cette récupération économique, questionner la structure du capital des entreprises, le rôle de l’Etat et celui des investisseurs internationaux. Enfin, l’enjeu économique et les formes empruntées par le développement, qu’il s’agisse d’agriculture ou d’industrie, n’interroge guère le revers environnemental de tout cela, la dimension de la durabilité étant occultée. Le septième chapitre revient sur l’organisation territoriale du pays identifiant les logiques gravitationnelles du pays. De près d’une centaine de pages ce chapitre est, à l’image de l’impression de lecture éprouvée pour le chapitre 3, parfois d’un parcours un peu lassant. Essentiellement constitué d’un passage en revue systématique des régions fonctionnelles qui semblent se dessiner, là aussi l’entrée ne peut se faire qu’avec une cible géographique précise car au fil des pages d’une lecture en enfilade, le risque est grand de ne point retenir grand-chose. D’ailleurs, ce chapitre et le chapitre 3 auraient peut-être pu faire l’objet d’une analyse conjointe et raccourcie. En lieu et place de ce septième chapitre aurait alors pu être développée plus finement une étude urbaine de la Croatie s’appuyant sur une lecture renforcée des très nombreuses photographies. On reste par exemple frustré que l’image aérienne d’une partie du centre de Zagreb ne donne pas lieu à une explication plus détaillée dans le texte. De même, l’image de la ville côtière de Rijeka (p. 469) aurait pu aboutir à une exploitation précisant les différences marquées en termes de morphologie urbaine.

3Les deux derniers chapitres sont un peu particuliers mais pour des raisons différentes. Le chapitre 8 intitulé « La Croatie et la communauté internationale » n’est clairement pas à la hauteur. En trois pages de texte y sont rappelées les différentes appartenances à des institutions internationales de la Croatie. Sans doute s’agit-il de points importants à souligner pour un État nouvellement indépendant, cette reconnaissance par la communauté internationale étant une façon d’en affermir la réalité. Il n’en demeure pas moins qu’à notre sens ce chapitre aurait pu donner lieu à au moins deux développements plus conséquents. D’abord, au-delà du simple rappel de l’appartenance à l’Union européenne, il aurait été intéressant d’en savoir un peu plus sur les motivations de la candidature et les bienfaits escomptés. Un point aurait pu être fait sur les politiques de préadhésion ou sur celles à venir, notamment du côté des politiques régionales. Nous ne doutons pas que dans une prochaine édition, avec quelques années de recul supplémentaires, ce manque sera comblé. Deuxième développement manquant : l’insertion de la Croatie dans son voisinage immédiat à commencer par les autres pays membres de l’ex-Yougoslavie et dont un certain nombre sont candidats ou candidats potentiels à l’entrée au sein de l’Union européenne. Qu’en est-il des relations actuelles ? Comment se sont organisés les transports et les échanges ? Qu’en est-il de coopérations régionales nécessaires, ne serait-ce qu’en raison de bassin-versants partagés, etc. En bref, ce chapitre aurait pu suivre des pistes fertiles pour saisir l’avenir de la Croatie. Quant à l’ultime chapitre, il a ceci de spécifique qu’il traite moins de la géographie de la Croatie que de la discipline géographique en Croatie. On y voit rappelée une histoire du développement de cette discipline et la mention de très nombreux géographes croates. Certainement utile pour les lecteurs étrangers, il est dommage que ce louable effort n’ait pas été réalisé en fonction des thématiques principales de chacun. L’ensemble y aurait gagné en visibilité et aurait constitué un sérieux outil facilitant les prises de contact. Mais envisageons ce chapitre comme un bonus à un objectif premier qui était de favoriser la connaissance du pays.

4L’ensemble du propos est servi par une très abondante illustration. De très nombreuses photographies donnent à voir la richesse des paysages croates. Les principales villes font l’objet de photographies aériennes. Même si leur exploitation aurait pu donner lieu parfois à d’utiles compléments aux propos développés dans le texte, leur présence participe beaucoup à la qualité de l’ensemble. Du point de vue de la cartographie, des dizaines de cartes en couleur permettent de localiser, de comprendre et d’apprécier un certain nombre de réalités territoriales. Il est d’autant plus dommage que certaines d’entre elles soient dénuées d’une échelle graphique. Si cela peut s’excuser à l’échelle de la Croatie entière, cela est gênant dès lors que l’on se situe à des échelles plus fines. Prenons parmi de trop nombreux exemples les cartes p. 111 et 113 sur la région de Zagreb : une échelle permettrait de prendre acte plus efficacement de l’étalement urbain de la capitale. Ce n’est pas le cas. L’ouvrage est également servi par de multiples références bibliographiques, essentiellement en croate, délivrés à l’issue de chacun des chapitres et dans une bibliographie finale comptant plusieurs centaines d’ouvrages et d’articles. Un index géographique touffu est le bienvenu au regard de l’ampleur du volume. Il est par contre dommage que pour l’édition en anglais, un guide de prononciation de certains toponymes n’ait pas été jugé utile.

5Pour terminer cette recension, au-delà du simple compte-rendu du contenu de l’ouvrage, permettons-nous quelques considérations liminaires à notre sentiment général. Le temps ne passe pas selon le même rythme pour tous. Il en va des moments de quotidienneté comme du temps de l’actualité ou d’un temps que l’on pourrait qualifier de géopolitique. De notre côté de l’Europe, la guerre liée à l’éclatement de l’ex-Yougoslavie s’est terminée en deux temps : les accords de Dayton en 1995 et la sécession de facto du Kosovo suite aux événements de 1999. En fait, à une vingtaine d’années de distance, cela est déjà de l’Histoire. Une histoire qui ne peut pas être oubliée par le géographe tant elle pèse sur le fonctionnement territorial de la Croatie et des pays voisins. Une histoire qui doit être prise comme facteur explicatif du peuplement ou de tel tropisme socio-économique, de telle aspiration géopolitique. Mais dans ce texte, la posture est singulière. L’Histoire est moins là un outil mis au service de la compréhension de l’existant qu’elle n’est un cadre encore vécu et pesant sur l’analyse de la Croatie. Il ne s’agit pas là de faire grief à notre collègue croate du fait que la guerre de l’ex-Yougoslavie est tout autant une mémoire vive avec laquelle il faut composer que de l’histoire à intégrer dans une analyse scientifique. La région où est sise l’université de notre collègue en a été le témoin direct, ceci expliquant peut-être cela. Mais nous, qui n’avons été que le spectateur distant de cette guerre, disposons de fait d’une capacité d’analyse moins écornée. Cela peut paraître paradoxal que l’éloignement du terrain soit le gage d’un regard plus affuté. Mais le paradoxe n’est qu’apparent. Il ne s’agit pas de remettre en cause les nécessités d’une telle proximité, voire complicité, avec le terrain que l’on étudie. La qualité du travail rendu par notre collègue croate montre que celle-ci est irremplaçable et nous aurions été bien incapable d’approcher, même de loin, la densité des analyses géographiques menées. La proximité que nous évoquons ici est moins celle du chercheur par rapport à son objet d’étude, qu’elle n’est celle d’un homme, chercheur mais aussi citoyen, inscrit dans sa propre histoire, avec un territoire qui n’est plus simplement un objet de recherche impersonnel. De fait, s’il n’est guère possible de prétendre au premier registre, faute d’être un spécialiste de ce pays, nous revendiquons tout autant de ne pas adhérer au deuxième registre. Pour le dire autrement, si la distance à l’objet de recherche qui est la nôtre est un handicap pour l’analyse géographique, la distance au territoire évitant tout attachement émotionnel est un avantage. Un avantage pour quoi faire ? Pour avoir pu livrer la lecture critique de ce qui nous semble manquer ou à corriger dans cet ouvrage, écrit, soulignons-le, par un auteur unique (dont une fiche biographique assez longue figure à la fin de l’ouvrage). Si cet effort a été fait ci-dessus, c’est que cet ouvrage possède déjà en l’état de nombreuses qualités et que nous avons pris du plaisir à le lire et à en rendre compte. Car en définitive, ce gros volume pour ce « petit » pays nous permet d’approfondir la connaissance d’un morceau du territoire européen à la diversité mal appréciée en dehors de quelques lieux touristiques d’une notoriété croissant au rythme d’un insatiable tourisme mondialisé. Mais cet ouvrage est aussi l’occasion, peut-être surtout, de considérer cela selon le regard décentré d’un collègue croate, obligeant à observer notre continent selon une autre perspective, qu’elle soit géographique ou historique. Pouvoir chausser des lunettes géopolitiques et géo-historiques qui ne sont pas les nôtres est précieux à un moment où la construction européenne semble se heurter, justement, à la résilience d’un national qui demande moins à être combattue que comprise et intégrée dans un processus politique sans doute à repenser.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/4532/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 213k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe Dugot, « The Geography of Croatia », Sud-Ouest européen, 45 | 2018, 196-200.

Référence électronique

Philippe Dugot, « The Geography of Croatia », Sud-Ouest européen [En ligne], 45 | 2018, mis en ligne le 24 mai 2019, consulté le 12 novembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/soe/4532

Haut de page

Auteur

Philippe Dugot

Université Toulouse – Jean Jaurès

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Sud-Ouest européen – Revue géographique des Pyrénées et du Sud-Ouest est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaire du Midi
  • OpenEdition Journals