Navigation – Plan du site

AccueilNuméros46La reterritorialisation du secteu...

La reterritorialisation du secteur du logement et de l’habitat à Barcelone et Madrid. Vers une nouvelle gouvernance urbaine de l’habitat ?

The Reterritorialization of the Housing and Habitat Sector in Barcelona and Madrid. Towards a New Urban Governance of Housing?
La reterritorialización del sector de la vivienda y del hábitat en Barcelona y Madrid. ¿Hacia una nueva gobernanza urbana del hábitat?
Diego Miralles Buil
p. 23-38

Résumés

Les élections municipales espagnoles de mai 2015 ont mené à un important renouvellement des équipes municipales de Madrid et Barcelone dont plusieurs membres proviennent de collectifs luttant pour le droit au logement. Dans cet article, nous nous demanderons comment ces nouvelles municipalités développent un nouveau discours sur l’habitat ainsi que des formes alternatives d’accès au logement. Nous aborderons tout particulièrement la volonté de réaffirmation des acteurs publics sur le thème du logement ainsi que leur tentative de réarticulation avec les collectifs militant pour le droit au logement. Nous tenterons de démontrer que cette articulation témoigne d’un processus de reterritorialisation du secteur du logement posant les bases d’une nouvelle forme de gouvernance urbaine de l’habitat.

Haut de page

Notes de l’auteur

CATALAN

Resum – Després de les eleccions municipals de maig de 2015, es va dur a terme una important renovació dels municipis de Madrid i Barcelona: alguns membres de col·lectius lluitant pel dret a l’habitatge es van incorporar als equips novament electes. En aquest article veurem com aquests nous municipis desenvolupen un nou discurs sobre l’habitatge i unes formes alternatives d’accés a l’habitatge. Analitzarem la voluntat, per part dels actors públics, de reafirmar el seu compromís sobre el tema de l’habitatge, així com el seu intent per reconectarse amb els moviments socials. Intentarem demostrar que aquesta articulació reflecteix un procés de “reterritorialització” del sector de l’habitatge que estableix les bases per a una nova gobernanza urbana de l’hàbitat.

Paraules clau – habitatge cooperatiu, municipalisme, habitatge social, béns comuns, reterritorialització

Texte intégral

Introduction

  • 1 Le thème du tourisme est abordé par un autre article de ce numéro thématique. Nous avons donc décid (...)
  • 2 Selon le Conseil général du pouvoir judiciaire espagnol (CGPJ) plus de 515 000 expulsions ont eu li (...)

1Basé sur le secteur de la construction, l’obtention de crédits auprès des banques et le soutien de l’accession à la propriété privée, le modèle immobilier espagnol a énormément souffert de la crise bancaire et financière de 2008 (Capel, 2013). Au moins depuis les années 1990, la plupart des institutions publiques espagnoles ont retiré le thème du logement de l’agenda des politiques sociales, laissant ce secteur au bon vouloir des acteurs privés et plus particulièrement des banques. La financiarisation de cette « marchandise impossible » (Topalov, 1987) s’est accompagnée d’une déterritorialisation du secteur du logement et de l’habitat. La constitution de la bulle immobilière espagnole durant les années 2000 ainsi que le développement d’un tourisme de masse 1 a entraîné une forte augmentation du prix des logements à laquelle s’ajoutent un manque de logements abordables en Espagne, un secteur locatif privé résiduel et une quasi inexistence de parc locatif public (Leal, 2011 ; Rodríguez López, 2006). Ainsi, pour se loger les Espagnols se sont massivement tournés vers l’emprunt auprès des banques (Vorms, 2009). Mais la crise financière de 2008 a poussé ces dernières à ne plus octroyer de crédits et de prêts hypothécaires. Cette crise s’est prolongée par une crise du logement lorsque beaucoup d’Espagnols ont perdu leur emploi et n’ont plus été en mesure de rembourser leurs prêts hypothécaires ou leurs loyers, ce qui a engendré un nombre d’expulsions résidentielles sans précédent 2, aggravant encore cette déterritorialisation. En effet, un grand nombre d’Espagnols se sont retrouvés sans logement, perdant, outre un bien fondamental, leur attache territoriale.

2Dans ce contexte de crise économique, sociale et politique ainsi que d’effervescence de mobilisations sociales – telles que le mouvement des Indignés – des « candidatures citoyennes » se sont structurées dans plusieurs villes d’Espagne afin de se présenter aux élections municipales de mai 2015. Fortement liées aux mouvements sociaux luttant pour le droit au logement, ces candidatures ont remporté les élections municipales de mai 2015 dans plusieurs villes espagnoles, ce qui a mené à un renouvellement des équipes municipales notamment à Madrid et Barcelone. Ces deux municipalités ont inscrit la problématique du logement comme pilier de leur programme politique et tentent d’esquisser un nouvel axe de politique publique considérant le logement comme un bien commun ainsi qu’un enjeu d’égalité sociale crucial.

3S’appuyant sur une thèse de géographie en cours, cet article propose d’analyser les transformations de l’action publique locale en cours à Madrid et Barcelone. Il s’agit ici d’analyser cette nouvelle conception du logement vu comme droit et comme bien commun ainsi que de questionner les enjeux de l’institutionnalisation des mouvements sociaux pour le droit au logement au sein de ces nouvelles municipalités. Comment l’actuelle reprise en main du secteur du logement par ces municipalités s’articule-t-elle avec les volontés de réappropriation locale de l’habitat par les habitants de ces villes ? En quoi cette articulation témoigne-t-elle d’un processus de reterritorialisation du secteur du logement posant les bases d’une nouvelle forme de gouvernance urbaine de l’habitat ?

4Par reterritorialisation nous entendons « une transformation des anciennes configurations territoriales » (Zanetti, 2012, p. 27) ce qui implique une dynamique de recomposition et de construction de nouvelles relations entre les êtres humains et leur environnement (Raffestin, 1986). Cette reterritorialisation du logement et de l’habitat peut être à la fois vue comme une réaffirmation des acteurs publics au travers de politiques publiques territorialisées mais aussi comme une réappropriation locale du thème du logement et de l’habitat par les habitants eux-mêmes. En s’appuyant sur les travaux du géographe Patrice Melé, il nous semble pertinent d’analyser l’articulation entre cette réaffirmation des pouvoirs publics et cette volonté de réappropriation du logement par les habitants ou collectifs d’habitants. En effet, « s’intéresser à des situations d’interface entre habitants et politiques publiques permet de repenser à la fois la territorialité à partir de l’action collective et les liens entre processus de territorialisation et action publique » (Melé, 2009). Cette approche permet ainsi « une ré-interrogation des relations entre territoire et action » (Melé, 2009).

5Cet article s’appuie sur une analyse des nouveaux programmes et plans de logements développés par les municipalités en question ainsi que sur plus d’une cinquantaine d’entretiens réalisés entre mars 2015 et septembre 2017 auprès d’acteurs du logement et de membres des mouvements sociaux. Il mobilise également un travail d’observation participante lors de plusieurs journées d’études et ateliers organisés par ces différents acteurs du logement.

  • 3 Terme catalan. Littéralement « cohabitat ».

6Premièrement, nous rappellerons le contexte de l’accès au logement sur lequel se sont appuyées les candidatures citoyennes ayant remportées les élections municipales de mai 2015 à Barcelone et Madrid. Nous aborderons ensuite les stratégies de communication développées par ces deux nouvelles mairies et verrons qu’elles tentent de développer des politiques de logement s’alignant sur certaines métropoles européennes. Deuxièmement, nous analyserons l’actuelle reterritorialisation du secteur du logement et de l’habitat dans ces deux métropoles et à différentes échelles. Nous verrons comment ces nouvelles mairies tentent de reprendre le contrôle sur le secteur du logement ainsi que de tisser des liens avec les citoyens afin de développer une nouvelle forme de gouvernance urbaine plus horizontale. Enfin, nous terminerons par l’étude de cas du concours municipal de cohabitatge 3 impulsé par la mairie de Barcelone, ce qui nous permettra d’analyser plus en détail les enjeux de cette reconfiguration d’acteurs.

I – Les « municipalités du changement » : stratégie de communication et européanisation des politiques de logement à Barcelone et Madrid

7Les équipes municipales qui gouvernent aujourd’hui les villes de Madrid et Barcelone proviennent de candidatures citoyennes qui ont notamment puisé leur force des mouvements sociaux luttant pour le droit au logement. En effet, la crise économique de 2008 a matérialisé la fragilité du modèle immobilier espagnol et a mené à de forts mouvements de contestations sociales.

1. Du problème du logement à la victoire des candidatures citoyennes

  • 4 Le « logement social à l’espagnole » consiste majoritairement en une accession aidée à la propriété (...)

8Le secteur du logement espagnol possède une spécificité propre aux pays du sud de l’Europe : une grande majorité de logement en propriété privée et une quasi inexistence de parc public locatif (Allen et al., 2004). Cette structure du parc résidentiel espagnol, hérité du franquisme et conforté par les gouvernements démocratiques successifs, s’adosse à un modèle économique basé sur le secteur de la construction de logement (López et Rodríguez, 2010). Les nombreuses actions de l’État espagnol visant à faciliter l’accès aux crédits hypothécaires à la totalité des Espagnols expliquent la structuration du parc résidentiel espagnol (fig. 1). Ainsi, les politiques publiques de logement se sont longtemps limitées à promouvoir la construction neuve et l’accession à la propriété 4. En 2005, le gouvernement espagnol tente de rediriger son action en promouvant la location, mais ce changement d’orientation reste faible et est inégalement transposé selon les régions et les municipalités (Leal, 2011).

Figure 1 – Structuration du parc résidentiel espagnol

Figure 1 – Structuration du parc résidentiel espagnol

Réalisation : Miralles Buil

Source : d’après Leal, 2011 ; INE

  • 5 Pour d’autres retours critiques sur le « modèle Barcelone », voir Capel, 2009 ; Delgado, 2007.
  • 6 http://www.pmhb.org/repdoc/66993-20161216104937.pdf.
  • 7 http://habitatge.barcelona/sites/default/files/documents/pdhb_volum_i_analisi_i_diagnosi.pdf.

9À Barcelone, bien que les gouvernements municipaux successifs aient tenté de favoriser l’accès au logement, ce dernier reste très difficile et le parc locatif public est atrophié. En effet, malgré les prétendus effets bénéfiques du fameux « modèle Barcelone » développé par les mairies de gauche dès 1980, de nombreux auteurs témoignent de « l’inexistence d’une politique de logement social et d’une politique foncière qui la fonde » durant cette période à Barcelone (Borja, 2013, p. 106 5). En effet, selon Hovig Ter Minassian, malgré ce « modèle Barcelone » mondialement connu, « il faut fortement relativiser le succès de la politique de logement de la municipalité » (Ter Minassian, 2013b, p. 150). La situation actuelle en témoigne : en 2015, l’entreprise municipale de logement de Barcelone ne possédait que 10 000 logements abordables (au-dessous du prix du marché) dont environ 6 000 de propriété municipale 6 alors que plus de 54 000 personnes étaient inscrites sur la liste d’attente de logement social. En 2017, dans la capitale catalane, la part de logement social représente moins de 2 % du parc 7.

  • 8 https://www.emvs.es/Comunicacion/Notas/2017/Paginas/PlanMunicipaldeVivienda2016-2019.aspx.

10À Madrid, l’arrivée de la droite à la mairie en 1989 engendre une forte croissance économique basée sur le développement important d’infrastructures (notamment résidentielles) qui engendre un fort étalement urbain. Selon le sociologue Julio Alguacil, ce dernier va accroître la polarisation sociale ainsi que les difficultés pour accéder au logement (Alguacil, 2013). En 2015, la situation de l’accès au logement était très tendue à Madrid. En effet, entre 2012 et 2013, la région – gouvernée par le Parti populaire (PP, droite conservatrice) – a vendu près de 3 000 logements publics à des fonds d’investissements (Rodríguez et Espinoza, 2018, p. 83). Durant la même période, la mairie de Madrid (PP) a dilapidé le patrimoine immobilier public de la ville en vendant 2 956 logements, laissant l’entreprise municipale de logement (la EMVS) totalement dévitalisée (PAH, 2017). En 2015 il ne restait plus qu’environ 6 000 logements dans le parc public de l’entreprise municipale – ce qui représente moins de 1 % du parc de logement madrilène – pour une ville de plus de 3 millions d’habitants au sein desquels plus de 20 000 personnes sont inscrites sur la liste d’attente de logement social 8.

  • 9 On peut notamment relever le cas du mouvement okupa (squat) [Martínez López, 2007] ainsi que la Pla (...)
  • 10 C’est notamment le cas d’Ada Colau, tête de liste de la candidature citoyenne de Barcelone, qui fut (...)
  • 11 Le parti ICV à Barcelone et le parti Izquierda Unida à Madrid.

11C’est dans ces conditions très tendues d’accès au logement et plus largement de crise économique, politique et sociale que vont se structurer une multitude de collectifs luttant pour le droit au logement 9. Et c’est de ce bouillonnement d’initiatives militantes que vont se structurer des candidatures citoyennes à Barcelone et Madrid en vue de se présenter aux élections municipales de mai 2015. Dans les deux villes, elles voient le jour un an avant les élections autour d’une poignée de militants provenant notamment des luttes pour le droit au logement 10. S’ensuit alors une courte période de rencontres et de négociations avec divers collectifs des deux villes puis une confluence avec des partis traditionnels de gauche, notamment le parti Podemos et des coalitions communiste-écologiste 11 (Miralles Buil, 2017a). Ces candidatures prennent alors le nom de Ahora Madrid et Barcelona en Comú et se lancent dans la campagne municipale en structurant notamment leur programme politique autour du thème de l’accès au logement.

12Suite à ces élections en mai 2015, les deux candidatures parviennent à remporter les deux mairies avec le soutien du Parti socialiste. Elles mettent alors en place une stratégie de communication défendant le droit au logement et développent des propositions d’actions dans le but de rejoindre les « standards des métropoles européennes en matière de logement ».

2. Les « municipalités du changement » et la défense du droit au logement

  • 12 Voir les journées du 24-25/10/2016 : http://observatoridesc.org/lhabitatge-dret-com-casa-reptes-mil (...)

13Le principal point commun entre les deux nouvelles mairies de Madrid et Barcelone est leur volonté de diffuser leur vision du logement comme droit et non comme marchandise. Pour cela, l’une de leurs premières actions a été de retirer le thème du logement du service urbanisme et de le réaffecter au service droits sociaux. Bien que symbolique, cette mesure a été largement reprise par les médias et certains collectifs associatifs afin de réaffirmer la fonction sociale du logement et de matérialiser ce « changement de paradigme ». En plus, la mairie de Barcelone a lancé une campagne sous le slogan très médiatisé « L’habitatge és un dret com una casa » (« le logement est un droit gros comme une maison ») et a multiplié les rencontres publiques sur le thème en invitant de grandes figures académiques et politiques du droit au logement (la plupart provenant du nord-ouest de l’Europe) dans le but de « mettre en scène » ce changement de paradigme 12. La figure 2 témoigne de cette communication réalisée le long des Ramblas par la mairie de Barcelone.

Figure 2 – Promotion de la politique municipale de logement de Barcelone le long des Ramblas

Figure 2 – Promotion de la politique municipale de logement de Barcelone le long des Ramblas

Source : Miralles Buil, octobre 2016

14Les deux mairies ont également renouvelé les responsables politiques du logement et ont choisi des figures « progressistes » reconnues dans le domaine. À Barcelone, ce « changement » est politiquement porté par Josep Maria Montaner (professeur en architecture) et par Javier Buron (juriste spécialiste du logement, connu comme l’instigateur de la loi de logement social d’Euskadi, considérée comme l’une des plus abouties d’Espagne). À Madrid, c’est également une juriste qui est chargée du logement social, secondée par un docteur en architecture. Ainsi, alors qu’avant la victoire de ces candidatures citoyennes le domaine du logement était tenu par des personnalités proches du domaine de l’économie, on remarque aujourd’hui un glissement du thème du logement vers les disciplines du droit social (juristes) ainsi qu’une forte présence de membres du monde académique, cela dans le but de faire passer un signal fort concernant le changement de direction pris par les nouvelles mairies.

15Pour conforter cette défense de la fonction sociale du logement, la nouvelle municipalité de Barcelone développe des modèles alternatifs telles que la cession d’usage en s’inspirant des expériences danoises et allemandes. Toutes ces actions ont pour objectif de « scénariser » le changement de direction officiellement pris par les deux mairies. Elles témoignent aussi de leur volonté de créer des liens avec certaines métropoles européennes afin de tourner le dos au modèle conventionnel de logement espagnol.

3. « Rejoindre les standards européens » : vers une européanisation des politiques de logement de Madrid et Barcelone ?

16Les deux mairies portent un discours de rupture avec les politiques de logement développées durant le franquisme et confortées après la transition démocratique (López et Rodríguez, 2010). Elles s’attachent tout particulièrement à rejoindre ce qu’elles affirment être « les standards des métropoles européennes en matière de logement », c’est-à-dire à impulser et réguler la location et développer la réhabilitation. Le responsable du logement de Barcelone en témoigne dans de nombreux articles et déclarations :

  • 13 J.-M. Montaner, El País, 14/08/2016 : https://elpais.com/ccaa/2016/08/14/catalunya/1471196773_68253 (...)

L’actuelle situation d’urgence dans laquelle nous nous trouvons, avec l’héritage désastreux de la bulle immobilière et l’abus des hypothèques, témoigne des décennies de retard que nous avons accumulé par rapport aux standards européens en termes de législation et de parc public locatif 13.

  • 14 Pla pel Dret a l’Habitatge de Barcelona 2016-2025 de la municipalité de Barcelone.
  • 15 Pla pel Dret a l’Habitatge de Barcelona 2016-2025 de la municipalité de Barcelone.

17En effet, avec moins de 2 % de logement social, Barcelone est bien loin des métropoles du nord de l’Europe telles que Paris (17 %), Berlin (30 %) ou Amsterdam (48 % 14). Pour y remédier, la mairie a mis au point un plan de logement où se côtoient construction par l’entreprise municipale de logement social (4 000 logements annoncés avant mai 2019), construction en partenariat public-privé, achat de nouveaux logements et captation de logements vacants. Concernant le régime d’occupation des logements, une fois de plus la mairie propose un grand panel d’occupations, de la location sociale à la copropriété en passant par des formes innovantes comme le droit de superficie. Ainsi, en matière de politique de logement, la mairie de Barcelone tente de se rapprocher des métropoles du nord de l’Europe et notamment du modèle de logement social français. Le nouveau plan pour le droit au logement (2016-2025) récemment voté par la mairie en témoigne bien, faisant de très nombreuses références aux villes de Paris, Amsterdam, Berlin, et Londres 15.

18Concernant la constitution d’un parc locatif social, le cas de Madrid est plus complexe car la ville est fortement endettée et possède comme nous l’avons vu précédemment un parc municipal très limité comparé à sa population. À son arrivée au pouvoir, la nouvelle mairie de Madrid a pris possession d’un parc public fortement amoindri qu’elle tente d’augmenter tout en favorisant la location.

  • 16 Comme en témoigne les nombreuses invitations des responsables du logement de la ville de Paris (not (...)

19Dans les deux villes, un effort important est impulsé dans la régulation générale de la location notamment au travers d’aides à la réhabilitation afin de pousser les propriétaires de logements vacants à les louer (fig. 3). Ainsi, alliant production de logements publics et soutien à la location privée, les deux villes tentent de constituer un parc de « logements abordables » regroupant location sociale et privée à des prix inférieurs à ceux du marché. Enfin, inspirées par le cas parisien, les deux villes tentent de mettre en place un système d’indice de prix des loyers afin de mieux réguler l’accès à la location 16.

Figure 3 – Campagne de valorisation de la location et d’aide à la réhabilitation à Barcelone

Figure 3 – Campagne de valorisation de la location et d’aide à la réhabilitation à Barcelone

Source : site internet du service logement de la municipalité de Barcelone, http://habitatge.barcelona/​ca/​

  • 17 Ce qui est fortement apparu lors de nos entretiens avec les acteurs publics du logement des deux vi (...)

20On remarque donc une forte volonté d’européanisation des politiques de logement s’alignant sur le modèle français, surtout le modèle de logement social locatif 17. Mais la mairie de Barcelone s’inspire aussi des cas de Berlin (logement social et coopératif), de Londres (voies mixte publiques-privées comme les housing associations) et d’Amsterdam (habitat coopératif et associations de locataires). Mais ces nouveaux axes en matière de logement tracés par les deux mairies s’accompagnent aussi d’une volonté de renforcer le rôle de l’acteur public, l’ancrage local des politiques de logement ainsi que la prise en compte les initiatives associatives existantes.

II – La reterritorialisation du secteur du logement et de l’habitat à Madrid et Barcelone : vers une nouvelle gouvernance urbaine de l’habitat ?

21Les deux nouvelles mairies articulent une défense du droit au logement avec une réaffirmation du rôle des acteurs publics dans le but de reprendre en main le secteur du logement. Alors qu’il avait subi une forte déterritorialisation avec sa financiarisation, il semble que ce secteur se ré-ancre aujourd’hui à l’échelle municipale dans ces deux villes. Ce changement de cap s’est accompagné de politiques publiques territorialisées ainsi que d’une reconfiguration locale des acteurs du logement. Les deux mairies tentent aussi de tisser de nouvelles relations avec les collectifs militants afin de poser les bases d’une nouvelle forme de gouvernance urbaine plus horizontale pour gérer le logement vu comme un bien commun localisé (Melé, 2009).

1. De la réaffirmation des acteurs publics à l’émergence du tiers secteur : une reterritorialisation des politiques de logement

  • 18 Par exemple, c’est le cas de Vanesa Valiño (ex-membre de la PAH), nommée cheffe du service du logem (...)

22La victoire des deux candidatures citoyennes a tout d’abord engendré un renouvellement de la classe politique des deux municipalités et a produit une réorientation du pouvoir vers de nouveaux édiles pourvus pour certains d’un autre imaginaire politique. Plusieurs postes cruciaux sont alors occupés par des individus n’ayant jamais exercé de mandat politique et provenant de collectifs pour le droit au logement ou d’associations de quartier 18. Ces expériences associatives de quartiers se ressentent dans les programmes politiques et les premières actions de ces deux mairies. En effet, l’importance de connaître les réalités de chaque quartier et de développer des politiques publiques adaptées aux nécessités de ceux-ci transparaît dès les premiers mois d’exercice des deux équipes municipales.

  • 19 Diagnostics notamment réalisés par l’IERMB à Barcelone (https://iermb.uab.cat/) ou encore par le ré (...)
  • 20 Voir les critères de ce plan : http://igop.uab.cat/wp-content/uploads/2018/01/Transformar-la-ciudad (...)
  • 21 Plan « Madrid récupère. Récupère ta maison, récupère ton quartier, récupère ta ville ».

23Ainsi, un travail de diagnostic territorial a été réalisé en collaboration avec des chercheurs spécialistes des questions urbaines et de logement afin de mettre en place des politiques publiques de logement adaptées aux besoins locaux 19. À Barcelone, cette reterritorialisation des politiques publiques de logement se matérialise notamment par la mise en place d’un plan de quartiers ayant pour objectif d’améliorer les conditions de vie des quartiers les plus en difficulté. Ce plan donne une place centrale au thème du logement, notamment en déployant des aides à la réhabilitation et met en place un dispositif participatif afin de recueillir les avis des habitants 20. À Madrid, un plan du même type a été développé sous le nom de plan MAD-RE 21 articulant dispositif participatif et aides à la réhabilitation. Cette volonté des administrations de mettre en place des politiques de logement localisées ainsi que de recréer un lien social et politique avec les habitants par le biais de démarches de participation citoyenne témoigne bien des processus plus larges de reterritorialisation de l’habitat et du logement dans ces deux métropoles, fruit d’une forte pression réalisée par les acteurs associatifs et militants dont proviennent par ailleurs une partie des nouvelles mairies. Ainsi, ces processus peuvent être assimilés à de « nouvelles formes d’ancrage des populations et du politique dans la proximité » (Melé, 2009).

  • 22 Acción de gobierno del ayuntamiento de Madrid (2015-2019): https://huit.re/AccionGobMadrid.
  • 23 Les contours de ce concept sont très labiles comme l’explique A. Meyfroidt (2016). En Espagne, ce t (...)
  • 24 Voir https://www.habitat3.cat/per-a-ajuntaments et https://www.caritas.es/. Cáritas collabore aussi (...)

24De plus, les deux mairies ont décidé de reprendre la main sur la production et la gestion du logement tout en soutenant les acteurs de l’économie sociale et solidaire (ESS). Pour cela, les entreprises municipales de logement social des deux villes ont été restructurées et redirigées vers une « reconstruction d’un parc locatif public plutôt que vers la vente et la location avec option d’achat 22 ». Ainsi, c’est bien le retour d’un contrôle municipal qui est recherché. Mais à une échelle plus fine, on constate la mise en place de nouvelles configurations institutionnelles ainsi qu’un renouvellement des « collaborateurs privilégiés » des deux mairies. Cela est tout particulièrement visible à Barcelone où la mairie a développé des collaborations avec plusieurs structures du tiers secteur du logement 23, comme la fondation Hàbitat3 et l’organisation catholique Cáritas 24, pour gérer une partie du parc locatif social de la municipalité. La mairie décrit cette quasi sous-traitance de la gestion du parc locatif social municipal dans un communiqué de presse :

  • 25 Service de presse de la mairie de Barcelone, 07/01/16 : https://huit.re/ajuntamentbcn-habitat3-prem (...)

Parmi les différentes actions qu’impulse le service de logement de Barcelone, il y a la collaboration avec des entités du tiers secteur afin d’atteindre les particuliers et les entités qui possèdent des appartements vacants dans la ville, afin de leur rendre leur usage social. […] La fondation [Hàbitat3] gérera aussi le loyer du logement cédé à des familles sélectionnées à travers un processus mis en place par la municipalité de Barcelone afin qu’elles correspondent aux critères d’accès au logement social 25.

  • 26 Selon un rapport de la Taula d’Entitats del Tercer Sector Social de Catalunya (dossier 44), en janv (...)

25On observe alors à Barcelone la constitution d’un nouveau marché municipal du logement abordable tentant de proposer un panel varié de solutions résidentielles selon les profils des demandeurs. Ce parc de logement en construction est géré par des acteurs publics, du tiers secteur, associatifs, coopératifs 26 ou parfois privés, le tout sous le contrôle surplombant des services de la mairie.

  • 27 C’est-à-dire préconisant la création de lien social et d’interconnaissance entre les habitants et u (...)
  • 28 Le slogan Fem Ciutat (Faisons la ville) se rapproche volontairement du fameux Fem barri (Faisons le (...)

26Toujours à Barcelone, on observe aussi une redirection de la production de logement à travers la mise en place de concours municipaux au sein desquels les critères communautaires 27, sociaux et environnementaux sont centraux. De nombreuses coopératives d’architecture et d’urbanisme se sont tournées vers ce type de concours, se démarquant alors comme de nouveaux acteurs de la production urbaine barcelonaise. Loin de critiquer ce rapprochement de la mairie vers des démarches coopératives, les acteurs traditionnels du logement (comme les entreprises immobilières) se repositionnent en utilisant à leur tour un discours mobilisant les notions de droit au logement et de participation du voisinage, s’adaptant ainsi au nouveau cadre défini par les deux nouvelles mairies. La photographie précédente représentant un projet de logement réalisé par une entreprise traditionnelle de la construction en témoigne (fig. 4 28). De plus, les collectifs militants – tels que les associations de quartiers – tentent également de dialoguer avec les institutions municipales. Cela pose la question de l’articulation entre ces collectifs et les deux nouvelles mairies se revendiquant d’un « nouveau municipalisme » (Blanco et Gomà, 2016).

Figure 4 – Réappropriation du langage des associations de quartiers par l’entreprise Soluciones (quartier de Raval, Barcelone)

Figure 4 – Réappropriation du langage des associations de quartiers par l’entreprise Soluciones (quartier de Raval, Barcelone)

Source : Miralles Buil, décembre 2016

2. L’articulation entre administrations et collectifs militants : institutionnalisation des mouvements sociaux et « voisinification »

  • 29 Dans les grandes lignes, leur travail consiste en une centralisation des informations concernant le (...)

27Pour les candidatures citoyennes de Madrid et Barcelone, la critique et la lutte contre les expulsions résidentielles était un thème de campagne central. Suite à leur victoire aux élections municipales, les deux nouvelles mairies sont donc passées de la critique de la crise du logement à sa gestion. Pour commencer, afin de lutter contre les expulsions résidentielles, elles ont créé des services municipaux communément appelés « agences anti-expulsion 29 ». Ces services ne sont en fait qu’une institutionnalisation de l’action réalisée par les collectifs militants et tout particulièrement par la PAH. Mais ces agences ne parviennent pas à bloquer toutes les expulsions et les mairies sont bien souvent obligées de faire appel à la PAH pour leur prêter main forte sur place. Les collectifs militants restent donc actifs malgré la victoire des candidatures citoyennes, ce qui illustre la difficulté des deux mairies à faire face à l’urgence de la situation mais témoigne aussi d’une première forme d’articulation entre administration et collectifs militants.

  • 30 El País, 10/03/17 : https://elpais.com/ccaa/2017/03/09/catalunya/1489062643_504047.html.

28Cependant, les mairies vont plus loin qu’une simple institutionnalisation des pratiques des mouvements sociaux. En effet, face à la gentrification et à la touristification de plusieurs quartiers de Barcelone (Ter Minassian, 2013a), la mairie a développé le concept de veïnificació (voisinification), correspondant à une réappropriation de la ville par et pour ses habitants soutenu par la municipalité et mobilisant tout particulièrement le secteur de l’ESS 30. Il s’agirait ainsi du processus inverse de la touristification et témoigne encore du processus de reterritorialisation à l’œuvre à Barcelone. De plus, le cas de la lutte des collectifs du district de Ciutat Vella (vieille ville) pour la réappropriation de leur quartier montre le lien entre reterritorialisation et logement. En effet, de fortes mobilisations d’habitants du quartier ont alerté la mairie sur l’existence de plusieurs cas de mobbing immobilier réalisés par des entreprises privées désireuses d’expulser les habitants modestes de certains édifices afin d’y réaliser des logements de luxe. Pour défendre le droit au logement de ces habitants et empêcher la gentrification de ce quartier, la mairie a exercé son droit de préemption et a racheté les édifices en question dans l’objectif d’y installer des logements sociaux. Principalement dû à l’action des collectifs de voisins, cette action rend également compte d’une certaine écoute de la part de la mairie attestant d’une forme d’articulation entre acteurs publics et habitants qui témoigne du processus de reterritorialisation du secteur du logement et de l’habitat.

29Pourtant, cette articulation n’est pas sans créer des tensions entre les différents acteurs. En effet, bien que la relative proximité entre les deux mairies et les collectifs militants ait engendré un réagencement institutionnel du pouvoir, ce dernier rend paradoxalement plus difficile toute contestation. Les deux mairies ont mis en place une véritable « cooptation structurelle » auprès des collectifs militants, ce qui a contribué à les affaiblir (Lopes de Souza, 2014). Dans les deux villes, plusieurs anciens leaders militants travaillent aujourd’hui pour la mairie, ce qui met à mal l’autonomie et la liberté d’action de ces collectifs. Par exemple, l’institutionnalisation des pratiques de la PAH au sein des « agences anti-expulsions » municipales n’a pas vraiment amélioré l’accès au logement social. Un membre de la PAH de Madrid en témoigne :

  • 31 Entretien réalisé en novembre 2016 à Madrid.

Avant, avec la PAH, nous n’avions besoin que de 30 personnes, un peu de peinture et de quelques heures d’action pour obtenir un logement social pour une famille expulsée. Maintenant, les familles doivent remplir un tas de papiers pour pouvoir finalement s’inscrire sur une liste d’attente… et espérer obtenir un logement social. Mais comme il n’y a quasiment pas de parc public à Madrid la plupart des familles n’obtiennent rien et doivent se tourner vers des solutions très précaires 31.

30En effet, le fonctionnement bureaucratique et la rigidité des institutions municipales complexifie l’obtention d’un logement social et centralise le pouvoir d’action et de décision entre les mains de la mairie. De plus, cela dépossède les collectifs militants de leur moyen d’action acquis au fil d’années de lutte et engendre aussi une individualisation de la demande de logement.

31Aussi, l’analyse des processus complexes d’institutionnalisation et d’articulation des pratiques militantes par les deux mairies nous permet d’en apprendre davantage sur ce processus complexe de reterritorialisation du secteur du logement et de l’habitat. Sur ce point, le cas du concours de cohabitatge lancé en 2016 par la mairie de Barcelone est édifiant.

III – De l’impulsion de la cession d’usage au concours municipal de cohabitatge de Barcelone : vers une nouvelle forme de logement social ?

  • 32 Cette notion renvoie à celle de valeur d’usage (Lefebvre, 1968). Pour les collectifs barcelonais, l (...)

32L’impulsion de la cession d’usage 32 comme forme alternative d’accès au logement est l’une des propositions fortes de la nouvelle mairie de Barcelone. Elle se base sur une longue revendication des collectifs luttant pour le droit au logement.

1. De la défense de la valeur d’usage des logements au concours municipal de cohabitatge

  • 33 Dans ce modèle, c’est la coopérative qui possède la propriété de l’immeuble, chaque ménage obtenant (...)
  • 34 En effet, la plupart de ces quartiers possède un indice de revenu familial moyen en-dessous de la m (...)
  • 35 Voir http://www.laborda.coop/ ou Miralles Buil, 2017b.

33Fortement influencé par les expériences de coopératives d’habitation du nord de l’Europe, un jeune collectif de juristes et d’architectes catalan structuré autour de l’association SostreCívic a élaboré en 2004 un modèle juridique basé sur la propriété collective et adapté au territoire catalan : la coopérative d’habitation en cession d’usage 33. À force de lobbying, l’association est parvenue à intégrer ce modèle à la loi catalane du droit au logement de 2007. Par la suite, plusieurs collectifs se sont formés à Barcelone et tentent de mettre en place des projets de ce type afin de lutter contre la spéculation et de permettre un accès au logement abordable. Bien que certains d’entre eux ne possédaient à l’époque pas encore de terrain pour concrétiser leur projet, nous avons montré lors d’un précédent travail de recherche que la plupart de ces projets émanent de quartiers soumis à une forte pression foncière (fig. 5) et sont un moyen pour ces collectifs de lutter contre la spéculation, la touristification et la gentrification des quartiers centraux de Barcelone (Miralles Buil, 2015 34). Le projet de La Borda, pionnier à Barcelone et en Espagne, en témoigne bien 35 (fig. 5). Plus largement, ces projets permettent aux habitants de trouver une solution à leur problème d’accès au logement mais aussi de s’ancrer durablement dans un quartier. Ainsi, il s’agit d’une forme de reterritorialisation du logement et de l’habitat au niveau local par les habitants eux-mêmes.

Figure 5 – Projets de coopératives en cession d’usage provenant de collectifs militants à Barcelone (mai 2015)

Figure 5 – Projets de coopératives en cession d’usage provenant de collectifs militants à Barcelone (mai 2015)

Réalisation : Miralles Buil

  • 36 Mais cette notion de cohabitatge englobe d’autres statuts d’occupation comme la copropriété ou des (...)
  • 37 Site de la mairie de Barcelone : https://huit.re/ajuntamentbcn-cohabitatge.

34Fortement influencée par ces mouvements défendant la cession d’usage, la nouvelle mairie de Barcelone développe la notion de cohabitatge (ou cohousing) qui s’articule autour de l’idée d’habitat communautaire et regroupe plusieurs formes de logement parmi lesquelles les coopératives de cession d’usage 36. Avec cette nouvelle notion, l’équipe municipale entend contribuer au changement de la culture de l’habitat en proposant des alternatives à la propriété privée et à la location. De plus, de prime abord en accord avec les revendications des collectifs, la mairie a mobilisé ce concept comme un argument de lutte contre la spéculation et la gentrification 37 et a impulsé un concours pour la cession de sept terrains municipaux à des projets de cohabitatge dont les édifices seront construits par des coopératives et soumis aux critères de logement social. Les sept projets vainqueurs se verraient accorder une cession d’un des terrains préalablement choisis sous la forme d’un droit de superficie de 75 ans. Bien que le terrain reste aux mains de la municipalité, les logements sociaux construits par la coopérative seront la propriété de cette dernière tout en étant intégrés au parc de logement social municipal. Tout comme pour le cas du projet de La Borda, ce modèle présente donc une articulation « public-communautaire » innovante permettant d’agencer propriété publique (municipale) et propriété coopérative (ou communautaire) ajoutée à une autogestion de l’édifice par les habitants, ce qui permet une forte appropriation des logements par ces derniers.

35Les bases du concours ont été publiées en novembre 2016 et les groupes candidats avaient jusqu’en février 2017 pour déposer leur candidature, soit un temps d’élaboration du projet de moins de trois mois. Les projets ont été choisis par la mairie en mai 2017 en fonction de plusieurs critères tels que leur interaction sociale avec le quartier, la qualité du projet architectural et technique, la solvabilité du projet et du futur groupe d’habitants.

2. Le concours municipal de cohabitatge, un détournement de la cession d’usage au bénéfice de la politique municipale

  • 38 Tels que la coopérative de construction Llar Jove connue pour être une coopérative destinée à l’acc (...)

36Suite au lancement de ce concours, de nombreux acteurs traditionnels de l’immobilier se repositionnent et tentent de se trouver une place dans ce nouveau « marché du cohabitatge ». Parmi les vainqueurs du concours, on retrouve en effet certains acteurs traditionnels du logement connus pour leur proximité avec le secteur immobilier 38 mais aussi plusieurs projets associatifs. Bien qu’il s’agisse d’un premier pas intéressant réalisé par la municipalité, quelques critiques peuvent être réalisées sur ce concours.

37Premièrement, on peut relever un manque de prise en compte par la mairie du temps nécessaire à la constitution de tels projets. En effet, les groupes n’avaient que trois mois pour constituer un projet. Or, cette courte durée rend difficile la constitution d’un groupe soudé et valorise finalement les groupes constitués de membres déjà fortement impliqués dans ce type de domaine, favorisant ainsi les profils aux capitaux culturels et économiques les plus élevés. Selon nous, ce délai très court peut en partie s’expliquer par les préoccupations électoralistes de l’équipe municipale. Les prochaines élections municipales étant prévues pour 2019, la mairie a sans doute accéléré les processus de dépôt des projets pour que ceux-ci puissent être rapidement construits et être ajoutés au bilan de l’équipe municipale. Cette distension de temporalité témoigne bien du fait que le temps (court) de la démocratie représentative court-circuite souvent le temps (plus long) nécessaire à l’élaboration des projets d’habitat participatif. Autrement dit, l’espace-temps de la démocratie représentative ne coïncide pas avec celui de la participation (Bacqué et Sintomer, 2011), ce qui met en péril les projets d’habitat participatif. Sur ce point, des efforts supplémentaires sont à réaliser par la mairie pour dépasser les limites et la rigidité de l’institution municipale.

38Deuxièmement, contrairement aux affirmations de la municipalité, les terrains choisis par celle-ci ne sont pas tous situés dans les quartiers subissant une gentrification ou une touristification, quartiers où se sont développés les premiers collectifs défendant la cession d’usage. Au contraire, certains sont situés dans des quartiers populaires à faible pression foncière de la périphérie de Barcelone comme dans les quartiers de Roquetes, Trinitat Nova, Sant Genís dels Agudells et de la Marina del Prat Vermell (fig. 6). Interrogés sur ce point, les responsables de la mairie nous ont répondu que ces terrains ont été choisis selon des critères purement économiques : seuls les terrains trop difficiles à exploiter par l’entreprise publique de logement social ont été choisis pour ce concours (notamment les terrains en pente ou trop petits pour être constructibles à bas coût par l’entreprise municipale). Si l’on y ajoute l’absence de soutiens économiques permettant l’accès à ce type d’habitat aux habitants modestes, ce concours reste dirigé vers une population de classe moyenne au capital culturel élevé et évince une grande partie des populations plus modestes de ces quartiers dont l’indice RFM est très bas (fig. 6). Cela a mené certains collectifs pour le droit au logement à critiquer le concours :

  • 39 Entretien avec une militante barcelonaise, réalisé en juillet 2017.

Certains des terrains du concours sont situés dans des quartiers populaires, comme à Nou Barris. Et les bases du concours favorise l’aspect architectural du projet et donne un poids très secondaire à l’enracinement du projet dans le quartier où se situe le terrain et ne valorise pas la préexistence d’un groupe d’habitant dans le quartier. Et puis les terrains sont mal fichu… souvent petits, ce qui engendre des coûts importants. Beaucoup d’habitants de ces quartiers ne pourront pas accéder à ce type de logement et ce sont finalement des personnes plus riches et extérieures au quartier qui vont venir. C’est le cas pour le projet de Roquetes à Nou Barris. Donc d’une certaine façon ce concours ne lutte pas contre la gentrification, au contraire, il la favorise 39.

Figure 6 – Les projets de cession d’usage provenant des collectifs militants et les terrains municipaux choisis pour le concours de cohabitatge à Barcelone

Figure 6 – Les projets de cession d’usage provenant des collectifs militants et les terrains municipaux choisis pour le concours de cohabitatge à Barcelone

Réalisation : Miralles Buil

39Ainsi, avec ce concours, la mairie a en quelque sorte détourné le concept de coopérative de cession d’usage pour l’utiliser comme vecteur de mixité sociale dans les quartiers populaires et non pas pour lutter contre la gentrification. Enfin, le fonctionnement par concours a engendré une forte concurrence entre les collectifs souhaitant développer un projet de cohabitatge – qui jusqu’à présent se soutenaient mutuellement – ce qui a parfois mené à des conflits et a déstabilisé le tissu associatif dans certains quartiers.

  • 40 En effet, entre les groupes militants et les entreprises immobilières traditionnelles, les position (...)

40Bien que ce concours soit un premier pas intéressant, toutes ces tensions qu’il a engendré entre les habitants, les collectifs et la municipalité témoigne soit d’un mauvais diagnostic réalisé par la mairie, soit d’une volonté de sa part d’utiliser le cohabitatge à des fins totalement différentes que celles défendues par les collectifs soutenant ce modèle depuis plusieurs années. Néanmoins, bien que critiquable, ce concours peut mener au développement d’alternatives à la propriété privée et à la location, posant ainsi la première pierre d’une transformation de la culture de l’habiter et de l’habitat en Espagne. « Ce concours est un premier pas… À nous de faire pression sur la mairie pour que le prochain soit meilleur » affirme une militante. D’autres concours de ce type verront sans doute le jour. Reste à voir comment la municipalité prendra en compte les divers commentaires des candidats au premier concours, qui, pour certains, sont fortement contradictoires 40.

Conclusion : vers une nouvelle gouvernance urbaine du logement social ?

  • 41 En effet, la volonté du gérant du logement de Barcelone d’ouvrir le financement du logement social (...)

41Après avoir subi une importante déterritorialisation, la question du logement se réancre aujourd’hui à l’échelle municipale à Madrid et Barcelone et témoigne bien d’un processus de reterritorialisation des politiques de logement et de l’habitat aux niveaux municipal et local. Ces nouvelles mairies tentent de renouveler les cadres de l’action publique locale afin de mettre en place des solutions permettant un accès au logement abordable aux habitants de leur ville. Pour cela, elles développent une importante stratégie de communication autour de la notion de droit au logement et tentent de se réaffirmer comme principal acteur de la régulation du logement. Elles entreprennent de développer un parc de logements abordables alliant logement locatif social et location privée abordable et de soutenir la réhabilitation. Mais leur volonté d’européanisation de leur politique de logement – en rejoignant les « standards européens » – est à interroger. En effet, on peut se questionner sur l’existence de véritables « standards européens » concernant le logement, le modèle immobilier espagnol étant loin d’être isolé en Europe (Houard, 2011). C’est plutôt certaines métropoles européennes telles que Paris, Berlin, Amsterdam et Londres que tentent d’imiter les nouvelles mairies de Madrid et Barcelone. Ce tropisme Nord-Ouest européen mène notamment la municipalité de Barcelone à mettre en place une véritable mosaïque de solutions résidentielles parfois contradictoires les unes avec les autres 41 dont il faudra suivre l’évolution.

  • 42 El País, 05/03/2018 : https://elpais.com/ccaa/2018/03/04/catalunya/1520184159_397732.html.

42Le processus de reterritorialisation du secteur du logement se matérialise également par une volonté de recréer un lien social et politique entre les administrations publiques et les habitants comme en témoignent le cas des processus de « voisinification » à Barcelone ou encore les processus participatifs du plan MAD-RE à Madrid. Néanmoins, ces nouvelles municipalités peinent à modifier les modèles conventionnels de prise de décision afin d’y intégrer pleinement les habitants ainsi qu’à infléchir les dynamiques spéculatives du marché du logement. Le cas du concours de cohabitatge de Barcelone témoigne bien des limites de l’institutionnalisation de la cession d’usage par la municipalité. Ce cas d’étude rend aussi compte de la conflictualité de cette reterritorialisation du logement. Bloquées dans des rouages institutionnels et par l’urgence de la situation résidentielle de ces métropoles, la marge de manœuvre est faible pour ces mairies. De plus, dans ce contexte tendu d’accès au logement, il est difficile de prendre en compte les souhaits des habitants et des collectifs militants. Après trois ans de mandat, les deux mairies ont dû revoir plusieurs de leurs promesses de campagnes à la baisse comme en témoigne le nombre de logement social qu’elles espèrent finalement construire avant mai 2019 (600 pour Madrid et 900 pour Barcelone), un nombre bien éloigné de leurs promesses initiales (respectivement 4 200 et 4 000 42). Ainsi, malgré la proximité idéologique entre les nouvelles équipes municipales et les collectifs pour le droit au logement, la relation entre ces deux types d’acteurs reste aujourd’hui très conflictuelle. Mais c’est justement par ces conflits et ces « frottements » entre administrations et collectifs militants – mais aussi intra-administrations et intra-mouvements sociaux – que se forme aujourd’hui le nouveau cadre d’action et de production du logement à Madrid et Barcelone.

43Ainsi, l’analyse de cette articulation entre politiques de logement et collectifs militants permet de « redéfinir la notion de “territorialisation” à partir non seulement de l’engagement dans des actions collectives et de la confrontation d’habitants aux actions des pouvoirs publics, mais aussi de processus de (re)définition de biens communs localisés » (Melé, 2009). En effet, bien que critiquable, le concours barcelonais de cohabitatge atteste bien d’un nouvel agencement de la production du logement vu comme biens communs localisés (Melé, 2009) : au fameux partenariat public-privé s’ajoute une forme innovante de partenariat « public-communautaire », esquissant une nouvelle gouvernance urbaine dont on suivra avec grand intérêt les évolutions.

Haut de page

Bibliographie

Alguacil J., « La mobilisation citadine dans la transformation des quartiers périphériques de Madrid », dans Coudroy de Lille L., Vaz C. et Vorms C. (dir.), L’Urbanisme espagnol depuis les années 1970 : la ville, la démocratie et le marché, Presses universitaires de Rennes coll. « Espace et territoires », 2013.

Allen J., Barlow J., Leal J. et al., Housing and Welfare in Southern Europe, Wiley, Hoboken, 2004.

Bacqué M.-H., Sintomer Y., La Démocratie participative. Histoires et généalogies, La Découverte, Paris, 2011.

Blanco I., Gomà R., El municipalisme del bé comú, Icaria editorial, Barcelona, 2016.

Borja J., « Retour sur le “modèle Barcelone” par un de ses acteurs », dans Coudroy de Lille L., Vaz C. et Vorms C. (dir.), L’Urbanisme espagnol depuis les années 1970 : la ville, la démocratie et le marché, Presses universitaires de Rennes, coll. « Espace et territoires », 2013.

Capel H., Le Modèle Barcelone, Economica, coll. « Anthropos », Paris, 2009.

Capel H., La morfología de las ciudades, t. III, Ediciones del Serbal S.A., Barcelone, 2013.

Delgado M., La ciudad mentirosa: fraude y miseria del « modelo Barcelona », Los Libros de la Catarata, Madrid, 2007.

D’Orazio A., « La nébuleuse de l’habitat participatif. Radiographie d’une mobilisation », http://www.metropolitiques.eu/La-nebuleuse-de-l-habitat.html, Métropolitiques, 2012 (consulté le 24/03/2015).

Grau López C. R., « Llar Jove, Sccl.: una cooperativa de vivienda que promuve el alquiler con opción de adquisición », Noticias de la economía pública social y cooperativa, no 53, 2009, p. 59‑61.

Houard N. (dir.), Loger l’Europe : le logement social dans tous ses États, La Documentation française, Paris, 2011.

Leal J., « Politiques publiques et logement social en Espagne », dans Houard N. (dir.), Loger l’Europe: le logement social dans tous ses États, La Documentation française, Paris, 2011.

Leal J., « Les mutations de l’espace social des grandes villes », dans Coudroy de Lille L., Vaz C. et Vorms C. (dir.), L’Urbanisme espagnol depuis les années 1970 : la ville, la démocratie et le marché, Presses universitaires de Rennes, 2013.

Lefebvre H., Le Droit à la ville, Anthropos, coll. « Société et urbanisme », Paris, 1968.

Lopes de Souza M., « Marcelo Lopes de Souza : “Ensemble avec l’État, malgré l’État, contre l’État. Les mouvements sociaux, agents d’un urbanisme critique” », dans Gintrac C. et Giroud M. (dir.), Villes contestées : pour une géographie critique de l’urbain, les Prairies ordinaires, Paris, 2014.

López I., Rodríguez E., Fin de ciclo. Financiarización, territorio y sociedad de propietarios en la onda larga del capitalismo hispano (1959-2010), Traficantes de sueños, Madrid, 2010.

Martínez López M., « El Movimiento de Okupaciones: Contracultura Urbana y Dinámicas Alter-Globalización », Revista de Estudios de Juventud, no 76, 2007, p. 225‑243.

Melé P., « Identifier un régime de territorialité réflexive », dans Vanier M. (dir.), Territoires, territorialité, territorialisation: controverses et perspectives, Presses universitaires de Rennes, 2009.

Meyfroidt A., Le Tiers secteur du logement dans la région métropolitaine Vienne-Bratislava. Recompositions d’une offre de logement abordable et fabrique métropolitaine, thèse de géographie, ENS de Lyon-Universität Wien, Lyon-Vienne, 2016.

Miralles Buil D., Les Coopératives d’habitation en cession d’usage à Barcelone. La réémergence de l’habitat alternatif comme solution viable face à la crise du logement à Barcelone ?, mémoire de géographie, université Lumière Lyon II, 2015.

Miralles Buil D., « Les “nouveaux municipalismes” de Madrid et Barcelone », Silence, no 460, 2017a, p. 11-13.

Miralles Buil D., « Habitat participatif », dans Rochfeld J., Orsi F., Cornu M. (dir.), Dictionnaire des biens communs, Presses universitaires de France, Paris, 2017b.

Miralles Buil D., « De la calle a las instituciones: la reterritorializacion de las politicas de vivienda en Barcelona y Madrid », colloque international « Políticas urbanas y modalidades de la acción pública local en España », Casa de Velázquez, Madrid, 2017c.

PAH, La vivienda no es delito. Recuperando un derecho. Quién y por qué se okupa Madrid, El Viejo Topo, Vilassar de Dalt, 2017.

Pointelin R., L’Habitat alternatif en Catalogne, un modèle émergent ? La (re)naissance d’une « troisième voie », entre pragmatisme et utopie, thèse de géographie, Universitat de Girona, 2016.

Raffestin C., « Écogenèse territoriale et territorialité », dans Brunet R. et Auriac F. (dir.), Espaces, jeux et enjeux, fondation Diderot-Fayard, Paris, 1986.

Rodríguez Alonso R., Espinoza Pino M., De la especulación al derecho a la vivienda: más allá delas contradicciones del modelo inmobiliario español, Traficantes de sueños, Madrid, 2018.

Rodríguez López J., « Los booms inmobiliarios en España. Un análisis de tres períodos », Papeles de Economía Española, no 109, 2006, p. 76‑90.

Ter Minassian H., Changer Barcelone : politiques publiques et gentrification dans le centre ancien (Ciutat Vella), Presses universitaires du Mirail, coll. « Villes et territoires », Toulouse, 2013a.

Ter Minassian H., « Les politiques urbaines municipales dans la vieille ville de Barcelone (1979-2008) », dans Coudroy de Lille L., Vaz C. et Vorms C. (dir.), L’Urbanisme espagnol depuis les années 1970 : la ville, la démocratie et le marché, Presses universitaires de Rennes, 2013b.

Topalov C., Le Logement en France : histoire d’une marchandise impossible, Presses de la fondation nationale des Sciences politiques, 1987.

Vorms C., « Surproduction immobilière et crise du logement en Espagne », http://www.laviedesidees.fr/Surproduction-immobiliere-et-crise.html, La Vie des idées, 2009 (consulté le 24/03/2015).

Zanetti T., Une ville et sa multinationale, une multinationale et sa ville : emprise spatiale, organisation sociale, fonction économique et régulation politique du « territoire Michelin » à Clermont-Ferrand (fin xixe à nos jours), thèse en géographie, aménagement et urbanisme, université Lyon II, 2012.

Haut de page

Notes

1 Le thème du tourisme est abordé par un autre article de ce numéro thématique. Nous avons donc décidé de ne pas aborder ce thème de front dans le présent article.

2 Selon le Conseil général du pouvoir judiciaire espagnol (CGPJ) plus de 515 000 expulsions ont eu lieu en Espagne entre 2008 et 2016.

3 Terme catalan. Littéralement « cohabitat ».

4 Le « logement social à l’espagnole » consiste majoritairement en une accession aidée à la propriété privée (Leal, 2013).

5 Pour d’autres retours critiques sur le « modèle Barcelone », voir Capel, 2009 ; Delgado, 2007.

6 http://www.pmhb.org/repdoc/66993-20161216104937.pdf.

7 http://habitatge.barcelona/sites/default/files/documents/pdhb_volum_i_analisi_i_diagnosi.pdf.

8 https://www.emvs.es/Comunicacion/Notas/2017/Paginas/PlanMunicipaldeVivienda2016-2019.aspx.

9 On peut notamment relever le cas du mouvement okupa (squat) [Martínez López, 2007] ainsi que la Plateforme des affectés par l’hypothèque (PAH) née en 2009 à Barcelone. Enfin, en mai 2011, le mouvement des Indignés va permettre de relier ces différents collectifs (Alguacil, 2013, p. 98).

10 C’est notamment le cas d’Ada Colau, tête de liste de la candidature citoyenne de Barcelone, qui fut la cofondatrice et porte-parole de la Plateforme des affectés par l’hypothèque (PAH).

11 Le parti ICV à Barcelone et le parti Izquierda Unida à Madrid.

12 Voir les journées du 24-25/10/2016 : http://observatoridesc.org/lhabitatge-dret-com-casa-reptes-millorar-lacces-habitatge-digne.

13 J.-M. Montaner, El País, 14/08/2016 : https://elpais.com/ccaa/2016/08/14/catalunya/1471196773_682532.html.

14 Pla pel Dret a l’Habitatge de Barcelona 2016-2025 de la municipalité de Barcelone.

15 Pla pel Dret a l’Habitatge de Barcelona 2016-2025 de la municipalité de Barcelone.

16 Comme en témoigne les nombreuses invitations des responsables du logement de la ville de Paris (notamment de Ian Brossat) par la mairie de Barcelone. Services de presse de l’AMB, 18/05/18 : https://huit.re/amb-premsa-mirada-a-politiques-europees-de-lloguer-public-180518.

17 Ce qui est fortement apparu lors de nos entretiens avec les acteurs publics du logement des deux villes (Miralles Buil, 2017c).

18 Par exemple, c’est le cas de Vanesa Valiño (ex-membre de la PAH), nommée cheffe du service du logement à Barcelone. À Madrid, on peut citer le cas de Nacho Murgui (ex-président de la fédération régionale des Associations de quartiers de Madrid), nommé 2e adjoint au maire de Madrid et responsable du service de coordination territoriale et associations.

19 Diagnostics notamment réalisés par l’IERMB à Barcelone (https://iermb.uab.cat/) ou encore par le récent Observatoire métropolitain du logement de Barcelone impulsé par la nouvelle mairie (http://www.ohb.cat/).

20 Voir les critères de ce plan : http://igop.uab.cat/wp-content/uploads/2018/01/Transformar-la-ciudad-370-1217.pdf.

21 Plan « Madrid récupère. Récupère ta maison, récupère ton quartier, récupère ta ville ».

22 Acción de gobierno del ayuntamiento de Madrid (2015-2019): https://huit.re/AccionGobMadrid.

23 Les contours de ce concept sont très labiles comme l’explique A. Meyfroidt (2016). En Espagne, ce terme générique est utilisé pour qualifier des entités non-publiques mais à but non-lucratif et proches de l’ESS.

24 Voir https://www.habitat3.cat/per-a-ajuntaments et https://www.caritas.es/. Cáritas collabore aussi avec la mairie de Madrid, tout particulièrement auprès des personnes sans domicile fixe.

25 Service de presse de la mairie de Barcelone, 07/01/16 : https://huit.re/ajuntamentbcn-habitat3-premsa-20160107.

26 Selon un rapport de la Taula d’Entitats del Tercer Sector Social de Catalunya (dossier 44), en janvier 2016 les entités du tiers secteur géraient 661 logements à Barcelone. De plus, début 2018, on dénombre selon la municipalité 151 logements sociaux en régime de coopérative de cession d’usage à Barcelone (pour la plupart en construction).

27 C’est-à-dire préconisant la création de lien social et d’interconnaissance entre les habitants et une certaine ouverture sur le quartier.

28 Le slogan Fem Ciutat (Faisons la ville) se rapproche volontairement du fameux Fem barri (Faisons le quartier) qui est un slogan très utilisé par les collectifs militants mettant l’accent sur la coconstruction de la ville par ses habitants. Pourtant, ce projet immobilier n’est pas particulièrement participatif ou coopératif.

29 Dans les grandes lignes, leur travail consiste en une centralisation des informations concernant les expulsions à venir et en une médiation avec le propriétaire du logement afin d’éviter les expulsions.

30 El País, 10/03/17 : https://elpais.com/ccaa/2017/03/09/catalunya/1489062643_504047.html.

31 Entretien réalisé en novembre 2016 à Madrid.

32 Cette notion renvoie à celle de valeur d’usage (Lefebvre, 1968). Pour les collectifs barcelonais, le modèle de cession d’usage leur permet de tourner le dos aux conceptions du logement comme valeur d’échange (Lefebvre, 1968).

33 Dans ce modèle, c’est la coopérative qui possède la propriété de l’immeuble, chaque ménage obtenant un droit d’usage d’un logement. Ainsi, les habitants n’ont pas la propriété exclusive de leur logement et ne peuvent pas le vendre, ce qui l’extirpe du marché immobilier. Ainsi, c’est un modèle de logement antispéculatif et, à terme, abordable (D’Orazio, 2012). Pour plus d’informations, voir Miralles Buil, 2015 ; Pointelin, 2016.

34 En effet, la plupart de ces quartiers possède un indice de revenu familial moyen en-dessous de la moyenne barcelonaise (RFM = 100) et ont vu les prix des logements fortement augmenter entre 2014 et 2016, ce qui témoigne de la difficulté croissante d’accès au logement pour les populations modestes de ces quartiers (fig. 5).

35 Voir http://www.laborda.coop/ ou Miralles Buil, 2017b.

36 Mais cette notion de cohabitatge englobe d’autres statuts d’occupation comme la copropriété ou des formes articulant propriété privée et espaces collectifs. Elle se rapproche donc de la notion française d’habitat participatif (Miralles Buil, 2017b).

37 Site de la mairie de Barcelone : https://huit.re/ajuntamentbcn-cohabitatge.

38 Tels que la coopérative de construction Llar Jove connue pour être une coopérative destinée à l’accession à la propriété pour les jeunes. (Grau López, 2009).

39 Entretien avec une militante barcelonaise, réalisé en juillet 2017.

40 En effet, entre les groupes militants et les entreprises immobilières traditionnelles, les positionnements vis-à-vis du concours s’opposent souvent.

41 En effet, la volonté du gérant du logement de Barcelone d’ouvrir le financement du logement social municipal aux investisseurs privés (inspiré du modèle londonien) choque avec la notion de valeur d’usage défendue par les projets de coopératives en cession d’usage barcelonais (inspirés des modèles allemand et danois).

42 El País, 05/03/2018 : https://elpais.com/ccaa/2018/03/04/catalunya/1520184159_397732.html.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 – Structuration du parc résidentiel espagnol
Crédits Réalisation : Miralles Buil
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/4612/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Figure 2 – Promotion de la politique municipale de logement de Barcelone le long des Ramblas
Crédits Source : Miralles Buil, octobre 2016
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/4612/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
Titre Figure 3 – Campagne de valorisation de la location et d’aide à la réhabilitation à Barcelone
Crédits Source : site internet du service logement de la municipalité de Barcelone, http://habitatge.barcelona/​ca/​
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/4612/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 628k
Titre Figure 4 – Réappropriation du langage des associations de quartiers par l’entreprise Soluciones (quartier de Raval, Barcelone)
Crédits Source : Miralles Buil, décembre 2016
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/4612/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 424k
Titre Figure 5 – Projets de coopératives en cession d’usage provenant de collectifs militants à Barcelone (mai 2015)
Crédits Réalisation : Miralles Buil
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/4612/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 440k
Titre Figure 6 – Les projets de cession d’usage provenant des collectifs militants et les terrains municipaux choisis pour le concours de cohabitatge à Barcelone
Crédits Réalisation : Miralles Buil
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/4612/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 600k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Diego Miralles Buil, « La reterritorialisation du secteur du logement et de l’habitat à Barcelone et Madrid. Vers une nouvelle gouvernance urbaine de l’habitat ? »Sud-Ouest européen, 46 | 2018, 23-38.

Référence électronique

Diego Miralles Buil, « La reterritorialisation du secteur du logement et de l’habitat à Barcelone et Madrid. Vers une nouvelle gouvernance urbaine de l’habitat ? »Sud-Ouest européen [En ligne], 46 | 2018, mis en ligne le 03 juillet 2019, consulté le 17 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/soe/4612 ; DOI : https://doi.org/10.4000/soe.4612

Haut de page

Auteur

Diego Miralles Buil

Doctorant en géographie, aménagement et urbanisme, membre scientifique de la Casa de Velázquez (EHEHI, Madrid), université Lumière Lyon II, UMR 5600 Environnement Ville Société (EVS), diego.mirallesbuil@univ-lyon2.fr.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Sud-Ouest européen – Revue géographique des Pyrénées et du Sud-Ouest est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaire du Midi
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search