Navigation – Plan du site

Dynamiques et recompositions d’une filière territorialisée dans la mondialisation : l’exemple du pruneau d’Agen

Examining the dynamics and reshuffle of a local production in a globalized age: the Prune of Agen
Dinámicas y recomposiciones de un sector de actividad territorializada en la mundialización: el ejemplo de la ciruela pasa de Agen
Olivier Ballesta
p. 97-109

Résumés

La production du pruneau d’Agen s’appuie sur un système productif à l’ancrage territorial et l’identité régionale bien affirmés. Mais cette filière prunicole souffre aujourd’hui d’un important déficit de compétitivité face à l’émergence de nouveaux pays exportateurs comme le Chili et la réorientation des aides européennes dans le cadre d’une libéralisation croissante des marchés. La fragilisation de ce système productif impose des réformes ambitieuses afin de moderniser l’outil de production tout en renforçant sur les marchés extérieurs l’image de qualité de ce produit emblématique de la gastronomie du sud-ouest de la France.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Édition régionale de Lot-et-Garonne du 29 octobre 2012.

1Octobre 2012, le journal Sud-Ouest1 publiait la photo prise dans un magasin de Bordertown en Australie d’un sachet de prunes déshydratées portant la double mention, pour le moins contradictoire, pruneaux d’Agen et made in Australia. Quasiment au même moment, en Lot-et-Garonne, des syndicalistes de la Coordination rurale occupaient un supermarché de Monteyral pour dénoncer la présence de pruneaux importés d’Argentine commercialisés sous l’appellation pruneaux d’Agen par une entreprise espagnole. Ce synchronisme souligne les stratégies commerciales conflictuelles et les tentatives d’usurpation qui se cristallisent autour d’un produit alimentaire juridiquement protégé dans le cadre d’une libéralisation des échanges. Le pruneau d’Agen se retrouve donc au cœur d’interactions entre une mondialisation entendue comme un processus d’intégration économique par intensification de flux multiformes (Stiglist, 2006), et une dimension locale souvent porteuse de caractéristiques socio-économiques et culturelles singulières que des acteurs cherchent à valoriser dans un contexte de plus en plus concurrentiel.

2Le pruneau figure parmi les produits gastronomiques les plus emblématiques du sud-ouest de la France. Son association à Agen provient du fait que c’est à partir de cette ville que les cargaisons étaient expédiées par gabarres en direction du port de Bordeaux (Delmas, 2009). Mais plus largement, sa production se rattache indéfectiblement à la région de la Moyenne Garonne, à ses paysages de vergers et à son histoire rurale (Deffontaines, 1932, Charrié, 1986). Le pruneau résulte de la transformation de la prune d’ente, une variété à la robe pourpre récoltée entre la mi-août et la mi-septembre. Les prunes fraîches sont lavées, triées, puis rangées sur des claies que l’on place dans des tunnels de séchage chauffés pendant plusieurs heures afin de réduite leur taux résiduel d’humidité à 22 %. Dans un second temps, les pruneaux sont collectés par les entreprises de transformation qui procèdent au contrôle qualité et à leur calibrage. Elles opèrent ensuite une réhydratation des pruneaux à hauteur de 35 % en les plongeant quelques minutes dans un bain d’eau chaude avant de les conditionner pour la vente. La succession de ces différents stades d’élaboration, auxquels peuvent s’ajouter aussi le dénoyautage et la fabrication de produits plus élaborés, fait de la pruniculture une filière de type agro-industriel.

3Par ailleurs, la concentration géographique des opérateurs et les relations qu’ils entretiennent entre eux lui confèrent un fort ancrage territorial. Le lien d’une telle filière au territoire renvoie au modèle des systèmes productifs localisés (SPL) et à ses différentes déclinaisons (district industriel, cluster…). D’abord forgé par l’expérience des réseaux de PME spécialisées dans les activités manufacturières de la Troisième Italie en référence aux travaux précurseurs d’A. Marshall (Becattini, 1992), ce modèle s’ouvre à d’autres configurations productives, et notamment à celles spécialisées dans des activités agroalimentaires sous signe de qualité (Pecqueur, 2004). Les proximités spatiale, organisationnelle et institutionnelle y revêtent en effet la même importance fondamentale. Face à l’actuelle fragilisation de notre appareil productif et au moment où la sphère politique s’empare de la question cruciale de la compétitivité des territoires, il convient de s’interroger sur les dynamiques et les recompositions de la filière prunicole agenaise au regard des récentes mutations du marché et de la concurrence renforcée d’espaces productifs richement dotés en facteurs.

I – Le pruneau, un produit alimentaire de plus en plus mondialisé

  • 2 La dénomination prunes déshydratées (dried plums) de la FAO ne renvoie pas exclusivement à un produ (...)

4En l’espace d’une vingtaine d’années, la géographie commerciale du pruneau a été marquée par une intensification des échanges à l’échelle internationale qui résulte à la fois d’une diversification des bassins de production et de l’ouverture de nouveaux marchés de consommation. Les exportations mondiales de prunes déshydratées2 ont ainsi progressé en volume de +86,2 % depuis 1990 pour atteindre près de 214 000 tonnes en 2010 (cf. graphique), soit une valeur estimée à 485 millions de dollars (source FAOSTAT). La France, un des berceaux historiques de la production à la tradition exportatrice ancienne (Williot, 2009), profite peu de cette accélération des flux. Dans cette mondialisation en marche, le pruneau s’affirme avant tout, et de plus en plus, comme un produit à l’estampille américaine.

1. Le pruneau, un produit d’exportation américain

5Plus des trois quarts des pruneaux commercialisés dans le monde proviennent en effet du continent américain (fig. 1 et 2). Pendant longtemps, les États-Unis ont occupé une position hégémonique sur ce marché. Leur part a même dépassé les 70 % du total mondial au début des années 1990 quand la production de l’ex-Yougoslavie s’est effondrée. Cette vocation exportatrice s’adosse à un énorme potentiel productif qui puise sa source en France. C’est en effet un marin français, Louis Pellier, qui est à l’origine de la diffusion de cette production. Arrivé au moment de la ruée vers l’or, il s’est reconverti au bout de quelques années comme pépiniériste dans la vallée de Santa Clara. En 1856, son frère Pierre lui ramena de France des greffons de pruniers originaires de Lot-et-Garonne (La petite d’Agen). L’introduction de cette variété, bien adaptée aux conditions climatiques de la région, va amorcer l’essor de la pruniculture californienne qui fournit actuellement la presque totalité de la production du pays. Aujourd’hui, l’aire de production s’est décalée dans les vallées de San Joaquim et de Sacramento qui abrite, à Yuba city, le siège social de la grande coopérative Sunsweet Growers Inc, leader mondial de la transformation de fruits secs. Depuis quelques années, la suprématie nord-américaine est de plus en plus contestée. Alors que le marché intérieur n’absorbe que la moitié des 130 000 tonnes de pruneaux produites chaque année, les superficies cultivées sont devenues des variables d’ajustement en fonction des prix (en baisse depuis 2008) et de la concurrence étrangère. Les vergers ont ainsi perdu un quart de leur superficie en une vingtaine d’années au profit de cultures plus rémunératrices comme les amandes ou les noix et la part de marché des États-Unis ne cesse de décliner face à la montée en puissance de l’Amérique du sud.

Fig. 1 – Les exportations de prunes déshydratées dans le monde en 2010

Fig. 1 – Les exportations de prunes déshydratées dans le monde en 2010

Fig. 2 – Les exportations de prunes déshydratée dans le monde (1990-2010)

Fig. 2 – Les exportations de prunes déshydratée dans le monde (1990-2010)

6La trajectoire du Chili, dont le volume des exportations a quintuplé depuis 1990 pour avoisiner aujourd’hui les 60 000 tonnes, procède d’une logique néolibérale d’insertion dans la mondialisation des échanges par la valorisation d’un potentiel agricole exceptionnel. Les conditions naturelles de la partie centrale du pays, correspondant à la région métropolitaine de Santiago et à celle d’O’Higgins, bénéficient d’un climat méditerranéen idéal pour la maturation des fruits avec des étés chauds et secs, de l’eau abondante pour l’irrigation des vergers ainsi que d’importantes disponibilités foncières. Selon le Ministère de l’agriculture3, la superficie plantée de pruniers européens est passée de 3 164 ha en 2003 à 12 883 ha en 2012 (+307 %). À ces atouts naturels, s’ajoute un coût de main-d’œuvre très bon marché qui fonde le véritable avantage compétitif de ce pays. La firme californienne Sunsweet Growers Inc ne s’y est pas trompée. Elle a implanté deux filiales en 2005 (Agricola et Sunsweet Chile) afin de mieux sécuriser le volume de la production et pénétrer plus facilement certains marchés émergents en profitant de l’antériorité chilienne (Brésil, Russie). La filière prunicole chilienne est structurellement tendue vers l’exportation dont les débouchés absorbent 98 % de la production domestique. Elle repose sur des exploitations agricoles de grande taille et s’organise autour d’entreprises intégrées très puissantes, telle Prunesco qui écoule 15 000 tonnes en moyenne dans une quarantaine de pays.

7Son voisin argentin s’est construit sur le même modèle exportateur avec une temporalité et une intensité à peu près comparables. Le pays a expédie 27 400 tonnes de pruneaux en 2010 mais sa production apparaît davantage fluctuante en raison d’une plus grande vulnérabilité face aux aléas climatiques. Depuis quelques années, l’Argentine peine à soutenir la concurrence chilienne. Ce déficit de compétitivité s’explique par l’éloignement de la zone prunicole de Mendoza vis-à-vis des ports à conteneurs qui alourdit les frais de transport, des coûts de production en hausse et des accords commerciaux avec les grands foyers d’importation globalement moins avantageux que ceux dont bénéficie le Chili.

2. Des exportations françaises de plus en plus malmenées par la concurrence américaine

8Face à cette déferlante américaine, la France apparaît reléguée au rang des acteurs secondaires. Ses exportations ont certes progressé (+ 46 % entre 1990 et 2010) mais à un rythme bien moins soutenu que celui de ses principaux concurrents. De plus, d’importantes fluctuations sont intervenues au cours de cette période. Après un pic en 2004 et 2005 qui a porté les exportations au-delà des 30 000 tonnes, leur volume s’est ensuite nettement contracté (11 000 tonnes en 2010). Et bien que la campagne 2011 révèle un petit sursaut avec 14 000 tonnes expédiées, correspondant à 35 % des 39 700 tonnes produites, le poids relatif de la France s’établit en dessous de 7 % du total mondial.

9Les ventes de pruneaux français se destinent essentiellement aux pays membres de l’Union Européenne qui absorbent plus des deux tiers du volume grâce à des importateurs traditionnels comme la Grèce, l’Italie ou bien la Belgique. Les positions de la France ont été fragilisées par l’agressivité commerciale du Chili dont la part de marché en Europe est passée de 7 % à 36 % entre 1990 et 2010. Cette progression a été notamment facilitée par l’accord bilatéral de libre-échange signé en décembre 2002 qui exonère les pruneaux chiliens de droits de douane (ce qui n’est pas encore le cas des pruneaux argentins et californiens). Alors que la France représente 96 % de la production européenne, elle fournit environ 10 % de la consommation des 26 autres pays membres de l’UE contre un quart à la fin des années 1990. La plus forte érosion s’observe en Allemagne où la France a perdu la place de leader qu’elle occupait à la fin des années 1990 au profit du Chili qui vend désormais un volume quatre à cinq fois plus important qu’elle. Au-delà du territoire communautaire, sa présence se fait encore plus discrète, en particulier sur les marchés émergents qui portent le dynamisme des nouvelles puissances exportatrices. Premier importateur mondial, la Fédération de Russie s’approvisionne majoritairement auprès du bipôle sud-américain. La France, qui avait été pourtant pionnière sur ce marché, n’a pas profité de l’essor récent de la consommation russe. Finalement, seul le marché algérien s’affirme depuis plusieurs années comme un important débouché commercial (2 594 tonnes de pruneaux exportées en 2010).

  • 4 En 2011, le prix moyen de vente à l’entrée de l’UE était de 1,55 euros le kilo pour le pruneau chil (...)

10Si la production française occupe une place marginale dans un système d’échanges en plein essor, sa différenciation à l’international s’opère essentiellement par la qualité. La comparaison, sur la base des statistiques de la FAO, du rapport entre tonnes et valeurs exportées en témoigne. Quand l’Argentine et le Chili affichent respectivement un ratio moyen sur les quatre dernières années de 2,1 et 2,3, les États-Unis enregistrent 2,7 et la France atteint 3,7. Ces écarts traduisent des différences importantes en termes de calibre et d’usage qui conditionnent largement le prix de vente4. Les puissances émergentes fournissent en général des pruneaux de plus petite taille dont une part est transformée par l’industrie agro-alimentaire tandis que la production française est principalement destinée à une consommation de bouche associée à un territoire de production qui fonde son image de marque.

II – Le pruneau d’Agen, une filière territorialisée à l’identité bien affirmée

  • 5 En 1953, la création du Syndicat de défense professionnelle et de recherche sur la pruniculture a f (...)

11La territorialisation de la filière prunicole s’inscrit dans le temps long de l’histoire agricole de la Moyenne Garonne. La variété prune d’ente aurait été mise au point dans la vallée du Lot à la fin du xiie siècle par des moines Bénédictins de l’Abbaye de Clairac (Delmas, 2009). Ces derniers auraient expérimenté avec succès la greffe de plants de pruniers de Damas ramenés des croisades. Le prunier d’ente (du mot « enter » qui signifie greffer) s’est alors révélé supérieur en qualité aux autres variétés grâce à ses gros fruits à la peau fine qui se prêtent particulièrement bien à la dessiccation. Ce potentiel commercial a peu à peu favorisé l’ancrage agenais de la pruniculture, en particulier au début du xxe siècle sous l’impulsion de la compagnie ferroviaire Paris-Orléans (Williot, 2009). De plus, la diffusion des pruniers d’ente sur les coteaux argilo-calcaires et les terres alluviales de la région a été facilitée par sa remarquable intégration au système polycultural dominant. La pruniculture présente l’avantage de mobiliser du travail sur des séquences assez courtes tout en offrant un revenu d’appoint souvent confortable. Encore aujourd’hui, très rares sont les pruniculteurs en situation de monoactivité. La taille moyenne des exploitations n’atteint que 60 hectares dont 9 hectares de pruniers, ce qui tranche avec l’immensité des vergers américains. En outre, le processus d’élaboration du pruneau, tel qu’il s’est localement construit et organisé, favorise les liens coopératifs. Par exemple, beaucoup d’agriculteurs ne disposent pas de stations de séchage individuelles5 ou de capacités de stockage. D’un bout à l’autre de la filière, l’ensemble des interdépendances entre pruniculteurs et entreprises de transformation contribue à la territorialisation de ce produit gastronomique et à l’affirmation de son identité.

1. L’identité agenaise du pruneau, entre promotion et protection

  • 6 Dans un sondage Sofres réalisé en 1996 sur un échantillon de 1 051 personnes de nationalité françai (...)

12Les acteurs de la filière sont rassemblés depuis 1963 au sein du bureau interprofessionnel du pruneau (BIP) dont le siège est implanté à Villeneuve-sur-Lot. Cette structure a joué un rôle déterminant dans la promotion du produit et la construction de son identité agenaise. Le pruneau a été, en effet, l’un des tout premiers produits alimentaires à faire l’objet d’une campagne publicitaire à la télévision dès 1964. Pendant quatre décennies, les publicités se sont évertuées à vanter ses bienfaits pour la santé à travers le fameux slogan « Y’a du tonus dans le pruneau ». Cette stratégie marketing a permis de faire décoller le marché de consommation français qui a doublé de volume entre les années 1960 et les années 1980 (cf. graphique). Le pruneau s’est progressivement imposé chez le consommateur français comme un produit du terroir, « forcément » originaire d’Agen6. Désormais reconnu comme une marque au niveau national, c’est aussi un objet patrimonial que les acteurs locaux cherchent à valoriser (Fraysse, 2009). Un musée lui est dédié à Lafitte-sur-Lot et de nombreuses exploitations familiales s’ouvrent au tourisme rural (vente directe, visite pédagogique, gîte…). Chaque fin d’été à Agen, il se retrouve au centre d’une célébration festive dans le cadre du festival Grand Pruneau Show qui attire plusieurs milliers de personnes venues assister aux concerts et déguster les premiers pruneaux de l’année sortis d’un four installé pour l’occasion en centre-ville.

13Cette dimension identitaire est également associée à un périmètre de production. Depuis 2002, le pruneau d’Agen bénéficie d’une Indication géographique protégée (IGP). La quête de reconnaissance de ce savoir-faire territorialisé est relativement ancienne mais elle n’avait jusque-là pu aboutir faute d’un consensus entre acteurs. Un projet d’Appellation d’origine contrôlée (AOC) avait été abandonné dans les années 1960. Les industriels étaient encore à l’époque réticents à l’idée de se lier juridiquement à une zone de production ; beaucoup ne souhaitant pas se priver de la possibilité de transformer des prunes d’ente issues d’autres régions même si cette pratique s’avérait marginale dans les faits. Finalement, la libéralisation du marché mondial et les menaces d’usurpation qui commençaient à peser sur l’appellation agenaise ont incité les acteurs de la filière à se regrouper en 1994 au sein du Syndicat du pruneau d’Agen afin d’accompagner une demande de labellisation IGP. Son aire géographique couvre 118 cantons répartis sur six départements (fig. 3). Cette délimitation s’inscrit dans la continuité de celle adoptée en 1957 par le Syndicat de la prune d’ente de l’Agenais à l’exception de quelques petites retouches sur ses marges (Laporte, 1976).

Fig. 3 – L’indication géographique protégée Pruneau d’Agen

Fig. 3 – L’indication géographique protégée Pruneau d’Agen

14Le cœur de la zone productive se situe en Lot-et-Garonne où sont concentrés les trois quarts des 13 200 hectares de vergers ainsi que 90 % des 1 369 exploitations agricoles (inventaire 2012/2013 du BIP). Les coteaux et terres alluviales du Villeneuvois abritent les plus vastes superficies de pruniers d’ente (notamment dans les cantons de Cancon, Sainte-Livrade-sur-Lot, Penne d’Agenais) alors que le canton de Duras s’impose comme un second foyer de moindre importance. Au-delà du cadre lot-et-garonnais, l’aire IGP englobe la majeure partie du Tarn-et-Garonne, le nord du Gers, l’est de la Gironde, le sud de la Dordogne ainsi que la bordure occidentale du Lot et la région de Figeac. Le périmètre IGP fournit au total près de 95 % de la capacité de production française (les 5 % restants se partagent entre le Bas-Languedoc, la Provence et la Corse).

15Ce dispositif juridique garantit aux consommateurs que l’appellation « pruneaux d’Agen » concerne obligatoirement des prunes d’ente issues de vergers situées au sein du périmètre IGP et que les fruits sont séchés, transformés et conditionnés par des entreprises implantées sur ce territoire. Les pruniculteurs sont soumis à un cahier des charges concernant la taille des pruniers, la maturité des fruits, les conditions de séchage… Un organisme certificateur (Qualisud) garantit par ses contrôles son bon respect. Les exigences qualitatives requises apparaissent suffisamment draconiennes pour qu’en moyenne environ un tiers de la production ne bénéficie pas de l’appellation. L’IGP est donc un instrument de reconnaissance d’une identité géographique et d’un savoir-faire collectif. Cette délimitation sert de cadre juridique à un système productif dont le poids économique s’avère primordial pour l’économie locale.

2. Un système productif sous tensions

16La filière pruneaux générerait selon le BIP quelque 8 000 emplois directs et indirects pour un produit brut agricole de 92 millions d’euros par an et un chiffre d’affaires commercial estimé à 130 millions d’euros. Sa partie amont se compose des producteurs de prune d’ente rassemblés sous l’appellation d’origine protégée (AOP) « comité économique du pruneau ». Elle comprend sept organisations de producteurs (OP) dont trois coopératives : France prune, la plus importante, implantée à Casseneuil, l’Union des Pruniculteurs de France (UPF) de Sainte-Livrade-sur-Lot et la SICA Prunidor de Bergerac. Les quatre autres OP de la filière ont un statut associatif : l’Union des pruniculteurs individuels (UPI) et le syndicat des producteurs des pruneaux d’Agen (SYNPPA), toutes deux basées à Villeneuve-sur-Lot, le syndicat des pruniculteurs sécheurs indépendants (SYPRUSI) de Clairac et enfin le syndicat Sud-Ouest Bio de Saint-Sylvestre-sur-Lot. À l’autre bout de la chaîne, on retrouve 28 entreprises de transformation cependant qu’une vingtaine de petites sociétés assurent à la fois le rôle de producteur et de transformateur. Le système intègre également une gamme diversifiée d’activités périproductives : des pépiniéristes agréés par le BIP, des fournisseurs de produits phytosanitaires, des entreprises de machines agricoles etc. La mécanisation de la récolte étant devenue systématique, des entreprises locales ont développé un savoir-faire reconnu dans la fabrication de machines spécialisées ou la construction de stations de séchage (CMV à Villeneuve-sur-Lot, Agriméca à Tombebœuf). La concentration géographique des entreprises et des organisations de producteurs confirme la partie villeneuvoise de la vallée du Lot comme le véritable axe structurant du système productif alors qu’Agen occupe une place périphérique dans ce réseau territorialisé (fig. 3).

17Les récentes difficultés financières rencontrées par certaines entreprises semblent valider l’hypothèse d’une fragilisation de la filière prunicole face à la nouvelle donne commerciale évoquée plus haut. En 2008, l’entreprise Laparre, numéro deux des transformateurs, a fait faillite, provoquant le licenciement de 104 salariés à Castelnaud-de-Gratecambe (canton de Cancon). Sa chute a également entraîné la liquidation judiciaire de ses deux filiales spécialisées dans l’administration d’entreprises et le dénoyautage des pruneaux avec à la clé une quarantaine de licenciements supplémentaires. Laparre a été la première victime d’une concurrence qui s’est intensifiée entre opérateurs locaux pour écouler des stocks qui ne trouvaient plus preneurs à l’étranger. Cette faillite a également altéré le fragile équilibre qui régnait au sein du secteur de la transformation. Les 7 000 tonnes que Laparre traitait annuellement ont vite fait des envieux. Une nouvelle guerre des prix s’est alors déclenchée et deux entreprises ne s’en sont pas remis. La société Brisson (60 salariés), installée à Pineuilh en Gironde, a été placée en redressement judiciaire en juillet 2012. Elle était leader dans le secteur du bio et traitait 6 000 tonnes de pruneaux par an. L’entreprise bergeracoise Prunidor (55 salariés) a fait l’objet d’une mesure de sauvegarde de la part du tribunal de commerce en octobre 2012. Seule l’entreprise leader Maître Prunille disposait de l’assise financière suffisante pour résister à un contexte de forte tension sur les prix qui a largement profité à la Grande Distribution. La disparition de Laparre, sur laquelle s’adossaient les petits transformateurs pour faire contrepoids à Maître Prunille, confère à cette dernière une position hégémonique.

3. Le groupe France Prune-Maître Prunille, acteur plus que jamais incontournable de la filière

18Maître Prunille forme avec la coopérative de producteurs France Prune une double entité par laquelle transite désormais près des deux tiers de la production de l’IGP. France Prune est née en 1963 de la fusion de plusieurs coopératives de séchage et elle rassemble aujourd’hui 550 pruniculteurs. Le groupe emploie au total quelque 500 salariés permanents dont 300 dans son établissement de Casseneuil en bordure du Lot. Une centaine de personnes travaille dans un second site dédié au calibrage et au stockage des pruneaux à Saint-Quentin-du-Dropt, dans le nord du Lot-et-Garonne. Maître Prunille a cherché à diversifier la gamme de ses produits alimentaires à l’instar de ses concurrents californiens ou chiliens. Cette stratégie l’a amené à acquérir un troisième site dans les Bouches-du-Rhône, où une centaine de salariés traite différents fruits secs (amandes, noisettes, pistaches…).

19Le groupe agroalimentaire tend à s’autonomiser du reste de la filière et à se démarquer de l’identité historique du produit. Sa communication privilégie sa marque commerciale plutôt que l’appellation générique Pruneau d’Agen qui se fait de plus en plus discrète sur ses sachets. La puissance de Maître Prunille place également une grande partie de la filière amont sous sa dépendance. La coopérative France Prune n’est en effet pas la seule OP à l’approvisionner ; d’autres organisations comme l’UPI ou SYPRUSI lui vendent leur production. Ainsi, quand un conflit éclate à l’automne 2011 entre transformateurs et producteurs à propos d’une demande de ces derniers pour renégocier à la hausse le prix de vente des pruneaux suite à une récolte calamiteuse causée par des intempéries, le refus de Maître Prunille déclenche le blocage immédiat de l’entreprise par les pruniculteurs. Même si le conflit s’est réglé assez rapidement sur la base d’un compromis, il témoigne tout de même d’un climat dégradé que le rallongement des délais de paiements aux producteurs et les prélèvements à l’exportation n’arrangent pas.

  • 7 La consommation de pruneau par habitant (500 grammes par habitant) ne progresse plus. Elle est d’ai (...)

20Les tensions internes à la filière n’ont cessé de croître à mesure que s’exacerbait la concurrence sur les marchés extérieurs où les transformateurs français étaient traditionnellement bien implantés. La perte de compétitivité a finalement réorienté les stratégies commerciales sur un marché domestique désormais atone7. L’avenir du système productif passe donc par une meilleure insertion dans les échanges mondiaux. Cette quête renouvelée de compétitivité constitue un véritable enjeu de développement pour le territoire de l’IGP.

III – Une filière à la recherche d’un nouveau souffle de compétitivité

21L’essor de la production française de pruneaux ne peut être dissocié du processus d’intégration européenne et des mécanismes de soutien de la politique agricole commune (PAC). Quand, au début des années 1980, le marché domestique a commencé à montrer ses premiers signes de saturation, les exportations ont pris avantageusement le relais de la croissance (fig. 4). L’espace européen offrait alors un cadre protégé et des marchés en expansion pour une filière prunicole qui n’avait pas encore à affronter la concurrence sud-américaine. Localement, d’influents relais politiques comme J. François-Poncet ont œuvré à Bruxelles ou à Paris pour conforter cette filière agroalimentaire. La remise en cause conjointe du modèle productiviste et du protectionnisme communautaire marque un tournant difficile à négocier pour l’ensemble de la profession.

Fig. 4 – Production et vente du pruneau d’Agen

Fig. 4 – Production et vente du pruneau d’Agen

1. La réorientation des aides européennes et ses effets pernicieux

22Appliqué à la pruniculture, le principe de découplage des aides européennes qui découle des accords de Luxembourg de 2003 présente des effets pernicieux qui pourraient menacer à terme la pérennité de la production et la compétitivité de la filière. Pendant une trentaine d’années, les aides européennes ont été versées aux producteurs via les entreprises de transformation qui garantissaient en retour un prix minimum d’achat aux pruniculteurs. Ce mécanisme de soutien incitait ces derniers à produire, en particulier des fruits de gros calibre. Mais il présentait aussi le risque d’une surproduction chronique que l’Interprofession devait réguler en interne par des campagnes d’arrachage (entre 1997 et 1999 notamment).

23Depuis 2008, la réforme de l’organisation commune du marché (OCM) fruits et légumes place les surfaces cultivées au cœur des aides européennes en y associant un principe de conditionnalité. Tout pruniculteur devient éligible dès lors qu’il possède un minimum de 30 ares de vergers et qu’il adhère à une organisation de producteurs sous contrat avec une ou plusieurs entreprises de transformation agréées. Sur la base des superficies cultivées en 2007, une enveloppe de 40 377 millions d’euros a ainsi été affectée à la pruniculture. Cette aide représente environ 2 800 euros par hectare. Les producteurs y ont d’abord vu une assurance face aux aléas climatiques qui font tant varier les récoltes. À partir de 2011, le quart de l’enveloppe n’a plus été soumis à l’obligation de production et en 2013 le découplage est devenu total (il devrait en être de même l’année suivante). Ainsi, les pruniculteurs perçoivent des aides financières à la surface sans conditionnalité d’entretien ni de production. Les responsables de la filière ont exprimé leur crainte de voir se développer des « vergers à primes » en marge du circuit productif. La tentation peut en effet être grande de se reconvertir dans des cultures conjoncturellement plus porteuses comme la noisette ou bien les céréales. Par ailleurs, une telle rente n’incite pas les pruniculteurs proches de la retraite à entretenir ou à développer leur outil de production. La durée du retour sur investissement pour toute nouvelle plantation (au minimum 15 ans) favorise l’attentisme des producteurs dans le contexte européen actuel. L’effet pernicieux de la réforme de la PAC n’a pu être encore estimé sur un plan statistique mais il risque fort de marquer de son empreinte le paysage agraire à travers une augmentation des vergers en friche.

24La question productive se retrouve désormais au cœur des enjeux que cristallise la pruniculture. Alors que la structure par âge des agriculteurs va mécaniquement faire baisser les effectifs dans les années à venir et que les vergers ont été insuffisamment renouvelés, le premier des défis à relever concerne le rajeunissement de l’outil de production agricole et sa productivité.

2. Un plan de reconquête de la compétitivité pour la filière du pruneau d’Agen

  • 8 La production d’un verger traditionnel planté en gobelet décline à partir de 25 ans.

25L’Interprofession a lancé en janvier 2013 un plan de reconquête de la compétitivité qui donne la priorité à l’accroissement des rendements. Actuellement, le rendement moyen plafonne à 3,5 tonnes à l’hectare en raison d’un âge moyen des vergers estimé à 28 ans8. La solution consiste à replanter en augmentant la densité des arbres au sol. Traditionnellement, les pruniers d’ente étaient plantés tous les 7 mètres, soit environ 240 arbres à l’hectare. Désormais, les plantations en axe (470 arbres par hectare) sont amenées à se développer ; elles représenteraient aujourd’hui moins de 15 % des vergers selon S. Auneau, le pruniculteur en charge du plan de reconquête. Alors qu’un verger traditionnel atteint son rendement maximum au bout de 7-8 ans, le verger en axe démarre sa production à plein régime plus tôt et la poursuit sur une durée plus longue. L’expérimentation de haies fruitières (1 000 arbres à l’hectare), pour l’instant marginale, donnerait des résultats encore plus performants en termes de longévité et de rendement. La densification des vergers comporte néanmoins un inconvénient majeur. Elle oblige les pruniculteurs à revoir leur méthode de ramassage. Les machines actuelles qui utilisent la technique de la vibration (l’arbre est secoué au niveau du tronc par un bras mécanique) ne sont pas adaptées à un semis plus dense de pruniers. L’adoption d’une nouvelle technique (la soufflerie par exemple) impliquerait de lourds investissements que la plupart des producteurs ne pourraient consentir sans un soutien financier.

26L’amélioration de la compétitivité-coût passe aussi par la recherche d’économies lors de la phase de déshydratation de la prune. Les tunnels de séchage fonctionnent aujourd’hui au gaz propane et l’opération représente en moyenne 50 % du coût de production du pruneau quand la concurrence chilienne opte encore pour un séchage au soleil. L’éparpillement au sein du périmètre IGP de petites stations de séchage souvent vieillissantes plaide pour la réalisation d’économies d’échelle par mutualisation de fours modernes moins gourmands en énergie. Mais au-delà de ces aspects techniques, la redynamisation d’un tel système productif dépend beaucoup de la compétitivité hors-coût et de sa différenciation sur un plan qualitatif vis-à-vis de la concurrence des pays émergents.

3. Les limites de l’IGP comme outil promotionnel de qualité à l’international

27Notion polymorphe souvent chargée d’ambiguïté, la qualité est essentiellement assimilée par les acteurs de la filière à un calibre supérieur et à certaines considérations organoleptiques (en particulier le moelleux du fruit). La défense de cette qualité est une préoccupation ancienne. Elle était déjà au centre des préoccupations face à l’émergence de la concurrence californienne lors du premier congrès de la prune et du pruneau organisé à Agen en 1927 (Williot, 2009). Aujourd’hui, l’IGP fournit le cadre géographique et juridique à sa promotion tout en garantissant aux consommateurs la bonne traçabilité du produit. Cette adéquation au territoire constitue le plus sûr des avantages compétitifs sur le marché domestique. Preuve de ce formidable capital de notoriété, la place marginale des importations.

28Mais sur les marchés extérieurs, là où précisément le pruneau d’Agen est en perte de vitesse, les bénéfices de l’appellation IGP sont moins évidents. La confusion habilement entretenue par la concurrence entre le nom variétal et l’appellation juridique favorise les usurpations. La protection de cette identité au-delà des frontières implique la négociation d’accords bilatéraux. Ainsi, en novembre 2012, la Commission européenne a signé un accord de réciprocité avec la Chine qui intègre le pruneau d’Agen parmi un groupe de 10 produits alimentaires européens qui seront dorénavant protégés par les autorités chinoises. L’enjeu est de taille pour ce marché encore balbutiant où le « label France » peut être un véritable atout commercial. La politique de voisinage européenne (PEV) s’est également saisie de cette question (accord en 2011 avec la Moldavie, pays producteur de pruneaux).

29Au sein de l’espace communautaire, le label IGP justifie un prix de vente plus cher mais ce différentiel semble aussi une arme à double tranchant s’il n’est pas accompagné d’une stratégie marketing. Le cas de l’Allemagne est sur ce plan symptomatique car l’appellation pruneau d’Agen n’a pas résisté à la déferlante des exportations chiliennes de produits meilleur marché. L’attrait des consommateurs européens pour la qualité prend aussi d’autres formes avec en particulier une demande en produits bio en pleine expansion. Aussi peut-on se demander si le renouveau productif de la filière ne serait pas en partie conditionné par sa capacité à soutenir la production sous label bio. C’est en tout cas un levier potentiel qui n’apparaît pas dans les grandes priorités du plan de relance. Néanmoins, la production au sein du périmètre IGP ne cesse de se développer. À la fin de l’année 2012, la filière comptait 47 exploitations bio et 63 étaient en reconversion pour une surface totale de 1 032 hectares.

30Cette quête de compétitivité appelle en tout état de cause des restructurations ambitieuses que seule une gouvernance efficace peut porter au niveau local. Sous la pression du ministère et la houlette d’un médiateur, la filière a engagé une réforme interne afin de sortir de la situation de blocage dans laquelle la multiplication des structures et l’exacerbation des tensions entre acteurs l’avaient placée. La réforme de l’Interprofession apporte une simplification dans le but d’alléger les coûts de fonctionnement tout en opérant un rééquilibrage au profit d’une meilleure représentativité des transformateurs (Maître Prunille ne figurait même pas dans l’ancienne organisation interprofessionnelle). La réforme dégage ainsi deux collèges au sein desquels les décisions sont dorénavant prises à la majorité. L’un rassemble l’AOP nationale « Comité économique du pruneau » composée des 7 organisations de producteurs ; l’autre comprend les entreprises de transformateurs. Cette nouvelle gouvernance est censée mieux répondre aux défis que doit désormais relever la filière en matière de productivité et de promotion du produit générique.

31La mondialisation des échanges confronte deux modèles productifs. Face à la puissance exportatrice de l’Amérique avec en particulier l’émergence du Chili dont la production est quasi exclusivement tournée vers la conquête de nouveaux marchés, la filière prunicole française souffre aujourd’hui d’un grave déficit de compétitivité. La culture de la prune d’ente et la production de pruneau d’Agen ont façonné un système productif territorialisé caractérisé par des liens coopératifs anciens, un savoir-faire collectif et une identité régionale désormais protégée par une IGP. Cette filière se retrouve aujourd’hui à un tournant majeur de son histoire. Les pertes de parts de marché à l’étranger ont contraint les opérateurs locaux à se recentrer sur un marché domestique atone au moment où la réforme des aides européennes interroge la pérennité de l’outil de production. Le fragile équilibre entre producteurs et transformateurs apparaît de plus en plus menacé et la partie aval de la filière est déstabilisée par des difficultés économiques qui placent le groupe France Prune et sa filiale commerciale Maître Prunille en position hégémonique. Le renouveau de la pruniculture passe pourtant par davantage de solidarités internes et l’instauration d’une gouvernance plus efficace, seule capable de donner un nouvel élan productif à la filière. Cette dernière doit ainsi consentir à des réformes ambitieuses pour améliorer sa productivité tout en renforçant sa stratégie de différenciation par la qualité qui pourrait par exemple s’appuyer sur une demande d’AOC ou bien sur des opérations marketing à destination des marchés extérieurs associant le pruneau d’Agen à d’autres produits du terroir sous signe de qualité. Cette ambition collective implique aussi de lourds investissements qui interpellent la sphère politique à tous les échelons quant au maintien de l’économie productive dans ces territoires à dominante rurale.

Haut de page

Bibliographie

Amblard C., World prune production, statistical update, International Prune Association, 2012. En ligne : http://www.ipaprunes.org/En/documents/C2012/2301%20World%20Stats.pdf (consulté le 11 décembre 2012).

Amblard C., L’organisation d’une filière de production alimentaire : le pruneau d’Agen, Comité économique du pruneau, 2012. En ligne : http://www.chaireunesco-adm.com/IMG/pdf/121213amblard.pdf (consulté le 11 décembre 2012).

Becattini G., « Le district marshallien : une notion socio-économique », in Benko G., Lipietz A. dir., Les régions qui gagnent ; districts et réseaux, les nouveaux paradigmes de la géographie économique, Paris, PUF, 1992, p. 35-45.

Charrié J.-P., Villes et bourgs en Agenais, Thèse de doctorat d’État, Université de Bordeaux 3, 1986, 806 p.

Deffontaines P., Les hommes et leurs travaux dans les pays de la Moyenne Garonne (Agenais, Bas-Quercy), Lille, SILLEC, 1932, 462 p.

Delmas J.-M., « 4 000 ans de la petite histoire des pruneaux », in Marache C. dir., Les produits des terroirs aquitains, Académie des Sciences, Lettres et Arts d’Agen, 2009, p. 349-362.

Di Méo, Géographie sociale et territoires, Nathan Universités, 2001, 317 p.

Ditter V., « Les systèmes productifs locaux vitivinicoles : concepts, exemples et enseignements possibles pour la France et la Bourgogne », Cahiers du CEREN, n° 10, Dijon, 2005.

Duguet V., « Le pruneau d’Agen », Le Festin, n° 54, 2005.

Filippi M., Torre A., coord., Proximités et changements socio-économiques dans les mondes ruraux, Inra Éditions, 2005, 324 p.

Fraysse P., « Le pruneau d’Agen : de la construction d’un patrimoine à l’invention d’une identité collective », in Marache C. dir., Les produits des terroirs aquitains, Académie des Sciences, Lettres et Arts d’Agen, 2009, p. 197-207.

Laporte N., La prune d’Ente, Mémoire de Maîtrise, Université de Bordeaux 3, 1976, 154 p.

Pecqueur B., « Vers une géographie économique et culturelle autour de la notion de territoire », Géographie et Culture, n° 49, 2004, p. 71-86.

Pecqueur B., Zimmermann J.-B., L’économie de proximité, Paris, Économica, 2003,.

Rieutort L., « Dynamiques rurales françaises et re-territorialisation de l’agriculture », L’information géographique, n° 1, 2009, p. 30-45.

Williot J.-P., « Une revendication territoriale mise en concurrence : le pruneau d’Agen au début du xxe siècle », in Marache C. dir., Les produits des terroirs aquitains, Académie des Sciences, Lettres et Arts d’Agen, 2009, p. 267-281.

Références Internet :

http://www.pruneau.fr/index.html

http://parolesdepruniculteurs.wordpress.com

http://www.californiadriedplums.org

http://www.chilealimentos.cl/es

http://www.ipaprunes.org

http://www.reussirfl.com

Haut de page

Notes

1 Édition régionale de Lot-et-Garonne du 29 octobre 2012.

2 La dénomination prunes déshydratées (dried plums) de la FAO ne renvoie pas exclusivement à un produit assimilable au pruneau d’Agen. D’une manière plus marginale, il peut également s’agir de prunes séchées issues d’autres variétés destinées par exemple à la fabrication d’alcool.

3 http://www.odepa.gob.cl/odepaweb/agrodatos/frutales.xls

4 En 2011, le prix moyen de vente à l’entrée de l’UE était de 1,55 euros le kilo pour le pruneau chilien, de 2,18 euros le kilo pour le pruneau californien et de 2,77 euros le kilo pour le pruneau d’Agen (reussirfl.com).

5 En 1953, la création du Syndicat de défense professionnelle et de recherche sur la pruniculture a favorisé la mise en place de stations collectives de séchage.

6 Dans un sondage Sofres réalisé en 1996 sur un échantillon de 1 051 personnes de nationalité française, à la question qu’évoque pour vous Agen ? 84 % des sondés répondaient le pruneau, 16 % citaient le rugby, 12 % la chaleur et le soleil, 9 % le sud.

7 La consommation de pruneau par habitant (500 grammes par habitant) ne progresse plus. Elle est d’ailleurs très élevée comparée à celle des autres pays européens. Seule la Finlande dépasse la France.

8 La production d’un verger traditionnel planté en gobelet décline à partir de 25 ans.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Les exportations de prunes déshydratées dans le monde en 2010
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/478/img-1.png
Fichier image/png, 300k
Titre Fig. 2 – Les exportations de prunes déshydratée dans le monde (1990-2010)
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/478/img-2.png
Fichier image/png, 53k
Titre Fig. 3 – L’indication géographique protégée Pruneau d’Agen
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/478/img-3.png
Fichier image/png, 212k
Titre Fig. 4 – Production et vente du pruneau d’Agen
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/478/img-4.png
Fichier image/png, 90k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Olivier Ballesta, « Dynamiques et recompositions d’une filière territorialisée dans la mondialisation : l’exemple du pruneau d’Agen », Sud-Ouest européen, 36 | 2013, 97-109.

Référence électronique

Olivier Ballesta, « Dynamiques et recompositions d’une filière territorialisée dans la mondialisation : l’exemple du pruneau d’Agen », Sud-Ouest européen [En ligne], 36 | 2013, mis en ligne le 18 septembre 2014, consulté le 20 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/soe/478 ; DOI : 10.4000/soe.478

Haut de page

Auteur

Olivier Ballesta

Maître de conférences, UMR ADES 5185, Université de Bordeaux 3 ; ballesta@u-bordeaux3.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Sud-Ouest européen – Revue géographique des Pyrénées et du Sud-Ouest est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaire du Midi
  • OpenEdition Journals