Navigation – Plan du site

Appellations d’Origine Protégée oléicoles, terroirs et territoires méditerranéens : une analyse comparative entre les appellations oléicoles en France et en Andalousie

Protected Designations of Origin in Mediterranean terroirs and territories: A Comparative Analysis of Designations for Olive Oil in France and Andalusia
Las denominaciones de origen oleícolas, ‘terroir’ y territorios mediterráneos: un análisis comparativo entre las denominaciones oleícolas en Francia y en Andalucía
Stéphane Angles, Julie Veysseyre et Marianne Cohen
p. 123-133

Résumés

Depuis les années 1990, les appellations d’origine protégée pour des produits oléicoles se sont multipliées en France et en Espagne, mais les filières de ces deux pays ont suivi des processus et des modèles bien différents. Une place importante a été accordée à l’olivier dans les politiques de développement territorial en raison du caractère emblématique et identitaire que revêt cet arbre et cela repose principalement sur les perceptions des paysages oléicoles locaux. Une grande différence s’observe entre l’image très positive de l’oléiculture en France méditerranéenne où, malgré des surfaces réduites, l’olivier est fréquemment mobilisé, et l’image brouillée, voire négative, en Andalousie où les acteurs locaux peuvent difficilement utiliser les atouts de la première région oléicole mondiale.

Haut de page

Texte intégral

1En 1975 était reconnue la première appellation d’origine contrôlée pour une production d’huile d’olive. Dès lors, les indications géographiques oléicoles se sont multipliées au sein de l’Union européenne pour atteindre en 2012 le nombre de 129 (110 pour des huiles d’olive, 18 pour des olives de table et 1 pour de la pâte d’olives). Ces indications géographiques oléicoles résultent de très anciennes pratiques agricoles et commerciales qui visaient à différencier des huiles d’olive de qualité en provenance de régions de production renommées. C’est aussi le reflet de stratégies plus récentes déployées par les filières oléicoles et de nombreux territoires dans le but de promouvoir leurs productions et les régions concernées. Face à la baisse générale des cours de l’huile d’olive observée depuis 2005, à un marché mondial qui tend à atteindre une certaine maturité, à la diminution des aides européennes et à des ventes d’huile d’olive contrôlées par des grandes sociétés de négoce ou de distribution, les filières oléicoles souhaitent favoriser les indications géographiques oléicoles pour bénéficier d’une meilleure visibilité auprès de leurs clientèles et d’une meilleure valorisation de leurs productions.

2Devant ce constat, notre travail s’intéresse à l’analyse des processus et des politiques développés dans le secteur et les régions oléicoles afin de mettre en lumière le rôle croissant accordé à l’olivier dans le développement territorial grâce aux indications géographiques. Cet arbre et ses produits sont des éléments emblématiques des régions méditerranéennes au point de représenter des référents identitaires largement reconnus et mobilisés par les sociétés locales. Nous souhaitons mettre en exergue la place occupée par l’olivier dans ces démarches tant au niveau des filières oléicoles que dans les territoires dans lesquels elles s’inscrivent. En effet, l’impact et l’efficience des indications géographiques oléicoles vis-à-vis de leurs terroirs ne semblent pas dépendre de la place réelle de l’oléiculture en termes de superficies occupées ou de productions mais beaucoup plus des perceptions fondées sur les liens établis entre l’olivier et le territoire concerné. Ces perceptions sont largement ancrées sur des représentations identitaires et historiques des régions productrices dans lesquelles l’olivier joue un rôle majeur dans l’identification méditerranéenne et dans l’image traditionnelle qui distingue les régions concernées et leurs productions agricoles. Pour cela, nous nous appuierons sur les exemples des appellations oléicoles françaises et andalouses afin d’analyser la place croissante et très variable de l’oléiculture dans ces territoires. Par le prisme de l’olivier, nous entendons ainsi interroger les relations qui se tissent entre productions agricoles, terroirs et territoires méditerranéens.

I – La multiplication des Indications Géographiques oléicoles comme stratégie de développement sectoriel

3Depuis l’Antiquité, les produits oléicoles ont toujours fait l’objet d’une différenciation qualitative reconnue par les négociants et les consommateurs. Des témoignages anciens ou la valeur accordée à certaines huiles d’olive selon leurs origines prouvent la reconnaissance d’une réputation historique au profit de quelques régions oléicoles. Les huiles d’Aix-en-Provence, de Ligurie ou d’Alcañiz (Espagne) bénéficiaient d’une excellente renommée qui ne s’est jamais démentie depuis le Moyen-Âge (Amouretti, Comet, 1992 ; March, Rios, 1989 ). Il faut pourtant attendre les années 1970 pour qu’apparaissent les premières appellations d’origine oléicoles reconnues à un niveau national (en l’occurrence, une Denominación de Origen par ordre du Ministère espagnol de l’Agriculture) : ce sont les appellations catalanes de Borjas Blancas (devenue Borges Blanques puis Les Garrigues, province de Lérida) et de Siurana (province de Tarragone) qui bénéficient de ces premières reconnaissances. En Andalousie, la première appellation d’huile d’olive est octroyée par le Ministère espagnol en 1988 à la région de Baena (province de Cordoue), puis à la Sierra de Segura (province de Jaén) en 1993. Le caractère pionnier des démarches espagnoles s’expliquait par la très grave crise que traversait le secteur oléicole au cours des décennies 1970 et 1980 : les cours de l’huile d’olive étaient très bas et la consommation d’huile d’olive diminuait face à la concurrence des huiles de graine. Quelques régions oléicoles, poussées par le dynamisme du négoce en Catalogne ou par l’action de personnalités locales, comme Juan Bautista de la Torre dans la Sierra de Segura, ont opté pour une voie qualitative. Cette stratégie, très vite couronnée de succès en Catalogne, prit plus de temps en Andalousie car la reconnaissance du Ministère exigeait qu’au moins 10 % de la production locale soit sous appellation : la Sierra de Segura mit 14 ans pour obtenir la reconnaissance officielle après l’appellation provisoire octroyée dès 1979.

4En France, la production oléicole de Nyons (département de la Drôme) avait obtenu une première reconnaissance juridique après décision du Tribunal de Grande Instance de Valence en 1968 (Pagnol, 1975). Il faut attendre 1994 pour que l’huile d’olive et les olives de Nyons ne deviennent les premières AOC oléicoles françaises. Depuis 1992, date du règlement européen R2081/1992 relatif aux appellations d’origine protégée, ces dernières se sont multipliées rapidement dans le secteur oléicole et il y en a désormais 129 dans l’Union européenne (43 en Italie, 35 en Grèce, 29 en Espagne, 12 en France, 9 au Portugal et 1 en Slovénie). La grande majorité de ces indications géographiques oléicoles sont des AOP puisqu’on ne compte que 14 IGP (12 en Grèce, 1 en Italie et 1 au Portugal). Les filières oléicoles de tous les pays européens ont donc opté pour un accroissement rapide des indications géographiques oléicoles destinées à valoriser leurs productions et à se distinguer d’une production de masse en huile d’olive dont les cours ne cessent de baisser. Toutefois, ces chiffres ne sont guère représentatifs de la place réelle occupée par l’oléiculture car les appellations françaises sont nombreuses par rapport aux faibles superficies oléicoles en France (45 000 hectares). En revanche, l’Andalousie, première région oléicole mondiale, ne compte que 12 appellations oléicoles, soit autant que la France, alors qu’elle possède 1,5 million d’hectares d’oliveraies et une production oléicole 200 fois supérieure à la France !

5La démarche en faveur des appellations oléicoles est similaire en France et en Andalousie puisqu’elle vise à valoriser les productions locales et à reconnaître les savoir-faire et les typicités liés aux terroirs. En outre, les projets de nouvelles appellations marquent la volonté de couvrir la majorité des régions oléicoles françaises et andalouses. Les contextes sont cependant très différents : les superficies concernées sont absolument incomparables. Les surfaces oléicoles des aires d’appellation andalouses atteignent voire dépassent l’ensemble des surfaces oléicoles françaises. Ainsi l’appellation Sierra Mágina, dans la province de Jaén, compte 61 000 hectares d’oliviers et celle de Poniente de Granada regroupe 70 000 hectares. Il fut même question de constituer une appellation Campiñas de Jaén concernant plus de 370 000 hectares d’oliviers, mais ce projet est désormais orienté vers une future IGP. Les productions respectives sont encore plus dissemblables : les appellations françaises d’huile d’olive correspondent à des volumes de quelques centaines de tonnes (200 tonnes pour l’appellation Nyons, par exemple) alors que les appellations andalouses dépassent largement le millier de tonnes (4 500 tonnes en AOP pour la Sierra Mágina, 3 000 tonnes pour la Sierra de Segura). Malgré de telles quantités, les productions sous appellation sont très minoritaires face aux énormes volumes d’huile d’olive produits en Andalousie : pour la Sierra Mágina, la part de la production en AOP représente annuellement entre 15 et 20 % de la production totale. En revanche, les productions oléicoles françaises sont beaucoup plus orientées vers les labels qui concernent plus de la moitié des volumes produits, en particulier dans les aires les plus renommées comme celle de Nyons ou de la Vallée des Baux-de-Provence.

6Les raisons qui ont conduit cette multiplication des appellations d’origine oléicoles reposent, en premier lieu, sur la conjoncture récente. Au cours des décennies 1980 et 1990, la consommation mondiale d’huile d’olive a enregistré une forte augmentation en lien avec la découverte des bienfaits de l’huile d’olive : cela a accru les achats d’huile d’olive dans des pays qui en consommaient peu auparavant et cela a permis une reconquête des marchés intérieurs des pays méditerranéens aux dépens des huiles de graine. Les cours de l’huile d’olive ont ainsi fortement augmenté jusqu’au milieu des années 2000. Depuis, les prix de l’huile d’olive connaissent une baisse qui grève la rentabilité de l’oléiculture. Parallèlement, les réformes de la Politique Agricole Commune ont modifié et réduit les aides européennes en direction du secteur européen de l’huile d’olive qui ne bénéficie plus d’une valorisation au-dessus des cours mondiaux. De même, les ventes d’huile d’olive sont largement contrôlées par un petit nombre d’acteurs comprenant quelques grands groupes huiliers comme l’espagnol Deoleo (ex-Sos Cuetara, n° 1 mondial des ventes d’huile d’olive) et les grandes centrales d’achat qui achètent à bas prix l’huile d’olive en vrac dans les moulins (Mili, Gatti, 2005). En outre, d’innombrables oliveraies ont été plantées récemment et les modes de production se sont intensifiés avec un développement de l’oléiculture irriguée et des vergers à haute densité. Face à un tel contexte, les filières oléicoles tentent depuis les années 1990 de mieux singulariser et valoriser leurs productions en multipliant les indications géographiques qui permettent une meilleure visibilité et un enchérissement espéré de leurs produits. Les appellations d’origine oléicoles répondent également à une demande accrue pour des denrées qui réunissent qualité et typicité. Devant l’amélioration générale de la qualité des huiles d’olive produites due à la modernisation des moulins, les filières oléicoles tentent de se distinguer de cette production de masse d’huile d’olive vierge extra bon marché en favorisant des productions plus soignées, clairement identifiées au sein d’un terroir et reconnaissable par une typicité due aux variétés d’olivier, aux savoir-faire des oléiculteurs et des mouliniers ou aux caractéristiques du terroir.

7Toutefois, les stratégies déployées par les acteurs oléicoles en faveur des indications géographiques diffèrent entre la France et l’Andalousie. En France, les cahiers de charge des appellations mettent en exergue la typicité des modes de culture (un pourcentage minimum de quelques variétés locales, une densité maximale, une fréquence requise pour la taille) et l’élaboration des produits (limitation des temps de stockage avant la transformation des olives) avec une délimitation parcellaire des aires. Les règlements des appellations andalouses insistent plus sur les caractéristiques chimiques et organoleptiques des huiles et reposent sur une délimitation communale des aires. Parmi les critères retenus pour les indications géographiques, il apparaît que la filière française mette plus l’accent sur la dimension oléicole alors que la filière andalouse opte plus pour la dimension huilière. Le poids des acteurs du secteur huilier, en particulier des coopératives, explique cette volonté de promouvoir les qualités propres à l’huile d’olive en Andalousie alors que les acteurs oléicoles français préfèrent démontrer la typicité de leur oléiculture (Angles, 2007). Les initiatives à l’origine des indications géographiques reposent essentiellement sur les filières oléicoles en France (les syndicats de producteurs oléicoles) avec un rôle déterminant joué par l’Association Française Interprofessionnelle de l’Olive (AFIDOL) alors que les projets andalous sont portés autant par le secteur oléicole (les syndicats agricoles, les coopératives, les huileries) que par des acteurs territoriaux (la Junte d’Andalousie, les Groupes de Développement Rural ou GDR). Le poids social et économique occupé par l’oléiculture en Andalousie est tel que les collectivités territoriales ne peuvent s’en désintéresser. En outre, les aides européennes des fonds structurels ou des programmes LEADER ont également contribué aux politiques d’amélioration qualitative de la production oléicole andalouse dans lesquelles s’inscrivent les indications géographiques. Malgré ces différences, les appellations oléicoles françaises et andalouses relèvent d’une dynamique sectorielle destinée au développement de la filière oléicole afin de mieux valoriser la production en Andalousie et de préserver une niche commerciale en France.

II – Les Indications Géographiques oléicoles : des stratégies de plus en plus orientées vers des synergies territoriales

8Conçues, au départ, comme un soutien aux filières oléicoles en proie à des difficultés (faible valeur de l’huile d’olive en Andalousie et conservation de la niche commerciale pour les produits oléicoles français), les indications géographiques se sont rapidement intégrées dans des dispositifs territoriaux plus larges visant à promouvoir les territoires concernés en s’appuyant sur les représentations inhérentes à l’olivier et à ses produits.

9Cette vocation n’était pas absente à la genèse des appellations d’origine en Andalousie puisque ces dernières visaient à maintenir une activité économique fondamentale dans des régions de montagne dans lesquelles l’oléiculture est moins rentable malgré la qualité reconnue des huiles d’olive. Le maintien de variétés d’olivier plus rustiques comme le Picudo ou le Carrasqueño, la fraîcheur des hivers et des pratiques plus extensives peuvent expliquer la meilleure qualité organoleptique des huiles d’olive produites en régions de montagne. La carte des appellations d’huile d’olive en Andalousie (fig. 1) montre d’ailleurs que la majorité de ces dernières se localisent dans des zones de sierra ou de piémont de la Cordillère bétique. Ces régions sont confrontées à des situations économiques et sociales difficiles et n’ont souvent que l’olivier comme principale richesse économique. Les appellations d’origine constituaient ainsi un moyen de préserver une activité oléicole fondamentale mais peu productive et émiettée en une multitude de petits exploitants. Elles étaient ainsi conçues comme des moyens de développement local pour maintenir le tissu des petites exploitations oléicoles en assurant une meilleure rentabilité et pour distinguer les productions locales par rapport aux productions de masse effectuées dans le Bassin bétique.

Fig. 1 – Les appellations d’origine protégée d’huile d’olive en Andalousie (source : élaboration propre)

Fig. 1 – Les appellations d’origine protégée d’huile d’olive en Andalousie (source : élaboration propre)

10En Andalousie, les aires d’appellations correspondent bien souvent aux divisions administratives des provinces que sont les comarcas. Dans la province de Jaén, les aires des trois appellations d’huile d’olive s’inscrivent respectivement dans les comarcas de la Sierra de Segura, de la Sierra de Cazorla et de la Sierra Mágina. Dans la province de Grenade, l’appellation Montes de Granada est principalement intégrée dans la comarca Los Montes. Dans la province de Cadix, l’appellation Sierra de Cádiz est incluse dans une partie de la comarca qui porte le même nom. Dans la province de Málaga, l’aire de l’AOP Antequera comprend les comarcas d’Antequera et du Nororiental de Málaga. Dans la province de Cordoue, l’aire de l’AOP Baena s’inscrit dans la comarca de Las Campiñas de Baena et les AOP Priego de Córdoba et Lucena couvrent la comarca Subbética. Cette correspondance entre les aires d’appellations et les entités territoriales des comarcas n’est pas toujours totale mais elle montre l’articulation fréquente qui unit la démarche qualitative des AOP et la politique territoriale des régions. Ce lien étroit s’observe aisément dans la collaboration qui s’établit entre les instances de gestion des appellations (les consejos reguladores) et les groupes de développement rural en charge de l’animation des comarcas rurales.

11L’exemple de la Sierra Mágina est très révélateur de cette coopération : le consejo regulador de l’AOP Sierra Mágina est un partenaire essentiel du GDR local et participe à de nombreuses actions et manifestations développées par le GDR. Ainsi le plan d’action globale déployé par le GDR Sierra Mágina pour la période 2009-2015 (Plan de actuación global) s’appuie, en partie, sur le développement oléicole et sur la valorisation des produits oléicoles en étroite collaboration avec le consejo regulador. En outre, le GDR Sierra Mágina et le consejo regulador, en lien avec la Junte d’Andalousie, tentent de promouvoir des pratiques oléicoles plus durables au profit d’une oléiculture raisonnée ou biologique. Le GDR Sierra Mágina a également mis en place un plan de tourisme durable dans lequel des initiatives communes ont été souhaitées pour la mise en valeur du patrimoine agraire et industriel de l’oléiculture, pour la promotion des produits oléicoles de qualité et pour l’établissement d’une Route de l’olivier, fruit d’une coopération entre l’ADR, le consejo regulador et la Députation provinciale de Jaén. Une action conjointe de coopération (2007-2009) a aussi été établie entre les 10 GDR andalouses, les consejos reguladores des AOP oléicoles régionales, les parcs naturels andalous et la région Provence-Alpes-Côte d’Azur sur le thème du patrimoine oléicole et de la valorisation des huiles typiques dans des circuits courts d’agroboutiques (GDR Sierra Mágina, 2009). L’étroite collaboration entre le GDR Sierra Mágina et le consejo regulador se concrétise également dans le développement d’une entreprise de cosmétiques à base de produits oléicoles créée par une association de femmes soutenue par le GDR avec des fonds du programme LEADER+ (société OLEA à Pegalajar).

12En France, une telle synergie entre acteurs territoriaux et filières oléicoles est beaucoup moins visible, hormis dans le Nyonsais (département de la Drôme). Dans cette région, les AOP huile d’olive et olives de Nyons, apparues dès 1994, reposent sur une renommée très ancienne des productions oléicoles. Ces dernières sont intégrées dans un panier de biens (Pecqueur, 2001 ; Hirczak et al., 2008) qui contribue activement au développement local en lien avec d’autres produits agricoles (vins, fruits, tilleul, lavande, plantes aromatiques…) et des services (hébergement, activités de loisirs…). Une collaboration étroite existe entre le Syndicat de l’olive noire de Nyons et des Baronnies, organisme chargé de la défense et de la gestion de l’AOP, les acteurs oléicoles, l’AFIDOL et les collectivités territoriales (conseil régional de Rhône-Alpes, conseil général de la Drôme, intercommunalités). Les initiatives, issues de cette coopération locale, sont nombreuses : un Institut du Monde de l’Olivier offrant un espace d’information, d’animation et d’exposition, le musée de l’olivier, la visite de la dernière scourtinerie française, le musée des vieux moulins, la route de l’olivier en Baronnies, le sentier de l’olivier à Nyons et diverses manifestations (fête de l’olive piquée, les olivades, la fête de l’huile d’olive nouvelle, l’Alicoque…). De gros efforts d’information et de signalétique ont été entrepris pour favoriser la vente des produits oléicoles auprès des visiteurs. La promotion du secteur oléicole est donc très aboutie et l’oléiculture constitue désormais l’activité « phare » du Nyonsais-Baronnies, entraînant les autres activités.

13Cette synergie apparaît moins efficace dans les autres aires d’appellation oléicoles en France mais dans toutes ces régions, la culture de l’olivier, malgré des surfaces réduites (très rarement plus de 10 % de la SAU), occupe une place de choix dans les opérations de développement local et, en particulier, dans le marketing territorial. L’olivier, ses paysages et ses produits sont fréquemment mobilisés dans les actions de promotion territoriale : ils témoignent d’un ancrage méditerranéen très apprécié pour ses aménités climatiques et ses héritages culturels. Ils attestent également d’une tradition agraire locale dans certaines régions comme la Provence, le pays niçois ou les Baronnies. En France, on note ainsi un rattachement local à l’olivier beaucoup plus net en Provence qu’en Languedoc : la diminution plus précoce et intense des oliveraies ainsi qu’une réputation moindre des huiles d’olive languedociennes en sont certainement les causes majeures.

14L’olivier et ses produits sont portés par des représentations très appréciées (esthétisme, qualités gustatives et sanitaires, références historiques et spirituelles, héritage rural traditionnel…) qui en font des éléments emblématiques. Aussi l’huile d’olive occupe-t-elle une place fondamentale dans le régime alimentaire méditerranéen qui a largement été loué pour ses bienfaits sanitaires. Cette sublimation offre aux filières oléicoles un précieux atout qui valorise les produits de l’olivier. Toutefois, l’huile d’olive constitue une denrée alimentaire de base dans les pays méditerranéens : la consommation annuelle moyenne d’un Andalou est de 10 kg et celle d’un Grec est de 22 Kg (Ministerio de Agricultura, 2013 ; COI, 2013). Le prix de l’huile d’olive doit donc rester suffisamment bas pour maintenir une consommation massive au risque d’être supplantée par les huiles de graines et les productions sous appellation doivent demeurer à des prix relativement bas pour trouver une clientèle suffisante. C’est pourquoi les huiles d’olive AOP andalouses ne peuvent espérer atteindre les prix obtenus par les AOP oléicoles françaises (4 à 5 fois plus chers, en général).

15Le secteur oléicole mobilise largement les représentations inhérentes à l’olivier et à l’huile d’olive pour la promotion de ses productions. Parallèlement, les régions productrices tentent de profiter de ces atouts pour améliorer leur image. Les perceptions de l’oléiculture et de certaines régions méditerranéennes se nourrissent ainsi mutuellement et participent au processus d’identification territoriale. L’olivier joue un double rôle dans cette identification en inscrivant la région oléicole au sein du Bassin méditerranéen transmettant une identité dotée de caractères climatiques et culturels. L’olivier symbolise également une tradition rurale locale fondée sur une gastronomie, des paysages et des savoir-faire typiques. Les indications géographiques tendent à renforcer cette insertion locale en privilégiant l’originalité des modes de culture, des variétés d’oliviers et des produits. À l’heure de la globalisation, l’ancrage local est de plus en plus recherché et l’olivier est certainement un des éléments les plus efficaces pour symboliser cet enracinement et cette typicité. La référence au patrimoine oléicole, récurrente dans tous les entretiens effectués auprès des oléiculteurs, montre à quel point l’olivier est perçu comme un élément identitaire essentiel dans les régions méditerranéennes.

III – Les limites de l’identification territoriale et du développement local par les indications géographiques oléicoles

16L’impact des appellations oléicoles dans le développement local et l’identification territoriale présente de grandes nuances entre la France et l’Andalousie. Les productions sont si massives en Andalousie que les produits oléicoles andalous ne disposent pas d’une niche commerciale semblable aux produits français. Ces derniers s’intègrent dans des paniers de biens dont profitent les régions françaises et profitent d’une valorisation considérable : ainsi le prix moyen des huiles d’olive AOP de Nyons, de la Vallée des Baux-de-Provence, de Nice ou de Corse se situe autour de 20-22 euros/litre, soit près de 10 fois le cours mondial de l’huile d’olive vierge extra (2,4 euros/litre en novembre 2012). Aussi les AOP sont-elles essentiellement perçues en France comme un moyen de distinction vis-à-vis des huiles d’olive étrangères pour préserver les niches commerciales qu’elles ont réussi à sauvegarder voire à créer. Les AOP oléicoles constituent également d’excellents vecteurs pour la meilleure reconnaissance de la qualité de l’oléiculture française avec les retombées régionales en termes de réputation que cela peut induire. En effet, l’oléiculture participe activement au tourisme grâce aux paysages de l’olivier, si appréciés des visiteurs, et aux moulins créant ainsi un oléo-tourisme dont le Nyonsais et la Vallée des Baux-de-Provence sont les exemples les plus aboutis. L’identité locale est donc associée en partie aux appellations oléicoles qui valorisent les territoires et procurent aux populations un enracinement apprécié. Toutes les aires d’appellation oléicoles en France n’offrent pas le même niveau de réussite que le Nyonsais ou les Alpilles mais les indications géographiques oléicoles contribuent au développement local et au marketing territorial s’insérant ainsi au sein des systèmes locaux.

17En Andalousie, les appellations ont bien du mal à générer une valorisation considérable des huiles d’olive. Dans la Sierra Mágina comme dans les autres aires d’appellation, le prix moyen de l’huile AOP se situe entre 3 et 4 euros/litre, soit à peine plus que l’huile d’olive vierge extra. La filière oléicole andalouse n’a pas véritablement réussi à créer des niches commerciales fondées sur la qualité des produits et des terroirs à l’image des productions françaises. Hormis le cas de la société Nuñez del Prado, située dans l’AOP Baena, les initiatives pour valoriser les appellations oléicoles andalouses n’ont guère abouti malgré de nombreuses tentatives. L’ampleur de la production en AOP et la concurrence des huiles d’olive sans appellation mais faisant référence à un terroir expliquent la difficulté des appellations andalouses pour constituer une niche commerciale.

18La différence de valorisation entre les appellations oléicoles françaises et andalouses prouve que les images et les identités associées aux indications géographiques n’ont pas le même impact. En France, les perceptions en lien avec les appellations d’huile d’olive sont très largement positives et s’appuient sur des identités régionales reconnues par le grand public. Des régions oléicoles comme la Provence, la Corse, le pays niçois, le Nyonsais ou les Alpilles sont bien identifiées et appréciées. L’olivier contribue activement à cette reconnaissance en y apportant à la fois le caractère méditerranéen et les spécificités locales et traditionnelles. L’appréciation des terroirs oléicoles français repose en particulier sur les paysages de l’olivier qui apparaissent, aux yeux de tous, comme traditionnels, soignés et esthétiques. Une enquête de marketing, menée auprès de consommateurs parisiens dans le cadre du programme ANR « Paysages et Terroirs Méditerranéens » (PATERMED, 2010-2013), montre que les faibles volumes de production constituent un précieux atout car cela est perçu comme un caractère artisanal et traditionnel (MECI, 2012). En outre, les produits oléicoles français bénéficient de typicités reconnues : les huiles d’olive de Nyons ou de Nice sont appréciées pour leur finesse et leur douceur ; celles de Haute-Provence, d’Aix-en-Provence ou du Gard pour leur fruité vert intense ; les huiles de Corse sont remarquables pour leur fruité mûr.

19Les travaux d’enquête menés dans le cadre du programme PATERMED montrent le jeu de représentations et de perceptions autour de l’image des paysages de l’olivier et des AOC oléicoles en France (Veysseyre, 2011). En 2011, une enquête par questionnaire a été entreprise dans la région de Bandol auprès 74 visiteurs : les réponses spontanées ont mis clairement en lumière l’association étroite établie entre l’identité provençale et les paysages de l’olivier comme en témoigne le tableau 1.

Tableau 1 – Principales occurrences comptabilisées dans les réponses spontanées à la question « Que vous évoque l’olivier ? »

Termes se référant à l’huile

Termes se référant au territoire

Termes se référant au biblique

Autres

Mots

Occurrence

Mots

Occurrence

Mots

Occurrence

Mots

Occurrence

Huile d’olive

31

Provence/Provençal

17

Paix

9

Olives

15

Huile

12

Méditerranée

7

Arbre

9

Sud

9

Soleil

4

Ici

3

Tradition

3

Symbole

2

Sérénité

2

Total

43

Total

36

Total

9

Total

35

Source : Julie Veysseyre

20De même, l’analyse des réponses spontanées de 74 personnes interrogées face à une photographie d’oliveraie prise dans la région de Bandol (département du Var) met en lumière la perception très positive des paysages oléicoles provençaux (fig. 2a et 2b).

Fig. 2 a : Paysage oléicole dans la commune du Castellet dans le Var

Fig. 2 a : Paysage oléicole dans la commune du Castellet dans le Var

Source : S. Angles

Fig. 2 b : Classement de l’appréciation du paysage de la figure 2a selon 5 réponses proposées auprès de 74 personnes interrogées

Fig. 2 b : Classement de l’appréciation du paysage de la figure 2a selon 5 réponses proposées auprès de 74 personnes interrogées

Source : J. Veysseyre

21L’olivier apparaît clairement comme un élément paysager remarqué et apprécié. Ainsi, face à une autre photographie prise dans la région de Bandol (département du Var), les réponses des 74 personnes questionnées illustrent la place prédominante accordée à l’olivier dans la description des clichés et l’appréciation qu’ils portent à la place qu’il occupe (fig. 3a et 3b et tabl. 2).

Fig. 3a : Photographie prise dans la commune du Castellet dans le Var

Fig. 3a : Photographie prise dans la commune du Castellet dans le Var

Source : S. Angles

Fig. 3 b : Réponses à la question : « Quelle importance accordez-vous à l’olivier dans le paysage de la figure 3a ? »

Fig. 3 b : Réponses à la question : « Quelle importance accordez-vous à l’olivier dans le paysage de la figure 3a ? »

Source : J. Veysseyre

Tableau 2 – Principales occurrences comptabilisées dans l’ensemble des réponses spontanées à la question « Pourriez-vous décrire ce paysage en quelques mots ?» (figure 3a) 

Termes en lien avec les végétaux

Termes en lien avec le relief

Termes en lien avec un espace géographique

Autres

Mots

Occurrence

Mots

Occurrence

Mots

Occurrence

Mots

Occurrence

Vert/verdure

25

Montagnes

8

Campagne/ campagnard

16

Paysage

9

Oliviers

16

Collines

6

Provence/ provençal

 8

Brûlé

6

Vignes

12

Plat

4

Le Castelet

4

Maisons

5

Végétation

5

Terroir

3

Restanques

4

Nature

4

Total

58

Total

18

Total

31

Total

28

Source : J. Veysseyre

22En revanche, les appellations d’huile d’olive andalouses ne peuvent profiter d’une telle valorisation car l’oléiculture repose sur une perception peu positive voire carrément négative. L’oléiculture en Andalousie renvoie à une image perçue comme monotone, standardisée et industrielle. Ces perceptions sont nourries par les volumes considérables des productions oléicoles en Andalousie ; ainsi, la comarca de la Sierra Mágina produit, à elle seule, huit fois plus d’huile d’olive que toute la France méditerranéenne. Les huileries s’apparentent fréquemment à de véritables usines et ne ressemblent guère aux petits moulins français qui constituent des vitrines attractives pour la vente des produits dans des espaces commerciaux très soignés. La monoculture de l’olivier en Andalousie ainsi que l’uniformité et l’immensité des oliveraies renforcent cette impression d’un paysage standardisé, artificialisé et industriel. En outre, la typicité des AOP oléicoles andalouses est difficile à distinguer car les variétés d’olivier très productives comme le Picual ou l’Hojiblanco sont majoritaires dans les aires d’appellations tout comme dans les grands bassins de production de la vallée du Guadalquivir. Les modes de production dans les oliveraies et dans les huileries ont aussi été largement modernisés dans les aires AOP pour fournir des produits de bonne qualité mais assez semblables à ceux du reste de l’Andalousie.

23Dans un tel contexte, il est bien difficile de communiquer sur le caractère qualitatif et patrimonial de la filière oléicole andalouse. Le choix du Consejo regulador de l’AOP Sierra Mágina de se doter d’un siège ultramoderne est révélateur de l’image moderne et dynamique que veut projeter cette AOP (fig. 4). La filière oléicole andalouse demeure toujours attachée à une quête de productivité et de rentabilité économiques comme l’attestent les objectifs de la future Ley del olivar du gouvernement régional andalou.

Fig. 4 –Le siège du Consejo regulador de l’AOP Sierra Mágina à Bedmar (province de Jaén).

Fig. 4 –Le siège du Consejo regulador de l’AOP Sierra Mágina à Bedmar (province de Jaén).

Source : S. Angles

24L’identité des territoires andalous apparaît passablement brouillée entre l’héritage historique et traditionnel de l’oléiculture et le caractère massif et standardisé des productions et paysages de l’olivier. Malgré l’existence des AOP oléicoles, le processus de patrimonialisation y est entravé par des perceptions opposées et ne permet pas la valorisation des produits et des terroirs observée dans les aires d’appellation françaises. Les phénomènes de synergie unissant territoires et indications géographiques par l’intermédiaire des productions oléicoles semblent bien limités en Andalousie. Une comparaison peut être établie avec les difficultés rencontrées par les AOP viticoles au sein des grands vignobles de masse comme dans les cas du Languedoc ou de la Manche espagnole : l’image d’une production de piètre qualité demeure prégnante et les AOP ont bien du mal à se distinguer et à modifier cette situation. Pour l’Andalousie, la différenciation des productions oléicoles sous appellation face à la production de masse est encore plus délicate à établir car, contrairement aux viticultures languedocienne ou manchègue, l’oléiculture de masse se maintient voire s’accroît au profit des principaux acteurs économiques de la filière oléicole qui souhaitent préserver cette production de masse. Se distinguer de cette monoculture oléicole qui occupe plus d’un million et demi d’hectares d’oliviers paraît une tâche bien difficile pour les terroirs qui ont opté pour une indication géographique.

Conclusion

25L’olivier semble unir l’ensemble des régions et des sociétés du Bassin méditerranéen ; pourtant, les situations des territoires et des filières oléicoles paraissent très différentes. Malgré une volonté commune de reconnaître les typicités et les qualités des produits oléicoles grâce aux appellations d’origine, les résultats obtenus sont dissemblables. En France, les AOP oléicoles renforcent une valorisation des produits qui étaient déjà très engagée grâce à leurs renommées historiques et à l’image favorable des régions productrices. Dans ce cas, ces dernières et leurs produits oléicoles entretiennent une synergie qui aboutit à une valorisation mutuelle. Bien qu’occupant des superficies très réduites, l’olivier devient un élément incontournable dans les dynamiques territoriales car les perceptions de cet arbre induisent des images de qualité et un réel ancrage local. En Andalousie, un tel processus, malgré les efforts entrepris pour accroître la qualité des huiles d’olive et le nombre des AOP, n’est pas encore atteint. Il semble bien que l’ubiquité et l’immensité de l’oléiculture y constituent un facteur de dépréciation. L’identité de l’Andalousie, pourtant si intimement liée à l’olivier par une histoire plurimillénaire et par une place prédominante dans l’économie oléicole mondiale, ne peut guère s’appuyer sur une image aussi brouillée et entachée de l’olivier, de ses paysages et de ses produits. Dans le cas andalou, les AOP ne contribuent guère à assurer un nouveau développement de l’oléiculture au profit des filières oléicoles locales et des régions productrices : la stratégie de développement des indications géographiques dans l’oléiculture andalouse est peu opérante en raison d’un trop grand poids de l’oléiculture. Par une singulière ironie du sort, la prospérité de l’olivier semble dépendre de la rareté de cet arbre.

Haut de page

Bibliographie

Amouretti C., Comet G., Le livre de l’olivier, Aix-en-Provence, Édisud, 1992‎, 168‎‏ ‏p.‎

Angles, S., ‏« ‏Les appellations d’origine protégée (AOP) d’huile d’olive de l’Union ‎européenne : une analyse comparative (Espagne, France, Grèce, Italie et ‎Portugal)‎‏ »‏‎, ‎Méditerranée, revue géographique des pays méditerranéens, n° 107, 2007. p. 79-85.

Conseil oleicole international, Données statistiques, 2013. (http://www.internationaloliveoil.org/estaticos/view/131-world-olive-oil-figures)

Grupo de desarrollo rural de la sierra magina, El Olivar‏ : ‏Paisaje, Patrimonio y Desarrollo Sostenible. Cambil, 2009, 286 p.

Hirczak M. et al., « Le modèle du panier de biens », Économie rurale, n° 308, 2008, p. 55-70.

March L., Rios A., El libro del aceite y la aceituna, Madrid, Alianza Editorial, 1989, 458 p.

MECI, Place et impact de l’AOC dans la consommation d’huile d’olive en Ile de France. Université Paris Diderot-Paris 7, travail collectif du M2 MECI, 2012, 24 p.

Mili S., Gatti F. (coord.), Mercados agroalimentarios y globalización, Madrid, Consejo Superior de Investigaciones Científicas, 2005, 238 p.

Ministerio de agricultura, pesca y medio ambiente, 2013, (http://www.magrama.gob.es/alimentacion/temas/consumo-y-comercializacion-y-distribucion-alimentaria/)

Pagnol J., L’olivier, Avignon, Aubanel, 1975, 180 p.

Pecqueur B., « Qualité et développement territorial : l’hypothèse du panier de biens et de services territorialisés », Économie Rurale, n° 261, 2001, p. 37-49.

Veysseyre J., Le paysage de l’olivier dans l’aire de Bandol : perceptions, morphologies, dynamiques et enjeux, Mémoire de M1, Université Paris Diderot, Paris 7, 2011, 97 p.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Les appellations d’origine protégée d’huile d’olive en Andalousie (source : élaboration propre)
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/489/img-1.jpg
Fichier image/, 524k
Titre Fig. 2 a : Paysage oléicole dans la commune du Castellet dans le Var
Crédits Source : S. Angles
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/489/img-2.jpg
Fichier image/, 248k
Titre Fig. 2 b : Classement de l’appréciation du paysage de la figure 2a selon 5 réponses proposées auprès de 74 personnes interrogées
Crédits Source : J. Veysseyre
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/489/img-3.png
Fichier image/, 9,1k
Titre Fig. 3a : Photographie prise dans la commune du Castellet dans le Var
Crédits Source : S. Angles
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/489/img-4.jpg
Fichier image/, 724k
Titre Fig. 3 b : Réponses à la question : « Quelle importance accordez-vous à l’olivier dans le paysage de la figure 3a ? »
Crédits Source : J. Veysseyre
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/489/img-5.png
Fichier image/, 9,3k
Titre Fig. 4 –Le siège du Consejo regulador de l’AOP Sierra Mágina à Bedmar (province de Jaén).
Crédits Source : S. Angles
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/489/img-6.png
Fichier image/, 831k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Stéphane Angles, Julie Veysseyre et Marianne Cohen, « Appellations d’Origine Protégée oléicoles, terroirs et territoires méditerranéens : une analyse comparative entre les appellations oléicoles en France et en Andalousie », Sud-Ouest européen, 36 | 2013, 123-133.

Référence électronique

Stéphane Angles, Julie Veysseyre et Marianne Cohen, « Appellations d’Origine Protégée oléicoles, terroirs et territoires méditerranéens : une analyse comparative entre les appellations oléicoles en France et en Andalousie », Sud-Ouest européen [En ligne], 36 | 2013, mis en ligne le 18 septembre 2014, consulté le 24 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/soe/489 ; DOI : 10.4000/soe.489

Haut de page

Auteurs

Stéphane Angles

Maître de conférences en géographie, Université Paris Diderot – Paris 7, UMR 7533 LADYSS, stephane.angles@free.fr

Julie Veysseyre

Étudiante M2 Espace et Milieux, Université Paris Diderot – Paris 7.

Marianne Cohen

Maître de conférences en géographie, Université Paris Diderot – Paris 7, UMR 7533 LADYSS.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Sud-Ouest européen – Revue géographique des Pyrénées et du Sud-Ouest est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaire du Midi
  • OpenEdition Journals