Navigation – Plan du site

La crise territoriale des appellations viticoles du Nord de l’Aquitaine

The current system of wine ‘appellation’ is undergoing a deep territorial crisis in the northern part of Aquitaine
La crisis territorial de las denominaciones de origen vitícolas del Norte de Aquitania
Nathalie Corade, Jean-Claude Hinnewinkel et Hélène Velasco-Graciet

Résumés

On assiste depuis quelques années à une crise de certaines appellations viticoles. Analysée comme une défaillance des marchés, cette crise est plus profonde et peut-être plus identitaire. Sur la base de l’étude de quatre appellations viticoles du Nord de l’Aquitaine (Bordeaux-Bordeaux supérieur, Bergerac, Pécharmant et Sauternes) nous montrons l’existence de ruptures fortes entre l’appellation et le territoire, lieu de coordination et de solidarité pour mettre en valeur une ressource spécifique. Une forme de dissociation entre « l’appellation terroir » et « l’appellation territoire » semble se former mettant en relief, à coté des problèmes de marché, des problèmes de gouvernance des appellations comme facteurs de crise. L’identité des appellations est alors en question poussant à s’interroger sur leur avenir.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Depuis quelques années, certaines appellations viticoles, en particulier dans le Nord de l’Aquitaine, connaissent des difficultés importantes. Alors même que le système des AOC (Appellations d’Origine Contrôlée) était considéré comme un rempart contre la concurrence, des vins labellisés ont eu et ont peine à maintenir leur place sur le marché. Très vite, la notion de crise s’est imposée pour décrire cette situation d’incertitude économique, une crise viticole caractérisée par une baisse globale des ventes qui est peu à peu devenue une crise des appellations (Lire les différents rapports sur le sujet publiés depuis 2000, Berthomeau, 2001 ; Cesar, 2002 ; Pomel, 2006), voire une crise du système « appellation ». Lorsqu’on analyse la rhétorique qui diffuse l’idée de crise, on peut remarquer qu’elle s’appuie de façon privilégiée sur une critique du marché. En effet, c’est la mondialisation du marché du vin et l’arrivée de « nouveaux » compétiteurs qui auraient, de façon exclusive, remis en question la suprématie des vins d’appellation, notamment français.

2En plus de cette crise de structure, le constat de la réussite des stratégies alternatives a engendré une crise de confiance dans le modèle des appellations. Mais cette crise de confiance ne peut être réduite aux seules observations du marché : la mondialisation n’a-t-elle d’impacts que sur le jeu des ventes et par ricochet sur le volume des productions ? Le système d’appellation français et le lien entre l’agro-terroir et le territoire socio-économique qui a fait son succès n’est-il, finalement, pas à bout de souffle ?

3Il est en effet entendu que la bonne santé économique d’un vignoble ne relève pas exclusivement de la qualité de son terroir (Dion, 1959 ; Hinnewinkel, 2011). Bien sûr, les situations géomorphologique et climatique sont une condition préalable mais encore faut-il des voies de communication facilitant le transport, des consommateurs informés, des producteurs ouverts vers l’extérieur, des marchands ambitieux et tout un ensemble de structures coordonnant le tout dans un jeu d’échelles complexe. Cette dynamique de la connexion entre l’infiniment petit (la parcelle) et l’infiniment grand (le marché mondial aujourd’hui) a finalement pris consistance dans la construction longue et patiente d’une symbiose entre les terroirs, des systèmes agro-productifs délimités, et les territoires, des systèmes sociaux et politiques, qui les portaient et les permettaient. L’exemple du vignoble bordelais est à ce titre tout à fait emblématique. Pour conserver une rente commerciale territorialisée lucrative, les propriétaires et les négociants n’ont eu de cesse de se protéger, de délimiter, d’exclure et de condamner par un arsenal juridique qui traversa le temps. À partir du xiiie siècle, les privilèges de Bordeaux protègent la production de la Sénéchaussée et des bourgeois de Bordeaux, éliminant en partie les vins du Haut pays. Ces décisions d’exclusion vont alors initier ce rapprochement entre le terroir et un groupe social localisé, une sorte d’enracinement juridique et politique d’une communauté. Bien sûr l’exclusion de toute forme de concurrence exogène ne fut pas l’unique marqueur de cette connexion. Le contexte géopolitique a œuvré à sa façon. Le vignoble bordelais aurait-il connu le même développement si Aliénor d’Aquitaine n’avait pas épousé Henri II et, ce faisant, ouvert le marché en direction de l’Angleterre ? La taxation par Colbert au xviie des importations anglaises et, par réaction, le boycott des clairets bordelais n’ont-t-ils pas permis aux Bordelais de trouver de nouveaux débouchés ? Ces événements semblent jouer bien plus comme des aiguillons que comme des freins dans le temps moyen et ne vont que renforcer le lien d’enracinement et de connexion.

4Héritières des Privilèges de Bordeaux bannis par la Révolution, les appellations d’Origine qui prennent forme au début du xxe siècle et les AOC finalisées en 1936 véhiculent des valeurs d’égalité. Mais la philosophie est la même, protéger la rente commerciale et territoriale par un arsenal de normes et de contraintes pour qu’un vin soit reconnu d’ici et pas d’ailleurs, pour qu’aucune confusion ne soit possible. De la même façon les AOC ont continué à renforcer le lien, le terroir et le territoire qui le portait, réunissant ainsi les sphères de la production, du commerce et du politique dans un entrelacs de réseaux. Les périmètres des AOC choisies, lesquels ne correspondent pas forcément aux limites des agro-terroirs, montrent bien la puissance de ces liens.

5Les réussites notamment économiques et les phénomènes de découpages politico-administratifs à partir des années 1980 semblent avoir rompu ce lien entre terroir et territoire, isolant progressivement les deux entités que l’histoire avait alliées. Cette séparation se traduit souvent par une discordance poly-forme entre, d’une part, les contours des appellations du début du xxe siècle et les « nouveaux » territoires issus de la décentralisation et, d’autre part, une démultiplication du pouvoir qu’elles ont entrainée.

6Notre hypothèse est que ces ruptures, ces « non » concordances entre les logiques territoriales des différents acteurs sont porteuses de dysfonctionnements des filières et des entreprises et participent de leur contre-performance, encore plus visible en temps de crise. Finalement aujourd’hui, les vins peuvent exister, être identifiés en dehors de toute attache territoriale « englobante ». Le vin serait donc devenu un produit a-territorial, ne dépendant que du terroir qui le porte pour voir le jour et du marché pour décider de sa réussite. Une forme de crise de territorialité semble, pour certaines AOC, entamée, expliquant tout autant que le marché leurs défaillances concurrentielles. L’essoufflement des AOC et leur inadéquation aux mouvements contemporains sont, pour nous, une explication de la crise qui secoue le vieux monde viticole et notamment le Bordelais.

7L’objet de cet article est donc de montrer cette déconnexion entre territoire et filière qui opère dans les appellations au travers de l’étude de quatre d’entre elles dans le Nord de l’Aquitaine, en Bergeraçois et en Bordelais. Après la présentation de la méthodologie nous consignerons les résultats de l’étude conduite sur ces quatre appellations pour enfin mettre en perspective ces résultats.

I – Une analyse des coordinations au sein des appellations

8À la suite de nombreux auteurs (Rastouin, Vissac-Charles 1999, Marchesnay 2001, Angeon, Gallois 2004) nous considérons que les appellations sont des construits territoriaux qui se fondent sur des coordinations d’acteurs positionnés à différentes niveaux du territoire (sphère productive – filière – et sphère territoriale – politiques et acteurs publics –). Nous nous sommes attachés à étudier ces coordinations.

1. Quels acteurs, quelles coordinations ? et comment ?

9Le système des appellations est un système par lequel les produits se différencient au travers d’une norme garantissant une qualité reconnue du produit fondée sur le terroir. Le lien entre le terroir et la qualité instituée par la norme ne peut être assuré sans coordination entre les différents acteurs, parties prenantes dans la valorisation de la ressource spécifique. Les coordinations nécessaires sont donc des coordinations intra-filières mais aussi entre les acteurs de la filière et les autres acteurs du territoire impliqués dans sa gestion et sa valorisation.

10Dans le cadre de la filière, les coordinations doivent se dérouler au sein même du groupe des producteurs mais aussi entre les producteurs et les autres acteurs de la filière. Du point de vue des producteurs, les normes (Territoires du vin, 2009) et leur respect sont l’exigence première de ces stratégies. Pour autant la norme peut toujours être remise en cause car elle ne garantit pas que chaque acteur, pris individuellement, s’engage dans la dynamique collective, l’intérêt individuel pouvant aller de fait à l’encontre de l’intérêt collectif. Peuvent alors se développer des comportements de « passagers clandestins » stimulés par la réussite de la stratégie collective. C’est la multiplicité et le foisonnement des acteurs qui posent problème ainsi que la nécessité de trouver un consensus pour défendre le bien qu’ils partagent.

11Les coordinations doivent également se faire entre producteurs et metteurs en marché (négoce et distributeurs) et plus particulièrement les négociants qui jouent un rôle important dans les filières sous appellation en France. Les travaux de Giraud-Héraud, Tanguy et Soler (2002), montrent qu’effectivement, en l’absence de coordination entre ces deux acteurs, les risques de tensions sur le marché, aggravés par la rareté du produit institutionnellement organisée par le système des appellations, s’accroissent. On en déduit que les stratégies de terroir impliquent, pour asseoir leur efficacité, des coopérations/coordinations également verticales, pouvant être formalisées par des contrats entre producteurs et metteurs en marché (Giraud-Heraud, Soler, Tanguy, 2002). L’enjeu est notamment de garantir un certain équilibre dans la répartition de la richesse entre les deux acteurs majeurs du système que sont les vignerons et les metteurs en marché (Giraud-Heraud, Soler, Tanguy, 2002). Chaque acteur doit pouvoir, dans un tel système, « trouver son compte » afin que se réduise le risque de développement de comportements individuels dépréciant à terme l’appellation.

12La coordination porte également sur la promotion et la défense du produit et du terroir, elle engage autant les acteurs de la filière que ceux du territoire appartenant à la sphère publique et politique qui sont partie prenante dans la valorisation du territoire et donc des ressources spécifiques qu’ils portent. En effet, chaque « communauté d’acteurs » participe à sa manière à la construction et au développement territorial, en menant des actions, en communiquant sur les atouts et ressources du territoire. La publicité autour des atouts touristiques des territoires, le développement de marques territoriales sur un certain nombre de produits et la communication qui lui est liée, participent à la construction de l’identité territoriale. L’autonomisation décisionnelle et fonctionnelle de chaque « communauté d’acteurs » en quelque sorte dépositaire de l’identité territoriale est susceptible de mettre en péril les appellations. En effet des décisions et actions prises par les acteurs du territoire, hors acteurs de la filière, peuvent impacter l’appellation, son image et sa dynamique. Par exemple des choix en matière d’urbanisation des territoires peuvent affecter le développement voire la pérennité du vignoble. (Le plan « Bordeaux Demain », plan stratégique pour assurer la pérennité du vignoble bordelais et mis en place par la filière viticole Bordelaise a, par exemple, identifié ce problème). À l’inverse, les acteurs de la filière ne sont pas les seuls gestionnaires du territoire et doivent coordonner leurs actions et décisions avec d’autres groupes tout autant actifs dans la valorisation du territoire (élus, résidents, autres agriculteurs, autres acteurs économiques…). Le principe de cogestion de l’appellation apparaît donc nécessaire pour la défense du bien commun qu’est le terroir et de sa haute capacité à générer du développement local et à construire de l’identité.

  • 1 Viticulteurs, responsables des organismes de défense et de gestion des appellations, responsables d (...)

13Afin d’aborder ces coordinations, la méthode s’est fondée sur la construction de questionnaires semi-ouverts à destination d’acteurs impliqués dans la gestion des filières viticoles et des vignobles Nous avons interrogé au total 250 personnes représentatives des différents maillons intervenant dans la gestion des appellations1.

14Ce questionnaire a porté sur trois registres :

  • Des informations historiques et factuelles sur l’appellation concernée et son fonctionnement, afin de mieux la connaître et de compléter des informations bibliographiques acquises par ailleurs.

  • Des informations sur les perceptions des acteurs quant au fonctionnement de l’appellation, son état de santé, ses problèmes et leurs représentations du rôle joué par les « autres » acteurs,

  • Des informations sur la façon dont chacun entrevoit sa propre action au sein de l’appellation (niveau et degré d’implication).

15L’ensemble de ces éléments a permis de percevoir les difficultés non seulement économiques mais aussi organisationnelles des appellations étudiées que nous présentons maintenant.

2. Des appellations représentatives de la diversité des vignobles du Nord de l’Aquitaine

16Les quatre appellations étudiées sont très différentes du point de vue d’au moins deux critères : la taille et la notoriété (fig. 1).

Fig. 1 – Les quatre appellations étudiées

Fig. 1 – Les quatre appellations étudiées

17Bordeaux – Bordeaux supérieur et Bergerac sont les appellations régionales respectivement de Gironde et de Dordogne et donc des appellations de taille relativement importante. Avec presque 6 000 viticulteurs, 2,7 millions d’hectolitres de production moyenne annuelle et 51 250 hectares (sources Douanes 2011) Bordeaux-Bordeaux supérieur est, en France, la plus vaste appellation viticole et l’une des plus réputées au monde. Avec 1 200 exploitations pouvant revendiquer son nom sur 12 000 hectares produisant environ 560 000 hectolitres, l’appellation Bergerac est le second vignoble d’Aquitaine même si sa notoriété est restée fortement cantonnée à l’échelle régionale.

18Sauternes (Gironde) et Pécharmant (Dordogne) sont deux appellations spécifiques de taille modeste mais de notoriété tout à fait différente. Sauternes couvre un territoire d’environ 2 200 ha, avec une production annuelle entre 45 000 et 50 000 hl pour 187 viticulteurs recensés en 2009. Différence majeure avec les autres appellations, Sauternes est une appellation de vins blancs liquoreux et bénéficie d’une grande renommée issue, notamment, du célèbre classement de 1855 avec 27 châteaux classés (voir Corade, Del’Homme, Ugaglia, 2010). Quant à l’AOC Pécharmant, elle est l’une des 13 appellations communales du vignoble bergeracois. Constituée de 45 viticulteurs travaillant une surface d’un peu plus de 430 ha, cette petite appellation constitue, avec Monbazillac, une des appellations les plus « réputées » de la Dordogne bien que celle-ci reste, comparativement à Bordeaux et Sauternes très modeste et cantonnée aux frontières régionales (Voir Corade, Del’homme, 2008)

19Le choix de quatre appellations de taille et de notoriété différentes est conditionné par la volonté d’éprouver l’influence de ces deux critères sur l’existence et/ou la solidité des coordinations à étudier.

20Le critère de la taille peut en effet apparaître comme un facteur facilitant les coordinations. Les « petites » AOC viticoles, en raison de leur taille, favorisent la proximité géographique mais également la proximité organisée, c’est-à-dire fondée sur le sentiment d’appartenance ou de ressemblance (Colletis, Pecqueur, 2004) en accentuant, par le faible nombre et la rareté des acteurs, l’effet « club ». Il peut alors apparaître plus aisé, en raison de ces jeux de proximité rendus plus forts par la taille, d’initier des coordinations susceptibles d’optimiser la cohésion de l’ensemble territorial.

21Si la notoriété d’une appellation est un atout considérable d’un point de vue concurrentiel, elle peut, quant à elle, générer des défaillances dans les coordinations entre acteurs. En effet, la notoriété est une construction historique et collective extrêmement exigeante ce qui peut, paradoxalement, faire apparaître les AOC les plus réputées comme également plus fragiles, car plus sujettes à regard en cas de problèmes. Si le manque de renommée constitue à première vue un handicap pour une appellation (moindre valorisation, marchés plus locaux), il reste que la modestie de cette renommée peut également apparaître comme un atout. En effet, une moindre notoriété peut limiter les comportements dits de « passagers clandestins » qui consistent à profiter du nom et de la réputation de l’appellation pour valoriser son produit sans pour autant consentir les efforts qualitatifs nécessaires. Ces comportements de passagers clandestins sont alors susceptibles d’être destructeurs de l’avantage concurrentiel produit par l’AOC. (Giraud-Héraud, Tanguy, Soler, 2002). De plus, un déficit de renommée oblige souvent, a contrario, à déployer des efforts plus conséquents. Dès lors que l’on se situe dans des systèmes à plus faible reconnaissance (notamment institutionnelle) se développent des capacités d’innovation et d’organisation supérieures (Garcia Parpet, 2004) et des capacités à la réactivité plus forte (Rouvellac, 2007). Tout ceci montre que finalement, la faiblesse de la réputation de l’appellation oblige, plus encore, à consolider les coordinations et la cohésion. L’hypothèse peut-être alors faite que les coordinations sont plus solides dans ce cas.

22Le croisement des deux critères interroge également sur la part jouée par chacun d’entre eux. Une appellation qui associe une petite taille et une faible notoriété (Pécharmant) est-elle plus solide du point de vue des coordinations qu’une appellation de grande taille et de forte notoriété ? (Bordeaux). Et dans le cas d’appellation pour lesquels les critères peuvent s’opposer : grande taille et faible notoriété à Bergerac, petite taille et forte notoriété à Sauternes, y-a-t’il un « modèle » plus gagnant qu’un autre ?

II – Des processus de déconnexion territoriale à l’œuvre dans toutes les appellations

23L’analyse conduite sur les quatre appellations montre que, bien que très différentes, elles connaissent toutes des difficultés économiques et des défaillances relativement similaires dans les coordinations nécessaires à leur pérennité.

1. Quatre appellations souffrant de difficultés économiques

  • 2 Les données proviennent de l’ODG Bordeaux-Bordeaux Supérieur.

24Au moment de l’étude, ces quatre appellations partageaient, malgré leurs différences, une situation économique relativement semblable. Pour Bordeaux-Bordeaux supérieur, mévente et mauvaise valorisation se succédaient millésime après millésime. Ce sont les bordeaux rouges qui sont les plus affectés par la mévente. Cette dernière est accompagnée d’un problème de valorisation, particulièrement des bordeaux rouges, le prix du tonneau passant de 1 400 euros en 1998 à moins de 1 000 euros en 2008. La situation est un peu améliorée aujourd’hui avec, en 2013, des cours qui oscillent entre 1 100 et 1 200 euros mais reste précaire.2

25Pour Bergerac, c’est la valorisation qui est problématique. Les vins de Bergerac se vendent mais à des prix faibles, souvent inférieurs de plus de 20 % à ceux du voisin bordelais. À la fin des années 2000, ils étaient en moyenne de 600 euros le tonneau de 900 litres, comme au début des années 1990 et alors qu’ils avaient atteint 1 129 euros en 1999. En 2013 ils n’ont toujours pas retrouvé ce niveau puisque les achats sont négociés entre 900 et 1 000 euros.

26Quant à Sauternes et Pécharmant, si une assez bonne valorisation est au rendez-vous, la commercialisation est déprimée. Ainsi à Pécharmant, le prix du tonneau en vrac atteignait plus de 1 600 euros en 2007, contre 1 200 dix ans plus tôt. Mais alors qu’ils étaient inférieurs à 30 000 hectolitres en 2000, les stocks disponibles s’élèvent à plus de 50 000 hectolitres aujourd’hui, soit un niveau supérieur à trois années de production. Cette situation est considérée comme « dangereuse », car les risques de ventes à faibles prix, afin de déstocker, apparaissent.

27Au contraire pour Sauternes, la valorisation suit un rythme opposé aux ventes. En effet, entre 2005 et 2010, les ventes en Grandes et Moyennes surfaces sont passées de 2 millions de bouteilles (équivalent 75 cl) à 1,6 million, pendant que les prix sur la même période sont passés de 12 euros en moyenne par bouteille à presque 13 euros (données du Comité Interprofessionnel des Vins de Bordeaux). Aujourd’hui un tonneau (900 litres) de sauternes est acquis par le négoce entre 4000 et 6000, quand les affaires se font.

28Dans tous les cas, la dévalorisation des produits et/ou les méventes constituent des indicateurs de crise pour des appellations qui jusqu’en 1998-1999 alliaient bonne valorisation et maintien des ventes (situation que connaîtront les vins liquoreux de Sauternes seulement 5 à 6 ans après). Ces problèmes économiques sont à relier à des perturbations des marchés (désaffection des consommateurs pour les vins liquoreux de Sauternes, repli des consommateurs sur d’autres produits pour ce qui est des vins rouges et baisse des prix pour maintenir les ventes).

29Par ailleurs, l’analyse des coordinations démontre une déconstruction progressive du projet collectif et territorial censé être formalisé par l’appellation et porté par elle.

2. La défaillance des coordinations

30À la lumière de ce travail, nous montrons qu’à chaque niveau des nécessaires coordinations d’acteurs, se révèlent diverses difficultés. Elles mettent finalement en question la consistance et la dynamique de ces appellations et leur avenir.

Des coordinations difficiles au sein de la filière

31Quelle que soit l’appellation nous avons pu observer des difficultés à définir un « projet » commun autour du produit ou, en tout cas, un projet prenant en compte le couple terroir/territoire. Les producteurs sont en général attachés à leur appellation et optent pour une défense minimale (syndicale) du collectif privilégiant leur produit, leur château ou domaine. Mais ils ont peine à œuvrer collectivement dans la promotion de l’appellation. Cela se traduit par la difficulté à tenir un discours homogène au moment de la promotion des vins de l’appellation par manque d’une vision, d’une définition commune de la qualité des produits issus, pourtant, de la même appellation. Tout se passe comme si, finalement, l’individu reprenait le dessus sur le collectif, comme si le savoir-faire du producteur et sa maîtrise du terroir prenait le dessus sur l’œuvre collective et sociale de définition du produit et, par conséquent, sur le territoire. De plus, les producteurs se montrent en général assez critiques sur les actions de communication de leurs organismes de gestion et de promotion, qui, en général, sont à leur tour critiques sur l’aptitude des producteurs à les aider à définir un projet collectif en la matière. Toutes choses qui font qu’une vraie séparation accompagnée d’une méfiance réciproque a pu se mettre en place.

32Une forme de cacophonie semble s’installer dans les filières avec des acteurs qui paraissent plus désunis qu’unis derrière l’appellation. Ce constat semble d’autant plus exacerbé que l’appellation est de grande taille, le nombre d’acteurs ne facilitant pas la coordination. En effet au sein de l’appellation bordeaux-bordeaux supérieur comme à Bergerac, l’atomicité des acteurs ne facilite pas la définition d’un projet commun.

  • 3 Les coopératives du Bergeracois ont enclenché un processus de regroupement des fonctions commercial (...)

33À Bergerac, par exemple, la nécessité d’une concentration pouvant favoriser les mises en commun d’idées et de moyens est mise en avant pour assurer une plus grande rationalité du vignoble. Les exploitations viticoles ont en moyenne entre 10 et 12 ha mais ne dépassant pas, assez souvent, 7 ha. Ce grand nombre de petits producteurs est jugé par certains comme un facteur limitant la cohésion d’ensemble du vignoble. « Les viticulteurs les plus petits ne se sentent pas écoutés et ne s’intéressent donc pas aux décisions » a déclaré un de nos interlocuteurs. Quand certains viticulteurs refusent de vendre en dessous d’un certain prix, d’autres l’acceptent (certains vins de Bergerac sont proposés à 1 euro la bouteille en hard discount), ce qui génère à terme la déconstruction de la stratégie de valorisation du produit que certains tentent de mettre en place. Acteurs importants en Bergeracois, les coopératives apparaissent pour certains comme une force car elles possèdent la capacité de concentrer l’offre, d’améliorer la qualité et d’assurer au mieux la cohésion. Certains même proposent une concentration des coopératives voire l’existence d’une seule coopérative en Bergeracois3. Cependant, d’autres acteurs voient dans cette solution une utopie, soulignant l’incapacité des coopératives à s’entendre sur des projets collectifs. Mais pour la moitié des personnes interrogées, les coopératives seraient des acteurs majeurs dans la résolution d’une partie des problèmes que connaît le Bergeracois : le regroupement reste le mythe quand la crise menace. Il permettrait de :

  • réaliser des économies d’échelle et donc de réduire les coûts de production

  • de spécialiser les compétences en assurant la vinification que certains viticulteurs auraient peine à correctement réaliser faute de compétences

  • de regrouper l’offre et ainsi être une force de négociation face au négoce bordelais, voire même pourraient-elles, pour certains, se substituer au négoce.

34Pour autant le désaccord s’observe aussi dans les appellations de petite taille et Pécharmant comme Sauternes n’échappent pas au problème.

Le rendez-vous manqué des appellations et des territoires

35Les coordinations filières/territoires montrent les mêmes faiblesses. La rencontre entre acteurs de la filière et acteurs du territoire est souvent plus fortuite que volontaire. Par exemple, pour l’appellation bordeaux-bordeaux supérieur, six Schémas de Cohérence Territoriale (SCOT) ont été élaborés et l’un d’entre eux est en cours d’élaboration. Dans certains, la préservation des espaces viticoles y est inscrite sans que pour autant les acteurs de la filière en soient informés ou, quand ils le sont, y soient impliqués. Globalement dans les quatre appellations, les acteurs du territoire et les acteurs de la filière (notamment viticulteurs) mènent des actions territoriales indépendamment les uns des autres dans une totale indifférence. À titre d’exemple, les projets œnotouristiques sont en général portés par les acteurs du territoire sans grande concertation avec les acteurs de la filière. Le dossier d’inscription de Saint-Émilion au Patrimoine Mondial de l’Unesco a été monté sans participation des acteurs de la filière. Les structures territoriales peuvent parfois accentuer ce constat. En Sauternais l’appartenance des communes de l’appellation à deux communautés de communes différentes est perçue comme un frein à des projets porteurs pour la zone d’appellation.

36La taille de l’appellation n’est pas à ce titre un déterminant d’une plus ou moins grande réussite de l’implication des acteurs de la filière. À Sauternes et à Pécharmant pas plus qu’à Bordeaux ou Bergerac, l’engouement de la filière pour ces actions n’est plus grand. La renommée peut sans doute expliquer pourquoi dans certaines appellations, alors que le potentiel est plus fort (la renommée attirant potentiellement plus les touristes) il n’y a pas plus d’investissement des acteurs (du territoire comme de la filière) dans ces activités. Au final si les acteurs de la filière portent peu d’attention au territoire, les acteurs du territoire n’en manifestent pas davantage à l’endroit de la filière, engendrant par là même des conflits d’intérêts.

37Cette grande faiblesse des coordinations entre les différents acteurs participe à rendre difficile la construction et l’affichage, pourtant nécessaire, d’une identité propre aux appellations concernées car celle-ci demeure en grande partie d’essence territoriale.

Une identité territoriale en déshérence faute de projets

38À Bergerac, la difficulté à définir une identité semble exacerbée par la proximité de Bordeaux. Au regard de la géographie et de la pédologie, tout prête à favoriser la confusion : le terroir comme les produits sont parfois difficilement distinguables. Et pourtant, la valorisation des vins de Bordeaux (en général) n’a rien à voir avec celle des vins de Bergerac. Si l’on rajoute à cela l’histoire, démonstration serait faite que Bergerac et Bordeaux sont des frères qui ont du mal à accepter cette fraternité. Entre concurrence et ressemblance, les deux vignobles se sont pour autant définis comme deux territoires viticoles différents. Cette parenté géographique, pédologique et historique favorise la confusion d’appartenance et participe à l’indécision du choix identitaire. Pour certains acteurs interrogés à Bergerac et à Bordeaux, la confusion, source d’incertitude de positionnement, pourrait être levée par une fusion des deux vignobles ou du moins la mise en place d’actions communes. Une fusion permettrait finalement d’intégrer une gamme de produits sous la bannière Bordeaux et leur faire profiter de son prestige. Les opposants à une telle proposition, au contraire, misent sur la singularité du Bergeracois reposant sur une identité territoriale distinctive et oppositive allant jusqu’à une dénomination Sud-Ouest ou même Atlantique. Pour les acteurs bordelais, de façon générale, Bergerac doit rester Bergerac. Au final le vignoble de Bergerac souffre, en même temps qu’il profite de sa proximité avec le vignoble bordelais. Il en souffre dans la difficulté qu’il a à se définir et à trouver une place à côté de l’ombrageux Bordeaux. Il en profite car son destin est inexorablement lié à cette réputation et à ses effets liés sur la valorisation des vins de Bergerac sur le marché. Néanmoins, force est de constater que ce profit est somme toute très relatif. Si les vins de Bergerac ont du mal à véhiculer une image qui pourrait fonder une identité, s’ils ne trouvent pas dans la proximité à Bordeaux un élément fondateur d’une identité, peut-être que l’appartenance de Bergerac au Périgord, région à fort potentiel, constituerait un atout sur lequel s’appuyer. Dans ce cas, tout un travail de révision de l’image du Périgord serait alors à revoir pour qu’elle intègre en son sein le vignoble, ce qui n’est pas envisagé alors même que, malgré cela, il existe sur le territoire deux parcours œnotouristiques portés par l’interprofession et l’office de tourisme. Il semble que ces constructions aient peu de succès auprès de la filière viticole. En effet pour la première, « La route des vins » créée en partenariat avec le CIVRB (interprofession des vins du Bergeracois), 143 viticulteurs participent soit moins 12 % et pour le second « Destination vignobles » créé par l’office du tourisme 100 viticulteurs sont impliqués, représentant moins de 10 % des producteurs.

39Tiraillés entre un bon niveau de qualité et une information renvoyée contre-productive, écartelés entre les identités Bergerac, Sud-Ouest et Bordeaux avec une accroche plus marquée Périgord sur laquelle de nombreux autres produits de qualité de la région se fondent sur le plan identitaire, il semble difficile de dire que les vins de Bergerac se référent à une identité claire. Or toute construction de valeur passe par la détermination d’une identité qui permet d’en assurer la distinction.

40À Bordeaux, la définition de l’identité ne semble pas a priori se poser : Bordeaux c’est Bordeaux, unique et non partageable. Bordeaux fait en réalité office de marque (Réjalot, 2002, 2009). Néanmoins, selon les entretiens menés, il y aurait au sein de l’appellation, « ceux qui vraiment font du Bordeaux et ceux qui profitent de Bordeaux », sorte de « passagers clandestins », tels que nous les avons identifiés ci-dessus. Mais, malgré le flou qui entoure l’assertion (non justifiée), des solutions sont envisagées : segmenter à l’intérieur de l’appellation voire même pour quelques-uns, faire sortir certains viticulteurs de l’appellation.

41Le débat sur l’identité des appellations est un débat difficile et chaotique et se pose avec acuité dans les appellations régionales. Il n’est pas pour autant absent dans les petites appellations.

42Pécharmant n’échappe pas en effet au phénomène. Malgré la présence de seulement 45 viticulteurs, une grande difficulté apparaît dans la construction collective et partagée de l’image, support de l’identité du produit. En effet, sur la question de l’identité du produit censée être revendiquée par l’appellation Pécharmant, les avis sont assez divisés. De vin de garde à vin fruité, en passant par vin tannique, de vin velouté à vin âpre, on ne trouve pas les prémices d’une identité commune aux 45 viticulteurs. Pécharmant serait en fait constituée de 45 viticulteurs, faisant au moins 45 types de vins différents. Cette structure de l’appellation, appuyée par le fait que les 45 viticulteurs commercialisent directement leur produit en bouteille, si elle ne porte pas a priori préjudice à leur produit d’un point de vue économique, gêne la définition collective des vins de l’AOC.

43Sauternes, quant à elle, connaît également le problème de manque de vision partagée de ce qui peut être défini comme étant un produit de l’appellation. Si les producteurs reconnaissent tous que leurs vins sont des produits de qualité et qu’ils sont, à ce titre, prêts à les défendre, ils ne trouvent pas de consensus quant à la définition de ce qu’est un vin de Sauternes. Ils n’en possèdent pas davantage une image partagée, ce qui constitue, bien évidemment, un frein pour définir un projet commun. De plus entre viticulteurs et négociants (40 % du vin de Sauternes est vendu en vrac au négoce), les relations tendent à se dégrader dans un contexte de crise où chacun tente d’éviter le sur-stockage. Ces relations de nature conflictuelle sont exacerbées par l’existence d’une double bipolarisation du vignoble : une bipolarisation construite sur la dichotomie « grosses exploitations » (> 10 ha) et « petites exploitations » (<10 ha) et une bipolarisation « grands crus » et « autres ». En effet, grands crus ou pas, grandes ou petites exploitations, tous ont, à leur façon, souffert de la mévente. Il n’en reste pas moins que ce sont les plus petits domaines mais également les moins prestigieux qui sont les plus fragilisés dans les jeux troubles entre vignoble et metteurs en marché. Ainsi, les relations à l’intérieur de la filière sont rugueuses et ne favorisent pas la construction collective d’un projet autour de l’appellation Sauternes. Il faut rajouter à cela l’inscription de cette appellation dans un environnement viticole dominé par les vins rouges rendant plus difficile la promotion de ces produits par l’interprofession, laquelle est sévèrement critiquée par les producteurs. Malgré des efforts entrepris par l’ODG (Organisme de Défense et de Gestion) pour trouver des solutions (inscription dans la promotion des « Sweet Bordeaux », création d’un marathon…), il existe une réelle difficulté pour parvenir à réunir les acteurs de la filière autour d’un projet commun qui permettrait à Sauternes de construire ou de reconstruire une identité aujourd’hui mise à mal, non partagée et n’ayant que peu d’impact sur les ventes.

Le manque de performance des appellations

44Les hypothèses que nous avions posées initialement sur la taille et la renommée apparaissent non vérifiées dans le cas des quatre appellations étudiées. L’hypothèse selon laquelle la petite taille des appellations serait plus favorable pour la proximité et donc pour la mise en place de coordinations plus solides s’avère discutable. L’étude montre que la faiblesse du nombre d’acteurs gêne la mise en place d’une organisation efficace autour de la valorisation du produit permettant de pallier les effets de la taille sur l’aire de marché. En effet, dans le cas de petites AOC, l’aire de marché peut être essentiellement locale ce qui est le cas par exemple de Pécharmant. Si cela peut apparaître comme un atout dans le contexte actuel en raison d’une moins forte exposition aux fluctuations du marché mondial, il n’en reste pas moins que cela limite les opportunités de valorisation du produit. Ainsi que l’expliquent Benkala et Boutonnet (2004), « cela met bien en évidence la variabilité de la pertinence d’un signe officiel selon la proximité organisationnelle existant entre les acteurs au sein de la filière. Plus le marché est générique (faible proximité organisationnelle au sein de la filière) et plus on s’éloigne de la région de production (faible proximité géographique) et plus un signe officiel de qualité a de la pertinence et peut donc être facilement valorisé » car « en effet la réputation du producteur et l’expertise forte du consommateur local réduisent considérablement la portée de l’AOC comme signe de garantie d’un certain niveau de qualité. ». Le processus de spécification peut alors potentiellement s’altérer et le terroir, fondement de l’AOC, peut ne plus être l’élément porteur de la différenciation. Ce dernier pouvant alors devenir le nom du domaine, du château… À l’échelle locale, l’appellation n’est plus un (le) critère de différenciation déterminant. Autrement dit, la légitimité de l’appellation, en dehors de jouer son rôle de protection, perd de sa portée. De plus ainsi que le notent encore Benkala et Boutonnet (2004), « quand le nombre d’acteurs d’un territoire est faible, il n’est pas envisageable de mettre en place différentes organisations : l’une centrée sur la valorisation locale de produits locaux et l’autre avec pour objectif de promouvoir le produit hors de sa région d’origine ». Notre enquête montre également que l’étroitesse du nombre de producteurs et de la faiblesse de la production sont susceptibles d’accroître le risque d’une individualisation des stratégies de commercialisation. En effet, dans les petites appellations, étant donnée la faiblesse du volume de production, la transformation du produit est souvent le fait des producteurs eux-mêmes et la vente directe en bouteille est le canal privilégié de la commercialisation du produit. Au final, dans les appellations de petite taille, il est possible que les effets de proximité (que l’on pourrait supposer justement plus grands) soient contrariés par les stratégies commerciales. Les effets de taille, sont en effet, susceptibles de générer une atomisation des stratégies commerciales, chaque producteur vendant lui-même son produit. Cette atomisation est susceptible de créer une incohérence dans le système de valorisation de l’AOC, chacun ayant alors sa propre logique, sa propre façon de voir et de concevoir le produit. Dans une telle organisation, si la coordination verticale est assurée puisque le producteur est aussi le metteur en marché, la coordination horizontale (adhésion des producteurs aux mêmes références et système de valeurs) peut s’avérer défaillante, les producteurs d’une même AOC devenant concurrents. Le rôle des organismes fédérateurs (syndicats d’appellation, Comité interprofessionnel…) devient alors extrêmement important dans la construction de la coordination horizontale. De fait, dans l’analyse de la gouvernance, ces derniers deviennent prégnants. Ainsi, outre la difficulté de positionner les produits sur une échelle concurrentielle large (de dimension internationale) la petite taille de l’appellation peut également s’avérer constituer un handicap dans la construction des coordinations horizontales nécessaires à l’efficacité de l’appellation.

45Pour ce qui est de la notoriété, l’hypothèse qui posait que plus celle-ci est faible plus cela protège l’appellation de comportements non coopératifs est remise en question. En fait, conjuguée aux effets de taille, la faiblesse de la réputation peut participer à la défaillance de l’organisation collective en freinant notamment le développement d’une organisation apte à défendre l’AOC et ce d’autant plus que des appellations de renommée modeste côtoient de grandes appellations à forte notoriété ce qui est le cas de Bergerac. En effet, parmi les conséquences possibles, on peut craindre l’absence d’un négoce de place, celui-ci se développant de préférence à proximité des grandes appellations (en termes de taille comme de notoriété). Or l’absence d’un négoce local (les vins de Bergerac sont essentiellement diffusés par le négoce bordelais, compte tenu des liens historiques évoqués ci-dessus) est susceptible de gêner la construction des coordinations territoriales (horizontales comme verticales) et nuire sérieusement à l’efficacité du système. Alors comment peut-on construire un projet collectif, territorial lorsqu’une partie des acteurs, et non les moindres (les metteurs en marché), se trouve non impliquée dans le territoire ? Dans le cas de petites appellations, il n’est donc pas rare, soit que les stratégies individuelles (la vente directe étant le circuit de commercialisation privilégié) dominent, soit qu’une dépendance à un négoce extérieur s’instaure. Dans ce dernier cas, la cohésion territoriale se révèle plus difficile à construire.

46Au final, ces enquêtes conduites auprès des professionnels de quatre appellations d’origine contrôlée en Bergeracois et Bordelais livrent un constat assez peu optimiste de l’efficacité des AOC. Avec des coordinations pour le moins difficiles et une identité peu ou pas affirmée, celles-ci paraissent avoir manqué le rendez-vous du xxie siècle et le moment paraît venu de s’interroger sur leur pérennité, gage du maintien des vignobles aquitains au sommet de la hiérarchie mondiale. Quel développement durable pour les vignobles du Nord de l’Aquitaine ?

III – Faire vivre les terroirs

47La remise en cause de l’efficacité des appellations d’origine contrôlée, et tout particulièrement de leur ancrage territorial, incite à rechercher les modalités d’une meilleure performance du système pour en assurer l’avenir dans la mondialisation. Trois pistes de réflexion paraissent mériter une attention particulière.

1. Le maintien d’une coordination efficace

48À l’origine des appellations nous retrouvons le concept d’avantages comparatifs, notamment géographiques, localisés dans le temps par suite des fluctuations de la conjoncture et qui donnent naissance à une rente foncière viticole. Son identification s’appuie déjà sur un nom et souvent sur un type de vin. Le succès commercial d’une production agricole, sur un espace donné, a de longue date, suscité des convoitises de la part des producteurs des régions voisines qui cherchent à s’approprier une partie de la rente ainsi établie. La rente commerciale viticole impliquant le plus souvent deux partenaires, le producteur et le marchand, son partage fut aussi très tôt l’objet de conflits, le négoce cherchant à contourner les servitudes de l’approvisionnement initial afin de mieux contrôler le marché. Ainsi les propriétaires à l’origine de la rente s’organisèrent très tôt pour la protéger en limitant ses effets dans l’espace ou dans le temps. Cette protection s’est presque toujours traduite par la lente accumulation de textes juridiques et législatifs, témoignages de la manière dont les sociétés ont participé à la construction des territoires vitivinicoles. La rente commerciale se transforma alors peu à peu en rente territoriale, l’appropriation foncière individuelle étant désormais complétée par l’appropriation collective d’un nom sous lequel sont commercialisés les vins issus d’un espace délimité (plus une aide juridique : normes entraînant des obligations soit un dessaisissement des façons de faire individuelles). Pour la défense de ce nom est exercé un contrôle territorial de plus en plus contraignant pour les producteurs mais aussi pour les négociants. C’est le point de départ de la garantie sur l’origine du produit proposé aux consommateurs.

49Ainsi, à partir du xiiie siècle, les Bordelais se dotèrent d’un arsenal juridique et financier, connu sous l’expression de Privilèges de Bordeaux, lequel permettait de se prémunir de la concurrence et de vendre leur vin dans les meilleures conditions. (Hinnewinkel, 2004). Ce système assura aux propriétaires de la sénéchaussée de Bordeaux des avantages indiscutables, une véritable rente territoriale que fit disparaître la Révolution. Le vignoble bordelais se trouva alors livré à la concurrence des autres vignobles aquitains et même au-delà. Les conflits entre négociants et producteurs débouchèrent fin xixe-début du xxe siècle sur une crise profonde qui aboutit, sous l’égide de l’État, à la délimitation du 18 février 1911, laquelle assimila la limite du vignoble bordelais à celle du département de la Gironde, législation toujours en vigueur aujourd’hui. Celui-ci ne constituait que la première phase d’un véritable contrôle territorial global sur l’ensemble du département. Il fut complété à partir de la loi de 1919 par la mise en place d’un « millefeuille géographique » avec la phase de délimitation judiciaire. Pendant plus d’une décennie les juges durent arbitrer entre les acteurs de la filière pour fixer les limites géographiques des appellations. Plus d’une centaine de procès, en comptant les appels, statuèrent selon le fameux principe « des usages locaux, loyaux et constants ».

50Ainsi en Sud-Gironde les producteurs des cinq communes comptant un ou plusieurs crus classés en 1855, avec à leur tête le comte de Lur-Saluces, propriétaire d’Yquem, se portèrent en justice contre des viticulteurs des communes voisines qui utilisaient souvent depuis des décennies l’appellation Sauternes. Après de multiples procès et appels, la justice donna raison aux premiers. La même procédure aboutit à la plus grande partie des délimitations actuelles et l’on constate ainsi que plus que des considérations de qualité de sols, ce sont les jeux d’acteurs locaux qui construisirent l’essentiel de la carte actuelle des terroirs viticoles.

51L’espace de production, celui de la rente foncière, est peu à peu devenu aussi celui d’une rente commerciale, appuyée sur un contrôle politique de plus en plus exigeant par un ou plusieurs groupes sociaux, avec le concours de la puissance publique. Il y aurait donc transformation de l’espace en territoire, au sens économique et social du terme, avec très tôt une appropriation symbolique, sous la forme d’une dénomination dans un premier temps. Le terroir s’est ainsi progressivement confondu avec le territoire et le marché. La rente commerciale devient alors une rente territoriale avec, très tôt, une fragmentation grand vignoble commercial en terroirs de production hiérarchisés selon la position des groupes sociaux qui les portent

52Les territoires historiquement identifiés, il fallut assurer leur pérennité, face aux incertitudes de la conjoncture, à la concurrence croissante et aux tentatives des négociants d’accaparer l’essentiel de la plus value aux dépens des producteurs. La survie d’un territoire viticole, sa durabilité apparaît ainsi largement fonction de la capacité des producteurs à organiser leur défense. Les histoires des grands terroirs de Porto comme de Bordeaux, mais aussi de Champagne, de la Rioja et de bien d’autres en sont des preuves manifestes. Les appellations d’origine sont des constructions « syndicales ». Elles sont, avant la lettre, des projets collectifs de développement pour un territoire local de production. C’est ce projet collectif qui, dans le temps long, a permis à la rente d’appellation de devenir rente territoriale à travers les conflits avec le négoce et les concurrents pour fixer la production contre les velléités de délocalisation. Dès lors, l’avenir des Appellations, le fonctionnement du territoire ou aire d’appellation revient à la gestion des mécanismes de coopération entre les partenaires, viticulteurs et négociants, mais aussi acteurs politiques, associatifs et économiques locaux. Le fonctionnement des appellations revient à la régulation du Politique dans les situations de crise, à la gestion des relations du système avec son environnement. L’appellation, ensemble des mécanismes de coordination et d’incitation mis en place pour la piloter, relève ainsi d’un ordre local inscrit dans un contexte d’action structuré par l’interdépendance des acteurs, par leurs échanges économiques ou politiques.

53C’est cet ordre local impliquant tous les partenaires territoriaux concernés, et pas seulement l’ODG, qui doit construire et faire vivre le projet de développement du territoire qu’est l’appellation. Il s’agit de construire et de pérenniser un bien commun. Comme toutes les constructions territoriales, ensembles organisés d’interactions entre les éléments qui les composent, d’une part, et leur environnement, d’autre part, l’appellation peut disparaître. Sa durabilité implique finalement une efficace gestion de la rente territoriale que, seule, une bonne gouvernance locale peut assumer.

2. La mise en place d’une gouvernance du terroir

54Faire vivre le terroir implique alors de prendre aussi en considération son mode de gouvernance. Pour assurer la durabilité, il faut associer au concept de terroir toutes les caractéristiques d’une gouvernance, véritable pouvoir partagé et troisième voie de la gestion publique fondée sur une logique entrepreneuriale, avec une redéfinition des rapports entre les pouvoirs publics et les administrés, mais aussi entre le local et le global.

55Par gouvernance territoriale rappelons que nous entendons un mode de coordination territoriale permettant à l’ensemble des acteurs du territoire de l’appellation d’en être gestionnaire. La gestion et le devenir d’une appellation ne peuvent se réduire à une affaire de filière. Même si à ce niveau les coordinations sont à reconstruire, celles qui mettent en lien filière et territoire sont à inventer. Les ODG pourraient jouer ce rôle et intégrer dans leurs membres des acteurs qui sans être impliqués directement dans les filières contribuent au bon fonctionnement du territoire.

56Ce processus de l’action collective décrit souvent comme un changement de style de gouvernement (Gaudin, 1999) apparaît comme une constante, dès l’origine des terroirs, dans les analyses géohistoriques menées sur les terroirs vitivinicoles. La gouvernance de ces derniers paraît être une réalité très ancienne et une preuve, parmi d’autres, de la valeur de modèle du terroir comme mode de gestion contemporaine des espaces ruraux. Ce sont les acteurs qui ont structuré et structurent véritablement le terroir car ils gèrent les interrelations entre toutes les composantes du système.

57La question de l’avenir du terroir devient dès lors celle de la gouvernance locale de la production dans le cadre d’une politique publique qui, de nationale, est devenue européenne et qui, demain, sera sans doute mondiale.

58Se pose dès lors la question du lieu du pouvoir. Où sont et surtout où seront les véritables pouvoirs décisionnels ? Dans le terroir ? À Paris ? À Bruxelles ? Dans les nombreuses récriminations des acteurs, le poids du « centre » est toujours vécu comme un obstacle alors même que les filières agricoles sont très largement autogérées. Ce vécu, qui paraît en contradiction avec la réalité, est lié essentiellement à un fonctionnement aléatoire des instances locales où seuls quelques acteurs impliqués ont trouvé leur place. La majorité silencieuse observe et manifeste mais participe peu. Or l’avenir des terroirs passe bien par la responsabilisation de chacun des acteurs locaux et dans la nouvelle loi, le rôle des collectivités locales est fondamental. Or, une fois encore, cette loi est vécue comme une contrainte imposée. Elle ne correspond en rien à un projet des communautés de producteurs concernés ou des collectivités incluant les producteurs. Nous retrouvons ici la question de la démocratie locale et du droit à l’expression. C’est en suscitant des ODG, organismes de défense (!) et de gestion, dynamiques, responsables dans tous les sens du terme, réactifs et donc décisionnels, y compris dans des choix menaçant la vie du terroir, que l’on permettra au plus grand nombre de terroirs de vivre. L’avenir des terroirs et la diffusion du modèle dans le monde requiert des systèmes ouverts sur des projets plutôt que fermés sur des règlements, offensifs plus que protégés, des OOG (organisme offensif de gestion) plus que des ODG.

59Sans doute aussi cela implique une plus grande rigueur dans la gestion de la marque collective qu’est l’appellation d’origine contrôlée par les syndicats de producteurs : l’assurance de la qualité est devenue un enjeu désormais incontournable et la mobilisation du plus grand nombre des adhérents est le véritable enjeu pour une nécessaire opérationnalité stratégique. Mais il n’est pas douteux aujourd’hui que l’existence des terroirs repose sur une politique publique menée en France par l’INAO. On lui reproche un fonctionnement trop administratif et surtout une certaine ingérence dans les affaires locales, sous-entendu un poids trop important dans la gouvernance des terroirs. « Ne jetons pas l’INAO avec l’eau du bain » devait lancer René Renou, président de l’INAO en 2000. Ce serait en effet la pire des solutions. L’existence de l’Institut a été et reste un atout incontournable du succès des terroirs. Il reste le seul garant du respect de la politique publique mise en œuvre depuis le début du xxe siècle. L’enjeu est aujourd’hui de fixer clairement les missions de ses agents dans le respect des responsabilités qui seront confiées aux ODG.

60Par ailleurs, promouvoir l’agriculture de terroir à l’européenne sous-entend le renforcement incontournable de l’organisation de la filière. Au moins autant que l’émergence de grands opérateurs (Berhomeau, 2001), seule l’amélioration de l’efficacité des interprofessions vitivinicoles, voie originale de cogestion de la filière par la profession, est capable de maintenir compétitifs les vignobles européens. Sans doute la solution passe-t-elle par des regroupements comme cela vient de se faire dans la vallée de la Loire ou en vallée du Rhône : il faut regrouper les moyens financiers pour lutter à armes égales avec les grands opérateurs anglo-saxons.

61Cette réflexion sur l’organisation interprofessionnelle de la filière vitivinicole est une des clés de la réussite des vignobles traditionnels européens face aux difficultés annoncées. Après une longue période d’euphorie, l’avenir est incertain et c’est par le renforcement de sa spécificité, de sa culture vitivinicole et de son organisation, donc de ses terroirs que l’Europe assurera celui-ci. Si dans le passé, la protection de la rente a été subordonnée à la territorialisation (Aquitaine anglaise, privilèges de Bordeaux, Pombal, Toscane, 1905…) à toutes les échelles, aujourd’hui, dans la mondialisation, l’avenir de la viticulture européenne repose sur la promotion de cette dimension territoriale. Le terroir devient donc l’élément central et emblématique d’une politique publique revisitée. Ainsi mobilisé au centre, il devient tout à la fois une arme pour la défense d’un patrimoine collectif, pour le maintien de campagnes vivantes et pour la promotion du vin.

3. Des vrais projets de territoire

62Projet de développement local durable, le territoire viticole paraît largement porteur d’avenir si l’on veut lui accorder une dimension géographique suffisante pour que le projet lui-même puisse « vivre ». Il semble aujourd’hui nécessaire d’oser le local viticole en le fondant sur un collectif d’acteurs appartenant au territoire. Il ne s’agit pas de se recroqueviller sur un produit identitaire mais de promouvoir un territoire local dynamique dans son ouverture sur le monde. Mais avant cela, ne s’agit-il pas d’impulser une dynamique de mise en cohérence territoriale et finalement de reconnexion de l’appellation avec son terroir ?

63Aujourd’hui le vignoble de Bordeaux compte 57 appellations avec un enchevêtrement quasi inextricable et souvent peu lisible, surtout pour le consommateur. Parmi elles, un nombre important sont « défendus et gérés » par des ODG aux moyens bien réduits, tant du point de vue financier faute d’adhérents que du point de vue spatial (le territoire d’intervention étant souvent par ailleurs partagé avec un ou plusieurs autres organismes, notamment celui des Bordeaux–Bordeaux supérieurs). Il s’en suit une extraordinaire complexité territoriale qui rend délicat sinon impossible toute gestion cohérente.

64Cette complexité générant tant d’incertitude peut être saisie dans l’exemple caricatural des vignobles de coteaux de la rive droite de la Garonne, en amont de Bordeaux. L’appellation de vins blancs liquoreux « Loupiac » est un des plus anciens sites viticoles du Bordelais avec sa villa gallo-romaine ; c’est aussi, dans l’état actuel des connaissances, un des plus anciens centres de production de vins liquoreux (Lavaud, 2003). Elle est à la fin du xixe et au début du xxe siècle un des foyers les plus actifs de la lutte pour la reconstitution du vignoble après le phylloxera (Hinnewinkel, 2011). Principalement producteurs de vins blancs liquoreux, ses vignerons optent pour une appellation communale réservée à ce type de vin exclusivement, qu’ils obtiennent sans difficulté en 1936. Comme tous les autres territoires de Gironde, les viticulteurs de Loupiac peuvent toutefois aussi revendiquer les appellations « Bordeaux », en blanc comme en rouge. Si tel est le cas ils dépendent pour la gestion de leurs parcelles de deux syndicats, celui du Loupiac et celui des Bordeaux.

65Mais Loupiac est aussi une enclave en « Premières Côtes de Bordeaux », appellation qui fût jusqu’en 2009 à la fois une appellation de vins moelleux et une appellation de vin rouge. À partir de cette campagne, les vins rouges relèvent de la nouvelle appellation « Côtes de Bordeaux » avec la mention « Cadillac–Côtes de Bordeaux »4. Les enclaves de Loupiac et de Saint-Croix-du-Mont étaient exclues de l’aire d’appellation « Premières Côtes de Bordeaux ». La crise des vins blancs et l’essor des vins rouges les ont incitées à demander leur intégration dans le vignoble des « Côtes », ce qu’ils ont obtenu à sa création. Désormais, un viticulteur, propriétaire d’une parcelle à Loupiac peut choisir entre six revendications pour ses vins. En blanc, ce peut-être Loupiac bien sûr mais aussi Premières Côtes de Bordeaux et Bordeaux. En rouge, ils peuvent choisir entre Bordeaux, Bordeaux supérieur ou Côtes de Bordeaux-Cadillac.

66Quelle gouvernance durable des terroirs est alors possible quand un producteur peut, au gré de ses choix, modifier sa revendication ? La récente réforme de la filière avec la mise en place des ODG n’a rien changé au fonctionnement du système : la gestion « territoriale » n’est pas davantage prise en compte dans les nouvelles ODG que dans les anciens syndicats d’appellation. La pertinence et l’efficacité de ce puzzle des territoires viticoles forcent aujourd’hui à s’interroger sur son avenir surtout si l’on considère que la complexité de la carte des territoires productifs du vin à Bordeaux n’est qu’une des facettes du formidable chevauchement territorial qui affecte le monde du vin. Aux limites des appellations se superposent aussi celles d’espaces d’intervention d’autres acteurs concernés par l’identité vitivinicole, au premier rang desquels nous trouvons ceux du tourisme mais aussi les territoires politico-administratifs. Un toilettage « territorial » n’est-il pas pour le moins indispensable afin de permettre l’émergence de projets territoriaux viticoles viables ?

Conclusion

67Une des causes de la crise qui frappe de nombreux vignobles aquitains apparaît être la difficulté à construire collectivement un projet autour du produit vin. Les acteurs de la filière comme ceux du territoire sont en peine pour porter ensemble ce projet. Et en l’absence de projet, il s’avère difficile de trouver une solution en dehors de la reconstruction d’une gouvernance territoriale. Créées pour faire face collectivement à la concurrence en faisant valoir une ressource spécifique et en revendiquant et protégeant son origine, certaines appellations viticoles sont aujourd’hui en peine pour assurer leur pérennité.

68La principale cause en est la difficulté à construire collectivement un projet autour du produit vin. Les acteurs de la filière comme du territoire sont en peine pour porter ensemble ce projet et en l’absence du projet il s’avère difficile de trouver une solution en dehors de la reconstruction d’une gouvernance territoriale.

69Mode de coordination territoriale permettant à l’ensemble des acteurs du territoire de l’appellation d’en être gestionnaire, la gouvernance territoriale est sans doute la seule manière de permettre aux appellations de durer. La gestion et le devenir d’une appellation ne peuvent se réduire à une affaire de filière et même, si à ce niveau les coordinations sont à reconstruire, celles qui mettent en lien filière et territoire sont à inventer. Les ODG, organismes de Défense et de Gestion, pourraient jouer ce rôle et intégrer en leur sein des acteurs qui, sans être impliqués directement dans les filières, contribuent à ou agissent sur l’avenir de l’appellation. L’ouverture des ODG à d’autres acteurs territoriaux apparaît comme une solution à étudier pour une meilleure performance et donc un avenir plus serein d’un des fleurons des vignobles français que sont les AOC.

Haut de page

Bibliographie

Allaire G., « L’économie de la qualité, en ses territoires, ses secteurs et ses mythes », Géographie, Économie et Société, vol 4, n° 2, 2002, p. 155-180.

Angeon V., Gallois J.-M., Fondements théoriques du développement local : quels apports de la théorie du capital social et de l’économie de la proximité, Quatrième journée de la proximité, 18 juin, 2004, 25 p.

Bailly A., Vins de cépage ou AOC : Que Choisir ?, Acte du Festival de géographie de Saint Dié Vosges, 2000, http://archives-fig-st-die.cndp.fr/actes/actes_2000/bailly/article.htm, Consultée le 25 février 2012.

Benkala A., Boutonnet J.-P., Proximités et signalisation de la qualité : approches croisées pour l’étude d’une AOC : le cas de Pelardon, Quatrièmes journées de la proximité, 18 juin, 2004, 15 p.

Berthomeau J., Comment mieux positionner les vins français sur les marchés d’exportation ? Rapport remis au Ministre de l’agriculture, juillet, 2001, 81 p.

César G., L’avenir de la viticulture française, rapport d’information, Sénat, n° 349, 2002, 142 p.

Collectif, Le vin de Porto, Porto, Instituto do Vinho do Porto, 1981, 176 p.

Colletis G., Pecqueur B., Révélation de ressources spécifiques et coordination située, Quatrième journée de la proximité, 18 juin, 2004, 16 p.

Corade N., Del’homme B., Sauternes : une appellation sans territoire ?, Œnometrics XVIII, Colloque de la VDQSn 18-20 mai, 2011, 23 p.

Corade N., Del’homme B., Ugaglia A., Quel avenir pour les appellations Bordeaux et Bordeaux Supérieur ? : des éléments de réflexion pour une appellation à la croisée des chemins, Œnometrics XVII, Colloque de la VDQS, Palerme, 9-11 juin, 2010, 29 p.

Corade N., Del’homme B., Quel avenir pour les appellations de « faible renommée » ? : réflexion à partir du cas de l’appellation Bergerac, Œnometrics XVI, colloque de la VDQS, mai, 2009, 24 p.

Corade N., Del’homme B., Le territoire comme fondement de l’avenir des petites A.O.C viticoles : l’exemple de l’AOC Pécharmant en Bergeracois, Colloque de l’ASRDLF, Rimouski, Quebec, 25-27 août, 2008, 15 p.

Dion R, Histoire de la vigne et du vin en France, 1959, 768 p.

Garcia-Parpet, M.F., « Le marché de l’excellence : le classement des grands crus à l’épreuve de la mondialisation : dossier », Genèses, n° 56 « Espaces de l’activité économique », 2004/09, 2004, p 72-96.

Gaudin.J.-P., Gouverner par contrat, l’action publique en question, Paris, Presses de Sciences Po, 1999, 233 p.

Giraud Héraud E., Soler L.-G., Tanguy H., « Concurrence dans le secteur viticole : quel avenir au modèle d’appellation d’Origine Contrôlée ? », INRA Sciences Sociales, n° 5-6, Juillet, 2002, 18 p.

Hinnewinkel J.-C., Les terroirs viticoles, origines et devenirs, Bordeaux, Éditions Féret, 2004, 228 p.

Hinnewinkel J.-C., « Cadillac, un noyau d’élite viticole du bordelais », Les Cahiers du Bazadais, n° 174, septembre, 2011, p. 21-48.

Hinnewinkel J.-C., « Le territoire vitivinicole, un projet sociétal », in La mode du terroir et les produits alimentaires, Laboratoire d’Études rurales, Université de Lyon II, Paris, Boutique de l’Histoire/Indes savantes, 2011, éd. mailto : contact@lesindessavantes.com

Hinnewinkel J.-C., « Tous les Bordeaux du Monde », in Au cœur des vins de Bordeaux, le festin, hors-série, novembre 2011, 2011, p. 28-33.

Lavaud S., « Les liquoreux de la rive droite de la Garonne : origine et construction de leur identité », in L’Entre-deux-Mers et son identité, Actes du neuvième colloque tenu à Cadillac les 24, 25 et 26 octobre 2003, CLEM, 2005, 2003, p. 271-278

Leloup F., Moyart L., Pecqueur B., « La gouvernance territoriale comme nouveau mode de coordination », Géographie, Économie et société, n° 4, Vol. 7, 2005, p. 321-332.

Marchesnay M., « Les PME de terroir : entre « clio » et « géo » stratégies », Entreprise et Histoire, n° 28, 2001, p 51-63.

Pomel B., Réussir l’avenir de la viticulture de France, Ministère de l’agriculture, mars, 2006, 40 p.

Rastoin J.-L., Vissac-Charles V, « Le groupe stratégique des entreprises de terroir », Revue Internationale des PME, Vol 12, n° 1 et 2, 1999.

Réjalot M., « Marques ou châteaux : quel négoce à Bordeaux dans les années 2000 ? », Sud-Ouest Européen, Toulouse, Presses Universitaires du Mirail, n° 14, Les vignobles du Sud-Ouest dans la mondialisation, décembre, 2002, p. 99-110.

Réjalot M., « Une appellation d’origine incontrôlée. La marque Bordeaux au début du xxe siècle », in Vignobles et vins en Aquitaine, MSHAquitaine, 2009, p. 133-150.

Roudié P, Vignobles et vignerons du Bordelais (1850-1980), Presses Universitaires de Bordeaux, Bordeaux, 1994, 432 p.

Rouvellac E., 2007, Les vignobles du nord de l’Espagne et du Sud-Ouest de la France, Débat sur le vin et l’Europe, notre Europe, jullet 2007, 5 p.

Territoires du vin [en ligne], Normes et qualité, 2009, Disponible sur Internet : http://revuesshs.u-bourgogne.fr/territoiresduvin/document.php?id=417 ISSN 1760-5296, 14 septembre.

Haut de page

Notes

1 Viticulteurs, responsables des organismes de défense et de gestion des appellations, responsables des interprofessions (Comité interprofessionnel des vins de Bordeaux (CIVB) et Comité interprofessionnel des vins de la région de Bergerac (CIVRB)), négociants, élus des communes, présidents des communautés de communes constitutives de l’appellation, offices de tourisme, responsables de la Société d’Aménagement Foncier et d’Établissement Rural Aquitaine Atlantique (voir Corade, Del’homme 2008 ; Corade, Del’homme 2009 ; Corade, Del’homme, Ugaglia 2010, Corade, Del’homme 2011).

2 Les données proviennent de l’ODG Bordeaux-Bordeaux Supérieur.

3 Les coopératives du Bergeracois ont enclenché un processus de regroupement des fonctions commerciales vrac et bouteille qui, à terme semblerait se conclure par le maintien de seulement deux coopératives (Celle de Monbazillac étant à part) dans ce vignoble.

4 http://www.bordeaux-cotes.com

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Les quatre appellations étudiées
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/504/img-1.png
Fichier image/png, 91k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nathalie Corade, Jean-Claude Hinnewinkel et Hélène Velasco-Graciet, « La crise territoriale des appellations viticoles du Nord de l’Aquitaine »Sud-Ouest européen [En ligne], 36 | 2013, mis en ligne le 26 septembre 2014, consulté le 06 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/soe/504 ; DOI : https://doi.org/10.4000/soe.504

Haut de page

Auteurs

Nathalie Corade

Maîtresse de conférences, Bordeaux-Sciences-Agro, UMR CNRS ADESS 5185.

Jean-Claude Hinnewinkel

Professeur émérite de géographie à l’Université Bordeaux-Montaigne, UMR CNRS ADESS 5185.

Hélène Velasco-Graciet

Professeure de géographie à l’Université Bordeaux-Montaigne, UMR CNRS ADESS 5185.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Sud-Ouest européen – Revue géographique des Pyrénées et du Sud-Ouest est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaire du Midi
  • OpenEdition Journals