Navigation – Plan du site

AccueilNuméros46Notes bibliographiquesL’Espace en partage. Approche int...

Notes bibliographiques

L’Espace en partage. Approche interdisciplinaire de la dimension spatiale des rapports sociaux

Guy Jalabert et Jean-Marc Zuliani
p. 145-147
Référence(s) :

Y. Bonny, N. Bautes, V. Gouëset (dir.), L’Espace en partage. Approche interdisciplinaire de la dimension spatiale des rapports sociaux, Presses universitaires de Rennes, 2017, 353 p.

Texte intégral

1Il serait téméraire d’analyser en détail un ouvrage issu d’un colloque tenu en 2014 sur le thème annoncé par le titre et qui comprend dans l’ordre :

2- une structuration en quatre parties, chacune contenant quatre articles, parties précédées de quelques pages annonçant les thèmes des contenus et par ailleurs de substantielles introduction et conclusion d’ensemble théorisant le tout ;

3- la participation de 37 auteurs dont 17 géographes de générations différentes et 20 représentants de 15 disciplines, dont trois sociologues, trois architectes, les autres intervenants allant du philosophe à l’ingénieur, via les différentes autres sciences sociales. Seul manque un économiste, ce qui ne manque pas de nous interroger sur l’indifférence que manifesterait l’économie à l’égard de la question des recompositions de l’espace et de sa mise en partage tant sous l’effet des stratégies d’acteurs, des logiques de projets (spatiaux), des interrogations nourries par le discours politique que de la place de l’interdisciplinarité dans l’analyse du phénomène.

4Si l’on ajoute la présence de quelques auteurs « anciens » surtout géographes qui ont pu précocement s’intéresser à cette question de la dimension spatiale des rapports sociaux, s’ajoutent de plus jeunes chercheurs qui peuvent développer une vision nouvelle de cette thématique. Pour autant, on peut s’interroger à la lecture de l’ouvrage sur le risque de dispersion des exemples traités, allant de « L’espace de Paris au xviie siècle », au « Mythe du village gaulois dans le discours politique grec » en passant par la gestion de l’eau dans la vallée de la Sarthe, la question du réaménagement du parc Lezama à Buenos Aires, les « régions-ressources » québécoises ou encore la commune mixte de La Calle du temps de l’Algérie française, l’espace urbain conflictuel d’Hébron en Palestine, la question des centre de soins en néonatologie avec le cas du virus Ebola au Congo, etc.

5Dans chacun de ces exemples et quelques autres, se retrouvent les objectifs des organisateurs du colloque qui situent en introduction générale le cadre théorique de leur analyse. Ils s’emploient pour cela à un rappel du contexte actuel où se situe leur recherche et celles des auteurs par rapport aux travaux antérieurs : la prise en compte des grandes mutations générales des dernières décennies, la mise en veilleuse des grandes idéologies du progrès et de la révolution relayées par les dynamiques de la mondialisation et de régionalisation et donc la nécessité de prendre en compte des échelles multiscalaires, l’obligation de penser le couplage entre sociétés, techniques, et nature liée à la société urbaine-technologique et à l’imaginaire productiviste et consumériste et enfin, l’avènement du cyberespace qui exige de penser « l’espace de la réalité virtuelle » à l’échelle des individus et des collectivités. Le contexte apparaît complexe et ne peut s’appuyer désormais que sur des approches pluridisciplinaires, mobilisant la rhétorique du « tournant spatial » accompagnée du qualificatif « constructiviste ». Cette approche conduit à séparer le dualisme entre l’espace et la société, le spatial et le social (critique des approches naturalistes, essentialistes, et déterministe de l’espace) pour raisonner systématiquement en termes de dimensions spatiales des rapports sociaux. D’autres thèmes ne sont pas pour autant exclus comme le rejet du naturalisme, ce qui ne signifie pas que les questions prégnantes de l’environnement dans toutes ses dimensions biologiques sont à ignorer. Sur un autre plan, sont examinées des thématiques interactionnelles entre recherche(s) et action(s), renvoyées à des situations qualifiées « d’intenables », entre science et société, théorie et pratique… En somme, un ensemble de questionnements certes pas très nouveaux mais qui rend nécessaire une méthodologie visant à « faire partage » entre le chercheur et les acteurs qu’il étudie et sollicite.

  • 1 Frémont A., Chevalier J., Hérin R. et al., Géographie sociale, Masson, Paris, 1984.

6On ne choisira pas de citer en détail telle ou telle des communications qui ont paru soit plus en phase avec ces notifications préalables, soit que tel ou tel lecteur ait pu apprécier différemment en fonction de ses spécialisations. Difficile pourtant de ne pas revenir sur l’un des derniers textes de l’ouvrage : « La géographie sociale en débats », table ronde quelque peu off, organisée par Vincent Gouëset et Raymonde Séchet, réunissant Robert Hérin (Caen) Claire Handcock (Paris-Créteil), Anne Latendresse (UQAM Montréal), Bénédicte Michalon (Bordeaux), Dina Viaou (Athènes). Sans reprendre son historique détaillé, rappelons qu’outre les travaux américains des sociologues notamment à Chicago, puis d’autres géographes aux États-Unis (ex : D. Ley, A. J. Scott), il s’est développée à l’université de Caen, sous la houlette d’Armand Frémont et de Robert Hérin, et d’un réseau d’équipes de la France de l’ouest, ayant donné lieu à un ouvrage connu 1, et à une succession de publications rappelées en note, une école de pensée qui donne aux rapports sociaux autour des logiques de pouvoirs, des situations construites ou non d’inégalités, une place centrale dans l’interprétation de l’évolution des espaces avec les fonctions fondamentales qui les caractérisent. Divers autres chercheurs, sous des formes différentes, peuvent être rangés dans ce groupe (Renée Rochefort pionnière à Lyon, Guy Di Méo à Pau). Rappelons que diverses revues créées à l’époque ont introduit le terme « espace », associé à « société » pour les sociologues qui se voulaient pluridisciplinaires et « l’espace géographique » impulsé par R. Brunet lui-même plutôt réticent devant ce label de « géographie sociale ».

7R. Hérin, dans ses interventions, s’essaye de donner une définition des « rapports sociaux » – expression absente des dictionnaires des différentes disciplines en insistant sur le fait que tout rapport social est par nature source à la fois de cohésion et de conflit. La structure sociale peut être interprétée comme un entrecroisement dynamique complexe de l’ensemble des rapports sociaux de classe, de sexe, de générations, d’ethnies ou de races. Ce qui implique une séparation, une distance, voire de la différence, et possiblement des tensions et des conflits, au-delà donc des habituelles « relations sociales » ou « lien social ». Mais en de nombreux points de l’ouvrage, il est précisé en somme que les rapports sociaux renvoient aux rapports de type économique qui traversent toutes les fonctions évoquées : « Les rapports sociaux de classe liés à l’économie restent des rapports dominants sinon déterminants » (R. Hérin). Survient alors la question attendue : qu’en est-il alors de la spatialisation des rapports sociaux ? R. Hérin s’appuie alors sur l’affaire Rana Plaza et la mort de 1 135 victimes à Dacca lors de l’effondrement d’un immeuble-usine de confection textile au Bengladesh et l’achat d’un polo dans une boutique de Caen provenant de cette usine. De la sorte peut être reconstituée la continuité entre les conditions locales du travail et l’exploitation féminine, la chaîne des investisseurs occidentaux qui organisent ce système de production-consommation pour leurs plus grands bénéfices et les consommateurs notamment en Europe, en Amérique du Nord ou ailleurs qui utilisent le produit de ce système. On en déduit que s’établissent des continuités de spatialités diverses et complexes dans le processus de mondialisation, cela pour bien signifier le rôle des géographes, pour qui la spatialisation des rapports sociaux est au cœur de la contribution qu’ils peuvent apporter au concert des sciences sociales.

8Ces apports trouvent d’autres exemples dans les divers chapitres de l’ouvrage à propos des questions de formation, d’éducation, de scolarisation outre des débats qui concernent les questions d’inégalités, d’écologie en abordant également le thème des projets d’aménagement dans les territoires, révélateurs d’enjeux sociaux et d’acteurs pluriels, ce qui pose autant la question des logiques conflictuelles que des gouvernances adaptées en la circonstance. La permanence des rapports sociaux comme variable explicative des recompositions ou des transformations spatiales apparaît ensuite abordée et précisée dans le cadre de discours ou de pensées en philosophie politique (H. Arendt, J. Rancière) : l’ouvrage dans une approche pertinente souligne alors comment différentes philosophies sociales et politiques relatives à l’espace amènent ensuite à interroger des dynamiques spatiales spécifiques entre autres dans le champ de l’urbain (disparités sociospatiales à l’échelle des quartiers et/ou des agglomérations urbaines, rénovations urbaines et effets de gentrification…). Enfin, le contenu donné à la géographie sociale et à ses apports ne peut bien entendu se départir d’une référence à l’interdisciplinarité, bien que la géographie soit encore souvent à la lecture de l’ouvrage, l’une des seules disciplines à fonder une interrogation forte sur la pertinence et les enrichissements conceptuels nourris par les dialogues interdisciplinaires.

9Dans la conclusion finale, justement, de Jean-Marc Fournier, géographe, et d’Yves Bonny, sociologue, s’ils ne nient pas le caractère hétérogène des contenus et éclectiques des exemples traités, estiment que l’annonce du titre où figure le terme partage est conforté par l’interdisciplinarité réussie, que des auteurs aient travaillé en commun dans un même article, où que se rejoignent dans les textes des thèmes différents la question de la spatialisation des rapports sociaux. Ils insistent sur la nécessité d’introduire les problèmes d’environnement, notamment à propos du partage social de l’espace et renvoient à la communication de B. Nougarèdes, J. Candau, C. Soulard sur la cohabitation entre agriculteurs et résidents périurbains et d’autres questions égrenées au fil des cadrages résumant différents textes. Au final se pose une question majeure : rares sont les auteurs qui se risquent à une analyse globale, même si plusieurs se réfèrent à « l’intersectionnalité » pour analyser en parallèle et à des échelles spatiales données, les questions de classe, de sexe et de race… Par contre, les dimensions temporelles sont trop peu introduites et doivent faire l’objet de croisement avec l’analyse spatiale. Enfin, les auteurs renvoient à de nombreux travaux où trouver des sources d’inspiration pour poursuivre ces analyses, notamment pour intéresser les auteurs anglo-saxons rebelles aux contenus des recherches françaises, où le mot espace prend des sens très différents.

  • 2 À cet égard, chacun des textes est suivi d’une importante bibliographie, couvrant des références en (...)

10Au total, une lecture enrichissante, supposant toutefois une bonne connaissance de l’histoire de cette question de la place de l’espace dans l’analyse des rapports sociaux et de son évolution depuis les années 1970 2, tout en prenant un intérêt à la lecture de bien des communications, à commencer par la pièce en trois actes jouée par une troupe de « jeunes » géographes : Et au milieu coule une cafetière… Où comment les géographes discutent de l’interdisciplinarité à la pause-café.

Haut de page

Notes

1 Frémont A., Chevalier J., Hérin R. et al., Géographie sociale, Masson, Paris, 1984.

2 À cet égard, chacun des textes est suivi d’une importante bibliographie, couvrant des références en sciences sociales bien au-delà du thème central de l’ouvrage.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/5077/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 113k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Guy Jalabert et Jean-Marc Zuliani, « L’Espace en partage. Approche interdisciplinaire de la dimension spatiale des rapports sociaux »Sud-Ouest européen, 46 | 2018, 145-147.

Référence électronique

Guy Jalabert et Jean-Marc Zuliani, « L’Espace en partage. Approche interdisciplinaire de la dimension spatiale des rapports sociaux »Sud-Ouest européen [En ligne], 46 | 2018, mis en ligne le 03 octobre 2019, consulté le 20 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/soe/5077 ; DOI : https://doi.org/10.4000/soe.5077

Haut de page

Auteurs

Guy Jalabert

Université Toulouse – Jean Jaurès

Articles du même auteur

Jean-Marc Zuliani

Université Toulouse – Jean Jaurès

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Sud-Ouest européen – Revue géographique des Pyrénées et du Sud-Ouest est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaire du Midi
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search