Navigation – Plan du site

AccueilNuméros35Intégration de l’agriculture aux ...

Intégration de l’agriculture aux politiques et projets territoriaux urbains

Le cas bordelais
Mayté Banzo et Laurent Couderchet
p. 5-16

Résumés

L’agriculture est amenée à jouer un rôle important dans les politiques urbaines et dans les projets territoriaux urbains visant à maintenir l’espace non bâti. Dans la pratique, l’exemple de l’agglomération bordelaise montre que l’intégration de l’agriculture et de la profession agricole aux démarches d’aménagement urbain, relativement récente, s’avère difficile. Le projet de parc urbain des Jalles, situé dans la vallée des Jalles au nord de l’agglomération, concerne à l’origine 4 800 ha dont 72 % sont d’usage agricole. Les blocages auxquels est confronté ce projet sont principalement liés à l’incompréhension du fonctionnement des espaces agricoles et à la faible association des professionnels de l’agriculture et des usagers à la démarche d’aménagement.

Haut de page

Texte intégral

1Les élus et les aménageurs de la ville, pressés par la demande sociale et contraints par les impératifs de gestion de l’espace, mobilisent l’agriculture comme vecteur d’aménagement voire de développement de la ville durable. L’agriculture, comme la nature, entre ainsi dans la culture de l’espace ouvert (Banzo, 2009). Cette intégration témoigne d’une revalorisation de l’espace non bâti comme outil de l’aménagement urbain. Les Schémas de Cohérence Territoriale (scot) ont fait leur l’idée « d’inversion du regard » : considérer le non-bâti comme une armature, comme l’élément organisateur de l’urbain, comme une infrastructure. La nouveauté de la démarche réside moins dans la sollicitation de l’espace ouvert comme matière du projet d’aménagement et de planification que dans la sollicitation de l’agriculture et du monde agricole dans la procédure de conception même du projet (Jarrige et al., 2006) : l’agriculture comme partie prenante des politiques publiques urbaines. Le mouvement semble se généraliser dans toutes les villes du monde, qu’il émane d’une attitude volontaire de politiques publiques ou de processus plus spontanés d’actions des habitants. L’objectif de cet article est d’analyser les manifestations de la volonté politique d’intégration de l’agriculture dans les politiques urbaines. L’agglomération bordelaise sert de terrain d’observation (fig. 1). Ce mouvement initié à Bordeaux plus récemment que dans d’autres agglomérations françaises repose sur une évolution du point de vue des collectivités territoriales et des cultures professionnelles. La tendance est amorcée mais les inerties et résistances restent fortes : les cadres de l’organisation de la ville et ceux de l’organisation de l’agriculture, autrefois parfaitement distincts, peinent à s’articuler.

I. Émergence de l’agriculture comme problématique urbaine dans l’agglomération bordelaise : la prise de conscience

2Le nom de Bordeaux est fortement lié à une activité agricole : la viticulture. Dans et autour de la ville, la vigne est la culture prédominante. Ce lien culturel quasi organique entre viticulture et ville ne permet pourtant pas d’affirmer que Bordeaux a construit une relation particulière avec l’agriculture. Comme autour de toutes les grandes agglomérations, les terres agricoles, qu’elles soient viticoles ou autre, sont soumises à une forte pression foncière. La tendance est constante depuis le xixe siècle et s’accélère après la Deuxième guerre mondiale. Hormis les domaines viticoles de prestige et les zones inondables, l’urbanisation de faible densité conquiert les terres agricoles, ménageant quelques poches exploitées dans une matrice bâtie. La situation urbaine de l’agriculture ne se traduit d’ailleurs pas forcément par un lien avec la ville. L’activité reste inscrite dans une filière et emprunte des circuits de commercialisation propres qui peuvent passer ou non par l’agglomération bordelaise sans influence des politiques publiques. C’est le cas de la viticulture de grande renommée.

3L’agriculture envisagée comme objectif des politiques urbaines résulte de deux évolutions : d’une part la prise en compte des espaces ouverts de la ville étendue comme une problématique urbaine ; d’autre part la conception de l’agriculture comme outil de l’aménagement urbain. Dans cette première partie il s’agit de montrer comment ces étapes se construisent par le biais des documents d’urbanisme et des partenariats qui se tissent pour lier culture de la ville et culture de l’agriculture.

1. Espace ouvert et agriculture dans les schémas directeurs

  • 1 Dans le code d’urbanisme, les SDAU ont laissé place aux schémas directeurs, puis aux Scot. À l’appa (...)
  • 2 La Communauté Urbaine de Bordeaux regroupe 28 communes qui s’étendent sur 57 828 ha.

4Dans les documents d’urbanisme réalisés depuis les années 1970, l’agriculture est assimilée à l’espace ouvert. Les « coulées vertes » du Schéma directeur d’aménagement et d’urbanisme (sdau) de 1980 laissent la place à la « charpente paysagère » du Schéma directeur valant scot de 2001 1. L’espace non bâti devient ressource et plus seulement réserve comme il pouvait l’être dans les constructions précédentes. La caractérisation de l’espace et des dynamiques qui le parcourent deviennent alors importantes. Des études sont menées par l’agence d’urbanisme de Bordeaux (A’Urba) sur ces étendues qui couvrent 45 % de la superficie de la Communauté Urbaine de Bordeaux (cub) et qui étaient restées jusqu’alors les grandes oubliées de l’urbanisme 2.

  • 3 L’idée de coupure d’urbanisation trouve ses racines dans le modèle de cité-jardin proposé au début (...)

5La coulée verte constitue une des figures de coupure d’urbanisation 3, envisagée pour le sdau de Bordeaux. Elle avait pour fonction « de répondre au désir de préserver les espaces naturels qui subsistent entre les axes routiers actuels et le long des axes routiers futurs, afin d’éviter que l’urbanisation ne se poursuive en tache d’huile et n’aboutisse à une énorme concentration minérale » (A’Urba 1976, p. 9). Telle est la perception de l’agence d’urbanisme dans les études préalables à la constitution du sdau de 1980 dans lesquelles l’agriculture est assimilée aux espaces naturels.

Fig. 1. Les limites de l’agglomération bordelaise

Fig. 1. Les limites de l’agglomération bordelaise

6Dans le Schéma Directeur valant scot de 2001, la « charpente paysagère » offre une nouvelle dimension à l’espace ouvert qui devient par le biais du paysage une source de valorisation. Cette charpente constitue l’épine dorsale de l’organisation et de la structuration du territoire. Elle construit son identité en s’appuyant sur la diversité des paysages. La fonction agricole occupe une place de choix dans l’identification des différentes unités de la charpente : paysages sylvicoles, paysages de polyculture, paysages viticoles des Graves, de l’Entre-deux-Mers et du Médoc. L’agriculture digne d’être élevée au rang de paysage reste essentiellement viticole, en lien avec la forêt. Les autres formes d’agriculture sont passées sous silence comme les prairies, la céréaliculture ou le maraîchage. Cette valorisation paysagère du non-bâti a fortement participé à la politique de sanctuarisation des territoires viticoles dont atteste ce document (Labat, 2011). Le paysage a été un moyen de valoriser le foncier comme capital productif, comme potentiel économique mais aussi comme ressource culturelle et patrimoniale. Au moment de l’élaboration du document, la profession viticole a pris l’initiative d’un inventaire de l’usage des sols et a fait pression dans les réunions de consultation du Sysdau (Syndicat mixte chargé de l’élaboration du schéma directeur et aujourd’hui du scot qui intègre 93 communes) pour que certains espaces viticoles deviennent inconstructibles. Cette démarche a été relayée par les élus sensibilisés à la fragilité d’une approche uni-fonctionnelle exclusivement indexée sur les valeurs économiques (Labat, 2011). Le processus de sanctuarisation des territoires viticoles les plus remarquables qui en résulte a donné lieu à une collaboration fructueuse entre la profession de la vigne et du vin, le Sysdau et la Chambre départementale d’agriculture. Une opération de « toilettage » dans le cadre de la préparation du scot a permis de faire le point sur l’état des espaces sanctuarisés ou à sanctuariser, démarche qui fait l’objet d’un large consensus.

7Pour la Chambre d’agriculture, cette démarche de sanctuarisation devrait être étendue aux espaces non viticoles.

  • 4 Centres d’Initiatives pour Valoriser l’Agriculture et le Milieu rural ; Association pour le Maintie (...)
  • 5 Dans le cas de Montpellier, l’élaboration du SCOT a bénéficié d’une convergence d’intérêt pour une (...)

8Dans le cadre de la préparation du scot, l’A’Urba est missionnée par le Sysdau pour réaliser des études destinées à approfondir la démarche de protection des espaces naturels et agricoles initiée lors de l’élaboration du schéma directeur de 2001 (A’Urba, 2006). En 2006 une étude est menée sur les caractéristiques et dynamiques de l’agriculture constatées depuis ces 25 dernières années ; en 2007 un rapport est produit sur la sensibilité des activités agricoles au regard de la proximité urbaine (A’Urba, 2007). Dans ce rapport, l’accent est mis sur les formes de pression urbaine, les types de contact physique ville/agriculture et leur effet sur la déstructuration de l’espace agricole. Bien que le thème soit peu développé, la dernière partie traite également des formes de collaboration entre agriculture et ville. Tirer profit de cette proximité suppose d’actionner deux leviers classiques : la promotion de la fonction récréative et touristique des espaces ouverts au sens large ; le développement des liens économiques directs entre les citadins et les entreprises agricoles (agriculture biologique, amap, œnotourisme et plus largement accueil touristique). Pourtant lorsque les partenaires (Sysdau, chambre d’agriculture, safer, inao, civb, crpf, conseil général de la Gironde, conseil régional d’Aquitaine et dde), sont invités à débattre des études au sein de l’atelier de travail du Sysdau, on constate l’absence des syndicats agricoles et des organisations alternatives au système d’agriculture conventionnelle que sont les civam et les amap 4. En outre, l’élaboration des documents n’est pas forcément commune. À Bordeaux, la pratique reste très conventionnelle, ailleurs, elle peut être très différente. L’expérience montpelliéraine apparaît ainsi beaucoup plus novatrice (Jarrige et al. 2006) 5.

9On voit qu’au cours de ces 10 dernières années, l’agriculture fait son entrée sinon dans le champ de compétence, au moins dans le champ d’intérêt de l’urbanisme. L’espace ouvert et, à travers lui, l’espace agricole acquièrent une plus grande visibilité et une importance qui devient stratégique aux yeux des techniciens de l’aménagement mais aussi des élus. En revanche, on observe une différence de « culture métier » des acteurs qui réduit la performance de ces nouvelles scènes d’action.

2. La reconnaissance de la fonction agricole des espaces ouverts dans la cub

10À l’échelle de la Communauté Urbaine de Bordeaux, la question agricole est envisagée au prisme des espaces ouverts et plus spécifiquement de la nature. En 2000 deux projets communautaires sont mis en place et portent plus spécifiquement sur l’espace non bâti : le plan Garonne et le parc intercommunal des Jalles. Le manque de volonté politique explique en partie la stagnation de ces projets qui prennent un nouvel élan avec l’arrivée à la présidence de la communauté urbaine de Vincent Feltesse, maire de Blanquefort, commune dont une partie est constituée par la vallée des Jalles. Avec V. Feltesse, Président de la cub et de l’A’Urba, la nature devient « un pilier du nouveau modèle urbain imaginé par la cub » (Sud-Ouest, 13 mai 2010). Il défend cette idée conjointement au projet d’une métropole millionnaire pour Bordeaux, imaginé par son prédécesseur, ajoutant l’ambition naturelle à l’ambition démographique.

11Le plan Garonne et le parc intercommunal des Jalles sont des projets pionniers. Ils rappellent que le territoire de la cub est constitué de vastes espaces écartés des possibilités de construction du fait du risque d’inondation, qui ne peuvent être abandonnées à des dynamiques totalement spontanées. Les principes de la charpente paysagère du schéma directeur valant scot de 2001 sont déclinés à l’échelle du plu communautaire (2006) à travers le principe de trame verte et de « système de parcs ». Système de parcs sonne comme un slogan, le terme de système ne traduisant pas dans le discours urbanistique, puis politique, une notion fonctionnelle mais beaucoup plus une idée de continuité spatiale. Il s’agit de donner une visibilité à l’ensemble des espaces non bâtis de la cub et de favoriser leur interconnexion par le biais de la trame. Cette infrastructure verte s’appuie sur des projets territoriaux que sont les parcs, qualifiés d’écosites. Les projets d’envergure métropolitaine concernent le parc des Jalles (4 800 ha) et le parc des Coteaux (400 ha). Au final, ces « écosites » ou « projets territoriaux » entrent dans la nomenclature d’espaces N (naturels) et A (agricoles) du plu, à peu de chose près leur statut dans le pos précédent.

12Parallèlement à ces projets de territoire, la cub propose de constituer un « réseau nature ayant pour objectif de la doter d’une stratégie globale dans le domaine de la protection et de la valorisation des espaces naturels et agricoles de l’agglomération, de mettre en œuvre les outils adéquats tout en définissant son rôle exact en tant qu’acteur intercommunal dans ces domaines » (extrait du registre de délibération du conseil de communauté du 26 octobre 2007). Une direction de la nature intégrée au pôle des dynamiques urbaines est créée en février 2011 ; elle est chargée de mettre en œuvre cette politique.

  • 6 Le quotidien du Sud-Ouest publie très fréquemment des articles relatant les initiatives qui prennen (...)

13Les difficultés rencontrées dans le parc des Jalles (cf. partie II) amènent à poser plus spécifiquement le rôle des espaces agricoles dans le projet d’agglomération. C’est par le biais de l’association civam-Aquitaine que des actions ciblées en direction de l’agriculture sont mises en place, notamment dans la vallée des Jalles (Dupuy, 2007). Une structure plus encline à appuyer les petites unités maraîchères notamment désireuses d’assurer une reconversion en agriculture biologique. En 2007 un premier accord est signé entre le civam et la cub, il est renouvelé en 2009. Il s’agit tout d’abord de mettre en place dans la zone maraîchère un relais amap pour l’agglomération bordelaise. Cette nouvelle organisation doit impulser des contrats locaux producteurs-consommateurs, accompagner les producteurs à la vente directe de proximité et collective, mais aussi favoriser l’installation de jeunes agriculteurs en zone urbaine et périurbaine. La promotion et la relance de la production de la pomme de terre d’Eysines (extrait du registre de délibération du conseil de communauté du 29 mai 2009) est aussi de nature à dynamiser le système. Faute de moyens, l’animation du relais amap n’a pu être assurée bien longtemps. L’aide à l’installation a donné lieu à la création en 2010 d’une formation au maraîchage au Lycée agricole de Blanquefort avec l’appui du conseil régional et la mise en place d’une « couveuse agricole » pour accompagner les projets d’installation (forme de parrainage). Toutes ces actions sont largement relayées par la presse quotidienne locale 6. Durant cette période, les relations entre la cub et la chambre d’agriculture de Gironde se distendent. La Chambre a donné un avis négatif sur le plu de 2006 et regrette que les politiques urbaines soient menées indépendamment de ses compétences et connaissances. Le choc est rude. Jusqu’alors, les questions agricoles étaient confiées aux organisations conventionnelles dont les cadres de référence sectorielle imposent leur autorité.

14Le lien entre la cub et la chambre d’agriculture est renoué lorsque V. Feltesse et A. Juppé (maire de Bordeaux) décident dans le cadre de la révision des documents d’urbanisme (scot et plu) de solliciter le ministre de l’agriculture (Bruno Le Maire) pour qu’un expert soit dépêché auprès de la cub. L’intervention directe du ministère redonne ainsi une légitimité à la Chambre. L’objectif de la mission est de solliciter un regard extérieur et de consolider des connaissances (éléments de diagnostics, réseau de partenaire, programme d’intervention) destinées à structurer la politique agricole de la cub. Philippe Quévremont, ingénieur général des ponts, des eaux et des forêts, membre du conseil général de l’environnement et du développement durable, animateur du comité opérationnel « urbanisme » du Grenelle de l’environnement a été chargé de cette mission, conduite de juin à octobre 2010. Son rapport a été communiqué en novembre 2010. Après une présentation synthétique des principales caractéristiques des espaces agricoles et de l’évolution de l’activité sur le territoire, il fixe sept recommandations principales parmi lesquelles l’inventaire des espaces naturels et agricoles insérés dans le tissu urbain. Il s’agit de faire un inventaire précis des exploitations et de leur fonctionnement au sein du territoire. Une dizaine d’années après décision d’intégration du parc des Jalles, on ne dispose toujours pas de ce diagnostic. Le rapport recommande aussi la mise en place de conventions notamment avec la chambre d’agriculture et la safer. La mission initiée à la demande des grands élus urbains remet la chambre d’Agriculture dans le jeu avec des objectifs renouvelés. Dès 2011, le projet de partenariat avec la cub est mis dans les priorités d’action de la chambre d’agriculture. Ce que son président appelle « un vaste chantier » a commencé par la réalisation du diagnostic agricole dans le cadre de la révision du plu (enquête exhaustive auprès de 230 exploitants). La préparation d’une convention est en cours. Elle porte sur différents domaines d’intervention : l’installation et la transmission des exploitations, le parrainage des repreneurs, le développement des modes de commercialisation des circuits courts ainsi que l’animation d’un programme de développement orienté vers l’agriculture biologique, l’élevage, le maraîchage (Artigues, 2011). On retrouve ici les thèmes d’intervention du civam-Aquitaine, mais dans le cadre de la structure chambre d’agriculture, qui met ses moyens au service de la politique urbaine (la démarche coïncide avec la volonté politique). Sur le plan théorique (politique ?) au moins, un facteur d’inertie du système a sauté : les conditions d’un dialogue entre la Chambre et l’agglomération sont instaurées.

15La volonté de prendre en compte la spécificité des espaces agricoles conduit à une reconnaissance progressive de la profession. Le partenariat qui se tisse entre la chambre d’agriculture et la cub s’avère totalement innovant dans le contexte bordelais alors qu’il fait l’objet d’expériences déjà éprouvées dans d’autres agglomérations françaises : Grenoble, Aubagne, Rennes, Nantes, Montpellier sont souvent les exemples cités. Ce n’est pourtant pas aux acteurs de ces expériences que les élus ont fait appel dans un premier temps. On peut imaginer que l’urgence était de réhabiliter le partenariat avec la chambre d’agriculture, faire appel au ministère de l’agriculture s’avérait alors plus judicieux. Néanmoins des rencontres entre des membres de la chambre d’agriculture de Gironde et des acteurs de l’agglomération de Nantes étaient prévues pour juin 2012.

16À Bordeaux, c’est dans le parc des Jalles que la question agricole est posée de façon déterminante, elle contrarie paradoxalement un projet territorial de parc paysager conçu sans tenir compte des réalités qu’elle représente. Dans la partie suivante nous montrons comment la présence de l’agriculture perturbe le projet initial et la difficulté à trouver les outils d’aménagement de l’espace adéquats.

II. Agriculture et projet territorial : le cas du parc des Jalles

17L’idée de création de parc est ancienne dans la zone inondable de la vallée des Jalles, au nord de l’agglomération bordelaise. Dès les années 1970, elle prend corps avec les coulées vertes du sdau. Néanmoins, il faut attendre la procédure de ppri (Plans de Protection des Risques d’inondation) en 1999, rendant la zone définitivement inconstructible dans sa presque totalité, pour que soit signée la charte instituant le projet de parc en 2000.

18L’acte de naissance du parc est signé en 2000-2001 par huit communes, il définit trois grands axes d’intervention :

1- objectifs environnemental et patrimonial : « la maîtrise de l’avenir foncier afin de prévenir des opérations qui nuiraient à ce patrimoine collectif de manière irréversible » ;

2- objectif social : « la création de cheminements intercommunaux de découvertes culturelles, ludiques et sportives à partir des pôles d’intérêts existants qui jalonnent la rivière » ;

3- objectif économique : « le soutien aux activités agricoles en difficulté ».
(A’Urba 2002-1, p. 3).

19Il s’agit donc de promouvoir la multi-fonctionnalité de l’espace en privilégiant une ouverture au public. Dans la formulation des objectifs, la question foncière est bien mise en avant : maintenir l’espace non bâti en valorisant les terres agricoles et en développant la fonction récréative.

20Depuis 12 ans, peu de réalisations concrètes ont donné vie à ce parc. Paradoxalement, la dimension agricole reste longtemps la grande oubliée du projet. Des partenariats se mettent en place mais le constat d’échec à ce jour demeure :

« Malgré une forte volonté de valorisation de l’agriculture notamment en proposant le regroupement d’activités maraîchères sur les sites les plus propices, la localisation préférentielle des cultures céréalières sur le bourrelet alluvial afin de protéger les tourbières ainsi qu’une gestion de la zone humide par l’élevage, la chasse et la pêche, les représentants du monde agricole affirment pâtir d’un manque de concertation. »
(A’Urba 2007, p. 68).

21Le projet s’appuie dès le départ sur l’idée d’un parc paysager. La taille (4 800 ha) et la complexité du territoire concerné, constitué à 95 % de terres privées, imposent une évolution des méthodes classiques de l’aménagement. La stagnation du projet témoigne de la difficulté à intégrer la question agricole dans une conception urbaine de l’aménagement de ce territoire.

Les usages du sol dans le parc des Jalles

Les usages du sol dans le parc des Jalles

D’après A’Urba 2004 (O. Pissoat)

1. La laborieuse construction du parc

22L’idée de parc émane de l’agence d’urbanisme de l’agglomération bordelaise, donc de techniciens qui n’ont été que tardivement relayés par les élus communautaires ; elle n’a été que peu appropriée par les communes et ignorée par le monde agricole. De 2000 à 2005 (engagement des fonds de la cub) le parc reste une abstraction. Durant cette période, il prend la forme virtuelle d’un projet paysager initié par l’agence d’urbanisme et validé par les instances compétentes (comité technique, comité de pilotage, bureau de communauté et conseil de communauté). Trois documents sont élaborés à partir de 2002 : le diagnostic (février 2002), le pré-schéma d’orientation (juin 2002) et le plan d’action provisoire (mai 2004). Le passage d’une lecture paysagère à une lecture plus environnementale du parc s’est traduit par la création d’un poste spécifique de chargé de mission au sein de la direction du Développement Durable et de l’Écologie Urbaine (ddeu) de la cub. C’est à partir de ce moment-là qu’un financement a été dégagé pour mener à bien, à l’échelon communal, quelques opérations inscrites dans le plan d’action.

  • 7 Dans le cadre d’un exercice pédagogique réalisé durant l’automne 2007 avec les étudiants de Licence (...)
  • 8 Le parc des Jalles, un parc vivant, charte paysagère et environnementale, ADH, Biotope et C. Cloud, (...)

23Parallèlement, un grand nombre d’études sont engagées touchant les différents aspects de la vie du parc mais peu l’agriculture, curieusement. Une enquête réalisée en 2007 7 auprès des agriculteurs nous a permis de constater que, s’ils étaient régulièrement sollicités par l’intermédiaire des organisations professionnelles, aucune étude sérieuse n’avait cependant été réalisée sur l’état de l’agriculture dans la vallée et leurs aspirations. Au printemps 2008, une nouvelle charte paysagère et environnementale élaborée à la demande de la cub (Lauquier, 2008) 8 a été l’occasion des premières journées d’information, sollicitant la présence de différents groupes d’acteurs dont les maraîchers et les éleveurs. Le rapport Quévremont indique que la charte constitue presque une étude de définition déclinant de nombreuses propositions, mais qu’elle n’a pas donné lieu à des actions concrètes depuis. L’absence d’une définition précise de la maîtrise d’ouvrage de ce projet territorial, première étape proposée par la charte, est une explication de cette inefficacité.

2. L’agriculture, cette grande inconnue

24L’agriculture est un support au projet, elle n’en est pas la matière. Sur les 4 800 ha de la superficie originelle du projet de parc, 72 % correspondent à des terres agricoles. Mener à bien un projet de territoire ne peut se faire sans la collaboration des agriculteurs et des propriétaires fonciers. Or l’espace Parc a été inscrit dans le plu de 2006 sans qu’un diagnostic précis de l’agriculture et de la vision des agriculteurs présents dans la zone n’ait été réalisé. Par ailleurs, dès le départ le projet se focalise sur la zone maraîchère, centre d’attention des politiques publiques ; ceci témoigne d’une vision très spécifique de l’agriculture puisque le maraîchage occupe en définitive une proportion assez faible de la surface agricole du parc.

25La zone considérée comme maraîchère de la vallée des Jalles s’étend sur 500 ha dont moins d’un tiers, environ 160 ha, correspondent effectivement au maraîchage, aux jachères ou pépinières et productions horticoles. Pour ce qui est du reste de ce petit périmètre, 170 ha sont couverts de prairies et divers et près de 170 ha de bois et friches (Apieta, 2010). La zone maraîchère ne couvre que 11 % des 4 400 ha du parc actuel, 3,6 % si l’on ne tient compte que des terres réellement exploitées, pourtant « c’est l’évolution du maraîchage qui frappe localement le plus les esprits, il y a une vingtaine d’années l’agglomération bordelaise était en effet encore ceinturée de nombreuses exploitations maraîchères » (Quévremont, 2010, p. 2). Il y a donc un accord des experts, des élus et des aménageurs pour décider que l’urgence de l’avenir de l’agriculture se trouve dans cette zone, quand bien même les principales superficies permettant de gérer les vastes étendues de ce parc correspondent plutôt aux prairies (élevage extensif) et aux cultures céréalières (surtout du maïs).

  • 9 La procédure prévue par la loi sur le développement des territoires ruraux (2005) et incluse dans l (...)

26Malgré l’enjeu que représente l’agriculture pour ce projet de territoire, aucune étude spécifique n’a été menée sur son ensemble. Le bureau d’étude de la chambre d’Agriculture (Apieta) lance un premier diagnostic de la seule zone maraîchère en 1994. Une nouvelle étude est menée à bien en 2009 dans le cadre de la démarche de création d’un Périmètre de protection et de mise en valeur des espaces agricoles et naturels périurbains (ppeanp/paen9. Elle permet de rendre compte de l’importance de la déprise agricole et de la principale menace qui pèse sur la zone : environ un tiers de la surface est assurée d’être encore valorisée dans les prochaines années, deux tiers risquent de ne plus l’être (Apieta, 2010), confirmant les résultats de l’étude conduite par les étudiants de l’université de Bordeaux 3 en 2007.

27La force de ce message est sans doute celle qui marque les esprits et oriente l’action publique vers cette zone. Les principales démarches entreprises concernent la préparation d’un document d’objectif Natura 2000, la promotion d’un aménagement foncier et la création d’un ppeanp/paen. Le 2 février 2007 le conseil général de la Gironde crée une commission intercommunale d’aménagement foncier (ciaf) réunissant les communes maraîchères de la vallée : Blanquefort, Bruges, Eysines et Le Taillan. Elle est chargée de suivre et de valider l’étude d’aménagement foncier dont l’appel d’offre est lancé l’été 2007. La première proposition de périmètre recueille un avis défavorable en 2009. Une nouvelle proposition est établie s’appuyant sur l’étude de l’Apieta. Le périmètre proposé passe de 485 ha à 785 ha intégrant la commune de Saint-Médard-en-Jalles. Il a reçu l’approbation des communes, de la chambre d’agriculture ainsi que de la cub ; les résultats de l’enquête publique sont en attente. À travers le ppeanp/paen, l’objectif est « d’afficher de manière pérenne la vocation agricole de la vallée maraîchère, de contraindre les spéculations et de créer un droit de préemption spécifique pour le Département » (ppeanp des Jalles, 2011). L’aménagement foncier vise la concentration des terres agricoles et l’amélioration des conditions de production. Bien que la loi de développement des territoires ruraux (2005) introduise les objectifs paysagers et environnementaux et fasse disparaître la notion controversée de remembrement, la démarche ressemble aux grandes opérations de génie rural initiées dans les années 1960. Elle reste classique et normative : il s’agit de promouvoir l’activité économique en rationnalisant la structure parcellaire. Aborder la question foncière par le biais de l’aménagement foncier signifie se lancer dans une opération lourde et coûteuse sans avoir forcément, en l’occurrence, pris la mesure des besoins de l’agriculture et des attentes des agriculteurs.

28La démarche suscite une forte opposition des maraîchers qui voient dans le principe de protection une source de dévalorisation de leurs terres « Ils craignent [les maraîchers] que demain le conseil général les oblige à vendre leurs biens pour un prix dérisoire réduisant à néant des années de travail » (Sud-Ouest, 21 janvier 2011). Cette crainte s’appuie sur une croyance forte que les pouvoirs publics seront dans l’incapacité de maintenir à long terme une interdiction de construire dans cette zone, pour eux abusivement qualifiée d’inondable. Pour certains, la défiance est également forte vis-à-vis des différentes mesures prises pour empêcher le déclin de l’activité horticole. Comme dans d’autres agglomérations françaises, européennes ou nord-américaines, les orientations politiques privilégient les aspects suivants :

  • favoriser un lien direct entre producteurs et consommateurs (circuit court)

  • favoriser l’installation de jeunes agriculteurs hors cadre familial en zone urbaine et périurbaine

  • promouvoir la qualité (labellisation des produits).

29Elles peuvent heurter des exploitants conventionnels établis en succession familiale.

30Par ailleurs, ces mesures sont jugées anecdotiques pour valoriser l’activité économique qu’est avant tout l’agriculture. Certains les nomment Plan Marshall de la vallée des Jalles. Hostiles à ce projet, une trentaine de propriétaires (soit la moitié de la zone) a créé l’association Terres de demain, présidée par Pascal Privat, maraîcher et élu de la ville de Bruges. « Nous ne croyons pas à cette initiative », résume Monique Baron, propriétaire de plusieurs parcelles dans le périmètre (Sud-Ouest, 19 juin 2010).

31Le foncier reste le cœur du problème et, selon P. Quévremont, doit être abordé plus directement. Il s’agit bien en effet de savoir ce que l’on souhaite faire vraiment du parc des Jalles ; les questions posées par son rapport traduisent clairement l’enjeu :

  • « Veut-on en tout ou partie réaliser un parc paysager « classique », ce qui suppose des acquisitions foncières publiques, au besoin par expropriation ?

  • Sinon comment maintenir une activité agricole, en régression progressive sous le poids des contraintes périurbaines et quel type d’activité veut-on maintenir ? Une politique foncière doit-elle y contribuer ?

  • Est-on prêt à consentir à des démarches de protection effective des milieux naturels, encadrant de fait de futures marges de manœuvre pour les projets porteurs de développement économique ou urbain ? » (Quévremont 2010, p. 8).

III. Des outils pour une collaboration entre ville et agriculture : la charte paysagère et les circuits courts

32Le projet territorial résulte avant tout de l’interaction entre les professionnels de l’aménagement et les élus. L’agriculture est bien présente dans le groupe de travail du document d’urbanisme mais le rôle de ses représentants s’est très longtemps cantonné dans la négociation d’espaces dédiés, donc non urbains, exclus du projet de territoire. L’agriculture urbaine est désormais un enjeu très fort mais sa conception reste floue dans la culture des acteurs. Toute l’ambiguïté du projet bordelais, et de nombreux autres projets de périphéries urbaines, réside dans cette difficile interaction entre les domaines urbain et agricole. Charte paysagère et circuits courts font partie des outils mobilisés pour favoriser les échanges entre ces domaines. Le prisme de l’urbain reste néanmoins fort.

1. La charte paysagère et le poids du projet paysager

33La charte paysagère est l’outil privilégié dans les démarches d’aménagement visant notamment les espaces ouverts. La prise en compte du paysage permet de « valoriser un patrimoine et protéger des sites exceptionnels, renforcer une identité, mieux répartir et adapter les activités et les aménagements, donner des atouts économiques et touristiques, sensibiliser et responsabiliser les habitants » (Gorgeu 2001, p. 44). Dans le cas du parc des Jalles nous avons vu qu’il y a eu deux temps de la charte. Au début des années 2000 la charte atteste de la création du territoire (accord de principe entre les huit communes) ; elle se traduit par l’élaboration d’un projet paysager et d’un plan d’action. Dans la charte paysagère et environnementale de 2008, la démarche se veut plus participative. À l’amont du projet il y a bien une volonté d’identifier les attentes des différents acteurs. La charte paysagère est dans ses principes un outil d’animation « visant à faire exprimer les différents regards » (Gorgeu 2001, p. 46). En imposant « de mettre les projets à plat, la charte paysagère offre une possibilité de confrontation et de discussion en vue de pouvoir réguler les évolutions à venir » (Girardin et al., 2001).

34Pourtant, dans le cas bordelais et sans doute dans bien d’autres cas, la charte n’est pas simplement l’expression de la diversité de regard. La co-construction du projet de territoire est biaisée car elle propose à la discussion une composition qui aborde le territoire à travers un argument (le site et la lecture historique des lieux), un outil (l’expression graphique du projet), une démarche créative et esthétique du projet. La charte, par manque de temps des maîtres d’œuvre, laisse une place trop réduite à la compréhension des représentations de l’espace qu’en ont ses utilisateurs. Cela explique sans doute la méfiance des agriculteurs à l’égard d’un idéal paysager dans lequel ils ne se reconnaissent pas forcément. Par ailleurs, le parc demeure dans les esprits un outil souhaité par les citadins pour préserver, conserver en imposant des règles ; le projet paysager reste une démarche d’aménagement et d’architecture. Les recherches sur le paysage mettent l’accent sur la nécessité de réduire cet écart en mobilisant des outils de médiation entre les représentations, la parole des usagers et le projet (Michelin, 1998 ; Lelli, 2003 ; Bigando, 2006). Elles trouvent progressivement un écho chez les praticiens. La question du temps du projet reste toutefois posée.

2. Les faux-semblants du circuit court

35Le circuit court est également annoncé dans les politiques urbaines comme un moyen de rapprocher producteurs et consommateurs, agriculteurs et citadins. Les circuits courts combinent différemment proximité organisationnelle et proximité géographique. Il existe donc une grande diversité de formes de circuits courts qui ne se limite pas à l’expérience des amap. La pratique en elle-même n’est pas récente mais elle se teinte aujourd’hui d’une dimension solidaire que revendiquent en particulier les amap. Le circuit court s’est fortement développé durant les 10 dernières années et les amap participent pleinement à ce mouvement. La première se serait créée au cœur de Paris en 2003. Au même moment, le cinéma Utopia, au centre de Bordeaux, accueillait la première pca (Paysans consommateurs associés, réseau similaire à celui des amap).

36Dans le discours des politiques urbaines, le circuit court se dote de toutes les vertus notamment celle de contribuer au maintien voire au développement d’une agriculture de proximité et de faire meilleur usage des ressources environnementales (Aubry et al., 2012). Les circuits courts sont systématiquement reliés à l’agriculture biologique lorsqu’il s’agit d’en faire la promotion. L’enjeu de proximité concerne la distribution, la relocalisation de l’activité et la réduction des impacts environnementaux liés aux transports ; celui du « bio » est lié à la réduction des pollutions par les intrants et à la qualité des produits. Le panier de produits frais que l’on vient chercher chez l’exploitant ou dans un point de vente collectif est devenu le symbole de cette association entre la proximité et le « bio », entre le citadin et l’agriculteur.

  • 10 Une population d’origine asiatique se consacre aux productions exotiques (légumes et herbes aromati (...)
  • 11 Elle regroupe aujourd’hui une quinzaine de producteurs.
  • 12 Panier du 17 au 21 Septembre 2012 : http://lepanierfraicheurmaraicher.fr/.

37Dans la vallée des Jalles, traditionnellement maraîchère, aujourd’hui insérée dans l’agglomération bordelaise, la vente directe n’est pourtant pas majoritaire. La commercialisation s’opère par les canaux de la sica (31 % de la surface cultivée), des grandes et moyennes surfaces, centrales d’achat et circuits asiatiques (38 %) 10, la vente directe et les amap correspondent à un autre tiers (30 %). La demande est néanmoins forte et amène les filières à s’adapter. La sica Maraîchère Bordelaise 11 est une coopérative de producteurs de légumes. Elle a été fondée en 1963 par des producteurs de la région bordelaise souhaitant la mise en commun d’un outil de vente de leurs productions. Située dans un premier temps sur le Marché d’Intérêt National de Bordeaux-Brienne, elle s’est installée en 1997 au cœur même de la zone de production maraîchère bordelaise, à Eysines. Depuis 2006 elle propose des « paniers fraîcheur ». Les légumes qui le composent sont principalement produits sur place (notamment radis, tomates, salade, concombre, piment doux) mais les pommes de terre, pourtant spécialité revendiquée d’Eysines, viennent du Lot-et-Garonne. En revanche, l’origine des fruits rompt totalement avec le principe de proximité et de saisonnalité : pommes du Lot-et-Garonne mais poire de France, raisin d’Italie, orange d’Espagne, banane de Martinique, ananas de Côte d’Ivoire 12. Les produits à la vente ne sont pas « bio » mais issus de l’agriculture raisonnée définie de la façon suivante par la sica :

« Elle constitue un mode de production agricole qui vise à une meilleure prise en compte de l’environnement par les exploitations. Elle associe la lutte biologique (insectes prédateurs) et des traitements phytosanitaires qui sont réalisés si nécessaire. Des cahiers des charges ont été élaborés et des cahiers de cultures sont tenus sur les exploitations. Des analyses de résidus sont réalisées tout au long de l’année. Par ce biais, les impacts sur l’environnement sont réduits. Également, la dgccrf réalise régulièrement des contrôles sur les légumes entrant à la coopérative » 13.

38On voit ainsi que l’agriculture maraîchère de proximité de la vallée des Jalles n’utilise que marginalement la vente directe, qu’elle n’est pas nécessairement biologique et que les paniers ne correspondent pas forcément à des produits de proximité (approvisionnement extérieur à l’agglomération). De quoi dérouter quelque peu les citadins souhaitant mieux comprendre voire s’associer à la production agricole. Pour certains agriculteurs la vente directe est un leurre car elle ne garantit pas la rentabilité des exploitations (Sud-Ouest, 19 juin 2010).

Conclusion

39Le succès du projet agri-urbain nécessite de bien connaître la situation des exploitations agricoles concernées et leur relation au territoire. Le diagnostic est complexe, il diffère certainement des études agricoles produites en routine par les organismes spécialisés, il doit associer à l’amont les exploitants et les consommateurs urbains. Par ailleurs, même si la distribution en circuit court demeure minoritaire, l’éveil des consciences consommatrices accrédite l’hypothèse d’une conquête de l’espace utile et de parts de marché par cette activité agri-urbaine. Une convergence se dessine entre la demande citoyenne et l’obligation pour les collectivités de gérer des superficies soustraites aux possibilités de construction (protections contre les risques, pour la qualité environnementale, etc.). Le rapprochement entre ville et agriculture impose de profondes mutations dans les pratiques des différents acteurs (agriculteurs, consommateurs, professionnels, élus, etc.) et de nouvelles formes de gouvernance (Bonnefoy 2005). Il nécessite une implication beaucoup plus forte des élus des villes qui peinent à consentir des investissements conséquents pour les espaces non bâtis.

40La société contemporaine est urbaine, elle est entrée dans la nature. Ceci signifie que l’homme ne s’oppose plus à la nature mais devient un acteur de la nature (Viard, 2012). Par voie de conséquence la ville ne se distingue plus de la nature, elle s’associe à elle. L’urbanisme s’est emparé de cette entrée dans la nature :

« Le rapport à la nature est devenu une question centrale du débat urbain. D’abord parce que l’écologie reste la seule idéologie supportable autour de laquelle puisse se fédérer un mouvement collectif, une raison de dépasser les intérêts personnels. Mais aussi parce que la nature, qui englobe à la fois le monde végétal, l’espace public ou un nouvel imaginaire de la ville, est l’un des rares thèmes qui permette d’aborder la question de la continuité urbaine (B. Reichen cité par Younès, 2000, p. 73).

41Dans ce projet l’agriculture reste encore bien souvent ignorée. Ainsi, lorsque la cub décide de s’appuyer sur la nature pour construire son projet de métropole millionnaire, elle fait appel aux professionnels de la ville et aux grands noms du paysagisme (Courajoud, Chemetoff) pour organiser une rencontre-débat. Le premier séminaire « Natures de ville » s’est tenu en 2009 ; aucun professionnel de l’agriculture n’y était invité14. Les choses bougent un peu néanmoins : la chambre d’agriculture est ainsi partenaire de l’appel à projet « 55 000 hectares pour la nature » lancé par la cub en 2012. Il s’agit de susciter la pluridisciplinarité pour des projets portant sur les espaces non bâtis de la cub. La dimension artistique et souvent utopique des propositions amuse les professionnels de l’agriculture. Ils regrettent néanmoins qu’un partenariat intégré ne se développe pas plus lors de l’élaboration des projets urbains. La chambre d’agriculture peine à collaborer avec l’A’Urba. Les différences entre les formations disciplinaires des professionnels (architecture-urbanisme/agriculture-développement local) constituent l’obstacle majeur à la construction d’une culture commune de l’espace ouvert.

42En ce qui concerne le projet territorial, une confusion demeure entre aménagement et développement. Le zonage et le projet ne suffisent pas à générer l’action. La démarche d’aménagement implique une volonté politique forte et des moyens importants. Dans le cas des vastes espaces ouverts, l’un et l’autre font le plus souvent défaut. La création de liens entre les différents acteurs du territoire, la compréhension de la diversité des attentes et des enjeux sont des démarches incontournables pour susciter l’adhésion et donc l’action. L’exemple du parc des Jalles montre que les mesures privilégiées jusqu’à présent relèvent de l’aménagement rural (aménagement foncier) ou urbain (projet paysager), ce qui peut expliquer en partie l’inertie du projet. La présence de l’agriculture dans le territoire renforce sans doute l’obligation d’envisager le projet comme un processus s’inscrivant dans un temps long et des formes de coordination qui relèvent davantage de la démarche de développement.

Haut de page

Bibliographie

Amati M., Taylor L., « From Green Belts to Green Infrastructure », Planning, Practice & Research, vol. 25, n° 2, 2010, p. 143-155.

Aubry C., Kebir L., Pasquier C., « Le raccourcissement des circuits alimentaires : une nouvelle ruralité en périphérie des villes ? (étude de cas en Ile-de-France) », in Papy F., Mathieu N., Ferault C. (éds), Nouveaux rapports à la nature dans les campagnes, éd. Quae, 2012, p. 55-69.

Banzo M., L’espace ouvert pour une nouvelle urbanité, Habilitation à diriger des recherches, Université Michel de Montaigne, Bordeaux 3, 2009. http://tel.archives-ouvertes.fr/view_by_stamp.php?&halsid=5jvpmsmf7fpc92kvb73tja1sv0&label=UBX3-T&langue=en&action_todo=view&id=tel-00618968&version=1&view=extended_view

Bigando E., La sensibilité au paysage ordinaire des habitants de la grande périphérie bordelaise. Communes du Médoc et de la basse vallée de l’Isle, thèse de doctorat en Géographie, Université Michel de Montaigne – Bordeaux 3, 2006, 503 p.

Bonnefoy S., « Agriculture et droit de cité », Pour, n° 188, 2005, p. 146-153.

Girardin G., Koltirine R., Henry M., Paysage et aménagement urbain. Note de synthèse, Ministère de l’équipement du transport et du logement, Centre de documentation de l’urbanisme, 2001, 81 p. http://cataloguecdu.documentation.developpement-durable.gouv.fr/document.xsp?id=Cdu0099473&qid=sdx_q1&n=18&q=http://ruralia.revues.org/document250.html

Gorgeu Y., « Les plans ou chartes de paysage », Aménagement et nature, n° 141, 2001, p. 46-53.

Jarrige F., Thinon P., Nougarèdes B., « La prise en compte de l’agriculture dans les nouveaux projets de territoires urbains. Exemple d’une recherche en partenariat avec la Communauté d’Agglomération de Montpellier », Revue d’économie régionale et urbaine, n°3, 2006, p. 393-414.

Labat D., L’évaluation des politiques publiques de paysage dans les documents d’urbanisme. Définition et proposition méthodologique dans le cadre du scot de l’aire métropolitaine de Bordeaux, thèse de doctorat, École Nationale Supérieure de Paysage de Versailles, 2011, 442 p.

Lelli L., « La photographie de paysage comme outils de mobilisation des acteurs pour un projet de paysage », in Debarbieux B., Lardon S. (dir.), Les figures du projet territorial, éditions de l’Aube, datar, 2003, p. 183-191.

Michelin Y., « Des appareils-photo jetables au service d’un projet de développement : représentations paysagères et stratégies des acteurs locaux de la montagne thiernois », Cybergeo, n° 65, 1998, 15 p.

Viard J., Nouveau portrait de la France : la société des modes de vie, Éds. de l’Aube, 2012, 204 p.

Younès C., « Natures et villes en mouvement », Urbanisme, n° 314, 2000, p. 68-75.

Documents, études

A’Urba, Mise en œuvre et évaluation du SCOT de l’aire métropolitaine de Bordeaux : sensibilité des activités agricoles et sylvicoles au regard de la proximité urbaine, rapport d’étude, 21 décembre 2007.

A’Urba, Info’cité, n° 27, nov. déc 2006.

a’urba, Parc intercommunal des Jalles-Schéma de référence. Phase 1 : diagnostic global et enjeux de projet, 2002-1.

a’urba, Parc intercommunal des Jalles. Phase 3 : programme d’actions, 2004.

a’urba, Les coulées vertes dans le sdau et les pos, Bordeaux, Agence d’urbanisme, 1976.

apieta (bureau d’étude), Étude économique des exploitations agricoles de la zone maraîchère des communes de Blanquefort, Bruges, Eysines, Le Haillan et le Taillan, mai 2010.

Artigue B. (président de la ca), Intervention à la session de la Chambre d’Agriculture de la Gironde, 8 juillet 2011.

Dupuy S., Soutenir une agriculture multifonctionnelle sur le parc des Jalles et les Bords de Garonne, Mémoire de fin de licence professionnelle, civam Aquitaine et Université de Bordeaux 3, 2007.

Lauquier C., La construction du territoire : le projet du parc des Jalles dans le nord-ouest de l’agglomération bordelaise, rapport universitaire de M1, Université de Bordeaux 3, département de géographie, 2008.

ppeanp des Jalles, notice soumise à enquête publique du 26 avril au 27 mai 2011.

Quévremont P., Note de synthèse par M. Philippe Quévremont à l’issue de la mission effectuée à la demande de la Communauté Urbaine de Bordeaux, 2010.

Articles parus dans Sud-Ouest (presse quotidienne régionale) :

« Un jeune maraîcher sous « couveuse » », Sud-Ouest, 22 mars 2012.

« La zone maraîchère au cœur des débats », Sud-Ouest, 21 janvier 2011.

« Remous autour des Jalles », Sud-Ouest, 19 juin 2010, (Bodescher L.).

http://www.sudouest.fr/2010/06/19/remous-autour-des-jalles-121051-2780.php

« La métropole bordelaise prend la clé des champs », Sud-Ouest, 13 mai 2010 (Lherm D.)

Haut de page

Notes

1 Dans le code d’urbanisme, les SDAU ont laissé place aux schémas directeurs, puis aux Scot. À l’apparition des Scot, inscrits dans la loi Solidarité et Renouvellement Urbain du 13 décembre 2000, les Schémas Directeurs en cours de révision valent Schémas de Cohérence Territoriale.

2 La Communauté Urbaine de Bordeaux regroupe 28 communes qui s’étendent sur 57 828 ha.

3 L’idée de coupure d’urbanisation trouve ses racines dans le modèle de cité-jardin proposé au début du XXe siècle par E. Howard et dans ses prolongements via l’outil de planification qu’est la ceinture verte (Amati, Taylor, 2010). Les orientations de développement à l’échelle du schéma directeur proposent différents modèles supposés contenir l’étalement urbain et organiser la forme urbaine : la ceinture verte, le plan en doigt de gants, le polycentrisme sont des références récurrentes.

4 Centres d’Initiatives pour Valoriser l’Agriculture et le Milieu rural ; Association pour le Maintien d’une Agriculture Paysanne.

5 Dans le cas de Montpellier, l’élaboration du SCOT a bénéficié d’une convergence d’intérêt pour une réflexion approfondie sur la place et l’avenir de l’agriculture dans l’Agglomération de Montpellier. Cette convergence a amené à développer une étude en étroite collaboration entre la Communauté d’Agglomération de Montpellier, la chambre d’agriculture de l’Hérault, la Direction départementale de l’agriculture et des forêts de l’Hérault et l’ENSAM-INRA pour l’enseignement et la recherche.

6 Le quotidien du Sud-Ouest publie très fréquemment des articles relatant les initiatives qui prennent forme pour développer les circuits courts et installer de nouveaux agriculteurs. On apprend ainsi que Virgile Chapeau et Tiffany Paternotte ont vendu leurs premières salades le 24 mars 2012 dans le cadre d’une expérience de « couveuse » (Sud-Ouest, 22 mars 2012).

7 Dans le cadre d’un exercice pédagogique réalisé durant l’automne 2007 avec les étudiants de Licence 3 de géographie de l’Université de Bordeaux, une enquête a été menée auprès des habitants des communes concernées par le parc ainsi que des agriculteurs usagers de la vallée des Jalles. Ces derniers ont été enquêtés à la fois comme habitant et comme agriculteur. Dans ce cas, un questionnaire portant plus spécifiquement sur l’exploitation et le devenir de leur activité a été utilisé.

8 Le parc des Jalles, un parc vivant, charte paysagère et environnementale, ADH, Biotope et C. Cloud, juillet 2008.

9 La procédure prévue par la loi sur le développement des territoires ruraux (2005) et incluse dans le code de l’urbanisme (L. 143-1) permet sous certaines conditions au conseil général de délimiter un périmètre destiné à protéger et valoriser l’activité agricole et les espaces naturels. Le PPEANP est soumis à l’élaboration d’un programme d’action ou de gestion. À l’intérieur de ce périmètre, les terrains peuvent être acquis par le département, à l’amiable, en faisant usage du droit de préemption ou par expropriation selon les contextes. Suivant les documents le sigle utilisé est PPEANP ou PAEN (cas dans le rapport Quévremont).

10 Une population d’origine asiatique se consacre aux productions exotiques (légumes et herbes aromatiques) sur 12 hectares. Les circuits de distribution de cette micro filière sont mal connus (commercialisation locale, liens directs avec la région parisienne) (Apieta, 2010).

11 Elle regroupe aujourd’hui une quinzaine de producteurs.

12 Panier du 17 au 21 Septembre 2012 : http://lepanierfraicheurmaraicher.fr/.

13 http://lepanierfraicheurmaraicher.fr/index.php/qui-sommes-nous (consulté le 21 septembre 2012).

14 http://www.lacub.fr/nature-cadre-de-vie/natures-de-villes

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Les limites de l’agglomération bordelaise
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/532/img-1.png
Fichier image/png, 542k
Titre Les usages du sol dans le parc des Jalles
Crédits D’après A’Urba 2004 (O. Pissoat)
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/532/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 257k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mayté Banzo et Laurent Couderchet, « Intégration de l’agriculture aux politiques et projets territoriaux urbains »Sud-Ouest européen, 35 | 2013, 5-16.

Référence électronique

Mayté Banzo et Laurent Couderchet, « Intégration de l’agriculture aux politiques et projets territoriaux urbains »Sud-Ouest européen [En ligne], 35 | 2013, mis en ligne le 26 septembre 2014, consulté le 18 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/soe/532 ; DOI : https://doi.org/10.4000/soe.532

Haut de page

Auteurs

Mayté Banzo

Professeure des universités, UMR ADES Cnrs, Adess-Université Bordeaux 3, mayte.banzo@u-bordeaux3.fr

Articles du même auteur

Laurent Couderchet

Professeur des universités, UMR ADES Cnrs, Adess-Université Bordeaux 3, lcouderc@u-bordeaux3.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Sud-Ouest européen – Revue géographique des Pyrénées et du Sud-Ouest est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaire du Midi
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search