Navigation – Plan du site

AccueilNuméros45Sud-Ouest Européen, 20 ans de « r...

Sud-Ouest Européen, 20 ans de « reprise »

1998-2018
Philippe Dugot
p. 5-11

Texte intégral

  • 1 Participent notamment à cette « aventure » : Frédéric Durand, Jean-François Pérouse, Michel Roux et (...)
  • 2 Texte signé de « la future équipe de rédaction, quadripolaire ».

1C’est en 1998 que paraît le premier numéro de la revue Sud-Ouest Européen (SOE 1). Il y a donc 20 ans. Cette revue ne naît pas sans racines puisqu’elle succède à la Revue géographique des Pyrénées et du Sud-Ouest (RGPSO). Elle est même annoncée, certes pas sous ce titre, dans la dernière livraison de la RGPSO (t. 63, fasc. 3-4, p. 373-374, 1992-1993). Après une interruption de parution de presque trois années, on peut ainsi lire dans un court texte intitulé « Prolégomènes à une relance », que « non, la RGPSO ne doit pas mourir [et d’ajouter que] ce numéro voudrait [en] témoigner clairement 2 ». Mais dans ce même texte, on lit quelques lignes plus loin que « restent quelques obstacles à lever ». Effectivement, puisqu’il faudra cinq années pour une renaissance sous un autre nom, mais soucieuse de la vénérable filiation à la RGPSO dont le nom apparaît d’ailleurs encore sur la couverture de la nouvelle revue.

2Dans ce même texte est manifesté « l’espoir que ce redémarrage soit aussi l’occasion de quelques transformations, qui ne seront pas vaine rupture, ou pur “toilettage” formel ». Est détaillé à la suite

l’esprit des infléchissements désirés : développement des liens avec les collectivités territoriales du Sud-Ouest, collaboration étroite avec les laboratoires opérant dans la mouvance [des] instituts […] et souci d’enrichissement graphique et cartographique.

3Qu’en est-il de ces « infléchissements » quelques années plus tard ? L’« éditorial » de deux pages qui introduit en 1998 le no 1 de Sud-Ouest Européen, n’y revient pas dans les mêmes termes. Au regard des 20 années de production on peut néanmoins dire que les travaux scientifiques menés dans le cadre des laboratoires des quatre universités qui restent attachées à la revue en ont largement amendé en articles les pages. Dès ce premier numéro de SOE, ce sont neuf projets thématiques qui sont annoncés, traduisant l’attente des géographes du Sud-Ouest pour une plateforme de publication. Il est précisé que « cette liste témoigne de la pluralité [des] préoccupations » du comité de rédaction. De celui-ci, il est d’ailleurs dit qu’il « a été constitué de telle sorte que la plupart des mouvances de la géographie soient représentées ». Sans appuyer le regard au fil des 5 552 pages publiées dans les 44 numéros parus depuis, outre celui-ci, une simple lecture des titres des numéros thématiques, sachant que trois numéros seulement ont été composés d’articles varia sur la période, en porte témoignage. En voici les principaux mots-clés : métropole, environnement, nature, géographies culturelles, piémont, anthropisation, autoroutes, pratiques sportives, vignobles, mondialisation, pastoralisme, nuisances urbaines, paysages viticoles, ville, géographie historique, population, culture, projets de territoire, attractivités résidentielles, patrimoines naturels, périurbain, aléas, vulnérabilités, adaptations, observatoires hommes-milieux, agriculture, terroirs, changements environnementaux, paysages, tourisme, transports, systèmes productifs, gouvernance territoriale et territoire de façon récurrente. Du côté des toponymes, toujours dans le seul titre des numéros thématiques, on relève : littoral aquitain, Bordeaux, Toulouse, Sud-Ouest européen, Midi-Pyrénées, Portugal, Lisbonne, Pyrénées, Espagne, Catalogne, Èbre, Garonne.

4Si on ajoute à cette recension rapide des thématiques le fait qu’elles furent portées d’une façon assez équilibrée par les géographes des quatre universités partenaires, Bordeaux, Perpignan, Pau et Toulouse, auxquelles il faut adjoindre l’implication de centaines de géographes, loin de n’être que du Sud-Ouest français, la reprise s’est bel et bien confirmée pour reprendre le titre de l’éditorial de 1998. L’engagement de la pluralité a été largement tenu. Preuve supplémentaire en est qu’autour de tel ou tel numéro thématique ou de tel ou tel article il n’est pas rare que les commentaires, jugements et critiques portés traduisent des dissensions et des différences de point de vue. Loin de se vouloir les gardiens de tel ou tel temple, de telle doxa ou école, pratiques ou thématiques géographiques, de s’emprisonner dans tel ou tel effet de mode, les responsables de la revue ont toujours pensé que leur objectif était d’embrasser largement la production géographique devant s’intégrer dans leur territoire éditorial. Parmi les critères de sélection des articles, les considérations doivent demeurer l’originalité des travaux ou le sérieux dans les méthodes de recherche. Tous les articles publiés dans la revue sont donc loin de faire consensus au sein du comité de rédaction. Mais c’est tant mieux. Sous les réserves exprimées ci-dessus, la plupart des travaux des géographes, jeunes et moins jeunes, méritent d’être publiés et s’ils donnent lieu à discussion sur tel ou tel aspect… ainsi va ou devrait aller la vie scientifique !

5L’éditorial de 1998 insiste beaucoup sur le changement de nom. C’est normal tant le nom participe de l’identité d’une revue d’autant qu’il ne s’agit pas là d’une création ex nihilo mais d’un titre qui s’inscrit dans la longue tradition de la RGPSO d’ailleurs qualifiée « d’ancienne série ». Sans doute est-ce lié au fait que le nouveau nom est bien différent du précédent. Si le terme de « géographique » est effacé, n’y voyons pas une quelconque inflexion disciplinaire. Sud-Ouest Européen reste résolument une revue de géographie même si, là comme ailleurs, le recours à l’interdisciplinarité est fréquent, naturel même. Comme au sein de la RGPSO on trouve dans les pages de SOE des méthodologies renvoyant à la sociologie, l’anthropologie ou à la géologie tout comme parmi les signataires des articles, on relève des auteurs émargeant à ces disciplines. Dans le changement de nom de la revue, il est plus frappant de noter l’évolution de son inscription territoriale. D’abord, on se doit d’observer la volonté de maintenir une identité territoriale. L’option aurait pu être de retenir un nom rompant avec une telle tradition. Ce fut le cas pour la revue Hommes et terres du Nord qui devint à partir de 2006 Territoire en mouvement avec une ligne éditoriale tranchant avec l’habitude de publier des études focalisées essentiellement sur le Nord de la France. Un tel choix n’a pas été fait dans le cas de la RGPSO/SOE. Il faut d’abord prendre en compte qu’au moment de l’extinction de la RGPSO, un changement de nom n’était pas prévu : à la fin du texte de 1993, mentionné ci-dessus, il est ainsi pris soin de préciser que la mention « “des Pyrénées et du Sud-Ouest” définit moins un champ d’étude stricto sensu que l’origine d’une parole ». Quelques lignes plus haut, il est écrit que « revue à ancrage régional ne signifie pas régionalisme ». Ces quelques lignes montrent que si, paradoxalement, le changement de nom de la revue n’était pas une priorité, la revue à relancer devait aussi être une scène éditoriale pour les travaux des géographes situés dans cette aire géographique, propos amenant de facto, au regard de l’ampleur des champs géographiques couverts par les membres des quatre universités, à un élargissement géographique des thématiques de la revue. Néanmoins, au cours des travaux de relance qui suivent, la volonté de conserver un enracinement géographique en cohérence avec le nom de la revue s’impose. Il semble que la transformation de SOE en une revue de géographie plus généraliste n’ait pas été souhaitée, d’une part pour ne pas concurrencer d’autres publications géographiques régionales – on pense à la revue éditée par les Presses universitaires de Bordeaux Les Cahiers d’Outre-Mer – et, d’autre part, afin de garder ce qui est aussi un trait original, la connaissance fine d’un territoire incessamment renouvelé dans son fonctionnement et ses échelons de gouvernance. Ce choix n’est pas que de circonstance mais puise sa pertinence, loin d’être démentie depuis, dans l’idée assumée que des logiques productives et de développement renouent avec des échelles locales et régionales, non pas forcément en contradiction mais en parallèle à des processus mondialisés bien connus. Une transition énergétique redistribuant les cartes géographiques de la production et de la distribution d’énergies diversifiées en constitue un exemple.

6Cette focalisation géographique n’est pas pour autant synonyme d’enfermement et nombreux sont les numéros thématiques qui abritent des articles s’appuyant sur d’autres régions du monde, parfois bien éloignées. Dans les divers numéros consacrés aux vignobles dans la mondialisation (no 14) ou aux paysages viticoles (no 21), que le cœur de cible soit le Sud-Ouest français et la péninsule Ibérique n’empêche pas de prendre exemple sur les vignobles d’Australie, d’Afrique du Sud ou du Chili. Comment, de toute façon, discuter de la situation des vins du Sud-Ouest européen dans un monde viticole qui, comme bien d’autres sphères de l’économie, est largement mondialisé ? Donc, un ancrage géographique maintenu mais non comme un carcan. D’autant que cet ancrage géographique s’élargit tout de même explicitement. Dans le nom de la revue Sud-Ouest Européen, on ne retrouve plus les Pyrénées. Par contre, celles-ci se trouvent dotées d’une nouvelle centralité puisque de fait ce sud-ouest de l’Europe inclut la péninsule Ibérique. Pourquoi ce changement ? Les Pyrénées sont un toponyme connu et qu’il s’agisse des ventes au numéro ou des consultations internet, ce terme porteur d’identité est attractif. L’association de l’adjectif « européen » à Sud-Ouest est justifiée à l’époque par la volonté d’une « persistance d’un point de vue résolument ancré dans les territoires d’origine [mais avec] l’affirmation d’une ouverture transfrontalière, internationale ». La dimension internationale dont il est question doit d’abord se comprendre comme focalisée sur la péninsule Ibérique, affirmant, avec le Sud-Ouest français, une vocation régionale prioritaire pour la revue.

7Avant d’en montrer la matérialisation sous forme d’articles et de numéros thématiques dans la revue SOE, rappelons que cette volonté d’une « ibérisation » de la revue était déjà dans les gènes de la RGPSO. Dès les premières années de la revue, alors qu’elle semble très focalisée sur le sud-ouest de la France, l’Espagne est déjà présente. On recense ainsi 41 textes entre 1930 et 1939. Entre 1940 et 1949, pour des raisons assez évidentes, on ne compte que sept textes. Par contre, dès 1950-1959, le nombre remonte à 57, 67 entre 1960 et 1969, 79 entre 1970 et 1979 et 74 entre 1980 et 1989. Au début il s’agit surtout de géographie physique. Sans doute est-ce dans la ligne dominante de la revue et de la géographie de l’époque. Mais peut-être est-ce lié au contexte politique qui prévaut au sud de Pyrénées. À partir des années 1960, les sujets de géographie humaine progressent. De même, la part des géographes espagnols est plus importante : ce ne sont plus des Français qui parlent de l’Espagne mais des Espagnols qui livrent leurs études sur leur pays. Cette implication de nos collègues espagnols se mesure aussi par l’institutionnalisation de leur présence. Le Barcelonais J. Vilá Valenti devient ainsi codirecteur de la revue à partir du no 54-1 daté de 1983 et jusqu’à la fin de la RGPSO en 1993. Parmi les différents volumes, on trouve plusieurs numéros spéciaux consacrés à l’Espagne : en 1975, 1987 ou 1988. Ajoutons que de très nombreuses recensions d’ouvrages portant sur l’Espagne sont rédigées par des géographes français. Le feuilletage de ces centaines de pages publiées entre les années 1930 et 1993 permet de mesurer tout à la fois les mutations de l’Espagne, l’évolution du regard porté, tout en offrant un vaste terrain épistémologique.

8Cette dimension espagnole et plus largement ibérique est donc portée à une ambition quasi-programmatique avec le changement de nom de la revue. Quatre membres du conseil scientifique de SOE sont espagnols, sur 24 membres. Deux autres collègues espagnols participent au comité de rédaction sur un total de 16 universitaires. Quelques statistiques éditoriales démontrent que l’Espagne et les Espagnols sont loin d’être des figurants. 401 articles ont été publiés depuis 1998 (jusqu’au no 44, dernier de 2017). 79 ont concerné l’Espagne. Tous ne sont pas signés par des universitaires espagnols mais la plupart. Ces 79 articles ont ainsi mobilisé 122 auteurs espagnols. Ceux-ci proviennent de 19 universités différentes : Saragosse, Barcelone (UB comme UA), Madrid mais aussi Saint-Jacques-de-Compostelle, Séville, Grenade… et même une université des Canaries, couvrant l’essentiel des grandes villes. Nous n’avons rien, par contre, en provenance du Pays basque. Les thèmes évoqués sont très larges. On peut ici en donner un rapide florilège thématique : des articles sur les villes, des morceaux de villes ou des thématiques urbaines (Saragosse, Barcelone, Santander), des textes sur le peuplement de la péninsule et son évolution. On trouve aussi des articles de géographie rurale (oléiculture en Andalousie ou vins de Castille, l’élevage, etc.), de la géographie environnementale (question de l’eau, parc naturel de Las Picos de Europa, la forêt, etc.), de la géographie historique (cartographie militaire des Pyrénées), de la géographie des transports (politique de la grande vitesse ferroviaire, port de Barcelone), de la géographie économique, culturelle… L’attention dont a bénéficié le Portugal est moindre mais elle n’est pas absente comme l’indiquent, outre des articles isolés (activités commerciales à Porto ou poétique et fado du côté de Lisbonne), divers numéros thématiques : le no 24 de 2007 est ainsi consacré à « Lisbonne en ses périphérie ». En 2004, le no 18, constitué en hommage à François Guichard, a servi de support aux travaux d’un collectif d’universitaires, tant portugais que français, disséquant le Portugal sous divers angles. Peut-être est-il temps de réfléchir à un numéro thématique ayant pour cadre ce pays, à moins qu’un numéro plus large n’ambitionne de traiter des problématiques faisant sens à l’échelle de la seule péninsule Ibérique ? À suivre…

Figure 1 – Revue géographique des Pyrénées et du Sud-Ouest, t. 63, fasc. 3-4, 1992-1993

Figure 1 – Revue géographique des Pyrénées et du Sud-Ouest, t. 63, fasc. 3-4, 1992-1993

Figure 2 – Sud-Ouest Européen, no 1, 1998

Figure 2 – Sud-Ouest Européen, no 1, 1998

Figure 3 – Sud-Ouest Européen, no 33, 2012

Figure 3 – Sud-Ouest Européen, no 33, 2012
  • 3 La revue compte quatre directeurs représentant les quatre universités fondatrices. Le comité de dir (...)

9Le réamorçage de la RGPSO sous la nouvelle dénomination de SOE s’accompagne d’une transformation radicale de la maquette. La couverture d’abord, montrant la volonté de rompre avec l’austérité de la RGPSO. Couverture qui, sur un fond blanc, laisse une large part au nom de la revue et, innovation forte par rapport à la RGPSO, à une illustration certes contrainte dans un bandeau assez fin. Le format ensuite, qui passe d’un 24 × 16 à un 26 × 20, c’est-à-dire de la taille d’un livre à un format s’approchant plutôt du magazine. La revue y gagne une lisibilité supérieure et surtout, ce format permet des illustrations de plus grande taille. Certes, dans la RGPSO, il n’était pas rare de trouver des cartes en couleur de grand format insérées à part dans tel ou tel numéro. Mais cette solution, coûteuse, n’a jamais constitué une panacée. Avec le nouveau format, les cartes ont pu être davantage détaillées. Cette maquette initiale de SOE, basée sur deux colonnes de texte, a évolué mais assez tardivement et en trois temps qui ont donné lieu à chaque fois à des discussions au sein du comité de direction 3. Premier temps, il a été décidé de changer la couverture à dominante blanche avec un énorme « Sud-Ouest Européen » en caractère noir, afin de laisser plus de place à l’iconographie, une photographie le plus souvent mais pas seulement. La signature graphique du nom de la revue a également fortement évolué avec le développement d’un logo original destiné à personnaliser davantage la revue. Cette transformation intervient avec le no 33, premier de 2012. Ce changement s’inscrit en cohérence avec une deuxième mutation qui s’est installée en plusieurs étapes, l’usage systématique de la couleur. Profitant d’une baisse des prix d’impression, il a été fait le choix d’une revue entièrement en couleur à partir du no 30. Auparavant, l’usage de la couleur est présent mais au gré des possibilités de financement et de l’enjeu perçu et discuté avec l’éditeur pour tel ou tel numéro. Par exemple, le no 26, entièrement consacré au peuplement de l’Espagne avec une production cartographique d’une très grande qualité a été réalisé en couleur. Dans d’autres numéros, avec une cartographie moins prégnante mais quelques cartes dont le passage au noir et blanc aurait atténué la vertu démonstrative, il a pu être décidé de constituer des cahiers rassemblant les pages couleurs, ce qui diminuait le prix lors de l’assemblage final (cas des nos 21 ou 29). Outre l’allègement des considérations financières, le cap de l’usage systématique de la couleur a été franchi en raison du décalage croissant entre les capacités de production cartographique et un maintien en noir et blanc qui obligeait en outre souvent à retravailler des cartes initialement en couleur. Notons que parmi les revues universitaires de géographie française, SOE est l’une des rares à avoir systématisé ce recours à la couleur. Recours très utile aussi pour les photographies. Comment justifier, enfin, un noir et blanc tristounet pour une revue porteuse d’une discipline, la géographie, censée montrer le monde ? Comment justifier que le compte-rendu de la production scientifique ne puisse se faire dans des conditions approchant celles des revues de vulgarisation sur papier glacé qui ont certes leur intérêt mais ne peuvent pas occulter des recherches qui devraient en être le fondement ? Enfin, troisième et dernière modification de la maquette, celle dont atteste ce numéro avec une coloration des titres et sous-titres du texte, appuyée sur une évolution de certaines polices de caractères. La revue y gagne encore, nous semble-t-il, en lisibilité et en confort de lecture.

10Le temps du bilan est aussi celui des projets et du devenir. Nous l’avons vu, la revue Sud-Ouest Européen s’est transformée au cours de ces vingt dernières années. Elle va continuer de le faire. À l’instar d’autres revues universitaires, elle est notamment confrontée à la question du numérique. Comme toute révolution, car il s’agit bien d’une révolution dans les méthodes de production et de distribution du savoir scientifique, celle-ci recèle tant des opportunités que des dangers. Au titre de ces derniers, c’est la survie de la revue sous sa forme actuelle, entendons par là sous sa forme papier, qui est posée. La progression du numérique signe-t-elle inéluctablement la fin du papier ? Et une revue comme SOE peut-elle survivre à l’absence de tout support physique ? Pour l’instant, et en accord avec notre éditeur, les Presses universitaires du Midi, le comité de rédaction reste attaché au papier comme support pérenne d’une production intellectuelle. Pour autant, loin de tout misonéisme, cette position n’empêche pas de considérer le numérique comme un outil indispensable, mieux comme un atout formidable pour renforcer notre diffusion. C’est le sens des deux chantiers parallèles qui ont été lancés ces dernières années. Durant les années 2009-2010 progresse une réflexion sur l’intérêt de mettre en ligne les numéros parus de la RGPSO et de SOE. Cela aboutit en juin 2010 au dépôt d’un dossier de partenariat avec la plateforme Persée qui au regard des pièces données accepte notre projet dès le mois de juillet 2010. Les collections concernées sont alors envoyées à partir d’octobre et de novembre de cette même année. Les années qui suivent sont consacrées à la numérisation de cette masse de textes et à un travail de vérification mené par le secrétariat de rédaction, préalable indispensable à leur mise à disposition sur le portail Persée. Ce travail a été d’autant plus indispensable que la RGPSO comme SOE sont abondamment illustrées de cartes et de photographies, parfois hors-texte dans le cas de la première des revues. Il a également fallu, et c’est encore une tâche à poursuivre, prendre l’attache des auteurs ou de leurs ayants-droits pour autoriser cette diffusion numérique. Aujourd’hui, l’ensemble des textes publiés dans la RGPSO entre 1930 et 1993 ainsi que les nos 1 à 26 (2008) de SOE sont accessibles en ligne sur le portail internet persee.fr. À partir du no 27, premier de l’année 2009, la revue SOE est disponible sur le portail Open Edition. Cet autre dossier, plus brûlant car ne concernant pas la dimension patrimoniale de textes publiés anciennement mais les numéros les plus récents, a finalement donné lieu à un accord avec le Centre pour l’édition électronique ouverte en novembre 2013. Les premières mises en ligne de SOE ont été réalisées à partir de janvier 2014 et se poursuivent régulièrement depuis.

11Tout cela ne fait pas de SOE une revue électronique. Elle est d’abord conçue et fabriquée comme une revue papier. Par contre la numérisation des travaux publiés par la revue ouvre des perspectives. Loin de nous sentir dépossédés, ces mises en ligne offrent d’abord une visibilité internationale inconnue à un patrimoine dont on ne mesure jamais autant l’apport que dans le regard que l’on peut lui porter à plusieurs années ou décennies de distance, qu’il s’agisse des mutations agricoles, des transformations de l’Espagne ou des changements paysagers et climatiques dans les Pyrénées. Il y a là un matériau utile à exploiter pour de nombreux géographes travaillant sur ces sujets et bien d’autres. Mais c’est également les travaux les plus récents qui sont diffusés et selon le modèle de la gratuité. Sans entrer dans les débats autour de la mainmise de certaines officines privées sur la production scientifique, érigées au rang de facteurs de labélisation de cette production, cette mise à disposition auprès de la communauté des géographes et bien au-delà participe d’un choix conscient, celui de la diffusion sans entraves d’un savoir qui nous semble utile pour ceux qui veulent mieux connaître le Sud-Ouest français et la péninsule Ibérique, la façon dont certains enjeux, spécifiques ou pas, s’y dessinent. Réaffirmons ici qu’une revue scientifique ne peut avoir pour but un quelconque bénéfice. Voilà qui clôt de toute façon la question de l’impossible rentabilité d’une production éditoriale inscrite dans le champ des SHS. Cela n’empêche pas de vouloir couvrir au maximum les frais engagés.

12Qu’il s’agisse du numérique ou de débats scientifiques, l’histoire de Sud-Ouest Européen continue, inscrite dans la politique scientifique des universités de Bordeaux, Pau, Perpignan et Toulouse, cette dernière étant toujours le siège actif de cette aventure éditoriale. Les rafraîchissements du comité scientifique et du comité de rédaction, de même que les propositions régulières d’articles isolés et de numéros thématiques, attestent d’une insertion pérenne dans le paysage scientifique de la géographie. Mais tout cela se cultive et s’entretient en ayant à la fois le sens de l’héritage d’un patrimoine considérable (finalement le centenaire de la RGPSO/SOE n’est pas si loin) et le désir de mettre en lumière des thématiques porteuses d’enjeux multiformes pour les équilibres entre les sociétés humaines et leurs territoires, en l’occurrence ici, la portion au sud-ouest du continent européen.

13*

  • 4 Ce texte doit beaucoup à des échanges avec Marie-Cécile Clare et notamment à un assez long mail du (...)
  • 5 Conférence donnée à l’occasion de la journée François Taillefer, géographe (1917-2006), « De la mon (...)
  • 6 Selon la formule consacrée, ces quelques lignes n’engagent que leur auteur.

14Nous ne pouvons évoquer ces vingt dernières années sans rappeler le travail de Marie-Cécile Clare décédée brutalement en avril 2017, peu de temps après un voyage en Afrique organisé par des collègues géographes. Nous ne l’avons croisée que fugacement au cours de ces dernières années mais en savons suffisamment pour rendre compte de l’implication de celle qui fut la cheville ouvrière de la Revue géographique des Pyrénées et du Sud-Ouest de 1975 à 1993, date de l’ultime sortie de la RGPSO, et qui accompagna les premières années de SOE 4. Pour préciser les choses, c’est en fait à partir de 1977 qu’elle exerce de plein exercice la tâche du secrétariat administratif et technique de la revue puisque partageant ce travail avec Jeanne Reboul (collaboratrice technique au CNRS) en 1975 et 1976. Marie-Cécile Clare a été amenée à ce poste par un parcours initial de géographie réalisé à la faculté des lettres de Toulouse devenue l’université du Mirail. Son recrutement au titre de « contractuelle d’État type CNRS » à l’université avait eu lieu au préalable dans le cadre d’une collaboration auprès du professeur François Taillefer – dont le rôle majeur pour la RGPSO a été rappelé lors d’une conférence donnée par Pierre-Yves Péchoux, ultime directeur de cette revue 5 – pour assurer le secrétariat technique de L’Atlas de Midi-Pyrénées (1969-1974). Ce travail, qui consistait à réfléchir et à réaliser la maquette, à superviser le travail des universitaires mobilisés et des cartographes mais aussi à rédiger des notices de cartes et établir des relations avec l’éditeur, l’a tout indiquée pour occuper un poste au secrétariat administratif et technique de la RGPSO. Cette opportunité fut concomitante du départ en délégation en Grèce de Pierre-Yves Péchoux, assurant le secrétariat de rédaction, tâche qu’il reprit à son retour. Ce n’est qu’en 1986 que Marie-Cécile Clare bénéficia d’un plan de titularisation initié lors des derniers mois du gouvernement socialiste et qu’elle put alors être pleinement investie dans le secrétariat de rédaction. Outre le travail quotidien induit par une revue livrant quatre fascicules par an, on peut saluer le travail très utile qu’elle a effectué en contribuant à la continuité de la tradition des tables décennales, assurant la publication de la sixième et dernière table portant sur les années 1980-1989. C’est tout naturellement qu’elle a activement participé à la renaissance de la revue sous sa nouvelle appellation de Sud-Ouest Européen. Selon ses propres mots, elle a « été un pivot de [cette] renaissance : montage du dossier avec les universités coéditrices, dossier de financement, confection de la maquette… ». Elle s’est occupée de la production éditoriale des huit premiers numéros. Puis elle décide de changer d’horizon professionnel pour intégrer le service des relations internationales de l’université de Toulouse II – Le Mirail. Pour autant, qu’il s’agisse d’assurer la transition avec celle qui lui a succédé pour plusieurs années, Dominique Saint-Jean, ou d’aider ponctuellement une autre secrétaire de rédaction, assurant un remplacement, Béatrice Franques ou Vanessa Gordo-Finestres, elle savait mobiliser tel souvenir utile au montage de tel dossier de financement requérant une mémoire qu’elle était finalement l’une des rares à conserver, concernant la RGPSO comme les premiers pas de Sud-Ouest Européen. De tout cela, au moins, nombre de personnes étant impliquées à des degrés divers dans l’édition de Sud-Ouest Européen lui sont redevables. Ces quelques lignes, loin d’une quelconque ambition biographique, voulait simplement en témoigner. Et si Marie-Cécile Clare nous disait que la RGPSO et SOE ont « tenu une place très importante dans [sa] vie professionnelle », on peut dire que son travail a joué un rôle essentiel dans le destin de ces revues 6.

Haut de page

Notes

1 Participent notamment à cette « aventure » : Frédéric Durand, Jean-François Pérouse, Michel Roux et Daniel Weissberg, tous membres du département de géographie de Toulouse II – Le Mirail.

2 Texte signé de « la future équipe de rédaction, quadripolaire ».

3 La revue compte quatre directeurs représentant les quatre universités fondatrices. Le comité de direction qui les réunit, physiquement ou virtuellement, est un cadre essentiel où se dessinent les grandes inflexions de la revue qu’il s’agisse de la ligne éditoriale ou, en l’occurrence, d’en faire évoluer la maquette. L’équipe initiale était composée de Jeanine Brisseau-Loaïza (Pau), Jean-Paul Charrié (Bordeaux), Bertrand Lemartinel (Perpignan) et Michel Roux (Toulouse). À partir du no 18, Vincent Berdoulay prend la direction du côté de Pau, alors que les nos 15, 16 et 17 ont été réalisés sans représentant palois. Ce même numéro connaît d’autres remaniements avec l’arrivée de Jean-Claude Hinnewinkel pour Bordeaux et Philippe Dugot pour Toulouse. Guy Di Méo apparaît avec le no 26 pour Bordeaux, suivi peu de temps après par David Giband pour Perpignan (no 29). La dernière évolution de l’équipe de direction intervient du côté de Bordeaux avec le remplacement de Guy Di Méo par Mayté Banzo (no 36).

4 Ce texte doit beaucoup à des échanges avec Marie-Cécile Clare et notamment à un assez long mail du 10 juillet 2006 où elle détaillait à notre demande son parcours au sein de la RGPSO et de SOE.

5 Conférence donnée à l’occasion de la journée François Taillefer, géographe (1917-2006), « De la montagne à l’homme », 29 novembre 2006, Maison de la recherche, université de Toulouse II – Le Mirail.

6 Selon la formule consacrée, ces quelques lignes n’engagent que leur auteur.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 – Revue géographique des Pyrénées et du Sud-Ouest, t. 63, fasc. 3-4, 1992-1993
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/5421/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Titre Figure 2 – Sud-Ouest Européen, no 1, 1998
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/5421/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 612k
Titre Figure 3 – Sud-Ouest Européen, no 33, 2012
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/5421/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe Dugot, « Sud-Ouest Européen, 20 ans de « reprise » »Sud-Ouest européen, 45 | 2018, 5-11.

Référence électronique

Philippe Dugot, « Sud-Ouest Européen, 20 ans de « reprise » »Sud-Ouest européen [En ligne], 45 | 2018, mis en ligne le 22 mars 2019, consulté le 04 décembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/soe/5421 ; DOI : https://doi.org/10.4000/soe.5421

Haut de page

Auteur

Philippe Dugot

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Sud-Ouest européen – Revue géographique des Pyrénées et du Sud-Ouest est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaire du Midi
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search