Navigation – Plan du site

Produits de terroir et territoires. Des riches heures du développement rural à la gouvernance métropolitaine

Country Food and Native Soil: from the Golden Era of Bottom-up Rural Development to the Concern of Regional Integration
Productos de la tierra y territorios locales. De las horas ricos del desarrollo rural a la gobernanza metropolitana
Claire Delfosse
p. 17-29

Résumés

Les liens entre les produits de terroir et le local ont toujours été étroits et revendiqués comme tels, non seulement pour affirmer que la « qualité » du produit est liée au terroir, mais en retour pour qualifier le territoire. Dans le courant des années 1960-1970, la valorisation des produits locaux s’inscrit dans des actions de résistance à l’uniformisation et illustre une volonté de retour au rural. Dans les années 1980, les produits de terroir participent à la fois de la patrimonialisation du rural et de l’institution du développement local. Des années 1980 aux années 2000, on s’achemine vers un produit qui qualifie un espace dans une stratégie résidentielle et touristique, où l’agriculture est nécessaire mais plus motrice. Aujourd’hui, les produits de terroir tendent à distinguer le « local métropolitain ». Ainsi, les liens entre produit de terroir et territoire illustrent l’évolution des valeurs attribuées à la campagne et contribuent à réinterroger les catégories de la « campagne », de « l’urbanité » et du « local ».

Haut de page

Texte intégral

1Les liens entre les produits de terroir, les vins et les fromages notamment, et le local ont toujours été étroits et revendiqués comme tels, non seulement pour affirmer que la « qualité » du produit est liée au terroir, mais en retour pour qualifier la « petite patrie », comme l’écrivaient les érudits de la Belle Époque, et porter au loin son nom (Thiesse, 1991 ; Delfosse, 2004a). Ils ont souvent été liés à une volonté d’individualisation du local. Leur production, notamment lorsqu’elle est en danger, peut contribuer à la mobilisation d’acteurs locaux autour d’un projet commun. Ainsi une partie de l’agriculture, qui n’a cessé de s’appuyer sur le territoire, est liée à l’histoire du développement local.

2Si les liens entre le produit et le « territoire » s’appréhendent à travers certains territoires ruraux considérés comme supports de l’excellence agricole, les villes revendiquent également les liens aux produits de terroir, notamment à travers les politiques en faveur de l’agriculture urbaine (Torre, 2013 ; Ba, Aubry, 2011 ; Nahmias, Le Caro, 2012). Par ailleurs, les liens entre produit de terroir et territoire considérés à l’aune du développement local illustrent l’évolution des valeurs attribuées à la campagne et contribuent ainsi à réinterroger les catégories de la « campagne », de « l’urbanité » et du « local ».

I. Des produits locaux vecteurs de la résistance à l’uniformisation et témoins du retour au rural ? 1960-1980

  • 1 Le terme de résistance fait référence à l’ouvrage de François Pernet intitulé Résistances paysannes(...)

3Dans les années1960, le modèle de production agro-industriel (Malassis, 1997) s’affirme. Il tend à disqualifier les savoir-faire fermiers et artisanaux et à faire disparaître les produits locaux ou de terroir au goût typé et non standardisés. Or, ces produits entretenaient des liens étroits avec la société locale ; aussi l’imposition du modèle de développement agro-industriel impliquant leur disparition, ainsi que celle des savoir-faire afférents, a-t-elle suscité des réactions. Ces dernières constituent non seulement une forme de résistance agricole1, mais aussi un moyen de lutte contre l’exode rural qui sévit alors dans une société valorisant majoritairement la ville, synonyme de modernité (Delfosse, 2003). Quels produits et quels espaces ruraux sont concernés par ces réactions ? Comment s’articulent-elles avec les politiques d’aménagement rural qui commencent à se mettre en place à la fin des années 1960 ?

1. Les résistances montagnardes

  • 2 Aussi peut-on lire dans des témoignages des années 1950, « il faut bien reconnaître que les conditi (...)
  • 3 Voir ce qui s’est passé par exemple pour le cantal dont la production a glissé vers la Châtaignerai (...)

4Les systèmes de production de montagne sont particulièrement fragilisés par le développement du modèle agro-industriel. Les nouveaux modes de vie et le retard d’équipement de certaines régions de montagne favorisent la désaffection des jeunes pour l’agriculture de montagne et plus généralement pour la vie en montagne. Il s’agit en premier lieu des systèmes d’estive : les productions d’alpage, celles des Hautes-Chaumes des Vosges et celles des montagnes laitières en Auvergne ; les jeunes ne sont plus attirés par une fabrication qui souvent nécessite de vivre de façon isolée pendant plusieurs mois et sans aucun confort2. Dans les montagnes, tend aussi à se profiler la « descente » de la production de lait vers des espaces moins difficiles pour l’élevage, la collecte de lait et la transformation ; là où la productivité peut être plus importante3.

  • 4 Voir ce qu’en écrit Georges Bréart (1957).
  • 5 Rapport soumis en avril 1950 à la Commission vie rurale en montagne du Commissariat général au Plan (...)
  • 6 Création des associations foncières pastorales en 1973, indemnité spéciale montagne en 1974…
  • 7 Voir Françoise Gerbaux, 1983. Pour les témoignages de l’époque voir les travaux de l’Institut natio (...)

5Dès les années 1950, alors que la production laitière retrouve son niveau d’avant-guerre et que l’heure est à l’augmentation de la productivité agricole, les agriculteurs de montagne se sentent fragilisés, voire menacés. En 1956, les producteurs de lait réunis en congrès avec la Fédération Française d’Économie montagnarde soulignent les spécificités et handicaps de l’agriculture de montagne par rapport aux régions de plaine4. Dans plusieurs interventions ils revendiquent une reconnaissance de la spécificité des fromages de montagne et expliquent que l’avenir même de l’espace rural des régions de montagne passe par des actions en faveur de la production fromagère. Déjà Pierre Marthelot, dans un rapport au commissariat général au plan en 1950, à propos des Hautes-Chaumes vosgiennes, expliquait que le maintien de la vie rurale sur les Hautes-Chaumes, et par-là même dans les vallées alsaciennes voisines, tient à la spécialisation dans la « fabrication de fromages de crus, faisant prime sur le marché », en munsters. Et pour que cette fabrication se maintienne et se développe, il prônait une « politique résolument novatrice » : l’organisation en coopérative des marcaires (fabricants de munster) et la nécessaire modernisation de l’habitat5. Le munster a obtenu une appellation en 1969. Mais les coopératives de transformation n’ont pas été réalisées. D’ailleurs, il semble que les pouvoirs publics se désintéressent finalement des espaces et des systèmes pastoraux avant les années 19706. Il est vrai qu’en ces années la grande interrogation (des pouvoirs publics et mêmes des milieux agricoles) est de savoir s’il faut moderniser la montagne, lui faire vivre la grande révolution productiviste, et chercher à atteindre le niveau de productivité de la plaine, ou reconnaître ses spécificités et les valoriser7.

  • 8 Le beaufort a fait l’objet d’un grand nombre de publications, en voici quelques-unes : Groscaude, 1 (...)
  • 9 Un projet de centre de pasteurisation du lait pour transformation en plaine existait dans le Beaufo (...)

6Il reste que des agriculteurs se mobilisent. Le déclin de la production en estive, l’exode rural et les aménagements de l’État pour la montagne (barrages hydro-électriques, stations de sports d’hiver pour les « grandes » Alpes) suscitent des réactions en faveur des produits locaux. Il s’agit essentiellement de fromages. On peut citer les exemples du beaufort et du laguiole8. Dans les deux cas, quelques jeunes jacistes, qui comptent rester dans leur « pays » et continuer à fabriquer le produit qui porte le nom de leur région, se mobilisent et créent des coopératives pour suppléer à la production en alpage ou en buron qui ne cesse de décliner et menace le maintien de la production du fromage local. Il s’agit de « moderniser » la production (en faisant passer la fabrication d’une transformation individuelle à collective (petites coopératives) ; en visant à produire le fromage auparavant saisonnier toute l’année ; en introduisant dans un premier temps des races laitières non locales afin de maintenir une production laitière), pour maintenir un produit, une activité agricole et de transformation9 et valoriser des savoir-faire locaux. Il s’agit donc ici de résistances agricoles collectives mettant en œuvre leur propre modèle de développement distinct du modèle productiviste ; un modèle qui leur permet de vivre au pays. Ces premières résistances peuvent en effet être mises en parallèle avec les premiers mouvements en faveur des pays qui émergent en Bretagne notamment (Houé, 1979a).

7L’obtention de l’appellation d’origine pour le beaufort, en 1968, lui permet de se distinguer nettement de l’emmental et de lutter contre la concurrence de l’Ouest. En effet, dès la fin des années 1960 de grosses unités de production fromagères s’y développent autour des pâtes pressées cuites et fragilisent les systèmes que l’on peut qualifier de traditionnels de montagne, dont celui des fruitières (Guérin, 1972). Le comté est lui aussi touché. Face à cette crise, l’État élabore un plan (Charte du comté) en 1970 qui vise à intensifier et moderniser la production en pratiquant une politique autoritaire de regroupement des fruitières. Cette politique a rencontré la résistance du Comité interprofessionnel du gruyère de Comté (cigc), fondé en 1968 et le regroupement des fruitières est un échec en Franche Comté où celles-ci sont considérées comme le lieu central de la vie villageoise (Boichard, 1977 ; Vernus, 1988). Ainsi comme le note Jean Boichard dans sa thèse, au milieu des années 1970, même s’il y a un mouvement de concentration, « le modèle de cette restructuration peut être là aussi qualifié de néo-artisanal » (Boichard, 1977, p. 239). Le cigc œuvre pour un renforcement des contraintes à la production du fromage de comté résistant ainsi à un modèle d’intensification de la production, confortant la production non intensive du lait et l’existence de petites structures de transformation organisant la vie rurale comtoise.

8Ces exemples montrent comment des acteurs, essentiellement agricoles, ont développé un modèle alternatif à celui de l’intensification-modernisation de plaine et l’abandon de la vie montagnarde, un modèle organisé autour d’un fromage, d’une structure coopérative forte ; un modèle fondé sur la valorisation des spécificités locales (race locale, production d’herbe non intensive, savoir-faire de transformation et structure sociale).

2. Les fromages de chèvre et le « sauvetage » de régions déshéritées

  • 10 Ils cherchent à défendre les fabrications fermières face aux débuts de l’industrialisation du froma (...)
  • 11 Jean-Michel Seguin, 1976, Le crottin de Chavignol, Thèse vétérinaire, Lyon, p. 13. On trouve des re (...)

9Dès la fin des années 1950, dans des régions considérées comme marginalisées et fragilisées par l’évolution de l’agriculture et l’exode rural, l’élevage et les fromages de chèvre font aussi objet de résistance et de revalorisation, dans un premier temps de la part des agriculteurs locaux. L’élevage de chèvre qui ne cesse de décliner en France depuis le début du xxe siècle pâtit de plusieurs handicaps : les chèvres ne sont pas considérées comme une véritable activité agricole, elles sont peu nombreuses par exploitation, s’insèrent dans des systèmes de polyculture-élevage et sont souvent le fait de petites exploitations. Par ailleurs, l’élevage de chèvre et la transformation fromagère sont, le plus souvent, le fait des femmes (Delfosse, 2007b ; Delfosse, Le Jaouen, 1999). Toutefois, la situation évolue au cours des années 1960-1970, (le déclin de l’élevage se ralentit entre 1967 et 1973, et entre 1970 et 1979, le cheptel augmente de 50 %). Les fromages de chèvre, ignorés ou peu valorisés dans l’Entre-deux-guerres et dans les années 1950, commencent à gagner de nouveaux marchés : celui des amateurs citadins dans un premier temps, en passant par le réseau des crémiers-fromagers qui eux-mêmes cherchent de nouveaux créneaux pour se distinguer dans un contexte de développement des grandes surfaces (Delfosse, 2013). Dans quelques régions du centre de la France des éleveurs caprins s’organisent, créent des syndicats caprins, une revue, La Chèvre, qui va devenir la revue nationale des éleveurs caprins, et visent à promouvoir et protéger leur fromage local, ainsi que les productions fermières10. Aussi peut-on lire à propos du crottin de Chavignol : « La chèvre et la fabrication de fromage ont permis une stabilisation de la population rurale qui, dans cette contrée, n’aurait pu résister à la concurrence des grandes régions d’élevage bovin et de culture céréalière. »11. Il s’agit d’une résistance agricole qui contribue à maintenir une population rurale et qui est permise par l’originalité et la qualité reconnue du crottin de Chavignol (p. 62). On voit avec les exemples des fromages de chèvre de la région Centre (en particulier crottin de Chavignol, Pouligny-Saint-Pierre), les liens entre résistance en faveur d’une production agricole (produit et transformation fermière) et lutte contre la désertification, tout en s’appuyant sur un circuit de commercialisation que l’on peut qualifier de traditionnel (grossistes-affineurs et crémiers-fromagers).

  • 12 Sur l’histoire du picodon voir 1998, Le picodon, Die, Éd. à Die.

10Dans d’autres espaces associant vigne et fromage, comme la région de Condrieu, le Mâconnais, le Clunysois, la vallée d’Entraygues… la production viticole éprouvant des difficultés dans ces régions, la chèvre et ses produits apparaissent comme un moyen de maintenir l’agriculture et la vie rurale. Non seulement les éleveurs s’organisent en syndicats, tendent à se spécialiser et à définir leur fromage local, mais ils organisent des évènements festifs autour du produit. Dans certains cas ils se groupent en coopérative (coopérative d’Entraygues autour du cabécou du Fel par exemple) (Delfosse, 1992). Des mobilisations existent aussi autour du picodon dans la Drôme, en Ardèche…12 Là, les producteurs locaux s’associent à ceux que l’on appelle les « néos » ou les « Zippies » en Ardèche, ceux qui opèrent un retour à la terre et qui à partir des années 1970, souhaitent vivre de l’agriculture (Hervieu-Léger, Hervieu, 1979). Beaucoup d’entre eux se lancent dans l’élevage de chèvre. Cet animal demande moins d’investissements de départ et il valorise bien les terrains difficiles où la majorité des néo-ruraux s’installent.

  • 13 Sur la châtaigne voir par exemple : Dupraz, Morel, 1984 ; Reyne, 1984. Et pour l’analyse de la rela (...)
  • 14 On peut citer par exemple la coopérative des Cochons bourrus que l’on peut mettre en parallèle avec (...)

11Le mouvement des néo-ruraux a rencontré la volonté d’agriculteurs locaux de maintenir ou de re-développer l’activité caprine et la production d’un fromage local. On sait leur rôle dans la relance des fromages de chèvre (picodon, pélardon, banon), mais ils ont également contribué à la valorisation d’autres produits comme les charcuteries ardéchoises, la châtaigne…13 Ils prônent la transformation à la ferme et la vente directe, autant de modalités de production et de vente qui étaient dévalorisées par le modèle agro-industriel14. Ces résistances sont étroitement liées à une volonté de faire vivre le pays et de vivre au pays, slogan qui apparaît dès les années 1970. Dans certaines régions, notamment les montagnes méridionales, les néo-ruraux jouent un rôle dans la promotion et l’organisation de nouvelles formes de développement en faveur d’espaces ruraux « deshérités ».

3. Des produits qui participent de la naissance du développement rural

  • 15 Entre 1965 et 1970 « une douzaine de territoires pionniers, presque tous ruraux se mettent en route (...)

12Le maintien d’un produit de terroir, voire la relance de sa production, sont présentés comme une sorte de revanche sur l’uniformisation économique et culturelle et rencontrent le mouvement des pays qui s’exprime surtout à partir des années 1970. Il prône un autre mode de développement valorisant les ressources et la culture locales, dénonce l’exode rural, la toute-puissance de Paris, ainsi que le modèle économique dominant considéré comme « uniformisateur » (Mathieu, 1982). C’est ainsi que naît le développement local, un mouvement qui est essentiellement rural au cours des années 1960-197015 et qui s’articule autour de ce que l’on a appelé le mouvement des pays ; le pays étant « d’abord une mobilisation d’énergies, une réalité vivante pour laquelle on se bat. » (Houée, 1979b). Le développement local, en cette période, a donc une vision alternative du développement, prônant un développement endogène ; il se veut un mouvement ascendant.

13Dans la seconde moitié des années 1960, notamment autour de la loi d’orientation foncière de 1967, la politique naissante d’aménagement rural commence à prendre en compte des formes d’agriculture qui ne correspondent pas tout à fait au modèle agro-industriel. En 1967, constatant que s’installent dans certaines régions des déséquilibres démographiques et économiques graves, la Datar institue la politique de Rénovation rurale pilotée par des Commissaires à la Rénovation rurale. Certes, cette politique vise essentiellement à l’équipement des espaces ruraux et à la modernisation de l’agriculture, mais elle inaugure également une politique spécifique en direction des zones de montagne. Ainsi, dans les Vosges, sur le versant alsacien, de nouvelles actions se profilent en faveur de l’installation d’éleveurs laitiers spécialisés transformant leur lait à la ferme en munster. Elles s’articulent avec le développement et la valorisation de l’agri-tourisme sur les Hautes-Chaumes (Dietrich, 1987). Valorisation du fromage et développement touristique pour le développement rural vont ainsi de pair et une route du fromage a été mise en place dans les années 1970 (Delfosse, 2011a).

  • 16 Ainsi par exemple, l’écomusée de la Grande lande présente à la fois l’architecture rurale, mais aus (...)
  • 17 Source : dossier AOC Rigotte de Condrieu.

14Les Parcs naturels régionaux, instaurés en 1967 et associés aux premiers écomusées16, accompagnent les relances de produits locaux. Ainsi, le pnr du Pilat, créé en 1974, met en place dès 1975, un plan caprin, contribuant à l’installation d’éleveurs spécialisés et à l’amélioration de la fabrication fermière de rigotte du Pilat-Condrieu17. Les pnr par leur rôle de conservation du patrimoine s’intéressent également aux variétés et races locales. Si dans un premier temps, ils jouent surtout un rôle d’inventaire et de conservation ex-situ, dans un deuxième temps, ils visent à la relance de produits qui valorisent les variétés et races locales. Ainsi par exemple le parc de Brotonne inventorie les variétés de pommiers à cidre et appuie dans un deuxième temps la relance de la production de cidre (Marchenay, 2005).

15S’appuyant sur la mise en valeur des ressources locales, les pnr tendent à devenir des acteurs-clefs des relances et sont des promoteurs de ce que l’on appelle à partir des années 1980 la diversification agricole. Celle-ci émerge dans les débats locaux qui ont lieu à la faveur des diagnostics des plans d’aménagement rural, première procédure d’aménagement micro-locale créée par décret en 1970 à la suite de la Loi d’orientation foncière de 1967. Tel est le cas du par des Monts du Lyonnais dans lequel les agriculteurs ont joué un grand rôle et qui a fait une large place aux produits locaux ; une des actions visait même à donner un nom au fromage local non défini et communément appelé fromage de pays (Vandenbrouck, 2013). Les par, pilotés par les services de l’État, mais associant les acteurs locaux, suscitent des réflexions sur le devenir d’espaces ruraux ; ils permettent par exemple aux « pays » de marge, se situant entre plusieurs départements de pouvoir exister et penser leur avenir commun. Le par des Monts du Lyonnais vise à renforcer l’agriculture dans un espace situé entre les villes de Saint-Étienne et de Lyon, et ainsi à affirmer que les habitants ne veulent pas que leur espace de vie devienne seulement un espace récréatif pour citadins, mais un lieu de vie et d’activité pour les « ruraux ». La Thiérache, petite région à cheval entre les départements de l’Aisne et du Nord et qui cherche à affirmer son identité par-delà les limites départementales depuis l’Entre-deux-guerres, profite de la procédure par pour penser son avenir commun (Delfosse, 2007c et 2004b). Il s’agit d’une région de bocage, essentiellement laitière, qui n’a pas intensifié sa production. Certes, le par vise à cette intensification, mais il vise aussi à la promotion du produit qui est commun aux deux départements et qui est le symbole de la petite région avec ses églises fortifiées, le maroilles. Ce dernier avait obtenu une appellation judicaire en 1955, mais depuis cette date les producteurs du Nord et de l’Aisne ne s’étaient pas entendus sur la définition de l’aire. À la faveur du par et de la création du Comité national des appellations d’origines fromagères en 1973, l’aire d’appellation est redéfinie en 1976. Elle se cale presque sur les limites du par. On voit ici les liens entre l’affirmation d’un pays et la définition de l’aire de production d’un produit considéré comme identitaire.

16Dans un premier temps le lien produit-territoire s’articulant avec les premières formes de développement rural que l’on peut qualifier de résistances a plutôt lieu dans les régions de montagne ou des régions rurales défavorisées qui se refusaient, comme on l’écrivait alors, à mourir. Elles concernent également les régions rurales situées aux confins de régions urbaines qui s’étendent et qui veulent rester « rurales », comme territoire de vie et non pas seulement comme territoires récréatifs pour citadins. Ces résistances sont surtout portées par le milieu agricole, mais ne sont pas le fait d’agriculteurs isolés, de résistants individuels, mais de résistances collectives autour d’un produit et d’une certaine façon d’un pays. Ces résistances sont aussi portées par d’autres acteurs, les néo, contestant la civilisation industrielle et urbaine. On voit surtout comment ces politiques peuvent s’articuler avec les politiques d’aménagement rural micro-régionales naissantes.

II. Des produits de terroir, ressource pour le développement des campagnes

17Les années 1980 sont celles de l’institutionnalisation du développement local, puis de l’affirmation du développement territorial ; de nouveaux acteurs émergent. Dans le même temps, l’image de l’espace rural change : de « répulsives », les campagnes deviennent attractives pour y vivre de façon permanente (renversement des courants migratoires à partir de 1982) et pour y pratiquer des loisirs. Les titres des ouvrages des chercheurs traduisent cette évolution : Renaissance rurale (Kayser, 1990), Au Bonheur des campagnes (Hervieu, Viard, 1996). Les campagnes commencent à revêtir des enjeux importants pour la société, d’ailleurs un ouvrage collectif publié en 2000 s’intitule Campagnes de tous nos désirs (Rautenberg, Micoud et al., 2000). On parle désormais de multifonctionnalité des espaces ruraux. Cette évolution de l’espace rural et des représentations dont il fait l’objet n’est pas sans effets sur l’agriculture. On passe progressivement du modèle industriel à des formes plurielles d’une agriculture multifonctionnelle qui cherche à fournir des réponses appropriées aux aspirations de la société (Delfosse, Vaudois, 2000). Dans ce contexte les produits de terroir bénéficient d’un grand engouement. Mais qui porte leur relance désormais et à quel titre ? Les liens avec le développement local sont-ils plus étroits ?

1. L’institutionnalisation du développement local et des relances de produits de terroir : pas de pays sans produit de terroir

  • 18 Le Fidar a pour vocation de « soutenir le développement, la création et la diversification des acti (...)

18Les produits de terroir sont intégrés dans les programmes de développement local tant pour mobiliser la société locale autour d’un projet collectif qu’à travers le soutien à la diversification agricole et agro-alimentaire. Le courant du développement local, qui s’était exprimé au travers de la notion de pays et qui était issu des milieux associatifs, tend à se structurer et à s’« institutionnaliser », le point d’orgue étant l’organisation des États généraux des pays à Mâcon en 1982 (Mengin, 1998). Les lois de décentralisation de 1982 ont permis, comme le note Bernard Pecqueur, l’expression des dynamiques de développement local (Pecqueur, 2000). Face à ce nouveau contexte politique et à la crise, le développement local est encouragé par les pouvoirs publics et fait l’objet de politiques spécifiques : des politiques contractuelles, comme les contrats de pays initiés en 1975, puis les chartes intercommunales d’aménagement et de développement. Ces procédures sont complétées par le fidar qui remplace le fiat en 1979. Les produits de terroir ont leur place dans ces procédures, ainsi que dans les programmes financés au titre du fidar18.

  • 19 Plusieurs programmes de la mission du Patrimoine ethnologique visent à analyser ces processus de re (...)

19Les collectivités territoriales et les institutions comme les chambres d’agriculture ou les directions départementales de l’agriculture s’intéressent à la valorisation des ressources locales au rang desquelles on met désormais les produits de terroir. L’attention qui leur est portée tient à la remise en cause du modèle productiviste en agriculture. De nouveaux modes de production sont prônés, dont celui de la diversification au sein des exploitations pour améliorer le revenu. La diversification passe soit par l’agritourisme, soit par l’ajout d’un autre atelier de production ou par la valorisation de la matière première sur l’exploitation : la transformation à la ferme est à nouveau promue (gret, 1989). On redécouvre ce que les chercheurs de l’Inra de Corte ont appelé l’homme filière (Casabianca, De Sainte Marie, Santucci, et al., 1994). Cette évolution favorise la revalorisation de produits locaux, voire ce que l’on a appelé la relance. Elle vise à réactiver la fabrication d’un produit de terroir qui aurait disparu ou serait en voie de disparition. La première ressource nécessaire à une relance est l’existence d’un produit doté d’une histoire et d’un territoire ; un produit qui renferme des savoirs que des acteurs s’efforcent de retrouver et de valider19.

  • 20 L’évolution de ce que l’on qualifie de patrimoine rural a été telle qu’elle a fait l’objet d’un rap (...)
  • 21 On pourrait citer le n° 7 de la lettre d’information (Innovation et Emploi) publiée conjointement p (...)
  • 22 Titre de P. Sahuc et C. Wisner-Bourgeois, 2001 : « Les produits du terroir, emblèmes de la localité (...)
  • 23 Paul Houée (en 1982, in Géopoint) distingue quatre types d’acteurs dans le mouvement des pays : les (...)

20Ainsi, les produits de terroir, faisant référence à l’histoire et étant choisis par la société locale comme élément de son identité, participent du patrimoine rural qui, outre l’architecture rurale, compte désormais les produits de terroir, les paysages et les savoir-faire20. Or, en ces années 1980, valorisation du patrimoine et développement local sont étroitement liés21.Tous les éléments du patrimoine rural sont considérés comme des ressources que la société locale peut mobiliser dans le cadre de son développement. On voit ici les liens avec le développement local, tel que l’économiste Xavier Greffe l’a défini en 1984 : « processus de diversification et d’enrichissement des activités économiques et sociales sur un territoire à partir de la mobilisation et de la coordination de ses ressources et de ses énergies. » (Greffe, 1984). Le patrimoine tend donc à être considéré comme un levier de développement local, ce qu’illustrent les actions menées dans les pnr. En effet, à partir des années 1980, les pnr s’affirment comme des lieux d’expérimentation du développement local (Gorgeu, 2001) et ils s’impliquent fortement en faveur du patrimoine et des produits locaux (Fédération des parcs naturels régionaux, 1987). Le pnr de l’Avesnois, par exemple, valorise le maroilles, le beurre, les pommes, etc., crée lui-même des « boutiques de terroir ». De même le parc du Vercors, qui a toujours eu un volet agricole important, contribue très largement à la relance du Bleu de Sassenage désormais dénommé bleu du Vercors-Sassenage (Poisson, 2012). Aussi les tentatives de relances se multiplient-elles et pas seulement dans les régions de montagne ou défavorisées. On peut presque écrire qu’il n’y a pas de pays sans produit et que les produits deviennent les « emblèmes de la localité »22. L’initiative des relances devient de plus en plus le fait d’acteurs du développement (élus, animateurs…)23 relayés par les acteurs agricoles.

21Comme réponse à la crise de l’agriculture productiviste et aux nouvelles attentes des consommateurs, les relances s’articulent de plus en plus avec les politiques de la qualité alimentaire. Le succès des produits de terroir participe, en effet, de la remise en cause de la société de consommation de masse. Le consommateur en quête de « ré-assurance » (Fischler, 1990) recherche les produits dits de terroir, qualifiés aussi d’authentiques ou de traditionnels. Leur dénomination géographique atteste de leur origine et rassure. Comme celle-ci fait l’objet de convoitises (copie de produits, nouveaux produits qui ont une fausse dénomination géographique faisant rêver à la campagne) (Delfosse, 1997), les producteurs et les acteurs du développement local visent de plus en plus à protéger leur produit avec les outils de la politique alimentaire de qualité et notamment les appellations d’origine qui garantissent l’authenticité, ainsi que le caractère inaliénable de la localisation de la production.

  • 24 On note en effet à partir du milieu des années 1990 une multiplication des demandes d’appellations (...)
  • 25 Dans le cadre de l’harmonisation législative européenne, la question de la protection des appellati (...)

22Par ailleurs, les relances concernent de plus en plus de produits, dont certains n’avaient qu’une réputation locale. Pour acquérir une vraie renommée, avoir accès à un marché urbain, les acteurs de la relance s’orientent, eux aussi, vers une demande d’appellation d’origine24. Grâce à l’appellation d’origine, le produit accède alors au rang de produit exceptionnel et cela d’autant plus que les produits de terroir sous aoc sont considérés comme des éléments du patrimoine national à la faveur de l’harmonisation européenne de 199225. Accédant au rang de patrimoine national reconnu, car tenant ses caractéristiques du lieu dont il provient, il contribue aussi à qualifier le territoire dont il porte le nom. Aussi de plus en plus de relances s’assortissent de demande d’aoc. La relance, comme la demande d’appellation constituent un élément de mobilisation locale qui participe du développement local.

2. aoc, district, spl, les produits de terroir labellisés des modèles de développement territorial

  • 26 Certains auteurs et acteurs parlent alors de filières de qualité. Voir les travaux de Pierre Perrie (...)
  • 27 Le Monde, 28 mars 1998.

23Les produits de terroir rencontrent à partir de 1990 les réflexions sur la politique de qualité liée à l’origine et ses effets sur les espaces ruraux26, ainsi que celles sur les ressources territoriales qui traversent ce que l’on appelle à partir des années 1990 le développement territorial. La crise et la mondialisation renforcent les compétitions économiques entre territoires à l’échelle internationale. Il convient de faire valoir que la qualité du territoire, et les produits de terroir ayant une appellation d’origine peuvent être porteurs de cette qualité territoriale. Comme le souligne Jean-Louis Guigou, délégué à l’aménagement du territoire et à l’action régionale, le processus de mondialisation : « fait de la qualité des territoires, un élément essentiel de la compétitivité des entreprises »27.

  • 28 « Il s’agit de systèmes locaux de production agro-alimentaire reposant sur la transformation sur pl (...)

24Dans ce contexte, les produits de terroir, considérés comme des produits de qualité faisant référence à une origine géographique, tendent à devenir des modèles de développement territorial. En effet, la revendication et la protection des liens aux lieux pour diverses productions agro-alimentaires apparaissent alors comme importantes : « dans ce cas, les régions ne sont guère substituables entre elles » (Benko, 2001) et, pour expliciter ce cas de figure, Georges Benko donne en exemple le champagne. Aussi Jean-Louis Guigou écrit que les : « bassins de production ne seront plus uniquement définis comme auparavant sur des zones naturelles de production, mais ils s’organiseront par rapport à une demande de qualité. Ainsi naissent les districts agricoles de production, comme il existe des districts industriels de production, associant ville et campagne, offre et demande, recherche, production et distribution » (Guigou, 2001). Les productions de qualité s’inscrivent dans les nouveaux modèles de développement territoriaux qui réhabilitent les liens entre les entreprises et le territoire, ainsi que les petites entreprises, la culture et les savoirs professionnels locaux (Salais, Storper, 1994). C’est à l’aune des systèmes productifs locaux, tels que les définit Claude Courlet28, que doivent désormais s’analyser les produits d’appellation d’origine (Delfosse, Letablier, 1995). En effet, l’appellation d’origine réunit des producteurs agricoles, des industriels, des experts et des intermédiaires. Une fois la reconnaissance juridique acquise, l’appellation d’origine fonctionne comme un bien commun qu’il faut gérer et faire fructifier. Le résultat de l’investissement (en termes de demande de signe de qualité) revient au réseau de producteurs et au-delà au local. Les cahiers des charges des aoc, dans la plupart des cas, interdisent certains procédés de fabrication entraînant la mécanisation. Ce faisant, ils maintiennent de l’emploi et valorisent une forme de culture professionnelle locale. La mise en scène des savoir-faire à laquelle se livrent la plupart des producteurs (fermiers, artisanaux ou industriels) y contribue également. D’autres acteurs sont associés à la mise en scène (musées, écomusées) qui contribuent à en faire des objets agriculturels (Menu, Duclos, 1997) et touristiques (routes, fêtes…). Aussi ces systèmes productifs s’étendent à des acteurs patrimoniaux, ainsi que touristiques (Delfosse, 2000).

  • 29 Voir par exemple Palisse, 2006.

25Selon une logique de dynamique territoriale similaire, Bernard Pecqueur rappelle que le produit de terroir peut entraîner dans son sillage d’autres produits et s’assortir d’un développement touristique. En mettant en avant le concept de paniers de biens, il propose aux élus un outil (Pecqueur, 2001 ; Pecqueur, Roux, Vollet, 2006 ; Hirzack, Moalla, Mollard et al., 2008). Ainsi, pour ce qui des pnr, depuis les années 1990, le Ministère de l’écologie et du développement durable les autorise à attribuer la mention « pnr » à un produit, un savoir-faire ou une prestation d’accueil (hébergement ou restauration). Les acteurs économiques peuvent bénéficier de cette marque de qualité territoriale. Ce n’est plus seulement le produit qui qualifie le parc, mais la qualité du territoire parc qui qualifie en retour produits et autres activités économiques. Cette qualification croisée se retrouve avec la création conjointe d’un pnr pour le massif des Bauges et l’obtention, dans des limites très proches, de l’ao Tome des Bauges29.

3. Multiplication des découpages territoriaux : des produits prétextes ou créateurs d’identité ?

26Les années 1990 sont aussi celles de la multiplication des structures de gestion de l’espace rural et des procédures de développement (communautés de communes, gal des programmes Leader, Pays Pasqua en 1995, puis Pays Voynet en 1999, structures de développement régionales, multiplication des pnr, Pays d’art et d’histoire, pôles d’excellence rurale...). Roger Brunet parle alors de l’art de la découpe (Brunet, 1995). Ces nouveaux territoires qui se multiplient et ont des limites mouvantes, doivent affirmer leur existence et leur qualité. Pour ce faire, le processus de nomination est important, c’est ce que Martin de la Soudière appelle la « géonymie » (La Soudière (de), 2004). Le nom d’un produit de terroir est souvent utilisé pour dénommer ces nouveaux « territoires ». Toutefois, Martin de la Soudière, comme André Micoud (Micoud, 2004) montrent que nommer ne suffit pas à qualifier. Les élus, les animateurs et divers acteurs de l’ingénierie territoriale cherchent donc des arguments qui permettent de faire exister les nouveaux territoires et au moins de fédérer les acteurs locaux (habitants permanents ou non, actifs…).

27Le procédé un produit, un nom, un pays peut être encore une fois utilisé pour faire exister des espaces de marge, des espaces écartelés. Tel est le cas par exemple du Mézenc et de sa viande (fin gras du Mézenc) (Martin, Mermet, Ribet, 2000 ; Rieutort, 2007 ; Delfosse, 2010). Le Mézenc est un massif partagé entre plusieurs départements et régions. Il fait l’objet d’une grande complexité institutionnelle et d’une superposition de circonscriptions d’actions (communautés de communes, pour partie pnr des Monts d’Ardèche, syndicat mixte à vocation touristique, plusieurs pays Voynet…). La mobilisation des acteurs de cet espace de marge vient, au départ, de l’initiative d’une association à caractère patrimonial créée en 1987, animée par des résidents secondaires originaires du Mézenc. Sa dynamique a suscité la création d’autres associations plus directement impliquées dans la valorisation des ressources locales en 1995 : l’association du Fin gras du Mézenc composée des acteurs de la filière viande, puis l’association des élus du Mézenc chargée de « promouvoir le territoire et ses spécificités ». L’association des élus du Mézenc se transforme en 1999 en association « Mézenc-Gerbier », fédérant à la fois les élus et les acteurs économiques. La demande, puis l’obtention de l’appellation d’origine en 2006 a contribué à la constitution d’un territoire par-delà le « mille-feuilles territorial ». Ce « nouveau territoire » a ensuite porté un pôle d’excellence rurale dont la thématique principale est de valoriser des patrimoines : naturel (sources de la Loire), culturel et agricole, à l’instar du panier de biens.

  • 30 Baudelle, Mérenne-Schoumaker, 2011. Les difficultés des liens entre agriculteurs et nouveaux habita (...)

28Par ailleurs, dans des territoires où la population rurale est recomposée, (diversification socio-professionnelle, plusieurs générations de nouveaux habitants, habitants permanents ou non…), l’identité du territoire est à reconstruire. Les produits, par les manifestations agri-culturelles notamment les fêtes, contribuent aux actions en faveur de la promotion du lien social en milieu rural et à l’affirmation de l’identité. Or, comme l’explique Guy Baudelle : « […] dans un monde dominé par l’image et les médias, la plupart des territoires cherchent aujourd’hui à se doter d’une identité en épinglant certaines spécificités : produits de terroir, patrimoine, fêtes et coutumes traditionnelles… de telles options bien que sympathiques n’ont toutefois que des impacts limités en effet, le développement implique un projet porté tout au long de l’année, articulant différentes ressources et de multiples acteurs »30. Des projets, comme celui de la charte paysagère du Beaujolais, peuvent illustrer cette volonté de travailler sur le temps long à la construction de l’identité autour d’un produit. La mise en œuvre de cette charte, ainsi que celle de la charte de Fontevrault pour les côtes de Brouilly, un des 10 crus du beaujolais, répond à la nécessité de réaffirmer les liens entre le produit et le territoire (un produit célèbre au Japon mais peu reconnu comme le vin de terroir en France) et de mobiliser les « nouveaux habitants » non agriculteurs territoriaux envers l’agriculture (Gibert, 2012 ; Yordanova, en cours).

4. Les produits et la compétitivité des territoires : la labellisation

  • 31 Voir les travaux de Laurent Davezies et ceux de ses disciples, voir également le numéro de la revue (...)
  • 32 Communication de Laurent Rieutort lors du séminaire du laboratoire d’Études rurales, juin 2013.

29Dans le cadre de l’économie résidentielle31, les produits tendent à devenir non plus des outils économiques, des leviers de développement, mais des outils de marketing territorial mettant en valeur la qualité de vie offerte par un territoire donné. La Loi paysage de 1993 renforce l’importance de la protection et de la valorisation du paysage. Les produits de terroir sont alors un outil de gestion de paysages. L’opération de labellisation des paysages lancée par le Ministère de l’environnement en 1993 en est une illustration en confortant les liens entre production alimentaire et valorisation-protection du patrimoine paysager. L’agriculture redevient un acteur important de la gestion des paysages. Ainsi quelques produits sont labellisés par les PNR au titre de leur rôle dans le maintien d’un paysage spécifique. De même, les parcs nationaux redécouvrent l’agriculture et les agriculteurs comme acteurs de l’entretien de paysages à protéger ou à réhabiliter. Tel est le cas par exemple du parc national des Cévennes qui dans le cadre de la restauration et du maintien des paysages de terrasses a appuyé la relance et l’obtention d’une aoc pour l’oignon doux des Cévennes (Druguet, 2007). Cette action vise à revitaliser et requalifier l’espace en marge du parc national et participe de la labellisation du territoire des Cévennes et des Causses au titre du patrimoine mondial de l’Unesco, dans la catégorie « Paysage culturel évolutif ». Le classement de ce vaste territoire par l’Unesco a également contribué à la renaissance-revalorisation d’autres produits de terroir comme celui du vin des gorges du Tarn. Ce site, d’ailleurs, bénéficie d’une multiplicité de labels : classement au titre de la loi sur les sites, puis Label grand site, puis un per autour de la réhabilitation des paysages de terrasses en 2006. Là encore la réhabilitation des terrasses est passée par la promotion-re-création d’un produit de terroir : le vin des Gorges du Tarn. La dynamique est partie des élus et non des vignerons32. Ces relances visent clairement à la réhabilitation, puis à la gestion de paysages labellisés.

  • 33 Relevant également de la labellisation des territoires, on note l’apparition de labels territoriaux (...)

30La volonté de labellisation Unesco illustre également une tendance qui est celle de la recherche de labels de plus en plus prestigieux afin de se distinguer. Les labels de qualité territoriale (Pouzenc, Coquard, Pilleboue et al., 2007) et les labels territoriaux se multiplient. L’aoc pour un produit, une protection au titre des sites, etc., ne suffisent plus. Aussi, dans un contexte qui est celui de la compétition entre territoires (pour attirer des activités ainsi que des touristes et de nouveaux habitants), assiste-t-on à une sorte d’inflation des labels qui tend à dévaluer les liens produit-territoire que garantissait et valorisait l’aoc33.

31Ainsi, des années 1980 aux années 2000, passe-t-on de la production d’un produit moteur du développement car valorisant une ressource spécifique, créant une identité locale commune pour du développement économique, à un produit qui aide au découpage du territoire de développement puis à un produit qui qualifie un espace dans une stratégie résidentielle et touristique et où l’agriculture est nécessaire mais plus moteur, un rôle proche de celui qui lui est aujourd’hui dévolu en ville.

III. En guise de conclusion : Vers des produits de terroir participant de la construction de territoires métropolitains

32Le renouveau des campagnes, l’étalement urbain, les nouvelles valeurs attribuées à la campagne ont pu remettre en cause l’urbanité. À l’heure où est promue l’économie résidentielle, il convient donc de « requalifier » les villes (qui perdent des habitants au profit des espaces périurbains considérés comme des lieux de « campagne »), de changer leur image, de construire, comme l’écrit Joëlle Salomon-Cavin, une ville vertueuse (Salomon-Cavin, 2012). Cela passe par l’affirmation que ville et nature ne sont pas opposées, par le développement durable et la cohésion sociale, y compris entre la ville et ses campagnes proches. Là encore, les produits de terroir sont mobilisés. Toutefois, sont-ils les mêmes que ceux qui faisaient rêver de campagne et qui qualifiaient les espaces ruraux ?

  • 34 Voir par exemple, J.-P. Husson, 2004 ; Pour Vesoul, Sylvain Estager, 2008.

33Dans le cadre des politiques visant à construire la ville-nature, les produits de terroir ont leur place. Il s’agit en premier lieu des fêtes et manifestations agriculturelles qui les mettent à l’honneur et convient les produits de la campagne en ville. De même les marchés jouent un rôle par les produits de terroir des campagnes environnantes qu’ils mettent en scène, mais aussi par la saisonnalité des produits qui rappelle ainsi au citadin les « cycles naturels » (Delfosse, 2011b ; Delfosse, 2011c). L’agriculture est à nouveau invitée en ville comme lieu de production. Les villes relancent elles aussi leurs produits de terroir producteurs de paysages particuliers, de paysages « naturels » ou plutôt campagnards (Donadieu, Fleury, 1997). Il s’agit de paysages de vergers comme la relance des vergers à Besançon, et plus souvent encore de la vigne y compris dans des espaces où elle avait presque totalement disparu. On peut citer Vesoul, Nancy, Clermont-Ferrand, Nice34. Si l’on peut penser qu’au départ il s’agit de faire « du décor », pour conforter les plantations il y a aussi relance d’un vin local. Dans l’agglomération urbanisée de Toulon-Hyères, c’est aussi le cas de la figue de Solliès (Moustier, 2007). Ainsi les villes ont à nouveau un produit de terroir support « d’identification », autour duquel des actions festives et de lien social peuvent être développées.

  • 35 Voir par exemple toujours dans l’agglomération de Toulon-Hyères : Minvielle, Angles, Daligaux, 2012
  • 36 Voir le rôle de l’association Terres de liens. Cette question est le titre même d’un volume de la r (...)

34Pour maintenir et développer les produits locaux, les collectivités territoriales s’impliquent dans la maîtrise du foncier35. Là aussi, elles tendent à promouvoir une agriculture respectueuse de l’environnement, voire la relance de cépages rares, de vignes et de vergers conservatoires. Aux limites de la ville, sur des délaissés urbains, les collectivités territoriales réinvestissent l’agriculture maraîchère, voire reconstruisent des ceintures maraîchères. Les actions foncières servent également d’éléments de cohésion sociale. Parfois, elles sont portées par des habitants qui se mobilisent pour l’agriculture36. Il s’agit désormais de promouvoir une agriculture nourricière dans le cadre de projets de développement urbain, s’appuyant sur des produits du quotidien et l’alimentation quotidienne (Delfosse, 2012).

35Du côté des consommateurs urbains, l’origine qui rassure désormais n’est plus celle de la campagne rêvée, mais celle du proche pour des produits locaux du quotidien. Pour garantir la proximité des produits, les circuits courts sont mis en avant, en particulier la vente directe. Cette attention nouvelle, ainsi que celle portée par les collectivités territoriales à l’endiguement de l’étalement urbain, réhabilitent les agricultures périurbaines. Elles passent d’agriculture banale, donnant des produits banals à une agriculture remarquable dans la mesure où elle retient l’attention et les produits locaux proches, du quotidien, eux-mêmes sont requalifiés. Pour garantir cette nouvelle provenance et les valoriser, les collectivités territoriales et les associations ont pu mettre en place des marques collectives faisant référence au local proche comme « Terres d’Ici » (Consales, 2009 ; Delfosse, Bernard, 2007 ; Delfosse, 2011). Ces produits reprennent les limites des territoires de gestion urbain/périurbain et contribuent à construire un territoire ou tout du moins participent de la construction d’un local entre ville et campagne.

36À l’heure de la redéfinition des territoires de projet et de gestion, notamment de l’affirmation des territoires métropolitains, l’agriculture à travers ses produits proches, frais et de préférence biologiques, retrouve de l’importance. La construction du territoire semble se faire autour de l’affirmation d’une gouvernance alimentaire métropolitaine (Brand, Bonnefoy, 2011), comme autour de la métropole de Voirons-Grenoble (en référence à la loi de 2010). Évidemment, comme dans toute la construction territoriale, on assiste à des tiraillements entre la métropole, des communautés de communes rurales et des villes moyennes proches de la métropole. À l’inverse on voit également des alliances en faveur de la promotion de la gastronomie et des produits de terroir, comme élément d’une nouvelle forme d’économie créative, par exemple entre Lyon, Vienne, Bourg-en-Bresse et Roanne, au-delà même du périmètre de la nouvelle métropole lyonnaise, dans une stratégie régionale et d’alliance entre la grande ville et les villes moyennes proches.

37Paradoxalement dans certains cas, l’invention du proche permet d’élargir l’échelle du local, de s’affranchir de produits de terroir trop ancrés suscitant des concurrences entre territoires proches, faire exister des métropoles, des régions, des territoires larges (reconnus notamment par les labels Unesco).

Haut de page

Bibliographie

Ba A., Aubry C., « Diversité et durabilité de l’agriculture urbaine : une nécessaire adaptation des concepts ?, Norois, 2011, p. 11-24.

Baudelle G., Guy C., Mérenne-Schoumaker B., Le développement territorial en Europe. Concepts, enjeux et débats, pur, Rennes, 2011, 281 p.

Benko G., « Développement durable et systèmes productifs locaux », in Datar, Réseaux d’entreprises et territoires. Regard sur les systèmes locaux, La Documentation française, Paris, 2001, p. 117-134.

Boichard J., L’élevage bovin ses structures et ses produits en Franche-Comté, Paris, Belles Lettres, 1977, 536 p.

Bouverot M., « Concours d’alpage de Haute-Savoie », bffea, n° 4, 1954, p. 37.

Brand C., Bonnefoy S., « L’alimentation des sociétés urbaines : une cure de jouvence pour l’agriculture des territoires métropolitains ? », VertigO, La revue électronique en science de l’environnement, vol. 11, n° 2, 2011.

Bréart G., « Les produits laitiers de montagne : leur mise en valeur et leur protection », Bulletin de la ffem, 1957, p. 653-654.

Bromberger B. Chevallier D., (dir.), Carrières d’objet, Maison des sciences de l’Homme, Paris, 1999, 224 p.

Brunet R., « Territoires : l’art de la découpe », rgl, 1995, p. 251-255.

Casabianca F., De Sainte Marie C., Santucci P., et al., « Maîtrise de la qualité et solidarité des acteurs. La pertinence des innovations dans les filières d’élevage en Corse », Ét. Rech. Sys. Agr. Dév., n° 28, 1994, p. 343-358.

Casteignau M. Dupuy F., « L’écomusée de la Grande Lande », Géographie et cultures, n° 16, 1996, p. 31-44.

Chauvin J., « La Compôte-en-Bauges, Enquête sur l’évolution des conditions de vie en montagne », bffea, 1957-1958, p. 177-192.

Chiva I., Une politique pour le patrimoine culturel rural, Paris, Mission du patrimoine ethnologique, 1994, 53 p.

Consales J.-N., « La marque les jardins d’Aubagne : émergence d’un terroir urbain ou stratégie de marketing territorial ? », Séminaire, Circuits courts et innovation territoriale, Aix-en-Provence, 9 octobre 2009, Aubagne, 2009.

Courlet C., « Les systèmes productifs localisés. Un bilan de la littérature », in Torre A. (dir.), Le local à l’épreuve de l’économie spatiale. Agriculture, environnement, espaces ruraux, Inra, 2002, p. 27-40.

Delfosse C., Le renforcement de la protection juridique de la protection et de la dénomination du cabécou de l’Aveyron, segesa/chambre d’agriculture de l’Aveyron, 1992, 59 p. + annexes.

Delfosse C., « Noms de pays et produits de terroir ou les enjeux des dénominations géographiques », L’espace géographique n° 4, 1997, p. 220-230.

Delfosse C., « Valorisation des patrimoines agro-alimentaires : entre fonction de production et fonction patrimoniale des espaces ruraux » in Croix N. (dir.), Des campagnes « vivantes », un modèle pour l’Europe ?, Cestan, Nantes, 2000, p. 533-544.

Delfosse C., Géographie rurale, culture et patrimoine, hdr, Université de Lille I, vol de synthèse, 2003, 312 p.

Delfosse C., « Le pays et ses produits : défense et illustration d’une identité », Études sociales, n° 139-140, 2004a, p. 117-138.

Delfosse C., « L’appellation d’origine du maroilles. Comment définir l’aire de production d’un fromage en liaison avec celle du pays ? », Ruralia, n° 15, 2004b, p. 115-136.

Delfosse C., La France fromagère (1880-1990), Paris, Éd. La Boutique de l’Histoire, 2007a.

Delfosse C., « Chèvre des champs ou chèvre des villes ? Les différentes fonctions de la chèvre dans l’Entre-deux-guerres », Ruralia, n° 320, 2007b.

Delfosse C., Thiérache et maroilles : un ancrage historique et spatial, ler-chambre d’agriculture de l’Aisne, Syndicat du Maroilles aoc en Thiérache, 2007c, 118 p.

Delfosse C., « L’héritage en action : les relances et les territoires », in Berger A., Chevallier P., Dedeire M., Cortes G., Héritages et trajectoires rurales, Paris, L’Harmattan, 2010, p. 45-66.

Delfosse C., Ancrage spatial et historique du fromage de munster-géromé, Syndicat interprofessionnel du fromage de munster-géromé, 2011a, 125 p.

Delfosse C., « Marché et développement local », in Traversac J.-B. (dir), Contributions des Circuits Courts Alimentaires au Développement Régional, Éducagri, Dijon, 2011b, p. 153-166.

Delfosse C., « La patrimonialisation des produits dits de terroir : l’occasion d’une confrontation entre agriculteurs et citadins/nouveaux ruraux », Anthropology of food, n° sur Les patrimoines alimentaires (Food héritage) dirigé par L. Tibère et J. Bessière, 2011c, http://aof.revues.org/index6772.html

Delfosse C., « Conclusion générale, Point de vue d’une géographe », in ouvrage coll. Au plus près de l’assiette, pérenniser les circuits courts, Éducagri-Quae, 2012, p. 233-237.

Delfosse C., « Le crémier, un acteur oublié entre producteurs et consommateurs ? », in Ricard D. (dir.), Les reconfigurations des filières laitières en France, Clermont-Ferrand, Ceramac, 2013, p. 429-447.

Delfosse C., Bernard C., « Vente directe et terroir », Méditerranée, n° 109, 2007, p. 23-30.

Delfosse C., Le Jaouen J.-C., « De la zoologie à la zootechnie : la sélection caprine au xxe siècle » Ethnozootechnie, 1999, p. 101-112.

Delfosse C., Letablier M.-T., « Genèse d’une convention de qualité : les appellations d’origine », in Allaire G., Boyer R. (dir.), La grande transformation de l’agriculture. Lectures conventionnalistes et régulationnistes, Paris, inra/Economica, 1995, p. 97-118.

Delfosse C., Pilleboue J., « Patrimoine rural et production agricole de qualité », in Gravari-Barbas M., Guichard-Anguis S., Regards croisés sur le patrimoine, Paris, Presses universitaires de la Sorbonne, 2003, p. 875-900.

Delfosse C., Vaudois J., « Éditorial. Les dimensions et les enjeux territoriaux de la transition agricole », Hommes et terres du Nord, n° 4, 2000, p. 189-191.

Dietrich G., « Le Munster, Paysages et systèmes d’élevage », in Brunet P., Histoire et Géographie des fromages, Caen, Presses Universitaires de Caen, 1987, p. 67-77.

Donadieu P., Fleury A., « L’agriculture, une nature pour la ville ? », Natures en ville, Annales de la recherche urbaine, n° 74, 1997, p. 31-39.

Druguet A., « Concilier agriculture et conservation d’un paysage de terrasses à la périphérie du parc de Cévennes », Géocarrefour, vol. 82, 4, 2007, p. 199-207.

Dubeuf B., « La construction d’un produit de terroir haut-de-gamme : le beaufort », Économie rurale, n° 232, 1996.

Dupraz D., Morel Y., La châtaigneraie ardéchoise : de la tradition à la rénovation, Privas, 1984, 179 p.

Dupré L., Du marron à la châtaigne d’Ardèche. La relance d’un produit régional, thèse d’ethnologie, Paris, Éd. du cths, 2002, 335 p.

Durbiano C., « Oliveraies et stratégies territoriales », in Berger A. (dir.), Dynamique rurale, environnement et stratégies spatiales, Montpellier, Publications de l’Université de Montpellier, 2001, p. 365-372.

Estager S., Un objet géographique entre marginalité et territoire. La vigne en Haute-Saône, Thèse pour le doctorat de géographie, Université de Lille I, 2008, 481 p.

Faure M., « Un produit agricole « affiné » en objet culturel. Le fromage de Beaufort dans les Alpes du Nord », Terrain, n° 33, 1999, p. 81-92.

Fédération des parcs naturels régionaux, Le patrimoine local, un outil de développement. 220 expériences de développement local analysées, Paris, La Documentation françaises, 1987, 299 p.

Fischler C., L’homnivore : le goût, la cuisine et le corps, Paris, Odile Jacob, 1990, 448 p.

Flatrès-Mury H., Bonneau M., « Le parc naturel régional d’Armorique », rgl, n° 2, 1976, p. 133-149.

Gerbaux F., La genèse de la politique de la montagne. Le cas des mesures agricoles, 1943-1973, Grenoble, Thèse de Sciences sociales, 1983, 420 p. + annexes

Gontcharoff G., « Développement local : petite généalogie historique et conceptuelle », Territoires, n° 431, oct. 2002.

Gorgeu Y., « Le difficile dialogue des parcs naturels régionaux avec le mouvement du développement local », in Deffontaines J.-P., Prod’Homme J.-P. (dir .), 2001, p. 105-117.

Gibert H., La requalification du vignoble du Beaujolais. Une approche systémique, thèse pour le doctorat de géographie, Université Lyon2-Laboratoire d’Études rurales, 2012, 465 p.

Greffe X, Territoires en France : les enjeux économiques de la décentralisation, Paris, Economica, 1984, 304 p.

gret, Transformer et vendre des produits, un avenir, Actes du colloque de Rambouillet, 1989, 333 p.

Groscaude G., « Le beaufort, comment il a su conserver sa tradition », Histoire et géographie des fromages, 1987, p. 157-162.

Guérin J.-P., « Les fruitières savoyardes (1939-1971) », rga, 1972, p. 453-466.

Guigou J.-L., « La nouvelle pensée territoriale », Économie rurale, n° 261, 2001, p. 54-60.

Hervieu B., Viard J., Au bonheur des campagnes, éd. De l’Aube, 1996, 157 p.

Hervieu-Léger H., Hervieu B., Le retour à la nature : au fond de la forêt, l’État, Paris, Le Seuil, 1979, 240 p.

Hirzack M., Moalla M., Mollard A. et al., « Le modèle du panier de biens. Grille d’analyse et observations de terrain », Économie rurale, n° 308, 2008, p. 55-70.

Houée P., Les étapes du développement rural, tome 2 La révolution contemporaine 1950-1970, éd. Ouvrières, Paris, 1972, 295 p.

Houée P., « L’émergence des pays bretons », in arf, Petites villes et pays dans l’aménagement rural, Paris, cnrs, 1979a, p. 133-142.

Houée P., « Pays et aménagement rural », in arf, Petites villes et pays dans l’aménagement rural, cnrs, Paris, 1979b .

Husson J.-P., « La vigne dans l’agglomération de Nancy, de l’objet relique au projet de restauration », Nancy, R.G.E, 3, 2004, p. 81-87.

Kayser B., La renaissance rurale, A. Colin, Paris, 1990, 316 p.

La Soudière (de) M., « Lieux dits : nommer, dé-nommer, re-nommer », Ethnologie française, n° 1, 2004, p. 67-78.

Lucas R, L’invention de l’écomusée ? Genèse du parc d’Armorique (1957-1997), Rennes, pur, 2012, 351 p.

Malassis L., Les trois âges de l’alimentaire, Paris, Cujas, 1997, 2 tomes, 336 et 368 p.

Marchenay P., « Introduction », in Bérard L., Cegarra M., et al. , Biodiversité et savoirs naturalistes locaux en France, sl, Cirad, Iddri, ifb, Inra , 2005, p. 85-90.

Marthelot P., « Notes sur l’état actuel et sur les mesures de restauration des Hautes-Chaumes des Vosges », Revue de géographie de Lyon, vol. 27 n° 2, 1952, p. 173-179.

Mathieu N., « Questions sur les relations existant entre trois termes : écodéveloppement, développement local, pays », Géopoint, 1982, p. 351-354.

Martin A.-M., Mermet J.-C., Ribet N., « L’invention du Mézenc », in Rautenberg M. et al. (dir.), Campagnes de tous nos désirs, Maison des Sciences de l’Homme, coll. Ethnologie de la France, Paris, 2000, p. 45-58.

Mengin J., Développement local et politiques d’aménagement du territoire, Rapport présenté au ces, Paris, Les éditions des Journaux officiels, 1998, 218 p.

Menu D., Duclos J.-C. (dir.), À propos du patrimoine agriculturel rhônalpin, sl., cript, 1997.

Minvielle P., Angles S., Daligaux J., « La gouvernance territoriale agricole : l’exemple de la viticulture et de l’oléiculture dans l’agglomération de Toulon », eue, n° 6, 2012, p. 74-99.

Micoud A., « Des patrimoines aux territoires durables. Ethnologie et écologie dans les campagnes françaises », Ethnologie française, n° 1, 2004, p. 13-22.

Nahmias P., Le Caro Y., « Pour une définition de l’agriculture urbain : réciprocité fonctionnelle et diversité des formes spatiales », eue, vol. 6, 2012, p. a-1 à 1-16.

Moustier P., « La figue de Solliès, une nouvelle AOC face à un avenir incertain », Méditerranée, 2007, p. 63-69.

Nougarèdes B., Modes d’insertion socio-spatiale du bâti agricole périurbain et sociabilités locales. Le cas des hameaux agricoles dans l’Hérault, Université Toulouse II, 2013, 465 p.

Palisse M., Les Bauges entre projets institutionnels et dynamiques locales : patrimoines, territoires et nouveaux lieux du politique, doctorat en sociologie et en anthropologie, Université Lyon2, 2006, 336 p.

Pecqueur B., Le développement local, Paris, Syros, deuxième édition, 2000, 130 p.

Pecqueur B., « Qualité et développement territorial : l’hypothèse du panier de biens et de services territorialisés », Économie rurale, n° 261, 2001, p. 37-49.

Pecqueur B., Roux E., Vollet D., « Coordination d’acteurs et valorisation des ressources territoriales, le cas de l’Aubrac et des Baronnies », Économie rurale, 2006, p. 20-36.

Perrier-Cornet P., « Les filières régionales de qualité dans l’agro-alimentaire. Études comparative dans le secteur laitier en Franche-Comté, Émilie Romagne, Auvergne », Économie rurale, 1990, p. 27-34.

Poisson M., De la promotion d’une aoc à un système de développement complexe pour l’agriculture, l’alimentation et le territoire : Le cas du pnr du Vercors, Mémoire de M2R Études rurales. Université Lyon2, 2012, 218 p.

Pouzenc M., Coquard D., Pilleboue J., et al., « Diversification des modèles de qualité territorialisée des produits agro-alimentaires : risque ou opportunité pour les terroirs ? », Méditerranée, n° 109, 2007, p. 31-40.

Rautenberg M., Micoud A. et al., Campagne de tous nos désirs. Patrimoine et nouveaux usages sociaux, Maison des Sciences de l’Homme, coll. Ethnologie de la France, Paris, 2000, 191 p.

Reyne J., Marrons et châtaignes d’Ardèche, Privas, 1984, 205 p.

Ricard D., Les montagnes fromagères en France, Terroirs, Agriculture de qualité et appellations d’origine, Clermont-Ferrand, 1994, 495 p.

Rieutort L., « Du territoire identitaire aux nouveaux partenariats ville-campagne : les voies du développement local dans la haute vallée de la Loire », Norois, 2007, p. 11-23.

Rouvière C., Regards croisés autour de l’utopie : le « retour à la terre » en Ardèche des années 1960 à 1990, thèse d’histoire, 2011, 1 255 p.

Salais S., Storper M., Les mondes de production. Enquête sur l’identité économique de la France, Éditions de l’école pratique des hautes études en sciences sociales, Paris, 1994, 467 p.

Salomon-Cavin J., « Entre ville stérile et ville fertile, l’émergence de l’agriculture urbaine en Suisse », EUE, n° 6, 2012, p. 17-31.

Sahuc P., Wisner-Bourgeois C., « Les produits du terroir, emblèmes de la localité », in Territoires et acteurs du développement local. De nouveaux lieux de démocratie, Éd. de l’Aube, La Tour d’Aigues, 2001, p. 81-90.

Thiesse A.-M., Écrire la France. Le mouvement littéraire régionaliste de langue française entre la Belle Époque et la Libération, Paris, puf, 1991, 314 p.

Torre A., « Natures urbaines : l’agriculture au cœur des métropoles ? » introduction du dossier Déméter : Nature et agriculture pour la ville. Les nouveaux désirs des citadins s’imposent, Déméter, 2013, 428 p.

Vandenbrouck P., Transformation de l’unité de production agricole : d’une exploitation sectorielle à une exploitation agricole territoriale. Exploitations agricoles, agriculteurs et territoires dans les Monts du Lyonnais et en Flandre intérieure de 1970 à 2010, thèse pour le doctorat de géographie et d’aménagement, Lyon2, 2013, 607 p.

Vernus M., Le comté, une saveur venue des siècles, Paris, Textuel, 1988, 300 p.

Yordanova A.-M., Médiation paysagère. Le réancrage de la filière viticole dans le Beaujolais, Thèse en cours Université Lyon2-ler, sous la direction de Claire Delfosse.

Haut de page

Notes

1 Le terme de résistance fait référence à l’ouvrage de François Pernet intitulé Résistances paysannes, (PUG), publié en 1982. Il y associe clairement agriculture agro-industrielle et désertification d’espaces ruraux. Il développe aussi ce point dans le chapitre intitulé « Stratégies paysannes : le développement dans la diversité », dans un ouvrage collectif intitulé : Les agricultures différentes publié chez Peuple et Culture à Grenoble en 1984.

2 Aussi peut-on lire dans des témoignages des années 1950, « il faut bien reconnaître que les conditions de la vie moderne ne sont pas favorables à l’exploitation des alpages » (Bouverot, 1954, p. 37). Et même si quelques alpagistes s’équipent de jeep, « un gros travail reste à faire pour rendre praticables les chemins d’accès aux alpages. D’autre part, les chalets manquent d’entretien et sont assez peu modernisés. L’hygiène laisse souvent à désirer » (Chauvin, 1957-1958).

3 Voir ce qui s’est passé par exemple pour le cantal dont la production a glissé vers la Châtaigneraie ou l’évolution de l’aire de production du munster (Ricard, 1994 ; Delfosse, 2007a).

4 Voir ce qu’en écrit Georges Bréart (1957).

5 Rapport soumis en avril 1950 à la Commission vie rurale en montagne du Commissariat général au Plan et reproduit dans la Revue de géographie de Lyon (Marthelot, 1952).

6 Création des associations foncières pastorales en 1973, indemnité spéciale montagne en 1974…

7 Voir Françoise Gerbaux, 1983. Pour les témoignages de l’époque voir les travaux de l’Institut national d’études rurales montagnardes (INERM) créé en 1963 et dont un grand nombre d’études porte sur la production laitière et fromagère en montagne.

8 Le beaufort a fait l’objet d’un grand nombre de publications, en voici quelques-unes : Groscaude, 1987 ; Dubeuf, 1996 ; Faure, 1999. De même pour le beaufort et le laguiole : Delfosse, 2003.

9 Un projet de centre de pasteurisation du lait pour transformation en plaine existait dans le Beaufortain.

10 Ils cherchent à défendre les fabrications fermières face aux débuts de l’industrialisation du fromage de chèvre qui induit aussi une délocalisation de la fabrication de fromage et parfois transforme le fromage de chèvre en fromage de mélange ou même de vache. Ainsi, dès les premiers numéros de La Chèvre, il est question de la protection des fromages de chèvre. Le titre du n° 6 de Mars 1959, « Veut-on tuer le fromage de chèvre ? », en constitue une illustration.

11 Jean-Michel Seguin, 1976, Le crottin de Chavignol, Thèse vétérinaire, Lyon, p. 13. On trouve des remarques du même type dans le dossier de demande d’appellation d’origine du Crottin de Chavignol. De nombreuses thèses vétérinaires sont écrites aussi sur les fromages de chèvre de la région centre au début des années 1970.

12 Sur l’histoire du picodon voir 1998, Le picodon, Die, Éd. à Die.

13 Sur la châtaigne voir par exemple : Dupraz, Morel, 1984 ; Reyne, 1984. Et pour l’analyse de la relance et de la valorisation de la châtaigne, voir la thèse d’ethnologie de Lucie Dupré, 2002.

14 On peut citer par exemple la coopérative des Cochons bourrus que l’on peut mettre en parallèle avec l’expérience d’Ardelaine… D’autres exemples sont développés par Catherine Rouvière, 2011.

15 Entre 1965 et 1970 « une douzaine de territoires pionniers, presque tous ruraux se mettent en route, sous-tendus par des idées voisines et animés par des pratiques apparentées », Gontcharoff, 2002. Voir aussi Houée, 1972.

16 Ainsi par exemple, l’écomusée de la Grande lande présente à la fois l’architecture rurale, mais aussi les activités agricoles qui sont liées à la ferme. Aussi valorise-t-il des savoir-faire agricoles en voie de disparition. Sur l’histoire de ce musée voir : Casteignau, Dupuy, 1996. Voir aussi, la politique écomuséale du Parc naturel régional d’Armorique évoquée par Flatrès-Mury H., Bonneau M., 1976 et plus récemment Lucas, 2012.

17 Source : dossier AOC Rigotte de Condrieu.

18 Le Fidar a pour vocation de « soutenir le développement, la création et la diversification des activités dans les secteurs ruraux où se posent des problèmes économiques et démographiques d’une particulière gravité » (JO, 1979).

19 Plusieurs programmes de la mission du Patrimoine ethnologique visent à analyser ces processus de relance dont la plupart des travaux ont été publiés dans Bromberger, Chevallier (dir.), 1999. L’ethnologue Christian Bromberger va même qualifier ce phénomène de « relanciologie ». Sur la question des relances en géographie voir, Delfosse, 2003 ; Delfosse, 2010 et Durbiano, 2001.

20 L’évolution de ce que l’on qualifie de patrimoine rural a été telle qu’elle a fait l’objet d’un rapport au ministère de la Culture en 1994 : Chiva, 1994.

21 On pourrait citer le n° 7 de la lettre d’information (Innovation et Emploi) publiée conjointement par l’OCDE et la Commission des communautés européennes en 1991 intitulée : Le patrimoine, levier du développement local (16 p.).

22 Titre de P. Sahuc et C. Wisner-Bourgeois, 2001 : « Les produits du terroir, emblèmes de la localité ».

23 Paul Houée (en 1982, in Géopoint) distingue quatre types d’acteurs dans le mouvement des pays : les aménageurs, les animateurs, les agents économiques et les politiques.

24 On note en effet à partir du milieu des années 1990 une multiplication des demandes d’appellations d’origine. La réforme de 1990 permet l’obtention d’une appellation d’origine contrôlée pour les produits autres que le vin et les fromages. Cette réforme fait en sorte que désormais tous les produits sous appellation soient gérés par l’Institut national des appellations d’origine. Aussi voit-on arriver des demandes d’AOC pour des viandes, le piment d’Espelette…

25 Dans le cadre de l’harmonisation législative européenne, la question de la protection des appellations d’origine fait débat. Aussi la défense des appellations d’origine et donc des produits de terroir devient-elle une question d’identité nationale : il s’agit de défendre la diversité de la France qui s’illustre dans la diversité de ses produits de terroir. Voir Delfosse, 2007 et Delfosse, Pilleboue, 2003.

26 Certains auteurs et acteurs parlent alors de filières de qualité. Voir les travaux de Pierre Perrier-Cornet (1990) ainsi que ceux d’EgizioValceschini, de François Casabianca et Christine de Sainte-Marie…

27 Le Monde, 28 mars 1998.

28 « Il s’agit de systèmes locaux de production agro-alimentaire reposant sur la transformation sur place des produits de terroir (souvent garantis par une appellation). Formes de construction de ressources spécifiques, ces systèmes sont à même d’engendrer et de conserver des activités assez fréquentes dans les espace ruraux », Courlet, 2002.

29 Voir par exemple Palisse, 2006.

30 Baudelle, Mérenne-Schoumaker, 2011. Les difficultés des liens entre agriculteurs et nouveaux habitants non agriculteurs et cela malgré la mise en avant du vin et de fêtes autour du vin, dans des communes périurbaines de Montpellier, sont illustrées dans la thèse de Brigitte Nougarèdes, 2013.

31 Voir les travaux de Laurent Davezies et ceux de ses disciples, voir également le numéro de la revue Pour de février 2009 consacré à cette question.

32 Communication de Laurent Rieutort lors du séminaire du laboratoire d’Études rurales, juin 2013.

33 Relevant également de la labellisation des territoires, on note l’apparition de labels territoriaux autour de l’agriculture biologique, c’est le cas pour la Bio-vallée dans la Drôme. On ne qualifie plus un produit-phare, mais des produits issus d’un mode de production particulier.

34 Voir par exemple, J.-P. Husson, 2004 ; Pour Vesoul, Sylvain Estager, 2008.

35 Voir par exemple toujours dans l’agglomération de Toulon-Hyères : Minvielle, Angles, Daligaux, 2012.

36 Voir le rôle de l’association Terres de liens. Cette question est le titre même d’un volume de la revue Pour : « Terres consommées ou terres de liens ? Le cas de l’Ile-de-France », n° 205-206, juillet 2010.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Claire Delfosse, « Produits de terroir et territoires. Des riches heures du développement rural à la gouvernance métropolitaine », Sud-Ouest européen, 35 | 2013, 17-29.

Référence électronique

Claire Delfosse, « Produits de terroir et territoires. Des riches heures du développement rural à la gouvernance métropolitaine », Sud-Ouest européen [En ligne], 35 | 2013, mis en ligne le 30 septembre 2014, consulté le 14 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/soe/549 ; DOI : 10.4000/soe.549

Haut de page

Auteur

Claire Delfosse

Professeur de géographie, Université Lyon2, laboratoire d’Études rurales EA 37-28. Claire.delfosse@wanadoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Sud-Ouest européen – Revue géographique des Pyrénées et du Sud-Ouest est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaire du Midi
  • OpenEdition Journals