Navigation – Plan du site

AccueilNuméros47Notes bibliographiquesMadrid. Solidarité, participation...

Notes bibliographiques

Madrid. Solidarité, participation, créativité

Philippe Dugot
p. 159-161
Référence(s) :

A. Masboungi, A. Petitjean, Madrid. Solidarité, participation, créativité, Parenthèses, Marseille, 2018, 192 p.

Texte intégral

1Cet ouvrage n’a pas pour ambition de livrer une énième monographie historique ou urbanistique de Madrid mais de faire un point sur l’action de la municipalité élue lors des élections de 2015. Souvenons-nous que ces municipales ont parfois été le théâtre d’un renouvellement drastique des équipes. Quatre des cinq plus grandes villes du pays – Madrid, Barcelone, Valence et Saragosse – ont vu arriver des plateformes collaboratives de gauche affichant une proximité, au moins idéologique, avec le mouvement Podemos. À Barcelone, c’est Ada Colau, militante contre les expulsions des familles, qui occupe le siège de maire. Du côté de Madrid le bouleversement n’est pas moindre avec la victoire de Manuela Carmena du mouvement Ahora Madrid dans la filiation du mouvement des Indignés avec une sensibilité d’extrême-gauche. L’ouvrage dont il est question ici étudie donc le projet urbain madrilène tel qu’il se déploie suite à l’arrivée d’une équipe dont la coloration politique tranche avec la domination d’une droite conservatrice ayant gardé le pouvoir sans interruption depuis 1991 après le règne du PSOE (parti socialiste). La parution de l’ouvrage se faisant avant la fin d’un mandat limité à quatre ans, il n’est pas question d’un bilan de l’action menée, d’autant que les temporalités de l’urbain s’inscrivent dans des pas bien plus larges. C’est davantage à un exposé de la « philosophie » de l’action municipale assorti d’une présentation des premiers outils mis en place qu’est consacré l’ouvrage. Mais cette impossibilité même du bilan ne place-t-elle pas le lecteur face à la menace d’une synthèse hagiographique d’autant plus imparable qu’elle est incomplète ? Et il faut avouer que la lecture de quelques lignes du propos introductif incite à la vigilance :

L’état d’esprit à Madrid est à présent radicalement modifié : les initiatives abondent, la dette est allégée […] les investisseurs sont de retour, l’habitat se rénove en profondeur et les projets sont reconfigurés. […] Madrid démontre dès à présent l’intérêt du dialogue, du parler-vrai, de l’ouverture à la créativité plurielle et d’un mode d’action publique qui refuse l’ostentatoire pour se centrer sur le bien commun. (p. 9)

2Quelques pages plus loin on peut encore lire : « Le changement le plus profond est invisible ; il concerne l’amélioration de la vie quotidienne, du logement, de la vie de proximité, de la solidarité, de la dynamique économique et culturelle. Et il est réel et ressenti comme tel par les Madrilènes. » (p. 15) À l’inverse, l’action des municipalités précédentes, accusées d’avoir nourri des « éléphants blancs » (nombreuses installations sportives, candidature aux Jeux olympiques de 2016) est, à juste titre il faut souvent en convenir, décriée. Comme en d’autres lieux en Espagne, mais avec l’effet démultiplicateur d’une métropole économique doublée du statut de capitale politique, la ville n’a pas échappé à l’emprise des promoteurs immobiliers. Ces dernières décennies ont été le cadre d’un assez large épanchement de béton aboutissant à une forte expansion territoriale de l’agglomération appuyée sur une mobilité automobile dominante. Madrid irait vers un changement de régime ? « L’ordre du jour n’est plus à l’extension mais à la reconstruction de la ville sur elle-même » (p. 69).

3Il y a donc un indéniable enthousiasme pour la nouvelle gouvernance madrilène. Le compte-rendu de ce qui se passe et est projeté dans cette ville n’en demeure pas moins instructif de l’évolution de la façon de considérer et faire la ville tant dans les échelles d’actions que leurs finalités, faits trouvant un écho ailleurs en Europe mais avec là une illustration prise dans une ville de l’Europe méridionale. Ce compte rendu est d’autant plus intéressant que les auteurs, tous deux architectes-urbanistes, sont des « sachants » communiquant efficacement leur enthousiasme.

4L’ouvrage commence par un très rapide rappel historique de la croissance de la ville depuis les origines arabes. Une place importante est laissée à l’exposé des principales étapes de la planification urbaine notamment à partir du plan Castro, plan d’extension de Madrid, approuvé en 1860. Ce plan d’extension au nord et à l’ouest de la ville s’inscrit dans une logique de zonage fonctionnel avec identification de quartiers (ouvriers, industriels, militaires). Il est le support de l’ensanche madrilène, sans doute moins connu et disproportionné par rapport à la vieille ville que celui de Barcelone, mais qui marque néanmoins l’espace central madrilène regroupant aujourd’hui les quartiers bourgeois de Salamanca ou de Chamberi. Suivent quelques pages rappelant la planification stratégique de la ville, tant sous la période franquiste que dans la phase de transition et jusqu’à nos jours. Ce rappel s’accompagne d’une réflexion sur la délimitation d’une agglomération largement sortie des limites de la municipalité de Madrid qui n’a pourtant eu de cesse d’incorporer les municipalités proches, composant certains des 21 districts que compte la ville.

5Mais l’essentiel de l’ouvrage tient en une deuxième grande partie déclinée en trois étapes reprenant les trois enjeux majeurs qui animent la nouvelle équipe municipale : une ville solidaire, participative et créative. Au titre de la solidarité est présenté le projet MAD-RE (Madrid Recupera), stratégie sociale de « régénération urbaine ». La question du logement est centrale mais elle s’accompagne aussi de la thématique du commerce. En filigrane s’impose la volonté d’un changement d’échelle des projets vers davantage de proximité avec pour perspective, aussi, une réflexion à long terme sur la ville. La culture n’est pas absente de cette politique. Si l’Almendra central (l’amande centrale, c’est-à-dire la ville qui est ceinte par le périphérique M-30) demeure le cœur de la ville, lieu de son urbanité la plus « touristifiée », et à ce titre bénéficiant de nombreuses attentions et attractions, une des actions de la municipalité est aussi d’intégrer à la vie culturelle les districts périphériques. C’est tout le sens de l’opération « Multiplier Madrid ». Lancée en 2017, cette opération ambitionne de développer des lieux et des événements culturels en dehors de la seule portion centrale. Selon une logique spatiale assez similaire, on peut aussi mentionner le programme dénommé Plaz-er, places civiques où, toujours dans le cadre du projet MAD-RE, il s’agit d’amorcer dans l’espace public une urbanité civique au-delà du périphérique grâce à des actions relevant d’une forme « d’acupuncture urbaine ». Mais tout cela ne fait sens qu’avec l’implication des citoyens, la « Madrid participative ». L’ouvrage met ainsi en exergue la participation des citoyens. On peut mentionner la plateforme internet : madriddecide.es (400 000 inscrits) ou de façon plus classique les forums locaux organisés dans chacun des 21 districts de la ville. Au fil de la présentation de cette démarche participative sont exposés deux grands projets centraux, la refonte de la Gran Vía, la grande avenue tranchant dans la partie ancienne de la ville lors de la première moitié du xxe siècle, et de la Plaza España à son débouché. Ce processus de régénération questionne le thème de l’automobile et s’accompagne de la mise en avant des efforts pour favoriser les mobilités douces avec plus de piétons et de cycles. La dimension créative clôt la présentation de ce projet urbain. Y sont évoqués différents lieux où est censée se développer cette dimension avec pour focales les questions de mobilité, d’alimentation, de recyclage ou encore d’énergie. On peut évoquer, par exemple, les anciens abattoirs, le Matadero ou la Nave, plus en périphérie, équipements urbains recyclés en espaces de « créativité sociale » et réceptacle de cette sphère dite des « industries créatives ».

6On a là des outils, parcours obligés et réalisations urbanistiques que l’on retrouve dans d’autres villes européennes et parfois de plus longue date. Mais on est à Madrid avec l’idée que cela est orchestré dans le cadre d’une pensée rompant avec un business as usual qui a largement prévalu jusque-là. Une politique qui est au diapason du propos de celle qui a été élue au poste de maire, Manuela Carmena, dont le titre d’un des livres sert de paragraphe : « Parce que les choses peuvent être différentes » (Indigène, Paris, 2016). Le sont-elles et le seront-elles vraiment différentes ? Qu’est-ce qui relève de l’affichage, du marketing et finalement d’une écume n’affectant pas les forces lourdes de la production de l’urbain ? Ces interrogations auraient au moins dû être esquissées. Sans doute ne faut-il pas rêver. Pour autant, le cas madrilène avec l’arrivée de cette nouvelle équipe traduit une rupture relative dans la façon de penser et concevoir la croissance urbaine, une croissance qui se veut plus économe et inclusive dans une ville qui, à l’image de bien d’autres, s’est dessinée au cours de ces dernières décennies pour être de moins en moins l’une et l’autre. Sans tomber dans l’emphase ni s’illusionner sur la capacité à transformer les modalités et acteurs de la fabrique urbaine madrilène, le lecteur trouvera matière à réflexion quant aux évolutions des politiques publiques dont ce livre rend compte.

7Un peu sur le modèle des guides touristiques, l’ouvrage se termine par une dernière partie proposant quatre parcours pour découvrir Madrid. Mais ce n’est pas le Madrid des Austrias qui est ici proposé, pas plus qu’un détour par le Prado ou par le parc d’El Retiro. Non que ces lieux ne méritent pas l’attention du visiteur : ils participent de l’essence de Madrid, demeurant les témoins de son histoire urbaine singulière. Il s’agit par contre d’aller ailleurs ou de parcourir différemment la ville. C’est d’abord une proposition de promenade le long de « l’apprenti rivière » qu’est le Manzanares, cours d’eau longtemps oublié et maltraité, bordé par la M-30, le premier périphérique madrilène. On y découvrira les résultats d’une politique de réincorporation de ce cours d’eau dans la vie urbaine politique dont il faut souligner qu’elle est plus ancienne que l’actuelle municipalité puisque les premières réalisations datent de 2006. D’un espace en marge, le marcheur y découvrira des espaces verts et des opérations de requalifications fonctionnelles importantes telle celle du Matadero (anciens abattoirs) accueillant espaces de co-working et fab-lab. C’est aussi le cas de l’ancien marché de gros des fruits et légumes qui doit recevoir des activités tertiaires. L’ouvrage invite également à pérégriner dans une périphérie, évidemment à l’écart des circuits touristiques classiques, pour aller y voir à la fois le front urbain de la bulle immobilière qui explose à partir de 2008 mais aussi des exemples de revitalisation des espaces publics et des essais de développement d’équipements métropolitains. Lorsque la pérégrination revient en des lieux plus classiques, au sein de l’Almendra central, c’est pour mesurer la refonte de la Gran Vía ou la retouche d’une Plaza España trop inféodées à l’automobile, visiter de nouveaux équipements de l’avant-garde culturelle ou plus prosaïquement aller parcourir les aménagements dans et autour de la gare d’Atocha, principal hub métropolitain. Comme l’ensemble de l’ouvrage, ces parcours sont servis par une illustration abondante et légendée, donc toujours utile.

8Ces 192 pages en couleur se laissent donc lire avec grand plaisir, même s’il vaut mieux connaître au préalable un peu la ville dans la diversité de ses quartiers et dans la réalité de césures sociospatiales creusées. Cela permet d’autant mieux de saisir les enjeux animant les projets développés par la municipalité de Madrid.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/5687/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 145k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe Dugot, « Madrid. Solidarité, participation, créativité »Sud-Ouest européen, 47 | 2019, 159-161.

Référence électronique

Philippe Dugot, « Madrid. Solidarité, participation, créativité »Sud-Ouest européen [En ligne], 47 | 2019, mis en ligne le 07 novembre 2019, consulté le 04 décembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/soe/5687 ; DOI : https://doi.org/10.4000/soe.5687

Haut de page

Auteur

Philippe Dugot

Université Toulouse – Jean Jaurès

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Sud-Ouest européen – Revue géographique des Pyrénées et du Sud-Ouest est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaire du Midi
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search