Navigation – Plan du site

AccueilNuméros35Hétérogénéité territoriale, inéga...

Hétérogénéité territoriale, inégalité sociale et développement local : un débat en cours

Territorial heterogeneity, social inequality and local development: an ongoing discussion
Heterogeneidad territorial, desigualdad social y desarrollo local: una discusión vigente
José Rojas Lَpez et Nubis Pulido
Traduction de Martine Guibert
p. 85-94

Résumés

La notion d’équilibre territorial peut engendrer une association confuse avec l’équité sociale. Dans cet article, nous démontrons que l’hétérogénéité est un attribut inhérent aux territoires, tandis que l’inégalité ou l’équité sociale résultent du caractère excluant ou incluant des systèmes politiques qui opèrent dans l’espace géographique. Donc, si le développement économique peut être spatialement hétérogène, il n’a pas à être socialement inégal. Aujourd’hui, la revalorisation des potentialités et des forces propres des territoires offre des options réelles, à travers le développement local, en matière de recherche de l’équité sociale dans la diversité territoriale.

Haut de page

Notes de la rédaction

Traduction de Martine Guibert (Toulouse 2)

Texte intégral

I. L’hétérogénéité territoriale n’est pas synonyme d’inégalité sociale

1La société a toujours utilisé les matériaux disponibles sur la surface terrestre pour construire l’espace géographique. Ces ressources sont cependant inégalement distribuées dans des écosystèmes très divers, qui se transforment en géosystèmes au gré des actions d’appropriation, production, habitat, circulation et gestion des sociétés humaines (Isnard, 1978). Dès lors, l’espace géographique commence à être délimité, controlé et valorisé par les différents acteurs sociaux (individus, groupes, associations, entreprises, pouvoirs politiques et religieux) qui, de cette façon, les convertissent en territoires. Toutes ces actions ont lieu et concourent avec une intensité et une couverture variables. Les modes de territorialisation sont donc des processus sociaux multiples et différenciés dans l’espace. Malgré le fait que l’appropriation soit considérée comme régulatrice des autres actions sociales (Sack, 1986 ; Raffestin, 1980), toutes remplissent un rôle modérateur des territoires via les relations de conflit, coopération, réciprocité et complémentarité.

2La rencontre de la géographie avec les autres disciplines qui abordent les questions de culture a eu un impact significatif sur la théorisation des territoires. Aujourd’hui, il est entendu que la dimension matérielle du territoire est pleinement liée à la vision des habitants : représentations sociales, imaginaires, géosymboles, patrimoines et identités (Giménez, 2001). Le territoire, dès lors, n’est pas seulement ressource de subsistance, échange ou espace de pouvoir, il est aussi géohistoire, identité culturelle, bien public et espace de solidarité, valeurs qui vont plus loin que l’État et les marchés.

3Le résultat sur l’espace et à travers le temps, de la conjugaison des actions, matérielles et intangibles, se manifeste dans la diversité, la rugosité, la variété, en somme, par l’hétérogénéité ou la « géodiversité » du territoire. Étant donné cette complexité, il n’est donc pas possible de comprendre les territoires sans évaluer les dynamiques spatio-temporelles de ses usages. En effet, comme toute culture, tout territoire est, en même temps, territoire en soi, avec sa propre structure, et une construction en processus, étant donné les flux et les impulsions qu’il engendre et qu’il reçoit à tout moment. Il s’agit aussi de dépasser les modèles duaux d’analyse de l’espace géographique (homme-environnement, ville-campagne, traditionnel-moderne, culture-nature).

4Le territoire est un tout englobant. Ce système complexe intègre dans une seule entité, d’une part, les acteurs et leurs représentations culturelles et symboliques, et, de l’autre, l’espace matériel que les acteurs utilisent et organisent dans leurs multiples stratégies sociales, productives et institutionnelles (Moine, 2006).

5Cependant, le rôle joué par l’hétérogénéité dans les théories du développement économique et social et dans l’aménagement territorial n’est pas clair. Ainsi, par exemple, fréquemment, il est postulé que les territoires sont des miroirs de la dynamique économique. S’il est certain que les manifestations économiques se traduisent dans les territoires, ceux-ci ne sont pas déterminés automatiquement par celles-ci, en vertu des conditions territoriales – originales, héritées ou créées – qui peuvent influencer voire conditionner les processus socio-économiques.

6De nombreux facteurs interviennent dans la construction des territoires, aussi bien endogènes (inertie territoriale, ressources, empreintes culturelles, méthodes de production traditionnelles) qu’exogènes (marchés, flux, capitaux, innovations, impositions) ; ils coexistent ou changent au cours du temps. Les territoires sont, pour leur part, différents les uns des autres du fait d’une série d’attributs qui spécifient un contexte auquel les actions externes s’ajustent, s’adaptent ou se re-créent. Étant donné la complexité de ce fait, la majorité des théories du développement n’incorporent pas la dimension territoriale et limitent leur champ de pensée aux espaces homogènes (Cox Huelva, 2003). Dans leur dimension empirique, les études territoriales définissent généralement les espaces politico-administratifs selon le niveau d’indicateurs socio-économiques qui cachent, de plus, d’autres lectures possibles, en fonction des différentes échelles géographiques.

7Une association fréquente, par exemple, est celle établie entre la répartition spatiale des ressources territoriales et la répartition de la pauvreté. Dans le fond, cette association admet que la distribution inégale des premiers – eau, sols, accessiblité, investissements, technologie, entre autres – serait déterminante de la distribution de la seconde. Si ces éléments sont effectivement liés au développement économique différencié, les brèches socio-économiques dans la distribution de la pauvreté, ou de la richesse – inégalités sociales – ne sont pas une condition propre ou inhérente à la diversité territoriale. En effet, des territoires écologiquement, économiquement et culturellement très hétérogènes peuvent présenter des assymétries sociales très faibles et d’autres, avec moins de diversité, de plus grandes inégalités. L’inégalité est, dès lors, la conséquence de systèmes socio-politiques qui n’offrent pas de réelles opportunités à de larges pans de la population, pour améliorer ses conditions de vie, indépendamment de sa localisation. D’où le fait que le moyen effectif pour combattre la pauvreté est la réduction des inégalités sociales, et non de l’hétérogénéité territoriale (Ayuso, 2007).

8Néanmoins, les théories néo-classiques de la localisation modélisent les équilibres spatiaux – basés sur la concurrence et la rationalité absolues, les économies d’échelle, la réduction des coûts de transport et la mobilité des facteurs productifs – du fait de la garantie supposée d’une réussite des équilibres, qui ne dépasse pas le champ de la théorie. Dans ce sens, la notion d’« équilibre territorial », but principal de l’aménagement du territoire, n’a pas été, jusqu’à présent ni méthodologiquement précisée, ni empririquement démontrée. Fréquemment, on oublie que presque toutes les choses et objets ne se répartissent pas uniformément dans l’espace, l’inéquité ou l’équité sociale dépendant de l’exclusion ou de l’inclusion qu’engendre un système socio-politique déterminé. Les échecs de rééquilibrage ont de fait favorisé la reconnaissance du rôle des territoires dans les projets de développement locaux et régionaux et, par conséquent, l’acceptation de la diversité territoriale comme une alternative nouvelle, appuyée sur la revalorisation des capacités et des ressources endogènes (Vázquez Barquero, 2007 ; Camargo, 2006).

9Ce bref développement sert de contexte de référence pour situer les objectifs de notre réflexion : en premier lieu, argumenter sur le fait que l’hétérogénéité territoriale est une propriété complexe, insuffisamment considérée par l’État et les forces du marché ; en deuxième lieu, démontrer théoriquement l’impossibilité d’atteindre les équilibres territoriaux à travers les politiques publiques ; en troisième et dernier lieu, valoriser l’approche du développement territorial local comme construction d’une proposition pour l’équité sociale.

II. Perspectives géographiques de l’hétérogénéité

10Tout au long de son développement universitaire, la géographie a créé et a incorporé différents référents théoriques et différentes échelles temporelles et spatiales pour étudier l’hétérogénéité territoriale. Les critères naturalistes de la géographie physique, les modes d’accumulation et de circulation du capital dans la géographie radicale, les réseaux et les agglomérations des systèmes régionaux de la géographie théorico-quantitative, illustrent les avancées de la discipline dans son développement méthodologique pour décrire et expliquer l’organisation différenciée de l’espace géographique (Rojas López, Gómez Acosta, 2010).

11Plus récemment, néanmoins, les développements de la géographie régionale et de la géographie culturelle ont fait des incursions dans la dimension symbolico-expressive des territoires : les régions et les lieux sont devenus des symboles d’identité socio-culturelle. Des lectures variées rendent compte des interprétations symboliques des territoires dans le corpus de la discipline (Tuan, 1977 ; Entrikin, 1991 ; Cunill, 2007). On assiste ainsi à une transition progressive de considérations matérielles (valeurs d’usage, valeurs d’échange) et politiques (contexte de contrôle et de souveraineté) à des dimensiones culturelles du territoire.

12Le signifié des territoires assume, de cette manière, des objectifs variés : instrumental (ressource de subsistance), territorial (contrôle stratégique), affectif (enracinement et appartenance) et symbolique (perception, signifié et valorisation). Les territoires sont par conséquent des espaces hétérogènes qui s’articulent, sur un plan interne, aux actions impliquées dans ces objectifs et qui sont en relation avec l’extérieur, c’est-à-dire avec les autres territoires, à travers des flux et échanges à la composition et à la portée spatiale variées. Communément, comme l’histoire ne se répète pas, les territoires ne sont pas non plus homogènes. Dans les espaces géographiques, de multiples territoires se construisent, hybrides et intégrés, solidaires et contradictoires, hétérogènes et dont la dynamique est régie par des rythmes temporels distincts (Santos, 2000).

13Ces considérations s’éloignent des constructions géographiques traditionnelles qui prétendaient appréhender la diversité avec la définition paradoxale de régions et de paysages physionomiquement homogènes. Cette homogénéité n’était pas seulement relative à l’échelle sélectionnée mais elle était de plus peu adéquate pour comprendre les assemblages territoriaux. En outre, jusqu’à il y a encore peu de temps, la majorité des études géographiques observaient le territoire seulement d’un point de vue positiviste : un espace objectif dont les composants étaient absolument indépendants des perceptions et des représentations des populations (Rojas López, Gómez Acosta, 2010).

14La richesse conceptuelle déployée par la discipline durant ces dernières décennies démontre au moins deux choses : la préoccupation permanente et toujours actuelle de la géographie pour la pensée régionale et le rôle important des acteurs sociaux dans la conformation des territoires (Ramírez, 2007). Dans cette discussion, il semble intéressant de reprendre certaines conclusions de Massey (Ramírez, 2010) en relation avec les géométries du pouvoir. Premièrement, parce que celles-ci, au lieu de chercher l’homogénéisation de l’espace, prétendent intégrer les différences à l’intérieur des régions. Deuxièmement, parce qu’il est admis une identité régionale en termes dynamiques et relationnels, qui peut être engendrée à partir de relations avec les autres lieux ; pour autant, le local est global mais aussi, à l’inverse, le global est local. Troisièmement, parce que dans cette relation, local-global, il y a les responsabilités des différents acteurs, qui contribuent à la construction de l’identité mais aussi à comprendre les conséquences des interactions.

15Nous considérons qu’il est important d’insister sur cette réflexion, parce que, entre autres raisons, la majorité des théories spatiales traditionnelles construisent des modèles indifférenciés, et les autres, de type radical, formulent des propositions critiques des inégalités sociales, normalement de niveau macro, c’est-à-dire très généralisées. Ces deux ensembles de théories paraissent ignorer que le territoire est la base géographique de la vie sociale et que toute société construit ou produit, pas un mais plusieurs territoires desquels sont issus, en bonne partie, ses modes d’existence.

16Les maigres résultats obtenus par les politiques économiques et spatiales traditionnelles, en ce qui concerne le bien-être social et la conservation de l’environnement, indiquent que la croissance économique n’est pas une garantie suffisante pour réduire les inégalités sociales. Les pays d’Amérique latine en témoignent. Pendant les années 1990, considérées comme favorables à la croissance économique, les indicateurs d’inégalité sociale y étaient toujours les plus élevés du monde faisant vaciller la démocratie (Vergara, 2004). Aujourd’hui, il est entendu que l’étude globale des territoires est une voie appropriée pour comprendre le fonctionnement de la société et avancer dans la construction de critères critiques dans l’optique d’une réussite du développement local en des termes durables (Boisier, 2005 ; Vázquez Barquero, 2007).

III. Lectures de l’inégalité sociale

17Souvent, l’inégalité sociale est confondue avec la pauvreté. Toutefois, ces deux concepts sont distincts. Alors que les inégalités sociales expriment les brèches socio-économiques de la société, la pauvreté s’identifie avec les carences qui rendent impossible un niveau de vie adéquat pour une strate de la population, celle des pauvres (Cazes Domingo, 1994). Autrement dit, théoriquement, l’ingalité peut être minime dans une société où tout le monde est riche ou pauvre. Il est également évident que les efforts réalisés en faveur de l’éducation, de la santé, de l’alimentation, du logement et du travail ne sont pas durables s’ils ne sont pas accompagnés d’amélioration de la stabilité politique des États, de la garantie des institutions démocratiques, de la protection des droits humains, de croissance économique et de justice sociale (Ayuso, 2007). Ceci confirme que la diminution de l’inégalité sociale, grâce à un accroissement général de la qualité de vie de la population, et, donc, la diminution de la pauvreté, dépendent de la perfectabilité des systèmes politiques.

18L’incorporation de la variable spatiale dans l’étude des inégalités sociales engendre également des confusions. Malgré le fait que la distribution spatiale des indicateurs socio-économiques soit une manière expéditive et commune de représenter les inégalités, une lecture inadéquate de ces instruments d’appui pourrait conduire à une interprétation incorrecte de la relation espace-société. C’est le cas quand les différences de qualité de vie dans les différentes régions sont conceptualisées comme des déséqulibres territoriaux, ce qui supose la recherche d’« équilibres territoriaux ». Cependant, il peut être démontré empiriquement que la lecture des asymétries est affectée par l’interprétation faite des indicateurs socio-économiques, les échelles géographiques et les moyennes spatiales.

19Le coefficient de Gini, l’un des plus utilisés en économie, peut refléter une réduction appréciable des inégalités, non parce que les conditions de toute la société auraient été améliorées mais du fait de la diminution de la qualité de vie des groupes sociaux mieux positionnés. Par exemple, les pays qui ont récemment adhéré à l’Union européenne (République tchèque, Hongrie, Slovénie, Malte et Chypre) sont ceux qui affichent le moins d’inégalités économiques en Europe alors qu’ils sont les moins développés du continent. Le cas français illustre l’influence de l’échelle dans la lecture des inégalités. La géographie de la pauvreté monétaire (économique) dessine des inégalités importantes à l’échelle nationale, les départements les plus riches étant ceux localisés aux environs de Paris (Île-de-France). Toutefois, au sein des départements les plus riches et les plus urbains, on peut relever des inégalités plus grandes et plus marquées. Voilà qui reflète le fait que les inégalités ont été réduites à l’échelle nationale mais qu’elles ont gagné aux échelles régionales (Jean, Vanier, 2009).

20Les inégalités sociales se produisent et peuvent se produire à l’intérieur des différents systèmes économiques et des niveaux spatiaux, à des degrés différents selon les pays. Richesse et pauvreté coexistent à différentes échelles ; nationales, régionales, subrégionales, villes, villages, campagnes. Dès lors, il n’existe pas nécessairement de correspondance entre la dimension spatiale de l’inégalité sociale, car cela signifierait d’accepter d’une part que des territoires soient inéluctablement liés à la richesse ou condamnés fatalement à la pauvreté, c’est-à-dire, qu’il existerait une espèce de « propension naturelle » pour la richesse ou pour la pauvreté et d’autre part qu’un développement social plus uniforme pourrait être réussi avec lesdites politiques d’équilibre territorial.

IV. Les destins incertains des politiques territoriales…

21Les différents acteurs sociaux opèrent dans des matrices spatio-temporelles et socio-économiques déterminées, qui influent sur les objectifs et les stratégies d’appropriation et de gestion d’un espace préalablement différencié et anastomosé, que ce soit par sa dotation naturelle, sa géohistoire, sa position et son extension ou par ses densités complexes, ses réseaux et ses nœuds. Pour cette raison, il est absurde de supposer que les actions humaines engendrent des espaces homogènes.

22Dans l’histoire des politiques territoriales, il existe de nombreux essais manqués de rééquilibrage des territoires. La Cassa per il Mezzogiorno en Italie en constitue un exemple. Depuis la moitié du siècle passé, beaucoup d’efforts ont été investis pour réduire les différences de développement entre le Nord, industrialisé et riche, et le Sud (mezzogiorno), essentiellement agricole et pauvre, sans poser explictement des objectifs d’équité sociale. Cependant, malgré les sommes financières importantes investies, il y a toujours des différences importantes entre les deux régions (Merlin, 2007).

23La Grande-Bretagne a également connu des résultats infructueux, durant les années 1930, avec sa politique d’activation des zones d’industries traditionnelles grâce à l’implantation d’industries modernes. Les résultats furent modestes d’où le développement de nouveaux projets dans le cadre de la décentralisation des activités économiques de la région de Londres. Nonobstant, les problèmes qui devaient être corrigés, persistent toujours (Jean, Baudelle, 2009).

24Il en va de même avec le soi-disant rééquilibrage de l’ex-URSS initié dans les années 1930, traduction spatiale de plans quinquennaux rigides. Ces plans prétendaient réduire les différences entre les parties européenne et asiatique de l’Union, la première contenant les trois quarts de la population, 80 % de la production agricole et industrielle, 80 % des matières premières et du potentiel hydro-électrique et 90 % des réserves de charbon. Des infrastructures considérables (réseaux ferrés, oléoducs) ont été créées, ainsi que de puissants complexes industriels en Sibérie et en Asie centrale, près des sources de matières premières. Cet effort s’est traduit en parallèle par l’érection de villes nouvelles. Après la chute du Mur de Berlin, nombre de ces installations ont été désertés et la majorité des projets abandonnés (Merlin, 2007).

25Malgré ces expériences, depuis la décennie 1960, l’État vénézuélien insiste pour développer des politiques d’équilibre territorial (fig. 1). Le Plan National de Développement régional 2001-2007 stipule que le processus d’occupation territoriale est la cause fondamentale des problèmes socio-économiques du pays. En effet, le plan signale qu’historiquement, le processus d’occupation territoriale s’est concentré dans la frange centre-nord-côtière, en opposition avec le reste du pays, grande étendue semi-peuplée avec un grand potentiel en ressources. Au-delà de la description inexacte de l’occupation actuelle du territoire, le plan soutient que : « cette occupation déséquilibrée du territoire national a créé de graves problèmes sociaux et environnementaux dans les villes principales a diminué le dynamisme de la province » (República Bolivariana de Venezuela, 2001, p. 7). On attribue également aux déséquilibres régionaux la stagnation économique, les migrations, la marginalité, la pauvreté et la détérioration environnementale, tout ceci affectant sensiblement le développement général du pays.

26En conséquence, l’État s’est tourné vers une stratégie centralisé d’équilibre et de contrôle territorial en dessinant des axes de peuplement, des zones spéciales de développement économique, des districts agro-industriels et des agglomérations de communautés urbaines. Ces propositions manquent de fondement méthodologique précis et d’évaluations des expériences similaires précédentes.

27Sans parler des investissements considérables que ces projets supposent, cette conception sous-estime, premièrement, le rôle des densités urbaines dans les territoires ; deuxièmement, l’inertie territoriale qui dérive de la structure physico-naturelle, des capitaux fixes et des bases géohistoriques ; troisièmement, les essais manqués d’administrations antérieurs à la mise en place d’axes et d’aires de développement semblables à ceux aujourd’hui proposés ; quatrièmement, les expériences positives de la politique de décentralisation administrative des années 1960 au Vénézuela ; enfin, cinquièmement, les avancées récentes dans les politiques territoriales locales en Amérique latine. Cette stratégie territoriale n’a pas permis la diminution des inégalités sociales (Rojas López , Pulido, 2009 ; Fournier, 2011).

28Ces expériences, et d’autres, démontrent que l’aménagement du territoire a été peu couronné de succès quant à son objectif de réduction des inégalités sociales. Aujourd’hui il n’apparaît pas un « nouvel ordre territorial » qui contribuerait à améliorer substantiellement les niveaux de bien-être social ou la qualité environnementale (López Palomeque, 2000 ; Rojas López, Pulido, 2009). Sous le couvert du mythe de l’équilibre, la planification du territoire est très orientée vers la redistribution des matérialités, c’est-à-dire de la population, des activités économiques et des flux. Dès lors, les politiques territoriales, même quand elles peuvent engendrer des effets positifs en matière d’intégration physique et d’offre de services, ne sont pas en lien avec les politiques et les acteurs sociaux.

29Par ailleurs, la nouvelle géographie économique a laissé de côté les équilibres spatiaux. En effet, elle réunit quelques apports de l’économie néo-classique et les intègre dans une nouvelle conceptualisation centrée sur les rendements croissants et la concurrence imparfaite. Selon la théorie des concentrations spatiales, les processus économiques sont intrinsèquement déséquilibrés par un jeu de forces centripètes et centrifuges à différentes échelles spatiales (Fujita, Krugman et Venables, 2000). En conséquence, l’augmentation des densités urbaines à l’échelle locale (par des migrations), la réduction des distances jusqu’aux agglomérations, à l’échelle nationale (accessibilité), et l’atténuation des barrières frontalières internationales (intégration), sont les politiques idoines en vue de l’accélération de la croissance économique dans les régions les plus urbanisées, accessibles et intégrées dans les échanges commerciaux. Les inégalités économiques régionales seraient un résultat inévitable, mais les régions les moins développées auraient l’option de se rapprocher socialement des plus développées à travers certaines politiques compensatoires promues par l’État (Banque Mondiale, 2008).

Les différents territoires de la pauvreté au Vénézuela (combinaison entre l’insatisfaction des besoins fondamentaux et l’Indice de développement humain), 2001

Les différents territoires de la pauvreté au Vénézuela (combinaison entre l’insatisfaction des besoins fondamentaux et l’Indice de développement humain), 2001

30Sans doute, le marché est un facteur prépondérant dans les politiques orientées par la croissance économique spatialement déséquilibrée (agglomérations, districts industriels, milieux innovateurs). Mais les impacts possibles quant au développement social des territoires restent incertains du fait de l’impossibilité de valoriser monétairement tant leurs attributs intangibles que les externalités négatives des aggomérations urbaines (Coq Huelva, 2003) et en raison des déficiences connues des politiques sociales dans les pays moins développés. En effet, les politiques sociales ciblées ne suffisent pas ; elles ne peuvent être que palliatives ; il s’agit donc de corriger durablement les inégalités socio-économiques les plus fortes (Rojas López, 2009).

V. Le mythe des équilibres

31Les expériences antérieures mettent en évidence les difficultés pour soutenir empiriquement la thèse des « équlibres territoriaux ». De fait, les politiques économiques peuvent améliorer ou ne pas améliorer les revenus dans la société et les politiques territoriales peuvent présenter une image favorable ou non aux territoires. Mais, nous insistons, ils ne peuvent pas être égaux ou équilibrés, étant donné les facteurs d’inertie territoriale et leur caractère changeant et intrinsèquement divers.

32Sur un plan technique, il n’est pas possible non plus de défendre cette thèse.

33Premièrement, l’hétérogénéité est indiscutablement une propriété inhérente des territoires. D’ailleurs, certains auteurs (Nicolas-Obadía, 1999) soutiennent le caractère viable d’un axiome chorologique. Par ailleurs, l’inégalité sociale dépend d’abord du caractère excluant du système socio-économique et politique qui opère dans l’espace géographique. L’inégalité sociale, par conséquent, n’a pas nécessairement un corollaire territorial, puisque même si le développement économique peut être hétérogène, il n’a pas à être socialement inégal.

34Deuxièmement, la notion d’équilibre, un concept-clé dans certaines sciences dites « dures », comme la physique et l’écologie, n’est pas applicable au territoire, étant donné sa nature géohistorique et sa dynamique socio-culturelle. Des capitaux intangibles comme les valeurs culturelles, les représentations, les institutions, les identités, entre autres, font des territoires des formes symboliques d’un espace en dynamique constante. Le concept d’« équilibre territorial », d’un point de vue culturel, apparaît donc, comme un oxymore, étant donné son faible sens géographique.

35Ces arguments ne justifient pas, d’aucune manière, que l’on ne cherche pas des stratégies pour améliorer la qualité de vie des régions socialement défavorisées. Seulement, l’État et le marché ne sont plus les voies exclusives du développement, puisque leurs propres attributs peuvent faire des territoires des acteurs qualifiés d’un développement différencié. Cependant, les hauts niveaux de pauvreté de certains territoires, peuvent constituer une grave difficulté pour activer les capacités et les ressources locales. D’où la nécessité d’intégrer les politiques sociales et les politiques territoriales, comme un préalable central des projets de développement endogène.

36En définitive, si les modèles basés sur des espaces homogènes ont été déplacés par la diversité des mosaïques des lieux (Lira Cossio, 2003), et si les équilibres territoriaux sont une impossibilité géographique, la nécessité de valoriser positivement l’hétérogénéité des territoires apparaît évidente afin d’éclairer des buts sociaux, économiques et environnementaux, viables et soutenables. De fait, la prise en compte des trois dimensions que constituent le pouvoir politique, les fonctions économiques et les représentations culturelles, ont mis le territoire au centre des sciences sociales contemporaines, malgré le paradoxe des prétentions homogénéisantes de la globalisation (Cuervo, 2006).

VI. L’objectif local dans l’aménagement du territoire

37Á l’exception, probablement, des aires naturelles protégées et des cas d’aménagement urbain durable, l’efficience sociale des politiques conventionnelles d’aménagement du territoire est précaire. Les politiques de zonification des usages du foncier, les pôles de développement, les polygones de déconcentration industrielle, les corridors urbains, les métropoles d’équilibre, les bassins de développement rural, entre autres, se sont révélés peu aptes à tendre vers davantage de cohésion et d’équité sociale.

38Parfois, les plans d’aménagement sont des essais incomplets ou des références territoriales particulières, limités par leurs longs délais de réalisation, les investissements conséquents qu’ils exigent, en plus de facteurs qui ne les rendent pas viables comme la marginalisation de la géohistoire et des structures héritées, la faible participation des acteurs sociaux et l’absence de continuité dans la gestion politico-administrative.

39Comme les territoires sont une synthèse de la relation société-espace-temps-culture, qui exprime des combinaisons d’identité et d’altérité (Di Méo, Buléon, 2005), la planification territoriale d’avant-garde s’éloigne de plus en plus des cadres normatifs et technocratiques, et prend des chemins davantage participatifs (Groppo, 2003). Il y a ainsi une nouvelle logique d’interprétation et de valorisation des territoires pour connecter l’aménagement territorial au développement local, ce qui est une idée géographique ancienne reprise de l’idée de la contingence des lieux (Vidal de la Blache, 1922).

40En Europe, depuis plus d’une décennie, on assiste à la territorialisation de l’action sociale, renforcée par la décentralisation qui fait des unités locales les têtes dirigeantes de l’action sociale, activée par des plans de cohésion à l’échelle locale (Jean, Varnier, 2009). Certaines expériences réussies dans des zones déprimées sont portées par les programmes Leader, socialement concertés, orientés vers le développement touristique, la protection et la conservation de l’environnement, les cultures régionales, les produits agro-alimentaires avec labellisation territoriale et artisanale. Dans certains cas, la valorisation d’un attribut hérité peut contribuer à générer des avantages compétitifs. Le sanctuaire de Lourdes, par exemple, a été l’élément moteur du développement urbain de la ville, devenue un centre touristico-religieux de taille internationale, qui reçoit annuellement plus de cinq millions de personnes provenant de 140 pays. Ce rôle est renforcé par la création d’infrastructures et la dotation d’une ample offre hôtelière qui la met à la deuxième place parmi les villes hôtelières françaises (Jean, Baudelle, 2009).

41Le territoire local exige une lecture qui dévoile la valeur que la société lui octroie comme condition de sa propre expérience et existence, les deux étant ancrées dans l’historicité et la géographicité. Pour cette raison, en plus des outils traditionnels de l’analyse géographique, il est nécessaire de faire cas des approches et des méthodes ethnographiques, afin de comprendre le territoire des autres et avec les autres. L’identification et la valorisation des objectifs désirés et possibles de l’aménagement du territoire local, requièrent, donc, de connaître et d’interpréter les représentations, les intérêts et les actions des acteurs, les valeurs intangibles et contingentes. Dans ce sens, le dialogue des savoirs et l’interculturalité rapprochent deux visions, d’une part l’expertise des planificateurs et, d’autre part la technique collective des acteurs sociaux, dans des projets partagés de développement territorial.

42Le développement local est associé à un pouvoir public qui le rend possible (démocratie, tolérance, décentralisation, institutionnalité, subsidiarité, volonté politique), et qui réunit dans un jeu stratégique les jugements des experts et la vision sociale des communautés, avec pour but d’engendrer un diagnostic territorial participatif et partagé, un projet consensuel et des lignes d’action en termes de qualité de vie et de conservation de l’environnement.

43Il s’agit ici d’une voie non linéaire, non séquentielle, exigeante en reunion in situ et non exempte de conflits, étant donné la diversité des acteurs qui participent au processus. Il semble pertinent de mener non pas un mais un ensemble de projets territoriaux privilégiant la simultanéité face à la progressivité des actions, la planification stratégique face à la planification normative, le renforcement des institutions et des capacités locales face à la centralisation et la concertation des alliances face aux politiques sectorielles (Rojas López, 2008 ; Tovar, Rojas López, González, 2009).

44La notion de local ne fait pas nécessairement référence à des localités petites ou réduites, mais à un des niveaux (celui de plus grande proximité) dans les échelles d’identification du territoire. De plus, chaque territoire est en même temps le sujet d’une rationalité globale et d’une rationalité locale ; ainsi, le local et le global sont des dimensions référentes, l’une de l’autre (Santos, 2000). Le quartier urbain ou le village rural, par exemple, peuvent être de dimension locale dans une région, et celle-ci à son tour la dimension locale d’un territoire national. Cela exprime une imbrication multiscalaires où les acteurs se positionnent selon des contextes spatiaux différents : voisinage, local, urbain, régional, national, supranational, global. Toutefois, de par la complexité de ces modèles et l’intérêt socioculturel pour les lieux, les contextes sous-régionaux du développement se détachent dans un jeu d’échelles moins larges. Dans tous les cas cela pose la question de la délimitation spatiale du territoire dès lors que celui-ci se convertit en objet d’étude.

45L’Amérique latine a commencé à être l’objet de politiques sous ce nouveau sceau du développement endogène, caractérisé par la focalisation sur la production et le renforcement du capital social, la diffusion de la connaissance, l’essor de l’entrepreneuriat social, la décentralisation et la reconnaissance du communautaire, ce qui implique un important défi dans la construction des théories du développement local (Tello, 2010).

46En milieu rural, le développement territorial a connu des avancées méthodologiques significatives. Schejtman et Berdegué (2004) le définissent comme un processus de transformation productive et de changement institutionnel orienté vers la réduction de la pauvreté des territoires ruraux. Les actions peuvent être circonscrites à trois champs de propositions : dans le champ économique, articuler l’économie aux marchés dynamiques, compétitifs et durables ; dans le champ institutionnel, promouvoir les instances de médiation et d’articulation entre l’État, le marché et la société civile ; dans le champ territorial, renforcer les interactions urbano-rurales, l’identité et les spécificités locales.

47Ainsi, local et rural s’identifient dans le territoire comme une entité qui fait « masse », où se mêlent et s’articulent acteurs sociaux, institutionnels, gouvernements locaux, État et marchés, autour de projets de développement formulés du bas vers le haut. Le défi géographique consiste à organiser les structures écologiques, économiques, sociales et culturelles du système local, et à déchiffrer leurs connexions avec les autres agents sociaux et les autres échelles spatiales. La synthèse de cette intrication entre le dedans et le dehors, l’ici et l’ailleurs, est ce qui met le mieux en évidence la singularité, le dynamisme et les potentialités locales, en confirmant que les lieux ne sont pas des entités isolées et statiques, mais des espaces vécus, en mouvement et inter-connectés.

Conclusion

48Les politiques d’aménagement du territoire considèrent les équilibres en termes d’intégration et de cohésion physique dans des espaces neutres, tels des supports inertes des régulations du marché et de l’État, tandis que les théories économiques privilégient des attributs comme la distance, la densité, la localisation et l’accessibilité dans des espaces homogènes. Un fait géographique-clé est oublié : les actions sociales et économiques sont toujours territorialisées dans des moments et des lieux concrets, c’est-à-dire qu’elles sont intégrées dans le tissu géohistorique d’un espace socialement approprié et différencié. Ceci confirme que les territoires, par la nature des processus qui les régissent, sont hétérogènes. Cependant, cette réalité a été peu étudiée par les théories du développement, et on relève même une certaine confusion entre équilibre territorial et équité sociale.

49Nous avons exposé ici quelques arguments empiriques et théoriques qui démontrent le caractère non viable de la notion d’équilibre, utilisée en aménagement du territoire et par la modélisation spatiale. Nous soutenons que l’équité ou l’inégalité sociale n’ont pas nécessairement des corollaires territoriaux, puisqu’ils obéissent fondamentalement aux règles des systèmes socio-économiques qui règnent dans des contextes espace-temps déterminés.

50La reconnaissance du nouveau rôle que jouent les territoires locaux, dans les stratégies de développement, favorise de plus en plus la valorisation positive de la géo-diversité ou de la diversité territoriale dans la recherche d’une plus grande équité sociale. Le rôle de la géographie et de l’aménagement du territoire dans le développement local est, de cette façon, de reconnaître, depuis l’identité et la singularité d’un lieu, la diversité des territoires dans un espace plus global, en vertu du fait que, dans les espaces locaux, les processus distincts interviennent et interfèrent, tout comme les différents acteurs qui agissent à différentes échelles, dans des moments distincts et avec des but variés. C’est un chemin qui requiert de plus en plus d’apports théoriques et des stratégies de participation sociale afin de conforter le rôle primordial des acteurs sociaux.

Haut de page

Bibliographie

Ayuso A., « Pobreza, desigualdad y cohesión social : más allá de los objetivos del milenio », Pensamiento Iberoamericano, nº 0, 2da época, 2007/1, 2007, p. 107-130.

banco mundial, Informe sobre el desarrollo mundial 2009. Una nueva geografía económica, Washington, D. C., 2008, 394 p.

Boisier S., « Una (re)visión heterodoxa del desarrollo (territorial) : un imperativo categórico », Territorios, n° 10-11, 2004, p. 71-90.

Bouquerel S., De Mallera P. A., « L’Europe et la pauvreté : quelles réalités ? » Notes de la Fondation Robert Schuman, nº 31, 2006, p. 44-45.

Camargo M. G., « El desarrollo local y las tendencias socio territoriales emergentes en Venezuela », Revista Geográfica Venezolana, 47(2), 2006, p. 257-271.

Cazes G., Domingo T., Tiers Monde. Le temps des fractures, Bréal Éditions, Paris, 1994, 313 p.

Coq Huelva D., « Epistemología, economía y espacio/territorio : del individualismo al holismo », Revista de Estudios Regionales, n° 69, 2003, p. 115-136, <http://redalyc.uaemex.mx>

Cuervo L. M., « Globalización y territorio Series CEPAL », Gestión Pública, n° 56, Santiago de Chile, 2006, 57 p.

Cunill Grau P., Geohistoria de la sensibilidad en Venezuela, Fundación Empresas Polar, Caracas, 2007, 263 et 527 p.

Di Méo, G., Buleón P. B., L’espace social : lecture géographique des sociétés, Armand Colin, Paris, 2005, 301 p.

Entrikin J. N., The betweenness of place, Mc Millan, London, 1991, 204 p.

Fournier J.-M., « Existe-t-il une nouvelle géographie socialiste au Venezuela ? Justice spatiale et justice sociale dans la révolution bolivarienne de Hugo Chavez », Cybergeo : European Journal of Geography, Politique, Culture, Représentations, nº 518, 2011. [On line] : http://cybergeo.revues.org/23477. (09/05/2011)

Fujita M., Krugman P., Venables A., Economía espacial. Las ciudades, las regiones y el comercio internacional, Editorial Labor, Barcelona, 2000.

Giménez G., « Cultura, territorio y migraciones. Aproximaciones teóricas », Alteridades, 11(22), 2001, p. 5-14

Groppo P., El desarrollo territorial participativo hacia la mesa de negociación : orientaciones metodológicas, fao, Roma, 2003.

Isnard H., L’espace géographique, Presses Universitaires de France, Paris, 1978, 219 p.

Jean Y., Baudelle G., L’Europe aménager les territoires, Armand Colin, Paris, 2009, 320 p.

Jean Y., Varnier M., La France aménager les territoires, Armand Colin, Paris, 2009, 358 p.

López Palomeque F. (Coord.), Geografía de Europa, Editorial Ariel, Barcelona, 2003, 620 p.

Merlin P., L’aménagement du territoire en France, La Documentation Française, Paris, 2007, 176 p.

Moine A., « Le territoire comme système complexe. Un concept opératoire pour l’aménagement et la géographie », L’Espace Géographique, n° 2, 2006, p. 115-132.

Nicolas Obadia G., « La lógica todo/partes : fundamento científico para un lenguaje de las geografías », Terra, n° 15, 1999, p. 11-32.

Raffestin C., Pour une géographie du pouvoir, Librairies Techniques, Paris, 1980, 250 p.

Ramírez B., « La geografía regional : tradiciones y perspectivas contemporáneas », Investigaciones Geográficas, n° 64, 2007, p. 116-133.

Ramírez B., « Presentación y Mesa Redonda : Doreen Massey y las geometrías del poder », Investigaciones Geográficas, Boletín 72, 2010, p. 167-171.

república bolivariana de venezuela. ministerio de planificación y desarrollo, Plan Nacional de Desarrollo Regional 2001-2007, Caracas, Despacho del Viceministro de Planificación y Desarrollo Regional, 2001.

Rojas López J., « La agenda territorial del desarrollo rural en América Latina », Derecho y Reforma Agraria. Ambiente y Sociedad, n° 34, 2008, p. 77-97.

Rojas Lopez J., « Las dimensiones espaciales del Informe 2009 del Banco Mundial : otra « nueva geografía » sin territorio », Revista Geográfica Venezolana, 50(2), 2009, p. 331-342.

Rojas López J., Pulido N., « Estrategias territoriales recientes en Venezuela : ¿ reordenación viable de los sistemas territoriales o ensayos de laboratorio ? », Revista Eure, vol. xxxv, nº 104, 2009, p. 77-100.

Rojas López J., Gómez Acosta E., Tiempos del pensamiento geográfico, Arquidiócesis de Mérida-Talleres Gráficos Universitarios, Mérida, 2010, 181 p.

Sack R. D., Human territoriality: Its theory and history, Cambridge University Press, Cambridge, 1986, 272 p.

Santos M., La naturaleza del espacio. Técnica y tiempo. Razón y emoción, Editorial Ariel, Barcelona, 2000, 348 p.

Schetjman A., Berdegué J., « Desarrollo territorial rural », Debates y temas rurales, n° 1, rimisp, Santiago de Chile, 2004.

Tello Mario D., « Del desarrollo económico nacional al desarrollo local : aspectos teóricos », Revista de la cepal, n° 102, 2010, p. 51-67.

Tovar F., Rojas López J., González O., « Rescate de los saberes indígenas. Una propuesta metodológica de desarrollo rural alternativo en Waramasén, Venezuela », Derecho y Reforma Agraria. Ambiente y Sociedad, n° 35, 2009, p. 131-153.

Tuan Y. F., Space and place. The perspective of experience, Edward Arnold, London, 1977, 248 p.

Vázquez Barquero A., « Desarrollo endógeno. Teorías y políticas de desarrollo territorial », Investigaciones Regionales, n° 11, 2007, p. 183-210.

Vergara P., « ¿ Es posible el desarrollo endógeno en territorios pobres y socialmente desiguales ? », Ciencias Sociales Online, vol. I, n° 1, 2004, p. 37-52.

Vidal de Lablache P., Principes de géographie humaine, Armand Colin, Paris, 1922, 328 p.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Les différents territoires de la pauvreté au Vénézuela (combinaison entre l’insatisfaction des besoins fondamentaux et l’Indice de développement humain), 2001
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/619/img-1.png
Fichier image/png, 528k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

José Rojas Lَpez et Nubis Pulido, « Hétérogénéité territoriale, inégalité sociale et développement local : un débat en cours »Sud-Ouest européen, 35 | 2013, 85-94.

Référence électronique

José Rojas Lَpez et Nubis Pulido, « Hétérogénéité territoriale, inégalité sociale et développement local : un débat en cours »Sud-Ouest européen [En ligne], 35 | 2013, mis en ligne le 26 septembre 2014, consulté le 23 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/soe/619 ; DOI : https://doi.org/10.4000/soe.619

Haut de page

Auteurs

José Rojas Lَpez

Escuela de Geografía, jrojaslopez34@gmail.com

Nubis Pulido

Professeur, Instituto de Geografía y Conservación de Recursos Naturales, Facultad de Ciencias Forestales y Ambientales, Universidad de los Andes, Mérida-Venezuela, nubispulido@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Sud-Ouest européen – Revue géographique des Pyrénées et du Sud-Ouest est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaire du Midi
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search