Skip to navigation – Site map

HomeNuméros48L’activité paradiplomatique de la...

L’activité paradiplomatique de la Catalogne

The Paradiplomatic Activity of Catalonia
La actividad paradiplomática de Cataluña
Jordi Gomez
p. 115-128

Abstracts

Since the end of Franco’s dictatorship and the beginning of the process of democratic transition, the Catalan government has led, independently of partisan ties, an active foreign policy within the European Union. From the earliest stages of construction of the Euroregion in the 1980s, Catalonia appears “prime contractor” of a territorial project projecting the Autonomous Community beyond the borders of the Iberian Peninsula; this commitment undoubtedly reveals a stronger expectation than that of the other partners. What political resources do the political leaders hope for such a project? This article aims to trace the genealogy of the paradiplomatic activity of Catalonia within the EU while analyzing the benefits of all kinds that the Generalitat expects from such an investment; In addition, the question of the role of external action in the process of consolidating the independence project is analyzed.

Top of page

Full text

1La politique extérieure menée au niveau régional est une catégorie d’action publique méconnue : tout se passe comme si la population ne percevait ni les objectifs qu’elle poursuit ni l’ampleur de sa portée. La mise en place de cette forme d’action publique est pourtant ancienne puisqu’elle s’enracine dans les années 1980. À cette période, trois dynamiques ont contribué à modifier les positions et stratégies des acteurs locaux, concourant à faire des politiques extérieures les « nouveaux tropismes régionaux » (Balme, 1996, p. 12). D’abord, l’avènement de cette politique est indissociable de la reconfiguration des États-nations : le mouvement de décentralisation a entraîné l’autonomisation progressive des pouvoirs locaux et, plus particulièrement, l’affirmation de la région comme niveau pertinent de régulation territoriale. Ensuite, l’essor de l’action extérieure est étroitement lié à la construction européenne qui a contribué à la renforcer et à la légitimer : l’instauration en 1975 d’une politique régionale communautaire suite à la création du Fonds européen de développement régional (FEDER) et la montée en puissance du thème de l’Europe des régions ont promu les instances régionales comme des modèles de l’intégration européenne. Attirées par les opportunités de financements offertes par la mise en œuvre des politiques publiques communautaires, les régions ont investi l’arène européenne en se posant comme actrices sur la scène internationale. Enfin, les espaces infra-étatiques sont confrontés à de nouveaux enjeux en termes de développement économique : dans un contexte de mise en concurrence des territoires, les régions sont à la recherche de nouvelles formes de régulation et de partenariat susceptibles de favoriser la territorialisation de la richesse. L’action extérieure des régions s’apparenterait à de nouvelles opportunités capables, en fournissant des ressources politiques, économiques et symboliques aux acteurs territoriaux, de renforcer leurs positions ; s’inscrivant dans un mouvement de différenciation territoriale, elle participerait à « la révolution permanente » (Epstein, 2004) de l’action publique locale.

2Si le phénomène n’est pas nouveau, ses contours restent flous et indéterminés. L’action extérieure des régions se caractérise en effet par un large panel d’interventions allant du domaine culturel à la sphère économique en passant par la simple déclaration d’intentions et autres accords de principe. D’ailleurs les différents qualificatifs qu’on lui attribue sont le signe d’une institutionnalisation encore balbutiante : on évoque en effet sans distinction l’action extérieure, l’action internationale, les relations extérieures, la coopération décentralisée, ou encore la paradiplomatie. Si l’expression « coopération décentralisée » s’est progressivement imposée dans les textes juridiques et dans les discours politiques (Petiteville, 1995), le terme de paradiplomatie traduit une dynamique quelque peu différente : les régions constituent des circuits parallèles, voire concurrents, à ceux de la diplomatie étatique ; avec la paradiplomatie, les acteurs locaux affichent leur ambition de briser le monopole qu’exercent les États par la constitution d’un réseau concurrent.

3La Catalogne s’est très tôt engagée dans cette voie, multipliant les liens de coopération et l’implantation d’organes de représentation en Europe et dans le monde. Dans un classement portant sur le degré d’investissement des régions européennes dans ce domaine, l’action de la Catalogne est qualifiée de « paradiplomatie majeure » (Philippart et Winand, 2005) ; Lluis Bassets estime dans le même sens que « la Catalogne fut la communauté autonome la plus audacieuse et imaginative pour prendre des initiatives débordant les limites traditionnelles des relations internationales et diplomatiques » (Bassets, 1998, p. 209). Comment expliquer l’investissement consacré par le gouvernement autonome en la matière et ce, dès la phase de « transition démocratique » ? Quels sont les principaux enjeux et finalités de la paradiplomatie catalane ? Quel(s) bénéfice(s) la région en attend-elle ?

I – La constitution d’un réseau institutionnel dense

4Dès le rétablissement de la démocratie et la réhabilitation des institutions territoriales, la communauté autonome a mis sur pied une politique extérieure. Depuis lors, la Catalogne n’a cessé de tisser des liens de diverses natures avec l’extérieur et dispose à l’heure actuelle d’un vaste réseau institutionnel à l’étranger. Si, dès l’après-guerre, des autorités subétatiques ont entrepris des formes d’« action diplomatique » – notamment les États fédérés (Aldecoa et Keating, 1999) comme ceux de l’Allemagne où s’est manifesté un engouement pour les jumelages entre communes françaises et allemandes comme symboles de la reconstruction de liens transnationaux dans une Europe en paix (Hombard-Gaudin, 1992), la dynamique qui s’est amorcée en Catalogne est singulière (Badia i Dalmases, 2010 ; Garcia i Segura, 1995 ; Morata, 2006). Ceci tient à différents paramètres : outre le fait que le « statut d’autonomie » autorise les communautés à entreprendre des actions hors des frontières territoriales, les élites territoriales sont unanimement favorables au développement d’une activité paradiplomatique.

Figure 1 – Carte de la représentation catalane à l’extérieure

Figure 1 – Carte de la représentation catalane à l’extérieure

Source : site internet de la Generalitat de Catalunya, 2019

  • 1 Entretien avec Germà Gordó i Aubarell, secrétaire du gouvernement de la Generalitat de Catalunya, 0 (...)

5La communauté autonome dispose à l’heure actuelle d’une cinquantaine de représentations, délégations ou bureaux dans le monde. Si la politique extérieure recouvre un vaste champ d’action (captation d’investissement, promotion commerciale et touristique, diffusion culturelle, relations publiques, forums internationaux, etc.), les activités visant à internationaliser l’économie sont toutefois prépondérantes : « Si nous voulons exister, nous devons être présents à l’étranger. Les relations internationales sont très importantes, surtout les relations économiques… pour que la Catalogne développe son économie, elle doit se développer à l’étranger » estime le secrétaire du gouvernement 1. De plus, l’action extérieure ne se limite pas aux régions limitrophes ou européennes mais s’étend à l’échelle mondiale. En un mot, elle fait l’objet d’une « offensive tous azimuts » (Keating, 1997, p. 181).

6D’une part, un certain nombre d’organismes sont chargés, par l’intermédiaire de relais à l’étranger, d’actions effectives ; ils ont pour la plupart une vocation économique. Dans le domaine de la culture, l’Institut Ramon Llull, organisme public contribuant au rayonnement de la langue et la culture catalane, dispose de quatre bureaux à l’étranger (Berlin, Londres, New York, Paris) ; le Consortium COPEC (Consorci català de promoció exterior de la cultura – Consortium catalan de promotion extérieure de la culture) assure la promotion culturelle de la Catalogne dans six grandes villes européennes (Berlin, Bruxelles, Copenhague, Londres, Milan, Paris). Turisme Catalunya peut compter sur plusieurs bureaux. Fondé en 1982 – soit quatre ans avant l’entrée de l’Espagne dans la CEE –, le Patronat Català Pro Europa est un des organismes les plus importants : rassemblant la Generalitat de Catalunya (Généralité de Catalogne), la mairie de Barcelone, des universités et des entreprises, il exerce pour l’essentiel des activités de lobbying à Bruxelles et informe le gouvernement autonome des politiques et programmes européens. Au cours des années, les missions de cet organisme sont progressivement étendues à l’échelle mondiale, non sans tensions avec l'État espagnol. L’organisme est devenu le Patronat Català Pro Món, puis Diplocat, Consell de Diplomàcia Pública de Catalunya (cf. infra partie VI).

7D’autre part, en plus des « représentations » implantées à Perpignan (Pyrénées-Orientales, France) et à l’Alguer (Sardaigne, Italie), cinq « délégations du gouvernement à l’extérieur » sont placées sous l’autorité du secrétariat aux affaires extérieures et européennes : situées en Allemagne (Berlin), en Angleterre (Londres), en Belgique (Bruxelles pour l’UE), aux États-Unis (New York) et en France (Paris), ce sont des structures dotées de faibles moyens poursuivant des missions éclectiques (promotion du tourisme, développement économique, diffusion culturelle, rencontres diplomatiques, etc.).

8Le gouvernement autonome s’est montré particulièrement proactif dans l’espace européen où les alliances, de nature transfrontalière ou transfrontière, se sont multipliées. Outre l’Euroregion et la Communauté de travail des Pyrénées, le Bade-Wurtemberg, la Catalogne, la Lombardie et la région Rhône-Alpes se sont rassemblés au sein d’un groupement dénommé « les quatre moteurs de l’Europe » (Kukawka, 1999 ; Borras, 1993). Créé en 1988, cet accord de coopération multilatérale est destiné à renforcer les liens économiques régionaux. D’autres organismes ont existé dans les années 1990. « L’Arc méditerranéen des technologies » a regroupé huit régions françaises, italiennes et espagnoles dans le but de développer les pôles de coopérations technologiques à partir des capitales régionales. L’« Arc sud-européen » a rassemblé quant à lui des régions allant de l’Espagne à l’Europe centre-orientale afin de stimuler les échanges économiques. Parmi ces alliances transfrontalières, le cas de l’Eurorégion est particulièrement intéressant car il révèle les finalités sous-jacentes à l’engagement de la Catalogne sur le terrain des relations extérieures.

II – L’ambition d’accéder au rang d’État

9Au début des années 1990, une Eurorégion est créée dans l’espace est-pyrénéen. L’attelage se compose de la Catalogne, des régions Languedoc-Roussillon et Midi-Pyrénées. Le 19 octobre 1991, Jordi Pujol, Marc Censi et Jacques Blanc signent, à Perpignan, la charte de l’Eurorégion : cet acte marque officiellement la création de la structure ; son statut juridique est celui d’une association loi 1901 de droit français. L’association de régions se caractérise par la coordination d’acteurs hétérogènes, aux ressources inégales, poursuivant des objectifs non-dévoilés différents. Faiblement institutionnalisées, les interactions sont limitées, variables, peu stabilisées et fortement personnalisées. Dans les premières étapes de construction de l’eurorégion, la Catalogne apparaît « maître d’œuvre ». Principal artisan de l’entreprise, Jordi Pujol convainc les présidents des deux régions françaises d’élargir le champ des coopérations bilatérales au profit d’une collaboration pérenne et multisectorielle dans le cadre spatial du triangle Toulouse-Barcelone-Montpellier. Cet engagement révèle sans doute une attente plus forte que celle des autres partenaires. En 2004, la communauté autonome des îles Baléares a rejoint l’eurorégion et depuis 2016, les régions Languedoc-Roussillon et Midi-Pyrénées ont été fusionnées en une seule région, l’Occitanie (fig. 2). Quelles ressources politiques espèrent les dirigeants politiques catalans d’un tel projet ?

Figure 2 – Carte de l’eurorégion Pyrénées-Méditerranée

Figure 2 – Carte de l’eurorégion Pyrénées-Méditerranée

Source : site de l’eurorégion, 2019

10Pour répondre à cette interrogation, il faut avant tout resituer le contexte politique et institutionnel espagnol des années 1980. La consolidation de la démocratie ne s’est faite qu’au prix d’une réforme des institutions et d’une modification profonde des relations entre le centre et la périphérie. Or, « flou » et « improvisation » ont caractérisé la rédaction de la Constitution espagnole de 1978 ; certains ont même évoqué une construction étatique « sans plan d’ensemble ni programmation rigoureuse » (Moderne, 1993, p. 8). Des zones d’ombre quant à la répartition territoriale du pouvoir entre l’État et les communautés autonomes persistent, maintenant l’organisation étatique dans une forme « indéterminée », « hybride » entre les modèles fédéral et unitaire (Morata, Olivesi, 2007). De plus, le fait différentiel (el hecho diferencial), soit la reconnaissance constitutionnelle de différents accès au statut de communauté autonome engendre des asymétries entre territoires régionaux et complexifie la configuration institutionnelle de l’Espagne (Genieys, 2000). Les contours de l’État ont ainsi été dessinés dans et par la pratique, sous la pression des élites périphériques qui ont su imposer à l’agenda du gouvernement central de nouvelles réformes territoriales.

11C’est la tâche à laquelle s’est attelé Jordi Pujol qui, à la tête de la coalition centriste Convergència i unió, a été élu successivement président de la Generalitat de Catalunya depuis les premières élections du parlement régional en mars 1980. Il lui revient de mettre en place un appareil institutionnel dérivé du statut d’autonomie et de négocier avec l’État les transferts effectifs de compétences. Toutefois, entre les gouvernements autonomes et l’État, la conception de l’évolution de l’autonomie des communautés historiques diverge : alors que la coalition nationaliste réclame une extension des compétences régionales et davantage de pouvoir normatif – en particulier dans le domaine linguistique –, Madrid tente de contenir les forces centrifuges afin de maintenir l’unité de l’État espagnol. L’attribution de compétences et de moyens financiers pour les mettre en œuvre va dès lors osciller entre conflictualité et partenariat.

  • 2 Entretien avec Pierre Becque, avocat au barreau de Perpignan, ancien maire de Banyuls, ancien conse (...)

12L’implication de la Catalogne dans l’Eurorégion et, plus largement, dans les formes multiples que revêt la politique extérieure, ne peut être appréhendée en dehors de ces éléments contextuels qui structurent l’ensemble du système politique de la péninsule. Promouvoir cet assemblage territorial vise à inscrire le rayonnement territorial de la Catalogne au-delà de l’État espagnol : « quant à Jordi Pujol, l’Eurorégion l’intéressait, car cela lui permettait de sortir du cadre espagnol » analyse l’ancien conseiller municipal de Perpignan en charge du dossier « Eurorégion 2 ». L’entité qui se dessine dépasse les limites étatiques et confère à la Catalogne une capacité d’action et de représentation ne se limitant pas à la péninsule Ibérique. Cette « projection extérieure » assure à la région une voix indépendante de celle de l’Espagne sur la scène européenne : « évoluer dans l’espace européen, c’est retrouver une présence au monde en contournant l’État » (Cultiaux, 1999, p. 476.).

13L’activité extérieure de la communauté autonome prend la forme d’une paradiplomatie parallèle aux circuits interétatiques : passant outre ces derniers, la région empiète sur un domaine traditionnellement réservé à l’État. En devenant un acteur à part entière hors des frontières, le Principat se drape dans les ornements de l’État, cherchant par tous les moyens à se hisser à son niveau en intégrant ses compétences les plus symboliques. Décider d’un partenariat transfrontalier revient également à instituer un espace d’action publique ne relevant pas d’un choix étatique ; à s’arroger le droit de découper et de promouvoir des ensembles territoriaux non-dictés par l’État ; à instaurer des « principes de vision et de division » (Bourdieu, 2012) distincts de ceux de l’État.

14Le choix des partenaires ne relève pas du hasard : en s’alliant avec des régions d’outre-Pyrénées, la Catalogne renoue symboliquement avec sa période faste du xiiie siècle durant laquelle l’influence de la couronne « catalano-aragonaise » s’étendait jusqu’à Montpellier : l’Eurorégion fait implicitement référence à une époque de domination catalane en Méditerranée occidentale. En réactivant une antériorité territoriale, les décideurs politiques entendent relier l’avenir de leur territoire à un passé glorieux ; opposer à l’artificialité des découpages étatiques d’aujourd’hui, la naturalité des ensembles territoriaux d’hier : tout se passe comme si une « personnalité territoriale » antérieure aux États se dégageait (Häkli, 2002).

15L’action extérieure de la communauté autonome vise en sus à affirmer l’existence d’une nation catalane. Plus précisément, le développement d’activités à l’étranger est étroitement lié au processus de récupération d’une conscience nationale ; comme le relève Michael Keating, « le processus de reconstruction de la nation catalane comporte un volet international de première importance » (Keating, 1997, p. 179). En d’autres termes, intensifier les actions internationales participerait à la constitution d’une communauté nationale. Cette conception des relations extérieures est indissociable de l’idéologie de la coalition nationaliste (CiU) prônant l’avènement d’une nation catalane s’épanouissant dans le cadre d’un État faible et intégré dans l’espace européen. Alors que la Catalogne est qualifiée dans le statut d’autonomie de 1979 de « nationalité », c’est en tant que nation que les élus s’évertuent à en faire une entité différenciée sur la scène internationale : « Nous devons avoir et nous avons droit à la présence et à la reconnaissance internationale parce que sinon, nous mourrons » estime Jordi Pujol. En d’autres termes, d’une politique extérieure, la Generalitat escompte des bénéfices intérieurs : « la politique intérieure et la politique étrangère entretiennent des relations mutuelles » (Rolland, 2009, p. 9).

16On suivra Stéphane Paquin qui qualifie la politique menée par le gouvernement autonome de « paradiplomatie identitaire », définit comme « une diplomatie ou une politique étrangère subétatique dont l’objectif fondamental est le renforcement ou la construction de la nation minoritaire dans le cadre d’un pays multinational ». L’auteur montre bien que ce phénomène touche d’autres gouvernements locaux : la Flandre, le Québec ou encore le Pays basque entendent, par l’action internationale, accéder à la reconnaissance politique de nations sans État : « L’objectif des entrepreneurs identitaires est […] de tenter de se faire reconnaître comme nation au niveau international, processus essentiel de toute tentative de construction de la nation » (Paquin, 2003, p. 12). Ces formes d’incursions à l’étranger n’ont pas pour seule vocation de faire exister aux yeux de la communauté internationale les nations sans souveraineté autrement que comme simples régions ; elles ont aussi pour objectif de « nourrir le sentiment nationaliste » (Keating, 1997, p. 182).

III – La spécificité de l’action transfrontalière

17L’exemple des relations plus spécifiques que la Catalogne entretient avec le département des Pyrénées-Orientales montre différemment comment l’action extérieure participe à la constitution d’un référent national propre : entre les espaces séparés par une frontière depuis plus de trois siècles, les interactions se nouent autour des caractéristiques ethnoculturelles communes.

18Au début des années 2000, le gouvernement autonome décide de l’implantation d’une Casa de la Generalitat (Maison de la Généralité) en Roussillon. L’institution se présente comme une sorte de « représentation » de l’exécutif ; le qualificatif « d’ambassade » a pu lui être attribué. Deux arguments ont été avancés pour justifier sa création. D’une part, Perpignan se situe sur un axe européen stratégique qui appelle un renforcement des coopérations entre acteurs économiques. D’autre part, les gouvernants légitiment la mise en place de la structure en invoquant les liens historiques et culturels entre les « deux Catalognes ». À l’instar des leaders roussillonnais, les acteurs sud-catalans habillent l’action transfrontalière d’un imaginaire commun aux « terres catalanes » ; les liens forgés par l’histoire sont ainsi utilisés comme ressources légitimant l’action : « avec Perpignan, nous partageons une évidente proximité, tant au niveau géographique qu’au niveau historique, culturel ou linguistique. On pourrait même ajouter une certaine proximité morale » estime un leader catalan (interview La Semaine du Roussillon, 4-10/09/2003, p. 8).

  • 3 Conquise par le royaume d’Aragon au xive siècle, Alghero (L’Alguer en catalan) est une ville italie (...)

19La place de la Casa de la Generalitat de Perpinyà dans l’appareil administratif est révélatrice de la position de la communauté autonome à l’égard du Roussillon : au sein du département de la présidence, elle ne dépend pas du secrétariat des affaires extérieures et de l’Union européenne – où l’on trouve la direction générale des relations extérieures ou encore les délégations du gouvernement en France, au Royaume-Uni, en Allemagne, aux États-Unis –, mais du secrétariat général de la présidence. À l’instar de la représentation de la Generalitat à L’Alguer 3, la Casa a une place à part dans l’organigramme de la diplomatie catalane. Espaces où la langue catalane est pratiquée et anciennes possessions de la Couronne aragonaise, L’Alguer et le Roussillon font l’objet d’un traitement particulier : ne relevant pas du domaine des relations extérieures, ces espaces semblent faire parties intégrantes de la Catalogne.

20Chaque nouveau gouvernement s’assure de la loyauté partisane des directeurs et du personnel administratif. La proximité politique par rapport au pouvoir en place induit une étroite dépendance vis-à-vis des gouvernants. Les actions de la Casa doivent alors être appréhendées à l’aune des idées et croyances des élus et, plus particulièrement, celles des titulaires des fonctions de conseiller à la vice-présidence ou de vice-président du gouvernement qui sont chargés de définir la politique de l’institution. De 2003 à 2010, il revient aux dirigeants du parti politique Esquerra Republicana de Catalunya (Gauche républicaine catalane) d’assumer cette fonction.

21Républicaine et laïque, ERC est une formation politique positionnée à gauche. Pour le plus ancien parti de Catalogne, l’autodétermination du peuple catalan constitue un axe politique majeur (Argelaguet, Gomez-Reino Cachafeiro et Pasquier, 2004). La particularité du projet indépendantiste réside dans le fait qu’il vise à conférer une souveraineté politique à la nation catalane ; or, pour ERC, l’espace réel de celle-ci outrepasse les limites de la communauté autonome et s’étend à l’ensemble des terres où la langue catalane est langue historique. Le fondement idéologique du parti est le pan-catalanisme, défini comme doctrine politique défendant l’union des Pays catalans : l’indépendance du Principat n’est conçue que comme une étape du processus de réunification des Pays catalans (Països catalans). L’évocation de cet ensemble historique traduit la prétention de Barcelone de s’ériger en capitale d’une aire catalanophone transgressant les frontières entre États et entre communautés autonomes ; elle sous-tend l’aspiration du Principat à renouer avec une période hégémonique, avec un passé prestigieux. Le « fait catalan », selon l’expression de l’historien Pierre Vilar, est ainsi « brandi tel un étendard défiant les constructions artificielles que seraient les États » (Cultiaux, 1999, p. 585). La langue apparaît comme le lien le plus étroit entre ces différents espaces ; ressource aisément mobilisable par les gouvernants, la koïné est au fondement de l’« imaginaire de l’unité primordiale rompue » (Cultiaux, 1999, p. 588). L’avènement d’une communauté politique procèderait de la revitalisation d’une communauté linguistique.

22Selon cette conception, le Roussillon n’est pas un espace quelconque, mais fait partie intégrante de la nation catalane. Partant, l’idéologie pan-catalaniste va influer sur les activités de la Casa. Au début de l’année 2004, un nouveau directeur est nommé ; il disposera de moyens supplémentaires lui permettant notamment de recruter trois personnes. Une série d’actions va être engagée : des rencontres institutionnelles avec les leaders politiques sont organisées ; des « tables rondes » réunissant décideurs sud-catalans et entrepreneurs français sont programmées ; des événements culturels sont créés ; une étude sur les usages linguistiques en Catalogne du Nord est effectuée. Au-delà des activités ponctuelles, des rencontres avec différents acteurs nord-catalans sont organisées à partir de 2005 : institutions politiques locales, acteurs politiques et administratifs, universités, chambres consulaires, associations, etc. sont réunis afin d’échanger sur les problématiques qui se posent à l’échelle transfrontalière et saisir les aspirations de chacun.

  • 4 L’immersion linguistique est une pratique pédagogique consistant à dispenser l’intégralité des cour (...)

23La diffusion de la langue catalane se présente comme la principale mission de l’institution : la Generalitat entend développer l’apprentissage du catalan et favoriser sa diffusion dans l’espace public. La politique linguistique se traduit pour l’essentiel par l’attribution de subventions aux institutions et associations roussillonnaises promouvant la langue et les traditions populaires catalanes : la majorité de celles-ci sont dépendantes des subsides du gouvernement autonome. Il en va de même pour les écoles privées pratiquant l’apprentissage du catalan par immersion linguistique 4. Dans ce domaine, une nouvelle étape est franchie en septembre 2008 avec l’inauguration d’un collège d’une capacité de 180 élèves. Alors que la mairie a cédé le terrain, la Generalitat a participé à hauteur de trois millions d’euros aux coûts de construction. Deux acteurs majeurs de la scène politique catalane sont à l’origine du projet : en 2003, Jordi Pujol accorde une subvention exceptionnelle permettant à La Bressola la mise en place d’un enseignement du second degré ; faute de moyens, les cours sont dispensés dans des locaux inadaptés et vétustes. La décision de construire un bâtiment a été prise en 2007 par le vice-président de la Generalitat Josep-Lluís Carod-Rovira. Les deux hommes sont présents à l’inauguration. L’initiative est inédite : pour la première fois est bâti en France un collège à partir des subventions octroyées par une autorité locale étrangère ; pour la première fois, la Generalitat finance la construction d’un établissement scolaire en dehors de la Catalogne. Le vice-président a déclaré à cet effet lors du discours inaugural :

Tous les gouvernements du monde soutiennent sans complexe la langue de leur pays en dehors de leurs frontières ; c’est ce que fait le gouvernement de la Catalogne par-delà la frontière des États sur les terres catalanes : parce que le catalan est la langue commune entre le nord et le sud de ce territoire européen qu’est la Catalogne.

24Les coopérations transfrontalières menées par la Generalitat visent, à l’instar des autres types d’actions qu’elle poursuit à l’étranger, à affermir la position de la communauté autonome dans ses rapports avec l’État ; elles se distinguent d’autres formes d’activités extérieures en s’arc-boutant sur le socle culturel commun aux espaces frontaliers. L’accent mis sur la politique linguistique doit être appréhendé à partir du rapport entre langue et construction identitaire : « l’identité catalane, entendue comme une “appellation différentielle et oppositive”, puise dans la langue le marqueur le plus net de sa définition » (Assier-Andrieu, 1997, p. 33). Principal instrument du nation bulding et symbole de l’identité collective, la langue est érigée en vecteur d’édification d’une nation catalane au-delà des limites du Principat. En entreprenant des actions extérieures dans le domaine linguistique, la communauté autonome intervient au même titre qu’un État ; tout se passe comme si elle agissait à l’égal d’un État.

25En favorisant le rayonnement de l’identité catalane au-delà des limites territoriales, la coopération transfrontalière poursuit l’objectif « de recouvrir une identité perdue et même pire : une identité confisquée » (Cultiaux, 1999, p. 561). La stratégie du « différentialisme intégrateur » (Cultiaux, 1999), entendu comme processus de construction d’une identité catalane distincte de la nation espagnole, se fait jour : en utilisant l’identité comme ressource politique, la région verrait sa position renforcée et son influence accrue. Pour Louis Assier-Andrieu, la spécificité de la forme d’organisation politique qu’est la communauté autonome de Catalogne est de s’appuyer sur le principe de souveraineté culturelle ; puisant sa légitimité dans la longue durée historique, la souveraineté catalane oppose « l’authenticité supérieure d’un terme quelconque de la culture à l’agencement contingent d’une société politique, d’un État, d’un territoire dans lesquels elle aurait pu s’enclore ou l’on aurait pu vouloir l’enclore » (Assier-Andrieu, 1997, p. 45).

Figure 3 – Carte de l’eurodistrict de l’espace catalan transfrontalier

Figure 3 – Carte de l’eurodistrict de l’espace catalan transfrontalier

Source : Generalitat de Catalunya, 2010

26Le projet de coopération de proximité appelé Eurodistrict de l’espace catalan transfrontalier illustre cette stratégie. Non seulement, en faisant de l’identité culturelle le substrat de l’Eurodistrict, la dénomination « espace catalan transfrontalier » n’est pas neutre, mais encore la carte représentant le périmètre d’action de l’Eurodistrict pose problème ; y sont uniquement visibles les délimitations historiques : faisant fi des découpages administratifs français et espagnols, seules sont dessinées les anciennes comarcas. De surcroît, le trait représentant la frontière étatique est à peine plus accentué que celui des autres démarcations territoriales et les toponymes sont écrits en catalan. La représentation de l’espace géographique de l’ECT s’apparente sous certains aspects à une carte de la Catalogne au xie siècle.

27En réactivant les traits communs et spécifiques aux espaces catalans, l’héritage culturel des nations premières est ranimé, l’antériorité de la nation catalane par rapport aux États remémorée. Émerge de la sorte une communauté émotionnelle définie contre un ordre ancien ; la stratégie identitaire ne peut qu’opposer l’utopie communautaire associant Catalans du nord et du sud aux référents statonationaux français et espagnols : se profile une remise en cause de la dimension tutélaire des États. De plus, une forme de pression s’exerce sur l’État espagnol : en posant les jalons d’une communauté culturelle transfrontalière, s’éveillent les soupçons d’irrédentisme et, avec eux, « l’éternelle crainte d’une dérive séparatiste » (Tambou, 2000, p. 121).

IV – L’impulsion des institutions européennes

28Les actions décrites supra n’auraient pu se développer sans l’appui de divers dispositifs mis en place à l’échelle supranationale : un ensemble d’instruments, programmes, normes, croyances, manières de faire, recettes conçus par les institutions européennes s’est diffusé à l’échelle territoriale et a été adopté par les acteurs locaux. La politique extérieure de la communauté autonome doit ainsi être envisagée non seulement à partir du rapport de force entre la Catalogne et l’État, mais aussi au regard des opportunités qu’offre la construction européenne aux entités infranationales

29Le Conseil de l’Europe est la première institution supranationale à avoir rédigé une norme qui s’apparente à une forme de pression exercée sur les États. En effet, au début des années 1980, sont conçus deux instruments juridiques multilatéraux dont les objets sont respectivement la promotion de la coopération transfrontalière et la défense du principe d’autonomie locale dans les régimes démocratiques ; le congrès des pouvoirs locaux et régionaux, assemblée comprenant 636 élus représentant plus de 200 000 autorités locales de 47 États européens, rédige la convention-cadre européenne sur la coopération transfrontalière des collectivités ou autorités territoriales puis la charte européenne de l’autonomie locale. Alors que cette dernière affirme « le rôle des collectivités comme premier niveau où s’exerce la démocratie », l’organisation intergouvernementale reconnaît dans les relations de voisinage qu’entretiennent les autorités locales de part et d’autre des frontières un facteur de stabilité démocratique et un vecteur d’intercompréhension entre les États et les populations. Adoptée le 21 mai 1980 à Madrid, la convention-cadre a pour but de promouvoir la conclusion d’accords dans le domaine de la coopération transfrontalière, entendue comme « toute concertation visant à renforcer et à développer les rapports de voisinage entre collectivités ou autorités territoriales ». Le principal objectif se dégageant du texte est celui de réduire les divisions créées par les frontières en multipliant les coopérations transfrontalières et interrégionales (Schumann, 1997).

30À partir des années 1980, l’Union européenne ouvre la possibilité pour les élites politiques locales de développer et de renforcer des liens horizontaux avec leurs homologues par-delà les frontières. L’initiative communautaire INTERREG est emblématique de ce type de démarche puisqu’elle initie, structure et finance des projets et des partenariats entre des institutions, des politiques, des entreprises et la société civile par-delà les frontières. À partir de sa mise en place par la Commission européenne le 30 août 1990, INTERREG a eu pour objectif de remédier à l’isolement des zones frontalières et des difficultés qu’elles rencontrent, notamment en matière de concurrence économique depuis l’achèvement de l’acte unique le 1er janvier 1993. Ce type d’outil s’inscrit dans le cadre de la politique régionale européenne orientée en faveur du développement du territoire, notion traduite dans la doctrine de « cohésion économique et sociale » inscrite dans le traité de Maastricht (1997).

31Des pas nouveaux sont franchis quelques années plus tard. Sur proposition de la commission souhaitant créer « un instrument de coopération au niveau communautaire » afin « de réduire les obstacles rencontrés lors de la gestion des actions de coopération transfrontalière, transnationale et interrégionale », le groupement européen de coopération territoriale (GECT) a été institué par le règlement CE 1082/2006 du Parlement européen et du conseil du 5 juillet 2006. Le GECT est le premier instrument juridique de droit public directement applicable à toutes formes de coopérations décentralisées – qu’elles soient transfrontalières, transnationales ou interrégionales – à l’échelle de l’Union européenne. Le dispositif peut se composer d’États membres, de collectivités territoriales, d’organismes publics locaux : doté de la personnalité juridique, il intervient aussi bien dans la gestion des programmes cofinancés par l’Union européenne que dans la réalisation des projets pour le compte de ses membres ; son périmètre d’action ne peut toutefois dépasser les domaines communs de compétence de ses membres.

V – Le tropisme européen des élites politiques

32L’attrait que manifeste la communauté autonome pour le domaine des relations extérieures doit aussi être analysé au regard du tropisme européen des élites politiques. L’Europe, notamment depuis l’intégration de l’Espagne à la Communauté économique européenne le 1er janvier 1986, va en effet apparaître aux yeux des dirigeants comme un moyen de renforcer leur position face à Madrid. De tout temps, l’européisme apparaît comme un des principaux référentiels dans la conduite des politiques publiques et ce, indépendamment des attaches partisanes. Parmi les élites influentes qui dès les années 1960 plaidaient pour l’établissement d’un lien entre intégration européenne et renforcement politique de la Catalogne se trouve Jordi Pujol : des premiers écrits politiques des années 1950 aux discours prononcés en qualité de chef de l’exécutif catalan, l’intérêt pour l’Europe est une constante du « catalanisme pujoliste » (Faulí, 1998). Dans une conférence prononcée à Madrid le 17 février 1986, le leader catalan défend un positionnement clair de la région : « L’ouverture sur l’Europe avant tout » ; avant d’affirmer sa volonté de voir les Catalans « participer en tant qu’Européens à part entière, et non plus comme marginaux, aux affaires de l’Europe et du monde » (Pujol, 1994, p. 48-49). La ligne d’action pro-européenne, invariablement défendue durant ses six mandats consécutifs (1980-2003), sera partagée par l’ensemble des formations politiques : transpartisane, elle fédère les formations politiques.

33On ne saurait toutefois limiter l’analyse de la paradiplomatie catalane à l’image d’une politique consensuelle dont la ligne, tracée par Jordi Pujol, et a été suivie par l’ensemble de la classe politique. L’activité extérieure de la Catalogne ne peut être saisie en dehors des rivalités partisanes : cette forme d’action publique fait l’objet d’une « lutte d’appropriation » entre élus de différentes appartenances institutionnelles et/ou orientations idéologiques. Depuis les années 1980, l’espace politique catalan est traversé par une ligne de clivage entre le président de la Generalitat et Pasqual Maragall, maire socialiste de Barcelone de 1982 à 1997. Le conflit entre les deux institutions se double d’une rivalité ancienne entre deux édiles opposés dans leurs attaches partisanes. Ce clivage s’est déplacé sur le terrain diplomatique : l’action extérieure va progressivement apparaître comme un domaine concurrentiel entre leaders, chacun voulant briller sur la scène internationale et exercer un rôle en Europe ; l’affirmation de la Catalogne sur le plan européen s’inscrit ainsi dans une lutte pour l’imposition d’un leadership. À mesure que la Generalitat s’est affirmée sur le plan international, la mairie de Barcelone a développé, comme par émulation, ses réseaux : en sus de promouvoir une « Europe des villes », le premier édile a œuvré à la mise sur pied du Comité européen des régions qu’il présidera de 1996 à 1998 (Borras, 1993) ; l’opération visant à mettre un terme au monopole exercé par son rival qui présidait alors l’assemblée des régions européennes : les dirigeants des institutions territoriales mettent alors leurs projets en concurrence et tentent d’en imposer la primeur.

34À travers la volonté de tisser des liens par-delà les limites étatiques et de promouvoir les intérêts de la région au-delà de l’Espagne, la vocation européenne de la Catalogne s’affirme. Les velléités d’approfondissement du processus autonomique s’encastrent dans les enjeux européens : réduire la dimension séparatrice des frontières en instituant des coopérations transfrontières. Plus précisément, le but des acteurs catalans est de contribuer, via le projet européen, à mettre en place une organisation polycentrique du territoire européen qui s’appuierait sur les niveaux régionaux et relativiserait le poids des États (Marks, Hooghe et Blank, 1996). Il s’agit d’abord de remédier à la position géographique périphérique de la Catalogne au sein des espaces espagnols et européens : la cristallisation de nouvelles solidarités interterritoriales produirait de nouvelles centralités. Ensuite, les acteurs politiques catalans utilisent la politique extérieure pour renforcer leur pouvoir : la conjonction du discours sur « l’Europe des régions » et de la « politique régionale » des institutions européennes faisant des régions le cadre privilégié d’intervention et de gestion des « fonds structurels » rejoint la volonté des élites périphériques de regagner du terrain face au poids politique et administratif de l’État ; Jordi Pujol appelle dans ces discours à « faire de l’Europe une confédération d’États […] en tenant compte de la vitalité et de la créativité des régions » (Pujol, 1994, p. 98). La construction de relations extérieures et l’institutionnalisation des régions par les autorités européennes tendraient dès lors vers une dynamique commune : l’affaiblissement du niveau étatique au profit des échelons infranationaux.

VI – Le nouvel agenda souverainiste

35En novembre 2010, l’arrivée au pouvoir d’Artur Mas, à la tête d’une fédération centriste et autonomiste Convergència i Unió (CiU), marque un tournant : l’action de communiquer sur la situation catalane à l’étranger est utilisée comme levier de pression sur l’État espagnol ; les nouvelles orientations sont dès lors dictées par l’agenda souverainiste. À l’existence d’axes forts tels que l’internationalisation de l’économie catalane, et la promotion à l’étranger des atouts de la région au sein de l’Europe, s’ajoute la diffusion à l’échelle internationale des enjeux propres à la transition nationale. Sont opérées des modifications de l’organisation bureaucratique : celles-ci visent à remédier au déficit de coordination entre les services et à dépasser les cloisonnements administratifs : ainsi, un responsable du suivi des actions européennes et internationales a été désigné au sein de chaque département de la Generalitat, et des plans annuels de coordination entre le secrétariat à l’action extérieure et les départements ont été élaborés (Garcia i Segura, 2014).

36Des pas nouveaux sont franchis avec la création de Diplocat (conseil de diplomatie publique de Catalogne) : mis sur pied en novembre 2012, ce service diplomatique, qui succède à Patronat Catalunya Món, consortium formé d’organisations publiques et privées, traduit l’inflexion du gouvernement catalan en faveur d’une action extérieure toute tournée vers la promotion à l’étranger du projet souverainiste. Pour ce faire, ses activités, coordonnées avec les bureaux et délégations extérieurs, se sont concentrées au niveau des capitales : la Generalitat entend ainsi faire progresser la revendication indépendantiste à partir de l’instauration d’un dialogue avec les acteurs étatiques. Cette ambition, qui s’est traduite par un mouvement de polarisation des activités diplomatiques vers les États européens, n’a semble-t-il pas eu les effets escomptés : les représentants des États ne se sont en effet pas montrés enclins à ouvrir un dialogue sur cette question.

37La période est aussi marquée par une certaine forme de personnalisation de l’action paradiplomatique, le président Mas s’attelant lui-même à défendre la cause catalane sur la scène internationale : le leader a par exemple adressé une lettre à 45 ministres des Affaires étrangères dans laquelle il justifie la tenue d’un référendum et détaille ses modalités d’organisation ; ses nombreux déplacements à Bruxelles visant à obtenir le soutien des instances européennes témoignent d’une volonté de prendre en charge personnellement l’internationalisation de la question indépendantiste.

38L’activisme du président a éveillé l’inquiétude du gouvernement espagnol qui entend, dans une forme de réaction défensive, limiter la portée du discours souverainiste hors des frontières de la péninsule. En nouant un dialogue exclusif avec les acteurs étatiques au sujet du problème catalan, l’État fait prévaloir ses prérogatives de souveraineté : en 2013, a été communiqué aux consulats et ambassades un document – « Pour la coexistence démocratique » – dans lequel est défendue l’unité constitutionnelle de l’État, et souligné les écueils sur lesquels vient buter la construction d’une Catalogne indépendante. S’érigeant comme la seule instance légitime du dialogue interétatique, l’État espagnol réaffirme symboliquement sa souveraineté en reléguant la communauté autonome au rang d’acteur de second rang dans le jeu diplomatique. Décidée en octobre 2017 suite à la tenue d’un référendum d’autodétermination, la mise sous tutelle de la communauté autonome par le gouvernement central a profondément ébranlé la stratégie déployée par la Generalitat : la fermeture des principales délégations à l’étranger témoigne d’une volonté d’annihiler les moyens d’action à partir desquels les acteurs politiques catalans entendaient internationaliser le conflit.

39Les tenants de l’indépendantisme ont longtemps parié sur le soutien des instances européennes à la cause indépendantiste. Le voyage de l’ancien président de la Generalitat à Bruxelles, deux jours après la proclamation de la constitution d’une République catalane, peut être interprété comme une volonté de ne pas céder sur le terrain européen : « j’ai décidé de venir, non pas en Belgique, mais à Bruxelles, la capitale de l’Europe » a-t-il déclaré. Intimant les dirigeants à ne plus rester indifférent face à la politique menée par Madrid, Carles Puigdemont entend élever le dossier au rang de priorité au niveau communautaire. Au rebours des aspirations catalanes, les dirigeants européens et les chefs d’États membres se sont dans un premier temps tenus en retrait du débat, avant d’exprimer leur soutien à la politique menée par le chef du gouvernement espagnol : la Catalogne en dehors de l’Espagne serait une Catalogne en dehors de l’Europe. Ces prises de position ont sans nul doute fragilisé le processus indépendantiste qui aurait pu s’affermir grâce à l’appui de soutiens extérieurs. La stratégie qui, depuis les années 1980, alliait développement de relations extérieures et consolidation politique de la région semble avoir atteint ses limites. L’expression d’un soutien des institutions européennes à la position du gouvernement espagnol a en outre fissuré le consensus qui s’était forgé chez les dirigeants catalans autour du projet européen : l’Europe n’est dès lors plus apparue aux yeux de ces derniers comme une instance contribuant au développement des territoires subétatiques, mais comme avalisant la remise en cause de leurs droits fondamentaux. Une tonalité eurosceptique a alors teinté les discours des acteurs politiques issus des rangs de l’indépendantisme pro-européen. Toutefois, si Carles Puigdemont a pu qualifier l’Europe de « club de pays décadents et obsolescents », sa récente élection au Parlement européen témoigne d’une volonté de faire des institutions européennes des lieux de débat sur la question catalane.

40La levée de la tutelle que Madrid exercée sur Barcelone en juin 2018 apparaît comme un nouveau tournant de la crise catalane : le gouvernement autonome décide alors de réinvestir sans délai la scène internationale en procédant à la réouverture progressive de cinq délégations (en Allemagne, en France, en Italie et au Royaume-Uni). Si la nomination d’un membre du parti Esquerra Republicana au poste de conseiller à l’action extérieure traduit la volonté de la Generalitat de faire de la présence catalane à l’étranger l’un des canaux de communication privilégié du projet souverainiste, les contours de l’activité diplomatique restent à définir : une forme de stratégie unifiée d’internationalisation de la question catalane n’est pas pour l’heure identifiable.

41Multifacette, la paradiplomatie catalane se caractérise par une grande diversité d’actions : le développement des coopérations transfrontalières comme la multiplication des liens transfrontiers, l’établissement de délégations officielles du gouvernement en Europe ou de relais de politiques sectoriels à l’étranger, sont autant d’entreprises qui, malgré leur spécificité, peuvent être rangées dans une même catégorie d’intervention publique. Par-delà cette hétérogénéité, une seule et même finalité est poursuivie : l’essor de l’activité extérieure de la communauté autonome s’inscrit, quelques années après le rétablissement de la démocratie, dans une stratégie d’émancipation vis-à-vis de l’État et, de manière corrélative, d’autonomisation politique de la région. Tisser des liens au-delà des limites institutionnelles revient non seulement à s’émanciper du carcan territorial espagnol, c’est-à-dire à élargir le périmètre d’influence de la région tout en dissociant la région de l’ensemble espagnol, mais aussi à accroître le poids politique de Barcelone face à Madrid. La dimension identitaire que revêtent certaines formes de relations extérieures participe de la même stratégie : en entretenant et en renforçant la construction symbolique de la nation catalane, elle confère une assise symbolique à l’organisation politique. Dans un contexte de redéfinition permanente des rapports de force entre les deux niveaux de gouvernement, l’investissement dans cette forme d’action publique est indissociable des enjeux de répartition territoriale du pouvoir : le gouvernement régional escompte une position prépondérante dans la réforme de l’organisation de l’État territorial.

42Si la politique extérieure figure « parmi les catalyseurs de la fédéralisation du système politique » (Smith, 1997, p. 65), ses finalités pourraient prochainement être toutes orientées vers l’objectif de construction d’un État indépendant.

Top of page

Bibliography

Aldecoa F., Keating M., Paradiplomacy in Action. The Foreign Relations of Subnational Governments, Franck Cass Publishers, Londres, 1999.

Argelaguet J., Gómez-Reino Cachafeiro M., Pasquier R., « L’Equerra Republicana de Catalunya. La troisième force de l’espace politique catalan », Pôle Sud, no 20, 2004.

Assier-Andrieu L., « Frontières, culture, nation : la catalogne comme souveraineté culturelle », Revue internationale des migrations internationales, vol. XIII, no 3, 1997.

Badia i Dalmases F., « Governs subestatals en l’acció exterior: utopia i realitat a Catalunya », Documentos CIDOB, no 7, 2010.

Balme R., Les Politiques du néo-régionalisme : action collective régionale et globalisation, Economica, Paris, 1996.

Bassets L., « Politique internationale et action européenne de la Catalogne autonome », Hérodote, no 91, 1998.

Borras S., « The “Four Motors for Europe” and Its Promotion of R&D Linkages. Beyond Geographic Contiguity in Interregional Agreements », Regional Politics and Policy, no 3, 1993.

Cultiaux Y., Le Nationalisme comme différentialisme intégrateur : le catalanisme face à l’état espagnol et à la construction européenne, thèse en science politique, université Aix-Marseille III, 1999.


Epstein R., « Après la territorialisation, la différenciation territoriale ? », Pouvoirs locaux, no 63, 2004.

Faulí J., El pensament polític de Jordi Pujol (1980-1987), Planeta, Barcelone, 1998.

Garcia i Segura C., « La présence internationale de la Catalogne dans le processus de transition nationale », Pôle Sud, no 40, 2014.

Garcia i Segura C., L’activitat exterior de les regions. Une dècada de projecció exterior de Catalunya, Fundació Bofill, Barcelone, 1995.

Genieys W., Les Élites espagnoles face à l’État : changement de régimes politiques et dynamiques centre-périphéries, L’Harmattan, Paris, 2000.

Häkli J., « Transboundary Networking in Catalonia », dans Kaplan D. et Häkli J., Boundaries and Place: European Borderlands in Geographical Context, Rowman & Littlefield, Lanham, 2002.

Hombard-Gaugin C., « Pour une histoire des villes et communes jumelées », Vingtième Siècle. Revue d’histoire, no 35, 1992.

Keating M., Les Défis du nationalisme moderne : Québec, Catalogne, Écosse, Presses universitaires de Montréal, 1997.

Kukawka P., Le Quadrige européen, Presses universitaires de Grenoble, 1999.

Marks G., Hooghe L., Blank K., « European Integration from the 1980’s: State-Centric Versus Multi-Level Governance », Journal of Common Market Studies, vol. 34, no 3, 1996.

Moderne F., « Les communautés autonomes, une décennie capitale pour un État en construction », dans Bon P. et Moderne F., L’Espagne d’aujourd’hui. Dix années de gouvernement socialiste (1982-1992), La Documentation française, Paris, 1993.

Morata F. (dir.), 20 anys de Catalunya a la Unió Europea 1986-2006, Generalitat de Catalunya-Patronat Català Pro Europa, Barcelone, 2006.

Morata F., Olivesi Cl., « L’expérience espagnole », La Pensée de midi, no 21, 2007.

Paquin S., Paradiplomatie identitaire en Catalogne, Presses universitaires Laval, 2003.

Petiteville F., La Coopération décentralisée : les collectivités locales dans la coopération nord-sud, L’Harmattan, Paris, 1995.

Philippart E., Winand P., Ever Closer Partnership: Policy-Making in US-EU Relationship, European Interuniversity Press, 2005.

Pujol J., « Europa, reto y proyecto », Reflexiones sobre europa, Generalitat de Catalunya, Barcelone, 1994.

Rolland D., « Préface », dans Bizoux A., Catalogne : l’émergence d’une politique extérieure, L’Harmattan, Paris, 2006.

Schumann K., « Le rôle du Conseil de l’Europe », dans Miall H. (dir), Les Droits des minorités en Europe : vers un régime transnational, L’Harmattan, Paris, 1997.

Smith A., « L’échelon infrarégional : lieu privilégié des fonds structurels ? », dans Le Galès P., Lequesne Ch., Le Paradoxe des régions en Europe, La Découverte-Syros, Paris, 1997.

Tambou O., La Coopération transfrontalière européenne à l’échelle de la catalogne, Institut universitari d’estudis europeus, Barcelone, 2000.

Top of page

Notes

1 Entretien avec Germà Gordó i Aubarell, secrétaire du gouvernement de la Generalitat de Catalunya, 02/06/2011.

2 Entretien avec Pierre Becque, avocat au barreau de Perpignan, ancien maire de Banyuls, ancien conseiller municipal de Perpignan, ancien conseiller régional, 22/04/2010.

3 Conquise par le royaume d’Aragon au xive siècle, Alghero (L’Alguer en catalan) est une ville italienne de 40 000 habitants située en Sardaigne. Reconnue comme langue minoritaire, le catalan est utilisé par une majorité d’habitants.

4 L’immersion linguistique est une pratique pédagogique consistant à dispenser l’intégralité des cours dans une « langue seconde ».

Top of page

List of illustrations

Title Figure 1 – Carte de la représentation catalane à l’extérieure
Credits Source : site internet de la Generalitat de Catalunya, 2019
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/6224/img-1.jpg
File image/jpeg, 420k
Title Figure 2 – Carte de l’eurorégion Pyrénées-Méditerranée
Credits Source : site de l’eurorégion, 2019
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/6224/img-2.jpg
File image/jpeg, 128k
Title Figure 3 – Carte de l’eurodistrict de l’espace catalan transfrontalier
Credits Source : Generalitat de Catalunya, 2010
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/6224/img-3.jpg
File image/jpeg, 918k
Top of page

References

Bibliographical reference

Jordi Gomez, “L’activité paradiplomatique de la Catalogne”Sud-Ouest européen, 48 | 2019, 115-128.

Electronic reference

Jordi Gomez, “L’activité paradiplomatique de la Catalogne”Sud-Ouest européen [Online], 48 | 2019, Online since 10 January 2020, connection on 20 June 2021. URL: http://journals.openedition.org/soe/6224; DOI: https://doi.org/10.4000/soe.6224

Top of page

About the author

Jordi Gomez

Docteur en science politique de l’université Panthéon-Assas (Paris II), jordi.gomez@ac-paris.fr.

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Sud-Ouest européen – Revue géographique des Pyrénées et du Sud-Ouest est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo Presses universitaire du Midi
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search