Navigation – Plan du site

AccueilNuméros35Alain Viaut, Joël Pailhé (ss. la ...

Alain Viaut, Joël Pailhé (ss. la dir.), Langue et espace

Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2010
Philippe Dugot
p. 95-96
Référence(s) :

Alain Viaut, Joël Pailhé (ss. la dir.), Langue et espace, Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2010, 243 p.

Texte intégral

1« La géographie des langues […] semble être souvent ignorée par les géographes ». Pourtant il s’agit d’un attribut culturel essentiel, d’un élément identitaire, de communion ou de divorce entre les peuples. Dès lors que cette communication n’est pas possible ou difficile, le lien est plus difficile à tisser, voire, l’incommunication nourrit la distance à l’autre et érige des frontières. Il s’agit de fait d’un marqueur territorial. Pour l’un des auteurs, Jean Sibille, à la question « les langues ont-elles un territoire », deux réponses doivent être évitées : celle qui considère que les langues n’ont pas de territoire au-delà du cerveau des locuteurs et celle qui à l’inverse considère les territoires linguistiques comme des « espaces figés et immuables, délimités une fois pour toute » (85). Il propose que le territoire d’une langue corresponde au territoire où habitent les gens qui la parlent. Il ouvre donc la voie à une géographie des langues mouvantes et largement plus complexe qu’un simple zonage de grandes aires contigües. Voilà qui complexifie le rapport et appelle à une démultiplication des échelles d’étude jusqu’au sein de métropoles rendues plurilingues par la diversification des origines migratoires. Voilà qui multiplie aussi les risques de conflits identitaires qu’ils se traduisent, ou pas, par des revendications territoriales. Cette « matière première de la formation de la pensée » (77) est donc un fait géopolitique majeur. Preuve par le contraire de cette importance, le propos d’un Staline qui voyait avec la victoire du socialisme dans le monde entier s’accompagner de la fin du plurilinguisme : « Les langues nationales devront infailliblement se fondre en une seule langue commune […] qui sera une langue nouvelle » (Staline, Deux bilans, p. 81-82, pas d’éditeur). Nous n’en sommes pas là et si l’anglais participe du rouleau compresseur de la mondialisation, son empreinte est loin d’avoir gommé les aspérités linguistiques, autant de pièces d’une marqueterie culturelle solide.

2C’est dire que cet ouvrage, qui ambitionne explicitement de rapprocher langue et espace, géographie et linguistique, semble a priori d’un grand intérêt pour notre discipline. Cet ouvrage est-il à la hauteur de l’enjeu ? Nous commencerons par un bémol, celui du plaisir de lecture. Il est dommage que le propos soit parfois un peu complexe. Rien d’indépassable certes sauf une lecture rendue parfois un peu difficile pour ne pas dire pénible. On pourrait à la suite d’Arthur Koestler citer Einstein qui, à la critique portée à sa formule de la gravitation plus longue et difficile de celle de Newton, aurait répondu : « Si vous cherchez à décrire la vérité, laissez l’élégance au tailleur ». Mais il s’agit moins ici d’élégance que de regretter l’insuffisance d’un effort de mise à portée de la « délicate question des langues » (82) par un texte davantage limpide. Surtout, pour un ouvrage rapprochant les langues de leur expression spatiale, on ne peut que déplorer la quasi-absence de cartes si on met de côté deux précieuses cartes pour cerner la question kurde et une carte des communes du Val d’Aran à l’utilité plus discutable. Les textes très denses et théoriques du début d’ouvrage, où sont définies un certain nombre de notions fort utiles, où l’on questionne concepts et méthodes d’une géolinguistique, auraient largement gagné à des points de respiration sous forme de schémas et d’exemples illustratifs.

3Ceci étant dit, le contenu de cet ouvrage est riche de la diversité des lieux et des échelles étudiées ainsi que des auteurs en charge des 11 chapitres. Sans souci d’exhaustivité mais pour montrer la pluralité des façons d’aborder le rapport entre langue et espace, nous pouvons signaler ici le chapitre signé par Véronique Bertile qui, proposant « un ménage à trois [entre] langues, espaces et droit » (69) introduit dans le sujet l’importante question juridique par le biais du cas français, confrontant notamment des principes d’officialisation des langues, le « principe de territorialité » étant différent du « principe de personnalité », le premier circonscrivant « l’officialité d’une langue à un cadre géographique déterminé » alors que le second « commande l’officialité des différentes langues dans le cadre de l’État » (70). Le chapitre signé par Hélène Contencin, établit un rapprochement passionnant entre aménagement du territoire et politique linguistique en s’appuyant sur le cas de la minorité germanique dans la région du Trentin-Tyrol du sud en Italie. Le mélange entre aménagement du territoire et « aménagement » linguistique de la période mussolinienne avait pour but de noyer la minorité germanophone dans un ensemble majoritairement italophone. Si dans un contexte européen actuel, où la minorité peut aussi être un atout dans des pratiques de coopérations transfrontalières, la politique est toute autre, il en reste un peuplement hérité avec campagnes germanophones et villes italophones. Françoise Rollan nous offre une monographie très fouillée de la question kurde dont la diversité ressort de la mise en évidence de plusieurs territoires linguistiques, enkystés dans des États différents traitant ladite question d’une façon variée. Le chapitre suivant change d’échelle et de lieu, sous la plume de Thierry Bulot, pour amener le rapport entre espace et langue dans le champ de l’urbain, évoquant une sociolinguistique urbaine comme élément supplémentaire d’appréciation d’une identité urbaine située entre « ce que les langues disent de l’habiter et ce que l’habiter dit des langues ». Mentionnons aussi de Marianne Heip une étude sur l’enseignement de l’occitan dans le Val d’Aran, étude sans concession. On y relève une question forte, sans doute polémique : « Dans la mesure où une langue disparaît d’elle-même, faut-il absolument chercher à maintenir son usage ? » Voilà une question centrale qui en soulève de plus générales autour des processus de normalisation culturelle qui progressent dans le monde, en tous les cas sous certains attributs. Voilà qui aurait pu venir alimenter une conclusion générale à cet ouvrage foisonnant.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe Dugot, « Alain Viaut, Joël Pailhé (ss. la dir.), Langue et espace »Sud-Ouest européen, 35 | 2013, 95-96.

Référence électronique

Philippe Dugot, « Alain Viaut, Joël Pailhé (ss. la dir.), Langue et espace »Sud-Ouest européen [En ligne], 35 | 2013, mis en ligne le 26 septembre 2014, consulté le 21 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/soe/629 ; DOI : https://doi.org/10.4000/soe.629

Haut de page

Auteur

Philippe Dugot

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Sud-Ouest européen – Revue géographique des Pyrénées et du Sud-Ouest est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaire du Midi
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search