Skip to navigation – Site map

Régression des glaciers pyrénéens et transformation du paysage depuis le Petit Âge Glaciaire

Since the end of the Little Ice Age, the shrinking of glaciers has transformed Pyrenean landscapes
Reducción de los glaciares pirenaicos y transformación del paisaje desde la Pequeña Edad de Hielo
Pierre René
p. 5-19

Abstracts

The Little Ice Age was a favourable time for the glaciers. When this period ended, around 1850, they had reached the maximum level that is locally exemplified by well-preserved moraines. This date coincided with the beginnings of glaciology, and data was progressively collected. Since then, the lengths, surfaces and volumes of glaciers have strongly decreased in the Pyrenees, where they are very vulnerable to climate changes because of their small size. Nevertheless, such overall regression of the glaciers is sometimes interrupted with stabilization, or even some slight progress – as happened in the seventies. These evolutions could impact human activities in the Pyrenees, as well as their high mountains landscape.

Top of page

Full text

1Autrefois, les glaciers symbolisaient la haute montagne inhospitalière et stérile. Aujourd’hui, ils sont l’objet de toutes les attentions compte tenu de leur statut d’indicateur des changements climatiques. Il s’agit ici de présenter l’évolution des glaciers pyrénéens depuis la fin du Petit Âge Glaciaire. Dans une première partie, nous nous attarderons sur cette période climatique fraîche en vue de préciser le dernier maximum glaciaire contemporain. Ensuite, nous examinerons l’évolution des glaciers jusqu’à aujourd’hui, en particulier leurs variations de dimensions : longueurs, surfaces et volumes. Enfin, nous aborderons l’impact de la régression glaciaire contemporaine sur le paysage et les activités humaines (fig. 1).

Fig. 1 – Plan de localisation des massifs glaciaires pyrénéens

Fig. 1 – Plan de localisation des massifs glaciaires pyrénéens

I – Le Petit Âge Glaciaire « glaciologique »

2De manière générale, le Petit Âge Glaciaire correspond à une époque au cours de laquelle les conditions climatiques se rafraîchissent. Avec de nombreuses conséquences sur le milieu naturel et les activités humaines. Il fait suite à l’Optimum Climatique Médiéval caractérisé par un climat plus chaud. Dans cet article, la vision du Petit Âge Glaciaire est subjective car elle est centrée sur sa dimension « glaciologique », c’est-à-dire uniquement sur l’étendue de l’englacement lors de cette période.

1. Définition

3Depuis 10 000 ans, l’Holocène (interglaciaire actuel) montre l’alternance d’optimum et de pessimum climatiques avec une cyclicité parfois millénaire. L’époque fraîche (ou pessimum) la plus récente est appelée Petit Âge Glaciaire et se situe entre 1550 et 1850, certains auteurs faisant démarrer cette période au début du xive siècle (Le Roy Ladurie, 2004).

4La dégradation des conditions climatiques affecterait à la fois les températures et les précipitations. On estime la température moyenne d’environ 1°C inférieure à l’actuel. L’accroissement des glaciers est une des conséquences les plus spectaculaires de ce refroidissement général. Il s’observe sur tous les glaciers de la planète, seules les chronologies de début, de fin et de paroxysmes diffèrent selon les régions du globe (Francou, 2007).

5La baisse de l’activité solaire semble être le principal facteur à l’origine du Petit Âge Glaciaire. D’autres éléments tels que l’activité volcanique, les circulations atmosphérique et océanique ont sans doute joué un rôle, mais sur de courtes périodes (décennales), entraînant des maximums ou des minimums.

2. Moraines associées

6Les glaciers constituent des agents puissants de modelage du paysage. Si leur pouvoir d’érosion n’est pas plus élevé que celui d’un cours d’eau, en revanche l’étendue de leur action est bien supérieure. En effet, les torrents agissent de façon linéaire, alors que les glaciers se déplacent de manière surfacique.

7Les débris arrachés au relief sont ensuite transportés puis accumulés. Les types de dépôts sont de nombreux. Les plus faciles à repérer sont les formes construites appelées moraines. Elles présentent une géométrie remarquable, avec une allure linéaire lorsqu’elles sont latérales et en « fer à cheval » lorsqu’il s’agit de moraines frontales. À l’image d’un talus artificiel, leur section est triangulaire.

8Une moraine est associée à un stade climatique car sa formation exige une certaine stabilité glaciaire, c’est-à-dire un front stationnaire pour que les débris s’accumulent sur le même site. L’équilibre glaciaire prolongé étant difficile à tenir, il est probable que les moraines se construisent en plusieurs fois. Le glacier fluctue légèrement autour d’une même position, celle de la moraine.

9Il existe donc des moraines associées au stade du Petit Âge Glaciaire. Dans les Pyrénées, elles présentent une dimension décamétrique et leur fraîcheur facilite leur repérage. Elles se situent à quelques centaines de mètres en contrebas des glaciers actuels.

3. Éléments de datation dans les Pyrénées

10Il s’agit de définir le point de départ, l’époque à laquelle les glaciers quittent définitivement les moraines du Petit Âge Glaciaire. Pour ce faire, nous disposons de plusieurs éléments, les documents d’archives et les études. Concernant la première source d’information, des illustrations et des cartes sont particulièrement intéressantes.

11Deux panoramas réalisés en fin d’été depuis le Port de Vénasque montrent très précisément l’étendue du glacier de la Maladeta (massif d’Aneto, Aragon). L’un date de 1833 et correspond à une lithographie de Eugène Viollet-le-Duc. Celle-ci a une valeur photographique car elle est très fidèle à la réalité tant au niveau des proportions que des détails. L’autre est une photographie d’Aimé Civiale de 1857 ; il s’agit du plus ancien cliché pour un glacier pyrénéen (Frey, 1993). L’englacement est tout à fait similaire sur les deux vues. On observe facilement le contact entre les moraines et le front glaciaire. Il semble que l’on peut ici faire durer le Petit Âge Glaciaire jusqu’au début des années 1850.

12Les cartes d’État Major constituent également des documents d’archive pertinents car elles mentionnent les glaciers avec des points cotés plutôt fiables. En effet, leur établissement date de la deuxième moitié du xixe siècle. Leur échelle est au 1/80 000e mais les minutes de terrain ont été levées au 1/40 000e. Celle du massif du Vignemale, levée par M. Hulot, a été certifiée à Paris le 1er avril 1852. Les travaux de terrain sont donc antérieurs à cette date. On observe sur cette carte que les extrémités aval des glaciers sont considérées comme des points remarquables et leur altitude est figurée. Ainsi, le front du glacier d’Ossoue se situe à 2 471 m, celui des Oulettes de Gaude, à 2 197 m. Ces altitudes correspondent à peu près à la côte donnée par la moraine frontale de ces glaciers. Cette carte couvre également la zone occidentale de Gavarnie et l’altitude du front du glacier du Taillon coïncide également avec celle des moraines terminales. Ces éléments archivistiques étayent à nouveau le fait que les glaciers semblent posséder leur extension maximale jusqu’au milieu du xixe siècle.

13À propos d’études sur le sujet, des travaux de datation des moraines ont été réalisés dans le massif de l’Aneto (Aragon) (Chueca, 1996). Les techniques mises en œuvre sont d’une part la lichénométrie qui utilise la courbe de croissance d’un lichen (Rhizocarpon geographicum), et d’autre part la quantification de l’érosion météoritique des blocs affleurants des moraines. Les résultats obtenus ont permis de distinguer plusieurs unités de dépôt. L’unité la plus ancienne date de 1600-1620 et est représentée par quelques lambeaux morainiques très altérés. La seconde correspond aux moraines les plus imposantes (celles que l’on associe au Petit Âge Glaciaire) et les travaux concluent à une date 1820-1830. Ensuite, les autres unités, plus récentes, contiennent des dépôts plus modestes.

14À travers ces divers éléments de datations, on peut proposer la chronologie suivante :

  • 1820-1830 : la construction des moraines du Petit Âge Glaciaire s’achève,

  • 1830-1850 : les fronts glaciaires s’amincissent mais restent au contact de la base des moraines. De ce fait, les moraines cessent de croître mais la surface des glaciers varie peu.

  • après 1850 : les glaciers se disjoignent définitivement des moraines du Petit Âge Glaciaire.

15L’englacement pyrénéen décline lentement d’abord pour s’accélérer au cours des années 1870. Eugène Trutat, précurseur des mesures glaciologiques, l’écrivait en ces termes en 1876 : « …du reste tous les montagnards s’accordent à dire que les glaciers diminuent considérablement : pour ma part, depuis que j’explore les Pyrénées, je vois, pour ainsi dire, les glaciers fondre sous mes yeux, et, dans la vallée du Lys et dans la région d’Oo, le retrait est effrayant. » (Trutat, 1876)

16Dans les Pyrénées, le dernier maximum contemporain d’englacement daterait donc des années 1850. À cette époque, d’après un inventaire complété, on peut estimer une surface totale de glace de l’ordre de 23 km², répartie presque équitablement entre la France et l’Espagne (San Roman, 2007 ; Chueca, 2008). Les massifs les plus englacés sont ceux de l’Aneto, de Gavarnie-Mont Perdu et du Luchonnais, avec entre 4 et 7 km² de glace chacun. On comptabilise alors environ 90 glaciers répartis sur une douzaine de secteurs entre le Balaïtous à l’ouest (Hautes-Pyrénées) et le Mont Valier à l’est (Ariège).

II – Recul de front (des glaciers moins longs)

17Longtemps méconnus, les glaciers, comme les hautes altitudes, passaient pour désordre et chaos et n’inspiraient que répulsion (Briffaud, 1994). La glaciologie est donc une science jeune et ne se développe qu’à partir de la fin du xviiie siècle. Les premiers opérateurs, toujours impressionnés par ces monstres de glace, ont soigneusement relevé le front des glaciers depuis la « terre ferme ». C’est ainsi que la position du front glaciaire est le premier paramètre ayant fait l’objet de mesures. On en déduit les variations interannuelles de longueur des glaciers.

1. Aperçu général

18Il est facile de mesurer la position des fronts glaciaires, c’est-à-dire l’extrémité inférieure des glaciers. Déduire le retrait global depuis les moraines du Petit Âge Glaciaire constitue également une opération aisément réalisable sur le terrain ou à l’aide de documents cartographiques précis.

19Mesurés sur 17 glaciers répartis le long de la chaîne pyrénéenne, les retraits horizontaux sont très variables puisqu’ils sont compris entre 100 et 1 250 m (tabl. 1). L’ampleur de l’évolution est fonction de la morphologie de chaque glacier. Ceux qui possèdent une forte extension longitudinale ont connu une grande régression (Las Néous, Ossoue, Aneto), tandis que ceux situés en pied de paroi (formé à partir de résidus avalancheux) montrent peu de variations (Pailla Ouest, Barroude). En moyenne, le retrait est de 725 m, ce qui est considérable, et de nombreux glaciers ont perdu plus de la moitié de leur taille.

Tableau 1 – Retraits horizontaux et verticaux de quelques glaciers pyrénéens depuis la fin du Petit Âge Glaciaire (en m)

Glaciers (massif)

Retrait

horizontal

Retrait vertical (altitudinal)

Altitude front 1850

Altitude front 2007

Las Néous (Balaïtous)

1 250

410

2 330

2 740

Oulettes (Vignemale)

480

80

2 190

2 270

Ossoue (Vignemale)

1 000

350

2 420

2 770

Taillon (Gavarnie)

600

185

2 360

2 545

Pailla Ouest (Gavarnie)

100

50

2 300

2 350

Mont Perdu

1 000

425

2 350

2 775

Munia (Troumouse)

250

130

2 600

2 730

Barroude

250

30

2 370

2 400

Llardana (Posets)

600

170

2 800

2 970

Gourgs Blancs (Luchonnais)

800

160

2 690

2 850

Seil de la Baque Est (Luchonnais)

800

260

2 550

2 810

Boum (Luchonnais)

450

150

2 550

2 700

Maladeta (Aneto)

700

200

2 650

2 850

Aneto

1 200

550

2 400

2 950

Barrancs (Aneto)

750

360

2 600

2 960

Tempêtes (Aneto)

1 100

430

2 500

2 930

Coronas (Aneto)

1 000

350

2 800

3 150

Moyenne

725

252

(arrondi à 250)

2 498

(arrondi à 2500)

2 750

Remarque : Logiquement, l’altitude maximum des glaciers varie très peu, elle se situe en moyenne vers 3 000 m.

20Pour ce même échantillon de glaciers, le retrait vertical (ou altitudinal) moyen est de 250 m. En effet, les fronts étaient à 2 500 m en 1850 contre 2 750 m en 2007. Le relèvement de 250 m d’altitude des fronts glaciaires équivaut, en théorie, à une élévation de 167 m de la ligne d’équilibre des glaciers. Sachant que le gradient thermique moyen est de 0,6° C par 100 m, la température aurait augmenté de 1° C au cours de cette période. Étant donné que les glaciers ne sont pas dans un état d’équilibre (ils l’étaient plus ou moins lors du Petit Âge Glaciaire), mais de déficit, leur ligne d’équilibre est plus élevée et le réchauffement est donc supérieur à 1° C. Ces extrapolations sont en accord avec les données climatiques puisque le sud-ouest de la France s’est réchauffé de plus 1,1° C depuis 1850 (source : Météo-France).

21À partir des données du tableau 1 et en classant les glaciers en fonction de leur situation géographique, on observe nettement le relèvement de l’altitude des glaciers de l’ouest vers l’est (fig. 2). Ceci se vérifie aussi bien pour les valeurs de 1850 que pour celles de 2007. Cette différence s’explique par la baisse des précipitations à mesure de l’éloignement de la côte atlantique, l’océan étant la réserve d’humidité et les perturbations venant préférentiellement d’ouest. C’est pourquoi, le massif de « 3 000 » ariégeois, très oriental, ne possède pas de glacier malgré son altitude élevée.

Fig. 2 – Altitudes du front de quelques glaciers pyrénéens en 1850 et en 2007

Fig. 2 – Altitudes du front de quelques glaciers pyrénéens en 1850 et en 2007

22La température (qui fait maigrir en été) est le facteur prépondérant dans le cycle annuel d’un glacier, mais, on le voit ici, les précipitations (qui font grossir en hiver) jouent aussi un rôle important.

2. Exemple du glacier des Oulettes (Vignemale, Hautes-Pyrénées)

23Le glacier des Oulettes se situe dans le massif du Vignemale, au départ de la vallée de Gaube. Son exposition nord et son emplacement au pied d’une paroi de près de 1 000 m de dénivelée sont particulièrement favorables à son existence. Son profil en long, raide et concave est à l’origine d’une vigoureuse dynamique d’écoulement attestée par la présence d’importantes crevasses. Avec des profondeurs pouvant dépasser 30 mètres, elles sont les plus grandes des Pyrénées.

24Depuis 2006, le glacier tend à se diviser en deux à partir du milieu de sa rive droite. La séparation entre la partie supérieure active et la zone inférieure morte atteint la moitié de la largeur totale du glacier. Un affleurement rocheux est récemment apparu. Il reçoit régulièrement des séracs détachés du mur de glace situé en amont.

25Afin de suivre l’évolution de ce glacier très dynamique, des appareils photos fixes et automatisés ont été installés. Les campagnes de suivi des étés 2009 et 2010 ont mis en évidence cette dynamique notamment par la production de séquences vidéos accélérées. De plus, la vitesse maximale d’écoulement a pu être estimée entre 50 et 70 m/an. Sachant que le glacier, dans la partie concernée, ne fait que 200 à 250 m de long, cela signifie qu’il perd un quart de sa masse par été ! (Association Moraine, 2009) (tabl. 2).

Tableau 2 – Caractéristiques géographiques et physiques du Glacier des Oulettes de Gaube - 09/2009

Sommet dominant : Vignemale (3 298 m)

Surface horizontale : 13 ha

Commune : Cauterets (65)

Altitudes extrêmes : 2 270 m / 2 550 m

Coordonnées géographiques :

Altitude moyenne : 2 410 m

42°46’45» lat. N / 0°08’36» long. O

Dénivellation : 280 m

Nature du substratum : Marbres calcaires

Longueur max. horizontale : 550 m

Bassin versant : Gave de Pau

Type : glacier de cirque et de suraccumulation

Exposition : Nord

26D’un accès facile, ce glacier est particulièrement intéressant car, d’une part, les documents d’archives à son sujet sont nombreux, et d’autre part, les pulsations du front sont très bien imprimées dans les débris meubles du glarier (espace compris entre le front du glacier et les moraines du Petit Âge Glaciaire).

27En plus de sa physionomie (crevasses), le dynamisme de ce glacier est visible au niveau des dépôts glaciaires. En effet, plusieurs petites moraines frontales postérieures au Petit Âge Glaciaire sont observables (fig. 3). Elles correspondent à des micros stades de stabilisation puisqu’elles n’excèdent pas un à deux mètres de hauteur.

Fig. 3 – Vue aérienne oblique du glacier des Oulettes (Vignemale, Hautes-Pyrénées) et de son glarier

Fig. 3 – Vue aérienne oblique du glacier des Oulettes (Vignemale, Hautes-Pyrénées) et de son glarier

28Les documents d’archives (photos, observations) ont permis de préciser les dates de construction de chacune de ces moraines. De la plus ancienne à la plus récente, on aurait la première qui daterait de 1888-1892, la seconde de 1915-1920, la troisième de 1940-1945, la quatrième de 1965-1980 et la cinquième, très modeste, de 1996-1998.

29La reconstitution des variations de longueur du glacier des Oulettes depuis le Petit Âge Glaciaire comporte de nombreuses incertitudes. Mais, on visualise les périodes de fortes régressions comme 1850-1885, 1894-1904, 1945-1950, 1992-1995 et celles de relatives stabilités, matérialisées par la formation des moraines évoquées précédemment. (Association Moraine, 2003)

30En 160 ans, le recul global atteint 475 m soit 46 % de perte (fig. 4). Aujourd’hui le glacier ne mesure plus que 555 m de long, mais il est en train de se dédoubler.

Fig. 4 – Variations frontales du glacier des Oulettes (Vignemale, Hautes-Pyrénées) depuis 1850

Fig. 4 – Variations frontales du glacier des Oulettes (Vignemale, Hautes-Pyrénées) depuis 1850

III – Perte de surface (des glaciers moins étendus)

31L’apparition de travaux de topographie et des cartes afférentes fournissent un zonage des surfaces englacées, même si ce n’est pas leur but premier. Les cartes d’État Major, évoquées précédemment, sont parmi les premières à représenter les glaciers. Mais, leur échelle peu précise ne permet pas de calculs de surface pertinents. Franz Schrader, célèbre pyrénéiste, a mené des travaux de cartographie remarquables. En 1914, il publie une carte du massif de Gavarnie-Mont Perdu avec une précision inédite (échelle : 1/20 000e). 15 plus tard, Alphonse Meillon fait de même pour le massif du Vignemale. Par la suite les cartes de l’Institut Géographique National au 1/25 000e, fournissent également les contours précis des glaciers, mais l’actualisation régulière de ces dernières cartes ne signifie pas nécessairement une mise à jour des surfaces glaciaires.

32De plus, les moraines du Petit Âge Glaciaire se révèlent être des outils de choix pour reconstituer les surfaces anciennes des glaciers. Ces moraines, facilement repérables sur le terrain et parfois représentées sur les cartes, donnent les limites inférieures et en partie latérales des glaciers. Concernant les contours supérieurs, ils restent quasiment inchangés dans le temps et correspondent aux pieds de parois.

1. Aperçu général

33Vers 1850, à la fin du Petit Âge Glaciaire, on compte environ 23 km² de glace répartis sur 90 glaciers. Plusieurs glaciers dépassent 1 km² (Aneto, Maladeta, Seil de la Baque, Mont Perdu, Ossoue), ce qui n’est plus le cas aujourd’hui. Les massifs les plus englacés sont ceux d’Aneto, de Gavarnie Mont Perdu et du Luchonnais. Il s’agit logiquement de massifs à la fois élevés et étendus. La répartition de l’englacement entre les deux pays se caractérise par une surface légèrement supérieure en Espagne mais un effectif plus important en France.

34Des estimations anciennes existent dans la littérature, mais sont souvent erronées comme par exemple celle de F. Schrader de la fin du xixe siècle. En effet, ses calculs rapides donnent un total de 34 km² disposés sur un plan horizontal soit environ 40 km² de surface réelle (Schrader, 1894). Cette dernière valeur a été reprise dans de nombreux ouvrages et documents jusqu’à récemment alors qu’elle est nettement surestimée. On le sait désormais car les limites données par les moraines du Petit Âge Glaciaire correspondent à un englacement moindre.

35Vers 1950, la surface de glace a diminué presque de moitié avec un total de 13 km² environ. En 1985, fin d’une petite période d’embonpoint glaciers, on compte encore une surface de 9,5 km². La décennie 1990 voit une baisse brutale des superficies. Le bilan de l’an 2000 fait état de 5 km² de glace et en 2007, on ne comptabilise plus que 3,5 km², d’où une perte de 85 % depuis 1850 (San Roman, 2007 ; Chueca, 2008 ; Arenillas 2008). Sur cette même période, on estime la diminution de l’englacement alpin à seulement 40 %. Ceci montre bien la grande vulnérabilité des glaciers de petite taille comme ceux des Pyrénées, ou encore du continent africain (Kilimanjaro, Mont Kenya et Ruwenzori).

36La décennie 2000 a été particulièrement défavorable aux glaciers, un certain nombre ayant disparu, comme ceux de la Brèche de Roland (Gavarnie), de Pays Baché (Pic Long) et de Maniportet (Néouvielle) dans les Hautes-Pyrénées (fig. 5).

Fig. 5 – Évolution de la surface englacée de la chaîne pyrénéenne

Fig. 5 – Évolution de la surface englacée de la chaîne pyrénéenne

2. Exemple du glacier d’Aneto (Aragon, Espagne)

37Logiquement, on trouve sous le plus haut sommet des Pyrénées le plus grand glacier. Il couvre une surface de 69 ha, soit 20 % de l’englacement de la chaîne (tabl. 3). Cependant, il peut régresser très vite et perdre jusqu’à 5 ha en un seul été. En effet, il s’agit d’un glacier de versant, c’est-à-dire recouvrant un flanc de montagne. Contrairement à un glacier de cirque, son épaisseur est faible. La physionomie aplatie et dentelée du front est la preuve de la forte régression actuelle.

Tableau 3 – Caractéristiques géographiques et physiques du glacier d’Aneto - 09/2007

Sommet dominant : Aneto (3 404 m)

Surface horizontale : 69 ha

Commune : Benasque (Aragon)

Altitudes extrêmes : 2 950 m / 3 310 m

Coordonnées géographiques :

Altitude moyenne : 3 130 m

42°38’27» lat. N / 0°39’07» long. E

Dénivellation : 360 m

Nature du substratum : Granodiorites

Longueur max. horizontale : 680 m

Réseau hydrographique : Garonne (trou du Taureau)

Type : glacier de versant

Exposition : Nord-Nord-Est

38Son altitude élevée (3 130 m en moyenne) et des conditions fraîches, compensent un cumul de précipitations amoindri par l’éloignement de la côte atlantique.

39Du fait de la régression, le glacier est aujourd’hui plus large que long (fig. 6). En effet, il se réfugie vers les plus hautes altitudes où les conditions sont les moins défavorables. Le front présente deux lobes. On retrouve cette physionomie au niveau des moraines du Petit Âge Glaciaire. Ces dernières délimitent un glacier de 250 ha, soit une perte de 72 % depuis 1850. Contrairement au glacier des Oulettes, le glarier est ici d’ablation. C’est-à-dire qu’il se caractérise à l’affleurement par de la roche en place polie et non par des débris meubles. On ne trouve donc pas ici de petites moraines post Petit Âge Glaciaire.

Fig. 6 – Vue aérienne oblique du glacier d’Aneto (Aragon, Espagne)

Fig. 6 – Vue aérienne oblique du glacier d’Aneto (Aragon, Espagne)

40Nous avons peu de données concernant son évolution au cours de la deuxième moitié du xixe et la première partie du xxe siècle, mais durant cette période le glacier a dû subir une évolution en marches d’escalier (fig. 7). On retrouve ensuite un état assez semblable aux environs de 1950 et de 1980. Puis, il s’en suit la forte régression des décennies 1990 et 2000. Le glacier est passé sous la barre symbolique des 100 ha (1 km²) sans doute en 1995 (fig. 8).

Fig. 7 – Évolution de la surface du glacier d’Aneto (Aragon) depuis 1850

Fig. 7 – Évolution de la surface du glacier d’Aneto (Aragon) depuis 1850

Fig. 8 – Vue aérienne oblique du glacier d’Aneto (Aragon) et variation de sa surface

Fig. 8 – Vue aérienne oblique du glacier d’Aneto (Aragon) et variation de sa surface

IV – Diminution de volume (des glaciers moins épais)

41Le volume des glaciers est une donnée délicate à obtenir. On utilise pour cela des méthodes indirectes de géophysique. Mais, on peut s’affranchir de ce travail car le paramètre véritablement pertinent est la variation annuelle de volume, appelé bilan de masse. Il s’agit de la valeur la plus représentative du comportement réel d’un glacier face aux conditions climatiques environnantes. Il existe plusieurs techniques de mesures : hydrologique, cartographique et glaciologique. Cette dernière est utilisée dans le massif pyrénéen. Elle vise, d’une part à quantifier l’accumulation neigeuse hivernale par carottages, et d’autre part, l’ablation estivale grâce à des balises implantées dans le glacier. Le bilan est égal à l’accumulation diminuée de l’ablation, et s’exprime en mètres d’eau.

1. Aperçu général

42L’obtention de la variation de volume étant assez complexe à mettre en œuvre, on ne dispose que de peu de données anciennes. Toutefois, c’est un travail réalisable à partir de cartes anciennes pour peu qu’elles soient précises.

43On dispose de quelques données quantitatives avec par exemple le travail des Eaux et Forêts. Cette administration a suivi puis compilé la topographie d’un profil en travers sur la langue terminale du glacier du Taillon (Gavarnie, Hautes-Pyrénées). On note une perte moyenne de 30 m d’épaisseur entre 1914 et 1960. Plus récemment, le glacier de la Maladeta (massif d’Aneto, Aragon) fait l’objet de mesures de bilan annuel de masse depuis 1992. Au sein de la série de 19 cycles, seulement cinq sont positifs, c’est-à-dire que le glacier a gagné du volume, les 14 autres correspondant à des pertes de matière. Les valeurs les plus déficitaires ont été mesurées au cours de la décennie 2000. En moyenne, le glacier diminue de 0,57 m d’eau par an, soit environ 0,63 m d’épaisseur. Depuis 1992, sa surface s’est abaissée de 12 m en moyenne.

44De plus, on dispose de données qualitatives notamment grâce aux documents photographiques. Une vue de profil du glacier de la Munia (cirque de Troumouse, Hautes-Pyrénées) permet d’apprécier la vertigineuse perte d’épaisseur (voir fig. 9 et 11). Ailleurs, sur les parois, les limites de changements de teinte de la roche montrent les niveaux autrefois atteints par les glaces.

Fig. 9 – Glacier d’Ossoue depuis le lac des Gentianes (Vignemale, Hautes-Pyrénées)

Fig. 9 – Glacier d’Ossoue depuis le lac des Gentianes (Vignemale, Hautes-Pyrénées)

Fig. 10 – Évolution de l’altitude moyenne du Plateau des Neiges (Glacier d’Ossoue, Vignemale, Hautes-Pyrénées)

Fig. 10 – Évolution de l’altitude moyenne du Plateau des Neiges (Glacier d’Ossoue, Vignemale, Hautes-Pyrénées)

Fig. 11 a et b – Glacier de la Brèche de Roland (Gavarnie, Hautes-Pyrénées) (1911 : cliché de L. Gaurier et 2009 : cliché de G. Nogué)

Fig. 11 a et b – Glacier de la Brèche de Roland (Gavarnie, Hautes-Pyrénées) (1911 : cliché de L. Gaurier et 2009 : cliché de G. Nogué)

2. Exemple du glacier d’Ossoue (massif du Vignemale, Hautes-Pyrénées)

45Le glacier d’Ossoue coiffe le massif du Vignemale et s’écoule vers l’est (fig. 9). Il est le deuxième des Pyrénées par sa taille avec 46 ha (tabl. 4). Son extension longitudinale lui donne une allure de langue glaciaire typique. Il présente une vaste zone tabulaire supérieure, autrefois appelée « Plateau des Neiges » et une zone inférieure plus pentue. Objet d’une surveillance renforcée, il est en ce sens le pendant français du glacier de la Maladeta. L’opération géophysique radar qui a eu lieu en 2006 a permis une interprétation du relief rocheux sous-glaciaire et une estimation de l’épaisseur. Celle-ci atteint au maximum 50 m environ (Association Moraine, 2007). Des opérations similaires à la Maladeta ont abouti à une estimation du même ordre.

Tableau 4 – Caractéristiques géographiques et physiques du glacier d’Ossoue – 09/2009

Sommet dominant : Vignemale (3 298 m)

Surface horizontale : 46 ha

Commune : Gavarnie (65)

Altitudes extrêmes : 2 770 m / 3 210 m

Coordonnées géographiques :

Altitude moyenne : 2 990 m

42°46’16» lat. N / 0°08’33» long. O

Dénivellation : 440 m

Nature du substratum : Calcaires marbrés / Pélites

Longueur max. horizontale : 1 500 m

Réseau hydrographique : Gave de Pau

Type : gl. « de langue »

Exposition : Est

46À partir de cartes topographiques anciennes et des mesures récentes, on peut estimer l’évolution de l’épaisseur du « Plateau des neiges » en 1924 (carte A. Meillon), 1948 (carte ign), 1983 (carte ign-gegp), 2001 et 2010 (Université Bordeaux 3, Association Moraine).

47Le graphique (fig. 10), qui comporte des zones d’ombre, nous montre qu’il y a eu une forte perte d’épaisseur entre 1924 et 1948, de l’ordre de 35 m soit 1,5 m/an. Toutefois, il faut interpréter cette valeur avec prudence car la carte de 1924, malgré sa grande précision pour l’époque, ne présente une équidistance des courbes de niveau que de 20 m, alors que sur celles de 1948 et 1983 l’équidistance est de 2 m. Ensuite, on note une légère reprise de volume entre 1948 et 1983 avec + 4 m en moyenne sur la partie supérieure du glacier. Au cours de la période 1983-2002, la surface s’est abaissée de 24 m soit 1,25 m/an. Depuis 2002, un suivi biannuel permet de connaître précisément la variation de volume. Le glacier connaît chaque année un bilan négatif avec en moyenne 1,45 m/an de perte d’épaisseur. En 9 ans, sa surface s’est ainsi abaissée de 13 m.

48Connaissant le volume total du glacier, une simulation de son évolution future, en prolongeant la tendance de la décennie 2000, donne le scénario suivant :

  • le glacier se recroquevillerait logiquement dans la partie supérieure, mais préférentiellement en rive gauche car cette zone est sous le vent et bénéficie d’une meilleure accumulation neigeuse ;

  • sa superficie n’avoisinerait plus que la quinzaine d’hectares vers 2040 (René, 2009).

V – Des conséquences humaines de la régression glaciaire

1. Tourisme

49Autrefois, la haute montagne avait peu d’intérêt car il s’agissait d’un milieu hostile et surtout stérile. Seuls les bergers, les chasseurs, les voyageurs, les commerçants et les contrebandiers étaient amenés à la parcourir mais chacun dans des buts bien précis. Ainsi, les zones glaciaires sont parfois identifiées de façon imprécise comme le montre l’emploi de certains toponymes. Par exemple, le glacier appelé « Las Néous » (Balaïtous, Hautes-Pyrénées) signifie « Les Neiges » alors que c’est un véritable glacier. Dans un autre secteur pyrénéen, le « Seil Grand » (vallée d’Oô, Haute-Garonne) se traduit par le « Glacier Grand » et ne correspond en réalité qu’à une étendue neigeuse. Glaciers permanents ou névés temporaires, peu importe la distinction étant donné qu’il s’agissait de terrains inutilisables.

50Au xviiie et xixe siècle, avec l’essor du thermalisme, nait le pyrénéisme. En effet, les aristocrates, venus prendre les eaux dans les petites villes de montagne, sont attirés par la beauté des cimes. Ils entreprennent une découverte romantique et scientifique des lieux (Briffaud, 1994). Louis Ramond de Carbonnières (1755-1827) est considéré comme « l’inventeur des Pyrénées ». Il publie notamment en 1789 : « Observations faites dans les Pyrénées pour servir de suite à des observations sur les Alpes ». On trouve dans ce document les premières descriptions glaciaires. Depuis, le tourisme n’a cessé de se développer et de s’ouvrir au plus grand nombre. Avec le recul des glaciers, les accès aux plus célèbres sites de la haute montagne pyrénéenne ont considérablement changé. Pour atteindre la Brèche de Roland, la pente autrefois nivelée par la présence du glacier est devenue raide et garnie de roches instables (fig. 11 a et b). Les voies normales d’ascension du Pic Long (Néouveille) et des Gourgs Blancs (vallée du Louron) dans les Hautes-Pyrénées se sont transformées en voies d’escalade délicates car les glaciers ne jouent plus leur rôle de marche pied permettant d’atteindre les crêtes terminales. À l’Aneto (Aragon) et au Vignemale (Hautes-Pyrénées), les glaciers sont toujours là mais leur étendue et leur physionomie ont beaucoup changé.

51Lorsqu’il est question de la régression glaciaire, on s’interroge souvent sur les conséquences hydrologiques d’une telle évolution. Dans certains massifs, en Amérique latine par exemple, les effets peuvent être importants sur la ressource en eau (alimentation en eau potable, agriculture). Mais, dans les Pyrénées, compte tenu de la très faible surface glaciaire, l’impact hydrologique de la régression est négligeable pour les populations locales. Néanmoins, ponctuellement, à proximité directe de certains glaciers, cette influence peut être plus forte.

52On peut évoquer l’alimentation de certains aménagements hydroélectriques comme le lac du Portillon (vallée d’Oô, Haute-Garonne), dont le barrage et les canalisations souterraines furent construits au milieu du xxe siècle. Cette retenue d’eau connaissait auparavant une alimentation plus régulière, tout au long de l’année, grâce à un régime de type glaciaire. En effet, les glaciers du Seil de la Baque et des cols des Litérole Inférieur et Supérieur représentaient une surface totale d’environ 90 ha alors qu’aujourd’hui ils n’atteignent plus que 15 ha. Le régime glaciaire se caractérise par un débit des cours d’eau soutenu jusqu’au mois de septembre, tandis que le régime nival qui le supplée aujourd’hui permet une alimentation des torrents jusqu’en début d’été seulement, ensuite la neige fait défaut. On peut aussi signaler l’alimentation du refuge de la Brèche de Roland dont le captage se situe au niveau du glacier du même nom. Ce glacier ayant pratiquement disparu, la ressource en eau est un véritable problème en fin de saison pour ce lieu d’hébergement très fréquenté.

53L’évolution climatique contraint les glaciers à se transformer de manière à retrouver un équilibre avec les paramètres atmosphériques. Cet état d’instabilité entraîne des nouvelles morphologies glaciaires qui peuvent créer des risques. Habituellement, on dénombre trois familles de catastrophes d’origine glaciaire : les vidanges de lacs morainiques et de poches d’eau intraglaciaires, et l’écroulement de parties de glacier ou de séracs. Dans les Pyrénées, compte tenu de l’éloignement entre les habitations permanentes et les glaciers, ce type de risque est mineur. Ce sont plutôt les activités saisonnières d’excursions montagnardes quand elles côtoient les glaciers qui peuvent se révéler dangereuses. Le glacier des Oulettes de Gaube (Vignemale, Hautes-Pyrénées) est en train de se scinder en deux, et l’apparition d’un mur de glace d’environ 20 mètres de haut expédie régulièrement de gros blocs de glace vers l’aval. En juillet 2009, un bloc de 2 m3 a ainsi parcouru 400 m et s’est échoué dans une zone habituellement hors de portée des chutes de séracs (fig. 12). Ce secteur facile d’accès pour des randonneurs souhaitant s’approcher du front glaciaire, présente donc un risque nouveau.

Fig. 12 – Glacier des Oulettes (Vignemale, Hautes-Pyrénées), le 18-07-2009

Fig. 12 – Glacier des Oulettes (Vignemale, Hautes-Pyrénées), le 18-07-2009

2. Paysage et biodiversité

54La transformation du paysage de haute montagne est flagrante à partir de la reconduction de photographies anciennes. Des itinéraires changent, des lacs se créent dans les cuvettes abandonnées par les glaciers comme ceux de Clarabide (vallée du Louron), du Lac Tourrat (Pic Long), ou encore celui à l’ouest des Spijeoles (vallée du Louron) dans les Hautes-Pyrénées. La face Nord du Mont Perdu constitue également un paysage célèbre qui a beaucoup changé (fig. 13 a et b), avec la disparition de sa grande cascade de séracs au milieu du xxe siècle. Au cœur de cette montagne mythique, a été implanté le premier et le plus haut refuge pyrénéen, celui de la Brèche de Tuquerouye inauguré en 1890. Depuis cet emplacement, le point de vue est remarquable sur le Mont Perdu. Vers 1800, la description de Louis Ramond de Carbonnières est bien différente d’aujourd’hui : « Sur la pente septentrionale, des mêmes neiges prennent peu à peu de la solidité, et se transforment bientôt en un vaste glacier qui descend jusqu’au bord du lac, et dont la hauteur verticale est d’environ 800 mètres » (Ramond, 1801)

Fig. 13 a et b – Glacier du Mont Perdu (Aragon) depuis le refuge de Tuquerouye (1908 : cliché de L. Gaurier et 2009 : cliché de G. Nogué)

Fig. 13 a et b – Glacier du Mont Perdu (Aragon) depuis le refuge de Tuquerouye (1908 : cliché de L. Gaurier et 2009 : cliché de G. Nogué)

55La haute montagne correspond à l’étage nival, où les conditions du milieu sont extrêmes. La température moyenne annuelle est inférieure à 0° C et on compte 10 mois de neige par an. L’occupation humaine n’est que temporaire. Le minéral l’emporte sur le vivant. Dans cet espace, on compte peu d’espèces et par conséquent il n’existe plus de compétition entre elles mais seulement une lutte contre la sévérité des éléments. La haute montagne, c’est le refuge du refuge ! Pour s’adapter, les espèces mettent en place de nombreuses techniques (nanisme, persistance, hibernation, mimétisme…).

56À propos des glaciers, le biotope associé est appelé « marges proglaciaires ». Il s’agit de milieux constitués du glacier et de son environnement proche. Celui-ci se caractérise par des conditions thermiques rafraîchies par la masse glaciaire et un terrain sans cesse renouvelé par les variations du glacier et de son torrent. Ce milieu, malgré ses rigueurs, abrite un cortège d’espèces animales et végétales. La plupart sont microscopiques, mais bel et bien vivantes. On peut citer, la puce des glaciers (Isotoma saltens) et les algues des névés (Chlamydomonas nivalis) (Fischesser, 1998). Cette matière organique est assez mal connu car peu étudiée. La disparition des glaciers entraîne inévitablement la perte de ces espèces et donc une baisse de la biodiversité.

Conclusion

57Alors qu’ils relèvent plutôt du monde minéral inerte, les métamorphoses rapides qu’ils connaissent peuvent les faire passer pour des organismes vivants et dynamiques. Logiquement, leurs variations de longueur, de surface et de volume présentent une chronologie analogue. On observe parfois de petits décalages temporels liés à l’inertie de certains paramètres. Schématiquement, en présence de conditions climatiques favorables, un glacier va d’abord s’épaissir, puis s’allonger.

58Les éléments fournis précédemment mettent en évidence une stabilisation voire un accroissement des glaciers centré sur les années 1970 mais débordant sur les décennies voisines. Par ailleurs, la régression des 20 dernières années apparaît assez nettement. Néanmoins, les données synthétisées contiennent de nombreuses lacunes : l’observation des glaciers pyrénéens est discontinue dans le temps et les méthodes d’investigations sont diverses, d’où la difficulté du travail de reconstitution. Mais, les documents d’archives ne sont pas encore tous exploités et la valorisation d’anciens documents est envisageable pour parfaire l’analyse.

59L’image de la fonte rapide d’un glaçon sorti du congélateur et soumis à la température ambiante permet de comprendre facilement la sensibilité des glaciers au changement climatique. Ces supers indicateurs le rendent concret et visuel, et leur transformation constitue une preuve irréfutable d’une modification du climat. Les glaciers sont d’incontournables outils pour les Observatoires Climatiques comme l’onerc (Observatoire National sur les Effets du Réchauffement Climatique) créé en 2001, dans le but de développer la connaissance des effets du réchauffement climatique et des phénomènes climatiques extrêmes sur les modes de vie. Le Plan climat 2004 a donné à l’onerc la mission de préparer une stratégie pour l’adaptation au changement climatique. À l’échelle régionale, l’opcc (Observatoire Pyrénéen du Changement Climatique), lancé en 2010, a pour objectif de mutualiser les connaissances sur les impacts du changement climatique, d’analyser la vulnérabilité des milieux naturels et des activités socio-économiques, et de préparer des recommandations et des conseils d’adaptation favorisant un développement harmonieux du massif (ctp, 2010). L’accélération du réchauffement climatique au cours du xxie siècle est en effet très probable. La nécessité d’anticiper en mettant en place des stratégies d’adaptation constitue donc une priorité.

Top of page

Bibliography

Arenillas M., Cobos G., Navarro J., Datos sobre la nieve y los glaciaires en las cordilleras espanoles, El programa ERHIN (1984-2008), 2008, 233 p.

Association Moraine, Reconstitution des variations frontales de trois glaciers pyrénéens depuis la fin du Petit Âge Glaciaire (1850), Programme ECLIPSE-CNRS, Rapport d’étude, 2003, 31 p.

Association Moraine, Prospection radar au glacier d’Ossoue (Vignemale, Pyrénées), Détermination de l’épaisseur du glacier et de la topographie du lit rocheux, Rapport d’étude, 2007, 24 p.

Association Moraine, Le glacier des Oulètes de Gaube (Vignemale), Surveillance à partir d’appareils photos automatiques (2009), rapport d’étude, 2010, 9 p.

Association Moraine, Les glaciers des Pyrénées françaises, rapport d’étude 2009-10, 2010, 27 p.

Briffaud S., Naissance d’un paysage. La montagne pyrénéenne à la croisée des regards (XVIe-XIXe siècle), Toulouse, Archives des Hautes-Pyrénées, CIMA URA 366-CNRS, Université de Toulouse-Le Mirail, 1994, 622 p.

Chueca J., Julian A., « Datación de depositos morrenicos de la pequena edad de la hielo : macizo de la Maladeta », Dinamica y Evolucion de Medios Cuaternarios, 1996, p. 171-182.

Chueca J., Julian A., Lopez Moreno J.-L., « Il ritiro dei ghiacciai pirenaici (Spagna) dalla Piccola Eta Glaciale : consistenza e differenza spaziali », Terre Glacialis (edizione speciale), Servizio Glaciologico Lombardo, 2008, p. 137-148.

Communauté de Travail des Pyrénées (CTP), Observatoire Pyrénéen du Changement Climatique, 2010, 12 p.

Fischesser B., La vie de la Montagne, Éditions de la Martinière, 1998, 351 p.

Francou B., Vincent C., Les glaciers à l’épreuve du climat, Éditions IRD Belin, 2007, 274 p.

Frey P.-A., Grenier L. (dir.), Viollet le Duc et la montagne, Éditions Glénat, 1993, 159 p.

Le Roy Ladurie E., Histoire humaine et comparée du climat, Éditions Fayard, 2004, 740 p.

Ramond De Carbonnières L., Voyages au Mont Perdu et dans la partie adjacente des Hautes Pyrénées, Paris, Belin, 1801, 392 p.

René P., « Les glaciers actuels des Pyrénées », Actes du colloque Pyrénées d’hier et d’aujourd’hui, 2008, p. 163-176.

René P., Le glacier d’Ossoue (Vignemale, Pyrénées), variations récentes et perspectives, réunion de la Société Hydrotechnique, section Glaciologie-Nivologie, 2009, 7 p.

San Roman J., Luis Piedrafita J., Glaciares de los Pirineos, 30 itinerarios a pie, Ed. Prames, 2007, 207 p. + 8 cartes.

Schrader F., « Sur l’étendue des glaciers des Pyrénées », Annuaire du Club Alpin Français, 1894, p. 403-423.

Trutat E., « Les glaciers des Pyrénées, Station de la Dent de la Maladeta », Annuaire du Club Alpin Français, 1876, p. 480-486.

Top of page

List of illustrations

Title Fig. 1 – Plan de localisation des massifs glaciaires pyrénéens
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/639/img-1.png
File image/png, 65k
Title Fig. 2 – Altitudes du front de quelques glaciers pyrénéens en 1850 et en 2007
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/639/img-2.png
File image/png, 43k
Title Fig. 3 – Vue aérienne oblique du glacier des Oulettes (Vignemale, Hautes-Pyrénées) et de son glarier
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/639/img-3.jpg
File image/jpeg, 916k
Title Fig. 4 – Variations frontales du glacier des Oulettes (Vignemale, Hautes-Pyrénées) depuis 1850
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/639/img-4.png
File image/png, 59k
Title Fig. 5 – Évolution de la surface englacée de la chaîne pyrénéenne
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/639/img-5.png
File image/png, 24k
Title Fig. 6 – Vue aérienne oblique du glacier d’Aneto (Aragon, Espagne)
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/639/img-6.jpg
File image/jpeg, 864k
Title Fig. 7 – Évolution de la surface du glacier d’Aneto (Aragon) depuis 1850
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/639/img-7.png
File image/png, 24k
Title Fig. 8 – Vue aérienne oblique du glacier d’Aneto (Aragon) et variation de sa surface
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/639/img-8.jpg
File image/jpeg, 192k
Title Fig. 9 – Glacier d’Ossoue depuis le lac des Gentianes (Vignemale, Hautes-Pyrénées)
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/639/img-9.jpg
File image/jpeg, 680k
Title Fig. 10 – Évolution de l’altitude moyenne du Plateau des Neiges (Glacier d’Ossoue, Vignemale, Hautes-Pyrénées)
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/639/img-10.png
File image/png, 39k
Title Fig. 11 a et b – Glacier de la Brèche de Roland (Gavarnie, Hautes-Pyrénées) (1911 : cliché de L. Gaurier et 2009 : cliché de G. Nogué)
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/639/img-11.jpg
File image/jpeg, 272k
Title Fig. 12 – Glacier des Oulettes (Vignemale, Hautes-Pyrénées), le 18-07-2009
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/639/img-12.jpg
File image/jpeg, 1.1M
Title Fig. 13 a et b – Glacier du Mont Perdu (Aragon) depuis le refuge de Tuquerouye (1908 : cliché de L. Gaurier et 2009 : cliché de G. Nogué)
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/639/img-13.jpg
File image/jpeg, 538k
Top of page

References

Bibliographical reference

Pierre René, « Régression des glaciers pyrénéens et transformation du paysage depuis le Petit Âge Glaciaire », Sud-Ouest européen, 32 | 2011, 5-19.

Electronic reference

Pierre René, « Régression des glaciers pyrénéens et transformation du paysage depuis le Petit Âge Glaciaire », Sud-Ouest européen [Online], 32 | 2011, Online since 27 April 2015, connection on 09 December 2019. URL : http://journals.openedition.org/soe/639 ; DOI : 10.4000/soe.639

Top of page

About the author

Pierre René

Glaciologue, Association Moraine, 31110 Luchon (http://asso.moraine.free.fr ; pierre.rene@wanadoo.fr).

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Sud-Ouest européen – Revue géographique des Pyrénées et du Sud-Ouest est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo Presses universitaire du Midi
  • OpenEdition Journals