Navigation – Plan du site

AccueilNuméros48Notes bibliographiquesAzares y decisiones. Recuerdos pe...

Notes bibliographiques

Azares y decisiones. Recuerdos personales

Philippe Dugot
p. 144-147
Référence(s) :

H. Capel, Azares y decisiones. Recuerdos personales, Doce Galles, Madrid, 2019, 333 p.

Texte intégral

1L’autobiographie est un genre en soi. Plusieurs géographes s’y sont livré en France d’Yves Lacoste à Paul Claval en passant par Roger Brunet pour ne prendre que les plus récents exercices. Ici, il s’agit d’un géographe d’outre-Pyrénées, sans doute parmi les plus connus, notamment par ceux qui s’intéressent à la question urbaine, thème non-exclusif d’une carrière scientifiquement foisonnante.

2L’exercice de l’autobiographie est difficile. La prestation peut dangereusement osciller vers un égocentrisme outrancier parfois aggravé par une forme d’impudeur à livrer des pans entiers de sa vie ou de celle des autres. À l’inverse, ce peut être l’occasion d’épanchements sur l’œuvre scientifique, laissant de côté le contexte humain et social de cette production. Ce n’est pas le cas ici. Si le regard est forcément autocentré, il ouvre largement la perspective sur la géographie espagnole et au-delà. On y croise de nombreux géographes, pour ne citer que cette corporation. On y voit s’affirmer des chantiers de recherche et des enjeux esquissant une épistémologie d’une géographie espagnole. Une géographie espagnole et non la géographie espagnole car nul doute que certains ne manqueront pas de relever les absents plus que les présents ou de trouver bien vite expédiée ou oubliée telle ou telle thématique de recherche. Au crédit de Capel, il faut rappeler que le cadre autobiographique ne revendique pas une telle démarche. Il n’en demeure pas moins que les pages consacrées au développement de la géographie à Barcelone et aux activités éditoriales liées sont d’un grand intérêt. L’ensemble est servi par un style alerte, rendant la lecture agréable, et surtout par des convictions. Convictions disciplinaires mais également sociales et politiques. Nous retrouvons d’ailleurs là la plume d’un ouvrage dont nous avions rendu compte lors de sa traduction française, « Le modèle Barcelone » (Sud-Ouest Européen no 27). Loin de la célébration d’une ville qui l’a adopté et à laquelle il est attaché, il en dénonçait certains choix d’aménagement et les méthodes et objectifs de la gouvernance. Dans l’ouvrage dont il est question ici, et bien qu’il ne s’agisse pas, loin s’en faut, d’un axe d’attaque central, il n’en hésite pas moins à donner un point de vue sincère sur la question catalane pourtant glissante. On retrouve d’ailleurs sur d’autres thèmes des prises de position qui ne manqueront pas de susciter, là encore, des débats en Espagne. Ainsi en va-t-il de la lecture de la période politique dite de la transition en Espagne (entre franquisme et démocratie). Le propos pourra parfois apparaître également sentencieux sur d’autres sujets allant du rôle des géographes à certaines postures de recherche. Voilà qui constituera un élément de discussion supplémentaire parmi la corporation des géographes espagnols.

3L’ouvrage s’organise selon un plan chronologique, du moins les chapitres un à six égrenant une vie de l’enfance à une activité d’universitaire mature en passant par toutes les étapes pour en arriver là. Les trois chapitres suivants sont d’ordre plus thématique, l’un traitant d’aspects personnels de la vie universitaire, évoquant, par exemple, les questions familiales, les deux autres rassemblant les grands axes de recherche et les inflexions dans le parcours scientifique d’Horacio Capel. Un épilogue qualifié de « nécessaire » clôt cet ouvrage de 333 pages sans illustrations. Dans ces quelques pages conclusives, on devine un géographe inquiet appelant à « penser des alternatives » à un système économique déprédateur. Appelant aussi à mobiliser les citoyens mais sous conditions d’une éducation publique « pour tous qui développe l’égalité et le vivre ensemble », dernières lignes de cet ouvrage. C’est à un effort qu’Horacio Capel invite car citant la sentence du temple de Delphes, « Rien de trop », il note aussi qu’une part importante des travailleurs et des classes populaires sont pris dans une spirale consommatoire qui en fait des « agents qui contribuent à abîmer la Terre. »

4Horacio Capel n’esquive donc pas les dimensions personnelles de sa vie, sa jeunesse, sa vie de famille dans son appartement barcelonais et jusqu’à ses vacances. Connu comme un géographe barcelonais, il nous faut descendre un peu plus au sud de la péninsule pour croiser les premiers pas qui mènent Horacio Capel jusqu’à l’accomplissement de ses études supérieures. Il vit ses premières années dans la ville moyenne de Lorca (70 000 habitants en 1950) dans la région de Murcie, celui-ci en faisant d’ailleurs son heimat davantage que l’Andalousie dont sont originaires ses parents. On y apprend quelques bribes suffisantes de ses origines. Mais surtout, quoi que dise Horacio Capel, le travail d’universitaire, la géographie et les questions scientifiques ne sont jamais éloignés. C’est là tout l’intérêt de ce travail autobiographique qui, même lorsqu’il aborde ce qui paraît relever d’une sphère plus intime, ne le livre qu’avec la perspective d’un contexte socio-économique. Ainsi, l’exposé de sa jeunesse donne l’occasion de faire connaissance avec une Espagne largement révolue à l’aune de laquelle on mesure les transformations accomplies. Voilà comment l’accès à l’eau se faisait jusqu’en 1955 dans la ville de Lorca :

Les maisons ne disposaient pas de ce service à l’intérieur des habitations. L’approvisionnement se faisait depuis des sources publiques ou par des porteurs d’eau. Les queues aux sources les plus importantes […] étaient un élément essentiel du paysage social de la cité ; les enfants […] pouvaient y participer, restant dans la file pour « garder la queue ». (p. 31)

5Sans doute y avait-il là un élément de sociabilité important mais l’arrivée de l’eau y fut saluée, là comme ailleurs, comme le bienfait qu’elle est. D’autres pages évoque la vie commerciale et livrent un regard sur ce lieu d’Espagne en cette époque d’un franquisme fermé. Si la modernisation du pays et plus spécifiquement de cette Espagne méridionale apporte dès les années 1950 un mieux-être, sensible du point de vue de la santé avec une baisse d’une mortalité infantile encore élevée au regard des standards européens, elle n’en a pas été toujours maîtrisée pour autant. C’est le cas de la croissance urbaine qui l’accompagne, sensible y compris dans une petite ville comme Lorca. Et Capel de noter le paradoxe suivant qu’on peut retrouver en de nombreux endroits bétonnés du pays : « Il est curieux qu’un régime politique qui s’est nourri d’histoire ait permis [les] destructions de monuments du passé. » Car n’oublions pas que le tableau de l’enfance de Capel est aussi celui d’un national-catholicisme qui maintient une chape conservatrice, vigilante et rancunière.

6Après des études suivies à Lorca, c’est dans la ville peu éloignée de Murcie qu’Horacio Capel commence son cursus supérieur en 1959. Loin des 700 000 habitants de l’agglomération actuelle, la ville de Murcie compte aux alentours de 220 000 habitants. Elle n’en est pas moins un centre universitaire notable et Horacio Capel signale d’ailleurs que, contrairement à une image extérieure, la ville bénéficie d’une activité culturelle assez intense loin de la « terre de mission » imaginée par certains madrilènes, le dédain de la province n’étant manifestement pas une exclusivité française. Au sein de cette université, dont il loue la qualité de l’enseignement, il a notamment comme professeur J. Vilá Valenti. Celui-ci est également bien connu au nord des Pyrénées et notamment dans le Sud-Ouest car il a été entre 1983 et 1993 l’un des codirecteurs de la Revue géographique des Pyrénées et du Sud-Ouest, ancêtre de la présente Sud-Ouest Européen. Mais c’est là une autre histoire. Pour en revenir à celle d’Horacio Capel, il y a là l’un des heureux « hasards » de sa vie qui, du point de vue universitaire, aurait pu suivre d’autres chemins. En effet, cette rencontre va guider Capel à la fois vers la géographie et Barcelone. La géographie, car il fut sensible à l’enseignement de celui qui dirigea sa Tesis de Licenciatura ou Tesina, venant clore cinq ans d’études supérieures. Le mémoire, soutenu en 1964, porte sur « La population et les mouvements migratoires de la municipalité de Lorca (Murcie) ». Barcelone, puisque le professeur Vilá Valenti y poursuit sa carrière à partir de 1965. Il invite dès l’année suivante Horacio Capel à l’accompagner au titre de professeur associé. C’est dans cette université qu’il termine et soutient en 1972 une thèse décrivant le réseau urbain espagnol en 1950-1960. Il affilie ce travail à trois prédécesseurs : Robert E. Dickinson et deux Français, Michel Rochefort et Raymond Dugrand, le premier au titre de son travail sur l’organisation urbaine en Alsace, le second pour son étude des villes et campagnes du Bas-Languedoc.

7Des hasards, somme toute heureux, dans cette vie d’universitaire. Il y en a d’autres au gré des multiples colloques, séminaires et invitations s’étant déroulés dans la péninsule Ibérique, ailleurs en Europe et en Amérique latine. Mais le profilage universitaire de la carrière de Capel est aussi le produit de décisions dans la lignée d’une vocation qui semble s’être affirmée rapidement, celle de la géographie. Car Horacio Capel plaide tout au long de cet ouvrage pour sa discipline. Ce plaidoyer pro domo ne l’empêche pas de militer pour l’interdisciplinarité. Sont convoqués au gré des chantiers exposés des architectes, des sociologues, des économistes ou des historiens. D’ailleurs, c’est aussi l’occasion de faire connaissance avec un géographe moins connu de nous. D’Horacio Capel, ce sont surtout les travaux autour de l’urbain qui ont retenu notre attention sans oublier sa participation à quelques grandes sommes sur l’Espagne. De cet ouvrage il ressort les autres thématiques qui ont largement mobilisé Horacio Capel : l’histoire de la discipline et l’histoire des sciences. Là où certains, pensant l’hyperspécialisation thématique comme un gage de profondeur réflexive, y verront une dispersion intellectuelle, nous préférons y voir le reflet d’une qualité de géographe, la curiosité amenant au gré des pérégrinations de recherche à croiser divers chantiers et à s’y intéresser au moment où cela peut s’imposer comme un besoin.

8L’abondante production de l’auteur qui en découle s’inscrit aussi dans des démarches collectives qui ont trouvé avec Horacio Capel un collègue soucieux de valorisation éditoriale. Car Horacio Capel fut aussi à la manœuvre pour impulser et accompagner de nombreux projets de valorisation de la réflexion des géographes. Il a ainsi dirigé la revue Geo Crítica. Cuadernos Críticos de Geografía Humana. Très tôt, il y a aussi une prise de conscience de l’importance de la diffusion de ce savoir sur le réseau numérique avec, dès 1996, la mise en route du site web Geocrítica où l’on trouve notamment la revue Scripta Nova. Ces supports vont servir de réceptacles à des multiples travaux, colloques et publications dont ceux d’Horacio Capel.

9Être universitaire, c’est aussi s’inscrire dans des réseaux relationnels avec d’autres collègues dans d’autres universités, en Espagne mais aussi à l’étranger. Horacio Capel est ainsi connu du côté du sud-ouest de la France où il apparaît dans diverses « aventures » éditoriales et colloques. Il mentionne d’ailleurs plusieurs géographes de cette partie-là de la France mais aussi d’ailleurs. On relève sa relation avec Pierre Deffontaines, Bernard Kayser ou son évocation de Robert Ferras travaillant sur sa thèse d’État consacrée à Barcelone. On observe plus généralement à cette occasion l’influence qu’a pu avoir dans les années 1950 à 1970 la géographie française sur beaucoup de nos collègues ibériques engoncés dans le contexte franquiste, réalité moins palpable aujourd’hui. Mais le réseau de Capel s’étend bien au-delà de cette proximité, ses pas le guidant notamment à de nombreuses reprises vers l’Amérique latine, sans qu’il en fasse d’ailleurs un objet de recherche majeur. Mais des ponts sont créés entre péninsule Ibérique et Amérique latine avec pour support des cours, des colloques et une activité éditoriale intense au bénéfice des deux côtés d’el charco.

10Cette question de l’Amérique latine trouve un écho avec un autre point intéressant développé par Capel, celui de la langue et notamment de son rôle dans la transmission scientifique. Dans le cadre de ses activités éditoriales, il a été confronté à l’envoi de textes rédigés en anglais (dont on imagine qu’ils n’émanaient pas tous, loin s’en faut, d’anglophones). Il en va ainsi de la revue Scripta Nova. À ceux qui insistaient trop, arguant du fait qu’il s’agissait de la langue scientifique par excellence, Capel faisait cette réponse : « Nous ne publions que dans les langues de pays ayant au moins 2 000 ans d’urbanisation… » (p. 197). Et de plaider pour des publications en espagnol, mais aussi en portugais, catalan et italien, évoquant la proximité et l’intercompréhension entre ces langues latines. Nous serions tentés d’ajouter le français dont la compréhension écrite n’est pas si difficile pour les locuteurs des autres langues latines. Horacio Capel, sans nier la nécessité d’une « lingua franca scientifique internationale » (p. 219) n’en rappelle pas moins qu’il y a des enjeux scientifiques mais aussi économiques et géopolitiques derrières ces choix linguistiques. Pour en rester au seul espagnol, on peut d’autant plus trouver l’argumentation recevable que cette langue jouit d’un lectorat potentiel important au-delà de l’Espagne. C’est une large partie de l’Amérique, y compris au sein des États-Unis, qui s’ouvre comme champ scientifique à la fois comme un lectorat potentiel mais aussi comme une source de production intellectuelle, et donc d’échanges. De tout cela, les évaluateurs ibériques qui surcotent les revues anglo-saxonnes devraient se souvenir. C’est là une frontière qui devrait être essentielle et où l’omnipotence de l’anglais, notamment celui qui est monnayé dans des officines éditoriales spécialisées dans la publication d’auteurs non-anglophones, pourrait au moins être discuté de facto. Nul doute que de ce point de vue, comme de bien d’autres, le propos de Capel est loin d’être consensuel et il n’en a que plus de mérite.

11Pour terminer cette recension qui ne dit pas tout de la richesse de cet ouvrage, il nous importe beaucoup de signaler les pages qu’Horacio Capel consacre au métier de professeur d’université. Parlant des universités publiques espagnoles et des autres, au moins celles qu’il a connues, il écrit :

Beaucoup de critiques sont fréquemment portées, généralisant de façon abusive quelques situations et dévalorisant le monde académique. Pourtant, celui-ci est rempli d’efforts, de dévouement, d’abnégation, d’intelligence, de désintéressement, d’amour de la science et de la société, de préoccupation pour les problèmes généraux de l’humanité. (p. 174)

12Tous les géographes ou tous les universitaires ne peuvent sans doute pas se comparer à la carrière et au travail abattu par un Horacio Capel. Mais tous ceux qui ne comptent pas leurs heures, la majorité, ne peuvent qu’adhérer à ce tableau d’un métier certes passionnant mais prenant et parfois envahissant. Au moment où le mépris pour l’université, des deux côtés des Pyrénées et ailleurs dans le monde, singulièrement pour les « humanités », n’a jamais été aussi fort, peu de temps après qu’un député français ait cru bon de prendre pour exemple le fait qu’un tel représentant du peuple était payé comme un professeur d’université, ce qui d’une part est faux car ne concernant qu’une minorité d’entre eux, ceux qui atteignent le dernier chevron de la classe exceptionnelle, et d’autre part injurieux car suggérant qu’il y aurait là un scandale, voilà qui fait chaud au cœur de voir signalée cette réalité dominante. Ce n’est qu’un ingrédient supplémentaire à une cuisine autobiographique qui se goûte avec un grand plaisir. Une traduction ? Pourquoi pas, car il y a là l’occasion tant de mieux faire connaissance avec une portion de la géographie espagnole que de voir émerger des questionnements sur notre discipline, ses objectifs et sa place dans la sphère de sciences sociales qui, pour être malmenées voire oubliées dans une société technicienne, n’en sont que plus indispensables à la bonne relation des hommes les uns envers les autres et avec le reste de ce qui fait notre planète.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/6404/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 771k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe Dugot, « Azares y decisiones. Recuerdos personales »Sud-Ouest européen, 48 | 2019, 144-147.

Référence électronique

Philippe Dugot, « Azares y decisiones. Recuerdos personales »Sud-Ouest européen [En ligne], 48 | 2019, mis en ligne le 15 janvier 2020, consulté le 04 décembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/soe/6404 ; DOI : https://doi.org/10.4000/soe.6404

Haut de page

Auteur

Philippe Dugot

Université Toulouse – Jean Jaurès

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Sud-Ouest européen – Revue géographique des Pyrénées et du Sud-Ouest est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaire du Midi
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search