Navigation – Plan du site

AccueilNuméros50L’importance des lieux touristiqu...

L’importance des lieux touristiques dans la découverte des imaginaires : le cas de S’Arenal aux Baléares

The Importance of Touristic Destinations in the Imageries: The Case of S’Arenal in Balearic Islands
La importancia de los destinos turísticos en la estimulación de los imaginarios: el caso de S’Arenal en Baleares
Hugo Capellà i Miternique
p. 19-31

Résumés

Certaines stations balnéaires populaires de Majorque, comme S’Arenal, apparaissent comme de véritables petites tours de Babel européennes où se tissent des processus de représentation identitaire européenne. La liberté qu’offrent ces espaces de loisir permet l’établissement spontané de processus identitaires. Le tourisme populaire renferme un univers avec bon nombre de réponses face aux défis des imaginaires de l’Europe contemporaine. Dans le présent article, nous allons étudier, avec une approche culturelle, le cas de S’Arenal, en partant d’abord de la signification des vacances à la plage, pour ensuite analyser la question de la multiculturalité des imaginaires des touristes, et finalement conclure sur l’importance des interactions entre stations et touristes dans la construction des imaginaires.

Haut de page

Texte intégral

I – Introduction : la rencontre des touristes de masse

1L’objectif de cet article est de démontrer l’important rôle social et culturel joué par le tourisme comme creuset des imaginaires dans l’Europe contemporaine. Le tourisme permet l’affirmation de ses imaginaires identitaires territoriaux. Le tourisme devient ainsi un creuset d’espaces vécus qui reflète les grands débats contemporains sur l’identité en général et dans le cas d’étude, sur l’Europe. Nous avons choisi une approche de géographie culturelle, car elle permet d’appréhender le rôle du tourisme dans la construction des représentations culturelles collectives (imaginaires). Nous avons employé des méthodes ethnographiques qualitatives (terrains et entretiens), car elles s’adaptent bien pour l’analyse des images. Le cas d’étude porte sur une station balnéaire de tourisme de masse aux Baléares (S’Arenal) afin de démontrer empiriquement le rôle culturel et social joué sur ses touristes européens, par les stations touristiques d’Europe méditerranéenne, dans la construction contemporaine multiculturelle de l’Europe.

2L’analyse du cas d’étude dévoile le rôle social et culturel central auxquels les espaces touristiques participent, là où d’autres noyaux, comme les villes, se retrouvent davantage culturellement fragmentés (espaces fractaux). Les stations balnéaires longtemps vues comme des quasi-non-lieux, de par leur caractère de villégiature, parviennent cependant à acquérir une existence territoriale propre, y compris pour les visiteurs. C’est sûrement leur anonymat qui leur a permis de devenir des lieux culturels de rencontre à l’épanouissement de la multiculturalité. Le tourisme a participé à la construction des imaginaires culturels et sociaux, mais ces stations ne s’étaient jamais retrouvées comme des centralités, à cause d’une part, du rôle croissant des services et des sociétés de plus en plus axées sur les loisirs et, d’autre part, à cause de la perte d’autres repères jadis exclusifs (la métropole ou la patrie entre autres). La démocratisation des mobilités dans nos sociétés postmodernes force à l’inclusion du rôle d’autres espaces jadis marginaux (banlieues, voies de communication, grandes surfaces commerciales, espaces isolés ou stations balnéaires, par exemple). Les espaces du tourisme de masse montrent une réalité plurielle qui peut venir en aide à nos sociétés axées encore sur des modèles au singulier.

1. Un regard culturel sur le tourisme

Une tradition culturelle du tourisme en Espagne ?

3Le développement de l’activité touristique a un impact local et global sur l’économie, mais aussi sur les espaces et sur les sociétés. Avec la géographie, les études sur le tourisme sont parties sur des questions plus économiques et se sont développées en direction de l’étude des impacts sur les territoires ainsi que sur des questions plus sociales, voire même culturelles, en rapport avec d’autres disciplines académiques (Hiernaux, 2006 ; Hall et Page, 2014). Dans le cas de l’Espagne (d’après l’examen des contenus du groupe de géographie du tourisme de l’Association des géographes espagnols age-geografia-turismo.com), la géographie a gardé pendant longtemps un regard assez classique sur le tourisme (1990-2000). Cela est sans doute lié à l’importance de l’activité touristique dans l’économie du pays (14,6 %, soit 176 milliards d’euros en 2019 d’après le WTTC). Cela a poussé à des recherches plus techniques et quantitatives en réponse aux demandes du marché local (études techniques) mais aussi en raison d’une forte empreinte néopositiviste de certains des départements des zones les plus concernées (Universitat de Barcelona, Universitat d’Alacant, Universitat de les Illes Balears, Universitat Rovira i Virgili ; Antón i Clavé, López Palomeque, Marchena Gómez et al., 1996).

4De plus, la sphère académique plus radicale espagnole s’est intéressée au tourisme de façon assez récente et en fort rapport avec les mouvements écologistes. Le regard a d’abord été centré sur les impacts naturels et sociaux des massifications touristiques des littoraux surtout méditerranéens (préservationisme, 1990, Blázquez, Mir-Gual, Murray et al. [dir.], 2016) et plus récemment sur les conséquences des impacts spéculatifs dans les inégalités sociales (2010, Vives-Miró et Rullan, 2017), depuis une approche critique, non-délivrée de préjugés contre le tourisme par une partie du monde académique radical. Ces recherches restent très minoritaires et limitées encore (centrées sur la valorisation des atouts culturels du patrimoine). L’importance du tourisme dans l’économie du pays ainsi que la tradition assez classique du monde académique ont délaissé des questions plus sociales ou culturelles (Capellà i Miternique et Lois González, 2002), au profit d’autres disciplines (sociologie, littérature, voire même cinéma) ou d’études réalisées en Espagne par des géographes étrangers (français et britanniques principalement) avec une plus longue tradition (par exemple : Miossec, 1977 ; Liu, 2010 ; Richards, 2018).

5Le regard culturel sur le tourisme en Espagne reste ainsi une question peu abordée, d’une part par l’intérêt plus axé sur les questions économiques et d’autre part par le manque de tradition de géographie culturelle dans le pays (Capellà i Miternique et Lois González, 2002). Le défi tient non seulement dans l’introduction de nouveaux objets d’étude dans le tourisme (encore vu dans certains secteurs comme peu académique ou même dans des secteurs plus radicaux, comme peu critique), mais surtout par l’introduction de méthodes non-conventionnelles (ethnographies, témoignages, analyse de discours ou imaginaire) dans un monde académique scientifique plus classique. Le regard culturel sur le tourisme ou l’anthropologie du tourisme (Graburn, 1983) reste un vaste champ d’études encore ouvert en Espagne.

Une approche ethnographique du tourisme

6L’approche ethnographique dans ce cas d’étude représente le double enjeu d’introduire le regard culturel, mais tient aussi en une ouverture épistémologique, au-delà de l’analyse de processus culturels et sociaux. Le tourisme garde une importante dimension sociale (intégration) et culturelle (identité) que nous illustrerons à partir d’une station balnéaire méditerranéenne de Majorque. Nous prouverons la dimension sociale et culturelle que joue le tourisme de masse pour l’Europe, grâce aux constructions de ses imageries (Salazar et Graburn [dir.], 2014). Le tourisme de masse permet ainsi, grâce aux rencontres entre touristes, une réaffirmation de l’identification de soi qui participe au débat identitaire multiculturel contemporain autour de l’identité en général et en l’occurrence de l’identité européenne. Les stations balnéaires sont des espaces de dialogue qui participent aux représentations des espaces de provenances des touristes, mais deviennent à leur tour aussi, des lieux d’imaginaires, en soi.

  • 1 Les entretiens avec des individus de différents âges et genres se sont déroulés de façon spontanée (...)
  • 2 Les entretiens ouverts ont été analysés et regroupés a posteriori autour des categories les plus fr (...)

7La recherche s’est effectuée suivant les méthodes de l’anthropologie du tourisme (Graburn, 2004) : d’un côté, à partir du recueil d’un travail de champ ethnographique à partir d’observations prises de façon intensives durant un terrain d’un mois (visite sur les plages, commerces, dans les rues de jour et de nuit pendant tous les jours du mois de juillet 2018), enrichi par des observations plus extensives, au fil du temps (l’auteur réside sur l’île). En parallèle, le travail s’appuie sur l’analyse du résultat d’un échantillon de 60 entretiens ouverts d’une demi-heure (10 commerçants, 10 employés d’hôtels, 10 résidents et 30 touristes 1) qui ont permis de mettre en perspective les résultats avec d’autres études académiques locales (Canals Morro, 2010 ; le discours des fêtes d’Oliver, 1997 ; Llinàs Llodrà, 2000 ; Mut Calafell, 2006 ; Sbert i Garau, 2009 et le recueil d’informations dans la revue locale Revista S’Arenal de Mallorca entre 1982 et 2006) pour élaborer un tableau synthétique des résultats 2 débouchant sur le travail présenté (Berdoulay, 1988).

Le cas d’étude de S’Arenal à Majorque

8L’île de Majorque avec sa surface d’un peu plus de 3 500 km2 (120 km sur 100 km) est l’une des principales destinations touristiques du sud de l’Europe avec plus de 20 millions de touristes par an, concentrés surtout pendant la saison estivale, pour une population insulaire de moins d’un million d’habitants. Les statistiques confirment que la plupart des touristes sont allemands (29,8 %), anglais (24 %), espagnols (15,5 %) et dans une moindre mesure français, italiens, hollandais, belges, suisses, scandinaves et russes (Ibestat, 2018). Mais derrière ces chiffres, souvent mis en avant par les autorités et dans les études quantitatives académiques, peu d’études visent à comprendre les cultures touristiques qui se sont tissées derrière l’étiquette du tourisme de masse (Deprest, 1997 ; Pearce, 2013).

9Le concept de « tourisme de masse » ainsi que celui de « tourisme de soleil et plage » ne sont pas l’objet d’étude en soi, mais ils doivent être compris comme des formes de représentations sociologiques sous lesquelles les insulaires perçoivent ces touristes-là. Il s’agit donc d’une définition au sens large du terme, concernant les touristes en général, à l’écart des débats académiques sur ces concepts.

10La catégorie linguistique « tourisme de masse » communément acceptée entre les insulaires définit un « autrui » mais aussi garde un rapport avec les imageries des stations balnéaires ou séjournent ces touristes, compris comme des espaces particuliers. Cette image de généralisation « de la masse » révèle une méconnaissance des insulaires envers cet autrui complexe. Il soulève ainsi à la fois un manque d’acceptation de la part des habitants insulaires envers ces espaces qui sont perçus comme des non-lieux, dans une opposition entre espaces touristiques/non-touristiques (Urry et Sheller [dir.], 2004).

11La proximité des lieux d’origine, grâce au marché aérien de vols directs desservis par des low-cost, les tarifs all inclusive offerts par des plateformes en ligne, les facilités de douane, de monnaie et de cadre législatif (du fait de l’appartenance européenne commune) ou encore le moindre coût de la vie ont permis le développement depuis des lustres d’une offre de tourisme à destination des jeunes ainsi que des salariés européens qui bénéficient de congés payés (Urry et Sheller [dir.], 2004 ; Selwyn et Andrews, 2016). L’offre touristique de Majorque a su se diversifier et s’adapter aux différentes demandes, avec parmi elles la spécialisation de certaines de ses stations balnéaires comme S’Arenal ou Magaluf vers un tourisme de masse (équipe MIT et Duhamel, 2008).

12L’étude de la dimension populaire des espaces du tourisme a longtemps été délaissée à cause du vide, de l’anonymat implicite dans le concept même de « masse » (Ter Minassian, 2020). Cependant, son analyse apporte des éclairages intéressants au regard de certains problèmes sociétaux de l’Europe contemporaine. Le tourisme est, dans sa dimension spatiale et temporelle, un intermède qui permet l’établissement de rapports informels entre touristes, en toute liberté, telle la cour d’une école pour les élèves. Cependant le misérabilisme social, très souvent sous-jacent dans l’approche du tourisme de masse, de par son essence populaire, a sous-considéré toutes les révolutions sociales européennes qui naissent aux abords des plages touristiques. La présente réflexion consiste donc à appréhender les espaces du tourisme selon une approche de diversité, traditionnellement réservée aux grandes métropoles dans le monde universitaire (Dewailly, 2006), mais qui dévoile des processus culturels contemporains nouveaux lorsqu’il est employé dans des espaces touristiques qui sont de fait devenus des lieux.

2. Retour sur la mission sociale des vacances

Les vacances

13L’étude du phénomène du tourisme de masse a évolué depuis les approches économiques plus productivistes (dans les années 1950) vers des approches plus centrées sur les impacts territoriaux (années 1970) ainsi que vers les aspects de transformations plus sociales (années 1980), cependant il est resté à l’écart d’un regard plus culturel (Richez, 1987 ; Salom, 2010). Depuis cette nouvelle approche culturelle (Claval, 2003), le tourisme apparaît bien au-delà d’un simple service pour canaliser les heures de vacances rémunérées des employés européens ; il révèle, dans la détente et le farniente, un espace de retrouvailles ou même de découverte d’un soi individuel et collectif (Merenne-Schoumaker, 2008). Les stations balnéaires sont passées de la reproduction de morphologies et de modes de vie des quotidiens des touristes à la production de nouveaux espaces d’expérimentations, au sein desquels nous pouvons constater l’évolution même de notre identité européenne (De Certeau, Giard et Mayol, 1980). Depuis la relation au corps, à l’initiation sexuelle, la pratique de nouveaux sports en passant par la connaissance d’autrui, les stations balnéaires comme S’Arenal se transforment, à partir de l’anonymat de la masse, en un moteur identitaire avec ses propres valeurs qui deviennent dès lors un référent collectif. L’image de ces endroits se mythifie et devient un symbole de liberté et d’expérimentation pour de nombreux Européens. Ainsi, S’Arenal et plus largement Majorque deviennent des référents dans l’imaginaire des Allemands, et Magaluf devient également un symbole pour la plupart des jeunes employés anglais (Andrews, 2017) ; on peut aussi évoquer Ibiza qui s’érige comme l’un des emblèmes de la fête globale (Capellà i Miternique, 2018), reconnu jusqu’en Amérique latine ou en Chine.

14Les plages et le tourisme sont devenus, presque accidentellement, des espaces centraux dans l’articulation du débat multiculturel, voire dans l’affirmation des valeurs de l’Europe face au reste du monde (Morin [dir.], 1987). La liberté que représentent ces destinations devient ainsi un référent qui permet la défense d’une façon de vivre et, dans le même temps, un miroir dans lequel d’autres parties du monde s’identifient ou nous bannissent (ainsi, certaines destinations touristiques de plage sont devenues l’objet d’attaques terroristes) dans une approche postcoloniale et non européocentriste.

Dimension sociale

15Le tourisme de masse garde une dimension sociale qui, bien qu’originelle, a été relèguée à l’arrière-plan par le développement économique. Cependant, nous devrions reprendre cette dimension sociale pour comprendre les effets culturels de l’activité touristique sur nos sociétés. Le dépaysement hors des espaces d’origine des touristes, grâce au déplacement spatial mais surtout par la sortie temporelle des quotidiens (temps hors du travail), nous prédispose à un relâchement de nos habitudes (voire préjugés) qui aide à une plus facile connaissance de l’autre et à une meilleure définition de soi. Certains régimes politiques dans le passé comprirent l’importance de cette réalité et l’employèrent comme instrument de propagande, ce qui provoqua par la suite son abandon à cause des étroits rapports idéologiques d’un passé révolu (par exemple, dans le cas des stations balnéaires de l’Italie fasciste sur la côte de Cesenatica ou encore de l’URSS en mer Noire). La dimension sociale du tourisme s’est réduite pendant longtemps à certains groupes (comme les colonies de vacances pour les enfants, des programmes sociaux de vacances pour les retraités –Espagne –, des stations exclusives pour des travailleurs de certaines entreprises – Japon – ou fonctionnaires – anciennes républiques socialistes ou pays scandinaves –, voire les camps de réinsertion sociale pour des jeunes « conflictifs » – EUA – ou encore pour ses effets thérapeutiques – tourisme thermal, montagnes ou mer –, entre autres).

Tourisme de masse ?

16Le sujet a longtemps été évité, mais la question se pose désormais de savoir qui sont ces touristes de masse de S’Arenal. Derrière l’apparente homogénéité de l’expression « tourisme de masse », nous retrouvons une grande diversité sociologique. S’il est bien vrai que tous les touristes qui arrivent sur les côtes des Baléares sont attirés par un bon climat, par la plage et dans l’idée de passer quelques jours relaxants pour faire une pause, pour le reste, ils n’ont pas grand-chose en commun.

17Le phénomène du tourisme aux Baléares renferme une grande diversité aussi bien au regard du statut socio-économique que selon l’origine ou même l’âge. À cela, il faut rajouter que le phénomène du tourisme de masse sur les plages des Baléares n’est pas resté figé, mais qu’il a bel et bien su se transformer et s’adapter au fil des décennies, depuis plus de 100 ans, du tourisme de la fin du xixe siècle au tourisme présent. En outre, au sein du tourisme de masse de la deuxième moitié du xxe siècle, il y a eu une transformation énorme, masquée par l’expression de « tourisme de masse » (Salvà, 1988).

18Nous sommes ainsi passés d’un tourisme plus élitiste, local, voire national, à un tourisme numériquement plus important, plus populaire et plus européen (qui a donné naissance pendant les années 1970 au concept de « baléarisation » jusqu’à en arriver à un tourisme socialement très divers de nos jours. Par exemple, aujourd’hui, nous retrouvons un touriste type : jeune, principalement allemand ou anglais, qui vient passer une semaine dans une station balnéaire près de Palma (Magaluf prioritairement pour les Anglais et S’Arenal prioritairement pour les Allemands). Mais nous trouvons également un tourisme de résidents adultes de provenance européenne (suisses, allemands, suédois, danois) qui passent des saisons hivernales entières dans des villas de luxe (par exemple « Villa Solitaire », la villa la plus chère d’Espagne vendue en 2018 aux alentours de Palma à Son Vida pour 65 millions d’euros) dans des secteurs de Majorque comme Andratx ou à l’intérieur de l’île (saint-tropisation) ; sans oublier encore un tourisme de retraités nationaux (lié aux forfaits du gouvernement espagnol INSERSO pour les vacances des retraités) et du reste de l’Europe (Français et Allemands) qui allongent la saison des stations balnéaires côtières (Casado-Díaz, 2004) grâce à leurs vacances hors-saison.

19En somme, de nos jours, on peut retrouver aussi bien un groupe de cyclistes néerlandais professionnels qui viennent s’entraîner en hiver dans l’île qu’une hen party d’un groupe de jeunes de Manchester, un voyage organisé de retraités de l’INSERSO sans oublier les vacances en famille de touristes des pays de l’Est (Slovaquie, Russie, République tchèque) dans les cales de Mallorca. Tout ce tourisme se côtoie avec une « jetset » qui tourne autour des visites de la famille royale espagnole et des courses de voiliers qu’ils organisent et qui attirent les familles royales du golfe Persique. Stars, politiciens, royautés, employés d’usines et salariés qui touchent le SMIC se retrouvent ainsi sur la même île, sans jamais se côtoyer vraiment, grâce aux dimensions de l’île et à sa diversité géographique qui offre un univers de possibilités.

20L’absence de contraintes et d’obligations, ainsi que le fait de se retrouver en vacances hors des espaces normés du quotidien implique une pause qui permet une réflexion ouverte sur soi et sur l’autre grâce à une forme de décontraction. Cet état d’esprit sans contraintes peut agir de façon encore plus ouverte, précisément grâce à l’anonymat de la « masse » (Graburn, 2004).

21La popularité du tourisme de masse s’est accrue aussi grâce à la diffusion des médias de communication formels (pages de la presse sensationnaliste internationale, surtout anglaise et allemande) et informels (les interfaces virtuelles) qui n’ont fait que renforcer le mythe des Baléares comme espace de fête. L’idée de divertissement collectif est devenue un élément de diffusion culturelle au-delà du seul tourisme et à l’origine de produits culturels tels que la musique pop ou les films populaires, surtout en Allemagne.

22Le tourisme, au-delà de l’activité économique et de son impact sur le territoire, devient également un phénomène local qui a transformé les sociétés locales, ce qui est encore plus marqué dans le cas des sociétés insulaires comme à Majorque, mais aussi d’un point de vue culturel.

23Les Baléares deviennent ainsi une sorte de lieu iconique qui va au-delà du tourisme où se bâtit une représentation collective hors du quotidien (Bethmann, Salazar et Graburn [dir.], 2016) depuis un espace d’expériences, dans un monde émotionnel (Andrews, 2009). L’image d’un espace oisif, à l’écart des codes de conduite formels, apporte une sensation de liberté chez les uns et, au contraire, une sensation de dépaysement chez les autres mais dans tous les cas, il ne laisse pas indifférent comme en témoignent les touristes interviewés.

24L’apprentissage face à ce malaise appelé « liberté », loin du loisir en soi, symbolise la possibilité de vivre une des valeurs occidentales les plus européennes. La représentation d’un cadre naturel idyllique, hédoniste et hors normes établit les piliers d’une liberté acquise et qui doit être appréhendée par chacun. Si le tourisme en tant qu’activité est un phénomène mondial, il est vrai que dans les espaces touristiques européens, il se pare d’un grand degré de liberté, aussi bien spatial (accès libre) qu’en termes d’activités (sports) ou de loisirs et d’expériences, à la différence de nombreuses autres régions du monde où les circuits touristiques et les activités sont plus contrôlés. Ainsi, pour un grand nombre de touristes européens, mais surtout pour les extra-Européens, leur séjour aux Baléares prend la forme d’une dialectique entre soi et la liberté (Capellà i Miternique, 2020).

II – La découverte de l’autre et de soi

25La détente, mais surtout la pause dans un cadre paisible et décontracté, sous l’été méditerranéen qui invite à la vie nocturne et au repos aux heures les plus chaudes, est magnifiée par une insularité qui ralentit les rythmes de vie. Le cadre de vie d’un farniente très campechano (mot espagnol qui signifie bon enfant, décontracté, très naturel et presque dévergondé) invite à la découverte de soi. Ainsi, sortir de ses habitudes se traduit par un voyage dans un nouvel espace inconnu (Hoghton, 2013) mais aussi par une réflexion sur sa propre réaction, volontaire ou non, face aux différences (horaires, langue, habitudes, nourriture, etc.) sans oublier, dans le cadre spécifique de vacances au soleil, la rencontre de son propre corps, voire de sa nudité ou quasi-nudité (Obrador-Pons, 2007).

26L’expérience du séjour aux Baléares situe le touriste face à l’autre et au même moment face à soi-même (Rémy, 1994 ; Edensor, 2001 ; Dan Peng, 2013). Il se retrouve à devoir se (re)définir face à soi et à l’autre, à commencer par des questions banales telles que justifier pourquoi il suit certains horaires pour les repas à la différence des locaux, mais avec aussi des questions identitaires plus existentielles d’après les témoignages des touristes interviewés.

27La station balnéaire du tourisme de masse est vue à la fois comme une représentation thématique du loisir et comme le cadre d’un éloignement d’une claire identité d’origine. Elle se pose comme une sorte de petite tour de Babel multiculturelle, adaptée aux intérêts de touristes qui viennent d’origines différentes (Bauman, 2013). Face à la diversité culturelle, la station balnéaire se construit comme une mosaïque thématique qui reprend des bouts de territoire des pays d’origine des touristes pour qu’ils se sentent à l’aise et un peu moins dépaysés (Huber et O’Relly, 2004). Ainsi, les touristes hollandais, danois, allemands ou anglais retrouvent leurs bières et leurs pubs, par exemple, et les touristes français et italiens peuvent suivre leur chaîne de télévision, pour voir les matchs de football ; les touristes russes retrouvent la plupart des enseignes en cyrillique et les menus également dans leur langue. Cette mosaïque devient ainsi une expérience de multiculturalité, même pour les locaux, ainsi que pour tout le personnel qui travaille dans le secteur et qui provient d’origines les plus diverses (Sud-Américains, Polonais, Roumains, Sénégalais, Turcs, Thaïlandais ou encore Philippins).

28La station balnéaire depuis son artificialité spatiale et thématique, loin de devenir un non-lieu (Augé, 2015), acquiert au contraire une identité cosmopolite, où chacun retrouve et se reconnaît avec ses symboles identitaires, même si, comme nous le verrons plus loin, il les renie chez soi. S’Arenal devient ainsi une stimulation qui permet l’affirmation identitaire de la provenance des différents touristes (ainsi les Allemands dans les brasseries, les Anglais dans leurs pubs, etc.) face au reste tout en constituant une façon d’approcher l’autre.

1. La découverte entre touristes

29À S’Arenal, comme pour la plupart des destinations touristiques de masse, nous avons remarqué d’après le terrain réalisé, que l’apprentissage de l’autre se produit majoritairement entre touristes (touriste-touriste), principalement de la même nationalité, mais en moindre mesure aussi avec des touristes d’autres origines ainsi qu’avec des employés en rapport avec le tourisme qui sont aussi pour la plupart d’autres nationalités ou d’autres régions d’Espagne. Le rapport des touristes avec les résidents étrangers qui habitent sur l’île, même s’ils appartiennent à une même nationalité (touriste allemand-résident allemand) ainsi qu’avec les Majorquins de souche, sont presque nuls, car ils ne partagent pas les mêmes espaces.

30Certains touristes étrangers d’ascendance immigrée face à des touristes d’autres nationalités manifestent publiquement leur nationalité pour se distinguer du reste (serviettes de bain, casquette avec les drapeaux nationaux européens) ou se regroupent par nationalité, dans des bars qui représentent leur origine (pub, brasserie, etc.). Ils reconnaissent dans les entretiens mettre en avant l’identité nationale lorsqu’ils sont à l’étranger, même si chez eux, ils se sentent exclus et se replient plus souvent sur leurs identités d’ascendance (pakistanaise, turque, marocaine, colombienne, surinamaise, par exemple). Nous retrouvons ainsi des situations dans les stations balnéaires qui ne se reproduisent pas dans leurs lieux d’origine, par exemple des Allemands d’origines différentes (voire avec des groupes xénophobes en Allemagne) qui partagent les référents allemands face aux touristes anglais, hollandais ou russes (par exemple, face aux supporters des matchs de football dans l’Euroleague ou la Champions, vus ensemble dans le même pub). Les destinations touristiques comme S’Arenal parviennent à casser les barrières, surtout parmi un public de touristes jeunes grâce à la possibilité d’une proximité et à une reconnaissance réciproque (très souvent exclue à cause des peurs et des préjugés dans leur quotidien d’origine fragmenté). Les rencontres fortuites d’amitiés, voire de flirts multiculturels sont communs, pas seulement au sein de la diversité d’une même communauté d’origine de touristes mais aussi entre tous (touristes et employés), par exemple le cas d’un employé roumain qui connaît une touriste polonaise. Les touristes ont une certaine tendance au regroupement culturel. L’affinité linguistique, la coïncidence des habitudes communes (par exemple les mêmes horaires pour les repas) ou encore la recherche d’espaces qui rappellent les endroits d’origine (pubs, brauerei, etc.) mènent à un regroupement avec le lieu d’origine, sans distinctions (Faist, 2000 ; Kivisto, 2001 ; Wimmer et Glick Schiller, 2002 ; Hayot, 2002).

31On remarque aussi, d’après les témoignages, que les ascendances (ethniques) d’origine commune entre touristes restent dans les destinations touristiques en arrière-plan. Ainsi, un Néerlandais d’ascendance marocaine a de plus fortes chances de se retrouver avec d’autres touristes néerlandais à cause des affinités principalement linguistiques, qu’avec un touriste suisse partageant la même ascendance. Même si dans les deux cas, lorsqu’ils sont chez eux, ils se reconnaissent et se différencient du reste de la population par une identification davantage tournée vers l’ascendance ethnique, dans ce cas marocaine.

32L’analyse des interactions entre touristes et employés dans une destination touristique est complexe et peu étudiée (pour être des sujets sensibles), cependant elle illustre le rôle que joue le tourisme dans la construction des référents identitaires et des imageries (dans ce cas européenne). Les destinations touristiques deviennent un espace et un temps nécessaire dans le brassage de nos sociétés multiculturelles contemporaines. Les rencontres et connaissances de l’autre et de soi apportent des adaptations particulières, complexes et multiples, que chaque individu peut vivre librement et de façon individuelle sous l’anonymat qu’apporte le tourisme de masse. Bien qu’il soit difficile de singulariser ou de généraliser les processus d’interaction et de transformations individuelles, de par leur complexité, nous pouvons cependant affirmer, malgré le choc des premières rencontres entre touristes différents, que les destinations touristiques de masse sont à présent l’un des rares espaces de démocratisation sociale contre toute forme de fragmentation et de phobie (xéno- ; homo-).

33En sortant du cocon quotidien, chacun se sent dans le besoin d’une reconnaissance de soi face à un autrui inconnu et se concrétise d’une façon presque spontanée, ce que les politiques sociales de la diversité ne parviennent pas à atteindre. Loin des regards, les identités européennes et paneuropéennes se tissent sur des valeurs de tolérance et de liberté. Ce petit miracle souvent ignoré est la conséquence d’une prédisposition plus grande du touriste en vacances et de la liberté d’un choix propre non-forcé ou obligé.

34Le flux de tourisme intraeuropéen qui se concentre principalement sur les rives de la Méditerranée européenne, dont les Baléares, participe à un riche brassage culturel et remet sur l’échiquier un sujet qui semblait bien éloigné : celui de l’identité européenne (Lozato-Giotart, 1990). L’espace de loisir devient une arène ou se façonne aujourd’hui le devenir de l’identité européenne. Loin des canaux formels, les expériences de vie et du vécu tissent d’intéressants discours. Derrière les éphémérides sensationnalistes des tabloïds essentiellement britanniques se retrouve un espace où les Européens de différentes origines se côtoient (Andrews, 2011). Les plages européennes sont devenues, à l’écart volontaire des regards académiques, des espaces informels qui tissent, par le loisir et la détente, les identités d’aujourd’hui.

2. La création du référent identitaire

35Le tourisme de masse à Majorque a subi une profonde transformation sociale, reflet des changements culturels des pays européens (d’origine et de destination). Il y a 50 ans, les travailleurs européens qui prenaient leurs vacances, ainsi que les embauchés dans les destinations touristiques étaient des locaux ; de nos jours, par contre, bien qu’il reste encore une partie des touristes qui répondent à ce profil (parfois, ce sont encore des parents ou grands-parents retraités qui continuent à fréquenter ces destinations), une autre partie représente en réalité une grande diversité culturelle d’origines (ou bien le fruit d’un métissage croissant). Il s’agit d’une multiculturalité silencieuse au regard du discours politiquement correct ainsi que des études académiques (par manque de données statistiques sur des sujets relativement sensibles).

36Cependant, une analyse anthropologique sur le terrain nous a également permis de dévoiler une réalité bien éloignée des stéréotypes que l’on pourrait imaginer à première vue et montre aussi un racisme sous-jacent dans une partie des mouvements antitouristiques locaux très peu dénoncés.

37La multiculturalité des espaces des stations balnéaires des Baléares représente une diversité européenne qui est portée presque à son paroxysme. La matérialisation des stéréotypes et des espaces des différentes origines des touristes, ainsi que des employés qui y travaillent, aboutit à une sorte de non-lieu dans le style d’un Las Vegas dans sa forme mais aussi, paradoxalement, d’un lieu pluriel, façonné par les échanges sociaux et culturels qui s’y établissent (Kymlicka, 2002). L’imagerie devient ainsi une hyperéalité (Baudrillard, 2014). La diversité de langues, de gastronomies, d’habitudes et d’activités finit par construire un nouvel espace propre avec une nouvelle identité en soi, difficile à assimiler pour des identités collectives monoréférentes, aussi bien pour les touristes que pour les locaux. Les stations balnéaires peuvent être comprises alors comme des villes phares, innovantes dans la mise en place de nouveaux services (distributeurs automatiques dans la rue de fast-food 24 h/24, invention de sports aquatiques comme l’aqua jet-ski ou les performances des clubs à Ibiza, par exemple), innovantes aussi dans l’attitude des autorités, mettant en avant la diversité et la tolérance, l’acceptation de l’autre (Ba et Clotilde [dir.], 2007).

38Cependant le tourisme produit également un discours antitouristique de la part de certains locaux, mais surtout de la part de certains employés dans le secteur des services, issus dans le cas de Majorque d’une migration du reste de l’Espagne débarquée dans les années 1970, qui côtoie les nouveaux venus majoritairement d’Amérique latine, de Roumanie et du Sénégal dans un processus d’autoaffirmation face aux Majorquins « de souche » (Solé et Parella, 2003). Précisons aussi que les Majorquins de souche restent les propriétaires et les investisseurs de la plupart des activités touristiques de l’île mais n’ont presque pas de contact direct avec les touristes, donc n’ont aucun problème avec le tourisme de masse, et au contraire s’en félicitent.

39Le refus des touristes et des employés étrangers se retrouve sous-jacent dans le discours du rejet d’une massification du tourisme (forme de « classisme » sous-jacent). Ainsi, sous une bannière écologique et de durabilité se cache le rejet de la « masse » (Blázquez, Murray et Artigues, 2011), mais aussi le rejet d’un tourisme populaire et d’origine culturelle diversifiée. Derrière le tourist go home se trouve un discours idéologique antisystème face au tourisme de masse mais aussi un rejet social xénophobe que l’on relève dans des commentaires comme « on ne se sent plus chez soi », « ce sont des malfamés » ou « on ne devrait pas les laisser sortir de chez eux » entre autres.

40Le regard normé des espaces de vie quotidiens des locaux se superpose aux espaces non-quotidiens des touristes. Les locaux sentent que leur espace est envahi, mais surtout que ces destinations touristiques remettent en cause les piliers identitaires de tous (locaux et touristes). Ainsi, S’Arenal, conçu jadis comme une station balnéaire exclusivement touristique, devient une ville avec une identité cosmopolite. La mosaïque d’identités plurielles, par la reproduction des espaces d’origine des touristes, loin de devenir un non-lieu, a fini par créer de nouvelles territorialités sur la base d’une société multiculturelle. La réponse fonctionnelle économique d’offrir des facilités au touriste a fini par dessiner un espace de création d’images hybrides et plurielles qui oblige à une redéfinition ou découverte identitaire pour le touriste, mais également pour un résident employé ou un habitant local. S’Arenal qui se trouve encore à cheval entre deux communes (Palma et Llucmajor) a su dans cette interface construire une identité dynamique, innovatrice qui chambarde tous les référents identitaires nécessaires dans une Europe contemporaine. Il ne s’agit ni d’abandonner ses propres racines, ni de renier l’apprentissage des autres. Le brassage pluriel et flexible ne répond pas aux structures univoques.

III – Conclusion : les destinations touristiques comme lieux d’intégration sociale et culturelle

41Majorque, comme les autres destinations de l’Europe méditerranéenne, se pose comme une sorte de no man’s land dans lequel, pendant quelques instants, tout le monde peut se retrouver et avoir la chance de se (re)connaître. C’est ainsi qu’indépendamment de la condition économique, culturelle, de l’origine, de l’orientation sexuelle ou autre, chacun pourra se découvrir et à la fois connaître la richesse de la diversité dans le cadre d’une plus grande tolérance et liberté. Le soleil, la mer, la musique, la fête deviennent des alliés qui permettent l’épanouissement de valeurs européennes qui nous définissent le plus.

42Par exemple, la pratique du nudisme sur certaines plages européennes a représenté un acquis en lutte permanente qui nous définit par rapport à la plupart du reste des plages du monde (même aux Antilles ou au Brésil, malgré les apparences). La fête est aussi un autre acquis de la liberté dans toute son expression. La diversité culturelle et sexuelle, et plus précisément l’épanouissement de la sexualité, surtout de la femme sujet et non plus objet, est un autre des symboles qui nous représente. Sans oublier aussi le droit acquis des personnes de plus en plus mûres (nonagénaires et centenaires) à avoir l’accès au loisir et à s’amuser en toute liberté. Les congés payés sont à l’origine de toutes ces libertés qui se développent sur nos plages, permettant de développer nos modes de vie et de réaffirmer une identité.

1. Une métaphore pour conclure sur l’image plurielle d’une destination touristique

43L’île de Majorque, loin de ceux qui critiquent le tourisme de masse, a apporté un peu d’humanité à des millions de touristes européens qui reconnaissent dans les entretiens lors de l’étude, dans bien des cas, avoir vécu « les meilleurs moments de leur vie », de découvertes, de liberté et d’amour lors des ces vacances passées à Majorque. Bon nombre d’entre eux reviendront plusieurs fois et entraîneront même leurs voisins, enfants et petits-enfants, et certains même décideront d’y rester.

44On peut prendre tout simplement, pour conclure sur cette bonne entente et cette diversité, l’image de la terrasse d’un restaurant de S’Arenal (Chringuito) en plein été, en guise de métaphore. Nous retrouvons autour des tables, munies de nappes de papier, un couple de retraités danois qui reviennent à Majorque depuis plus de 40 ans, des hooligans écossais, un couple de Néerlandais d’origine surinamaise et musulmans avec un chien sous leur table, la famille allemande, dont les enfants jouent sur la plage avec les enfants d’une famille anglaise d’origine pakistanaise, ou encore le jeune couple gay belge à côté d’un groupe d’amies russes. Le chahut des langues qui s’entremêlent est scandé par le rythme inlassable des serveurs colombiens, boliviens, espagnols, et d’une serveuse italienne qui essaient de ravitailler toute cette troupe et restent en attente du deuxième service vers 2 h qui attirera les touristes espagnols et les locaux. Ces incohérences culturelles, hors de ce contexte estival, se retrouvent ici de façon naturelle et donnent la possibilité de s’entrecroiser et de se connaître, et même le risque de finir par s’y plaire !

45Le véritable danger de cette nouvelle culture diverse et tolérante façonnée par la « masse » est de constater que les référents imposés sont relatifs et qu’il ne tient qu’à soi de devenir libre et de faire ses propres choix, à partir de l’expérience et de l’apprentissage du respect d’autrui. Les vacances à la plage nous déboussolent, mais en même temps nous permettent de nous retrouver et de constater qu’un autre monde est possible (Ackers, 2004). Nos autorités et notre intellectualité sont-elles prêtes à accepter ces changements ? Peuvent-elles relever le défi et le traduire dans une nouvelle représentation d’une Europe réelle ? Vaut-il mieux garder les formes souhaitées par un establishment pour finir par en changer le sens (par immobilisme face au monde changeant) ou bien au contraire, accepter les mutations des formes pour en sauver le sens (par son adaptation) ? Faut-il voir le monde à l’envers pour le revoir dans le bon sens ?

46Le hall de ce restaurant représente au-delà du tourisme et des vacances une fraternité spatiale et une entente presque magique sur laquelle se bâtit notre société cosmopolite européenne, loin des débats et d’un quotidien qui peut toujours changer. Le regard culturel sur le tourisme de masse et sur nos plages peut nous ouvrir les yeux sur des phénomènes et des dynamiques contemporaines, à l’écart des préjugés. Nous pouvons y puiser nos peurs, nos vertus et notre avenir, à partir de l’éclatant optimisme méditerranéen. Le tourisme de masse est le meilleur des maux possibles pour notre société. On dit souvent que le tourisme a permis l’ouverture des sociétés insulaires traditionnelles des Baléares (Papastergiadis, 2018) mais il est également vrai que la Méditerranée a égayé la vie de millions d’Européens et leur a permis de se reconnaître et de s’identifier comme partie d’une même référence européenne. À Majorque les réponses sont là et n’attendent que les questionnements du monde académique et politique.

2. La réaffirmation de l’identité européenne

47Derrière ces aspects mondains et triviaux, nous voyons s’exprimer des valeurs bien plus complexes qui nous paraissent acquises, voire naturelles. Mais ces valeurs sont le fruit de luttes sociales en Europe au cours des siècles et dont nous devons être conscients qu’elles peuvent disparaître face à l’affirmation de contraintes d’ordre moral ou autre, à tout moment. En se baignant sur les plages méditerranéennes en burkini, en maillot ou bien nus, nous affirmons inconsciemment notre identité. Nous ne laissons pas borner ces espaces qui deviennent nos bouées d’oxygène. Les stations balnéaires européennes en Méditerranée sont un élément clef dans la définition de l’Europe. Elles ont une fonction aussi importante que nos campagnes, nos montagnes, nos villes ou nos banlieues.

48L’identité européenne se façonne ainsi loin de Strasbourg, de Bruxelles ou des grandes capitales, sur nos plages publiques d’accès libre (en Espagne), loin des regards indiscrets. Le repos et le loisir n’ont pas de règles et nous obligent à expérimenter et à découvrir, comme pour les enfants par le jeu dans les cours d’école. Ce sont des espaces libres où l’on doit comprendre les comportements qui s’y déploient et qui peuvent aussi nous alerter. Par exemple, on peut s’interroger sur les raisons du balconing dans les hôtels de Magaluf et d’autres stations balnéaires. Cette pratique, répandue parmi les jeunes, de plonger dans la piscine de l’hôtel depuis le balcon de sa chambre, au-delà de l’ivresse et de la bêtise du moment, doit nous interpeller : pourquoi une telle pratique peut-elle devenir une mode et un besoin collectif ? Ce goût du risque, participant d’un certain rite d’initiation, ouvre aussi vers une réflexion sur le rôle de certains jeunes dans nos sociétés. La fascination du vide socialement à la mode, et d’une certaine forme de suicide, devrait nous inciter à y lire le signal désespéré d’une jeunesse en détresse qui se voit sans avenir et devrait nous faire réagir pour changer les choses et leur redonner la place qu’ils méritent.

49La lumière éblouissante de la liberté méditerranéenne a besoin d’une adaptation et d’un apprentissage pour être appréhendée. Surtout de la part de tous ceux qui pour des questions économiques (habitants de HLM), sociales (habitants de ghettos) ou culturelles (isolement dans des fondamentalismes religieux excluants) en sont privés. La détresse peut mener à l’amertume et à un dégoût envers la vie qui peut aboutir en une idée de haine et de vengeance envers la société.

50La liberté est enivrante et elle peut aussi nous ouvrir les yeux sur des réalités que nos quotidiens évitent. Les plages deviennent ainsi des lieux de rencontre (bon nombre de mariages ont eu lieu, nombre d’enfants sont nés grâce aux vacances à Majorque) et en même temps, les vacances à la plage peuvent mettre en évidence les crises (et aboutir à des divorces). Ainsi, ce n’est pas un hasard s’il y a quelques années, les retraités japonais venaient chercher leur dernier instant loin des leurs, sur les plages de Lloret de Mar et dans d’autres stations balnéaires méditerranéennes. L’apprentissage du savoir-vivre en liberté est aussi facile ou difficile qu’apprendre à vivre dans des contextes imposés. Les erreurs sont possibles, ce dont témoigne le nombre des interventions des services de l’ordre et des services paramédicaux face à des actions violentes, ainsi que face à la consommation d’alcool et de drogues ; toutefois, il est aussi important de constater que les cas sont finalement peu nombreux, si nous considérons la quantité de touristes jeunes qui s’amusent et font la fête à Magaluf ou S’Arenal (Andrews, 2016). Ces incidents font souvent la une des tabloïds britanniques et sont mis en avant par bon nombre de détracteurs de ces formes de tourisme de masse. Ces images servent souvent à donner de l’Europe une image de débauche et de débâcle culturelle dans des pays où les régimes répriment toute forme de liberté, comme on peut le constater dans la presse de certains médias en Amérique du Sud et du Nord, dans les pays arabes, en Chine ou en Russie.

51La beauté méditerranéenne, presque obsédante lors des nuits d’été caniculaires (plus de 25 °C la nuit), finit par dompter les esprits les plus résistants qui se laissent séduire par les siestes, les glaces bien froides et un brin d’air sous une pinède, dans un apprentissage nécessaire au savoir-vivre en liberté. Ce n’est pas un hasard si l’Europe est née sur les rives de la Méditerranée et si nous pouvons la retrouver de nos jours derrière l’apparente superficialité du tourisme de masse. Les espaces littoraux méditerranéens sont pour l’Europe un atout qui a été longtemps négligé. Associés au loisir, aux temps morts et non-productifs, nos stations balnéaires semblaient ne pas avoir le droit d’avoir un statut propre. Derrière une certaine morale, contre une vision un peu trop épicurienne et superficielle de la vie, se cachait en fait un espace qui est en train de jouer un rôle essentiel dans notre recherche identitaire et dans l’apprentissage de nos valeurs européennes. L’anonymat de la masse hors de son quotidien propose un miroir de notre société bien plus clair et défini aux yeux d’autrui qu’à nos propres yeux.

52Les stations balnéaires européennes du tourisme de masse en Méditerranée matérialisent, à partir de l’expérience personnelle et collective, les apprentissages qui jadis étaient racontés dans les fables et les contes, dans des forêts mystérieuses. L’Europe s’est bâtie sur la mythification de ces espaces magiques, et ceci se retrouve de nos jours sur nos plages. Suivant les idées d’Auguste Berque, les vacances deviendraient une matérialisation spatiale du moyen de (re)donner un (nouveau) sens à nos épiphanies. Nos « trajections » sont possibles dans le cadre de vacances à Majorque ou vers une autre destination du sud de l’Europe (Berque, 2014). Il existe un certain décalage entre la vision politique et culturelle européenne formelle qui se fige sur une représentation de ces espaces méditerranéens perçus comme périphériques, voire anecdotiques, et une autre vision populaire européenne qui a, depuis des décennies, trouvé dans ces espaces son repère individuel et collectif. Cette nouvelle centralité devrait retrouver sa place au sein des discussions et des débats culturels européens. Sous la masse, nous retrouvons la diversité européenne sous toutes ses formes. Les nouvelles fables et légendes de ce monde hédoniste circulent déjà sur les plateformes virtuelles (Instagram, Facebook, presse, publicité, musique) et elles font déjà partie d’une nouvelle mythification de l’Europe, dont les destinations touristiques sont l’un des éléments clés.

Haut de page

Bibliographie

Ackers L., « Fixed Laws, Fluid Lives: The Citizenship Status of Post-retirement Migrants in the European Union », Ageing and Society, v. XXIV, no 3., 2004, p. 451-475.

AGE, age-geografia-turismo.com (consulté le 21/03/2021).

Andrews H., « 16 Mass Tourism in Mallorca: Examples from Calvià », dans Harrison D. et Sharpley R. (dir.), Mass Tourism in a Small World, CABi, Pondicherry, 2017.

Andrews H., « The enchantment of violence: Tales from the Balearics », dans Andrews H., Tourism and Violence, Routledge, Londres, 2016.

Andrews H., « Porkin’pig goes to Magaluf », Journal of Material Culture, vol. XVI, no 2, 2011, p. 151-170.

Andrews H., « Tourism as a “moment of being” Suomen Antropologi », Journal of the Finnish Anthropological Society, vol. 34, no 2, 2009.

Antón i Clavé S., López Palomeque F., Marchena Gómez M. J. et Vera Rebollo J. F., « La investigación turística en España: aportaciones de la geografía (1960-1995)  », Estudios turísticos, vol. 129, 1996, p. 165-208.

Augé M., Non-lieux. Introduction à une anthropologie de la surmodernité, Le Seuil, Paris, 2015.

Ba A. et Clotilde M. (dir.), « Tourisme et innovation. La force créative des loisirs », Sud-Ouest Européen, no 29, 2007, p. 139-140.

Baudrillard J., Amérique, Grasset, Paris, 2014.

Bauman Z., Liquid Modernity, Polity Press, Cambridge, 2013.

Berdoulay V., Des mots et des lieux. La dynamique du discours géographique, CNRS éditions, Paris, 1988.

Berque A., Écoumène. Introduction à l’étude des milieux humains, Belin, Paris, 2014.

Bethmann C., Salazar N. et Graburn N. H. H. (dir.), « Tourism imaginaries : anthropological approaches », Journal of the Royal Anthropological Institute, vol. XXII, no 1, 2016, p. 248-249.

Blázquez M., « Una geohistoria de la turistización de las islas Baleares », El periplo sustentable, no 18, 2010, p. 69-118.

Blázquez M., Mir-Gual M., Murray I. et Pons G. X. (dir.), Turismo y crisis, turismo colaborativo y ecoturismo, Palma de Mallorca, 2016.

Blázquez M., Murray I. et Artigues A., « La balearización global : el capital turístico en la minoración e instrumentación del Estado », Investigaciones Turísticas, no 2, 2011, p. 1-28.

Canals Morro P., S’Arenal que m’han contat : Hotel San Diego : 50 anys, Documenta Balear, Palma, 2010.

Capellà i Miternique H., « A disrupting merge perspective on gender: the case of Ibiza » dans Nel E. et Pelc S. (dir.), Responses to Geographical Marginality and Marginalization, Cham, Springer, 2020, p. 143-164.

Capellà i Miternique H., « The Ibiza’s Nightlife as a Bend from Marginalization to Tourism Centrality », dans Pelc S. et Koderman M., Nature, Tourism and Ethnicity as Drivers of (De)Marginalization, Springer, Cham, 2018.

Capellà i Miternique H. et Lois González R. C., « Geografía cultural: la gran desconocida », Boletín de la Asociación de Geógrafos Españoles, vol. 34, 2002, p. 11-18.

Casado-Díaz M. A., « Northern European Retired Residents in Nine Southern European Areas: Characteristics, Motivations and Adjustment », Ageing and Society, no 24, 2004, p. 353-381.

Claval P., La Géographie du xxie siècle, L’Harmattan, Paris, 2003.

Dan Peng A., « New Perspective of Tourist Experience Study: The Research on Social Relationships of Tourist-to-Tourist Interaction », Tourism Tribune/Lvyou Xuekan, vol. XXVIII, no 10, 2013.

De Certeau M., Giard L. et Mayol P., L’Invention du quotidien : arts de faire, Gallimard, Paris, 1990.

Deprest F., Enquête sur le tourisme de masse. L’écologie face au territoire, Belin, Paris, 1997.

Dewailly J.-M., Tourisme et Géographie, entre pérégrinité et chaos ?, L’Harmattan, Paris, 2006.

Edensor T., « Performing tourism, staging tourism: (Re)producing tourist space and practice », Tourist studies, vol. I, no 1, 2001, p. 59-81.

Équipe MIT et Duhamel P., Tourismes 1 : lieux communs, Belin, Paris, 2008.

Faist T., The Volume and Dynamics of International Migration and Transnational Social Spaces, Oxford University Press, 2000.

Graburn N. H. H., « Secular ritual: A general theory of tourism », Tourists and tourism: A reader, 2004, p. 23-34.

Graburn N. H. H., « The anthropology of tourism », Annals of tourism research, 1983, vol. X, no 1, p. 9-33.

Hall C. M. et Page S. J., The geography of tourism and recreation: Environment, place and space, Routledge, London, 2014.

Hayot A., « Pour une anthropologie de la ville et dans la ville : questions de méthodes », Revue européenne des migrations internationales, vol. XVIII, no 3, 2002, p. 93-105.

Hiernaux D., « Geografía del turismo », Tratado de geografía humana, 2006, p. 401-432.

Hoghton I., « Réécrire le voyage. La fonction de l’intertextualité dans les récits de voyage à Majorque au xixe siècle », Çédille, no 9, 2013, p. 53-67.

Huber A. et O’Relly K., « The Construction of Heimat under Conditions of Individualised Modernity: Swiss and British Elderly Migrants in Spain », Ageing and Society, vol. XXIV, no 3, 2004, p. 327-352.

Ibestat, ibestat.caib.es/ibestat/estadistiques/economia/turisme/0b70b294-81e0-413a-b7b2-3cc3a33593a8, 2018 (consulté le 21/03/2021).

Kivisto P., « Theorizing Transnational Immigration: A Critical Review of Current Efforts », Ethnic and Racial Studies, vol. XXIV, no 4, 2001, p. 549-577.

Kymlicka W., Contemporary political philosophy: An introduction, Oxford University Press, 2002.

Liu Yi-De, « A revised importance–performance analysis for assessing image: the case of cultural tourism in Britain », Tourism Analysis, vol. XV, no 6, 2010, p. 673-687.

Llinàs Llodrà O., S’Arenal en el record: imatges perdudes del segle xx, Ajuntament de Llucmajor, 2000.

Lozato-Giotart J.-P., « Tourisme et espaces insulaires : réflexions méthodologiques et typologiques appliquées aux îles mineures », Norois, vol. 145, no 1, 1990, p. 35-44.

Merenne-Schoumaker B., Géographie des services et des commerces, Presses universitaires de Rennes, 2008.

Miossec J.-M., « L’image touristique comme introduction à la géographie du tourisme », Annales de géographie, Armand Colin, Paris, 1977, p. 55-70.

Morin E. (dir.), Penser l’Europe, Gallimard, Paris, 1987.

Mut Calafell A., S’Arenal en les impressions d’un estiuejant fidel, 1964-2005, Ajuntament de Llucmajor, 2006.

Obradors-Pons P., « A haptic geography of the beach: naked bodies, vision and touch », Social and Cultural Geography, vol. VIII, no 1, 2007, p. 123-141.

Oliver Marí J., S’Arenal dins el context del turisme a Balears, Pregó de festes, Llucmajor, 1997.

Papastergiadis N., The Turbulence of Migration: Globalization, Deterritorialization and Hybridity, Polity Press, Cambridge, 2018.

Pearce P. L., The social psychology of tourist behaviour: International series in experimental social psychology, Elsevier, Amsterdam, 2013.

Rémy J., « L’implication paradoxale dans l’expérience touristique », Recherches sociologiques, vol. II, 1994, p. 61-78.

Richards G., « Cultural tourism: A review of recent research and trends », Journal of Hospitality and Tourism Management, vol. 36, 2018, p. 12-21.

Richez G., « Géographie du tourisme », Méditerranée, vol. 62, no 4, 1987, p. 41-42.

Salazar N. B. et Graburn N. H. H. (dir.), Tourism imaginaries : Anthropological approaches, Berghahn Books, New York, 2014.

Salvà Tomás P., « Turisme i canvi a l’espai de les Illes Balears », Treballs de la Societat Catalana de Geografia, 1985, p. 17-32.

Sbert i Garau M., S’Arenal, penombra als meus paradisos perduts, Ajuntament de Llucmajor, 2009.

Selwyn T. et Andrews H., « The British on holiday: charter tourism, identity and consumption », Journal of the Royal Anthropological Institute, vol. XXII, no 1, 2016, p. 246-247.

Solé C. et Parella S., « The Labour Market and Racial Discrimination in Spain », Journal of Ethnic and Migration Studies, vol. XXIX, no 1, 2003, p. 121-140.

Ter Minassian H., « Géographies populaires 1 », Géographie et cultures, no 111, 2020, p. 166.

Urry J. et Sheller M. (dir.), Tourism Mobilities: Places to Stay, Places in Play, Routledge, Londres, 2004.

Vives-Miró S. et Rullan O., « ¿Desposesión de vivienda por turistización?: Revalorización y desplazamientos en el Centro Histórico de Palma (Mallorca) », Revista de Geografía Norte Grande, no 67, 2017, p. 53-71.

Wimmer A. et Glick Schiller N., « Methodological Nationalism and Beyond: Nation-State Building, Migration and the Social Sciences », Global Networks, vol. II, no 4, 2002, p. 301-334.

Haut de page

Notes

1 Les entretiens avec des individus de différents âges et genres se sont déroulés de façon spontanée au long du terrain d’un mois : 10 commerçants (dont un bar hollandais ; trois bars allemands ; un restaurant aragonais ; un restaurant turc ; un bar de l’ancienne gare local ; un bar andalou ; un commerce de souvenirs ; un commerce de tatouage) ; 10 entretiens dans 10 hôtels de différentes catégories – familiaux et de grandes chaînes ; 10 résidents (quatre résidents espagnols ; deux turcs ; un majorquin d’origine ; un sénégalais ; un gitan ; un colombien) ; 30 touristes (huit allemands ; cinq hollandais ; cinq anglais ; deux français ; deux danois ; deux belges ; deux suisses ; deux slovaques ; deux polonais).

2 Les entretiens ouverts ont été analysés et regroupés a posteriori autour des categories les plus fréquentes (vacances, Majorque, loisirs, touristes, résidents, multiculturalité, contacts, sécurité, autres).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Hugo Capellà i Miternique, « L’importance des lieux touristiques dans la découverte des imaginaires : le cas de S’Arenal aux Baléares »Sud-Ouest européen, 50 | 2020, 19-31.

Référence électronique

Hugo Capellà i Miternique, « L’importance des lieux touristiques dans la découverte des imaginaires : le cas de S’Arenal aux Baléares »Sud-Ouest européen [En ligne], 50 | 2020, mis en ligne le 14 janvier 2022, consulté le 18 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/soe/7042 ; DOI : https://doi.org/10.4000/soe.7042

Haut de page

Auteur

Hugo Capellà i Miternique

Professeur titulaire de géographie, Universidad de las Islas Baleares, laboratoire Médiations, Sorbonne-Université, hugo.capella@uib.eu

Haut de page

Droits d’auteur

CC BY-NC-ND 4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
  • Logo Presses universitaire du Midi
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search