Navigation – Plan du site

AccueilNuméros50Les paysages de pierre sèche aux ...

Les paysages de pierre sèche aux îles Baléares

Dry Stone Landscapes in the Balearic Islands
Los paisajes de la piedra seca en las Islas Baleares
Gabriel Alomar-Garau
p. 51-68

Résumés

La dénomination de « paysages de pierre sèche » est utilisée pour désigner les territoires constitués par la présence massive de constructions architecturales traditionnelles et d’ingénierie populaire, dans lesquelles le matériau utilisé est la pierre placée « à sec ». Dans les régions méditerranéennes, cette technique de construction a été et continue d’être largement utilisée et diffusée comme moyen d’optimiser les usages agropastoraux des zones rurales et de se défendre contre les risques naturels liés à l’érosion hydrique et des sols. Le présent article décrit l’ensemble vaste et varié de constructions en pierre sèche des îles Baléares, leurs types fonctionnels et leur contexte historique et géographique, ainsi que leur empreinte paysagère actuelle sous la forme de systèmes de construction à l’échelle territoriale.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Bien qu’il existe des études internationales nombreuses et variées sur la technique de construction de la pierre sèche et son expression territoriale sous forme de constructions aux fonctions très différentes, il semble nécessaire de commencer par se référer à la question de sa définition. Il s’agit de clarifier la distinction entre les constructions microlithiques dans lesquelles cette technique est mise en pratique et les constructions mégalithiques dans lesquelles ce n’est pas le cas. Pour commencer, la technique que nous nommons est celle dans laquelle les pierres sont assemblées sans aucun type de mortier ou matériau de liaison entre elles. Cette manière de construire est universelle, si bien qu’elle s’est historiquement implantée dans des zones géographiques et des cultures très différentes.

2Cela dit, la technique de la pierre sèche est définie comme telle lorsqu’elle répond aux caractéristiques suivantes. En premier lieu, le caractère local et autonome de l’ouvrage bâti, en ce sens que les matériaux utilisés proviennent du même terrain sur lequel la construction est réalisée, ces matériaux étant toujours des pierres résiduelles collectées à cet effet (par conséquent, ne sont pas extraites de carrières). Deuxièmement, le caractère essentiellement microlithique des pierres de petite taille et de faible poids relatif permettant à une seule personne de les manipuler et de gérer individuellement les opérations nécessaires à la construction. De plus, ces opérations ont un besoin instrumental faible, voire nul. Tout cela se traduit par un achèvement relativement rapide du travail et bien qu’il s’agisse d’une technique primitive et simple, cela ne signifie pas que les structures qui en résultent ne peuvent pas devenir complexes. Ainsi, la pierre sèche, plutôt qu’un objet ethnologique, historique ou géographique, est une technique et une technologie de construction.

3Les types de construction qui correspondent à la définition susmentionnée sont nombreux. D’emblée, il faut nommer un ensemble large et varié de bâtiments ruraux, tels que des hangars ou cabanes en pierres, des murs ou des clôtures pour la délimitation des parcelles et des terrasses. Ensuite, il est nécessaire de nommer les constructions qui font partie de l’équipement agricole ou forestier : conduites d’eau et leurs réservoirs, galeries de captage d’eau, abreuvoirs, limes (murs), charbonniers, murs barrant un vallon sec, égouts, aires de battage et puits de neige, parmi tant d’autres, en plus de l’empilement de pierres dans le même domaine de travail. Enfin, il faut aussi mentionner les constructions liées aux infrastructures de type axial, telles que les sentiers pédestres et leurs éléments auxiliaires.

4D’habitude, on fait référence à ce type de construction avec certaines appellations (Goldfinger, 1970) : l’architecture populaire (c’est-à-dire celle qui naît directement de la ville et qui, pour cette raison, est également classée comme architecture sans architectes), l’architecture vernaculaire (celle qui est née de la ville mais se situe et se limite à une région spécifique), l’architecture rurale (qui répond aux besoins imposés par les exploitations agricoles et d’élevage) ou l’architecture traditionnelle (qui s’est transmise entre les différentes générations et donc concerne la tradition). En tout cas, il s’agit d’une architecture ou d’une ingénierie anonyme, et parfois dans un certain sens, spontanée.

5Les territoires dans lesquels la technique a été développée sont le produit du souci de l’homme ou d’un groupe social pour sa survie dans un environnement hostile, donc les constructions ont toujours, et en premier lieu, une finalité strictement fonctionnelle mais non esthétique. Lors de la construction d’une cabane, d’une terrasse, d’un mur, d’un canal ou d’un chemin de pierre, dans sa réalisation, la solution optimale est recherchée qui satisfait d’abord certains besoins fonctionnels : fournir un abri, préparer les champs pour la culture, identifier et séparer les parcelles, conduire les eaux et les stocker ou faciliter les communications et le transport. Fréquemment, les constructions sont souvent fonctionnellement liées les unes aux autres, d’où le caractère multifonctionnel que les territoires dans lesquels se manifeste cette manière de construire acquièrent parfois. De plus, comme tout le travail bâti est résolu avec un seul matériau qui est la pierre, et puisqu’il s’agit d’une ressource locale, les constructions qui en résultent, individuelles ou collectives, adoptent des couleurs et des aspects différents selon la lithologie du lieu mais le résultat final est son mimétisme et sa pleine intégration dans le paysage environnant.

6La technique de la pierre sèche est appliquée, presque sans exception, exclusivement dans le monde rural, ce qui donne une idée claire de la fonction assignée aux différentes constructions : agricole ou d’élevage mais aussi le logement – dans ce cas, toujours temporaire –, en plus d’une fonction de contrôle des risques naturels liés à l’érosion hydrique et des sols (Larcena, 2012). Quoi qu’il en soit, les constructions en pierre sèche sont rarement présentées comme un événement constructif isolé et individuel mais sont plutôt intégrées dans un cadre territorial plus large qui constitue, en totalité, un territoire – ou, si vous préférez, un paysage – pour lequel le nom de xérolitique a été proposé (Alomar-Garau, 2017). Le préfixe « xéro », du grec xerós signifie sec, et le suffixe « lithique », du grec litos signifie pierre. En grec moderne, le sens « pierre sèche » est traduit par xérolithia – ξερολιθιά. Avec ce néologisme, qui fait allusion à la dénomination la plus commune des paysages de pierre sèche, ces espaces géographiques ruraux caractérisés par la présence massive de constructions réalisées grâce à l’utilisation de cette technique particulière sont identifiés et nommés.

I – La pierre sèche dans les îles Baléares. Vue d’ensemble

7En raison de sa position centrale en Méditerranée occidentale, l’archipel des Baléares n’a pas du tout été exclu des processus historiques d’échange culturel avec les régions de ses environs immédiats et le bassin dans son ensemble. Ces échanges incluent ceux concernant la technique de construction de la pierre sèche. De fait, les constructions qui en résultent, ainsi que le lexique technologique qui les accompagne, ont nécessairement un haut degré de correspondance dans l’un des territoires où elles apparaissent. Cela signifie qu’aux Baléares, des solutions constructives identiques ou similaires ont été appliquées à celles pratiquées dans d’autres régions, non pas en raison d’un processus évolutif endogène d’acquisition de connaissances mais plutôt en raison d’emprunts culturels à travers lesquels les connaissances techniques liées à la pierre sèche ont été importées de régions ayant une culture de la construction relativement plus avancée.

8Une fois cette technique implantée aux Baléares, la tradition de son utilisation s’est très bien maintenue au fil du temps au point que, de nos jours, il y a des spécialistes actifs. Depuis 2016 à Majorque, il existe un syndicat professionnel de margers – les muraillers, et généralement ceux qui construisent des murs en pierres sèches. La base humaine de cette guilde se trouve dans l’expérience de la création à Majorque, en 1986, d’une école-atelier pour muraillers (fig. 1b) dont le modèle d’enseignement a ensuite été adopté par les institutions gouvernementales insulaires. Cette première école avait pour objectif de former des spécialistes dans un métier alors en danger de disparition, à la fois du fait du vieillissement des quelques experts actifs et du manque de demande.

Figure 1 – (a) Marger actif en 1990, construisant un mur en pierre sèche à Ibiza ; b) Des élèves de l’ancienne école-atelier en 1986, réparant des terrasses et des murs de soutènement dans le ravin de Biniaraix (Sóller, Majorque)

Figure 1 – (a) Marger actif en 1990, construisant un mur en pierre sèche à Ibiza ; b) Des élèves de l’ancienne école-atelier en 1986, réparant des terrasses et des murs de soutènement dans le ravin de Biniaraix (Sóller, Majorque)

Source : Alomar-Garau

Figure 2a – a) Bancal de Banyalbufar (Majorque) ; b) Terrasses de La Trapa (Andratx, Majorque) ; c) Clôtures en pierre sèche (tanques) avec fonction d’élevage à Son Salomó (Minorque) ; d) Caniveau de drainage dans une oliveraie en terrasse à Sa Figuera (Sóller, Majorque) ; e) Parat construite sur le canal théorique d’un champ de culture à Llucmajor (Majorque) ; f) Route de montagne pavée à Biniaraix (Sóller, Majorque)

Figure 2a – a) Bancal de Banyalbufar (Majorque) ; b) Terrasses de La Trapa (Andratx, Majorque) ; c) Clôtures en pierre sèche (tanques) avec fonction d’élevage à Son Salomó (Minorque) ; d) Caniveau de drainage dans une oliveraie en terrasse à Sa Figuera (Sóller, Majorque) ; e) Parat construite sur le canal théorique d’un champ de culture à Llucmajor (Majorque) ; f) Route de montagne pavée à Biniaraix (Sóller, Majorque)

Source : Alomar-Garau

Figure 2b – g) Ancienne barraca de curucull à Llucmajor (Majorque ) ; h) Barraca typique de Minorque ; i) Ancienne aire de battage se trouvant devant une hutte à bétail (Llucmajor, Majorque) ; j) Bassin d’eau ou auge recouvert de pierre (Llucmajor, Majorque)

Figure 2b – g) Ancienne barraca de curucull à Llucmajor (Majorque ) ; h) Barraca typique de Minorque ; i) Ancienne aire de battage se trouvant devant une hutte à bétail (Llucmajor, Majorque) ; j) Bassin d’eau ou auge recouvert de pierre (Llucmajor, Majorque)

Source : Alomar-Garau

9Aux îles Baléares, la technique de la pierre sèche a été appliquée conformément aux canons pour donner naissance aux sept types d’éléments de construction synthétiques suivants, dont les plus importants sont illustrés à la figure 2. Les cinq premiers sont des ouvrages d’art assez fréquents tandis que les deux derniers, d’essence plus architecturale sont davantage ponctuel dans le paysage :

  • Terrasses (marjades) et murs de terrasse (marges) constitutifs des espaces en terrasses, construits dans le double but de permettre la culture de parcelles en pente et de maîtriser les risques de glissements de terrain, d’érosion et d’inondations ;

  • Clôtures ou murs de délimitation (tanques), construits comme des enclos en pierre qui limitent précisément une propriété rustique, les parcelles agricoles et d’élevage et les routes ou autoroutes ;

  • Systèmes hydrauliques de collecte, de réacheminement et de drainage de l’eau, fréquemment connectés à des terrasses de culture irriguées : mines et fontaines de mines, canaux, égouts ;

  • Infrastructures axiales sous forme de chemins et tous leurs éléments auxiliaires : ponts, aqueducs, escaliers, rampes et petits murs de nivellement ;

  • Murs de pierre transversaux au lit théorique d’un torrent et perpendiculaires au cours d’eau, dont le but est de réduire l’efficacité de l’écoulement, en régulant sa force : parats ;

  • Les infrastructures architecturales pour les abris humains ou animaux, c’est-à-dire les hangars ou huttes en pierre qui sur les îles reçoivent des noms différents et distinctifs : barraca, païssa, porxo, pont ;

  • Infrastructures de diverses classifications fonctionnelles qui font partie de l’équipement du milieu rural insulaire : puits de neige, aires de battage, puits, charbonniers, radeaux couverts pour l’abreuvement (cocó), cours (corrals), pierres empilées (clapers, galeries), parmi tant d’autres.

10Si l’utilisation de la pierre travaillée à sec a surtout servi à des fins fonctionnelles telles que celles mentionnées, elle a également servi utilement à la construction d’anciennes infrastructures de défense et de surveillance telles que tours, tours de guet, châteaux ou phares ou pour construire de petits monuments sous forme de sanctuaires, ermitages, oratoires, monastères ou cloîtres ainsi que des éléments d’appropriation du paysage tels que points de vue et promenades, sans oublier leur utilisation pour la caractérisation de jardins majestueux, domaines ruraux ou petits villages.

11Le développement extensif et intense des constructions en pierre sèche aux Baléares s’explique, tout d’abord, par quelques conditions favorables : climatiques, édaphiques, géologiques, hydrographiques, topographiques, agrologiques et économiques. Ces facteurs, qui apparaissent souvent étroitement liés, permettent de comprendre la présence massive de constructions en pierre sur une grande partie du territoire insulaire, en plus de leur diversité typologique. Pour commencer, le climat des îles Baléares, bien qu’il ne soit pas uniforme pour chaque île, est typiquement méditerranéen (Csa et Csb, selon la classification climatique de Köppen), ce qui se traduit par la sécheresse estivale bien connue qui prend trois à cinq mois d’aridité mais aussi par une variabilité interannuelle marquée de certaines variables climatiques telles les précipitations.

  • 1 L’expression « seconde nature » est bien connue pour désigner la nature transformée et domestiquée (...)

12L’aridité estivale a rendu nécessaire la création d’un grand groupe d’ouvrages et de structures d’ingénierie populaire pour la collecte, la distribution et le stockage de l’eau, ainsi qu’une atténuation partielle du déficit relatif de sols fertiles causé par les pratiques agricoles séculaires qui en ont altéré la fertilité. Tous ces travaux aux Baléares représentent un degré énorme de transformation forcée et effective de l’espace rural, c’est-à-dire d’artificialisation de l’environnement et, finalement, d’anthropisation. Pour ce faire, on a utilisé l’abondant matériau de pierre disponible qui est aussi, en général, de haute qualité car la lithologie est majoritairement calcaire, ce qui a facilité la construction de structures plus ou moins complexes. Le surplus de pierres dans les campagnes est une nuisance pour l’agriculture. La création de sols et la revalorisation des terres n’ont été possibles que grâce à une activité de stockage intense et persistante de pierres pour les retirer du sol et les briser. Le résultat est une présentation formelle – organisée et rationnelle – de ces mêmes pierres qui se manifeste dans l’ouvrage construit et dans la facture technique qu’elle atteint parfois. En faisant tout cela, l’homme devient un agent créateur et organisateur de l’environnement, un homo agens, c’est-à-dire l’homme comme sujet agent, domestiquant l’environnement 1.

13Bien que la présence de constructions en pierre sèche soit citée dans la documentation des xiiie et xive siècles, et sans préjudice du fait qu’à l’époque romaine, et même au néolithique insulaire, des éléments en pierre sèche grossièrement assemblés étaient parfois construits, la majeure partie du travail construit à sec et sa sophistication constructive doivent être attribués à des temps beaucoup plus tardifs. Ainsi, lorsqu’en 1778 la Société économique des amis du pays du royaume de Majorque fut créée dans le but de renouveler et d’optimiser les cultures traditionnelles (olivier et vigne) et d’en introduire de nouvelles ou celles à petites racines (caroube et amande), il s’élargit à la construction de terrasses, de murs barrant un vallon sec et de murs de clôture, signifiant une activité renouvelée et intense d’assèchement des terres arables. À propos de cette activité, l’archiduc Louis-Salvador d’Autriche, en 1871, dans son grand ouvrage Les Baléares dépeintes en mots et en images écrivait :

  • 2 Le pam est une ancienne mesure de longueur équivalente à environ 19,4 cm, correspondant peu ou prou (...)

Les paysans majorquins sont très avancés lorsqu’il s’agit de labourer la terre car ils font preuve d’une grande ténacité et d’une grande habileté, surtout dans les zones montagneuses, où le terrain est toujours très caillouteux. Cela est dû non seulement à l’aptitude naturelle qu’ils possèdent pour tous les travaux minutieux, mais c’est aussi une conséquence de la densité de la population par rapport aux champs cultivés et de l’habitude qu’ont tous les petits propriétaires de cultiver directement leurs terres. […] Avec les pierres recueillies, on construit des murs secs (paretar en sec), qui non seulement forment les limites de chaque ferme, mais aussi, à l’intérieur d’une même propriété, sont érigés pour séparer les différents sementers. Ces clôtures ont généralement une hauteur de 7 à 9 pams 2 (140-180 cm) avec une épaisseur moyenne de 4 pams. […] Les Majorquins valorisent très bien même les terres aux pentes très raides. […] De cette manière, ils construisent une série de terrasses appelées marjades. […] Ces terrasses sont fermées par de solides murs d’appui appelés marges, des ouvrages en pierre sèche dans la construction desquels se distinguent les margedors d’Esporles et de Sóller.

(Archiduc Louis-Salvador d’Autriche, 1959 [1871], p. 52-55.)

14Les mots de Louis-Salvador ne font que décrire, dans le monde rural des Baléares, le paysan, bénéficiaire de son champ, participant directement et individuellement à la fois au projet de construction de murs en pierres sèches et de terrasses ainsi qu’à leur exécution. Cette circonstance, se référant au paysan méditerranéen, est également reprise, dans un style plus moderne, par Pierre Deffontaines lorsqu’il affirme que « le cultivateur est souvent avant tout un architecte » et que « l’agriculteur [méditerranéen] est dans son ensemble, arboriculteur, vigneron, irrigateur et constructeur de son champ » (Deffontaines, 1972, p. 80 et 172).

II – Les terrasses de culture des Baléares

15Le terrassement des zones de montagne au moyen de terrasses soutenues par des murs de pierre est un phénomène mondial très répandu et un témoignage culturel clair d’une technologie qui nécessite une certaine spécialisation ainsi qu’une capacité extraordinaire de gestion durable de l’environnement naturel (Blanchemanche, 1990). En ce qui concerne les îles Baléares, les murs de soutènement (marges) et leur disposition finale en forme de terrasses (marjades), sont typiques des terres à inclinaison topographique et constituent l’élément anthropique le plus caractéristique des montagnes et collines de Majorque et d’Ibiza. Sans terrasses, la pente excessive ne permet pas d’avoir une surface à cultiver car les terrains en pente favorisent l’érosion des sols et il y a une perte progressive du profil supérieur des terres agricoles. Ces difficultés sont résolues de manière imaginative et efficace en terrassant les pentes même si la mécanisation de la petite terrasse agraire est encore difficile voire impossible. Là où le développement agraire de la montagne n’a pas été possible, les utilisations traditionnelles n’ont été que la sylviculture ou le pâturage du bétail.

16Dans la Sierra de Tramuntana de Majorque, Grimalt-Gelabert, Blázquez et Rodríguez (1992) ont dénombré 167,6 km2 de terrasses de culture alors qu’aujourd’hui, après des catalogues successifs, la superficie en terrasses de ce groupe montagneux est estimée à environ 210 km2. Dans un travail récent, Alomar-Garau, Grimalt-Gelabert et Bauzà (2020), analysant au préalable la cartographie topographique de Majorque pour les années 1995 et 2006 à l’échelle 1/5 000 et prenant comme limites la délimitation utilisée par la proposition technique pour la déclaration de la Sierra de Tramuntana au patrimoine mondial de l’UNESCO (834,2 km2), concluent que les murs de pierre totalisent ici une longueur de 5 076,7 km linéaires (équivalent approximativement à la distance entre l’île de Majorque et le pôle Nord). Bien qu’extraordinaire, il s’agit d’un chiffre minimum, de sorte qu’à l’avenir, lorsque le calcul final des murs sera effectué pour le reste du territoire insulaire, les chiffres seront beaucoup plus élevés.

17Carbonero (1984) rapproche l’origine de certains établissements majorquins en terrasse de la mise en place des systèmes d’irrigation des montagnes de la période musulmane qui se reflètent dans les noms de lieux tels que Banyalbufar qui vient de l’arabe bānaya al-buhar (Pirenne, 1977) et dont le sens est la construction (bānaya) d’étangs (buhar). Ainsi, les toponymes qui dans le Llibre del Repartiment présentent la dénomination d’al-buhar indiquent la présence de systèmes d’irrigation de montagne avec des terrasses de culture (Poveda, 1982). De même, Barceló (1986) identifie à Majorque des qanāt(s) – galeries ou mines pour la collecte des eaux souterraines – de pierres sèches et de toiture voûtée d’une construction andalouse originale.

18Aux Baléares, les terrasses pluviales prédominent sur les terrasses irriguées et les premières, dédiées avant tout à l’arboriculture (principalement oliviers, mais aussi caroubiers, amandiers, vignes ou figuiers), sont plus étroites que ces dernières et sont également construites sur des terrains particulièrement marginaux et caillouteux, plus éloignés des terres fertiles et des centres de population. Il faut rappeler que le caractère chaud et sec du climat méditerranéen, ainsi que les particularités du relief et l’état moyennement fertile du sol dont la proportion de carbonate de calcium est élevée et présente une certaine proportion de fer et une réaction basique, sont des facteurs qui expliquent l’attachement traditionnel des Baléares à la trilogie méditerranéenne classique des céréales, du vignoble et de l’olivier, ainsi qu’à l’arboriculture pluviale (caroube, figue, amande). Les terrasses irriguées (principalement d’agrumes) sont plus rares mais plus complexes d’un point de vue constructif et de meilleure facture architecturale. De plus, elles occupent des zones montagneuses plus fertiles et plus proches des centres de population lorsqu’elles ne sont pas localisées en leur sein. Elles profitent également de la présence à proximité d’un cours d’eau utilisé par différents mécanismes de captage et de conduction de l’eau.

Figure 3 – Mur de terrasse avec gréement grossièrement sculpté (section gauche) et mieux sculpté (section droite). Il y a des affleurements rocheux intégrés dans le mur (ressalts), et une double rangée de pierres au sommet (filada de dalt ou corona). Une colonne ou chaînage vertical typique (capginya) sépare la partie la plus ancienne du mur (section gauche) de la nouvelle (section droite)

Figure 3 – Mur de terrasse avec gréement grossièrement sculpté (section gauche) et mieux sculpté (section droite). Il y a des affleurements rocheux intégrés dans le mur (ressalts), et une double rangée de pierres au sommet (filada de dalt ou corona). Une colonne ou chaînage vertical typique (capginya) sépare la partie la plus ancienne du mur (section gauche) de la nouvelle (section droite)

Source : Alomar-Garau

19Il est à noter que les champs en terrasses présentent des arrangements formels différents (Colomar, 2002) qui peuvent être parallèles continus, concentriques, parallèles en zigzag, géométriques non-parallèles ou non-géométriques. De même, le gréement des murs – le paredat – a différents types : gréement non-travaillé, grossièrement sculpté irrégulier, sculpté irrégulier, fortement sculpté irrégulier, semi-polygonal ou polygonal. Ils présentent également, dans la partie supérieure, des finitions de différentes factures : le plus courant est le rasant – pierres de nivellement – ou le coronament, mais il y en a sans couronne, avec un porte-à-faux, avec une couronne laminaire ou avec une couronne surélevée (fig. 3). Ces murs ont parfois certains éléments de construction auxiliaires avec un but précis tels que le contrafort, le braó, le capginya ou les escaliers qui, à leur tour, sont de différents types. À partir de la seconde moitié du xxe siècle, en raison de la faible rentabilité des exploitations agricoles et du fait que le secteur touristique se consolide comme le moteur de l’économie des Baléares, remplaçant complètement le secteur primaire, les espaces de culture en terrasse tombent en déclin, bien qu’une partie non-négligeable soit encore bien conservée.

20Sans perdre ses attributs méditerranéens, le climat des îles Baléares peut être classé comme humide dans les plus hautes montagnes, subhumide ou sec dans la moitié nord de Majorque et dans tout Minorque et semi-aride dans la moitié sud de Majorque et à Ibiza et Formentera. Le fait qu’il soit humide dans les montagnes de Majorque – essentiellement dans la zone centrale de la Sierra de Tramuntana – se traduit, là, par la présence proéminente de complexes de construction conçus pour contrôler l’excès d’eau et drainer et canaliser l’eau vers un coffre-fort (fig. 2a-d), c’est-à-dire pour empêcher les courants d’eau de surface d’endommager ou de ruiner les champs et de ne pas les éroder ou les inonder. C’est pourquoi, dans les montagnes, les lits des cours d’eau semblent canalisés entre des murs de pierre et le fond de beaucoup d’entre eux est même pavé. De plus, il n’est pas rare que les cours d’eau aient été détournés de leur tracé d’origine. Les vallées fluviales étroites dont le talweg a été annulé par des murs – parats – disposés perpendiculairement au cours théorique de l’eau sont également courantes (fig. 2a-e) afin de réguler sa force lors d’éventuels épisodes de pluies torrentielles. Les éléments constructifs qui rendent compte de ce déterminisme climatique peuvent être représentés sur une carte comme celle de la figure 4, réalisée dans le cadre du projet européen TERRISC (récupération des espaces terrasses et prévention des risques naturels) du programme Interreg III-B développé entre 2004 et 2006 dans trois pays de la région SUDOE (Espagne, France et Portugal). La carte représente l’hydrologie anthropique identifiée dans le bassin versant de Sa Figuera, dans la municipalité majorquine de Sóller. Cet exemple est une claire expression de la transformation humaine de l’environnement dans le but de contrôler et de diriger les excès d’eau.

Figure 4 – Constructions hydrauliques dans le bassin versant de Sa Figuera (Sóller, Majorque). Notez la densité des murs en terrasses formant des grands systèmes de terrasses de culture, alimentées ou drainées par la canalisation rationnelle des eaux de pluie

Figure 4 – Constructions hydrauliques dans le bassin versant de Sa Figuera (Sóller, Majorque). Notez la densité des murs en terrasses formant des grands systèmes de terrasses de culture, alimentées ou drainées par la canalisation rationnelle des eaux de pluie

Source : Reynés, Alvaro, Alomar et al., 2007

21Le système de parats n’est en aucun cas exclusif aux lits des rivières de montagne mais se produit plutôt de manière généralisée dans les cultures pratiquées sur les fonds secs des vallées des zones plates, c’est-à-dire connaissant un stress hydrique et une pauvreté du sol (fig. 2a-e). Souvent, pour soulager la résistance des parois d’extrémité en cas de forts écoulements d’eau occasionnels, des trous sont pratiqués dans leur base comme drains. Le système se retrouve dans d’autres régions riveraines du bassin méditerranéen bien que le souci scientifique d’établir un nom précis pour chaque type de mur en fonction de son rôle oblige à rechercher son nom correspondant dans chaque langue ou dialecte. Cependant, établir les différences aujourd’hui est particulièrement difficile en raison de l’influence de la littérature touristique peu intéressée par la précision. Par exemple, le terme provençal restanco (ou sa francisation « restanque ») désigne proprement un mur de soutènement en pierre sèche, transversal au lit d’un cours d’eau intermittent, construit pour éviter le glissement de terrain cultivé sur un terrain en pente mais aujourd’hui, il désigne aussi tout mur en pierre sèche qui prend en charge un jardin en terrasse. Le terme provençal bancau, comme le bancal espagnol, désigne une terrasse de culture mais n’implique pas nécessairement la présence d’un mur de soutènement.

22En ce qui concerne les infrastructures de communication, les chemins de montagne sont fréquemment goudronnés – ce sont les anciens sentiers équestres – sans parler des murs de soutènement de certaines routes de montagne dont le paroxysme se trouve, à Majorque, dans la soi-disant marge de sa Regata, sur la route de Sa Calobra qui atteint une hauteur de 17 m et dont la grande muraille offre une surface d’environ 1 500 m2. À Majorque, il existe également un réseau officiel de sentiers de longue distance (GR 221) appelé Ruta de la Piedra Seca. Il totalise 171,7 km et son nom décrit précisément la présence de défrichement des travaux de construction à sec le long du parcours. Toujours à Majorque, le ravin de Biniaraix, un canyon karstique façonné par l’action des eaux et dont les pentes sont organisées en petites propriétés agricoles structurées en terrasses, présente une forte pente surmontée par un long et sinueux sentier de montagne pavé et en escalier (fig. 2a-f). Il a été construit comme voie de communication entre la vallée de Sóller, entourée de montagnes, et la plaine de l’île ainsi que comme voie de communication entre Sóller et le sanctuaire de Lluc dans la municipalité d’Escorca. Entre son départ à Biniaraix et son arrivée au pied de la montagne de l’Ofre, le parcours totalise 1 932 marches.

23Enfin, un autre des éléments ethnographiques les plus intéressants de la montagne majorquine sont les anciennes glacières ou cabanes à neige (Amer et Segura, 1996) – une quarantaine sur cette île – principalement les 11 qui ont été cataloguées dans les secteurs les plus élevés du massif de la Massanella (1 365 m). En 2001, elles ont été déclarées « lieu d’intérêt ethnologique » et représentent une ancienne industrie de la glace utilisée à des fins médicinales et pour fabriquer des crèmes glacées.

III – Les clôtures en pierre des Baléares

24En ce qui concerne les murs de clôture – qui fonctionnent également comme murs de bordure de routes et de routes rurales –, nous devons commencer par souligner que l’un des premiers problèmes de l’environnement rural des Baléares est et a été l’alternance entre la petite exploitation excessive dans certaines régions et la grande exploitation dominante dans d’autres. Si la zone rurale de Minorque est, en général, liée à des propriétaires terriens et des éleveurs, celles d’Ibiza et de Formentera sont appropriées par des petits exploitants agricoles. De même, les zones les plus escarpées de la Sierra de Tramuntana majorquine ont généralement un régime de propriété latifundiste tandis que la propriété des petits exploitants domine dans des zones telles que la vallée de Sóller. Dans les deux cas, petites exploitations et grandes propriétés sont séparées par des murs en pierres sèches et c’est, en fait, la formule fondamentale pour clôturer les parcelles agricoles aux Baléares et dans de nombreuses autres régions méditerranéennes comme la Provence ou le Roussillon (Marcelin, 1937).

25À Minorque, une île qui atteint à peine 700 km2 (50 × 15 km) et avec un territoire agraire principalement d’herbes et de vaches, le phénomène des limites murées de pierre atteint un paroxysme. Étant une île relativement « exempte d’arbres » (Bisson, 1964, p. 63), latifundiste et d’une géomorphologie plane –bien que, paradoxalement, également accidentée –, l’énorme disponibilité de matériaux en pierre ainsi que le défrichement historique du champ à fin d’utilisation agricole a conduit à une présence massive de clôtures en pierre appelées localement tanques – du verbe catalan tancar, fermer (Camps, 2005).

26Cette utilisation spécifique des pierres résiduelles a attiré l’attention de nombreux géographes et voyageurs intéressés par la description historicogéographique. En 1786, l’allemand Lindemann, aumônier militaire, fut étonné des tâches de défrichement effectuées par le paysan de Minorque et de la construction de murs et du zèle avec lequel ces mêmes paysans étaient occupés à transporter les rares terres disponibles vers les vergers. En 1911, le géographe français Jean Brunhes note les tâches de défrichement qui impliquent un travail intense de collecte des pierres du sol et de stockage sous forme de piles – clapers. Avec les murs d’enceinte dans les fermes agricoles, non seulement leur propre bétail est logé et séparé du bétail des autres, mais aussi les cultures herbacées sont protégées du vent et les différentes parties – sementers – d’une terre agricole sont identifiées par un certain type de plantation. En plus de tout cela, les murs en pierres sèches sont un moyen tangible de marquer la propriété.

27Par rapport à ce dernier aspect, aux Baléares et dans de nombreuses autres régions du bassin méditerranéen, l’attention méticuleuse au champ de culture s’explique par cet attachement si méditerranéen à l’espace de production réduit, d’où la tendance à l’appropriation nominale de la petite parcelle et à son identification à un propriétaire. Cela explique l’abondance de noms de lieux (toponymes) qui prennent la forme de génériques avec un déterminant de propriété explicite comme le très commun Son (contraction de ço d’En, celui de…) qui fonctionne comme un indicateur démonstratif de propriété au même titre que Can (contraction de ca En, chez…) ou le non moins commun tanca d’en (clôture de…). L’espace rural des Baléares est ainsi, par appropriation, fortement segmenté et bordé de murs.

28Selon une estimation réalisée par l’Infrastructure de données spatiales (IDS) du Consell Insular de Menorca à Minorque, les murs en pierre sèche qui composent les terres clôturées totalisent 11 120 km linéaires, un calcul tiré de la carte topographique de Minorque en 2002. Vidal (2004), basé sur un échantillon de différentes zones de l’espace insulaire sur des photographies aériennes, conclut qu’il y a en moyenne 1 000 m de mur en pierre sèche par hectare, ce qui équivaudrait à un total de 70 000 km linéaires. Ce dernier chiffre, même s’il est exagéré, rend néanmoins compte du fait que « le champ de Minorque est une gigantesque grille de clôtures en pierre » et que « sans murs, les champs de Minorque seraient des éboulis incultes » (Vidal, 2004, p. 369).

29Tant à Majorque qu’à Ibiza où le paysage rural est clairement plus arboricole qu’à Minorque, les clôtures en pierre sèche se comptent également par milliers pour les mêmes raisons de gestion physique et agricole ou similaires qui fonctionnent sur l’île la plus au nord. L’architecte Josep Lluís Sert (1983, p. 102) qui a conçu des bâtiments prestigieux à Ibiza a écrit sur le paysage bâti d’Ibiza :

À Ibiza, il y a des centaines de milliers de murs de pierre qui recouvrent l’île comme des tentacules, mosaïques en pierre sans mortier de collage, bien que souvent celui-ci, généralement blanchi à la chaux, les termine au sommet. Ce réseau de lignes blanches relie les bâtiments entre eux et constitue un élément de mesure dans toute l’île de la place publique à la petite ferme éloignée.

30À Formentera, il arrive que les croûtes de calcaire soient parfois plus épaisses que prévu, ce qui a rendu leur élimination difficile. Malgré cela, les habitants de cette île continuent de construire des clôtures en pierre pour indiquer les limites de la propriété.

31Pour le reste, sur les bords des routes et des chemins ainsi que dans les champs délimités par des murs en pierres sèches, ceux-ci présentent différentes typologies ainsi que différents degrés de finition, circonstance qui a donné lieu à une distinction formelle entre les murs avec margelle angulaire (paret d’esquena d’ase), avec margelle volée (paret cabrera), avec margelle ronde (paret de mig punt), le mur de dalles (paret de lloses), le mur avec une couronne ou le paret rasant (fig. 5).

Figure 5 – Typologies courantes de murs de bord de route ou chemin : a) Couronnement angulaire (esquena d’ase) ; (b) Mur avec braó intérieur et nivellement de pierre (rasant) au sommet (encadenat) ; (c) Mur avec corona et capginya ; (d) Mur très mal assemblé à côté du chemin appelé « de Cavalls » (Minorque)

Figure 5 – Typologies courantes de murs de bord de route ou chemin : a) Couronnement angulaire (esquena d’ase) ; (b) Mur avec braó intérieur et nivellement de pierre (rasant) au sommet (encadenat) ; (c) Mur avec corona et capginya ; (d) Mur très mal assemblé à côté du chemin appelé « de Cavalls » (Minorque)

Source : Alomar-Garau

IV – L’habitat temporaire des hommes et du bétail : la barraca

32En ce qui concerne les constructions rurales en pierre sèche ayant une fonction d’habitat temporaire pour l’homme ou le bétail (barraques, selon la dénomination la plus répandue), les îles Baléares disposent également de ce type de bâtiment qui présente certaines variétés typologiques auxquelles il faut se référer. En utilisant le type d’installation et le type de toiture comme critère de référence, les barraques majorquines, très courantes dans le sud et le sud-est de l’île, ont un plan rectangulaire et une certaine variété de toits ou sont carrées ou circulaires et extérieurement coniques (de curucull). Quant à celles avec un plan au sol rectangulaire, le toit peut être à double-pente et constitué de dalles plates soutenues par des poutres d’olivier sauvage, de chêne vert, d’amandier ou de genévrier, ou composé de deux cours à un angle dièdre de dalles de grès – marès, selon la dénomination locale. Il peut également être formé, bien que très rarement, de dômes coniques. Quant aux abris à toit conique, il s’agit soit de matières végétales soit d’un faux dôme en pierre.

33Les barraques sont également classées selon l’occupation des personnes qui les utilisent, bien que différents usages aient pu coexister dans la même barraca : cabane à charbon, cabane de bûcheron, cabane de chasseur, cabane de pêcheur, cabane de tailleur de pierre (trencador), barraca de charbonnier (calciner), barraca de pastor, barraca de porcs, barraca de roter (cabane de défricheur), ce dernier prédominant à Majorque et généralement rectangulaire.

34À Minorque, une distinction est faite entre la barraca et le pont de bestiar. Le premier a une forme pyramidale et est composé de corps circulaires superposés dont le diamètre diminue avec la hauteur, enfermant ainsi une chambre avec un faux dôme. Sa datation est très difficile même si l’une des plus anciennes est supposée être la barraca des Comte dans le domaine appelé Ses Truqueries à Ciutadella, puisque le numéro 94 est inscrit dessus, indiquant peut-être l’année 1794. En revanche, le pont de bestiar est une construction de plan rectangulaire dont le toit est formé par une rangée de dalles de marès disposées sur une double-pente, remplies de terre. Selon Cots, Ferrer, Gual et al. (2020), le Consell de Menorca a établi l’inventaire de 522 barraques et de 233 ponts de bestiar.

35En ce qui concerne ce type de construction, il faut rappeler que la disponibilité immédiate des pierres permet leur utilisation rationnelle, une utilisation qui, dans le sud-ouest de l’Europe et dans l’ensemble de la Méditerranée, a donné naissance à un ensemble d’éléments de construction large et varié, souvent répété dans la forme bien que chaque région soit plus représentative de certaines d’entre elles (Rubió, 1914). En effet, en ce qui concerne les cabanes en pierre, en Haute-Provence les bories (Mille, 1993) sont typiques. Elles sont cousines des capitelles (capitèlo dans le dialecte languedocien) de Basse-Provence et du Gard (Roustan, 2001) ainsi que des cases de l’Auvergne, des trulli des Pouilles italiennes ou des barraques des îles Baléares et des régions valenciennes du Levant espagnol (García Lisón et Zaragozà Catalán, 2000). Les nuraghes de Sardaigne étant plutôt des structures mégalithiques ne peuvent être considérés comme des constructions dans lesquelles la technique de la pierre sèche a été appliquée, comme nous avons convenu de la définir.

V – Évaluation écologique, paysagère et patrimoniale de la pierre sèche des Baléares

36Depuis quelque temps, les fonctions classiques de terrassement, de délimitation des parcelles et d’habitat de la pierre sèche des Baléares ont été élargies et complétées par d’autres types de fonctions, parmi lesquelles les fonctions écologiques et paysagères se démarquent. En ce qui concerne la fonction écologique, cela tient, tout d’abord, en la présence d’un type de végétation adapté aux caractéristiques physiques et environnementales particulières des murs de pierre. On note une présence particulière de lichens, mousses et fougères (Polypodium cambricum, Asplenium majoricum, Ceterach officinarum, Cosentinia vellea, Asplenium trichomanes, Anogramma leptophylla) ainsi que d’une flore diversifiée parmi laquelle la cymbalaire des murs (Cymbalaria muralis), le nombril (Umbilicus horizontalis), l’ail triquètre (Allum triquetrum), la pariétaire (Parietaria officinalis), le lys blanc (Lilium candidum), le lierre (Hedera helix) ou la salsepareille (Smilax aspera) parmi de nombreuses autres plantes. En plus de cela, certaines espèces sauvages apparaissent surtout liées aux terrasses cultivées comme l’arisarum (Arisarum vulgare), l’arum d’Italie (Arum italicum) ou la scille maritime (Drimia maritima).

37Les fissures qui forment l’intérieur des murs de pierres sèches constituent l’habitat et le refuge privilégiés de certaines espèces de vertébrés et d’invertébrés. La tarente de Maurétanie (Tarentola mauritanica), le gecko nocturne (Hemidactylus turcicus), le serpent ou couleuvre à capuchon orientale (Macroprotodon cucullatus) sont typiques ainsi que certains mammifères comme le mulot sylvestre ou souris de terre (Apodemus sylvaticus) et la belette (Mustela nivalis). En ce qui concerne les invertébrés, une grande variété d’hyménoptères volants, de coléoptères, d’arachnides et de mollusques se démarquent. En plus de servir de biotope rupicole d’êtres vivants tels que ceux mentionnés, dans les murs de pierre la rétention d’eau est également augmentée face au ruissellement de surface et la condensation de l’humidité ambiante est favorisée.

Figure 6 – Rotes de Caimari (Selva, Majorque), déclaré site d’intérêt culturel (BIC). Ancienne oliveraie sur terrasses en pierres sèches, avec présence de porxos et murs de démarcation de propriété

Figure 6 – Rotes de Caimari (Selva, Majorque), déclaré site d’intérêt culturel (BIC). Ancienne oliveraie sur terrasses en pierres sèches, avec présence de porxos et murs de démarcation de propriété

Source : Alomar-Garau

38À cette fonction écologique s’ajoute aussi, surtout aujourd’hui, une fonction de nature paysagère, en ce sens que l’ensemble des travaux à sec contribue positivement à la valeur esthétique et identitaire des espaces dans lesquels ces réalisations sont encore présentes. C’est peut-être cette identité et cette valeur culturelle qui ont le mieux contribué à la valorisation de la pierre sèche en tant qu’élément patrimonial de premier ordre, reconnu comme tel dans les différents instruments de gestion territoriale des différentes administrations publiques (gouvernement régional des Baléares et conseils insulaires de Majorque, Minorque, Ibiza et Formentera). Tant les catalogues municipaux du patrimoine historique que les plans spéciaux de protection, par la loi 1/1991 des espaces naturels, la loi 12/1998 du patrimoine historique, les plans territoriaux insulaires (PTI) et les plans généraux d’urbanisme (PGOU) incluent explicitement et implicitement la nécessité de conserver et de maintenir l’immense travail constructif que nous avons décrit dans cet article. Ainsi, en vertu d’un tel cadre réglementaire (Alomar-Garau, Horrach, Cursach et al., 2011), dans la montagne occidentale de Majorque, la zone appelée rotes de Caimari (fig. 6), avec une superficie de 35,7 hectares de terrasses consacrées principalement à la culture de l’olivier, a été déclarée site d’intérêt culturel (BIC) par le Consell de Mallorca en 2009. Le même type de protection s’est appliqué en 1994 à la monumentalité du ravin déjà décrit de Biniaraix.

39La plus haute reconnaissance pour les complexes de construction en pierre sèche de Majorque a été obtenue pour la Sierra de Tramuntana, déclarée par l’UNESCO en 2011, site du patrimoine mondial dans la catégorie paysage culturel. Ce classement a été promu par le département du territoire du Consell de Mallorca, l’organe directeur de l’île, dans lequel a été décisive non seulement l’empreinte paysagère formée par les grands systèmes de construction sous la forme de terrasses, de clôtures en pierre et de chemins pavés, mais aussi l’actualité et la survie de ses fonctions productives. En effet, ce sont des constructions qui exercent encore aujourd’hui une fonction de maîtrise des risques naturels liés à l’érosion hydrique et des sols et qui favorisent encore aujourd’hui la culture, et donc la subsistance des pratiques agricoles traditionnelles. Cela signifie que la pierre sèche des Baléares continue de remplir, dans une large mesure, les mêmes fonctions historiques pour lesquelles cette technique a été utilisée et qu’elle ne se réduit pas à une fonction exclusivement scénique ou touristique. Afin de protéger et de promouvoir les utilisations de la pierre sèche dans les pays où elle existe encore, la technique a été déclarée par l’UNESCO, en 2018, patrimoine culturel immatériel de l’humanité.

40Comme on l’a vu, les valeurs agraires, écologiques et ethnologiques des infrastructures construites avec cette ancienne technique profite d’un degré élevé de protection à différentes échelles institutionnelles – internationale, régionale et locale. Cependant, il est évident que l’extension territoriale colossale de l’ouvrage construit rend son entretien difficile. Il n’est pas rare de voir de vastes étendues de terrasses abandonnées dans lesquelles les vieux arbres fruitiers ont été remplacés par la forêt sauvage – souvent pinède de Pinus halepensis. Contre cet abandon et cette dégradation, l’administration publique des Baléares dispose de certains services d’entretien et de reconstruction à travers des brigades de margers bien que celles-ci ne puissent intervenir que dans les fermes publiques. Dans les fermes privées, leurs propriétaires peuvent contacter l’une des associations existantes pour embaucher du personnel ayant la formation appropriée, en particulier ceux qui proviennent de l’union professionnelle des margers de Majorque susmentionnée. Cependant, le coût économique élevé d’une reconstruction en pierre sèche réduit ces actions à quelques fermes ou parcelles rurales dont les propriétaires ont un pouvoir d’achat élevé.

41Quoi qu’il en soit, lorsqu’une construction en pierre ou un ensemble d’entre elles est reconstruite et préservée, un double-objectif est atteint : d’une part, la fonction pour laquelle cet ouvrage a été construit est préservée ou récupérée et, d’autre part, sa valeur scénique et paysagère aujourd’hui prédominante et fondamentale pour l’utilisation publicitaire du paysage comme attraction touristique s’en trouve renforcée. Comme le souligne Alcaraz (2001), le pouvoir évocateur des paysages de terrasse en pierre sèche, qui apparaissent comme ancrés dans l’histoire du lieu, a été stratégiquement utilisé par la publicité pour créer des marques commerciales. C’est le cas de l’image de la marque touristique de montagne des Baléares qui s’appuie largement sur des espaces en terrasses typiquement tapissés d’oliviers, d’amandiers, de caroubiers, de figuiers ou d’agrumes mais aussi de vignobles. Dans ce dernier cas, la malvasia cultivée sur les pentes en terrasses face à la mer dans la ville de Banyalbufar est emblématique.

42Par rapport à cela, il ne faut pas oublier que l’une des principales destinations du premier tourisme du xixe siècle était les montagnes de Majorque. Dans la création de l’image romantique de Majorque, la publication en 1939 des Souvenirs d’un voyage d’art à l’île de Majorque de l’artiste français Jean-Baptiste Laurens a été décisive. Le séjour du musicien Chopin à Valldemossa et la publication d’Un hiver à Majorque de George Sand ont fait appel à une longue liste d’intellectuels et d’artistes européens qui ont voyagé aux Baléares, attirés par la dimension bucolique de leurs paysages. L’image pittoresque de villes telles que Valldemossa, Deià, Fornalutx, Estellencs ou Galilea vient en grande partie de l’environnement en terrasse où elles s’insèrent, tandis que l’architecture en pierre sèche est un élément récurrent dans la promotion touristique de l’intérieur rural. Un archiduc européen, Maximilien d’Autriche, a visité le domaine majorquin de Raixa en 1852 qu’il a décrit comme « un petit paradis ». De là, la campagne majorquine, minorquine et d’Ibiza a été une source d’inspiration pour les peintres paysagistes de renom depuis la fin du xixe siècle (Anckermann, O’Neille, Ribas, Mir, Degouve, Bernareggi, Cittadini, Ramis, Gelabert, Anglada- Camarassa, Rusiñol) et l’influence de ces peintures (fig. 7) sur la création finale de l’image de marque territoriale et touristique de nos îles reste à étudier. Les travaux d’Alomar-Garau et Hidalgo (2021) montrent le rôle de la floraison hivernale des amandiers de Majorque dans la création de l’image de marque touristique et paysagère de l’île. Les images de ces peintures ont été commodément exploitées à des fins touristiques et c’est celles que les fermes rurales de l’île ont converti en installations touristiques sous forme d’agrotourisme. Dans aucune d’entre elles les éléments de construction en pierre sèche ne manquent, ce sont donc ces établissements touristiques qui ont d’abord réalisé des investissements économiques destinés à reconstruire et à préserver leur architecture en pierre.

Figure 7 – Image pittoresque d’un environnement en terrasse avec de la pierre sèche de la montagne majorquine

Figure 7 – Image pittoresque d’un environnement en terrasse avec de la pierre sèche de la montagne majorquine

Source : Huile de Francisco Bernareggi (1878-1959)

Conclusion

43Aux Baléares, les constructions en pierre sèche sont omniprésentes et semblent inextricablement liées à un large éventail d’activités humaines traditionnelles presque exclusivement développées dans les zones rurales. C’est dans cet environnement que l’utilisation de pierres résiduelles à usage constructif a permis d’adapter le territoire en vue de son usage agricole, d’élevage et forestier mais aussi en vue de le rendre plus sûr et moins vulnérable aux aléas naturels communs comme les inondations, l’érosion des sols et les glissements de terrain. Le réseau étendu de clôtures en pierre sèche, de chemins bordés de murs, de terrasses et de cabanes en pierre de typologie diverse constitue dans l’archipel des éléments d’ingénierie et d’architecture populaire de premier ordre, tant d’un point de vue ethnologique et ethnographique que d’un point de vue architectural, géographique et historique. La pierre sèche a également l’intérêt d’être une technique de construction singulière et universelle dont le potentiel scientifique n’est pas épuisé. C’est pourquoi son étude qui, aux Baléares, est certainement avancée sert à mettre ces constructions en valeur patrimoniale du fait de l’atout culturel qu’elles représentent, surtout à l’heure actuelle, lorsqu’elles servent d’aiguillon au marché touristique culturel. Pour le reste, les études d’inventaire et de cataloguage des constructions en pierre constituent un document utile pour l’aménagement du territoire et la gestion municipale ou régionale du patrimoine culturel.

44Enfin, en raison de la nature étendue de leur distribution spatiale, les constructions en pierre sèche ont une valeur et un intérêt paysager énormes, au point que sans la conservation de ces constructions, l’espace insulaire des Baléares perdrait l’un de ses signes d’identité les plus importants. La réunion de toutes les conditions climatiques, édaphiques, géologiques, topographiques, agrologiques, économiques et, finalement, culturelles a conduit au développement magistral de cette technique. L’ensemble des constructions que nous avons décrites donne encore aujourd’hui un sens au paysage de la géographie insulaire variée et, dans de nombreux cas, il continue de remplir le même objectif fonctionnel pour lequel ces constructions ont été conçues. L’intégration intéressée de nouvelles fonctions écologiques et paysagères a contribué à ce que la technique de la pierre sèche soit davantage reconnue et protégée.

Un merci spécial à Mercedes Garau Alemany pour ses corrections en français et son attention bienveillante dans ce travail. De même, un grand merci au comité scientifique de la revue pour avoir permis à ce numéro d’exister.

Haut de page

Bibliographie

Alcaraz F., « L’utilisation publicitaire des paysages de terrasses », Études rurales, nos 157-158, 2001, p. 195-210.

Alomar-Garau G., « Los territorios xerolíticos. Una propuesta de definición », Naturaleza, territorio y ciudad en un mundo global. Actas del XXV Congreso de la Asociación de Geógrafos Españoles, Universidad Autónoma de Madrid, 2017.

Alomar-Garau G., Grimalt-Gelabert M. et Bauzà J., « Determinación cartográfica de los muros de piedra seca de la Sierra de Tramuntana mallorquina (Islas Baleares) : Análisis exploratorio », Cuadernos Geográficos, no 59, 2020, p. 142-157, DOI : doi.org/10.30827/cuadgeo.v59i3.11424.

Alomar-Garau G. et Hidalgo M., « Floración y turismo en Mallorca y el Baix Segre: Dos casos emblemáticos de imagen de marca turistico-paisajística », Geographicalia, no 73, 2021, p. 371-396, DOI : doi.org/10.26754/ojs_geoph/geoph.2021734629.

Alomar-Garau G., Horrach C., Cursach F. et Ordines G., « El marc normatiu de la pedra en sec a les Illes Balears », Actes de la V Trobada d’Estudi per a la Preservació del Patrimoni de Pedra en Sec als Països Catalans, Consell de Mallorca, 2011.

Amer A. et Segura P. A., « Les Cases de neu. Les construccions de paret seca per a la recollida de neu a Mallorca », Patronat de l’Escola Municipal de Mallorquí, Manacor, 1996.

Archiduc Louis-Salvador, « Mallorca agrícola (primera mitad) », Las Baleares descritas por la palabra y el grabado, Mossèn Alcover, Palma, 1959 [1871].

Barceló M., « Topografia i tipologia dels qanāt(s) de l’illa de Mallorca », dans Barceló M., Carbonero M. A., Martí R. et Rosselló-Bordoy G., Les aigües cercades (els qanāt[s] de l’illa de Mallorca), Institut d’Estudis Baleàrics, Palma, 1986.

Bisson J., « La utilización del suelo en las Baleares. Contribución al estudio de la Geografía Agraria de las Islas », BCOCIN, no 40, 1964, p. 61-76.

Blanchemanche P., Bâtisseurs de paysages : terrassement, épierrement et petite hydraulique agricoles en Europe (xviie-xixe siècle), Maison des sciences de l’homme, Paris, 1990.

Brunhes J., « À Majorque et à Minorque. Esquisse de géographie humaine », Revue des deux mondes, 1911.

Camps A., « La arquitectura rural en piedra seca de Menorca (Illes Balears) », Narria: Estudios de artes y costumbres populares, nos 109-110-111-112, 2005, p. 13-23.

Carbonero M., « L’origen i morfologia de les terrasses de cultiu a Mallorca », Bolletí de la Societat Arquelògica Lul·liana, no 40, 1984, p. 91-100.

Colomar A. (dir.), Patrimoni de marjades a la Mediterrània Occidental. Una proposta de catalogació, Consell de Mallorca, Departament de Promoció i Ocupació (FODESMA), Mallorca, 2002.

Cots R., Ferrer A., Gual J. M. et Truyol M., « Herramientas de protección de los elementos de piedra en seco de Menorca », dans Petchen A. (dir.), XVI Congreso Internacional & Workshop sobre la piedra seca, Publicacions des Born, Ciutadella, 2020.

Deffontaines P., El Mediterráneo. La Tierra, el mar, los hombres, Editorial Juventud, Barcelona, 1972.

García Lisón M. et Zaragozà Catalán A., Arquitectura rural primitiva en secà, Generalitat Valenciana, Colecció Politècnica, Institutució Alfons el Magnànim, València, 2000.

Goldfinger M., Antes de la arquitectura. Edificación y hábitat anónimos en los países mediterráneos, Editorial Gustavo Gili, Barcelona, 1970.

Grimalt-Gelabert M., Blázquez M. et Rodríguez R., « Physical factors, distribution and present land-use of terraces in the Tramuntana mountain Range », Pirineos, no 139, 1992, p. 14-25.

Larcena D., « Terrasses et eau des versants en Méditerranée : dynamiques écologiques et économiques », dans Aspe Ch. (dir.), De l’eau agricole à l’eau environnementale : résistance et adaptation aux nouveaux enjeux de partage de l’eau en Méditerranée, Quæ, Versailles, 2012.

Lindemann C. F. H., Geographische und stattistiche Beschreibung der Insel Minorka, Weygandschen Buchhandlung, Leipzig, 1786.

Marcelin P., « Sur la structure agraire du Midi méditerranéen : les champs clos de murs en pierre sèche des environs de Nîmes (Gard) », Actes du congrès national des sociétés savantes, Montpellier, 1936, bulletin de la section de géographie du Comité des travaux historiques et scientifiques, Imprimerie nationale, Paris, 1937.

Mille L. (dir.), Les bories des terroirs d’Aix et Salon de Provence, Pélissanne, 1993.

Pirenne J., « La maîtrise de l’eau en Arabie du Sud antique : six types de monuments techniques », Mémoires de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, t. II, Imprimerie nationale et librairie C. Klincksieck, Paris, 1977.

Poveda A., « Aigües i corrents d’aigua a la toponimia de Mayurqa segons el Llibre del Repartiment », VIIè Col·loqui de la Societat d’Onomàstica, Butlletí Interior, vol. 90, 1982, p. 47-57.

Reynés A., Alvaro Ph., Alomar G., Vadell J. et Alomar-Garau G., Marjades i prevenció de riscs naturals. Terrazas y prevención de riesgos naturales. Terrasses et prevention de risques naturels. Terraços e prevençao de riscos naturais, Consell de Mallorca, Palma, 2007.

Roustan M., « 500 capitelles de la commune de Nîmes (Gard) », L’Architecture vernaculaire, vol. XXV, 2001, p. 49-53.

Rubió J., Construccions de pedra en sec, Anuario: Asociación de Arquitectos de Cataluña, Barcelona, 1914, p. 35-105.

Sert J. Ll., « Ibiza, fuerte y luminosa », dans Julbe F. (dir.), Arquitecturas en Ibiza, Delegación en Ibiza y Formentera del Colegio de Arquitectos de Baleares, Ibiza, 1983.

Vidal T., « La humanització de la Menorca de Migjorn », dans Fornós J. J., Obrador A. et Rosselló-Verger V. M. (dir.), Història natural del Migjorn de Menorca : el medi físic i l’influx humà, Sociedad de Historia Natural de Baleares, Palma, 2004.

Haut de page

Notes

1 L’expression « seconde nature » est bien connue pour désigner la nature transformée et domestiquée par l’homme, à laquelle Cicéron, au ier siècle avant J.-C., se référait avec le verdict suivant : « avec nos mains, nous créons presque une seconde nature dans le monde de la nature » (nostris denique manibus in rerum natura quasi alteram naturam efficere conamur), De natura deorum, II, 152.

2 Le pam est une ancienne mesure de longueur équivalente à environ 19,4 cm, correspondant peu ou prou à la main d’une personne moyenne. 8 pams forment 1 cana (1,6 m).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 – (a) Marger actif en 1990, construisant un mur en pierre sèche à Ibiza ; b) Des élèves de l’ancienne école-atelier en 1986, réparant des terrasses et des murs de soutènement dans le ravin de Biniaraix (Sóller, Majorque)
Crédits Source : Alomar-Garau
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/7127/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 536k
Titre Figure 2a – a) Bancal de Banyalbufar (Majorque) ; b) Terrasses de La Trapa (Andratx, Majorque) ; c) Clôtures en pierre sèche (tanques) avec fonction d’élevage à Son Salomó (Minorque) ; d) Caniveau de drainage dans une oliveraie en terrasse à Sa Figuera (Sóller, Majorque) ; e) Parat construite sur le canal théorique d’un champ de culture à Llucmajor (Majorque) ; f) Route de montagne pavée à Biniaraix (Sóller, Majorque)
Crédits Source : Alomar-Garau
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/7127/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Figure 2b – g) Ancienne barraca de curucull à Llucmajor (Majorque ) ; h) Barraca typique de Minorque ; i) Ancienne aire de battage se trouvant devant une hutte à bétail (Llucmajor, Majorque) ; j) Bassin d’eau ou auge recouvert de pierre (Llucmajor, Majorque)
Crédits Source : Alomar-Garau
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/7127/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 900k
Titre Figure 3 – Mur de terrasse avec gréement grossièrement sculpté (section gauche) et mieux sculpté (section droite). Il y a des affleurements rocheux intégrés dans le mur (ressalts), et une double rangée de pierres au sommet (filada de dalt ou corona). Une colonne ou chaînage vertical typique (capginya) sépare la partie la plus ancienne du mur (section gauche) de la nouvelle (section droite)
Crédits Source : Alomar-Garau
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/7127/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 464k
Titre Figure 4 – Constructions hydrauliques dans le bassin versant de Sa Figuera (Sóller, Majorque). Notez la densité des murs en terrasses formant des grands systèmes de terrasses de culture, alimentées ou drainées par la canalisation rationnelle des eaux de pluie
Crédits Source : Reynés, Alvaro, Alomar et al., 2007
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/7127/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 824k
Titre Figure 5 – Typologies courantes de murs de bord de route ou chemin : a) Couronnement angulaire (esquena d’ase) ; (b) Mur avec braó intérieur et nivellement de pierre (rasant) au sommet (encadenat) ; (c) Mur avec corona et capginya ; (d) Mur très mal assemblé à côté du chemin appelé « de Cavalls » (Minorque)
Crédits Source : Alomar-Garau
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/7127/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 936k
Titre Figure 6 – Rotes de Caimari (Selva, Majorque), déclaré site d’intérêt culturel (BIC). Ancienne oliveraie sur terrasses en pierres sèches, avec présence de porxos et murs de démarcation de propriété
Crédits Source : Alomar-Garau
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/7127/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Figure 7 – Image pittoresque d’un environnement en terrasse avec de la pierre sèche de la montagne majorquine
Crédits Source : Huile de Francisco Bernareggi (1878-1959)
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/7127/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gabriel Alomar-Garau, « Les paysages de pierre sèche aux îles Baléares »Sud-Ouest européen, 50 | 2020, 51-68.

Référence électronique

Gabriel Alomar-Garau, « Les paysages de pierre sèche aux îles Baléares »Sud-Ouest européen [En ligne], 50 | 2020, mis en ligne le 20 janvier 2022, consulté le 09 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/soe/7127 ; DOI : https://doi.org/10.4000/soe.7127

Haut de page

Auteur

Gabriel Alomar-Garau

Universidad de las Islas Baleares, gabriel.alomar@uib.es

Haut de page

Droits d’auteur

CC BY-NC-ND 4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
  • Logo Presses universitaire du Midi
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search