Navigation – Plan du site

AccueilNuméros50VariaScience territoriale : une approc...

Varia

Science territoriale : une approche pour discuter de la variété des savoirs d’un territoire

Territorial Science: An Approach to Debating the Variety of Knowledges in a Territory
La ciencia científica: un enfoque geográfico por examinar la variedad de los saberes en un territorio
Jacques-Aristide Perrin et Jamie Linton
p. 101-114

Résumés

Cet article présente les enjeux méthodologiques et heuristiques d’une approche appelée science territoriale. Inspirée par le champ de recherche de la géographie des sciences, elle a été développée pour mieux comprendre la relation entre un territoire et la production de savoirs sur celui-ci. Nous rendons compte de son application sur le territoire de la Dordogne en expliquant les étapes et les résultats du travail d’enquête réalisé. Après avoir recensé entre 1980 et 2018 un millier de manifestations de savoir provenant d’une variété d’acteurs, nous avons étudié dans le détail les intentions, les méthodes de recherche et les rapports à l’objet d’étude des producteurs de ces savoirs. Aussi, après avoir identifié certains moteurs qui favorisent la production et la circulation des savoirs territoriaux, nous défendons l’idée que les savoirs peuvent être complémentaires lorsque leurs différences sont relevées et valorisées au service de la gestion d’un territoire.

Haut de page

Entrées d’index

Mots-clés :

eau, espace, savoir, science, territoire

Palabras claves:

rio, espacio, saber, ciencia, territorio
Haut de page

Texte intégral

Introduction

1La mobilisation de savoirs est une étape importante (Gaille, 2017 ; Hage, Leroy et Petersen, 2010) pour déterminer comment appréhender et répondre aux enjeux environnementaux. Le recours à des savoirs peut intervenir lorsque des acteurs veulent délibérément mettre fin à l’ignorance des savoirs (Girel, 2017) en cherchant à combler ou à améliorer l’état existant des savoirs. Ils peuvent également découvrir des « espaces inconnus du non-savoir » (Innerarity, 2015), capable de renverser la manière d’appréhender un problème et de l’apprécier sous un nouveau jour. Qu’ils soient commandés, utilisés ou produits par des acteurs aux profils diversifiés (académiques, bureaux d’étude, citoyens, gestionnaires, ingénieurs, praticiens d’activités en plein air, représentants de l’État, société civile, sociétés savantes), les conditions de production des savoirs environnementaux sont devenues un enjeu stratégique et prisé, autant pour être optimisées selon les standards de la recherche moderne que pour être légitimées et mobilisées (Avenier et Schmitt, 2007) au service de l’action environnementale.

2Tandis que de nombreux travaux universitaires existent en histoire sur l’évolution des savoirs ou en sociologie des sciences sur leurs modes de production/diffusion dans les arènes scientifiques et politiques, la géographie des sciences est également en mesure d’apporter sa spécificité dans le champ des science studies. Constituant un champ de recherche d’origine anglophone (Livingstone, 1995 ; Casey, 1997 ; Finnegan, 2008), elle invite à prendre en compte les structures spatiales des activités scientifiques durant plusieurs phases que sont la production (lieu), la diffusion (espace de déploiement, réseau, proximité) et la réception (lieu de discussion) d’un savoir (Besse, 2010 ; Jacob, 2014). Son objectif premier est de redonner des contextes de lieu et de temps à des énoncés de savoirs en explicitant comment un endroit précis peut être une necessary condition (Shapin, 2003) à une découverte. La géographie des sciences partage l’ambition de la sociologie des sciences et des techniques de déconstruire les savoirs, présentés trop souvent dans l’arène publique comme impersonnels, pour mettre en exergue leurs dimensions géographiques durant les différentes étapes de la production scientifique et de son éventuelle (future) carrière dans la sphère publique. Aussi, pour tenir compte d’une diversité de savoirs relevant des dimensions cognitives, pratiques, corporelles et émotives (Merculieff, 2002), nous recourons à une définition large et dynamique du savoir en tant qu’action de compréhension et de prises sur ce qui est étudié et cherché.

3Dans le cadre d’une expérience de recherche-action, nous avons conçu une approche géographique de manière à mettre en exergue le rôle des caractéristiques physiques et sociales dans le type de production de savoirs sur un territoire. En tant qu’espace à métrique topographique marqué par la continuité et la contiguïté dans lequel des relations sont tissées entre des individus et leurs lieux d’habitation, le territoire lie « indissociablement matériel et symbolique, épistémique et biophysique » (Escobar, 2018, p. 108). Souhaitant approfondir le rapport des acteurs aux caractéristiques socionaturelles d’un même territoire, cette approche renvoie à une vision possibiliste qui s’écarte à la fois du déterminisme naturel et du culturalisme pour comprendre la singularité d’un territoire et la pluralité de manières de le comprendre. La science territoriale ambitionne ainsi d’approfondir la singularité de chaque territoire pour en distinguer les traits caractéristiques du point de vue des savoirs.

4Les objectifs d’une science territoriale reviennent à déterminer à la fois comment favoriser la production de savoirs en jouant sur les mécanismes qui permettent leur production et valoriser une pratique de partage de savoirs différents au service de l’action publique territoriale. L’approche peut ainsi devenir un outil de gouvernement d’un territoire s’il s’intéresse au levier du management de savoirs (Mbengue, 2004), appelé aussi Knowledge Management Systems. En effet, en vertu de son caractère de proximité avec l’espace d’action (Torre, 2009), l’autorité politique, scientifique et administrative d’un territoire peut se donner la capacité de coordonner les acteurs (Lamara, 2009), puis mobiliser les savoirs locaux (Barthélémy, 2005) et territorialisés (Jeanneret, 1994). Ce fut le cas de notre projet de recherche qui vit EPIDOR (établissement public territorial du bassin de la Dordogne) être demandeur d’un cadre conceptuel et opérationnel de la gestion des savoirs de son territoire pour affirmer sa capacité d’action sur ce bassin versant.

5Recouvrant un territoire d’est en ouest allant du Massif central à l’Atlantique, il se structure autour de la rivière-fleuve Dordogne et de ses nombreux affluents et sous-affluents. Le périmètre d’action de cette unité de gestion administrative repose au départ sur une logique naturaliste spatialisée de la ressource (Ghiotti, 2005) qui se mêla au fur et à mesure à des considérations sociopolitiques pour revendiquer aujourd’hui le besoin de faire territoire entre l’amont et l’aval de l’écoulement de l’eau. La reconnaissance en 2012 du bassin versant en tant que réserve biosphère par l’Organisation des Nations unies pour l’éducation, la science et la culture est une première étape en vue de créer un espace d’action cohérent, pertinent et solidaire entre les trois régions (Auvergne-Rhône-Alpes, Occitanie, Nouvelle-Aquitaine) et les 11 départements. Notre approche de la science territoriale s’est ainsi concentrée sur le champ des savoirs liés à l’eau (Petit et Barataud, 2015) au sein de ce territoire revendiqué qui a pour caractéristique de disposer d’une grande superficie (24 000 km2).

6Au fil de cet article, nous présentons l’approche de la science territoriale et son originalité par rapport à d’autres pratiques de recherche existantes avant d’expliciter la méthode élaborée. Ensuite, nous rendons compte des résultats en mettant en évidence à la fois les savoirs de ce territoire revendiqué du bassin de la Dordogne et les caractéristiques qui favorisent leur production et leur circulation. Nous finissons par un retour critique du travail effectué en présentant les apports et les limites de l’approche.

Figure 1 – Le bassin de la Dordogne

Figure 1 – Le bassin de la Dordogne

I – Une approche pour concevoir les relations entre les savoirs et un territoire

7La science territoriale accorde une place particulière aux relations à l’espace et à l’objet d’étude des savoirs. Aussi, pour présenter ses traits distinctifs, nous adoptons un regard comparatif nous permettant par la suite d’expliciter la démarche méthodique appliquée au bassin versant de la Dordogne.

1. Originalité de la science territoriale par rapport à d’autres approches

  • 1 La community-based research est apparue dans les années 1980 par méfiance envers les institutions p (...)

8La science territoriale s’intéresse à tous les savoirs sur un espace délimité. Cette caractéristique la distingue sensiblement des communautés de pratiques comme une communauté épistémique (Haas, 1992), une culture épistémique (Knorr Cetina, 1999) ou des groupes de recherche académiques localisés (Bouleau et Fernandez, 2012). Les intérêts portés à la dimension cognitive et à une variété de publics la différencient également des pratiques de la science régionale (Claval, 2008) ou encore d’analyses communautaires 1 (Maguet et Calderon, 2007). En outre, sur un plan nominatif, deux appellations développées depuis une quinzaine d’années sont très proches de la science territoriale. En effet, les sciences du territoire sont mobilisées tantôt par un groupement d’intérêt scientifique et un laboratoire (Lafarge, 2011) pour défendre une nouvelle discipline (Beckouche, Grasland, Guérin-Pace et al. [dir.], 2012), tantôt par des chercheurs québécois (Massicotte, 2008) réfléchissant au développement de la science régionale. Or, la principale différence entre la science territoriale et ces deux appellations tient à l’intérêt porté à une variété d’acteurs comme les chercheurs académiques, les gestionnaires, la société civile ou encore les citoyens.

9Une dimension participative est également prégnante dans la science territoriale pour amener les détenteurs et utilisateurs de savoirs à mettre en évidence, en comparaison et au regard des autres, leurs relations à l’objet d’étude et à leur territoire. En effet, la relation d’un savoir à l’espace et à son objet d’étude découle d’une « certaine forme d’engagement avec le monde, ainsi qu’une corporéité et un mode d’être-au-monde spécifiques » (Poirier, 2014). Aussi, chaque savoir est le produit d’une manière de vouloir savoir : comment, pourquoi, à partir de quoi, de quel point vue… Une telle recherche réflexive et participative renvoie à un des engagements de la recherche-action participative consistant à discuter des modes de savoirs dominants et du rôle des acteurs dans la démarche, à la différence près que la science territoriale entreprend une démarche qui dépasse un seul objet d’étude ou un seul sujet d’action. À la manière de la Multiple Evidence Base (Tengö, Brondizio, Elmqvist et al., 2014) et de la community science (Charles, Loucks, Berkes et al., 2020), cette approche défend une méthode de fertilisation croisée des savoirs au service de la gestion d’un territoire.

  • 2 Cela fait écho au concept de « points de vue situés » de Donna Haraway qui recommande d’encourager (...)

10Ainsi, adopter l’approche de la science territoriale revient en premier lieu à considérer les savoirs du point de vue de leur relation à un territoire donné. Puisque chaque territoire dispose de particularités socionaturelles jouant sur la motivation des producteurs/détenteurs de savoir, il convient de s’intéresser aux éléments contextuels déclencheurs. En postulant que le savoir n’est pas un « savoir de » mais « à partir de » quelque chose, nous convoquons le concept d’affordance (Gibson, 1979) que nous définissons comme une prise et une possibilité d’action avec un environnement. Le recours à cet outil conceptuel dérivé du travail de ce psychologue de l’environnement permet de penser le territoire non pas en tant que ressource ou espace neutre mais comme un réservoir de possibilités qui dépend des relations nature-société. Une affordance doit toujours être mise en relation avec l’acteur qui peut utiliser cette possibilité. Penser un savoir dans un territoire en termes d’affordance exige de réfléchir aux conditions du passage entre une affordance perçue (un individu a conscience qu’il peut travailler sur tel objet d’étude comme un moulin ou une rivière) et une affordance effective qui donne lieu à la production d’un savoir (publié, démontré, manifestés ou non) contextualisé et situé 2 appelé manifestation de savoir.

11En tant qu’affordance, le passage à l’acte de la production d’un savoir s’inscrit dans un contexte territorial dont la figure 2 rend compte.

Figure 2 – Schématisation des facteurs explicatifs des conditions de réalisation d’une manifestation de savoir

Figure 2 – Schématisation des facteurs explicatifs des conditions de réalisation d’une manifestation de savoir

Source : Perrin et Linton, 2021

12Une affordance perçue constitue une possibilité de savoir sur ce territoire tandis qu’une affordance non-perçue représente l’absence de prise, au travers du savoir, sur ce territoire. Si bien qu’une affordance perçue donne lieu à une manifestation de savoir par un acteur lorsque ce dernier décide de formaliser sa manifestation (par écrit, enregistrement oral ou vidéo…) en fonction des facteurs explicatifs potentiels propres à un contexte sur un même territoire. L’exploration de ces facteurs explicatifs – correspondant à des leviers d’action pour les autorités intéressées par le management des savoirs – peut donner lieu à des stratégies d’encouragement pour dynamiser et multiplier la production et l’utilisation des savoirs liés à un territoire.

2. Méthode appliquée pour connaître les savoirs liés à un territoire

13Cette approche de la science territoriale a été mise en pratique à partir des savoirs liés à l’eau sur le bassin versant de la Dordogne. Pour la concrétiser, nous avons conçu un protocole en trois temps.

14Une première étape revient à recenser les manifestations de savoir sur le territoire d’étude. Il s’agit de tout support écrit, visuel (reportage, musée) ou audio, transmissible et accessible au plus grand nombre, cherchant à apporter quelque chose en rapport avec l’eau dans une visée compréhensive. À cette fin, nous avons réalisé un inventaire de ces manifestations de savoir entre 1980 et 2018 dans les langues françaises et anglaises grâce à une recherche bibliométrique, à une consultation des départements régionaux des principales bibliothèques et archives du territoire d’étude, ainsi que des sites internet d’organisations du territoire liées au savoir comme les sociétés savantes ou les gestionnaires de l’eau. Cette recherche quantitative des manifestations de savoirs prend la forme d’une collecte de données réalisée au travers d’un tableur (tableau 1).

Tableau 1 – Données sur les manifestations de savoir récoltées

Tableau 1 – Données sur les manifestations de savoir récoltées

Source : Perrin et Linton, 2021

15Chaque manifestation a été renseignée par le nom de son/ses auteur(s), l’institution à laquelle il(s) est/sont rattaché(s), l’objet d’étude en lien avec l’eau, la date, le type de support (article, carte, documentaire, livre, rapport, thèse…). Dans le cadre de cette collecte, nous avons opté pour plusieurs critères :

  • une manifestation doit porter, principalement ou en partie, sur le bassin de la Dordogne ou un territoire/une rivière le composant ;

  • une manifestation doit comporter un minimum de contenu afin de ne pas tenir compte d’une manifestation qui ne ferait qu’évoquer/faire référence/citer le bassin de la Dordogne ou ses territoires afférents ;

  • les supports (article, livre, rapport, étude, carte, musée…) sélectionnés sont destinés à enrichir les savoirs d’un territoire donné (calcul, décompte, mise à jour, observation, réflexion, travail d’enquête/de recensement/d’acquisition de données pour les interpréter) contrairement à d’autres types de supports (guides, brochures, articles de presse, écrits à vocation artistique, documents à visée juridico-administrative) qui cibleraient d’autres objectifs (donner envie de se déplacer, informer de manière factuelle une actualité, cadrer une procédure ou une opération…).

16Une catégorisation de ces manifestations de savoir fut nécessaire en nous appuyant sur les mots-clefs présents dans le titre ou dans le résumé des manifestations recensées. Par exemple, les objets d’étude ont été catégorisés et parfois requalifiés compte tenu de la diversité des activités liées à l’eau. Nous en avons choisi une quinzaine dont qualité eau, ouvrage hydraulique, paysage, inondation, accès eau potable, espèces aquatiques, zones humides… De surcroît, nous avons distingué quatre catégories d’acteurs : les académiques (universités, centres de recherche), les praticiens (gestionnaires, bureaux d’étude, consultants, conservateurs de musée…), les citoyens (individus isolés, société civile, sociétés savantes) et ceux en formation (stagiaires et étudiants en projet tutoré).

17Un deuxième temps de travail consiste à analyser quantitativement les données issues de la collecte et de la recension dans le but d’identifier les grandes tendances des évolutions dans le temps et l’espace de ces manifestations. La partie suivante rend compte des résultats quantitatifs dressant un panorama des savoirs sur le territoire revendiqué du bassin versant de la Dordogne.

  • 3 Nous l’avons diffusé à 44 personnes de manière presque égale entre les types d’acteurs académiques, (...)

18Enfin, suite à cette recension et au croisement de données quantitatives, une analyse qualitative est requise. Nous avons interrogé une partie des auteurs des manifestations de savoir grâce à une série d’entretiens (menés auprès de 12 acteurs citoyens, 9 acteurs praticiens, 3 acteurs académiques), par l’intermédiaire d’un questionnaire à destination d’autres producteurs de savoirs recensés 3 mais aussi d’un atelier participatif qui a réuni une vingtaine de producteurs et détenteurs de savoir. Leurs discours oraux (pour les entretiens) et écrits (questionnaire avec une grille de questions plutôt ouvertes) nous ont permis de réfléchir avec eux de l’état de la pratique d’une science territoriale.

II – Application de la méthode au cas d’étude du bassin versant de la Dordogne

19Dans un premier temps, nous présentons quelques résultats issus de l’analyse quantitative de l’inventaire de façon à souligner les types de savoirs dominants en termes de catégories d’acteurs et d’objets d’étude. Résultant de la partie qualitative de l’étude (entretiens, questionnaire et atelier participatif), nous rendons compte ensuite des caractéristiques socionaturelles qui contribuent à la production et à la circulation des savoirs sur le territoire d’étude.

1. Le panorama des manifestations de savoir de ce territoire de l’eau

  • 4 Nous n’allons plus nous intéresser aux « acteurs en formation » dans la suite de l’analyse pour deu (...)

20Sur la période 1980 et 2018, nous avons identifié 1 077 manifestations de savoir provenant majoritairement d’acteurs praticiens (529), d’acteurs académiques (295), d’acteurs citoyens (147) et d’acteurs en formation (106). Dans le temps, le nombre de productions a augmenté de manière progressive par décennie avec une nette évolution entre les années 1990 et 2000. Distribuées dans l’espace, les manifestations de savoir recensées nous permettent de constater que la rivière Dordogne est le type d’eau le plus étudié devant l’estuaire girondin, le bassin versant de la Dordogne dans sa totalité, puis le bassin versant de la Dronne. Sur ces 1 077 manifestations de savoir, les objets d’étude les plus étudiés ont été les espèces aquatiques, les ouvrages hydrauliques, les enjeux de qualité d’eau et ceux liés aux inondations. Présenter l’entièreté des résultats des manifestations de savoir par catégorie d’acteurs demanderait un article à part entière. Aussi, nous privilégions une analyse croisée entre les principaux acteurs 4 pour identifier les différences et convergences de leurs manifestations. Par exemple, l’ordre d’apparition des objets d’étude est différent selon les acteurs comme le montre le tableau 2.

Tableau 2 – Objets d’étude les plus étudiés par catégories d’acteurs de savoir

Acteurs académiques

Acteurs praticiens

Acteurs citoyens

Objet d’étude no 1

Espèces aquatiques

Espèces aquatiques

Ouvrage hydraulique

Objet d’étude no 2

Ouvrage hydraulique

Ouvrage hydraulique

Navigation

Objet d’étude no 3

Sédiment

Qualité de l’eau

Paysage

Objet d’étude no 4

Qualité de l’eau

Inondation

Généraliste

Source : Perrin et Linton, 2021

21Les différences entre les acteurs académiques et les praticiens sont assez minces en termes d’objet d’étude. Il y a de vraies convergences entre eux concernant les espèces aquatiques et la qualité de l’eau et, plus spécifiquement lorsque l’on cherche à affiner la catégorisation des objets d’étude, sur la restauration/conservation d’espèces et les enjeux de pollution. Ces objets d’étude expliquent ainsi la prédominance de disciplines comme l’hydrobiologie, la géochimie et l’écologie. De leur côté, les citoyens ont produit des manifestations sur des objets d’étude bien différents avec un faible nombre de manifestations sur la qualité de l’eau et les espèces aquatiques. Les citoyens se sont concentrés sur le patrimoine qui représente l’histoire de leurs territoires à l’instar des moulins, des ponts, des fontaines, des lavoirs ou encore des paysages. L’histoire de la navigation est également particulièrement travaillée compte tenu de son rôle dans le développement de ville/territoire comme Argentat, Bergerac ou Port-Sainte-Foy-et-Ponchapt.

22D’un point de vue spatial dont la figure 4 rend compte, les acteurs académiques ont beaucoup plus travaillé sur les estuaires que les autres acteurs. En effet, deux équipes sont spécialisées sur cette zone depuis près de trente ans : CEMAGREF/IRSTEA (devenue INRAE en 2020) et l’université de Bordeaux. Les chercheurs et universitaires se sont assez peu intéressés aux affluents de la Dordogne et encore moins aux plus petits cours d’eau. Les manifestations des acteurs praticiens sont plutôt bien réparties sur le bassin même si un nombre substantiel de manifestations a porté sur la rivière Dordogne en raison d’une préoccupation envers les effets des barrages et des éclusées sur les poissons migrateurs. Concernant les citoyens, nous avons remarqué que le choix de s’intéresser à tel territoire ou telles eaux dépendait beaucoup de dynamiques locales portées par des associations ou sociétés savantes. Inversement, et de manière un peu surprenante par rapport à la superficie et à la notoriété de ces territoires, peu de manifestations ont été entreprises sur la Vézère ou l’estuaire. En croisant ces résultats, une certaine interrogation émerge quant à une éventuelle répartition des savoirs par territoires de l’eau entre les acteurs académiques et praticiens. Les exemples des eaux de l’estuaire (acteurs académiques) ou des eaux à proximité des barrages (acteurs praticiens) le laissent penser.

Figure 3 – Comparaison spatiale des eaux les plus étudiées par les trois types d’acteurs

Figure 3 – Comparaison spatiale des eaux les plus étudiées par les trois types d’acteurs

23Tous acteurs confondus, nous pouvons faire remarquer que les producteurs sont majoritairement basés en dehors du territoire du bassin. La minorité installée dans le périmètre du territoire d’étude est notamment représentée par les collectivités territoriales, quelques bureaux d’étude, associations et la centaine de citoyens qui ont produit des manifestations. En rapport avec ce constat dressé, il faut signaler qu’une majorité des acteurs est située dans une zone périphérique au bassin (Bordeaux, Toulouse, Limoges, voire Clermont-Ferrand).

24Au sujet des collaborations entre les acteurs de ces manifestations, avec pour critère la déclaration comme co-auteurs, nous en avons dénombré 31 entre des acteurs académiques et praticiens. Ces acteurs praticiens présentent un profil diversifié avec des emplois dans des associations avec salariés, des bureaux d’études, des fonctionnaires d’État (Office français de la biodiversité, BRGM) ou de collectivités territoriales, ainsi que des grosses entreprises (exemple d’EDF). Ces collaborations portent essentiellement sur la qualité de l’eau et les espèces aquatiques. La moitié de ces collaborations s’est effectuée dans les années 2010, ce qui peut s’expliquer hypothétiquement par l’évolution des financements de la recherche qui implique un travail collaboratif croissant avec le monde de la gestion. En revanche, nous n’avons pas constaté de collaboration entre des acteurs académiques/praticiens et des citoyens. L’absence de projets de sciences participatives en rapport avec l’eau peut l’expliquer.

25L’approche déployée donne à voir une vue d’ensemble des manifestations de savoir disponibles et liées à l’eau sur le territoire du bassin versant de la Dordogne. Cette analyse quantitative a apporté des éléments d’identification des forces en présence et de compréhension selon les décennies et les espaces. Les trois types d’acteurs disposent de savoirs différents en termes d’objets d’étude et d’échelles de préférence. Néanmoins, notre analyse doit encore gagner en précision grâce à l’obtention d’éléments plus qualitatifs en saisissant les processus qui ont favorisé ces dynamiques. Par la mobilisation du concept d’affordance, la méthode d’une science territoriale apporte des éléments de réponse sur les motivations des producteurs et leurs rapports à l’objet d’étude et au territoire.

2. Des savoirs tributaires des spécificités du territoire

26Discerner les motivations des producteurs de manifestations de savoir est une étape indispensable pour comprendre les conditions du passage de la motivation de départ à la manifestation de savoir effective. Nous nous sommes ainsi intéressés aux caractéristiques socionaturelles du territoire qui favorisent la production de manifestations de savoir de ces acteurs (académiques, praticiens et citoyens) qui vivent et/ou travaillent sur ce territoire.

27Le patrimoine naturel vivant (avec notamment les espèces piscicoles migratrices) est revenu le plus souvent dans les réponses des acteurs questionnés, suivi par le patrimoine bâti (châteaux, moulins, barrages), l’eau, la préhistoire (grottes, musées, abris), le tourisme et les produits locaux. De fait, les savoirs manifestés sont directement liés aux spécificités du territoire et dépendent ainsi de sa culture, de ses particularité biogéophysiques et d’un contexte sociopolitique favorable : ils sont dès lors la marque du poids de la géographie d’un territoire et de la capacité de ce dernier à les valoriser. Notre référence en introduction à la définition du territoire d’Escobar liant « indissociablement matériel et symbolique, épistémique et biophysique » (2018) recentre l’attention sur la géographie des savoirs et/ou de la science pratiquée en tant que facteur à part entière de la manière dont un territoire est pensé et produit. De surcroît, en favorisant le passage d’une affordance perçue à une manifestation de savoir, ces caractéristiques produisent en retour des représentations du territoire comme nous l’a indiqué un acteur questionné : « oui, les savoirs produits participent à la connaissance, à la diffusion de celle-ci et donc à forger une identité forte ». L’élaboration, la diffusion et l’utilisation des savoirs ont en somme des effets sur le territoire en concourant à la production du territoire.

28À la question ouverte « pourquoi vouloir savoir quelque chose », les participants avancèrent les réponses suivantes classées de manière décroissante par nombre d’occurrences : une preuve d’attachement au territoire ou à un objet d’étude (exemples : « lié à mon attachement territorial à mes origines », « pour le sujet »), la curiosité (exemple : « appétence pour l’acquisition de nouveaux savoirs »), une marque de respect (« pour le milieu naturel et le patrimoine »), pour être utile en disposant de savoirs plus aguerris (« il ne suffit pas de dire que c’est joli, il faut savoir comment et par qui toutes ces merveilles sont parvenues jusqu’à nous et la préserver pour le futur »), partager, protester. Les savoirs sont ainsi tributaires des conditions humaine et biogéophysique du territoire.

29Or, cette identification des principales motivations des acteurs de savoir du territoire n’explique que partiellement le passage à l’acte d’un savoir. Des facteurs plus structurels pèsent sur le champ des possibles des savoirs d’un territoire. En effet, ces motivations prennent place dans des conditions liées aux cadres de vie, professionnel et privé qu’il convient de mettre en lumière. Pour les acteurs académiques, les opportunités d’étude par financement, la régionalisation administrative des financements de la recherche par projet et la continuité des études dans le temps par les mêmes équipes justifient la spatialisation de certaines de leurs manifestations de savoir. Pour les acteurs praticiens, une partie importante d’entre eux (collectivités, BRGM, Office français de la biodiversité, fédérations de pêche, grandes entreprises comme EDF) réalise des manifestations du fait de missions imposées par leurs fonctions liées à un territoire d’action. Quant aux citoyens, deux facteurs importants peuvent être distingués. D’une part, une relation existe entre leurs professions et l’objet de leurs manifestations de savoir. Ainsi, plus de la moitié des producteurs citoyens exercent ou ont exercé des métiers en lien avec l’enseignement (en école primaire, collège, lycée dans des disciplines diverses : histoire, sciences de la vie et de la terre, biologie, architecture, technologie), les lettres (journalisme, édition, librairie) ou ont embrassé une carrière politique.

Encadré 1 – Les facteurs d’influence des manifestations de savoir

Facteurs géodémographiques :

• nombre d’habitants et évolution de la population (nombre de retraités, motivations d’emménagement…) ;

• proximité des établissements de recherche, d'enseignement et culture et leur logique des réseaux.

Facteurs politiques structurants :

• rôle des structures de gestion (objectifs initiaux, organisation interne, communauté épistémique, lien agents-élus) ;

• actions politiques en lien avec des conflits/des aléas.

Facteurs financiers et juridiques :

• opportunités et ressources financières (publiques, Caisse des dépôts, européennes, Agence de l’eau, fondations, privées…) ;

• évolution des directives, de la législation, des normes et des politiques publiques.

Facteurs liés à l’identité du territoire :

• récits et discours dominants (vocabulaire local, culture communautaire, sentiments) sur le patrimoine naturel ;

• représentations symboliques et axiologiques (valeurs) de l’espace ;

• volontarisme et activités de la société civile.

Facteurs propres à l’agentivité d’un hydrosystème (anthropisé dans le cas de la Dordogne) :

• suivre en continu les interactions évolutives entre l’hydrosystème, le biotope, la biocénose et l’anthropogénie ;

• disruption des entités (aléa, incertitude…).

Source : Perrin et Linton, 2021

30Avec l’aide des réponses des acteurs étudiés et de nos déductions, nous avons cherché à lister les facteurs d’influence qui peuvent contribuer à la production de manifestations des savoirs.

31Ces différents facteurs créent une configuration particulière sur un territoire. Elle peut toucher différemment les types d’acteurs. Par exemple, pour les citoyens, le sentiment d’appartenance et l’attachement au lieu (Sébastien, 2016) que nous pouvons déduire de la régularité de certains mots particulièrement mobilisés dans le discours de ces citoyens (ancrage, habiter, identité, proximité, origine, patrimoine) représentent un moteur de leur engagement. Il convient ainsi de le rattacher au sous-critère « volontarisme et activités de la société civile » puisque leurs manifestations recensées sont réalisées dans le cadre d’associations locales et de sociétés savantes.

III – Des savoirs, appréhendés à partir et pour un territoire, à valoriser dans le cadre d’une science territoriale

32Saisir les mécanismes de production et de diffusion des savoirs relève d’un enjeu particulièrement stratégique pour un territoire si une autorité administrative table sur leur valorisation dans des optiques d’efficacité de gestion et de démocratie de l’eau.

1. Une approche au service de la gestion d’un territoire

33Les différentes étapes décrites sur la production de savoirs dans le bassin de la Dordogne ont dévoilé un panorama des manifestations de savoir et quelques éléments sur le contexte de leur production. Particulièrement valorisante et englobante pour impliquer des acteurs d’un territoire à partir de l’entrée des savoirs, la science territoriale s’écarte de fait des pratiques participatives consistant à réunir un public autour d’une question ou d’un problème pour représenter leurs divers intérêts ou points de vue. Il s’agit d’une distinction importante puisque le public étudié et mobilisé n’a pas vocation à participer à des discussions pensées pour l’acceptabilité d’un projet ou la prise de décision immédiate. En mettant au premier plan le rapport à l’objet d’étude et la relation d’un acteur à l’espace, le niveau territorial est appréhendé comme « un mode de perception radicalement différent, basé sur l’engagement participatif, perceptuel et pratique avec ce qui compose un monde que l’on habite, plutôt que sur l’observation détachée et désintéressée d’un monde que l’on se contenterait d’occuper » (Ingold, 2000, p. 116).

  • 5 Dans les sciences humaines et sociales, une attention particulière est portée aux savoirs dits inca (...)

34Le savoir est mobilisé dans une perspective spatialisée et relationnelle donnant à voir les multiples manières dont les acteurs œuvrent au moyen et au dessein d’un territoire. À cet égard, les savoirs sont contextualisés et situés 5. Chercher à faire réfléchir les acteurs à leurs rapports au savoir, à leur objet d’étude et à l’espace revient à s’extirper momentanément de

l’habitude de penser que nous occupons des « places » dans un « espace », que nous sommes entourés d’« objets » et que les connaissances « utiles » sont celles qui nous permettent de prendre l’altitude du « surplomb ». […] Nous ne vivons pas « dans » un certain environnement : nous sommes un ensemble de relations, qui nous constituent en même temps qu’elles constituent notre environnement.

(Citton et Walentowitz, 2012)

35Cette réflexion par les savoirs représente une occasion d’appréhender tous les savoirs en dehors d’une certaine technicisation et expertisation qui coure le risque de dépolitiser les enjeux de l’eau. La chercheuse états-unienne S. Jasanof a appelé « technologies de l’humilité » (2003) le besoin de reconnaître et de s’adapter à certaines limites des technologies et des savoirs pour sortir d’un monopole d’expertise construit sur le connu et le certain. La science territoriale entend ainsi favoriser des discussions sur l’engagement et les formes diverses d’attachement à un territoire afin de sortir des habituels discours sur la répartition de la ressource et la légitimation de l’abstraction/objectification de la science.

36La tenue de l’atelier participatif, réunissant une vingtaine de participants sélectionnés pour la diversité de leurs profils, a permis de constater que les frontières spatiales (notamment entre l’amont et l’aval du bassin versant de la Dordogne avec des départements différents), épistémologiques (disciplinaire, variété des objets d’étude) et institutionnelles (académiques, praticiennes, citoyens) se révèlent être des barrières entre les différents détenteurs de savoirs territoriaux. Ne s’étant jamais ou peu rencontrés, ces acteurs méconnaissent également en partie l’existence des manifestations de savoir d’autres types d’acteurs si bien que les réseaux de savoir sont distincts et parfois inconnus de part et d’autres. Or, l’organisation de telles réunions avec une diversité d’acteurs de savoir est un prérequis en mesure de s’ouvrir à d’autres formes de savoirs et à créer un contexte de confiance durable entre les acteurs.

37In fine, la pratique d’une science territoriale crée les conditions pour générer de nouvelles formes de collaboration, d’apprentissage collectif et d’action collectives au nom d’une politique des savoirs sciemment choisie. Elle habilite la reconnaissance d’un certain nombre d’acteurs de savoir qui peuvent être mobilisés dans la construction de projets comme des sciences participatives ou liées à l’éducation à l’environnement et aux sciences. L’utilité que pourrait présenter le fait d’intégrer plusieurs types de savoirs (en termes d’origine, de contexte, d’intérêt, d’échelle et d’approche, etc.) dans un même projet a été soulevé par les acteurs rencontrés. Elle a été envisagée à la fois pour produire des documents de vulgarisation sur des sujets précis, des inventaires et des atlas en compilant des savoirs disponibles sur un usage ou une rivière ou encore des états des lieux capables de faire le parallèle entre une situation chiffrée et une perception/représentation (exemple : le nombre de poissons ou d’espèces de poissons sur une rivière). C’est pourquoi les avantages de cette forme de collaboration se déploie aussi bien sur un plan éthique en encourageant la participation et l’engagement qu’heuristique dans la production d’un savoir effective dans le cadre d’un projet collaboratif. Ce dernier donnerait vie à

une vision plus horizontale de la distribution des savoirs […]. Dans une telle optique, cette mise en commun de savoirs et de connaissances diverses doit être conçue comme un assemblage épistémique […]. L’assemblage épistémique propre à cette conception de l’expertise sociotechnique est d’autant plus souhaitable que nos sociétés fondées sur la connaissance se veulent innovatrices. […] La raison pratique de cette fécondité se trouve dans la rencontre de contenus, méthodes et pratiques scientifiques qui provoquent une fertilisation croisée de savoirs pluriels autour d’un même objet.

(Ancori, 2012)

38Si des projets collaboratifs portent un niveau d’ambition heuristique, il sera intéressant d’étudier les assemblages épistémiques.

39Caractériser le potentiel de producteurs et de détenteurs de savoirs territorialisés représente une base pour lier « l’intelligence territoriale en tant que processus cognitif et d’organisation de l’information, et le territoire en tant qu’espace de relations significatives » (Dumas, 2004) en vue d’améliorer la compréhension et la gestion d’un territoire. À ce titre, la science peut servir d’outil de discussion pour une structure de gestion en procurant une vue spatialisée des savoirs.

2. Retour critique de l’approche de la science territoire

40Malgré les possibilités offertes par la science territoriale comme outil de révélation et de discussion autour des sciences, cette approche présente un certain nombre de limites qu’il faut circonscrire. En premier lieu, l’inventaire des savoirs permet d’étudier uniquement les manifestations de savoir formalisés (écrits, enregistrés ou filmés). Ainsi, tous les détenteurs de savoirs ne peuvent être considérés lors de cette démarche, ce qui peut poser problème dans le cas de valorisation des savoirs dits locaux ou traditionnels qui ne reposent pas nécessairement sur un support de transmission formelle. C’est ce qui explique que, lors de notre travail de recensement des manifestations de savoir, nous ayons trouvé aussi peu de savoirs citoyens sur la pêche et la pratique du kayak alors même que les usagers sont nombreux sur le bassin versant de la Dordogne. Ils demeurent la propriété de leurs seuls détenteurs sans possibilité d’être valorisés. Ces savoirs en rétention (Schlemmer, 2009) restent de fait isolés et non-transmissibles puisqu’aucun usager n’a trouvé d’intérêt ou de contexte structurel favorable pour manifester publiquement son savoir. Cet angle mort de notre approche met le doigt sur le rôle du management des savoirs revenant à déterminer comment accueillir, mobiliser et diffuser une diversité de savoirs au service de la gestion. Une nécessaire culture du partage autour des savoirs peut être encouragée entre autres par la mise en place d’un cadre accueillant, à l’instar des piliers d’un territoire apprenant (Dechamp et Szostak, 2016).

41En deuxième lieu, recenser une manifestation s’avère finalement plus facile que rencontrer son auteur, discuter de la construction de sa manifestation et l’inviter à participer à la discussion collective. La force des réseaux existants (Casteigts, 2002), le manque d’intérêt pour les discussions épistémologiques et l’éventuelle incompréhension du projet quant aux liens à tisser entre cette pratique scientifique et la gestion du territoire peuvent expliquer cette difficulté. Notre projet de recherche-action s’est attelé à reconnaître les producteurs aux savoirs différents et à les faire dialoguer ensemble malgré les frontières épistémologiques, sociales, institutionnelles, psychologiques… Ce ne fut qu’un premier pas qui doit s’inscrire dans une démarche de long terme demandant du temps et des efforts pour gagner l’attention et la confiance des acteurs étudiés.

42En troisième lieu, les caractéristiques d’une science territoriale gagneraient à être mieux connues grâce à un travail comparatif. En raison de la durée du financement du projet de recherche, nous n’avons pu analyser les spécificités d’un autre territoire (idéalement limitrophes), courant ainsi le risque de tomber dans l’écueil de l’exceptionnalisme au travers duquel tous les territoires seraient amenés à être nécessairement une exception de par leurs caractéristiques. Disposer d’un autre cas d’étude aurait le mérite d’identifier les constantes et les spécificités de chaque territoire afin d’être à même de faire la part des choses entre la différence et l’exception d’un territoire.

Conclusion

43S’enquérir de l’état d’une science territoriale revient à s’intéresser aux ressorts de la diversité des savoirs au sein d’un territoire pour réfléchir à leur articulation de manière la plus utile pour les acteurs et pour la gestion d’un territoire. En tant que proposition de renouvèlement du regard sur le rôle de la géographie dans la production et l’utilisation des savoirs, la science territoriale met au premier plan la dimension épistémique pour explorer la construction du territoire de manière participative. Alors qu’il existe plusieurs autres appellations recoupant certaines dimensions de la science territoriale, cette approche emprunte une voie originale avec ses étapes successives que sont la réalisation d’un inventaire des manifestations de savoir sur le territoire d’étude, son analyse quantitative pour étudier les tendances dans le temps et l’espace, puis un travail plus qualitatif afin d’identifier les déterminants de la production des savoirs sur un territoire. Après ce panorama des relations entre des savoirs et un territoire, l’idée est d’encourager la pratique d’une science territoriale au travers d’une synergie entre les savoirs recensés.

44Malgré ses points faibles, la pratique d’une science territoriale est intéressante dans la mesure où elle part du terrain et des forces en présence pour réfléchir à la construction d’un cadre de recherche sur un territoire donné. En ce sens, elle peut participer à la construction d’un outil de gouvernement d’un territoire encourageant la fertilisation croisée des savoirs et leur management au service de l’action publique territoriale. L’enjeu des savoirs, de leur élaboration, à leur transmission jusqu’à leur mobilisation et appropriation, relève de la pratique d’un instrument de pouvoir capable d’orienter le devenir de la gestion d’un territoire pour décider que chercher, comment chercher, avec qui et dans quelle finalité.

Haut de page

Bibliographie

Ancori B., « La production et la circulation des connaissances scientifiques et des savoirs profanes dans nos sociétés techniciennes », dans Darbellay F., La Circulation des savoirs. Interdisciplinarités, concepts nomades, analogies, métaphores, Peter Lang, Berne, 2012.

Avenier M.-J. et Schmitt Chr., La Construction de savoir pour l’action, L’Harmattan, Paris, 2007.

Barthélémy C., « Les savoirs locaux : entre connaissances et reconnaissance », VertigO, vol. VI, no 1, 2005.

Beckouche P., Grasland Cl., Guérin-Pace Fr. et Moisseron J.-Y. (dir.), Fonder les sciences du territoire, Karthala, Paris, 2012.

Besse J.-M., « Approches spatiales dans l’histoire des sciences et des arts », L’Espace géographique, t. 39, no 3, 2010, p. 211-224.

Bouleau G. et Fernandez S., « La Seine, le Rhône et la Garonne : trois grands fleuves et trois représentations scientifiques », dans Gautier D. (dir.), Environnement, Discours et Pouvoir, Quæ, coll. « Update Sciences & Technologies », Versailles, 2012.

Casey E. S., The Fate of Place: A Philosophical History, University of California Press, 1997.

Casteigts M., « Les réseaux territoriaux de savoirs », colloque « Les réseaux : dimensions stratégiques et organisationnelles », université Paris XI-PESOR, 2002.

Charles A., Loucks L., Berkes F. et Armitage D., « Community Science: A Typology and Its Implications for Governance of Social-Ecological Systems », Environmental Science & Policy, vol. 106, 2020, p. 77-86.

Citton Y. et Walentowitz S., « Pour une écologie des lignes et des tissages », Revue des livres, no 4, 2012, p. 28-39.

Claval P., « Espace et territoire. Les bifurcations de la science régionale », Géographie, Économie, Société, vol. X, no 2, 2008, p. 157-184.

Dechamp G., Szostak B. L., « Comment inciter les organisations à être plus créatives grâce au territoire ? », The Conversation, 2016.

Dumas P., « Intelligence, territoire, décentralisation ou la région à la française », ISDN 16, no 163, 2004.

Escobar A., Sentir-penser avec la terre : une écologie au-delà de l’Occident, Seuil, Paris, 2018.

Finnegan D. A., « The Spatial Turn: Geographical Approaches of the History of Science », Journal of the History of Biology, vol. 41, 2008, p. 369-388.

Gaille M., « La question du savoir comme enjeu pour la justice environnementale », dans Becerra S., Lalanne M. et Weisbein J., Faire face aux risques dans les sociétés contemporaines, Octarès, Toulouse, 2016.

Ghiotti S., « Le bassin versant en question : le modèle français de gestion de l’eau et les limites de son application au Liban », dans Anteaume B. et Giraut F., Le Territoire est mort, vive les territoires !, IRD éditions, Marseille, 2005.

Gibson J. J., The Theory of Affordances, the Ecological Approach to Visual Perception, Houghton Mifflin, Boston, 1979.

Girel M., Science et Territoire de l’ignorance, Quae, Versailles, 2017.

Haas P. M., « Introduction: Epistemic Communities and International Policy Coordination: International Organization », Knowledge, Power, and International Policy Coordination, vol. 46, no 1, 1992, p. 1-35.

Hage M., Leroy P. et Petersen A. C., « Stakeholder Participation in Environmental Knowledge Production », Futures, vol. 42, no 3, 2010, p. 254-26.

Ingold T., The Perception of the Environment. Essays on Livelihood, Dwelling and Skill, Routledge, Londres, 2000.

Innenarity D., Démocratie et Société de la connaissance, Presses universitaires de Grenoble, 2015.

Jacob C., Qu’est-ce qu’un lieu de savoir ?, OpenEdition Press, Marseille, 2014.

Jasanoff S., « Technologies of Humility: Citizen Participation in Governing Science », Minerva, vol. 41, no 3, 2003.

Jeanneret J., « Territorialisation des savoirs, savoirs territorialisés ? », Politiques et Management public, vol. XII, no 2, 1994, p. 53-74.

Knorr Cetina K., Epistemic Cultures : How the Sciences Make Knowledge, Harvard University Press, 1999.

Lajarge R., « Des sciences territoriales en construction : ce qui se passe sur la paillasse d’un laboratoire (grenoblois) », CIST2011 – Fonder les sciences du territoire, 2001, p. 406-412.

Lamara H., « Les deux piliers de la construction territoriale : coordination des acteurs et ressources territoriales », Développement durable et territoires, 2009.

Livingstone D. N., « The Spaces of Knowledge: Contributions towards a Historical Geography of Science », Environment and Planning, vol. XIII, no 5, 1995.

Maguet O. et Calderon A., « Aides, une réponse communautaire à l’épidémie de sida », rapport, 2007.

Massicotte G. (dir.), Sciences du territoire : perspectives québécoises, Presses de l’université du Québec, 2008.

Mbengue A., « Management des savoirs », Revue française de gestion, vol. II, no 149, 2004.

Merculieff L., « Linking Traditional Knowledge and Wisdom to Ecosystem Based Approaches to Research and Management: Supporting a Marginalized Way of Knowing », Ethnobiology and Biocultural Diversity. Proceedings of the Seventh International Congress of Ethnobiology, The International Society of Ethnobiology, 2002, p. 523-531.

Petit S. et Barataud F., « L’eau, source de savoirs : analyse de situations d’expertise dans des bassins versants agricoles », VertigO, vol. XV, no 1, 2015.

Poirier S., « Atikamekw Kinokewin, la mémoire vivante : bilan d’une recherche participative en milieu autochtone », Recherches amérindiennes au Québec, vol. 44, no 1, p. 73-83.

Schlemmer B., « Savoirs conquis, savoirs transmis », Cahiers de la recherche sur l’éducation et les savoirs, vol. VIII, 2009. p. 245-262.

Sébastien L., « L’attachement au lieu, vecteur de mobilisation collective ? Étude de cinq territoires ruraux », Norois, vol. I, nos 238-239, 2016, p. 23-41.

Shapin S., « Review of Livingstone’s Science, Space and Hermeneutics », BJHS, vol. 36, 2003, p. 89-90.

Tengö M., Brondizio E. S., Elmqvist T., Malmer P. et Spierenburg M., « Connecting Diverse Knowledge Systems for Enhanced Ecosystem Governance: The Multiple Evidence Base Approach », Ambio, vol. 43, 2014, p. 579-591.

Torre A., « Retour sur la notion de proximité géographique », Géographie, Économie, Société, vol. XI, no 1, 2009, p. 63-75.

Haut de page

Notes

1 La community-based research est apparue dans les années 1980 par méfiance envers les institutions publiques.

2 Cela fait écho au concept de « points de vue situés » de Donna Haraway qui recommande d’encourager la pluralité de points de vue pour accroître l’objectivité de la science en s’appuyant sur les pratiques et les expériences des individus.

3 Nous l’avons diffusé à 44 personnes de manière presque égale entre les types d’acteurs académiques, praticiens et citoyens. Pour sélectionner ces personnes, nos critères ont été les suivants : acteur encore vivant, dont nous avons pu trouver les coordonnées, représentatif d’un objet d’étude, répartition spatiale équitable des acteurs dans la limite du possible entre l’aval et l’amont du bassin versant. Nous avons obtenu 14 réponses.

4 Nous n’allons plus nous intéresser aux « acteurs en formation » dans la suite de l’analyse pour deux raisons. Une grande majorité a eu pour maître de stage la structure qui gère le bassin versant. Nous supposons alors que c’est cette structure qui fut le commanditaire des manifestations alors qu’elle est classée dans la catégorie « acteurs praticiens ». De plus, le nom des acteurs « en formation » ne se retrouve pas dans le nom des autres catégories d’acteurs. Cela représente une limite importante pour réfléchir à un travail collaboratif dans la durée. Pour qu’une science territoriale existe et s’affirme, il faut des acteurs qui s’inscrivent nécessairement dans le temps et le périmètre du bassin.

5 Dans les sciences humaines et sociales, une attention particulière est portée aux savoirs dits incarnés ou situés. Se méfiant de la prétention à l’objectivité et à la neutralité, les savoirs sont à comprendre en fonction de la manière dont se positionne un acteur (matériellement, socialement et historiquement) situés pour tenir compte de sa posture par rapport au savoir.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 – Le bassin de la Dordogne
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/7291/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 588k
Titre Figure 2 – Schématisation des facteurs explicatifs des conditions de réalisation d’une manifestation de savoir
Crédits Source : Perrin et Linton, 2021
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/7291/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre Tableau 1 – Données sur les manifestations de savoir récoltées
Crédits Source : Perrin et Linton, 2021
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/7291/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 832k
Titre Figure 3 – Comparaison spatiale des eaux les plus étudiées par les trois types d’acteurs
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/7291/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 432k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jacques-Aristide Perrin et Jamie Linton, « Science territoriale : une approche pour discuter de la variété des savoirs d’un territoire »Sud-Ouest européen, 50 | 2020, 101-114.

Référence électronique

Jacques-Aristide Perrin et Jamie Linton, « Science territoriale : une approche pour discuter de la variété des savoirs d’un territoire »Sud-Ouest européen [En ligne], 50 | 2020, mis en ligne le 21 janvier 2022, consulté le 18 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/soe/7291 ; DOI : https://doi.org/10.4000/soe.7291

Haut de page

Auteurs

Jacques-Aristide Perrin

Postdoctorant, université de Limoges, jacques-aristide.perrin@etu.unilim.fr

Jamie Linton

Maître de conférences, université de Limoges, james.linton@unilim.fr.

Haut de page

Droits d’auteur

CC BY-NC-ND 4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
  • Logo Presses universitaire du Midi
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search