Navigation – Plan du site

AccueilNuméros50Notes bibliographiquesL’Homme et sa Maison

Notes bibliographiques

L’Homme et sa Maison

Philippe Dugot
p. 115-118
Référence(s) :

P. Deffontaines, L’Homme et sa Maison, éditions Parenthèses, Marseille, 2021, 301 p.

Texte intégral

1Les éditions Parenthèses ont eu l’excellente idée de rééditer l’ouvrage que Pierre Deffontaines a consacré à la grande diversité des habitations de l’homme selon les régions du monde, les climats qui y règnent mais aussi en fonction de considérations culturelles. La maison s’affirme ainsi comme une « preuve plus manifeste, plus paysagique (sic), donc plus géographique du travail de l’homme ». Ce travail est publié pour la première fois en 1972, peu de temps avant sa mort comme cela est précisé en quatrième de couverture, ce qui lui donne cette patine d’une vie d’érudition. Cette nouvelle édition est assortie d’une préface signée par Germain Viatte qui apporte des éléments biographiques ponctués des grandes étapes de la carrière universitaire du géographe. Celles-ci sont utiles car elles aident à comprendre les tropismes géographiques que Deffontaines mobilise plus particulièrement à l’appui de son traité sur l’habitation des hommes : Canada, péninsule Ibérique, Amérique latine ou France évidemment, le reste n’étant pas oublié pour autant. Cette préface est illustrée de photographies du géographe et de sa famille. On y retrouve aussi certaines des couvertures de ses ouvrages : l’édition de la thèse sur Les Hommes et leurs Travaux dans les pays de la moyenne Garonne (publiée aux éditions Silic en 1932) ou son ouvrage traitant de Géographie et Religions chez Gallimard en 1948. Tout cela, et bien d’autres publications, témoignent de l’activité bien remplie de Deffontaines. Parmi les illustrations de la préface, le regard est surtout attiré par de magnifiques dessins extraits des carnets de recherche de l’auteur. L’ouvrage tout entier est accompagné de la reproduction de près de 70 de ces dessins qui donnent à voir le talent de leur auteur mais surtout, mieux que des photographies, permettent de saisir les traits essentiels de la « maison » représentée.

Un dessin parmi d’autres de la main de Deffontaines. Maison de Son Bujosa, Deià (Majorque, septembre 1966)

Un dessin parmi d’autres de la main de Deffontaines. Maison de Son Bujosa, Deià (Majorque, septembre 1966)

Source : illustration extraite de l’ouvrage

2L’ouvrage offre donc non seulement un grand plaisir de lecture, mais il est très joliment et utilement illustré. Pour saisir tout l’intérêt de sa découverte encore aujourd’hui, il convient néanmoins d’en citer quelques lignes d’un dernier paragraphe intitulé « Vers une uniformisation des matériaux de construction » :

Notre époque actuelle est en train d’accomplir un changement considérable dans les matériaux de construction. Ceux-ci jadis se prenaient essentiellement sur place, aujourd’hui ils rentrent dans le transportable. Déjà, la brique cuite avait fait des conquêtes assez lointaines mais, de nos jours, l’acier, le béton, le ciment, l’amiante, l’uralite, le plastique, l’aluminium, le verre sont des matériaux passe-partout. Au lieu de l’ancien localisme des constructions, nous assistons à une uniformisation.

3Ailleurs dans l’ouvrage on est également interpellé par un constat loin de s’être démenti depuis :

la durée des nouveaux édifices est calculée non plus en fonction de la solidité mais selon les bénéfices qu’on en attend ; souvent à peine amortis, ils sont livrés aux démolisseurs ; la construction est entrée dans bien des agglomérations en un rythme quasi délirant. Où en est l’ancienne inertie de la maison ?

  • 1 Deffontaines évoque la grande enquête rurale menée par le ministère de la Reconstruction après la D (...)

4L’inertie ? Déjà questionnée par Deffontaines, loin des maisons rurales construites pour durer des siècles 1, elle a été levée par les besoins d’une rotation accélérée du capital. En fait ces quelques lignes écrites il y a un demi-siècle signifient la désuétude d’une bonne partie des façons de construire qui sont décrites dans l’ouvrage. Deffontaines est bien conscient de cette évolution. Son travail possède plus une vertu testamentaire qu’il ne se veut le reflet fidèle, déjà à l’époque, d’une vision du monde. Cela relève parfois davantage de la mémoire que d’une réalité palpable sur le terrain, en tout cas d’une façon dominante. Aujourd’hui, cela fait les beaux jours d’un patrimoine singularisant a minima les territoires, lorsque le besoin s’en fait sentir, et qu’il en reste quelque chose. Passons sur la référence à l’amiante sans plus d’inquiétude que cela. Au contraire, Deffontaines nous informe, du moment où il parle, qu’au Canada, les compagnies d’assurance en cherchant à limiter l’emploi des toits en chaume ou en bois, sont allées jusqu’à diminuer le taux de primes en cas de recours à l’amiante. Loin du poison reconnu aujourd’hui, ce sont les qualités thermiques ignifuges qui sont là mises en avant. Autres temps, autres mœurs, autres normes dont beaucoup payent aujourd’hui l’insouciance.

5Les descriptions faites témoignent donc déjà d’une époque révolue d’autant que Deffontaines s’appuie parfois sur des travaux qui datent eux-mêmes de plusieurs décennies. On demeure dans le registre descriptif de « genres de vie » dont la maison est une des expressions visibles. Pourquoi dès lors passer du temps de lecture à cet ouvrage de 300 pages ? Ce qui est révolu n’est pas obsolète et encore moins inintéressant. Outre le plaisir de lecture déjà évoqué et le plaisir pour les yeux, offert par les fréquentes illustrations, il y a là une érudition qui ne peut laisser insensible le géographe curieux du monde et sachant que tout sédimente. Les savoirs d’hier, les pratiques des anciens demeurent dans le paysage, plus ou moins sous forme de reliquats architecturaux mais aussi, et peut-être surtout, comme le témoignage d’une relation de l’homme et de son milieu immédiat, si ce n’est plus apaisée, sans doute plus complice. Pour autant, il n’y a point de déterminisme absolu dans le rapport maison-milieu. En parcourant les pages décrivant les dispositifs de toiture, on note que le pendage des toits, leur surface, les matériaux utilisés reflètent les conditions climatiques qu’il s’agisse de se protéger des intempéries ou de capter par ce biais les eaux de pluie. C’est classiquement le cas dans les pays du pourtour méditerranéen parsemés de citernes. On retrouve aussi l’explication de l’étalement de la couverture de certaines fermes jurassiennes par un problème d’approvisionnement en eau induit par la perméabilité des plateaux calcaires de la région. Mais ainsi que le précise Deffontaines, s’il est normal que l’homme ait consacré beaucoup d’attention à cette pièce maîtresse de la maison, car lui donnant ses caractéristiques d’abri, cela n’empêche pas de l’avoir paré d’une personnalité particulière renvoyant à autre chose qu’une seule démarche pragmatique et fonctionnelle. Deffontaines évoque ainsi une protection magique. Et d’écrire ce qui pourrait être une maxime s’appliquant à bien d’autres parties de la maison que le toit : « l’homme, avec son entendement, a choisi, comme toujours, sans être étroitement soumis aux impératifs physiques, mais conservant une souplesse d’adaptation dont les interprétations sont souvent difficiles ». Dans un chapitre consacré aux dispositifs religieux dans la maison, Deffontaines rappelle que la « religion a indiqué pour l’habitation les côtés fastes ou néfastes, indépendamment des adaptations à la pluie, au soleil ou au vent ». Selon lui, si l’architecture de pierre domine dans différentes civilisations méditerranéennes, c’est moins la faiblesse de boisements qui serait en cause que l’importance du culte familial. Dans un autre chapitre traitant des dispositifs de contact avec le sol, il signale que si la maison sur pilotis existe en de nombreux lieux, « elle répond à des dispositifs très variés » ou les facteurs physiques, l’humidité notamment, le disputent à des raisons mystiques. Comment dire mieux que cette phrase : « La maison humaine abrite cet élément si extraordinaire des hommes qu’est la pensée et notamment la pensée religieuse ; elle lui sert de cadre et comme de crâne extérieur ; de ce fait, elle revêt un caractère spirituel ».

6Nous venons d’évoquer quelques chapitres – sur la religion, les dispositifs de contact avec le sol ou les dispositifs de toiture. Mais c’est sous toutes ses formes et dans tous ses attributs que la diversité de l’habitation humaine est disséquée dans l’ouvrage de Deffontaines. Les 22 chapitres que compte l’ouvrage permettent d’en apprendre beaucoup des abris humains sous des latitudes variées, des tropiques secs ou humides aux froids polaires. Se succèdent ainsi un chapitre sur l’habitation souterraine et un autre sur les matériaux de construction. Suivent ensuite une série de chapitres décrivant plusieurs types de « dispositifs » relatif à la toiture, l’eau, le feu, la mobilité du logement avec d’une part les maisons mobiles, des tentes les plus ancestrales aux « maisons-voitures » et d’autre part les « maisons multiples » (par saison ou fonction). Le tour des « dispositifs » se poursuit avec une étude du contact avec le sol, un point sur les ouvertures et l’accès à l’air et à la lumière, la conservation des produits. S’intercale dans cette série d’études sur les dispositifs, un chapitre consacré aux maisons collectives. Le bétail et les animaux domestiques ne sont pas oubliés, quelques paragraphes s’intéressant aux granges, à la volaille de basse-cour sans oublier les invités indésirables que sont les parasites de toute espèce. Travail, défense, sommeil et religieux sont autant de chapitres où ces différents facteurs sont mobilisés pour comprendre la configuration des maisons, leur hauteur plus ou moins grande, l’épaisseur des murs ou le nombre et l’agencement des pièces. Autant d’éléments qui montrent la maison comme dépositaire d’une mémoire des activités des hommes par-delà leur actualité effective. Un dernier chapitre compile une série de réflexions sur l’histoire de la maison. Deffontaines y écrit qu’il « faut nous résigner à des considérations fragmentaires, localisées dans le temps autant que dans l’espace ». Sans doute et c’est là le lot de bien des travaux qui embrassent large. Mais d’une part c’est la largesse du sujet qui fait tout l’intérêt de ce type de travail et d’autre part, le fait de ne pas épuiser un thème ne signifie pas qu’il n’a pas posé des jalons suffisants pour d’autres questionnements. Sur un tel sujet, il était de toute façon vain de vouloir tout dire comme il serait vain dans cette recension de vouloir rendre compte de toute la richesse de cet ouvrage. Il faut le lire ! Et cette injonction s’adresse bien au-delà de la seule corporation des géographes ou même des historiens.

7L’érudition acquise à la lecture de cet ouvrage est fertilisée par ce que l’on doit aussi en faire pour des chantiers actuels. Ainsi, à la modernité qui pointe le bout de son uniformisation des habitations jusqu’à une échelle mondiale, on peut opposer depuis l’écriture de cet ouvrage un regard nourri du diagnostic des limites de ce processus. Il faut garder la mesure certes et le vent souffle encore très fort dans la normalisation des matériaux et des façons de construire quel que soit le lieu. Mais on ne peut nier que les questions relatives à l’architecture vernaculaire progressent. Dans beaucoup de régions du monde on se rappelle, ou on devrait se rappeler plus souvent, les enseignements portés par des maisons dont de nombreuses configurations témoignaient certes d’une réponse à des besoins économiques, sociaux voire spirituels, mais aussi, la plupart du temps, s’inscrivaient dans les contraintes d’un milieu abordé avec bien plus d’humilité qu’aujourd’hui. Comme Deffontaines l’écrit « la maison a lutté tantôt pour l’ombre, tantôt contre l’ombre par des dispositifs variés ». Il donne des exemples de l’inventivité des hommes pour capter la lumière et aérer l’intérieur. Ainsi en va-t-il des cheminées d’aération que l’on retrouve en divers endroits : Algarve au sud du Portugal ou autour du golfe Persique. On relève ici ou là, de façon encore très marginale, une aspiration à construire à nouveau avec des matériaux plus locaux. Sans doute s’agit-il d’un « localisme » plus large que celui évoqué dans cet ouvrage. Néanmoins, pluralité des formes, des pratiques de construction et donc des matériaux, adaptabilité séculaire au climat, sont autant d’invitations à revenir sur la normalisation architecturale produit d’une modernité plus ou moins exogène et ancrée dans le monde. Deffontaines décrit certes comme une avancée que la maison est en train de « conquérir son autonomie complète, aussi bien d’éclairage par l’électricité, que d’aération, par le mécanisme de l’air conditionné qui permet de se passer de fenêtres ». Il est facile de renier le progrès dont on profite largement. On en mesure plus aisément le coût aujourd’hui avec l’obligation d’en réduire les impacts et de revisiter partout dans le monde, et de façon adaptée, les héritages architecturaux.

8De même on serait bien inspiré de relire et méditer les lignes introductives à la question de la mobilité du logement. L’homme a eu besoin de se déplacer régulièrement. Les facteurs de cette mobilité du logement sont divers : oppositions saisonnières, renouvellement des sources d’alimentation suite à une surcharge démographique, causes religieuses ou tout « simplement par esprit d’aventure ». Paradoxe de notre monde hypermobile, où les déplacements sont fréquents et parfois lointains, cet habitat léger, parfois réduit à la plus simple expression que peut avoir un abri, est d’une marginalité en décalage des habitus d’un temps marqué par la sédentarité de l’habitation. Pourtant, ce besoin de mobilité devrait nous interpeller. Nombre de nos comportements prédateurs nous rapprochent plus que nous le pensons des chasseurs-cueilleurs ou des éleveurs extensifs obligés de déplacer leur habitation au gré du stock de nourriture disponible. Sauf que nous nous cognons aux limites de notre planète aux dimensions très rétrécies par une démographie tout aussi galopante que ne l’est la vitesse de circulation des hommes et des marchandises. Nous épuisons notre œkoumène terrestre, autrement dit notre maison ultime et commune, dont il a été dit depuis plusieurs année « qu’elle brûle ». Il ne faut pas douter que « l’esprit d’aventure » n’a pas disparu mais il est bien plus difficile de nous extraire des conséquences planétaires de nos activités que de déplacer une case de branchages ou une tente de nomade.

9Près de 50 ans après, parmi les chapitres à ajouter, outre un important morceau autour de la confirmation du processus d’uniformisation de l’habitat, il y aurait donc un chapitre à écrire sur cette fragile tendance à une architecture plus à l’écoute des contraintes du lieu et plus généralement intégrant les questions de durabilité. Il y en aurait un autre sur la maison ou l’appartement à l’heure d’Internet, outil paradoxal d’une ouverture propice à un nouvel enfermement de l’homme dans sa maison. Mais c’est là un reproche que l’on ne peut adresser à l’auteur. Lui a fait son travail, servi, bien après sa mort, par un beau travail de réédition.

Haut de page

Notes

1 Deffontaines évoque la grande enquête rurale menée par le ministère de la Reconstruction après la Deuxième Guerre mondiale et dont il ressortait que l’ancienneté moyenne des maisons dans certaines campagnes françaises était très forte : 95 ans en Bretagne et 137 ans en Normandie.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/7364/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Un dessin parmi d’autres de la main de Deffontaines. Maison de Son Bujosa, Deià (Majorque, septembre 1966)
Crédits Source : illustration extraite de l’ouvrage
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/7364/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 352k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe Dugot, « L’Homme et sa Maison »Sud-Ouest européen, 50 | 2020, 115-118.

Référence électronique

Philippe Dugot, « L’Homme et sa Maison »Sud-Ouest européen [En ligne], 50 | 2020, mis en ligne le 21 janvier 2022, consulté le 19 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/soe/7364 ; DOI : https://doi.org/10.4000/soe.7364

Haut de page

Auteur

Philippe Dugot

Université Toulouse – Jean Jaurès

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC BY-NC-ND 4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
  • Logo Presses universitaire du Midi
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search