Navigation – Plan du site

AccueilNuméros51Les stations de montagne des Pyré...

Les stations de montagne des Pyrénées-Orientales face au changement climatique : une transition nécessaire pour un avenir durable ?

Pyrénées-Orientales Mountain Resorts Facing Climate Change: A Necessary Transition for a Durable Future?
¿Las estaciones de montañas de los Pyrénées-Orientales frente al cambio climático: una transición necesaria para un porvenir durable?
Solène Albert
p. 97-107

Résumés

Les stations de montagne des Pyrénées-Orientales font actuellement l’objet d’une étude stratégique relative à leur développement et à la structuration d’une gouvernance partagée. Après avoir dressé un état des lieux du fonctionnement et de l’ancrage territorial des stations de montagne, cet article propose des réponses concrètes aux besoins du territoire sous la forme de trois scénarios alternatifs. Les impacts liés au changement climatique sur les stations sont indéniables et c’est au travers de ce prisme que chaque scénario interroge l’activité touristique tout en apportant des préconisations opérationnelles concernant notamment les problématiques liées aux mobilités et aux hébergements.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Le tourisme représente une activité majeure au sein de l’économie départementale des Pyrénées-Orientales. Bénéficiant d’une situation géographique privilégiée, le département dispose de dix stations balnéaires, huit stations de montagne et cinq stations thermales. Au total, l’activité touristique représente environ 11 000 emplois, soit 8 % des emplois du département (selon l’agence départementale du tourisme 66, 2018). L’ouest des Pyrénées-Orientales – à la frontière entre l’Espagne, l’Andorre, l’Ariège et l’Aude – est caractérisé par un relief de plaine et de massifs montagneux. Il correspond aux territoires de trois régions naturelles que sont la Cerdagne, le Capcir et le Conflent, soit le périmètre du parc naturel régional (PNR) des Pyrénées catalanes. C’est sur ce territoire que sont situées les huit stations de montagne du département : Puyvalador, Formiguères, Les Angles, Font-Romeu Pyrénées 2000, La Quillane, Cambre-d’Aze, Puigmal et Porté-Puymorens (fig. 1). L’activité touristique se développe dans cet espace principalement, à partir du début du xixe siècle, autour des bienfaits attribués à la montagne, l’altitude, au soleil – de ce que l’on appelle climatisme. L’ouverture de la ligne ferroviaire du Train jaune, entre 1909 et 1910, contribue à l’afflux de visiteurs sur le territoire. Marqueur important du développement touristique, le Grand Hôtel de Font-Romeu ouvre auprès de la ligne en 1913, recevant à cette époque la haute société, venue jouir du climat, du panorama, du golf et, déjà, des sports d’hiver (Hagimont, 2018). L’essor est renouvelé par l’avènement du ski alpin qui se concrétise à Font-Romeu par l’aménagement de la première remontée mécanique en 1937. Dans la période de l’après-guerre, Font-Romeu se place pendant quelques dizaines d’années comme la station la plus fréquentée des Pyrénées, tandis que les autres stations de montagne du département sont progressivement aménagées.

  • 1 Cette étude était en cours à la rédaction de l’article et s’est terminée en 2021.

2Plus d’un siècle après le développement des stations de montagne des Pyrénées-Orientales, le constat n’est pas réjouissant, pour ne pas dire alarmant. En 2013 puis 2018, les stations du Puigmal et de Puyvalador ont fermé leur porte. Alors qu’elles tentent aujourd’hui de s’engager dans de nouveaux modèles de développement, l’exemple de ces stations vient mettre en lumière les difficultés rencontrées par bon nombre d’entre elles. À la fois endogènes et exogènes, les problématiques sont nombreuses, concernant notamment les nouvelles pratiques des clientèles, les déficits d’exploitation, la concurrence entre les destinations ou encore les difficultés à anticiper les changements (Vlès, 2016). Il est évident que le climat apparaît comme l’un des changements majeurs qui impactent fortement l’activité touristique des stations de montagne (Bachimon, 2019). Selon l’Observatoire pyrénéen du changement climatique (OPCC), la température moyenne annuelle augmente d’environ 0,2 °C par décennie dans l’ensemble des Pyrénées. Les phénomènes météorologiques observés perturbent autant les écosystèmes que le modèle économique des stations de ski (Sheidhauer et Vlès, 2020). Au regard de ces constats menaçant la pérennité du tourisme de montagne des Pyrénées-Orientales, le département s’est emparé du sujet et a initié une étude stratégique 1 relative au développement et à la structuration d’une gouvernance pour l’ensemble des stations de son territoire. Le département a choisi la Société publique locale Pyrénées-Orientales aménagement (SPL POA) comme maître d’ouvrage délégué, dans laquelle l’auteure effectuait une mission d’expertise. La SPL POA s’est elle-même appuyée sur l’expertise d’un bureau d’études pour mener à bien sa mission.

3Les résultats présentés dans cet article sont propres à l’auteure et sont issus du travail réalisé pour cette étude, au sein de la SPL POA, ainsi que sur la base des données récoltées par le bureau d’études. Par ailleurs, l’objectif de cet article est de questionner en quoi l’activité touristique au sein des stations des Pyrénées-Orientales – et plus largement des territoires de montagne – se trouve affectée par les mutations environnementales globales et vient perturber leur fonctionnement économique, et d’évoquer différents scénarios qui permettraient de sortir de l’impasse. Le changement climatique intervient en tout cas, ici comme ailleurs, comme un accélérateur de tendances lourdes (Hatt et Vlès, 2014). Dans un premier temps, il convient de dresser le portrait des stations de montagne des Pyrénées-Orientales selon une analyse globale et multiscalaire. L’objectif est d’appréhender les problématiques générales auxquelles elles sont confrontées, sans omettre le lien avec leur territoire. Cette nécessaire étape de cadrage permet ensuite d’étudier plusieurs modèles alternatifs de développement. Présentés dans le cadre de l’étude sous forme de scénarios, il s’agit en réalité de trois alternatives au fonctionnement territorial actuel. Les pistes d’évolution proposées ici dresseront l’ambition générale portée par chaque scénario, tout en s’attardant sur quelques exemples précis. Cet article n’entend pas apporter de solutions totalement novatrices ni révolutionnaires. Les propositions exposées sont propres à l’auteure et ne correspondent pas automatiquement à ce qui a été retenu par le territoire. Il convient de les appréhender comme des pistes de réflexion tout à fait discutables.

I – Un contexte territorial adapté au développement touristique de stations de montagne confrontées à des problématiques partagées

1. Des problématiques communes pour des espaces touristiques à la délimitation géographique complexe

4Étudier le tourisme en stations de montagne nécessite d’interroger le périmètre de travail choisi. Dans le cadre de cette étude, il s’agit donc des huit stations de montagne des Pyrénées-Orientales. Mais comment la station se limite-t-elle dans l’espace ? Au périmètre de son domaine skiable ? À celui de sa commune ou de son intercommunalité support ? Ces questions demeurent bien souvent en suspens, tant la délimitation de ces espaces touristiques est complexe. Ces lieux urbanisés s’articulent bien souvent autour d’hébergements et d’équipements, sans oublier que ce sont également des bassins de vie et d’emplois (Vlès, 2014). Le choix a été fait de mener une analyse multiscalaire, permettant d’appréhender les contextes socio-économiques, environnementaux ou encore touristiques à plusieurs échelles territoriales, à savoir : la région Occitanie, le département des Pyrénées-Orientales, la zone de chalandise des stations, le parc naturel régional des Pyrénées catalanes, le bassin de vie de Font-Romeu ainsi que les communautés de communes Pyrénées Cerdagne et Pyrénées Catalanes. En suivant cette analyse multiscalaire, plusieurs problématiques territoriales ont été dégagées et étudiées afin d’avoir une compréhension globale, et la plus exhaustive possible, des enjeux relatifs à la structuration et au développement des stations à l’heure des bouleversements écologiques : la question résidentielle, la répartition saisonnière de l’activité ou encore la problématique liée aux mobilités.

Figure 1 – Stations de ski alpin des Pyrénées-Orientales selon le nombre de journées ski

Figure 1 – Stations de ski alpin des Pyrénées-Orientales selon le nombre de journées ski

Source : Étude stratégique des stations des Pyrénées-Orientales/MDP/TRACES/SPL POA/CD 66, 2020

5L’ensemble des stations à l’étude sont situées sur un territoire assez restreint puisqu’elles sont toutes accessibles dans un rayon d’environ 15 km. Leur accessibilité représente d’ailleurs une problématique majeure, tant dans l’accès vers le territoire que concernant les mobilités en stations. Les évènements liés à la fermeture d’un tronçon de la RN116 – seule route (nationale et internationale) permettant l’accès jusqu’aux stations depuis le reste du bassin de clientèle (Montpellier, Perpignan, Toulouse, Bordeaux, Barcelone, Girone) – entre les mois de février et de mai 2020 ont montré les limites de cette accessibilité. Cet évènement, qui a rendu la circulation pour les habitants du territoire limitée, a conjointement contraint l’activité touristique en stations. Le train, qui pourrait représenter une alternative à la voiture, s’arrête à Villefranche-de-Conflent ou bien en gare de Latour-de-Carol/Enveitg, accessible principalement depuis l’Andorre ou l’Ariège. Entre ces deux gares, le Train jaune est l’unique ligne ferroviaire qui fait l’objet depuis de nombreuses années de plusieurs études quant à sa requalification et sa revalorisation. À l’échelle des communautés de communes Pyrénées Cerdagne et Pyrénées Catalanes, la voiture demeure le mode de transport le plus utilisé. Selon les données de l’INSEE (2017), plus de 70 % des trajets domicile-travail s’y font en voiture. En ce qui concerne l’activité touristique, ce même mode de transport est utilisé à hauteur de 97 % pour venir en stations (MDP et TRACES, 2020). Ces pourcentages, pas forcément originaux, sont préoccupants à l’aune des enjeux environnementaux : le transport constitue le premier émetteur de gaz à effet de serre (GES) en station de ski (Ski France et ANMSM, 2010). En effet, le transport de personne représente 57 % des émissions de GES, suivi par les usages énergétiques des bâtiments (27 %), répartis entre l’habitat résidentiel (11 %) et les activités tertiaires (16 %, bâtiments liés au tourisme : hébergements, commerces, restauration, etc.).

6Parmi les émissions liées au secteur résidentiel, la proportion souvent considérable des résidences secondaires joue un rôle majeur puisque leur nombre l’emporte toujours largement sur celui des résidences principales (Marieu, 2018). Au sein de la communauté de communes Pyrénées Cerdagne, elles représentent 59 % des hébergements. Ce pourcentage s’élève à 80,1 % pour la communauté de communes Pyrénées catalanes (INSEE, 2017). Ces « lits froids » – occupés moins d’un mois par an – sont considérés comme un « gâchis écologique et une aberration économique » (Tourmag, 2012). Ces résidences secondaires concentrent leur fréquentation en période de forte activité, notamment en hiver. De fait, les consommations électriques augmentent à un moment de l’année où le contenu carbone du kilowhatteur électrique du réseau français est le plus élevé. Le vieillissement du parc immobilier de loisirs en stations de montagne n’améliore en rien la situation : 75 % des lits en résidences secondaires ont été construits avant 1990 (Hatt, 2018). Ces hébergements utilisent majoritairement des énergies fossiles comme combustible de chauffage qui représentent 45 % des émissions de GES liées au secteur résidentiel (Ski France et ANMSM, 2010). Le PNR des Pyrénées Catalanes porte le programme PYLOT (Pyrénées logement tourisme) qui propose un accompagnement aux propriétaires de logements touristiques meublés ou en passe de mettre leur bien à la location saisonnière. Ces hébergeurs bénéficient de conseils et d’un accompagnement dans les domaines de l’architecture, des économies d’énergie et de la valorisation touristique de logements. Bien que ce dispositif soit récent (2019) et ambitionne à concrétiser des projets tout à fait pertinents, il semble légitime de se questionner quant à son opérationnalité. Plusieurs travaux de recherche ont remis en cause l’efficacité de ces opérations de réhabilitation de l’immobilier de loisir (ORIL) : peu de logements rénovés grâce à ce dispositif, modalités juridiques et financières peu attractives pour les propriétaires (Vlès, 2014 ; Cam, 2017 ; Vlès et Hatt, 2019). Néanmoins, il semble prématuré de tirer des conclusions sur les résultats liés à ce programme, tant son opérationnalité est récente sur le territoire, et les résultats précédents, de type ORIL, décevants dans les Pyrénées (Vlès, 2014).

2. Une bisaisonnalité caractéristique du tourisme dans les territoires de montagne, fortement représentée pour les stations des Pyrénées-Orientales et impactée par le changement climatique

  • 2 La fréquentation cumulée correspond au nombre de journées cumulées. En d’autres termes, si quatre p (...)

7Bien qu’il soit évident que le tourisme dans les territoires de montagne se caractérise par une bisaisonnalité marquée (Butler, 2001), les saisons estivales et hivernales sont, à de nombreux égards, bien distinctes. La destination montagne, et particulièrement les stations de montagne, est spontanément associée à l’hiver et au ski (Atout France, 2019). Et pourtant, l’été génère parfois davantage de nuitées que l’hiver. En 2015, 51 % des nuitées des Français à la montagne ont été réalisées entre les mois de juin et septembre contre 33 % entre décembre et avril (Atout France, 2019). En ce qui concerne notre étude, la période estivale représente, pour l’ensemble des stations, environ 42 % de la fréquentation cumulée 2 contre 58 % pour la période hivernale. Ces chiffres présentent un portrait général de la fréquentation des huit stations du territoire, bien qu’ils varient peu d’une station à l’autre. Au-delà de cet écart de fréquentation entre l’été et l’hiver, ces deux périodes de l’année se distinguent considérablement, notamment concernant le type de clientèle qu’elles reçoivent ou encore la répartition géographique de l’activité touristique. De manière générale et pour de nombreux territoires de montagne, l’été, la clientèle est « grand public » et le tourisme est diffus alors que l’hiver accueille une clientèle ciblée, concentrée essentiellement dans les stations (ODIT France, 2018).

  • 3 Selon des discours de directeurs de stations pendant les comités techniques de l’étude, 2020.

8Malgré une différence de fréquentation entre les deux saisons pour les stations des Pyrénées-Orientales, l’étude montre que l’été est une période sous-valorisée. L’ensemble des stations sont en fait fréquentées en été, mais toutes ne structurent pas un produit ou un service touristique, notamment pour la pratique de la randonnée ou bien du VTT. Les stations des Angles et de Font-Romeu sont les deux principales à proposer une offre touristique estivale complète, notamment avec des activités marchandes. À l’inverse, pour d’autres stations – à l’exemple de Porté-Puymorens – la fréquentation touristique estivale s’établit indépendamment de la station où aucune activité n’est structurée à cette période. Et pourtant, l’étang de Font-Vive et le lac de Passet – qui sont à proximité – attirent à eux deux environ 70 000 visiteurs uniquement l’été. En comparaison, aux Angles, le Bike Park, le parc animalier et le parc aventure, qui sont des activités marchandes, attirent en totalité environ 78 800 visiteurs par an. En ce qui concerne la période hivernale, le constat est bien différent. D’une station à l’autre, les activités pratiquées sont relativement similaires, se structurant principalement autour du ski alpin, du ski de randonnée, des raquettes ou encore de la luge. Cette saison a la particularité de vouloir associer l’ensemble des huit stations au sein d’un collectif : les Neiges catalanes. Cette association, créée il y a plus de 50 ans, regroupe les collectivités supports des stations et les exploitants des remontées mécaniques de la Cerdagne et du Capcir. Un des objectifs des Neiges catalanes est la vente de forfaits uniques. Actuellement, l’association ne fait pas l’unanimité et son fonctionnement ne correspond plus à ce qu’il était au moment de sa création 3. Alors que son ambition principale était de faire travailler les stations main dans la main, le projet les a davantage fait entrer en concurrence.

9Sans même parler des perturbations des écosystèmes, les impacts liés au changement climatique interviennent comme une épée de Damoclès sur les territoires de montagne, venant perturber le modèle économique des stations de ski (Sheidhauer et Vlès, 2020). L’ensemble des stations étudiées sont situées entre 1 500 m et 2 700 m d’altitude. La station de La Quillane fait exception puisqu’elle ne dépasse pas les 2 000 m d’altitude. Plusieurs grandes tendances semblent se dessiner au regard de l’évolution du climat depuis les années 1950 jusqu’en 2005. Tout d’abord, il est clair que – sans équipements – la viabilité du manteau neigeux est compromise en-dessous de 2 100 m d’altitude. Au-delà, la neige naturelle semble viable. De plus, une diminution du nombre de jours de gel a été observée (MDP et TRACES, 2020), ce qui entraîne des conséquences évidentes sur la conservation du manteau neigeux et sur la production de neige de culture. Ces quelques grandes tendances sont bien évidemment à nuancer au cas par cas puisque la situation diffère notamment en fonction de l’exposition de certains secteurs et/ou domaines skiables.

  • 4 Le GIEC propose des scénarios dits « RCP » pour Representative Concentration Pathway. Selon les sci (...)

10L’étude réalisée a permis d’imaginer plusieurs situations, en lien avec les quatre scénarios proposés par le GIEC (groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat 4). Dans le cadre de cette étude, deux scénarios ont été retenus : le scénario « RCP 4.5 » qui tend vers une stabilisation des émissions de CO2 et la mise en place de politiques environnementales d’ampleur ainsi que le scénario « RCP 8.5 » qualifié de « business as usual », qui tend vers la prolongation des émissions actuelles avec une augmentation des émissions annuelles de GES de 1 %. Sur la période 1950-2005, sans production de neige de culture, le nombre de jours skiables à 1 800 m d’altitude était en moyenne de 53 pour les stations des Pyrénées-Orientales. Selon les trajectoires du GIEC, à l’horizon 2050 et à la même altitude, le nombre de jours serait de 28 pour le scénario « RCP 4.5 » et de 24 pour le scénario « RCP 8.5 ». Ces chiffres, bien qu’ils soient assez généraux et ne dressent pas la situation pour chaque station, dessinent un avenir alarmant pour la saison hivernale. Ils impliquent une dépendance de plus en plus forte à la neige de culture sur des portions croissantes des domaines qui rend ces stations extrêmement vulnérables à la hausse des températures (avérée) et à la disponibilité en eau, dans des régions plutôt sèches. Le changement climatique impacte également la saison estivale. Pour cette période, il s’agit principalement d’un réchauffement des températures qui tend à être plus rapide et plus marqué entre les mois de juin et de septembre. Toujours à l’horizon 2050, cela se caractériserait par une augmentation du nombre de jours anormalement chauds qui serait de + 6 jours par décennie selon le scénario « RCP 4.5 » et de + 17 jours par décennie selon le scénario « RCP 8.5 ».

II – Des solutions de développement alternatives à imaginer pour un avenir durable dans les stations des Pyrénées-Orientales

11Le constat est clair : le fonctionnement des stations des Pyrénées-Orientales ne semble pas viable sur le moyen et le long terme. Face à cela, à partir des grands enjeux et problématiques auxquels sont confrontées ces stations – et leur territoire auquel elles sont rattachées de manière générale – des scénarios alternatifs ont été imaginés. Nous proposons ici d’envisager trois trajectoires possibles, avec pour objectif principal de répondre aux besoins du territoire. Les propositions faites pour chaque scénario sont assez générales et nécessitent ensuite une application et une adaptation par chaque station. Il convient d’imaginer les deux premiers scénarios comme des étapes nécessaires pour faire progresser le territoire vers le troisième, qui soumet des propositions davantage radicales et différenciantes vis-à-vis de la situation territoriale actuelle.

1. Les stations des Pyrénées catalanes : vers un développement touristique à l’année

12Au regard des trois scénarios, le premier proposé est celui se démarquant le moins de la situation actuelle, à la fois pour les stations et pour le territoire à plus large échelle. Les idées développées peuvent devenir concrètes sur le court terme et ne nécessitent pas de changements radicaux mais davantage des adaptations ou des ajustements. Ce premier scénario permet aux stations de se projeter vers un développement structurant qui leur permet de garder la main sur l’outil touristique qu’elles maîtrisent actuellement.

13Les difficultés évoquées précédemment font penser qu’il serait nécessaire de renforcer et structurer le développement de l’activité touristique tout au long de l’année. C’est d’ailleurs ce vers quoi tendent certaines stations aujourd’hui et cela semble une solution d’avenir sensée. La proposition faite ici consiste alors à appuyer les perspectives de chaque station, en les intégrant dans un projet commun qui laisse tout de même la place et des marges de manœuvre à chacune d’elles. Par ailleurs, l’objectif est également de miser davantage sur la qualité que sur la quantité. En effet, la fréquentation des stations et des lieux touristiques sera satisfaisante en étant la plus homogène possible entre les différents espaces et sur les différentes périodes de l’année. Le risque, à l’inverse, serait la surfréquentation, qui serait néfaste pour les territoires et leurs écosystèmes. Finalement, l’ambition de ce scénario est modeste mais peut sembler rassurante pour les stations qui maîtrisent l’outil touristique.

  • 5 Par « estivales », on entend ici les activités qui peuvent être pratiquées en dehors de la période (...)

14De manière concrète, et pour tendre vers une transition du modèle touristique à l’année, trois idées principales sont imaginées : le développement de l’activité ski comme un produit d’appel, la mise en avant des richesses touristiques et territoriales à l’année ainsi que le positionnement des stations vers un tourisme à l’année. Tout d’abord, développer l’activité ski comme un produit d’appel consisterait à faire perdurer le modèle existant en le confortant, notamment par la sécurisation du manteau neigeux ou encore par le remplacement ou la réhabilitation des équipements (remontées mécaniques par exemple) en cas de nécessité. La notoriété et l’engouement autour du ski doivent permettre la découverte et la pratique d’autres activités proposées en stations. Ensuite, la mise en avant des richesses touristiques et territoriales à l’année pourrait se faire en structurant les activités estivales 5 non plus uniquement sur quelques mois de l’année. Il est vrai qu’elles ont l’avantage de ne pas nécessiter d’éléments particuliers (à l’inverse des activités hivernales qui nécessitent pour beaucoup de la neige), si ce n’est que les conditions climatiques soient suffisamment favorables. Pour que les activités et les offres touristiques soient praticables à l’année, il serait également nécessaire qu’elles soient réversibles, et donc que les stations puissent s’adapter rapidement en fonction des aléas climatiques. À titre d’exemple, au dos de la signalétique des pistes de ski, il convient d’afficher la signalétique liée à la randonnée ou bien au VTT. Dans ce cas, si la neige vient à tomber tardivement, la station peut conserver une signalétique davantage estivale. De plus, pour développer un tourisme à l’année, le périmètre concerné par l’activité touristique mériterait d’être élargi au-delà de celui des stations. Alors que le ski nécessite une zone géographique précise (le domaine skiable), nombreuses sont les activités estivales qui prennent place ailleurs sur le territoire. Les stations des Pyrénées-Orientales bénéficient de l’attractivité de certains grands sites majeurs, qui ne sont pourtant pas directement rattachés aux stations, par exemple le lac de Matemale, le lac des Bouillouses ou encore le lac des Camporells. Finalement, pour positionner les stations vers un tourisme à l’année, il serait nécessaire qu’elles aillent au-delà d’une promesse touristique, voire au-delà d’une promesse marketing. De fait, si un client décide de réserver ses vacances dans une station qui se développe à l’année et qui communique en ce sens, celle-ci doit réellement être en capacité de l’accueillir tout au long de l’année. Cela concerne les activités proposées mais également les acteurs socio-économiques du territoire qui doivent prendre part à ce positionnement.

15De plus, avec la mutation des stations, il semble opportun de mener des adaptations opérationnelles en lien avec les problématiques de mobilité et d’hébergement qui sont au cœur des réflexions liées à la requalification des stations (Hatt, 2011). En ce qui concerne la mobilité, et plus particulièrement les stationnements en station, l’ambition portée par ce scénario consiste à conforter l’existant. De manière concrète, cela implique une requalification des parkings et des lieux de stationnements à l’échelle de chaque station avec pour objectifs une meilleure intégration paysagère de ces espaces ainsi qu’une limitation du stationnement sauvage. Quant aux hébergements, il apparaît nécessaire de renforcer le dispositif PYLOT, notamment pour que cette démarche soit davantage incitative.

16Pour finir, la mise en œuvre opérationnelle de ce scénario entraîne le choix d’un mode de gouvernance adapté et en cohérence avec les propositions faites. Actuellement, le principal point de blocage pour aller vers un projet commun aux stations concerne la mutualisation des compétences. Ce scénario représente un véritable avantage pour les stations puisqu’il suggère la conservation de leur mode de gestion. Néanmoins, en ce qui concerne la gestion des domaines skiables, il semble judicieux qu’elle soit confiée à un seul et même délégataire pour l’ensemble des stations. Effectivement, l’ambition portée vise à conforter l’activité ski et une éventuelle démarche de travail avec une même structure permettrait une vision d’ensemble nécessaire pour ensuite évoluer vers les scénarios suivants, où la gouvernance est davantage mutualisée. À titre d’exemple, chaque station peut contracter une délégation de service public (DSP) avec Altiservice, qui semble être une structure pertinente qui connaît bien le territoire et qui dispose des compétences nécessaires à l’exploitation de domaines skiables. Cela permettrait aux stations de garder la main sur leur domaine skiable en adaptant les contrats au cas par cas. De plus, le positionnement à l’année encouragé par ce scénario nécessite une stratégie des ressources humaines adaptée pour chaque station. Les employés doivent être formés pour être polyvalents. Finalement, et malgré un fonctionnement autonome de chaque station, il convient d’amorcer un travail concerté pour qu’elles tendent à l’avenir vers un développement mutualisé. Le PNR pourrait être l’entité existante pouvant impulser cette dynamique collective en prenant le rôle d’une instance de concertation. Il convient néanmoins d’être vigilant sur ce point précis puisque les actions et missions du parc ne semblent aujourd’hui pas partagées par l’ensemble des stations.

2. Les montagnes catalanes : une pluralité de stations pour une unité territoriale

17Le deuxième scénario proposé fait l’intermédiaire entre le premier et le troisième, en formant une transition entre une perspective sur le court terme et une sur le long terme. La marge de progression pour atteindre les objectifs de ce deuxième scénario nécessite donc davantage de changements et d’évolutions que pour le précédent. Il répond notamment à un besoin territorial de travailler de manière commune pour garantir une offre de destination. Les stations de montagne de notre étude sont situées sur le périmètre proche de deux régions naturelles : à l’ouest, la Cerdagne, frontalière avec l’Espagne, se caractérise par une vaste plaine d’altitude entourée de montagne ; au nord-est, le Capcir, souvent appelé « le petit Canada », forme un plateau assez haut en altitude, avec des forêts de pins, d’épicéas et des grands lacs. Fort de leurs richesses naturelles, ces territoires accueillent des stations de montagne aux caractéristiques bien distinctes (altitude, exposition du domaine skiable, équipements, clientèle accueillie, etc.) qui jouissent d’une identité plus ou moins marquée. Actuellement, les spécificités de chaque station ne semblent pas être mises au profit de l’ensemble du territoire. Cela se reflète notamment par le peu de coopération qui existe entre les stations ainsi que le travail mené de manière autonome entre les communautés de communes Pyrénées Cerdagne d’une part et Pyrénées Catalanes d’autre part. Pour tendre vers une offre de destination cohérente, c’est d’ailleurs à l’échelle des deux EPCI que ce scénario tente de se construire.

  • 6 En 2019, la station du Puigmal s’est lancée dans un projet de reconversion. Inaugurée officiellemen (...)

18Pour répondre de manière opérationnelle à l’ambition portée par ce scénario, il convient de faire des choix nécessaires dans les stations concernant l’activité ski mais également de structurer les activités touristiques à l’échelle du territoire et enfin de renforcer le positionnement d’un tourisme à l’année, entamé dans le premier scénario. Tout d’abord, il semble indispensable de faire des choix – parfois radicaux – dans certaines stations. Il faudrait notamment envisager de mettre un terme à l’activité ski dans trois stations, à savoir Puyvalador, La Quillane et Puigmal. C’est d’ailleurs déjà le cas pour cette dernière 6. Ce choix se justifie par des investissements trop lourds à porter, de l’endettement et, parfois, des modélisations climatiques qui mettent en cause la viabilité du manteau neigeux de leur domaine. À l’inverse, pour les stations de Font-Romeu Pyrénées 2000, Les Angles, Porté-Puymorens, Cambre-d’Aze et Formiguères, il semble plus évident que l’activité ski – et plus généralement les activités nécessitant de la neige – sont viables et peuvent perdurer encore de nombreuses années. Cela pourrait être possible notamment si ces stations poursuivaient les investissements liés aux équipements en enneigeurs artificiels. Néanmoins, cela ne signifie pas qu’il faille uniquement développer les activités liées à la neige, mais davantage que celles-ci soient complémentaires aux autres attraits du territoire (sports de nature, itinérance, patrimoine culturel et historique, activités de découvertes scientifiques, etc.). Pour tendre vers ce qui se veut être ici une destination, il semble nécessaire que les projets de chaque station soient en cohérence avec les intentions du collectif. Les ambitions territoriales sont notamment définies dans les projets de territoires des communautés de communes ainsi que dans leur plan d’aménagement et de développement durable (PADD). À titre d’exemple, un enjeu à l’échelle de la communauté de communes Pyrénées catalanes est actuellement de « soutenir la place du tourisme hivernal comme locomotive du territoire et diversifier l’offre touristique globale », notamment en poursuivant « la diversification des activités hors ski alpin et des activités à l’année » (PADD, 2020). La communauté de communes Pyrénées Cerdagne note la « nécessité de maintenir l’économie de la neige, mais aussi de diversifier l’offre touristique », notamment en développant le tourisme de pleine nature et patrimonial ainsi que le tourisme quatre saisons (Projet de territoire, 2016). Ces exemples permettent d’illustrer la nécessité pour les stations d’ancrer leurs projets individuels dans des ambitions collectives.

19L’échelle territoriale travaillée dans ce scénario nécessite des adaptations cohérentes en ce qui concerne les problématiques liées aux mobilités et aux hébergements. Pour le premier cas, des lieux de stationnements éphémères en périphérie des stations ou des cœurs de villes pourraient être aménagés, lorsque la station est à proximité directe avec le village. Les objectifs sont pluriels : gérer les flux entre les différents usagers, limiter la circulation des voitures ou encore inciter les usagers à utiliser d’autres modes de transports que la voiture. Des solutions alternatives nécessiteraient d’être proposées comme la mise en place de navettes gratuites, l’instauration de sens de circulation ou encore l’aménagement de pistes cyclables et piétonnes. Concernant les hébergements, il semble judicieux de mener un projet commun aux stations de réhabilitation des logements touristiques. Le dispositif PYLOT ne devrait plus seulement être incitatif mais il pourrait permettre l’impulsion d’une politique globale visant – in fine – à remettre au goût du jour et aux normes tous les hébergements identifiés auparavant selon un ordre de priorité.

20Enfin, dans un souci de travail collectif, le mode de gestion devrait être construit dans ce sens. On imagine alors que trois compétences puissent être gérées de manière mutualisée, laissant une marge de liberté à chaque station pour conduire les autres à leur manière. Il s’agit d’abord des compétences techniques, relatives au matériel et aux équipements nécessaires aux activités touristiques. Cela concerne notamment les dameuses, les motoneiges pour le secours sur pistes, les tenues et équipements nécessaires aux employés, etc. L’objectif est de permettre de mutualiser les moyens et éventuellement d’acheter moins de matériel pour le répartir dans les stations en fonction des besoins. La deuxième compétence partagée concerne les ressources humaines et plus particulièrement la stratégie mise en place qui doit permettre une organisation collective relative aux démarches administratives nécessaires. Enfin, une communication doit être menée à l’échelle de la destination. Actuellement, il existe deux offices du tourisme sur le territoire des communautés de communes. Il est imaginé ici de les faire fusionner pour n’en avoir qu’un seul, qui deviendrait la structure support de la promotion territoriale.

3. Les Pyrénées catalanes : au-delà d’une destination touristique, un territoire vivant et habité

21Le troisième scénario est le plus ambitieux des trois, et peut être appliqué au territoire davantage sur le long terme tant il diffère de l’existant sur certains aspects. Il convient ici de raisonner à l’échelle du territoire et non pas directement des stations (qui ne sont qu’une composante, nécessaire à son développement). Dans ce scénario, il est clair que ce sont les Pyrénées catalanes qui sont perçues et considérées comme une destination touristique mais pas seulement. L’objectif est de montrer que le territoire ne peut pas exister qu’à travers le tourisme. Ainsi, cette activité n’est pas la finalité mais un levier de développement au service du territoire. Pour ce faire, il est essentiel de considérer – ou plutôt de ne pas omettre – que le territoire est avant tout habité.

22De manière opérationnelle, il convient d’admettre que le tout ski, c’est peut-être fini. Pour poursuivre les choix – parfois radicaux – faits dans le deuxième scénario, il faudrait faire le deuil d’investissements court-termistes, notamment pour les équipements et les installations qui ne permettront de rendre l’activité ski viable que quelques années supplémentaires. Bien évidemment, pour les stations où les contextes financiers et climatiques, par exemple, sont favorables, il est clair qu’il n’y a pas de raisons apparentes de l’arrêter. Néanmoins, la vision sur le long terme tend à favoriser la structuration d’activités qui soient davantage résilientes face au changement climatique. À titre d’exemple, des offres touristiques packagées pourraient être développées. D’une part, cela faciliterait éventuellement le parcours d’achat du client, ainsi que son expérience sur le territoire. D’autre part, les acteurs territoriaux seraient fédérés dans des projets communs. Par ailleurs, ce scénario doit miser sur un territoire accueillant et ouvert non seulement pour les visiteurs et touristes, mais avant tout pour la population qui l’habite. Les projets menés doivent être en cohérence avec les volontés de développement touristique, mais également avec les attentes et besoins des habitants. Le territoire pourrait développer des espaces communs accessibles aux entreprises, à la fois locales et extérieures, qui souhaiteraient éventuellement s’y implanter. En ce sens, un ou plusieurs espaces de travail pourraient être créés et aménagés dans des bâtiments qui soient les plus autonomes énergétiquement possible. Ce qui peut être considéré ici comme une « politique d’attractivité » (Grossetti, 2018), consisterait à créer du lien social, en permettant principalement à des entreprises locales de disposer d’espaces de travail. Dans ce troisième scénario, le positionnement de destination doit être poussé au maximum. Pour ce faire, il est nécessaire que tous les acteurs territoriaux (habitants, socioprofessionnels, institutionnels, etc.) puissent s’exprimer librement. Un travail peut être mené selon les méthodes d’intelligence collective, permettant à chacun de s’exprimer librement et de défendre ses idées dans un esprit d’écoute, de partage d’expérience ou encore de débats encadrés. L’objectif de l’utilisation de ces méthodes est de permettre d’aboutir à des décisions concertées.

  • 7 La station de ski ariégeoise Ax-3-Domaines propose ce type d’offre pour venir skier à la journée de (...)

23Les problématiques des mobilités et de l’hébergement nécessitent une réflexion collective et des alternatives parfois radicales. En poursuivant les propositions du deuxième scénario, il conviendrait de favoriser les modes de déplacements doux, à la fois en limitant massivement l’utilisation de la voiture ainsi qu’en supprimant les stationnements à proximité directe des stations. Les modes de déplacements partagés devraient être privilégiés et incités pour les visiteurs et touristes ainsi que pour les habitants. L’accès vers le territoire mériterait d’être facilité, notamment par le transport ferroviaire. Des offres comprenant l’aller-retour depuis les gares de Perpignan ou de Montpellier pourraient être proposées, incluant le transfert depuis la gare de Villefranche-de-Conflent vers la station du territoire choisie, ainsi que le forfait de remontées mécaniques 7. Dans cette optique, un travail à l’échelle du département des Pyrénées-Orientales et de la région Occitanie devrait être mené. Concernant les logements touristiques, ils doivent être adaptés et mis au goût du jour avec pour objectif principal de diminuer la part des « lits froids ». Il convient également de mener une politique de l’habitat global qui puisse bénéficier aux habitants du territoire. À titre d’exemple, dans des projets de construction ou de rénovation, le territoire pourrait accompagner sa population pour tendre vers des habitations passives qui soient performantes d’un point de vue énergétique mais également qui permettent de réaliser des économies considérables tout en respectant l’environnement.

24L’ambition et les propositions propres à ce scénario requièrent un mode de gouvernance qui soit intégré à l’ensemble du territoire. Tout d’abord du point de vue du tourisme, et particulièrement en ce qui concerne les stations, il convient d’imaginer une organisation commune avec une seule et même direction. La gestion serait intégrée, avec un directeur d’exploitation pour chaque station, même si elles étaient toutes gérées de manière commune. Il serait pertinent qu’une structure privée soit gestionnaire et ait des actionnaires privés et publics. Ensuite, il semble évident qu’il faudrait que la gouvernance aille au-delà du champ du tourisme et notamment concernant le domaine économique. Dans ce cas, la structure porteuse de la gouvernance territoriale devrait avoir les compétences nécessaires. Les communautés de communes apparaissent comme des structures pertinentes. Elles sont compétentes à la fois dans le domaine du développement économique et du tourisme. Malgré les limites de ces structures publiques, il conviendrait de fusionner les deux intercommunalités actuelles.

Conclusion

25En guise de conclusion, la figure 2 apporte une vision comparée des trois scénarios en fonction de plusieurs thématiques. Pour chacune d’entre elles, un curseur vient représenter le niveau d’ambition portée. Dans notre recherche, le troisième scénario est celui que nous privilégions, en raison de la vision territoriale élargie en termes spatiaux et temporels qu’il préconise. Le changement climatique y apparaît comme une sonnette d’alarme pour les territoires, les contraignant à se structurer différemment, en prenant en compte toutes les composantes territoriales (hébergements, transports, emplois, tourisme, etc.). La trajectoire imaginée propose de développer et structurer le tourisme pour un développement raisonné et respectueux du milieu dans lequel il s’intègre.

Figure 2 – Schéma comparatif des trois scénarios

Figure 2 – Schéma comparatif des trois scénarios

Source : Albert, 2020

26Finalement, le changement climatique apparaît ici comme ailleurs comme l’élément accélérateur d’une transition, qu’elle soit choisie par les territoires de montagne ou qu’elle leur soit imposée. Cet enjeu environnemental, qui impacte certes l’activité touristique des stations, invite à mener une réflexion qui mérite d’être globale et transversale. Si le constat de la nécessité du tourisme pour la survie économique et sociale de ces territoires est évident, le troisième scénario privilégié par notre recherche considère que ne miser que sur le tourisme serait une erreur, tant les évolutions environnementales impactent l’ensemble des composantes territoriales et l’avenir du tourisme tel qu’on le connaît aujourd’hui paraît incertain.

27Les apports de notre recherche liés aux propositions formulées dans les scénarios sont également leurs limites : il semble ambitieux d’imaginer l’avenir des territoires de montagne en interrogeant uniquement l’impact des évolutions environnementales sur les stations. L’analyse du territoire étudié et les perspectives proposées mériteraient d’élargir le domaine disciplinaire au-delà de celui du tourisme pour appréhender les enjeux et problématiques du territoire dans leur globalité.

Haut de page

Bibliographie

Bachimon Ph., « Apocalypse Snow. Enfrichement des stations de montagne et syndrome (de la bulle) climatique », Revue de géographie alpine, 2019, journals.openedition.org/rga/5425 (consulté le 13/10/2020).

Bachimon Ph., Vlès V. et Dérioz P., « Dans les Pyrénées catalanes, des trajectoires divergentes », Urbanisme, no 411, 2018, p. 45-47.

Butler R. W., « Seasonality in Tourism ; Issues and Implications », dans Baum T. et Lundtorp Sv., Seasonality in Tourism, Routledge, Oxford, 2001.

Cam L., L’ORIL, un dispositif rénové, mémoire de droit patrimonial, immobilier et notarial, université d’Aix-Marseille, 2017.

Communauté de communes Pyrénées catalanes, PADD, 2020, pyrenees-catalanes.net/fr/grands-projets/elaboration-du-scot/les-documents-du-scot (consulté le 05/08/2020).

Communauté de communes Pyrénées Cerdagne, Projet de territoire, 2016, pyrenees-cerdagne.fr/la-communaute-de-communes/projet-de-territoire-pyrenees-cerdagne (consulté le 05/08/2020).

Grossetti M., « Le culte de l’attractivité », Mondes sociaux, 2014, sms.hypotheses.org/2570 (consulté le 11/11/2020).

Hagimont St., « Aménager et exploiter la montagne sportive hivernale. La Société des chemins de fer et hôtels de montagne aux Pyrénées (1911-1982) », Entreprises et Histoire, no 93, 2018, p. 27-46.

Hatt E., « Refaire la station sur la station », Urbanisme, no 411, 2018, p. 38-41.

Hatt E., Requalifier les stations touristiques contemporaines : une approche des espaces publics. Application à Gourette et Seignosse-Océan, thèse en aménagement et urbanisme, université de Pau et des Pays de l’Adour, 2011.

Hatt E. et Vlès V., « Mutations socio-environnementales et perspectives d’adaptation des stations de montagne pyrénéenne », Sud-Ouest Européen, no 37, 2014, journals.openedition.org/soe/1041 (consulté le 14/10/2020).

Marieu J., « Planifier la croissance des résidences secondaires », Urbanisme, no 411, 2018, p. 42-44.

MDP et TRACES, Étude stratégique des stations de montagne des Pyrénées-Orientales, Société publique locale Pyrénées-Orientales aménagement/conseil départemental des Pyrénées-Orientales, Roques/Perpignan, 2020.

ODIT France, Le Tourisme estival de montagne, approche comparative des massifs français et étrangers, propositions pour dynamiser le marché français, Ingénierie touristique 18, Paris, 2018.

Sheidhauer N. et Vlès V., « Changement climatique : Lost in transition », Respyr, no 97, 2020, p. 24-28.

Ski France et ANMSM, « Première en France : les stations de montagne présentent leur bilan carbone et les résultats de deux ans de charte de développement durable », 2010, mountain-riders.org/upload/editor/files/CP_Bilan%20Carbone%20Stations.pdf (consulté le 16/10/2020).

Tourmag, « Tourisme durable : les “lits froids”, un gâchis écologique et une aberration économique », 2012, tourmag.com/Tourisme-durable-les-lits-froids--un-gachis-ecologique-et-une-aberration-economique_a52493.html (consulté le 17/10/2020).

Vlès V., Stations en tension : agenda de recherche, Peter Lang, Bruxelles, 2016.

Vlès V., Métastations, mutations urbaines des stations de montagne. Un regard pyrénéen, Presses universitaires de Bordeaux, Pessac, 2014.

Vlès V., « Stations de ski en crise et construction territoriale en Catalogne française », Revue de géographie alpine, no 100, 2012, journals.openedition.org/rga/1815 (consulté le 20/10/2020).

Vlès V. et Hatt E., « Des stations de ski et d’alpinisme confrontées aux enjeux de la transition : changement énergétique et écologique, évolution touristique, requalification urbaine », dans Spindler J. et Peypoch N. (dir.), Le Tourisme hivernal – clé de succès et de développement pour les collectivités de montagne ?, L’Harmattan, Paris, 2019.

Haut de page

Notes

1 Cette étude était en cours à la rédaction de l’article et s’est terminée en 2021.

2 La fréquentation cumulée correspond au nombre de journées cumulées. En d’autres termes, si quatre personnes viennent trois jours sur un territoire donné, elles seront chacune comptabilisées trois fois.

3 Selon des discours de directeurs de stations pendant les comités techniques de l’étude, 2020.

4 Le GIEC propose des scénarios dits « RCP » pour Representative Concentration Pathway. Selon les scientifiques, cela correspond à étudier le forçage radiatif, c’est-à-dire la différence entre l’énergie radiative reçue et l’énergie radiative émise par un système climatique donné (selon Météo France). Un forçage radiatif positif va réchauffer le système alors qu’un forçage radiatif négatif va le refroidir (le forçage radiatif s’exprime en watt par mètre carré). On parle alors de scénarios RCP 2.6 ; RCP 4.5 ; RCP 6.0 et RCP 8.5.

5 Par « estivales », on entend ici les activités qui peuvent être pratiquées en dehors de la période hivernale. Dans ce sens, il peut être imaginé que toutes ces activités peuvent être pratiquées tout le reste de l’année. Elles ne dépendent donc pas de la saison à proprement parler (été) mais davantage d’un temps estival qui permette leur pratique.

6 En 2019, la station du Puigmal s’est lancée dans un projet de reconversion. Inaugurée officiellement le 21 décembre 2021 avec la présidente de la région Occitanie, Carole Delga, la station propose désormais une offre touristique autour de quatre activités : le trail, la marche nordique, le VTT et le ski de randonnée.

7 La station de ski ariégeoise Ax-3-Domaines propose ce type d’offre pour venir skier à la journée depuis Toulouse (forfait « Skirail »).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 – Stations de ski alpin des Pyrénées-Orientales selon le nombre de journées ski
Crédits Source : Étude stratégique des stations des Pyrénées-Orientales/MDP/TRACES/SPL POA/CD 66, 2020
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/7678/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 360k
Titre Figure 2 – Schéma comparatif des trois scénarios
Crédits Source : Albert, 2020
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/7678/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 115k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Solène Albert, « Les stations de montagne des Pyrénées-Orientales face au changement climatique : une transition nécessaire pour un avenir durable ? »Sud-Ouest européen, 51 | 2021, 97-107.

Référence électronique

Solène Albert, « Les stations de montagne des Pyrénées-Orientales face au changement climatique : une transition nécessaire pour un avenir durable ? »Sud-Ouest européen [En ligne], 51 | 2021, mis en ligne le 04 février 2022, consulté le 05 décembre 2023. URL : http://journals.openedition.org/soe/7678 ; DOI : https://doi.org/10.4000/soe.7678

Haut de page

Auteur

Solène Albert

Doctorante en aménagement, université de Perpignan Via Domitia, laboratoire CRESEM, solene.albert@univ-perp.fr

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search