Navigation – Plan du site

AccueilNuméros34Agriculture et développement terr...

Agriculture et développement territorial

Avant-propos
Laurence Barthe, Isabelle Duvernoy, Corinne Eychenne et Johan Milian
p. 5-8

Texte intégral

1L’agriculture représente l’idéal-type de la prise en charge sectorielle d’un champ d’activité (Muller, 1990). Le modèle productiviste promu par la politique agricole commune (PAC) a produit un grand nombre d’effets pervers en matière d’environnement, de qualité sanitaire, d’occupation du territoire ou d’équité sociale. La prise en compte croissante des conséquences environnementales des modes de production agricole ainsi que la nécessité de renouer le lien entre les agriculteurs et la société ont favorisé l’émergence d’une vision multifonctionnelle de l’agriculture (Barthélémy et al., 2003), prenant appui sur différentes formes de reterritorialisation de l’activité (Rieutort, 2009). Biodiversité, alimentation, patrimoine, paysage, énergie… nombreux sont les sujets d’interface qui poussent aujourd’hui le monde agricole vers de nouvelles scènes où la figure du territoire apparaît centrale. Dans ce cadre, les politiques territoriales, engagées depuis plus de 20 ans par les collectivités territoriales et les territoires de projet, pourraient permettre de répondre aux nouvelles demandes sociales en matière de développement agricole et rural (Trouvé, 2009 ; Esposito-Fava, 2010). En effet, face à une PAC toujours dominée par des logiques mercantiles et, de plus en plus, néo-libérales (Trouvé, 2009), les « territoires », dans leur grande diversité, seraient les mieux à même de développer une approche multifonctionnelle de l’agriculture et de l’espace rural répondant aux attentes de la société (Pierre, Le Caro, 2007), notamment en matière d’environnement et de production de qualité. De plus, la territorialisation de l’action publique dans le domaine agricole, en réinscrivant l’agriculture dans le débat sur l’émergence de territoires-citoyens, devrait permettre de dépasser la logique de co-gestion entre la profession agricole majoritaire et l’administration d’État, en faisant émerger de nouvelles modalités d’action, plus souples et réactives, et en se concentrant sur des enjeux parfois considérés comme secondaires à l’échelle nationale ou communautaire (Berriet-Solliec, Depres, Trouvé, 2008).

2C’est dans ce contexte qu’un groupe de chercheurs de deux laboratoires toulousains, UMR Dynamiques Rurales et UMR AGIR, appuyé par des chercheurs de l’UMR LISST CIEU, a engagé une action de recherche intitulée « Agriculture et Gouvernance des Territoires Ruraux » (A Gouter), dans le cadre de la troisième génération du programme Pour et Sur le Développement Régional (PSDR) de l’Institut National de la Recherche Agronomique (INRA). Ce dispositif a été lancé par l’INRA en 1993 pour rapprocher et articuler les recherches de l’institut et les problématiques de développement rural ou agricole des régions où il est implanté. L’originalité de ces programmes est d’être conçus et construits au cœur même des régions concernées, en lien direct avec les préoccupations des acteurs, et co-financés par les Régions et les organismes de recherche. Le projet de recherche A Gouter a ainsi été soutenu par l’INRA et la région Midi-Pyrénées dans le cadre du programme PSDR3 Midi-Pyrénées, programme qui a également soutenu la publication de ces deux numéros de la revue Sud-Ouest Européen. La valorisation de ce Programme, et la publication de ces deux numéros de la revue Sud-Ouest Européen, sont également soutenues par le Fonds européen de développement régional (FEDER) et le GIS Toulouse Agricampus.

3À travers l’exemple d’espaces montagnards et périurbains, deux catégories d’espaces ruraux qui sont aujourd’hui emblématiques de la recomposition des régimes d’action publique et de production de nouvelles formes de ruralité, le projet A Gouter a étudié la prise en compte de l’agriculture dans les nouvelles formes de territorialisation de l’action publique dans le cadre de la montée en puissance des territoires de projet (Pays, Parcs naturels régionaux (PNR)). Les partenariats formels ou informels établis dans le cadre de ce projet de recherche (Chambres départementales d’agriculture, Association des Chambres d’Agriculture des Pyrénées, PNR des Pyrénées Ariégeoises, Association Pyrénéenne d’Économie Montagnarde, services déconcentrés de l’État, différents Pays en espace périurbain ou en zone de montagne, Parc national des Pyrénées, services pastoraux des départements de l’Ariège et des Hautes-Pyrénées), témoignent de l’intérêt croissant du lien entre agriculture et développement territorial. Les espaces ruraux en Midi-Pyrénées sont en effet confrontés à l’émergence de nouvelles demandes sociales liées à l’évolution du peuplement, des activités et des fonctions qui leur sont attribuées. Ces territoires ont ainsi depuis une dizaine d’années initié des formes de prise en charge transversale de l’activité agricole, en développant des partenariats avec les institutions sectorielles, acteurs traditionnels de la gestion agricole, les agriculteurs et des collectifs associatifs. Les politiques territoriales, notamment celles qui fondent les territoires dits de projets (Pays, PNR), privilégient une approche intégrée prenant en compte la diversité des acteurs et des fonctions de l’espace rural. Elles se construisent encore souvent en parallèle de politiques sectorielles, notamment agricoles, qui peuvent également intégrer des spécificités géographiques (comme les espaces de montagne) et qui s’appuient désormais davantage sur les différents cadres territoriaux, du national à l’infra-départemental, pour leur mise en œuvre. À la croisée de l’essor de la multifonctionnalité des espaces ruraux, de la montée en puissance des démarches de développement territorial impulsées par les territoires de projet et du processus de fond de territorialisation des politiques publiques, nous assistons à un processus de reconfiguration du rapport entre le secteur agricole et la société à travers une prise en charge qui s’inscrit dans de nouveaux cadres territoriaux.

  • 1 Ces cinq articles sont regroupés dans le présent numéro de la revue. Il s’agit des articles de Cori (...)

4Les textes, regroupés dans le présent numéro de la revue Sud-Ouest Européen et dans le numéro suivant rendent compte des différentes formes d’interaction entre agriculture et territoires. Ils sont issus pour partie des résultats du projet de recherche A Gouter 1. D’autres contributions ont été apportées par des chercheurs qui travaillent sur ces processus de construction territoriale dans les espaces ruraux d’autres régions. Ils rendent compte des phénomènes d’articulations entre les échelles, des discours et des pratiques de coopération des acteurs autour de l’activité agricole, jusqu’ici peu appréhendée en tant que dimension de la fabrique des territoires.

5Les textes rassemblés abordent trois grandes problématiques qui permettent de mieux appréhender les dynamiques complexes de rencontre entre agriculture, agriculteurs et dynamiques de développement territorial.

6Une première problématique aborde les modalités de territorialisation de l’action publique en faveur de l’agriculture et du développement rural. Les deux articles de Corinne Eychenne identifient les formes de territorialisation des dispositifs de soutien à l’agriculture de montagne, à travers, d’une part, la prise en compte de la spécificité « montagne » dans le cadre de la politique agricole et, d’autre part, la gestion d’une forme spécifique d’agriculture, le pastoralisme, dans le cadre de la mise en œuvre récente d’un Plan de soutien au pastoralisme pyrénéen. Ces politiques illustrent des formes originales d’entrée du territoire dans la gestion sectorielle agricole. Elles permettent de questionner le statut particulier de l’approche territoriale au sein de politiques sectorielles organisées depuis des décennies de manière descendante. L’article de Pauline Lenormand analyse les conséquences de cette territorialisation des politiques sectorielles par le prisme de l’observation des données du pastoralisme sur le massif pyrénéen. Il analyse comment, autour d’un dispositif technique, un observatoire, se mettent en œuvre des formes d’action collective, une communauté de pratiques pouvant permettre aux différents acteurs concernés de construire une nouvelle vision de leur activité et de leur territoire. Ces contributions témoignent in fine de l’étonnante capacité des acteurs institutionnels (administration de l’État) et des acteurs du développement (comme les chambres d’agriculture) qui sont tous marqués, influencés par des empreintes territoriales, tant du fait de leur organisation que de leur localisation, à renouveler les cadres structurants d’une politique sectorielle et donc à entrer dans l’ère territoriale impliquant un décloisonnement des pratiques.

7Une deuxième problématique interroge la territorialisation des politiques d’aménagement et de développement territorial, à travers l’essor des territoires de projet et de planification (Pays, PNR, intercommunalités et SCOT), comme cadre de révélation de nouvelles formes de gouvernance entre acteurs territoriaux et acteurs agricoles. Quels types d’accords et d’alliances se construisent aujourd’hui entre les acteurs multiples du développement territorial ? Comment certaines catégories d’acteurs traditionnels du développement rural (agriculteurs, chambres d’agriculture…) sont amenés à légitimer et justifier leur champ d’intervention, leurs référentiels d’action dans « l’arène » désormais ouverte et négociée de développement territorial ? Telles sont les principales questions auxquelles plusieurs articles apportent différents éclairages à partir d’une entrée par la gestion des territoires de projet. L’analyse du rôle d’un PNR dans un territoire de montagne (J. Milian, C. Eychenne, L. Barthe), de celui de Pays et de SCOT en contexte périurbain (I. Duvernoy, S. Lima, L. Barthe), des formes de gouvernance de la biodiversité en proximité urbaine (E.-A. Bülher, R. Raymond) et d’un projet de parc urbain agricole par une communauté urbaine (M. Banzo, L. Couderchet) témoignent de la multiplication des arènes de débat autour de la définition d’un projet territorial où les acteurs liés à l’agriculture trouvent une place parfois contrainte, parfois ouverte. Les mécanismes du dialogue territorial autour de l’agriculture semblent présents mais n’aboutissent que très partiellement à des logiques de gouvernance partagées : les stratégies d’évitement, de contournement restent nombreuses, nourries par des référentiels d’action encore très hermétiques, mais elles n’empêchent pas une évolution notable des pratiques et des représentations, tant des acteurs territoriaux, que des acteurs agricoles.

8Fortement imbriquée à la précédente, une troisième problématique s’intéresse aux types d’actions entreprises par les territoires de projet dans le champ agricole. Les politiques territoriales, notamment celles qui fondent les territoires dits de projets, privilégient une approche intégrée prenant en compte la diversité des acteurs et des fonctions de l’espace rural (économique, sociale, environnementale). Si jusqu’au début des années 2000, la question agricole était paradoxalement quasiment absente de l’agenda des politiques territoriales, les travaux menés à l’échelle des territoires de projet révèlent sur la dernière décennie une montée en puissance de la reconnaissance des rôles de l’agriculture (alimentaire, environnemental, spatial, énergétique) dans le devenir des territoires : il s’agit d’abord d’un discours de reconnaissance construit par des acteurs majoritairement non agricoles, en écho aux nouvelles demandes sociales au regard de l’agriculture, mais qui donne lieu à de nouveaux champs d’action pour les acteurs du développement territorial et de soutien à des formes d’activité pour certains acteurs agricoles. Plusieurs contributions rendent ainsi compte de projets et d’actions développant une facette particulière de l’activité agricole pour le projet territorial : fonction alimentaire, fonction énergétique. L’article de Claire Delfosse propose, à partir d’un regard rétrospectif, une analyse des différentes manières dont les produits de terroir ont été convoqués dans la dynamique de l’action territoriale : d’abord consacrés par des initiatives très localisées, inscrites dans des contextes territoriaux marqués par une forte ruralité, ils sont aujourd’hui au cœur de nombreuses initiatives impulsées tant par des acteurs ruraux qu’urbains. Les contributions de Ségolène Darly ainsi que d’Émilien Soulenq et Laurence Barthe, permettent d’observer les fonctions récurrentes de l’agriculture promues dans les arènes de la gouvernance des espaces de projet périurbains. Le premier article rend de plus compte des nouvelles compétences acquises par les territoires pour accompagner un projet agricole répondant à leurs choix. L’article d’Yvan Tritz enfin propose un nouveau concept, celui de système agri-énergétique territorialisé, pour appréhender la manière dont des acteurs territoriaux, en l’occurrence une intercommunalité, et des acteurs agricoles entreprennent des initiatives de valorisation de ressources agricoles dans une perspective de production énergétique territorialisée.

9La capacité d’action dans le champ de la territorialisation de l’agriculture reste encore partielle, appliquée essentiellement dans le cadre de l’accompagnement de cette activité dans ses fonctions de proximité (circuits courts alimentaires et énergétiques, planification territoriale, protection environnementale). Cependant, les différentes actions entreprises par les acteurs du développement territorial et agricole traduisent un processus discret de mutation d’un dispositif d’action publique agricole majoritairement sectoriel et descendant vers un système d’action ouvert au dialogue territorial. Comme le confirment les travaux de recherche récents sur la question, en particulier les travaux rassemblés dans le dernier numéro de la Revue Montagnes Méditerranéennes (Esposito-Fava, Lajarge, Pecqueur (coord.), 2013), les territoires initient des formes de prise en charge partielles de l’activité agricole, en développant des partenariats avec les institutions sectorielles, mais semblent peiner à les mobiliser dans une véritable co-construction d’un projet agricole territorial. Il semble encore difficile d’évoquer la consolidation d’une nouvelle « gouvernance agricole locale ». D’une part, les éléments pour justifier d’un tel terme étaient, jusqu’il y a peu, mesurés, le poids des politiques globales restant prépondérant (Trouvé et al., 2007). D’autre part, le terme de « territorialisation de l’action publique » recouvre deux aspects imbriqués d’approche globale des problèmes et de localisation de leur résolution, mais n’implique pas la fin du traitement sectoriel des problèmes publics, mais plutôt une redéfinition de ces secteurs (Douillet, 2005).

10Les contributions rassemblées dans ces deux numéros apportent un éclairage sur la diversité actuelle des sens donnés à l’agriculture et plus globalement au développement territorial, ainsi que sur les formes de renégociation qu’empruntent les différentes institutions agricoles et du développement dans les territoires de proximité, soumis à de nouvelles demandes sociales et à la traduction d’injonctions publiques multiples (politique de décentralisation et d’aménagement du territoire et politiques sectorielles, agricole, environnementale). Plus globalement, les débats ouverts dans chacun des articles laissent entrevoir l’émergence de nouvelles formes de compromis entre territoires (urbains, périurbains, ruraux) et leurs agricultures, voire leurs agriculteurs, au moment où se renégocient avec tension et réduction de moyens les nouvelles orientations de la PAC et les principes d’un acte 3 de la décentralisation.

Haut de page

Bibliographie

Barthelemy D., Delorme H., Losch B., Moreddu C., Nieddu M. (coord.), La multifonctionnalité de l’activité agricole et sa reconnaissance par les politiques publiques, SFER/Éducagri Éditions/CIRAD, 2003, 922 p.

Berriet-Solliec M., Depres C., Trouvé A., « La territorialisation de la politique agricole en France. Vers un renouvellement de l’intervention publique en agriculture ? », in Laurent C., Du Tertre C. (Dir.), Secteurs et territoires dans les régulations émergentes, L’Harmattan, 2008, p. 121-136.

Douillet A.-C., « Fin des logiques sectorielles ou nouveaux cadres territoriaux ? », in Faure A., Douillet A.-C. (dir.), L’action publique et la question territoriale, PU de Grenoble, 2005, p. 271-279.

Esposito-Fava A., Lajarge R., Pecqueur B. (coord), « Agriculture et politiques publiques territoriales », Montagnes Méditerranéennes, n° 25, 2013, 145 p.

Esposito-Fava A., Territorialisations et action agricole : quelles ressources et dispositifs pour quelles gouvernances ?, Thèse de Doctorat en Géographie, Université de Grenoble, sous la direction de Bernard Pecqueur, 2010, 408 p.

Muller P., Les politiques publiques, QSJ n° 2534, rééd. 2006, PUF, 1990, 127 p.

Pierre G., Le Caro Y., « Vers un tournant agricole ? Entre projets d’agricultures et projet de territoire : de la perplexité au volontarisme », in Le Caro Y. et al. (dir.), Agriculteurs et territoires. Entre productivisme et exigences territoriales, PU de Rennes, 2007, p. 251-254.

Rieutort L., « Dynamiques rurales françaises et re-territorialisation de l’agriculture », L’information géographique, n° 1, vol. 73, 2009, p. 30-48.

Trouvé A., « Les régions, porteuses de nouveaux compromis pour l’agriculture ? », Revue de la régulation [en ligne], n° 5, 2009, 22 p., http://regulation.revues.org/7550

Trouvé A., Berriet-Solliec M., Déprés C., « Charting and theorising the territorialisation of agricultural policy », Journal of Rural Studies, n° 23, 2007, p. 443–452.

Haut de page

Notes

1 Ces cinq articles sont regroupés dans le présent numéro de la revue. Il s’agit des articles de Corinne Eychenne ; Pauline Lenormand ; Johan Milian, Corinne Eychenne et Laurence Barthe ; Isabelle Duvernoy, Stéphanie Lima et Laurence Barthe.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laurence Barthe, Isabelle Duvernoy, Corinne Eychenne et Johan Milian, « Agriculture et développement territorial »Sud-Ouest européen, 34 | 2012, 5-8.

Référence électronique

Laurence Barthe, Isabelle Duvernoy, Corinne Eychenne et Johan Milian, « Agriculture et développement territorial »Sud-Ouest européen [En ligne], 34 | 2012, mis en ligne le 04 décembre 2013, consulté le 27 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/soe/80 ; DOI : https://doi.org/10.4000/soe.80

Haut de page

Auteurs

Laurence Barthe

Articles du même auteur

Isabelle Duvernoy

Articles du même auteur

Corinne Eychenne

Articles du même auteur

Johan Milian

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Sud-Ouest européen – Revue géographique des Pyrénées et du Sud-Ouest est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaire du Midi
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search