Navigation – Plan du site

Cartographier l’évolution de la périurbanisation autour de Toulouse

Mapping urban sprawl around Toulouse helps understanding the process
Cartografiar la evolución de la periurbanización alrededor de Tolosa
Françoise Desbordes
p. 11-27

Résumés

L’étalement urbain autour de Toulouse se poursuit, conjuguant un éparpillement des résidences au-delà des zones déjà urbanisées et une densification autour des polarités que constituent bourgs et petites villes. Une inflexion dans la structure de la population résidente de ce périurbain large renforce ce constat d’éparpillement qui peut être indicateur d’un nouveau statut des communes périurbaines.
On se propose ici d’illustrer cette évolution par un traitement cartographique d’une série de données statistiques issues des recensements de la population, sur une large zone autour de Toulouse englobant bourgs et petites villes dans un rayon de 50 kilomètres autour de la ville centre.

Haut de page

Texte intégral

Choisir une zone pour caractériser le phénomène

1Afin de prendre la mesure des transformations récentes des territoires périurbains de Toulouse, nous avons choisi de représenter différentes évolutions (densité, logement, population récemment installée, groupes socio-professionnels, classes d’âge) sur une zone d’un rayon de 50 kilomètres autour de Toulouse.

2Cette zone dépasse le périmètre de l’aire urbaine de Toulouse défini en 1999 ; elle englobe des bourgs et petites villes, pôles d’emplois situés entre 50 et 55 minutes de trajet par la route depuis le centre de Toulouse parmi lesquelles Gaillac, Lavaur, Revel, Pamiers, Cazères, Beaumont de Lomagne, Castelsarrasin et la ville moyenne de Montauban.

  • 1 Définition INSEE des unités urbaines de 2010.

3Plus de la moitié des communes de cette zone (58 %) ont moins de 500 habitants. Si on cherche à caractériser les communes en termes de rural/urbain basé sur une continuité du bâti1, 22 % de la population en 1999, 23 % en 2006 habitaient dans des communes rurales. Si on retient plutôt la notion d’espace urbain/espace rural définie par l’INSEE, basée sur les pôles d’emplois et les déplacements domicile-travail vers ces pôles, seulement 15 % de la population vivait dans l’espace rural en 1999, 14 % en 2006. Par opposition 86 % de la population en 1999, 85 % en 2006, vivait dans l’espace urbain, dont 18 % dans la couronne périurbaine (communes de l’aire urbaine autres que le pôle urbain) en 1999, 20 % en 2006. La population des communes « multipolarisées » localisées aux franges de l’aire urbaine ne représentait que 2 % de la population des espaces urbains en 1999, 3 % en 2006.

  • 2 Bacconnier S., Balti S., Bonnin S., Desbordes F., Profils communaux de la gestion des territoires p (...)
  • 3 Les premières études de ce projet ont été lancées dès 2004 ; le projet qui présentait trois hypothè (...)

4Dans une étude récente2, cette zone avait déjà été retenue comme potentiellement sensible aux projets de grand contournement de Toulouse3. Elle nous a permis d’établir à partir des données du recensement de 1999 un état des lieux et de repérer par enquête quelques tendances à l’œuvre dans le développement des territoires périurbains lointains, très dépendantes des choix de politiques locales en matière d’ouverture à l’urbanisation d’une part, des conditions de localisation favorables à la mobilité d’autre part.

5L’étalement urbain autour de Toulouse suivait le schéma classique de l’installation en périurbain du modèle jeune couple avec enfant, biactif et motorisé, avec tri social dans la première couronne dû à la rareté des terrains et au peu d’offre de logements sociaux ; les entretiens conduits auprès de ménages de la couronne plus éloignée ont montré que si l’installation des nouveaux arrivants dépend d’un arbitrage entre accessibilité au lieu de travail en temps et en confort, prix du foncier, cadre de vie, les localisations à l’est de l’agglomération privilégieraient plutôt le cadre de vie rural, les localisations à l’ouest le prix des terrains.

6La mise à disposition des données du nouveau recensement pour l’année 2006 permet de vérifier la poursuite du processus d’urbanisation autour de Toulouse et cherche à mettre en évidence des indices de modifications dans la répartition des caractéristiques des résidents des communes concernées.

7Y a-t-il une modification des tendances déjà repérées ? En apportant des éléments de réponse cartographiés à ces interrogations, cette contribution ouvre quelques pistes reprises par les approches plus approfondies composant la série d’articles rassemblés dans ce numéro.

Approche par l’évolution de la densité

8Cette première approche bien qu’imparfaite puisqu’elle traite de données ramenées à la globalité d’un territoire communal dont une partie des surfaces peut être encore très peu urbanisée donne néanmoins une image du comblement à l’œuvre depuis 1982 qui se poursuit jusqu’en 2006.

9La cartographie de la densité aux quatre dates (fig. 1) montre l’évolution dans la structure des densités qui accompagne une évolution des valeurs pour l’ensemble de la zone : de 3,3 habitants au km2 à 2 941 en 1982, de 2,9 à 3 032 en 1990, de 4,27 à 3 298 en 1999, de 4 à 3 700 en 2006.

Fig. 1 –Évolution de la densité d’habitants en 2006, 1999,1990 et 1982

Fig. 1 –Évolution de la densité d’habitants en 2006, 1999,1990 et 1982

10En 1982 les trois quarts des communes de la zone ont moins de 55 habitants au km2, en 1990 trois quarts ont moins de 63 habitants au km2, en 1999 cette limite passe à 70 habitants au km2 et en 2006 à 86 habitants au km2.

  • 4 Toulouse, Ramonville-Saint-Agne, L’Union, Villeneuve-Tolosane, Colomiers, Saint-Jean, Fonbeauzard, (...)
  • 5 Communes de Launaguet, Escalquens, Pinsaguel, Frouzins, Portet-sur-Garonne, Pins-Justaret, Gratento (...)
  • 6 Fenouillet, Gagnac-sur-Garonne, Lespinasse, Bruguières, Pechbonnieu, Saint-Loup-Camas, Saint-Geniès (...)
  • 7 Castelsarazin, Villemur-sur-Tarn, au nord, Gaillac, Graulhet, Lavaur, Revel, Castelnaudary, dans un (...)
  • 8 Carbonne, Cazères, l’Isle-en-Dodon, Gimont.

11À partir du noyau de communes autour de Toulouse qui dépassaient le seuil de 500 habitants au km2 en 19824 on a observé l’extension progressive de ce seuil à des communes situées dans un rayon d’environ 14 kilomètres du centre de Toulouse jusqu’en 19995, puis des extensions au nord et au sud-ouest de ce noyau6. Parallèlement à ce renforcement d’un noyau central et à la permanence de la structure des petites villes de plus de 5 000 habitants7 et des bourgs centre de 3 000 à 5 000 habitants8 situés en périphérie la densification des communes s’est poursuivie le long des axes reliant ces villes et par élargissement de leur propre couronne.

12La couronne des communes en perte de population (fig. 2), essentiellement de petites communes rurales à la périphérie de la zone, se réduit et se morcelle au fil des années. Ce sont pour 85 % d’entre elles des communes de moins de 500 habitants en 2006, à la population vieillissante, ponctuellement une petite ville comme Graulhet, conséquence du déclin de ses activités industrielles de mégisserie et quelques communes périurbaines proches de Toulouse comme Castanet, Vigoulet-Auzil et Saint-Orens qui affichent une très légère baisse uniquement entre 1999 et 2006, plus liée au changement de méthode de recensement qu’à une véritable perte d’habitants.

Fig. 2 – Les communes se dépeuplant entre 1982 et 2006

Fig. 2 – Les communes se dépeuplant entre 1982 et 2006

13La caractérisation de l’évolution des communes sur les trois dernières périodes intercensitaires (fig. 3) met en évidence quatre types de communes :

  • l’auréole de communes proches de Toulouse qui ont connu une augmentation de densité nettement supérieure à la moyenne de 1982 à 1999 et un faible ralentissement de cette croissance depuis 1999.

  • sur un cercle plus distant des communes qui avaient vu leur densité augmenter dans de moindres proportions que les précédentes de 1982 à 1999 et qui ont continué à progresser depuis 1999 ; ce sont les communes où les progressions sont les plus significatives pour cette période,

  • au-delà de l’aire urbaine ou à ses franges, des communes caractérisées jusqu’en 1999 par de très faibles évolutions et dont la densité a fortement progressé entre 1999 et 2006.

Fig. 3 – Typologie des évolutions de densité sur trois périodes intercensitaires, 1982, 1990, 1999, 2006

Fig. 3 – Typologie des évolutions de densité sur trois périodes intercensitaires, 1982, 1990, 1999, 2006

14Sur l’ensemble de la zone l’évolution annuelle moyenne est passée de 1,1 % par an entre 1982 et 1990, à 1,14 % entre 1990 et 1999 et à presque 2,2 % entre 1999 et 2006. Bien que la méthode de recensement ait évolué sur la dernière période et que la zone compte un nombre non négligeable de communes faiblement peuplées, au-delà de la précision des chiffres bruts la progression paraît significative.

Une évolution parallèle du logement

15La représentation simplifiée de la progression du nombre des résidences principales en pourcentage entre les deux dernières périodes intercensitaires (fig. 4) montre le comblement qui se poursuit à l’intérieur de l’aire urbaine, essentiellement au sud et à l’ouest de Toulouse et la diffusion de l’urbanisation au-delà de cette limite :

  • comblement entre Toulouse et les petites villes relais, à l’ouest vers l’Isle-Jourdain au sud-ouest entre Muret et Carbonne, au nord en direction de Montauban ;

  • développement aussi sur les arcs entre ces petites villes comme celui reliant l’Isle-Jourdain à Muret ;

  • diffusion sur les communes voisines des villes secondaires comme Montauban et sur celles de villes plus petites comme Revel ;

  • comblement le long de l’axe autoroutier vers Albi.

Fig. 4 – Les plus fortes évolutions des résidences principales entre 1990 et 2006

Fig. 4 – Les plus fortes évolutions des résidences principales entre 1990 et 2006

16Parmi ces constructions la maison individuelle représente plus de 91 %, villes comprises. Si les maisons individuelles construites depuis 1990 ne représentent que 11 % des constructions de résidences principales à Toulouse et 26 % à Blagnac, elles sont largement dominantes en proche périphérie de Toulouse : 59 % à Colomiers, 69 % à Tournefeuille, 72 % à Muret, 75 % à l’Isle-Jourdain. La maison individuelle est dans de nombreuses communes le mode quasiment exclusif de construction depuis 1990 (fig. 5).

Fig. 5 – Part des maisons individuelles dans les résidences principales construites entre 1990 et 2003

Fig. 5 – Part des maisons individuelles dans les résidences principales construites entre 1990 et 2003

17La carte inverse de la part des appartements dans les résidences principales construites depuis 1990 (fig. 6) met l’accent sur la part non négligeable de ce type de construction en dehors des limites des unités urbaines dans leur définition de 1999.

Fig. 6 – Part des appartements dans les résidences principales construites entre 1990 et 2003

Fig. 6 – Part des appartements dans les résidences principales construites entre 1990 et 2003
  • 9 Ramonville, Auzeville, Castanet, Castelginest, Saint-Jean, Cugnaux, Seilh pour plus de 50 %, Tourne (...)
  • 10 Petite ville située à l’extérieur de la zone d’étude.

18À l’extérieur de Toulouse et sa première couronne9 on notera des proportions de 30 à 24 % d’appartements dans des petites villes qui structurent la périphérie de la zone et regroupent une offre d’emplois et de services comme Pamiers, Castelnaudary, Lavaur, Gaillac, Villemur-sur-Tarn, Montauban, l’Isle-Jourdain. La proportion certes encore faible de ce type de résidence dans des communes moins peuplées confirme que cette question de diversification de l’offre de logement a déjà été prise en compte dans ces communes, avant que ne se développe le débat plus orienté sur l’offre de logement social souvent associé au logement collectif ; ces communes sont essentiellement des communes limitrophes de bourgs ou petites villes à l’exemple de Saint-Martin-d’Oydes proche de Saverdun et Pamiers, de communes proches de Mirepoix, de Revel, et des communes faisant lien entre deux unités urbaines comme Montmaur entre Villefranche de Lauragais et Castelnaudary, Bioule entre Négrepelisse et Caussade10.

Une population renouvelée sur les territoires

19La part de la population composée des ménages ayant emménagé depuis moins de cinq ans en 2006 et qui résidaient dans une autre commune auparavant représente 17 % de la population globale de la zone.

20On remarque que dans la plupart des unités urbaines ce taux est relativement faible et que ce sont des communes plus rurales qui sont concernées par cette arrivée récente de nouvelle population (fig. 7)

Fig. 7 – Part de la population venue d’une autre commune depuis moins de cinq ans en 2006

Fig. 7 – Part de la population venue d’une autre commune depuis moins de cinq ans en 2006

21Les plus forts taux sont localisés à l’ouest aux franges extérieures de l’aire urbaine et dans un secteur sud-est de Toulouse. Au cours de la période précédente ces forts taux étaient localisés essentiellement le long des grands axes de communication au départ de Toulouse ; il touche actuellement des communes situées entre ces axes.

22Ce constat statistique de la poursuite de l’étalement de l’habitat ne peut rendre compte des multiples facteurs qui le façonnent.

  • 11 Bacconnier S., Balti S., Bonnin S., Desbordes F., Profils communaux de la gestion des territoires p (...)

23Des observations plus qualitatives sur la périurbanisation observée dans l’agglomération toulousaine et à ses marges11 montrent « l’importance des politiques municipales pour réguler, accompagner ou bloquer cette urbanisation, influer sur les formes de la croissance urbaine ; elles montrent également les efforts entrepris à l’échelle des communes pour améliorer l’offre de services existante et l’intégration des nouveaux habitants » dans un jeu complexe entre renforcement de l’attractivité de la commune et ouverture plus ou moins grande à l’arrivée de nouvelles populations.

24« Alors qu’à l’ouest de l’agglomération, le développement pavillonnaire est plus ancien et s’est étendu de manière importante, au point de masquer les caractères traditionnels de l’urbanisation locale, dans la partie est et sud-est de l’agglomération toulousaine, l’implantation du bâti se caractérise par un noyau villageois regroupé autour de l’église, de la mairie et des écoles, tentant de renforcer une forme de centralité du noyau villageois. »

25Cependant il est difficile d’établir à cette échelle une géographie des critères de choix d’installation des ménages et de leur hiérarchisation dans l’arbitrage final.

Des modifications dans la répartition des catégories socioprofessionnelles des résidents

26À partir des données de 1999 il avait été possible de construire une typologie très contrastée de la répartition des groupes socioprofessionnels autour de Toulouse pour mettre en évidence les sur-représentations de ces groupes dans les communes, proposant ainsi une caractérisation des communes en rapport à l’ensemble de la zone considérée (fig. 8).

Fig. 8 – Typologie de la répartition des catégories socioprofessionnelles en 1999, population résidante de plus de 15 ans

Fig. 8 – Typologie de la répartition des catégories socioprofessionnelles en 1999, population résidante de plus de 15 ans

27La même méthode a été retenue à partir des données de 2006 (fig. 9).

Fig. 9 – Typologie de la répartition des classes socioprofessionnelles en 2006, population résidante de plus de 15 ans

Fig. 9 – Typologie de la répartition des classes socioprofessionnelles en 2006, population résidante de plus de 15 ans

28Le profil moyen de la zone a évolué entre 1999 et 2006 (tabl. 1).

Tableau 1 – évolution 1999-2006 du profil moyen des CSP des résidents de la zone

Profil moyen 1999

Profil moyen 2006

Agriculteurs exploitants

6,4 %

5 %

Artisans, commerçants et chefs

d’entreprise

4,4 %

4,5 %

Cadres et professions intellectuelles supérieures

5,4 %

8 %

Professions Intermédiaires

11,5 %

14 %

Employés

13,8 %

15,3 %

Ouvriers

13,1 %

12,5 %

Retraités

24,7 %

26,4 %

Autres personnes sans activité

professionnelle

20,8 %

14,1 %

Source : INSEE

29Une part de l’évolution de la population active ayant un emploi depuis 1999 peut être liée à la meilleure prise en compte dans le recensement de 2006 des emplois occasionnels ou de courte durée.

30On observe sur la zone une augmentation sensible de la part des cadres, des professions intermédiaires, une baisse de la part des inactifs qui ne peuvent être seulement dues à ces changements de méthode de comptage. On note aussi une augmentation de la part des retraités que l’on pourra mettre en regard de l’évolution des classes d’âge sur l’ensemble de la zone.

31Les deux classifications aboutissent à des profils de communes différents.

32On remarque en 2006 un marquage plus important des communes par les classes professionnelles des artisans, commerçants et chefs d’entreprise, des professions intermédiaires, ainsi qu’une répartition plus diffuse des employés qui apparaissent en 2006 associés aux ouvriers aux retraités et aux inactifs.

33En 1999, la répartition des CSP apparaissait comme bien structurée correspondant à des types de zones résidentielles :

  • une large auréole autour de Toulouse, mais aussi à une autre échelle de Montauban, Pamiers, juxtaposant des communes caractérisées par une forte représentation des employés, et des communes de résidences des cadres et professions supérieures autour de Toulouse. Cette combinaison recouvre presque tout le territoire de l’aire urbaine autour de Toulouse et tend à s’étendre vers l’est de façon plus fragmentée.

  • aux franges de l’aire urbaine une couronne de communes marquées par des classes moins favorisées, celle de périurbains plus « contraints » dans leur choix de résidence,

  • à l’opposé aux franges du cercle de 50 kilomètres, plutôt à l’ouest et au sud, des communes typiques du rural, caractérisées par la prédominance des agriculteurs et de retraités,

  • dans les interstices de ces deux dernières, des communes en « basculement » marquées par la juxtaposition de cadres, agriculteurs et inactifs, territoire rural accueillant des périurbains « aisés » à la recherche de ce cadre rural, ayant les moyens d’assumer leurs mobilités.

34Si la typologie établie pour 1999 donnait à voir une répartition spatiale auréolaire très tranchée des différentes classes, celle établie pour 2006 est plus complexe, avec un éparpillement des différents types de communes, en particulier ceux caractérisés par une surreprésentation de cadres et professions intellectuelles supérieures et de professions intermédiaires.

35On note une diffusion des classes les plus aisées sur l’ensemble de la zone, jusqu’au-delà des frontières de l’aire urbaine de 1999.

36Cet éparpillement des types de communes que l’on retrouvera pour d’autres thèmes comme celui des classes d’âge pourrait être un indice du fait que la recherche de « l’entre soi » par le lieu de résidence ne se joue plus à l’échelle de la commune, mais souvent à un niveau infra communal parallèlement à la diminution de l’offre de terrains ouverts à la construction.

Des modifications dans la répartition des classes d’âge des habitants

  • 12 18 % de 0 à 14 ans, 21 % de 15-29 ans, 22 % de 30-44 ans, 19 % de 45 à 59 ans, 12 % de 60-74 ans, 8 (...)

37Globalement les parts respectives des classes d’âge ont assez peu évolué entre 1999 et 200612, avec une hausse légère de la part des 45-59 ans (1,4 points en 7 ans) et des plus de 75 ans (0,7 point). L’augmentation de la population et le solde migratoire ont assuré une stabilité des générations.

  • 13 Ce qui est conforme à la définition même de l’aire urbaine basée sur un calcul des déplacements dom (...)

38Une typologie des communes en 1999 (fig. 10) permettait de localiser les communes caractérisées par la proportion importante de jeunes couples avec enfants installés dans une seconde auréole autour de Toulouse et en pointillé dans la direction des axes autoroutiers, la commune de Toulouse et les communes les plus proches étant caractérisées par une population d’adultes plus âgés associée à des jeunes de 15 à 29 ans. Les communes caractérisées par une population âgée voire très âgée se situant aux limites de la zone, à l’extérieur de l’aire urbaine13.

Fig. 10 – Répartition des classes d’âges de la population en 1999

Fig. 10 – Répartition des classes d’âges de la population en 1999

39La classification de 2006 fait apparaître une classe de communes – nombreuses – où la répartition des classes d’âges est très proche de la moyenne (18 % de 0-14 ans, 21 % de 15-29 ans, 22 % de 30-44 ans, 19 % de 45-59 ans, 12 % de 60-74 ans, 8 % de 75 ans et plus).

40La localisation de ces communes montre un émiettement de la zone qui était caractérisée par la surreprésentation des jeunes couples avec enfants en 1999 sans que l’on puisse constater un report du front de ces communes sur une couronne plus éloignée de Toulouse. On constate le même basculement de communes caractérisées par une surreprésentation des populations les plus âgées vers une répartition plus équilibrée.

  • 14 Le changement des règles de prise en compte de cette population entre le recensement de 1999 et cel (...)

41À l’inverse les populations jeunes, (qui regroupent les étudiants, les lycéens et les autres personnes en cours de formation) apparaissent en 200614 concentrées essentiellement sur Toulouse et les communes adjacentes du SICOVAL (au sud-est de Toulouse) et plus ponctuellement sur les petites villes de Pamiers et Castelnaudary (fig. 11).

Fig. 11 – Répartition des classes d’âges de la population en 2006

Fig. 11 – Répartition des classes d’âges de la population en 2006

42On a donc là aussi un indice – toujours à l’échelle communale – d’une banalisation des caractéristiques des résidents de nombreuses communes du périurbain sur un large rayon autour de Toulouse et englobant aussi la périphérie des petites villes.

Une répartition des communes de concentration des emplois qui évolue peu et une augmentation du nombre de communes à vocation très résidentielle

43Un indicateur de la concentration des emplois est le rapport du nombre d’emplois existant sur une commune au nombre d’actifs occupés résidant sur la commune.

  • 15 Le terme de pôle d’emploi employé ici ne fait aucune référence à la définition des pôles d’emploi d (...)

44Il permet de représenter les communes que l’on pourrait qualifier de « pôles d’emploi »15, ici celles qui ont une valeur supérieure à 100, et les communes à vocation plus résidentielles où le nombre de résidents actifs occupés reste très supérieur au nombre d’emplois sur place (fig. 12).

Fig. 12 – Pôles d’emploi et communes résidentielles

Fig. 12 – Pôles d’emploi et communes résidentielles

45Si la localisation des communes où se concentrent les emplois reste très stable entre 1999 et 2007, basée pour l’essentiel de l’espace périurbain sur les bourgs et petites villes on remarque une augmentation des communes les plus « résidentielles » (44 % des communes en dessous de 40 emplois pour 100 actifs occupés en 1999, 58 % en 2007) qui gagnent du terrain sur l’espace périurbain lointain, élargissant le cercle autour du pôle urbain dans lequel les déplacements domicile-travail seront importants. Ces communes « résidentielles » conjuguent augmentation de la population résidente et peu ou pas de création d’emplois nouveaux sur place, voire perte d’emplois notamment dans le secteur traditionnel de l’agriculture (fig. 13).

Fig. 13 – Progression des emplois entre 1999 et 2007

Fig. 13 – Progression des emplois entre 1999 et 2007

Une progression des emplois concentrée autour de Toulouse et le long des axes principaux de circulation

46La progression globale du nombre des emplois au lieu de travail est de 27 % sur l’ensemble de la zone mais elle se répartit inégalement sur le territoire (fig. 13).

47Les créations d’emplois les plus nombreuses se localisent essentiellement sur le pôle urbain, dans les unités urbaines dans de plus faibles proportions. Dans presque toutes les communes de la couronne périurbaine proches de Toulouse, et plus particulièrement à l’ouest et au nord des emplois ont été créés ; ces créations d’emplois bien qu’en nombre faible se produisent sur presque tout le territoire et dans les zones résidentielles délimitées dans la carte précédente. Elles sont probablement à attribuer dans ce cas à la « sphère présentielle » définie par l’INSEE, qui regroupe les activités mises en œuvre localement pour la production de biens et de services visant la satisfaction des besoins de personnes présentes dans la zone, qu’elles soient résidentes ou touristes.

Haut de page

Notes

1 Définition INSEE des unités urbaines de 2010.

2 Bacconnier S., Balti S., Bonnin S., Desbordes F., Profils communaux de la gestion des territoires periurbains toulousains, rapport d’étude CIRUS-Cieu/DRDE, mai 2007.

3 Les premières études de ce projet ont été lancées dès 2004 ; le projet qui présentait trois hypothèses de contournement à une distance de 10 à 35 kilomètres du périphérique actuel a été soumis à débat public jusqu’en décembre 2007, puis abandonné en juin 2008, car estimé non compatible avec les orientations du Grenelle de l’environnement, notamment parce qu’il risquait de favoriser l’étalement urbain.

4 Toulouse, Ramonville-Saint-Agne, L’Union, Villeneuve-Tolosane, Colomiers, Saint-Jean, Fonbeauzard, Blagnac, Beauzelle, Cugnaux, Aucamville, Castelginest, Saint-Alban, Roquettes, Saint-Orens-de-Gameville, Castanet-Tolosan, Balma, Tournefeuille.

5 Communes de Launaguet, Escalquens, Pinsaguel, Frouzins, Portet-sur-Garonne, Pins-Justaret, Gratentour, La Salvetat-Saint-Gilles pendant la période 1982-1990, puis Montrabé, Quint-Fonsegrives, Plaisance-du-Touch, Saint-Loup-Cammas, entre 1990 et 1999.

6 Fenouillet, Gagnac-sur-Garonne, Lespinasse, Bruguières, Pechbonnieu, Saint-Loup-Camas, Saint-Geniès-Bellevue, au nord, Fonsorbes, Plaisance-du-Touch, Frouzens et Brax au sud-ouest entre 1999 et 2006.

7 Castelsarazin, Villemur-sur-Tarn, au nord, Gaillac, Graulhet, Lavaur, Revel, Castelnaudary, dans un large cadran nord-est sud-est, Pamiers, Auterive au sud, ainsi que la ville moyenne de Montauban.

8 Carbonne, Cazères, l’Isle-en-Dodon, Gimont.

9 Ramonville, Auzeville, Castanet, Castelginest, Saint-Jean, Cugnaux, Seilh pour plus de 50 %, Tournefeuille, Colomiers, Launaguet, l’Union, Quint entre 25 et 50 %.

10 Petite ville située à l’extérieur de la zone d’étude.

11 Bacconnier S., Balti S., Bonnin S., Desbordes F., Profils communaux de la gestion des territoires périurbains toulousains, rapport de fin d’étude, convention de recherche pour la DDE 31, CIEU, Mai 2007, 47 p., annexes 26 p.

Bacconnier S., Bonnin S., Desbordes F. et al., Observation des débats de la campagne électorale des municipales 2008 dans les territoires périurbains toulousains, rapport de fin d’étude, convention de recherche pour la DDE 31, CIEU, Juillet 2008.

Escaffre F., Bacconnier S., Programme de recherche CERTU sur la structuration des communes périurbaines de l’agglomération toulousaine en matière d’équipements petite enfance et jeunesse, 2007-2008.

12 18 % de 0 à 14 ans, 21 % de 15-29 ans, 22 % de 30-44 ans, 19 % de 45 à 59 ans, 12 % de 60-74 ans, 8 % de 75 ans et plus en 2006.

13 Ce qui est conforme à la définition même de l’aire urbaine basée sur un calcul des déplacements domicile-travail.

14 Le changement des règles de prise en compte de cette population entre le recensement de 1999 et celui de 2006 peut influer sur la typologie.

15 Le terme de pôle d’emploi employé ici ne fait aucune référence à la définition des pôles d’emploi de l’INSEE.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 –Évolution de la densité d’habitants en 2006, 1999,1990 et 1982
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/804/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 412k
Titre Fig. 2 – Les communes se dépeuplant entre 1982 et 2006
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/804/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 300k
Titre Fig. 3 – Typologie des évolutions de densité sur trois périodes intercensitaires, 1982, 1990, 1999, 2006
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/804/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 784k
Titre Fig. 4 – Les plus fortes évolutions des résidences principales entre 1990 et 2006
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/804/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 812k
Titre Fig. 5 – Part des maisons individuelles dans les résidences principales construites entre 1990 et 2003
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/804/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 380k
Titre Fig. 6 – Part des appartements dans les résidences principales construites entre 1990 et 2003
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/804/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 528k
Titre Fig. 7 – Part de la population venue d’une autre commune depuis moins de cinq ans en 2006
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/804/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 516k
Titre Fig. 8 – Typologie de la répartition des catégories socioprofessionnelles en 1999, population résidante de plus de 15 ans
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/804/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 744k
Titre Fig. 9 – Typologie de la répartition des classes socioprofessionnelles en 2006, population résidante de plus de 15 ans
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/804/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 676k
Titre Fig. 10 – Répartition des classes d’âges de la population en 1999
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/804/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 812k
Titre Fig. 11 – Répartition des classes d’âges de la population en 2006
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/804/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 828k
Titre Fig. 12 – Pôles d’emploi et communes résidentielles
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/804/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 792k
Titre Fig. 13 – Progression des emplois entre 1999 et 2007
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/804/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 632k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Françoise Desbordes, « Cartographier l’évolution de la périurbanisation autour de Toulouse », Sud-Ouest européen, 31 | 2011, 11-27.

Référence électronique

Françoise Desbordes, « Cartographier l’évolution de la périurbanisation autour de Toulouse », Sud-Ouest européen [En ligne], 31 | 2011, mis en ligne le 29 avril 2015, consulté le 21 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/soe/804 ; DOI : 10.4000/soe.804

Haut de page

Auteur

Françoise Desbordes

Ingénieur d’études CNRS, LISST Cieu, Université de Toulouse Le Mirail, 5 allées A. Machado, 31058 Toulouse Cedex 9.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Sud-Ouest européen – Revue géographique des Pyrénées et du Sud-Ouest est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaire du Midi
  • OpenEdition Journals