Navigation – Plan du site

Vieillir en maison individuelle dans les espaces périurbains toulousains

How detached houses are both favoured by and helpful to senior citizens : the case of Greater Toulouse
Envejecer en una vivienda del espacio periurbano de Toulouse
Sandrine Bacconnier-Baylet et Christiane Thouzellier
p. 29-41

Résumés

Les espaces périurbains vieillissent et leurs habitants également. Dans les espaces périurbains de l’aire urbaine toulousaine, un ménage sur cinq est un ménage retraité. C’est la maison individuelle qui a leur préférence : dans l’aire urbaine, un ménage âgé sur deux est propriétaire d’un pavillon. Après un rapide portrait du vieillissement dans l’aire urbaine toulousaine, l’article développe les résultats de l’analyse d’entretiens menés dans cinq communes différenciées. Il souligne l’évolution des modes de vie au fur et à mesure de l’avancée en âge, et en quoi la maison individuelle peut se révéler adaptée à cette période de vie. Il montre l’attachement à la maison et les stratégies des ménages qui souhaitent s’y maintenir le plus longtemps possible. Cette situation, qui nécessite des adaptations, est toutefois assez peu anticipée aussi bien par les retraités que par les élus qui prennent en charge diversement cette question selon les représentations des personnes âgées qu’ils mobilisent.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1L’allongement de l’espérance de vie et l’évolution des modes de vie, des familles en particulier, ont des répercussions sur les modes d’habiter des personnes âgées. Des études dans de nombreux pays se sont saisies de la demande des personnes âgées à vieillir chez soi et s’appuyant sur le concept « d’Aging-in-place » ont analysé les initiatives et les politiques mises en place. Les études françaises récentes ont davantage porté sur les politiques de maintien à domicile que sur la relation à l’habitat.

2Un programme de recherche entrepris par le Plan Urbanisme Construction et Architecture (PUCA) « Vieillissement de la population et Habitat » nous a permis d’approfondir les modes de vie et les stratégies résidentielles des personnes âgées dans un contexte d’habitat spécifique, la maison individuelle dans les espaces périurbains. Menée par quatre équipes de recherche du LADYSS (Université Paris 1), du CRESO (Université de Caen), du CIRTA (Université de Aix-Marseille 3) et du LISST-Cieu (Université Toulouse 2), la recherche s’appuie sur l’analyse de 90 d’entretiens semi-directifs menés auprès de ménages retraités dans les trois aires métropolitaines de Paris, Aix-Marseille et Toulouse.

  • 1 Pour des raisons statistiques, la tranche d’âge retenue est celle des retraités de 55 ans ou plus e (...)
  • 2 Exploitation statistique du RGP 1999. Il est impossible de faire une comparaison avec le Recensemen (...)

3D’une manière générale, les espaces périurbains sont souvent décrits comme des espaces peu adaptés aux personnes âgées, caractéristiques de modes de vie non durables au regard des transformations sociales et physiques qui interviennent à l’âge de la retraite. Pourtant, parmi les retraités1 vivant dans des ménages ordinaires, plus des deux tiers (69 %) habitent une maison individuelle ou une ferme, soit sensiblement plus que l’ensemble de la population française2. En effet, nombre de « personnes âgées », « retraités » ou « seniors » restent pour un temps de leur vieillesse en bonne santé et les observations faites en France comme ailleurs montrent un phénomène de vieillissement des espaces périurbains.

  • 3 L’essentiel de notre matériau d’analyse est constitué de 30 entretiens semi-directifs ; 24 ont été (...)

4L’article concerne3 le projet de vie de retraités dans des espaces périurbains toulousains : la condition périurbaine leur convient-elle ou bien envisagent-ils de quitter leur maison, pourquoi et pour où ? Les entretiens ont été menés dans cinq communes de l’aire urbaine de Toulouse ; deux d’entre elles sont considérées comme étant plutôt habitées par des cadres moyens ou supérieurs (Ramonville, L’Union), deux autres se caractérisent par la présence de catégories sociales moyennes ou modestes (Villeneuve-Tolosane, Pinsaguel) ; la dernière commune – Bessières – a été choisie pour son éloignement de la ville-centre et l’importance de la population de plus de 60 ans observée dans cette commune (Fig. 1).

Fig. 1 – Les communes retenues dans l’aire urbaine de Toulouse

Fig. 1 – Les communes retenues dans l’aire urbaine de Toulouse
  • 4 Recensement Général de Population 1999.
  • 5 Recensement Rénové de Population 2007.

5Il convient d’abord d’analyser l’évolution qui se dessine dans l’aire urbaine toulousaine. L’aire urbaine toulousaine compte 985 978 habitants en 19994, 1 118 472 habitants en 20075. Les plus de 60 ans représentaient en 1999, 170 000 personnes, soit 18 % des habitants ; en 2007, leur nombre s’établit à 197 138, soit 17,6 % des habitants de l’aire urbaine, composés de 42,8 % d’hommes et 57,2 % de femmes. Bien sûr le pourcentage de femmes parmi les 60 ans et plus s’élève avec l’âge, passant de 53,2 % pour la tranche des 60 à 74 ans, à 61 % pour les 75 à 84 ans et s’élevant à 70,8 % pour les 85 ans et plus. Ces différentes tranches d’âge représentent respectivement 61,6 %, 28,3 % et 10,1 % des plus de 60 ans et plus de l’aire urbaine.

6En 1999, la répartition des plus de 60 ans dans l’aire urbaine est à l’image de celle de la population tout âge confondu : 44 % dans la ville même, 32 % en périurbain proche, 24 % en périurbain plus lointain, ce qui signifie que 56 % des plus de 60 ans vivaient dans l’espace périurbain. Ce constat est à la hausse puisqu’en 2007, 62,9 % des 60 ans et plus habitent dans l’espace périurbain. Ce chiffre varie légèrement selon les tranches d’âge, même si les plus âgées sont un peu plus nombreuses dans la ville même (46 % de plus de 85 ans en 1999, 53,7 % en 2007), elles demeurent très présentes dans l’espace périurbain.

7Cette population des plus de 60 ans est d’ailleurs moins mobile que le reste des habitants de l’aire urbaine, les déménagements sont moins fréquents que dans la population totale : seulement 20 % des plus de 60 ans ont changé de logement entre 1990 et 1999, contre 60 % dans la population totale.

8Entre 1982 et 1999, l’effectif des ménages retraités et inactifs âgés a augmenté dans des proportions considérables (+ 63 %), en relation avec une croissance beaucoup plus vigoureuse de l’ensemble des ménages (+ 54 %). La part relative des retraités et inactifs âgés est donc restée pratiquement stable (passant de 24,2 à 25,7 %, soit un ménage sur quatre environ). Cette augmentation des effectifs s’est toutefois accompagnée d’une redistribution spatiale importante : comme le montrent les cartes, la répartition des ménages retraités et des inactifs âgés est plus homogène en 1999 qu’en 1982 (fig. 2 a et fig. 2 b).

Fig. 2 a – Pourcentage de ménages retraités dans l’aire urbaine toulousaine en 1982 et 1990

Fig. 2 a – Pourcentage de ménages retraités dans l’aire urbaine toulousaine en 1982 et 1990

Fig. 2 b – Pourcentage de ménages retraités dans l’aire urbaine toulousaine en 1999 et 2006

Fig. 2 b – Pourcentage de ménages retraités dans l’aire urbaine toulousaine en 1999 et 2006

9Avec l’augmentation des effectifs, on observe un processus de diffusion ainsi que le vieillissement sensible de l’agglomération et des premières couronnes périurbaines ; les taux les plus élevés de retraités et inactifs âgés concernent toujours les communes les plus rurales et les plus éloignées de la ville centre.

10Cette augmentation du nombre et de la part des ménages retraités s’accompagne d’une évolution sensible de leur composition sociale : l’effectif des anciens cadres ou professions intermédiaires augmente une fois et demie plus vite que celui de l’ensemble des retraités et des inactifs âgés. Une distribution plus homogène dans l’espace s’accomplit entre 1982 et 1999 : si les communes de la première couronne périurbaine situées à l’est et au sud-est de la ville centre demeurent les principaux lieux de résidence des retraités cadres et professions intermédiaires, leur présence se renforce à l’ouest et au nord.

I – Des modes de vie caractéristiques des espaces périurbains

1. L’importance de la voiture et des mobilités à l’âge de la retraite

11La motorisation des personnes enquêtées est très forte dans l’aire toulousaine. Plus des trois quarts des couples de notre étude possèdent une ou deux voitures qui peuvent être conduites par les deux membres du couple, ce qui leur confère une grande autonomie. Dans un quart des cas, seul le mari peut conduire. Lorsqu’il s’agit de personnes vivant seules, la moitié d’entre elles ont une voiture qu’elles continuent à conduire. Si on analyse la question par type de lotissement, celui où la motorisation est la plus élevée est également le plus proche du centre-ville, et celui qui est relié par bus et par métro. Plus que la distance et le manque de transport, c’est la situation socio-économique qui semble jouer un rôle dans l’équipement et l’usage de l’automobile.

12Lorsque ces personnes ont accédé à la propriété dans ces espaces périurbains en devenir, la voiture était indispensable à la vie familiale car les transports en commun étaient absents ou peu fréquents. En passant à la retraite, ils continuent juste à conduire, aussi longtemps qu’ils le peuvent. Certains même s’y appliquent pour « ne pas perdre la main ». Si à partir de 80 ans, un ralentissement de l’usage de la voiture se fait sentir, seuls un couple âgé de 98 et 86 ans et trois personnes veuves n’ont plus de voiture. Bien que les trajets et les distances parcourues diminuent avec le temps, les déplacements de la vie quotidienne continuent à être assurés avec la voiture si nécessaire, notamment les courses au supermarché. Toutes les personnes enquêtées disposent de solutions de recours pour leurs déplacements en automobile, qu’il s’agisse de faire appel à de la famille, des amis, des services d’aide à domicile ou d’utiliser les transports en commun lorsqu’ils sont présents et accessibles.

13La mobilité des retraités reste très conditionnée par l’avancée en âge et/ou la perte d’autonomie. Si les représentations contemporaines de la vieillesse s’organisent autour de deux pôles, celui du retraité actif, « en santé », et celui du quatrième âge, nos entretiens mettent en lumière une étape intermédiaire révélée par les pratiques de mobilités. Les tranches d’âge mentionnées ne sont qu’indicatives, tant cela varie d’une personne à l’autre, néanmoins les phases observées demeurent.

L’entrée dans la retraite : une période marquée par une intense activité

14« L’entrée dans la retraite » est une première étape. Les 55-70 ans continuent à se déplacer et à avoir des activités sur un rythme très proche de celui de leur vie professionnelle.

« Mon mari, il a démarré très vite, je crois qu’il avait un peu peur de s’ennuyer, jour et nuit, il a démarré, le matin il se levait comme s’il allait au boulot, jusqu’au soir, il ne fallait pas lui parler. Vers décembre, il a commencé à freiner et il s’est rendu compte que ce qu’il ne faisait pas le jour même il pouvait le faire le lendemain » (L’Union)

« La maison, il peut y avoir un tremblement de terre, elle y sera pas dessous. D’ailleurs elle n’est pas là, elle n’est tout le temps pas là, elle part tout le temps » (Ramonville).

15Ils voient leurs enfants et petits-enfants irrégulièrement « s’ils ont besoin de nous » disent-ils. La maison telle qu’elle est leur convient très bien. Selon leurs goûts, ils continuent à bricoler ou au contraire arrêtent de le faire car la maison n’en a plus besoin, mais ils s’occupent encore du jardin. Ils reçoivent et sont reçus souvent. Les voyages restent nombreux pour ceux qui ont les moyens d’en faire.

« On fait beaucoup de voyages avec une association, on prend un taxi, on est à plusieurs, on part tous ensemble, on part en général en avion. […] On était en Patagonie l’autre jour, j’étais bien en Patagonie. […] Il y a un couple qu’on a connu en allant au Mexique » (Ramonville)

« Avant on partait en vacances, on louait, on partait en voiture, depuis quelques années on ne loue plus, on part en voyage, on fait chaque année un ou deux voyages. Là on vient de rentrer, on est parti 8 jours aux Baléares. Cet hiver, on repartira. » (Pinsaguel)

« On avait une maison à la montagne, on l’a vendue parce que bon à force, aller là-bas, toujours au même endroit, on a opté pour faire des voyages, on fait un voyage par an. » (Pinsaguel)

16Nous sommes face à des personnes qui « prennent leur temps », « ne prévoient plus rien », « sortent d’un emploi du temps contraint ». Le week-end devient un temps familial, la semaine est réservée aux activités (moins de monde dans les centres commerciaux, les sites naturels et sportifs…).

Une période de transition vers le grand âge

17Autour de 70-80 ans, les personnes âgées entrent dans une période que l’on peut qualifier de charnière. Elles abandonnent quelques activités, commencent à moins rendre visite à la famille ou aux amis qui habitent ailleurs en France. C’est le moment où la personne commence à être transportée : elle accueille moins à son domicile. Au contraire, elle est déplacée pour être accueillie.

18Elles continuent toutefois à participer à la vie associative et à garder de temps en temps les petits-enfants qui commencent à devenir plus grands. Elles prennent conscience des difficultés de la maison comme les escaliers intérieurs ou extérieurs et envisagent la présence d’une aide-ménagère ou d’un jardinier pour accomplir certaines tâches. Cette étape de la retraite est également marquée par la cessation progressive de l’alternance résidence principale-résidence secondaire : cette organisation mise en place lors de la phase active de leur vie professionnelle prend moins de sens au fur et à mesure de l’avancée en âge et ils se séparent souvent de cette résidence secondaire – dont la charge devient trop lourde en sus de la maison principale – pour privilégier des voyages. Pour les personnes que nous avons rencontrées, l’arbitrage campagne/périurbain s’est fait en faveur de la résidence principale en périurbain.

L’âge du vieillir

19Une troisième étape se dessine pour les plus de 80 ans, pour qui on constate un net ralentissement des activités, des déplacements et de la conduite.

20Ils reçoivent plus rarement et leurs activités associatives et culturelles diminuent. Ils commencent à faire appel à des services de façon plus pérenne : aide-ménagère, aide aux déplacements, portage de repas, etc.

« On n’a pas de temps mort, on bricole un petit peu, mais enfin les choses trop lourdes on ne peut pas le faire. Je ne peux plus trop bricoler au jardin, quelques fleurs, quelques trucs comme ça, avant je (Mme) peignais ». (Villeneuve-Tolosane).

21Les personnes restées vivre chez elles et en pavillon compensent parfois leur immobilité par la présence d’un enfant proche qui passe les voir très régulièrement (un tiers d’entre elles bénéficient de la proximité d’un enfant). Ces personnes âgées sont certes prises en charge par leurs proches mais principalement pour les déplacements liés à des besoins primaires essentiels, tandis que s’évanouit progressivement tout rapport à la ville, la modernité, à l’extraordinaire et à l’imprévu, ce qui pose la question de la construction identitaire au grand âge en périurbain. Parmi les plus de 90 ans, l’isolement est lié à l’absence de famille et à l’impossibilité de sortir du domicile. Les personnes qui désirent fortement rester chez elles et qui y parviennent, se recréent des liens avec l’extérieur grâce à des « intermédiaires » qui peuvent être l’aide-ménagère, l’infirmière, le médecin, la coiffeuse à domicile, ou bien les outils de télécommunication (téléphone surtout, parfois Internet).

22Bien sûr une difficulté de santé ou un veuvage font parfois passer les ménages ou personnes seules d’une catégorie à l’autre plus rapidement. Toutefois, même lorsqu’il y a un problème de santé, celui-ci n’est pas mis en avant comme s’il fallait rester « jeune » et en bonne santé. Seuls quelques ménages font ressortir ce discours avec plus d’acuité en évoquant un désir d’anticipation de la perte d’autonomie et de maîtrise de leur fin de vie, pour eux afin de ne pas se laisser guider, et pour leurs enfants, afin de ne pas les mettre dans une situation difficile.

23Certaines personnes expriment une volonté de ne pas être un objet, de continuer à maîtriser leur fin de vie comme elles ont le sentiment de maîtriser leur vie jusqu’à présent. Beaucoup de personnes interviewées ont parfois déjà été confrontées au vieillissement, car elles ont dû s’occuper de leurs parents très âgés. Génération charnière, ils ne peuvent envisager leur propre dépendance et s’en remettent parfois à la future décision d’un ou des enfants si vraiment ils ne pouvaient plus rester dans la maison.

2. La maison individuelle et l’environnement résidentiel : un cadre de vie bien adapté à l’entrée en retraite

24L’espace périurbain procure des possibilités d’adaptation pour les déplacements : c’est le cas également de la maison individuelle et de son environnement résidentiel qui offrent une certaine « souplesse » lors du passage à la retraite. L’usage des pièces de la maison se modifie tout particulièrement pour le confort de vie des personnes et des couples concernés. Les enfants ayant quitté le domicile, le couple s’y redéploie en transformant des pièces au gré des besoins et des activités pratiquées : cela permet d’établir une « bonne distance » (Caradec, 1996) dans le couple soumis à une cohabitation quotidienne, de s’étaler, de réorganiser l’espace domestique tel qu’il était vécu jusqu’à présent, en aménageant parfois le rez-de-chaussée en prévision de conditions physiques plus difficiles. La répartition des tâches domestiques se fait dans le prolongement des tendances culturelles et des habitudes antérieures : les hommes s’occupent de l’extérieur et les femmes de l’intérieur ; chacun peut ainsi mener des activités séparées. Le jardinage et le bricolage deviennent des activités régulières permettant d’occuper « des temps mous » en même temps que d’entretenir sa forme physique.

25L’attachement fort à la maison individuelle – lié à une primo-accession, au statut de propriétaire et au temps passé dans ce logement – explique la volonté des retraités interrogés de vieillir dans ce lieu. Des raisons plus affectives motivent également ce choix : témoin de la trajectoire familiale et espace de réception, la maison s’ouvre et se ferme au gré des visites des enfants et des petits enfants.

26La tranquillité offerte par la maison individuelle périurbaine et son environnement est souvent mise en avant dans les discours ; si le quartier est décrit comme « calme » et « agréable », les risques d’isolement sont également soulignés par les enquêtés.

« Villeneuve c’est très bien parce que ce n’est pas une ville, c’est que des villas disséminées, mais il faut reconnaître, ça fait un petit peu perdu, c’est une cité… c’est dortoir ici, à part les vieux, vous avez des jeunes qui travaillent ici, voilà. » (Villeneuve-Tolosane).

27Héritées de leur période d’installation, en lien avec les enfants, ou plus récentes, des relations de voisinage se sont créées dans les terrains observés. Souvent décriés comme le lieu de l’individualisme et de l’anonymat, les espaces périurbains des communes investies témoignent pourtant de sociabilités plus ou moins importantes. Le voisinage est valorisé dans les discours, qu’il prenne la forme de simples relations, d’une relation amicale de longue date, voire d’une entraide qui s’est installée dans le temps entre résidents, pour tondre la pelouse de voisins plus âgés, les accompagner à des rendez-vous médicaux ou s’assurer simplement au quotidien que « tout va bien ».

« Je fais encore quelques bricoles, pour le reste c’est nos voisins qui nous tondent la pelouse, c’est le principal […] ».

28En réalité ces voisins ne font pas que tondre la pelouse, ils exercent une véritable veille :

« Mais à un moment, ils étaient très dépressifs, on s’est rendu compte qu’il fallait aller les voir plus souvent et je vous assure qu’ils sont beaucoup mieux. On les invite de temps en temps […]. Alors on fait attention, on veut que jusqu’au bout ils soient bien, ils ont leurs enfants à côté mais qui ne viennent pas les voir comme ça. » (Villeneuve-Tolosane).

« [Je rencontre mes voisins] souvent à la boîte à lettres et sinon je vais les voir moi, je vais chez Mme P. Si elle ne me voit pas pendant deux ou trois jours, elle vient me voir parce qu’elle se fait du souci. » (Pinsaguel).

29Ces sociabilités constituent une des raisons de l’attachement et du souhait de ces ménages ou personnes seules de rester ancrés dans leurs lotissements ; un déménagement, lorsqu’il est envisagé, est d’ailleurs imaginé dans la même commune pour permettre à ces sociabilités de continuer à s’exercer. Enfin, entre la ville qui offre des services spécialisés mais où ils ne souhaitent pas vivre et la « campagne » proche où habitent souvent leurs enfants compte tenu des prix immobiliers, ces lotissements offrent aujourd’hui la possibilité aux retraités rencontrés de poursuivre aisément dans le grand âge des sociabilités familiales.

3. Les ajustements au vieillir et les risques qui leur sont liés

30Pour autant, rester dans un lotissement périurbain au fur et à mesure de l’avancée en âge nécessite des ajustements, voire des adaptations techniques permettant aux retraités de rester acteurs de leur logement.

31Quel que soit l’âge ou la catégorie sociale des habitants rencontrés, tous soulignent un recentrage progressif de leurs activités en direction des centralités périphériques et une moindre fréquentation de la ville-centre. Le rapport à la ville change selon l’âge, le sexe et le parcours de vie de la personne. Pour beaucoup des ménages interrogés en périphérie toulousaine, la ville est le lieu de la jeunesse, des études, du premier logement. Le regard porté sur le centre de Toulouse (ou d’une autre grande ville) est souvent nostalgique, celui-ci est décrit comme davantage accessible et diversifié qu’aujourd’hui.

« Je n’ose imaginer ces grandes cours où je rentrais facilement en voiture, maintenant tout est barricadé, ce n’est plus une ville ouverte » (Ramonville).

« J’adore la ville, je suis une femme de la ville, mais elle se détériore. La ville autrefois, il y avait la vie, des marchés, des commerces, maintenant ce n’est que des fringues et des restos » (Ramonville).

32Les femmes semblent conserver plus longtemps un lien privilégié avec le centre-ville de Toulouse, facilité par la présence des transports en commun (réseaux de bus, lignes de métro) qui assurent rapidité et confort d’accès au centre-ville grâce aux parkings relais gratuits mis à disposition des usagers. Pour autant, les mobilités des retraités changent : pratiquer des activités sur place pour éviter de circuler sur des voies trop fréquentées, effectuer certains achats sur Internet et recourir aux grandes surfaces commerciales ou aux services d’une commune périurbaine révèlent une diminution des mobilités quotidiennes. Il s’agit plus de s’épargner physiquement ou de ne pas se « frotter » à une urbanité perçue comme dangereuse que de gagner du temps comme le souhaitent de jeunes actifs aux pratiques similaires. L’abandon de la double résidence commencée dans une phase active de leur vie va dans ce sens.

33Tant que leur état physique le permet, les résidents rencontrés font le choix de rester le plus longtemps possible dans leur maison. Toutefois, leur capacité à se maintenir dans son domicile dépend de plusieurs facteurs : réseaux d’entraide, revenus et structure du ménage, présence de services de soins à domicile. Presque tous les ménages enquêtés dans l’aire urbaine toulousaine ont au moins un enfant résidant dans le même secteur, voire dans la même commune. Il est plus facile alors, lorsqu’on pense à une période de vie où l’on ne pourra plus conduire ou sortir de chez soi, de se dire qu’il y aura bien une solution et alors de ne pas envisager de partir.

« Mes enfants, s’ils me veulent, ils viendront me chercher ! » (Pinsaguel).

34Trois ménages cependant font exception. Dans un cas, il s’agit d’une dame seule de 98 ans dont le fils est décédé ; elle fait appel aux services de soins à domicile pour l’aider à s’habiller le matin, ou pour des soins spécifiques (médecin traitant, podologue) mais a conservé son autonomie pour les gestes du quotidien : elle réalise donc elle-même sa toilette, ses repas et ses lessives. Elle utilise largement son réseau amical proche : rarement seule, elle bénéficie de l’attention d’amis ou de connaissances qui viennent la voir tous les jours. En complément, grâce aux tarifs fournis par les opérateurs téléphoniques, elle entretient de longues conversations téléphoniques avec ses petits enfants installés en région parisienne. Le second cas est représenté par un couple qui est venu s’installer dans la région à la retraite, pour se rapprocher des parents de Madame aujourd’hui décédés ; âgés de 71 et 66 ans, ils sont parfaitement autonomes, prennent en charge leurs voisins plus âgés (de 87 et 84 ans) et envisagent de faire appel aux services de maintien à domicile en cas de besoin. Enfin, le troisième exemple nous montre les hésitations que ce type de situation peut engendrer : il s’agit d’une personne veuve de 78 ans dont les deux fils sont installés dans l’Hérault avec leur famille. Elle reste très attachée à sa maison, construite par son mari. Cédant aux propositions de ses enfants suite à son veuvage récent, elle se décide à partir les rejoindre mais en cours de route, elle a demandé à son fils de faire demi-tour et de la ramener chez elle.

35Toutes les communes enquêtées disposent de services de soins à domicile et/ou d’aides-ménagères ; certaines financent des associations ou mettent en place des dispositifs complémentaires tels que mini-bus, portage des repas, téléassistance, etc. Les ménages enquêtés dans l’aire urbaine toulousaine sont toutefois très autonomes et seuls les plus âgés font appel à une aide-ménagère, voire ponctuellement au portage des repas lorsqu’une maladie a pu survenir ou une fatigue consécutive à un veuvage. La majorité des ménages ne fait pas appel à ces services dont ils connaissent pourtant l’existence, pour les avoir parfois sollicités pour un parent.

4. Une question diversement anticipée par les habitants

36La génération des personnes que nous avons enquêtées – surtout pour les plus de 70 ans – ont connu, par rapport à leurs propres parents, deux cas de figures : soit leurs parents sont restés vivre dans leur propre domicile très âgés, soit ils ont dû s’en occuper et les avoir chez eux pendant certaines périodes (ce qui est le cas pour six des ménages rencontrés). Très peu de leurs parents sont allés en maison de retraite, sauf parfois pour les derniers mois de vie.

37Cette situation fait naître chez les retraités que nous avons rencontrés, plusieurs modèles pour vivre leurs vieux jours.

38Le premier d’entre eux est de se maintenir à leur domicile coûte que coûte grâce aux systèmes d’aides existants. Huit ménages envisagent cette solution plutôt que d’« embêter » leurs enfants puisque c’est une situation qu’ils ont parfois vécue et dont ils mesurent les inconvénients.

« Nous, on a hébergé nos parents quand ils ont été malades, je ne pense pas que nos enfants, à la manière dont ils vivent, les rapports, qui sont d’excellents rapports mais différents de ceux qu’on avait avec nos parents, feront qu’on ira se faire héberger chez eux […]. Même nos parents, on l’a bien vu, quand ils atteignent la vieillesse ou la maladie, même avec nous ils étaient mal, donc ce n’est pas la peine d’aller en plus chez des jeunes… il faut être raisonnable. » (Ramonville)

39Parce qu’ils ne souhaitent pas non plus vivre chez leurs enfants ou parce que ces derniers n’envisagent pas de les accueillir chez eux, cinq ménages pensent qu’ils iront vivre en maison de retraite ou dans une résidence destinée aux seniors.

40Quatre ménages entrevoient la possibilité de vendre leur maison pour s’installer à proximité des services et des commerces, dans la même commune afin de conserver des sociabilités instaurées de longue date ; parmi ces ménages, le choix de s’installer au centre de la ville ou du bourg est formulé par les femmes, sans doute parce que les hommes sont plus réticents à l’idée de quitter la maison individuelle et son environnement qui leur confèrent un rôle notamment dans l’entretien du pavillon et de son jardin.

41Six ménages refusent d’anticiper cette période de la fin de vie, soit qu’ils préfèrent ne pas évoquer ce sujet parce que cela leur rappelle des souvenirs pénibles, soit qu’ils aient fait le choix de laisser leurs enfants décider pour eux.

42Des stratégies d’anticipation diverses se dessinent donc parmi ces retraités : un tiers des personnes âgées rencontrées prévoient le recours à des services leur permettant de se maintenir à domicile, un autre tiers pensent qu’ils s’installeront en maison de retraite ou déménageront pour se localiser plus près des services et des commerces offerts par leur commune. Six d’entre eux refusent d’anticiper la perte d’autonomie : s’ils ont conscience des travaux qu’il faudrait faire dans la maison, ils ne les réalisent pas car faire des travaux serait reconnaître qu’ils sont entrés dans un grand âge.

« C’est facile à réaliser, […], le fait de dire si je fais ça j’atteste que je ne suis plus capable de faire autrement donc il y a ce…, tant que ça marche comme ça, c’est ça ? (fille). Oui, un jour je me casserai la figure dans l’escalier (Mme)… on changera à ce moment-là (M.) ». (Ramonville)

II – Le devenir de la question

1. La prise en charge de la vieillesse, une question diversement anticipée par les élus

43Malgré une bonne connaissance de la géographie sociale de leur commune, des lotissements qui les composent et des problèmes posés par le vieillissement, la prise de conscience des élus reste inégale dans les communes que nous avons enquêtées dans l’aire urbaine de Toulouse.

44La question de l’accès aux services et équipements se pose, pour les personnes âgées, dans les différentes couronnes périurbaines en fonction de l’éloignement des lotissements aux services en question. Si le vieillissement pouvait paraître récemment encore problématique dans les espaces périurbains, nous avons constaté que les retraités enquêtés ont des compétences importantes en matière d’auto-mobilité ou qu’ils mettent en œuvre des ajustements lorsque cela s’avère nécessaire en faisant appel à des services spécialisés ou bien à leurs réseaux d’entraide, qu’ils soient familiaux ou amicaux. D’autre part, la structuration progressive des espaces périurbains a accompagné ce vieillissement et les territoires périurbains proposent aujourd’hui des services en direction de ces publics. Nous avons toutefois constaté que les réponses apportées localement sont inégales.

45Le cas le plus fréquemment rencontré est celui de communes qui ont un traitement « social » de la vieillesse centré sur les dispositifs de maintien à domicile (à travers des services de soins à domicile et d’aide à domicile), l’hébergement (foyers-logements, maisons de retraite publiques ou privées), et l’insertion sociale (clubs, associations) ; en cela, ces communes s’inscrivent parfaitement dans les politiques de la vieillesse telles qu’elles sont définies en France (Rouyer et Rumeau, 2007). Parfois en cours d’élaboration ou plus anciennes, les politiques publiques locales en direction du grand âge peinent à envisager une prise en compte globale au-delà de la valorisation du « lieu de vie » (Rouyer et Rumeau, 2007).

  • 6 Centre Local d’Information et de Coordination.

46D’une manière générale ces politiques de vieillesse « se met[tent] lentement en place car contrairement aux [publics] jeunes qui ont les parents derrière, les personnes âgées ne représentent pas un groupe de pression et ne s’expriment pas beaucoup (…) ». En termes financiers même, comparé aux moyens investis dans les équipements petite enfance, « ce qui est mis en œuvre pour les personnes âgées, c’est de la bricole, ce sont des politiques à inventer qui se développeront forcément mais le problème n’est pas reconnu à sa juste importance » (Maire, Villeneuve-Tolosane, 2007). Même à Bessières, commune plus éloignée de l’agglomération, qui accueille pourtant trois maisons de retraite depuis une trentaine d’années, l’accompagnement des personnes âgées n’était pas une priorité de l’équipe municipale : « notre projet phare, c’était les jeunes, l’enfance et la jeunesse. Notre volet concernant les personnes âgées, c’était un volet de services de proximité. Pourquoi ? Parce que nous, tout ce qui est accompagnement à domicile, on a une association cantonale familiale classée en CLIC6 catégorie 3, il n’y en a pas beaucoup en France, donc ils sont hyper au point, c’est associatif, mais c’est comme ça en France maintenant » (Conseillère municipale, Bessières, 2007).

47Néanmoins, des réponses plus urbaines, en matière de logement ou d’aménagement de l’espace public commencent à poindre : à l’échelle des communes, des projets immobiliers sont évoqués pour répondre au vieillissement de la population. C’est le cas notamment des communes de Villeneuve-Tolosane et de Bessières où des réflexions sont en cours pour aménager, lors des futurs programmes immobiliers, des logements adaptés aux personnes âgées et/ou à mobilité réduite. On reste toutefois éloigné d’approches globales, prenant en compte l’échelle du quartier ou du village ; si la question du logement adapté au grand âge commence à émerger dans les discours des élus, celle de « l’habiter » reste encore ignorée comme en témoignent les représentations des retraités mobilisées par les élus rencontrés.

2. Les représentations des retraités mobilisées par les élus

48Nous avons envisagé la question du vieillissement en partant des retraités et des inactifs de plus de 55 ans. Pour un élu, cela recouvre des populations très différentes avec des besoins bien différenciés. Trois figures de la personne âgée ressortent de l’analyse des entretiens menés auprès des élus en charge de ces questions.

49Le retraité peut être une personne encore jeune et dynamique dont la principale qualité est de disposer de temps libre. L’élu s’appuie sur sa disponibilité pour dynamiser le milieu associatif communal où le retraité prend volontiers des responsabilités. La fonction de l’élu est alors de faciliter les initiatives en mettant des salles et des moyens à disposition. C’est pleinement le cas à Ramonville-Saint-Agne où les jeunes retraités « sont les piliers des associations, sportives, sociales ; ils sont des partenaires privilégiés des actions municipales » engagés parmi d’autres activités dans le soutien scolaire, la veille éducative, l’initiation à l’informatique. À L’Union, le maire encourage le bénévolat associatif qui prend en charge la gestion de la bibliothèque municipale, du service d’aide à domicile ou les déplacements des personnes âgées en apportant financements, véhicules et locaux. À Bessières, le Club Vermeil rassemble des personnes âgées « qui ont des voitures, ce sont des gens dynamiques, ce ne sont pas ceux qui sont seuls ; il y a 300 adhérents, c’est un énorme truc, ils se réunissent tous les jours, un jour carte, un jour crochet, un jour sortie, ils vont marcher en forêt, soit ils sont jeunes soit ceux qui sont âgés sont en forme et dynamiques. Ils vont chercher des personnes pour aller au Club, ils font du co-voiturage pour ceux qui ne conduisent pas, mais les gens qui vont là sont en forme » (Conseillère municipale, Bessières, 2007).

  • 7 Établissement d’Hébergement pour Personnes Agées Dépendantes.

50La personne âgée peut être un acteur économique de la commune que l’on va chercher à maintenir sur son territoire. L’élu qui partage ce point de vue s’efforce alors de pouvoir proposer des programmes immobiliers pouvant concerner des personnes âgées, ou d’accueillir voire de gérer un Foyer logement. La municipalité cherche dans ce cas à maintenir ou améliorer la relation entre la personne âgée et le centre-ville et elle développe également des actions en faveur du maintien à domicile (portage de repas ou autre). La commune de l’Union illustre bien cette figure de la personne âgée acteur économique : avec une augmentation entre 1990 et 1999 de la part des retraités de 75 % dans la population totale (26,6 % de la population a plus de 60 ans), les personnes âgées font l’objet d’attentions particulières comme en témoigne une étude réalisée pour la DDE 31, portant sur l’observation des campagnes électorales des municipales 2008 (Bacconnier, Bonnin, Desbordes, 2008). Dans cette commune, les programmes électoraux présentés par les quatre listes privilégient les propositions à destination des personnes âgées : extension du portage à domicile au week-end, organisation d’un repas annuel gratuit pour le 3e âge, création d’un CLIC, étude de faisabilité d’un EHPAD7, création d’un point d’informations seniors, création d’un service en mairie réservé aux personnes âgées, etc. Dans cette commune comme dans celle de Villeneuve-Tolosane, les élus identifient les demandes de personnes âgées d’un logement plus adapté à leurs besoins : « un autre aspect qui est en train d’émerger, c’est la question du logement, puisque Villeneuve c’est du logement pavillonnaire à 90 %, on voit très nettement émerger une demande d’habitat collectif, de petits appartements pour les seniors » (Maire, Villeneuve-Tolosane, 2007).

51Mais la personne âgée peut également être considérée comme un problème, soit qu’elle soit perçue comme quelqu’un d’isolé, avec qui il faut garder un contact, soit comme une personne dépendante pour qui il faut trouver une place en maison médicalisée. La démarche apparaît dans ce cas plus caritative et traditionnelle.

52Les élus identifient ainsi trois catégories pour caractériser les « personnes retraitées » :

53- d’abord des personnes qui n’ont aucun problème d’autonomie et qui correspondent à la première catégorie déclinée ci-dessus, celle des retraités actifs, dynamiques, « en forme », qualifiés de « seniors ».

54- des personnes dans une situation intermédiaire qui commencent à avoir quelques degrés de dépendance mais qui peuvent rester à domicile. C’est sur cette dernière catégorie que l’action municipale se structure le plus : le maintien à domicile et l’animation sont les deux grands domaines qui caractérisent les actions observées dans les communes investies. Le maintien du lien social est particulièrement revendiqué :

« ces services à domicile, ce n’est pas uniquement faire le ménage, apporter les repas, faire des toilettes ; c’est aussi maintenir du lien social qui est parfois plus facile à recréer dans un système de Foyer-logement où on va avoir des animations, mais qui est du lien interne, peu en lien avec le reste de la ville ; l’enjeu, dans le cadre du maintien à domicile, est sans doute de pouvoir conserver ce lien social avec d’autres personnes » (Maire, Villeneuve-Tolosane, 2007).

55Le maintien à domicile, avec des variantes, a les faveurs des communes qui souhaitent voire favorisent le développement de ces services à la personne. C’est ce que nous avons observé dans les programmes électoraux des campagnes municipales 2008 où de nombreuses communes de l’aire urbaine toulousaine développent des propositions allant dans ce sens : portage des repas, aide-ménagère, service de transports, propositions d’animations diverses.

  • 8 Aide à Domicile en Milieu Rural.

56– Puis des personnes très dépendantes qui ont besoin d’une structure médicale adaptée. La réalisation d’une maison de retraite médicalisée ou d’un Foyer-logement s’avère un projet lourd et difficile à mettre en œuvre compte tenu du désengagement financier de l’État ; c’est ce qui explique que nombre de communes privilégient le développement – en partenariat avec des structures du type ADMR8 ou des syndicats à vocation sociale – de structures de maintien à domicile, plus faciles à mettre en œuvre. La commune de Ramonville-Saint-Agne constitue une exception à cet égard puisqu’elle a réussi, avec l’aide de la communauté d’agglomération du SICOVAL, à faire aboutir un projet d’EHPAD public « Les Fontenelles » qui accueille ses premiers résidents en 2011 au sein d’une zone d’aménagement mêlant habitat, commerces de proximité et services.

57À Pinsaguel comme à Bessières, la taille de la commune (2 500 habitants), les activités associatives, la connaissance des habitants, leurs professions médicales permettent aux adjointes au maire en charge des personnes âgées de « travailler en réseau » avec l’ensemble des personnels et structures médicales présentes dans le territoire.

« Un jour, le voisin d’une dame qui faisait un Alzheimer m’a appelée en me disant qu’elle faisait n’importe quoi : on s’en est occupé, j’ai convoqué son fils, elle est entrée dans une structure. On a la chance d’être une petite commune et de se connaître, je pense que je connais pratiquement toutes les personnes âgées, j’ai cette prétention entre guillemets » (Pinsaguel, entretien conseillère municipale, 2007).

« On a eu une mamie qui vient de perdre son mari, elle n’a que 300 euros de retraite, on lui fournit les repas gratuitement, le CCAS s’est réuni, on a foncé, le coordinateur gérontologique est passé. Ça y est, tous les papiers sont remplis, elle est restée chez elle parce qu’elle ne veut pas aller en maison de retraite. Bon les gens comme ça, je les regarde parce que je les connais quand même, je livre les médicaments aux personnes âgées. Quand il y a eu le problème de canicule, on a fait le recensement des personnes âgées, on passe à domicile, la police municipale passe, tout ça on le fait. On a une collègue élue municipale [auxiliaire de vie retraitée], quand on sait qu’il y a un décès, elle va rendre visite dans la semaine, voir comment ça se passe » (Bessières, Conseillère municipale, 2007).

58Il n’est pas certain que tous les élus aient une vision exacte de la situation sur leur territoire et ce, pour différentes raisons : manque de statistiques à jour, manque d’intérêt pour la question, non-perception du vieillissement… Les élus interrogés ont surtout une vision personnelle selon leur sensibilité qui conditionne les actions dans la commune.

59On peut ainsi distinguer les discours portés à Bessières, Pinsaguel et Ramonville : trois élues, d’une quarantaine d’années, soit des professionnelles du domaine médical, soit sensibilisées personnellement et localement à la question du handicap. Les discours des maires de Villeneuve-Tolosane et l’Union sont différents : dans la première, le maire âgé d’une soixantaine d’années prend personnellement conscience de la problématique de la vieillesse, conjointement à des sollicitations municipales diverses ; dans la seconde, le maire âgé de 78 ans encourage depuis déjà un certain nombre d’années les actions en faveur de l’accompagnement des personnes âgées qui représentent une part importante de la population communale.

60Enfin, une autre distinction doit être soulignée : c’est l’importance accordée par les acteurs communaux de Pinsaguel, Bessières et Villeneuve-Tolosane à la mise en réseau des personnels de santé : « Nous, une des premières choses qu’on a faite quand on a été élus, on a réuni l’ensemble des personnels de santé sur la commune pour essayer de repérer les problèmes » (Maire, Villeneuve-Tolosane, 2007).

Conclusion

61Les représentations de la vieillesse en France restent organisées autour de deux pôles : les seniors d’un côté et les personnes âgées dépendantes de l’autre (Caradec, 2008). Les recherches conduites dans le cadre de notre étude montrent que la catégorie des « personnes âgées » offre une plus grande diversité, bien identifiée par les élus communaux, bien que leurs discours mettent en évidence une prise de conscience très inégale de la période de la vieillesse et de ses conséquences en matière d’aménagement urbain.

62L’entrée en retraite est marquée chez nos enquêtés par une intense activité, à la fois pour se ménager une « transition » avec la période précédente, caractérisée par l’activité professionnelle, mais aussi pour lutter contre une certaine forme de dévalorisation sociale ; cette intense activité traduit la volonté de « rester jeunes » notamment chez les retraités issus de catégories sociales supérieures. D’une manière générale, la période du « vieillir » (avec ses différents stades) est une période bien vécue par nos enquêtés. L’âge apparaît d’ailleurs comme un facteur secondaire par rapport au maintien dans la maison ; l’état de santé, l’appartenance sociale ou le type d’habitat dans lequel on a vécu auparavant semblent jouer davantage. Si les modes de vie de ces périurbains retraités, jeunes ou plus âgés, constituent une expérience résidentielle positive, ils demeurent toutefois largement impensés dans leurs conséquences urbaines : qu’en sera-t-il par exemple des souhaits de logements des cohortes générationnelles du baby-boom qui commencent à prendre leur retraite ? Les communes périurbaines auront-elles les moyens de faire face à de nombreuses demandes de logements de taille plus restreinte alors qu’elles peinent déjà à répondre aux demandes actuelles de ménages qui décohabitent ?

Haut de page

Bibliographie

Bacconnier S., Bonnin S., Desbordes F., Observation des débats de la campagne électorale des municipales 2008 dans les territoires périurbains toulousains, rapport de fin d’étude, convention de recherche pour la DDEA 31, CIEU, 2008, 36 p.

Berger M., Rougé L., Thouzellier C. et al., « Vieillir en pavillon : mobilités et ancrages des personnes âgées dans les espaces périurbains d’aires métropolitaines (Paris, Marseille, Toulouse) », Espace populations sociétés (FRA), n° 2010-1, 2010, p. 53-67.

Berger M., Rougé L., Thouzellier C., (coord.) et al., « Vieillir en pavillon : mobilités et immobilités des personnes âgées dans l’espace périurbain », programme de recherche PUCA, Vieillissement de la population et habitat, rapport final, 2008, 195 p.

Caradec V., Le couple à l’heure de la retraite, Presses Universitaires de Rennes, Rennes, 1996, 293 p.

Caradec V., Vieillir après la retraite : approche sociologique du vieillissement, Presses Universitaires de France, Paris, 2004, 240 p.

Caradec V., Sociologie de la vieillesse et du vieillissement, Nathan, collection 128, Paris, 2008, 128 p.

Desprès C., Lord S., « The meaning of home for elderly suburbanites «, in Rowles G. D., Chaudhury H. (dir.). Home and Identity in Late Life : International Perspectives, Springer, New York, 2005, p. 317-340.

Drulhe M., Clément S., Mantovanı J., et al., « L’expérience du voisinage : propriétés générales et spécificités au cours de la vieillesse », Cahiers internationaux de sociologie, n° 123, 2007, p. 325-339.

Jaıllet M.-C., Rougé L., Thouzellier C., « Vivre en maison individuelle en lotissement », in Tapie G. (dir.), Maison individuelle. Architecture et urbanité, édition de l’aube, coll « Poussières », 2005, p. 11-23.

Lord S., Luxembourg N., « The mobility of elderly residents living in suburban and periurban territories : a comparison of residential aspirations and practises in Canada and France », Journal of Housing for the Elderly, 20 (4), 2009, p. 103-121.

Rouyer A. et Rumeau L., « Dispositifs gérontologiques locaux et territoires : un rapport en mutation », in Dodier, Rouyer A. et Séchet (coord.), Territoires en action et dans l’action, PUR, Rennes, 2007, p. 253-267.

Haut de page

Notes

1 Pour des raisons statistiques, la tranche d’âge retenue est celle des retraités de 55 ans ou plus et des inactifs de 60 ans ou plus.

2 Exploitation statistique du RGP 1999. Il est impossible de faire une comparaison avec le Recensement rénové de 2007. À titre indicatif, les ménages dont la personne de référence a 65 ans et plus représentent, dans l’aire urbaine toulousaine, 19,6 % des ménages. 31,5 % d’entre eux ont 80 ans ou plus, ils constituent 6,2 % des ménages de l’aire urbaine. Près des deux tiers des ménages (65,2 %) de 65 ans ou plus habitent une maison individuelle quel qu’en soit le statut d’occupation et 9 sur 10 d’entre eux (90,4 %) en sont propriétaires. Par rapport à l’ensemble des ménages de 65 ans et plus dans l’aire urbaine, 59 % d’entre eux habitent une maison individuelle dont ils sont propriétaires : c’est dire l’importance de la question du maintien ou non dans la maison au moment du vieillissement.

3 L’essentiel de notre matériau d’analyse est constitué de 30 entretiens semi-directifs ; 24 ont été réalisés auprès des habitants dans un panel de lotissements différenciés par l’âge de leurs occupants et par leur statut social. Six entretiens complémentaires ont été effectués auprès de responsables communaux et/ou associatifs. Nous avons rencontré des retraités « jeunes » et plus âgés puisque les résidents interrogés ont entre 55 et 98 ans au moment de l’entretien ; 18 entretiens concernent des ménages, 6 des personnes en situation de veuvage.

4 Recensement Général de Population 1999.

5 Recensement Rénové de Population 2007.

6 Centre Local d’Information et de Coordination.

7 Établissement d’Hébergement pour Personnes Agées Dépendantes.

8 Aide à Domicile en Milieu Rural.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Les communes retenues dans l’aire urbaine de Toulouse
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/812/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 552k
Titre Fig. 2 a – Pourcentage de ménages retraités dans l’aire urbaine toulousaine en 1982 et 1990
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/812/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 704k
Titre Fig. 2 b – Pourcentage de ménages retraités dans l’aire urbaine toulousaine en 1999 et 2006
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/812/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 695k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sandrine Bacconnier-Baylet et Christiane Thouzellier, « Vieillir en maison individuelle dans les espaces périurbains toulousains », Sud-Ouest européen, 31 | 2011, 29-41.

Référence électronique

Sandrine Bacconnier-Baylet et Christiane Thouzellier, « Vieillir en maison individuelle dans les espaces périurbains toulousains », Sud-Ouest européen [En ligne], 31 | 2011, mis en ligne le 29 avril 2015, consulté le 19 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/soe/812 ; DOI : 10.4000/soe.812

Haut de page

Auteurs

Sandrine Bacconnier-Baylet

Maître de Conférences en géographie, Université du Maine, Laboratoire ESO-GREGUM, Avenue O. Messiaen, 72085 Le Mans Cedex 9.

Articles du même auteur

Christiane Thouzellier

Ingénieur Cnrs, Université Toulouse Le Mirail, LISST-Cieu, 5 allées A. Machado, 31058 Toulouse Cedex 9.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Sud-Ouest européen – Revue géographique des Pyrénées et du Sud-Ouest est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaire du Midi
  • OpenEdition Journals