Navigation – Plan du site

Perceptions du climat et appréhensions des enjeux climatiques dans les quartiers pavillonnaires de la périphérie toulousaine

How people are aware of their climate and grasp the stakes of the climatic change in some detached houses outskirts of Toulouse
Percepciones del clima y aprehension de los desafios climaticos en los barrios de casas bajas de la periferia de Toulouse
Sinda Haouès-Jouve, Alice Rouyer et Sonia Saïdi
p. 55-66

Résumés

Le présent article reprend en partie les résultats d’une recherche du PIRVE impliquant chercheurs en géographie sociale, géographes de l’environnement et climatologues de l’urbain. Il s’agissait pour les auteures de comprendre comment les perceptions du climat interfèrent avec les pratiques des habitants de deux quartiers périurbains de Toulouse, à Blagnac et Saint-Orens, et comment elles sont influencées par des représentations, des perceptions et des savoirs socialement constitués. Elles montrent l’ambivalence du contexte périurbain aiguisant la météo-sensibilité de ses habitants, mais offrant des opportunités de régulation du confort climatique induisant une certaine indifférence aux aléas du temps.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Il s’agit de l’équipe GAME du Centre National de Recherche Météorologique.
  • 2 Les laboratoires sont : le LISST (géographie urbaine, sociologie, anthropologie sociale), GEODE (gé (...)
  • 3 Ces périmètres sont définis comme des cercles de 500 mètres de rayon centrés autour des stations Ca (...)

1En 2004-2005, une équipe de chercheurs de Météo-France a conduit une campagne de mesures baptisée Capitoul, visant à mieux connaître le climat urbain dans l’agglomération toulousaine. Le dispositif expérimental consistait en un réseau de 26 mini-stations météorologiques (fig. 1) enregistrant, toutes les 12 minutes, la température et l’humidité de l’air relative (Masson et al, 2008). Les données recueillies ont permis d’étayer l’existence d’hétérogénéités climatiques (notamment thermiques) à l’échelle du grand Toulouse, en premier lieu entre le cœur dense de l’agglomération et ses marges périurbaines, et en second lieu au sein même de ces espaces périurbains. Ce constat a été à l’origine d’une collaboration scientifique entre climatologues1 et spécialistes de l’urbain issus de plusieurs laboratoires toulousains2. Réalisée dans le cadre du Programme Interdisciplinaire de Recherche Ville et Environnement (PIRVE) du CNRS, cette recherche interdisciplinaire (2008-2010) visait à identifier et à analyser les interactions entre, d’un côté les variabilités climatiques mesurées, et de l’autre les configurations paysagères ainsi que les représentations et les pratiques liées à l’habiter dans le périurbain toulousain. Au plan méthodologique, cette recherche a mobilisé des analyses pluridisciplinaires conduites notamment à l’échelle de « zones-ateliers » communes, choisies parmi les périmètres concernés par les 26 stations de la campagne Capitoul3 (fig. 1).

Fig. 1 – Superposition des découpages des quartiers IRIS (en couleur) et des zones de 500 m autour des stations CAPITOUL.

Fig. 1 – Superposition des découpages des quartiers IRIS (en couleur) et des zones de 500 m autour des stations CAPITOUL.

Les étoiles rouges indiquent la localisation des deux zones pavillonnaires enquêtées

  • 4 Ce projet a donné lieu à la production en avril 2010 d’un rapport de recherche intitulé « Formes ur (...)

2L’article proposé reprend une partie des résultats de ce travail4, celle qui mobilise une démarche de géographie sociale pour interroger les liens entre les variabilités du climat et les modes d’habiter. Prenant acte de la complexité des interactions en jeu, l’équipe concernée a rapidement abandonné l’idée de dégager des rapports de causalité linéaire entre les deux termes. Dés lors, elle s’est attachée à comprendre les manières dont les perceptions du climat interfèrent avec les pratiques des habitants de ces quartiers à différentes échelles. Pour ce faire, l’équipe a conduit une enquête qui vise à recueillir ce que les personnes interrogées disent de leur expérience du climat, à prêter une attention particulière aux comportements visant à s’assurer un meilleur confort climatique et enfin à montrer en quoi cette appréhension peut être influencée par des représentations, des perceptions et des savoirs socialement constitués.

3Parmi la dizaine de « zones ateliers » situées en périphérie de l’agglomération, nous avons fait le choix de conduire nos enquêtes dans deux zones pavillonnaires situées, l’une à Saint-Orens (commune de l’ouest toulousain), et l’autre à Blagnac (commune du nord-est toulousain) (fig. 1). Ce choix résulte d’une caractérisation multidisciplinaire des zones croisant analyse climatique, description morphologique et profilage sociodémographique.

  • 5 Selon les données issues de la campagne Capitoul, l’écart maximal de température entre les deux zon (...)

4Au niveau morphologique et paysager, les zones retenues – bien que toutes deux pavillonnaires et situées à une dizaine de kilomètres du cœur de ville – présentent toutefois des différences, tant du point de vue de la configuration des sites (proximité de la Garonne à Blagnac), que des formes d’urbanisation (tissu pavillonnaire lâche et très homogène composé de lotissements postérieurs à 1980 à Saint-Orens ; habitat pavillonnaire plus ancien et plus dense avec de nombreux collectifs de taille limitée à Blagnac). Au plan sociodémographique, les statistiques IRIS recalées sur les périmètres retenus (cf. fig. 1) permettent d’esquisser des profils assez comparables : une population plutôt vieillissante avec une nette prédominance de classes moyennes. Néanmoins, là encore, deux différences méritent d’être soulignées : d’une part, une nette prédominance de propriétaires occupants à Saint-Orens par rapport à Blagnac où les statuts d’occupation apparaissent plus mixtes ; d’autre part – et ces caractéristiques sont partiellement liées – une mobilité résidentielle intercensitaire plus importante à Blagnac, en lien avec un processus de renouvellement urbain largement amorcé. Enfin, du point de vue climatique, les zones choisies – somme toute comparables des points de vue morphologique et social – présentent des profils nettement contrastés. En effet, l’exploitation des résultats de la campagne Capitoul met en évidence un phénomène d’îlot de chaleur urbain plus marqué à Blagnac qu’à Saint-Orens, la première zone apparaissant ainsi comme une périphérie relativement plus « chaude » que la seconde5.

5La caractérisation sociodémographique des zones ateliers (cf. fig. 1) étudiées permet de mieux contextualiser les enquêtes qualitatives que nous y avons menées : la moyenne d’âge des habitants, la composition des ménages, leurs revenus, leur sédentarité plus ou moins longue ou encore le statut d’occupation, sont des éléments qui influent chacun à leur manière sur leur perception du cadre de vie et de l’environnement. Ces enquêtes ont été conduites auprès d’une soixantaine de personnes (30 à Saint-Orens et 30 à Blagnac) sur la base d’entretiens semi-directifs. Nous en présenterons ici succinctement les résultats. Dans une première partie, nous nous intéresserons à la manière dont les habitants des deux quartiers pavillonnaires élaborent des représentations de leurs environnements et construisent leurs référentiels climatiques. Dans la seconde partie, nous focaliserons notre attention sur la manière dont ils appréhendent leur confort climatique et adaptent leurs pratiques dans ce sens. Enfin, conscients que les questions afférentes au climat sont fortement associées aux enjeux du changement climatique, nous avons fait le choix d’aborder la question avec nos interlocuteurs. Ce sera l’objet de la troisième et dernière partie.

I – De la perception des microclimats urbains à la construction des référentiels climatiques

6Les enquêtes menées visaient à mieux comprendre les modes de construction des référentiels climatiques en interrogeant les modalités avec lesquelles les habitants des lotissements périurbains apprécient et évaluent les qualités climatiques de leurs espaces de vie à différentes échelles.

1. Des corps sensibles

7La plupart des enquêtés se dit sensible, voire très sensible, au temps qu’il fait. Est soulignée d’abord une sensibilité à la température, en particulier à la chaleur, mais plus encore aux contrastes brutaux de température, que ce soit entre les saisons ou au cours d’une même journée. Ces fortes amplitudes, présentées comme des traits climatiques caractéristiques de la région toulousaine, paraissent davantage sources de désagrément que la chaleur ou le froid en eux-mêmes.

  • 6 À la différence de Blagnac où le vent semble moins présent, ou moins ressenti.
  • 7 Il est généralement opposé au vent d’ouest « qui amène la pluie ».

8La question de la sensibilité au temps qu’il fait convoque aussi de manière quasi systématique le vent, lequel apparaît comme un marqueur météorologique au moins aussi important que la température. C’est particulièrement le cas à Saint-Orens où la majorité des enquêtés désigne le vent comme un attribut du climat local, présenté le plus souvent comme désagréable, voire insupportable6. Le vent le plus décrié est le vent d’autan, celui qui souffle du sud/sud-est. Il est décrit comme un vent sec qui « assèche tout », voire qui « empêche la pluie », augmente la chaleur en été et fait qu’il n’y a « pas d’hiver et des étés très chauds »7. Plusieurs personnes le qualifient de « vent mauvais », responsable de divers troubles tels que migraines et sciatiques. Par ailleurs, de nombreux enquêtés font état d’une grande sensibilité à la lumière, ainsi qu’à l’humidité qui aggraverait la sensation de chaleur ou, à l’inverse, de froid.

9Les corps ne sont pas uniformément sensibles aux éléments climatiques et font preuve de capacités de thermorégulation différenciées. En disant qu’ils craignent particulièrement les chaleurs excessives, ou au contraire le froid, de nombreux enquêtés attribuent cette sensibilité particulière à leur âge ou à une tendance naturelle que l’âge viendrait accentuer. Certaines personnes âgées souffrant d’arthrose et de douleurs articulaires, affirment d’ailleurs éprouver le climat corporellement, de manière parfois prédictive. D’autres personnes signalent une différence de sensibilité entre elles et leurs conjoints, pas toujours pour dire que la femme est plus frileuse que l’homme. Enfin, quelques enquêtés déclarent chauffer leur logement au-delà de ce qui serait nécessaire pour leur propre confort, afin de répondre aux besoins de certains membres de leurs famille – souvent des personnes âgées ou des enfants en bas-âge – qu’ils estiment particulièrement vulnérables au froid.

  • 8 Selon Candas et Grivel, la neutralité thermique apparaît lorsque l’organisme humain peut maintenir (...)
  • 9 Il en va de même lorsqu’un autre enquêté caractérise le climat idéal par une prédominance du soleil (...)
  • 10 Ce rapport entre climat et ordre cosmique apparaît de manière encore plus explicite dans les discou (...)

10L’évocation des sensations associées aux composantes du climat (température, vent, lumière, humidité, etc.) convoque spontanément un discours sur le « temps idéal ». Décrit le plus souvent comme un temps sec, lumineux, aéré mais non venteux, avec des températures proches de 25° C, il évoque incontestablement une conception du confort climatique proche de celle généralement associée à la notion de « neutralité thermique »8 (Candas et Grivel, 1988). Mais au-delà de cette conception moyenne, l’idéal-type climatique auquel se réfèrent les enquêtés convoque aussi une interprétation plus transcendantale. Le bon climat serait ainsi celui qui permettrait de maintenir l’équilibre d’un ordre cosmique dont la pérennité serait menacée par la disparition du cycle régulier des saisons (Albert-Llorca, 1991). Ainsi, si un enquêté de Saint-Orens affirme que « pour tout toulousain, le soleil est primordial », c’est pour aussitôt ajouter : « mais il faut aussi que les saisons soient marquées, avec un hiver bien rigoureux par exemple »9. Ainsi, la question du « temps idéal » paraît traversée par une tension forte entre d’un côté le désir d’un confort physique associé à un climat régulé en permanence, et de l’autre le besoin – impérieux et rassurant – de se soumettre aux rythmes d’un climat plus conforme aux cycles de la nature10.

2. Des opportunités de mise à l’épreuve multiples dans le périurbain

11Si l’attention au temps qu’il fait est une expérience sensorielle, elle n’est pas pour autant réductible au biologique. Les caractéristiques climatiques sont saisies en situation et leur perception soumise à des « épreuves » de natures très diverses.

  • 11 Sans que cela soit spécifique au périurbain, certains enquêtés font état d’activités professionnell (...)

12En premier lieu, ces caractéristiques font l’objet d’une attention et d’apprentissages relatifs à des activités, quotidiennes ou intermittentes, lesquelles amènent à percevoir le temps qu’il fait comme un marqueur à la fois du temps (qui passe) et de l’espace. En effet, de nombreux enquêtés discriminent le temps à partir des changements qu’ils perçoivent dans les qualités météorologiques de leur environnement. De ce point de vue, l’habiter périurbain n’est pas neutre dans la mesure où il offre de multiples opportunités de mise à l’épreuve de cette perception. Ainsi, la proximité avec la nature dans ces lotissements périurbains autorise des expériences et fournit des indices qui permettraient d’identifier le début ou la fin d’une saison. De même, certains loisirs relativement communs en milieu périurbain, tels que le jardinage ou les promenades en forêt, sont des pratiques que l’on pourrait qualifier de « météo-sensibles »11 dans la mesure où elles appellent une vigilance au temps qu’il fait.

  • 12 Moins fréquemment, elles mettent en avant des différences climatiques sensibles entre le lieu de ré (...)
  • 13 Un habitant de Saint-Orens avance une différence de 2°C entre son quartier et Toulouse.
  • 14 Citons une enquêtée de Saint-Orens qui assure qu’il y a plus de brouillard dans le sud-est de Toulo (...)
  • 15 Il en est ainsi par exemple parce que les mobilités quotidiennes entre zones périurbaines sont beau (...)

13Au niveau spatial, les interviewés recourent fréquemment et spontanément aux comparaisons pour mettre en évidence les variabilités climatiques qu’ils décèlent dans leur environnement plus ou moins proche. Ils établissent un diagnostic climatique de « l’ici » où ils résident, en se référant à un « ailleurs », plus ou moins lointain, dont ils ont – ou ont eu – l’expérience12. Certaines échelles spatiales se prêtent mieux que d’autres à ce jeu de comparaison, en particulier celles mettant en jeu des pratiques quotidiennes ou du moins régulières. C’est le cas en premier chef des pratiques de mobilité entre la ville-centre et la périphérie. Deux types de différences climatiques sont alors remarquées : le fait, surtout récurrent dans les entretiens effectués à Saint-Orens, qu’il y a moins de vent en ville, le bâti faisant barrage ; et le fait qu’il y fasse plus chaud, la densité et la minéralité de la ville jouant cette fois un rôle négatif. Deux de nos interlocuteurs – qui se déplacent régulièrement en moto – ont particulièrement souligné cette différence ; l’un d’eux a même parlé à ce propos d’une « barrière thermique » entre Toulouse et sa commune de résidence, autrement dit une discontinuité que l’on est tenté de rapprocher de l’îlot de chaleur urbain13. En revanche, la perception d’écarts climatiques entre différentes zones du périurbain est très rarement mentionnée14, sans doute parce qu’elle peut difficilement être étayée par des épreuves ou des « situations » correspondantes15.

14Enfin, les mentions de variations climatiques à des échelles plus fines (rue, quartier) sont relativement fréquentes. Deux habitants de Saint-Orens (rues Fondargent et de l’Argentière) affirment ainsi que le quartier, situé « dans le creux », « dans le bas fond », est plus humide et plus froid que le quartier de la Mairie situé un peu plus haut. Ils mettent en relation cette caractéristique avec le nom de la rue « Fondargent » : « Très certainement, c’était humide et il y avait du blanc de gelée. Je crois ». Une habitante de Blagnac assure pour sa part qu’« il y a un courant d’air juste devant la maison ». Une autre signale l’écart de température qu’elle ressent entre le centre de Blagnac où elle habite et où « il y a beaucoup d’arbres », et les « zones nouvelles » de la commune où l’on « crève de chaud ». Cette sensibilité aux variations climatiques fines témoigne de l’importance des apprentissages liés aux pratiques de proximité et à l’ancrage plus ou moins ancien dans le lieu de vie. Elle confirme par ailleurs l’intérêt et la pertinence pour l’équipe de recherche de travailler à la caractérisation de la variabilité climatique à cette échelle.

15En second lieu, la plupart des personnes enquêtées ont recours à la médiation d’objets qui leur permettent d’apprécier les propriétés météorologiques « objectives » de leur environnement. Il s’agit, soit d’objets concrets – fréquents dans les lotissements périurbains – tels qu’un thermomètre, parfois même plusieurs placés en des lieux stratégiques (intérieur/jardin, au nord/au sud du jardin, etc.), un baromètre qui autorise de plus des prévisions à court terme, ou une girouette qui indique force et direction du vent ; soit d’objets immatériels tels que les prévisions météorologiques, qu’elles aient comme support la télévision, l’ordinateur ou le téléphone portable. Le recours aux objets concrets permet de réaliser ses propres expériences, de conforter/confronter sa perception du temps qu’il fait par/à des données plus « objectives » car mesurées, de construire des repères permettant la comparaison dans le temps et dans l’espace à différentes échelles. Il autorise aussi la confrontation aux « mesures » des autres – celles des voisins par exemple – mais surtout aux prévisions des services météorologiques que l’on peut ainsi mettre à l’épreuve.

  • 16 Cf. partie II.

16L’ensemble de ces objets, concrets et immatériels, permettent aussi la mise en commun localement (à l’échelle du couple, de la famille, du voisinage, etc.) de l’expérience du temps qu’il fait. Ce sont à ce titre des outils de diagnostic partagé et parfois même d’arbitrage. C’est ainsi que l’on peut interpréter par exemple les rôles conférés, d’une part au thermomètre pour l’évaluation du confort thermique domestique (« il fait bon puisque le thermomètre indique 20°C ») et la prise de décision concernant la régulation du chauffage16, et d’autre part aux prévisions météorologiques locales pour programmer une activité de loisir ou un déplacement, ou plus simplement pour choisir les vêtements que les enfants auront à porter le lendemain.

3. Le climat dans le périurbain : une expérience globale de l’environnement

  • 17 Le « là-bas » réfère à l’ancien lieu de résidence de cette habitante au centre-ville de Toulouse.
  • 18 Cf. les travaux sur les ambiances urbaines en bibliographie.

17De nombreux interviewés glissent spontanément au cours de l’entretien de la question du climat à celle de l’environnement en général. Ainsi, à la question : « Vous préférez le climat ici ou là-bas17 ? », une habitante de Saint-Orens répond : « Ici. Plus de soleil et plus d’espaces verts à côté ». Dans le même registre, un habitant de Blagnac déclare le climat chez lui « excellent » et précise : « Quand j’habitais derrière la gare (à Toulouse), c’était différent. Les émanations de fuel, tout ça ». Ce glissement résulte sans doute de l’idée – induite par le discours des médias sur le changement climatique – que ce changement est un effet de la pollution, laquelle est en général plus importante en ville que dans le périurbain. Mais plus fondamentalement, il résulte de ce qu’est communément l’expérience immédiate du climat : elle n’est pas une expérience de la température en tant que telle – isoler ce facteur suppose une opération d’abstraction – mais une expérience globale. Dans le périurbain plus spécifiquement, les qualités climatiques du cadre de vie ne sont pas perçues isolément ; elles sont mises en relation avec d’autres éléments valorisés de l’environnement – verdure, arbres, forêts, plans d’eau, faune, etc. – qui contribuent à créer, ensemble, une sensibilité plus globale à une ambiance18généralement appréciée.

II – Réguler son confort thermique

1. « S’habituer le corps »

18Face à la variation des conditions climatiques, qu’elles soient quotidiennes, saisonnières, relatives à des mobilités dans l’espace, ou encore supposées induites par des bouleversements climatiques de grande ampleur, l’adaptation du corps apparaît pour nos enquêtés comme la première réponse au confort thermique. Ce potentiel d’accoutumance est en premier lieu référé à une capacité physiologique, la thermorégulation. C’est sa bonne performance qui permet de ne pas souffrir du froid, de la chaleur, des écarts thermiques. Il est cependant admis que, chez certaines catégories de personnes perçues ou se désignant comme vulnérables, elle puisse être en défaut, en raison de la maladie ou de l’âge, parfois du sexe. Par ailleurs, les enquêtés affirment souvent que les besoins physiologiques d’adaptation varient en fonction des rythmes diurnes et nocturnes : ainsi le sommeil s’accommode-t-il du froid mais peu de la chaleur.

  • 19 Un enquêté à Saint-Orens : « Il faut supporter, aujourd’hui on supporte plus rien ».
  • 20 Un interviewé à Blagnac : « Je vois que les Anglais acceptent beaucoup leur météo alors que les Fra (...)

19L’adaptation du corps à la variation des situations climatiques est néanmoins aussi affaire de volonté. Elle est le signe d’un certain savoir être, d’un contrôle de soi, d’une capacité de résistance et d’effort : « On s’adapte, il faut se pousser ! », « Il faut s’habituer, le corps. » affirment les interviewés. Dés lors, « résister » ou non relève aussi d’un bon/mauvais comportement qui peut, au choix, être associé à une génération19, à un sexe ou à un groupe culturel20.

2. Bonnes conduites

20Le confort climatique repose encore sur l’adoption d’un ensemble de conduites appropriées. La plus importante est de contribuer à la thermorégulation au plus près du corps. Il s’agit de se rafraîchir, éventuellement de se baigner en été, mais avant tout de se vêtir de manière adéquate : « on a froid, on se couvre » déclare un habitant de Saint-Orens. Un autre aspect de ces conduites consiste à se mettre à l’abri du froid, de la chaleur, de la lumière ou du vent dans des lieux qui en soient préservés : « Quand il fait trop chaud, je vais à l’ombre » ; « quand le vent souffle comme aujourd’hui, je fais un puzzle » ; « L’hiver je ne sors pas. ». En cela, l’environnement périurbain apparaît comme particulièrement favorable, en ce qu’il signifie souvent l’existence d’un jardin arboré et d’espaces verts de proximité. En outre, la présence dans l’agglomération d’équipements ouverts au public, frais ou climatisés (piscines, cinémas, galeries commerciales, médiathèques etc.), est particulièrement souhaitée et appréciée en ce qu’elle permet durant les fortes chaleurs de profiter des aménités urbaines et de ne pas confiner son espace de vie au logement.

21Certains interlocuteurs modifient leur rythme de vie en fonction des saisons : faire la sieste en été afin d’éviter les chaleurs de la mi-journée, se lever plus tôt le matin, se confiner à l’intérieur (ou à l’ombre dans le jardin) durant la journée, ou encore profiter de la fraîcheur du soir. Il faut, nous dit enfin un interviewé, « adapter son activité au temps » et aux saisons.

  • 21 Un enquêté à Saint-Orens : « on ferme les volets, comme on fait dans la région ».
  • 22 Un interviewé de Saint-Orens : « 19 au pire 20, on ne monte jamais plus. Quand on s’en va, on baiss (...)

22Les « bonnes conduites » sont aussi ces savoir-faire locaux qui semblent se transmettre et circuler comme la rumeur et apparaissent dans l’ensemble des entretiens, quelle que soit l’origine géographique des interlocuteurs. Il s’agit, au plus fort des chaleurs estivales, de conserver la fraîcheur dans les maisons en ouvrant les fenêtres la nuit ou au petit matin pour « ventiler » et faire entrer la fraîcheur, puis de fermer fenêtres et volets durant la journée pour la conserver21. Ces pratiques dessinent les contours d’un comportement vertueux, visant à s’accommoder à l’environnement ambiant plutôt que de le modifier. Pour autant la régulation des conditions thermiques de l’habitat est omniprésente dans les entretiens. Elle se traduit par le fait de tempérer le logement. La médiation de dispositifs techniques de chauffage ou de climatisation apparaissent incontournables, mais rendent ces régulations coûteuses. Les « bonnes conduites » d’adaptation sont donc le plus souvent liées aux arbitrages budgétaires des ménages (« Le budget chauffage, on l’a senti passer »). Leur première « vertu » est l’économie. Dés lors, lorsqu’il s’agit, par exemple, de réguler la température du logement, les thermomètres et thermostats se font indicateurs des seuils de consommation perçus comme raisonnables ou comme abusifs22. L’évocation récurrente des « 19-20 » degrés dans la plupart des entretiens indique l’existence d’une norme tacite et partagée.

3. Adapter l’habitat

23Dans le contexte périurbain, les aménagements visant à réguler le confort thermique sont perçus comme les équipements de base de la maison individuelle. Ils relèvent des choix et de la responsabilité du propriétaire, dans un contexte où le statut de propriétaire-résident domine et où les locataires restent encore assez peu nombreux. L’entretien amène dès lors les interviewés à une évaluation réflexive de la performance thermique relative de ces dispositifs et à l’évaluation des arbitrages budgétaires qu’ils appellent ou ont appelés. Ces dispositifs se composent des équipements d’isolation, de chauffage et de climatisation.

  • 23 À la question : « Pour quelles raisons vous ne voulez pas de climatiseur ? », une enquêtée de Saint (...)

24Dans la plupart des entretiens avec les propriétaires-résidents des deux lotissements d’études de Blagnac et Saint-Orens, les dispositifs mis en œuvre au moment de la construction de la maison ou, le cas échéant, de l’installation dans les murs des ménages (souvent dans les années 1970 ou 1980), sont jugés de bonne qualité. Ils reposent, en général sur l’association d’une isolation en laine de verre ou laine de roche, de doubles vitrages, d’un chauffage central au gaz régulé par thermostat. La cheminée est souvent présente ; elle est associée à l’agrément, mais peu utilisée. Elle fait l’objet d’un jugement plutôt défavorable en raison de son faible rendement thermique. La climatisation est également jaugée de façon négative. La plupart du temps, sa présence dans la maison se justifie en lien avec l’épisode caniculaire de 2003 : en conséquence, il s’agit le plus souvent de garantir le confort des membres les plus vulnérables du ménage. Elle est souvent considérée, même à l’usage, par nos interlocuteurs, comme une dépense superflue, générant de plus un environnement malsain23. En revanche, dans ces espaces périurbains où la possession d’une ou plusieurs automobiles apparaît incontournable, la climatisation dans les véhicules semble s’imposer comme un standard d’équipement.

  • 24 Des interviewés à Saint-Orens : « Même le double vitrage ce n’est pas rentable (…) Je n’amortirai p (...)

25La question de la performance thermique de ces dispositifs domestiques a cependant été rendue plus vive par l’élévation des coûts de l’énergie. Elle amène nos interlocuteurs à s’interroger sur leur optimisation. Or, si certains équipements moins conventionnels apparaissent dans les maisons (inserts, pompes à chaleur, etc.), la plupart des interviewés sont peu experts en la matière et ont peu de prises sur le champ des possibles. Sans conteste, le coût du renouvellement des équipements constitue un véritable obstacle et décourage les initiatives. Qu’il s’agisse de renforcer une isolation conventionnelle, de s’interroger sur la faisabilité d’une isolation par l’extérieur ou d’un équipement en panneaux solaires, ces transformations nécessitent des investissements que les ménages ne sont pas toujours en mesure d’engager et dont ils évaluent difficilement les retombées économiques à courts et moyens termes. Tandis que les plus âgés de nos interviewés se sentent peu concernés par une telle révolution de leur domicile (« moi je ne crois pas à mon âge que je vais investir là-dedans » déclare une habitante à propos des panneaux solaires), les plus jeunes hésitent. Les trentenaires et quarantenaires qui sont engagés ou souhaitent s’engager dans un projet d’installation et d’accession, sont confrontés à des arbitrages24. Le coût, qui s’ajoute parfois au poids d’un investissement immobilier récent, peut les amener à prendre en considération leur stabilité dans les lieux : « on ne va pas rester toute notre vie dans la maison, donc cela ne sert à rien d’investir trop ». Les plus désireux d’adopter des formes de régulation de leur confort thermique plus économes et/ou plus conformes à leurs représentations d’une démarche écologique connaissent souvent les aides dont ils peuvent bénéficier. Un habitant de Saint-Orens affirme que ce sont « les banques » qui empêchent la concrétisation de leur projet en refusant les prêts nécessaires. À Blagnac, dans un quartier où la population se renouvelle peu à peu, ils sont quelques-uns à avoir engagé des rénovations en lien avec l’achat d’une maison ancienne. Cependant, les dispositifs choisis restent conventionnels. Les locataires, également plus nombreux à Blagnac, font souvent le constat de la mauvaise volonté de leurs propriétaires à entreprendre les travaux nécessaires à une amélioration du confort thermique de leurs logements.

26Formulée spontanément en termes d’équipements ad hoc, la question du confort climatique engage assez peu la prise en compte de la disposition et de l’insertion de la maison dans son environnement immédiat. Beaucoup de ménages constatent pourtant aisément la différenciation de « microclimats » domestiques en fonction de la disposition ou de l’étagement des pièces ; certains par exemple ont observé les changements générés par une véranda. Cette hétérogénéité des situations thermiques au sein de la maison est prise en compte dans des stratégies d’équipement différentielles (installation de la climatisation dans certaines pièces) et dans les pratiques quotidiennes (fréquentation différente des pièces). Néanmoins rares sont les interviewés à intégrer ces éléments dans une approche bioclimatique synthétique (disposition d’ensemble, exposition saisonnière, inertie des matériaux, etc.) susceptible de participer à part entière à une stratégie de régulation du confort climatique dans le cadre domestique.

27Améliorer la qualité thermique de la maison individuelle appelle des investissements importants, qui interviennent pour les ménages à des moments ciblés de leur cycle patrimonial, le plus souvent lors de l’accession. Le motif essentiel de changement des équipements domestiques est à terme de générer des économies et les ménages prennent alors souvent la peine de bien s’informer. Le coût d’investissement et l’amortissement aléatoire des équipements les plus écologiques et/ou performants restent néanmoins un frein au passage à l’acte. En outre, nos enquêtés périurbains se sentent moins acculés par l’urgence de modifier la qualité de leurs dispositifs de régulation thermique dans l’éventualité d’affronter une modification potentielle du climat. Il ressort en effet des entretiens qu’ils perçoivent leur environnement de vie comme particulièrement favorable au maintien de leur confort climatique. Ce sentiment de neutralité thermique vécue au quotidien émousse leur perception d’un véritable problème.

4. Agir sur le climat à l’échelle de la ville et du quartier

28La régulation du confort climatique est assignée par nos enquêtés, sinon à la sphère domestique, pour le moins aux espaces intérieurs, où elle est saisie principalement par l’évocation du confort thermique. Elle semble s’appréhender depuis le corps jusqu’aux bornes de l’espace domestique. Dans cet Umwelt immédiat, les transactions avec l’environnement s’articulent autour de coquilles emboitées et de structures cloisonnées et engagent des rapports d’intimité et de contrôle (Moles et Rohmer, 1972) Au-delà, dans cet Aussenwelt dont l’espace public, le lotissement, le quartier, la ville, sont des composantes, il semble incongru de changer « le temps ». Ces espaces ne relèvent pas des mêmes catégories de transactions. Aussi faut-il ici « faire avec le temps comme il est », ce temps dont l’appréhension sensible se fond dans une relation plus globale aux ambiances.

  • 25 Deux interviewés à Saint-Orens : « Je vois pas bien ce que peut faire une mairie » ; « Je ne vois p (...)

29L’idée d’une régulation « climatique » de ces espaces extérieurs par l’action publique tient dés lors de l’insolite25. Néanmoins, ces enquêtés périurbains relèvent aisément, nous l’avons vu, les écarts sensibles de microclimats et en donnent des éléments explicatifs. Ainsi, la ville-centre est-elle plus chaude que les espaces périurbains et la campagne, en hiver « parce que tout le monde chauffe », mais aussi en été, parce que le béton « relâche la chaleur accumulée dans la journée ». Le bitume et les chaussées ont des caractéristiques analogues. Plus généralement, la densification du bâti est tenue pour responsable de la hausse des températures et ce sont ces phénomènes cumulés qui génèreraient l’îlot de chaleur. À l’inverse, la végétalisation, et plus particulièrement la présence des arbres, apparaissent comme des vecteurs de fraîcheur. Les lacs, les mares, la proximité de la Garonne ou encore la topographie (encaissement) sont également désignés comme des éléments notables d’amélioration du confort climatique. Dans ce jeu de différenciation, l’environnement périurbain, moins densément bâti, plus marqué par la présence d’espaces verts et arborés, constitue une figure urbaine idéale de la régulation climatique. Cette évaluation positive est renforcée, à Blagnac et Saint-Orens, par la proximité effective de plans d’eau et/ou d’espaces boisés. Ces constats donnent en outre des arguments à certains de nos enquêtés de Saint-Orens pour s’opposer aux projets de densification du pavillonnaire portés par la municipalité.

30Lorsque les interviewés s’aventurent à proposer des équipements ou des aménagements susceptibles de contribuer à l’amélioration de leur confort climatique à l’extérieur de chez eux, ce sont les plantations d’arbres, les créations d’espaces verts ou de plans d’eau, l’aménagement de fontaines dans l’espace public ou d’abribus confinés et protégés qui sont le plus souvent évoqués.

31Que peuvent faire cependant les collectivités locales pour le climat local ? La question amène généralement beaucoup d’hésitations et au mieux, une évaluation éclectique de l’action communale en matière d’environnement (gestion des espaces verts, recyclage des déchets, etc.) et d’habitat écologique (densification, HQE, mise aux normes d’isolation thermique et acoustique du logement social, etc.). Elle traduit d’une part, une représentation peu différenciée des problèmes publics environnementaux mais indique, d’autre part, qu’entre la régulation domestique du confort thermique et la lutte globale contre l’effet de serre, « l’agir sur le temps » fait peu sens aux échelles intermédiaires.

III – L’ambivalence du périurbain face à l’enjeu du réchauffement climatique

32Dans le cadre de cette enquête, il nous aurait été difficile de ne pas aborder la très médiatisée question du réchauffement climatique. Nous avons ainsi intégré cette thématique afin de saisir la manière – spécifique ? – dont ce nouvel enjeu social émerge dans ces espaces périurbains.

1. L’espace du périurbain comme vecteur de météo-sensibilité

33La question du réchauffement climatique renvoie les enquêtés à un certain attachement au cycle des saisons. Constatant son dérèglement, la majorité d’entre eux exprime une inquiétude. Les saisons sont présentées comme de véritables marqueurs de la vie sociale. Dans le périurbain où les jardins abondent, ces temps sociaux sont associés à des activités spécifiques ainsi que l’explique une interviewée à Blagnac : « […] chaque saison, il y a des choses. Quand c’est l’hiver, on ramasse les feuilles, le printemps il faut tondre, et l’été on arrose et on tond… ». Les enquêtés sont préoccupés par la perte des repères temporels habituellement fournis par les variations climatiques, regrettant le manque de prise en compte des rythmes saisonniers dans les modes de vie contemporains : « On le voit dans le commerce, on nous demande des tulipes presque au mois de juillet et maintenant on peut avoir ce que l’on veut presque au long de toute l’année. Les gens ne suivent plus les saisons », affirme une fleuriste de Saint-Orens.

34Le temps qu’il fait renvoie implicitement à notre présence dans le monde et à nos expériences. Plus spécifiquement dans le périurbain, les aléas météorologiques et climatiques sont autant de données dont les individus se saisissent pour guider leur activité. Ainsi, les enquêtés insistent sur la spécificité des caractéristiques de leur habitat et de leur mode de vie. Ils présentent le périurbain comme un espace qui privilégie les transactions avec un environnement plus « vert » et qui permet une plus grande proximité avec la « nature » (jardin, espaces verts, forêts, rivières, etc.). Cette spécificité du périurbain favoriserait de ce fait une plus grande météo-sensibilité : « l’importance du temps a été différente en fonction des différents endroits où j’étais effectivement. Rue Bayard (centre-ville de Toulouse), on ne sait pas s’il pleut beaucoup ou pas beaucoup, on sait qu’il pleut, on sait qu’il fait froid. On a un visuel un peu lissé de la météo. À Sainte-Foy d’Aigrefeuille (périurbain toulousain), on était, j’étais, très sensible à la pluie puisqu’on a été inondé une fois… ».

35Le périurbain est généralement présenté comme un espace privilégié assurant un meilleur confort climatique que des espaces plus densément urbanisés. Cet argument contribue notamment à valoriser le caractère ascendant d’une trajectoire résidentielle centrifuge. Prenant appui sur cet argument, les enquêtés manifestent certaines inquiétudes quant au devenir de leur cadre de vie face, d’une part à l’extension spatiale de Toulouse, et d’autre part, à Saint-Orens, au projet de densification urbaine porté par la municipalité. Ce faisant, ils redoutent autant la perte d’un certain confort que le déclassement social.

2. Le périurbain comme vecteur d’engagement écologique : opportunités et contraintes

36Parmi les habitants du périurbain, nous retrouvons le même éventail de positions que dans l’ensemble de la population face au débat sur le réchauffement climatique. Quelles que soient leurs postures, les enquêtés ont tous accès à d’abondantes informations. Les documentaires abondent et les rencontres internationales spécialisées marquent régulièrement l’actualité. Si de manière générale, les discours scientifique et politique sur le changement climatique sont bien intégrés, en revanche, la plupart des enquêtés a du mal à appréhender « le climat » comme une entité systémique globale. En effet, contrairement aux scientifiques, ces derniers ne disposent pas des modèles intégrateurs, des batteries de mesures, ni des mêmes possibilités d’abstraction. Ainsi, le climat apparaît comme un sujet de préoccupation parmi d’autres « cibles » d’intérêt environnemental telles que l’eau, l’air, les déchets ou l’énergie. D’ailleurs, les enquêtés glissent spontanément de notre question initiale sur le réchauffement climatique à des préoccupations écologiques plus générales. Dans les discours, l’enjeu climatique n’est pas isolé d’une inquiétude plus diffuse quant au devenir de l’environnement et de la planète, surtout lorsque derrière les signes néfastes identifiés d’un changement global se profile une responsabilité prométhéenne.

37Face à la prise de conscience de l’urgence de la situation, ce qui s’exprime le plus souvent est le désir d’adopter des pratiques plus respectueuses de l’environnement et de préserver la « nature ». Les habitants du périurbain se montrent soucieux d’adopter les bons gestes (tri sélectif, compostage, recyclage de l’eau de pluie, etc.) et multiplient les initiatives personnelles et les bricolages facilités en particulier par la disponibilité de l’espace. C’est le cas par exemple d’un enquêté de Saint-Orens qui explique : « Voilà, à titre perso, j’ai fait un petit bricolage, j’en suis très fier, une alimentation de chasse d’eau à recyclage automatique d’eau de pluie, qui fonctionne, ça fait 30 à 40 m3 d’eau potable qui ne vont plus directement dans les tuyaux... ». De ce point de vue, les enquêtés valorisent leur habiter périurbain comme offrant de larges opportunités d’engagement dans ces champs environnementaux que l’on pourrait qualifier de classiques (déchets, eau, etc.). En revanche, s’ils admettent aisément la lutte contre le réchauffement climatique comme un nouvel enjeu environnemental, ils éprouvent des difficultés à isoler des « cibles » et à identifier de « bons » gestes leur permettant d’investir ce nouveau champ d’engagement.

  • 26 Villefranche de Lauragais, Bram et Alzonne sont des communes périurbaines situées entre 30 et 50 km (...)

38Par ailleurs, de nombreuses contraintes pèsent sur la mise en œuvre de bonnes pratiques en faveur du climat, particulièrement dans le champ de la mobilité qui apparaît comme une dimension incontournable du mode de vie périurbain, ainsi que l’analyse cet enquêté : « […] j’habite à Ramonville (banlieue sud de Toulouse), au bord du canal du midi, et je ne fais que du vélo et du métro. Je laisse ma voiture au garage, je ne la sors vraiment que pour changer ma chaudière ou pour partir en vacances. Super ! Bon, maintenant, la même personne, elle déménage à Villefranche de Lauragais, où je ne sais pas moi, Bram, Alzonne26, machin…, c’est 10 km pour le collège, 8 pour le lycée, les courses etc. Bon, il n’y a plus de métro, il ne reste que le vélo. Est-ce que cette charmante personne va faire 60 Km tous les jours pour ses courses, en tandem évidemment avec les enfants ? ». Cette tension entre volonté de bien faire (adopter des pratiques d’éco-mobilité) et sentiment de totale dépendance à l’égard de l’automobile génère souvent un malaise chez nos enquêtés. La réaction commune est alors l’expression d’un sentiment d’injustice et le rejet du discours dominant sur l’habiter périurbain, discours perçu comme stigmatisant.

39Ainsi, le périurbain apparaît comme un espace paradoxal générant des pratiques et des discours ambivalents à propos du changement climatique. Pris dans le jeu de contraintes et d’opportunités propre à leur habiter, les périurbains semblent plongés dans d’insolubles contradictions qui les entraînent à réfléchir sur les limites de leur propre responsabilité et de leur champ d’action.

3. L’engagement dans la lutte contre le changement climatique : les échelles de responsabilité et d’action

40Face au poids des discours médiatiques mettant à l’index pratiques et modes de vie, les habitants du périurbain s’interrogent volontiers sur leurs choix de vie. Beaucoup d’enquêtés profitent de l’entretien – qui crée une situation propice à la réflexivité – pour se livrer à l’évaluation de leurs pratiques. C’est le cas par exemple de ce propriétaire d’un véhicule tout terrain qui explique : « Mon 4x4 […] il est écrit véhicule polluant ; c’est ridicule, tous les véhicules sont polluants. Moi je fais 15 000 Km par an et je consomme 10 litres d’essence, de gasoil… et il y a des gens qui font 20 000 Km qui consomment 5 litres et ils consomment comme moi, donc à la fin, la planète ils l’ont polluée de la même façon que moi. Pourquoi je paierais 1 600 euros de taxe supplémentaire parce que j’ai un véhicule polluant, c’est… Je préfèrerais payer plus cher à la pompe, ça serait plus juste. ». L’appréciation des « bonnes » et des « mauvaises » pratiques dans le cadre de la lutte contre le réchauffement climatique soulève rapidement l’inquiétude des enquêtés, soucieux d’éviter certaines injustices. Si les enquêtés reconnaissent dans l’ensemble la nécessité d’adopter des modes de vie plus vertueux, ils refusent en revanche de supporter seuls le coût de l’indispensable changement et envisagent d’autres niveaux de responsabilité qu’impliquerait un tel enjeu.

41Partagés entre sentiments d’injustice et d’impuissance, les habitants du périurbain s’interrogent sur les différentes échelles de responsabilité impliquées dans le phénomène du changement climatique. S’ils sont prompts à reconnaître leurs devoirs de citoyens face à cet enjeu, la majorité des enquêtés réclame une distribution plus équitable des charges entre les différentes composantes de la société, ainsi que l’explique cet enquêté de Blagnac : « Mais c’est vrai que sur le plan pratique, à notre échelle, on fait quand même attention à ce qu’il ne faut pas faire. Mais de toute façon, la menace, c’est les gros groupes industriels qui polluent. Le réchauffement climatique, c’est là qu’il faudrait agir, c’est là, mettre en œuvre la convention de Kyoto. Il faudrait l’imposer aux grands groupes industriels qui polluent, le monoxyde de carbone, etc. Mais nous à notre échelle, c’est vrai on est sensible ». À la responsabilité des citoyens devrait ainsi faire écho celle des groupes industriels largement incriminés par les enquêtés qui souhaitent les voir s’engager davantage dans la lutte contre le changement climatique. Cette épineuse question du partage des responsabilités est ainsi l’occasion pour les enquêtés de prolonger leur réflexion sur l’obligation d’engagement des uns et des autres, et surtout sur les champs d’actions possibles à chaque niveau.

42S’ils souhaitent s’impliquer pour le climat à leur échelle, beaucoup d’enquêtés appellent cependant l’encadrement des actions individuelles par les pouvoirs publics. Prenant appui sur l’exemple du tri sélectif, les enquêtés expliquent l’adhésion massive des usagers au dispositif par le fait que celui-ci est fortement pris en charge par les municipalités. En s’impliquant à toutes les étapes du processus de recyclage, ces dernières facilitent selon eux les actions qui restent à la charge des usagers. De plus, les enquêtés n’attendent de régulation que par les acteurs publics, les seuls habilités à leurs yeux à prodiguer des informations et des conseils fiables pour leur permettre d’effectuer des choix éclairés. Ils se montrent généralement circonspects à l’égard d’initiatives portées par d’autres catégories d’acteurs, que ce soient des privés ou mêmes des associatifs, auxquels ils contestent le rôle d’intermédiation. Une interviewée de Blagnac affirme à cet égard : « […] tu n’as pas de conseillers indépendants d’entreprises […]. On avait trouvé nous une association sur Toulouse qui te présentait les différents systèmes (d’économie d’énergie) et puis voyait avec vous si c’est adapté avec votre habitat etc. Donc si tu veux c’est constructif ça. C’est une association hors public tu vois. Moi j’ai regretté que ce ne soit pas EDF-GDF qui le fasse. Ils te larguent la liste des artisans et c’est tout, donc ça c’est embêtant. ». L’État, et plus largement les entreprises de services publics, demeurent dans l’esprit de la majorité des enquêtés, comme les seuls acteurs dignes de confiance pour assurer cette mission de régulation.

Conclusion

43Les habitants du périurbain sont « météo-sensibles ». Leurs pratiques quotidiennes, de mobilité ou de loisirs notamment, favorisent leurs interactions avec un environnement qui porte l’empreinte des variations climatiques journalières et saisonnières. Ainsi ont-ils l’opportunité de mettre à l’épreuve le temps et ses changements. Ils identifient des différences climatiques assez fines au sein de leurs espaces de vie : courants d’air, humidité relative, écarts thermiques sont ainsi repérés à l’échelle du quartier, de la rue, voire de la parcelle. Si la différence de climat entre ville-centre et zones périurbaines est couramment soulignée, l’hétérogénéité climatique au sein du périurbain n’est cependant guère mise à l’épreuve. Cette météo-sensibilité se nourrit de l’expérience du corps, mais aussi de la médiation d’instruments de mesure météorologique, lesquels favorisent le passage d’une expérience individuelle à une expérience collective. Le rapport à la mesure est du reste ambivalent : si celle-ci permet de construire des arbitrages communs en matière de confort thermique (exemple du consensus qui établit la « bonne » température domestique aux environs de 20° C) et d’organiser l’activité dans le monde social, elle fait l’objet d’une confrontation – parfois suspicieuse – avec l’expérience vécue. Enfin, cette météo-sensibilité se fond dans un rapport sensible plus vaste à l’environnement et à la nature ; et dans cette vigilance ambiante, ce qui du reste relève strictement des variations du temps peine à s’individualiser.

44Le climat fait néanmoins figure d’impondérable. Expression d’un ordre cosmique qui échapperait aux prises humaines, il faut s’y adapter. La confiance de nos interlocuteurs dans cette capacité d’accommodement avec le temps est d’autant plus forte qu’ils perçoivent leur environnement périurbain comme particulièrement favorable à leur confort climatique et aux pratiques quotidiennes de régulation. La valorisation des atouts climatiques de l’habiter périurbain (bénéfice du jardin, faible densité du bâti, proximité de la nature, etc.), surtout en comparaison avec l’habiter de la ville-centre, explique la relative indifférence des habitants à la question de la performance thermique et écologique de leurs logements et équipements domestiques (isolation, chauffage, etc.). Au final, la performance de ces derniers est perçue comme satisfaisante, surtout au regard de l’impression de neutralité climatique renvoyée par l’environnement pavillonnaire plus large. L’amélioration de cette performance a du reste un coût que le ménage met en balance avec de nombreux facteurs tels que l’âge, la réduction espérée de la facture énergétique ou les projets d’installation dans la durée. Au final, le confort climatique qu’offre le périurbain – qu’il soit sensible ou qu’il relève de la perception – participe à la valorisation sociale de ce modèle d’habiter ; il devient même un argument dont se saisissent certains enquêtés pour souligner le caractère ascendant de leur trajectoire résidentielle. Dés lors, le discours de dévalorisation des qualités climatiques de la ville-centre, qu’il faut traduire par de la ville dense, contribue à la légitimation des postures NYMBY à l’encontre des politiques municipales de densification (Saint-Orens).

45Ainsi l’environnement périurbain, s’il aiguise la météo-sensibilité, favorise aussi une relative indifférence aux caprices du climat local. Ceci n’entraîne pas cependant, plus qu’ailleurs, un déni des enjeux environnementaux associés au changement climatique. Conscients d’être mis sur la sellette en raison d’un discours favorable à des modèles de ville dense, conscients de générer des mobilités dont ils se disent néanmoins captifs, les habitants esquissent, par l’énumération de leurs pratiques vertueuses à l’encontre de l’environnement, un autre portrait, plus flatteur, de leur cadre de vie, et renvoient en partie la responsabilité des dérèglements climatiques et environnementaux à la responsabilité d’autres grands pollueurs (l’industrie) et à l’incurie des pouvoirs publics.

Haut de page

Bibliographie

Acot P., Histoire du climat, Éditions Perrin, Coll. Tempus, Paris, 2009, 428 p.

ADEME, « Le réchauffement climatique : une prise de conscience grandissante du grand public », La lettre ADEME et vous : Stratégie et études, n° 9, 7 février 2008, 6 p.

Albert-Llorca M., L’ordre des choses. Les récits d’origine des animaux et des plantes en Europe, CTHS, Paris, 1991, 314 p.

Amphoux P., Thibaud J.-P., Chelkoff G. (dir.), Ambiances en débat, À la croisée, Bernin (38), 2004, 309 p.

Augoyard J-F., « Du confort à la notion d’ambiance », in Habitat, confort et énergie, Actes de la 13e Journée du Cuepe Colloque du cycle de formation du Cuepe 2002-2003, Université de Genève, Centre d’étude des problèmes de l’énergie, 2003, p. 33-42.

Candas V., « L’homme dans son environnement climatique : facteurs d’influence, thermorégulation, sensibilité et confort thermiques », Actes de la 13e Journée du Cuepe Colloque du cycle de formation du Cuepe 2002-2003, Université de Genève, Centre d’étude des problèmes de l’énergie, 2003, p. 3-28.

Collectif, Formes urbaines, modes d’habiter et climat urbain : projet interdisciplinaire de recherche exploratoire, Rapport de recherche, Programme interdisciplinaire Ville et Environnement, CNRS-MEEDDM, avril 2010, 24 p.

Collectif, « Les signes de la diversité toulousaine », Perspectives ville, INSEE-AUAT, n° 115, novembre 2008, 6 p.

De La Soudière M., Au bonheur des saisons. Voyage au pays de la météo, Grasset, Paris, 1999, 379 p.

Galeou M., Grivel F. Candas V., Le confort thermique : aspects physiologiques et psychosensoriels. Étude bibliographique, CNRS, Strasbourg, 1989, 113 p.

Goloubinoff M., Katz E., Lammel A. (éd.), Entre ciel et terre. Climat et société, IBIS press et IRD, Paris, 2002, 509 p.

Grivel F., Candas V., « Aspects physiologiques et psychologiques du confort thermique dans les bâtiments », Chauffage, ventilation, conditionnement, vol. 65, n° 1-2, 1989, p. 13-18.

Masson V., Gomes L., Pigeon G., et al., « The canopy and aerosol particles interactions in Toulouse urban layer (CAPITOUL) experiment », Meteorology and Atmospheric Physics, vol. 102, n° 3-4, 2008, p. 135-157.

Moles A., Rohmer E., Psychologie de l’espace, Casterman, Paris, 1972, 162 p.

Moser G., Weiss K., Espaces de vie. Aspects de la relation homme-environnement, Armand Colin, Paris, 2003, 396 p.

Peretti-Watel P., Hammer B., « Les représentations profanes de l’effet de serre », Natures Sciences Sociétés, Vol 14, n° 4, Oct-Déc. 2006, p. 353-364.

Tabeaud M., « Concordance des temps », EspacesTemps.net, Actuel, 18.02.2008.

Tabeaud M. (dir.), Le changement en environnement. Les faits, les représentations, les enjeux, Publications de la Sorbonne, 2009, 148 p.

Thibaud J.-P., « L’horizon des ambiances urbaines », Communications, Manières d’habiter, 73, 2002, p. 185-201.

Haut de page

Notes

1 Il s’agit de l’équipe GAME du Centre National de Recherche Météorologique.

2 Les laboratoires sont : le LISST (géographie urbaine, sociologie, anthropologie sociale), GEODE (géographie de l’environnement) et l’ENSA (architecture et génie urbain).

3 Ces périmètres sont définis comme des cercles de 500 mètres de rayon centrés autour des stations Capitoul, à l’intérieur desquels les mesures de chaque station sont considérées comme homogènes.

4 Ce projet a donné lieu à la production en avril 2010 d’un rapport de recherche intitulé « Formes urbaines, modes d’habiter et climat urbain. Projet interdisciplinaire de recherche exploratoire ». Le présent article a tout particulièrement bénéficié de la collaboration de Marlène Albert-Llorca (LISST-Centre d’Anthropologie Sociale).

5 Selon les données issues de la campagne Capitoul, l’écart maximal de température entre les deux zones est d’environ 2° C et se manifeste en fin de nuit en été.

6 À la différence de Blagnac où le vent semble moins présent, ou moins ressenti.

7 Il est généralement opposé au vent d’ouest « qui amène la pluie ».

8 Selon Candas et Grivel, la neutralité thermique apparaît lorsque l’organisme humain peut maintenir constante sa température corporelle (homéothermie), sans mettre en jeu d’une manière perceptible, donc désagréable, ses mécanismes instinctifs thermorégulateurs de lutte contre le chaud ou le froid.

9 Il en va de même lorsqu’un autre enquêté caractérise le climat idéal par une prédominance du soleil durant la journée et de la pluie pendant la nuit : « comme ça, l’équilibre est respecté ».

10 Ce rapport entre climat et ordre cosmique apparaît de manière encore plus explicite dans les discours à propos du changement climatique (cf. le point III)

11 Sans que cela soit spécifique au périurbain, certains enquêtés font état d’activités professionnelles qui les prédisposent à prêter une attention particulière au temps qu’il fait : routier, plâtrier, maçon, etc.

12 Moins fréquemment, elles mettent en avant des différences climatiques sensibles entre le lieu de résidence actuel (ou principal) et d’autres lieux (en France, métropole ou outre-mer, ou dans des pays étrangers) où l’on a vécu précédemment, où l’on va pour les vacances, voire où réside un des membres de la famille.

13 Un habitant de Saint-Orens avance une différence de 2°C entre son quartier et Toulouse.

14 Citons une enquêtée de Saint-Orens qui assure qu’il y a plus de brouillard dans le sud-est de Toulouse, du fait de la présence de l’Hers (cours d’eau).

15 Il en est ainsi par exemple parce que les mobilités quotidiennes entre zones périurbaines sont beaucoup moins fréquentes que celles entre le centre et le périurbain.

16 Cf. partie II.

17 Le « là-bas » réfère à l’ancien lieu de résidence de cette habitante au centre-ville de Toulouse.

18 Cf. les travaux sur les ambiances urbaines en bibliographie.

19 Un enquêté à Saint-Orens : « Il faut supporter, aujourd’hui on supporte plus rien ».

20 Un interviewé à Blagnac : « Je vois que les Anglais acceptent beaucoup leur météo alors que les Français ne l’acceptent pas, Parce que les Anglais, je vois on y a passé deux mois, dés qu’il y a un rayon de soleil, les gens se mettent sur les pelouses et c’est vrai qu’il pleut beaucoup, il fait beaucoup de vent. On était au-dessus d’Édimbourg, ils ne se plaignent pas trop, ils résistent bien au froid. Aussitôt qu’il fait un peu de temps correct, ils enlèvent tout, ils se mettent en tee-shirt. Je ne sais pas si vous avez déjà vu. ».

21 Un enquêté à Saint-Orens : « on ferme les volets, comme on fait dans la région ».

22 Un interviewé de Saint-Orens : « 19 au pire 20, on ne monte jamais plus. Quand on s’en va, on baisse. Je fais attention sur tout […] ».

23 À la question : « Pour quelles raisons vous ne voulez pas de climatiseur ? », une enquêtée de Saint-Orens répond : « Je l’ai au bureau. Ça m’enrhume. C’est pas très sain. ».

24 Des interviewés à Saint-Orens : « Même le double vitrage ce n’est pas rentable (…) Je n’amortirai pas la dépense » ; « Il y a certainement mieux, mais maintenant, il faudrait des travaux lourds pour pouvoir isoler aux normes d’aujourd’hui ».

25 Deux interviewés à Saint-Orens : « Je vois pas bien ce que peut faire une mairie » ; « Je ne vois pas comment elle [la mairie] pourrait le prendre [le climat] en considération ».

26 Villefranche de Lauragais, Bram et Alzonne sont des communes périurbaines situées entre 30 et 50 km au sud-est de Toulouse.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Superposition des découpages des quartiers IRIS (en couleur) et des zones de 500 m autour des stations CAPITOUL.
Légende Les étoiles rouges indiquent la localisation des deux zones pavillonnaires enquêtées
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/842/img-1.png
Fichier image/png, 178k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sinda Haouès-Jouve, Alice Rouyer et Sonia Saïdi, « Perceptions du climat et appréhensions des enjeux climatiques dans les quartiers pavillonnaires de la périphérie toulousaine », Sud-Ouest européen, 31 | 2011, 55-66.

Référence électronique

Sinda Haouès-Jouve, Alice Rouyer et Sonia Saïdi, « Perceptions du climat et appréhensions des enjeux climatiques dans les quartiers pavillonnaires de la périphérie toulousaine », Sud-Ouest européen [En ligne], 31 | 2011, mis en ligne le 29 avril 2015, consulté le 21 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/soe/842 ; DOI : 10.4000/soe.842

Haut de page

Auteurs

Sinda Haouès-Jouve

Maître de conférences, LISST-Cieu, Université Toulouse Le Mirail, 5 allées A. Machado, 31058 Toulouse Cedex 9.

Alice Rouyer

Maître de conférences, LISST-Cieu, Université Toulouse Le Mirail, 5 allées A. Machado, 31058 Toulouse Cedex 9.

Sonia Saïdi

Doctorante, LISST-Cers, Université Toulouse Le Mirail, 5 allées A. Machado, 31058 Toulouse Cedex 9.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Sud-Ouest européen – Revue géographique des Pyrénées et du Sud-Ouest est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaire du Midi
  • OpenEdition Journals