Navigation – Plan du site

AccueilNuméros31L’agriculture de l’aire urbaine d...

L’agriculture de l’aire urbaine de Toulouse. Enseignements de la presse locale

Agriculture in urban Toulouse : what the local press says
La agricultura del area urbana de Toulouse. Enseñanza de la prensa local
Isabelle Duvernoy et Sandrine Bacconnier-Baylet
p. 67-77

Résumés

Les représentations de l’activité agricole et de son rôle dans l’aire urbaine de Toulouse sont différenciées. Pour explorer les caractéristiques de cette différenciation, nous avons procédé à une revue de la presse paraissant dans l’aire urbaine de Toulouse. Le corpus que nous avons constitué comprend 217 articles publiés majoritairement en 2006 et 2007 dans neuf périodiques. La répartition de cette diversité de présentations de l’agriculture montre une attention aux services de proximité que peut rendre l’agriculture dans la presse généraliste et des intercommunalités qui n’est pas relayée par la presse professionnelle. Deux représentations de l’agriculture en termes de productions et d’activités et de lien au territoire urbain coexisteraient donc dans l’aire urbaine de Toulouse.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1La périurbanisation est un phénomène difficile à qualifier, qui peut recouvrir plusieurs dynamiques (Roux et Vanier, 2008). Dans tous les cas, il s’agit d’un changement d’échelle de ce qui est considéré comme « la ville » ou « l’urbain », qui se traduit par une interpénétration d’espaces non bâtis, productifs ou non, et d’espaces bâtis. Ce changement d’échelle est perceptible dans les définitions et les prises en compte officielles du fait urbain tant dans la construction de nouvelles intercommunalités que dans l’élargissement des documents d’aménagement (Scot). « L’inversion du regard » qui est désormais prônée dans la planification urbaine encourage celle-ci à considérer prioritairement les espaces non bâtis. Au sein des réflexions sur la forme de la ville, sur ses dynamiques et sur la place de la nature en ville, la production agricole et ses espaces sont reliés d’une manière neuve à l’habiter par la promotion d’une consommation de productions de proximité, par une valorisation des paysages reliés à des services écologiques et une histoire des lieux, par la construction d’identités territoriales (Terres en Villes, 2009). C’est ce lien entre production de la ville et production agricole que nous souhaitons éclairer dans cet article.

2Des travaux récents ont montré que le lien que les agriculteurs construisent avec la ville, les institutions, les résidents, l’environnement urbain diffère d’un agriculteur à l’autre (Bernard et al., 2006). On constate également des différences dans l’appréhension de la production agricole par les institutions urbaines. En Belgique, Vandermeulen et al. (2006) ont montré l’effet de soutiens financiers locaux sur le maintien d’agriculteurs près des villes.

3De tels soutiens sont encore peu perceptibles de façon organisée dans l’ensemble de l’aire urbaine de Toulouse, même si des partenariats entre organismes agricoles et intercommunalités apparaissent sur des projets ponctuels (Bacconnier-Baylet, 2006). On constate néanmoins un consensus qui s’affirme dans l’aire urbaine entre les différents types d’institutions pour une croissance urbaine plus économe en termes de consommation d’espace, objectif qui n’est pas nouveau mais qui s’est avéré difficile à atteindre jusqu’à présent, même si la proportion de surfaces agricoles sur l’ensemble de l’aire urbaine est encore significative (fig. 1). La surface agricole est d’ailleurs beaucoup plus stable que le nombre d’exploitations agricoles dans la période récente à l’échelle régionale, puisqu’elle n’a diminué que de 2 % de 2000 à 2008, pour une diminution du nombre d’exploitations agricoles supérieure à 20 % pour la même période (DRAF, 2009). Cet accord sur la préservation de terres agricoles dans l’aire urbaine de Toulouse laisse ouverte la question de l’utilisation de ces terres et du type d’agriculture qui s’y maintiendra. Si les intercommunalités de gestion ou de projet réfléchissent à une agriculture dite « de proximité », c’est-à-dire pouvant fournir des services directs aux résidents urbains, sous forme d’accueil, de commercialisation de produits frais, ce type d’activité est encore peu présent dans l’aire urbaine, où prédomine une production en grandes cultures (céréales ou oléagineux comme le tournesol) intégrée dans des filières de production supra-régionales.

Fig. 1 – Part de surface agricole utilisée dans la surface communale dans l’aire urbaine de Toulouse suivant le recensement de l’agriculture de 2000

Fig. 1 – Part de surface agricole utilisée dans la surface communale dans l’aire urbaine de Toulouse suivant le recensement de l’agriculture de 2000

4En tentant d’appréhender les éventuelles différences dans les représentations de l’agriculture et du rôle que pourrait jouer l’activité agricole dans la ville, nous suivons plusieurs auteurs, tels Dumas et Séguier (2004), ou Manzanal et al. (2006), qui estiment que pour que des partenariats inter-institutionnels perdurent et produisent une action de développement pérenne, ils doivent reposer sur une vision partagée des objectifs à atteindre. Nous faisons l’hypothèse que ce n’est pas encore le cas dans l’aire urbaine de Toulouse, en raison de représentations différentes de l’agriculture dans la ville.

5Pour explorer cette hypothèse, nous avons procédé à un dépouillement de la presse « locale », définie ici comme celle qui paraît dans l’aire urbaine de Toulouse, pour consulter les articles qui rendent compte de l’activité et de l’espace agricole de l’aire urbaine. Nous avons estimé que la presse locale, dans ses différentes publications analysées, présente différents types d’intérêts. D’une part des informations sur les événements agricoles de l’aire urbaine, dans leur diversité, c’est-à-dire pas uniquement pris en compte dans leur aspect productif ou économique. D’autre part, la presse institutionnelle (professionnelle, des collectivités locales) offre le point de vue de la communication institutionnelle sur cette agriculture, tandis que la presse généraliste, grand public, rend compte d’enjeux plus généraux. Bien entendu, une telle revue de presse ne se substitue pas à des études plus précises sur les enjeux des acteurs, des collectifs, qui ressortent de méthodologies et de données plus classiques en sciences sociales (enquêtes, analyse de documents, observations), études que nous menons par ailleurs. Néanmoins, elle offre à peu de frais un panorama de l’actualité agricole sur l’aire urbaine et de la façon dont il est rendu compte de cette activité et de ses différentes articulations aux territoires et aux constructions territoriales.

6Le corpus que nous avons pu constituer (cf partie I) nous permet d’examiner la diversité des façons dont il est rendu compte de l’activité agricole, et de ses liens avec le développement urbain (partie II). La répartition de cette diversité de présentations de l’agriculture est analysée et discutée en dernière partie de cet article (partie III).

I – Recueil des matériaux

1. Présentation des publications consultées (tabl. 1)

Tableau 1 – Publications consultées

Titre du journal

Type de journal

Période consultée

Nombre d’articles retenus

La Dépêche du Midi (DDM)

Quotidien régional (VE)

2006 et 2007

126

La Voix du Midi (VDM)

Hebdomadaire local

2007

18

Sicoval Info (SI)

Bimestriel d’intercommunalité (VE)

2006 et 2007

10

Grand Toulouse Info (GTI)

Périodique d’intercommunalité (VE)

2006 et 2007

1

Le journal de la communauté d’agglomération du Muretain (CAM)

Périodique d’intercommunalité (VE)

2004 - 2007

0

Pays Girou Tarn Frontonnais. Journal d’information territorial. (Pays GTF)

Périodique de Pays (VE)

2003 à 2005

1

Les Nouvelles du Pays Lauragais (Pays Lauragais)

Périodique de Pays (VE)

2004 à 2006

3

Newsletter du Pays du sud toulousain (Pays Sud)

Mensuel électronique de pays (VE)

2007 à mars 2008

7

Le Trait d’Union Paysan (TUP)

Bimensuel professionnel départemental

2007

51

(Les initiales ou termes placés entre parenthèses dans la première colonne indiquent l’abréviation sous laquelle chaque journal sera cité dans le texte.
Les initiales VE dans la colonne « Type de journal » indiquent que seule la version électronique du journal a été consultée. Pour le Trait d’Union Paysan les versions papier et électronique ont été consultées.)

  • 1 La communauté d’agglomération du Grand Toulouse s’est transformée en communauté urbaine du Grand To (...)
  • 2 Les communautés de communes du canton de Cadours, de Save et Garonne disposaient d’un site internet (...)

7Nous avons tenté de réaliser une revue de la presse écrite (papier et numérique) paraissant dans l’aire urbaine de Toulouse la plus exhaustive possible. Nous avons consulté différents types de périodiques : la presse généraliste régionale (DDM) ou locale (VDM), les publications des principales intercommunalités qu’étaient les trois communautés d’agglomérations1 de l’aire urbaine (SI, CAM, GTI) ou des territoires de projet (publications des pays Lauragais, Girou-Tarn-Frontonnais et Sud-Toulousain), la presse professionnelle locale (TUP). L’ensemble de ces publications couvre approximativement l’aire urbaine de Toulouse, soit qu’elles aient une vocation régionale ou départementale (DDM et TUP), soit qu’elles représentent les regroupements intercommunaux qui composent en presque totalité l’aire urbaine (SI, GTI, CAM, Pays GTF, Pays Sud, Pays Lauragais) (cf. fig. 2 de l’article de Loubet L. dans ce numéro, p. 94). Néanmoins, dans les zones de l’aire urbaine qui ne sont comprises ni dans une communauté d’agglomération ni dans un des trois pays concernés nous avons recherché si les communautés de communes présentes dans ces zones disposaient d’une publication régulière, ce qui n’était pas le cas2.

8Suivant la fréquence de parution des périodiques, et donc du nombre de numéros que nous avons pu consulter, nous avons retenu dans le corpus des périodes de consultation variable. En général, la période de consultation privilégiée a concerné deux années : 2006 et 2007. Deux publications n’ont été explorées qu’en 2007 : la Voix-du Midi et le Trait d’Union Paysan. Pour les périodiques pour lesquels très peu de numéros existaient, nous avons en revanche élargi la période de consultation. C’est notamment le cas pour les publications des Pays qui ont été consultées depuis leur création jusqu’en mars 2008 (Pays Lauragais, Pays GTF et Pays Sud).

2. Choix des articles et classement par thème

9Du corpus de publications ainsi constitué, nous avons sélectionné les articles ayant trait à l’agriculture dans l’aire urbaine de Toulouse. Nous n’avons donc pas retenu les articles, nombreux, traitant de l’agriculture en général ou de l’actualité agricole nationale ou internationale. Notre interrogation portait en effet essentiellement sur la façon dont est envisagée l’activité agricole localisée dans l’aire urbaine de Toulouse, que nous appelons par commodité « agriculture locale ». Nous avons donc retenu les articles traitant de façon directe de cette agriculture (articles concernant l’organisation de la profession, les productions, leur commercialisation), soit qui l’évoquaient de manière plus indirecte, l’article ne portant pas premièrement sur ce thème mais envisageant les conséquences qui pourraient l’affecter (par exemple aménagement des grandes infrastructures et leurs conséquences pour l’activité agricole).

10217 articles ont été retenus. De longueur variable, ces articles sont structurés sous la forme d’un texte précédé d’un titre. Les thèmes ont été dégagés de proche en proche lors de la lecture des articles. Nous avons identifié 21 thèmes que nous avons regroupés en 10 grandes thématiques, chaque thématique comprenant de 1 à 6 thèmes (tabl. 2).

Tableau 2 – Répartition des articles retenus par thématique, par thème et par périodique

Thématiques

Thèmes

DDM

VDM

SI

GTI

Pays GTF

Pays Laur.

Pays Sud

TUP

Total

Types de productions et d’activités agricoles (74)

Conflits autour des OGM

17

2

3

22

AMAP

14

2

1

1

18

Circuits courts et marchés

6

1

1

3

3

14

Productions et filières loc.

5

2

1

2

10

Services tour. et pédago.

2

1

1

2

6

Divers

3

1

4

Manifestations et actions de Communication (60)

Expositions

16

3

7

26

Journées agricoles

6

1

4

11

Journées portes ouvertes

8

4

12

Journées rurales et nature

1

1

2

1

5

Actions de communication

2

4

6

Organisations agricoles (31)

20

11

31

Aménagement du territoire (26)

6

5

4

1

2

1

7

26

Recherche et

enseignement (16)

Recherche

10

1

1

1

13

Enseignement agricole

3

3

Subventions à l’agriculture (4)

4

4

Agriculture et environnement (3)

2

1

3

Jardins familiaux (2)

1

1

2

Relations agriculteurs-résidents (1)

1

1

Total

126

18

10

1

1

3

7

51

217

(Le périodique de la Communauté d’agglomération du Muretain n’a aucun article retenu et n’apparaît donc pas dans ce tableau. Le nombre d’articles recensés par thématique apparaît entre parenthèse dans la première colonne.)

II – L’agriculture de l’aire urbaine de Toulouse décrite dans les périodiques locaux

11Les thèmes de ces articles transmettent dans leur globalité une image de la présence de l’agriculture dans l’aire urbaine peu conflictuelle, si on omet les conflits autour des cultures OGM qui ne sont pas spécifiques à l’aire urbaine (10 % des articles). Un seul article évoque des relations difficiles entre agriculteurs et résidents (ces derniers étant qualifiés « d’envahisseurs » ; DDM, 21 août 2008).

12L’intérêt de préserver un maximum d’espaces agricoles dans l’aire urbaine n’est pas mis en débat, même si sa difficulté est soulignée dans les articles traitant des actions d’aménagement du territoire (12 % des articles), tandis que les services que pourraient rendre l’agriculture à la ville sont surtout présentés par le biais de productions locales et parfois de produits de terroirs, comme l’ail violet de Cadours, la violette, le pastel (34 % des articles). Les services environnementaux ou sociaux que peut offrir l’espace agricole sont peu présentés (2 % des articles).

13Les manifestations et actions de communication ayant trait à l’agriculture se déroulant dans l’aire urbaine représentent une part importante du corpus (28 % des articles).

14Le reste du corpus rend compte de l’actualité des organisations professionnelles (élection à la chambre départementale d’agriculture en 2007, notamment) (14 % des articles), de recherche et d’enseignement (7 % des articles) et les subventions agricoles (manifestions pour protester contre des retards de paiement, nouvelles aides) (moins de 2 % des articles). L’analyse de cette partie du corpus ne sera pas détaillée ici.

1. De nombreux articles rendant compte des productions et activités agricoles

15Cette revue de presse ne rend compte qu’en partie de la diversité des productions de l’aire urbaine : les grandes cultures, majoritaires, sont surtout représentées par des articles relatant les manifestations locales autour des conflits sur la culture des OGM, tandis que l’organisation de petites filières, le développement de circuits courts constituent la majorité des articles. Les activités de diversification dans les exploitations (tourisme rural, découverte pédagogique) sont peu représentées.

Les Organismes Génétiquement Modifiés (OGM)

16En Haute-Garonne, plus de 6 000 ha étaient consacrés au maïs MON 810, destiné à l’alimentation animale (DDM, 25 juillet 2007). L’ensemble des articles consacrés à ce thème rend compte de son caractère conflictuel. Malgré les différences d’occurrence du thème entre périodiques, il est aisé de noter les positionnements différents de la presse professionnelle et de la presse généraliste. Le Trait d’Union Paysan, dans les trois articles que nous avons identifiés, rend compte de manifestations de soutien aux agriculteurs cultivant des OGM tandis que la Voix du Midi et la Dépêche du Midi rendent surtout compte de l’actualité des opposants aux OGM (16/19 articles). Ce dernier quotidien évoque toutefois le coût élevé des arrachages pour les agriculteurs (« 10 000 euros de pertes pour l’agriculteur fauché » ; DDM, 1er août 2006), les actions des syndicats professionnels majoritaires pour protéger ces cultures ou plus largement en faveur des biotechnologies (DDM, 28 juillet 2007 et 17 décembre 2007).

Les petites productions et l’organisation de filières locales

17De nombreux articles portent sur les petites productions localisées au moins en partie dans l’aire urbaine – violette, ail violet, pastel, chanvre – en rendant compte des efforts pour organiser les filières et les différencier : volonté de création d’une interprofession autour de l’ail et d’obtention d’une AOC, fédération des acteurs de la filière Violette de Toulouse, organisation d’entreprises et de coopératives autour du développement d’une filière du pastel, création d’une marque Pays Lauragais. L’organisation des productions et des filières est également évoquée pour des productions plus importantes en surface et chiffre d’affaires comme la viticulture à Fronton. Les difficultés sont soulignées et plusieurs solutions envisagées pour augmenter la qualité et la compétitivité du vignoble (arrachages, vinification, union de coopératives de différents vignobles pour la commercialisation). À côté de celles-ci, la vente directe aux habitants proches est également envisagée, avec deux outils qui lui sont en partie consacrée : la route des vins et la maison des vins et du tourisme (TUP, 12 avril 2007).

18L’agriculture biologique est également évoquée, mais rarement en tant que développement d’une filière spécifique (cf DDM, 6 déc. 2007, annonce au SISQA du plan de financement de la Région Midi-Pyrénées pour la conversion en AB). Les biocarburants sont abordés dans un seul article.

Les AMAP et le développement de circuits courts

19Près d’une vingtaine d’articles rendent compte de ce qui semble être une effervescence autour de la création des Associations pour le Maintien d’une Agriculture Paysanne (AMAP), associations qui regroupent agriculteurs et consommateurs. Midi-Pyrénées serait d’ailleurs devenue très rapidement la deuxième région française pour le développement de ces associations, derrière la Provence-Alpes-Côte d’Azur. L’agglomération toulousaine aurait vu la création de 51 AMAP de décembre 2003 à 2006 (DDM, 10 mars 2006), toutes n’ayant peut être pas subsisté. Les articles portent soit sur une présentation des associations en tant que telles (modalités de constitution notamment) mais surtout informent sur les réunions à venir pour constituer de telles associations. La demande semble partir assez largement des consommateurs, bien que deux exploitations citées aient basé leur continuité sur le développement d’une AMAP : un jeune maraîcher s’installant aux Quinze-Sols à Blagnac (DDM, 31 mars 2006) et un GAEC à Montberon, conseillé dans ce sens par la chambre d’agriculture (TUP, 23 oct. 2006). On peut constater que si le réseau de consommateurs se constitue dans les communes densément peuplées de l’aire urbaine (centre ville, Saint-Orens de Gameville, Escalquens, Quint, Fontenille, Ramonville-Saint-Agne, Auterive), les agriculteurs sont généralement installés hors du département (Gers, Aude, Ariège).

20La constitution de ces associations n’est qu’une partie de l’effort fait pour rapprocher producteurs et consommateurs. D’autres initiatives existent comme le développement de marchés de plein vent existants ou nouveaux, la vente directe à la ferme, le développement de magasins fermiers (deux articles rendent compte de l’ouverture d’une boucherie biologique à Blagnac par neuf éleveurs). Cet effort est relayé ou impulsé par certaines institutions : le Pays Sud Toulousain qui a obtenu un financement régional fin 2007 pour le développement de circuits courts, le réseau Bienvenue à la Ferme (animations dans les fermes, participation à des manifestations en ville) et l’association Agriculture et Tourisme, ces deux derniers réseaux étant liés à la chambre d’agriculture.

2. Les manifestations locales autour de l’agriculture et du monde rural

21Une grande part de la communication sur l’agriculture dans l’aire urbaine prend la forme de manifestations publiques qui sont organisées soit pour la profession agricole elle-même, soit pour un public plus diversifié afin de faire connaître les productions et les métiers de l’agriculture. Leur thème et le public visé sont très variables. Nous avons utilisé ces deux critères pour distinguer les expositions, destinées à un large public et ayant souvent une finalité commerciale, des journées destinées en général à un public plus local et moins axées sur un type de produit. Parmi celles-ci nous avons différencié les journées agricoles, veillant à présenter l’activité agricole locale, des journées portes ouvertes dans des exploitations agricoles diversifiées et de celles rendant compte plus globalement des activités actuelles ou passées de l’espace rural. Enfin, des actions ponctuelles d’information et de communication organisées par la profession agricole complètent cette thématique (présentation des métiers de l’agriculture aux collégiens et lycéens, des produits laitiers dans les écoles ; FDSEA et JA expliquent la répartition des marges dans la filière lait dans les hypermarchés ; la Région et la Chambre d’agriculture promeuvent les produits de qualité dans les « lycées gourmands » etc.)

Les Expositions

22Il s’agit soit des nombreuses manifestations destinées à promouvoir les produits agricoles notamment locaux et régionaux, soit des salons professionnels pour les agriculteurs présentant matériels et techniques agricoles (salon Agricorama, salon Innov’Agri), soit de certaines manifestations visant les deux publics : SISQA, Agricorama, Fête de la Terre. À côté des grands salons, accueillant plusieurs dizaines de milliers de visiteurs, on trouve de nombreuses manifestations organisées sur une journée autour d’une production présente localement, journée destinée à la promouvoir : la violette de Toulouse, le poulet, les produits maraîchers locaux. Des salons axés sur des modes de production biologiques sont également organisés.

Les salons et journées agricoles locales

  • 3 Mais nous avons vu que cette zone est celle qui est la moins couverte par des périodiques locaux.

23Nous avons classé cinq manifestations dans ce thème : les Lauragaises à Auriac-sur-Vendinelle, les Journées Agricoles de Verfeil, la Fête de l’agriculture et de la ruralité à Rieumes, le Bal’Pays dans le canton de Nailloux et la Fête des moissons à Nailloux. Elles relèvent davantage de l’échelle communale ou supra-communale et reposent majoritairement ou en partie sur des acteurs locaux qui en donnent l’impulsion ou les organisent : associations locales d’agriculteurs (telles que les Associations Cantonales de Vulgarisation Agricole (ACVA)), comités des fêtes qui reçoivent aussi l’aide des mairies, associations locales. L’ampleur de ces manifestations diffère. Leur objectif peut être de constituer une foire agricole locale, un lieu de rencontre entre agriculteurs et résidents ou d’être une vitrine du monde rural et des agriculteurs. Elles sont centrées sur l’agriculture, mais font souvent la part belle aux traditions rurales. Ces manifestations se déroulent dans toute l’aire urbaine à l’exception peut-être du nord-ouest3. Certaines de ces manifestations ne visent pas nécessairement un large public, certaines ne recherchent qu’un public local : celui des résidents proches susceptibles d’avoir des contacts, et peut être d’entrer en conflits avec les agriculteurs locaux (communication personnelle d’un agriculteur participant à Bal’Pays en 2008).

Les journées portes-ouvertes

  • 4 La marque « Bienvenue à la Ferme » appartient à l’Association Permanente des Chambres d’Agriculture (...)

24Les journées « portes ouvertes » mettent en présence agriculteurs et consommateurs sur les exploitations agricoles. La majorité des articles, que ce soit dans la Dépêche du Midi ou dans le Trait d’Union Paysan, est consacrée au week-end annuel du réseau « Bienvenue à la Ferme »4, lors duquel 40 exploitations de Haute-Garonne ont ouvert leurs portes à un large public en 2007. Cette manifestation se déroule au début du printemps chaque année, et ce depuis 1995 (DDM, 7 avril 2006).

25L’article restant fait référence à des pratiques agro-touristiques identiques d’agriculteurs individuels : dégustation de vin dans un château du Frontonnais (DDM, 11 déc. 2007).

Les journées rurales

26Nous avons classé ces journées (Journée du terroir à Poucharramet, Randovales dans le Sicoval, Fête des traditions rurales à Montlaur, Journées nature organisées par la Région) à part des précédentes car elles sont moins centrées sur les activités agricoles en tant que telles et considèrent plus l’espace rural dans sa globalité, soit en considérant les activités traditionnelles et souvent disparues (cuisson du pain à l’ancienne, rempaillage, mais également vieilles machines agricoles, labours etc.) et les activités de loisir (randonnée, équitation).

3. Des projets d’aménagement et de développement dans l’aire urbaine de Toulouse qui conditionnent le maintien de l’activité agricole

27L’aire urbaine de Toulouse connaît une croissance démographique soutenue et très étalée. De nombreux articles rendent compte d’une volonté d’organiser cette croissance de la ville, par des actions d’aménagement à plusieurs échelles, et d’organiser les déplacements qu’elle induit. Nous n’avons retenu dans la revue de presse que les articles reliant ces thèmes au maintien ou à la disparition d’une agriculture dans l’aire urbaine.

  • 5 Ainsi dans un article intitulé « Contre le tout voiture » paru le 14 mars 2006 dans la Dépêche du M (...)

28Une majorité d’articles rend compte de grandes actions d’aménagement du trafic autoroutier, et en particulier du projet de grand contournement de l’agglomération toulousaine qui devait venir doubler la rocade de Toulouse à l’est. L’opposition au nom du maintien d’espaces agricoles a été forte, et portée très souvent par la chambre d’agriculture, mais aussi par les Verts5 ou des maires locaux (cas du maire de Drémil-Lafage, cf. DDM, 13 novembre 2007). Il en est allé de même autour du projet de liaison autoroutière Toulouse-Castres (DDM, 4 mai 2007).

29Les documents d’aménagement sont également évoqués dans leur action d’organisation de l’espace et de préservation des espaces agricoles : Scot, Interscot (et le travail spécifique pour l’identification des critères permettant de délimiter les espaces agricoles à préserver, animé par la Chambre d’Agriculture cf TUP, 28 juin 2007), documents communaux (cas des PLU de Montbrun, Belberaud, Mervilla, Labastide-Beauvoir). D’autres types de documents sont présentés : la charte paysagère et architecturale du Pays Lauragais qui identifie la contribution de l’agriculture aux paysages, la charte « confluence Ariège-Garonne » à Lacroix-Falgarde, qui relie la protection de l’environnement et le maintien d’espaces ouverts et agricoles. Bien entendu, le centre de l’aire urbaine comprend de moins en moins d’espaces agricoles ou d’espaces ouverts ; néanmoins l’image agricole peut être encore mise en avant dans ces zones les plus denses (la présentation du nouveau quartier de Borderouge à Toulouse, construit sur un ancien espace maraîcher aujourd’hui presque totalement disparu, est intitulé « une ville dans les champs » (VDM, 29 mars 2007), Colomiers est qualifiée de « ville à la campagne » (VDM, 10 mai 2007), tandis qu’un chemin de randonnée à Saint-Orens de Gameville est qualifié « d’union de nature entre ville et campagne » (VDM, 31 mai 2007).

30La question foncière et l’étalement urbain toulousain sont au cœur de journées de réflexion organisées par l’Association Française de Droit Rural et lors de l’Assemblée Générale du CER France, événements s’étant déroulés à Toulouse. C’est aussi l’objet d’informations données lors de l’assemblée générale de la SAFER Gascogne Haut-Languedoc (TUP, 19 juillet 2007). Le Trait d’Union Paysan rend compte dans deux articles du Congrès National de l’Association Française de Droit Rural en soulignant les difficultés à juguler la croissance toulousaine et à préserver les terrains agricoles. Le premier article reprend les commentaires faits sur « le double-jeu » des exploitants agricoles qui « fustigent le mitage et vendent des terrains constructibles » (TUP, 25 oct. 2007). Le second, reprend l’intervention de Claude Raynal, vice président du Grand Toulouse et du SMEAT (Syndicat mixte d’études pour entreprendre et mettre en œuvre la révision du schéma de cohérence territoriale de l’agglomération), qui défend les SCOT « outils fragiles mais efficaces pour lutter contre l’étalement urbain et le mitage agricole » afin d’obtenir « un développement de la ville en harmonie avec les espaces ruraux ». Il défend aussi l’idée d’implanter des Zones Agricoles Protégées (ZAP) dans l’aire urbaine de Toulouse, alors que les élus agricoles montrent leur réticence à ce sujet (cf TUP, 25 oct. 2007). On peut d’ailleurs s’étonner que la question foncière dans les stratégies des agriculteurs n’apparaisse dans le corpus qu’à propos de cet événement. Cela est peut-être à renvoyer à la délicatesse du thème pour la profession.

31Le lien entre développement agricole et développement urbain est présent également à travers la dimension économique et les services de l’agriculture pour la ville : dans le Pays Lauragais, les industries agro-alimentaires sont identifiées comme un point fort de l’économie et de l’emploi (Pays Lauragais, 2005), dans le Pays GTF où le représentant local des JA relie expressément maintien de l’agriculture et services apportés aux résidents (poumon vert, espaces verts ruraux « dont la population souhaite voir l’entretien confié aux agriculteurs » ; développement des circuits courts (Pays GTF, n°1, 2003).

4. Une agriculture qui apporte des services à la préservation de l’environnement et à la société ?

32Ces articles, peu nombreux, rendent compte d’actions ponctuelles pour la préservation de la biodiversité auxquelles participent les agriculteurs : une opération jachère fleurie pour améliorer la chasse aux perdreaux, mais conçue également comme une action de communication vis-à-vis des promeneurs (DDM, 29 août 2007) ; la plantation de haies pour augmenter la biodiversité, dans le Lauragais notamment, projet financé désormais uniquement par le conseil général (DDM, 28 septembre 2007).

33Enfin, un article de Grand Toulouse Info (n°14, 9 mai 2007) informe sur le projet de création d’un Parc Urbain de 300 ha à Pin-Balma, un futur « central parc » pour la ville de Toulouse, en « transformant les terres agricoles en une véritable « campagne de ville ». Des jardins familiaux ne sont cités que deux fois, pour rendre compte de leurs créations, par les périodiques des intercommunalités correspondantes.

III – Discussion : vision consensuelle ou représentations duelles de l’activité agricole dans l’aire urbaine ?

34Pour résumer ce dépouillement de la presse, on peut mettre en avant trois points. Premièrement, l’importance quantitative donnée aux circuits courts et aux productions locales pour rendre compte de l’agriculture dans l’aire urbaine, sans rapport sans doute avec les surfaces concernées mais signalant la construction d’un intérêt pour une agriculture de proximité. Deuxièmement, une volonté tangible des acteurs agricoles et du monde rural à s’exposer et à communiquer avec d’autres, notamment à travers la multiplication de journées locales et d’expositions. Si certaines ont des visées clairement professionnelles, beaucoup visent un large public, et certaines un public local : l’enjeu est clairement de faire connaître et peut-être mieux accepter son métier des voisins. Enfin, les différences entre publications sont notables. C’est sur ce dernier point que va porter la discussion. La répartition des articles par thème diffère de façon notable entre périodiques (tabl. 1 et fig. 2). Bien entendu, certains ont tellement peu d’articles que cette répartition ne peut prétendre avoir une valeur statistique mais seulement une valeur heuristique, les hypothèses qu’elle suggère devant être confirmée par d’autres types d’étude.

Fig. 2 – Proportion de différents thèmes pour chaque périodique consulté

Fig. 2 – Proportion de différents thèmes pour chaque périodique consulté

35La Dépêche du Midi a une répartition des thèmes très proche de celle de l’ensemble des articles en raison de son poids dans le corpus. On note cependant une différence dans la part des articles sur l’aménagement du territoire, nettement plus présents dans les journaux locaux. Cela est peut être dû aussi au fait que le quotidien régional ne relie pas nécessairement ce thème à celui du maintien de l’agriculture.

36Les périodiques des intercommunalités sont ceux qui présentent la moins grande diversité de thèmes (mais ce sont également ceux qui contribuent le moins au corpus en termes de nombres d’articles). Les questions d’aménagement du territoire y sont à l’ordre du jour (SCoT en cours d’élaboration) et constituent le thème majoritaire en lien avec l’agriculture pour la moitié des publications (SI, Pays GTF, Pays Laur). L’agriculture est présentée pour les services qu’elle peut rendre aux habitants des territoires locaux (mise en place de circuits courts notamment, aménagement de la campagne comme espace de loisirs urbains également (cf SI, GTI)). La Newsletter du Pays Sud-Toulousain rend amplement compte de la politique du Pays dans ce sens, dont le projet « Circuits courts du producteur au consommateur » est financé en partie par la Région Midi-Pyrénées au titre de son appel d’offre sur l’économie solidaire (Pays Sud, janvier 2008 et mars 2008). En revanche, ces publications rendent peu compte des manifestations agricoles qui se déroulent sur leur territoire, mais de façon localisée, comme les journées portes ouvertes et les journées agricoles. Cette répartition suggère que ces périodiques rendent compte d’une politique mise en œuvre, plus que d’une actualité locale créée par d’autres, politique qui promeut une agriculture qui offre des services aux résidents voisins et qui pour cela est préservée par l’action d’aménagement.

37Le Trait d’Union Paysan, bien que seul périodique professionnel, a une répartition des articles par thème globalement similaire à la presse régionale. Il se différencie des autres périodiques surtout par le traitement de certains thèmes :

  • un unique article parle d’AMAP. Il relate l’engagement dans cette démarche de maraîchers de Montberon, au nord de Toulouse, en difficulté financière jusque-là, après une discussion avec la conseillère sur le maraîchage.

  • Les articles rendant compte des conflits autour des OGM sont également peu présents (3/51). Il s’agit dans tous les cas d’articles relatant le soutien de la profession, et notamment de la FDSEA et des JA, aux agriculteurs ayant eu des parcelles fauchées.

  • Les actions de communication sur les productions, menées en général par les syndicats professionnels majoritaires, sont davantage présentes que dans les autres journaux (4/51).

38Cette revue de presse ne donne évidemment qu’une vision partielle des représentations de l’agriculture dans l’aire urbaine. Néanmoins, les différents éléments que nous avons relevés dans son analyse montrent assez clairement dans la presse généraliste et dans la presse des intercommunalités une demande à l’agriculture locale de services pour les urbains et la valorisation de produits locaux. À l’inverse la presse professionnelle, qui représente les syndicats majoritaires de la profession, porte moins d’attention à ces points.

39L’absence d’articles analysés concernant les grandes cultures, majoritaires en surface, hormis les articles spécifiques sur les cultures de maïs OGM, procède sans doute de la constitution du corpus : il est possible qu’il soit rendu compte de ces cultures et de leurs producteurs sans lien avec l’emplacement des exploitations dans l’aire urbaine (par exemple au sein de l’actualité nationale ou européenne). Cela peut être analysé comme un biais dans la constitution du corpus, mais peut également suggérer deux constructions parallèles des relations des productions agricoles à l’aire urbaine : une construction qui est plutôt le fait des structures territoriales, comme les intercommunalités de gestion et de projet, mettant l’accent sur des services de proximité pour les habitants de l’aire urbaine ; une représentation de productions sans lien particulier avec les territoires et leurs habitants, si ce n’est en termes de concurrence pour l’usage des sols, concurrence qui doit être régulée par l’aménagement du territoire et lors des débats que cette action suscite. Ainsi loin d’un objectif partagé, dans l’aire urbaine de Toulouse, nous serions face à deux représentations des relations de l’agriculture avec la ville et à deux représentations de l’agriculture en termes de productions et d’activités.

40Cette revue de presse suggère une territorialisation de l’activité agricole, c’est-à-dire une inscription de ses objectifs et de ses acteurs dans un projet de territoire, au-delà d’une inscription sectorielle de son rapport à la société globale. Cette territorialisation paraît néanmoins partielle, d’une part parce qu’elle ne concerne qu’une partie des productions et des producteurs, d’autre part parce qu’elle paraît loin de fédérer l’ensemble des acteurs agricoles et des initiatives locales, enfin, parce qu’il n’est pas certain que les territoires de projet en France aient les moyens d’appuyer une politique de soutien aux activités agricoles locales, différenciée des politiques sectorielles. En elle-même, cette revue de presse témoigne d’une diversité des représentations de l’activité agricole et de son rapport à la société, diversité perceptible également dans les actions de communication (expositions, journées etc.) nombreuses et diverses que nous avons pu recenser dans l’aire urbaine, qui rendent compte d’une volonté de rapprocher l’activité agricole locale des habitants.

Cette étude a été menée dans le cadre du projet Agriculture et Gouvernance des Territoires Ruraux du programme Pour et Sur le Développement Régional III, co-financé par l’INRA et la Région Midi-Pyrénées, que nous remercions pour leur soutien.

Haut de page

Bibliographie

Bacconnier-Baylet S., L’agriculture dans les espaces périurbains toulousains. Discours, pratiques et enjeux autour de l’activité agricole dans les politiques d’aménagement, Doctorat en géographie et aménagement, Université Toulouse le Mirail, Toulouse, 2006, 283 p.

Bernard C., Duvernoy I., Dufour A. et al., « Les relations sociales des agriculteurs périurbains : quelles articulations au territoire ? » Cahiers Agricultures, n° 15, 2006, p. 529-534.

Direction Régionale de l’Alimentation, de l’Agriculture et de la Forêt [DRAF], Memento. Agreste Midi-Pyrénées, 2009, 20 p.

Dumas B. et Séguier M., Construire des Actions Collectives. Développer des Solidarités. Éditions de la Chronique Sociale, Lyon, 2004, 230 p.

Léonard M., L’agriculture comme nouvel enjeu de développement durable en périphérie des villes. Mémoire de maîtrise, IUP Aménagement et Développement Territorial, Université de Toulouse II, 2005, 117 p.

Manzanal M., Neiman G., et Lattuada M. (ed.), Desarrollo rural. Organizaciones, instituciones y territorios, CICCUS, Buenos-Aires, 2006, 448 p.

Roux E., Vanier M., La périurbanisation : problématiques et perspectives, La Documentation Française / DIACT, Paris, 2008, 87 p.

Terres en Villes, Prendre en compte l’agriculture et ses espaces dans les ScoT. CERTU, Paris, 2009, 154 p.

Vandermeulen V., Verspecht A., Van Huylenbroeck G. et al., The importance of the institutional environment on multifunctional farming systems in the peri-urban area of Brussels, Land Use Policy, 23(4), 2006, p. 486-501.

Haut de page

Annexe

Encart 1 : Présentation des publications consultées

La Dépêche du Midi
Créée en 1870, la Dépêche du Midi est le quotidien régional français diffusé dans la région Midi-Pyrénées. C’est le journal qui a fourni le nombre le plus important d’articles.

La Voix du Midi
Ce journal hebdomadaire qui paraît tous les jeudis présente des sujets centrés sur la région toulousaine.

Le Trait d’Union Paysan
Créé en 1972, il s’agit d’un journal bimensuel d’informations agricoles et rurales de la Haute-Garonne, distribué à 4 500 exemplaires. Le directeur de la publication est le Président de la Chambre d’Agriculture. Les principaux associés sont la Fédération Départementale des Structures d’Exploitation Agricole (FDSEA), la chambre d’agriculture de Haute-Garonne, la Caisse régionale du Crédit Agricole Midi-Toulousain, la Mutualité Sociale Agricole de Haute-Garonne, Groupama d’Oc, les Jeunes agriculteurs (JA) de la Haute-Garonne. Ce journal se définit comme « le journal des agriculteurs de la Haute-Garonne » et a pour missions « de relier, informer, conseiller tous les acteurs du monde agricole » et « être le trait d’union entre les agriculteurs et les acteurs institutionnels, commerciaux, politiques et industriels » (citations extraites du site web du journal, http://tup31.free.fr/​, rubrique « Qui sommes-nous ? »).

Sicoval Info
Regroupement intercommunal au sud-est de l’agglomération toulousaine depuis 1975 et communauté d’agglomération depuis 2001, le SICOVAL a engagé une réflexion sur les espaces agricoles périurbains au début des années 1990, lorsque des communes rurales ont adhéré à la structure intercommunale. Le service « Communication intercommunale » créé en 2003 assure la conception et la diffusion du « SICOVAL Info » qui paraît tous les deux mois. Son contenu se compose de pages « actualité » (InterSCOT, élections municipales, etc.), « coulisses » (présentation du service Eau et Assainissement et des services rendus aux habitants), « économie et emploi » (les métiers de l’aide à la personne ; Agrimip Innovation) ; un « dossier » (actions 2007, projets 2008 ; Le SICOVAL, un territoire sportif ; l’arrivée du métro), « lien social et solidarité » (mise en œuvre de PLH) ; « culture, sport et loisir », « nos communes » et « bloc notes ».

Grand Toulouse Infos
La communauté d’agglomération du Grand Toulouse a été créée en 2001. Grand Toulouse Infos paraît depuis fin 2002 à une fréquence de deux numéros par an les premières années puis, à partir de 2006 de quatre numéros par an. Nous avons répertorié un seul article dans le « Grand Toulouse Infos » pour la période 2006-2007. L’agglomération engage une réflexion sur la préservation d’espaces et de poumons verts de son territoire. Le projet concerne la commune de Pin-Balma où 300 hectares de zones agricoles et naturelles pourraient être valorisés en parc urbain.

Le Journal de la CAM
La communauté d’agglomération du Muretain a été créée en 2004. Sa publication, le Journal de la CAM, paraît depuis lors à une fréquence de trois numéros par an. Aucun article n’a été recensé dans les 11 numéros disponibles sur le site de la communauté d’agglomération du Muretain.

Les journaux des Pays Girou Tarn Frontonnais, Lauragais et du Sud toulousain
Le Pays Girou Tarn Frontonnais est créé en 2003. Sa publication, Pays Girou Tarn Frontonnais, Journal d’information territorial, commence à paraître la même année à la fréquence d’un numéro par an. Aucun numéro n’est disponible sur le site internet du Pays pour les années 2007 et 2008. Fin 2008, le pays s’est agrandi en englobant les cantons de Grenade et Cadours, et se nomme depuis lors Pays Tolosan.

Le Pays Lauragais est créé officiellement en 2004 après plusieurs années de travail. Sa publication, les Nouvelles du Pays, commence à paraître à la même date, à une fréquence de deux numéros par an en 2005 et 2006. Aucun numéro n’est disponible sur le site internet du Pays pour les années suivantes.

Le contrat du Pays du Sud Toulousain est signé en 2005. La publication du pays est un mensuel électronique, la NewsLetter du Pays du Sud Toulousain, paraissant à partir de septembre 2007.

Haut de page

Notes

1 La communauté d’agglomération du Grand Toulouse s’est transformée en communauté urbaine du Grand Toulouse, à périmètre constant, au 1er janvier 2009.

2 Les communautés de communes du canton de Cadours, de Save et Garonne disposaient d’un site internet mais pas de publications ; le site internet de la communauté de communes Axe-Sud faisait état d’un seul numéro de journal pour l’année 2008 sans qu’on puisse savoir s’il s’agissait d’une publication périodique. Les communautés de communes Dène Codène, de la Save au Touch, Hers et Garonne et des Côteaux du Savès et de l’Aussonnelle ne paraissaient pas disposer de site internet.

3 Mais nous avons vu que cette zone est celle qui est la moins couverte par des périodiques locaux.

4 La marque « Bienvenue à la Ferme » appartient à l’Association Permanente des Chambres d’Agriculture (qui fédère et représente les Chambres d’Agriculture) qui l’a mise en place en 1988. En Haute-Garonne, cette association regroupe environ 135 adhérents (Léonard, 2005). L’objectif est de croiser l’offre des agriculteurs et la demande de produits de qualité et de proximité, notamment à l’occasion de visites d’exploitations ouvertes au public autour de différentes activités : ferme auberge, goûter à la ferme, produits de la ferme, fermes de découverte, fermes équestres, campings à la ferme.

5 Ainsi dans un article intitulé « Contre le tout voiture » paru le 14 mars 2006 dans la Dépêche du Midi, la porte parole des Verts 31 s’interroge sur le grand contournement qui, d’une part « absorbera moins de 10 % du trafic » et « ouvrira de nouveaux territoires à l’urbanisation, constituant une saignée dans un paysage magnifique où les collectivités souhaitent voir se développer une agriculture de qualité ».

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Part de surface agricole utilisée dans la surface communale dans l’aire urbaine de Toulouse suivant le recensement de l’agriculture de 2000
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/859/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 812k
Titre Fig. 2 – Proportion de différents thèmes pour chaque périodique consulté
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/859/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 198k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Isabelle Duvernoy et Sandrine Bacconnier-Baylet, « L’agriculture de l’aire urbaine de Toulouse. Enseignements de la presse locale »Sud-Ouest européen, 31 | 2011, 67-77.

Référence électronique

Isabelle Duvernoy et Sandrine Bacconnier-Baylet, « L’agriculture de l’aire urbaine de Toulouse. Enseignements de la presse locale »Sud-Ouest européen [En ligne], 31 | 2011, mis en ligne le 29 avril 2015, consulté le 01 décembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/soe/859 ; DOI : https://doi.org/10.4000/soe.859

Haut de page

Auteurs

Isabelle Duvernoy

Chargée de recherche, INRA-UMR 1248 Agir (AGrosystèmes et développement terrItoRial), BP 52627, 31326 Castanet Tolosan cedex.

Articles du même auteur

Sandrine Bacconnier-Baylet

INRA - UMR 1248 AGIR, (AGrosystèmes et développement terrItoRial), BP 52627, 31326 Castanet Tolosan cedex. Maître de conférences en géographie, Laboratoire ESO Le Mans, Université du Maine, Avenue Olivier Messiaen, 72085 Le Mans cedex 9.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Sud-Ouest européen – Revue géographique des Pyrénées et du Sud-Ouest est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaire du Midi
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search