Navigation – Plan du site

AccueilNuméros31Toulouse et la région Midi-Pyréné...

Toulouse et la région Midi-Pyrénées. Nouvelles lectures du « fait urbain » (1999-2010)

According to recent data, population increase in Toulouse changes its position in both France and Midi-Pyrénées
Toulouse y la region Midi-Pyrénées. Nuevas lecturas del « hecho urbano » (1999-2010)
Robert Marconis
p. 141-151

Résumés

À partir des enquêtes annuelles de recensement, effectuées depuis 2004, l’INSEE a défini, en 2010, les nouveaux périmètres des unités urbaines et des aires urbaines. Ces zonages statistiques invitent à de nouvelles lectures du « fait urbain » dans la région Midi-Pyrénées, où s’impose une vaste aire urbaine, celle de Toulouse, dont la couronne périurbaine a gagné 111 communes en 10 ans. Avec plus de 1,2 millions d’habitants, soit 42 % de la population régionale, elle se classe au 4e rang en France.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Clanche, Rascol, 2011 ; Brutel, 2011 ; Floch, Levy, 2011.
  • 2 Pour Midi-Pyrénées : Bouesse, 2011 ; Ratte, 2011.
  • 3 Voir, pour l’ensemble du territoire français, la carte détaillée publiée sous forme de poster, Les (...)
  • 4 Voir à ce propos, le site national de l’INSEE et les communications présentées lors des séminaires (...)

1À partir des enquêtes annuelles de recensement, effectuées sur un cycle quinquennal (2004-2008, puis 2009-2013), l’INSEE a défini, en 20101, pour l’ensemble de la France métropolitaine et les départements d’outre-mer, les nouveaux périmètres des unités urbaines et des aires urbaines. Présentés de façon plus détaillée, pour chaque région2, ils remplacent ceux qui étaient utilisés antérieurement, sur la base des données collectées en 1999 lors du dernier recensement exhaustif de la population. Ces zonages3 ne devraient pas être modifiés avant 2020 ; ils serviront de référence pour des données démographiques, désormais actualisées chaque année, et disponibles sur le site national de l’INSEE (http://www.insee.fr) : en janvier pour les populations légales, au début de l’été pour des résultats plus détaillés. Pour ces mises à jour, l’année prise en compte, est l’année médiane de la dernière période quinquennale précédant la publication, soit 2008, pour les résultats disponibles en 2010, qui sont utilisés dans l’étude présentée ci-dessous. Au prix de quelques précautions, compte tenu de l’évolution des méthodes et des concepts utilisés par l’INSEE4, on peut les comparer aux données issues du recensement de 1999.

2Pour rendre compte du « fait urbain », dont la complexité s’est accrue depuis un demi-siècle, l’INSEE utilise des critères différents, permettant d’identifier soit des « unités urbaines », soit des « aires urbaines ».

I – Les unités urbaines

  • 5 Sont qualifiées de communes-centres, soit la commune qui regroupe plus de 50 % de la population de (...)

3« Est considéré comme urbain (ou unité urbaine) un ensemble de communes sur lequel on trouve une zone de bâti continu, c’est-à-dire un espace au sein duquel, il n’y a pas de coupure de plus de 200 mètres entre deux constructions et dans lequel résident au moins 2 000 habitants ». Une unité urbaine peut être constituée soit d’une seule commune et on parle alors de « ville isolée », soit d’une « agglomération multicommunale », ensemble de communes formé d’une ou plusieurs « communes-centres »5 et de communes de « banlieue » que l’on y associe en fonction de la continuité du bâti, qu’elles aient ou non atteint le seuil des 2 000 habitants, mais à condition que plus de la moitié de leur population se concentre dans la zone de bâti continu.

  • 6 Le seuil de 2 000 habitants pour la population agglomérée au chef-lieu d’une commune est utilisé de (...)

4Ces critères permettent des comparaisons dans le temps, car ils n’ont pas varié depuis plusieurs décennies6. On ne peut toutefois ignorer que les périmètres des unités urbaines, modifiés en 2010, ont été précédemment révisés lors de chaque recensement afin de prendre en compte la progression de l’espace urbanisé. Les comparaisons peuvent donc se faire à « géométrie constante », en considérant la population aux différents recensements de l’ensemble des communes appartenant au dernier périmètre considéré. Par contre, si l’on raisonne à « géométrie variable », en prenant en compte des périmètres utilisés à chaque recensement, une partie de la croissance constatée est imputable à l’incorporation de nouvelles communes dans une unité urbaine. Alors qu’antérieurement l’INSEE présentait ses résultats en travaillant à géométrie constante, sur la base des périmètres les plus récents, les publications de 2010 laissent souvent planer une ambiguïté, d’autant que les variations sont généralement données en pourcentage et non en valeurs absolues. Dans la croissance démographique d’une unité urbaine entre 1999 et 2008, sont ainsi distingués un « effet d’extension », correspondant à la population en 1999 de communes incorporées dans l’unité urbaine entre ces deux dates, et un « effet de densification », se référant à la croissance démographique de l’ensemble des communes de l’unité urbaine, dans son nouveau périmètre.

5Après la révision du périmètre des unités urbaines en 2010, la région Midi-Pyrénées compte ainsi 104 unités urbaines, 11 de plus qu’en 1999, regroupant 367 communes, soit une extension en superficie de 20,1 %, légèrement supérieure à la moyenne nationale (19 %). Toutefois, le taux d’urbanisation régional, reste très inférieur, ces unités urbaines ne regroupant que 12 % des communes et 67 % de la population, au lieu de 20 % et 77 % dans l’ensemble de la France métropolitaine (fig. 1 et fig. 2).

Fig. 1 – Les unités urbaines 2010, les extensions 1999-2010 en Midi-Pyrénées

Fig. 1 – Les unités urbaines 2010, les extensions 1999-2010 en Midi-Pyrénées

Fig. 2 – Les unités urbaines et communes rurales en Midi-Pyrénées (limites des unités urbaines de 2010)

Fig. 2 – Les unités urbaines et communes rurales en Midi-Pyrénées (limites des unités urbaines de 2010)

6L’armature urbaine de Midi-Pyrénées reste largement dominée par le poids de l’agglomération de Toulouse, formée autour d’une commune centre très étendue avec près 12 000 hectares, soit autant que la Ville de Paris. De ce fait l’urbanisation s’est faite pendant très longtemps à l’intérieur même de ce territoire communal – y compris l’ensemble de la « ville nouvelle » du Mirail – et une banlieue ne s’est vraiment développée qu’à la fin des années 1960, ce qui n’a pas justifié alors la création de structures intercommunales fortes au moment où, en 1966, l’État mettait en place les premières « communautés urbaines » dans d’autres grandes métropoles de province (Lille, Lyon, Strasbourg, Bordeaux). L’agglomération INSEE de 1962 ne comptait en effet que 2 communes (Toulouse et Blagnac). L’étalement urbain s’est produit ensuite, mais vigoureusement, imposant d’étendre ce périmètre à 29 communes dès 1968, et à l’accroître à chaque recensement (36 en 1975, 47 en 1982, 58 en 1990, 72 en 1999). La dernière révision de 2010 a été limitée ; le critère de continuité du bâti a simplement justifié d’y incorporer une seule commune supplémentaire, Lauzerville ( 1 180 habitants en 2008).

  • 7 Sauf mention contraire, les populations considérées dans cet article sont les « populations municip (...)

7En 2008, l’agglomération toulousaine se classe au 6e rang en France avec 865 000 habitants7, soit 30,5 % de la population régionale, et 45,7 % de la population urbaine de Midi-Pyrénées ; ils se répartissaient à peu près également entre la commune centre, Toulouse (439 600 hab.) et les 72 communes de la banlieue (425 400) (tabl. 1).

Tableau 1 – La population des unités urbaines de plus de 10 000 habitants en Midi-Pyrénées (Limites INSEE de 2010)

Unités urbaines (Limites de 2010)

Nombre de communes

Population 1999

Population 2008

Évolution 1999-2008

Effectifs

%

Toulouse

73

761 963

864 936

102 973

13,5 %

Autres unités urbaines

Tarbes

14

77 962

77 609

– 353

– 0,5 %

Albi

10

67 634

72 453

4 819

7,1 %

Montauban

9

64 039

72 275

8 236

12,9 %

Castres

8

56 710

56 861

151

0,3 %

Rodez

6

45 892

49 052

3 160

6,9 %

Pamiers

7

22 231

26 061

3 830

17,2 %

Mazamet

6

25 849

25 379

– 470

– 1,8 %

Castelsarrasin

2

23 673

25 254

1 581

6,7 %

Auch

3

24 725

24 878

153

0,6 %

Millau

2

22 840

23 429

589

2,6 %

Cahors

2

23 128

23 348

220

1 %

Lourdes

10

17 670

18 290

620

3,5 %

Carmaux

5

17 199

17 228

29

0,2 %

Figeac

5

15 934

16 625

691

4,3 %

Gaillac

3

13 506

16 289

2 783

20,6 %

Decazeville

5

17 044

16 013

– 1 031

– 6 %

Saint-Gaudens

7

14 660

15 860

1 200

8,2 %

Fonsorbes

2

9 829

15 087

5 258

53,5 %

Foix

6

13 575

14 440

865

6,4 %

Bagnères-de-Bigorre

7

13 257

13 322

65

0,5 %

Villefranche-de-Rouergue

2

12 561

12 631

70

0,6 %

Graulhet

1

12 663

12 229

– 434

– 3,4 %

Lavaur

2

9 772

12 022

2 250

23 %

Castelnau-d’Estrétefonds

4

7 166

10 321

3 155

44 %

Ensemble

128

629 519

666 956

37 437

5,9 %

TOTAL UU > 10 000 habitants

201

1 391 482

1 531 892

140 410

10,1 %

MIDI-PYRÉNÉES

3 020

2 552 696

2 838 228

285 532

11,2 %

Source : INSEE

8L’écart de 1 à 11 s’est encore accentué entre l’agglomération métropole et les 5 plus grandes « villes moyennes » de Midi-Pyrénées : Tarbes (77 600), Albi (72 500), Montauban (72 300) Castres (56 900) et Rodez (49 100). Avec les 19 autres unités urbaines, qui comptent, de 10 à 26 000 habitants, elles totalisent seulement 667 000 habitants, soit 77 % de la population vivant dans l’unité urbaine de Toulouse. Une unité urbaine dont la dynamique se diffuse largement au-delà de ses limites, dans une vaste couronne périurbaine qui forme avec elle une aire urbaine, dont les contours ont également été redéfinis en 2010. Dans cette vaste couronne de 270 communes, structurant son territoire, on compte désormais 24 des 28 unités urbaines du département de la Haute-Garonne peuplées de 2 400 à 15 000 habitants : la plus grande, Fonsorbes, avec 15 087 habitants en 2008, en a gagné 5 258 depuis 1999, enregistrant un taux de croissance record (+ 53,5 %).

9L’installation de très nombreux citadins à la périphérie immédiate des unités urbaines ou de plus en plus loin de ces espaces marqués par la continuité du bâti, a posé dès le début des années 1970, de difficiles problèmes dès qu’on a voulu en identifier l’impact territorial précis sur l’espace rural. Un espace rural, toujours défini par défaut – les communes qui n’appartiennent pas à des unités urbaines – et dont la croissance démographique est en grande partie imputable à l’installation dans ces communes de citadins qui effectuent chaque jour de nombreux déplacements vers les lieux de travail ou d’étude, mais aussi vers des commerces et des services qui restent majoritairement concentrés dans les zones urbaines denses.

10Comment rendre compte de l’extension de ces territoires directement tributaires de l’influence des villes proches, que l’on a hésité à qualifier – périurbaines, « rurbaines »… (Bauer, Roux, 1976) – pour les distinguer d’un vrai rural, parfois désigné comme le « rural profond » ? L’INSEE a d’abord proposé des ZPIU (Zones de peuplement industriel ou urbain), abandonnées dans les années 1990 au profit de nouveaux « zonages en aires urbaines » (Le Jeannic, 1996 ; INRA/INSEE, 1998) qui ont été utilisés rétroactivement avec les résultats du recensement de 1990, puis de façon systématique pour présenter ceux de 1999. Ces zonages privilégient toujours le « fait urbain », saisi non plus par sa morphologie comme pour les unités urbaines mais sur la base des critères « fonctionnels », les déplacements domicile-travail ; ils suscitent bien des interrogations, relancées par la publication de leurs nouvelles configurations géographiques, en 2010.

II – Les aires urbaines

11Pour mesurer la diffusion des populations citadines dans les campagnes proches des unités urbaines, les critères retenus sont ceux de l’emploi et des migrations quotidiennes entre lieux de résidence et lieux de travail, données collectées lors des opérations de recensement de la population.

12On a parfois jugé ces critères trop restrictifs face à la complexité fonctionnelle des espaces urbanisés ou soumis à l’influence directe des unités urbaines. Ainsi, la dernière « enquête ménages », réalisée dans l’agglomération de Toulouse en 2004, dans le même périmètre que les enquêtes antérieures (72 communes), pour faciliter les comparaisons, mais avec une extension sur 95 communes situées au-delà, révélait que sur les 3,6 millions de déplacements quotidiens observés, tous modes confondus, 17 % seulement étaient liés au travail, 11 % s’effectuaient entre domicile et lieux d’étude, le reste obéissant à des motivations très variées (achats, recours à des services, loisirs, relations familiales…) (AUAT, 2006). L’ensemble de ces déplacements, témoigne à l’évidence de l’existence de « bassins de vie quotidienne », dont l’INSEE a par ailleurs tenté d’identifier les contours (INSEE, 2003 ; Julien, Pougnard, 2004), se proposant d’affiner les études en ce domaine dans les années à venir.

13Quelles que soient les limites de la méthodologie adoptée, et les critiques qu’elle peut susciter, la définition des aires urbaines fondée sur les critères d’emplois et de déplacements domicile-travail, a été reconduite en 2010, mais avec quelques ajustements, face à des résultats qui aboutissaient à réduire comme une peau de chagrin « l’espace à dominante rurale ».

1. Les nouveaux critères de définition

14La démarche reste globalement identique en prenant pour référence l’année médiane 2008 dans le cycle quinquennal 2006-2010 des enquêtes annuelles de recensement. Elle vise d’abord à identifier parmi les unités urbaines des « pôles » en fonction de leur nombre d’emplois, puis à mesurer leur influence sur leurs « couronnes » et sur des « communes multipolarisées » attirées par deux ou plusieurs pôles différents. Appartiennent aux couronnes, les communes dont au moins 40 % des actifs résidants travaillent dans le pôle ou dans l’une des communes attirées par celui-ci. Une aire est ainsi constituée d’un pôle et de sa couronne. Les communes multipolarisées ont des caractéristiques semblables, avec 40 % de leurs actifs résidants qui ne travaillent pas sur place, mais dans deux aires voisines ou plus, sans atteindre ce seuil avec une seule d’entre elles.

15En 1999, la première opération avait permis de sélectionner parmi les unités urbaines, dont les critères d’identification restaient stables, celles qui comptaient au moins 5 000 emplois. Ils étaient, de ce fait, qualifiées de « pôles urbains », les autres devenant des « pôles d’emploi de l’espace rural », souvent nommés « pôles ruraux » en reprenant la terminologie utilisée lors de la première utilisation de ce type de zonage.

16En Midi-Pyrénées, l’exploitation des données du recensement de 1999 avait ainsi permis, en 2001, de distinguer 18 « pôles urbains » et 35 « pôles d’emploi de l’espace rural ». Le seuil de 5 000 emplois avait eu quelques conséquences dont l’impact politique n’était pas négligeable : si, par rapport au zonage établi sur la base du recensement de 1990, l’unité urbaine de Saint-Girons se trouvait « promue » pôle urbain, la crise affectant l’emploi dans deux agglomérations au passé industriel affirmé, Carmaux et Graulhet, avait imposé de les « déclasser » et d’en faire des « pôles ruraux ».

17Suivant en cela les réflexions menées par un groupe de travail du CNIS (Conseil national de l’information statistique) (CNIS, 2009), le zonage de 2010 a relevé le seuil à 10 000 emplois pour sélectionner les unités urbaines, désormais qualifiées de « grands pôles urbains ». On en compte ainsi 12 seulement en Midi-Pyrénées, dont un nouveau qui totalise plus de 10 000 emplois, conséquence de la fusion dans la même unité urbaine des deux communes urbaines distinctes en 1999 : Castelsarrasin et Moissac. La comparaison avec le zonage antérieur est toutefois possible, car l’INSEE a publié la liste des autres unités urbaines qui comptaient en 2008, de 5 à 10 000 emplois, ce qui en aurait fait des « pôles urbains » si les critères de 1999 avaient été maintenus. Il y en a 9 dans la région, déjà pôles urbains en 1999, sauf deux, Gaillac et Bagnères-de-Bigorre, qui n’atteignaient pas alors les 5 000 emplois. Mais ces pôles sont désormais qualifiés de « moyens pôles » et ils ont perdu dans la nouvelle nomenclature le qualificatif « urbain ». Quant aux unités urbaines totalisant de 1 500 à 5 000 emplois, elles ne sont plus des « pôles d’emploi de l’espace rural », mais tout simplement des… « petits pôles ».

18Par voie de conséquence, lorsque l’on ajoute à ces pôles, leurs « couronnes », on parle désormais de « grandes aires urbaines », mais de « moyennes aires » et de « petites aires » sans référence à l’urbain. Ces subtilités de langage tiennent aux résultats obtenus après la nouvelle délimitation des couronnes des grands et moyens pôles. Du fait de leur extension, l’espace restant – petits pôles et leurs couronnes, communes hors influence de pôles – que l’on qualifiait en 1999 comme un « espace à dominante rurale » se trouvait considérablement réduit et fragmenté. Il apparaissait comme un espace interstitiel entre les grandes cellules constituées des grandes aires urbaines et des moyennes aires. Et cela d’autant plus qu’il fallait ajouter à celles-ci les communes multipolarisées.

19Cette situation était prévisible depuis que l’INSEE avait publié les résultats des cinq premières enquêtes annuelles de recensement (2004-2008), avec comme référence l’année 2006. La cartographie des données indiquait de fortes croissances à la périphérie immédiate des aires urbaines de 1999, interprétées parfois hâtivement comme une manifestation d’une « croissance retrouvée » de l’espace rural (Laganier, Vienne, 2009). Il était évident qu’en maintenant le critère antérieur d’identification des couronnes pour les unités urbaines dépassant les 5 000 emplois, on allait constater une dilatation importante du périmètre des aires urbaines. Et cela à un moment où le discours dominant et les politiques publiques s’accordaient autour de la volonté de freiner l’étalement urbain, conformément aux objectifs de la loi SRU (Solidarité et renouvellement urbains) adoptée en 2000, et aux préconisations du « Grenelle de l’environnement ».

20Dans le nouveau zonage de 2010, toute référence à « l’espace à dominante rurale » disparaît et ne subsiste qu’une catégorie, celle des « communes isolées hors influence des pôles ». Une réflexion est en cours pour définir des critères permettant de définir l’espace rural autrement que par défaut, comme un ensemble de territoires résiduels, hors des pôles et des communes soumis à leur influence. Sans doute les critères utilisés ne seront plus exclusivement ceux de l’emploi et des migrations qu’il induit. Rien n’exclut donc d’envisager de rattacher des communes appartenant aux couronnes des pôles ou multipolarisées à de nouvelles zones de l’espace rural, dont la configuration géographique pourrait se fonder sur des données qui lui seraient plus spécifiques.

2. Une nouvelle carte des aires urbaines

21Établie avec les mêmes critères pour l’ensemble de la France métropolitaine et pour les départements d’outre-mer, la nouvelle carte des zonages illustre bien les dynamiques récentes de l’urbanisation qui conduisent à renforcer le poids des grandes aires urbaines. Au nombre de 241, sur 36,6 % du territoire, elles concentrent 77,4 % de la population, et 82,6 % si on y ajoute les communes multipolarisées placées sous leur influence. Les grands pôles urbains autour desquels elles s’organisent y sont prépondérants avec 36,5 millions d’habitants, soit, 59,2 % de la population et 70 % des emplois du pays. Globalement la croissance de ces pôles depuis 1999 indique bien un processus de densification. Ce mouvement va de pair avec une extension de leurs couronnes, dont les gains de population sont légèrement supérieurs. Mais couronnes et communes multipolarisées des grandes aires urbaines sont caractérisées par des densités de 11 à 12 fois inférieures à celles des grands pôles : sur 38 % du territoire national, elles occupent une superficie près de cinq fois plus étendue où vivent 14,8 millions de personnes.

  • 8 Schéma de Cohérence Territoriale.
  • 9 Plan de Déplacements Urbains.

22Cette dilatation des couronnes par intégration de communes qui ont franchi le seuil de 40 % depuis 1999, ne peut être considéré comme de l’étalement urbain au sens strict, compte tenu de ses manifestations dans l’espace géographique. Il n’en traduit pas moins, de plus en plus loin des pôles caractérisés par la continuité du bâti, la diffusion de populations citadines qui en dépendent largement pour le travail, les commerces et les services, avec pour contrepartie la croissance et la diversification des migrations quotidiennes, dont l’impact pour les individus, la collectivité et l’environnement sont au cœur de toutes les problématiques d’aménagement et des documents correspondants (SCOT8, PDU9…).

23Ces grandes tendances nationales se retrouvent en Midi-Pyrénées, mais s’y organisent de façon spécifique compte tenu de la suprématie de l’aire urbaine de Toulouse qui s’est encore renforcée. Cette aire urbaine qui comptait déjà 342 communes et 965 000 habitants en 1999, a connu une vigoureuse expansion : alors que son pôle urbain ne gagne qu’une commune, il a fallu ajouter à sa couronne 111 communes supplémentaires, dont 11 dans l’Aude, hors des limites administratives de la région. Dans son périmètre actuel (453 communes), désormais contiguë avec celle de Montauban, elle se classe au 4e rang en France, avec 1 203 000 habitants, soit 42,3 % de la population régionale. Elle en a gagné 181 500 depuis 1999 (17,8 %), soit la plus forte croissance des aires urbaines du pays, dont 58 500 imputables au solde naturel. Avec 103 000 habitants supplémentaires le pôle urbain s’est densifié, en particulier dans la commune centre (+ 49 200). Mais la couronne a été très attractive, avec un gain de 78 500 personnes, dont 14 600 dans les 111 communes qui lui ont été incorporées, et cela d’autant plus que l’excédent des naissances y joue un rôle beaucoup plus faible que dans le pôle (tabl. 2).

Tableau 2 – La population de l’aire urbaine de Toulouse (1999-2008)

POPULATION

ÉVOLUTION

1999-2008

COMPOSANTES

1999

2008

Gains

en %

Commune de Toulouse

390 350

40,5 %

439 553

36,5 %

49 203

27,1 %

12,6 %

Reste de l’agglomération

(72 communes)

371 613

38,5 %

425 383

35,4 %

53 770

29,6 %

14,5 %

AGGLOMÉRATION

(73 communes)

761 963

79 %

864 936

71,9 %

102 973

56,7 %

13,5 %

Couronne périurbaine 1999

(270 communes)

202 834

21 %

266 706

22,2 %

63 872

35,2 %

31,5 %

AIRE URBAINE (limites 1999) (342 communes)

964 797

100 %

1 131 642

94,1 %

166 845

91,9 %

17,3 %

Extension de l’AU en 2010

(111 communes)

56 577

71 247

5,9 %

14 670

8,1 %

25,9 %

Couronne 2010

(381 communes)

259 411

337 953

28,1 %

78 542

43,3 %

30,3 %

Aire Urbaine 2010

(453 communes)

1 021 374

1 202 889

100 %

181 515

100 %

17,8 %

(en 1999 : 342 communes, en 2010 : 453 communes)

R.Marconis, d’après données INSEE

24L’observation attentive de ces évolutions devrait apporter de précieuses indications sur les dynamiques socio-spatiales qui sous-tendent ces évolutions (fig. 3). On peut d’ores et déjà souligner que la croissance démographique de la couronne périurbaine tend à s’organiser autour de pôles secondaires et plus particulièrement le long des grands axes de circulation, ce qui semble répondre aux orientations de la charte InterScot qui lie les quatre SCOT en voie d’achèvement couvrant un territoire de 437 communes (Collectif, 2010). Il n’en reste pas moins que l’installation de nouveaux citadins au-delà de ces périmètres dans lesquels on se proposait de contenir l’urbanisation en favorisant la densification, suscite bien des interrogations (fig. 4, fig. 5, fig. 6, fig. 7).

Fig. 3 – Midi-Pyrénées : poids de l’aire urbaine de Toulouse par rapport aux autres grandes aires urbaines en % (limites de 2010)

Fig. 3 – Midi-Pyrénées : poids de l’aire urbaine de Toulouse par rapport aux autres grandes aires urbaines en % (limites de 2010)

Fig. 4 – Midi-Pyrénées : les grands pôles urbains et les moyens pôles urbains (limites de 2010)

Fig. 4 – Midi-Pyrénées : les grands pôles urbains et les moyens pôles urbains (limites de 2010)

Fig. 5 – Midi-Pyrénées : les grandes aires urbaines (limites de 2010)

Fig. 5 – Midi-Pyrénées : les grandes aires urbaines (limites de 2010)

Fig. 6 – Les grandes aires urbaines (limites de 2010)

Fig. 6 – Les grandes aires urbaines (limites de 2010)

Fig. 7 – Midi-Pyrénées : les grandes aires urbaines et moyennes aires (limites de 2010).

Fig. 7 – Midi-Pyrénées : les grandes aires urbaines et moyennes aires (limites de 2010).

Population en 2008 et évolution démographique de 1999-2008

25Dans le nouveau zonage statistique de l’INSEE, la région Midi-Pyrénées ne compte que 11 autres grandes aires urbaines, qui totalisent 660 000 habitants seulement, soit à peine 55 % de la population de l’aire urbaine de Toulouse (tabl. 3). Les plus grandes, Tarbes et Montauban, dépassant à peine les 100 000 habitants, et la plus petite, Figeac 25 000. Le nouveau seuil de 10 000 emplois utilisé pour définir un grand pôle urbain fait disparaître de cette catégorie, neuf unités urbaines qui comptent entre 5 et 10 000 emplois, désormais considérées comme des « moyens pôles » pour des « moyennes aires » dont ils sont le centre. On peut le regretter car la lecture de la carte limitée aux seules grandes aires aboutit à négliger des composantes essentielles de l’armature urbaine régionale qui jouent un rôle essentiel dans l’organisation territoriale d’une région très vaste et peu peuplée (Millau, Lourdes…). Cela conduit aussi à dissocier des couples d’aires, dont le caractère urbain n’est pas contestable, au sein desquels existent des solidarités nombreuses et des projets : il en va ainsi de Foix et de Mazamet, par rapport à leurs voisines respectives, Pamiers et Castres classées elles comme grandes aires urbaines.

Tableau 3 – Grandes aires urbaines et moyennes aires en Midi-Pyrénées (Limites de 2010)

Aires (Limites de 2010)

Nombre de communes

Population en 1999

Population en 2008

Évolution 1999-2008

Effectif

%

Grandes Aires urbaines

Toulouse

453

1 021 374

1 202 889

181 515

17,8 %

Tarbes

110

112 454

115 588

3 134

2,8 %

Montauban

33

86 981

100 875

13 894

16 %

Albi

47

87 034

95 424

8 390

9,6 %

Rodez

39

75 426

82 579

7 153

9,5 %

Castres

26

65 773

67 381

1 608

2,4 %

Cahors

44

39 620

43 107

3 487

8,8 %

Auch

47

38 405

40 492

2 087

5,4 %

Pamiers

29

28 376

33 405

5 029

17,7 %

Saint-Gaudens

40

27 059

29 673

2 614

9,7 %

Castelsarrasin

4

24 471

26 102

1 631

6,7 %

Figeac

33

23 458

25 315

1 857

7,9 %

TOTAL

905

1 630 431

1 862 830

232 399

14,3 %

Moyennes aires

Millau

13

27 364

28 275

911

3,3 %

Mazamet

8

26 216

25 791

– 425

– 1,6 %

Lourdes

33

21 419

22 344

925

4,3 %

Villefranche-de-Rouergue

16

18 937

19 659

722

3,8 %

Decazeville

9

20 012

18 981

– 1 031

– 5,2 %

Foix

17

16 924

18 253

1 329

7,9 %

Saint-Girons

39

17 297

18 154

857

5 %

Bagnères-de-Bigorre

15

14 559

14 746

187

1,3 %

Lavaur

4

10 028

12 400

2 372

23,7 %

TOTAL

154

172 756

178 603

5 847

3,4 %

Source : INSEE

26Toutefois, la prise en compte de ces neuf aires moyennes, qui totalisent 178 600 habitants en 2008, ne suffirait pas à équilibrer au plan démographique le poids de l’aire urbaine de Toulouse. En première analyse, les processus de croissance récents confirment des tendances anciennes (Marconis, 2003). Qu’il s’agisse du solde naturel ou du solde migratoire apparent, Toulouse creuse l’écart avec les autres composantes de l’armature urbaine. Sa croissance se nourrit de façon très minoritaire des apports de la région et c’est la seule aire urbaine dont les échanges de population avec les autres régions françaises ou avec l’étranger laissent des soldes largement excédentaires qui lui donnent son dynamisme démographique. Elle a gagné ainsi, en moyenne, 20 000 habitants par an depuis 1999, dont 6 500 du fait de l’excédent des naissances sur les décès. Cela représente 63 % de la croissance enregistrée dans l’ensemble de Midi-Pyrénées, et trois fois plus que les gains de l’ensemble des autres grandes aires urbaines et des moyennes aires.

27Les nouveaux zonages statistiques proposés par l’INSEE permettent ainsi de mieux cerner les deux composantes du fait urbain, invitant à croiser les analyses qui prennent en compte deux réalités : celles des unités urbaines et celle des aires urbaines. La carte des aires urbaines invite à une lecture « fonctionnelle » des espaces sous influence urbaine, dont l’extension se poursuit et pose de redoutables problèmes d’aménagement. Cette lecture qui mériterait d’être nuancée ou complétée en utilisant d’autres critères que l’emploi et les déplacements domicile-travail, afin de mieux identifier la complexité des « bassins de vie ». Les unités urbaines, en s’attachant à la configuration géographique des espaces caractérisés par la continuité du bâti permettent au contraire de mesurer les enjeux concernant des territoires plus denses, que les politiques publiques s’accordent aujourd’hui à densifier encore, afin de lutter contre les effets pervers, économiques et environnementaux, de « l’étalement urbain ». Les derniers résultats des enquêtes annuelles de recensement montrent qu’en ce domaine les résultats restent encore limités si l’on en juge par l’extension récente des couronnes périurbaines.

Haut de page

Bibliographie

AUAT, Enquêtes sur les déplacements dans les ménages de l’aire urbaine toulousaine en 2004, Tisséo, AUAT, 2006, 98 p.

Bauer G., Roux J-M., La rurbanisation ou la ville éparpillée, Paris, Seuil, 1976, 192 p.

Bouesse F., « Nouvelles unités urbaines, Deux Midi-Pyrénéens sur trois vivent en ville », 6 pages de l’INSEE Midi-Pyrénées, n° 137, octobre 2011, 6 p.

Brutel C., « Le nouveau zonage en aires urbaines de 2010, 95 % de la population vit sous l’influence des villes », INSEE Première, n° 1374, octobre 2011, 4 p.

Clanche F., Rascol O., « Le découpage en unités urbaines de 20I0 », INSEE Première, n° 1364, août 2011, 4 p.

CNIS, Statistiques et nouvelles tendances de la localisation des populations et des activités sur le territoire, Rapport du groupe de travail présidé par F. Cuiller, CNIS, septembre 2009, 62 p.

Collectif, Vision stratégique de l’InterScot de l’aire urbaine de Toulouse, Groupement d’intérêt public d’aménagement et de développement du territoire de l’aire urbaine de Toulouse, Septembre 2010, 123 p.

Floch J-M., Levy D., « Le nouveau zonage en aires urbaines, Poursuite de la périurbanisation et croissance des grandes aires urbaines », INSEE Première, n° 1375, octobre 2011, 4 p.

Julien P., Pougnard J., « Les bassins de vie au cœur de la vie des bourgs et petites villes », Insee Première, n° 953, 2004, 4 p.

INRA/INSEE, Les campagnes et leurs villes, Portrait social, INRA, INSEE, Coll. Contours et Caractères, 1998, 203 p.

INSEE, Structuration de l’espace rural, Une approche par les bassins de vie, Rapport INSEE pour la DATAR, 2003, 114 p.

Laganier J. et Vienne D., « Recensement de la population de 2006, La croissance retrouvée des espaces ruraux et des grandes villes », Insee Première, n° 1218, janvier 2009, 6 p.

Le Jeannic T., « Une nouvelle approche territoriale de la ville », Économie et Statistique, INSEE, n° 294-295, 1996, p. 25-45.

Marconis R., « Les dynamiques démographiques et l’armature urbaine de la région Midi-Pyrénées », Sud-Ouest Européen, n° 15, 2003, p. 27-32.

Ratte C., « Nouvelles aires urbaines, En Midi-Pyrénées, l’influence des villes se renforce et s’étend », 6 pages de l’INSEE Midi-Pyrénées, n° 138, octobre 2011, 6 p.

Haut de page

Notes

1 Clanche, Rascol, 2011 ; Brutel, 2011 ; Floch, Levy, 2011.

2 Pour Midi-Pyrénées : Bouesse, 2011 ; Ratte, 2011.

3 Voir, pour l’ensemble du territoire français, la carte détaillée publiée sous forme de poster, Les aires d’influence des villes, Les zonages en aires urbaines 2010, INSEE, DATAR, 2011.

4 Voir à ce propos, le site national de l’INSEE et les communications présentées lors des séminaires du CRIES Midi-Pyrénées (Comité régional pour l’information économique et sociale) : « Comprendre et utiliser les résultats du nouveau recensement de population », 2009, « Les utilisateurs du recensement de la population : un an d’expériences », 2010. En ligne sur http://www.insee.fr/regions/midi-pyrenees/
En 2011, le CRIES Midi-Pyrénées a organisé un séminaire de réflexion sur « Territoires d’étude et territoires d’action, Zonages statistiques et Zonages institutionnels », Hôtel de Région Midi-Pyrénées, 15 novembre 2011.

5 Sont qualifiées de communes-centres, soit la commune qui regroupe plus de 50 % de la population de l’agglomération multicommunale, soit, lorsqu’aucune n’atteint ce seuil, toutes les communes qui ont une population supérieure à 50 % de celle de la commune la plus peuplée, ainsi que cette dernière. Cela peut donner des résultats surprenants. Ainsi, en 2010, la continuité du bâti a conduit à regrouper deux unités urbaines distinctes, villes isolées en 1999, Castelsarrasin (12 862 habitants) et Moissac (12 377), qui ont une population presque identique. Mais c’est Castelsarrasin, légèrement plus peuplée, qui donne son nom à la nouvelle unité urbaine.

6 Le seuil de 2 000 habitants pour la population agglomérée au chef-lieu d’une commune est utilisé depuis le milieu du XIXe siècle pour distinguer communes urbaines et communes rurales. La notion d’agglomération multicommunale, fondée sur la continuité du bâti autour d’une ou plusieurs communes-centres, a été introduite en 1954.

7 Sauf mention contraire, les populations considérées dans cet article sont les « populations municipales », Les « populations totales » révisées comme elles chaque année, au 1er janvier, prennent en compte une partie des populations « comptées à part », vivant certes dans des établissements particuliers de la commune, mais qui appartiennent également à la population municipale d’autres communes. L’addition des populations totales aboutirait à des « doubles comptes ».

8 Schéma de Cohérence Territoriale.

9 Plan de Déplacements Urbains.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Les unités urbaines 2010, les extensions 1999-2010 en Midi-Pyrénées
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/927/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 408k
Titre Fig. 2 – Les unités urbaines et communes rurales en Midi-Pyrénées (limites des unités urbaines de 2010)
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/927/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Fig. 3 – Midi-Pyrénées : poids de l’aire urbaine de Toulouse par rapport aux autres grandes aires urbaines en % (limites de 2010)
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/927/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre Fig. 4 – Midi-Pyrénées : les grands pôles urbains et les moyens pôles urbains (limites de 2010)
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/927/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Titre Fig. 5 – Midi-Pyrénées : les grandes aires urbaines (limites de 2010)
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/927/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Titre Fig. 6 – Les grandes aires urbaines (limites de 2010)
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/927/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Fig. 7 – Midi-Pyrénées : les grandes aires urbaines et moyennes aires (limites de 2010).
Légende Population en 2008 et évolution démographique de 1999-2008
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/927/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Robert Marconis, « Toulouse et la région Midi-Pyrénées. Nouvelles lectures du « fait urbain » (1999-2010) »Sud-Ouest européen, 31 | 2011, 141-151.

Référence électronique

Robert Marconis, « Toulouse et la région Midi-Pyrénées. Nouvelles lectures du « fait urbain » (1999-2010) »Sud-Ouest européen [En ligne], 31 | 2011, mis en ligne le 29 avril 2015, consulté le 06 décembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/soe/927 ; DOI : https://doi.org/10.4000/soe.927

Haut de page

Auteur

Robert Marconis

Professeur émérite de géographie, Département de Géographie-Aménagement, Laboratoire Lisst-Cieu, UMR 5193 du CNRS, Université de Toulouse-Le Mirail, marconis@univ-tlse2.fr.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Sud-Ouest européen – Revue géographique des Pyrénées et du Sud-Ouest est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaire du Midi
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search