Navigation – Plan du site

AccueilNuméros31Pratiques de la ville et formes d...

Pratiques de la ville et formes des « espaces-temps de vie » des femmes à Bordeaux

How the female inhabitants of Bordeaux make use of their city while framing their own daily space-times
Practicas de la ciudad y formas de los « espacios-tiempos de vida » de las mujeres de Bordeaux
Guy Di Méo
p. 153-168

Résumés

Cet article expose les résultats d’une étude effectuée à partir d’un échantillon-cliché de la population des femmes (57) de Bordeaux. Des entretiens ont permis d’établir pour chacune un bloc d’espace-temps de leurs pratiques quotidiennes et hebdomadaires de la ville. On part de l’hypothèse que ces « espaces-temps de vie » sont susceptibles d’exprimer le rapport des femmes à l’urbain et qu’ils sont affectés par de nombreux déterminants (âge, profession, contexte social de vie, niveau culturel et, surtout, effet de genre), même s’ils traduisent aussi des comportements aléatoires. Trois catégories se dégagent de cette étude : des « espaces temps de vie » épousant le quartier, organisés selon un axe radial dans la ville, ou plus éclatés dans le tissu urbain. Chaque type peut-être ramené à un profil social assez spécifique de femme. Les deux premiers permettent aussi de définir la notion de « murs invisibles » qui exprime les effets limitants du genre sur la libre circulation des femmes dans la ville.

Haut de page

Texte intégral

1Par cet article, je voudrais contribuer aux études de géographie sociale urbaine, encore trop rares, qui s’efforcent de mettre en évidence l’impact du genre en matière de production de la ville. J’entends par genre une tension, un rapport de domination dissymétrique entre des catégories d’appartenance sexuelle socialement construites. On sait que dans nos sociétés, ces effets du genre affectent parfois sévèrement les individus, hommes ou femmes, soumis à la domination hétérosexuelle masculine, en raison justement de leur sexe ou de leur orientation sexuelle et de leur comportement : femmes, gays, lesbiennes, transsexuels et bisexuels, hommes ne satisfaisant pas aux standards de la masculinité… Ici, je m’intéresserai au cas des femmes et à l’étude de la manière dont elles inscrivent au quotidien, à Bordeaux, leurs espaces-temps de vie, c’est-à-dire la somme de leurs déplacements les plus fréquents, effectués sur des rythmes variant du quotidien à l’hebdomadaire (Hägerstrand, 1975 ; Giddens, 1987). Je partirai de l’axiome que ces unités ou blocs cohérents (espaces-temps) de vie, propres à chacune des femmes de mon échantillon, tendent à forger la texture tant concrète que symbolique de leur citadinité, voire de leur urbanité. Il s’agira donc d’identifier les formes de tels espaces-temps. Dans ce but, j’ai réalisé, avec le concours d’une enquêtrice (1), des entretiens approfondis auprès de 57 femmes habitant sur le territoire de la commune de Bordeaux. Le choix de ces interlocutrices a été effectué sur la base d’un cliché de la population des Bordelaises âgées de 18 à 85 ans. L’échantillon a respecté quatre critères de sélection des personnes interrogées : leur localisation résidentielle, leur appartenance à une tranche d’âge et à une catégorie sociale ou professionnelle, le contexte de leur vie sociale (vie solitaire ou en colocation, en couple avec ou sans enfant, ménage monoparental).

2Avec ce terme de « forme des espaces-temps de vie », je veux traiter de la configuration géographique de ceux-ci, ramenée à des plans, à des cartes urbaines des territoires bordelais sur lesquels s’impriment les itinéraires journaliers et nocturnes de chaque résidante. Je désigne donc par « forme de l’espace-temps de vie » le dessin plus ou moins complexe des itinéraires que les citadines tracent, au quotidien, dans la ville. Ce dessin résulte de leurs cheminements pédestres, mais aussi de tous leurs déplacements avec des moyens de transport individuels ou collectifs. Il inclut les multiples points d’arrêt qui jalonnent ces parcours : des plus fixes (la résidence, le lieu de travail, les espaces de détente et de consommation, etc.) aux plus mobiles (espaces de loisir occasionnel, de rencontre, de promenade, de flânerie et de découverte, de shopping, etc.). Tout dessin révèle une forme, des formes. Dans notre cas, le plan les restitue en associant des stations et des parcours. Ces cartes esquissent donc, en filigrane des déplacements qu’elles enregistrent, des structures de vie. Elles racontent la manière dont les intéressées construisent patiemment, avec l’espace urbain, leur présence dans la ville et à la ville. Cette ville que, sans relâche, elles contribuent à produire et à reproduire. Production qu’elles réalisent avec le concours des hommes et des enfants, mais aussi avec une insistance et une application personnelles particulières, tenant aux tâches et aux fonctions nombreuses (plus que celles de la plupart des hommes) qu’elles accomplissent et remplissent, journellement, dans l’espace urbain. En effet, comme toutes les statistiques le montrent, et ceci malgré une évolution générale allant dans le sens d’un partage plus équitable du travail domestique entre femmes et hommes, les premières, lorsqu’elles vivent en couple, assument toujours l’essentiel des tâches communes. Parallèlement, elles sont depuis quatre ou cinq décennies massivement entrées sur le marché du travail rémunéré. Il en résulte une situation tout à fait particulière leur conférant une double fonction privée/publique qui se traduit, en théorie et en moyenne, par des rapports à l’espace urbain nécessairement plus intenses, complexes et variés que ceux des hommes. Les femmes, confrontées à cette « double peine », sont amenées à tirer un plus grand parti des ressources urbaines (lieux d’approvisionnement variés, d’éducation et de garde des enfants, de travail et d’allocations diverses, de loisirs personnels ou familiaux, etc.) que les hommes. À ce seul titre, un regard spécifique sur les pratiques et représentations de la ville par les femmes ne manque pas d’intérêt. Même si, admettons-le, la singularisation du féminin ne repose que sur des critères approximatifs qui risquent « d’hypostasier le sexe en lui attribuant une essence immuable sur la base de laquelle viendrait se construire le social » (Varikas, 2006). Il ne s’agit donc pas, pour moi, de sacrifier aveuglément à une quelconque distinction essentialiste des êtres humains par le sexe, ou en fonction d’un genre qui en découlerait. Il est simplement question, ici, de regarder aussi ce paramètre majeur et de l’intégrer dans le faisceau des causalités sociales agissant sur toute réalité géographique.

3Si l’on en revient à notre question essentielle des formes des espaces-temps de vie, certaines font principalement ressortir des phénomènes de proximité et définissent le quartier autour du domicile, ou près du lieu de travail, comme une maille privilégiée du quotidien des femmes. Même lorsque des agrégats topographiques, témoignant de pratiques spatialement concentrées, se dégagent de ces schémas de vie quotidienne, les déplacements des femmes peuvent s’y organiser de différentes manières. Ils s’effectuent tantôt en réseau réservant des passages en tunnel (utilisation d’une automobile, d’un vélo ou de transports en commun), au sein d’assez vastes étendues de quartier, tantôt en territoire aux atomes spatiaux plus contigus et plus resserrés, patiemment parcourus et explorés à pied, de façon plus systématique. Cependant, sans trop anticiper sur la suite du présent exposé, il convient de signaler que rares ou exceptionnelles sont les femmes qui réduisent leurs fréquentations de la ville à ces formes ramassées de quartier compact et proche de leur logis. La plupart les associent au centre-ville. Et même lorsqu’elles semblent en rester à la production de ce binôme (quartier résidentiel/centre-ville), les femmes peuvent ponctuellement s’en évader vers un lieu de travail, ou encore vers un espace commercial périphérique particulier où elles effectuent leurs achats… Sans parler d’autres destinations plus occasionnelles.

4D’autres femmes, souvent plus impliquées que la moyenne dans une activité professionnelle, déploient des formes essentiellement linéaires de leurs espaces-temps de vie. Un lieu de résidence déjà périphérique, bien que situé sur le territoire communal de Bordeaux (c’était la règle de notre échantillon), associé à un lieu de travail plus central, ou plus rarement l’inverse, décrivent ces formes rayonnantes d’espaces-temps de vie que jalonnent, en nombre variable, des points d’arrêt et de bifurcation.

5Reste le troisième type de forme que je privilégierai ici, celui de l’espace-temps de vie dispersé, voire éclaté en d’innombrables lieux de destination. Ce dernier cas de figure peut comprendre seulement quelques points épars dans la ville. A contrario, il témoigne parfois d’une vie urbaine intense, diversifiée, n’excluant pratiquement aucun secteur du territoire urbain.

6Je n’aborderai pas ces espaces de vie dans leur globalité, au-delà du territoire de la commune de Bordeaux dont la représentation identitaire ne fait guère de doute. Sauf, parfois, quand je tiendrai compte de certaines des incursions récurrentes de mes interlocutrices en banlieue ; surtout quand ces échappées sont liées à l’exercice d’une profession, à des habitudes constantes de consommation (hypermarché), à des usages d’espaces récréatifs ou à des visites de parents et d’amis proches… J’estime en effet que le rapport de ses habitantes à l’espace de Bordeaux revêt suffisamment de sens autonome et de signification citadine pour l’isoler des autres types de relations que les femmes entretiennent avec d’autres lieux de l’agglomération métropolitaine, voire de bien au-delà (cf. fig. 1).

Fig. 1 – Espaces bordelais et domiciles des femmes interviewées

Fig. 1 – Espaces bordelais et domiciles des femmes interviewées

7Pour justifier cette démarche de recherche qui pourrait paraître gratuite à certains lecteurs, je fais l’hypothèse que par la médiation de leurs espaces-temps de vie, les habitantes produisent littéralement la ville dans laquelle elles vivent. Elles y décrivent en effet des territorialités dynamiques et mobiles, lesquelles, lorsqu’elles se répètent, finissent par produire des territoires collectifs plus ou moins partagés. L’idée que je défends ici consiste à avancer que ces territorialités édifient tout un pan essentiel de la ville et de l’urbain, celui qui, certes, surgit, sur un mode aléatoire, des vécus individuels, mais aussi celui qui s’enchâsse dans un double processus de structuration sociale. L’un reflète l’habitus (Bourdieu, 1979 ; 1980) propre à chaque femme, citadine ou non, engagée dans un contexte évolutif de vie. L’autre ressort de la production historique et permanente des espaces urbains par ces actes politiques et techniques majeurs que l’on rassemble sous le nom d’urbanisme.

8Le postulat qui sous-tend cette recherche repose donc sur le sentiment que les femmes, bien que représentantes d’un versant du genre globalement dominé, dessinent dans le tissu urbain des formes d’espaces de vie originales, d’une complexité et d’une épaisseur humaines beaucoup plus fortes que celles qui émanent de la plupart des combinatoires de déplacement des hommes. Or, cette exploration/production particulièrement fouillée, fertile et active de la ville s’opère, pour les femmes, en dépit d’un incontestable manque de sérénité ; malgré, même, un réel sentiment d’insécurité éprouvé dans certaines de leurs déambulations, quand ce n’est pas, plus souvent encore, au sein de leur propre résidence (violences conjugales et familiales). Il s’agit là, à coup sûr, de manifestations de l’effet de domination s’exprimant par la violence, tant symbolique que réelle, qui les menace ou, tout au moins, dont elles ressentent la menace. Sentiment qui les conduit à dresser, autour d’elles, ce que j’ai appelé des « murs invisibles » (Di Méo, 2011) limitant de fait leur fréquentation de la ville. Ces « murs » constituent des frontières qui leur sont imposées et qu’elles s’imposent. Ils leur dissimulent, avec une forte opacité, des espaces qu’ils leur ferment et qu’elles chassent souvent de leurs images de l’urbanité. En effet, non seulement la plupart des femmes ne franchissent pas ces murs, mais elles ne voient pas et disent fréquemment ne pas souhaiter voir (« rien à voir », « pas intéressant ») ce qu’il y a derrière leur barrière fictive.

9Dans le discours des femmes, plus que sur la base d’une peur qu’elles ne veulent pas toujours avouer, ces « murs invisibles » s’édifient en rapport avec trois arguments supplémentaires, largement répandus dans les propos de nos interlocutrices bordelaises. Le premier concerne le manque de temps qui les contraint à ne pas se disperser dans la ville et à concentrer, canaliser leurs cheminements à proximité de leur logis, près des théâtres de leurs occupations, ou dans des aires de centralités rapidement accessibles. Ce qui les pousse à éviter les lieux où elles estiment n’avoir « rien à faire », « sans intérêt » pour elles, ne leur apportant rien de plus que ce qu’elles ont près de chez elles, « à portée de la main ». Soit autant de bonnes raisons qui masquent souvent, nous en avons acquis la conviction, de sourdes craintes. Le deuxième argument a trait à leur goût affiché pour la beauté et pour la propreté des lieux où elles aiment se rendre pour vaquer à leurs occupations. Ainsi, esthétisme et hygiénisme ne cachent-ils pas, eux aussi, le refus par les femmes de ces espaces glauques, sales, laids, voire louches et sordides qui éveillent chez elles le sentiment d’être menacées par une éventuelle agression, crapuleuse ou sexuelle ? Soit la manifestation très concrète d’une impression de fragilité, liée à l’effet de la domination masculine (épreuve de force) qui pèse sur elles. Le troisième argument affirme leur préférence, y compris et surtout lorsqu’elles flânent, pour les espaces ouverts, clair et verdoyants, où elles circulent sans encombre, sans rencontrer d’obstacle ou de situations oppressantes, dans une ambiance familiale et amicale de détente. On mesure, à ce propos, tout ce que les politiques contemporaines d’urbanisme, par leurs effets de normalisation, d’ouverture de l’espace à la circulation piétonne et cycliste, au tram, apportent aux femmes en termes de « détente apollinienne » dans la ville, mais aussi en termes de contrôle, de surveillance et de canalisation (y compris économique) de leurs parcours. Il sera bien entendu intéressant et même essentiel de mettre en relation ces formes des espaces pratiqués avec les profils culturels, démographiques, sociaux et géographiques des femmes concernées.

10Des considérations sur la concentration ou sur la dispersion/diffusion géographique, plus ou moins forte, des lieux fréquentés et pratiqués par les femmes me permettront de réfléchir à leur implication urbaine plus ou moins prononcée. Je serai conduit à m’interroger sur leur inscription quasi-charnelle (incorporation) dans une étoffe urbaine, une matérialité de la ville imbibée d’idéalités (en rapport avec des valeurs génératrices de manières de penser, de ressentir, d’être, d’agir) si spécifiques et si prégnantes. Je dois préciser que les documents graphiques que j’analyserai et que je comparerai, dans ces pages, ne relèvent pas de la catégorie connue sous le nom de « cartes mentales ». Il s’agit simplement, ici, de croquis effectués par mes soins à partir des déclarations de nos interlocutrices, recueillies à l’occasion de nos enquêtes. Ce ne sont donc que des reconstitutions graphiques de leurs parcours dans la ville. Ces documents de travail dont je ne fournirai que quelques figures de synthèse ne revêtent pas forcément, eu égard aux déplacements réels des femmes concernées, un caractère d’exhaustivité absolue. Ils ne portent, je le répète, que sur leurs itinéraires les plus fréquents à l’intérieur du périmètre communal de Bordeaux.

11Ces observations des pratiques, mais aussi des représentations conjointes des femmes dans la ville devraient nous mettre sur la voie d’une connaissance plus fine de la nature des matériaux abstraits qui constituent les « murs invisibles » qu’elles rencontrent dans la cité. C’est du moins le pari ou plutôt l’hypothèse que je fais.

I – Les formes d’espaces-temps de vie calquées sur le quartier (fig. 2)

Fig. 2 – Les formes d’espaces-temps calquées sur le quartier

Fig. 2 – Les formes d’espaces-temps calquées sur le quartier

12Ce sont 23 femmes sur 57 interviewées qui font de leur quartier résidentiel, associé ou non à un lieu de travail, le cœur de la forme urbaine concentrant une part très élevée de leurs pratiques quotidiennes. J’entends par quartier, assimilable en ce sens à un territoire, une série de rues, d’édifices et de lieux proches de leur domicile, regroupant, sur quelques centaines de mètres de rayon, des espaces aux ressources très variées et aux limites mal définies. C’est à l’intérieur de ce périmètre poreux que ces femmes accomplissent le plus gros de leurs déplacements. Un tel quartier n’a donc pas de limite franche et nette. À peine pourrais-je même évoquer le terme de « limite » pour qualifier son inévitable et progressive dilution dans le reste de la ville, tant ce territoire demeure très ouvert et sujet à toutes les déformations sous l’effet des représentations et des expériences individuelles.

13En réalité, seules quelques très rares femmes bornent dans un tel espace la quasi-totalité de leurs déplacements journaliers. Le plus souvent, elles fréquentent aussi le centre-ville, ainsi que les aires commerciales et divers espaces d’activités ou de loisir des banlieues. Elles rendent visite aux membres de leurs familles, à leurs ami.e.s dispersés dans l’agglomération. Même si les femmes qui inscrivent leurs espaces de vie dans la forme classique du quartier sont loin d’être les plus actives (au sens de l’exercice d’une profession rémunérée), nombre d’entre elles vont tout de même travailler en divers points de l’agglomération.

1. Une construction territoriale favorisée par le grand âge, la fragilité, le handicap

14Les femmes les plus âgées ou les plus fragiles de notre échantillon, tant socialement que psychologiquement, sont celles qui s’enferment le plus fréquemment dans un quartier protecteur qu’elles territorialisent. Mais la plupart d’entre elles, je le répète, trouvent des voies de sortie. Rares sont, au total, les captives avérées d’un quartier dans la ville. Le cas d’Andrée, de Nansouty, âgée de 80 ans, est sans doute le plus symptomatique en termes de relégation dans un quadrilatère réduit à un pâté de maisons, puisqu’elle ne fait plus guère, désormais, que quelques pas autour de chez elle.

15D’autres femmes âgées connaissent aussi cette existence quelque peu confinée. Sauf que la plupart du temps, elles s’accordent des échappées qui réduisent cette impression, un peu oppressante, de réclusion. C’est le cas de Mercedes (82 ans) qui circule encore des Chartrons, où elle réside, au cours Portal voisin où les commerces ne manquent pas. Mais, surtout, Mercedes se fait conduire par des amis, le dimanche, au Centre Espagnol, à l’autre bout de la ville, où elle déjeune et passe agréablement la journée.

16L’âge et ses misères retiennent aussi à Caudéran des femmes comme Rose ou Anna. La première, âgée de 81 ans, ne quitte guère les alentours de sa résidence. Si elle ne s’autorise que de rares escapades vers le petit centre de services de Mérignac-Capeyron, c’est surtout en raison du handicap de son mari (quasi-cécité) qu’elle redoute de laisser seul. Quant à la seconde (74 ans), ses sorties vers le centre ville de Mérignac, avec l’une ou l’autre de ses filles, dépendent de son entrain du moment, de la priorité qu’elle accorde à ses visites au cimetière voisin où repose son fils, ou encore de la santé de son mari qu’elle ne peut, elle non plus, laisser trop longtemps seul.

17Si l’âge s’avère un facteur efficace d’enfermement des citadines dans leur quartier, il n’existe pas vraiment de fatalité en la matière. De plus, le vieillissement ne constitue pas la seule raison de ce phénomène de restriction spatiale de la vie urbaine ; plusieurs causes renforcent ce type de « murs invisibles ». Il peut s’agir d’un tempérament dépressif, de la proximité des lieux de résidence et de travail couplée à de lourdes charges familiales. C’est la fameuse « double peine » déjà évoquée, mais aggravée ici par la confusion du lieu de travail et du logis, purgée par nombre de femmes jeunes ou d’âge mûr. Dans d’autres cas, la raison relève d’un manque d’expérience ou de confiance en soi, doublé (ou non) de quelques difficultés économiques et sociales. Parfois, ces dernières se cumulent à d’autres handicaps. Ceux-ci font du quartier où les femmes se replient une sorte d’espace territorialisé les menaçant de sa fermeture. Il en est ainsi, au moins, pour cinq ou six femmes que nous avons rencontrées. Un enchaînement de misère et de malchance a conduit l’une d’entre elles, Vanessa, âgée de 25 ans, à s’installer dans un logement de la cité d’habitat social des Aubiers (nord de Bordeaux) où elle s’efforce, tant bien que mal, d’élever seule sa petite fille. Elle sort d’autant moins de sa cité du Lac qu’elle a trouvé, dans la vie associative locale, une sorte de compensation à son abandon social, mais aussi à son absence de travail sinon de ressources. Les Aubiers sont désormais son territoire ; elle s’y plaît en attendant mieux.

2. Poids des conditions d’existence et des facteurs culturels

18Lorsqu’elles sont salariées, nombre de mères de famille s’efforcent de nouer, entre les deux pôles de leur domicile et de leur lieu de travail, les fils de leur vie quotidienne. C’est le cas de Valériane, âgée de 40 ans. Elle réside avec son compagnon dans l’immeuble dont elle assure le gardiennage et l’entretien, en bordure du Triangle central de Bordeaux. Cette confusion entre son habitation et son espace professionnel lui crée de dures contraintes morales. Elle a parfois l’impression d’étouffer, d’être prisonnière. Le temps qu’elle peut passer à l’extérieur de son immeuble lui étant mesuré, elle réserve l’essentiel de ses déplacements au quartier immédiat qui enserre sa résidence.

19Le cas de Sandrine est différent. Cette femme de 38 ans s’occupe de ses trois enfants et de sa maison, à Caudéran (ouest de Bordeaux). Elle vient de reprendre un travail de secrétariat à temps partiel dans une officine du Bouscat, assez proche de son domicile. Entre ces deux polarités et le centre de Bordeaux où elle fait ses emplettes, mais aussi Mérignac où elle conduit son fils à son club de sport, Sandrine crée simultanément du territoire (fondé par sa pratique méticuleuse des lieux) et du réseau (au gré de ses déplacements en voiture). Elle s’ancre de ces deux façons dans un quartier qu’elle élargit au cœur de la ville.

20Stéphanie, 35 ans, s’occupe de ses deux enfants et de sa maison, également à Caudéran. Elle n’exerce pas de profession rémunérée et circule dans ce territoire à longueur de journée, accompagnant ses enfants de l’école au Parc Bordelais, mais aussi chez leurs camarades qui sont également les enfants de ses amies. Elle rejoint, quand le temps lui paraît trop long, le bureau de son mari, au Bouscat, au nord de Caudéran. Bien sûr, elle se dirige aussi, quelquefois, quand les enfants sont à l’école, vers le centre de Bordeaux, ses boutiques, ses services… Mais c’est rare ! Stéphanie construit avant tout, au gré de ses déplacements dans Caudéran, au rythme de ces journées qui n’en finissent pas dans l’attente de son mari, un quartier réseau qu’elle s’approprie, parcourt en voiture. Elle en tire des ressources pratiques, amicales et fonctionnelles : garde et éducation des enfants, approvisionnement auprès des commerces, conversations apaisantes, moments de détente, petits services ménagers, conseils culinaires…

21Pour Sandrine et pour Stéphanie, le quartier dans sa forme de territoire et/ou de réseau, revêt néanmoins, par certains côtés, les caractères d’une figure d’encellulement. C’est l’espace des assignations au travail gratuit, non compté, et au travail salarié, plus contraint. C’est l’espace de l’attente de l’époux, du soin et de l’accompagnement des enfants autour desquels tourne et s’organise toute la vie. C’est l’espace du ménage, de l’entretien des biens et du soin des personnes de la famille, du care, de la sollicitude. Le travail salarié n’y apparaît (et pour la seule Sandrine) que sous le jour d’une occupation de raccroc, presque subalterne, une reprise peu glorieuse d’activité… Rien à voir en tout cas avec la profession sérieuse du mari. Bref, le quartier, territoire ou réseau, contribue à emmurer les deux femmes tout en leur signifiant leur assignation à résidence, doublée ou non d’une tâche salariée.

22Un troisième exemple, celui de Dominique, fournit une autre image, plus positive, des rapports à l’espace urbain de cette femme, cadre supérieur de collectivité territoriale. C’est que son quartier de vie, qui rapproche étroitement sa résidence et son lieu de travail, entre Pey-Berland et la mairie de Bordeaux, met tout le centre-ville, en permanence, à sa portée. Dominique vit le cœur de la ville comme un quartier ; comme son territoire. Mais, pour autant, elle ne se prive pas de quelques échappées en banlieues, pour voir des amis ou faire du sport. Marie-Claude, elle non plus, ne dépend de personne dans son quartier qui se situe aux confins des Chartrons et de Bacalan, près des bassins à flots. Cette mère de famille nombreuse investit complètement cet espace de vie compact, ce véritable territoire où elle compte bientôt fonder une entreprise de restauration à domicile.

23Dans certaines circonstances, le quartier redoré par une ambiance urbaine conviviale, devenu lieu d’échange et de rencontre, de culture et de bien-être, se hisse au rang d’un territoire se suffisant quasiment à lui-même. La gentrification, l’arrivée de nouvelles couches sociales, jeunes, nanties et curieuses, l’instauration d’une plus grande variété sociale et ethnique, l’installation d’artistes et de créateurs concourent parfois à l’émergence de telles vocations territoriales. À Bordeaux, depuis quelques courtes décennies, Saint-Pierre, la Rousselle, les Chartrons ont connu cette évolution et cette destinée que partageront peut-être, d’ici peu, Saint-Michel, Bacalan et La Bastide (tous quartiers du fleuve), voire certains secteurs de la couronne péricentrale intérieure (ouest) comme Nansouty et (déjà) Saint-Seurin (fig. 1).

24Plus d’une femme installée, seule ou en couple, dans ce type de quartier, y trouve un cadre de vie privilégié, sinon exclusif, imprégné du plaisir de fréquenter les lieux et le voisinage. Françoise, qui vit ainsi aux Chartrons, semble en tout point correspondre au parfait signalement de la « bourgeoise-bohême ». Cependant, son amour du quartier ne la dispense pas de longs déplacements vers le lieu de son travail, par le pont d’Aquitaine, sur la rive droite de la Garonne. Il ne l’exonère pas non plus de quelques sorties en ville, plus au sud, pour son plaisir et pour ses achats.

25Dans ce même quartier où elle habite avec son compagnon, Elsa qui n’a que 22 ans investit un territoire comblant tous ses désirs d’amitiés, de nouvelles rencontres, d’échanges et d’émotions. Cette étudiante en arts plastiques, passionnée de création, trouve autour de chez elle les interlocuteurs dont elle a besoin. Il ne lui manque qu’une chose : la place nécessaire à l’installation d’un atelier. D’un tel milieu, Elsa ne cherche pas à partir. Elle se contente de prendre le tram pour se rendre, de temps en temps, sur le campus de Pessac où elle fait ses études.

26Le quartier Saint-Pierre convient tout aussi parfaitement à Claire. Cette dernière y a élu domicile avec son jeune enfant et son compagnon au chômage, d’origine haïtienne. Cette diplômée de l’université cherche un emploi à l’étranger, dans une ONG. En attendant, elle vit avec bonheur dans ce cadre où, comme elle dit, « tout est à portée de la main. » Elle ne quitte son territoire que pour se rendre chez des amis, à Caudéran ou à Mérignac. Elle va aussi à la Victoire « pour l’ambiance » et aux Capucins, de temps en temps, pour le marché.

27Pour d’autres femmes, les quartiers réhabilités ou rénovés de la frange externe du péricentre constituent des espaces de vie intense. Les femmes qui les territorialisent s’adressent aussi, pour compléter leurs approvisionnements, aux centres commerciaux et de services des communes de banlieues. Pauline, auxiliaire de vie de 20 ans, a tissé de la sorte, à Nansouty, tout un réseau territorial de connivences et d’amitiés qu’elle partage avec ses deux colocataires. En dehors de « son quartier », elle ne va guère que dans les communes voisines de la périphérie bordelaise : à Talence où elle travaille et fréquente l’hypermarché Leclerc ; à Villenave-d’Ornon dont elle pratique le mur d’escalade ; à Pessac où résident ses parents et ses grands-parents.

28Plus âgée (49 ans), une autre auxiliaire de vie, Christine, profite, à deux pas de la « barrière » Saint-Genès, d’une territorialisation des lieux que confortent aujourd’hui, dans ce secteur, un arrêt du tram et les commerces qu’il a fixés. Cet ancien îlot périphérique que l’intense circulation automobile avait déshumanisé et transformé en strict espace fonctionnel, retrouve désormais les charmes d’une vie de quartier. Christine et son dernier fils s’y plaisent beaucoup. Ils ne quittent les environs de leur maison que pour rejoindre, dans les banlieues proches, des endroits attractifs bien spécialisés : ceux du travail à Pessac ; ceux de la consommation et du cinéma, à Talence ou à Villenave-d’Ornon.

29Au total, les formes d’espaces-temps de vie des femmes épousant celles du quartier urbain, ce « village dans la ville », sont loin, de nos jours encore, d’être négligeables. Les deux cinquièmes des femmes de notre échantillon construisent leur existence quotidienne dans ce contexte. Bien sûr, le quartier n’est à peu près jamais, pour elles, un territoire véritablement exclusif. Elles fréquentent épisodiquement d’autres parties de la ville, particulièrement son centre. Elles se rendent aussi parfois dans une ou quelques-unes de ses banlieues. Ces dernières s’avèrent les éléments essentiels d’une vie urbaine qui ne se borne plus à Bordeaux, mais intègre, pour les Bordelaises, la première couronne des banlieues de leur ville.

30Ce recours fréquent aux banlieues, associé à l’exercice d’une profession, parfois à une vie sociale et urbaine très active, tend à transformer les formes de l’espace-temps de vie des femmes. Il leur confère une structure tantôt plus linéaire, tantôt plus éclatée que celle, spatialement compacte, du quartier. À vrai dire, le partage entre ces différentes formes n’est pas simple. Lorsqu’un espace-temps de vie s’étire le long d’un secteur rayonnant de la ville et de ses banlieues, le quartier autour de la résidence ne s’efface pas toujours complètement, loin de là ! Inversement, on l’a constaté, quand le quartier absorbe les espaces-temps de vie, il n’est pas rare que les nécessaires évasions de son emprise étirent les lieux pratiqués par les femmes jusqu’à leur conférer des allures d’axe et de réseau. Bref, les formes de la ville que dessinent les pratiques des femmes, comme celles de tous les citadins, ne se figent jamais. Instruits de ce principe, prêtons maintenant attention aux formes plus linéaires des espaces de déplacement des femmes dans la ville.

II – Des formes linéaires d’espaces-temps de vie (fig. 3)

Fig. 3 – Les formes linéaires d’espaces de vie

Fig. 3 – Les formes linéaires d’espaces de vie

31Ces formes linéaires d’espaces-temps de vie concernent, à une près, le même nombre de femmes (22) que dans le cas précédent (configurations de quartier). Ce nouveau type de forme décrit, pour chaque femme concernée, des sortes d’alignements de lieux rayonnant autour du centre de Bordeaux. Ils définissent, par leurs variations latérales, des secteurs de cercle ou des fuseaux qui relient généralement le centre de la ville à un pôle de banlieue. Ces secteurs font alterner des renflements de quartiers autour du domicile ou du travail, avec des tunnels de circulation menant d’un lieu de pratiques (loisirs, courses, services, etc.) à l’autre.

32Ce qui frappe, en première analyse, c’est le fait incontestable que cette forme allongée d’espace-temps de vie concerne, pour une écrasante majorité, des femmes exerçant une activité rémunérée. En effet, sur 22 cas observés de formes linéaires d’espaces-temps de vie, j’ai pu recenser 18 femmes actives, salariées ou chefs d’entreprises, et 2 au chômage à la recherche d’un emploi. Dans la situation précédente, celle des espaces-temps de vie agglomérés en quartier, la proportion n’était que de 7 femmes salariées sur 23.

33Ce qui ressort, en deuxième lieu, de ces données, c’est le constat que plus les femmes interrogées s’impliquent dans leur vie professionnelle (cadre, chef d’entreprise…), plus la forme de leur espace-temps de vie s’étire dans la ville, jusqu’en banlieue. J’ajouterai que ce phénomène s’avère d’autant plus flagrant que les femmes concernées, veuves, mères célibataires ou divorcées, accumulent sur leurs seules épaules de lourdes charges de famille. En réalité, cette situation n’a rien de surprenant. Il est assez logique que des femmes assumant à la fois de grosses responsabilités professionnelles et des obligations familiales exigeantes soient amenées à se déplacer dans la ville de manière intense et rapide. Beaucoup plus en tout cas que celles qui n’ont qu’une tâche d’exécution à remplir, en un seul lieu donné, et ne connaissent pas, par ailleurs, les contraintes de déplacement liées à l’éducation d’un ou de plusieurs enfants. Ce qui pourrait un peu plus surprendre, c’est l’observation que les femmes seules, exerçant une profession prenante et se chargeant seules d’enfants, sont aussi celles qui trouvent le temps d’aller au spectacle, de rencontrer des ami-e-s, de se promener en ville… Affaire de capital social, de capital culturel ? Ou plus simplement de stimulation d’intérêt ? Quelle que soit la raison, il en résulte, pour ces femmes, des formes particulièrement étirées et rayonnantes d’espaces-temps de vie dans la ville.

34Toutefois, une question demeure en suspens : pourquoi, dans de tels contextes d’activités, les formes géographiques d’espaces-temps de vie des femmes se calquent-elles sur les rayons et les secteurs de cercle du plan radioconcentrique de la ville ? Pourquoi se circonscrivent-elles à ces axes rayonnants, tendus du centre historique et fonctionnel de Bordeaux à ceux de ses anciennes banlieues ? On pourrait penser que l’aboutissement logique de ces formes d’espace-temps de vie, pour les femmes bénéficiant d’un emploi rémunéré et faisant face à une charge de famille solitaire, serait celle de l’espace éclaté, constitué de lieux dispersés en réseau dans l’espace urbain ? Or, il n’en est rien. Les femmes aux agendas les plus remplis sont aussi celles qui construisent les formes d’espaces de vie étirées sur le plus de distance. Ce sont donc celles qui participent le moins à la vie de quartier ; que ce soit autour de chez elles ou à proximité de leur lieu de travail. Le temps disponible des femmes reste donc la clé de leurs pratiques urbaines et des formes que celles-ci engendrent. Soucieuses que leurs déplacements soient efficaces, elles affectionnent particulièrement les itinéraires rapides qui empruntent les grandes radiales de l’agglomération où la circulation est la plus fluide de toute la ville. Quelques exemples tirés des 22 situations en cause permettent d’affiner la nature de ces formes de l’espace et d’en révéler les aspects plus concrets.

1. Femmes (très) actives et tension extrême des axes de vie

35Bernadette, 49 ans, habite Caudéran près des boulevards. Mariée et mère de deux enfants, elle travaille dans une ludothèque de Blanquefort (banlieue nord-ouest) et s’occupe de sa grande maison familiale. Elle pratique Caudéran, entre le bourg et le boulevard, à la manière d’un quartier ou d’un village où vivent pas mal de ses ami-e-s. Pour ses courses et les services médicaux, elle se rend plus à l’ouest, au centre de Mérignac ou à Mérignac-Pichey, un petit ensemble de commerces et de services. Au-delà des boulevards, vers le centre de Bordeaux, Bernadette trouve sur l’axe radial de la rue Judaïque un supermarché et surtout la piscine municipale de Bordeaux qu’elle fréquente avec ses enfants. Elle prend le bus, en fin de semaine, pour se rendre au centre-ville et y faire du shopping. Au total, en dehors d’une légère déviation de ses itinéraires pour rejoindre son lieu de travail, Bernadette concentre ses déplacements le long de l’axe radial qui va de Mérignac au centre de Bordeaux. Tantôt elle circule en automobile, surtout vers la périphérie, tantôt elle effectue le trajet en bus, surtout vers le centre-ville. Bien sûr, Bernadette sort de ce rayon de ville entre Mérignac, Caudéran et Bordeaux-centre. Elle prend des vacances en famille, elle se rend certains week-ends sur le bassin d’Arcachon, avec les siens… Mais l’essentiel de son espace-temps de vie, celui de son quotidien, s’inscrit et se resserre sur ce secteur de cercle de l’ouest bordelais. L’exemple de Bernadette vaut pour nombre d’autres femmes actives. Même si chacune, en fonction de ses conditions spécifiques de vie, construit son propre secteur de ville.

36On peut aussi distinguer, relativement rares à Bordeaux (4 cas seulement sur 22), les formes d’alignement d’espaces-temps de vie associant les deux rives du fleuve. Sophie réside et travaille sur la rive droite, à la Bastide, où elle tisse depuis quelques années de solides liens de quartier. Sur la rive gauche de la Garonne, son espace-temps de vie s’égraine vers le centre-ville, par-delà le Pont de Pierre ; puis bien au-delà encore, vers la banlieue nord-ouest du Taillan-Médoc où résident ses parents et où elle fait du sport de compétition dans un club local.

37Corinne vient d’acheter avec son compagnon une maison à La Bastide. Elle a le sentiment d’appartenir à deux quartiers (La Bastide et Fondaudège sur l’autre rive) dont elle fréquente commerces, services et espaces de loisirs. Pour ces derniers, justement, elle pousse jusqu’à Talence sur une rive, jusqu’à Floirac sur l’autre, afin de rencontrer des ami-e-s et de trouver des occasions de se détendre : restaurants, lieux de promenade, etc.

38Clémentine et Sylvia orientent pour leur part leurs espaces-temps de vie en sens inverse. Elles habitent toutes deux sur la rive gauche de la Garonne : Clémentine aux Aubiers, Sylvia à Bacalan. L’une va ouvrir une librairie sur la rive droite, l’autre y exerce sa profession d’enseignante. On ne peut pas dire que Clémentine ait fait des Aubiers son territoire : elle y réside, sans plus. En revanche, Sylvia s’est pleinement installée à Bacalan. Elle y apprécie les lieux et les gens. Elle y a véritablement trouvé sa place. Entre les Aubiers et La Bastide, Clémentine multiplie les étapes, les stations de son espace-temps de vie : l’hypermarché Auchan de Bordeaux-Lac, la place Ravesies et sa Biocoop, le centre-ville et la libraire Mollat, les Quinconces et le Pont de Pierre… Ainsi se dévide un espace-temps de vie étiré en fuseau. Ses composantes décrivent une personnalité bien précise, un caractère et des choix d’existence mobilisant des espaces complémentaires (résidence bon marché aux Aubiers, espace propice à l’ouverture d’un commerce visant les enfants et les jeunes à La Bastide), mais toujours identifiés à des niveaux de vie modestes et moyens.

39C’est la même chose pour Sylvia, sauf que Lormont, où se trouve son école, ne la retient guère une fois la classe finie. Par le pont d’Aquitaine, en voiture, elle rejoint vite Bacalan. Pour ses achats ordinaires, les aires commerciales du Lac, sur son chemin, font l’affaire. En dehors de Bacalan, devenu son territoire d’amitiés, d’échanges et de rencontres, ce sont d’autres quartiers populaires et multiculturels qui l’attirent. À Saint-Michel, en particulier, elle retrouve des ami-e-s qui partagent ses idées sur ce que doit être une ville ouverte à tous. Elle y va au marché et pratique le mur d’escalade du quartier, afin de s’entraîner pour ses fréquentes sorties pyrénéennes.

40Pour ces femmes ne vivant pas avec mari et enfant dans trois cas sur quatre, les formes de l’espace-temps de vie expriment, d’une rive à l’autre, leur volonté, par-delà les contraintes économiques et sociales, de tirer de l’espace urbain les ressources qui répondent à leurs aspirations. Sauf que la linéarité approximative de la forme urbaine qu’elles bâtissent résulte bien d’un bornage de leur espace-temps de vie respectif par des murs qu’elles ne perçoivent pas forcément. Ces murs sont, en partie seulement, ceux d’un temps trop compté. Mais ils balisent surtout les limites idéelles de leurs envies : sa librairie et les livres pour l’une, la passion de l’escalade et de la bohême pour l’autre… Ces murs virtuels canalisent l’espace-temps des femmes dans la ville. Ils encadrent des trajets linéaires devenus, pour elles, habituels. Des lieux et des territoires les jalonnent. Ce sont ceux où leurs choix de vie trouvent satisfaction avec une efficacité maximale.

41Ces couloirs de vie dans la ville, plus que le souci de tirer de celle-ci une infinité de ressources variées et surprenantes, indiquent au contraire, de la part des femmes, leur choix d’objectifs très ciblés. Un projet professionnel auquel elle tient beaucoup pour l’une, une orientation idéologique et politique qu’illustre un type particulier de quartier de résidence pour l’autre, un loisir devenu passion pour une troisième, etc. Si les formes d’espaces-temps de vie enjambant la Garonne sont, à ce titre, parmi les plus intéressantes, c’est parce qu’elles décrivent bien, en jouant sur la différenciation très poussée des deux rives, la nature des choix qu’opèrent les femmes à travers les espaces de leurs pratiques.

42Illustration magistrale de ce constat, le tracé de l’espace-temps de vie bordelais de Sylvie (1) enchaîne une succession très nombreuse de lieux. En effet, cette femme hyperactive s’efforce de vivre avec une grande intensité, sans que l’un des registres de son quotidien empiète trop sur les autres. Propriétaire de sa maison située entre les Chartrons et le Grand Parc, elle consacre volontiers une partie de son temps libre à parcourir les espaces verts, parfois aménagés pour le sport, du Lac ou de Bruges, au nord et au nord-ouest de Bordeaux. C’est dans la zone commerciale du Lac qu’elle effectue aussi ses achats les plus courants. Elle cherche toujours à associer ces moments de « corvée » avec une séquence de loisirs sportifs, autour du Lac par exemple. Elle a aussi récemment découvert, près de chez elle et toujours sur le même axe, l’annexe de la mairie du Grand Parc (pour certaines démarches) ainsi qu’un marché (pour les produits frais). En direction du centre-ville, son bureau se situe aux portes des Chartrons, près du Jardin public. Très prise à son poste de responsabilité, elle ne distrait pas beaucoup de temps, dans la journée, pour se déplacer dans ce quartier pourtant riche en commerces et endroits attractifs. Elle réserve pour le soir, quand ce n’est pas carrément pour la soirée et le début de la nuit, ses déambulations dans le centre-ville ; voire à Saint-Pierre et à Saint-Michel pour des sorties avec ses ami.e.s. Elle se promène aussi à ces mêmes heures sur les Quais, souvent seule ou avec son fils, pour se détendre. En lutte constante contre le temps, il lui arrive tout de même de faire du shopping en ville, dans la croisée centrale de Bordeaux (Porte Dijeaux/Sainte-Catherine), aux heures où les boutiques commencent à fermer, comme à la dérobée. Vivre Bordeaux sur un axe, comme le fait Sylvie (1), lui permet de tirer de l’espace urbain, en un temps réduit minimum, un maximum de ressources. Forte de la connaissance du terrain de ses déplacements, sur cette radiale fluide, elle profite de la complémentarité des fonctions qu’offre la ville entre les espaces (verts et sportifs) de sa périphérie et ceux, où l’urbanité bat son plein, de son hyper-centre. La forme particulièrement allongée et radiale de l’espace-temps de vie de Sylvie (1) peut être considérée comme l’expression spatiale maximalisée d’une existence active et même trépidante, cumulant une somme élevée de responsabilités.

43De cette sorte de « modèle », d’autres exemples d’espaces-temps de vie, propres à des femmes très actives se déduisent. Je citerai ceux de Kira, d’Anne (2), de Sylvie (2), de Violette, de Dorothée, de Christine… Ils ressemblent tous, en moins riche, à celui de Sylvie (1). Tous traduisent cette tension extrême de pratiques engagées dans une course éperdue, dans une relation chaotique de l’espace et du temps. De la sorte, les séquences accélérées de l’un et de l’autre s’entrechoquent plus ou moins brutalement sur les radiales urbaines, au rythme de chaque vie.

2. Réduction des tâches et détente des axes de vie

44Les femmes qui n’exercent pas de profession rémunérée développent des schémas d’espaces-temps de vie qui ne sont pas forcément très différents de ceux des salariées ou assimilées, au détail près, non négligeable, de l’effacement du lieu de travail extérieur au domicile. Nathalie, 38 ans, mariée et mère de deux jumeaux, est au chômage. Elle accorde beaucoup de crédit et de temps à l’entretien de son appartement familial. Son espace-temps de vie s’inscrit sur une radiale beaucoup moins tendue que celles des femmes très actives. Les points d’arrêt qui la jalonnent y sont, par exemple, bien moins nombreux et plus distants les uns des autres.

45En dehors de la fréquentation de quelques commerces, elle ne pratique pas beaucoup les alentours de son domicile, entre Pey-Berland et Victoire. Elle ne procède nullement à cette appropriation des lieux proches de sa résidence qui caractérise l’esprit de quartier. Le quartier, c’est avant tout, pour elle, le court chemin qui sépare sa maison de l’école où vont ses jumeaux. En dehors de cet espace, elle se rend surtout à Caudéran où résident ses parents et dont elle prise fort, avec ses enfants, le Parc Bordelais ainsi que la piscine proche du Bouscat. Entre Caudéran et son domicile, sa propre pratique de la ville la mène jusqu’aux galeries marchandes de Mériadeck. Elle s’évade parfois de cet axe pour flâner dans les rues du centre-ville, ou bien sur les Quais. Mais sa vraie vie se passe ailleurs, en compagnie de ses enfants et de son mari, tous réunis le week-end au Cap Ferret.

46L’espace-temps de vie de Geneviève, 31 ans, mariée, maman d’une fillette encore bébé et qui a abandonné son emploi de vendeuse, ressemble à celui de Nathalie. Dans les deux cas, ce qui est saisissant, c’est cette chute de tension sur l’axe géographique de sa vie ; ceci en regard des déplacements quotidiens des femmes très actives, forcément plus hachés. Ce qui ressort aussi de ces analyses, c’est la simplification et la détente progressives de ces formes linéaires et axiales d’espaces-temps de vie, pour les femmes, sous l’effet de l’âge, du départ des enfants, de l’abandon d’une activité professionnelle… Pour Marcelle et pour Anne, c’est flagrant. Décrites par des femmes plus jeunes et sans enfant, ces formes linéaires d’espaces-temps de vie se simplifient aussi, de façon d’autant plus sensible qu’elles se projettent mentalement ailleurs et, chaque fois qu’elles le peuvent, s’évadent de Bordeaux. C’est en particulier le cas de Valérie.

47Ainsi, les espaces-temps de vie aux formes linéaires, propres à un nombre élevé de femmes, concernent surtout les plus actives et celles qui sont parallèlement assujetties à de lourdes charges familiales. Ces itinéraires de lieux, de territoires et de réseaux illustrent, par l’intermédiaire donc de la forme urbaine, les tensions très fortes que connaissent, entre obligations familiales et professionnelles, entre vie privée et vie publique, une importante part de nos interlocutrices. La linéarité semble constituer, pour ces femmes, leur manière de pourfendre (image !) la ville. Elles s’y emploient sur un axe de convenance et/ou de nécessité qui économise leur temps et leur énergie. C’est en tout cas, pour elles, le moyen de tirer de l’espace urbain un optimum de ressources en rapport avec leurs projets, leurs besoins, leurs envies, leurs curiosités, leur vitalité respective et leur habitus. Dans ces conditions, la forme linéaire de l’espace-temps de vie présente quelques avantages sur sa forme éclatée ou galactique, constituée en réseau. C’est ce que je vais m’efforcer de montrer maintenant.

III – Des espaces-temps de vie éclatés dans la ville (fig. 4)

Fig. 4 – Les espaces-temps éclatés dans la ville

Fig. 4 – Les espaces-temps éclatés dans la ville

48J’insiste une fois de plus sur l’extrême difficulté qu’il y a à définir des catégories de femmes, à la fois claires, précises et infalsifiables, sur la base des formes de leurs espaces-temps de vie. J’ai tout de même opté ici pour distinguer un type de forme d’espaces-temps de vie des femmes fondé sur une dispersion plus forte que dans les cas précédents des lieux de leurs pratiques. Mais que faut-il entendre, au juste, par ce terme de « forme éclatée » ? Je souhaite simplement indiquer, par cette formule, que certaines femmes développent dans Bordeaux des espaces-temps de vie qui associent tantôt un lieu de résidence, élargi ou non en quartier, tantôt un alignement radial de lieux de pratiques, avec de nombreux autres endroits épars dans la ville. Ceux-ci ont la particularité de se fondre dans le tissu urbain de manière relativement aléatoire, sans structuration ou ordre particulier, clairement décelable. C’est là le caractère original de cette ultime forme d’espace-temps de vie. Elle marie territoires, lieux et réseaux de façon à dessiner une ville vécue extrêmement riche et complète, dépourvue en apparence de ces « murs » qui semblent borner l’espace-temps de vie des précédentes catégories de femmes. Selon les cas, le nombre de tels lieux dispersés dans la ville varie de quatre ou cinq à une bonne dizaine pour les formes les plus éclatées.

49À partir de ce modèle, j’ai identifié 11 cas de femmes susceptibles de le revendiquer. Il s’agit, dans l’ensemble, de femmes plutôt jeunes (7 sur 11 ont moins de 40 ans), mais plus encore de femmes célibataires, vivant parfois avec un enfant. Elles ont aussi, pour la plupart, un niveau de formation élevé. Par ailleurs, ce sont des femmes engagées avec vigueur dans la vie professionnelle ou, surtout, associative. En effet, nombre d’entre elles étant encore étudiantes, leur taux de professionnalisation rémunérée en pâtit. De plus, elles ne brillent pas, à une ou deux exceptions près, par une position sociale, par une place qui les propulserait vers les plus hautes sphères de la société locale. Non ! C’est plutôt des femmes de conviction et d’engagement, des intellectuelles certes, pour bon nombre d’entre elles, mais d’abord des femmes attentives aux autres, soucieuses, si l’on reprend leur discours, de prodiguer des soins à leur enfant, de les éduquer, de protéger leur famille.

50En définitive je distinguerai dans ce groupe de femmes trois cas d’espèces. Primo, celles qui se dispersent, voire s’éparpillent dans la ville pour leurs affaires (entreprise, commerce, association, etc.) ou dans l’intérêt de leur enfant, de leur famille. Isabelle (2) et Sylvie (3) sont dans ce cas. La dernière nommée ne parcourt-elle pas, entre ses heures de travail qui l’occupent à Saint-Augustin, une bonne partie de la ville afin que sa fille trisomique puisse bénéficier de soins appropriés à son état, d’une scolarisation et d’activités variées correspondant à ses goûts ?

51Secundo, celles qui vivent pleinement la ville pour soi, par goût de la vie citadine, au nom d’une culture et d’une curiosité urbaine à plus d’un égard insatiable. Nombre de jeunes femmes, des étudiantes en particulier, sont dans ce cas : Colombe, Caroline… Les exemples de Maud et de Célia, l’une jeune mère célibataire, l’autre en attente d’un mari et d’un emploi (ce sont ses propres déclarations), s’en rapprochent aussi.

52Tertio, celles qui trouvent dans la quête de ressources urbaines très variées une sorte de compensation ou de réplique à l’adversité : celle d’une infirmité, de la maladie, etc. Josette, âgée d’une soixantaine d’années, qui vit en fauteuil roulant depuis sa naissance, illustre sans doute avec le plus de netteté et de force cette situation.

53Le seul cas concret que je développerai ici est celui de Maud. Cette mère célibataire de 28 ans vit seule, avec sa fillette de 5 ans, dans le quartier péricentral de Saint-Bruno, immédiatement à l’ouest de Mériadeck. Elle y a trouvé, pour pas très cher, la location dont elle rêvait : un logement doté d’un petit jardin, avec des arbres. Sans véritable formation, Maud se contente de contrats d’intérim (vente au téléphone, réalisation de sondages) pour survivre. Sa famille, installée barrière de Pessac, ses nombreux amis dispersés dans toute la ville l’aident également. Le temps ne lui faisant pas défaut, elle profite au maximum de Bordeaux qu’elle parcourt tantôt en rollers, tantôt en vélo, le plus souvent à pied. Tous les quartiers du centre et des Quais, La Bastide et Cenon sur la rive droite, Caudéran et le Parc Bordelais à l’ouest, Pey-Berland, Mériadeck et une bonne part des quartiers péricentraux de l’ouest comme du sud-ouest reçoivent sa visite. Les occasions ne manquent pas tant son réseau de relations est dense. De plus, Maud a l’art de profiter de toutes les ressources et de tous les lieux que la ville lui offre. Elle a le chic pour saisir toutes les occasions qui se présentent, avec cette économie de moyens que lui imposent ses maigres revenus. Cette capacité de jouir de la ville et de ses opportunités, cette joie de vivre finalement qui habite Maud peuvent apparaître, à certains égards, comme une compensation du mauvais sort qui n’a pas toujours épargné sa jeune vie de femme.

54Au total, les formes éclatées de l’espace de vie des femmes ne semblent pas caractériser, loin de là, celles qui seraient les mieux dotées de capitaux de tous ordres : économique, social, culturel… Certes, celles qui détiennent un solide capital culturel, à l’image des étudiantes (Colombe, Caroline) et d’autres diplômées (Carole, Célia, Josiane), ou encore de Marie (2) qui est dans l’enseignement supérieur, ont une indéniable propension à produire de telles formes d’espaces-temps de vie. Mais ce n’est pas une règle absolument générale. Des femmes éprises d’urbanité, à l’affût des innombrables ressources non marchandes de la ville, partagent aussi, parfois, ce goût (très culturel) pour ses plaisirs gratuits. Or, il peut s’agir de femmes bien modestes et sans diplôme, comme Maud ou Josette. Pour cette dernière c’est une furieuse envie de vivre et de surmonter son handicap qui la met de la sorte, à longueur de journée, sur les pistes sans bornes ni murs de la ville. En général une puissante vitalité paraît aller de pair avec ces éclatements d’espace de vie à propos desquels on pourrait peut-être aussi parler, avec des auteurs comme Jacques Lévy et Michel Lussault, d’accumulation spécifique de « capital spatial ».

Conclusion

55L’attention que j’ai portée aux « formes des espaces-temps de vie » des femmes dans Bordeaux révèle donc des styles très différents. J’ai montré qu’ils sont soumis, mais en partie seulement, à des déterminants économiques, démographiques, géographiques, culturels et sociaux intimement entrelacés. C’est l’effet « d’intersectionnalité » (Delphy, 2008 ; Dorlin, 2009). J’ai réussi à isoler, non sans difficulté tant ces catégories s’imbriquent et se chevauchent, trois familles de formes engendrées dans le tissu urbain par les représentations et les pratiques de nos interlocutrices. Malgré ces artifices catégoriels, j’accorde tout de même beaucoup de prix à cette collection de formes. Elle me paraît en effet susceptible de dévoiler, à travers le prisme de l’outil d’observation et d’analyse des espaces-temps de vie, quelques unes des logiques de comportement des femmes dans la ville. Elle permet aussi d’identifier des modes d’édification convaincants des « murs invisible » qui se dressent devant leur libre usage des territoires urbains.

56Dans le cadre de cette classification, il convient d’abord de revenir à la forme urbaine du quartier. En réalité, les femmes qui vivent l’espace urbain selon cette dynamique (territoriale ou résiliaire) de l’habiter, l’associent presque toujours à un double, tout aussi vécu, constitué par le centre-ville de Bordeaux. Sans généraliser outre mesure, je peux tout de même avancer les grandes lignes d’un principe générique. Les femmes qui vivent de manière préférentielle leur quartier sont, à l’exception sans doute des « bourgeoises-bohêmes », les plus dépendantes de toutes de leur système familial, mais aussi celles qui sont victimes de ses lacunes ou de ses abandons… Facteurs, parfois, de désespérance et d’enfermement aggravé. Ce sont celles qui n’exercent pas ou peu d’activités professionnelles rémunérées. Ce sont aussi celles qui multiplient les fragilités psychologiques, sociales, pécuniaires, comme celles qui accompagnent l’âge et de handicap. Ce sont aussi celles qui sont (curieusement, puisque le quartier devrait renforcer les solidarités ?) souvent les plus solitaires ou les plus isolées. Ainsi, l’importance occupée par le quartier dans le rapport spatial, voire territorial des Bordelaises, souligne, d’une certaine façon, leur enfermement toujours assez fort au sein de la ville. Même glorifié par son image « bobo » si conviviale, le quartier n’en reste pas moins un espace de limite et de contrôle qui renvoie à la domination traditionnellement subie par la classe de genre à laquelle appartiennent les femmes. Le quartier, quelle que soit sa valorisation sociale évoque toujours des murs qui le bornent. Leur caractère invisible s’impose d’autant plus que les femmes ne les identifient pas comme tels. De plus, le quartier constitue une forme de l’urbain tout à fait favorable à la reproduction de rapports sociaux de domination. C’est un creuset commode des valeurs familiales les plus conformistes. C’est aussi un espace tout à fait appréciable de ressources sociales, placé sous le contrôle de fait d’une collectivité et de ses valeurs. Comme celles qui le vivent en territoire, les femmes qui pratiquent surtout leur quartier en réseau n’en traduisent pas moins, de la sorte, leur dépendance. La circulation d’un lieu ou d’un pôle à l’autre ne fait, en définitive, que marquer leur assujettissement vis-à-vis de contraintes de temps (les plus puissantes ?) qui les dépassent et qui les poussent à rationaliser l’efficience du travail gratuit qu’elles consentent à leur famille.

57De plus, le quartier renvoie aussi à la figure géographique assez classique du territoire communautaire dans la ville. N’est-ce pas, du coup, un « espace potentiellement conservateur », une médiation commode, susceptible de favoriser la reproduction du statut d’infériorisation sociale des femmes ? Pour que la ville fonctionne véritablement, pour qu’elle fournisse un maximum de ressources à ses citadins et à ses citadines, il faut en théorie que toutes ses frontières explosent, communautaires et territoriales en particulier, pour donner libre cours à la rencontre et au mélange, à l’hybridation.

58Les formes d’espaces-temps de vie à dominante linéaire, tout aussi répandues dans la ville que les précédentes, concernent surtout (forte majorité) les femmes actives, voire très actives ou hyperactives de notre échantillon. Celles, en particulier, qui cumulent des responsabilités familiales (fréquemment seules) et des métiers exigeants, dits de responsabilité. De la sorte, il ressort que plus les femmes sont impliquées dans leur vie professionnelle, plus l’espace de leurs pratiques urbaines (espace-temps de vie) tend à s’étirer, à s’allonger pour épouser une radiale centre/périphérie dans la ville. Ce type de localisation, de situation et de forme garantit aux femmes concernées de précieux gains de temps lors de leurs indispensables déplacements quotidiens. Il leur apporte aussi une complémentarité fonctionnelle de lieux et un rapprochement maximalisé des ressources que ces lieux recèlent. J’ai noté qu’avec l’âge, le départ des enfants du foyer, l’abandon de l’activité professionnelle, nombre de femmes enregistrent une détente, un réel desserrement de ces formes linéaires de leur espace-temps de vie. Ce dernier tend à se simplifier et à devenir plus lâche sous l’effet de ces circonstances.

59Quant aux espaces-temps de vie dont les formes dessinent un nuage de points dispersés, voire éclatés dans la ville, nuage cohabitant tantôt avec un axe de vie radial et linéaire, tantôt avec un quartier plus compact, ils n’intéressent qu’une petite minorité des femmes de notre échantillon. Ils mêlent des territoires et des lieux en réseau échappant à toute organisation logique décodable. Il me semble que la propriété majeure de cette forme d’espace-temps de vie consiste à éliminer, au maximum, les « murs invisibles » qui bornent les espaces des pratiques des femmes dans la ville. Ce dernier modèle casse les « murs » qui enferment les femmes sur des territoires, sur des axes certes efficaces, mais où s’exerce un puissant contrôle social. Axes et territoires où leur domination et leur exploitation, notamment affective et économique, par l’ordre familial et patriarcal, masculin si l’on veut, sévit sans partage. Il n’est donc pas étonnant que des femmes qui se veulent (ou simplement se vivent) libres, autonomes et indépendantes, engagées dans une cause, maîtresses de leur destin révèlent, majoritairement, une telle forme d’espace-temps de vie. Celle-ci traduit leur volonté d’exploiter au maximum, pour elles d’abord, les ressources de la ville.

60Dans cet ordre du rapport à la ville, une question se pose : les différenciations sociales et culturelles des femmes ne finissent-elles pas par s’atténuer dans la pratique active des espaces publics ? Ne nous y trompons pas, ce n’est pas la fréquentation de l’espace qui règle les écarts de fortune et de formation des femmes. Mais la pratique intense de la ville, sans aucun doute, compense bien des inégalités et, sans pour autant les effacer, ouvre la ressource d’un bien commun urbain assez indéfinissable, mais néanmoins précieux, à nombre de femmes par ailleurs démunies.

61Et puis, nos entretiens nous ont convaincu que des femmes évoluent dans la ville quasiment sans limites urbaines. Pour elles, les « murs invisibles » deviennent très poreux. Dès lors, pourquoi chercheraient-elles, définitivement, à les abattre ? Pourquoi iraient-elles dans certaines parties défavorisées de la ville où elles estiment n’avoir rien à faire ? Même si cette attitude paraît raisonnable, pourquoi nous gêne-t-elle, malgré tout ? C’est que, se fixer des limites et des non-lieux dans la ville, quelles qu’en fussent les justifications, n’est-ce pas amputer son urbanité, pire sa citadinité ? Les femmes dans cette situation sont souvent celles qui bénéficient pourtant de hauts niveaux d’éducation et de formation. Ce sont celles qui ont connu de riches expériences sociales et territoriales. Elles affichent aussi, en général, des caractères bien trempés et plutôt anticonformistes. Soit, en grande part, l’expression d’un certain habitus de classe sociale dominante ; je l’admets. Pourtant, c’est dans ces cas, en définitive, que l’effet de genre se lit peut-être avec le plus de netteté. Tout simplement parce qu’il se trouve libéré de toutes les autres formes de déterminations pénalisantes tenant à l’âge, aux ressources, à la culture, au handicap. Dès lors, le désintérêt affiché pour certaines parties de la ville ne fait certainement qu’exprimer cette barrière du genre. Curieusement, c’est souvent pour des femmes plus modestes et moins protégées, mais échappant à tout contrôle masculin, que les murs du genre (mais pas forcément les risques de violence, physique et symbolique) tendent à s’effacer. Reste à considérer où se placent encore les « murs invisibles » (à peu près toujours présents malgré tout) des unes et des autres.

62Sorties de leur intérieur et de leur quartier de référence, ce qu’elles font toutes (à quelques rares exceptions près) volontiers, les femmes reproduisent ailleurs, bien souvent, d’autres murs invisibles. Ces derniers enserrent à Bordeaux, de préférence, les territoires centraux de la ville. Ils vont du centre classique proprement dit, celui du commerce de luxe et d’équipement de la personne, jusqu’aux Quais rénovés des deux rives de la Garonne, en incluant deux ensembles réhabilités et gentrifiés : Saint-Pierre et les Chartrons. Ces quartiers recherchés par les femmes brillent dans leur discours par leur ouverture et leur clarté, par leur accessibilité croissante (effet du tram), par leur agrément esthétique, par leur propreté relative qui résulte surtout (toujours dans le discours des femmes) de leur ravalement. Bref, je l’ai dit, le beau, le clair, l’ouvert et le propre s’installent comme autant de métaphores d’un espace attractif et sécurisé. Les femmes y évoluent à leur aise, sans connaître cette « situation d’alarme » permanente qu’elles doivent trop souvent affronter et supporter dans les espaces non soumis au contrôle de la centralité urbaine ou plongés dans l’ombre nocturne.

63Les espaces que les femmes rejettent et refusent, à l’opposé, s’inscrivent dans les aires urbaines où fléchit le contrôle social, idéologique et politique imposé par le genre, celui de la domination protectrice. Celle-ci, paradoxalement, a besoin du justificatif de ces espaces « dangereux » pour faire démonstration de l’utilité sociale de son pouvoir. Ce sont en tout cas des espaces (c’est là leur seul véritable point commun) où, derrière l’alibi évoqué du sale, du laid et du sombre, pointent en fait des lieux et des territoires à forte connotation sexuelle. Qu’il s’agisse de son affichage criard, autour de la Gare et de ses « quartiers de plaisirs » ; qu’il soit question de sa présence plus sournoise, plus invisible, mais redoutée comme une sourde menace, dans les zones isolées, d’accès malaisé et confus où l’inconnu, le marginal, l’étranger peut toujours se tapir (Mériadeck par exemple). Qu’il s’agisse, au contraire, d’endroits où le sexe est simplement suggéré, de façon plus discrète, à travers le prisme du corps de ces hommes jeunes, provocateurs et réputés dangereux des cités du nord de la ville ou du vieux Saint-Michel. Dans ces différentes situations où les « murs invisibles » se dressent pour une majorité de femmes, la sexuation masculine triviale de l’espace, le fait surtout qu’elle risque d’échapper au contrôle social, devient un facteur d’angoisse pour nombre d’entre elles.

64Ces dernières n’en produisent pas moins leurs espaces, lieux, territoires et réseaux dans la ville. Les effets de genre pesant sur les femmes contribuent en définitive à la création de formes urbaines accessibles, attractives et sécurisées, tirant parti des innovations de l’urbanisme. L’espace (politique) ainsi façonné, empreint d’affect et de sollicitude, ne tend-il pas à rejeter la ville productive et ouvrière, portuaire et noire, industrieuse et sexuée (masculine), au profit d’une cité plus lisse, esthétique, hygiénique, imprégnée de sexualité féminine ? Mais à ce titre, ne constitue-t-il pas, aussi, l’espace le plus propice à l’accomplissement du capitalisme mondialisé, postindustriel comme on dit, d’aujourd’hui ?

Je remercie Catherine Hoorelbecke pour l’aide essentielle qu’elle m’a apportée en effectuant ce lourd travail d’enquêtes.

Haut de page

Bibliographie

Bard C. (dir.), Le Genre des territoires, féminin, masculin, neutre, Angers, Presses de l’Université d’Angers, 2004, 348 p.

Bourdieu P., La Distinction : critique sociale du jugement, Paris, Éditions de Minuit, 1979, 672 p.

Bourdieu P., Le Sens pratique, Paris, Éditions de Minuit, 1980, 480 p.

Brugère F., Le Sexe de la sollicitude, Paris, Le Seuil, 2008, 188 p.

Butler J., Défaire le genre, Paris, Éditions Amsterdam, 2006, 320 p.

Coutras J., Crise urbaine et espaces sexués, Paris, Armand Colin, 1996, 156 p.

Coutras J., Les Peurs urbaines et l’autre sexe, Paris, L’Harmattan, 2003, 242 p.

Denèfle S., Femmes et villes, Tours, Presses Universitaires François-Rabelais, 2004, 539 p.

Delphy C., Classer, dominer. Qui sont les « autres » ?, Paris, La Fabrique, 2008, 277 p.

Di Méo G., Les murs invisibles, Paris, Armand Colin, 2011, 380 p.

Dorlin E. (dir.), Sexe, race, classe. Pour une épistémologie de la domination, Paris, PUF, 2009, 320 p.

Dussuet A., « Le genre du territoire domestique », in Bard C., (dir.), Le Genre des territoires, féminin, masculin, neutre, Angers, Presses de l’Université d’Angers, 2004, p. 75-85.

Foucault M., Surveiller et punir. Naissance de la prison, Paris, Gallimard, 1975, 360 p.

Giddens A., La constitution de la société, PUF, Paris, 1987, 474 p.

Gilligan C., Une si grande différence, Paris, Flammarion, 1982 et 1992, 272 p.

Goffman E., La Mise en scène de la vie quotidienne, Paris, Éditions de Minuit, 1973, 256 et 376 p.

Hägerstrand T., « Space, Time and Human Condition », in Karlqvist A. (dir.), Dynamic Allocation of Urban Space, Saxon House, Farnborough, 1975.

Hancock C., « L’idéologie du territoire en géographie : incursions féminines dans une discipline masculiniste », in Bard C., (dir.), Le Genre des territoires : masculin, féminin, neutre, Presses universitaires d’Angers, 2004, p. 167-176.

Héritier F., Masculin, féminin. 1. La pensée de la différence, Paris, Odile Jacob, 1996, 332 p.

Héritier F., Masculin, féminin. II. Dissoudre la hiérarchie, Paris, Odile Jacob, 2002, 441 p.

Lefebvre H., Le Droit à la ville, Paris, Anthropos, 1968, 135 p.

Massey D., Space, Place and Gender, Cambridge, Polity Press, 1994, 280 p.

Oakley A., Sex, Gender and Society, Londres, Allen Lane, 1972, 225 p.

Scott J. W., Gender and the Politics of History, New York, Columbia University Press, 1988, 242 p.

Varikas E., Penser le sexe et le genre, Paris, PUF, 2006, 134 p.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Espaces bordelais et domiciles des femmes interviewées
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/946/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 668k
Titre Fig. 2 – Les formes d’espaces-temps calquées sur le quartier
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/946/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 468k
Titre Fig. 3 – Les formes linéaires d’espaces de vie
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/946/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Titre Fig. 4 – Les espaces-temps éclatés dans la ville
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/946/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 397k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Guy Di Méo, « Pratiques de la ville et formes des « espaces-temps de vie » des femmes à Bordeaux »Sud-Ouest européen, 31 | 2011, 153-168.

Référence électronique

Guy Di Méo, « Pratiques de la ville et formes des « espaces-temps de vie » des femmes à Bordeaux »Sud-Ouest européen [En ligne], 31 | 2011, mis en ligne le 29 avril 2015, consulté le 01 décembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/soe/946 ; DOI : https://doi.org/10.4000/soe.946

Haut de page

Auteur

Guy Di Méo

Professeur de géographie, UMR 5185 ADES CNRS, Université Michel de Montaigne, Domaine universitaire, 33 607 Pessac cedex.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Sud-Ouest européen – Revue géographique des Pyrénées et du Sud-Ouest est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaire du Midi
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search