Navigation – Plan du site
Notes bibliographiques

Les noces de Toulouse et de la Garonne

Philippe Valette
p. 201-202
Référence(s) :

Adelaïde Maisonabe, Robert Marconis, Santiago Mendieta, Le Bazacle. Les noces de Toulouse et de la Garonne, Éditions Privat, 2010, 128 p.

Texte intégral

1Le Bazacle, site emblématique de la ville de Toulouse, fermé entre 2009 et 2010 vient à nouveau d’ouvrir ses portes après plus de neufs mois de travaux intensifs. Cette réouverture valait bien une synthèse sur ce bâtiment emblématique et historique de la ville rose. C’est chose faite avec cet ouvrage où les textes de Robert Marconis et Santiago Mendieta côtoient les photographies d’Adelaïde Maisonabe. Mais ici, il s’agit bien plus d’un portrait du moulin, puisque les auteurs traitent à travers le Bazacle un condensé de l’histoire de la Garonne et de Toulouse. C’est un ouvrage richement illustré de documents anciens, cartes, plans, photographies de Trutat, cartes postales anciennes, photographies actuelles du moulin du Bazacle dans ses entrailles (bassin de mise en charge, galeries souterraines, salle des machines…) et d’autres éléments de l’édifice habituellement inaccessibles. Cette richesse iconographique offre une première approche agréable.

2Le livre est structuré autour de trois parties selon une logique chronologique : la première est intitulée « portrait d’un fleuve », la seconde traite de « l’aventure industrielle » et la dernière de « la renaissance culturelle ». Dans chacune de ces parties, chaque auteur éclaire le rapport entre la ville de Toulouse et son fleuve, la Garonne.

3La première partie de l’ouvrage évoque la naissance de la ville à l’abri des inondations du fleuve sur la rive droite, dans un coude de la Garonne à proximité de gués (dont celui du Bazacle) qui permettent la traversée du fleuve. C’est ensuite l’histoire des ponts toulousains qui est largement développée, suivie d’une évocation des crues de la Garonne. Le caractère excessif de ce fleuve (crues et étiages sévères) aurait mérité une plus grande place dans cet ouvrage tant ces épisodes, notamment pour les crues et inondations, sont à l’origine de paysages fluviaux urbains toulousains spécifiques (endiguement généralisé). D’ailleurs, le moulin du Bazacle, lui-même, a connu dans son histoire de nombreux déboires liés à de multiples destructions/reconstructions après le passage de crues et inondations du fleuve.

4« L’âge d’or du XVIIIe siècle : l’héritage d’un projet urbain » est largement développé par la suite et montre la métamorphose des paysages fluviaux urbains toulousains durant la période moderne. La ville médiévale garonnaise, assez peu évoquée dans l’ouvrage, laisse place à des ports fluviaux, des quais, des digues qui constituent un des paysages identitaire de la ville aujourd’hui. Dans ce vaste projet urbain, le moulin du Bazacle est un fer de lance économique, qui associé aux canaux (canal du Midi) permet le commerce des céréales. Ces moulins toulousains implantés au XIIIe siècle (Château Narbonnais, Daurade et Bazacle) exploitent alors les grains produits dans les campagnes toulousaines. Pendant longtemps ces moulins étaient cités en exemple partout en France. « De tous les moulins à eau qui ont été imaginés (…) je crois qu’il n’y en a pas de plus ingénieux et de plus simples que ceux qui ont été exécutés au Bazacle à Toulouse » (Forest de Bélidor Bernard, Architecture hydraulique ou l’art de conduire, d’élever et de ménager les eaux pour différents besoins de la vie, 1737-1739).

5Avec « l’aventure industrielle », deuxième partie de l’ouvrage, nous basculons dans la période entre le XIXe siècle et la seconde moitié du XXe siècle. Durant cette période, les toulousains ont progressivement tourné le dos à la Garonne, même si plusieurs aménagements nouveaux voient le jour sur ses berges (Château d’eau, abattoirs). Les auteurs montrent aussi comment progressivement de multiples tentatives industrielles sont initiées à l’aval du Bazacle (filature, teinturerie, fonderie, manufacture des tabacs…). Mais à Toulouse cette activité industrielle n’a pas pris le relais du commerce des grains de la période précédente et progressivement les moulins sont soit détruits (Daurade, Château Narbonnais), soit reconvertis pour produire de l’électricité (Bazacle). C’est aussi une période où planent des menaces sur le patrimoine fluvial, comme celle de la destruction du pont Neuf, de l’hôtel Dieu St Jacques (projet pendariès) ou celle de l’aménagement de voies sur berges. « Toulouse fut en « retard » dans la mise en œuvre de tel projets, permettant aux mentalités d’évoluer, ce dont chacun se félicite aujourd’hui ». Ces menaces ou projets avortés montrent que les berges à Toulouse ont toujours été convoitées de diverses manières par les sociétés riveraines.

6La dernière partie traite de « la renaissance culturelle » autour de la mutation contemporaine du patrimoine et de la culture. Les auteurs évoquent, ici, le renouveau du fleuve à Toulouse à travers la valorisation de différents sites (Château d’eau, abattoirs, manufacture des tabacs, jardin Raymond VI…). La Garonne devient, depuis les années 1970, un espace vert (prairie des filtres), un espace de promenade et de loisirs qui connaît une forte fréquentation lors des belles journées ensoleillées. Le moulin du Bazacle n’échappe pas à ce vaste mouvement avec l’aménagement de la passe à poissons, l’aménagement d’un espace d’exposition et depuis sa réouverture l’aménagement d’une terrasse dévoilant un paysage somptueux, sorte de nouveau balcon sur le fleuve.

7Au final, la lecture de cet ouvrage, richement illustré renseigne et décrit le rapport entre la Garonne et Toulouse au cours de l’histoire, rapport dans lequel il est possible de glisser le projet urbain toulousain actuel où la Garonne apparaît comme un axe essentiel. Mais au-delà de la reconquête esthétique et culturelle des berges de la Garonne à Toulouse, ne peut-on pas imaginer un niveau d’ambition plus élevé autour d’une reconquête écologique en ville ? Utopie ou réalité ?

Haut de page

Table des illustrations

URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/992/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 890k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe Valette, « Les noces de Toulouse et de la Garonne », Sud-Ouest européen, 31 | 2011, 201-202.

Référence électronique

Philippe Valette, « Les noces de Toulouse et de la Garonne », Sud-Ouest européen [En ligne], 31 | 2011, mis en ligne le 29 avril 2015, consulté le 11 novembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/soe/992

Haut de page

Auteur

Philippe Valette

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Sud-Ouest européen – Revue géographique des Pyrénées et du Sud-Ouest est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaire du Midi
  • OpenEdition Journals