Navigation – Plan du site

Présentation

Sud-Ouest Européen est une revue interuniversitaire de géographie publiée par les Instituts de Géographie des universités de Toulouse, Bordeaux, Pau et Perpignan. Son siège et la direction principale sont à l’université de Toulouse II – Le Mirail. A partir de 1998, elle a pris la suite de la Revue géographique des Pyrénées et du Sud-Ouest (RGPSO) fondée en 1930 par Daniel Faucher, à Toulouse. La RGPSO, qui a été publiée pendant plus de 60 ans, était une des grandes revues de géographie régionale qui a eu un quasi-monopole sur les recherches et publications traitant du Sud-Ouest de la France, des Pyrénées et de la Péninsule ibérique. Ces travaux ont souvent donné lieu à une cartographie originale.

Sud-Ouest Européen s’inscrit clairement dans la continuité éditoriale de la RGPSO dont elle est d’ailleurs dépositaire. La revue a toujours pour vocation de publier une production scientifique relative au Sud-Ouest de la France, à l’Espagne et au Portugal. Le changement de dénomination de la revue illustre la claire volonté d’une ouverture renforcée sur la péninsule Ibérique, qui se reflète également dans le caractère international des comités scientifique et de rédaction.

Sur ces champs géographiques, Sud-Ouest Européen constitue ainsi une opportunité de publication pour les jeunes chercheurs des quatre universités du Sud-Ouest mais aussi pour des jeunes chercheurs portugais et espagnols d’autant que la revue n’est a priori pas fermée à des possibilités de publication en espagnol. De même, si Sud-Ouest Européen publie des articles concernant essentiellement le Sud-Ouest de la France et la péninsule Ibérique, elle peut aussi accueillir des articles théoriques ou se référant à un autre espace s’ils présentent un intérêt général sur un thème retenu pour un fascicule.

La revue, de par son accessibilité et la diversité de ses thématiques, est susceptible de toucher un public particulièrement varié : universitaires et professionnels, aménageurs-urbanistes, géographes, sociologues mais aussi enseignants du secondaire en quête d’exemples dans cette région de l’Europe.

Dernier numéro en ligne
47 | 2019
L’eau au service des territoires ? Entre valorisation et instrumentalisation

Sous la direction de Sylvain Rode et Mathilde Gralepois

Longtemps dominé par une volonté de maîtrise, incarnée par la construction d’ouvrages techniques, le rapport à l’eau de maints acteurs s’est progressivement inversé depuis les années 1970 sous l’influence du poids des considérations environnementales et de la reconnaissance de limites dans les interventions humaines. Cette évolution s’est manifestée dans divers domaines allant de la gestion des eaux pluviales à celle du risque d’inondation ou encore dans le domaine de l’aménagement et de la gestion des cours d’eau, qu’on s’efforce désormais de ménager voire de renaturer. L’eau s’impose alors comme une véritable « ressource territoriale », au point de devenir parfois une figure centrale de tout projet territorial qu’il s’agisse d’esthétique, de paysage, d’écologie ou de nourrir un imaginaire, une sensibilité et une poétique. Cette mise en avant de l’eau et des espaces de l’eau participe aussi d’une démarche de marketing territorial.
Pour autant, derrière un apparent consensus, la valorisation de l’eau dans les projets territoriaux n’est pas dénuée d’ambiguïtés reflétant les conceptions différentes, potentiellement concurrentes et contradictoires, qui se déploient à propos des milieux aquatiques. Faut-il mettre à distance l’eau et tenter de la maîtriser via des aménagements structurels ? Faut-il s’en rapprocher et s’efforcer de vivre avec en tissant de nouvelles proximités spatiales et sociales, ainsi que de nouvelles formes de valorisation économique ou écologique ? Les réponses à ces questions ont varié au fil du temps. Mais aujourd’hui, les multiples liens tissés avec l’eau représentent une opportunité pour penser un aménagement au gré de l’eau et non contre elle ou sans elle.
Les articles de ce numéro offrent un éventail d’analyses à différentes échelles de cette mise en service de l’eau dans les projets territoriaux, pour certains en s’appuyant sur des cas d’étude localisés dans l’espace sud-ouest européen, pour d’autres hors de cette aire géographique, permettant ainsi d’identifier de grandes tendances qui manifestement dépassent les singularités géographiques locales ou régionales.
Deux articles complètent ce numéro thématique. Le premier présente les associations foncières pastorales qui, au-delà de leur origine montagnarde, pourraient être des outils précieux de gestion collective du foncier privé. Le second article reste dans les Pyrénées mais pour y discuter certains choix de mobilité opérés dans des territoires de faible densité.

  • Logo Presses universitaire du Midi
  • OpenEdition Journals