Skip to navigation – Site map

HomeIssues8Sur les ‘traces’ de Jean-Louis Re...

Sur les ‘traces’ de Jean-Louis Renauld : des archives privées pour approcher l’histoire d’un service de psychiatrie postcolonial (Bobo-Dioulasso, Haute-Volta, 1972-1974)

On the Paths of Jean-Louis Renauld: Private Archives as a Way into the History of a Post-Colonial Psychiatric Unit (Bobo-Dioulasso, Upper Volta, 1972–1974)
Nos ‘rastos’ de Jean-Louis Renauld : arquivos privados para abordar a história de uma unidade psiquiátrica após a independência (Bobo-Dioulasso, Alto Volta, 1972-1974)
Romain Tiquet

Abstracts

This text presents an incursion into the history of the Bobo-Dioulasso psychiatric ward a decade after Upper Volta gained independence, through the career and experience of Jean-Louis Renauld, a psychiatrist and psychoanalyst who worked at the ward between 1972 and 1974, within the framework of the French coopération programme. The present article draws on a corpus of varied sources: various interviews carried out with Jean-Louis Renauld, around fifteen photographs taken during his stay, and a small collection of private archives put together by the psychiatrist himself. This latter corpus consists of scattered notes, which indiscriminately bring together free-flowing reflections written during his stay, his correspondence with various authorities, a set of technical notes regarding the projects he initiated, and the reproduction of an article published in a medical journal.
The corpus of sources thus collected appears fragmentary and fragmented. Fragmentary in that it mainly focuses on the psychiatrist’s experience; in fact, a whole range of other agents, be it the local nursing team or the patients and their families, are rarely referred to or barely visible. And fragmented in that this archive is made up of notes that are sometimes difficult to identify or contextualise. The photographs are useful, but their number is limited. Finally, during the interviews we carried out, Jean-Louis Renauld’s memory sometimes failed to reliably recall biographical details that go back over fifty years.
This varied set of documents nevertheless seems useful and important, especially in a context where the sources produced by the unit itself since it was opened remain very limited, if not non-existent. Renauld’s personal notes, for example, allow us to access “raw” thoughts, reflections from his experience that are situated (in time and space) and which neither the scientific articles he produced (which he wrote in his capacity as a psychiatrist) nor the interviews we conducted–which required him to activate his memory fifty years after the facts–have been able to reproduce. The diversity of this corpus thus allows us to gain a grasp of his professional career, but also to access fragments of his personal feelings as a young French coopérant.
By reading between the lines, and encouraging a discussion-dialogue around the photographs, we were able to a certain extent to move beyond the trap of “self-dramatization” and to get a sense of the history of a medical service in which daily life and the relations between its different agents —a lone white doctor, a nursing team, patients, families—still bore the imprint of colonial relations, a decade after independence.
The idea for this article thus arose out of both a lack and a desire. A lack above all: the absence of alternative sources produced by the unit or by other players, which could have been cross-referenced with Renauld’s corpus, or could have been mobilised to deconstruct it. And then a desire: to try and produce a record and an analysis based on a limited and fragmentary documentary corpus, all of it produced by one individual. As such, this article presents both a methodological challenge and an exploratory approach, engaging in a deliberate back-and-forth between different scales of analysis. By taking as its starting point the figure of Jean-Louis Renauld, his career and experiences in Bobo-Dioulasso during the two years of his assignment, this exploratory research project attempts to reconstitute the trajectory of an enquiry which, by relying in particular on one person’s memory, more widely suggests that we reflect on the history of the coopération system and on what the day-to-day operation of the Bobo-Dioulasso psychiatric unit might have looked like a decade after the country gained independence.
This article is structured along three lines of enquiry. Firstly, we focus on the life of Jean-Louis Renauld and his professional career, to investigate more broadly the motivations that led him to become a coopérant in Upper Volta. Secondly, by examining a fragmentary but diverse corpus of sources, this text sets itself the task of exploring daily life at the Bobo-Dioulasso psychiatric ward through the “projects” which Renauld initiated there, which aimed to break with the asylum model and introduced the local nursing team to a new professional code of ethics, by demystifying mental illness and introducing a more “relational” form of psychiatry.
Finally, starting from the observation that the corpus of sources used remains very focussed on the figure of Renauld, this article attempts to gain a sense of the reality experienced by other agents by analysing certain patient profiles and the relations that existed between families and society, both with regard to mental disorders and to the psychiatric unit.

Top of page

Author’s notes

Les recherches réalisées pour l’écriture de cet article ont reçu le soutien financier du projet ERC Stg 852448 de la Commission européenne : « A History of Madness in West Africa: Governing Mental Disorder during Decolonisation (Senegal, Burkina Faso and Ghana - 1940s – 1970s). »
https://cordis.europa.eu/project/id/852448/fr.

Full text

Données associées à cet article
« Documents issus des archives privées de Jean-Louis Renauld, psychiatre/psychanalyste ».
https://nakala.fr/​collection/​10.34847/​nkl.8fba0059.
Collection comprenant les documents issus des archives privées de Jean-Louis Renauld utilisés dans cette recherche (fac-similés de tapuscrits et manuscrits et transcription, photographies). Les documents sont également présentés en fin d’article, section « Documents issus des archives privées de Jean-Louis Renauld ».

1À l’hiver 2017, en pleine formulation d’un nouveau projet de recherche autour de l’histoire de la folie en Afrique de l’Ouest, je lis un article sur la psychiatrie en Haute-Volta, paru en 1973 dans la revue Psychopathologie africaine (Renauld 1973a). Il est écrit par le chef du service de psychiatrie de l’époque à Bobo-Dioulasso, un Français, Jean-Louis Renauld. Comme j’ai pu le faire avec d’autres recherches sur d’anciens coopérants en Afrique (Tiquet 2013; 2016), je cherche son nom dans les pages blanches. Après quelques appels ratés avec des homonymes, je tombe sur le bon Jean-Louis Renauld, proche des 80 ans, psychiatre/psychanalyste à Cuers, dans le sud de la France. Commencent alors quelques échanges par courrier électronique jusqu’à une première rencontre cinq ans plus tard, en janvier 2022.

  • 1 La psychothérapie institutionnelle était un mouvement psychiatrique souhaitant transformer radicale (...)

2Né le 2 juillet 1940 à Riom (Puy-de-Dôme) en plein conflit mondial, Jean-Louis Renauld a une enfance itinérante. Il se déplace aux quatre coins du pays avec ses parents pour finalement déménager en 1945 en Allemagne, au lendemain de la guerre. Il y reste jusqu’en 1959, date à laquelle il rentre en France pour suivre des études de médecine. Docteur en neuropsychiatrie en 1965, il travaille à la clinique de la Chesnaie à Chailles dans le Loir-et-Cher – l’un des bastions de la psychothérapie institutionnelle1 – de 1968 jusqu’à la fin de l’année 1972, quand il s’envole pour Bobo-Dioulasso pour prendre la tête du service de psychiatrie de l’hôpital dans le cadre d’un contrat de coopération de deux années (1972-1974).

  • 2 Archives nationales du Sénégal (ANS), Fond AOF, 2G56/51, Rapport santé Haute-Volta, 1956. Le FIDES (...)
  • 3 Georges de Trémontels et Michel Raoux pour les médecins militaires, puis Bernard Buis comme premier (...)

3Le service de psychiatrie de Bobo-Dioulasso ouvre à la veille de l’indépendance de la Haute-Volta (actuel Burkina Faso) (Tiquet et Hien 2023). Achevé en 1956 sur crédit FIDES (Fonds d’investissement pour le développement économique et social), le service n’ouvre qu’au printemps 1957, faute de matériel et de personnel2. Le FIDES joua un rôle déterminant dans le financement des infrastructures de santé, en particulier dans la construction d’hôpitaux psychiatriques, que ce soit au Sénégal, en Côte d’Ivoire, au Niger et en Haute-Volta. Avant 1972, le service est géré depuis son ouverture par deux médecins militaires non psychiatres, puis par un coopérant français neuropsychiatre entre 1970 et 19723. Renauld trouve en 1972 un service qui s’apparente davantage à un espace carcéral, avec des centaines de patients entassés et enfermés dans des conditions d’hygiène abominables, certains depuis des années, sans plus aucun lien avec leur famille.

  • 4 La revue Psychopathologie africaine est éditée à partir de 1965 par la Société de psychopathologie (...)
  • 5 Pour éviter la multiplication des références bibliographiques, voir les deux bibliographies détaill (...)

4La littérature scientifique qui s’intéresse à la folie en Afrique, malgré un nouvel élan ces dernières années, reste relativement éparse. Une large part des études s’attache dans un premier temps à poser les jalons historiques et institutionnels de la psychiatrie coloniale sur le continent, principalement dans les territoires anglophones (Bell 1991 ; Deacon 1996 ; Sadowsky 1997 ; Keller 2001 ; Boroffka 2006 ; Mahone et Vaughan 2007 ; Heaton 2013). En Afrique de l’Ouest francophone, les travaux pionniers et nombreux de René Collignon ont durablement marqué le champ (1978 ; 1999 ; 2002 ; 2006). Il est aussi à noter la richesse des nombreux articles de la revue Psychopathologie africaine4, rédigés par les acteurs de l’époque – d’anciens coopérants mais aussi les premiers psychiatres africains – qui se focalisent sur la thématique du trouble mental et sur le fonctionnement de jeunes services de psychiatrie au lendemain des indépendances. Pour les périodes plus contemporaines, c’est l’anthropologie de la santé qui s’est emparée de la thématique, que ce soit au niveau des structures psychiatriques ou de l’analyse des formes de prise en charge familiales et/ou communautaires (Akyeampong, Hill et Kleinman 20155).

5Ce texte s’appuie sur un corpus de sources aux formats variés, toutes (co)produites par Jean-Louis Renauld. Une quinzaine de photos prises pendant son séjour permettent de visualiser le service à l’époque. Un petit dossier d’archives privées constitué par le psychiatre et composé de notes manuscrites ou tapées à la machine, regroupe pêle-mêle des réflexions libres écrites pendant son séjour, des correspondances avec différentes autorités, ainsi qu’un ensemble de notes techniques sur les chantiers lancés et la reproduction d’un article publié dans une revue médicale (Renauld 1973b). Enfin, le corpus comporte nos discussions téléphoniques depuis 2017 (non enregistrées), ainsi que deux entretiens enregistrés réalisés le 20 janvier 2022 à son domicile. La matinée a été consacrée à une discussion / entretien autour des photos ; l’après-midi, le second entretien s’est concentré sur son enfance, sa formation et son expérience à Bobo-Dioulasso. Le 23 juin 2023, nous nous sommes revus dans le sud de la France pour discuter de la première version du présent article et pour en préciser quelques éléments.

  • 6 L’exercice a ses limites. Je remercie en particulier Camille Evrard, Raphaël Gallien, les évaluateu (...)

6Je suis conscient des écueils nombreux que présente un tel corpus. L’entretien s’avère un exercice de « mise en scène de soi » très codifié, surtout pour un psychiatre-psychanalyste qui entretient, du fait de son métier, un rapport très étroit à la parole – et à son contrôle. Par ailleurs, j’assume le fait d’avoir éprouvé une sympathie grandissante pour cet homme, avec qui j’échange depuis près de six ans. La structure même de cet article, qui part du parcours de Renauld pour dézoomer progressivement sur le quotidien du service de psychiatrie qu’il dirigeait, a justement pour but d’éviter de tomber dans le piège du récit hagiographique et de l’absence de distance critique avec son discours et le corpus6.

  • 7 Tout un ensemble de photos plus personnelles et intimes était rangé avec les photos du service dans (...)

7Les archives privées de Jean-Louis Renauld sont essentiellement tournées vers son activité et ses réflexions personnelles. Les photos témoignent avant tout de ses réalisations sur place, de ce qu’il souhaitait garder en mémoire et montrer7. Le corpus ainsi constitué apparaît dès lors fragmentaire et fragmenté. Fragmentaire, car tourné avant tout vers l’expérience du psychiatre. De fait, tout un ensemble d’autres acteurs, que ce soit l’équipe soignante locale ou les patients et leurs familles, sont rarement évoqués ou très peu visibles. Fragmenté, car le dossier se compose de notes parfois difficilement identifiables ou contextualisables. Les photos sont utiles, mais leur nombre est réduit. Enfin, la mémoire de Jean-Louis Renauld, dans le cadre des entretiens que nous avons menés, s’est avérée parfois défaillante pour évoquer des éléments biographiques qui remontent à plus de cinquante ans.

  • 8 Un séjour en octobre 2021 au service de psychiatrie de Bobo-Dioulasso a permis de retrouver la trac (...)
  • 9 Il est d’ailleurs intéressant de noter son incapacité à recontextualiser certains propos tenus dans (...)

8Cet ensemble documentaire varié apparaît néanmoins utile et important, surtout dans un contexte où les sources produites par le service lui-même depuis son ouverture restent très limitées, voire inexistantes8. Les notes personnelles de Renauld permettent par exemple d’accéder à des pensées plus « brutes », à des réflexions situées (dans le temps et l’espace) de son expérience que ni les articles scientifiques qu’il a produits (rédigés en tant que psychiatre) ni les entretiens conduits – qui le poussent à activer sa mémoire cinquante ans après les faits – ne sont en mesure de restituer9. La diversité du corpus permet ainsi d’approcher sa trajectoire professionnelle, mais aussi d’accéder à des bribes de son ressenti personnel, en tant que jeune coopérant français.

9Une lecture entre les lignes et la mise en place d’une discussion / dialogue autour des photos (Bigando 2013) permet de dépasser, dans une certaine mesure, l’écueil de la « mise en scène de soi » et d’approcher l’histoire d’un service médical dont le quotidien et les relations entre différents acteurs – seul médecin blanc, équipe soignante, patients, familles – sont encore marqués du sceau des rapports coloniaux, une décennie après les indépendances.

10Ainsi l’idée de cet article est-elle partie d’un manque et d’une envie. Un manque tout d’abord : l’absence de sources alternatives produites par le service ou par d’autres acteurs, qu’il serait possible de croiser avec le corpus de Renauld, ou qui permettraient éventuellement de le déconstruire. Une envie, ensuite : essayer de produire un témoignage et une analyse sur la base d’un corpus documentaire limité, fragmentaire, issu d’un même producteur. Dès lors, cet article constitue à la fois un défi méthodologique et une démarche exploratoire, en proposant un aller-retour assumé entre différentes échelles d’analyse. En prenant comme point de départ la figure de Jean-Louis Renauld, son parcours et son expérience à Bobo-Dioulasso pendant les deux années de sa mission, cette recherche exploratoire tente de reconstituer l’itinéraire d’une enquête qui, en s’appuyant notamment sur la mémoire d’un individu, propose plus largement de réfléchir à l’histoire de la coopération et à ce qu’a pu être le fonctionnement quotidien du service de psychiatrie de Bobo-Dioulasso, une décennie après l’indépendance du pays.

11Dans une première partie, cet article s’intéressera au parcours professionnel de Jean-Louis Renauld jusqu’à son départ pour la Haute-Volta. La seconde partie se focalisera plus précisément sur le quotidien du service, au prisme des changements qu’il a impulsés que ce soit dans la structure qu’il dirigeait ou dans les relations avec l’équipe soignante. Enfin, dans une dernière partie, pour penser au-delà du récit autocentré, il sera question d’approcher le cas de certains malades, ainsi que les représentations que se font familles et société de la « folie » et de ce service de psychiatrie « importée ».

12

Site du service de psychiatrie de Bobo-Dioulasso

Coordonnées :11°11'44.2"N 4°17'45.6"W [geo:11.195385, -4.295957].

Un itinéraire de coopération, entre psychothérapie institutionnelle et « École de Fann »

Formation en médecine et découverte de la psychothérapie institutionnelle

13En 1959, baccalauréat en poche, Jean-Louis Renauld entame sa première année d’université à Paris en s’inscrivant dans un parcours MPC « Mathématique, Physique, Chimie » : « Mon grand-père [maternel] était un scientifique et je pensais que j’avais une sorte de destin de continuer ce que mon grand-père avait fait » (entretien avec Jean-Louis Renauld, 20 janvier 2022, après-midi).

14Quelques mois après le début de ces études, il tombe amoureux d’une jeune fille qui est en train de préparer médecine. À l’époque, pour être admis dans cette filière, il fallait suivre un parcours PCB, « Physique Chimie, Biologie ». Il se rend alors chez le recteur de l’université et obtient le droit de passer les épreuves de biologie du PCB, qu’il réussit sans problème : « J’ai été totalement bouleversé par l’intérêt qu’on peut trouver à la biologie. Dans ce PCB on apprenait l’histoire de la vie, c’était splendide » (ibid).

15Jean-Louis Renauld devient donc étudiant en médecine au début des années 1960. En parallèle, il s’intéresse à la littérature, à la philosophie, à l’histoire. Il voit alors dans la psychiatrie la possibilité de joindre ce double intérêt pour les sciences dures et les sciences humaines. En 1965, alors qu’il est externe à Angers, il apprend que Roger Gentis, psychiatre à l’hôpital de Fleury-Les-Aubrais (près d’Orléans), et figure majeure de la psychothérapie institutionnelle (Gentis 1977), cherche des personnes qui seraient intéressées par l’internat en psychiatrie. Renauld se porte candidat et commence alors son internat à l’hôpital de Fleury-Les-Aubrais :

« Et là j’ai appris beaucoup de choses parce que là, Gentis nous a fait véritablement une école de psychiatrie, ouverte sur les sciences humaines. On a travaillé l’ethnologie, on a travaillé la psychologie, on a travaillé la psychiatrie, on a travaillé la linguistique, on a travaillé aussi l’histoire, c’était un moment où le bouquin de Foucault sur la folie venait de sortir. »
(Entretien avec Jean-Louis Renauld, 20 janvier 2022, après-midi.)

  • 10 Michel Foucault publie son Histoire de la folie à l’Âge classique en 1961, outre-Atlantique Erving (...)

16Depuis les années 1950, on assiste, en Europe comme aux États-Unis, à une remise en cause profonde de la psychiatrie et des institutions psychiatriques – notamment autour de la valeur thérapeutique de l’internement et des conditions d’accueil des patients (Henckes et Majerus 2022). D’intenses réflexions sont alors lancées par les professionnels de santé, mais aussi par une diversité d’acteurs politiques et scientifiques, afin de faire émerger des réponses thérapeutiques alternatives10. C’est l’époque de l’antipsychiatrie (Robcis 2021), des réflexions sur la « désinstitutionalisation » et la mise en place d’une psychiatrie communautaire ou de secteur (Guillemain, Klein et Thifault 2018) ou d’autres formes de prise en charge thérapeutique, autour de la psychothérapie institutionnelle et de la psychanalyse. Par ailleurs, les années 1950-1960 voient émerger une réflexion théorique et la mise en pratique de l’ethnopsychiatrie ou psychiatrie transculturelle (Delille et Crozier 2018), à l’initiative de médecins comme Henri Collomb et son équipe au Sénégal (Bullard 2022) ou de Thomas Lambo au Nigéria et à l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) (Pringle 2021). Ce contexte va particulièrement influencer Jean-Louis Renauld.

17À la fin de son internat en 1968, il devient médecin et intègre la clinique de la Chesnaie, fondé par Claude Jeangirard en 1956 à Chailles, dans le Loir-et-Cher, un des bastions de la psychothérapie institutionnelle :

« En 1968 il y a eu une sorte de petite révolution à la clinique de Chailles où la place du médecin était remise en question. Est-ce que c’est le médecin qui doit tout organiser ? […] Et là je me suis mis au travail d’une façon un petit peu différente que dans l’hôpital psychiatrique, car la façon dont la vie s’organisait dans cette clinique n’avait rien à voir avec la façon dont elle s’organisait à l’hôpital de Fleury-les-Aubrais malgré l’influence de Gentis. Il y avait beaucoup plus de liberté dans ces cliniques qu’il n’y en avait dans les hôpitaux. Liberté pour les patients et liberté pour ceux qui soignaient, qui travaillaient. Et la clinique de Chailles a toujours essayé d’avoir un lien, ou plusieurs liens avec des institutions de toutes sortes qui faisaient rentrer la vie de la cité ou la vie du pays à l’intérieur de ce lieu qui ne devait pas être un lieu d’enfermement. »
(Entretien avec Jean-Louis Renauld, 20 janvier 2022, après-midi.)

18Cette première expérience est structurante pour la suite de son parcours. Il travaille à la Chesnaie jusqu’en octobre 1972, date de son départ pour Bobo-Dioulasso.

Désir d’ailleurs et rencontre avec Henri Collomb

19En 1970, Jean-Louis Renauld participe à un congrès de psychiatrie à Paris, où Henri Collomb, directeur de la clinique psychiatrique de Fann à Dakar, au Sénégal, présente ses méthodes de travail (Collignon 1978 ; Arnaut 2009). Depuis son arrivée à Dakar à la fin des années 1950, Henri Collomb et son équipe ont tenté de mettre sur pied une « psychiatrie sans frontières » (Boussat et Boussat 2002) en ouvrant l’institution aux définitions et représentations locales du trouble mental. Entourés d’ethnologues, de sociologues et d’anthropologues, « l’École de Fann » s’est appuyée sur une pratique prenant en compte les aspects techniques de la psychiatrie occidentale et l’expérience des thérapeutes « traditionnels » (Kilroy-Marac 2019 ; Bullard 2022) :

« En l’écoutant, je me suis dit : “faut que j’aille voir ce type.” Je venais d’être officiellement médecin, et je ne souhaitais pas prendre une clientèle qui m’attache à un lieu avant de faire un petit peu une exploration depuis qu’on avait fait un peu d’ethnologie avec Gentis. J’avais envie de voir ce qu’il se passait dans un pays qui ne fonctionnait pas comme chez nous, et surtout en Afrique. »
(Entretien avec Jean-Louis Renauld, 20 janvier 2022, après-midi.)

20Cet épisode relaté, je questionne Jean-Louis Renauld sur sa relation avec l’Afrique. D’où vient cet attrait pour le continent africain ? Il évoque deux épisodes de son enfance qui ont forgé son imaginaire et une forme « d’attirance » pour l’Afrique :

« Alors il y a une petite notion qui n’est pas inutile. À la Porte-Dorée [à Paris où il habitait enfant avec ses parents] il y avait le Musée des Colonies, et sur ce Musée des Colonies il y avait une façade sculptée dans du béton où les images des colonies apparaissaient dans une façon tout à fait capable d’interroger un enfant : qu’est-ce que c’est que ça, qu’est-ce que c’est que cet animal ? Et d’ailleurs non loin du Musée des Colonies, il y avait le zoo de Vincennes. Et quand j’allais me promener avec des personnes de ma famille et bien on allait très régulièrement au zoo de Vincennes et là j’avais une amitié avec l’éléphant […]. Donc c’est mon premier contact avec l’Afrique. »
(Ibid.)

21Jean-Louis Renauld évoque un second souvenir :

« [Ma grand-mère] avait un copain belge qui était un colonial et ce colonial il habitait en Côte d’Ivoire et il nous envoyait à Noël une plaquette de chocolat. Et je pense que c’était un imaginaire, j’imaginais l’Afrique, j’attendais le chocolat de Monsieur Polge. C’était une ouverture sur le monde ce chocolat qui arrivait. Ça avait à voir avec l’Afrique. »
(Ibid.)

22On retrouve dans ces deux épisodes à la fois le poids de la situation coloniale en métropole (la présence d’un colon dans la famille ou l’entourage) et un implicite condescendant assez répandu à l’époque : le continent est vidé de sa population et est réduit aux animaux et produits exotiques que l’on y trouve. On retrouve d’ailleurs cette image dans le portrait de Jean-Louis Renauld (illustration n° 1) en compagnie d’un petit singe qu’il a adopté pendant son séjour.

23À la suite du congrès de 1970, Renauld demande alors au médecin-chef de la Chesnaie, Claude Jeangirard, s’il peut passer quelques semaines à Fann pour voir comment Collomb et son équipe travaillent. Jeangirard donne son aval et le voilà parti, à la fin de l’année 1970, pour deux semaines, accompagnés de deux infirmières : « La Chesnaie nous a payé un voyage aller-retour où on a pris connaissance de ce qu’il y avait autour de Collomb. Et donc ça m’a donné envie de partir, avant de m’installer quelque part en France » (ibid.).

24Au-delà d’un intérêt pour le continent africain, Renauld lie aussi son désir de partir à son parcours de vie, enfant, où il a beaucoup bougé en France et en Allemagne :

« Alors vous voyez, déjà, dans mon histoire, je ne suis pas né à Paris mais j’ai vécu à Paris. Je vous ai pas dit que pendant ma deuxième année, j’étais dans le Morvan où était ma grand-mère maternelle. Ensuite mon père [instituteur] […] a été envoyé dans le Massif central et, déjà dans mon enfance, je n’avais pas de lieu fixe. Ensuite j’ai vécu en Allemagne. […] Quand je suis arrivé en Allemagne, je suis arrivé à Neustadt an der Weinstrasse, c’est dans le Palatinat. Ensuite mon père est allé à Konstanz, ensuite à Freiburg, ensuite à Baden-Baden, ensuite de nouveau à Freiburg. […] Après je suis allé à Grenoble, ensuite j’ai commencé mes études de médecine à Paris, ensuite je suis allé à Angers où j’ai fait mon externat, etc. etc. J’ai tout le temps bougé. On me dit que je suis instable mais non, je suis curieux. »
(Entretien avec Jean-Louis Renauld, 20 janvier 2022, après-midi.)

25De retour de son séjour à Fann et fort de ces expériences, Renauld décide de pousser la porte du ministère de la Coopération en 1972.

L’arrivée à Bobo : un exil sous contrat pour un rêve d’altérité

  • 11 Il partira avec sa première femme et ses deux enfants avant de se séparer sur place. Ses enfants re (...)

26En octobre 1972, Jean-Louis Renauld devient le quatrième Français à prendre la tête du service de psychiatrie de Bobo-Dioulasso11, ouvert quelques années avant l’indépendance de la Haute-Volta :

« Il y avait le ministère de la Coopération, j’ai demandé un rendez-vous. Quelqu’un m’a reçu et m’a expliqué quels étaient les lieux où c’était possible. J’ai vu qu’à Bobo-Dioulasso il y avait un hôpital psychiatrique qui demandait un médecin. C’est tombé peut-être par hasard, j’ai pas eu beaucoup de choix, j’aurais préféré Dakar, mais Dakar c’était déjà tout occupé, pour travailler avec Collomb. Mais d’un autre côté, à Dakar, j’aurais encore été l’élève, un peu soumis. Tandis que si j’arrive dans un coin où il faut que j’organise tout, ça me met dans une situation plus créative. Voilà, je suis arrivé à Bobo, ça devait être en octobre 1972. »
(Entretien avec Jean-Louis Renauld, 20 janvier 2022, après-midi.)

27Dans le petit corpus d’archives privées que Renauld m’a permis de consulter, on retrouve deux notes écrites au moment de son départ pour Bobo-Dioulasso, rendant compte de deux éléments : l’état d’esprit de ce jeune coopérant de 32 ans à son arrivée et l’imaginaire négatif de la coopération qui traverse la société française à l’époque.

  • 12 Pour les archives privées de Jean-Louis Renauld, nous avons rajouté une référence chiffrée qui corr (...)

« Vous débarquez à l’aéroport, de cette caravelle d’Air Afrique dans laquelle l’atmosphère conditionnée importée d’Europe retarde jusqu’au dernier instant ce choc que provoque le contact avec votre peau et jusqu’à l’intérieur de vos poumons, de cet air épais, gras, humide, chaud, odorant, celui de la savane au cœur de la saison des pluies.
Vous êtes accueilli cérémoniellement par les médecins de l’hôpital et leur épouse. Tous des blancs. Vous êtes supporté, invité, transporté, nourri, intégré, digéré, par la colonie des médecins blancs pendant une semaine. Aucun noir ne participe à cet accueil. Bien plus tard vous apprenez qu’il y a des médecins noirs à l’hôpital, aucun ne vous invitera jamais chez lui. »
(Archives privées de Jean-Louis Renauld [AP Renauld] 153322, note manuscrite non datée12. Voir Document 4 ci-dessous.)

28Voici les premiers sentiments couchés sur le papier par Renauld, fraichement débarqué en Haute-Volta. On voit poindre dans ce récit le paradoxe inhérent à ces itinéraires de la coopération (Guth 1984 ; Peralodi et Terrazzoni 2016). D’un côté un « rêve d’altérité » que l’on retrouve dans son désir de partir, dans la description truffée d’exotisme de son arrivée, auquel s’associe aussi un « rêve d’assimilation », souligné dans la volonté de se démarquer des autres Français et l’envie de se fondre dans une nouvelle culture (Guth 1984, 16).

29Et de l’autre côté, une réalité plus lourde, témoignant de la persistance de rapports coloniaux. Jean-Louis Renauld reste un agent du ministère de la Coopération de l’ancienne puissance coloniale, sa fonction même de chef du service de psychiatrie lui confère une position hiérarchique et d’autorité dans ses rapports aux populations, avec en toile de fond l’imaginaire du « médecin blanc » (Peiretti-Courtis 2021). Par ailleurs, son « exil sous contrat » (Goerg et de Suremain 2014, 8), limité à deux années, ne lui permet pas d’accomplir ce rêve d’assimilation. Comme le souligne d’ailleurs sa note, on assiste même plutôt à un phénomène de « communalisation » (Guth 1984 ; Beck 2016) entre coopérants qui travaillent ensemble, s’invitent, partagent les mêmes activités et les mêmes sociabilités.

30Dans une seconde note manuscrite trouvée dans les archives privées de Renauld, et difficile à mettre en contexte, est soulignée, par la négative, le départ d’un psychiatre en Afrique :

« Y’a pas à dire, ces psychiatres ils ont vraiment un grain. Je vous assure, j’en connais un, il avait qu’à s’asseoir sur son fauteuil et regarder passer les clients sul divan [sic]. Pénard quoi, régulièrement il ramassait son petit magot. Au lieu de ça, c’est à croire qu’il est encore plus rongé par les complexes que ses clients, le v’là qui part chez les Zoulous ou apparentés, à la tête d’une espèce d’étable, qu’est-ce que je dis une porcherie, et le v’la qui pavane dans cette cour des miracles, c’est moi le grand sorcier blanc et qu’j’vais vous guérir vos’ dingrie ! Il était fada du tam-tam ça l’mettait en transes lui aussi, c’est pour ça qu’il est parti là-bas ! Je vous assure il était bon pour y rester parmi ses cinoques. »
(AP Renauld 153133, document tapée à la machine sur papier à en-tête « Docteur Jean-Louis Renauld », non daté. Voir Document 1 ci-dessous.)

31À première vue, cette réflexion, que Jean-Louis Renauld lui-même n’a pu recontextualiser lors de nos entretiens, relève plutôt de l’anecdote, d’un court récit partiel et partial. Cependant plutôt que de délégitimer ce type de « trace », je considère ces notes comme autant de points de départ permettant d’élaborer des hypothèses, tant sur ce que ce type de discours dit de l’homme et de son parcours que du contexte social, historique et professionnel dans lequel il s’inscrit.

32Dans cette note manuscrite, on peut soulever l’hypothèse qu’il se joue ici une double représentation négative. Une première liée au métier même de psychiatre, dépeint comme un métier peu intense mais pour autant lucratif, et une seconde liée au départ pour la coopération. Cette envie d’ailleurs est raillée, incomprise. Le candidat au départ est suspecté lui-même de folie. Selon ses détracteurs, quelle idée d’aller s’exiler aussi loin sur un continent dont la description est empreinte d’un imaginaire raciste, animalisant les populations réduites à des sauvages.

Illustration n° 1 : Portrait de Jean-Louis Renauld à Bobo-Dioulasso, 1974

Illustration n° 1 : Portrait de Jean-Louis Renauld à Bobo-Dioulasso, 1974

Crédit: Jean-Louis Renauld.

Le quotidien au service : ouvrir les murs de l’asile et modifier les pratiques professionnelles

Rompre avec les pratiques asilaires

33En dehors de la prise en charge des personnes atteintes de troubles mentaux par la communauté ou la famille, il n’existait dans la ville de Bobo-Dioulasso, pendant la période coloniale, qu’un « lazaret » composé de quelques pavillons où les « aliénés » agités ou ramassés par les forces de police étaient enfermés. Aucun soin n’était délivré et l’institution visait surtout à isoler des individus dangereux pour l’ordre public (Zoungrana 1992 ; Tiquet et Hien 2023).

34Un service de psychiatrie est ouvert en 1957, deux années avant l’indépendance. Bien qu’intégré à l’hôpital régional de Bobo-Dioulasso – aujourd’hui Centre hospitalier universitaire Sourô Sanou (CHUSS) –, il se situe à 4 kilomètres de celui-ci en bordure de ville, coincé entre le centre « trypano » (ancien centre régional de prise en charge des malades atteints de trypanosomiase humaine en Afrique de l’ouest), les abattoirs et la ligne de chemin de fer. La position géographique du service et son architecture asilaire (bâtiment à l’aspect carcéral – barreaux aux fenêtres et espace fermé –, patients entassés et enfermés) donnent le ton : c’est un lieu de relégation et d’enfermement plutôt que de soins. Conçu initialement pour soixante-dix malades, il en accueille plus de deux cents à l’arrivée de Renauld en 1972 : « La ségrégation a produit l’abandon, qui lui-même a engendré un univers désespéré du côté des infirmiers, cloacal du côté des malades » (Renauld 1973b).

Illustration n° 2 : croquis à la main de localisation du service de psychiatrie

Illustration n° 2 : croquis à la main de localisation du service de psychiatrie

Crédit: Jean-Louis Renauld. Voir également ci-dessous Document 8, Feuillet tapuscrit avec plan de localisation du service, non daté.
Identifiant persistant : https://doi.org/​10.34847/​nkl.ff1238p7.

35Que ce soit dans les entretiens, les notes ou les articles scientifiques que Renauld a écrits sur son expérience à Bobo-Dioulasso, le psychiatre n’a pas de mots assez durs pour décrire l’état de l’institution qu’il trouve à son arrivée : « [Le service] est devenu l’obstacle principal au traitement des malades mentaux » et constitue « un cadeau empoisonné de l’ancienne métropole au nouvel État indépendant » (ibid.).

36Son constat de départ est le suivant : « L’Asile est en fait directement lié à l’idéologie coloniale, et […] de ce fait, sa liquidation reste soumise à une logique purement occidentale. […]. Cela n’a […] jamais joué en faveur d’une libéralisation ni même d’une médicalisation de la pratique psychiatrique » (AP Renauld 153125, notes sur papier à en-tête « Docteur Jean-Louis Renauld », non datées [voir ci-dessous Document 1]).

  • 13 Centre des Archives diplomatiques de Nantes (CADN), MAC Ouagadougou, 499PO/1/672, Projet de dévelop (...)
  • 14 Cet arrêté s’inspirait de la loi métropolitaine de 1838. L’assistance psychiatrique a connu un tour (...)

37Ce constat sévère peut s’expliquer de deux manières. Premièrement, une envie de se démarquer et de « faire date ». Formé à une psychiatrie très critique de l’institution, le service qu’il découvre incarnait un terrain d’expérimentation fécond pour Jean-Louis Renauld. Deuxièmement, le service, encore jeune, n’avait vu un psychiatre dûment nommé qu’en 1971. Avant cette date il était administré à distance par des médecins militaires en poste à l’hôpital de Bobo-Dioulasso et non spécialisés en psychiatrie. Par ailleurs, aucune législation propre à la psychiatrie n’est mise en place en Haute-Volta. Il faut attendre la fin des années 1980 pour que le Burkina Faso engage de concert avec l’OMS, un programme de développement de la santé mentale sur tout le territoire13. La prise en charge des malades se base alors sur des textes de loi de portée générale et sur l’arrêté colonial de 1938 portant création d’un service d’assistance psychiatrique pour les « aliénés coloniaux » dans la fédération d’Afrique-Occidentale française (AOF)14. Jean-Louis Renauld, dans une lettre non datée qu’il écrit probablement à Henri Collomb, partage son désarroi face à cette situation :

  • 15 Au-delà de la dernière phrase quelque peu condescendante et essentialisante, dans ce passage Renaul (...)

« J’ai pris contact avec le procureur. Lui-même est tout à fait ignorant des lois concernant les malades mentaux, et je me trouve devant ce dilemme, si je dois rédiger pour la Haute-Volta et le code de la santé une loi sur l’internement, avec tous les aménagements de placement libre et volontaire, ou si je dois laisser le législateur dans le flou actuel. Je n’ai pas encore fait le tour du problème, tout se passe actuellement comme si tous les malades étaient internés, sauf que la loi de 1838 est appliquée avec toute la fantaisie, l’arbitraire et le laisser aller africain15. »
(AP Renauld 153647-713, Lettre de Jean-Louis Renauld à Henri Collomb, non daté, probablement quelques semaines après l’arrivée de Renauld à Bobo-Dioulasso.)

38Difficile dans ce contexte d’implanter les méthodes de psychiatrie institutionnelle ou des pratiques inspirée par l’expérience de Fann : « Introduire la psychothérapie dans un service de psychiatrie qui fonctionne sur le même mode qu’une prison relève de la débilité ou de l’escroquerie » (AP Renauld 153118, document tapé à la machine sur papier à en-tête « Docteur Jean-Louis Renauld », non daté [voir ci-dessous Document 1]). Sa première tâche sera alors de « détricoter la camisole » qu’avait élaborée l’administration coloniale. Il lance pour cela deux chantiers : modifier la structure asilaire des bâtiments du service et faire évoluer l’éthique professionnelle de l’équipe soignante.

De l’asile au village psychiatrique

« Un travail important a été entrepris pour transformer ce qui était une prison, en un lieu pourvu d’un minimum d’hospitalité. »
(AP Renauld 153125, document tapé à la machine sur papier à en-tête « Docteur Jean-Louis Renauld », non daté [voir ci-dessous Document 1].)

39Renauld s’attelle dans un premier temps à transformer la structure même des locaux hospitaliers. Des portes sont ouvertes dans les murs afin de permettre une libre circulation des malades et de leurs familles dans les différents pavillons d’hospitalisation, l’idée étant de faire sortir le plus souvent possible les patients des bâtiments.

Illustration n° 3 : bâtiment des hommes et cour des hommes, non daté

Illustration n° 3 : bâtiment des hommes et cour des hommes, non daté
  • 16 La majorité des photos présentées sont de relativement mauvaise qualité. Cela est dû à la prise de (...)

Crédit: Jean-Louis Renauld16. Voir également ci-dessous Document 16, Bobo-Dioulasso, Juillet-Octobre 1974 : photos du service, du village psychiatrique et de l’équipe.
Identifiant persistant : https://doi.org/​10.34847/​nkl.90aexl3b.

40Lors de nos entretiens, Jean-Louis Renauld s’attarde sur cette « paillotte » que l’on voit en photo (voir illustration n° 4). Nommée « case coopération », car payée par le ministère lors d’une tournée d’un conseiller Afrique du gouvernement Pompidou, cette case était le lieu privilégié – sur le mode de la « case à palabres » – par Renauld et son équipe pour organiser les entretiens avec les patients.

Illustration n° 4 : photo de la « case coopération », 12 juillet 1974

Illustration n° 4 : photo de la « case coopération », 12 juillet 1974

Crédit: Jean-Louis Renauld.
Identifiant persistant : https://doi.org/​10.34847/​nkl.90aexl3b.

41Mais le plus grand chantier lancé pendant ces deux années a été la construction d’un petit « village » attenant le service et composé de deux types de cases « traditionnelles », l’une reprenant l’architecture mossi (paillottes) et l’autre l’architecture bobo (cases « carrées en terrasse »).

Illustration n° 5 : croquis des murs et des toits des cases du village psychiatrique

Illustration n° 5 : croquis des murs et des toits des cases du village psychiatrique

AP Renauld 153307. Voir ci-dessous Document 3, Notes manuscrites de Jean-Louis Renauld sur les cases en banco du village, non daté (entre 1972 et 1974).
Crédit: Jean-Louis Renauld.
Identifiant persistant : https://doi.org/​10.34847/​nkl.b7914f4x.

42Inspiré par des expériences similaires lancée par Collomb au Sénégal (Collomb 1978 ; Collignon 1983), l’objectif de ce « village psychiatrique » était double : faire participer les patients à la construction de ces maisonnettes, et organiser un espace de vie sur le mode villageois afin d’accueillir les familles des patients et faire rentrer un peu de vie extérieure au sein service. « Ce village c’était une révolution. J’avais appris ça chez Collomb. C’était véritablement une révolution. Faut dire aussi que les patients participaient aussi à la construction des huttes tout autour » (entretien de Jean-Louis Renauld, 20 janvier 2022, après-midi). Le village est terminé avant l’hivernage de 1973 et les premiers patients et leur accompagnant s’installent sur les lieux :

« Dans un premier temps, le malade est soigné intensivement dans les bâtiments anciens. Dès que son comportement devient tolérable pour la famille (en général au bout d’une semaine) le malade est confié à la famille dans la case qui lui est réservée. Les parents sont initiés aux soins qui se déroulent alors dans une atmosphère détendue et où le personnel infirmier trouve des conditions de travail radicalement transformées. »
(AP Renauld, 153738-819, « Considérations préliminaires concernant la construction d’établissement pour malades mentaux en Haute-Volta, 1973 » [voir ci-dessous Document 15].)

Illustration n° 6 : photo du « village psychiatrique » avec une partie de l’équipe du service, 15 juillet 1974

Illustration n° 6 : photo du « village psychiatrique » avec une partie de l’équipe du service, 15 juillet 1974

Crédit: Jean-Louis Renauld.
Identifiant persistant : https://doi.org/​10.34847/​nkl.90aexl3b.

43Plusieurs photos prises à l’époque par Renauld montrent des scènes de vie autour du village et du service.

Illustration n° 7 : photo d’une accompagnante et d’une cuisine, 17 juillet 1974

Illustration n° 7 : photo d’une accompagnante et d’une cuisine, 17 juillet 1974

Crédit: Jean-Louis Renauld.
Identifiant persistant : https://doi.org/​10.34847/​nkl.90aexl3b.

« Jean-Louis Renauld : Alors voilà, ça, imaginez c’était la cuisine d’une accompagnante voilà, en tout cas c’est marrant les gens avec leur vélo alors il y avait aussi une fontaine qui était là qui était à la disposition des gens et les gens de la ville venaient chercher leur eau à la fontaine.
– Romain Tiquet : donc c’était un lieu de rencontre aussi ?
– J-L R : Oui oui oui et y avait les marchands ambulants qui venaient et les accompagnants achetaient soit de la nourriture soit des petites bricoles aux marchands qui venaient à cet endroit. »
(Discussion autour des photos avec Jean-Louis Renauld, 20 janvier 2022, matinée.)

Illustration n° 8 : photo de la fontaine près du « village psychiatrique », 19 avril 1974

Illustration n° 8 : photo de la fontaine près du « village psychiatrique », 19 avril 1974

Crédit: Jean-Louis Renauld.
Identifiant persistant : https://doi.org/​10.34847/​nkl.90aexl3b.

44Sur cette photographie, on distingue le point d’eau installé à l’arrière du village, près de la ligne de chemin de fer. À l’arrière-plan un petit jardin aménagé par les infirmiers et les gardiens du service. La construction de ce village et son fonctionnement constituent alors l’action principale du séjour de Jean-Louis Renauld, en témoigne la majorité des photos présentant le village, même si l’expérience reste limitée. Seules sept cases sont disponibles pour l’ensemble des patients.

Équipe soignante et pratiques professionnelles

45Quand Jean-Louis Renauld arrive à Bobo-Dioulasso, il trouve sur place une équipe constituée d’infirmiers, de manœuvres et de gardiens. Il se remémore avec joie et nostalgie les rôles de chacun en voyant une photo de groupe qu’il a prise à l’époque.

Illustration n° 9 : photo de l’équipe soignante devant le « village psychiatrique », 30 octobre 1974

Illustration n° 9 : photo de l’équipe soignante devant le « village psychiatrique », 30 octobre 1974

Crédit: Jean-Louis Renauld.
Identifiant persistant : https://doi.org/​10.34847/​nkl.90aexl3b.

« Alors ça c’est (rires), ça c’est le major [le plus grand sur la photo]. Il y avait deux infirmiers, l’un qui était mossi, l’autre sénoufo. Elle, je sais plus ce qu’elle faisait comme travail, elle travaillait très bien. Elle était infirmière ou quelque chose comme ça. Et lui c’était l’adjoint du major et tous les autres étaient des chargés de soin, qui s’occupaient du lieu, ils étaient les gardiens. Seuls ceux qui étaient en blanc étaient des soignants reconnus par un diplôme. »
(Discussion autour des photos avec Jean-Louis Renauld, 20 janvier 2022, matinée.)

46Le second défi de Renauld a été d’essayer de transformer les pratiques de l’équipe soignante. Il fallait selon lui « démythifier » la maladie mentale et faire comprendre aux infirmiers que la seule thérapeutique n’était pas « le cabanon » (à savoir l’enfermement). Mais le psychiatre partait de loin :

« Qui donc va accepter d’aller travailler en enfer ? Du plus gradé au moins gradé, c’est la fuite. Le service a, depuis sa fondation en 1958, connu trois psychiatres pendant les périodes 1958-1960 et 1970-1973. Entre ces deux périodes, c’est un des médecins de l’hôpital général, éloigné de 5 kms du service de psychiatrie, qui en était tenu responsable. Le service est abandonné aux infirmiers, et leur affectation dans le service de psychiatrie est ressentie comme une brimade… »
(Renauld 1973b).

47Et de continuer :

« Toute la morale professionnelle, guidée par le principe général d’évitement du malade mental, pouvait s’énoncer ainsi : plus le soignant est élevé dans l’ordre hiérarchique, plus l’appareil soignant se doit de le tenir éloigné du malade. Ainsi par exemple, lorsque j’interrogeais un malade, les infirmiers s’efforçaient de le tenir bien à distance prétextant qu’il fallait que je prenne garde aux poux dont le malade était porteur. »
(AP Renauld, 153126, document tapé à la machine sur papier à en-tête « Docteur Jean-Louis Renauld », non daté [voir Document 1].)

48Si bien que Jean-Louis Renauld se retrouvait après plusieurs années de pratique de psychothérapie institutionnelle, où le mot d’ordre était d’aller jusqu’au « corps à corps avec le malade », dans un mode de relation aux patients bien plus apparenté « à celle du manœuvre qu’à celle de l’infirmier » (ce sont ses mots). Pourtant il tenta rapidement d’imposer son style de travail qui consistait à maintenir une relation étroite avec les malades et à ne pas tenir compte des positions hiérarchiques de l’équipe du service, mais seulement « de la connaissance intime qu’ils avaient du malade ». Selon ses propres mots, ces méthodes ont « dans un premier temps complètement dérouté l’équipe soignante » (ibid.). Selon lui, l’idée d’une psychiatrie « relationnelle » apparaissait pour les infirmiers comme une de ces idées de « toubab » un peu farfelues. Si le service devait se démarquer du simple souci de gardiennage, c’est au modèle biomédical – à savoir le recours à la solution médicamenteuse – que l’équipe soignante faisait appel, permettant ainsi de restaurer distance, autorité et dignité à l’infirmier.

  • 17 Nous n’avons pas questionné Renauld sur l’impact de cette expérience dans la suite de sa propre pra (...)

49Malgré les réticences de départ de l’équipe soignante, il semble que le pari fut réussi dans une certaine mesure. L’aspect asilaire de la structure a été atténué, un « village psychiatrique » est sorti de terre et une réflexion sur le rapport à la maladie a été lancé, tant avec l’équipe soignante qu’avec les familles des patients invitées à séjourner et participer à la vie du service. Le mandat de Renauld témoigne plus largement de la circulation de modèles thérapeutiques en Afrique de l’Ouest dans les années 1970, dans un contexte marqué par une critique en règle de la psychiatrie asilaire et de l’influence de « l’École de Fann » comme terreau pour l’établissement d’une psychiatrie hors-les-murs et inscrite dans le tissu social et culturel local17.

Au-delà de la « mise en scène » de soi : patients, famille et traitements

La migration comme générateur de trouble : les cas de « psychose Abidjan-Niger »

  • 18 J’ai retrouvé dans les archives du service deux expertises psychiatriques signées de la main de Ren (...)

50Il est impossible, du fait d’un corpus qui se focalise essentiellement sur la pratique de Renauld, de s’intéresser dans le détail aux parcours des patients du service. Il faudrait d’autres sources – comme les dossiers de patients18 – pour construire cette histoire. Néanmoins, il est possible, au détour de certaines phrases, au travers de quelques notes éparses, d’élaborer certaines réflexions sur les patients accueillis.

51Bobo-Dioulasso, située dans le sud-ouest du territoire burkinabè, est un lieu de passage pour des milliers de migrants voltaïques partis travailler dans les plantations de Côte d’Ivoire (Zanou 1994 ; Mandé 1997).

  • 19 Renauld fait ici référence à saint Paul, portant le nom juif de Saul, qui, sur le chemin de Damas, (...)

« Bobo-Dioulasso, Novembre 1972
Un gamin est amené par la police au service de neuropsychiatrie. Comportement anormal sur la voie publique. Qu’est-ce que tu faisais sur la route ?
– Je marchais vers la Côte d’Ivoire. Mon père m’a dit va là-bas et revient au village quand tu auras gagné de l’argent.
– D’où viens-tu ?
– de Koudougou (200 km)
– Qu’est-ce que tu faisais sur la route, on nous dit que tu t’en prenais aux gens ?
– Mais non ! Je parlais avec Dieu !
– Hein ?
– Quand j’étais sur la route, un éclair a brisé le ciel et je suis entré en communication avec Dieu.
– Depuis quand es-tu parti, quel jour est-on aujourd’hui ?
– Aujourd’hui c’est le jour de ma mort, et le jour de ma naissance.
– Quel âge as-tu ?
– Pour les humains j’ai 18 ans, mais pour Dieu je n’ai pas d’âge car il me fait naître à chaque instant !
Le major au médecin : à mon avis ce type est complètement fou !
Était-ce vraiment la question ? Je pensais à Saul sur le chemin de Damas. Lui aussi était complètement fou19. »
(AP Renauld 153330, document tapé à la machine sur papier à en-tête « Docteur Jean-Louis Renauld », Bobo-Dioulasso, Novembre 1972 [voir Document 5].)

  • 20 Dans les registres de garde des années 1960 consultés dans les archives non classées du service, il (...)

52Jean-Louis Renauld, lors de ces deux années au service, a été marqué par la présence continue de jeunes migrants voltaïques, de retour de Côte d’Ivoire, tombés malades dans le train et envoyés au service psychiatrique de Bobo-Dioulasso, le premier du genre sur la route du retour20. Dans le train, ces jeunes gens étaient le plus souvent pris d’angoisse, que le psychiatre explique alternativement par la crainte de l’échec de la migration (crainte de la dette s’ils ne ramenaient pas assez d’argent à la famille élargie) ou par une décompensation par manque de sommeil due à la prise d’excitants pour rester éveillé et ne pas se faire dépouiller de leur argent lors du voyage retour. « Une frayeur persécutive avec hallucinations » (Renauld 1973b) s’ensuivait prise en charge par le psychiatre et son équipe avec le même protocole : électrochocs et stabilisation par des neuroleptiques.

« Ceux qui faisaient une bouffée délirante dans le train, pour ces gens-là je commençais par leur faire un électrochoc parce que ça remettait la tête en place, j’avais l’habitude […]. Donc il y a quelqu’un qui vient et qui était complètement agité, et au lieu de l’abrutir avec des neuroleptiques en piqûre, bon, on le passait à l’électrochoc. L’électrochoc ça a quand même cette capacité de purger le cerveau de l’ensemble des médiateurs chimiques. Et ces gens-là, qui venaient du train et qui étaient parfois en accès maniaque ou en accès aigu, il suffisait de faire un électrochoc et ensuite lentement un tout petit peu de neuroleptique pour qu’ils ne reviennent pas dans leur machin d’avant, et au bout de dix jours ils étaient guéris et ils sortaient. »
(Entretien de Jean-Louis Renauld, 20 janvier 2022, après-midi.)

53Renauld explique en termes psychanalytiques ces crises, témoignant d’un « conflit entre un moi qui revendique un destin individuel et compétitif et un moi soumis à la loi du groupe et des ancêtres, forgé par la société traditionnelle, place centrale de l’argent comme signifiant » (ibid). Cette phrase n’est pas sans rappeler le constat d’un ancien chef de service de psychiatrie de Fann, Momar Guèye, parlant « d’entre-deux-culturel » pour qualifier la tension inhérente à ces jeunes gens tiraillés entre la revendication d’un certain individualisme, signe d’une nouvelle « modernité », et le rappel de leur milieu social et familial où toute individualité est noyée dans l’unité collective que représente la famille (Guèye 2009, 35).

  • 21 Cette affirmation n’a cependant pas été confirmée lors d’une discussion informelle avec le successe (...)

54Ainsi, comme a pu le souligner Sanou Zezouma, premier Burkinabè chef du service à partir de 1979 (Zezouma 1981 2017), le trouble généré sur le chemin du retour peut être expliqué comme le signe d’une volonté d’échapper aux poids et aux attentes de la cellule familiale. Dès lors, faute de sources plus détaillées, il est possible d’envisager que l’hospitalisation dans le service, pour bon nombre de ces jeunes gens, constituait un refuge nécessaire, une transition entre la période de migration et le retour au village. Dans certains cas même, Renauld évoque que l’établissement d’une ordonnance était utilisé par ces patients comme une sorte de « laissez-passer » pour rentrer au village dans le cas où la migration n’aurait pas été l’itinéraire de la réussite voulu et attendu21.

Abandonner ou accompagner : famille et représentations sociétales de la folie à Bobo-Dioulasso

55Dans une note retrouvée dans les archives de Jean-Louis Renauld, on peut lire ceci :

« Autrefois les fous étaient enfermés dans le béton toute la journée, ne sortant que quelques heures au cours de la matinée dans une cour grillagée. Ils constituaient alors un spectacle très apprécié par les enfants des écoles qui venaient se faire vacciner par centaines au dispensaire des grandes endémies, voisin de la léproserie. C’était en quelque sorte la récompense après la piqure : il y en avait toujours un pour dire : An bé ta fatow flé, allons regarder les fous. Les gardiens devaient souvent chasser les enfants avant que ceux-ci ne lancent des cailloux sur les fous pour les exciter. »
(AP Renauld 153528, document tapé à la machine sur papier à en-tête « Docteur Jean-Louis Renauld », non daté [voir Document 8].)

56Tout au long de sa mission de coopération, Renauld, de concert avec l’équipe soignante, tenta de modifier les représentations que les populations avaient des malades et du service. À ce titre, le psychiatre, au cours de nos entretiens, évoque deux anecdotes qui témoignent de la nécessité de « rassurer » les populations sur le danger ou le « dérangement » supposé des patients. Lors d’une discussion entamée à la vue d’un cliché représentant un des bâtiments du service, prise du côté du village psychiatrique, Jean-Louis Renauld s’arrête sur le rideau d’arbres que l’on voit apparaitre en arrière-plan, où l’on distingue des poteaux soutenant un grillage en fil métallique.

Illustration n° 10 : vue du service côté village psychiatrique, 27 mai 1974

Illustration n° 10 : vue du service côté village psychiatrique, 27 mai 1974

Crédit: Jean-Louis Renauld.
Identifiant persistant : https://doi.org/​10.34847/​nkl.90aexl3b.

« J-L R : Quand je suis arrivé il y avait ce grillage et si j’avais enlevé ça, ça aurait pas été bon, il fallait pas quand même laisser les fous aller dehors par ci par là tout le temps, il y avait toujours deux infirmiers ou deux aides-infirmiers qui étaient là, là où le grillage était ouvert et qui autorisaient ou pas les gens à sortir et rentrer.
– R T : D’accord, il y avait besoin quand même de rassurer les gens.
– J-L R : Oui, parce que en général les patients arrivaient de leur village au loin parce qu’ils étaient insupportables dans le village, on pouvait plus les supporter et les gens du village avaient toujours peur qu’on les libère sans les prévenir pour qu’ils viennent faire des bêtises. »
(Discussion autour des photos avec Jean-Louis Renauld, 20 janvier 2022, matinée.)

57L’idée d’une séparation visible (les arbres et le grillage) avait été suggérée par le major du service afin de contribuer à maintenir une distanciation physique et « morale » entre populations et « malades », tout en rassurant la population sur le fait que les « fous » ne sont pas totalement libres de circuler.

58En parlant des jeunes gens revenant de Côte d’Ivoire et soignés par électrochoc et neuroleptiques, Renauld revient sur l’effet du traitement :

« J-L R : Heureusement qu’il y avait ces gens-là, heureusement, car ça pouvait faire la preuve que quelqu’un qui était fou, au bout d’un certain temps, au bout de quelques jours il ne l’était plus.
– R. T. : Heureusement, pour les autres patients ? Ou pour tout le monde ?
– J-L R : Pour tout le monde, pour montrer que ce n’était pas un asile où on enfermait les gens pour toujours. Quand je suis arrivé il y avait des gens qui étaient là depuis cinq-six ans, isolés et qui ne bougeaient pas. »
(Entretien de Jean-Louis Renauld, 20 janvier 2022, après-midi.)

59Le passage à l’hôpital psychiatrique signifiait pour beaucoup de patients une mort sociale assurée, témoignant d’un abandon par le groupe familial et d’une rupture avec lui. Or Jean-Louis Renauld, en praticien de la psychothérapie institutionnelle, voyait le maintien du malade dans son cercle familial et social comme la clef de voûte du processus thérapeutique. Concomitamment à la construction du village, Renauld introduisit dès 1973 le modèle de l’accompagnant au sein du service, inspirée par l’expérience menée quelques années plus tôt à Fann (Kilroy-Marac 2014 ; Koundoul 2015).

60L’accompagnant était le plus souvent un proche ou un membre de la famille d’un patient, qui venait séjourner au service dans les cases du « village psychiatrique » : « Son système symbolique c’était de représenter l’hôpital pour les gens du village et de représenter le village pour les gens de l’hôpital. Si ça va pas, c’est toi qui doit savoir comment ça se passe au village et c’est à toi de le ramener ou de dire à la famille de le ramener si ça va pas » (entretien de Jean-Louis Renauld, 20 janvier 2022, après-midi.)

  • 22 Voir AP Renauld 153738-819, « Considérations préliminaires concernant la construction d’établisseme (...)

61Pour des patients dont plus de 40 % n’étaient pas originaires des environs de Bobo-Dioulasso mais de plusieurs centaines de kilomètres au nord ou à l’est du pays22, le maintien des liens familiaux et sociaux au travers d’un accompagnant demeurait essentiel dans la prise en charge thérapeutique.

« On soigne avec les médicaments, l’électricité et la parole »

62La phrase utilisée dans ce titre n’a pas été prononcée à Bobo-Dioulasso mais à Fann, dans les années 1960, par un infirmier de la clinique (Storper-Perez 1974, 19). Elle s’applique cependant parfaitement au pluralisme thérapeutique mis en place dans le service psychiatrique de Bobo-Dioulasso.

63Concernant les traitements à sa disposition, il semble, à écouter Renauld, qu’à son arrivée seul la chlorpromazine était prescrite au sein du service. Cette molécule avait un effet sédatif très important, faisant dire au clinicien que le service de psychiatrie « méritait bien à ce titre qu’on l’appelle encore hypnoserie » (Renauld 1973b).

64Des neuroleptiques moins lourds, en cachet ou par injection, sont alors lentement introduits début 1973 et autorisent à traiter des patients sans les maintenir dans un état de somnolence. Ces médicaments permettaient en outre de faire participer les patients à la vie du service, en particulier lors de la confection des briques pour la construction du village (entretien de Jean-Louis Renauld, 20 janvier 2022, après-midi).

65Au-delà des neuroleptiques et des électrochocs, Jean-Louis Renauld comptait aussi beaucoup sur les psychothérapies individuelles (conduites en français), mettant l’entretien et la parole au cœur de la relation médecin-patient. La centralité de la parole dans la prise en charge thérapeutique pose cependant la question de son accès. Un malade agité ne sera par exemple pas toujours en mesure de communiquer. Par ailleurs, le cadre même de l’entretien, organisé entre le médecin et le patient, pouvait apparaître comme un leurre thérapeutique et une violence symbolique puisque la verbalisation imposait parfois une transgression culturelle fondamentale (Ortigues et Ortigues 2000 ; Tiquet 2023).

66La question de la langue et de sa traduction constituait là aussi un enjeu, surtout dans un contexte de forte diversité linguistique. Cette réflexion sur les langues et leurs significations est d’ailleurs un point qui a intéressé Renauld depuis son enfance :

« Le fait d’avoir été en Allemagne à l’âge de 5 ans, j’ai eu ce privilège que beaucoup ont quand ils ont des parents qui sont, par exemple d’origine différente, cette capacité de comprendre que d’une langue à l’autre, il n’y a pas, entre les mots, le “égal” qu’on trouve en mathématiques. Les significations d’un mot et d’un autre peuvent être les mêmes mais un mot ne parle pas pareil. »
(Entretien de Jean-Louis Renauld, 20 janvier 2022, après-midi.)

67Dans ce cadre, Renauld assume avoir fait le choix d’entreprendre des psychothérapies individuelles soutenues, à raison d’un rendez-vous une fois par semaine étalé sur plusieurs mois, seulement avec des patients maitrisant parfaitement le français, des patients « acculturés » selon les propres termes du psychiatre (ibid.). Pour les autres, il était entouré de l’équipe soignante qui traduisait ou conduisait les entretiens.

« Je pense qu’on ne dit pas au Blanc des choses et que c’était important aussi qu’il y ait un autre lieu de parole qui ne passait pas par le français. Le major était là pour me faire comprendre un certain nombre de choses. Je parlais un peu dioula, mais je ne comprenais rien [à la langue] bobo et les bobos parfois parlaient pas français, il faut que ça se discute un peu comme ça.
Moi par exemple, je disais à quelqu’un : “Posez-lui quelques questions sur ça”, et donc la discussion se situait entre lui et le patient. Je m’aidais beaucoup des infirmiers, vous ne pouvez pas faire celui qui comprend tout. D’ailleurs je ne comprenais rien d’une certaine façon. »
(Entretien de Jean-Louis Renauld, 20 janvier 2022, après-midi.)

68Dans ce dernier extrait, Jean-Louis Renauld souligne l’importance de dépasser le cadre de la seule relation médecin blanc-patient pour parvenir à une verbalisation susceptible de contribuer à la guérison du malade. Dans sa dernière phrase, il souligne par ailleurs deux autres éléments. Le premier étant de distinguer la verbalisation – comme processus thérapeutique – de la compréhension par le médecin ou l’équipe soignante. Dans un second temps, en insistant sur le fait qu’il « ne comprenait rien d’une certaine façon », il souligne tout autant la barrière de la langue que son ignorance des dynamiques culturelles, sociales et familiales entre les populations et lui.

69En partant du parcours de Jean-Louis Renauld, cet article a mis en évidence trois axes d’analyse. Dans un premier temps, assumant une certaine proximité avec mon interlocuteur, je me suis avant tout intéressé à la vie de Renauld et à son parcours professionnel pour interroger les motivations qui l’ont conduit à devenir coopérant. Formé à la psychothérapie institutionnelle dans un contexte de remise en cause de l’institution psychiatrique depuis les années 1950, et grandement influencé par « l’École de Fann », Jean-Louis Renauld arrive au début des années 1970 en Haute-Volta. Dans un second temps, en m’appuyant sur un corpus de sources certes limité mais diversifié, j’ai tenté d’explorer la vie quotidienne du service de psychiatrie de Bobo-Dioulasso au travers des « chantiers » que Renauld y a lancés : rompre avec le modèle asilaire et insuffler une nouvelle éthique professionnelle à l’équipe soignante locale, en démythifiant la maladie mentale et en introduisant une psychiatrie plus « relationnelle ».

70Enfin, partant du constat que le corpus de sources utilisées restait très centré sur la figure de Renauld, j’ai essayé d’approcher la réalité d’autres acteurs en analysant certains profils de patients et les relations entretenues entre familles et société, tant avec le trouble mental qu’avec le service de psychiatrie.

71J’ai mentionné dans l’introduction de cet article que l’idée initiale de ce texte partait d’un manque et d’une envie. Il se termine par une forme d’insatisfaction et de relative frustration. Insatisfaction de n’avoir pu mobiliser que les « sources du psychiatre » et non « les sources de la folie », pour reprendre le titre de ce dossier. Frustration de ne pas avoir pu totalement m’extraire du parcours professionnel stricto sensu de Renauld pour analyser dans le détail l’ordinaire du fonctionnement d’un nouveau service de psychiatrie ouest-africain dans les années 1970.

72Au-delà de la démarche exploratoire, cet article, en utilisant exclusivement des archives privées et en recourant aux entretiens, constitue un défi méthodologique qui met en évidence certains enjeux liés à l’utilisation de ces sources ambivalentes – mais essentielles pour écrire l’histoire des services de psychiatrie en Afrique de l’Ouest et plus largement l’histoire de l’Afrique. Il faut ainsi souligner le risque de tomber dans un récit hagiographique épousant le discours d’un homme qui veut démontrer qu’il a « laissé une trace » et qui se présente volontiers comme un pionnier, qui a chamboulé le fonctionnement du service de psychiatrie. Un autre danger est de se risquer à émettre un peu vite des hypothèses, non vérifiables du fait d’un corpus limité, et qui nous imposent d’avancer de « trace en trace ». Ces notes éparses, ces croquis, ces anecdotes consignées par écrit ou évoquées lors des entretiens, le petit corpus de photos, sont autant d’éléments qui témoignent d’une mémoire personnelle et professionnelle fragmentée, partiale et discontinue. Mais leur utilisation et leur analyse permet aussi de faire surgir en toile de fond d’autres mémoires, que ce soit celle de la coopération ou celle d’un service de psychiatrie en Afrique de l’Ouest, une décennie après l’indépendance.

Documents issus des archives privées de Jean-Louis Renauld

01. Notes tapuscrites sur le quotidien de Jean-Louis Renauld au service de psychiatrie de Bobo-Dioulasso

73

Sans titre, papier à en-tête « Docteur Jean-Louis Renauld, psychiatrie », non daté (entre 1972 et 1974).
AP Renauld 153100, 153110, 153118, 153125.
Identifiant persistant : https://doi.org/10.34847/nkl.1a8f49ua

02. Annexe (Assistance Psychiatrique Régionale en Afrique - les villages thérapeutiques)

74

Auteur anonyme (mais pas Jean-Louis Renauld), non daté.
AP Renauld 153133, 153201, 153207, 153359, 153223, 153232, 153240.
Identifiant persistant : https://doi.org/10.34847/nkl.fda58vk0

03. Notes manuscrites de Jean-Louis Renauld sur les cases en banco du village

75

Non daté (entre 1972 et 1974).
AP Renauld 153133, 153201, 153207, 153359, 153223, 153232, 153240.
Identifiant persistant : https://doi.org/10.34847/nkl.b7914f4x

04. Note manuscrite de Jean-Louis Renauld sur son arrivée en Haute-Volta

04. Note manuscrite de Jean-Louis Renauld sur son arrivée en Haute-Volta

Sans titre, non daté (entre 1972 et 1974).

AP Renauld 153322.
Identifiant persistant : https://doi.org/​10.34847/​nkl.cceat536.

05. Note tapuscrite de Jean-Louis Renauld sur un jeune homme en partance pour la Côte d’Ivoire amené au service par la police

05. Note tapuscrite de Jean-Louis Renauld sur un jeune homme en partance pour la Côte d’Ivoire amené au service par la police

Sans titre, novembre 1972.

AP Renauld 153330.
Identifiant persistant : https://doi.org/​10.34847/​nkl.22a9h9x6.

06. Feuillet tapuscrit de Jean-Louis Renauld sur le quotidien du service

Sans titre, non daté (entre 1972 et 1974).
AP Renauld 153349.
Identifiant persistant : https://doi.org/10.34847/nkl.04186fu7.

07. Renauld, Jean-Louis. 1973b. « La psychiatrie à Bobo-Dioulasso - 1973 »

Afr. Méd.,vol. 13, n° 124 : 891-900.
AP Renauld 153418, 153426, 153434, 153449, 153455, 153504, 153516.
Identifiant persistant : https://doi.org/10.34847/nkl.161euvr3

08. Feuillet tapuscrit avec plan de localisation du service

08. Feuillet tapuscrit avec plan de localisation du service

Jean-Louis Renauld, non daté.

AP Renauld 153528.
Identifiant persistant : https://doi.org/​10.34847/​nkl.ff1238p7.

09. Notes manuscrites sur des patients pris en charge par Jean-Louis Renauld (1972-1974)

AP Renauld 153537, 153542, 153555, 153604, 153610.
Identifiant persistant : https://doi.org/10.34847/nkl.feab29d0

AP Renauld 153537, 153542, 153555, 153604, 153610.
Identifiant persistant : https://doi.org/​10.34847/​nkl.feab29d0.

10. Citations en Dioula et Français, manuscrites

10. Citations en Dioula et Français, manuscrites

Jean-Louis Renauld, non daté.

AP Renauld 153618.
Identifiant persistant : https://doi.org/​10.34847/​nkl.6bf5s39t.

11. Note tapuscrite de Jean-Louis Renauld sur la relation personnel patient au service de Bobo-Dioulasso

11. Note tapuscrite de Jean-Louis Renauld sur la relation personnel patient au service de Bobo-Dioulasso

Sans titre, non daté. Page à en tête du nom de Renauld.

AP Renauld 153626.
Identifiant persistant : https://doi.org/​10.34847/​nkl.e28c67u0.

12. Note manuscrite de Jean-Louis Renauld sur un patient qui parle de son milieu paysan

12. Note manuscrite de Jean-Louis Renauld sur un patient qui parle de son milieu paysan

Non daté.

AP Renauld 153633.
Identifiant persistant : https://doi.org/​10.34847/​nkl.2bccg656.

13. Lettre manuscrite de Jean-Louis Renauld sur papier à en-tête, probablement adressé à Henri Collomb à Fann

76

Non daté.
AP Renauld 153709, 153713, 153658, 153702, 153647, 153651.
Identifiant persistant : https://doi.org/10.34847/nkl.dfec2gd1.

14. Lettre tapuscrite de Jean-Louis Renauld à un américain du Catholic Relief Service pour une demande de soutien au service

77

Non daté.
AP Renauld 153720, 153727.
Identifiant persistant : https://doi.org/10.34847/nkl.de78wwm5.

15. Feuillet tapuscrit de Jean-Louis Renauld : Considérations préliminaires concernant la construction d’établissements pour malades mentaux en Haute-Volta

78

Daté de 1973.
AP Renauld 153738, 153746, 153754, 153801, 153808, 153819.
Identifiant persistant : https://doi.org/10.34847/nkl.16d7l6cl.

16. Photographies du service de psychiatrie de Bobo-Dioulasso, du village psychiatrique et de l’équipe, juillet-octobre 1974

79

Diapositives de Jean-Louis Renauld, 1974.
Identifiant persistant : https://doi.org/10.34847/nkl.90aexl3b.

17. Photographies du village psychiatrique Kenia-Émile Badiane, Ziguinchor, Sénégal, février 1974

80

Diapositives de Jean-Louis Renauld, 1974.
Identifiant persistant : https://doi.org/10.34847/nkl.90aexl3b.

Top of page

Bibliography

Aït Mehdi, Gina, et Romain Tiquet. 2020. « Introduction au thème. Penser la folie au quotidien ». Politique africaine, n° 157 : 17-38.
https://doi.org/10.3917/polaf.157.0017.

Akyeampong, Emmanuel, Allan G. Hill, et Arthur Kleinman. 2015. The Culture of Mental Illness and Psychiatric Practice in Africa. Bloomington, IN : Indiana University Press.

Arnaut, Robert. 2009. La folie apprivoisée. L’approche unique du Professeur Collomb pour traiter la folie. Paris : De Vecchi.

Beck, Sylvain. 2016. « Chronique bibliographique. Guth, Suzie. Exil sous contrat. Les communautés de coopérants en Afrique francophone », Cahiers d’études africaines, n° 221-222 : 415-419.
https://doi.org/10.4000/etudesafricaines.19039.

Bell Leland V. 1991. Mental and Social Disorder in Sub-Saharan Africa: The Case of Sierra Leone, 1787-1990. New-York : Praeger.

Bigando, Eva. 2013. « De l’usage de la photo elicitation interview pour appréhender les paysages du quotidien : retour sur une méthode productrice d’une réflexivité habitante ». Cybergeo, art. 645 (« Politique, Culture, Représentations »).
https://doi.org/10.4000/cybergeo.25919
.

Boroffka, Alexander. 2006. Psychiatry in Nigeria: A Partly Annotated Bibliography. Kiel: Brunswiker Universitatsbunchhandung-Medizin.

Boussat, Stéphane, et Michel Boussat. 2002. « À propos de Henri Collomb (1913-1979) : de la psychiatrie coloniale à une psychiatrie sans frontières ». L’Autre, n° 3 : 409-424.
https://doi.org/10.3917/lautr.009.0409
.

Bullard, Alice. 2022. Spiritual and Mental Health Crisis in Globalizing Senegal. A History of Transcultural Psychiatry. Abingdon : Routledge.
https://doi.org/10.4324/9781003112143.

Collignon, René. 1978. « Vingt ans de travaux à la clinique psychiatrique de Fann-Dakar : [1958-1978] ». Psychopathologie africaine XIV, n° 1 : 133-324.

Collignon, René. 1983. « À propos de psychiatrie communautaire en Afrique noire. Les dispositifs villageois d’assistance. Éléments pour un dossier », Psychopathologie africaine 19, n° 3 : 287-328.

Collignon, René. 1999. « Le traitement de la question de la folie au Sénégal à l’époque coloniale », dans Enfermement, prison et châtiments en Afrique du 19e siècle à nos jours, sous la direction de Florence Bernault, 227-257.Paris : Karthala.
https://doi.org/10.3917/kart.bern.1999.01.0227
.

Collignon, René. 2000. « Vingt ans de travaux à la clinique psychiatrique de Fann-Dakar : [1979-1999] ». Psychopathologie africaine XXX, n° 1-2 : 3-185.

Collignon, René. 2002. « Pour une histoire de la psychiatrie coloniale française. À partir de l’exemple du Sénégal », L’Autre 3, n° 3 : 455-480.
https://doi.org/10.3917/lautr.009.0455
.

Collignon, René. 2006. « La psychiatrie coloniale française en Algérie et au Sénégal : esquisse d’une historisation comparative ». Revue Tiers Monde, n° 187 : 527-546.
https://doi.org/10.3917/rtm.187.0527
.

Collomb, Henri. 1978. « L’économie des villages psychiatriques », Social Science & Medecine 12, n° 1-2 : 113-115.
https://doi.org/10.1016/0160-7995(78)90027-8.

Deacon, Hilary J. 1996., « Madness, Race and Moral Treatment: Robben Island Lunatic Asylum, Cape Colony, 1846-1880 », History of Psychiatry 26, n° 7 : 287-297.
https://doi.org/10.1177/0957154X960070260
.

Delille, Emmanuel, et Ivan Crozier. 2018. « Historicizing Transcultural Psychiatry: People, Epistemic Objects, Networks, and Practices », History of Psychiatry, 29, n° 3 : 257-262.
https//doi.org/10.1177/0957154X18775589 .

Delion, Pierre. 2014. « La psychothérapie institutionnelle : d’où vient-elle et où va-t-elle ? ». Empan, n° 96 : 104-112.
https://doi.org/10.3917/empa.096.0104
.

Gallien, Raphaël. 2021. « “À Fann, on croit aux rab !” Entretien avec René Collignon », Histoire, médecine et santé, n° 20 : 139-151.
https://doi.org/10.4000/hms.5346
.

Gentis, Roger. 1977. Les murs de l’asile. Paris : Maspero.

Goerg, Odile, et Marie-Albane de Suremain. 2014. « Introduction. Coopérants et coopération en Afrique : circulations d’acteurs et recompostitions culturelles (des années 1950 à nos jours) », Outre-mers, n° 384-385: 7-14.
https://www.persee.fr/doc/outre_1631-0438_2014_num_101_384_5109
. .

Guillemain Hervé, Alexandre Klein, et Marie-Claude Thifault, dir. 2018. La fin de l’asile ? Histoire de la déshospitalisation psychiatrique dans l’espace francophone au xxe siècle. Histoire. Rennes : Presses universitaires de Rennes.
https://doi.org/10.4000/books.pur.172088
.

Guth, Suzie. 1984. Exil sous contrat. Les communautés de coopérants en Afrique francophone.

Paris : Silex Éditions.

Heaton, Matthew M. 2013. Black Skin, White Coats: Nigerian Psychiatrists, Decolonization, and the Globalization of Psychiatry, Athens : Ohio University Press.

Henckes Nicolas et Benoît Majerus. 2022. Maladies mentales et sociétés. xixe-xxie siècle. Paris : La Découverte.

Keller, Richard. 2001. « Madness and Colonization: Psychiatry in the British and French Empires, 1800-1962 ». Journal of Social History 35, n° 2 : 295-326.
https://doi.org/10.1353/jsh.2001.0126
.

Kilroy-Marac, Katie. 2014. « Of Shifting Economies and Making Ends Meet: The Changing Role of the Accompagnant at the Fann Psychiatric Clinic in Dakar, Senegal ». Culture, Medecine and Psychiatry 38, n° 3 : 427-447.
https://doi.org/10.1007/s11013-014-9386-7. .

Kilroy-Marac, Katie. 2019. An Impossible Inheritance. Postcolonial Psychiatry and the Work of Memory in a West African Clinic. Berkeley, CA : University of California Press.

Koundoul, Adama. 2015. « La professionnalisation de l’accompagnement des malades en milieu psychiatrique au Sénégal ». Le Journal des psychologues 332, n° 10 : 42-51.
https://doi.org/10.3917/jdp.332.0042
.

Mahone, Sloan, et Megan Vaughan. 2007. Psychiatry and Empire. Basingstoke : Palgrave Macmillan.

Mandé, Issiaka. 1997. “Les migrations du travail en Haute-Volta (actuel Burkina Faso), mise en perspective historique (1919-1960).” Thèse de doctorat. Paris : Université Paris 7.
https://theses.fr/1997PA070128
.

Ortigues, Marie-Céciles et Edmond Ortigues. 2000. « À la rencontre de l’autre. L’effet du dépaysement sur l’évolution d’une pratique de psychothérapie ». Enfances & Psy, n° 12 : 6-19.
https://doi.org/10.3917/ep.012.0006
.

Peraldi, Michel, et Liza Terrazzoni, dir. 2016. « Numéro : Mobilités et migrations européennes en (post)colonies ». Cahiers d’études africaines, n° 221-222.
https://doi.org/10.4000/etudesafricaines.18616
.

Peiretti-Courtis, Delphine. 2021. Corps noirs et médecins blancs. Paris : la Découverte.

Perrin-Joly, Constance, et Chloé Josse-Durand, dir. 2023. « Photos et photographes », Sources : matériaux & terrains en études africaines, n° 6.
https://doi.org/10.4000/sources.1219.

Pringle, Yolana. 2021. « Negotiating South–South Cooperation for Mental Health: The World Health Organization and the African Mental Health Action Group, 1970s–90s ». Medical History 65, n° 4 : 403-419.
https//doi.org/10.1017/mdh.2021.30.

Renauld, Jean-Louis. 1973a. « À propos de l’assistance psychiatrique en Haute-Volta ». Psychopathologie africaine 9, n° 1 : 131-139.

Renauld, Jean-Louis. 1973b. « La psychiatrie à Bobo-Dioulasso - 1973 », Afr. Méd.* 13, n° 124 : 891-900. [* Le nom complet de la revue n’a pas été identifié.]

Robcis, Camille. 2021. Disalienation. Politics, Philosophy, and Radical Psychiatry in Postwar France. Chicago, IL : Chicago University Press.

Sadowsky, Jonathan. 1999. Imperial Bedlam: Institutions of Madness in Colonial Southwest Nigeria, Berkeley, CA : University of California Press.

Sanou, Zezouma. 1981. « Migrations voltaïques et pathologie mentale ». Mémoire de CES en psychiatrie. Dakar : Faculté de médecine.

Sanou, Zezouma. 2017. Individu humain, être social au Burkina Faso. Paris : L’Harmattan.

Tiquet, Romain. 2013. « Un policier français dans l’Empire. Pierre Lefuel, dernier directeur de la Sûreté voltaïque (1959-1960) et pionnier du Service de coopération technique internationale de police (SCTIP) ». Histoire, économie & société, n° 4 : 49-58.
https://doi.org/10.3917/hes.134.0049
.

Tiquet, Romain. 2016. « Service civique et développement au Sénégal. Une utopie au cœur des relations entre armée et pouvoir politique (1960-1968) ». Afrique contemporaine, n° 260 : 45-59.
https://doi.org/10.3917/afco.260.0045
.

Tiquet, Romain. 2023. « Moustapha H. Regard clinique et historien sur un dossier de patient du service psychiatrique de Fann (Sénégal, années 1960) ». L’Autre 24 : 59-68.
https://doi.org/10.3917/lautr.070.0059
.

Tiquet, Romain, et Nodjouté Hien. 2023. « Psychiatrie “importée” et représentations populaires en Afrique de l’Ouest : le cas du service de psychiatrie de Bobo-Dioulasso. Commentaire ». Sciences sociales et santé 41, n° 1 : 65-73.
https://doi.org/10.1684/sss.2023.0242
.

Zanou, Benjamin. 1994. Aspects démographiques et socio-économiques des migrations burkinabé vers la Côte d’Ivoire. Abidjan : Institut national de la statistique.

Zoungrana, Olga. 1992. Conditions pratiques et juridico-administratives de la prise en charge des malades mentaux au Burkina Faso, Ouagadougou : Faculté des sciences de la santé, Université Ouagadougou.

Top of page

Notes

1 La psychothérapie institutionnelle était un mouvement psychiatrique souhaitant transformer radicalement la pratique asilaire de la psychiatrie en s’appuyant sur la psychanalyse (Delion 2014).

2 Archives nationales du Sénégal (ANS), Fond AOF, 2G56/51, Rapport santé Haute-Volta, 1956. Le FIDES est créé dans le cadre de la loi du 30 avril 1946 qui institua pour la première fois une contribution financière de la métropole au développement des colonies, rompant ainsi avec l’esprit de la loi du 13 avril 1900 qui consacrait leur autonomie financière.

3 Georges de Trémontels et Michel Raoux pour les médecins militaires, puis Bernard Buis comme premier coopérant. À la suite de Jean-Louis Renauld, Guy Rouchon est en poste jusqu’en 1976. Ce ne sera qu’en 1979 qu’un psychiatre voltaïque est nommé, le docteur Sanou Zezouma, qui officie pendant deux décennies à Bobo-Dioulasso, jusqu’à sa retraite.

4 La revue Psychopathologie africaine est éditée à partir de 1965 par la Société de psychopathologie et d’hygiène mentale de Dakar (SPHMD) fondée la même année par les psychiatres de la clinique psychiatrique de Fann. René Collignon en est d’ailleurs le secrétaire de rédaction pendant plusieurs années (Gallien 2021).

5 Pour éviter la multiplication des références bibliographiques, voir les deux bibliographies détaillées publiées dans Psychopathologie africaine (Collignon 1978 et sa réactualisation en 2000). Se reporter à l’introduction du dossier « L’ordinaire de la folie » parue dans Politique africaine qui dresse un état des lieux (non exhaustif) de la littérature historique et anthropologique sur le sujet (Aït Mehdi et Tiquet 2021).

6 L’exercice a ses limites. Je remercie en particulier Camille Evrard, Raphaël Gallien, les évaluateur·trices anonymes et le comité de sources pour leurs nombreux commentaires qui m’ont permis de prendre un peu plus de distance critique dans une seconde version de ce texte.

7 Tout un ensemble de photos plus personnelles et intimes était rangé avec les photos du service dans ses archives. Sur une réflexion critique de l’utilisation de la photographie en études africaines, voir Perrin-Joly et Josse-Durand (2023).

8 Un séjour en octobre 2021 au service de psychiatrie de Bobo-Dioulasso a permis de retrouver la trace de diverses archives de fonctionnement du service (essentiellement des expertises psychiatriques pour le tribunal et des registres de garde) mais pour des périodes postérieures au passage de Renauld. Rien n’a été trouvé aux Archives nationales de Ouagadougou ou au Archives du Gouvernorat de Bobo-Dioulasso. Par ailleurs, aucun membre du personnel de l’époque n’a pu être retrouvé pour conduire des entretiens.

9 Il est d’ailleurs intéressant de noter son incapacité à recontextualiser certains propos tenus dans ses notes de l’époque lorsqu’on l’a interrogé pendant un entretien ultérieur à la version initiale de cet article.

10 Michel Foucault publie son Histoire de la folie à l’Âge classique en 1961, outre-Atlantique Erving Goffman publie la même année Asiles, deux ouvrages critiques qui feront date.

11 Il partira avec sa première femme et ses deux enfants avant de se séparer sur place. Ses enfants rentreront avec leur mère en France en 1973.

12 Pour les archives privées de Jean-Louis Renauld, nous avons rajouté une référence chiffrée qui correspond à l’heure de prise de la photo de l’archive et qui permet de distinguer les différentes notes les unes des autres.

13 Centre des Archives diplomatiques de Nantes (CADN), MAC Ouagadougou, 499PO/1/672, Projet de développement de la santé mentale au Burkina Faso, 1987.

14 Cet arrêté s’inspirait de la loi métropolitaine de 1838. L’assistance psychiatrique a connu un tournant majeur en France au milieu du xixe siècle avec la loi sur les aliénés de 1838 qui institua la création dans chaque département d’un établissement spécialement destiné à « recevoir et soigner les aliénés ». La loi métropolitaine de 1838 n’a pas été promulguée telle qu’elle en AOF, celle-ci aurait impliqué la création d’asiles nombreux dans les colonies, que les budgets locaux ne pouvaient se permettre.

15 Au-delà de la dernière phrase quelque peu condescendante et essentialisante, dans ce passage Renauld semble confondre la loi de 1838 et l’arrêté de 1938.

16 La majorité des photos présentées sont de relativement mauvaise qualité. Cela est dû à la prise de la photo en elle-même et à la digitalisation du négatif couleur en fichier jpeg.

17 Nous n’avons pas questionné Renauld sur l’impact de cette expérience dans la suite de sa propre pratique médicale. Il n’a plus officié sur le continent africain et il semble que son expérience en Haute-Volta l’a confirmé dans la nécessité de pratiquer la psychothérapie relationnelle.

18 J’ai retrouvé dans les archives du service deux expertises psychiatriques signées de la main de Renauld, à destination d’un juge, dans le cadre d’une enquête criminelle, afin de statuer sur la responsabilité ou nom de l’accusé. Celles-ci ne permettent néanmoins pas de tirer des conclusions sur les profils de patients du service.

19 Renauld fait ici référence à saint Paul, portant le nom juif de Saul, qui, sur le chemin de Damas, s’est mis à entendre la voix de Jésus.

20 Dans les registres de garde des années 1960 consultés dans les archives non classées du service, il est souvent question de jeunes Voltaïques amenés au service par la police ferroviaire de la ligne Dakar-Niger.

21 Cette affirmation n’a cependant pas été confirmée lors d’une discussion informelle avec le successeur de Jean-Louis Renauld, Guy Rouchon qui a écrit son mémoire de psychiatrie sur cette thématique.

22 Voir AP Renauld 153738-819, « Considérations préliminaires concernant la construction d’établissement pour malades mentaux en Haute-Volta, 1973 » (Document 15).

Top of page

List of illustrations

Title Illustration n° 1 : Portrait de Jean-Louis Renauld à Bobo-Dioulasso, 1974
Credits Crédit: Jean-Louis Renauld.
URL http://journals.openedition.org/sources/docannexe/image/1414/img-1.jpg
File image/jpeg, 1.2M
Title Illustration n° 2 : croquis à la main de localisation du service de psychiatrie
Credits Crédit: Jean-Louis Renauld. Voir également ci-dessous Document 8, Feuillet tapuscrit avec plan de localisation du service, non daté.Identifiant persistant : https://doi.org/​10.34847/​nkl.ff1238p7.
URL http://journals.openedition.org/sources/docannexe/image/1414/img-2.jpg
File image/jpeg, 1.2M
Title Illustration n° 3 : bâtiment des hommes et cour des hommes, non daté
Credits Crédit: Jean-Louis Renauld16. Voir également ci-dessous Document 16, Bobo-Dioulasso, Juillet-Octobre 1974 : photos du service, du village psychiatrique et de l’équipe.Identifiant persistant : https://doi.org/​10.34847/​nkl.90aexl3b.
URL http://journals.openedition.org/sources/docannexe/image/1414/img-3.jpg
File image/jpeg, 1.5M
Title Illustration n° 4 : photo de la « case coopération », 12 juillet 1974
Credits Crédit: Jean-Louis Renauld.Identifiant persistant : https://doi.org/​10.34847/​nkl.90aexl3b.
URL http://journals.openedition.org/sources/docannexe/image/1414/img-4.jpg
File image/jpeg, 760k
Title Illustration n° 5 : croquis des murs et des toits des cases du village psychiatrique
Credits AP Renauld 153307. Voir ci-dessous Document 3, Notes manuscrites de Jean-Louis Renauld sur les cases en banco du village, non daté (entre 1972 et 1974).Crédit: Jean-Louis Renauld.Identifiant persistant : https://doi.org/​10.34847/​nkl.b7914f4x.
URL http://journals.openedition.org/sources/docannexe/image/1414/img-5.jpg
File image/jpeg, 1.3M
Title Illustration n° 6 : photo du « village psychiatrique » avec une partie de l’équipe du service, 15 juillet 1974
Credits Crédit: Jean-Louis Renauld.Identifiant persistant : https://doi.org/​10.34847/​nkl.90aexl3b.
URL http://journals.openedition.org/sources/docannexe/image/1414/img-6.jpg
File image/jpeg, 1.1M
Title Illustration n° 7 : photo d’une accompagnante et d’une cuisine, 17 juillet 1974
Credits Crédit: Jean-Louis Renauld.Identifiant persistant : https://doi.org/​10.34847/​nkl.90aexl3b.
URL http://journals.openedition.org/sources/docannexe/image/1414/img-7.jpg
File image/jpeg, 1.0M
Title Illustration n° 8 : photo de la fontaine près du « village psychiatrique », 19 avril 1974
Credits Crédit: Jean-Louis Renauld.Identifiant persistant : https://doi.org/​10.34847/​nkl.90aexl3b.
URL http://journals.openedition.org/sources/docannexe/image/1414/img-8.jpg
File image/jpeg, 1.0M
Title Illustration n° 9 : photo de l’équipe soignante devant le « village psychiatrique », 30 octobre 1974
Credits Crédit: Jean-Louis Renauld.Identifiant persistant : https://doi.org/​10.34847/​nkl.90aexl3b.
URL http://journals.openedition.org/sources/docannexe/image/1414/img-9.jpg
File image/jpeg, 1022k
Title Illustration n° 10 : vue du service côté village psychiatrique, 27 mai 1974
Credits Crédit: Jean-Louis Renauld.Identifiant persistant : https://doi.org/​10.34847/​nkl.90aexl3b.
URL http://journals.openedition.org/sources/docannexe/image/1414/img-10.jpg
File image/jpeg, 1.5M
Title 04. Note manuscrite de Jean-Louis Renauld sur son arrivée en Haute-Volta
Caption Sans titre, non daté (entre 1972 et 1974).
Credits AP Renauld 153322.Identifiant persistant : https://doi.org/​10.34847/​nkl.cceat536.
URL http://journals.openedition.org/sources/docannexe/image/1414/img-11.jpg
File image/jpeg, 1.9M
Title 05. Note tapuscrite de Jean-Louis Renauld sur un jeune homme en partance pour la Côte d’Ivoire amené au service par la police
Caption Sans titre, novembre 1972.
Credits AP Renauld 153330.Identifiant persistant : https://doi.org/​10.34847/​nkl.22a9h9x6.
URL http://journals.openedition.org/sources/docannexe/image/1414/img-12.jpg
File image/jpeg, 1.9M
Title 08. Feuillet tapuscrit avec plan de localisation du service
Caption Jean-Louis Renauld, non daté.
Credits AP Renauld 153528.Identifiant persistant : https://doi.org/​10.34847/​nkl.ff1238p7.
URL http://journals.openedition.org/sources/docannexe/image/1414/img-13.jpg
File image/jpeg, 1.7M
Title 10. Citations en Dioula et Français, manuscrites
Caption Jean-Louis Renauld, non daté.
Credits AP Renauld 153618.Identifiant persistant : https://doi.org/​10.34847/​nkl.6bf5s39t.
URL http://journals.openedition.org/sources/docannexe/image/1414/img-14.jpg
File image/jpeg, 1.9M
Title 11. Note tapuscrite de Jean-Louis Renauld sur la relation personnel patient au service de Bobo-Dioulasso
Caption Sans titre, non daté. Page à en tête du nom de Renauld.
Credits AP Renauld 153626.Identifiant persistant : https://doi.org/​10.34847/​nkl.e28c67u0.
URL http://journals.openedition.org/sources/docannexe/image/1414/img-15.jpg
File image/jpeg, 2.0M
Title 12. Note manuscrite de Jean-Louis Renauld sur un patient qui parle de son milieu paysan
Caption Non daté.
Credits AP Renauld 153633.Identifiant persistant : https://doi.org/​10.34847/​nkl.2bccg656.
URL http://journals.openedition.org/sources/docannexe/image/1414/img-16.jpg
File image/jpeg, 1.9M
Top of page

References

Electronic reference

Romain Tiquet, “Sur les ‘traces’ de Jean-Louis Renauld : des archives privées pour approcher l’histoire d’un service de psychiatrie postcolonial (Bobo-Dioulasso, Haute-Volta, 1972-1974)”Sources: Materials & Fieldwork in African Studies [Online], 8 | 2024, Online since 03 July 2024, connection on 13 July 2024. URL: http://journals.openedition.org/sources/1414; DOI: https://doi.org/10.4000/11xjw

Top of page

About the author

Romain Tiquet

Centre Marc-Bloch (Berlin), CNRS. https://orcid.org/0000-0001-7572-970X

Top of page

Copyright

CC-BY-SA-4.0

The text only may be used under licence CC BY-SA 4.0. All other elements (illustrations, imported files) are “All rights reserved”, unless otherwise stated.

Top of page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search