Skip to navigation – Site map

HomeIssues8Un journal à l’hôpital. Réformer ...

Un journal à l’hôpital. Réformer la psychiatrie dans l’Algérie coloniale en guerre (1953-1959)

A Hospital Journal. Reforming Psychiatry in Colonial Algeria during Wartime (1953–1959)
Um jornal no hospital. Reformar a psiquiatria na Argélia colonial em guerra (1953-1959)
Paul Marquis
Translation(s):
A Hospital Journal. Reforming Psychiatry in Colonial Algeria during Wartime (1953–1959) [en]

Abstracts

Between 1953 and 1959, the Blida-Joinville Psychiatric Hospital (HPB) published a weekly magazine with the sober title Notre Journal. It was written jointly by the colonial hospital’s patients, nursing staff and doctors, and was seen as the “social cement” of a vast medical reform undertaken on the initiative of Dr Frantz Fanon. The journal was a supporter and a privileged witness of the reform, and was one of the places where socialtherapy was developed in word and deed, and where its achievements, representations and contradictions could be seen most clearly. By analysing the 165 issues that appeared in the course of the weekly’s six years of existence, this article points out the interest this source has for the history of psychiatry and its reform in colonial Algeria.
A study of the copies of the journal makes it possible to separate the history of Algerian collective psychotherapy from that of its pioneer. Without downplaying Dr Fanon’s influence on the trajectory of a medical reform of which he was the architect, the aim of this article is to give the project back its historical and collective depth. By revealing the ways the junior doctors, nursing staff and patients appropriated and implemented the principles defended by the Martinican psychiatrist on a daily basis, it reminds us that socialtherapy was not simply part of the actions and itinerary of one man alone: just as the signs of collective psychotherapy preceded Frantz Fanon’s arrival in Algeria, the reform survived his departure, in spite of the problems that followed it.
The article makes the in-house weekly its topic of interest and principal source, and in so doing assesses the role played by Notre Journal in the transformation of psychiatric practices at the HPB. By turns a vehicle for dissemination, a therapeutic resource, a tool for professionalisation and a political forum, the magazine was unquestionably one of the principal representatives of the paradigm supported by Dr Fanon. While it contributed to a change in the level of the reformist dynamic and was a collective voice for patients’ claims and recriminations, it also revealed a variable geometry of reform: depending on their beliefs, resources or personal status, psychiatrist, junior doctors, nurses and patients took hold of the project begun by Dr Fanon in different ways.
Finally, while it makes the portrait of Algerian socialtherapy more complex, this article invites us not to overestimate the specificity of the reform engaged at the HPB. In terms of the rhetoric used in the pages of the in-house weekly, and of the protocol and treatment techniques applied, the approach that was begun in Algeria was inspired by previous experiences in Metropolitan France. What was unique about the overseas experience was for the most part of the interest shown in the local culture and beliefs, which gave rise to a cross-community paradigm that acted as a radical, alternative societal project. In the context of colonial Algeria during wartime, the journal had great difficulty maintaining its status as a safeguard in the face of intensifying political and military tensions, which in all likelihood had an impact on its disappearance.

Top of page

Author’s notes

Les recherches réalisées pour l’écriture de cet article ont reçu le soutien financier du projet ERC Stg 852448 : « A History of Madness in West Africa: Governing Mental Disorder during Decolonisation (Senegal, Burkina Faso and Ghana - 1940s – 1970s). » de la Commission européenne. https://cordis.europa.eu/project/id/852448.

Full text

Je remercie toute l’équipe du projet MaDAf pour leurs relectures aux différents stades de rédaction de l’article, ainsi que l’équipe éditoriale de la revue Sources et les deux relecteurs anonymes pour leurs remarques et commentaires avisés.

Données liées à cet article
Notre Journal. Hebdomadaire intérieur de l’hôpital psychiatrique de Blida-Joinville (Algérie). 165 numéros publiés de 1953 à 1959.
Fonds non disponible en ligne. Conservé au Centre hospitalier universitaire (CHU) Frantz-Fanon de Blida(collection incomplète).
3, rue Louise de Bettignie, Blida, Algérie.
Coordonnées : 36°29'01.0"N 2°47'48.0"E. [geo:36.4836111,2.7940918].
Cinq reproductions et transcriptions issu de ce fonds sont présentés dans cet article.
Les éditoriaux de Frantz Fanon dans Notre Journal ont été édités dans : Fanon, Frantz. 2018. Écrits sur l’aliénation et la liberté. Textes inédits réunis, introduits et présentés par Jean Khalfa et Robert J. Young. Paris : La Découverte. https://doi.org/​10.3917/​dec.fanon.2018.01.

1Le 24 décembre 1953, l’hôpital psychiatrique de Blida-Joinville (HPB), situé à une cinquantaine de kilomètres au sud-ouest d’Alger, fait paraître le premier numéro d’un hebdomadaire intérieur sobrement intitulé Notre Journal. Dans l’éditorial, le docteur Frantz Fanon (1925-1961), médecin-chef de la cinquième division médicale de l’établissement, file la métaphore du journal de bord maritime :

  • 1 L’ensemble des textes de l’hebdomadaire intérieur reproduits dans cet article sont récapitulés, par (...)

« Tous les jours paraît une feuille souvent mal imprimée, sans photos et sans goût. Mais tous les jours, cette feuille met de la vie sur le bateau. On apprend les nouvelles du “bord” : distractions, cinéma, concerts, prochaines escales. On apprend aussi, bien sûr, les nouvelles de la terre. Le navire, bien qu’isolé, garde le contact avec l’extérieur, c’est-à-dire avec le monde. Pourquoi ? Parce que dans deux ou trois jours, les passagers retrouveront leurs parents, leurs amis, leurs maisons. »
(Frantz Fanon, « Mémoire et Journal » Notre Journal, n° 1, première année, 24 décembre 19531. Document reproduit et transcrit en annexe de cet article.)

2En cette veille de Noël, le psychiatre résume en quelques mots l’intérêt du journal pour la réforme thérapeutique qu’il a impulsée depuis son arrivée à l’HPB quelques semaines plus tôt : en contribuant à rompre l’inactivité et l’isolement des malades, le bulletin doit permettre d’accélérer et de faciliter leur réinsertion sociale.

  • 2 Emmanuel Delille (2013) dénombre près d’une quarantaine de journaux internes entre 1945 et 1975.

3Au moment où Notre Journal fait ses premiers pas en Algérie, des feuillets équivalents circulent déjà dans plusieurs dizaines d’hôpitaux métropolitains2, signe de la diffusion de la vaste nébuleuse regroupée sous le terme de « psychothérapie collective », dite aussi « psychothérapie institutionnelle » ou « socialthérapie ». Le mouvement est porté par un groupe de psychiatres réformateurs, qui ont en commun leur passage par l’internat des hôpitaux psychiatrique de la Seine, filière d’élite de la profession, ainsi que leur engagement dans les réseaux de Résistance pendant la Deuxième Guerre mondiale (Henckès 2007, 160-170). Alors que l’hécatombe qui a frappé les hôpitaux psychiatriques sous l’Occupation a confirmé la nécessité d’une refonte de leurs institutions (Von Bueltzingsloewen 2009, 413-415), ces jeunes médecins se réapproprient la dynamique réformatrice initiée dans l’entre-deux-guerres, qu’ils reconfigurent en profondeur (Henckès 2009). L’ambition à la base de ce projet en cours d’élaboration est la suivante : faire de l’hôpital psychiatrique dans son ensemble un instrument du traitement de la maladie mentale. La psychothérapie collective s’apparente en définitive à une « révolution du quotidien » (Von Bueltzingsloewen 2001), mobilisant à des fins thérapeutiques toutes les dimensions de la vie ordinaire des établissements psychiatriques.

  • 3 Les références marquées par un astérisque (*) renvoient à la liste des « Sources imprimées et sourc (...)

4La portée de la dynamique réformatrice dépasse le territoire métropolitain, puisqu’elle parvient à s’implanter entre les murs de l’HPB. Inauguré en 1933, l’établissement demeure vingt ans plus tard le seul hôpital psychiatrique public de toute l’Algérie. À ce titre, l’institution coloniale est censée admettre les malades chroniques envoyés depuis les trois services neuropsychiatriques dits de « première ligne », installés à Alger, Oran et Constantine (Bégué 1989 ; Collignon 2006 ; Keller 2007a). Si l’équipement médical est considéré comme « très satisfaisant » par les cinq psychiatres de l’établissement (Dequeker et al. 1955*3), les médecins déplorent en revanche de longue date l’encombrement massif du système d’assistance mentale en Algérie. L’HPB accueille alors plus de 2 000 malades « algériens » et « européens » des deux sexes, pris en charge dans des pavillons dont la capacité initiale est régulièrement doublée pour faire face aux besoins en lits, et répartis selon un triple critère de genre, de race et de comportement (Marquis 2021, 108-112). Redonner à l’hôpital son « efficacité thérapeutique » par l’intermédiaire d’une réforme de grande ampleur apparaît dans ce contexte plus urgent que jamais.

5Jusqu’à présent, l’histoire de la socialthérapie en Algérie est demeurée indissociable de celle son initiateur. Elle a été analysée tour à tour à l’aune de la trajectoire professionnelle, biographique et intellectuelle de Frantz Fanon (Postel et Razanajo 1975 ; Cherki 2011 ; Macey 2013 ; Keller 2007b ; Khalfa 2015 ; Bessone 2016 ; Gibson et Beneduce 2017). Les approches resituant la démarche engagée à l’HPB dans le cadre d’une histoire plus globale de la psychiatrie coloniale au Maghreb (Keller 2007a) ou du mouvement de psychothérapie institutionnelle (Murard 2008 ; Robcis 2020) n’échappent pas non plus au tropisme fanonien. Si ces recherches ont montré comment les conceptions et pratiques psychiatriques du docteur Fanon ont nourri sa pensée et son action politiques, et réciproquement, elles passent sous silence certains pans moins connus de la réforme thérapeutique.

  • 4 L’article d’Emmanuel Delille (2013), mentionné précédemment, est le seul à étudier spécifiquement l (...)

6Sans nier l’influence déterminante du psychiatre martiniquais dans la structuration de la socialthérapie en Algérie, cet article se positionne « au-delà de Fanon » (Edington 2013), afin de redonner au mouvement réformateur toute son épaisseur historique et collective. L’enquête se concentre pour ce faire sur un autre protagoniste : Notre Journal. Bien que les hebdomadaires intérieurs prolongent une longue tradition de journaux institutionnels, qu’ils soient scolaires ou hospitaliers, leur influence dans le renouvellement des pratiques psychiatriques au sortir de la Deuxième Guerre mondiale reste mal connue4. Rédigés conjointement par les malades, le personnel soignant et les médecins des établissements concernés, ils présentent pourtant un double intérêt pour qui s’intéresse à l’histoire de la psychothérapie collective. En tant que supports et témoins privilégiés de la réforme, ils constituent à la fois l’un des espaces où la socialthérapie s’élabore en paroles et en actes, et où ses concrétisations, ses représentations et ses contradictions se donnent à voir le plus distinctement. L’analyse des exemplaires de Notre Journal permet en particulier de s’interroger sur la singularité de la démarche déployée au sein de l’HPB à la veille de la guerre d’indépendance algérienne. Dans un tel contexte, l’hebdomadaire intérieur de l’établissement colonial contribue-t-il à insuffler à la socialthérapie algérienne une orientation médicale, culturelle ou politique particulière ?

  • 5 Malheureusement, les originaux n’ont jusqu’à présent pas été retrouvés.
  • 6 L’hôpital est renommé du nom du psychiatre en 1963.
  • 7 Il s’agit des numéros 9 à 12 pour l’année 1954 ; des numéros 3, 5, 7, 9 à 12, 24, 40, 41, 44, 46, 4 (...)
  • 8 Le premier numéro pour l’année 1958 et le numéro du 19 août pour l’année 1959.

7L’article repose principalement sur la consultation des 165 numéros de l’hebdomadaire conservés, sous la forme de photocopies5, dans un préfabriqué de l’hôpital universitaire Frantz Fanon, anciennement HPB6. Les modalités d’accès et les conditions d’archivage des exemplaires de Notre Journal expliquent que le bulletin n’ait pas suscité davantage d’intérêt, malgré l’édition récente des éditoriaux de Frantz Fanon (Fanon 2018). Les possibilités d’investigation sont certes limitées par la mauvaise qualité des copies, qui rend certains exemplaires partiellement illisibles. Une trentaine de numéros manquent par ailleurs à l’appel pour les années 1953 à 19577, et seuls deux ont été conservés pour les deux années suivantes8. Si l’hebdomadaire est édité au moins jusqu’en août 1959, sans que l’on sache si sa publication se poursuit ultérieurement, la réflexion élaborée ici se base donc principalement sur ses quatre premières années d’existence. Malgré ces limites, l’analyse qualitative et quantitative de cette source inédite permet de replacer au premier plan plusieurs acteurs essentiels de la réforme psychiatrique, partiellement invisibilisés par la figure omniprésente de Frantz Fanon, à commencer par le journal lui-même. La mobilisation ponctuelle d’autres types de documents (thèses et publications scientifiques, archives administratives et médicales) fournit par ailleurs un contrepoint utile aux numéros de Notre Journal : elle contribue à souligner les lacunes et les non-dits d’une source qui offre une vision subjective de la socialthérapie en Algérie. Structuré autour des quatre attributions principales de l’hebdomadaire, tour à tour vecteur de diffusion, ressource thérapeutique, outil de professionnalisation et tribune politique, l’article qui suit entend finalement démontrer l’intérêt d’une telle source pour l’histoire de la psychiatrie et de sa réforme dans l’Algérie coloniale.

Le « ciment social » d’une réforme à plusieurs vitesses

« [Notre Journal] est un lien puissant entre tous, il est aussi un relais de compréhension et un agent de liaison remarquable. »
(M. Cohen, « Un petit Parlement », Notre Journal, n° 44, première année, 21 octobre 1954.)

8Expliquer, fédérer, visibiliser : à en croire l’infirmier en charge de la rédaction de l’éditorial en date du 21 octobre 1954, telles sont donc les premières fonctions dévolues à l’hebdomadaire intérieur. Point d’ancrage et fer de lance d’une initiative conçue pour se déployer à l’échelle de tout l’établissement depuis la cinquième division médicale du docteur Fanon, le journal révèle et documente les aléas de l’introduction de la socialthérapie. Si la réforme parvient à lever les réticences dont elle fait initialement l’objet dans les pavillons de malades algériens, elle n’en suscite pas moins des degrés d’adhésion divers, qui limitent son implantation au sein de l’HPB.

Un point d’ancrage au cœur de la cinquième division médicale

9Comme le rappelle l’éditorial du numéro 43 de Notre Journal, l’introduction des premières formes de thérapies collectives à l’HPB précède l’arrivée du docteur Fanon :

« Des gens bien intentionnés mais mal renseignés ou de courte mémoire paraissent croire et publient que l’organisation d’une vie sociale des malades […] date seulement de quelques mois. […] Ajouter une allée à un édifice et le faire repeindre ne doit pas vouloir dire qu’on l’a bâti entièrement ».
(Jean Dequeker et al., « Éditorial », Notre Journal, n° 43, première année, 14 octobre 1954.)

  • 9 Les docteurs Ramée et Dequeker ont été successivement nommés à l’HPB en 1945 et 1948.

10Bien qu’il soit signé par les cinq médecins-chefs de l’hôpital, le texte a probablement été rédigé par les docteurs Ramée (1906-1987) et Dequeker (1927-2019), en poste à l’HPB depuis la deuxième moitié des années 19409. Pour les confrères de Fanon, l’insistance sur le caractère « révolutionnaire » de la démarche du nouveau venu est vécue dans un premier temps comme un dénigrement des pratiques antérieures. Un peu plus de dix ans après leur apparition entre les murs de l’établissement colonial, les thérapies collectives demeurent pourtant au stade de l’ébauche. Le rudiment de stade et de bibliothèque, les deux ateliers d’ergothérapie et les quelques sorties collectives organisées à l’HPB sont loin de correspondre à la réforme d’envergure que Frantz Fanon a observé lors de son passage en tant qu’interne à l’hôpital psychiatrique de Saint-Alban-sur-Limagnole, en Lozère, et qu’il ambitionne de reproduire en Algérie.

  • 10 Le journal fait actuellement l’objet des recherches de Coline Fournout, dans le cadre de sa thèse d (...)

11Dans ce « haut-lieu » de la psychothérapie collective (Henckès 2007, 222-223 ; Von Bueltzingsloewen 2009, 376-378), le futur psychiatre a pu mesurer la centralité de l’hebdomadaire intérieur, considéré comme un « instrument essentiel » dans la constitution d’une « communauté thérapeutique » (Daumézon et al. 1948*, 207 ; Benoiston 1952*). Pendant un an et demi, il a collaboré à la publication de Trait-d’union, bulletin de l’hôpital de Saint-Alban10, aux côtés du docteur Tosquelles (1912-1994), acteur prépondérant de la mouvance réformatrice (Robcis 2021, 15-47 ; Tosquelles 2021). Aussi n’est-il pas surprenant que la création de Notre Journal soit l’une des premières mesures initiées par Frantz Fanon à son arrivée à l’HPB à la fin de l’année 1953. Au même titre que les réunions de services, conçues comme indispensables à un assouplissement des rapports hiérarchiques (Henckès 2007, 235-241), l’hebdomadaire intérieur est censé contribuer à insuffler une véritable atmosphère de coopération, en levant les réticences que la dynamique engagée par le docteur Fanon ne manque pas de susciter.

  • 11 À l’hôpital du Vinatier (Rhône), le pavillon choisi pour entamer les premières démarches de psychot (...)

12Au moment de sa prise de fonction, la légitimité médicale et thérapeutique du psychiatre, dont Blida est le premier poste en tant que titulaire, est loin d’être acquise. Les relations entretenues par les médecins et l’administration avec le personnel soignant pâtissent encore des conséquences de la grève de 46 jours menée entre avril et mai 1951, qui a permis aux agents de l’HPB d’obtenir l’alignement de leur situation sur celle de leurs homologues métropolitains (Marquis 2021, 506-516). Dans ce contexte, la pédagogie déployée par le docteur Fanon et ses internes dans leurs éditoriaux tend à clarifier et faire valoir les bienfaits de leur démarche, dans l’optique d’une implication généralisée du personnel et des malades de leur service. La mention « hebdomadaire intérieur du pavillon de Clérambault », qui figure dans le bandeau du journal nouvellement créé (Figure 1), rappelle que le psychiatre a fait le choix d’engager prioritairement les transformations qu’il envisage dans l’un des quatre bâtiments relevant de la division médicale dont il a pris la tête. Bien que la présence majoritaire de malades « gâteuses » et « chroniques » parmi les 160 femmes européennes réunies au sein du pavillon en question n’offre pas les garanties optimales de résultats11, le docteur Fanon et son équipe peuvent bientôt se féliciter de la réussite des premières mesures mises en œuvre.

Figure 1. Bandeau de Notre Journal, n° 19, 29 avril 1954, p. 1

Figure 1. Bandeau de Notre Journal, n° 19, 29 avril 1954, p. 1

Photographie : Paul Marquis.
Source : Archives du CHU Frantz-Fanon, Blida.

Transcription

Notre Journal
HOPITAL PSYCHIATRIQUE DE BLIDA-JOINVILLE
N° 19
Abonnement Mensuel : 40 Francs.
29 AVRIL 1954
PRIX au N°: 10 F.
HEBDOMADAIRE INTERIEUR DU PAVILLON DE CLERAMBAULT
Paraissant le Jeudi
Ce journal ne doit pas sortir de l’établissement

Le révélateur d’une inadaptation culturelle

13Forts du succès observé dans le « milieu expérimental » constitué par la section féminine (Fanon et Azoulay 1954), le psychiatre et ses internes entreprennent d’appliquer un protocole équivalent aux 220 malades algériens dont ils ont également la charge. Réunions hebdomadaires, commissions de patients, soirées festives, projections cinématographiques et autres ateliers d’ergothérapie sont progressivement déclinés dans les pavillons Raynaud et Jaubertie, afin d’y créer les conditions d’une « vie sociale utile aux malades » (Daumézon 1955). Après plusieurs mois d’efforts, l’équipe médicale de la cinquième division ne peut que déplorer la faible implication, voire les réticences manifestées par le personnel soignant et les malades algériens. L’échec de l’implantation de l’hebdomadaire intérieur est considéré comme particulièrement symptomatique : « Quand [sic] au journal, qui devait véritablement servir de ciment social, il reste étranger aux malades ; depuis six mois, il n’est paru qu’un seul article d’un malade Musulman. En l’occurrence, il s’agissait du même paranoïaque qui regrettait que les rôles masculins fussent interprétés par des femmes » regrette Jacques Azoulay (1927-2011), interne de Frantz Fanon, dans la thèse de médecine qu’il consacre en 1954 à la socialthérapie à l’HPB (Azoulay 1954*, 24).

14Il est probable que le docteur Fanon avait anticipé une partie des problèmes rencontrés, tout en les considérant comme une étape incontournable du processus (Khalfa 2015). Afin de mieux cerner les raisons d’un tel dysfonctionnement, le psychiatre engage avec son équipe une étude d’ordre socio-anthropologique, pour déterminer la composition sociale et culturelle de la population du service. Si le recours à une telle technique n’est pas nouveau, puisqu’il a été préalablement employé par ses confrères en métropole (Henckès 2007, 217), les conclusions dressées à l’issue de l’enquête le sont davantage. L’inertie observée dans les pavillons d’hommes algériens y apparaît comme la conséquence de l’inadaptation des activités mises en œuvre. Le journal tient lieu, ici encore, de révélateur : comment ne pas mettre en relation le manque d’implication des malades masculins dans la production de l’hebdomadaire avec la fréquence de l’illettrisme parmi une population composée majoritairement de fellahs et de journaliers agricoles (Fanon et Azoulay 1954*, 358) ? Sur les 220 malades masculins de la cinquième division, Jacques Azoulay recense en effet 204 analphabètes (Azoulay 1954*, 33), soit plus de neuf dixièmes du service.

15Constatant que les référents sociaux et culturels mobilisés dans le cadre des démarches engagées à l’HPB sont largement inappropriés, Fanon et son interne appellent à un changement radical de positionnement : « En fait une attitude révolutionnaire était indispensable, car il fallait passer d’une position où la suprématie de la culture occidentale était évidente à un relativisme culturel » (Azoulay 1954*, 26). En définitive, la « rhétorique de la singularité » déployée par la psychothérapie collective, consistant à recréer une atmosphère thérapeutique comparable mais nécessairement différente d’un établissement à l’autre (Henckès 2007, 232-233), trouve à l’HPB un écho particulier. En érigeant le « respect de l’originalité culturelle » (Azoulay 1954*, 64) comme ligne de conduite, l’équipe du docteur Fanon se démarque aussi bien des approches appliquées antérieurement au sein de l’établissement colonial, que de celles de la psychothérapie institutionnelle métropolitaine.

Le fer-de-lance d’une réforme à grande échelle

  • 12 Docteur Beley, cité dans « Éditorial » (Notre Journal, n° 23, deuxième année, 26 mai 1955).

16À l’instar des ambitions affichées par ses confrères métropolitains, les velléités réformatrices du docteur Fanon ne se limitent pas au périmètre de son service : l’objectif affirmé dans Notre Journal est bel et bien de faire de l’HPB dans son ensemble une « cité de resocialisation »12. Alors que les réunions médicales inter-divisions ne rencontrent pas immédiatement le succès escompté, le médecin-chef s’engage avec son équipe dans une stratégie de la « tête de pont », qui a d’ores et déjà fait ses preuves au nord de la Méditerranée (Von Bueltzingsloewen 2001, 25). En rendant visible les initiatives de la cinquième division médicale, l’hebdomadaire intérieur fait office de vitrine auprès des autres psychiatres de l’établissement, au même titre que l’ergothérapie. Le plus prompt à emboîter le pas de Frantz Fanon est Raymond Lacaton (1921-2003), médecin-chef de la deuxième division médicale, en poste à l’HPB depuis un peu plus d’un an. Ce ralliement s’accompagne de l’apparition au sein de Notre journal d’une rubrique réservée aux patients et aux agents de la deuxième division. La désignation du feuillet évolue dans la foulée : le 13 mai 1954, le journal devient « l’hebdomadaire intérieur de l’hôpital psychiatrique de Blida-Joinville » (Figure 2).

Figure 2. Bandeau de Notre Journal, n° 21, 13 mai 1954, p. 1

Figure 2. Bandeau de Notre Journal, n° 21, 13 mai 1954, p. 1

Photographie : Paul Marquis.
Source : Archives du CHU Frantz-Fanon, Blida.

Transcription

Notre Journal
HOPITAL PSYCHIATRIQUE DE BLIDA-JOINVILLE
HEBDOMADAIRE INTERIEUR
Paraissant le Jeudi
N° 21
Abonnement Mensuel : 40 Francs.
13 MAI 1954
Prix au N°: 10 F.
Ce journal ne doit pas sortir de l’établissement

  • 13 « Comité de lecture » (Notre Journal, n° 47, troisième année, 15 novembre 1956).
  • 14 Budget primitif pour l’année 1960. Archives de la Wilaya d’Alger, 1V123.
  • 15 François Sanchez, « Éditorial » (Notre Journal, n° 39, deuxième année, 15 septembre 1955).
  • 16 [Auteur illisible], « Éditorial » (Notre Journal, n° 33, troisième année, 9 août 1956). La mauvaise (...)

17Le changement d’échelle de la psychothérapie collective à l’HPB s’accompagne d’une diversification des activités proposées, dont Notre Journal se fait l’intermédiaire. En même temps qu’il annonce les projections organisées par la commission du cinéma dans la chapelle de l’établissement, l’hebdomadaire intérieur se fait l’écho des nombreux matchs et événements encadrés par le comité des sports. Il accueille les comptes rendus du comité de lecture, dont l’objectif affiché est « d’attirer à la lecture en langue française et en langue arabe l’ensemble des pensionnaires »13, ainsi que ceux des réunions de la société algérienne d’hygiène mentale, association créée à l’été 1955 afin de gérer les recettes issues des activités thérapeutiques et de visibiliser la réforme à l’extérieur de l’hôpital. Le bulletin valorise aussi la participation des malades à la petite dizaine d’ateliers d’ergothérapie que recense bientôt l’établissement14, qui vont de la fabrication de sacs et de dessous de plats en raphia à la confection de jouets pour enfants, en passant par les activités de tricot, de couture et de jardinage. L’évolution des modalités d’impression du journal est un indicateur supplémentaire de l’institutionnalisation progressive de la socialthérapie à l’HPB. Le 15 septembre 1955, l’interne François Sanchez annonce l’achat d’une nouvelle presse, en vue de permettre l’impression de l’hebdomadaire sur quatre pages, envisagée de longue date. En émancipant le journal du stade artisanal associé à la « petite machine scolaire [des] débuts », l’acquisition d’un engin « semblable à [celui] qu’utilisent les imprimeurs de métier »15 est perçue comme le symbole du franchissement d’une nouvelle étape dans la transformation des pratiques à l’hôpital. Malgré la structuration tardive de la psychothérapie collective en Algérie, l’institution coloniale peut bientôt se targuer, via l’éditorial de son hebdomadaire intérieur, d’être « l’un des établissements psychiatriques où les activités sociales sont les plus variées »16.

Une implication corrélée à des degrés d’adhésion variables

  • 17 Frédéric Ramée, « Éditorial » (Notre Journal, n° 51, deuxième année, 8 décembre 1955).

18L’enthousiasme affiché dans Notre Journal à l’été 1956 ne doit pas masquer les limites de la diffusion de la réforme au sein de l’HPB. Si Raymond Lacaton se révèle rapidement en adéquation complète avec les principes de la socialthérapie, l’adhésion des autres médecins-chefs à l’entreprise initiée par le docteur Fanon est plus mesurée. La création ex nihilo de la cinquième division avait déjà suscité des résistances chez ses confrères et consœur, peu enclins à se voir retirer une partie des pavillons placés sous leur autorité au profit du nouvel arrivant (Cherki 2011, 93-94). Le numéro 51 de l’hebdomadaire intérieur, en date du 8 décembre 1955, est une nouvelle fois l’occasion pour le docteur Ramée d’exprimer sa réserve vis-à-vis de la rhétorique déployée par les partisans de la socialthérapie : « Avoir forgé de nouveaux noms pour désigner des choses vieilles de plus d’un siècle ne constitue pas une “révolution” »17, tempère le psychiatre. La prudence manifestée initialement par les docteurs Ramée et Dequeker ne les empêchent pas cependant de rejoindre une dynamique qu’ils finissent par juger positivement. Les annonces et comptes rendus d’activités des première et quatrième divisions médicales, qui émaillent progressivement les pages de l’hebdomadaire, en attestent.

19Seule la troisième division de la docteure Micucci se maintient durablement à l’écart de la dynamique collective. Deux ans après la création du journal et l’introduction des premières mesures, le docteur Lacaton profite du lancement d’une nouvelle année pour apostropher sa consœur :

« J’ai la peine, chaque mois, [de] déplorer l’absence des représentantes de la troisième division, dont les pensionnaires, par leur généreux travail, participent pourtant si magnifiquement à la réussite commune. Je sais que cette absence est regrettée par tous et le meilleur souhait que je puisse formuler pour Notre Journal c’est la joie d’annoncer en 1956 la fin de cette séparation »
(Raymond Lacaton, « Meilleurs vœux et bon anniversaire à “Notre Journal” », Notre Journal, n° 1, troisième année, 29 décembre 1955.)

20D’après le témoignage d’Alice Cherki (1936- ), autre interne de Frantz Fanon, la responsable de la troisième division médicale vit alors « repliée » au sein de l’établissement (Cherki 2011, 92). Les attaques répétées dont elle fait l’objet de la part des agents syndicaux en raison de ses prises de position à l’occasion de la grève de 1951 ne l’incitent vraisemblablement pas à rejoindre une initiative nécessitant de collaborer étroitement avec le personnel sous ses ordres. Sans doute ses conceptions médicales plus conservatrices, qui l’apparentent au « camp des immobiles » (Von Bueltzingsloewen 2010, 24), l’éloignent-elles aussi d’une réforme collective de grande ampleur.

  • 18 Les 440 articles n’incluent pas les textes rédigés par les médecins et le personnel soignant, ni le (...)
  • 19 Pour rappel, 10 numéros sur les 52 de l’année 1956 sont absents des archives de l’HPB.
  • 20 Les 126 articles restants sont le fait des services ouverts masculins et féminins, structures de pr (...)

21Les différences d’implication entre divisions médicales dans la production du journal intérieur confirment que l’implantation de la socialthérapie reste largement conditionnée au degré d’adhésion des médecins-chefs. L’étude quantitative des 440 articles rédigés par les patients de l’établissement dans Notre Journal au cours de l’année 1956 révèle une disproportion flagrante de la participation des malades d’un service à l’autre18. La cinquième division du docteur Fanon est à elle seule à l’origine de 203 articles, soit près de la moitié des billets publiés dans les 42 numéros consultés19. Avec une contribution à hauteur d’un septième des articles – 69 sur 440 –, la deuxième division du docteur Lacaton succède sans surprise à celle du docteur Fanon. Les deux services réunis des docteurs Dequeker et Ramée rassemblent quant à eux à peine un dixième des billets publiés, avec respectivement 11 et 31 articles. Malgré les appels régulièrement réitérés dans les pages de Notre Journal, la troisième division de la docteure Micucci demeure quant à elle totalement absente20. Si l’hebdomadaire intérieur participe et témoigne assurément de la structuration progressive de la socialthérapie à l’HPB, il révèle en définitive une réforme à plusieurs vitesses, impliquant diversement le personnel et les malades des cinq divisions médicales de l’établissement.

Une ressource thérapeutique sélective

22En décembre 1955, l’infirmière S. Domenech répond dans un article à un questionnaire sur l’utilité de l’hebdomadaire intérieur :

« Dans un hôpital psychiatrique […], le journal est indispensable, son rôle est de servir d’intermédiaire, cela permet au malade d’activer sa guérison, car l’effort qu’il fournit pour écrire est un bienfait pour sa maladie. »
(S. Domenech, Sans titre, Notre Journal, n° 51, deuxième année, 8 décembre 1955.)

23D’après l’infirmière, qui s’appuie selon ses propres dires sur ses dix-huit mois d’expérience à la commission de rédaction, le bulletin tire sa vocation thérapeutique de sa capacité à impliquer les patients à toutes les étapes de la conception de Notre Journal, depuis le choix du nom de l’hebdomadaire jusqu’à celui du contenu des articles, en passant par l’impression du feuillet. Mais si une minorité de malades parvient à faire du bulletin un espace de discussions et de revendications, leur implication reste conditionnée à leur maîtrise de l’écriture et à leur aptitude à exprimer une parole considérée comme « sensée ».

Un « porte-parole intérieur » au service d’une « culture de la contestation »

« Dans les premiers stades du traitement du malade, la reprise de l’activité peut dépendre de l’autorité de l’infirmier ou de quelque autre membre du personnel de l’hôpital, mais, à mesure que le traitement progresse, la responsabilité de la création et de la poursuite d’une activité doit être abandonnée aux malades eux-mêmes. »
(Organisation mondiale de la Santé, « Extrait du 3ème rapport du Comité d’experts de la santé mentale », Notre Journal, n° 13, première année, 18 mars 1954.)

24L’éditorial du numéro du 18 mars 1954 (Figure 3), qui reproduit un rapport d’experts de l’OMS, rappelle qu’en matière de psychothérapie collective, les patients sont envisagés comme des acteurs à part entière des occupations qui leur sont destinées. Comme pour la plupart des activités nouvellement mises en place à l’HPB, celles associées à la parution du feuillet sont à ce titre encadrées par deux commissions de patients : la commission du journal et la commission de l’imprimerie. La première fonctionne sur le modèle d’un comité de rédaction : sous l’œil d’un médecin et avec le soutien du personnel soignant, le groupe de malades discute et décide collectivement de l’intérêt de tel ou tel texte ou de la création de telle ou telle rubrique. La seconde commission se charge quant à elle, comme son nom l’indique, de l’impression ronéotypée du feuillet.

Figure 3. Notre Journal, n° 13, 18 mars 1954, p. 1

Figure 3. Notre Journal, n° 13, 18 mars 1954, p. 1

Photographie : Paul Marquis.
Source : Archives du CHU Frantz-Fanon, Blida.

Transcription

Notre Journal
HÔPITAL PSYCHIATRIQUE DE BLIDA-JOINVILLE
No. 13
Abonnement Mensuel: 40 Francs.
18 MARS 1954
Prix au No: 10 Frs.
HEBDOMADAIRE INTERIEUR DU PAVILLON DE CLERAMBAULT
Paraissant le Jeudi
Ce journal ne doit pas sortir de l’Etablissement
Le 6 MARS 1954
[Première colonne]
Dans les premiers stades du traitement du malade, la reprise de l’activité peut dépendre de l’autorité de l’infirmier ou de quelque autre membre du personnel de l’hôpital, mais, à mesure que le traitement progresse, la responsabilité de la création et de la poursuite d’une activité doit être abandonnée aux malades eux-mêmes. Cela est vrai également des autres aspects de la vie à l’hôpital. Si l’hôpital psychiâtrique veut être une communauté thérapeutique, il doit progressivement confier aux malades en voie de guérison les responsabilités qui incombent, dans la collectivité, aux citoyens. Pendant certaines périodes, la plupart des malades ont besoin également de solitude et d’activité personnelle. C’est un aspect très important de l’habileté clinique du psychiâtre que de savoir discerner le type d’activité dont les malades ont besoin à mesure que progresse le traitement et d’accorder à chacun les facilités et les encouragements nécessaires. Dans cette perspective thérapeutique, il est évident que l’on doit consacrer à ces activités communes une place plus importante que celle qui est prévue dans la plupart des hôpitaux psychiâtriques. Il est également évident que, pendant la plus grande partie de la journée, les malades vivront en dehors de leur dortoir. Si l’on admet, comme on le verra dans la suite de ce rapport, que la principale tâche du personnel infirmier consiste à encourager les activités ci-dessus décrites, les infirmiers ne pourront pas consacrer beaucoup de leur temps à des travaux domestiques dans les locaux réservés aux malades.
Organisation mondiale de la Santé (extrait du troisième rapport du Comité d’experts de la santé mentale)
[Deuxième colonne]
Le 9 mars 1954
Le temps est bien beau quoiqu’il y ait beaucoup de vent, mais le temps paraît moins triste car il fait une belle journée. Dimanche j’espère qu’il fera beau encore. Je vais bien et j’espère que ma santé reviendra comme avant, surtout avec le beau temps.
Je remercie les Docteurs des bons soins ainsi que toutes les infirmières.
C. G.
Le 10 mars 1954
Hier, nous sommes allées à la bibliothèque choisir quelques livres. De là, nous sommes rentrées goûter, tout en préparant notre pièce de théâtre qui aura lieu le 18 de ce mois-ci. Nous apprenons également quelques chants. Je n’oublierai jamais les bons soins que j’ai reçu à CONSTANTINE. Je me sens complètement rétablie. En ce moment, je remercie bien vivement les deux Docteurs qui m’ont soignée. J’espère rentrer chez moi dans un délai proche, revoir ma fillette qui me tourmente l’esprit car il faut reconnaître qu’elle est extrêmement jeune et qu’elle a encore besoin de sa mère que paraît-il elle réclame chaque jour. Sa mémé se fait âgée et a déjà rempli ses devoirs. J’espère des jours meilleurs car tout le monde a droit au bonheur.
R. F.
Ma chère maman,
Je suis très contente, je vais mieux, le docteur me soigne bien. Je voudrais avoir des nouvelles de mon fils. Maman, si tu pouvais venir me voir, je te dirais qu’à DE CLERAMBAULT on fait des fêtes pour distraire nos compagnes, je monte sur la scène, je chante des chansons. Je te quitte pour aujourd’hui. Je vous embrasse bien fort maman chérie toi et mon fils. Je remercie le Docteur pour ses bons soins.
L. M.

  • 21 Frantz Fanon, « Relations des malades avec l’extérieur » (Notre Journal, n° 23, première année, 27  (...)

25La fonction thérapeutique du journal ne se limite pas à l’implication éditoriale des patients : l’incitation à la lecture et à l’écriture qu’il est censé générer est présentée comme un outil supplémentaire de guérison. « Il faut garder au malade sa place dans la société, dans sa famille. C’est pourquoi il lui faut des attitudes sociales : écrire, prendre des nouvelles, raconter est l’une des activités sociales les plus importantes », insiste le docteur Fanon dans son éditorial du 27 mai 195421. La référence à la pédagogie et au journal scolaire, fréquemment mobilisée par les promoteurs de la psychothérapie collective (Benoiston 1952*), n’est nullement fortuite : de la même manière qu’une gazette participe à l’éducation des enfants, l’hebdomadaire intérieur doit permettre aux malades de « réapprendre » à lire et à écrire régulièrement. Plus loin encore, en autorisant l’expression d’opinions critiques, le bulletin est envisagé comme un moyen de redonner aux patients leur dignité, au même titre que les réflexions amorcées parallèlement sur la déshumanisation consécutive à l’absence d’espaces personnels ou au port de l’uniforme hospitalier. À l’HPB comme à Saint-Alban, le journal n’est pas simplement conçu pour rendre visible les accomplissements des patients, mais également comme un « porte-parole intérieur » (Tosquelles 2015, 21), où le « droit à l’expression est aussi un droit à la récrimination, à la revendication, à l’indignation » (Von Bueltzingsloewen 2001, 29).

  • 22 Docteur Boulanger, « Éditorial » (Notre Journal, numéro 37, deuxième année, 1er septembre 1955).
  • 23 Zohra A., « Quatrième division. Témoignage de Madame A. » (Notre Journal, n° 49, première année, 25 (...)

26Les malades s’emparent-ils pour autant de la latitude qui leur est théoriquement offerte pour faire du journal de bord un véritable « cahier de doléances » ? À l’instar de Georges Daumézon (1912-1979) et de ses confrères, qui déplorent dans un premier temps la « médiocrité de fond » de L’Écho des Bruyères, hebdomadaire intérieur de l’hôpital de Fleury-les-Aubrais (Daumézon et al. 1948*, 205), l’équipe du docteur Fanon regrette rapidement de ne lire « que de petits entrefilets de malades annonçant en deux lignes qu’ils se [portent] bien et [espèrent] sortir bientôt »22. Les incitations récurrentes de l’équipe médicale à « viser plus haut » en partageant suggestions, opinions ou insatisfactions ne demeurent pas complètement lettre morte. Une partie des malades s’emparent effectivement de l’espace d’expression offert par l’hebdomadaire pour émettre des commentaires et des avis plus élaborés. À la fin du mois de novembre 1954, Zohra A. témoigne de la façon dont ses activités à l’hôpital alimentent un désir d’émancipation : « J’apprécie d’autant plus cette vie active que chez nous, femmes musulmanes, il ne nous est pas permis de nous occuper de quoi que ce soit en dehors de notre foyer23. » Trois ans plus tard, Monsieur C. critique de son côté l’usage extensif des neuroleptiques, considérés avec les traitements dits « de chocs » (insuline, cardiazol, électrochocs) comme des leviers essentiels de la transformation des hôpitaux psychiatriques (Guillemain 2020). Avec humour, il propose au personnel soignant d’en élargir la distribution aux chiens errants regroupés à proximité de l’HPB :

« Nos sympathiques infirmiers se font un plaisir d’administrer force dose de Largactil (sous toutes ses formes) à nos camarades malades, ce qui les calme très bien et très rapidement. […] Hélas ! Près du pavillon doit se trouver une fourrière où sont rassemblés tous les chiens errants d’Algérie et même d’Afrique du Nord ; et s’ils sont calmes dans la journée, […] il n’en est pas de même la nuit […]. Ne serait-il donc pas possible de donner à ces braves bêtes, ou des leçons de solfège (de jour bien entendu) ou de savoir-vivre, ou plus simplement encore et avec un résultat certain, des comprimés de Largactil […], si chers à nos infirmiers et qui ont tant de succès à notre encontre ? »
(Monsieur C., « Service Ouvert Hommes », Notre Journal, n° 24, quatrième année, 4 juillet 1957.)

27S’il est probable que ce souhait ne soit pas exaucé, l’équipe médicale et soignante de l’HPB n’en prend pas moins régulièrement au sérieux les revendications des malades, à rebours d’une attitude où la parole des malades est « par principe douteuse » (Majerus 2011, 103). À la demande des patients, le mufti de Blida accepte de délivrer un sermon à l’HPB tous les vendredis de midi à quatorze heures, alors qu’il se limitait initialement à deux jeudis par mois. À la fin de l’année 1956, la commission du cinéma décide quant à elle de donner suite aux requêtes formulées dans l’hebdomadaire par plusieurs malades algériens, en vue de la projection de films égyptiens en langue arabe. En concédant aux malades une capacité d’action supplémentaire, la « culture de la contestation » impulsée via Notre Journal les incite finalement à se positionner comme des militants « résolument impliqués, aux côtés des médecins et des infirmiers, dans le combat collectif pour l’amélioration de leur condition » (Von Bueltzingsloewen 2001, 29-30).

Un journal « claudiquant » et « monotone à lire » ?

  • 24 Docteur Colmin, « Éditorial » (Notre Journal, n° 34, troisième année, 16 août 1956).
  • 25 Madame R., « Cinquième division Femmes » (Notre Journal, n° 13, première année, 18 mars 1954).

28L’expression et la prise en considération de tels ressentis et requêtes n’empêche pas le docteur Colmin, de passage à l’HPB à l’été 1956, de réitérer le constat d’un journal « monotone à lire »24. Les articles remerciant succinctement médecins et infirmiers, décrivant en quelques lignes telles ou telles fêtes ou sorties ou s’attardant sur les variations de la météorologie restent majoritaires au sein de l’hebdomadaire. Là où le corps médical y voit monotonie et inaboutissement des ambitions réformatrices qu’il s’est fixé, l’historien y discerne les permanences du quotidien hospitalier. Malgré les transformations amorcées à l’HPB, l’ennui demeure une composante essentielle de la vie entre les murs de l’institution psychiatrique, et l’espoir d’une sortie prochaine constitue une préoccupation constante pour la plupart des patients. « J’espère rentrer chez moi dans un délai proche, revoir ma fillette qui me tourmente l’esprit car il faut reconnaître qu’elle est extrêmement jeune et qu’elle a encore besoin de sa mère que paraît-il elle réclame chaque jour »25 confie au début de l’année 1954 la malade R. F. (Figure 3), dont le texte témoigne de la charge affective associée à la séparation des proches consécutive à l’internement.

  • 26 Frantz Fanon, « Pour un Journal Vivant » (Notre Journal, n° 35, première année, 19 août 1954).

29La difficulté de s’extraire d’une parole relativement stéréotypée peut également se comprendre à l’aune de la composition sociale de la population internée à l’HPB : pour des patients très majoritairement issus des classes populaires, se raconter et livrer publiquement ses impressions « expose au soupçon de prétention, de souci de distinction » (Poliak 2002). Le contrôle exercé par le médecin-rédacteur en chef sur les textes des patients ne les incite pas non plus à la loquacité. Tous les propos ne sont d’ailleurs pas les bienvenus dans les pages de l’hebdomadaire : « Le Journal n’a pas pour mission de rendre publique les fantaisies irréelles ou inactuelles de tel ou tel »26, assène en août 1954 le docteur Fanon. La critique y est certes admise et encouragée, à condition qu’elle demeure « sensée » et compréhensible. Alors que les paroles délirantes affleurent régulièrement dans les observations médicales ou les lettres conservées dans les dossiers de patients (Guignard et Guillemain 2016), elles ne trouvent pas place au sein de Notre Journal.

30Les difficultés rencontrées pour étayer le contenu des articles prolongent celles associées à la diversification des contributeurs et contributrices. À l’été 1956, l’interne Alice Cherki regrette que la démarche d’émancipation à laquelle contribue Notre Journal peine à concerner tous les malades :

« Il est vrai que je n’ai pas pu ne pas voir que la collaboration n’est pas totale et que de même qu’il est vrai de tout temps qu’une société marche d’autant mieux que tous ses membres y participent, de même il est parfaitement visible que si la société H.P. Blidéenne “claudique” encore, c’est qu’elle manque du concours de la totalité de ses membres. »
(Alice Cherki, « Éditorial », Notre Journal, n° 36, troisième année, 30 août 1956.)

  • 27 Les hommes européens sont à l’origine de 12 % des billets, alors que 18 % des patients relèvent de (...)
  • 28 À la veille de la Deuxième Guerre mondiale, moins de 5 % des filles algériennes de six à quinze ans (...)

31Les écarts de contribution observés d’une catégorie de patients à l’autre confirment pleinement le constat de la jeune femme. La participation des hommes algériens et européens est relativement conforme à leurs proportions respectives entre les murs de l’hôpital : les premiers, qui représentent 39 % des patients de l’établissement, sont impliqués dans 45 % des articles rédigés au cours de l’année 195627. Les disproportions sont en revanche très marquées pour les catégories féminines. Les patientes européennes, qui composent un peu plus d’un quart de la population hospitalière, fournissent plus d’un tiers des billets de l’hebdomadaire, là où les femmes algériennes ne signent que 7 % des articles, alors que 15 % des malades relèvent de cette catégorie. Les écarts observés traduisent les difficultés de la socialthérapie à dépasser les inégalités observées dès la création du bulletin. Les femmes algériennes sont les premières concernées par l’analphabétisme28, qui demeure un frein considérable à la participation au journal intérieur. Si la forte participation des patients algériens représente une réussite de ce point de vue, la récurrence des mêmes signatures dans les pages du bulletin nuance la portée de leur implication. Ces décalages sont aussi la conséquence de la répartition des patients entre divisions : alors que la majorité des hommes algériens sont pris en charge dans les services des docteurs Fanon et Lacaton, la plupart des femmes algériennes dépendent de l’unité du docteur Dequeker, beaucoup moins impliquée dans la réforme. En définitive, en matière de contenus comme de contributeurs, l’hebdomadaire constitue une ressource thérapeutique sélective.

Un bulletin professionnel à destination d’une « élite infirmière »

« Grâce à [leurs] études théoriques et pratiques, les infirmiers ont acquis une efficience technique plus grande : ils forment un véritable corps spécialisé dans le traitement des maladies mentales, et ils sont devenus un instrument précieux, auxiliaire indispensable du médecin-psychiatre. »
(Jacques Azoulay, « Éditorial », Notre Journal, n° 36, deuxième année, 16 juin 1955)

32En célébrant, dans son éditorial du 16 juin 1955, la première promotion d’infirmiers issue de la formation spécialisée mise en place un an et demi plus tôt à l’HPB, Jacques Azoulay rappelle que Notre Journal participe pleinement au processus de professionnalisation engagé au sein de l’établissement à partir des années 1930 (Fanon 2018, 277). Mais tout comme le bulletin échoue à impliquer sans distinction les différentes catégories de malades hospitalisés, la conception relationnelle et thérapeutique du soin défendue en son sein ne s’applique qu’à la frange la plus qualifiée du personnel soignant.

« Vivre et être parmi les malades » : promouvoir une nouvelle éthique professionnelle

  • 29 Circulaire n° 275 (Santé) du 30 novembre 1949 relative à la formation professionnelle du personnel (...)

33En complément des transformations enclenchées depuis l’ouverture de l’HPB en matière de conditions de travail, de recrutement et de formation du personnel soignant (Marquis 2021, 373-399), le journal intérieur est censé contribuer à l’acquisition de nouveaux savoirs et savoir-faire. De la même manière que l’utilisation des thérapies dites « de chocs » implique la maîtrise de gestes techniques spécifiques (Von Bueltzingsloewen 2009), la mise en œuvre des pratiques de psychothérapie collective requiert de la part des infirmiers impliqués « des connaissances de plus en plus étendues et un élargissement indispensable de la conception du rôle qui [leur] est imparti »29. Les recommandations de l’Organisation mondiale de la santé et les extraits du manuel de Psychiatrie pratique de Paul Bernard (1909-1995) (Bernard 1947), régulièrement publiés en ouverture de Notre Journal, soulignent les responsabilités associées à la fonction de moniteur-infirmier, en charge de garantir le bon fonctionnement des activités destinées aux patients de l’hôpital. La reproduction des propos du psychiatre Louis Le Guillant (1900-1968) dans plusieurs numéros consécutifs incite également les membres du personnel soignant à participer aux deux stages de perfectionnement organisés à l’HPB en mars 1956 et au début de l’année 1960 par l’association des Centres d’entraînement aux méthodes d’éducation active (CEMEA) :

« Non seulement le stage sensibilise les infirmiers et infirmières aux différents aspects de la vie collective qui est celle de leurs malades et leur en fait prendre conscience, mais il les introduit à des rapports humains nouveaux. »
(Louis Le Guillant, Sans titre, Notre Journal, n° 10, troisième année, 15 mars 1956.)

34Les nombreux articles publiés dans Notre Journal à destination du personnel soignant témoignent de la place prépondérante accordée par les partisans de la socialthérapie à la dimension relationnelle du soin. À l’image de l’éditorial du numéro 6, rédigé par un infirmier de l’hôpital psychiatrique de Saint-Alban et publié initialement dans la revue Esprit, ces textes n’ont de cesse d’insister sur la nécessité de faire évoluer les manières de considérer et d’interagir avec les patients :

« Dans un monde de malades où chacun vit isolé dans sa particularité, l’infirmier doit essayer de devenir le canal par où les liens intersociaux se réunissent […]. Il ne s’agit pas de faire des gestes d’infirmier, il s’agit de vivre et d’être parmi les malades, de collaborer à leur société naissante, de les orienter sans les étouffer. »
(M. Bonnet, « Asile ou hôpital », Notre Journal, n° 6, première année, 28 janvier 1954.)

  • 30 Frantz Fanon, « Éditorial » (Notre Journal, n° 15, première année, 1er avril 1954).
  • 31 Frantz Fanon, « Éditorial » (Notre Journal, n° 18, première année, 22 avril 1954).

35L’emploi régulier du terme de « pensionnaire » plutôt que celui de « malade » dans les articles du bulletin, tout comme l’insistance sur la nécessité de désigner les patientes par leurs noms maritaux plutôt que par leurs noms de jeunes filles30, relèvent d’une démarche similaire. L’hebdomadaire intérieur défend également la limitation des pratiques de contention et d’isolement à vocation disciplinaire, qui cristallise l’incompréhension d’une partie des infirmiers, attachés au « pouvoir de la clé » (Majerus 2013, 110). En dénonçant la dénaturation de décisions médicales en « interdictions policières »31, Notre Journal participe bel et bien à la redéfinition d’une éthique professionnelle infirmière, où les « routines punitives » (Génard et Rossigneux-Méheust 2023) n’ont théoriquement plus leur place.

Un hebdomadaire à portée limitée ?

  • 32 Frantz Fanon, « Éditorial » (Notre Journal, n° 13, troisième année, 28 mars 1956).

36Au moment où la socialthérapie s’implante en Algérie, une partie des promoteurs de la réforme exprime déjà une forme de déception à l’égard du projet : en s’institutionnalisant et en se structurant à grande échelle, le mouvement a d’après eux perdu de son potentiel de transformation et d’innovation. Conscient des réserves exprimées par certains de ses confrères, le docteur Fanon ne tarde pas à mettre en garde, par l’intermédiaire de Notre Journal, contre les risques de « routinisation » : « L’une des difficultés que l’on rencontre dans l’exercice d’une profession est sans aucun doute l’habitude. […] Dans un hôpital comme le nôtre, l’effort doit être grand pour éviter l’installation d’automatismes, les jours ne doivent pas ressembler aux jours, les heures aux heures »32, alerte le médecin-chef en ouverture du numéro du 28 mars 1956. La nécessité de ne pas verser dans l’autocélébration complaisante et ne pas considérer les transformations en cours comme définitivement acquises est régulièrement rappelée dans les pages de l’hebdomadaire. Après tout, les fêtes organisées régulièrement entre les murs de l’hôpital ne sont-elles pas davantage programmées pour que par les pensionnaires ? Un entraîneur-infirmier qui marque la plupart des buts au cours d’un match de football avec les patients se comporte-t-il encore en thérapeute ? Les numéros de Notre Journal suscitent-ils un intérêt suffisant de la part du personnel soignant, alors qu’une partie des exemplaires qui leur sont destinés attendent dans le bureau du médecin-chef ?

37Ce dernier questionnement interroge sur la portée effective de l’hebdomadaire intérieur. Le processus de professionnalisation engagé des deux côtés de la Méditerranée accentue la spécialisation et la hiérarchisation du travail de soins (Chevandier 2011). Dans ce contexte, les conceptions thérapeutiques défendues au sein du bulletin s’adressent prioritairement à une « élite infirmière » (Thifault et Desmeules 2012), qui, bien qu’en cours « d’algérianisation », demeure principalement européenne. De son côté, le « prolétariat soignant » (Diebolt et Fouché 2011, 237), majoritairement algérien, reste cantonné à des tâches subalternes d’hygiène et de surveillance des malades, qui échappent en partie aux nouvelles normes professionnelles défendues dans Notre Journal. La répétition des revendications exprimées au gré de l’hebdomadaire par les infirmiers et infirmières témoigne parallèlement de la difficulté à obtenir satisfaction auprès de l’administration hospitalière, principalement préoccupée par la limitation des dépenses budgétaires. Le manque de personnel, les problèmes sanitaires associés aux difficultés d’approvisionnement en eau ou encore l’absence de salle des fêtes sont quelques-uns des dysfonctionnements régulièrement dénoncés dans la rubrique réservée au personnel, avant que les tensions associées à la guerre d’indépendance ne mettent à mal la stabilité et l’existence du journal.

Le dernier rempart d’une utopie intercommunautaire

« L’expérience montre heureusement qu’à plus ou moins longue échéance, une idée saine et constructive fait sa place et son chemin. […] Sachant reconnaître l’imparfaite réalité, nous devenons facilement réceptifs et capables de progresser, dans l’harmonie vers l’achèvement, qui demeure la seule chose impossible. »
(Raymond Lacaton, « Éditorial », Notre Journal, n° 15, troisième année, 5 avril 1956.)

38L’éditorial signé par le docteur Lacaton au début du printemps 1956 convoque la dimension utopique de la socialthérapie, inhérente au projet lui-même : à l’HPB comme en métropole, la psychothérapie collective demeure « comme un horizon d’attente plus que comme un monde déjà là » (Henckès 2007, 220). Dans un contexte colonial et guerrier profondément clivant et discriminant, le décloisonnement et les valeurs intercommunautaires impulsées par l’équipe du docteur Fanon font office de projet de société radical et alternatif, que Notre Journal peine à soutenir dans la durée.

Favoriser « l’interpénétration des civilisations et des cultures »

  • 33 M. Dussauge, « Inauguration du café maure » (Notre Journal, n° 28, première année, 1er juillet 1954 (...)

39À la logique de responsabilisation qui préside à la mise en œuvre de chacune des activités socialthérapeutiques se greffe un deuxième principe : (re)mettre les malades en contact avec le monde extérieur, toujours dans la perspective d’accélérer leur réadaptation sociale. Organisées dans cette optique, la venue de conteurs, de chanteurs ou d’orchestres, pour certains particulièrement réputés, ainsi que les sorties dans les travées de la foire d’Alger ou sur les plages de Zeralda ou de Tipaza suscitent l’enthousiasme des malades dans les colonnes de Notre Journal. Le bulletin ne manque pas non plus d’insister sur la nécessité de réintroduire, entre les murs de l’HPB, les espaces et pratiques qui rythment la vie quotidienne des malades en dehors de l’établissement. L’inauguration d’un café maure, lieu de sociabilité masculine essentiel en Algérie (Carlier 2014), au début de l’été 1954, suivie de celle d’un « salon de thé oriental » six mois plus tard, destiné quant à lui aux femmes algériennes, sont relayés par le journal intérieur33. En indiquant les dates et horaires des offices assurés par un abbé et par le mufti de Blida, l’hebdomadaire contribue par ailleurs à redonner au culte religieux toute son importance dans la vie collective des malades, alors que la chapelle et la mosquée construites à l’HPB avaient été jusqu’à présent systématiquement détournées de leurs usages initiaux, en raison du manque d’espace disponible.

40Chacune de ces mesures ne s’adresse pas uniquement aux catégories de populations à qui elles sont destinées. Elles s’inscrivent dans une logique intercommunautaire, déclinée sous toutes ses formes : les éditoriaux de Notre Journal rappellent régulièrement la nécessité de faciliter les contacts aussi bien entre médecins, soignants et malades qu’entre « Algériens » et « Européens ». Sur ce dernier point, le texte rédigé par l’interne Georges Counillon en ouverture du n° 52 est particulièrement explicite :

« Les différentes commissions, le journal, les fêtes sont autant de moyens pour chacun de connaître l’existence des autres […]. Mais l’un des progrès les plus éclatants qui se puisse noter est celui de l’interpénétration des cultures européennes et musulmanes. La “popularisation” des fêtes rituelles […] [permet] de faire découvrir le monde musulman aux Européens qui ne le connaissent pas ou le connaissent mal, de révéler aux musulmans certains aspects de la culture européenne qu’ils ignoraient encore […]. En ce qui concerne cette interpénétration des civilisations et des cultures, l’hôpital psychiatrique est à la pointe du progrès, en avance même sur le monde extérieur où sont maintenus de façon absurde les compartiments. »
(Georges Counillon, « Éditorial », Notre Journal, n° 52, première année, 16 décembre 1954.)

  • 34 Les internes Georges Counillon, Charles Geronimi ou encore Meyer Timsit sont de ceux-là. Alice Cher (...)

41Les brèves notices explicitant le sens et la symbolique des festivités organisées à l’hôpital pour célébrer Pâques, Noël, l’Aïd el-Kebir ou l’Achoura sont conçues dans ce sens. Affirmer une telle ambition dans le contexte de la guerre d’indépendance algérienne n’est nullement anodin. La démarche traduit la portée éminemment politique de la psychothérapie collective à l’HPB, qui s’inscrit dans le prolongement des convictions antiracistes exprimées par le docteur Fanon avant son arrivée en Algérie (Boucaud-Victoire 2023), ainsi que des engagements militants de plusieurs internes auprès du parti communiste algérien34. En adaptant les techniques et pratiques de psychothérapie collective au terrain algérien, le docteur Fanon et ses internes contribuent bel et bien à « décoloniser » l’institution psychiatrique (Robcis 2020).

Un journal « en danger de mort » dans un hôpital en guerre

42Si l’approche intercommunautaire promue par le docteur Fanon et ses internes acquiert une signification particulière en situation coloniale et guerrière, elle bute sur une série d’obstacles associés à ce même contexte. Alors qu’une part conséquente des patients de l’HPB ne s’expriment qu’en arabe ou en kabyle, plus rarement en espagnol ou en italien, l’écriture ou la traduction d’articles dans une autre langue que le français n’est semble-t-il jamais envisagée : seul le titre du journal est traduit en arabe (Figure 4). La dynamique de dialogue entre communautés et de « réduction des conflits de la collectivité » (Daumézon et al. 1948*, 208) se révèle par ailleurs de plus en plus difficile à maintenir, alors que les tensions entre partisans de l’indépendance et du maintien de l’Algérie française ne cessent de s’accentuer entre les murs de l’hôpital. La non-conservation des numéros publiés au cours des années 1958 et 1959 ne permet pas de mesurer à quel point le conflit se prolonge dans les pages de Notre Journal. Plusieurs indices témoignent néanmoins de l’ombre portée par la guerre au tableau intercommunautaire promu par les porteurs du projet socialthérapeutique, à commencer par le débat engagé à la fin du mois de mai 1956 par un groupe de malades du pavillon Lépine à propos de la présence d’un croquis de mosquée dans le bandeau de l’hebdomadaire (Figure 4). L’éditorial signé par l’ensemble des psychiatres en réponse à cette interpellation rappelle, en guise d’apaisement, les fondements collectifs de la réforme :

« Pendant l’été 1954, il fut décidé d’améliorer l’entête un peu banal de “Notre Journal” par l’adjonction d’un dessin de caractère local. Plusieurs projets furent établis et étudiés, et l’on accepta la reproduction de la Mosquée, non comme symbole de la religion musulmane, mais comme monument d’architecture typiquement algérienne. […] Ceci précisé, il est évident qu’il n’y a aucune raison pour les uns ou les autres de créer une polémique autour du Journal – il faut surtout souligner que l’on doit éviter toute occasion de s’opposer ou de se diviser. »
(Les médecins-chefs de service, « Éditorial », Notre Journal, n° 27, troisième année, 28 juin 1956.)

Figure 4. Bandeau de Notre Journal, n° 23, 31 mai 1956, p. 1

Figure 4. Bandeau de Notre Journal, n° 23, 31 mai 1956, p. 1

Photographie : Paul Marquis.
Source : Archives du CHU Frantz-Fanon, Blida.

43Il est possible que l’événement ait participé à achever la prise de conscience du docteur Fanon : pour le psychiatre, que la guerre d’indépendance a peu à peu transformé en « militant révolutionnaire » (Macey 2013, 255), il apparaît désormais évident que le projet qu’il envisage pour l’HPB est fondamentalement incompatible avec le contexte colonial. À l’été 1956, il adresse au gouverneur général de l’Algérie une lettre de démission, qui s’insurge explicitement contre la politique discriminatoire menée sur le sol algérien :

« Bien que les conditions objectives de la pratique psychiatrique en Algérie fussent déjà un défi au bon sens, il m’était apparu que des efforts devaient être entrepris pour rendre moins vicieux un système dont les bases doctrinales s’opposaient quotidiennement à une perspective humaine authentique. Pendant près de trois ans, je me suis mis totalement au service de ce pays et des hommes qui l’habitent. […] Pas un morceau de mon action qui n’ait exigé comme horizon l’émergence unanimement souhaitée d’un monde valable. Mais que sont l’enthousiasme et le souci de l’homme si journellement la réalité est teintée de mensonges, de lâcheté, du mépris de l’homme ? […] Le parti absurde était de vouloir coûte que coûte faire exister quelques valeurs alors que le non-droit, l’inégalité, le meurtre multiquotidien de l’homme étaient érigés en principe législatif. »
(Lettre de Frantz Fanon au ministre résidant, gouverneur général de l’Algérie, juillet 1956. ANOM 9170-3F2.)

  • 35 Les internes de l’HPB, « Éditorial » (Notre Journal, n° 39 & 40, troisième année, 27 septembre 1956 (...)
  • 36 Monsieur D., « Éditorial » (Notre Journal, n° 34, quatrième année, 14 novembre 1957).

44Interdit de séjour en Algérie à la suite de cet envoi, le docteur Fanon quitte le territoire en janvier 1957 : son engagement révolutionnaire auprès du Front de libération nationale en Tunisie officialise celui qu’il avait clandestinement mis en œuvre à l’HPB (Macey 2013). Salué par plusieurs témoignages de remerciements dans les pages du bulletin, le départ du psychiatre précède et succède à celui de plusieurs autres membres de l’équipe médicale fortement investis dans le mouvement : alors que Georges Counillon a rejoint le maquis des Aurès quelques mois plus tôt (Galissot 2014), l’HPB enregistre également en 1957 le départ du docteur Lacaton, puis celui de l’interne Alice Cherki l’année suivante. Sans mettre un terme à la réforme, ces départs successifs n’en fragilisent pas moins la poursuite des activités socialthérapeutiques, à commencer par la publication de l’hebdomadaire intérieur. À la fin du mois de septembre 1956, le constat répété du manque de contributeurs engageait déjà les internes de l’établissement à mettre en garde contre le « danger de mort »35 qui pesait sur Notre Journal. Interrompue à partir du 18 juillet 1957, la parution du bulletin reprend non sans mal à la fin du mois de septembre : « Depuis la reprise de Notre Journal, on peut compter les éditoriaux des médecins-chefs, des surveillants et surveillantes… On peut compter le nombre de fois qu’ils assistent aux commissions, quant aux divisions n’en parlons pas. La 1ère division n’a jamais écrit le plus petit article. La 3ème division est absente depuis deux semaines. De Clérambault on n’en entend plus parler »36, déplore le secrétaire général de la commission du journal. Alors qu’il atteignait une cinquantaine de numéros par an, l’hebdomadaire en dénombre dix de moins à l’issue de l’année 1957.

45Si l’archivage défaillant des exemplaires de 1958-1959 empêche d’interpréter précisément la suite de l’itinéraire de Notre Journal, le dernier numéro conservé confirme le constat d’impuissance dressé par le docteur Fanon au moment de son départ de l’hôpital un an et demi plus tôt. L’article intitulé « Des relations entre divisions » semble confirmer l’abandon de l’utopie intercommunautaire insufflée par la socialthérapie :

« Il s’est avéré […] que toute tentative de réalisation à l’échelle inter-division n’est non seulement pas souhaitable, mais présente un certain nombre de défis insurmontables. […] L’HPB est un hôpital où vivent côte à côte pensionnaires européens et pensionnaires musulmans. Il est certain que l’on ne peut, du moins en ce qui concerne les loisirs et les distractions, concilier deux conceptions à tel point divergentes. »
(E. Benbadis, « Des relations entre divisions », Notre Journal, n° 9, sixième année, 19 août 1959.)

  • 37 Docteur Lotiron, « À propos de la “censure” » (Notre Journal, n° 9, sixième année, 19 août 1959).

46L’éditorial signé par le docteur Lotiron entérine la difficulté à maintenir un état d’esprit collaboratif dans le contexte de guerre. Tout en se défendant d’utiliser la censure, le psychiatre y justifie le refus d’imprimer plusieurs articles, au motif que leur « très vive agressivité » et leur « style caustique » n’auraient pour seul objectif que de créer des polémiques « stériles et vengeresses »37. Le bulletin du 19 août 1959 est-il le dernier à avoir été imprimé ? Rien ne permet d’infirmer ou de confirmer cette hypothèse. Quoi qu’il en soit, le contenu du dernier feuillet archivé sonne comme un aveu de l’impossibilité de bousculer les divisions sociales, culturelles et raciales qui traversent l’institution psychiatrique coloniale, et plus largement l’ensemble de la société algérienne.

Conclusion

47En décalant la focale du docteur Fanon vers Notre Journal, cet article ne minimise en rien l’influence du psychiatre martiniquais sur la trajectoire de la psychothérapie collective en Algérie. Le dépouillement des centaines d’articles qui émaillent les pages de l’hebdomadaire intérieur au cours de ses six années d’existence confirme le rôle prépondérant du médecin-chef de la cinquième division médicale dans l’essor, l’institutionnalisation et la visibilité de la socialthérapie à l’HPB. Les billets et les prises de position que le psychiatre fait régulièrement paraître en ouverture du journal donnent le ton d’une réforme dont il est le maître d’œuvre. L’analyse du contenu du bulletin permet néanmoins de rendre au projet ce qui constitue son essence, à savoir sa dimension collective. L’examen de Notre Journal révèle la manière dont les internes et le personnel soignant sous ses ordres s’approprient, diffusent et mettent quotidiennement en œuvre les principes défendus par le docteur Fanon. L’article rappelle aussi que l’itinéraire de la socialthérapie n’est pas calqué sur celui du psychiatre anticolonialiste : alors que les prémices de psychothérapie collective précèdent son arrivée en Algérie, la réforme survit à son départ, malgré les difficultés qui s’ensuivent.

48En faisant de l’hebdomadaire intérieur son objet et sa source principale, l’enquête déployée ici évalue le rôle endossé par Notre Journal dans la transformation des pratiques psychiatriques à l’HPB. Aux côtés des réunions d’équipe, le bulletin s’affirme incontestablement comme l’un des principaux relais du paradigme alternatif défendu par le docteur Fanon. Outre qu’il contribue au changement d’échelle d’une dynamique qui s’étend progressivement à la quasi-totalité de l’institution, le journal est mis à profit comme outil de professionnalisation à destination d’un personnel soignant en pleine mutation. Il offre également aux patients de l’HPB un espace de paroles inédit : alors que les seules marges de manœuvre et de négociations à leur disposition relevaient pour l’essentiel de démarches individuelles, l’hebdomadaire fournit aux revendications et récriminations des malades une portée collective. Reste qu’en matière de rythmes d’implantation comme de degrés d’implication, Notre Journal révèle une réforme à géométrie variable. Selon leurs convictions, leurs ressources ou leurs statuts personnels, médecins, internes, infirmiers et malades s’emparent différemment du projet initié par le docteur Fanon.

49S’il contribue à complexifier le portrait de la socialthérapie en Algérie, cet article invite finalement à ne pas surévaluer la spécificité de l’entreprise réformatrice menée sous l’égide de Frantz Fanon. L’analyse qualitative et quantitative de Notre Journal rappelle que la démarche initiée à l’HPB s’inspire des expériences engagées précédemment au Nord de la Méditerranée : sur le plan de la rhétorique déployée dans les pages du bulletin comme du protocole et des techniques mises en œuvre, les circulations et les emprunts sont nombreux. La singularité de l’expérience menée outre-mer réside principalement dans l’intérêt manifesté pour la culture et les croyances locales, d’où découle un paradigme intercommunautaire considéré comme la seule manière « d’éviter […] l’assimilationnisme dissimulé sous l’universalisme » (Bessone 2016). L’évolution du contenu du journal intérieur témoigne néanmoins des difficultés à faire advenir cette « vision d’un possible » (Henckès 2007, 220) dans le contexte de l’Algérie coloniale en guerre. Alors que l’analphabétisme et les différences de statuts limitent l’accès à la réforme pour les malades et infirmiers algériens, l’hebdomadaire a le plus grand mal à maintenir son rôle de garde-fou face à l’intensification des tensions politiques et militaires, qui pèsent vraisemblablement dans la disparition du bulletin. Si la mission diligentée à la fin des années 1960 par l’Organisation mondiale de la santé exprime la volonté de redonner ampleur et structuration à la démarche socialthérapeutique initiée quinze ans plus tôt (Bernard 1969*), Notre Journal ne reverra jamais le jour après l’indépendance de l’Algérie.

Top of page

Bibliography

Bégué, Jean-Michel. 1989. « Un siècle de psychiatrie française en Algérie (1830-1939) ». Mémoire pour le Certificat d’études spécialisées. Paris : Université Pierre et Marie Curie.

Bessone, Magali. 2016. « L’interrogation de Frantz Fanon : les conditions psychiatriques de la désaliénation en situation coloniale ». Raison présente, n° 199 : 75-85. https://doi.org/10.3917/rpre.199.0075.

Boucaud-Victoire, Kévin. 2023. Frantz Fanon : L’antiracisme universaliste. Paris : Michalon.

Carlier, Omar. 2014. « Le café maure lieu de sociabilité et instance politique ». Dans Histoire de l’Algérie à la période coloniale (1830-1962), dirigé par Abderrhamane Bouchène et alii, 412-415. Paris : La Découverte. https://doi.org/10.3917/dec.bouch.2013.01.0412.

Cherki, Alice. 2011. Frantz Fanon. Portrait. Paris : Seuil.

Chevandier, Christian. 2011. Infirmières parisiennes 1900-1950. Émergence d’une profession. Paris : Publications de la Sorbonne. https://doi.org/10.4000/books.psorbonne.1601.

Collignon, René. 2006. « La psychiatrie coloniale française en Algérie et au Sénégal. Esquisse d’une historicisation comparative ». Tiers-Monde, n° 187 : 527-546. https://doi.org/10.3917/rtm.187.0527.

Delille, Emmanuel. 2013. « Le Bon Sens revue de l’Entr’Aide Psycho-sociale Féminine d’Eure-et-Loir (1949-1974). Contribution à l’histoire de la vie quotidienne en hôpital psychiatrique ». Dans Expériences de la folie. Criminels soldats patients en psychiatrie (xixe–xxe siècles), dirigé par Laurence Guignard, Hervé Guillemain, et Stéphane Tison, 251-260. Histoire. Rennes : Presses universitaire de Rennes. https://doi.org/10.4000/books.pur.118731.

Diebolt, Évelyne, et Nicole Fouché. 2011. Devenir infirmière en France. Une histoire atlantique ? (1854-1938). Paris : Éditions Publibook Université.

Edington, Claire. 2013. « Beyond the Asylum: Colonial Psychiatry in French Indochina ». Thèse de doctorat en histoire. New York : Columbia University. https://doi.org/10.7916/D8NS0T8C.

Fanon, Frantz. 2018. Écrits sur l’aliénation et la liberté. Textes inédits réunis, introduits et présentés par Jean Khalfa et Robert J. Young. Paris : La Découverte. https://doi.org/10.3917/dec.fanon.2018.01.

Galissot, René. 2014. « Notice Counillon Georges ». Dans Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier [Dictionnaire Algérie]. https://maitron.fr/spip.php?article153625.

Génard, Elsa, et Mathilde Rossigneux-Méheust, dir. 2023. Routines punitives. Les sanctions du quotidien (xixe-xxe siècles). Paris : CNRS Éditions.

Gibson, Nigel, et Roberto Beneduce. 2017. Frantz Fanon: Psychiatry and Politics. Londres : Rowan and Littlefield International.

Guignard, Laurence, et Hervé Guillemain. 2016. « L’Histoire en délires. Usages des écrits délirants dans la pratique historienne ». Dans Récits inachevés. Réflexions sur les défis de la recherche qualitative, dirigé par Isabelle Perreault et Marie-Claude Thifault, 177-200. Ottawa : Les Presses de l’Université d’Ottawa. https://doi.org/10.2307/j.ctv171z6.11.

Guillemain, Hervé. 2020. « Les effets secondaires de la technique. Patients et institutions psychiatriques au temps de l’électrochoc de la psychochirurgie et des neuroleptiques retard (années 1940-1970) ». Revue d’histoire moderne et contemporaine 67 : 72-98. https://doi.org/10.3917/rhmc.671.0072.

Henckès, Nicolas. 2007. « Le nouveau monde de la psychiatrie française. Les psychiatres, l’État, et la réforme des hôpitaux de l’après-guerre aux années 1970 ». Thèse de doctorat en sociologie. Paris : École des hautes études en sciences sociales (EHESS). https://theses.hal.science/tel-00769780.

Henckès, Nicolas. 2008. « Réforme et soigner. L’émergence de la psychothérapie institutionnelle en France, 1944-1955 ». Dans Psychiatries dans l’histoire, dirigé par Jacques Arveiller, 277-288. Caen : Presses universitaires de Caen.

Henckès, Nicolas. 2009. « Un tournant dans les régulations de l’institution psychiatrique : la trajectoire de la réforme des hôpitaux psychiatriques en France de l’avant-guerre aux années 1950 ». Genèses, n° 76 : 76-98. https://doi.org/10.3917/gen.076.0076.

Khalfa, Jean. 2015. « Soigner les pathologies de la liberté. Fanon psychiatre ». Les Temps Modernes 683 : 229-255. https://doi.org/10.3917/ltm.683.0229.

Keller, Richard. 2007a. Colonial Madness. Psychiatry in French North Africa. Chicago : University of Chicago Press.

Keller, Richard. 2007b. « Clinician and Revolutionary: Frantz Fanon Biography and the History of Colonial Medicine ». Bulletin of the History of Medicine 81, n° 4 : 823-841. https://www.jstor.org/stable/44452161.

Macey, David. 2013. Frantz Fanon: une vie. Paris : La Découverte.

Majerus, Benoît. 2011. « La baignoire, le lit et la porte. La vie sociale des objets de la psychiatrie ». Genèses, n° 82 : 95-119. https://doi.org/10.3917/gen.082.0095.

Majerus, Benoît. 2013. Parmi les fous. Une histoire sociale de la psychiatrie au xxe siècle. Rennes : Presses universitaires de Rennes. https://doi.org/10.4000/books.pur.135327.

Marquis, Paul. 2021. « Les fous de Joinville. Une histoire sociale de la psychiatrie dans l’Algérie coloniale (1933-1962) ». Thèse de doctorat en histoire. Paris : Institut d’études politiques de Paris. https://theses.fr/2021IEPP0039.

Murard, Numa. 2008. « Psychothérapie institutionnelle à Blida ». Tumultes, n° 31 : 31-45. https://doi.org/10.3917/tumu.031.0031.

Poliak, Claude. 2002. « Manières profanes de ‘parler de soi’ ». Genèses, n° 47 : 4-20. https://doi.org/10.3917/gen.047.0004.

Postel, Jacques, et Claudine Razanajao. 2007. « La vie et l’œuvre psychiatrique de Frantz Fanon ». Sud/Nord, n° 22 : 147-174. https://doi.org/10.3917/sn.022.0147.

Robcis, Camille. 2020. « Frantz Fanon, Institutional Psychotherapy, and the Decolonization of Psychiatry ». Journal of the History of Ideas 81, n° 2 : 303-325. https://doi.org/10.1353/jhi.2020.0009.

Robcis, Camille. 2021. Disalienation. Politics, Philosophy, and Radical Psychiatry in Postwar France. Chicago et Londres: The University of Chicago Press.

Seferdjeli, Ryme. 2014. « La politique coloniale à l’égard des femmes ‘musulmanes’ ». Dans Histoire de l’Algérie à la période coloniale (1830-1962), dirigé par Abderrhamane Bouchène et alii, 359-363. Paris : La Découverte. https://doi.org/10.3917/dec.bouch.2013.01.0359.

Thifault, Marie-Claude, et Martin Desmeules. 2012. « Du traitement moral à l’occupation thérapeutique. Le rôle inusité de l’infirmière psychiatrique à l’Hôpital Saint-Jean-de-Dieu : 1912-1962 ». Dans L’incontournable caste des femmes. Histoire des services de santé au Québec et au Canada, dirigé par Marie-Claude Thifault, 229-250. Ottawa : Les Presses de l’Université d’Ottawa. https://www.jstor.org/stable/j.ctt5vkcn8.

Tosquelles, François. 2015. Trait-d’union. Journal de Saint-Alban. Éditoriaux, articles, notes (1950-1962). Paris : Éditions d’une.

Tosquelles, François. 2021. Soigner les institutions. Textes choisis et présentés par Joana Maso. Paris : L’Arachnéen.

Von Bueltzingsloewen, Isabelle. 2001. « Révolution au quotidien, révolution du quotidien : les transformations de la pratique psychiatrique à l’hôpital du Vinatier dans les années cinquante ». Dans Questions à la ‘révolution psychiatrique’, dirigé par Isabelle Von Bueltzingsloewen et Olivier Faure, 19-32. Lyon : Éditions La Ferme du Vinatier.

Von Bueltzingsloewen, Isabelle. 2009. L’Hécatombe des fous. La famine dans les hôpitaux psychiatriques français sous l’Occupation. Deuxième édition. Paris : Flammarion.

Von Bueltzingsloewen, Isabelle. 2010. « Le militantisme en psychiatrie de la Libération à nos jours. Quelle histoire ?! ». Sud/Nord, n° 25 : 13-26. https://doi.org/10.3917/sn.025.0013.

Articles de Notre Journal cités (par ordre chronologique)

1953

Fanon, Frantz. 24 décembre 1953. « Mémoire et journal ». Notre Journal, n° 1, première année.

1954

Bonnet, M. 28 janvier 1954. « Asile ou hôpital ». Notre Journal, n° 6, première année.

Organisation mondiale de la Santé. 18 mars 1954. « Extrait du 3ème rapport du Comité d’experts de la santé mentale ». Notre Journal, n° 13, première année.

R., Madame. 18 mars 1954. « Cinquième division Femmes ». Notre Journal, n° 13, première année.

Fanon, Frantz. 1er avril 1954. « Éditorial ». Notre Journal, n° 15, première année.

Fanon, Frantz. 22 avril 1954. « Éditorial ». Notre Journal, n° 18, première année

Fanon, Frantz. 27 mai 1954. « Relations des malades avec l’extérieur ». Notre Journal, n° 23, première année.

Dussauge, M. 1er juillet 1954. « Inauguration du café maure ». Notre Journal, n° 28, première année.

Fanon, Frantz. 19 août 1954. « Pour un Journal Vivant ». Notre Journal, n° 35, première année.

Dequeker, Jean, et al. 14 octobre 1954. « Éditorial ». Notre Journal, n° 43, première année.

Cohen, M. 21 octobre 1954. « Un petit Parlement ». Notre Journal, n° 44, première année.

A., Zohra. 25 novembre 1954. « Quatrième division. Témoignage de Madame A. ». Notre Journal, n° 49, première année.

Counillon, Georges. 16 décembre 1954. « Éditorial ». Notre Journal, n° 52, première année.

1955

Anonyme. 24 mars 1955. « Quatrième division ». Notre Journal, n° 14, deuxième année.

Beley, Docteur. 26 mai 1955. Cité dans « Éditorial ». Notre Journal, n° 23, deuxième année.

Azoulay, Jacques. 16 juin 1955. « Éditorial ». Notre Journal, n° 36, deuxième année.

Boulanger, Docteur. 1er septembre 1955. « Éditorial ». Notre Journal, numéro 37, deuxième année.

Sanchez, François. 15 septembre 1955. « Éditorial ». Notre Journal, n° 39, deuxième année.

Domenech, S. 8 décembre 1955. Sans titre. Notre Journal, n° 51, deuxième année.

Ramée, Frédéric. 8 décembre 1955. « Éditorial ». Notre Journal, n° 51, deuxième année.

Lacaton, Raymond. 29 décembre 1955. « Meilleurs vœux et bon anniversaire à ‘Notre Journal’ ». Notre Journal, n° 1, troisième année.

1956

Le Guillant, Louis. 15 mars 1956. Sans titre. Notre Journal, n° 10, troisième année.

Fanon, Frantz. 28 mars 1956. « Éditorial ». Notre Journal, n° 13, troisième année.

Lacaton, Raymond. 5 avril 1956. « Éditorial ». Notre Journal, n° 15, troisième année.

Pavillon Jean Lépine. 31 mai 1956. « Première Division ». Notre Journal, n° 23, troisième année.

Les médecins-chefs de service. 28 juin 1956. « Éditorial ». Notre Journal, n° 27, troisième année.

R., Madame. 8 août 1956. « Cinquième division Femmes ». Notre Journal, n° 33, troisième année.

Illisible. 9 août 1956. « Éditorial ». Notre Journal, n° 33, troisième année.

Colmin, Docteur. 16 août 1956. « Éditorial ». Notre Journal, n° 34, troisième année.

Cherki, Alice. 30 août 1956. « Éditorial », Notre Journal, n° 36, troisième année.

Les internes de l’HPB. 27 septembre 1956. « Éditorial ». Notre Journal, n° 39 & 40, troisième année.

Le Comité. 15 novembre 1956. « Comité de lecture ». Notre Journal, n° 47, troisième année.

1957

C., Monsieur. 4 juillet 1957. « Service Ouvert Hommes ». Notre Journal, n° 24, quatrième année.

D., Monsieur. 14 novembre 1957. « Éditorial ». Notre Journal, n° 34, quatrième année.

1959

Benbadis, E. 19 août 1959. « Des relations entre divisions ». Notre Journal, n° 9, sixième année.

Lotiron, Docteur. 19 août 1959. « À propos de la ‘censure’ ». Notre Journal, n° 9, sixième année.

Sources imprimées et sources primaires complémentaires

Azoulay, Jacques. 1954. « Contribution à l'étude de la socialthérapie dans un service d'aliénés musulmans ». Thèse de doctorat en médecine. Alger : Faculté de médecine d’Alger.

Benoiston, Jean. 1952. « Le journal de l’hôpital psychiatrique. L’information comme moyen thérapeutique ». Thèse de doctorat en médecine. Paris : Faculté de médecine de Paris.

Bernard, Paul. 1947. Psychiatrie pratique, formation, spécialisation et sélection des auxiliaires médico-sociaux du psychiatre. Paris : Desclée de Brouwer.

Bernard, Paul. 1969. « L’hôpital psychiatrique de Blida de 1961 à 1968 ». L'information psychiatrique 8 : 823-832.

Budget primitif pour l’année 1960. Archives de la Wilaya d’Alger, 1V123.

Circulaire n° 275 (Santé) du 30 novembre 1949 relative à la formation professionnelle du personnel soignant des hôpitaux psychiatriques. ANOM, 1K-822/2.

Daumézon, Georges, et al. 1948. « Le journal de l’hôpital psychiatrique, instrument de psychothérapie collective ». Annales médico-psychologiques 106 : 204-210.

Daumézon, Georges. 1955. « La vie collective du malade mental ». Dans Encyclopédie française. XIV. La civilisation quotidienne, dirigé par Paul Breton, 7-13. Paris : Larousse.

Dequeker, Jean, et al. 1955. « Aspects actuels de l’assistance mentale en Algérie ». L’information psychiatrique 31, n° 4 : 11-18.

Fanon, Frantz, et Jacques Azoulay. 1954. « La socialthérapie dans un service d’hommes musulmans : difficultés méthodologiques ». L’information psychiatrique 9 : 349-361. Réédité dans Fanon, Frantz. 2018. Écrits sur l’aliénation et la liberté. Paris : La Découverte. https://doi.org/10.3917/dec.fanon.2018.01.0366.

Fanon, Frantz. 1956. Lettre de Frantz Fanon au gouverneur général de l’Algérie, juillet 1956. ANOM, 9170-3F2.

Top of page

Appendix

Notre Journal, n° 1, première année, 24 décembre 1953. Première page. Fac-similé et transcription

Fac-similé

Notre Journal, n° 1, première année, 24 décembre 1953. Première page

Notre Journal, n° 1, première année, 24 décembre 1953. Première page

Note sur l’image : Le bandeau de cette copie ne correspond pas à celui du premier numéro de l’hebdomadaire intérieur. Le croquis de la mosquée de l’établissement, la traduction du titre en arabe ou encore la calligraphie du titre sont intégrés plus tardivement dans le bandeau du journal. Il est probable que la copie soit donc un montage reprenant le contenu initial du numéro et un bandeau postérieur.

Photographie : Paul Marquis.
Source : Archives du CHU Frantz-Fanon, Blida.

Transcription

HOPITAL PSYCHIATRIQUE DE BLIDA-JOINVILLE
NOTRE JOURNAL
Hebdomadaire intérieur
— Paraissant le Jeudi
Le Numéro 10 Frs
Abonnement Mensuel 40 Frs
Ce Journal ne doit pas sortir de l’établissement
Le 24 Decembre 1953
NUMERO 1

MEMOIRE et JOURNAL
Lors de la dernière réunion de pavillon à De CLERAMBAULT, on a décidé de publier un Journal. Aussi s’est-on demandé comment on allait l’appeler, la question fut posée et vraiment personne ne voyait. Pourtant au bout d’un moment, timidement, quelques titres furent proposés. Je me souviens de l’un d’eux : c’est "JOURNAL DE BORD". Je voudrais m’attarder un peu sur ce titre et essayer de montrer l’importance d’un Journal.
Sur un navire, il est banal de dire qu’on est entre ciel et eau; qu’on est coupé du monde; qu’on est seul. Justement, le Journal lutte contre ce laisser-aller possible, cette sorte de solitude. Tous les jours paraît une feuille souvent mal imprimée, sans photos et sans goût.
Mais tous les jours, cette feuille met de la vie sur le bateau. On apprend les nouvelles du bord : distractions, cinéma, concerts, prochaines escales. On apprend aussi bien sûr, les nouvelles de la terre. Le navire bien qu’isolé garde le contact avec l’extérieur, c’est-à-dire avec le monde.
Pourquoi ? Parce que dans deux ou trois jours, les passagers retrouveront leurs parents, leurs amis, leurs maisons.
Remarquez que tout voyageur a un journal. Le touriste envoie à ses amis des cartes ou de longues lettres où il raconte toutes ses émotions. Raconter quelque chose est une discipline très difficile à acquérir mais je me rappelle d’un petit garçon de huit ans qui n’arrivait jamais à raconter le Petit Chaperon Rouge correctement ! Il mettait les parties de l’histoire n’importe comment.
Ecrire est certainement la plus belle découverte: car cela permet à l’homme de se souvenir, d’exposer dans l’ordre ce qui s’est passé et surtout de communiquer avec les autres, même absents.
Docteur FANON.

« Je remercie le Bon Dieu de nous avoir envoyé un Docteur si sympathique, je le compare à un de ces Rois Mages, descendu du ciel pour assister notre fête de NOEL, jour de la naissance de notre Seigneur Jésus. Je souhaite du fond du cœur que cette fête soit pour nous miraculeuse, par la guérison de toutes nos compagnes. »
« D’autre part je veux bien travailler dans les bâtiments pour que Monsieur le Docteur puisse faire en sorte de me renvoyer chez moi. »
Je désire lire « la VIE CATHOLIQUE ou le PELERIN. »
G C.

CONSTATATION
Les longues promenades dans le parc où les convalescents ont la liberté de chanter et de cueillir les herbes et fleurs avec presque pas de surveillance, ont eu le meilleur effet : toutes celles qui y ont pris part, ont dormi toute la nuit avec calme.
16 Décembre 1953
C. N.

Le temps est délicieux et le paysage est beau, il rappelle certains coins montagneux de FRANCE, les promenades quotidiennes sont agréables et nécessaire car le pavillon est bruyant.
L’isolement est dur car je suis bien loin de mes…

Top of page

Notes

1 L’ensemble des textes de l’hebdomadaire intérieur reproduits dans cet article sont récapitulés, par ordre chronologique, dans la sous-section « Articles de Notre Journal cités » de la bibliographie.

2 Emmanuel Delille (2013) dénombre près d’une quarantaine de journaux internes entre 1945 et 1975.

3 Les références marquées par un astérisque (*) renvoient à la liste des « Sources imprimées et sources primaires complémentaires », sous-section de la Bibliographie en fin de cet article.

4 L’article d’Emmanuel Delille (2013), mentionné précédemment, est le seul à étudier spécifiquement l’un d’entre eux.

5 Malheureusement, les originaux n’ont jusqu’à présent pas été retrouvés.

6 L’hôpital est renommé du nom du psychiatre en 1963.

7 Il s’agit des numéros 9 à 12 pour l’année 1954 ; des numéros 3, 5, 7, 9 à 12, 24, 40, 41, 44, 46, 47, 50 et 52 pour l’année 1955 ; des numéros 3, 8, 11, 12, 14, 16 à 20 pour l’année 1956 ; et des numéros 4, 8 et 14 pour l’année 1957. Je remercie Jean Khalfa de m’avoir communiqué certains exemplaires qui ne figuraient pas dans les archives de l’hôpital.

8 Le premier numéro pour l’année 1958 et le numéro du 19 août pour l’année 1959.

9 Les docteurs Ramée et Dequeker ont été successivement nommés à l’HPB en 1945 et 1948.

10 Le journal fait actuellement l’objet des recherches de Coline Fournout, dans le cadre de sa thèse d’anthropologie menée à l’Université McGill.

11 À l’hôpital du Vinatier (Rhône), le pavillon choisi pour entamer les premières démarches de psychothérapie collective est dépourvu de malades « agités » et « gâteux », dont les psychiatres craignent qu’ils ne soient pas suffisamment réceptifs aux transformations mises en œuvre (Von Bueltzingsloewen 2001).

12 Docteur Beley, cité dans « Éditorial » (Notre Journal, n° 23, deuxième année, 26 mai 1955).

13 « Comité de lecture » (Notre Journal, n° 47, troisième année, 15 novembre 1956).

14 Budget primitif pour l’année 1960. Archives de la Wilaya d’Alger, 1V123.

15 François Sanchez, « Éditorial » (Notre Journal, n° 39, deuxième année, 15 septembre 1955).

16 [Auteur illisible], « Éditorial » (Notre Journal, n° 33, troisième année, 9 août 1956). La mauvaise qualité de la reproduction consultée empêche de déchiffrer le nom de l’auteur du texte en question.

17 Frédéric Ramée, « Éditorial » (Notre Journal, n° 51, deuxième année, 8 décembre 1955).

18 Les 440 articles n’incluent pas les textes rédigés par les médecins et le personnel soignant, ni les articles collectifs.

19 Pour rappel, 10 numéros sur les 52 de l’année 1956 sont absents des archives de l’HPB.

20 Les 126 articles restants sont le fait des services ouverts masculins et féminins, structures de prise en charge alternatives à l’internement asilaire qui ne dépendent pas d’une division spécifique.

21 Frantz Fanon, « Relations des malades avec l’extérieur » (Notre Journal, n° 23, première année, 27 mai 1954).

22 Docteur Boulanger, « Éditorial » (Notre Journal, numéro 37, deuxième année, 1er septembre 1955).

23 Zohra A., « Quatrième division. Témoignage de Madame A. » (Notre Journal, n° 49, première année, 25 novembre 1954).

24 Docteur Colmin, « Éditorial » (Notre Journal, n° 34, troisième année, 16 août 1956).

25 Madame R., « Cinquième division Femmes » (Notre Journal, n° 13, première année, 18 mars 1954).

26 Frantz Fanon, « Pour un Journal Vivant » (Notre Journal, n° 35, première année, 19 août 1954).

27 Les hommes européens sont à l’origine de 12 % des billets, alors que 18 % des patients relèvent de cette catégorie en 1953.

28 À la veille de la Deuxième Guerre mondiale, moins de 5 % des filles algériennes de six à quinze ans étaient scolarisées (Seferdjeli 2014, 361).

29 Circulaire n° 275 (Santé) du 30 novembre 1949 relative à la formation professionnelle du personnel soignant des hôpitaux psychiatriques. Archives nationales d’outre-mer (ANOM), 1K-822/2.

30 Frantz Fanon, « Éditorial » (Notre Journal, n° 15, première année, 1er avril 1954).

31 Frantz Fanon, « Éditorial » (Notre Journal, n° 18, première année, 22 avril 1954).

32 Frantz Fanon, « Éditorial » (Notre Journal, n° 13, troisième année, 28 mars 1956).

33 M. Dussauge, « Inauguration du café maure » (Notre Journal, n° 28, première année, 1er juillet 1954) ; [Anonyme], « Quatrième division » (Notre Journal, n° 14, deuxième année, 24 mars 1955).

34 Les internes Georges Counillon, Charles Geronimi ou encore Meyer Timsit sont de ceux-là. Alice Cherki révèle que le surnom de « Popoff » attribué au dernier d’entre eux traduisait bien son orientation politique (Cherki 2011).

35 Les internes de l’HPB, « Éditorial » (Notre Journal, n° 39 & 40, troisième année, 27 septembre 1956).

36 Monsieur D., « Éditorial » (Notre Journal, n° 34, quatrième année, 14 novembre 1957).

37 Docteur Lotiron, « À propos de la “censure” » (Notre Journal, n° 9, sixième année, 19 août 1959).

Top of page

List of illustrations

Title Figure 1. Bandeau de Notre Journal, n° 19, 29 avril 1954, p. 1
Credits Photographie : Paul Marquis.Source : Archives du CHU Frantz-Fanon, Blida.
URL http://journals.openedition.org/sources/docannexe/image/1464/img-1.JPG
File image/jpeg, 191k
Title Figure 2. Bandeau de Notre Journal, n° 21, 13 mai 1954, p. 1
Credits Photographie : Paul Marquis.Source : Archives du CHU Frantz-Fanon, Blida.
URL http://journals.openedition.org/sources/docannexe/image/1464/img-2.JPG
File image/jpeg, 145k
Title Figure 3. Notre Journal, n° 13, 18 mars 1954, p. 1
Credits Photographie : Paul Marquis.Source : Archives du CHU Frantz-Fanon, Blida.
URL http://journals.openedition.org/sources/docannexe/image/1464/img-3.JPG
File image/jpeg, 1.5M
Title Figure 4. Bandeau de Notre Journal, n° 23, 31 mai 1956, p. 1
Credits Photographie : Paul Marquis.Source : Archives du CHU Frantz-Fanon, Blida.
URL http://journals.openedition.org/sources/docannexe/image/1464/img-4.JPG
File image/jpeg, 123k
Title Notre Journal, n° 1, première année, 24 décembre 1953. Première page
Caption Note sur l’image : Le bandeau de cette copie ne correspond pas à celui du premier numéro de l’hebdomadaire intérieur. Le croquis de la mosquée de l’établissement, la traduction du titre en arabe ou encore la calligraphie du titre sont intégrés plus tardivement dans le bandeau du journal. Il est probable que la copie soit donc un montage reprenant le contenu initial du numéro et un bandeau postérieur.
Credits Photographie : Paul Marquis.Source : Archives du CHU Frantz-Fanon, Blida.
URL http://journals.openedition.org/sources/docannexe/image/1464/img-5.jpg
File image/jpeg, 1.1M
Top of page

References

Electronic reference

Paul Marquis, “Un journal à l’hôpital. Réformer la psychiatrie dans l’Algérie coloniale en guerre (1953-1959)”Sources: Materials & Fieldwork in African Studies [Online], 8 | 2024, Online since 03 July 2024, connection on 12 July 2024. URL: http://journals.openedition.org/sources/1464; DOI: https://doi.org/10.4000/11xjx

Top of page

About the author

Paul Marquis

Institut des mondes africains (IMAF), CNRS ; Centre d’histoire de Sciences Po (CHSP). https://orcid.org/0009-0008-9965-0033.

By this author

Top of page

Copyright

CC-BY-SA-4.0

The text only may be used under licence CC BY-SA 4.0. All other elements (illustrations, imported files) are “All rights reserved”, unless otherwise stated.

Top of page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search