Skip to navigation – Site map

HomeIssues8Écrire l’histoire juridique de la...

Écrire l’histoire juridique de la folie en Afrique française (fin xixe siècle-1960)

Sources et analyse croisée à l’aide des outils numériques
Writing the Legal History of Madness in French Africa (End of the 19th Century–1960): Sources and Cross-analysis using Digital Tools
Escrever a história jurídica da loucura na África francesa (fins do século xix-1960)  : Fontes e análise cruzada com a ajuda de instrumentos digitais
Silvia Falconieri

Abstracts

The legal history of madness has long remained a marginal research subject within studies on French colonial law and justice in the nineteenth and twentieth centuries. For around a decade now, studies of madness during colonisation in Africa have been undergoing a shift that is at once thematic and methodological, as demonstrated by the growth of specific, collective, and multidisciplinary research programmes such as AMIAF (“‘Aliéné mental’ et ‘indigène.’ Histoire juridique d’une double discrimination de statut en Afrique française” [“‘Mentally alienated’ and ‘indigenous’: A Legal history of a twofold discrimination based on status in French Africa”]) and MADAF (“A History of Madness in West Africa: Governing Mental Disorder during Decolonisation [1940s–1970s]”). Legal discourses and practices around the mental alteration of African peoples colonized by France have been at the heart of the work of the multidisciplinary team of the AMIAF programme since 2019.
Thinking of which sources to use for this work has proved paramount. Through which documents can we study the legal treatment of madness in the colonial situation? How are they to be compiled, analysed, interpreted, and cross-referenced with one another? What does their configuration tell us about the legal and administrative discourses and practices around madness (specifically that of colonized populations)?
In light of these questions, this article examines the methodological challenges posed by the constitution of a corpus that makes it possible to study the legal and administrative treatment of madness in the African territories formerly colonized by France. The sources that lie at the heart of this contribution are drawn for the most part from the National Overseas Archives (Archives nationales d’outre-mer) of Aix-en-Provence, from the Toulon Defence Historical Service (Service historique de la défense), and from certain medical journals of the era dedicated to colonial psychiatry and medicine. These materials are heterogeneous and dispersed not just on a geographical level but even within the same archive, thus revealing a fragmentation in relation to the legal treatment of madness in disparate contexts (arrests, procedures of internment under the Code de l’indigénat, complaints, legal reforms, management of places of care established prior to colonization, financial questions, judicial proceedings) quite independent of medical institutions, and which largely surpass medical concerns, instead touching upon colonial policies, the maintenance of public order, and questions of a financial nature.
In this contribution these sources are explored through the AMIAF digital library, designed and produced as part of the Agence nationale de la recherche (ANR) research project of the same name. Rather than merely putting together a documentary corpus, this digital tool allows its users to query the hosted documents along unusual lines which enable original ways of sorting and ranking of sources. The modes of research and ordering offered by the AMIAF library include “indexes” and “tag clouds.” With the help of these research tools, in particular the index “Words of madness” and the tag “Signs of madness,” the article examines the vocabulary used by actors in colonial law to designate mental alteration in African populations, as well as the factors they used to detect it. Far from claiming to be an exhaustive or complete analysis of the topic, these examples seek to bring out the advantages of conducting research using these tools, where documents are labelled and organized according to an order and criteria which allow the researcher to easily make new types of cross-analyses.

Top of page

Full text

Données associées à cet article
Bibliothèque en ligne AMIAF : « “Aliéné mental” et “indigène”. Histoire juridique d’une double discrimination de statut en Afrique française (Fin xixe siècle-1960) ». https://amiaf-imaf.cnrs.fr/​
1 660 documents (avril 2024).
Institut des mondes africains (IMAF), Centre national de la recherche scientifique (CNRS), avec la collaboration des Archives nationales d’outre-mer d’Aix-en-Provence (ANOM)
Responsable éditorial : Silvia Falconieri. Comité éditorial et rédaction des contenus : Silvia Falconieri, Isabelle Thiebau.
Réalisation et hébergement : Institut de l’information scientifique et technique (INIST), CNRS.

Écrire l’histoire juridique de la folie en situation coloniale : défis méthodologiques

1L’histoire juridique de la folie a longtemps demeuré un terrain en friche au sein des études sur le droit et la justice coloniale français des xixe et xxe siècles. Ce constat se fait d’autant plus flagrant lorsque le regard se focalise sur les pays du continent africain anciennement occupés par la France, spécialement en Afrique subsaharienne, et il pourrait par ailleurs s’étendre à une partie des pays européens qui, à compter du Scramble for Africa, ont élargi et consolidé leurs empires coloniaux. Certes, l’étude approfondie des aspects institutionnels de la prise en charge de la maladie mentale est intégrée dans un certain nombre de travaux, dont la plupart portent sur l’empire anglais, qui adoptent une perspective polycentrique sur la folie dans les espaces coloniaux, à l’intérieur comme à l’extérieur du continent africain (sans prétention d’exhaustivité, Sadowsky 1991 ; Ernst 1997 ; Mills 2000 ; Jackson 2005 ; Mahone et Vaughan 2007 ; Scarfone 2014 ; Milazzo et Mamone 2019 ; Edington 2019).

2La nécessité d’études approfondies des dimensions juridique et administrative du traitement de la folie en Afrique française a été soulignée dans les travaux de chercheurs précurseurs en la matière (Collignon 2002). Mis à part quelques publications qui ont malheureusement connu une faible diffusion en dehors des réseaux locaux (Diouf et Mbodji 1997 ; Sylla et d’Almeida 1997), l’attention des chercheurs à l’histoire juridique de la folie est très récente. Les historiens qui se sont consacrés au droit et à la justice coloniale ont effleuré le domaine de la santé mentale à travers des sujets proches ou complémentaires. Les travaux sur l’organisation du système de santé (Badji 2007), sur le vagabondage et les « marginaux » (Badji 2010), sur l’alcoolisme (Durand 2010), sur les prisons (Alline 2011) touchent à la marge aux manifestations de la maladie mentale. En faisant ressortir la centralité de l’argument de l’ordre public, ces auteurs donnent un aperçu de certaines situations dans lesquelles la justice et l’administration coloniale se saisissent de la question de la folie (Badji 2007) pour assoir la présence et la prééminence françaises.

  • 1 Programme de recherche AMIAF : « “Aliéné mental” et “indigène”. Histoire d’une double discriminatio (...)

3Sur le fond de ce panorama historiographique, depuis environ une décennie, les études sur la folie en situation coloniale, dans le continent africain, font l’objet d’un renouveau, thématique et méthodologique à la fois, dont témoigne l’essor de programmes de recherche spécifiques, collectifs et pluridisciplinaires, tels que AMIAF et MADAF1. Les dimensions législative, judiciaire et administrative retiennent davantage l’attention des chercheurs. Les travaux récents des historiens qui analysent les politiques de régulation de la folie dans le continent africain consacrent une attention toute particulière au rôle joué par l’administration coloniale, ainsi qu’aux influences que la médecine et la psychiatrie ont exercé sur la mise en place de mesures législatives, apportant des éclairages indispensables sur le cadre législatif, sur les procédures d’internement dans les hôpitaux psychiatriques ou de transfert de patients vers la métropole, sur les techniques de gouvernance de la folie (Aït-Mehdi et Tiquet 2020 ; Marquis 2021 ; Manetti 2023).

4Les discours et les pratiques juridiques autour de l’altération mentale des populations colonisées par la France en Afrique sont au cœur des recherches que l’équipe pluridisciplinaire du programme AMIAF conduit depuis 2019 (Falconieri 2022a).

5Le discours juridique suit une logique qui lui est propre et les opérations du droit, qui se produisent moyennant des outils techniques spécifiques, jouent un rôle fondamental dans le façonnage de la réalité sociale (Thomas 2011). Le droit a un caractère performatif. Il n’intervient jamais tout simplement en tant que stabilisateur des rapports prédéfinis sur les plans social ou économique, mais au contraire il exerce la fonction de « nommer » les choses et les rapports et, de ce fait, à travers ses catégorisations les fait exister (Mazzacane 1992). De cette conception du droit et de ses rapports avec les autres sciences sociales s’inspire notre travail d’écriture d’une histoire juridique de la folie en Afrique, dans la conviction que l’entrée en la matière par le biais du droit, du terrain qui lui est propre et de ses acteurs peut ouvrir des pistes et des interprétations qui risqueraient autrement de demeurer inaperçues, alors même que la judiciarisation des troubles mentaux est désormais reconnue (Falconieri 2021).

6Or, cette entreprise n’a pas été, et n’est pas, sans soulever des défis multiples, parmi lesquels figure le processus d’identification des sources dans ses différentes étapes : repérage, accessibilité, exploitation et interprétation, conservation et mise à disposition de la communauté des chercheurs (Falconieri 2022a).

7À travers quelles sources est-il possible d’étudier le traitement juridique de la folie en situation coloniale ? Comment les ficher, les interroger, les interpréter et les croiser entre elles ? Qu’est-ce que leur configuration nous dit du discours et des pratiques juridiques et administratives autour de la folie (des populations colonisées en particulier) ?

  • 2 En témoigne, par exemple, la fondation de la revue Clio@Themis. Revue électronique d’histoire du dr (...)

8Ces questionnements, propres à toute recherche historique, s’imposent avec une évidence accrue à l’historien du droit qui s’aventure sur ce terrain glissant. La réflexion autour des sources pour l’écriture d’une histoire juridique de la folie interroge en effet la manière même de concevoir et d’écrire l’histoire du droit. En France, surtout dans les deux dernières décennies, ce secteur disciplinaire a connu un élargissement thématique, spatial et méthodologique qui s’est traduit, entre autres, dans une ouverture au dialogue avec les autres sciences sociales, traditionnellement peu ou prou pratiqué dans les facultés de droit2. Une sensibilité accrue à l’égard des problématiques juridiques des xxe et xxie siècles a permis aux chercheurs de se plonger dans des pans « sensibles » de l’histoire juridique tels que le droit de Vichy (Durand, Le Crom et Somma 2006), les usages juridiques de la notion de « race », le droit de la colonisation (Durand, Fabre et al. 2005-2013 ; Renucci 2011 ; Falconieri 2015) ou, encore plus récemment, les questions de genre (Dufuller-Vialle 2017). Relégués dans le domaine de l’exception et longuement refoulés, ces sujets sont susceptibles de dévoiler le caractère chimérique d’un droit républicain axé sur les principes d’égalité, du sujet unique du droit et de la séparation des pouvoirs (Zevounou, Guerlain et Falconieri 2021).

9Cette ouverture thématique s’est accompagnée d’un déplacement progressif de l’attention des historiens du droit de sources plus « classiques » – textes de loi, jurisprudence et doctrine – vers d’autres types de documents, en particulier émanant des archives administratives de la période coloniale. Des nouvelles publications en interrogent ainsi les usages (Le Crom et Renucci 2016 ; Archives et Recherche. Revue de l’Amarom 2021 ; 2022 ; Stoler 2014 ; Swartz 2018). Mobiliser les archives administratives permet de toucher au modus operandi concret du droit, de se situer au cœur de ses opérations, d’autant plus dans le contexte colonial où « l’État se fait administration » (Nuzzo 2012 ; El Mechat 2009).

  • 3 Chailley-Bert, « De la meilleure manière de légiférer aux colonies », Recueil Dareste (RD), 1905, P (...)

10À l’aune de ces prémisses, il possible de cerner le mode de fonctionnement singulier du droit colonial et d’en résumer ainsi ses caractères spécifiques. Premièrement, dans les espaces ultramarins qui retiennent notre attention, l’application du principe de personnalité de la loi se traduit dans une pluralité de statuts juridiques qui coexistent dans un même espace et dont ceux de « sujet » et de « citoyen » sont la première manifestation. Les premiers ne jouissent notamment pas des droits civils et politiques rattachés au statut de « citoyen français ». Ensuite, les lois métropolitaines ne sont pas directement applicables. Enfin, aspect d’une importance cruciale, la « manière de légiférer aux colonies »3 fait un usage massif de la réglementation par décrets qui émanent des autorités administratives locales. L’administration joue un rôle central et atypique dans la production normative tout comme dans l’administration de la justice. Non seulement des administrateurs non pourvus de formation juridique exercent les fonctions de juge, mais les procédures administratives et judiciaires se chevauchent et sont susceptibles d’être mobilisées de manière alternative (Manière 2011). Une telle conception du droit en situation coloniale, que nous adoptons aussi dans le cadre de notre travail sur l’histoire juridique de la folie en Afrique, va de pair avec un élargissement des sources exploitées aussi bien du point de vue de leur production que de leur provenance disciplinaire. Toutes, cependant, sont produites par les acteurs de l’administration et de la justice coloniale, qu’elles soient rédigées en métropole ou élaborées par les administrateurs sur place. En cela, elles sont évidemment en large partie le reflet des savoirs occidentaux de l’époque sur la « mentalité indigène ». Néanmoins ces sources renseignent également autour de la manière dont les conceptions locales du mal, de la santé et du corps sont appréhendées et instrumentalisées par l’administration et par la justice coloniales.

11Cette contribution se veut une réflexion méthodologique sur les sources qui permettent d’écrire l’histoire juridique de la folie dans le continent africain anciennement colonisé par la France, entre les deux dernières décennies du xixe siècle et les années d’accession à l’indépendance. Le corpus composite et hétérogène qui a été réuni tout au long du programme de recherche AMIAF sera au cœur de notre analyse. Nous nous arrêterons sur les opérations de repérage, de fichage, ainsi que sur les modalités de lecture, de conservation et de mise à disposition du public des différents documents recueillis et, plus précisément, nous nous focaliserons sur l’outil numérique, notre Bibliothèque numérique AMIAF (https://amiaf-imaf.cnrs.fr/​s/​amiaf/​page/​home), qui a été développée parallèlement à la recherche de nos sources (Collier, Falconieri, Thiebau et Zasadzinski 2022). Nous essayerons de faire ressortir l’intérêt de certaines de ses fonctionnalités, en nous employant à esquisser les grandes lignes de deux parcours potentiels d’analyse croisée des sources que cet outil permet et facilite. Après une présentation de notre corpus, nous esquisserons une analyse du vocabulaire que l’administration et la justice mobilisent pour désigner la maladie mentale, à l’aide des « index » figurant dans notre outil numérique (https://amiaf-imaf.cnrs.fr/​s/​amiaf/​page/​index). Nous croiserons ce chemin avec un autre parcours de recherche rendu possible par le biais du « Nuage des tags » (https://amiaf-imaf.cnrs.fr/​s/​amiaf/​page/​tags), qui permet de détecter rapidement les « signes de la folie », soit les éléments dont les acteurs de l’administration et de la justice coloniales se servent pour saisir l’altération mentale des populations africaines. Si une comparaison systématique du recours à ce vocabulaire et à ces éléments entre métropole et colonies n’est pas l’objet principal de cet article, elle est une piste prometteuse pour interroger la spécificité d’une histoire juridique de la folie en Afrique francophone. Loin de rendre compte d’une recherche exhaustive et achevée, nous aspirons ici à poser quelques jalons pour une étude du vocabulaire administratif et juridique de la folie, en faisant ressortir les fonctionnalités de notre outil numérique. Nous invitons ainsi le lecteur à ne pas hésiter à cliquer sur les liens qui conduisent vers la Bibliothèque AMIAF et que nous introduisons en note de bas de page. Ces renvois constituent partie intégrante de cette contribution.

Des sources hétérogènes et dispersées interrogées à l’aide des outils numériques

12Les sources qui permettent d’interroger les attitudes de la justice et de l’administration coloniales face à la maladie mentale en Afrique ont une configuration particulière et un caractère hétérogène. Elles peuvent émaner à la fois des archives de l’administration coloniale, des archives judiciaires, des archives militaires, mais aussi de supports plus « traditionnels » et plus familiers aux historiens du droit des xixe et xxe siècles, tels que les revues juridiques, les recueils de jurisprudence, les journaux officiels, les manuels et les traités de droit colonial.

13Les revues consacrées à la législation, à la jurisprudence et à la doctrine coloniales, qui voient leur essor à la fin du xixe siècle, ne relatent que des informations très rares et succinctes sur le traitement de la folie. Dans deux des revues parmi les plus réputées et connues en la matière, le Recueil Dareste et le Recueil Penant4, la plupart des références aux aspects juridiques de la gestion de la folie outre-mer se situent dans la section consacrée à la législation et ne concernent l’Afrique que de manière résiduelle5. Sans prétention d’exhaustivité, des références aux « aliénés » se trouvent par exemple au sein des dispositions législatives relatives à l’amnistie6 ; à la culture du chanvre et à la répression de son emploi comme stupéfiant pouvant conduire « à l’hébétement et à la folie furieuse »7 ; à la réglementation du droit de répression par voie disciplinaire des infractions d’indigénat, parmi lesquelles figure le « manque de surveillance par les villages des fous nuisibles »8 ; au placement des pupilles de la nation mentalement atteints9.

  • 10 Comme par exemple la vérification de l’état mental du testateur, RP, 1926, Partie I, p. 157.
    https: (...)
  • 11 « Étude sur la transportation et la colonisation pénale », RP, 1891, Partie II, p. 1-82, ici p. 65. (...)

14Les sections consacrées à la jurisprudence ne relatent pas une casuistique très importante. Celle-ci concerne surtout des questions de droit civil, testamentaires en particulier10. Parmi les études doctrinales parues dans les deux revues citées, le thème de l’aliénation mentale n’est abordé que de manière indirecte11.

  • 12 Par exemple dans l’analyse de la répartition du budget des colonies, alloué, entre autres, de maniè (...)

15Les manuels et traités de droit colonial sont encore plus laconiques en la matière. S’ils traitent régulièrement de l’organisation du corps de la santé aux colonies, les problèmes soulevés par la prise en charge de la santé mentale n’y figurent jamais de manière explicite. Dans le cadre des développements relatifs à la gestion des finances, en revanche, il peut arriver que les aliénés soient mentionnés12.

16L’état des sources que nous venons d’examiner, nous donne déjà une première information cruciale. Dans le milieu des spécialistes du droit colonial, l’altération mentale ne représente qu’une question accessoire et marginale qui ne soulève pas de grands débats, surtout pour ce qui concerne l’Afrique subsaharienne.

17En suggérant ainsi que le lieu de traitement juridique de la folie se situe ailleurs, ce « désintérêt » des sources « traditionnelles » invite à déplacer le regard vers les archives. Nous nous sommes ainsi naturellement tournés d’abord vers les archives de l’administration coloniale, Archives nationales d’outre-mer (ANOM) à Aix-en-Provence et du Centre des archives diplomatiques du ministère des Affaires étrangères (CADN) à Nantes (pour les anciens territoires sous mandat et sous protectorat), mais aussi vers les fonds du Service historique de la défense (SHD) de Vincennes et de Toulon qui, avec la bibliothèque et les archives de l’hôpital du Val-de-Grâce à Paris, hébergent l’ancien fonds de l’École du Pharo. Les sources consultées étant exclusivement situées en métropole, elles ne reflètent qu’en partie la place et le traitement de la folie en situation coloniale. Elles permettent néanmoins de décrire le dialogue qui s’instaure entre différentes branches de l’autorité coloniale, policière, administrative, juridique, et médicale entre autres. Lorsqu’ils se saisissent de la folie, les juristes ou les administrateurs entrent en contact avec d’autres savoirs sur le psychisme, parmi lesquels figurent au premier rang la psychiatrie, la médecine, la psychologie coloniale. Les conceptions locales de la folie sont également intégrées aux discours de l’administration et de la justice. D’où la nécessité d’inclure les supports qui témoignent de cette rencontre et de faire porter l’attention sur des documents produits en dehors du domaine juridique.

  • 13 Nous saisissons l’occasion pour remercier Jean-François Vincent, conservateur en chef de la BIU San (...)
  • 14 Pour les revues de droit colonial, la Bibliothèque numérique, RevColEurop : https://revcoleurop.cnr (...)

18Il nous a dès lors paru indispensable d’intégrer dans le corpus de la bibliothèque AMIAF, à côté des archives du SHD de Toulon, les revues consacrées à la psychiatrie coloniale et à l’hygiène mentale aux colonies. Le fait que certaines de ces revues soient déjà accessibles en ligne – dans Gallica et dans la bibliothèque numérique Medic@13 – pourrait soulever des doutes autour de l’opportunité de cette opération. En réalité ce qui paraîtrait un « doublon » n’en est pas un. D’abord nous avons opéré une sélection préalable des seuls matériaux en lien avec notre thématique. Ensuite les publications sélectionnées ont fait l’objet d’un fichage, suivant un tableau Excel prérempli et des critères de classement uniformes, dans le but de permettre un croisement des différents types de sources au sein d’un même outil (pour les détails de cette opération, Collier, Falconieri, Thiebau et Zasadzinski 2022). Ces considérations nous conduisent à la mise en ligne d’extrait des revues de droit colonial en cours de fichage, bien que celles-ci soient déjà en accès ouvert dans d’autres lieux14.

  • 15 Nous remercions pour le suivi et les échanges M. Makone Touré, conservateur, chef de la division de (...)

19La bibliothèque AMIAF a vocation à se pérenniser et à s’enrichir de nouvelles sources, parmi lesquelles nous souhaiterions inclure les archives judiciaires qui, conservées en Afrique, demeurent difficilement, ou partiellement, exploitables. Le nombre des travaux qui les mobilisent reste encore faible et témoigne de ces difficultés (Razafindratsima 2011). Une œuvre collaborative de recensement de ces fonds, visant à informer sur leur localisation et leur accessibilité, serait un projet d’envergure souhaitable pour essayer de dépasser les difficultés de reconstitution des puzzles archivistiques en Afrique (Guignard 2015). Lorsque les archives judiciaires sont plus facilement accessibles et mieux conservées, comme dans le cas de la série M, consacrée à la justice (française et « indigène ») des Archives nationales du Sénégal (ANS), le processus de numérisation et mise en ligne peut présenter des difficultés multiples, tenant par exemple à la logistique ou, encore, au fait que le lieu virtuel ayant vocation à accueillir les documents numérisés soit implanté à l’étranger15.

20Le caractère dispersé de l’ensemble des sources d’archives rassemblées dans le cadre de la recherche AMIAF a été décrit en détail dans d’autres lieux auxquels nous renvoyons (Collier, Falconieri, Thiebau et Zasadzinski 2022). En prenant appui principalement sur la documentation conservée aux ANOM, nous avons montré que, malgré le caractère fragmenté et éparpillé de ce matériel, il est possible de constituer un corpus documentaire étoffé. Nous avons constaté une disparité géographique flagrante entre les différentes possessions françaises dans le continent. L’hétérogénéité des producteurs des documents compulsés montre clairement un éclatement du traitement juridique de la folie dans des contextes disparates (arrestations, procédures d’internement suivant le régime de l’indigénat, plaintes, réformes du cadre législatif, gestion des lieux de soin existant avant la colonisation, questions financières, procédures judiciaires), indépendants des institutions de santé, qui dépassent largement les préoccupations sanitaires pour toucher plutôt aux politiques coloniales, au maintien de l’ordre public et aux questions d’ordre financier. Le bien-être et la santé des populations colonisées ne paraissent pas la préoccupation première des acteurs de l’administration et de la justice coloniale.

  • 16 À l’état actuel (mai 2024), la bibliothèque AMIAF héberge 1 660 contenus dont 1 401 documents émana (...)

21Nous avons également montré que, face à cet ensemble documentaire imposant et hétérogène, une méthode rigoureuse de fichage et d’analyse croisée des différents documents s’impose et que, dans cette démarche, la collaboration avec le « monde du numérique », ingénieurs et techniciens spécialisés dans la construction d’outils numériques destinés à la destination des chercheurs, s’avère un support précieux. La construction de la bibliothèque numérique AMIAF vise à faciliter le travail du chercheur, en mettant à sa disposition une masse documentaire d’envergure et pour la plupart auparavant inaccessible en ligne16. En l’état actuel, la bibliothèque AMIAF réunit des documents émanant des fonds des ANOM, du SHD de Toulon, ainsi que des revues de médecine coloniale (voir Encadré 1). Il vaut la peine de relever que les documents archivistiques recueillis ne correspondent pas à des cartons entiers. Il peut s’agir de quelques folios retrouvés, de manière parfois inattendue, à l’intérieur de cartons consacrés à tout autre sujet.

Encadré 1. Provenance des documents de la bibliothèque AMIAF

1. Documents des Archives nationales d’outre-mer (ANOM)
Algérie, 1 K 751 (1) Hospitalisations d’urgence 
Algérie, 1 K 751 (2) Activité Politique 
Algérie 1 K 751 (3) Hôpital Sainte-Elisabeth 
Algérie, 1 K 751 (4) Demandes de transfert 
Algérie, 1 K 751 (5) Courriers adressés par des déséquilibrés mentaux 
Algérie, 915-132 Sous-préfecture de Tizi-Ouzou 
Algérie 915-235 (1) Sous-préfecture de Tizi-Ouzou (Hôpitaux)
Algérie 915-132 (2), Sous-préfecture de Tizi-Ouzou (Internement Psychiatrie)
Algérie 93 703/48, Maâdid 
SLOTFOM XII 3, Asiles d’aliénés 
1 AFFPOL 2254, Enquête judiciaire (dossier 5)
TP 1101 Construction (dossier 1)
AGEFOM 920 (dossier 2811)
AGEFOM 920 (dossier 2812)
3 ECOL 15 (Mémoire École Coloniale)
3 ECOL 20 (Mémoire École Coloniale)
52 APOM 3, Maristane Sidi Fredj 
SENEGAL XI 44 
SENEGAL XI 47 
1 AFFPOL 187 bis (dossier 7)
1 AFFPOL 539 (dossier 5), Police Sûreté 
1 AFFPOL 579, Rapports Service Santé 
1 AFFPOL 663, Indigénat AEF. Révoltes féticheurs 
1 AFFPOL 3240, Rapport Œuvre Sanitaire AOF 
1 AFFPOL 869 Aliénés loi 1838.
 
2. Service historique de la défense (SHD) de Toulon

2013 ZK 005-250
2013 ZK 005-328
2013 ZK 005-406
2013 ZK 005-621
 
3. Revues

La prophylaxie mentale. Bulletin trimestriel de la Ligue d’hygiène mentale 
Annales de Médecine et de Pharmacie Coloniales 
Annales d’Hygiène et de Médecine Coloniales 
L’Hygiène Mentale
 
4. En cours de fichage, numérisation et intégration
Anom

1 AFFPOL 664, Justice. Indigénat AEF
1 AFFPOL 3948, Justice AEF et AOF
SÉNÉGAL VIII, 33, Balantes en Casamance
 
Revues

Journal Officiel de l’Afrique Occidentale Française
Recueil Dareste
Recueil de législation et de jurisprudence marocaine
Recueil Penant

22Parmi les documents recueillis ou en cours d’intégration dans la bibliothèque nous retrouvons : des échanges entre ministère des Colonies, gouverneurs généraux et procureurs autour de l’application de la loi du 30 juin 1838 sur les aliénés aux territoires français d’outre-mer ; des dossiers relatifs à la répression des révoltes et des actes de rébellion suivant le régime de l’indigénat (Merle et Muckle 2019) ; des rapports de police et de sûreté où il est fait état des contraventions relevées par la police municipale et administrative ; des rapports annuels des services de santé ; des documents concernant les prisons qui accueillent des personnes en condition de détresse psychique ; des registres des greffes ; des lettres de patients envoyés aux autorités politiques…

23Or, le regard focalisé sur ces sources et sur les questions de droit a déjà permis de faire émerger des nouveaux aspects de la manière d’appréhender la folie outre-mer. Le travail sur les dossiers de répression des révoltes suivant le régime de l’indigénat, dans les territoires qui composent l’Afrique équatoriale française entre 1910 et 1940, a par exemple montré de quelle manière l’argument de l’altération mentale est mobilisé et manipulé pour réprimer tout mouvement populaire susceptible d’entraver la pacification (Falconieri 2023). L’analyse du débat concernant l’application de la loi du 30 juin 1838 dans les territoires ultramarins, qui se déroule dans les deux premières décennies du xxe siècle, a dévoilé le poids exercé par le conflit d’intérêts entre les différents acteurs – ministre des Colonies, acteurs locaux plutôt soucieux de garder leur prééminence dans la gestion de la folie in loco, en faisant ainsi obstacle à la mise en place d’un encadrement législatif (Falconieri 2021). L’étude du rôle de l’administration coloniale dans les procédures de placement des aliénés dans les structures spécialisées, en Algérie entre 1933 et 1962, a permis un focus sur les dynamiques internes qui gouvernent les échanges entre les acteurs lorsqu’ils sont confrontés au public (Collier 2022).

24Loin de se borner à réunir un corpus documentaire, la bibliothèque AMIAF permet à ses usagers d’interroger les documents hébergés suivant des cheminements inédits, ou du moins plus difficilement envisageables en dehors des croisements permis par notre outil qui rend possible la réalisation d’opérations originales de triage et d’ordonnancement des sources (Collier, Falconieri, Thiebau et Zasadzinski 2022).

25Parmi ces modalités figurent les « index » (https://amiaf-imaf.cnrs.fr/​s/​amiaf/​page/​index), conçus pour permettre de connaître d’un simple « coup d’œil », avec indication chiffrée du nombre des documents, les « contextes » administratifs et judiciaires de prise en charge de la maladie mentale, le « territoire colonial » auquel les documents se réfèrent, leur « lieu de rédaction », les « institutions impliquées » et, enfin, les « mots utilisés » dans les sources pour désigner la folie (https://amiaf-imaf.cnrs.fr/​s/​amiaf/​page/​amiaf-indexMotsUtilisesPourDesignerLaMaladieMentale). À côté des index, le « nuage de tags » (https://amiaf-imaf.cnrs.fr/​s/​amiaf/​page/​tags) offre une modalité supplémentaire de recherche proposant une « quantification visuelle » immédiate de certaines grandes problématiques qui traversent la recherche AMIAF et la documentation compulsée (Collier, Falconieri, Thiebau et Zasadzinski 2022).

26À l’aide de ces instruments de recherche, nous allons nous arrêter sur le vocabulaire utilisé par les acteurs du droit colonial dans la désignation de l’altération mentale des populations africaines, ainsi que les éléments, les « signes », dont ils se servent pour la détecter. Quels sont les mots pour nommer l’altération de l’état mental dans les écrits juridiques et administratifs relatifs à l’Afrique ? Les façons de nommer la folie changent-elles suivant les acteurs, la période, le territoire etc. ? Quelle conception de la maladie mentale est relatée par ces mots ? Est-ce qu’un lien existe entre les mots utilisés et les dispositifs juridiques convoqués ? Quel décalage existe-t-il avec les définitions et la nosographie médicales ? Sur quels éléments les administrateurs et les juristes s’appuient-ils pour définir la folie ? Tiennent-ils à la parole ? Aux gestes ?

Dire la folie dans le droit colonial

27L’introduction de l’index « mots de la folie » dans la bibliothèque AMIAF se situe dans un rapport direct avec des préoccupations d’ordre scientifique qui ont accompagné dès le début la recherche de l’équipe AMIAF. La réflexion autour du vocabulaire mobilisé par les acteurs de l’administration et de la justice est indispensable pour opérer une distinction entre le « langage commun » utilisé par les acteurs et les catégories de droit (Yakin, Bejermi et Dupret 2022). Et cela d’autant plus en situation coloniale, où la psychiatrisation des croyances de la part des Occidentaux (Collignon 2002) nourrit une incertitude constante sur les limites entre l’identification de l’ordinaire et du pathologique de l’« âme indigène » (Falconieri 2021). Nous avons ainsi voulu faciliter la tâche au chercheur, en répertoriant et fichant les manières multiples de désigner la pathologie psychique dans nos sources.

  • 17 À compter de ce moment, nous utiliserons les guillemets pour le terme « folie » lorsqu’il est tiré (...)

28Les mots « folie »/« fou »/« folle »17 figurent parmi les plus utilisés dans le droit colonial, toute époque confondue, après ceux d’« aliénés » et d’« aliénation ». Dans leurs différentes spécifications, parmi lesquelles « folie furieuse » est la plus fréquente, ces occurrences peuvent apparaître dans les échanges administratifs relatifs aux procédures d’hospitalisation (qu’il s’agisse des procès-verbaux d’enquête, demandes d’internement ou attestations des témoins) ; dans les échanges entre les représentants de différentes institutions autour du cadre législatif en matière de santé mentale aux colonies ; dans les études des administrateurs en formation établissant une relation entre maladie et magie ; dans les documents relatifs à la répression des mouvements de révolte, tombant sous le régime de l’indigénat, pour désigner les actes et les rituels accomplis par les participants ou l’ensemble du mouvement (« folie collective »).

29Les mots « aliénation/aliénation mentale » et « aliéné/aliénée », avec leurs différentes spécifications (« chronique », « dangereux/dangereuse », etc.), sont sans conteste les plus utilisés par les acteurs de l’administration et de la justice dans des documents très hétérogènes (rapports de police et sûreté, procédures d’hospitalisation sous contrainte, transferts des patients en métropole). L’expression « trouble mental », troisième pour sa fréquence, apparaît surtout dans les documents relatifs aux hospitalisations sous contrainte ou, encore, dans les rapports du service de santé.

30À côté de « folie/fou/folle » et d’« aliénation/aliéné/aliénée », les administrateurs, les juristes et le législateur colonial mobilisent une panoplie de formulations qui peuvent coexister au sein d’une même période et désigner un même individu. Les index de la bibliothèque AMIAF permettent de détecter que les formulations les plus récurrentes sont celles de : « débilité/débilité mentale » et « débile », dans leurs différentes déclinaisons (« congénitale », « mentale familiale ») ; « déséquilibre » et « déséquilibré mental » ; « maladie mentale » et « malade mental » ; « psychopathe », très fréquent dans le langage des préfets d’Algérie dans les années 1950.

  • 18 ANOM, 1 AFFPOL 869, Circulaire n° 152 du ministre des Colonies aux Gouverneurs généraux et aux gouv (...)

31Arrêtons-nous un instant sur « aliéné/aliénée » et « aliénation », dans leurs différentes spécifications. Penchons-nous sur les échanges, déjà mentionnés, qui interviennent à deux reprises, en 1914 et en 1926, entre les gouverneurs généraux et le ministre des Colonies à propos d’une application potentielle de la loi du 30 juin 1838 sur les aliénés dans l’espace ultramarin français. À deux reprises, en effet, le ministère des Colonies enquête sur la condition de prise en charge de la maladie mentale, en vue d’une promulgation éventuelle de la loi métropolitaine dûment adaptée18.

  • 19 ANOM, 1 AFFPOL 869, Lettre du gouverneur général de l’AOF au ministre des Colonies, 10 juin 1914, B (...)
  • 20 ANOM, 1 AFFPOL 869, Lettre du gouverneur général de l’AEF au ministre des Colonies, 4 juin 1914, Bi (...)
  • 21 ANOM, 1 AFFPOL 869, Lettre du Gouverneur général de l’AEF au ministre des Colonies, 22 décembre 192 (...)
  • 22 Lettre envoyée par le Commissaire p.i. de la République française du Cameroun au ministre des colon (...)

32Dans les réponses des gouverneurs généraux, plusieurs façons de nommer l’altération mentale coexistent et sont parfois utilisées comme des synonymes. Dans les courriers adressées en 1914 par les gouverneurs généraux de l’AOF et de AEF, le mot « aliéné » est utilisé avec ceux de « malades », de « troubles mentaux », de « psychose »19 ou, encore, de « troubles psychiques », synonyme en l’occurrence de « troubles mentaux »20. Dans la missive adressée par le gouverneur général de l’AEF en 1926, « aliénés » et « psychopathes » sont interchangeables21. Les termes « aliéné », « dément », « fou criminel » et « malades » figurent dans la lettre adressée par le commissaire de la République française au Cameroun22. Il y est expliqué que les « déments dangereux » indigènes sont les « déments » ayant commis un crime et qu’un établissement spécial, bâti à Douala et régi par l’arrêté du 4 juin 1924, leur est destiné afin de les isoler.

Document 1 : Lettre du gouverneur général de l’AOF au ministre des Colonies, 10 juin 1914 (première page)

Document 1 : Lettre du gouverneur général de l’AOF au ministre des Colonies, 10 juin 1914 (première page)

4 pages. Classement ANOM : 1 AFFPOL 869, Aliénés loi 1838.
Voir la transcription du document en annexe de cet article.

Identifiant numérique (ANR AMIAF) : ark:/67375/7QS9ZbhfZGwD
URL : https://amiaf-imaf.cnrs.fr/​s/​amiaf/​item/​2218.

Document 2 : Lettre du gouverneur général de l’AEF au ministre des Colonies, 4 juin 1914 (première page)

Document 2 : Lettre du gouverneur général de l’AEF au ministre des Colonies, 4 juin 1914 (première page)

4 pages. Classement ANOM : 1 AFFPOL 869, Aliénés loi 1838.
Voir la transcription du document en annexe de cet article.

Identifiant numérique (ANR AMIAF) : ark:/67375/7QSr99tzfGpb.
URL : https://amiaf-imaf.cnrs.fr/​s/​amiaf/​item/​2216.

33Une certaine continuité lexicale est détectable dans les écrits des acteurs du droit colonial entre la fin du xixe siècle et 1950. Les documents hébergés dans la bibliothèque AMIAF laissent entrapercevoir un changement autour des années 1950 qui mériterait d’être interrogé et approfondi pour comprendre s’il concerne de manière prioritaire certaines zones géographiques. Par exemple, le mot « psychopathe », utilisé dans certains documents comme synonyme d’« aliéné dangereux », devient une occurrence plus fréquente dans la deuxième décennie du xxe siècle, surtout dans les écrits des préfectures d’Algérie. Par ailleurs, une « section des psychopathes » opérant au sein de la 4e division de la Préfecture d’Alger est mentionnée par plusieurs sources23.

34La bibliothèque numérique AMIAF facilite l’analyse croisée non seulement des sources juridiques et administratives, mais aussi des sources médicales, permettant, à travers les « index », l’affichage simultané de tous les types de sources présentes dans la base (hormis celles de nature iconographique). De cette manière il est bien plus aisé d’étudier les points de contact entre la terminologie utilisée par les juristes, les administrateurs, les médecins et les psychiatres. Les mots peuvent en effet être un indice des théories médicales et/ou des savoirs dont la justice et l’administration s’inspirent à une époque déterminée (Koubi, Hennion-Jacquet et Azimi 2015). Le vocabulaire des acteurs du droit est-il tiré des connaissances médicales ? Est-ce que la manière de désigner l’altération mentale fait plutôt partie d’une forme de savoir sur la folie partagée par les administrateurs et par les juristes ?

  • 24 Docteur Cazanove, « Compte-rendu du Congrès des médecins aliénistes et neurologistes de France et d (...)

35Les mots « folie/fou/folle » sont également mobilisés dans les publications médicales – les Annales d’hygiène et de médecine coloniale ou de la revue Hygiène mentale – pendant toute la première moitié du xxe siècle et surtout durant les années 1920-1930. Dans les publications médicales, néanmoins, il est possible d’observer que des spécifications accompagnent souvent le mot « folie », apportant des précisions d’ordre technique qui sont la plupart du temps absentes dans les écrits de l’administration et de la justice : « folie cyclique », « folie de la persécution », « folie maniaco-dépressive », « folie morale », « folie puerpérale »24.

  • 25 « Compte-rendu de l’ouvrage intitulé Les débiles mentaux dans l’armée. Débiles simples et débiles d (...)
  • 26 Gouzien, Paul, « L’assistance psychiatrique et l’hygiène mentale aux colonies », La prophylaxie men (...)

36« Débile » et « débilité », catégories juridiques, figurent également dans les articles médicaux, avec des explications circonstanciées et avec des tentatives de créer des sous-catégories. Dans une étude de médecine légale publiée dans les années 1910, la débilité mentale désigne « tous les états d’insuffisance mentale bien prononcée »25. La « débilité » peut à son tour être « congénitale » ou « acquise » et il convient de distinguer les « débiles simples » des « débiles délinquants ». La formulation « débile colonial » apparaît lorsque l’auteur de l’article s’arrête sur la spécificité de la maladie mentale des personnes originaires des colonies par rapport à la population militaire française présente sur place26.

37Certaines manières de dire l’altération mentale sembleraient en revanche plus fréquentes dans le discours médical. La formulation « confusion mentale » se retrouve surtout dans les certificats médicaux, dans les articles des spécialistes de la psychiatrie coloniale, ainsi que dans les rapports des services de santé. La notion de « santé mentale » est plus fréquente dans les sources médicales et, surtout au seuil des indépendances, à compter des années 1950, dans les documents relatifs à l’organisation de colloques et de rencontres scientifiques sur le traitement des troubles psychiques en Afrique et dans l’ensemble des territoires ultramarins27.

38Un lien évident et indissoluble existe entre les mots pour désigner la folie, les différentes conceptions que ces mots peuvent sous-tendre et les éléments qui conduisent les juristes et les administrateurs à considérer qu’une personne est psychiquement atteinte (Guignard 2010). Pour cette raison, la fiche descriptive qui accompagne chaque document versé dans la bibliothèque AMIAF fait figurer, parmi d’autres informations, les éléments dont les différents acteurs se servent pour cerner l’altération mentale. Pour faciliter le repérage de ces éléments, nous faisons apparaître la formule « signes de la folie » dans le « nuage de tags » de notre bibliothèque. La combinaison de ces deux systèmes de recherche, index et nuage de tags, facilite l’association des mots utilisés pour dire la folie aux éléments retenus pour la détecter.

Nuages de tags sur le site la page d’accueil du site Amiaf

Nuages de tags sur le site la page d’accueil du site Amiaf

Source : https://amiaf-imaf.cnrs.fr/​s/​amiaf/​page/​home.

Les signes de la folie pour les juristes et pour les administrateurs

39Les questionnements autour des signes indicateurs d’un état mental altéré que les juristes et les administrateurs coloniaux mobilisent lorsqu’ils parlent de la folie des populations africaines colonisées sont au cœur des préoccupations de la recherche AMIAF. Nous avons ainsi procédé à un fichage systématique des éléments qui, dans notre corpus, conduisaient les acteurs institutionnels à détecter un état psychopathologique.

  • 28 ANOM, 1 AFFPOL 869, Lettre du Gouverneur général de l’AEF au ministre des Colonies, 22 décembre 192 (...)

40Dans la série documentaire relative à l’application de la loi du 30 juin 1838 aux colonies, l’« excitation », découlant par ailleurs de la maladie de la trypanosomiase, est le seul signe d’altération mentale qui soit mentionné28. Les échanges de courriers font jaillir les écarts entre les différents acteurs (gouverneurs généraux et administrateurs, procureurs généraux, ministères) dans la manière d’approcher la folie en contexte colonial (Falconieri 2021).

41D’autres séries documentaires donnent davantage d’informations sur les indices qui conduisent les acteurs du droit colonial à parler de folie. Il peut s’agir d’attitudes comportementales, de gestes, de mimiques, d’actes qui sont accomplis dans l’espace public. Les propos et les dires, proférés à l’oral comme à l’écrit, sont également à l’origine des opérations de qualification des troubles mentaux.

  • 29 Nous utilisons comme référence les manuels de psychiatrie de l’époque le plus cités par les adminis (...)

42Des informations intéressantes sur les « signes de la folie » émanent en particulier des séries documentaires relatives à la répression des mouvements de révolte susmentionnés et qui sont réprimés par voie disciplinaire suivant le régime de l’indigénat (Merle et Muckle 2019). Lors de ces soulèvements, les participants se livrent à des rituels au cours desquels ils agissent « comme des fous », en assumant des attitudes – telles qu’entendre des voix, parler dans le vide, gesticuler de manière non coordonnée – très proches des celles recensées par la nosographie psychiatrique de l’époque29. L’administration et la justice coloniales associent souvent ces agissements à une forme d’altération mentale spécifique aux populations africaines qui, n’étant pas strictement d’ordre pathologique, serait plutôt constitutive de la « mentalité indigène ». L’attribution d’une signification pathologique au geste ne concerne d’ailleurs souvent pas l’individu isolé, mais elle s’étend à une collectivité dont les rites, les danses, les cérémonies peuvent représenter aux yeux du colonisateur autant de manifestations collectives de la psychopathologie, susceptibles d’être réprimées (Bennani 2008).

  • 30 ANOM, 1 AFFPOL 869, Lettre du gouverneur général de l’AEF (p.i.) au ministre des colonies, 7 mars 1 (...)

43À côté des attitudes et des manifestations corporelles, la parole a sa place. Les prédications accompagnant les actes de prosélytisme sont susceptibles de prouver le dérangement psychique, tout en constituant un péril pour l’ordre public. Par exemple, dans l’affaire impliquant le « mystique » Benoît Ogoula Iquaqua (Falconieri 2021 et 2023), « des prédications », persuadant « les indigènes de l’authenticité d’une mission divine »30, conduisent le gouverneur général de l’AEF à enclencher une poursuite administrative.

Document 3 : Lettre du gouverneur général de l’AEF (p.i.) au ministre des Colonies, 7 mars 1933 (première page)

Document 3 : Lettre du gouverneur général de l’AEF (p.i.) au ministre des Colonies, 7 mars 1933 (première page)

4 pages. Classement ANOM : 1 AFFPOL 663, Indigénat AEF. Révoltes féticheurs.
Voir la transcription du document en annexe de cet article.

Identifiant numérique (ANR AMIAF) : ark:/67375/7QSvmXnBx1cC.
URL : https://amiaf-imaf.cnrs.fr/​s/​amiaf/​item/​2200.

44Dans la bibliothèque AMIAF, le tag « signes de la folie » permet de repérer une série de lettres, datant des années 1950, qui émanent des fonds de la préfecture d’Alger (ANOM) relatifs aux services d’hygiène et de sécurité. Gardées dans le dossier Courriers adressés par des déséquilibrés mentaux31, ces lettres, dont les auteurs sont pour la plupart des citoyens français, sont transmises au préfet d’Alger par ses collaborateurs au sein de la Direction de l’hygiène et de la sécurité publique, sous des formulations telles que « transmission d’une lettre délirante » ou « incohérente », avec proposition de classer l’auteur parmi les « aliénés » ou les « déséquilibrés »32. La réitération des envois de la part d’un même expéditeur est un signe patent de la présence d’un trouble psychique. Les échanges de l’administration autour de certaines de ces lettres, ainsi que les annotations qui y sont souvent apposées, témoignent de la prise en compte de cet élément.

  • 33 Sans prétention d’exhaustivité, FR ANOM 91/1K751(5), Lettre ANONIMISÉ (aliéné) au Préfet de police (...)

45Les dires « délirants » font également l’objet d’annotations et de remarques de l’administration qui portent sur les propos, sur les mots, sur l’enchaînement des phrases, sur le contenu de la demande que l’auteur adresse aux institutions. Ces éléments sont désignés de manière claire par des commentaires ou par des marquages de mots ou phrases, surtout dans les cas qui donnent lieu à l’ouverture d’une enquête sur la dangerosité de l’expéditeur. Une grande partie de ces courriers fait en effet mention d’évènements politiques. Les auteurs parlent par exemple de la guerre d’Indochine, de « programmes de résistance civique », des déplacements de De Gaulle outre-mer ou, encore, de la mort de Pétain, en menaçant parfois de manière explicite les personnes dépositaires de l’autorité publique33. Il s’agit d’un matériel documentaire riche et important qui se prête à une enquête plus vaste sur les liens entre histoire, politique et folie en contexte colonial (Murat 2011).

Document 4 : Lettre de [Anonymisé] (aliéné) au Préfet de police d’Alger, 1er juillet 1954 (première page)

Document 4 : Lettre de [Anonymisé] (aliéné) au Préfet de police d’Alger, 1er juillet 1954 (première page)

2 pages. Classement ANOM : ALGERIE 1K 751 (5), Courriers adressés par des déséquilibrés mentaux.

Identifiant numérique (ANR AMIAF) : ark:/67375/7QSGdngsgXTB.
URL : https://amiaf-imaf.cnrs.fr/​s/​amiaf/​item/​2547.

Document 5 : Lettre de [Anonymisé] (aliéné) au Préfet de Police, 29 juillet 1954 (première page)

Document 5 : Lettre de [Anonymisé] (aliéné) au Préfet de Police, 29 juillet 1954 (première page)

2 pages. Classement dans le fonds ANOM : ALGERIE 1K 751 (5) Courriers adressés par des déséquilibrés mentaux.
Voir la transcription du document en annexe de cet article.

Identifiant numérique (ANR AMIAF) : ark:/67375/7QSTPZ2KVPmT
URL : https://amiaf-imaf.cnrs.fr/​s/​amiaf/​item/​2553.

46Les éléments qui permettent à l’administration et à la justice de détecter l’altération psychique sont énoncés de manière régulière dans les dossiers des procédures d’hospitalisation sous-contrainte dans le territoire algérien. Sous le tag « signes de la folie », il est donné de retrouver ainsi des documents appartenant à des différents fonds (ANOM) relatifs à la mise en observation de personnes psychiquement atteintes dans les hôpitaux des départements, sur demande de l’administration, de la préfecture ou des familles.

47Appuyons-nous, toujours à titre d’exemple, sur une casuistique administrative relative aux hospitalisations, de la période antérieure à l’inauguration de l’hôpital de Blida-Joinville (Algérie), datant des années 1920-1930, période durant laquelle les discussions sur la construction de l’hôpital psychiatrique à Blida progressent et les aliénés nécessitant des soins sont envoyés en observation dans les services ad hoc des hôpitaux généraux des différents départements (Marquis 2021).

  • 34 ANOM 93703/48 Mâadid : Lettre circulaire de la préfecture de Constantine aux maires et aux administ (...)
  • 35 ANOM 93703/48 Mâadid, Lettre circulaire du préfet de Constantine pour Messieurs les sous-préfets, m (...)
  • 36 ANOM 93703/48 Mâadid, Circulaire du sous-préfet de Sétif aux maires et aux administrateurs de l’arr (...)

48À Constantine, le dossier que les maires et les administrateurs doivent adresser au directeur de l’hôpital vers lequel l’aliéné est évacué se compose d’une série d’éléments précis parmi lesquels figure un rapport du commissaire de police sur les « actes de démence auxquels s’est livrée la personne »34. La formulation utilisée au seuil des années 1930 parle d’« un procès-verbal d’enquête sur les faits et gestes relevés à son encontre »35. Un « rapport amplement circonstancié » recueillant l’ensemble des informations médicales relatives à la personne à hospitaliser est demandé aux administrateurs et aux maires qui sollicitent le préfet de Sétif pour la mise en observation de personnes psychiquement atteintes36. Dans tous les cas, à côté de ces rapports, le dossier doit intégrer les témoignages écrits de quatre personnes proches de l’individu à hospitaliser.

  • 37 ANOM, Algérie 93703/48 Mâadid, Procès-verbal d’enquête, 29 avril, 1935, Bibliothèque ANR AMIAF : ar (...)
  • 38 ANOM, Algérie 93703/48 Mâadid, Procès-verbal d’enquête, 29 avril, 1935, Bibliothèque ANR AMIAF : ar (...)
  • 39 ANOM, Algérie 93703/48 Mâadid, Procès-verbal d’enquête, 29 avril, 1935, Bibliothèque ANR AMIAF : ar (...)
  • 40 ANOM, Algérie, 915-235, Sous-préfecture de Tizi-Ouzou (2) Internement psychiatrie, Lettre du commis (...)

49Parmi les éléments prouvant l’aliénation figure toute une panoplie de gestes et de comportements sur lesquels les témoins et l’administration portent un regard convergent. Référence est ainsi faite aux « propos incompréhensibles », au fait de parler « d’une façon continue » 37, à la « surestime » de ses propres « moyens intellectuels », aux « inventions puériles », au « théâtralisme », aux « cris », à l’« ivrognerie », au fait de « se disputer avec tout le monde » ou de « ne fréquenter personne » et d’« être taciturne », aux faits de « sauter » et « casser », de « sortir nu dans les rues », de « se rouler par terre », de s’habiller de manière extravagante. La violence des gestes prouve le caractère dangereux de la personne malade, par exemple les faits de rentrer « de force dans une maison » 38, de jeter des objets39, de menacer « son entourage », d’agresser, d’accomplir des « tentatives d’étranglement » sur « ses camarades », de frapper des enfants, de casser des tuiles, d’insulter, ou encore, de lancer des pierres, de jeter des objets susceptibles de blesser, d’accomplir des actes de dépravation40.

Document 6 : Procès-verbal d’enquête, 29 avril, 1935 (première page)

Document 6 : Procès-verbal d’enquête, 29 avril, 1935 (première page)

4 pages. Classement ANOM : ALGERIE 93 703/48, Maâdid.

Identifiant numérique (ANR AMIAF) : ark:/67375/7QSsW6gNmFcg
URL : https://amiaf-imaf.cnrs.fr/​s/​amiaf/​item/​3160.

Document 7 : Lettre du commissaire de police de Tizi-Ouzou au sous-préfet, 28 août 1954

Document 7 : Lettre du commissaire de police de Tizi-Ouzou au sous-préfet, 28 août 1954

1 page. Classement ANOM : ALGERIE 915-235, Sous-Préfecture de Tizi-Ouzou (2) Internements psychiatrie.
Voir la transcription du document en annexe de cet article.

Identifiant numérique (ANR AMIAF) : ark:/67375/7QSpdHm8GTjz
URL : https://amiaf-imaf.cnrs.fr/​s/​amiaf/​item/​2851.

50Dans quelle mesure les indices utilisés pour parler de la folie sont-ils communs aux acteurs des milieux médical, juridique et administratif ? Quels sont les emprunts mutuels entre ces différents milieux ? Est-ce qu’il y a une convergence de points de vue sur la spécificité de certains indicateurs de la psychopathologie des populations africaines ? Quel rapport avec les mots et les pratiques métropolitaines ? Des questionnements et des pistes de recherche que la bibliothèque numérique AMIAF veut faciliter en fournissant une base documentaire solide de départ.

Conclusions

51Loin de toute prétention d’exhaustivité, nous avons souhaité donner un aperçu sélectif de la typologie de sources mobilisables dans l’écriture de l’histoire des approches juridique et administratif de la folie dans les territoires africains anciennement colonisés par la France. L’état des sources fait rejaillir tout de suite la nécessité d’accorder une place centrale au travail d’archive dans l’étude d’une thématique qui ne peut certainement pas être travaillée en se bornant aux seules sources « traditionnelles » de l’historien du droit.

52Dans cette perspective, la construction de la bibliothèque AMIAF a permis de réunir dans un même lieu (virtuel) un ensemble documentaire considérable, hétérogène et jusqu’alors dispersé, ainsi qu’un classement inédit, en en donnant l’accès libre et gratuit à la communauté scientifique et à tous publics intéressés. La bibliothèque AMIAF s’est donné pour objectif celui de guider et de faciliter la démarche du chercheur dans l’étude de son objet, en favorisant l’analyse croisée des documents. Ce résultat est rendu possible grâce à la mise en place de modalités de recherches multiples, conçues par les chercheurs et par les ingénieurs sur la base de critères factuels et de questionnements scientifiques. L’esquisse des mots que nous en avons donnée en représente un exemple patent. En cliquant sur « Index » et ensuite sur « mots » le chercheur se retrouve face à la panoplie complète des définitions utilisées dans les documents classés.

53Il en va de même pour l’aperçu relatif à la manière dont la folie est appréhendée par les juristes et par les administrateurs français dans le contexte colonial africain. Grâce à l’index « mots pour désigner la folie », ainsi qu’au nuage de tags et au fichage relatif aux « signes de la folie », les documents hébergés dans la bibliothèque AMIAF sont affichés et ordonnancés suivant un ordre et des critères qui permettent au chercheur de réaliser aisément des analyses croisées autrement difficiles et chronophages.

  • 41 Pour informations, questions et propositions : silviafalconieri [à] gmail [.] com.

54Notre bibliothèque numérique AMIAF, librement accessible à tout public, se veut un outil collaboratif qui a vocation à se pérenniser. Nous souhaitons par conséquent continuer de l’enrichir avec des sources qui intéressent l’étude juridique de la folie en situation coloniale en Afrique. Un appel est dès lors lancé à la communauté scientifique travaillant dans ce domaine à adhérer à notre entreprise en proposant des fonds qui trouveraient leur place dans ce lieu virtuel41.

Top of page

Bibliography

Aït Mehdi, Gina et Romain Tiquet, dir. 2020. Dossier : « L’ordinaire de la folie ». Politiques africaines, n° 157.
https://www.cairn.info/revue-politique-africaine-2020-1.htm.

Archives et Recherche. Revue de l’Amarom, n  1 (Dossier « Aliénation et colonies »). 2021.
https://madmagz.com/fr/magazine/1847956#/ [archive].

Archives et Recherche. Revue de l’Amarom, n  2 (Dossier « Organiser et faire parler les archives  »). 2022.
https://madmagz.com/fr/magazine/1989953#/ [archive].

Allinne, Jean-Pierre. 2011. « Jalons historiographiques pour une histoire des prisons en Afrique francophone ». Clio@themis, n° 4.
https://doi.org/10.35562/cliothemis.1355.

Badji, Mamadou. 2007. « Pouvoir médical et administration en AOF. L’exemple du Sénégal (1904-1960) ». Annales de l’Université de sciences sociales de Toulouse 49 : 253-276.

Badji, Mamadou. 2010. « La répression du vagabondage au Sénégal ». Dans Le juge et l’Outre-mer. Tome 5 : Justicia illiterata : aequitate uti ? Les dents du dragon, sous la direction de Mamadou Badji, Bernard Durand et Martine Fabre, 345-364. Lille : Éditions du Centre d’histoire judiciaire.

Bennani, Jalil. 2008. Psychanalyse en terre d’islam. Introduction à la psychanalyse au Maghreb. Casablanca : Éditions Le Fennec.

Collier, Timothy. 2022. « L’administration coloniale face aux vicissitudes du placement des aliénés en Algérie française (1933-1962) ». Clio@themis, n° 23.
https://doi.org/10.4000/cliothemis.2933.

Collier, Timothy, Silvia Falconieri, Isabelle Thiebau, et Alain Zasadzinski. 2022. « Sources pour une histoire juridique de la folie en situation coloniale. Des documents dispersés à une bibliothèque numérique ». Clio@themis, n° 23.
https://doi.org/10.4000/cliothemis.2870.

Collignon, René. 2002. « Pour une histoire de la psychiatrie coloniale française. À partir de l’exemple du Sénégal ». L’autre. Cliniques, cultures et sociétés 3, n° 3 : 455-480.
https://doi.org/10.3917/lautr.009.0455.

Diouf, Mamadou, et Mohamed Mbodj. 1997. « L’administration coloniale du Sénégal et la question de l’aliénation mentale ». Dans La folie au Sénégal, sous la direction de l’Association des chercheurs sénégalais, 13-54. Dakar : Association des chercheurs sénégalais.

Duffuler-Vialle, Hélène. 2017. La réglementation de la prostitution pendant l’entre-deux-guerres : l’exemple du Nord de la France. Paris : Mare & Martin.

Durand, Bernard. 2009. « Nullité des motifs et débit des boissons ». Dans Continuités ou ruptures ? Cour de cassation en France, Cour suprême au Maroc, sous la direction de Bernard Durand et Martine Fabre, 147-157. Lille : Éditions du Centre d’histoire judiciaire.

Durand, Bernard, Jean-Pierre Le Crom et Alessandro Somma, dir. 2006. Le droit sous Vichy. Francfort-sur-le-Main : Vittorio Klostermann.

Durand, Bernard, Martine Fabre, Mamadou Badji et al., dir. 2005-2013. Le Juge et l’Outre-mer, 9 volumes. Lille : Éditions du Centre d’histoire judiciaire.

El Mechat, Samia, dir. 2009. Les administrations coloniales. xixe-xxe siècles. Esquisse d’une histoire comparée. Rennes : Presses universitaires de Rennes.
https://doi.org/10.4000/books.pur.104240.

Falconieri, Silvia. 2019. « Droit colonial et anthropologie. Expertises ethniques, enquêtes et études raciales dans l’outre-mer français (fin du xixe siècle-1946) ». Clio@themis, n° 15.
https://doi.org/10.35562/cliothemis.627.

Falconieri, Silvia. 2021. « Pathologies de l’«  âme indigène ». Les savoirs juridico administratif et médical sur la folie en Afrique française ». Histoire, Médecine et Santé, n° 20 : 27-49.
https://doi.org/10.4000/hms.5133.

Falconieri, Silvia, dir. 2022a. Dossier : « Droit et folie en situation coloniale. Perspectives impériales comparées (xixe-xxe siècles) ». Clio@themis, n° 23.
https://doi.org/10.4000/cliothemis.2555.

Falconieri, Silvia. 2022b. « Écrire l’histoire juridique de la folie en situation coloniale ». Clio@themis, n° 23.
https://doi.org/10.4000/cliothemis.3059.

Falconieri, Silvia. 2023. « Folli, mistici e ribelli. Diritto coloniale e alterazione mentale in Africa equatoriale francese ». Contemporanea. Rivista di storia dell’800 e del ‘900, n° 3 : 347-368. https://hal.science/hal-04268920.

Edington, Claire. 2019. Beyond the Asylum: Mental Illness in French Colonial Vietnam. Ithaca : Cornell University Press. https://www.jstor.org/stable/10.7591/j.ctvdmx138.

Ernst, Waltraud. 1997. « Idioms of Madness and Colonial Boundaries: The Case of the European and ‘Native’ Mentally Ill in Early Nineteenth-Century British India ». Comparative Studies in Society and History, n° 1 : 153-181. https://www.jstor.org/stable/179242; https://doi.org/10.1017/S0010417597000066.

Guignard, Didier. 2015. « Les archives vivantes des conservations foncières en Algérie ». L’Année du Maghreb, n° 13 (Pratiques du droit et propriété au Maghreb, sous la direction de Baudoin Dupret et Yazid Ben Hounet) : 79-108.
https://doi.org/10.4000/anneemaghreb.2555.

Guignard, Laurence. 2010. Juger la folie. La folie criminelle devant les Assises au xixe siècle. Paris : PUF.

Houllemare, Marie. 2014. « La fabrique des archives coloniales et la naissance d’une conscience impériale (France, xviie siècle) ». Revue d’histoire moderne et contemporaine, n° 2 : 7-31.
https://doi.org/10.3917/rhmc.612.0007.

Jackson, Lynette A. 2005. Surfacing up: Psychiatry and Social Order in Colonial Zimbabwe, 1908-1968. Ithaca : Cornell University Press.

Koubi, Geneviève, Patricia Hennion-Jacquet et Vida Azimi, dir. 2015. L’institution psychiatrique au prisme du droit. La folie entre administration et justice. Paris : Éditions Panthéon-Assas.

Le Crom, Jean-Pierre et Florence Renucci. 2016. « Comment se fait la “loi du travail” dans les colonies ? Perspectives archivistiques ». Dans Les archives et la genèse de la loi, sous la direction de Marie Cornu, 147-162. Paris : L’Harmattan.

Mahone, Sloan et Megan Vaughan, dir. 2007. Psychiatry and Empire. Basingstoke : Palgrave Macmillan.

Mamone, Graziano et Fabio Milazzo. 2019. Deserti della mente. Psichiatria e combattenti nella guerra di Libia. 1911-1912. Florence : Le Monnier.

Manetti, Gaia. 2023. Una gerarchia incisa sui corpi. La pratica dei trasferimenti dall’Algeria al manicomio di Aix-en-Provence (1845-1938). Thèse de doctorat, Université de Pise.
https://doi.org/10.13097/archive-ouverte/unige:172432.

Marquis, Paul. 2021. Les fous de Joinville : une histoire sociale de la psychiatrie dans l’Algérie coloniale (1933-1962). Thèse de doctorat, Sciences Po Paris.
https://hal.science/tel-03630527/.

Manière, Laurent. 2011. « Deux conceptions de l’action judiciaire aux colonies. Magistrats et administrateurs en Afrique occidentale française (1887-1912) ». Clio@themis, n° 4.
https://doi.org/10.35562/cliothemis.1390.

Mazzacane, Aldo. 1992. « Tendenze attuali della storiografia giuridica italiana sull’età moderna e contemporanea ». Scienza e politica, n° 6 : 3-26.
https://doi.org/10.6092/issn.1825-9618/3023.

Merle, Isabelle et Adrian Muckle. 2019. L’indigénat. Genèse dans l’empire français. Pratiques en Nouvelle-Calédonie. Paris : CNRS Éditions.

Mills, James H. 2000. Madness, Cannabis and Colonialism: The ‘Native Only’ Lunatic Asylum of British India, 1857-1900. Paris : Palgrave Macmillan.

Murat, Laure. 2011. L’homme qui se prenait pour Napoléon. Pour une histoire politique de la folie. Paris : Gallimard.

Nuzzo, Luigi. 2012. Origini di una scienza. Diritto internazionale e colonialismo nel XIX secolo. Francfort-sur-le-Main : Klostermann.

Razafindratsima, Fara Aina. 2011. Entre droit français et coutumes malgaches : les magistrats de la Cour d’appel de Madagascar (1869-1960). Paris : Institut universitaire Varenne.

Renucci, Florence, dir. 2011. Dossier : « Chantiers de l’histoire du droit colonial ». Clio@themis, n° 4 .
https://doi.org/10.35562/cliothemis.90.

Renucci, Florence et Irene González González, dir. 2017. Dossier : « Revues et empires coloniaux ». Clio@themis, n° 12 :
https://doi.org/10.35562/cliothemis.82.

Sadowsky, Jonathan. 1999. Imperial Bedlam: Institutions of Madness in Colonial Southwest Nigeria. Berkeley : University of California Press.

Scarfone, Marianna. 2014. La psichiatria coloniale italiana. Teorie, pratiche, protagonisti, istituzioni. 1906-1952. Thèse de doctorat, Université Ca’ Foscari de Venise.
http://hdl.handle.net/10579/4645.

Sylla, Omar et Ludovic d’Almeida. 1997. « Législation et pratiques coutumières en matière de maladies mentales ». Dans La folie au Sénégal, sous la direction de l’Association des chercheurs sénégalais, 229-256. Dakar : Association des chercheurs sénégalais.

Stoler, Anne-Laura. 2019. Au cœur de l’archive coloniale. Question de méthode. Paris : Éditions de l’EHESS.

Swartz, Sally. 2018. « Asylum Case Records: Fact And Fiction ». Rethinking History, 22, n° 3 : 289-301.
https://doi.org/10.1080/13642529.2018.1487096.

Thomas, Yan. 2011. Les opérations du droit. Édition établie par Marie-Angèle Hermitte et Paolo Napoli. Paris : EHESS, Gallimard, Seuil.

Yakin, Ayan Utriza, Aya Bejermi et Baudoin Dupret. 2022. « L’aliénation mentale devant les juges égyptiens pendant la période de tutelle britannique ». Clio@themis, n° 23.
https://doi.org/10.4000/cliothemis.2673.

Zevounou, Lionel, Laetitia Guerlain et Silvia Falconieri. 2021. « Les juristes et la race. Analyse critique à partir de quelques textes. 1880-1930. Présentation du dossier ». Droit et société, n° 109 (« Penser la race en juriste : lectures critiques ») : 557-559.
https://doi.org/10.3917/drs1.109.0557.

Top of page

Appendix

Transcription des documents présentés dans l’article

Document 1 : Lettre du gouverneur général de l’AOF au ministre des Colonies, 10 juin 1914

Références

Classement ANOM : 1 AFFPOL 869, Aliénés loi 1838.
Identifiant numérique (ANR AMIAF) : ark:/67375/7QS9ZbhfZGwD
URL : https://amiaf-imaf.cnrs.fr/​s/​amiaf/​item/​2218.

République Française
Liberté - Égalité - Fraternité
Gouvernement Général de l’Afrique Occidentale Française
INSPECTION GENERALE des Services Sanitaires et Médicaux

Dakar, le 10 JUIN 1914
Le Gouverneur Général de l’Afrique Occidentale Française à Monsieur le Ministre des Colonies.
(Secrétariat et Contreseing. – 2me Section)
Objet : Régime des Aliénés

Par votre circulaire N° 152,du 31 Janvier 1914, vous avez bien voulu me demander les observations que je pourrais avoir à présenter au sujet de l’application dans les Colonies de l’Afrique Occidentale Française du texte d’une proposition de loi relative au régime des aliénés.
J’ai l’honneur de vous prier de vouloir bien me permettre.de faire remarquer, tout d’abord, que le nouveau projet de loi est actuellement très discuté et critiqué par la majorité des aliénistes et qu’il est soumis à une nouvelle discussion devant l’Académie de Médecins (M. le Pr. THOINOT. rapporteur).
Le principal reproche fait à la nouvelle loi est qu’elle devient une loi judiciaire au lieu de rester une loi médicale.
C’est ainsi qu’il appartiendra au tribunal de régler définitivement le placement de l’aliéné à l’asile ou la surveillance d’un aliéné traité dans sa famille.
Elle place tous les aliénés sans exception, sous le régime judiciaire et, de ce fait, devient véxatoire.
Telle qu’elle est cette loi est-elle applicable en A.O.F. ?
Pour répondre, il faut d’abord examiner quelles sont les différentes catégories d’aliénés qu’on peut rencontrer dans la colonie.
Les troubles mentaux s’y divisent en 2 groupes :
A). - Les troubles mentaux dûs aux affections exotiques tels que psychoses paludéennes, psychoses de la maladie du Sommeil.
B). - Les troubles mentaux communs à la France et à la Colonie, tels que la manie, la paralysie générale.
Les premiers peuvent être traités à l’hôpital les seconds doivent être traités à l’asile.
Les troubles mentaux de ces deux catégories sus-visées peuvent atteindre les Européens et les Indigènes.
EUROPEENS. - I. Les malades du premier groupe A, les intoxiqués par affection exotiques, seront soignés à l’hôpital et, la crise aiguë passée, seront rapatriés.
2. - Les malades du deuxième groupe B, les chroniques, tels que les paralytiques généraux que l’on ne peut songer à garder dans un cabanon à la colonie où il [sic] seraient rapidement emportés par la cachéxie, seront dirigés sur la métropole en vue de leur Internement dans un asile.
Dans les deux cas, les Européens étant dirigés sur la France, la nouvelle loi ne saurait leur être appliquée à la colonie.
Les INDIGENES. - peuvent appartenir également à l’un ou l’autre groupe de malades.
I°. - Les malades présentant les troubles du 1er groupe A, seront, comme nous l’avons vu pour les Européens, traités dans les hôpitaux.
Ces malades sortiront de l’hôpital soit guéris , soit devenus chroniques, auquel cas, ils prendront place dans le deuxième groupe.
2° - Les malades du deuxième groupe, les chroniques et les incurables devront être placés dans l’asile.
Il ressort donc de cette classification que la loi n’aura à s’occuper dans la colonie que des aliénés indigènes :
1° . - Atteints de psychoses chroniques, d’intoxication ou d’infection (ex : maladie du Sommeil…….. Lèpre).
2° . - Atteints de psychoses communément observées (manie, mélancolie, délire de persécution).
Or comme nous l’avons vu, ces troubles mentaux ne sont, le plus souvent, qu’une manifestation des intoxications, des infections ou des maladies parasitaires si nombreuses et si fréquentes chez l’indigène, au point de constituer, presque à elles seules la pathologie exotique, il semble donc bien que l’internement des aliénés indigènes doit être, avant tout non seulement médical, mais encore placé sous la surveillance médicale, de façon à pouvoir subir des traitements possibles par des médicaments nouveaux (ex : la maladie du Sommeil améliorée par l’atoxyl l’émétine, le ludyl et gallyl).
En résumé, on peut dire que l’aliéné indigène, une fois placé à l’asile, reste un malade d’hôpital et de Laboratoire, cliniquement curable.
La nouvelle loi a surtout visé la séquestration arbitraire : - Cette dernière n’existe pas chez les noirs; ils isolent aux mêmes les fous dans les villages, mais il est fort rare qu’ils les enferment ou les maltraitent.
D’ailleurs la conception qu'ils ont de la folie vient à l’encontre.
Pour eux, comme pour tous les peuples primitifs la folie est toujours considérée comme étant d’ordre religieux, l’aliéné étant une émanation de Dieu ou du Diable. A ce titre, ils respectent cette manifestation d’une puissance supérieure.
On peut se demander également comment cette conception pourrait s’accorder avec une ingérence judiciaire. Connaîssant l’appréhension du noir pour l’autorité judiciaire on peut affirmer sans crainte que l’intervention du tribunal pour le placement et la surveillance des aliénés sera tout à fait impopulaire.
Ainsi, au double point de vue médical et social la nouvelle loi présente en A.O.F. des inconvénients encore plus grands qu’en France . Pour qu'elle puisse être appliquée à la colonie, il faut laisser le temps à l’autorité supérieure l’édifier l’asile nécessaire à abriter les indigène aliénés qui jusqu’ici, ont été et sont encore dirigés sur l’asile de Marseille.

Document 2 : Lettre du gouverneur général de l’AEF au ministre des Colonies, 4 juin 1914

Références

Classement ANOM : 1 AFFPOL 869, Aliénés loi 1838.
Identifiant numérique (ANR AMIAF) : ark:/67375/7QSr99tzfGpb.
URL : https://amiaf-imaf.cnrs.fr/​s/​amiaf/​item/​2216.

République Française
Liberté - Égalité - Fraternité

Gouvernement Général de l’Afrique Equatoriale Française
AFFAIRE POLITIQUES
N 390
Brazzaville, le 4 Juin 1914
Le Gouverneur Général de l’Afrique Equatoriale Française
à Monsieur le Ministre des Colonies.
(Secrétariat et Contreseing. – I/ère Section)
Objet : Régime des aliénés

[manuscrit : Avis défavorable]
[cachet :
COLONIES. Secrétariat et Contreseing. – 2me Section
Reçu le 2 JUIL 1914
Remis à M Bouygue
Répondu par Minute N°
Classé comme enquête
Dossier N°]
Par lettre du 31 Janvier dernier N° 132, vous avez bien voulu me communiquer le texte d’une proposition de Loi relative au régime des aliénés et qui, adoptée par la Chambre des Députés, a été acceptée, avec modification en premiers délibération, par le Sénat.
Vous m’invitez par la même communication à examiner les conditions dans lesquelles cette Loi éventuelle pourrait être appliquée en Afrique Equatoriale Française et à vous indiquer les modifications qu’il conviendrait de lui faire subir en raison des circonstances locales.
J’ai l’honneur de vous paire connaître que la réglementation que vous avez bien voulu soumettre à mon examen ne semble pas pouvoir être appliquée pour le moment en Afrique Equatoriale Française.
En ce qui concerne les aliénés européens, la première mesure qui s’impose est l’évacuation sur la France, car il ne saurait évidemment être question de maintenir cette catégorie de malades dans une Colonie où, en raison de la rigueur du climat, la moyenne de la durée du séjour des européens atteint à peine 18 mois. Le rapatriement des aliénés ne se heurte d’ailleurs pas à des difficultés matérielles très considérables, l’Administration du Chemin de fer Belge disposant de voitures spéciales pour le transport des malades et la Convention passée le 4 Juin 1912 entre le Département des Colonies et la Compagnie des Chargeurs Réunis prévoyant qu’une “cabine spéciale matelassée pour les aliénés” doit être installée à bord de chaque paquebot (Article 26 de la Convention et annexe H).
Il suffira donc pour répondre à des nécessités momentanées de créer dans les formations sanitaires de Brazzaville, Libreville, Bangui et Fort Lamy des quartiers spéciaux destinés aux aliénés européens et assimilés. M. le Directeur du Service de Santé de l’Afrique Equatoriale Française a déjà prévu une création de ce genre dans son projet d’amélioration de l’hôpital militaire de Brazzaville et je vous serais obligé, Monsieur le Ministre, de vouloir bien réserver un accueil favorable à cette proposition.
°   °
°
Les troubles psychiques chez les indigènes s’observent le plus souvent dans les cas de trypanosomiase et ces malades sont traités dans les villages de ségrégation de la maladie du sommeil. Les indigènes aliénés inoffensifs et non trypanosomés sont confiés aux chefs de village; quant à ceux atteint de troubles mentaux nécessitant leur internement, il y aura lieu de construire, en vue de leur assurer les soins indispensables, des locaux spéciaux dans chaque formation sanitaire.
Le maintien dans la Colonie des européens atteints d’aliénation mentale n’étant pas envisagé, les mesures prises par l’Administration locale en faveur des aliénés indigènes paraissent concilier assez heureusement les ressources budgétaires de la Colonie, son organisation administrative et les obligations qui lui incombent. Ce n’est que dans un avenir encore lointain qu’il sera possible de faire bénéficier les indigènes de l’Afrique Equatoriale Française d’une réglementation sans nul doute plus perfectionnée que celle existante mais qui précisément, par suite des nombreux organes nécessaires à son fonctionnement, ne pourrait être appliquée dans la Colonie, en l’état actuel de la situation, sans subir des remaniements qui en compromettraient l’économie .
Ces considérations semblent de nature à justifier l’avis exprimé au début de la présente lettre à savoir que la mise en vigueur de la proposition de Loi sur le régime des aliénés en Afrique Equatoriale Française adoptée par la Chambre des Députés doit être différée./.

Document 3 : Lettre du gouverneur général de l’AEF (p.i.) au ministre des Colonies, 7 mars 1933

Références

Classement ANOM : 1 AFFPOL 663, Indigénat AEF. Révoltes féticheurs.
Identifiant numérique (ANR AMIAF) : ark:/67375/7QSvmXnBx1cC.
URL : https://amiaf-imaf.cnrs.fr/​s/​amiaf/​item/​2200.

République Française
Liberté - Égalité - Fraternité

Gouvernement Général de l’Afrique Equatoriale Française
Direction des Affaire Politiques
N 122/c
Brazzaville, le 7 Mars 1933
Le Gouverneur Général de l’Afrique Equatoriale Française
Commandeur de la Légion d’Honneur
à Monsieur le Ministre des Colonies.
(Direction des Affaires Politiques – 2ème Bureau)
27 Rue Oudinot
Paris

Objet : Internement de l’indigène OGOULA.

[2 P.J.]
Par D.M. en date du 24 Janvier dernier relative à l’internement de l’indigène OGOULA, vous m’avez signalé que de l’examen du dossier il semblait résulter que le Procureur Général, Chef du Service Judiciaire, n’aurait pas été consulté sur cette affaire. Vous attirez d’autre part mon attention sur le fait que l’internement dont a été frappé l’indigène susnommé ne vous paraît pas en rapport avec son irresponsabilité, dûe au dérangement de ses facultés mentales et médicalement reconnue.
En réponse, j’ai l’honneur de vous rendre compte, en ce qui concerne le premier point, que si le rapport que Je vous ai adressé par lettre N° 861/c du 13 Décembre dernier, est insuffisamment explicite et en parti­culier ne fait pas mention de la consultation préalable du Procureur Général, celui-ci a été cependant régulièrement saisi de la question. Cette affaire a reçu sa solution, en séance lu Conseil le Gouvernement pendant la session ordinaire qui s’est tenue à Brazzaville en Novembre dernier. J’avais jugé préférable, vu son importance et son caractère particulier et aussi afin de m’entourer de tous les avis et de toutes les garanties désirables, d’en déférer le réglement aux délibérations du Conseil de Gouvernement et non de la Commission Permanente. Vous voudrez bien trouver ci-joint un extrait du procès-verbal des séances de l’Assemblée dont il s’agit auxquelles prenait part le Procureur Général. Je vous adresse ci-joint un nouvel avis motivé de M. le Procureur Général SANNER sur la question.
En ce qui concerne le deuxième point, il ressort des documents de l’affaire comme des constatations médicales, que si le nommé OGOULA doit être considéré comme atteint de troubles cérébraux, c’est en tout cas un fou particulièrement dangereux.
Les exemples sont d’ailleurs nombreux où le seul mysticisme présenté par des individus longtemps consi­dérés comme inoffensifs, a provoqué des mouvements de dissi­dence regrettables.
Nos voisins du Congo Belge ont eu à lutter contre le mouvement N’Gounziste qui les a occupés pendant une période assez longue, et le caractère mystique de ceux qui déclenchèrent la sédition n’avait pas empêché nos voi­sins de sanctionner le côté politique de l’emprise profonde et néfaste exercée sur leur congénères.
Chez nous en 1929-1930 le sorcier KARINOU pro­voqua la révolte dans la région de la Haute-Sangha et n’est-ce pas la preuve d’un mysticisme vraiement troublant que le fait d’avoir persuadé les indigènes de l’inefficacité des moyens de défense des Blancs au devant desquels ce sor­cier conduisait ses congénères en les assurant du pouvoir magique de son médicament.
Le refus d’accorder satisfaction à une requête considérée comme parfaitement légitime, la blessure profonde faite à un amour-propre susceptible ou à un orgueil facile­ment développé, ont pu parfois provoquer des difficultés parmi des populations soumises à l’influence d’un mystique, considéré parfois par nous comme un simple d’esprit sans danger.
A dire vrai, les féticheurs qui exercent sur les populations indigènes une action profonde, sont des mystiques dont l’état mental présente fréquemment tous les carac­tères de la démence. Cependant les indigènes ne les considè­rent pas comme des aliénés. Aussi bien, en ce qui concerne les véritables aliénés, la coutume indigène n’est pas de les enfermer, mais de les confier à leurs familles dans les villages. La question de l’aliénation mentale chez les indi­gènes de l’A.E.F. fait actuellement l’objet d’une étude ethno­graphique dont je me propose de communiquer les résultats au Département.
La mentalité indigène est tellement différente de la mentalité européenne, les attardés et les primitifs se laissent si facilement mener par des phraseurs orgueilleux, le “médicament” du féticheur a sur eux un tel pouvoir qu’il est souvent difficile de se baser sur les principes du droit européen pour donner une solution équitable et efficace à des difficultés qui, en France, seraient considérées comme rele­vant uniquement de la réglementation sur l’assistance psychia­trique.
Quoiqu’il en soit, si l’arrêté qui vous a été communiqué peut paraître, en raison du visa du décret du 15 Novembre 1924, revêtir la forme d’une sanction disciplinaire il ne faut pas perdre de vue, comme l’expose M. le Procureur Général, que c’est là une question de pure forme, et que les conclusions de l’autorité médicale, qui y sont expressément visées, lui restituent, en réalité, son véritable caractère. D’autre part le lieu d'internement choisi est précisément le centre de Bambari qui, tout en étant suffisamment éloigné des agglomérations où la présence d’OGOULA offrirait des dangers, est pourvu d’une formation sanitaire où l’intéressé peut recevoir les soins que nécessiterait son état. Enfin j’ai invité le Lieutenant-Gouverneur de l’Oubangui-Chari à prendre vis-à-vis de cet indigène toutes mesures susceptibles d’adou­cir le traitement auquel le souci de l’ordre public nous oblige à le soumettre.
Telles sont les diverses considérations qui expliquent et justifient la décision intervenue. J’ajoute que l’internement ordonné dans les conditions ainsi précisées ne serait maintenu que dans la mesure strictement nécessaire pour la sauvegarde de l’intérêt public, et qu’elle pourra prendre fin dès qu’une amélioration de l’état d’esprit de l’interné permettrait de le considérer comme n’étant plus dangereux pour l’ordre social./-

Document 4 : Lettre de [Anonymisé] (aliéné) au Préfet de police d’Alger, 1er juillet 1954

Références

Classement ANOM : ALGERIE 1K 751 (5), Courriers adressés par des déséquilibrés mentaux.
Identifiant numérique (ANR AMIAF) : ark:/67375/7QSGdngsgXTB.
URL : https://amiaf-imaf.cnrs.fr/​s/​amiaf/​item/​2547.

H. Dey le 1/7/54
Monsieur le Préfet Bailot
À
La Préfecture de Police à
Paris
Monsieur
Je suis inventé déjà faire une bille de bombe explosion a pris feu reussit. utile par une bombe incendiaire contre viet Mint en indochine
La guerre sera fini par 5 bombes avec XX absolue pendant 1 jour suffit. Une bombe incendiaire X.X.X. grave tres puissant, sans gaz sans phosphores, une bombe de grenade electrique lance par aide X sans homme ni canon ni Mitrailleuse Lourde
Porteur une bille de bombe de grenade electrique pouvant 50 ou 100 Kilomètre,
utilite par une bombe grave, par terroriste ou fellagha contre les forces de Police ou Militaire en Danger. sabotage contre train en Danger etc si vous refuserez. puis j’aurais l’intention rendre en inde ou EGYPTE. Je ne veux pas donné une bille de bombe electrique plus terrible rapide au ETATS-UNIS aux anglais 100%. ancienne canada Française par anglais puissant. car impossible accepté. je sais que la bombe Atomique electrique. Radium. Uranium sel purifier plutonium etc. Dans laboratoire Scientifique
Je suis experience faire une bombe electrique sans gaz. sans phosphore, sans petrole. ni potassium
Je vous dire, comment plomb. cuivre. zinc avec X.X.X. absolue. Je suis grand homme secret speciale. trouve impossible car très difficile par savant Français a Paris. une bombe tres dangereux
Je suis Français d’origine âgé de 34 ans
Je vous prie d’agréer Monsieur le Préfet l’assurance de ma tres haute condiration
Voici mon adresse [Anonymisé]
Mr [Anonymisé]
91 rue de Constantine
Hussein Dey
Prés Alger
(un incendie comme une piece de Morceau du sucre a pris feu pendant 30 minutes feu hauteur 50C
ni bois ni fer)
(simple pour faire fabrique Leger dans la maison tres facilement contre les forces de l’ordre en danger)

Document 5 : Lettre de [Anonymisé] (aliéné) au Préfet de Police, 29 juillet 1954

Références

Classement dans le fonds ANOM : ALGERIE 1K 751 (5) Courriers adressés par des déséquilibrés mentaux.
Identifiant numérique (ANR AMIAF) : ark:/67375/7QSTPZ2KVPmT
URL : https://amiaf-imaf.cnrs.fr/​s/​amiaf/​item/​2553.

M. [ANONYMISÉ]
Alger, le 29 juillet 1954

Cl. Aliénés [note apposée par la préfecture]

Monsieur le Préfet,
Après la séquestration c’est l’intoxication dont je me suis plainte souvent et qui déjà me rendait malade quand j’écrivais ma dernière plainte.
Mais ils ont des antennes partout et c’est sans doute pour cela que les émanations se sont renouvelées et dans la soirée et la nuit du 27 au 28 juillet, les émanations d’alcool naturel ou préparé ont été tellement fortes qu’il a fallu ma robuste santé et mon invincible volonté pour que leurs désirs ne soient pas comblés.
Le 28 au matin j’ai dû ouvrir tous les courants d’air et monter la garde pour ne pas être volée.
L’atmosphère était irrespirable ainsi que l’a constaté un docteur du téléphone envoyé par les petits que ding qui ont fait mettre une annonce à mon nom sur l’Etho d’Alger, du samedi 24 juillet.
Enfin, pendant deux jours, j’ai été selon leur désir titubante et malgré tout assez lucide pour avoir protesté de vive voix, cet abus d’alcool à ce degré et de drogue ne pouvant venir que de chez [ANONYMISÉ].
Je vous prie, Monsieur le Préfet, de prendre date de ma plainte, car j’y reviendrai.
Veuillez agréer, Monsieur le Préfet, l’assurance de ma considération distinguée.

M. [ANONYMISÉ]

Document 6 : Procès-verbal d’enquête, 29 avril, 1935

Références

Classement ANOM : ALGERIE 93 703/48, Maâdid.
Identifiant numérique (ANR AMIAF) : ark:/67375/7QSsW6gNmFcg
URL : https://amiaf-imaf.cnrs.fr/​s/​amiaf/​item/​3160.

Document 6 : Procès-verbal d’enquête, 29 avril, 1935

Références

Classement ANOM : ALGERIE 93 703/48, Maâdid.
Identifiant numérique (ANR AMIAF) : ark:/67375/7QSsW6gNmFcg
URL : https://amiaf-imaf.cnrs.fr/​s/​amiaf/​item/​3160.

Procès-verbal d’enquête
L’An Mil neuf cent trente cinq et le Vingt-neuf Avril, Nous, de Mazières Roger, Administrateur […] de la Commune mixte des Maadid, Officier de police judiciaire, auxiliaire de M. Le Procureur de la Republique, procédant à une enquête administrative sur le cas de M. [anonymisé], atteint de troubles mentaux avons reçu les déclarations suivantes :
Je me nomme [anonymisé], 48 ans, propriétaire à Galbois et je déclare :
Depuis une huitaine de jours j’ai pu constater que le sieur [anonymisé] que je connais très bien pour l’avoir à mon service et que je rencontre encore tous les jours dans les rues du village, donne des signes très marqués de troubles mentaux.
C’est ainsi que je constate que cet indigène profère des propos complètement incompréhensibles et bave d’une façon continue ; d’autre part son regard est vague ou exalté, tour à tour.
Il y a quelques jours les gens de la [..] […] sont venus me dire que [anonymisé] se mettait nu et courait après les femmes, il est entré de force dans une maison et a voulu mettre à mal une femme indigène qui l’occupait. C’est alors que ses voisins se sont crus obligés, pour éviter des faits regrettables, de l’enfermer chez lui.
J’ai vu personnellement qu’il déchirait d’une façon brusque et sans aucune raison son burnous.
Lu, persiste et signe

Je me nomme [anonymisé] , 28 ans, garde champêtre à Galbois.
Je constant que depuis une huitaine de jours [anonymisé] parcourt les rues du villages en tenant des propos incohérents et en bavant d’une façon continue.
Il y a deux jours je l’ai vu au café maure jeter une tasse de café qu’on lui offrait, et déchirer, également sans motif, son burnous.
D’autre part il jette souvent des pierres sans but déterminé et risqu’ainsi d’atteindre quelqu’un.
Lu, persiste et signe

Je me nomme [anonymisé], 65 ans, cultivateur à Galbois, membre de la djemmaa de Sidi Embarek

[anonymisé] donne des signes de folie évidents, il court dans les rues du village de Galbois ou de la mechta Anaceur [El Anasser] en proférant des paroles incompréhensibles.

Je l’ai vu déchirer son burnous sans raison apparente ; d’autre part il lance des pierres et il a voulu frapper son cousin [anonymisé] qui essayait de le calmer.
Lu, persiste et signe

Je me nomme [anonymisé], 25 ans, journalier à Galbois.
Je suis le cousin éloigné de [anonymisé] et son voisin ; voyant qu’il donnait des signes d’aliénation mentle j’ai voulu le calmer et l’entrainer chez lui, il m’a alors frappé violemment à coup de pierre.
Lu, persiste ne sait signer
Pour le témoin :

Je me nomme [anonymisé], 23 ans, journalier à Galbois, […]
J’ai vu mon voisin [anonymisé], complètement nu, poursuivre des femmes en criant, enfin il s’est précipité à la suite de l’une d’elle dans la maison et à voulu la violenter.
Je suis alors accouru, car cette femme est ma propre épouse, et l’ai arraché des mains de [anonymisé] qui semblait complètement frappé de folie.
Lu, persiste ne sait signer

Je me nomme [anonymisé], 48 ans, cultivateur à Galbois.
J’ai vu mon voisin [anonymisé] donner hier des signes manifestes de folie : il a déchiré violemment son burnous en poussant des cris incompréhensibles.
Pour le calmer le sieur [anonymisé] garde champêtre [..] a voulu lui donner une pièce de 10 sous, il l’a pris et la jeter violemment.
Lu, persiste signe et signons

Nous nous sommes alors rendus à la mechta El Anaceur [El Anasser] pour nous rendre compte personnellement de l’état mental du sieur [anonymisé] : nous l’avons trouvé couché dans un gourbi ; il s’est levé à notre invitation et a paru très calme et n’a proféré aucune parole incohérente ; cependant ses yeux étaient hagards.
D’après les renseignements recueillis à la mechta [anonymisé] a bien des crises évidentes de folie, cependant il retrouve le calme, sinon la raison, par intermittence.
De tout [..] nous avons signé pour valoir ce que de droit.

Document 7 : Lettre du commissaire de police de Tizi-Ouzou au sous-prefet, 28 août 1954

Références

Classement ANOM : ALGERIE 915-235, Sous-Préfecture de Tizi-Ouzou (2) Internements psychiatrie.
Identifiant numérique (ANR AMIAF) : ark:/67375/7QSpdHm8GTjz
URL : https://amiaf-imaf.cnrs.fr/​s/​amiaf/​item/​2851.

Tizi-Ouzou, le 28 Août 1954
Le Commissaire de Police, Chef de la Circonscription de Police de TIZI-OUZOU
à
Monsieur le SOUS-PREFET de l’Arrondissement de TIZI-OUZOU
OBJET :Aliénation mentale
J’ai l’honneur de vous rendre compte de ce que ce jour ,a 6heures 30, un individu, atteint d’aliénation mentale, au cours d'une violente crise de fureur, armé d’un bâton, a brisé les carreaux de vitre des ta­bleaux d’affichage de la Mairie de Tizi-Ouzou. Il s'est ensuite saisi d'une pierre et l’a lancée avec force en direction de la fenêtre du bureau de M. HAMOUCHE, Secrétaire Général Adjoint. Sous la violence du choc, la vitre a été brisée. Cette pierre a continué sa course et a brisé à son tour, la vitre d’un petit meuble, où elle a pénétré.
Ce malade a provoqué un rassemblement de plus de 200 personnes sur la voie publique. Il a été maitrisé quelques instants plus tard par le Gardien de la Paix BRACHEMI, qui a été alerté par téléphone.
Il s’agit d’un nommé [ANONYMISÉ], né présumé en 1916 à Tizi-Ouzou, fils de [ANONYMISÉ] et de [ANONYMISÉ], marié 5 enfants, cultivateur, domicilié au douar Béni Zemenzer, Tizi-Ouzou.
Son père, M. [ANONYMISÉ], Huissier à Blida,a été rapidement avisé de ces faits. Il est arrivé à Tizi-Ouzou dans le courant de la matinée. Il a pris immédiatement toutes dispositions utiles pour faire conduire son fils à Blida y suivre le traitement que néces­site son état.
Je dois également vous signaler que ces faits se sont produits le jour du marché hebdomadaire qui concentre l’activité de la Police d’Etat sur le marché du Sebt et celui de la place de l'Eglise, distants de plus de un kilomètre. Au moment où cet incident s'est produit, il n'y avait aucun gardien de la paix en cet endroit. Les jours d’affluence, les charges nombreuses qui incombent à la Police d’Etat, ne permet­tent plus d’assurer convenablement la sécurité sur toute l’étendue de la ville .Les effectifs se trouvent restreints par suite de déta­chements, congés de maladie et de détente. En outre, il manque quatre unités (deux brigadiers et deux gardiens de la paix) qu'il serait op­portun de faire nommer dans notre ville.
En ce qui concerne les aliénés mentaux qui circulent encore dans notre cité, et qui, â chaque instant, peuvent devenir très dangereux pour la sécurité publique, nous ne sommes en possession d’aucun moyen efficace pour les faire admettre dans les établissements hospitaliers appropriés.
P. le Commissaire de Police en congé
Le Secrétaire O.P.J. assurant l'intérim
[En marge gauche :
AMPLIATION à : M. le Procureur de la République
Tizi-Ouzou
M. Le Maire, Conseiller Général
TIZI-OUZOU
Archives]

Top of page

Notes

1 Programme de recherche AMIAF : « “Aliéné mental” et “indigène”. Histoire d’une double discrimination de statut en Afrique française. Fin xixe siècle-1960 », financé par l’ANR (ANR-18-CE41-007), responsable scientifique : Silvia Falconieri.
https://anr.fr/Projet-ANR-18-CE41-0007.
Programme de recherche MADAF : « A History of Madness. Governing Mental disorder during Decolonisations (1940s-1970s) », projet ERC, responsable scientifique : Romain Tiquet.
https://madaf.hypotheses.org, https://cordis.europa.eu/project/id/852448/fr.

2 En témoigne, par exemple, la fondation de la revue Clio@Themis. Revue électronique d’histoire du droit, en 2009 :
https://journals.openedition.org/cliothemis/2100.

3 Chailley-Bert, « De la meilleure manière de légiférer aux colonies », Recueil Dareste (RD), 1905, Partie III, p. 1-16.
https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6217974j/f584.item. Ici, p. 8 :
https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6217974j.

4 Titre complet du Recueil Dareste (dans la suite des notes : RD) : Recueil de législation, de doctrine et de jurisprudence coloniales. Le titre du Recueil Penant (dans la suite de notre article : RP) varie suivant les périodes d’édition. Née sous le titre La Tribune des colonies & des protectorats. Journal de Jurisprudence, de Doctrine et de Législation Coloniales, en 1934 la revue prend celui de Penant. Recueil général de Jurisprudence, de Doctrine et de Législation coloniales et maritimes. Elle continue d’être éditée sous le titre Penant. Revue de droit des pays d’Afrique.

5 La plupart des publications concernent en effet l’Indochine.

6 RP, 1921, Partie I, p. 279.
https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5108631b/f525.item ;
RP, 1925, Partie III, p. 160-166, ici p. 163.
https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k51086602/f163.item

7 RD, 1926, Partie I, p. 709-711, ici p. 710.
https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6215501n/f503.item

8 RD, 1909, Partie I, p. 417-420, ici p. 419.
https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6215576c/f434.item.

9 RD, 1921, Partie I, p. 814-831, ici p. 829.
https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6213858v/f306.item.

10 Comme par exemple la vérification de l’état mental du testateur, RP, 1926, Partie I, p. 157.
https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k51086654/f158.item.

11 « Étude sur la transportation et la colonisation pénale », RP, 1891, Partie II, p. 1-82, ici p. 65.
https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5108508r/f853.item.
« Le congrès de droit pénal colonial. 29 et 30 septembre (compte rendu) », RP, Partie II, 1931, p. 17-26.
https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5108680t/f21.item.

12 Par exemple dans l’analyse de la répartition du budget des colonies, alloué, entre autres, de manière obligatoire aux Antilles et à La Réunion aux « dépenses des enfants assistés et des aliénés » : A. Girault, Principes de colonisation et de législation coloniale, Paris, L. Larose, 1904 (2e édition), Tome I, p. 730.

13 Nous saisissons l’occasion pour remercier Jean-François Vincent, conservateur en chef de la BIU Santé de l’Université Descartes et responsable de la bibliothèque numérique Médic@, qui a généreusement mis à notre disposition les fichiers des revues numérisées par ses soins.

14 Pour les revues de droit colonial, la Bibliothèque numérique, RevColEurop : https://revcoleurop.cnrs.fr. Responsable scientifique : Florence Renucci.

15 Nous remercions pour le suivi et les échanges M. Makone Touré, conservateur, chef de la division des archives contemporaines à la direction des ANS et M. Massamba Seck Sylla, conservateur aux ANS.

16 À l’état actuel (mai 2024), la bibliothèque AMIAF héberge 1 660 contenus dont 1 401 documents émanant des archives (ANOM et SHD de Toulon) et 175 articles tirés des revues médicales. Les documents d’archives ont été numérisés par les soins de l’équipe AMIAF, grâce à la collaboration des ANOM, partenaires de notre bibliothèque, que nous remercions dans la personne de la directrice, Isabelle Dion, qui a mis à disposition le laboratoire photographique sur place.

17 À compter de ce moment, nous utiliserons les guillemets pour le terme « folie » lorsqu’il est tiré des sources.

18 ANOM, 1 AFFPOL 869, Circulaire n° 152 du ministre des Colonies aux Gouverneurs généraux et aux gouverneurs des colonies et administrateurs des Îles de Saint-Pierre et Miquelon, 30 janvier 1914. Bibliothèque ANR AMIAF, ark:/67375/7QS8wkbrPkr8, https://amiaf-imaf.cnrs.fr/s/amiaf/item/2226.

19 ANOM, 1 AFFPOL 869, Lettre du gouverneur général de l’AOF au ministre des Colonies, 10 juin 1914, Bibliothèques ANR AMIAF, ark:/67375/7QS9ZbhfZGwD, https://amiaf-imaf.cnrs.fr/s/amiaf/item/2218

20 ANOM, 1 AFFPOL 869, Lettre du gouverneur général de l’AEF au ministre des Colonies, 4 juin 1914, Bibliothèque ANR AMIAF, ark:/67375/7QSr99tzfGpb, https://amiaf-imaf.cnrs.fr/s/amiaf/item/2216.

21 ANOM, 1 AFFPOL 869, Lettre du Gouverneur général de l’AEF au ministre des Colonies, 22 décembre 1926, Bibliothèque ANR AMIAF, ark:/67375/7QSghKBHvHJx, https://amiaf-imaf.cnrs.fr/s/amiaf/item/2256.

22 Lettre envoyée par le Commissaire p.i. de la République française du Cameroun au ministre des colonies, 16 octobre 1926, Bibliothèque ANR AMIAF, ark:/67375/7QST2ghKBJDX, https://amiaf-imaf.cnrs.fr/s/amiaf/item/2259

23 Voir « psychopathe » dans l’index « mots » de la Bibliothèque ANR AMIAF, https://amiaf-imaf.cnrs.fr/s/amiaf/search?facet[amiaf_indexMotsUtilisesPourDesignerLaMaladieMentale_ss][0]=Psychopathe.

24 Docteur Cazanove, « Compte-rendu du Congrès des médecins aliénistes et neurologistes de France et des pays de langue française, 1924 », Annales de médecine et de pharmacie coloniales, 1924, p. 338-365, Bibliothèque ANR AMIAF, ark:/67375/7QSppdHm8HBT, https://amiaf-imaf.cnrs.fr/s/amiaf/item/1835.

25 « Compte-rendu de l’ouvrage intitulé Les débiles mentaux dans l’armée. Débiles simples et débiles délinquants du Dr Simonin », Annales d’hygiène et de médecine coloniale, 1912, p. 657-659, dans ANR AMIAF, ark:/67375/7QS8wkbrPkpq, https://amiaf-imaf.cnrs.fr/s/amiaf/item/1806.

26 Gouzien, Paul, « L’assistance psychiatrique et l’hygiène mentale aux colonies », La prophylaxie mentale. Bulletin trimestriel de la Ligue d’hygiène mentale, 1927, p. 259-266 et p. 304-313, Bibliothèque ANR AMIAF ark:/67375/7QSfQ7z67fFb,
https://amiaf-imaf.cnrs.fr/s/amiaf/item/1896
et ark:/67375/7QST9PDX53R, https://amiaf-imaf.cnrs.fr/s/amiaf/item/1897.

27 Voir « santé mentale » dans l’index « mots » de la Bibliothèque ANR AMIAF : https://amiaf-imaf.cnrs.fr/s/amiaf/search?facet[amiaf_indexMotsUtilisesPourDesignerLaMaladieMentale_ss][0]=Santé%20mentale.

28 ANOM, 1 AFFPOL 869, Lettre du Gouverneur général de l’AEF au ministre des Colonies, 22 décembre 1926, Bibliothèque ANR AMIAF, ark:/67375/7QSghKBHvHJx, https://amiaf-imaf.cnrs.fr/s/amiaf/item/2256.

29 Nous utilisons comme référence les manuels de psychiatrie de l’époque le plus cités par les administrateurs et les juristes (par exemple : Regis, Emmanuel, Précis de psychiatrie, dans son édition de 1923). Nous utilisons également des ouvrages qui constituent une référence à l’intérieur de leur propre discipline (Porot, Antoine, Manuel alphabétique de psychiatrie clinique et thérapeutique dans son édition de 1952). Nous remercions l’équipe AMIAF pour les discussions autour de ce sujet et Paul Marquis spécialement pour la deuxième référence bibliographique.

30 ANOM, 1 AFFPOL 869, Lettre du gouverneur général de l’AEF (p.i.) au ministre des colonies, 7 mars 1933, Bibliothèque ANR AMIAF, ark:/67375/7QSghKBHvHJx, https://amiaf-imaf.cnrs.fr/s/amiaf/item/2200.

31 Bibliothèque ANR AMIAF : https://amiaf-imaf.cnrs.fr/s/amiaf/search?amiaf_tags_ss=Signes%20de%20la%20folie.

32 ANOM 91/1K751 (5), Préfecture d’Alger, Sous-dossier Courriers adressés par des déséquilibrés mentaux (disponible dans la bibliothèque ANR AMIAF).

33 Sans prétention d’exhaustivité, FR ANOM 91/1K751(5), Lettre ANONIMISÉ (aliéné) au Préfet de police d’Alger, 1 juillet 1954, Bibliothèque numérique ANR AMIAF, ark:/67375/7QSGdngsgXTB, https://amiaf-imaf.cnrs.fr/s/amiaf/item/2547 ; ANOM 91/1K751 (5) : Lettre du Préfet d’Alger au commissaire divisionnaire, 16 décembre 1955, Bibliothèque numérique ANR AMIAF : ark:/67375/7QSzKgCQh7mm, https://amiaf-imaf.cnrs.fr/s/amiaf/item/2540 ; ANOM 91/1K751 (5), Lettre d’un aliéné, Bibliothèque numérique ANR AMIAF : ark:/67375/7QScTFqGxsDn, https://amiaf-imaf.cnrs.fr/s/amiaf/item/2566.

34 ANOM 93703/48 Mâadid : Lettre circulaire de la préfecture de Constantine aux maires et aux administrateurs, février 1911, Bibliothèque ANR AMIAF : ark:/67375/7QSb7JDsrtXs,
https://amiaf-imaf.cnrs.fr/s/amiaf/item/3170.

35 ANOM 93703/48 Mâadid, Lettre circulaire du préfet de Constantine pour Messieurs les sous-préfets, maires, administrateurs, directeurs des hôpitaux, 8 mars 1928, Bibliothèque ANR AMIAF : ark:/67375/7QSzqbWqmtKz,
https://amiaf-imaf.cnrs.fr/s/amiaf/item/3167.

36 ANOM 93703/48 Mâadid, Circulaire du sous-préfet de Sétif aux maires et aux administrateurs de l’arrondissement, 13 juillet 1922, Bibliothèque ANR AMIAF : ark:/67375/7QSrjHQMjtNN,
https://amiaf-imaf.cnrs.fr/s/amiaf/item/3168.

37 ANOM, Algérie 93703/48 Mâadid, Procès-verbal d’enquête, 29 avril, 1935, Bibliothèque ANR AMIAF : ark:/67375/7QSsW6gNmFcg,
https://amiaf-imaf.cnrs.fr/s/amiaf/item/3160.

38 ANOM, Algérie 93703/48 Mâadid, Procès-verbal d’enquête, 29 avril, 1935, Bibliothèque ANR AMIAF : ark:/67375/7QSsW6gNmFcg,
https://amiaf-imaf.cnrs.fr/s/amiaf/item/3160.

39 ANOM, Algérie 93703/48 Mâadid, Procès-verbal d’enquête, 29 avril, 1935, Bibliothèque ANR AMIAF : ark:/67375/7QSsW6gNmFcg,
https://amiaf-imaf.cnrs.fr/s/amiaf/item/3160.

40 ANOM, Algérie, 915-235, Sous-préfecture de Tizi-Ouzou (2) Internement psychiatrie, Lettre du commissaire de police de Tizi-Ouzou au sous-prefet, 28 août 1954, Bibliothèque ANR AMIAF : ark:/67375/7QSpdHm8GTjz,
https://amiaf-imaf.cnrs.fr/s/amiaf/item/2851.

41 Pour informations, questions et propositions : silviafalconieri [à] gmail [.] com.

Top of page

List of illustrations

Title Document 1 : Lettre du gouverneur général de l’AOF au ministre des Colonies, 10 juin 1914 (première page)
Caption 4 pages. Classement ANOM : 1 AFFPOL 869, Aliénés loi 1838.Voir la transcription du document en annexe de cet article.
Credits Identifiant numérique (ANR AMIAF) : ark:/67375/7QS9ZbhfZGwDURL : https://amiaf-imaf.cnrs.fr/​s/​amiaf/​item/​2218.
URL http://journals.openedition.org/sources/docannexe/image/1470/img-1.jpg
File image/jpeg, 1.5M
Title Document 2 : Lettre du gouverneur général de l’AEF au ministre des Colonies, 4 juin 1914 (première page)
Caption 4 pages. Classement ANOM : 1 AFFPOL 869, Aliénés loi 1838.Voir la transcription du document en annexe de cet article.
Credits Identifiant numérique (ANR AMIAF) : ark:/67375/7QSr99tzfGpb.URL : https://amiaf-imaf.cnrs.fr/​s/​amiaf/​item/​2216.
URL http://journals.openedition.org/sources/docannexe/image/1470/img-2.jpg
File image/jpeg, 1.0M
Title Nuages de tags sur le site la page d’accueil du site Amiaf
Credits Source : https://amiaf-imaf.cnrs.fr/​s/​amiaf/​page/​home.
URL http://journals.openedition.org/sources/docannexe/image/1470/img-3.png
File image/png, 62k
Title Document 3 : Lettre du gouverneur général de l’AEF (p.i.) au ministre des Colonies, 7 mars 1933 (première page)
Caption 4 pages. Classement ANOM : 1 AFFPOL 663, Indigénat AEF. Révoltes féticheurs.Voir la transcription du document en annexe de cet article.
Credits Identifiant numérique (ANR AMIAF) : ark:/67375/7QSvmXnBx1cC.URL : https://amiaf-imaf.cnrs.fr/​s/​amiaf/​item/​2200.
URL http://journals.openedition.org/sources/docannexe/image/1470/img-4.jpg
File image/jpeg, 1.2M
Title Document 4 : Lettre de [Anonymisé] (aliéné) au Préfet de police d’Alger, 1er juillet 1954 (première page)
Caption 2 pages. Classement ANOM : ALGERIE 1K 751 (5), Courriers adressés par des déséquilibrés mentaux.
Credits Identifiant numérique (ANR AMIAF) : ark:/67375/7QSGdngsgXTB.URL : https://amiaf-imaf.cnrs.fr/​s/​amiaf/​item/​2547.
URL http://journals.openedition.org/sources/docannexe/image/1470/img-5.jpg
File image/jpeg, 1.4M
Title Document 5 : Lettre de [Anonymisé] (aliéné) au Préfet de Police, 29 juillet 1954 (première page)
Caption 2 pages. Classement dans le fonds ANOM : ALGERIE 1K 751 (5) Courriers adressés par des déséquilibrés mentaux.Voir la transcription du document en annexe de cet article.
Credits Identifiant numérique (ANR AMIAF) : ark:/67375/7QSTPZ2KVPmTURL : https://amiaf-imaf.cnrs.fr/​s/​amiaf/​item/​2553.
URL http://journals.openedition.org/sources/docannexe/image/1470/img-6.jpg
File image/jpeg, 1.1M
Title Document 6 : Procès-verbal d’enquête, 29 avril, 1935 (première page)
Caption 4 pages. Classement ANOM : ALGERIE 93 703/48, Maâdid.
Credits Identifiant numérique (ANR AMIAF) : ark:/67375/7QSsW6gNmFcgURL : https://amiaf-imaf.cnrs.fr/​s/​amiaf/​item/​3160.
URL http://journals.openedition.org/sources/docannexe/image/1470/img-7.jpg
File image/jpeg, 5.0M
Title Document 7 : Lettre du commissaire de police de Tizi-Ouzou au sous-préfet, 28 août 1954
Caption 1 page. Classement ANOM : ALGERIE 915-235, Sous-Préfecture de Tizi-Ouzou (2) Internements psychiatrie.Voir la transcription du document en annexe de cet article.
Credits Identifiant numérique (ANR AMIAF) : ark:/67375/7QSpdHm8GTjzURL : https://amiaf-imaf.cnrs.fr/​s/​amiaf/​item/​2851.
URL http://journals.openedition.org/sources/docannexe/image/1470/img-8.jpg
File image/jpeg, 8.6M
Top of page

References

Electronic reference

Silvia Falconieri, “Écrire l’histoire juridique de la folie en Afrique française (fin xixe siècle-1960)”Sources: Materials & Fieldwork in African Studies [Online], 8 | 2024, Online since 03 July 2024, connection on 12 July 2024. URL: http://journals.openedition.org/sources/1470; DOI: https://doi.org/10.4000/11xjy

Top of page

About the author

Silvia Falconieri

Institut des mondes africains (IMAF), CNRS. https://orcid.org/0000-0001-7622-3022

Top of page

Copyright

CC-BY-SA-4.0

The text only may be used under licence CC BY-SA 4.0. All other elements (illustrations, imported files) are “All rights reserved”, unless otherwise stated.

Top of page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search