Skip to navigation – Site map

HomeIssues8Introduction. Sur les traces de l...

Introduction. Sur les traces de la folie : sources et terrains africains (xxe-xxie siècle)

Gina Aïtmehdi, Camille Evrard, Raphaël Gallien and Paul Marquis
Translation(s):
Introduction. Traces of Madness: African Sources and Terrains (20th–21st Century) [en]

Full text

1L’illustration utilisée pour la couverture de ce numéro est archivée dans un dossier de patient de la clinique psychiatrique de Fann, à Dakar, au Sénégal. Entre les observations cliniques, les entretiens individuels des psychiatres avec le patient et son entourage, se trouve un corpus d’une dizaine de dessins et de textes personnels que le patient a réalisés pendant son hospitalisation, dans les années 1960. Ce dessin représente un visage, esquissé de profil, dont le contour est repassé de plusieurs couleurs différentes. Le visage ainsi décomposé donne l’impression d’une juxtaposition de facettes. Cet exemple, qui permet d’appréhender un fragment de vie au sein d’un service de psychiatrie, fait écho au point de départ de ce dossier, qui repose sur un questionnement relatif aux sources et plus largement aux enjeux méthodologiques, épistémologiques et éthiques auxquels sont confronté·es les chercheur·es en sciences sociales travaillant sur la « folie ». Il propose une exploration de cette notion dans sa dimension la plus ordinaire. La condition vulnérable du « fou » implique des situations très diverses, qui induisent une attention portée avant tout sur la réalité quotidienne des acteurs et actrices et les manières dont celles et ceux-ci la perçoivent (Olivier De Sardan 1998). Cette volonté de se situer au plus près des individus et de leurs productions subjectives constitue le fil rouge de ce dossier.

  • 1 Pour un panorama plus complet sur la construction de cette catégorie, voir l’introduction au dossi (...)

2Dans le prolongement des travaux pionniers menés dans les années 1960 par les sociologues américains Erving Goffman et Howard Becker (Goffman 1961 ; Becker 1963), la folie est ici envisagée comme une catégorie socialement construite. Chaque institution (asiles et hôpitaux, communautés religieuses, administrations, familles, etc.) et, plus largement, chaque société aux prises avec la folie, en circonscrit les contours selon ses valeurs, ses normes et ses préoccupations. Le terme « folie » – de même que celui de « fou » – est dès lors entendu avec plasticité, recoupant des configurations variées selon les protagonistes qui l’emploient sur le continent africain1. Si les psychiatres préfèrent les désignations d’« aliéné·es » ou de « malades », et que les religieux parlent plus volontiers de « possédé·es », tous reconnaissent – du moins provisoirement – la valeur générique du terme « folie ». Le choix de s’en tenir à un vocabulaire volontairement lâche présente l’avantage de ne pas redoubler – ou le moins possible – les catégories existantes. De la même manière, lorsque nous ne renvoyons pas directement aux représentations et aux discours des acteurs et actrices, nous utiliserons le terme de « trouble(s) ». Celui-ci a pour mérite de désigner des formes de perturbations qui font événement dans la parole, le corps ou les interactions des individus, sans les renvoyer d’emblée à un champ d’appréciations particulier.

3Les contributions de ce dossier s’inscrivent dans le dynamisme des études en sciences humaines et sociales sur la folie (Von Bueltzingsloewen 2015 ; Guillemain 2020 ; Aït Mehdi et Tiquet 2020 ; Hunt et Büscher 2024). Elles font dialoguer historien·nes et anthropologues à partir d’une diversité de sources et de méthodologies. En faisant entendre la folie en amont et en aval des réalités coloniales, ce numéro contribue aussi à « remettre le colonial à sa place », considérant qu’il ne constitue qu’un paramètre parmi d’autres (Lefebvre et Oualdi 2017). Si l’on peut regretter qu’aucune contribution ne remonte au-delà du xxe siècle, dans les faits la folie n’a pas attendu l’arrivée des colonisateurs pour faire « problème » (Burguet 2014 ; Gallien 2023 ; Pettigrew 2023). De la même manière, la fin de la période coloniale ne met pas un terme aux enjeux soulevés par la folie, elle marque au contraire une complexification des itinéraires – symboliques et matériels – de prise en charge. Les articles de ce dossier montrent les enchevêtrements, les continuités ou les ruptures des logiques et des systèmes de représentation de la folie entre les différentes périodes, contrariant toute lecture déterministe ou réifiante.

4En s’appuyant sur la retranscription de plusieurs types d’échanges (informels et enregistrés), l’anthropologue Yannis Boudina présente les résultats d’une étude ethnographique menée au sein de la communauté salafiste de Tizi-Ouzou (Algérie). Il y met en lumière le vécu d’Abdel, un musulman souffrant de pensées obsessionnelles et de paranoïa, que ce dernier qualifie de « waswās » (insufflations sataniques). Le chercheur montre comment il parvient à se rapprocher du vécu d’Abdel grâce à l’amitié qu’il noue avec lui. Toujours en Algérie, Paul Marquis se penche de son côté sur le journal interne de l’hôpital psychiatrique de Blida-Joinville, intitulé Notre Journal et publié entre 1953 et 1959. En choisissant l’hebdomadaire comme objet et comme source, l’historien éclaire sous un angle inédit la réforme thérapeutique initiée par le célèbre psychiatre Frantz Fanon, et avec elle un pan du quotidien asilaire. Au Ghana, l’anthropologue Cecilia Draicchio a d’abord dû faire face au refus de Fadhila, diagnostiquée par la psychiatrie comme « psychotique », pour ensuite parvenir à nouer une relation avec la jeune fille. En mobilisant ses notes de terrains, elle montre que le respect de ce refus, loin de mettre un terme à l’enquête, conditionne au contraire son déroulé et permet finalement à la chercheuse de se décentrer des seuils bureaucratiques ou psychiatriques. L’anthropologue Verdia Babongui-Mba a quant à elle fait face à un intense sentiment de peur lors de son enquête ethnographique dans son pays d’origine, le Gabon, dont les réalités lui sont pourtant familières. C’est même précisément parce que le « fou » la renvoie à l’enfance et aux discours de sa famille qu’il lui apparaît si menaçant. De ces affres naît toutefois la force de son enquête, qu’elle retrace à partir de notes ethnographiques et d’entretiens, face à une négativité qu’elle transforme progressivement en potentiel heuristique. C’est en France que l’historien Romain Tiquet rencontre de son côté le psychiatre et psychanalyste Jean-Louis Renauld qui, dans le cadre de la coopération, a exercé au Burkina Faso de 1972 à 1974. Si c’est l’expérience de psychiatre que cherche initialement à interroger R. Tiquet, au croisement de sources privées et d’échanges informels, rapidement se dessine une autre intimité à travers des photos prises par le psychiatre lui-même. Le sentiment de sympathie qui naît de cette rencontre lui permet d’interroger autrement ce parcours, au profit d’une lecture sensible à la diversité des ancrages sociaux jalonnant les histoires rencontrées. L’historienne Silvia Falconieri a quant à elle rassemblé dans une bibliothèque numérique une importante somme de documents ayant trait à la folie aux xixe et xxe siècles, conservés dans les archives françaises. Cette entreprise de catalogage permet un accès inédit à des sources d’une grande richesse, tout en soulevant des questions de fond sur le risque d’homogénéisation des matériaux et de reproduction de catégories qui appellent pourtant à être déconstruites.

5L’originalité de ce dossier tient donc à trois points principaux. Premièrement, la pluralité des dispositifs étudiés (médicaux, judiciaires, religieux ou rituels) dessine un tableau plus quotidien et moins psychiatrique de la prise en charge de la folie. La prise en considération de l’entourage (familles, voisins, communautés), des manières dont ce dernier considère le surgissement du symptôme, la « maladie » ou la mise en soin, permet de mieux saisir les circulations entre les différents espaces de lecture des troubles. Deuxièmement, cette diversité de contextes permet d’insister sur la complémentarité et/ou la concurrence des modes de prise en charge et des représentations médicales et non-médicales de la folie, question cruciale dans une compréhension holistique de la maladie (Fassin 1992). L’intégration de ces connaissances passe nécessairement par d’autres itinéraires d’enquête, qui obligent à un décentrement méthodologique et épistémologique au plus près des acteurs et actrices (Pfeiffer et Nichter 2008). Ce dossier s’interroge longuement sur l’enchevêtrement de pratiques d’enquête qui cherchent à rendre compte de la complexité de parcours de vie ne pouvant être réduits à la psychiatrie ou à des catégories étanches et indépendantes les unes vis-à-vis des autres. Troisième point, la question du lien aux enquêté·es, rencontré·es directement ou à travers les archives, occupe également une place centrale : le jeu d’affect(s) qui en découle détermine en partie la lecture ensuite opérée par le ou la chercheur·e. Plusieurs des auteur·es interrogent ainsi l’empreinte de ces différents enjeux affectifs dans la construction des matérialités et itinéraires d’enquête.

6La première partie de cette introduction insiste sur le fait que, sans tourner le dos aux sources médicales (dossiers de patients, archives médicales, sources imprimées, etc.), de nouvelles sources (rapports administratifs, juridiques, documents législatifs ou archives personnelles) permettent d’envisager une autre histoire de la psychiatrie, potentiellement plus sociale, plus politique. Cette richesse documentaire et méthodologique permet aussi de produire de nouvelles connaissances sur l’ordinaire de ces troubles et de celles et ceux qui les vivent. En parallèle, la ligne de partage entre histoire et anthropologie s’en trouve plus nuancée : nombre de problèmes sont en effet communs à tout·e chercheur·e, notamment d’un point de vue éthique. Il s’agit d’être à l’écoute de ces différentes représentations et prises en charge de la folie, au profit d’une lecture plus juste, moins univoque, d’un trouble répondant de textualités et corporéités multiples. C’est sur cet enjeu, présent tout au long du dossier, que revient plus spécifiquement la seconde partie de l’introduction. Des spécificités d’accès aux sources découlent aussi des repositionnements épistémologiques qui obligent le ou la chercheur·e à identifier et interroger des implications éthiques et affectives finalement constituées en une méthode de travail.

Quelles sources pour une histoire et une anthropologie de la folie ?

7L’objectif de ce dossier est de s’intéresser aux sources mobilisables pour écrire une histoire et une anthropologie de l’ordinaire de la folie et de croiser différentes approches et chemins d’enquête qui viennent donner de l’épaisseur à des manifestations trop souvent envisagées dans un unique registre. Plutôt que d’opter pour une catégorisation par type de sources (archivistiques, imprimées et ethnographiques), nous proposons ici une typologie plus thématique, qui rend mieux compte des différentes manières d’aborder la folie. Les articles du dossier ne s’y limitent pas, chacun·e des auteur·es se saisissant des unes et/ou des autres selon ses propres intérêts de recherche.

Une entrée par la psychiatrie : sources imprimées, archives médicales et dossiers de patients

8Au moment d’aborder l’étude de la folie, on s’attend bien souvent à voir surgir en premier lieu les traces de la psychiatrie et, plus largement, des institutions médicales. Les sources produites par les psychiatres ont vocation à inscrire le symptôme dans un ensemble rationnel, intelligible par le regard médical, au gré d’une tentative de mise en sens de la maladie toujours dépendante du contexte au sein duquel elle s’inscrit (Guillemain 2018). De fait, les archives psychiatriques, qu’il s’agisse de dossiers individuels, d’écrits médicaux ou d’une littérature plus administrative, constituent une porte d’entrée d’une grande richesse : loin de se restreindre aux seules catégorisations du médecin, elles articulent différents registres (enquêtes sociales et administratives, inventaire des biens, expertises judiciaires, etc.) permettant d’étudier les mondes sociaux, politiques, religieux ou économiques qui construisent la folie. Au-delà de leur fonction première de consignation des données médicales, les archives médicales participent au façonnement du trouble autant qu’elles sont façonnées par le regard que la société en question porte sur ce trouble (Klein et al. 2016 ; Schwartz 2018). Nombre d’études critiques en anthropologie montrent ainsi comment la production écrite relative aux processus diagnostiques au sein des mondes médicaux et psychiatriques participe à la construction d’un savoir normatif sur le trouble, la maladie mentale et la personne concernée (Estroff 1998 ; Rhodes 1991 ; Barrett 1998 ; Doll 2020). Les publications médicales ont largement été exploitées par l’historiographie, notamment celle de la psychiatrie coloniale (Mahone et Vaughan 2007 ; Keller 2007 ; Akyeampong et al. 2015 ; Studer 2016 ; Edington 2019 ; Scarfone 2021 ; Quarshie 2022). Ces imprimés permettent en effet de resituer la discipline dans ses implications non seulement cliniques, mais aussi politiques et morales. Quoiqu’occupant une place relativement périphérique dans la machinerie coloniale, la psychiatrie a en effet contribué à alimenter représentations et ségrégations raciales, qu’incarnent de manière paroxystique l’École d’Alger (Bégué 1989 ; Berthelier 1994 ; Bennani 1996 ; Coffin 2009) ou les travaux de J.C. Carothers (McCulloch 1995). Ces dernières années, les historien·nes ont bien montré comment la psychiatrie participe de cette entreprise de pathologisation à grande échelle de « l’Africain » (Vaughan 1991 ; Mouralis 1993 ; Michel 2022). Dans une logique inverse, et parfois de manière concomitante, ces sources médicales constituent aussi un espace où s’observe progressivement une remise en question des inégalités structurelles propres au régime colonial (Gallien 2022 ; Lopes dos Santos 2022), alors qu’à partir des années 1950 émerge une psychiatrie résolument anticoloniale (Fanon 2018 ; Kilroy-Marac 2019 ; Robcis 2020).

9Au cœur de cette machinerie médicale se trouvent les dossiers de patients. Depuis le début des années 2000, l’historiographie francophone et anglo-saxonne a progressivement investi ces sources (Porter 1985 ; Majerus 2013 ; Guignard et al. 2013 ; Bacapoulos-Viau et Fauvel 2016 ; Guillemain 2017 ; Foote 2018 ; Klein et al. 2018). Bien que toujours médiés par le discours psychiatrique, ces dossiers donnent parfois accès aux expériences, discours et représentations de la folie exprimés à la première personne (lettres, dessins, poèmes, etc.). Dans certaines configurations, les dossiers de patients déplacent même la « frontière qui sépare le dicible de l’indicible », conservant à des fins médicales une parole inaudible ailleurs (Le Bonhomme 2022). Sur le continent africain, c’est l’historien américain Jonathan Sadowsky (1999) qui, le premier, interroge l’expérience de la folie à partir de trajectoires individuelles. Il ne se concentre plus uniquement sur le schéma institutionnel ou médical, mais use des écrits médicaux pour essayer d’entendre la voix des patients. Récemment, Paul Marquis (2021) a mobilisé les dossiers de patients pour nuancer le partage entre psychiatrie métropolitaine et psychiatrie coloniale, réinscrivant cette dernière dans une économie médicale et politique plus large. Plus récemment encore, un collectif d’auteur·es, sous l’égide de l’historienne américaine Nancy R. Hunt et de l’historien allemand Hubertus Büschel, ont proposé d’analyser à partir des dossiers individuels les subjectivités colonisées (Hunt et Büschel 2024). Entre-temps, des démarches analogues ont émergé à partir d’autres espaces que sont par exemple la France du xixe siècle (Le Bras 2024) ou celle de la Grande Guerre (Derrien 2015), ou encore l’ex-Allemagne de l’Est (Le Bonhomme 2016). Aujourd’hui, de nouvelles recherches investissent également cette voie pour aborder à partir de la folie l’épaisseur des trajectoires sociales, individuelles ou collectives, et en cela proposer sous un nouvel angle une histoire du quotidien colonial (Gallien, en cours) ou postcolonial (Tiquet 2023).

10Pour les anthropologues, les dossiers de patients relèvent d’une documentation exploitée le plus souvent en renfort d’autres sources archivistiques ou ethnographiques, notamment dans une perspective critique des institutions de santé et à travers une analyse plus générale du discours médical (Kuipers 1989 ; Béliard et Biland 2008). Ce constat est particulièrement probant sur les terrains africains, où l’analyse des dossiers médicaux reste largement sous-exploitée dans les travaux en anthropologie de la santé (Hamani 2017). Et pour cause : d’une part, la production, la gestion et la conservation du « papier », pourtant central dans les institutions médicales et hospitalières, subissent des contraintes structurelles importantes (Jaffré et Olivier de Sardan 2003 ; Aïtmehdi et Evrard, en cours) qui rendent l’accès aux dossiers difficile pour les chercheur·es. D’autre part, les dossiers médicaux en Afrique ne suffisent pas à l’étude des trajectoires des malades, qui se tissent au-delà d’une psychiatrie représentée par des institutions marginales et marginalisées (Diagne 2016 ; Lovell et Diagne 2019 ; Petit 2021).

11Cependant, l’écriture d’une histoire et d’une anthropologie de la folie ne dépend pas des dossiers de patients, comme en témoignent les articles de ce numéro, qui ne les utilisent qu’à la marge. Si C. Draicchio fait du diagnostic présent dans le dossier individuel l’un des points de départ de sa rencontre avec Fadhila, elle s’en extrait rapidement. P. Marquis souligne quant à lui combien Notre Journal donne à lire une parole qui ne se limite pas à un mode d’énonciation pathologique, à l’inverse du dossier médical qu’il ne mentionne qu’en contrepoint. Si l’on peut y voir une autre forme de contrôle psychiatrique, l’hebdomadaire est aussi la trace de subjectivités soignantes et soignées, racontant leur quotidien psychiatrique.

Approcher la folie au-delà des sources médicales

12D’autres types de textualité permettent l’étude du trouble mental sur le continent africain. On peut en effet trouver des discours sur la folie dans les sources d’autres institutions, qu’elles soient ou non en prise directe avec celle-ci : les administrations coloniales (Collier 2022), les institutions judiciaires (Falconieri 2022), les institutions carcérales (Collignon 1984 ; Marquis 2019), la police (Tiquet 2022), les institutions religieuses (Legrip-Randriambelo 2020). Toutes parlent de manière singulière de la folie, permettant de varier les échelles, les espaces et les angles d’analyse : y émergent un discours et un vocabulaire non médical qu’il s’agit de replacer dans l’espace qui leur donne corps. Cette documentation s’intègre dans la “bibliothèque coloniale” et répond de savoirs mis au service de l’empire (Mudimbe 1994 ; Sibeud 2002).

  • 2 Voir son projet de recherche en cours de Parfait Dtematio Akana : « Le thème de la folie dans la c (...)

13Les traces de la folie peuvent également se lire dans les productions cinématographiques, sonores ou photographiques, qu’elles soient privées ou institutionnelles (Tinguely 2023). Des travaux usant de captations sonores ou visuelles offrent par exemple des pistes nouvelles pour approcher ces réalités2. Et si les malades sont rarement représentés sur les photographies institutionnelles, qui mettent plutôt en valeur bâtiments et instruments de traitement, les dossiers comportent parfois la photographie de leur protagoniste. Une simple photographie peut ainsi offrir de précieuses traces pour aborder résistances et jeux corporels au sein de l’asile (du Plessis 2015). Au-delà des archives institutionnelles, les malades apparaissent également régulièrement sur les photographies ou films issus de fonds d’archives privées (Coudray 2008). Ces documents permettent de s’interroger sur les marques de la folie, l’empreinte que le trouble laisse sur le corps, le regard qui les conditionne. Dans ce dossier, l’article de R. Tiquet fait de la photographie une entrée originale pour envisager sous un angle différent l’organisation d’un service, son architecture et finalement réinterroger les voies d’accès de l’historien aux réalités quotidiennes des modes de prise en charge de la folie dans la Haute-Volta (actuel Burkina Faso) des années 1970. D’une manière différente, C. Draicchio convoque la photographie, sous l’insistance de l’enquêtée, une fois l’esprit parti, dans l’après-coup de la possession. Tout en préservant l’intimité de la possédée, ce sont les objets utilisés par cette dernière qui lui permettent de rendre compte d’une expérience psychique dès lors partagée, appréhendée non sans ambivalence, entre curiosité et (im)pudeur. Bien que ces pratiques posent des questions méthodologiques et éthiques importantes, la photographie comme outil à l’interface de la relation entre enquêteur·ice et enquêté·e peut aussi participer d’un mouvement d’empowerment de ces dernier·es sur le déroulement et in fine le contenu de la recherche, comme s’y emploient d’une façon et d’une autre R. Tiquet et C. Draicchio dans leurs contributions. Plus largement, la question de la corporéité et de l’expression publique de la folie, qui émerge des photographies choisies par V. Babongui-Mba pour illustrer son article, représente un espace d’investigation qui reste encore peu exploré à ce jour (Diagne 2016).

Les matérialités de la folie : de la distorsion à la reconstruction du sens

14Ici, la matérialité désigne ce qui est collecté durant l’enquête ethnographique ou archivistique : carnets de terrain, enregistrement, extraits de messagerie, entretiens, etc. (Moutaud 2022). Elle est le produit d’une relation avec les acteurs en prise avec la folie (au passé ou au présent). Ce sont ainsi les sources ethnographiques de la folie qui participent ici à dessiner de nouvelles épistémologies sensibles aux mondes des enquêté·es. Cela peut se faire tant à travers l’étude des catégories étiologiques et nosographiques locales de la maladie – par exemple en anthropologie médicale, dans les travaux produits par l’École de Fann à Dakar (Zempleni 1968 ; Coppo 1988) ou plus contemporains (Beneduce 2022) – que dans la lignée de courants phénoménologiques qui s’emploient à considérer au plus près l’expérience de la folie au prisme d’environnements socio-culturels et politiques variés, par exemple grâce à l’apport des récits (narratives) des personnes malades et/ou de leur entourage (Droney 2016 ; Aït Mehdi 2018).

15Dans ce dossier, le carnet de terrain est et reste un instrument précieux du ou de la chercheur·e pour consigner, élaborer, et supporter l’(in)accessibilité de la rencontre. Il constitue un lieu de recueil discret des voix, des agirs, et des aléas de l’enquête. Les extraits de carnets qui nous sont donnés à lire dans ce numéro et les réflexions qui en découlent constituent également une porte d’entrée précieuse sur les coulisses de la recherche, et en particulier sur la difficulté pour le ou la chercheur·e de se faire une « juste » place auprès des enquêté·es. Dans sa contribution, Y. Boudina s’attache à décrire comment une multiplicité d’échanges avec l’enquêté (extraits de messagerie, enregistrements, discussions informelles, production du carnet de terrain, etc.) construit un propos sur la subjectivité et la folie dans le milieu salafiste contemporain en Kabylie. Dans la continuité du renouvellement épistémologique que propose cet auteur, ce dossier porte une attention particulière à la relation d’enquête et aux matériaux qu’elle produit. Ainsi, les contributions à ce dossier oscillent entre formes d’amicalité (Y. Boudina, C. Draicchio, R. Tiquet), craintes, voire peur face à la violence du monde de la folie (C.-V. Babongui-Mba) et positionnement réflexif de l’enquêteur·rice.

16L’enjeu épistémologique n’en est que plus fort ici face à une folie qui, intrinsèquement, signe une coupure dans le lien à l’autre et, en ce sens, figure cette identité d’« insensé » (Foucault 1976). Dans ce cadre, la relation finement tissée avec des personnes atteintes de troubles mentaux et leur entourage constitue un vecteur central de connaissances. Ce dossier vise également à en partager les traces, ici pensées comme des sources. Si la folie renvoie à des liens brisés (avec ses proches, avec les normes, etc.), resituée dans un contexte social et historique, elle se révèle être l’espace où, au-delà de l’indicible, émergent de nouvelles attaches dans lesquelles le ou la chercheur·e est aussi partie prenante (Das 2015). De l’enjeu de préserver un lien parfois difficile à maintenir, mais qui peut guider le travail d’enquête, découlent des réorientations permanentes, souvent imposées de l’extérieur, en fonction de ce qui est possible ou impossible, visible ou dissimulé, dit ou tu. Cela contraint le ou la chercheur·e à sans cesse repenser son arsenal méthodologique et sa ligne éthique : jusqu’où peut-on aller ? Un refus signe-t-il la fin de l’enquête ? La contribution de C. Draicchio est à ce titre particulièrement frappante, elle qui, pour garder un lien et poursuivre ses recherches auprès d’une enquêtée, doit faire avec le refus de cette dernière à propos de l’enregistrement audio. Les difficultés qu’affronte le ou la chercheur·e dans l’accès et la mobilisation des données dessinent ainsi en miroir le paysage subjectif de la folie pour les concerné·es.

Au contact de la folie. Enjeux méthodologiques et éthiques

17La pluralité des sources pour enquêter sur la folie nous confronte à différents problèmes éthiques et méthodologiques posés par leur accès, leur exploitation et leur usage. À distance de l’image d’exceptionnalité que peut encore avoir parfois le terrain africain, se dévoilent des enjeux communs à toute recherche sur la folie et les prises en charge qui l’accompagnent. La volonté de dépasser tabous et non-dits et de faire primer la liberté de l’enquête s’entrecroise avec des questions de respect du secret médical, de la protection de vies privées ou de l’(im)possibilité de mettre à jour des intimités qui bien souvent se dissimulent au regard de l’autre – quand, au contraire, elles ne s’exposent pas sans barrière. Or cette liberté n’est possible qu’à la condition d’une réflexivité poussée sur les implications subjectives, familiales et plus largement sociales engendrées par la recherche. C’est ce que montrent les articles de ce dossier qui, chacun à leur manière, interrogent le sens et les effets de la démarche des chercheur·es , sa portée et ses limites.

Conservation et accès aux sources en Afrique

18Conséquence directe de l’histoire coloniale, certaines archives de la folie portant sur le continent africain sont conservées dans les anciennes métropoles. Ces dernières années, un important travail d’identification de ces documents a été effectué, notamment grâce au travail de l’historienne S. Falconieri. Son article revient sur l’entreprise de numérisation, de classement et de mise en ligne d’une documentation avant tout administrative et médicale de l’Empire colonial français. Cette dernière devient alors accessible au plus grand nombre, n’étant plus conditionnée à l’accès aux centres d’archives. Cette démocratisation ne va pourtant pas sans soulever d’importantes questions méthodologiques et éthiques – nous y reviendrons.

19Mais à rebours du cliché d’une Afrique de l’oralité, dépendante des archives des anciennes métropoles ou de l’enquête ethnographique, le continent offre des situations non moins riches sur le plan archivistique – comme le montrent les recherches en cours de l’équipe de coordination de ce dossier. Dans bien des localités, les archives sur la folie sont nombreuses et recoupent parfois l’ensemble de la vie d’une institution. Certes, leur accès est parfois peu encadré et donc peu systématique, à la différence de certains pays d’Europe par exemple, où chercheures et chercheurs peuvent compter sur la médiation de l’archiviste et la supervision qui en découle (Majerus 2013 ; Laloux 2021 ; Kreplak et Potin, 2022). Si une part de cette documentation peut être conservée au sein des archives nationales des différents pays, les institutions psychiatriques sont bien souvent l’autre lieu de sa conservation. Les conditions de consultation sont donc plurielles et dépendent très largement des contingences locales.

20L’accès aux dossiers psychiatriques peut par exemple être obtenu via une démarche officielle au niveau national lorsque les dispositifs d’encadrement légal existent (par exemple, commission nationale d’éthique pour la recherche en santé, ou autorisation administrative de recherche en archives comme au Niger) (Aïtmehdi et Evrard, en cours), ou encore au niveau local, c’est-à-dire au sein de l’institution hospitalière qui conserve ses propres archives, comme à Madagascar (Gallien 2020). Dans ce dernier cas de figure, la possibilité de consulter ces dossiers dépend largement de l’appréciation de la direction ou d’une figure d’autorité de l’institution. Si le ou la chercheur·e profite alors d’une plus grande liberté dans la consultation d’un fonds qui, en pratique, répond rarement à une politique archivistique ou à un cadre réglementaire, se pose en revanche la double question de la légitimité de la présence du ou de la chercheur·e d’une part, et des problèmes de conservation de ces archives d’autre part. Par ailleurs, ce n’est pas parce que la documentation ne répond pas à un parcours ou à un classement archivistique institutionnalisé, que les enjeux de leur usage sont moins sensibles ou politiques (Guillemain et Hanafi 2022). Alors que se pose la question de savoir où et qui conserve ces archives médicales, celle de leur « abandon », ou au contraire de leur valorisation à des fins patrimoniales, est en réalité à réinterroger à la lumière des enjeux propres aux institutions et à leurs représentant·es, à commencer par les médecins (Gallien, en cours ; Aïtmehdi et Evrard, en cours). Autant d’éléments dont il importe de tenir compte lorsqu’on bénéficie de l’autorisation d’un responsable local pour travailler sur une documentation qui est officiellement soumise à une législation nationale dérogatoire.

21Le travail ethnographique au sein des institutions psychiatriques ou de soins pose également la question centrale des autorisations d’accès au terrain, ainsi que celle du positionnement du ou de la chercheur·e dans un environnement institutionnel étranger qui l’exclut d’une partie des activités et de l’ordre symbolique. Comment, en effet, se faire une place dans un milieu médical en tant que chercheur·e en sciences sociales ? Quelle légitimité s’accorder ? Et aux yeux des autres ? L’institution médicale impose en effet des contraintes normatives et éthiques aux chercheur·e·s, dont certains aspects ont fait l’objet d’une réflexion générale (Fassin 2008 ; Olivier de Sardan et Jaffré, 2003). Pour l’historien·ne comme pour l’anthropologue se pose la question de ce qui lui permet ou non d’accéder au terrain : dans bien des situations, et c’est le cas de l’ensemble des coordinateurs et coordinatrices de ce numéro, il s’agit de chercheur·es du Nord, travaillant sur des populations du Sud. Ces chercheur·es prolongent une présence qui renvoie la plupart du temps à la colonisation. Tout en facilitant parfois l’accès aux archives ou à certaines élites locales, venir du Nord engage à répondre d’un régime épistémologique particulier, empreint aujourd’hui encore d’une colonialité structurante, productrice d’asymétrie et d’invisibilisation (Althabe 2002 ; Mignolo 2010 ; Saïd 2015 ; Dufoix 2023). Par ailleurs, le détour par le terrain postcolonial et les enjeux éthiques conduit à s’interroger sur le caractère socialement et historiquement situé des outils, méthodes et catégories de l’enquête, et ce, au sein même de sa propre société. Être « du cru » (Diawara 1985) ne rend pas pour autant le travail de recherche plus facile. Ce dossier montre justement que l’asymétrie entre enquêteur·rices et enquêté·es ne se situe pas forcément là où on l’attend. « L’espace familier » qu’est le Gabon pour C.-V. Babongui-Mba ne l’empêche pas d’enquêter « la peur au ventre ». Et c’est précisément sur la base d’une certaine familiarité – du moins dans les représentations – avec ces personnes considérées comme folles, perçues tout au long de son enfance comme effrayantes, que se tisse la singularité de son enquête. Sa recherche vient percuter convenances collectives et croyances familiales, transformant ces dernières en potentiel heuristique. Y. Boudina offre lui aussi une réflexion poussée sur sa double appartenance, à la fois français et algérien, dont il montre qu’elle l’oblige à « évaluer les biais issus de deux socialisations ». R. Tiquet – chercheur français au sein d’une institution (le CNRS) au fort capital symbolique – interroge quant à lui le malaise constitutif des échanges avec le médecin psychiatre-psychanalyste qu’il questionne, ce dernier entretenant « du fait de son métier, un rapport très étroit à la parole et au contrôle de sa parole ». De complexes enjeux de « transfert », pour reprendre un terme psychanalytique, mais aussi des éléments liés à la classe d’âge ou au capital professionnel compliquent l’enquête, et ce, précisément parce que les deux protagonistes dépendent de valeurs sociales et symboliques communes.

22Dans ce numéro, les chercheur·es font ainsi face à ce qui déjà les compose, en remettant au travail les catégories qui les constituent et déterminent leur entrée dans les archives ou sur le terrain (Jaffré 2006). Insister sur le « banal » de la folie ne veut donc pas dire nourrir une cécité à l’égard des spécificités d’une enquête qui s’enracine dans des espaces la plupart du temps anciennement colonisés. De ces enjeux découle une condition affective qui façonne et est façonnée en retour par l’enquête.

Faire face à la souffrance : positionnement et vie affective du ou de la chercheur·e

23La question du positionnement du ou de la chercheur·e est récurrente face à l’objet « folie ». Historien·nes comme anthropologues doivent affronter des enjeux éthiques particulièrement saillants. C’est le cas lorsque ces dernier·es sont confronté·es à des dossiers individuels (Tiquet 2023 ; Manetti 2023), mais aussi lorsqu’ils et elles rencontrent des personnes (anciennement) internées, ainsi que leurs proches (Fassin 2008, Henckes et Marquis 2020). La rencontre avec le ou la chercheur·e et l’investigation qui s’ensuit offrent de potentielles prises à une régression subjective, qui renoue avec l’état de détresse au fondement du trouble psychique. Dès lors, jusqu’où aller avec l’enquêté·e ? Comment gérer la crainte de le ou la ramener à la maladie et de déclencher un état de crise ou de souffrance ?

24Le problème du respect de la vie privée est omniprésent. Accepterions-nous, se demandent les historien·nes américains Jonathan Sadowsky et Kylie Smith, que soit exposé notre parcours médical (Sadowsky et Smith 2024) ? Et si oui, à quelles conditions ? Rien ne destinait en effet l’écrit médical à la curiosité de l’historien·ne ou de l’anthropologue. Une réponse possible consiste à rendre inidentifiable le dossier : le lecteur ne doit pas être en mesure d’apposer un nom sur les trajectoires décrites. Pourtant, l’anonymisation stricte revient à effacer chaque trace biographique et en cela, elle estompe considérablement ce qui fait la richesse de cette archive si particulière. Une telle pratique entraîne aussi la négation de la personne et donc son humanité. Après l’objectivation médicale et le geste de dépossession qui l’accompagne généralement, voilà que l’historien vient effacer les quelques traces d’identité personnelle restantes (Parle 2007). La pseudonymisation peut alors constituer une voie intermédiaire, sans être toutefois complètement satisfaisante face au risque non plus d’effacer, mais de travestir, à travers la fabrication d’une identité fictive, le parcours de la personne.

25Un autre cas de figure illustré dans ce dossier est celui de la mise en accès libre de cette documentation. Nous l’avons dit, l’article de S. Falconieri montre les mérites d’une opération qui facilite le travail de recherche, enjambant notamment certaines frontières persistantes entre Nord et Sud. Cette présence en ligne n’a rien d’évident pour autant. Le risque est d’exposer des vies vulnérables, sujettes à des discours initialement soumis à la discrétion du personnel médical ou, plus récemment, aux médiations opérées par les conditions de consultation des centres d’archives. Par ailleurs, si l’usage des étiquettes (tags) et « catégories » permet de se repérer dans cet inventaire, il peut aussi reproduire les qualificatifs utilisés par l’administration et les médecins eux-mêmes. Ici, l’outil cristallise potentiellement une certaine représentation du trouble tout en cherchant à la déconstruire. Travailler sur la folie à partir des archives du xxe siècle nécessite donc de se confronter aux catégories de la psychiatrie et aux effets de distanciation et d’uniformisation que ces dernières impliquent. Le personnel médical opère en effet un tri dans les informations retenues à propos du patient ou de la maladie, et la construction de la littérature médicale répond avant tout d’un souci nosographique dont il n’est jamais simple de se départir. Le document ne trace jamais une réelle continuité avec la personne ou les situations rencontrées, mais est au contraire le fruit d’une reconstruction quasi immédiate d’un discours qui se situe à l’intersection de l’enjeu médical et administratif. Le ou la chercheur·e doit donc autant que possible se départir de sa propre relation à un objet qui toujours lui échappe et le ou la renvoie régulièrement aux limites de ses propres représentations (Olivier de Sardan 1995).

26Toute recherche concernant des personnes ostracisées ou marginalisées qui n’ont pu être en mesure de participer en conscience et de consentir explicitement à la fabrication de la documentation les concernant expose au risque d’intrusion. Une manière d’y faire face consiste à donner à voir la fabrique de la recherche, ses écueils, les chemins méthodologiques empruntés. Dans ce dossier, l’article de C.-V. Babongui-Mba opère un tour de force épistémique tant les situations à affronter l’effraient, au contraire de l’anthropologue Jeanne Favret-Saada, qui fait siennes les logiques sorcellaires rencontrées au fil de son enquête (Favret-Saada 1977). De fait, chercheurs et chercheuses sont les témoins de situations difficiles où l’intimité, les failles, les béances d’un individu et ses proches se retrouvent sous un regard étranger.

27En somme, c’est au seul prix d’une introspection, jamais totale, que l’historien·ne ou l’anthropologue peut prétendre opérer un renouvellement du regard et saisir l’épaisseur de la dialectique entre monde extérieur et intimités. D’une certaine manière, face à son objet, ce ou cette dernière doit alors faire l’effort, non seulement de penser contre soi-même, mais de se réduire en minorité (Beaubatie 2023 ; Larcher 2023) afin d’être en mesure de porter une attention suffisante à la singularité des trajectoires rencontrées et ainsi affronter les obstacles de classe, de genre, ou de race. C’est à la seule condition de cette positionnalité, c’est-à-dire une attention portée aux fabrications subjectives intrinsèques à toute rencontre archivistique ou ethnographique, que l’historien·ne comme l’anthropologue peut déconstruire l’opération de recouvrement qu’implique sa lecture. On peut alors espérer une plus juste distance face au système normatif à partir duquel s’invente une trajectoire toujours singulière, permettant notamment d’assumer la part de hors sens qu’implique le trouble.

Heuristique de l’intimité et incommensurabilité de la folie

28On l’aura compris, l’existence de la folie déborde très largement le seul cadre psychiatrique dans des sociétés qui font exister le trouble au-delà des seuils épistémiques de l’Occident. Pour l’anthropologue comme pour l’historien·ne, aller au-delà de la psychiatrie implique de se confronter à la portée affective induite par la multiplicité des registres interprétatifs dont s’emparent les personnes concernées par la folie. Loin d’être figées, ces catégories deviennent pour les acteurs et actrices de réels outils, (ré)assemblés et réinventés au cours de l’affliction. Dans ce mouvement, le ou la chercheur·e impliqué·e se confronte à des enjeux épistémologiques autour du récit et de la souffrance psychique d’autrui, mais aussi autour de son propre positionnement. L’historien·ne ou l’anthropologue devient notamment celui ou celle qui « encourage » le récit (Meyers 2017), ou au moins qui assiste à cette mise en forme symbolique (Tasia 2018), devant faire alors, tant d’un point de vue théorique que subjectif, avec le « réseau de relation d’affects » (Das 2013, 140) dont ces trajectoires sont chargées. L’enjeu pour le ou la chercheur·e est donc d’identifier et d’expliciter les relations de pouvoir qui découlent de ces rencontres, à défaut de pouvoir toujours les maîtriser (Bernault, 2019). Cela débouche sur ce que nous pourrions qualifier d’heuristique de l’intimité. C’est en effet à partir de la rencontre entre deux intimités que s’inventent une méthodologie, des pratiques, et finalement la constitution même de l’objet « folie ». Les affects du ou de la chercheur·e, à condition d’être interrogés, permettent d’éclairer le monde visible, mais aussi invisible qui entourent la folie, la bordent et l’inscrivent dans un contexte social (Jaffré et Olivier de Sardan 1999). Cette question traverse par exemple l’article de Y. Boudina qui, en donnant à voir la rencontre qui s’opère avec une personne présentant des troubles psychiques, convoque tout un monde social, ses hiérarchies, sa part d’invisible et les violences symboliques qui en découlent – à commencer par celles qui résultent de sa propre position de chercheur. Les sentiments ne sont pas nécessairement négatifs, bien sûr. R. Tiquet n’hésite pas à dévoiler sa « sympathie » pour ce médecin psychiatre français en poste à Bobo-Dioulasso dans les années 1970, « avec qui [il] échange depuis plus de sept ans ». La figure du médecin, souvent confondue avec l’objectivation médicale qu’elle sous-tend, se complexifie au profit de l’enquête. Cette sympathie permet d’approcher de plus près le vécu d’un acteur de la coopération et ses implications (affectives) quotidiennes.

29Ce numéro donne ainsi à voir le matériau et la démarche qui entourent le saisissement de la folie, les développements qui lui succèdent et le chemin d’invention qui le met en prise avec le ou la chercheur·e. L’approche micro-historique employée par certains articles permet de valoriser, au-delà des trajectoires singulières des vies rencontrées, les jeux d’affects qui découlent de toute rencontre avec la folie. Dans chaque situation se dévoile un hors-champ qui permet d’approcher des intimités qui débordent les seuls contours de la maladie. Notre Journal, étudié par P. Marquis par exemple, donne à voir des subjectivités différentes de celles consignées dans les dossiers médicaux ou les écrits de Frantz Fanon. C. Draicchio, quant à elle, met au centre de son analyse ce refus rarement exposé. Si le ou la chercheur·e peut s’émanciper des assignations produites par le trouble, l’enquêté·e reste en prise avec ces enjeux bien après son départ (Blatgé 2014). Bien sûr, il est possible que l’une des premières réponses de l’enquêté·e soit le refus. Mais la demande formulée par le ou la chercheur·e, qu’elle suscite une réponse ou non, confronte les enquêté·es à des interdits, des angoisses, des peurs ou des non-dits que le ou la chercheur·e s’emploie précisément à mettre à jour. Dans certains cas, le ou la chercheur·e est alors plus ou moins complice d’actes néfastes, parfois très violents, appartenant par exemple au registre de la sorcellerie (Fancello, 2018).

30Même sans chercher à fixer définitivement le sens de la folie, ce dossier dévoile les tensions multiples qui surgissent dans les travaux qui entreprennent de la resituer dans des coordonnées sociales et historiques qui échappent pour partie à tout saisissement, en premier lieu pour la personne concernée. Cette incommensurabilité peut en partie être contrariée par les illusions de l’archive ou de l’observation ethnographique, qui se veulent être des mises en sens, et donc des mises en ordre du trouble. C’est là le caractère profondément angoissant et spécifique de l’objet folie : il est toujours en débord, n’est localisable que dans ses effets, sans qu’il ne soit en réalité possible d’en resituer le sens ontologique. En découle un sentiment d’inconfort, où la pluralité des situations rencontrées ne permet pas toujours de dégager de l’univoque. C. Dracchio s’y confronte tout au long de son enquête : « What Fadhila was going through was not an “illness” to be healed from, but a complex experience » (« Ce que Fadhila traversait n’était pas une “maladie” dont il fallait guérir, mais une expérience complexe »), expérience qui ouvre à bien d’autres situations que le seul internement psychiatrique. Il s’agit pourtant d’affronter cette incommensurabilité d’une folie toujours plurielle et jamais pure répétition. La question de la positionnalité du/de la chercheur·e est donc centrale : expliciter la position qu’il ou elle occupe, c’est venir dissoudre le mythe de l’omniscience, et comprendre comment ses propres perspectives et préjugés peuvent non seulement influencer ses choix méthodologiques, mais les conclusions mêmes de son enquête. Si les réponses ne sont jamais évidentes, il est de notre devoir collectif de réfléchir à ce qui sous-tend nos questions et nos grilles d’analyse. Les contributions à ce numéro participent de cette réflexion, où les formes d’intimité tissées avec les enquêté·es contribuent pleinement à l’élaboration du socle épistémologique de l’étude de la folie en Afrique.

Top of page

Bibliography

Aït Mehdi, Gina. 2018. « La mère, le fils et la folie. Expériences partagées d’une maladie chronique à Niamey (Niger) ». Tsantsa, n° 23 : 154-162.

Aït Mehdi, Gina, et Romain Tiquet. 2020. « Introduction au thème. Penser la folie au quotidien ». Politique africaine, n° 157 : 17-38. https://doi.org/10.3917/polaf.157.0017.

Aïtmehdi, Gina, et Camille Evrard. En cours. « Sources of Madness: Investigating the Post-Colonial History of Psychiatry in Niger ». Medical History. https://www.cambridge.org/core/journals/medical-history.

Akyeampong, Emmanuel. 2015. « A Historical Overview of Psychiatry in Africa ». In The Culture of Mental Illness and Psychiatric Practice in Africa, dirigé par Emmanuel Akyeampong, Allan G. Hill et Arthur Kleinman, 24-49. Bloomington, IN : Indiana University Press.

Althabe, Gérard. 2002. Oppression et libération dans l’imaginaire. Les communautés villageoises de la côte orientale de Madagascar. Paris : La Découverte.

Bacapoulos-Viau, Alexandra, et Aude Fauvel. 2016. « The Patient’s Turn Roy Porter and Psychiatry’s Tales, Thirty Years on ». Medical History 60, n° 1 : 1-18. https://doi.org/10.1017/mdh.2015.65.

Barrett, Robert. 1998. La traite des fous. La construction sociale de la schizophrénie. Le Plessis-Robinson : Les Empêcheurs de penser en rond.

Becker, Howard. 1985 [1963]. Outsiders : études de sociologie de la déviance. Paris : Métailié.

Beaubatie, Emmanuel. 2023. « Savoirs multisitués. Les reliefs de la positionnalité ». Raisons politiques, n° 89 : 25-42. https://doi.org/10.3917/rai.23.0025.

Bégué, Jean-Michel. 1989. « Un siècle de psychiatrie française en Algérie (1830-1939) ». Mémoire pour le CES de psychiatrie. Paris : Université Pierre et Marie Curie.

Béliard, Aude, et Émilie Biland. 2008. « Enquêter à partir des dossiers personnels. Une ethnographie des relations entre institutions et individus ». Genèses, n° 70 : 106-119. https://doi.org/10.3917/gen.070.0106.

Beneduce, Roberto. 2022. « Conjugaisons du religieux. Savoirs thérapeutiques et pratiques rituelles en Afrique sub-saharienne (Mali, Mozambique) ». Annuaire de l’EPHE 129 : 19-36. https://doi.org/10.4000/asr.3988.

Bennani, Jalil. 1996. La psychanalyse au pays des saints. Les débuts de la psychiatrie et de la psychanalyse au Maroc. Casablanca : Éditions Le Fennec.

Bernault, Florence. 2019. Colonial Transactions. Imaginaries, Bodies, and Histories in Gabon. Durham, NC et Londres : Duke University Press.

Berthelier, Robert. 1994. L’homme maghrébin dans la littérature psychiatrique. Paris : L’Harmattan.

Blatgé, Marion. 2014. « Objectiver sa position à la sortie du terrain : l’exemple d’une enquête parmi les déficients visuels ». ¿ Interrogations ?, n° 18. http://www.revue-interrogations.org/Objectiver-sa-position-a-la-sortie [archive].

Burguet, Delphine. 2014. « Figures des maîtres rituels. Les devins guérisseurs dans l’histoire et aujourd’hui : savoir, action et pouvoir à Madagascar ». Thèse de doctorat d’anthropologie. Paris : École des hautes études en sciences sociales.

Bueltzingsloewen, Isabelle Von. 2015. « Vers un désenclavement de l’histoire de la psychiatrie ». Le Mouvement Social, n° 253 : 3-11. https://doi.org/10.3917/lms.253.0003.

Coffin, Jean-Christophe. 2009. « La psychiatrie coloniale entre éthique et tragique ». In L’asile aux fous. Un lieu d’oubli, dirigé par Philippe Artières et Jean-François Laé, 75-87. Vincennes : Presses universitaires de Vincennes.

Collier, Timothy. 2022. « L’administration coloniale face aux vicissitudes du placement des aliénés en Algérie française (1933-1962) ». Clio@themis, n° 23. https://doi.org/10.4000/cliothemis.2933.

Collignon, René. 1984. « Les conditions de développement d’une psychiatrie sociale au Sénégal ». Présence africaine, n° 169 : 3-19. https://doi.org/10.3917/presa.129.0003.

Coppo, Piero, dir. 1988. Médecine traditionnelle, psychiatrie et psychologie en Afrique. Rome : Il Pensiero Scientifico Editore.

Coudray, Jean-Pierre. 2008. Freud et les Jiné, un psychiatre au Mali 1981-1987. Bruxelles : La Maison d’à côté.

Das, Veena. 2013. « Institutions psychiatriques et vies singulières. Maladie mentale en contexte de pauvreté urbaine ». In Face aux désastres. Une conversation à quatre voix sur la folie, le care et les grandes détresses collectives, dirigé par Anne M. Lovell, Veena Das et Sandra Laugier, 134-160. Montreuil-sous-Bois : Ithaque.

Das, Veena. 2015. Affliction. New York : Fordham University Press.

Derrien, Marie. 2015. « “La tête en capilotade” : les soldats de la Grande Guerre internés dans les hôpitaux psychiatriques français (1914-1980) ». Thèse de doctorat d’histoire. Université de Lyon 2. http://theses.univ-lyon2.fr/documents/lyon2/2015/derrien_m.

Diagne, Papa Mamadou. 2016. « Soigner les malades mentaux errants dans l’agglomération dakaroise ». Anthropologie et santé, n° 13. https://doi.org/10.4000/anthropologiesante.2171.

Diagne, Papa Mamadou, et Anne M. Lovell. 2019. « Falling, Dying Sheep, and the Divine: Notes on Thick Therapeutics in Peri-Urban Senegal ». Culture, Medicine, and Psychiatry 43, n° 4 : 663-685. https://doi.org/10.1007/s11013-019-09657-2.

Diawara, Mamadou. 1985. « Les recherches en histoire orale menées par un autochtone ou l’inconvénient d’être du cru ». Cahiers d’études africaines, n° 97 : 5-19. https://doi.org/10.3406/cea.1985.2183.

Doll, Agnieska. 2020. « Work, Facts and the Textual Organization of Involuntary Psychiatric Admission: Insights from Institutional Ethnography». In Research Handbook on Socio-Legal Studies of Medicine and Health, dirigé par Marie-Andrée Jacob et Anna Kirkland. Ann Arbor : University of Michigan Press.

Droney, Damien. 2016. « Demonic Voices: One Man’s Experience of God, Witches, and Psychosis in Accra, Ghana ». In Our Most Troubling Madness: Case Studies in Schizophrenia across Cultures, sous la direction de T.M. Luhrmann et Jocelyn Marrow, 113-126. Berkeley, CA : University of California Press. https://doi.org/10.1515/9780520964945-011.

Dufoix, Stéphane. 2023. Décolonial. Paris : Anamosa.

Edington, Claire. 2019. Beyond the Asylum: Mental Illness in Colonial Vietnam. Ithaca, NY : Cornell University Press. http://www.jstor.org/stable/10.7591/j.ctvdmx138

Estroff, Sue E. 1998 [1985]. Le labyrinthe de la folie. Ethnographie de la psychiatrie en milieu ouvert et de la réinsertion. Le Plessis-Robinson : Les Empêcheurs de penser en rond.

Fancello, Sandra. 2018. « De la violence de l’imaginaire à la violence des images ». Cahiers d’études africaines, n° 231-232 : 975-999. https://doi.org/10.4000/etudesafricaines.22870.

Fanon, Frantz. 2018. Écrits sur l’aliénation et la liberté (Œuvres II). Textes réunis, introduits et présentés par Jean Khalfa et Robert Young. Paris : La Découverte. https://doi.org/10.3917/dec.fanon.2018.01.

Falconieri, Silvia. 2022. « Écrire l’histoire juridique de la folie en situation coloniale ». Clio@Themis, n° 23. https://doi.org/10.4000/cliothemis.3059.

Fassin, Didier. 1992. Pouvoir et maladie en Afrique : anthropologie sociale dans la banlieue de Dakar. Paris : Presses universitaires de France.

Fassin, Didier. 2008. « L’éthique, au-delà de la règle. Réflexions autour d’une enquête ethnographique sur les pratiques de soins en Afrique du Sud ». Sociétés contemporaines, n° 71 : 117-135. https://doi.org/10.3917/soco.071.0117.

Favret-Saada, Jeanne. 1977. Les mots, la mort, les sorts : La sorcellerie dans le bocage. Paris : Gallimard.

Foote, Susan B. 2018. The Crusade for Forgotten Souls: Reforming Minnesota’s Mental Institutions, 1946–1954. Minneapolis, MN : University of Minnesota Press.

Foucault, Michel. 1976 [1972]. Folie et déraison. Histoire de la folie à l'âge classique. Paris : Gallimard.

Gallien, Raphaël. 2020. « La chair de l’asile. Le quotidien de la folie, entre violences ordinaires et ambitions disciplinaires (Madagascar, 1941) ». Politique africaine, n° 157 : 71-89. https://doi.org/10.3917/polaf.157.0071.

Gallien, Raphaël. 2021. « Désigner la folie, manquer le “fou”. Quand l’enquête psychiatrique ne parvient pas à identifier et à comprendre la maladie mentale (Madagascar, années 1930) ». Histoire, médecine et santé, n° 19 : 57-73. https://doi.org/10.4000/hms.4619.

Gallien, Raphaël. 2022. « Penser la race au détour de la folie ». Histoire, médecine et santé, n° 20 : 51-68. https://doi.org/10.4000/hms.5218.

Gallien, Raphaël. 2023. « Le Ramanenjana : de la psychiatrisation à une relecture par l’histoire ». Tsingy - Sciences Humaines, Sud-Ouest océan Indien 72 : 17-30.

Gallien, Raphaël. En cours. « Vivre “fou” en situation coloniale. Délires, corps et affects sur les Hautes-Terres malgaches (1863-années 1950) ». Thèse de doctorat d’histoire. Paris : Université de Paris, CESSMA. https://theses.fr/s230472.

Goffman, Erving. 1968 [1961]. Asiles. Études sur la condition sociale des malades mentaux. Paris : Éditions de Minuit.

Guignard, Laurence, Hervé Guillemain, et Stéphane Tison, dir. 2013. Expériences de la folie. Criminels, soldats, patients en psychiatrie (xixe-xxe siècles). Rennes : Presses universitaires de Rennes. https://doi.org/10.4000/books.pur.118614.

Guillemain, Hervé. 2017. « Le retour aux sources : Points de vue sur l’histoire sociale de la psychiatrie et de la maladie mentale ». L’Évolution psychiatrique 82, n° 3 : 527-535. https://doi.org/10.1016/j.evopsy.2017.02.008.

Guillemain, Hervé. 2018. Schizophrènes au xxe siècle. Des effets secondaires de l’histoire. Paris : Alma.

Guillemain, Hervé. 2020. « L’historien·ne passe-muraille ». Histoire, médecine et santé, n° 15 : 143-151. https://doi.org/10.4000/hms.2333.

Guillemain, Hervé, et Nahema Hanafi. 2022. « Pour une histoire des données médicales (xviie-xxie siècle) », Histoire, médecine et santé, n° 22 : 31-46.

Hamani, Oumarou. 2017. « Les dossiers médicaux au Niger ». Études et Travaux du LASDEL, n° 124. https://lasdel.net/download/n124-les-dossiers-medicaux-au-niger-par-oumarou-hamani-2017/ [archive].

Henckes, Nicolas, et Nicolas Marquis. 2020. « Ce que (faire) parler veut dire. Enjeux méthodologiques et épistémologiques des récits de maladie en psychiatrie », Anthropologie & Santé, n° 20. https://doi.org/10.4000/anthropologiesante.5821.

Hunt, Nancy Rose, et Hubertus Büschel. 2024. Psychiatric Contours. New African Histories of Madness. Durham, NC : Duke University Press.

Jackson, Lynette. 2005. Surfacing Up: Psychiatry and Racial Order in Colonial Zimbabwe (1908-1968). Ithaca, NY : Cornell University Press.

Jaffré, Yannick, et Jean-Pierre Olivier de Sardan, dir. 1999. La construction sociale des maladies. Les entités nosologiques populaires en Afrique de l’Ouest. Paris : PUF.

Jaffré, Yannick, et Jean-Pierre Olivier de Sardan, dir. 2003. Une médecine inhospitalière. Les difficiles relations entre soignants et soignés dans cinq capitales d’Afrique de l’Ouest. Paris : Karthala.

Jaffré, Yannick. 2006. « Les terrains d’une anthropologie comparative des sensibilités et des catégories affective  ». Face à face, n° 9 (octobre). http://journals.openedition.org/faceaface/215.

Keller, Richard. 2007. Colonial Madness. Psychiatry in French North Africa. Chicago : University of Chicago Press.

Kilroy-Marac, Katie. 2019. An Impossible Inheritance. Postcolonial Psychiatry and the Work of Memory in a West African Clinic. Berkeley, CA : University of California Press.

Klein, Alexandre, Hervé Guillemain, et Marie-Claude Thifault, dir. 2018. La fin de l’asile ? Histoire de la déshospitalisation psychiatrique dans l’espace francophone au xxe siècle. Rennes : Presses universitaires de Rennes.

Klein, Alexandre, Isabelle Perreault, et Marie-Claude Thifault. 2016. « L’archive psychiatrique », Santé mentale au Québec 41, n° 2 : 9-20. https://doi.org/10.7202/1037951.

Kreplak, Yaël, et Yann Potin. 2022. « La vie sociale des dossiers ». Genèses, n° 126 : 5-10. https://doi.org/10.3917/gen.126.0005.

Kuipers, Joël C. 1989. « “Medical Discourse” in Anthropological Context: Views of Language and Power». Medical Anthropology Quarterly 3, n° 2 : 99-123. https://doi.org/10.1525/maq.1989.3.2.02a00010.

Laloux, Adélaïde. 2021. « Les dossiers individuels de la protection de l’enfance : constitution, conservation, accès ». Thèse de doctorat d’histoire. Université d’Angers. https://theses.fr/s181277.

Larcher, Silyane. 2023. « Positionnalités des chercheur·e·s minoritaires. Connaître les mondes sociaux, entre rapports de pouvoir et mythe de l’objectivité ». Raisons politiques, n° 89 : 5-24. https://doi.org/10.3917/rai.23.0005.

Le Bonhomme, Fanny. 2022. « Le patient dit “qu’il ne peut pas penser de manière marxiste”. Faire des dossiers psychiatriques des sources d’histoire sociale (RDA, Berlin-Est, années 1960) ». Genèses, n° 126 : 34-55. https://doi.org/10.3917/gen.126.0034.

Le Bonhomme, Fanny. 2016. « Psychiatrie et société en République démocratique allemande : histoires de patients de la clinique psychiatrique et neurologique de la Charité (Berlin-Est, 1960-1968) ». Thèse de doctorat d’histoire. Université Rennes 2. https://theses.hal.science/tel-01296478.

Le Bras, Anatole. 2024. Aliénés. Une histoire sociale de la folie au xixe siècle. Paris : CNRS Éditions.

Lefebvre, Camille, et M’hamed Oualdi. 2017. « Remettre le colonial à sa place. Histoires enchevêtrées des débuts de la colonisation en Afrique de l’Ouest et au Maghreb ». Annales. Histoire, Sciences Sociales 72, n° 4 : 937-943. https://www.cairn.info/revue--2017-4-page-937.htm ; https://doi.org/10.1017/S0395264918000550.

Legrip-Randriambelo, Olivia. 2020. « Des démons et des fous à Madagascar : cacher, exorciser, montrer ». Politique africaine, n° 157 : 111-141. https://doi.org/10.3917/polaf.157.0111.

Lopes dos Santos, Ynaê. 2022. « Race et folie dans la psychiatrie de Juliano Moreira au Brésil (1873-1933) ». Histoire, médecine et santé, n° 20 : 69-88. https://doi.org/10.4000/hms.5251.

Mahone, Sloan, et Megan Vaughan, dir. 2007. Psychiatry and Empire. Londres : Palgrave.

Majerus, Benoît. 2013. Parmi les fous. Une histoire sociale de la psychiatrie au xxe siècle. Rennes : Presses universitaires de Rennes. https://doi.org/10.4000/books.pur.135327.

Manetti, Gaia. 2023. « Une hiérarchie gravée sur les corps. La pratique des transferts de l’Algérie à l’asile d’Aix-en-Provence (1845-1938) ». Thèse de doctorat d’histoire. Université de Pise-Université de Genève.

Marquis, Paul. 2019. « Du camp à l’asile : les hospitalisations psychiatriques d’internés et de détenus politiques pendant la guerre d’indépendance algérienne ». L’Année du Maghreb 20 : 179-194. https://doi.org/10.4000/anneemaghreb.4796.

Marquis, Paul. 2021. « Les fous de Joinville. Une histoire sociale de la psychiatrie dans l’Algérie coloniale (1933-1962) ». Thèse de doctorat d’histoire. Institut d’études politiques de Paris. https://theses.fr/2021IEPP0039.

McCulloch, Jock. 1995. Colonial Psychiatry and the African Mind. Cambridge, MA : Cambridge University Press.

Meyers, Todd. 2017. Chroniques de la maladie chronique. Paris : PUF.

Michel, Aurélia. 2022. « Savoirs psychiatriques et ordre racial, entre collusions et conflits ». Histoire, médecine et santé, n° 20 : 9-26. https://doi.org/10.4000/hms.5124.

Mignolo, Walter. 2010. Desobediencia epistémica: retórica de la modernidad, lógica de la colonialidad, gramática de la descolonialidad. Buenos Aires : Del Signo.

Mouralis, Bernard. 1993. L’Europe, l’Afrique et la folie. Paris : Présence africaine.

Moutaud, Baptiste. 2022. « Les épreuves de la folie. Explorations et expérimentations des vies humaines ». Terrain, n° 76 : 4-23. https://doi.org/10.4000/terrain.23039.

Mudimbe, V.Y. 1994. The Idea of Africa. African Systems of Thought. Bloomington, IN : Indiana University Press: Londres : James Currey.

Olivier de Sardan, Jean-Pierre. 1995. « La politique du terrain. Sur la production des données en anthropologie ». Enquête, n° 1 : 71-109. https://doi.org/10.4000/enquete.263.

Olivier de Sardan, Jean-Pierre. 1998. « Émique ». L’Homme, n° 147 : 151-166. https://doi.org/10.3406/hom.1998.370510.

Parle, Julie. 2007. States of Mind: Searching for Mental Health in Natal and Zululand, 1868-1918. Pietermaritzburg : University of KwaZulu-Natal Press.

Petit, Véronique. 2020. « “Tu peux être en vie et déjà mort” : le quotidien ordinaire d’une personne atteinte de troubles psychiques au Sénégal ». Politique africaine, n° 157 : 39-69. https://doi.org/10.3917/polaf.157.0039.

Pettigrew, Erin. 2023. Invoking the Invisible in the Sahara. Islam, Spiritual Mediation, and Social Change. Cambridge, MA : Cambridge University Press. https://doi.org/10.1017/9781009224581.

Pfeiffer, James et Mark, Nichter. 2008. « What Can Critical Medical Anthropology Contribute to Global Health? A Health Systems Perspective ». Medical Anthropology Quarterly 22, n° 4 : 410–415. https://doi.org/10.1111/j.1548-1387.2008.00041.x.

Plessis (du), Rory. 2015. « Beyond a Clinical Narrative: Casebook Photographs from the Grahamstown Lunatic Asylum, c. 1890s ». Critical Arts 29 (sup. 1) : 88-103. https://doi.org/10.1080/02560046.2015.1102258.

Porter, Roy. 1985. « The Patient View: Doing Medical History from Below ». Theory and Society 14, n° 2 : 175-198. https://www.jstor.org/stable/657089.

Plumauzille, Clyde et Mathilde Rossigneux-Méheust. 2014. « Le stigmate ou la différence comme catégorie utile d’analyse historique ». Hypothèses, n° 17 : 215-228. https://doi.org/10.3917/hyp.131.0215.

Quarshie, Nana. O. 2022. « Psychiatry on a Shoestring: West Africa and The global Movements of Deinstitutionalization ». Bulletin of the History of Medicine 96, n° 2 : 237-265. https://doi.org/10.1353/bhm.2022.0023.

Rhodes, A. Lorna. 1991. Total Confinement: Madness and Reason in the Maximum Security Prison. Berkeley, CA : University of California Press.

Robcis, Camille. 2020. « Frantz Fanon, Institutional Psychotherapy, and the Decolonization of Psychiatry ». Journal of the History of Ideas 81, n° 2 : 303-325. https://doi.org/10.1353/jhi.2020.0009.

Sadowsky, Jonathan. 1999. Imperial Bedlam: Institutions of Madness in Colonial Southwest Nigeria. Berkeley, CA : University of California Press.

Sadowsky, Jonathan, et Kylie Smith. 2024. « Reflections on the Use of Patient Records: Privacy, Ethics, and Reparations in the History of Psychiatry ». Journal of the History of the Behavioral Sciences 60, n° 1. https://doi.org/10.1002/jhbs.22260.

Saïd, Edward W. 2015 [1978]. L’Orientalisme. L’Orient créé par l’Occident. Points-Essais. Paris : Seuil.

Scarfone, Marianna. 2021. « “Psychosis of Civilization”: A Colonial-situated Diagnosis ». History of Psychiatry 32, n° 1 : 52-68. https://doi.org/10.1177/0957154X20968063.

Schwartz, Sally. 2018. « Asylum Cas Records: Fact and Fiction ». Rethinking History 22, n° 3 : 289-301. https://doi.org/10.1080/13642529.2018.1487096.

Sibeud, Emmanuelle. 2002. Une science impériale pour l’Afrique ? La construction des savoirs africanistes en France, 1878-1930. Paris : Éditions de l’EHESS.

Studer, Nina. 2016. The Hidden Patients: North African Women in French Colonial Psychiatry. Cologne : Weimar Böhlau Verlag.

Tasia, Edgar. 2018. « Au-delà du rêve : Ethnographie affective du processus de résilience des Aborigènes de Sydney (Australie) ». Tsantsa 23 : 14-23. https://hdl.handle.net/2268/263946.

Tinguely, Raphaël. 2023. « Premiers usages de l’électroconvulsivothérapie en Suisse. Enquête sur un film réalisé à la clinique des Rives de Prangins en 1940 ». Histoire, médecine et santé, n° 23 : 163-168. https://doi.org/10.4000/hms.6980.

Tiquet, Romain. 2022. « Gestion policière et enfermement non pénal : la mise à distance des ‘’fous dangereux’’ dans le Sénégal colonial ». Clio@Themis, n° 23. https://doi.org/10.4000/cliothemis.2768.

Tiquet, Romain. 2023. « Moustapha H. Regard clinique et historien sur un dossier de patient de la clinique psychiatrique de Fann (Sénégal, années 1960) », L’autre – Clinique, culture et société 24, n° 1 : 59-68. https://hal.science/hal-04109374.

Vaughan, Megan. 1991. Curing their Ills. Colonial Power and African Illness. Redwood City, CA : Stanford University Press.

Zempleni, András. 1968. « L’interprétation et la thérapie traditionnelle du désordre mental chez les Wolof et les Lébou du Sénégal ». Thèse de troisième cycle d’ethnologie. Université de Paris.

Top of page

Notes

1 Pour un panorama plus complet sur la construction de cette catégorie, voir l’introduction au dossier « L’ordinaire de la folie » de Politique africaine (Aït Mehdi et Tiquet 2020).

2 Voir son projet de recherche en cours de Parfait Dtematio Akana : « Le thème de la folie dans la création télévisuelle au Cameroun. Essai d’anthropologie visuelle ». Présentation vidéo sur la chaînt de l’Institut d’études avancées de Nantes, mise en ligne le 19 juin 2018 : https://youtu.be/Cj09wyrlqqY.

Top of page

References

Electronic reference

Gina Aïtmehdi, Camille Evrard, Raphaël Gallien and Paul Marquis, “Introduction. Sur les traces de la folie : sources et terrains africains (xxe-xxie siècle)”Sources: Materials & Fieldwork in African Studies [Online], 8 | 2024, Online since 05 July 2024, connection on 12 July 2024. URL: http://journals.openedition.org/sources/1477; DOI: https://doi.org/10.4000/11xjz

Top of page

About the authors

Gina Aïtmehdi

Institut des mondes africains (IMAF), CNRS ; Laboratoire d’anthropologie des mondes contemporains (LAMC), Université libre de Bruxelles).

Camille Evrard

Institut des mondes africains (IMAF), CNRS. https://orcid.org/0009-0009-5581-7556

Raphaël Gallien

Institut des mondes africains (IMAF), CNRS ; Centre d’études en sciences sociales sur les mondes africains, américains et asiatiques (CESSMA), Université Paris Cité. https://orcid.org/0009-0009-4067-6041

Paul Marquis

Institut des mondes africains (IMAF), CNRS ; Centre d’histoire de Sciences Po (CHSP). https://orcid.org/0009-0008-9965-0033

By this author

Top of page

Copyright

CC-BY-SA-4.0

The text only may be used under licence CC BY-SA 4.0. All other elements (illustrations, imported files) are “All rights reserved”, unless otherwise stated.

Top of page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search