Skip to navigation – Site map

Michel Cartry : l'homme et le maître à penser i

Tal Tamari
p. 147-150

Full text

  • i Transcription de l'allocution lue lors du colloque, le 15 octobre 2011.

1Je voudrais témoigner de la qualité de l'enseignement et du rayonnement de Michel Cartry, que j'ai eu le privilège de connaître à partir de 1978, d'abord dans le cadre de son séminaire, consacré aux religions de l'Afrique, puis en tant que directeur de ma thèse.

2Permettez-moi d'évoquer quelques souvenirs personnels, datant de l'époque où j'ai fait sa connaissance.

3Alors étudiante en Angleterre, à Oxford, j'avais écrit à Germaine Dieterlen en lui faisant part des réflexions que m'inspiraient ses travaux sur les mythes et signes bambara et dogon. Avec une extrême gentillesse, elle me répondit en m'invitant à la rencontrer à Paris. Là, elle m'expliqua qu'elle ne dirigeait plus de travaux, mais me recommanda d'assister au séminaire de Michel Cartry, qui lui avait succédé dans l'enseignement à l'EPHE. Comme j'ai pu le constater par la suite, elle devait participer activement à ce séminaire pendant plusieurs années encore.

4Quant à moi, j'allais assister à ce séminaire jusqu'au début des années 1990, bien après la fin de mon cursus formel, car Michel Cartry ne se répétait pas.

5Tout le monde se souvient de l'atmosphère intellectuelle électrique qui régnait à Paris à la fin des années 1970. Des personnes de toutes disciplines et de tous horizons affluaient, souvent sans inscription aucune, dans les cours et séminaires universitaires.

  • 1 Dans ses séminaires. M. Cartry s'attacha surtout aux travaux de J. Goody portant sur l'initiation B (...)

6Le séminaire de Michel Cartry se distinguait par le souci de la mise en relation de ses données de terrain, recueillies auprès des Gourmantché du Burkina Faso, avec celles, rapportées dans les écrits d'autres chercheurs, qu'il estimait pertinentes. Et notamment celles de Jack Goody, alors professeur à Cambridge, qui étudiait certaines populations, également de langue voltaïque, du Ghana voisin 1.

  • 2 On ne pourra mentionner ici que ses ouvrages Les Bobo: nature et fonction des masques, Pans: ORSTOM (...)

7Je n'ai jamais auparavant, ni depuis, assisté à un cours où les données de terrain étaient restituées de manière aussi complète et approfondie. Toutefois, quelques années plus tard, lorsque je fus admise à assister aux séminaires du Laboratoire associé n° 221, « Systèmes de pensée en Afrique noire», j'ai eu l'occasion d'écouter des exposés tout aussi détaillés et passionnés. Je ne citerai ici que le regretté Guy Le Moal (1924-2010), qui a réalisé une documentation écrite et filmique incomparable concernant les Bobo, population de langue mandé du Burkina2. Mais il y avait aussi les exposés d'autres personnes, qui sont, heureusement, toujours parmi nous.

8En même temps, tout détail ethnographique était, pour Michel Cartry, l'occasion de soulever des interrogations fondamentales. Comme vous le savez, il avait, pendant plusieurs années, étudié la philosophie.

9Michel Cartry était exigeant à l'égard du travail écrit de ses étudiants et d'une extrême rigueur quant à la correction du raisonnement. Régulièrement, les weekends et les jours fériés, et singulièrement le 14 juillet, les étudiants inscrits avec lui se présentaient à son domicile. Alors, il se mettait à lire ou à relire à haute voix devant eux le travail qu'ils lui avaient transmis au préalable. Il posait de nombreuses questions et soumettait chaque phrase, chaque enchaînement de phrases, à toutes les critiques possibles. Des étudiants se tenaient dans l'entrée de l'appartement ou bien se promenaient dans le quartier, chacun attendant son tour.

10Michel Cartry a ainsi formé, à la méthodologie de terrain et à la pensée anthropologique, de nombreux chercheurs européens et africains. Les Africains étaient, peut-être, proportionnellement plus nombreux à l'époque qu'aujourd'hui (problèmes de visas et crises économiques obligent).

11Permettez-moi, de nouveau, de citer quelques noms:

  • 3 Thèse de doctorat de 3e cycle soutenue sous la direction de H. Sirault en 1979: Vers une pensée ori (...)

12Mamadou Lamine Traoré préparait une thèse sur la géomancie au département de philosophie de l'Université Paris IV, Michel Cartry étant membre du jury. Par la suite, Mamadou Lamine Traoré devait être plusieurs fois ministre au Mali - pendant cinq ans, ministre de l'Éducation. En grande partie responsable du développement du rôle des langues nationales dans l'enseignement, il a également fondé un parti politique, Miria (ce mot signifie « pensée » en bambara). Sa thèse, revue, fut publiée à titre posthume fin 2007, sous le titre Philosophie et géomancie3.

  • 4 M. Sanogo (décédé en 2008), Les Rites funéraires en pays Worodougou: région de Séguéla, Côte d'Ivoi (...)
  • 5 Les Enfants de la lumière: l'initiation des Jeunes filles en pays Mauka (région de Touba, Côte d'Iv (...)

13Moustapha Sanogo et Mamadou Diabaté, tous deux originaires du milieu mandingue de Côte-d'Ivoire, ont soutenu, le premier, un mémoire sur les rites funéraires puis une thèse sur la société initiatique du Koma4, le second, un mémoire sur l'initiation de jeunes filles5.

  • 6 Le Mariage traditionnel des Barundi à travers les épithalames, thèse de doctorat de 3e cycle. Unive (...)

14Paul Bucumi préparait une thèse sur les épithalames au Burundi, occasion d'exposés dont je n'oublierai jamais le caractère enchanteur6.

15Michel Cartry associait à la rigueur méthodologique une grande tolérance intellectuelle et une démarche implicitement pluridisciplinaire.

16Personnellement, je lui dois énormément. Alors que d'autres professeurs avaient refusé les thèmes de recherche que je proposais, lui, il m'a non seulement invitée, mais il a insisté pour que je prépare une thèse sous sa direction, sur le sujet qui me tenait à cœur: les castes de l'Afrique occidentale. Par « castes », on entend, dans ce contexte, des groupes endogames d'artisans et musiciens.

17C'était la preuve d'une grande ouverture d'esprit, à une époque où parler des castes hors de l'Inde était considéré comme une hérésie, où traiter d'une région aussi vaste (englobant 14 États contemporains) était tenu pour impossible, et où, de plus, l'idée d'étudier l'évolution d'une institution africaine dans la longue durée était accueillie avec incrédulité.

18Lorsque, la rédaction de la thèse achevée, certaines personnes pressenties pour être au jury me recommandèrent d'omettre la comparaison avec l'Inde, Michel Cartry me défendit: « Il faut partir d'un concept ». Pour lui, le comparatisme n'était pas un vain mot. Il pratiquait la comparaison du proche, mais aussi de l'apparemment lointain.

  • 7 7 Zeitschrift fùr Ethnolog,e (Berlin) 131(2), 2006; Cahiers d'études africaines (Paris) 46 (4), n° (...)

19Alors que certains ethnologues au jury m'avaient demandé de retirer mon interprétation des relations à plaisanteries entre clans ou populations comme indices d'alliances politiques passées, Michel Cartry me défendit encore. Récemment, l'interprétation politique de ces relations a fait l'objet de deux colloques, publiés fin 2006 dans cieux revues prestigieuses, l'une en France, l'autre en Allemagne7 .

20Michel Cartry m'a également encouragé à poursuivre l'étude de l'autre thème qui m'est cher: les relations entre l'islam et les religions traditionnelles, le lacis de leurs influences réciproques.

21Vous aurez compris avec quelles profondes émotion et reconnaissance je rends hommage aujourd'hui à ce maître à penser.

Top of page

Notes

1 Dans ses séminaires. M. Cartry s'attacha surtout aux travaux de J. Goody portant sur l'initiation Bagré et les rites funéraires; déjà à l'époque pourtant. J. Goody était reconnu principalement pour ses travaux sur l'impact social de l'écriture.

2 On ne pourra mentionner ici que ses ouvrages Les Bobo: nature et fonction des masques, Pans: ORSTOM, 1980, 2e éd. légèrement revue: Tervuren: Musée royal de l'Afrique centrale, 1999 et Masques bobo: vie, formes et couleurs, Tervuren: MRAC. 2008, ainsi que le film Hivernage à Kouroumani, CNRS Audiovisuel. 1978. On lui associera le souvenir d’O.Gollnhofer (1934-94), spécialiste du Gabon. particulièrement noté pour ses études sur les rites initiatiques Bwiti. Depuis que cette allocution a été prononcée. on a eu à déplorer la perte de: R. Sillans (nov. 2011), ethnobotaniste et historien du Gabon - ces deux chercheurs spécialistes d'un même pays ont souvent travaillé en collaboration; L.de Heusch (août 2012), cofondateur et premier directeur du laboratoire, qui grâce à ses fines analyses comparatives des mythes du continent africain et ceux de l'aire culturelle bantoue en particulier. Justifia et réintroduit (à la suite de J.Frazer) le concept de « royauté sacrée » en anthropologie; J.F.Vincent (déc. 2012), spécialiste du Tchad, du Cameroun, de la royauté sacrée et du statut des femmes: Y.T Cissé (déc. 2013), connaisseur inégalé des sociétés mandingues, pionnier de la collecte et de l'interprétation des traditions orales. et fin humaniste. On leur associera encore le souvenir de M. Izard (fév. 2012). proche ami de M. Cartry et du laboratrnre, historien des royaumes mossi, (Burkina Faso) et théoricien du politique.

3 Thèse de doctorat de 3e cycle soutenue sous la direction de H. Sirault en 1979: Vers une pensée originelle africaine: exposé géomantique, critique de la négritude et du consciencisme. Référence complète de l’ouvrage: Philosophie et géomancie. Vers une pensée africaine originelle. Bamako. Donniya, 2007. Parmi ses autres publications, on peut citer: « L'utilisation des langues nationales dans le système éducatif malien: historique, défis et perspectives». in B. Brock·Utne et I.Skattum (eds), Languages and Education m Africa. A Comparative and Transdisciplinary Analysis. Didcot. Oxfordshire, Symposium Books, 2009, pp. 155-161.

4 M. Sanogo (décédé en 2008), Les Rites funéraires en pays Worodougou: région de Séguéla, Côte d'Ivoire, diplôme de l'EPHE, 1981; Contribution à l'étude du Koma: une société initiatique masculine chez les Worodougou de Côte d'Ivoire, région de Séguéla, thèse de doctorat de 3e cycle, École des Hautes Études en Sciences Sociales, 1985.

5 Les Enfants de la lumière: l'initiation des Jeunes filles en pays Mauka (région de Touba, Côte d'Ivoire), diplôme de l'EPHE, 1984; Les Sociétés de chasseurs chez les Maouka de Côte-d'Ivoire (région de Touba), mémoire de DEA, EHESS, 1985.

6 Le Mariage traditionnel des Barundi à travers les épithalames, thèse de doctorat de 3e cycle. Université Paris Vll,1982.

7 7 Zeitschrift fùr Ethnolog,e (Berlin) 131(2), 2006; Cahiers d'études africaines (Paris) 46 (4), n° 184, 2006.

Top of page

Endnote

i Transcription de l'allocution lue lors du colloque, le 15 octobre 2011.

Top of page

References

Bibliographical reference

Tal Tamari, « Michel Cartry : l'homme et le maître à penser  », Systèmes de pensée en Afrique noire, 19 | 2014, 147-150.

Electronic reference

Tal Tamari, « Michel Cartry : l'homme et le maître à penser  », Systèmes de pensée en Afrique noire [Online], 19 | 2014, Online since 04 February 2020, connection on 03 April 2020. URL : http://journals.openedition.org/span/1647 ; DOI : https://doi.org/10.4000/span.1647

Top of page

About the author

Tal Tamari

Directrice de recherche au CNRS Institut des mondes africains (IMAF)

Top of page

Copyright

© École pratique des hautes études

Top of page
  • Logo EPHE
  • Logo CEMAF
  • OpenEdition Journals