Navigation – Plan du site

AccueilAppel à contributionsAppel en cours2024 - Les nombres écologiques

2024 - Les nombres écologiques

Objets et pratiques, visualisations et circulations
Antoine Hardy, Thomas Amossé et Jean-Christophe Thalabard

Appel à contributions

Hausse des températures, « empreinte carbone », « jour du dépassement », disparition des insectes : une grande diversité de nombres en lien avec les dégradations environnementales sont produits, circulent et participent de notre rapport à l’environnement. Ils expriment parfois des états en tonnes ou en kilos (pour la consommation de matériaux ou le dioxyde de carbone équivalent par exemple), en centimètre (l’élévation du niveau de la mer) ou en degré (la hausse des températures), en unité comptable (pour les espèces), pourcentage (pour l’estimation de la disparition des insectes, qui sont difficile à compter à « l’unité ») ou en indicateur composite (l’indice « planète vivante » pour estimer la population de plusieurs milliers de vertébrés en un seul indicateur). Certains de ces nombres sont liés à une élaboration conceptuelle particulière, à l’image de l’empreinte écologique, qui définit le nombre d’hectares nécessaires au développement d’une région (Rees, 1992) ou sont mobilisés dans des représentations visuelles pour donner une cartographie à « l’anthropocène » (Atlas de l’anthropocène, 2019) ou montrer le progressif franchissement des limites-planétaires (Rockström et al., 2009).

D’autres nombres résultent d’un travail de mesures et de relevés dans la durée (Beck, 2008) comme celui du dioxyde de carbone dans l’atmosphère, entrepris à partir de la fin des années 1950 et dont Charles Keeling a dû justifier l’intérêt (Keeling, 2008). Des nombres dominent la littérature scientifique pendant une période donnée, comme le passage de l’empreinte environnementale à l’empreinte carbone entre les années 1990 et 2000, l’empreinte ne se réduisant par ailleurs pas au carbone (Galli et al., 2012).

Ces nombres, pour lesquels le descriptif voisine parfois avec le normatif, sont aussi à appréhender en mettant à jour la matérialité qui est à l’origine aussi bien de leur production, « infrastructures de connaissance » chez Paul Edwards (2010) ou « infrastructures épistémique » pour Michelle Murphy (2017) comme de leur circulation. Noortje Marres (2012) décrit les effets en termes de participation de dispositifs matériels, par exemple sous la forme d’une lumière traduisant la consommation d’électricité et, par extension, le moment, opportun pour se faire du thé, un exemple qui montre une forme de quantification matérielle sans nombre. Hannah Knox voit de son côté la comptabilité carbone comme l’émergence d’une manière de penser « climatiquement » (Knox, 2020).

Enfin, la diversité est à appréhender à partir des espaces de production et de réception de ces nombres, qui peuvent concerner des organisations internationales (Martin, 2023) ou non-gouvernementales (le concept de « jour du dépassement » porté par l’ONG Global Footprint Network associée au think tank britannique New Economics Foundation en 2006), des acteurs publics comme privés (Lipert, 2015 ; Vesty et al., 2015), une gouvernance plurielle (par exemple, la Base Carbone, devenue Base Empreinte®, de l’ADEME) ou participer à la structuration d’un marché comme celui du carbone (MacKenzie, 2009). Cette production et circulation n’est bien sûr pas à considérer comme relevant de sphères distinctes et étanches entre elles puisqu’il y a des formes d’hybridité et de co-production, par exemple pour ce qui concerne les « + 2 degrés » de réchauffement (Dahan & Guillemot, 2015) et des choix politiques derrière une vision de la quantification, comme les trois périmètres (scopes) de l’estimation de l’empreinte carbone par le Greenhouse Gas Protocol à la fin des années 1990 (Walenta, 2021).

La quantification de l’environnement est bien à ressaisir à partir de ses espaces sociaux et contextes historiques et de ses soubassements qui sont à la fois méthodologiques, matériels et épistémologiques.

Ce numéro de Statistique et société ambitionne de mettre au travail ces nombres écologiques, avec en fil rouge une interrogation pour savoir si cette forme de quantification diffère ou non, et comment, d’autres formes de mise en nombre. Autrement dit, comment la quantification environnementale permet-elle d’engager une discussion plus large avec la littérature sur la quantification ? Il est ainsi attendu, dans un effort de cumulativité, que les contributions travaillent la question des nombres écologiques en lien avec la littérature sur les études sociales de la quantification à propos de laquelle plusieurs ouvrages ont récemment proposé des perspectives d’ampleur (Martin, 2020 ; Mennicken & Salais (dir.), 2022 ; Newfield, Alexandrova & John (dir.), 2022).

Les propositions sont invitées à aborder trois dimensions en particulier de cette quantification environnementale, distinguées à des fins de présentations et qui peuvent bien sûr être articulées ensemble.

1. Contexte de production.

Cet axe permet de travailler la question de la « qualité » des données, au double sens de leur précision (Jóhannesson et al., 2020) et de ce qui les constitue. La quantification carbone, par exemple, montre différentes formes de tensions et d’articulation entre la précision, l’exhaustivité et l’incertitude. Quel est le détail des opérations métrologiques et de leurs choix de conventionnement et de mesures ? Comment se font les arbitrages (par exemple dans une initiative comme celle portée par Labos 1point5 qui a développé son propre calculateur pour estimer « l’empreinte carbone » des laboratoires publics de recherche) ? Il s’agit aussi de s’interroger sur les types de savoir produits par cette production de nombres en rapport avec l’environnement. S’agit-il de savoirs scientifique ou militants, ces derniers pouvant être compris comme des savoirs populaires, amateurs, qu’ils soient profanes ou citoyens ou en lutte, pour reprendre la distinction de Jérôme Lamy (2018) ? Cette distinction est-elle opérable en la matière ? Le contexte de production renvoie également à l’inégale distribution des possibilités de quantification et aux asymétries de pouvoir. Par qui ces quantifications sont-elles décidées (l’Etat, des agences gouvernementales, des ONG, etc.) et mises en œuvre ? Quelles sont les contraintes légales, techniques ou sécuritaires qui jouent dans ce processus de quantification ? Il semble aussi utile de prêter attention aux quantifications « par le bas », qui relèveraient d’une production de nombres écologiques, par exemple par le biais de capteurs ou d’installations. Hannah Knox (2021) montre par exemple comment la production de nouvelles données environnementales, par exemple avec des compteurs décentralisés de suivi de consommation énergétique, ouvre un espace de participation et d’interrogations « à propos des relations entre la vie publique et privée ».

2. Espaces de circulation.

Les frontières des nombres sont à interroger à partir de leur circulation. Un nombre écologique garde-t-il ses propriétés lorsqu’il circule ? Que fait-il aux espaces qu’il traverse ? Ces nombres écologiques pénètrent-ils dans la société au point de constituer en celle-ci une « marbrure » (Didier, 2021) ? Certains nombres écologiques circulent hors des espaces académiques ou sont pensés dès le départ en vue d’un objectif de changement politique et social, ce qui amène à s’interroger sur l’existence d’un « statactivisme » (Bruno, Didier & Prévieux (dir.), 2008) environnemental. Il est utile de prêter attention aux effets de retour sur la quantification de ces différentes circulations. La circulation peut aussi s’appréhender à partir d’applications qui vont utiliser des nombres et données en lien avec l’environnement pour comprendre ce qui en résulte en termes d’usage.

3. Visualisation et charge émotionnelle.

Il s’agit enfin de penser la quantification en lien avec une sociologie visuelle des nombres. Plusieurs de ces nombres sont en effet retraduits dans des formes visuelles qui prolongent la quantification et contribuent à sa circulation (les ateliers de « La Fresque du Climat » ou ceux de « Ma Terre en 180 Minutes » en sont des exemples), ce qui amène aussi à aborder ces nombres à partir de leurs réceptions et de leur charge affective. Dans son travail sur le PIB et l’économisation (economization) de la vie, Michelle Murphy (2016) attirait l’attention sur la nécessité de prêter attention à « l’affectif », en montrant « comment les imaginaires, les émotions, les futurs et les fantasmes font partie du travail de quantification » (p. 7). Elle proposait le terme de « phantasmagrammes » pour décrire des « pratiques quantitatives enrichies d'affect » (p. 24). Existe-t-il, et comment, des phantasmagrammes de la quantification environnementale ?

Ce numéro de Statistique et société ne s’adresse pas seulement aux collègues spécialistes de la socio-histoire de la quantification mais affirme son ouverture aussi bien sur le plan des sciences sociales que sur celui des disciplines scientifiques qui effectuent des mises en nombre en lien avec l’environnement et, enfin, à l’égard des acteurs qui ont quantifié, ou qui le font encore, le rapport à l’environnement (statisticiens et statisticiennes, fonctionnaires, etc.) et qui voudraient saisir la perspective de ce numéro pour proposer un retour réflexif sur leurs pratiques.

Modalités de réponse et calendrier

Les contributeurs et contributrices sont invités dans un premier temps à proposer une intention d’article de 5 000 à 7 000 signes environ (3 à 4 pages) présentant clairement la question de recherche étudiée, les sources et matériaux utilisés, les outils d’analyse mobilisés et les résultats attendus.

Ces intentions sont à envoyer pour le vendredi 17 mai 2024 par courriel, en pièce jointe, à la rédaction de la revue contribution-statsociete@framalistes.org.

Les auteurs et autrices dont les projets auront été retenus en seront informés un mois plus tard (le 14 juin 2024) et devront envoyer leur article complet pour le 15 novembre 2024.

La parution du numéro, dont la composition résultera de l'évaluation conduite par la revue, est prévue pour l'année 2025.

Pour plus de détails sur le format des articles et les attendus de la présentation, vous pouvez consulter les « Instructions aux auteurs » sur le site de la revue.

Les articles feront l’objet d’une évaluation par des rapporteurs et rapportrices extérieurs au comité de rédaction, selon la procédure en vigueur (voir la rubrique « Évaluation des articles »).

Bibliographie

Beck, E.-G. (2008). 50 Years of Continuous Measurement of CO 2 on Mauna Loa. Energy & Environment, 19(7), 1017–28. https://doi.org/10.1260/095830508786238288.

Bruno, I., Didier, E. & Prévieux, J. (2008). Statactivismes. Comment lutter avec les nombres. La Découverte.

Dahan, A. & Guillemot, H. (2015). Les relations entre science et politique dans le régime climatique : à la recherche d’un nouveau modèle d’expertise ?. Natures Sciences Sociétés, 23, 6–18. https://doi.org/10.1051/nss/2015014.

Didier, E. (2021). Quantitative Marbling. Anton Wilhelm Amo Lectures, 7, Martin Luther-Universität Halle-Wittenberg Press.

Edwards, P. (2010). A Vast Machine: Computer Models, Climate Data, and the Politics of Global Warming. MIT Press.

Galli, A., Wiedmann, T., Ercin, E., Knoblauch, D., Ewing, B. & Giljum, S. (2012). Integrating Ecological, Carbon and Water Footprint into a ‘Footprint Family’ of Indicators: Definition and Role in Tracking Human Pressure on the Planet. Ecological Indicators, 16(May), 100–112. https://doi.org/10.1016/j.ecolind.2011.06.017.

Gemmene, F., Rankovic, A. & Atelier de cartographie de Sciences Po (2021). Atlas de l’anthropocène. Presses de Sciences Po.

Jóhannesson Sigurður E., Heinonen, J. & Davíðsdóttir, B. (2020). Data Accuracy in Ecological Footprint’s Carbon Footprint. Ecological Indicators, 111(April). https://doi.org/10.1016/j.ecolind.2019.105983.

Keeling, C. (1998). Rewards and Penalties of Monitoring the Earth. Annual Review of Energy and the Environment, 23(1), 25–82. https://doi.org/10.1146/annurev.energy.23.1.25.

Knox, H. (2020). Thinking like a Climate: Governing a City in Times of Environmental Change. Duke University Press.

Knox, H. (2021). Making Climate Public: Energy Monitoring and Smart Grids as Political Participation. Journal of the British Academy, 9(9), 183–204. https://doi.org/10.5871/jba/009s9.183.

Lamy, J. (2018). Savoirs militants : Essai de définition historique et sociologique. Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 138(Juin), 15–39. https://doi.org/10.4000/chrhc.6773.

Lippert, I. (2015). Environment as Datascape: Enacting Emission Realities in Corporate Carbon Accounting. Geoforum, 66(November), 126–35. https://doi.org/10.1016/j.geoforum.2014.09.009.

MacKenzie, D. (2009). Making Things the Same: Gases, Emission Rights and the Politics of Carbon Markets. Accounting, Organizations and Society, 34(3-4), 440–55. https://doi.org/10.1016/j.aos.2008.02.004.

Marres, N. (2012). Material Participation: Technology, the Environment and Everyday Publics. Palgrave Macmillan. https://doi.org/10.1057/9781137029669.

Martin, B. (2023). Chiffrer le crime. Enquête sur la production de statistiques internationales. Presses de Sciences Po. https://www.cairn.info/chiffrer-lecrime--9782724640106.htm.

Martin, O. (2020). L’empire des chiffres. Armand Colin. https://www.cairn.info/l-empire-des-chiffres--9782200625719.htm.

Mennicken, A. & Salais, R. (dir.) (2022). The New Politics of Numbers: Utopia, Evidence and Democracy. Springer International Publishing. https://doi.org/10.1007/978-3-03078201-6.

Murphy, M. (2017). The Economization of Life. Duke University Press.

Newfield, C., Alexandrova, A. & John, S. (dir.) (2022). Limits of the Numerical: The Abuses and Uses of Quantification. University of Chicago Press. https://doi.org/10.7208/chicago/9780226817163.001.0001.

Rees, W. (1992). Ecological Footprints and Appropriated Carrying Capacity: What Urban Economics Leaves Out. Environment and Urbanization, 4(2), 121–30. https://doi.org/10.1177/095624789200400212.

Rockström, J., Steffen, W., Noone, K., Persson, A., Chapin, F., Lambin, EM. Lenton, T. et al. (2009). A Safe Operating Space for Humanity. Nature, 461(7263), 472–75. https://doi.org/10.1038/461472a.

Vesty, G., Telgenkamp, A. & Roscoe, P. (2015). Creating Numbers: Carbon and Capital Investment. Accounting, Auditing & Accountability Journal, 28(3), 302–24. https://doi.org/10.1108/AAAJ-10-2013-1507.

Walenta, J. (2021). The Making of the Corporate Carbon Footprint: The Politics behind Emission Scoping. Journal of Cultural Economy, 14(5), 533–48. https://doi.org/10.1080/17530350.2021.1935297.

Haut de page

Document annexe

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search