Navigation – Plan du site

AccueilNuméros3Stendhal voyageur, ou des livres ...

Stendhal voyageur, ou des livres qui se promènent sur une grande route

Les livres dans les Voyages en France
Stendhal the traveller, or books on the open road. Books in Voyages en France
Keiko Sugimoto-Ebine
p. 45-65

Résumés

Cet article vise à réfléchir sur la présence des livres dans les Voyages en France, mélange de récit de voyage fictif et de vrai journal de voyage. Nous commençons par reconstituer la bibliothèque mobile du touriste, qui se procure les livres en chemin avant de les abandonner à son gré. Celui-ci hérite beaucoup des habitudes de son auteur, qui a constamment besoin de livres non seulement pour s’informer mais aussi pour ses rêveries. Cette pratique du livre couvre alors toutes les étapes du voyage : la fréquentation des bibliothèques et des cabinets de lecture offre au touriste autant d’occasions d’observer la vie sociale et culturelle de la province sous la monarchie de Juillet.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Prosper Mérimée, lettre à Sutton Sharpe, 16 août 1836, Correspondance générale, t. II, Paris, Le D (...)
  • 2 Sur l’histoire des bibliothèques stendhaliennes dont la totalité reste difficile à saisir, voir l’e (...)

1Par rapport à ses compatriotes romantiques Stendhal n’était pas un voyageur au long cours ; excepté pour la Russie, il n’a jamais franchi la porte de l’Europe, et il ne lui est pas venu à l’esprit d’aller explorer les pays des Mille et une Nuits. Mais comme disait son ami Mérimée, il était constamment obsédé par le « besoin de locomotion1 », un esprit voyageur, sans cesse en déplacement, comme l’on sait, parfois au détriment de ses obligations professionnelles. Or, pendant ses trajets, ses livres et ses manuscrits ne l’ont jamais quitté, et l’ont toujours accompagné dans sa vie intellectuelle et sentimentale. Les livres lui servaient, au gré des circonstances et de son état d’esprit, de document, de sujet de réflexion, de source d’inspiration et de divertissement. Ses bibliothèques – en partie conservées sous forme de « fonds » grâce à ses amis et à son cousin, transmises virtuellement sous forme de « listes » dressées par lui-même à certains moments de sa vie ou encore découvertes grâce à l’« inventaire » établi par la police pontificale – témoignent des multiples strates constituées par ses séjours successifs à Paris, à Milan, à Rome et à Civitavecchia2.

  • 3 Ibid., p. 78-79.

2Il est difficile de dire exactement à quelle époque et dans quel but il s’est pourvu de ces livres, et s’il les a vraiment lus. Pour leur moitié toutefois, ils sont annotés et les traces qu’il y a laissées sur les pages de garde, sur les pages imprimées, sur les couvertures cartonnées, et même sur la tranche3, nous aident à le suivre dans ses déplacements, là où les échanges de lettres deviennent plus rares. Ces notes, parfois complétées de dessins, viennent combler les lacunes de ses carnets de voyage, quant à l’itinéraire et au calendrier du séjour, et nous confortent dans l’idée que le texte stendhalien n’a pas de limites et prolifère à l’infini.

  • 4 Nous désignons par ce titre l’ensemble des textes regroupés dans le volume Voyages en France de la (...)

3Nous nous proposons ici de réfléchir à la présence des livres dans les textes de voyage de Stendhal, en nous focalisant sur leur statut dans les Voyages en France4, dans lesquels, à notre avis, les rapports qu’entretiennent le héros (Philippe L…, marchand de fer) ou l’auteur avec les livres sont plus visibles que dans les récits de voyage en Italie. Alors que les soirées des villes italiennes sont plus animées, avec le divertissement apporté par les spectacles et les conversations de salon, dans les villes de province françaises, à la vie sociale et culturelle plus limitée, le touriste a plus de temps à consacrer à la lecture. Philippe L…, personnage fictif de convention, hérite en effet de son auteur beaucoup de ses habitudes, y compris les usages et les pratiques du livre : il feuillette en diligence les ouvrages emportés ou achetés sur place, passe dans les librairies et les cabinets de lecture des villes visitées. Il fait le tour de la ville avec un guide à la main, dans lequel, tout comme son auteur, il puise des informations pour enrichir ses descriptions ou pour parler de ce qu’il n’a pas vu. Voyons comment ce recours aux livres, sur le plan aussi bien génétique que diégétique, participe à l’élaboration de l’expérience réelle ou fictive du voyage, et concourt éventuellement à contextualiser le récit dans la peinture de la société de la monarchie de Juillet.

La bibliothèque du touriste

  • 5 Mémoires d’un touriste, in VF, p. 4 [désormais MT].
  • 6 Ibid., p. 70.
  • 7 Ibid., p. 38.
  • 8 Ibid., p. 73.
  • 9 Ibid., p. 75.
  • 10 Ibid., p. 195.
  • 11 Ibid., p. 189.
  • 12 Ibid., p. 231.

4Philippe L…, commis voyageur pour le commerce de fer, tout comme le voyageur Stendhal, parcourt la France en diligence, en omnibus, en malle-poste, en barque, en bateau à vapeur et en chemin de fer. Commerçant à succès, il a pour lui, au départ à Fontainebleau, « une bonne calèche achetée de rencontre » et « le fidèle Joseph5 », mais il chasse vite ce dernier avec sa calèche à Chalon et « monte sur le bateau à vapeur sans autre équipage que [son] manteau et le gros Shakespeare de Baudry ». « Action qui [le] déshonorerait à jamais aux yeux de [son] sage beau-père6 » dont il a hérité le commerce, car son équipement initial de voyage est loin d’être léger, à en juger d’après la description de cet accident qui lui est arrivé à Autun : là, il a « perdu toutes les clefs des coffres de [sa] calèche7 ». Lors de l’embarquement à Chalon, donc, il a laissé la plupart de ses affaires dans sa voiture et n’a gardé pour lui que son manteau et ce gros volume de Shakespeare qu’il lit « avec délices en glissant au milieu des prairies, sur cette belle rivière » de la Saône8. Le volume réapparaît à Lyon, lorsque le touriste se fait porter son manteau et son Shakespeare à l’hôtel par un petit garçon et s’attire son mépris : il le mérite parce qu’il a « l’air pauvre » et offense ainsi « le dieu du pays, l’argent9 ». Il s’adonne ensuite au plaisir de lire presque tout Roméo et Juliette sous les ombrages du jardin de la cathédrale de Bourges10, alors qu’il a entre-temps récupéré sa calèche et son domestique pour s’en défaire de nouveau. Or, en route pour Bourges, il déclare : « le sac de nuit le plus léger suffit pour faire la tournée » de la Bretagne à la Normandie11. Il n’a en effet sur lui qu’un sac de nuit et une valise au moment de débarquer à Nantes, ce qui le sauve de l’ennui de se mêler à la lutte des porteurs s’emparant des bagages des voyageurs riches12. Ce gros volume de Shakespeare occupe-t-il toujours sa place dans le sac du touriste ? Après Bourges, aucune mention de ce livre. Le garde-t-il tout le long du trajet ? Il s’empare en tout cas l’un après l’autre de ses livres sur la route. Comment gère-t-il le transport des livres ?

  • 13 Il y a pourtant des exceptions : Stendhal avait un goût prononcé pour les listes et il lui est arri (...)
  • 14  MT, p. 14-15.
  • 15 Ibid., p. 56.
  • 16 Ibid., p. 42-25.
  • 17 Ibid., p. 291-292.
  • 18 Ibid., p. 234.
  • 19 Ibid., p. 276.

5Il n’y a que peu de descriptions matérielles sur ce sujet dans ces textes comme dans les écrits intimes de Stendhal. Le touriste ne nous donne pas la liste des livres qu’il a dans sa valise et se contente de parler à un certain moment d’un ouvrage qui lui tombe sous la main13. Ainsi, il se procure par hasard chez un libraire à Nevers, les Commentaires de la guerre des Gaules de César, qui lui permettent à l’occasion de « [se] rendre savant » sur cette ancienne cité romaine14, et lui fournissent à Langres une idée « du caractère de [ses] aïeux15 ». Il en profite ensuite pour se distraire de l’ennui et de la solitude dans sa chambre d’hôtel à Autun, prétexte pour insérer de longs extraits de ce livre16 ; il y fait encore appel à propos des mégalithes de Carnac et d’Erdeven où il est question des mœurs des Gaulois17. Parfois l’auteur (sous le masque du marchand de fer) devance les actions du touriste, par inadvertance : à Nantes, sur la promenade dominant la citadelle et la Loire, le touriste songe à l’épisode célèbre de l’emprisonnement et de l’évasion du cardinal de Retz ; il se rappelle aussi son projet d’enlever sa belle cousine, Marguerite de Retz. Suit la citation inexacte, selon la note de Del Litto, d’un passage des Mémoires du cardinal de Retz, « édition Michaud, 183718 ». Le lecteur est pourtant surpris de voir, à une semaine d’intervalle, le même touriste se consoler des fatigues et des ennuis d’un tour de ville par la lecture des Mémoires qu’il aurait « découvert[s] ce matin en passant devant un libraire19 ». La citation précède ici l’achat, l’écriture va au-devant de l’action.

  • 20 Ibid., p. 244.
  • 21 Ibid., p. 323.
  • 22 VF, p. 492.
  • 23 Dans son étude Une histoire de l’édition à l’époque contemporaine : xixe- xxe siècles (Paris, Seuil (...)

6Mais hormis ces livres et les ouvrages qui peuvent être classés dans le genre des guides (on y reviendra), l’allusion est passagère, surtout quand il s’agit de la lecture comme passe-temps : Le Prince de Machiavel (sur un bateau à vapeur pour Saint-Nazaire20), La Princesse de Clèves de Madame de La Fayette (dans une chambre d’hôtel à Saint-Malo21), et Le Méchant de Grasset (sur une barque qui fait un tour du port de Marseille22). Il faut pourtant constater que l’intérêt porte plutôt ici sur le format des livres, « un petit volume in-32 » pour Machiavel, « petit bouquin fort joliment relié » pour Madame de La Fayette, et « un volume in-8o et qui sentait horriblement moisi » pour Grasset. Rappelons que, dans les années 1830, les livres de petit format, maniables et portatifs, et par conséquent d’un prix intéressant, commencent à circuler23, alors que la plupart des éditions originales ou ceux moins destinés au grand public sortaient en in-8o et in-4o, comme c’est le cas pour les Mémoires du cardinal de Retz de l’édition Michaud et pour « le gros Shakespeare de Baudry ». L’idéal était donc d’acheter ces livres de petit format et bon marché sur place, avant d’embarquer dans un bateau et une diligence, et de les jeter après les avoir lus…

  • 24 MT, p. 207.
  • 25 Christian Robin, La Loire romantique, Brissac-Quincé, Éditions du Petit Pavé, 2015, p. 121.
  • 26 MT, p. 205.
  • 27 Ibid., p. 206.
  • 28 Ibid., p. 223.
  • 29 Ibid., p. 225.
  • 30 VF, p. 454 et note 4.

7C’est précisément ce que pratique le touriste, si on croit ce qu’il dit à Tours : « Je m’étais arrêté une heure chez un bouquiniste à côté de la cathédrale ; je laisserai ses bouquins dans les auberges à mesure que je les aurai lus24. » Il en garde donc certains et jette le reste. Serait-ce sur ces propos du touriste que Christian Robin se fonde pour affirmer que dans son voyage, Stendhal « ne se sépare pas de livres. Il en compte jusqu’à une douzaine dans ses bagages pourtant réduits à l’essentiel25 » ? Il est vrai que le touriste, pour voyager léger, se fait envoyer des livres par poste et fréquente les bibliothèques et les cabinets de lecture, comme le faisait souvent Stendhal lui-même. Ainsi à Tours, il se souvient par hasard, en passant devant un marchand de fer (il oublie sa profession), qu’il a envoyé de Paris « un paquet de douze volumes » par poste, arrivé « chez l’obligeant M. D*** […] de la veille seulement26 » ; il se livre ensuite au plaisir de couper « le bel exemplaire de Grégoire de Tours que vient de publier la Société de l’histoire de France », comme un hommage au génie du lieu et à l’auteur de l’Histoire des Francs. On se demande si les livres cités par la suite, au gré de son humeur, comptent parmi ces douze ouvrages reçus : Quentin Durward, roman historique de Walter Scott, qu’il a « dans sa poche » en allant voir les restes du château de Plessis-lès-Tours, ancienne demeure de Louis XI, l’un des protagonistes du roman27 ; « l’Histoire de l’art gothique » par Arcisse de Caumont, « ce petit volume de trois cents pages » qu’il feuillette sur le bateau à vapeur pour Nantes, livre de référence auquel on a souvent recours à l’époque28 ; et aussi l’Histoire de la guerre de Vendée par Alphonse de Beauchamp, prêtée à bord à un homme du pays qui s’est ultérieurement révélé un ancien préfet destitué29. Plus tard, à Genève, il apporte « un gros sac de livres » sur le bateau à vapeur du lac pour étudier la vie de Calvin, au risque de paraître, dit-il, « ridicule et pédant » aux yeux des dames passagères – une mise en scène qui fournit à l’auteur un bon prétexte pour donner un renseignement pris dans la Biographie Michaud30.

  • 31 Robert Burnand, La Vie quotidienne en France en 1830, Paris, Librairie Hachette, 1943, p. 183. Chri (...)
  • 32 MT, p. 313.

8La poste fonctionnait assez bien sous la monarchie de juillet31. Philippe L… a coutume d’aller « ouvrir les lettres qui [l’]attend[ent] » au bureau de poste des grandes villes de province, ainsi à Rennes32. On peut penser que ce héros, qui prend et quitte à sa fantaisie son rôle d’homme d’affaires, fait envoyer à ces occasions les livres qu’il souhaite.

La bibliothèque de Stendhal voyageur

  • 33 Voyage dans le Midi de la France, in VF, p. 645 (désormais VMF). Le titre d’un passage sur l’histoi (...)
  • 34 « Introduction », VF, p. LXXII. Le site « Les manuscrits de Stendhal en ligne » (http://www.manuscr (...)

9Le touriste ne dit pas – ne sent pas le besoin de dire – la provenance de tous les livres qu’il s’est procurés. Il ne nous donne pas non plus une liste complète des livres qu’il a sous la main. Quant à Stendhal voyageur, on peut en savoir plus grâce aux manuscrits du Voyage dans le Midi de la France, dans lesquels sont inscrits le processus de rédaction ainsi que les traces de ses lectures au jour le jour : on y voit à l’œuvre les livres comme matériau génétique. Ces manuscrits sont un amas de papiers de différents formats, mélange de croquis et de textes rédigés en tous sens, parfois au revers de la couverture d’un fascicule de magazine illustré33. Comme le suppose Victor Del Litto dans son « Introduction », Stendhal pensait à transcrire et mettre au net ces feuillets en vue d’une œuvre élaborée34.

  • 35 VMF, p. 626.
  • 36 Ibid.
  • 37 Ibid., p. 622.
  • 38 Ibid.

10C’est pour enrichir plus tard les rubriques de Toulouse et d’Agen qu’il dresse à Bordeaux une sorte de bilan des dépenses, en y énumérant les tarifs du bateau à vapeur, de la diligence, d’une chambre d’hôtel, d’un dîner à une table d’hôte, etc., autant de « détails […] qui seront précieux en 188035 ». Or, on trouve dans cette liste plusieurs documents relatifs à Toulouse qu’il aurait achetés sur place, « Livret du musée, 10 pages (1,00 franc) », « Description de Toulouse (1,60 franc) », « Réfutation protestante du mandement de l’archevêque (1,50 franc) ». Le premier, le livret du Musée de Toulouse, devait porter les notes « au crayon » prises par Stendhal lors de la visite du musée, puisqu’il consigne dans le même feuillet son désir d’« ajouter quelques mots sur ce joli Musée36 ». Le troisième correspond à une des « trois réfutations protestantes du mandement de monseigneur l’archevêque pour le carême » achetées dans une boutique parmi la « foule de petites boutiques37 » de la place du Capitole38 : Stendhal se procure également des mandements à Bordeaux et à Bayonne pour étudier les pratiques religieuses des lieux.

  • 39 Jean-Bernard Richard, Guide classique du voyageur en France, en Belgique et en Hollande, 15e éd., P (...)
  • 40 On trouve la plupart des notes en marge consignées par Stendhal dans les catalogues des musées de p (...)
  • 41 Aubin-Louis Millin, Voyage dans les départements du Midi de la France, Paris, Imprimerie impériale, (...)
  • 42 VMF, p. 638 sq. et p. 645 sq.

11On sait que Stendhal touriste en France tirait largement profit, comme il le faisait en Italie, du genre des guides : les guides touristiques qui commençaient à cette époque à sortir en série39, et les petits guides des villes et des églises ainsi que les catalogues des musées de province40 achetés en chemin. Sur les églises et les monuments historiques, il puise surtout dans les ouvrages archéologiques d’Aubin-Louis Millin et de son ami Mérimée41, qu’il cite et plagie à sa guise en indiquant parfois ses sources dans les notes en bas de page, ainsi que dans les livres d’histoire, comme l’Histoire de la ville de Bordeaux (1771) par Dom Devienne auquel il se réfère longuement à propos du séjour de Montesquieu à la Brède et de l’histoire de la ville depuis le ve siècle42.

  • 43 Ibid., p. 609.
  • 44 C’est là que commencent véritablement les emprunts à Millin (p. 692 sq.). Jusque-là les notes de ra (...)
  • 45 S’interrogeant sur le style de la cathédrale Saint-Étienne de Toulouse, il note : « To ask to Acade (...)

12Certaines sources du Voyage dans le Midi de la France sont communes avec celles des deux parties précédentes (Mémoires d’un touriste et Voyage en France), et ce sont surtout le Guide pittoresque du voyageur en France et les Voyages de Millin et de Mérimée que Stendhal met à profit. Il a emporté pour son voyage le Guide pittoresque, dont il se plaint cependant dans une note marginale : « cet itinéraire de Didot est vide, peu clair, vague, stupide43. » Or, l’absence relative de traces du larcin au début du Voyage dans le Midi de la France montre qu’il n’a reçu l’ouvrage de Millin qu’en route, à Narbonne au plus tôt44. Il n’a pas mis les Notes d’un voyage de Mérimée dans ses bagages et semble se contenter de penser à lui demander des conseils dès le retour à Paris45.

13Stendhal en déplacement exploite aussi la presse contemporaine (Gazette des tribunaux, Le Constitutionnel, La Presse, Le Journal des débats, etc.) comme sources de renseignements et d’anecdotes, mais aussi comme support de l’écriture, comme on l’a vu plus haut. Mais ces ouvrages de documentation, certes nécessaires, ne sont pas faits pour être des compagnons de voyage ; il a, comme le marchand de fer des Mémoires d’un touriste, besoin de livres qui lui permettent de rêver. Ainsi sur le bateau à vapeur de Pauillac à Bordeaux :

  • 46 VMF, p. 600.

Au retour sur le bateau, écrasé par les rafales d’une pluie horrible, j’éprouve la vérité de ce mot de M. Gagnon : « Par la lecture on change les moments d’ennui que l’on a dans la vie contre des moments agréables. » Le seul livre que j’eusse était d’un plat courtisan, et cependant le bateau a passé devant Blaye sans que je m’en aperçusse46.

14Cette leçon de son grand-père (M. Gagnon) aurait été aussi précieuse pour passer une nuit solitaire dans une chambre d’hôtel de province, que pour supporter dix bonnes heures dans une malle-poste exiguë qui traverse le champ aride de Toulouse à Agen… Voici son cri douloureux :

  • 47 Ibid., p. 626.

Cette campagne de Toulouse n’offre à l’œil du malheureux voyageur ni un homme, ni un arbre. Aussi je m’ennuie ferme. Je fais tout ce que je peux pour dormir, mais en vain. Alors je vois les voyages en noir ; et tous mes livres sont dans mon sac de nuit, bâché sur l’impériale ! Pas moyen de faire arrêter. D’ailleurs, l’ennui m’ôte le courage d’entreprendre le pouvoir exécutif47.

  • 48 Dans son voyage dans le Midi en 1829 (septembre-fin novembre), par exemple, durant lequel il aurait (...)
  • 49 Christian Robin, op. cit., p. 121.
  • 50 Hélène de Jacquelot, op. cit., p. 79.
  • 51 Ibid., p. 79-80.
  • 52 Ibid., p. 79.

15C’est pourquoi il se promet de ne jamais manquer de livres. Son « journal reconstitué » (par Victor Del Litto à partir de l’ensemble des notations datées consignées en marge des livres) atteste en effet que pour chaque voyage il emporte ses livres favoris, dont les auteurs classiques comme Montaigne, Shakespeare, Racine, Montesquieu48. « [Stendhal] prend pour habitude de les débrocher et les transporte en feuilles comme le faisaient les contrebandiers venant de Suisse au xviiie siècle », suppose Christian Robin49. On peut penser qu’il tâchait ainsi d’alléger sa valise, et Hélène de Jacquelot montre comment l’écrivain-voyageur procédait à une personnalisation des reliures, en plus de ces fameux volumes interfoliés où il faisait insérer un feuillet entre chaque page de ses propres livres, en vue d’une éventuelle seconde édition50. Voici un exemple de « recueils factices » où Stendhal opère des vrais montages de livres, sur la base de critères thématiques et chronologiques (il réunit les livres qu’il lisait au même moment) : il enrichit un tome des Œuvres complètes de Saint-Simon d’un mélange d’œuvres théâtrales de Rotrou, de Laffosse ou de Crébillon51. Il lui arrive aussi de faire relier à la fin de son exemplaire de Rome, Naples et Florence en 1817 une partie du poème d’un poète italien Vincenzo Monti cité dans l’ouvrage même52. Le fonds conservé par son ami Donato Bucci et ses descendants à Rome renferme beaucoup de ces exemplaires annotés et interfoliés.

  • 53 Le voyage de 1838 couvre un territoire assez vaste qui va des départements du Sud-Ouest et du Sud-E (...)
  • 54 Victor Del Litto, « Notice » des Mémoires d’un touriste, VF, p. 881.
  • 55 On y relève plusieurs ouvrages annotés auxquels Stendhal ne renvoie pas dans le texte, dont deux su (...)
  • 56 VMF, p. 598.

16Or, les notes marginales consignées pendant son voyage dans le Midi de mars à juillet 183853 montrent que Stendhal était muni de Gil Blas de Lesage (Paris, 1829, 3 vol.) et de Considérations sur les causes de la grandeur des Romains et de leurs décadence (Lausanne, 1700) de Montesquieu ; comptait-il par là préparer la visite au château de La Brède ? Il avait de ses propres ouvrages deux exemplaires interfoliés, Promenades dans Rome (exemplaire dit Serge André) et Mémoires d’un touriste (exemplaire dit Bucci) : le second, qui ne contient que des feuilles du premier volume du livre remis par l’imprimerie en mars 1838, assorti à sa demande de deux liasses de feuillets blancs, porte ses corrections en marge, mais lui sert également, selon Del Litto, « d’agenda pour la partie la plus septentrionale de son circuit54 » (Bâle, Cologne, Rotterdam…). Le reste appartient au genre documentaire, Millin, Mérimée, les guides et les catalogues de toutes sortes, comme on l’a vu plus haut55. C’est déjà beaucoup comme bibliothèque du voyageur, et le fait que la plupart de ces ouvrages soient conservés dans le fonds Bucci montre que Stendhal les a bien ramenés à Paris, soit par poste, soit dans son sac, sans songer à les jeter en chemin. Il lui fallait aussi penser à acheter « un cahier de papier56 » en cours de route pour écrire son journal. Le touriste Stendhal ne voyageait pas aussi léger que le marchand de fer Philippe L… L’idéal serait alors, de faire comme M. F***, l’ami italien du touriste :

  • 57 VF, p. 540. C’est l’auteur qui souligne.

M. F*** a un luxe que je lui envie bien ; il voyage toujours avec une caisse de livres de trois cents volumes. Il prétend qu’on ne lit bien qu’en prenant le livre pour lequel on se sent un caprice dans le moment même. Il me dit que depuis les bateaux à vapeur les voyages ne coûtent presque plus rien. L’Italie n’ayant que quelques lieues de large, on embarque les caisses lourdes sur les bateaux à vapeur ; le trajet par terre est toujours fort peu de chose. « Mais comment faites-vous pour passer des livres57 ? »

17Sans risque de censure de la police (les livres faisaient l’objet d’une inspection en tant que véhicule des idées), une bibliothèque mobile serait la meilleure solution. Cela permettrait de disposer des livres souhaités, n’importe où ou à tout moment. Mais ni le marchand de fer qui s’est débarrassé de sa calèche, ni l’écrivain-voyageur en congé à Paris, ne jouissent d’un tel luxe.

Bibliothèque, librairie, cabinet de lecture, où et comment lire ?

  • 58 Dans le Voyage dans le Midi de la France, l’auteur s’efforce d’assurer la continuité de la fiction (...)
  • 59 Christian Robin, op. cit., p. 121.
  • 60 VF, p. 468.

18D’après ce qu’on a vu plus haut, les rapports que Stendhal entretient avec les livres ne diffèrent pas beaucoup de ceux du touriste-marchand de fer, Philippe L…58. Seulement, pour rédiger sur place, l’écrivain a pris soin de se munir de plus de livres pour la documentation. Tous les deux sont incapables de vivre sans livres, et se livrent à la lecture n’importe où et à n’importe quel moment, soit pour s’informer sur les lieux visités, soit pour passer de longues heures oisives dans les auberges, sur le bateau, dans les diligences. Ils pratiquent « une certaine gastronomie littéraire comme si les livres étaient attachés à un terroir », remarque Christian Robin59, et on a vu le touriste plongé dans la lecture des Commentaires de la guerre des Gaules de César à Nevers, ancienne cité romaine, ou encore sur le bateau à vapeur pour Nantes, occupé à lire l’Histoire de l’art gothique par Arcisse de Caumont, en songeant aux châteaux des environs. Pour lui, l’intérêt du paysage ne suffit pas pour savourer les lieux, mais il faut « un intérêt moral et historique60 », d’où l’avantage de la lecture sur place ; on aurait besoin d’une espèce de grille de lecture pour apprécier les paysages et les monuments.

  • 61 VMF, p. 636.
  • 62 OI, t. II, p. 311. Note datée du 17 avril 1838, à Béhobie.
  • 63 VMF, p. 638.

19Dans ce contexte, le pèlerinage littéraire pourrait être une tentative de donner corps aux livres, de réconcilier en quelque sorte l’esprit du livre et l’esprit du lieu. On peut citer par exemple la visite au château de La Brède de Montesquieu dans le Voyage dans le Midi de la France. C’est là que Montesquieu composa en 1734 les Considérations sur les causes de la grandeur des Romains et de leur décadence. Stendhal a emporté pour son voyage un exemplaire publié à Lausanne en 1700 et il note, pendant et après son séjour, quelques observations brèves. Il est très ému, aussi bien dans son journal de voyage que dans ses notes : « En y arrivant, j’ai été saisi d’un respect d’enfant, comme jadis en visitant Potsdam […]. Ce jour de La Brède marquera dans ma vie […]61 » ; et après la visite, il note sur le frontispice du livre : « Mon admiration redouble. Le souvenir de La Brède où ces choses ont été écrites se grave dans mon esprit […]62. » Il donne par la suite une description assez étoffée du château, de ses chambres, de sa bibliothèque, de ses meubles et de ses portraits. Le ton est sec, mais il y a des détails curieux : « le jambage droit de cette cheminée gothique et dont le rebord est bien à quatre ou cinq pieds de haut, est usé par la pantoufle de Montesquieu qui avait coutume d’écrire là sur son genou63. » L’espace est encore hanté par l’ombre de l’écrivain et l’écriture en marge du livre semble en enregistrer ou en reproduire la présence : à l’instar du château, le livre est métonymie du grand homme.

  • 64 Olivier Nora, « La visite au grand écrivain » in Pierre Nora (dir.), Lieux de mémoire, t. 2, Paris, (...)
  • 65  Michel Crouzet, « Province et Nation chez Stendhal », in Alain Chantreau (dir.), Stendhal et Balza (...)
  • 66 VMF, p. 579, p. 581.
  • 67 Ibid., p. 626.
  • 68 VF, p. 468.
  • 69 Ibid., p. 452-453.
  • 70 Ibid., p. 455.
  • 71 MT, p. 345.
  • 72 Ibid., p. 204.
  • 73 VF, p. 543.
  • 74  MT, p. 63-64.
  • 75 Voir notre note 39.
  • 76 VF, p. 543.
  • 77 MT, p. 63-64. Il s’agit d’André Marie Ampère, philosophe, mathématicien et physicien, et de Pierre (...)
  • 78 Sur cette vision « égotiste » du paysage et du territoire français, voir Gérald Rannaud, « Du pitto (...)

20Ce type de récit, « la visite au grand écrivain » a pour origine un hommage rendu aux grands hommes du passé, et dans la suite a pris la forme du culte des lieux visités en véritables pèlerinages64. Stendhal participe pleinement à cette tradition, au moins au niveau narratif si ce n’est au niveau diégétique, dans la mesure où, comme le remarque Michel Crouzet, « toute province a son héros éponyme65 ». Ainsi, après avoir visité à Bordeaux l’église où se trouve le tombeau de Montaigne (mais en vain, la clef de la chapelle ayant été emportée par le prêtre), puis l’endroit où est sa maison dans la rue des Minimes66, il se contente, sur la route de Toulouse à Pompignan, de nommer le poète-académicien Lefranc de Pompignan, ennemi de Voltaire : « Château de ce poète, piètre et même jésuite de Louis XVI67 […]. » Pour la partie fictive du voyage, le touriste hérite en quelque sorte de l’habitude du voyageur Stendhal, et prend la peine à Ferney d’aller visiter le château de Voltaire, dont l’exiguïté l’étonne68. À Genève, il doit à l’amabilité d’un certain M. Coindet, petit-fils de l’ami de Rousseau, la consultation de ses lettres69, et laisse entendre qu’il a également parcouru grâce à lui les manuscrits autographes de Calvin70. À Rouen c’est à la maison natale de Corneille « qui a un petit second, un moindre troisième, et un quatrième de la dernière exiguïté71 » qu’il se rend, et à la bibliothèque publique qui conserve ses manuscrits. À Tours son respect pour le poète Béranger l’amène à vouloir frapper à la porte de la maison Grenadière, mais « la vertu nommée discrétion » l’en retient72. Tous ces épisodes servent à mettre en relief les figures régionales, ainsi qu’à Aubagne l’allusion au monument commémorant l’abbé Barthélemy, l’auteur du best-seller le Voyage d’Anacharsis73, ou encore, à Dijon, la liste des grands hommes originaires de la ville (Bossuet, Buffon, Crébillon, Rameau, le président de Brosses …)74. Ces détails qui, par leur nature, pourraient bien entrer dans la rubrique d’un guide régional75, comprennent néanmoins des appréciations fort personnelles : « À Aubagne, j’ai vu le monument de l’abbé Barthélemy, auteur de ce livre niais, tant admiré en France, le Voyage d’Anacharsis76 » ; et la liste des célébrités de Dijon est mise en contraste avec celle de Lyon, au désavantage de cette dernière : Lyon, dont la population dépasse largement celle de Dijon, « n’a produit que deux hommes : Ampère et Lemontey77 ». Comme le remarque Gérald Rannaud, l’« égotisme » concerne ici le mode narratif, non son objet. Plus que sur l’énoncé, l’accent est porté sur l’énonciation : notre touriste se départit de l’impersonnalité du scripteur au profit d’une revendication de son moi, de sa subjectivité78.

  • 79 MT, p. 345.
  • 80 Ibid., p. 265. Il s’agit d’une information empruntée à Mérimée.

21La découverte de la province française à travers les livres se poursuit également dans la visite des lieux publics, comme les bibliothèques, les librairies et les cabinets de lecture. Ce sont des lieux incontournables pour notre touriste qui ne peut pas transporter tous les livres. Stendhal envoie celui-ci se renseigner sur l’histoire de la ville dans les bibliothèques locales, à l’instar de son ami Mérimée qui, inspecteur des monuments historiques, s’imposait de les fréquenter pour les recherches inhérentes à sa fonction. À Rouen, comme on l’a vu, il consulte les manuscrits de Corneille79, et à Nantes, on lui montre « un manuscrit de La Cité de Dieu de saint Augustin, traduite par Raoul de Praesles, en 137580 ».

  • 81 Philippe Berthier, op. cit., p. 271.
  • 82 MT, p. 15, 199.
  • 83 Ibid., p. 199.
  • 84 VF, p. 394.

22Comme le note Philippe Berthier, c’est aussi pour le touriste l’occasion de « procéder à une enquête sociologique sur ce que lisent les provinciaux », au même titre que la visite aux musées, aux théâtres et aux cafés81 : dites-moi ce que vous lisez, je vous dirai qui vous êtes… Et puis, qu’est-ce qu’une bonne bibliothèque ? Outre la fréquence des usagers, les bibliothèques peuvent fournir d’autres critères d’évaluation, tels que la richesse de la collection, le confort des salles de consultation, la facilité d’accès aux fonds, la compétence des bibliothécaires, etc. De ce point de vue, la bibliothèque de Nevers, tout comme la bibliothèque de Bourges semblent souffrir d’un fonds limité82, à tel point que le touriste souhaite voir les bibliothèques des petites villes se munir au moins de « la collection de tous les auteurs célèbres qu’on appelle le Panthéon83 » . En revanche, la bibliothèque de Grenoble fondée en 1773 mérite d’être remarquée par la belle collection qu’elle doit à « M. Gagnon […] un homme d’un esprit supérieur84 » ; hommage discret mais bien réel à son grand-père que Stendhal souffle au touriste. Dans le Voyage dans le Midi de la France, on voit Stendhal délaisser les bibliothèques pour les cafés et les cabinets de lecture, et on pourrait attribuer ce changement à la difficulté d’accès aux bibliothèques dans les petites villes du Midi.

  • 85 Entrée « café » par Cécile Meynard in Yves Ansel, Philippe Berthier, Michel Nerlich (dir.), Diction (...)
  • 86 Ibid.
  • 87  MT, p. 307, 326 ; VMF, p. 579, 584, 607.
  • 88 MT, p. 326.
  • 89 VF, p. 444.
  • 90 VMF, p. 679.

23Les cafés et les cabinets de lecture sont plus ouverts au public et sont « des hauts-lieux de la sociabilité en France », selon l’expression de Cécile Meynard85. Les cafés de province sont, comme à Paris, le point de rendez-vous par excellence, mais, souligne-t-elle, d’une population jeune et masculine : « le Touriste ne manque pas de se faire conduire au café des officiers en arrivant dans une ville86 ». Là on boit, discute, joue au billard… toujours entre hommes. Il est cependant rare de voir notre touriste (ou le voyageur Stendhal) accompagné de ses nouveaux amis : à Lorient, à Granville, et enfin à Bordeaux, il reste en général seul dans le café à lire les journaux87. Il a besoin de lire la presse parisienne (Le Siècle, etc.), mais on lui apprend que, là où les Clubs ou les Cercles remplacent en quelque sorte les cafés, c’est uniquement dans les premiers que les journaux parisiens sont offerts. C’est le cas de Granville, où le Club des négociants ouvre tous les matins à sept heures et propose dans la salle « trois ou quatre journaux arrivés de Paris88 ». Le touriste attribue cette efficacité du Club à la prospérité des négociants de Granville, et si les cercles genevois fonctionnent à merveille, en offrant à leurs membres « tous les journaux, tous les rafraîchissements désirables, des vins excellents89 », ce serait par la même raison. La situation est identique à Pau, dans les Pyrénées, mais le pauvre Stendhal, faute d’être présenté au Cercle, n’arrive à rien lire au café : « Le Cercle absorbe tout90. » Cet aspect de la réalité nouvelle du règne de Louis-Philippe, Stendhal excelle à nous la montrer avec un sens aigu de l’observation.

  • 91 Françoise Parent-Lardeur, Les Cabinets de lecture, Paris, Payot, 1982, p. 30.
  • 92 Ibid., p. 35.
  • 93 On peut consulter une partie de la comptabilité tenue par Mareste en août 1822 dans CG, t. III, p.  (...)
  • 94 Un rapport de filature policière de Florence établi en novembre 1832 nous montre Stendhal visitant (...)

24Les cabinets de lecture sont aussi au centre de la culture de province ; on y va pour lire les livres et les journaux, et souvent on peut tout aussi bien y emprunter des livres (par un système de location) qu’en acheter91. On a peu de documents sur les cabinets de lecture en province, mais on sait qu’à Paris ils étaient ouverts de sept ou huit heures du matin jusqu’à vingt-deux ou vingt-trois heures92. On connaît le goût de Stendhal pour les cabinets littéraires. À Paris aussi bien qu’à Florence, c’était pour lui un lieu de rendez-vous et une mine de renseignements de tous ordres. À Paris il fréquentait Galignani pour lire les journaux en anglais, et pendant son séjour milanais (1817-1821), ses amis Adolphe de Mareste et Louis Barral achetaient des livres sur sa demande, chez Jombert notamment, et les lui envoyaient à Milan93. À Florence où le Consul Beyle partait souvent pour se divertir, il avait ses habitudes dans le cabinet de lecture de Vieusseux, qui était aussi libraire-éditeur94.

  • 95 MT, p. 111, 205 ; VF, p. 561 ; VMF, p. 736, 752.
  • 96 MT, p. 205 ; VMF, p. 696.

25Or, dans la province française où il y a moins de soirées, de concerts et de théâtres qu’à Paris, les cabinets de lecture sont une source inépuisable de plaisirs. On peut y rester longtemps à lire des ouvrages de tous genres, à un prix raisonnable et même le dimanche. On voit ainsi le touriste, comme Stendhal, les fréquenter et s’y absorber en lectures pour remédier à la disette de vie sociale et intellectuelle dans les auberges de province, à Lyon, Tours, Béziers, Toulon et Grasse95. Il y a de bons cabinets et de mauvais cabinets, et la différence est si grande que tout comme la qualité de la table d’hôtes et la température du thé ou du café96, cela peut passer pour un indice de civilisation de chaque localité : à Tours,

  • 97 MT, p. 205.

[…] je suis monté au cabinet littéraire qui occupe un premier étage dans la belle rue. De toute l’année je n’ai ressenti un froid si cruel ; il faisait un vent du nord exécrable, et les lecteurs tourangeaux jugeaient à propos de tenir les fenêtres ouvertes. J’ai résisté courageusement au besoin de demander qu’on les fermât, je craignais quelque sotte réponse97.

  • 98 Ibid., p. 111. Selon Stendhal, il faudrait créer une bonne promenade couverte comme il s’en trouve (...)

26Même dans une grande ville comme Lyon, le cabinet de lecture se trouve à l’endroit « où l’on n’y voit pas clair en plein midi98 ». Dans ce contexte, le cabinet littéraire à Béziers se situe à l’autre bout de l’échelle :

  • 99 VF, p. 561.

Ce soir, je viens d’être l’objet d’un trait d’exquise politesse de la part du maître du cabinet littéraire. Je lisais avec beaucoup d’intérêt une brochure intitulée : La Destruction du couvent de Bajano à Naples ; j’étais seul dans le cabinet littéraire, qui ferme à sept heures et demie ; la chandelle ne brûlait que pour moi ; mais le propriétaire, voyant l’extrême attention avec laquelle je lisais, a attendu jusqu’à neuf heures pour me parler de la clôture du cabinet. Remarquez que sa chandelle brûlait ; ce qui, en province, est une grande considération99.

  • 100 À l’époque où Stendhal a eu l’idée d’écrire les Mémoires d’un touriste, il travaillait à l’adaptati (...)
  • 101 MT, p. 207. Pour ne citer que deux autres exemples : « des petitesses sans nombre qui font la vie d (...)

27On ne peut pas savoir avec exactitude si un pareil cabinet existe à Béziers, ville où Stendhal n’est jamais allé, ni si une telle amabilité était fréquente dans les cabinets de lecture des environs. Il est d’ailleurs curieux de voir le touriste usurper en quelque sorte la matière italienne abordée par l’écrivain à cette époque100 : Stendhal se projette clairement en lui. Mais même s’il s’agit d’une pure fiction, cette obligeance du maître du cabinet suffit pour faire oublier au lecteur « les petitesses de la province101 », idée cent fois répétée dans cet ouvrage.

28Ainsi, l’ensemble des Voyages en France nous montre Stendhal, comme le touriste Philippe L…, se procurant les livres en chemin, pour s’informer, pour réfléchir, pour se divertir, et pour s’absorber dans la rêverie. Nous avons vu que ses manuscrits et ses notes en marges gardent les traces de sa lecture et que cette pratique de l’intertextualité participe pleinement à l’élaboration de l’expérience réelle ou fictive du touriste. L’exercice de la lecture couvre en effet toutes les étapes de son voyage, comme la fréquentation des bibliothèques et des cabinets de lecture, et lui offre autant d’occasions d’observer la vie sociale et culturelle de la province sous la monarchie de Juillet. Et c’est avec les connaissances qu’il a acquises de cette France nouvelle, et toujours avec ses livres favoris, qu’il repart pour sa chère Italie.

Haut de page

Bibliographie

Yves Ansel, Philippe Berthier, Michel Nerlich (dir.), Dictionnaire de Stendhal, Paris, Honoré Champion, 2003.

Philippe Berthier, Espaces stendhaliens, Paris, PUF, 1997.

Jean-Claude Bonnet, Naissance du Panthéon : essai sur le culte des grands hommes, Paris, Fayard, 1998.

Robert Burnand, La Vie quotidienne en France en 1830, Paris, Librairie Hachette,1943.

Michel Crouzet, « Province et Nation chez Stendhal », in Alain Chantreau (dir.), Stendhal et Balzac II : la Province dans le roman, Nantes, Société nantaise d’études littéraires,1978, p. 35-60.

Hélène de Jacquelot, « Les bibliothèques de Stendhal », in Paolo D’Iorio et Daniel Ferrer (dir.), Bibliothèques d’écrivains, Paris, CNRS Éditions, 2001, p. 71-100.

Victor Del Litto, Les Bibliothèques de Stendhal, Paris, Honoré Champion, 2001.

Mariella Di Maio, Stendhal. Intérieurs, Fasano, Paris / Schena, Didier, 1999.

Girault de Saint-Fargeau (Société de gens de lettres, de géographes et d’artistes), Guide pittoresque du voyageur en France, Paris, Firmin-Didot, 1834-1838, 6 vol.

Laure Levêque, « Géo-graphie ou ego-graphie : au détour du paysage-miroir dans les Mémoires d’un touriste, le Voyage en France et le Voyage dans le Midi de la France », L’Année stendhalienne, no 3, 2004, p. 71-93.

Prosper Mérimée, Correspondance générale, t. II, Paris, Le Divan, 1942.

Prosper Mérimée, Notes d’un voyage dans le Midi de la France, Paris, Fournier, 1835.

Prosper Mérimée, Notes d’un voyage dans l’Ouest de la France, Paris, Fournier, 1836.

Cécile Meynard, Stendhal et la province, Paris, Honoré Champion, 2005.

Aubin-Louis Millin, Voyage dans les départements du Midi de la France, Paris, Imprimerie impériale, 1807-1811, 4 vol.

Olivier Nora, « La visite au grand écrivain », in Pierre Nora (dir.), Lieux de mémoire, t. 2, Paris, Gallimard, « Quarto », 1997, p. 2131-2155.

Marie-Vic Ozouf-Marignier, « Le genre description géographique et ses équivalents en France dans la première moitié du xixe siècle. Productions et finalités éditoriales », in Gilles Chabaud, Evelyne Cohen, Natacha Coquery, Jérôme Penez (dir.), Les Guides imprimés du xvie au xxe siècle. Villes, paysages, voyages, Paris, Belin, 2000, p. 141-153.

Françoise Parent-Lardeur, Les Cabinets de lecture, Paris, Payot, 1982.

Élisabeth Parinet, Une histoire de l’édition à l’époque contemporaine : xixe-xxe siècles, Paris, Seuil, 2004.

Gérald Rannaud, « Du pittoresque à l’égotisme : une poétique de l’ironie dans le récit de voyage », in Alain Guyot et Chantal Massol (dir.), Voyager en France au temps du romantisme, Grenoble, ELLUG, 2003, p. 215-240.

Jean-Bernard Richard, Guide classique du voyageur en France, en Belgique et en Hollande, 15e éd., Paris, Audin, 1832-1833.

Christian Robin, La Loire romantique, Brissac-Quincé, Éditions du Petit Pavé, 2015.

Stendhal, Voyages en France, éd. Victor Del Litto, Paris, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 1992.

Haut de page

Notes

1  Prosper Mérimée, lettre à Sutton Sharpe, 16 août 1836, Correspondance générale, t. II, Paris, Le Divan, 1942, p. 65.

2 Sur l’histoire des bibliothèques stendhaliennes dont la totalité reste difficile à saisir, voir l’excellente synthèse de Hélène de Jacquelot, « Les bibliothèques de Stendhal », in Paolo D’Iorio et Daniel Ferrer (dir.), Bibliothèques d’écrivains, Paris, CNRS Éditions, 2001, p. 71-100.

3 Ibid., p. 78-79.

4 Nous désignons par ce titre l’ensemble des textes regroupés dans le volume Voyages en France de la Pléiade qui intègre trois parties qui ont chacune une origine différente : les Mémoires d’un touriste, publiés en 1838 ; Voyage en France, qui était destiné à lui faire suite mais qui est resté à l’état manuscrit du vivant de l’auteur ; et enfin Voyage dans le Midi de la France qui est un vrai journal (donc non publié) de Stendhal au cours de son congé en 1838. Ajoutons que les Mémoires d’un touriste comprennent en partie la relation de voyages réels, comme cette traversée du Centre à l’Ouest (Bourges, Tours, Nantes, Vannes, Le Havre, Rouen…) effectuée de mai à juin 1837 avant le début de la rédaction.

5 Mémoires d’un touriste, in VF, p. 4 [désormais MT].

6 Ibid., p. 70.

7 Ibid., p. 38.

8 Ibid., p. 73.

9 Ibid., p. 75.

10 Ibid., p. 195.

11 Ibid., p. 189.

12 Ibid., p. 231.

13 Il y a pourtant des exceptions : Stendhal avait un goût prononcé pour les listes et il lui est arrivé de consigner, en 1801 et 1804, le catalogue de ses bibliothèques laissées à Paris et à Claix (Victor Del Litto, Les Bibliothèques de Stendhal, Paris, Honoré Champion, 2001, p. 25-28). Nous savons également qu’il notait de temps en temps ses dépenses quotidiennes dans son journal et dans son carnet de voyage, qui renferment de nombreuses mentions consacrées aux livres ; voir la liste des dépenses rédigée au cours de son voyage dans le Midi en 1838, en route de Toulouse à Bordeaux (VF, p. 626).

14  MT, p. 14-15.

15 Ibid., p. 56.

16 Ibid., p. 42-25.

17 Ibid., p. 291-292.

18 Ibid., p. 234.

19 Ibid., p. 276.

20 Ibid., p. 244.

21 Ibid., p. 323.

22 VF, p. 492.

23 Dans son étude Une histoire de l’édition à l’époque contemporaine : xixe- xxe siècles (Paris, Seuil, 2004, p. 140-142), Élisabeth Parinet situe la naissance des livres de petit format en 1838, l’année où Gervais Charpentier lance le premier volume de sa « Petite bibliothèque Charpentier », de format « grand in-18 Jésus vélin ». Suivent les autres éditeurs et les autres collections, dont Michel Lévy et Hachette.

24 MT, p. 207.

25 Christian Robin, La Loire romantique, Brissac-Quincé, Éditions du Petit Pavé, 2015, p. 121.

26 MT, p. 205.

27 Ibid., p. 206.

28 Ibid., p. 223.

29 Ibid., p. 225.

30 VF, p. 454 et note 4.

31 Robert Burnand, La Vie quotidienne en France en 1830, Paris, Librairie Hachette, 1943, p. 183. Christian Robin souligne aussi l’efficacité de l’acheminement du courrier à l’époque romantique : « Heureuse époque où “la poste” se contentait d’une adresse laconique “M. Balzac à Vouvray, Indre et Loire”. » (op. cit., p. 16).

32 MT, p. 313.

33 Voyage dans le Midi de la France, in VF, p. 645 (désormais VMF). Le titre d’un passage sur l’histoire de Bordeaux se trouve au verso d’un fascicule du Magasin pittoresque (ibid., p. 1362, note g).

34 « Introduction », VF, p. LXXII. Le site « Les manuscrits de Stendhal en ligne » (http://www.manuscrits-de-stendhal.org/) de la Bibliothèque municipale de Grenoble en collaboration avec l’Université Stendhal-Grenoble 3 nous permet d’accéder à ce jour (05/11/2020), en ce qui concerne les Voyages en France, au seul feuillet écrit au crayon relatif à l’église de Carcassonne, avec un croquis (R. 303 Rés., vol. 2, f56 ro). Cela correspond aux pages 689-690 du VMF.

35 VMF, p. 626.

36 Ibid.

37 Ibid., p. 622.

38 Ibid.

39 Jean-Bernard Richard, Guide classique du voyageur en France, en Belgique et en Hollande, 15e éd., Paris, Audin, 1832-1833 ; Girault de Saint-Fargeau (Société de gens de lettres, de géographes et d’artistes), Guide pittoresque du voyageur en France, Paris, Firmin-Didot, 1834-1838, 6 vol. Ces guides publiés dans la première moitié du xixe siècle, et qui comportaient souvent les mots « pittoresque » et « statistique » dans les titres, étaient de nature encyclopédique, riches en informations sur le climat, la géographie, l’histoire, les industries, les monuments, les mœurs des habitants de chaque région ou département. Marie-Vic Ozouf-Marignier appelle ces publications « genre description géographique », dont on déplorera plus tard le manque d’exactitude et le caractère trop littéraire (Marie-Vic Ozouf-Marignier, « Le genre description géographique et ses équivalents en France dans la première moitié du xixe siècle. Productions et finalités éditoriales », in Gilles Chabaud, Evelyne Cohen, Natacha Coquery, Jérôme Penez [dir.], Les Guides imprimés du xvie au xxe siècle. Villes, paysages, voyages, Paris, Belin, 2000, p. 141-153).

40 On trouve la plupart des notes en marge consignées par Stendhal dans les catalogues des musées de province (Montpellier, Marseille, Avignon, Grenoble, etc.) dans les appendices de l’édition de la Pléiade (« Stendhal et les musées de province après les Mémoires d’un touriste », VF, p. 835-867).

41 Aubin-Louis Millin, Voyage dans les départements du Midi de la France, Paris, Imprimerie impériale, 1807-1811, 4 vol. ; Prosper Mérimée, Notes d’un voyage dans le Midi de la France, Paris, Fournier, 1835 ; id., Notes d’un voyage dans l’ouest de la France, Paris, Fournier, 1836.

42 VMF, p. 638 sq. et p. 645 sq.

43 Ibid., p. 609.

44 C’est là que commencent véritablement les emprunts à Millin (p. 692 sq.). Jusque-là les notes de rappel en marge comme « À vérifier » (ibid., p. 605, 608, 609…), « To take the names on this » (ibid., p. 607), « Ici histoire de Saint-Sernin. Millin. » (ibid., p. 617), n’étaient pas accompagnées de renvoi de pages, alors que celles qui suivent sont de vrais renvois, telles que « M[illi]n, 370 » (ibid., p. 693), « (Atlas de Millin, planche 59, figure 4) » (ibid., p. 708). Par ailleurs les manuscrits nous permettent de suivre le processus de rédaction tantôt par les supports de l’écriture (papiers, journaux et magazines détachés, livres interfoliés, etc.), tantôt par la numérotation des pages, et tantôt par l’espacement des lignes : l’interligne étroit d’un passage de la rubrique « Narbonne, dimanche [29] avril 1838 » (ibid., p. 693), consacré à l’emprunt à Millin, atteste en fait une insertion ultérieure, ce qui est habituel dans la méthode de composition de Stendhal (R. 303 Rés., vol. 2, f62 numéroté 2).

45 S’interrogeant sur le style de la cathédrale Saint-Étienne de Toulouse, il note : « To ask to Academus. » (ibid., p. 623). « Academus » est le surnom donné à Mérimée par Stendhal.

46 VMF, p. 600.

47 Ibid., p. 626.

48 Dans son voyage dans le Midi en 1829 (septembre-fin novembre), par exemple, durant lequel il aurait eu une première idée du Rouge et le Noir, il annotait le tome I des Œuvres complètes de Shakespeare en 13 vol. in-8o, parues chez Ladvocat en 1821 (voir OI, t. II, p. 105, notes a et c). Cette édition, nouvelle traduction revue et corrigée par François Guizot, est aujourd’hui conservée au complet dans le fonds Bucci, à Rome (Gian Franco Grechi [éd.], Catalogo del fondo stendhaliano Bucci, Milan, All’Insegna del Pesce d’Oro, 1980, p. 225-228). On ne sait pas si Stendhal a emporté les autres tomes desdites Œuvres.

49 Christian Robin, op. cit., p. 121.

50 Hélène de Jacquelot, op. cit., p. 79.

51 Ibid., p. 79-80.

52 Ibid., p. 79.

53 Le voyage de 1838 couvre un territoire assez vaste qui va des départements du Sud-Ouest et du Sud-Est jusqu’au Nord-Est, l’Allemagne, les Pays-Bas, et la Belgique (OI, t. II, p. 310-320) : au-delà de l’étape de Valence qui clôture le texte du Voyage dans le Midi de la France, rien ne nous renseigne sur les détails du voyage, sinon les notes rédigées au crayon en marge des catalogues des musées et de l’exemplaire Bucci des Mémoires d’un touriste.

54 Victor Del Litto, « Notice » des Mémoires d’un touriste, VF, p. 881.

55 On y relève plusieurs ouvrages annotés auxquels Stendhal ne renvoie pas dans le texte, dont deux sur Marseille (fonds Bucci) : Joseph Chardon, Tableau historique et politique de Marseille, ancienne et moderne, 1837 (OI, t. II, p. 312, note e), et Marseille. Album des étrangers et visiteurs, 1833 (ibid., p. 313, note a).

56 VMF, p. 598.

57 VF, p. 540. C’est l’auteur qui souligne.

58 Dans le Voyage dans le Midi de la France, l’auteur s’efforce d’assurer la continuité de la fiction du marchand de fer et il y a parfois des allusions à ce métier, mais cela se fait d’une façon bien expéditive. Ajoutons que, dans l’ensemble des textes regroupés dans Voyages en France, entre la partie fictive et la partie calquée sur le véritable voyage ou supposée telle, on ne constate pas une grande différence au niveau du style et des thèmes.

59 Christian Robin, op. cit., p. 121.

60 VF, p. 468.

61 VMF, p. 636.

62 OI, t. II, p. 311. Note datée du 17 avril 1838, à Béhobie.

63 VMF, p. 638.

64 Olivier Nora, « La visite au grand écrivain » in Pierre Nora (dir.), Lieux de mémoire, t. 2, Paris, Gallimard, « Quarto », 1997, p. 2131-2155. Voir aussi Jean-Claude Bonnet, Naissance du Panthéon : essai sur le culte des grands hommes, Paris, Fayard, 1998.

65  Michel Crouzet, « Province et Nation chez Stendhal », in Alain Chantreau (dir.), Stendhal et Balzac II : la Province dans le roman, Nantes, Société nantaise d’études littéraires, 1978, p. 44. Philippe Berthier, dans son article intitulé « Mémoires d’un lecteur », retrace scrupuleusement la tentative du touriste d’établir une géographie littéraire à travers le tour de la province française (Espaces stendhaliens, Paris, PUF, 1997, p. 265-282).

66 VMF, p. 579, p. 581.

67 Ibid., p. 626.

68 VF, p. 468.

69 Ibid., p. 452-453.

70 Ibid., p. 455.

71 MT, p. 345.

72 Ibid., p. 204.

73 VF, p. 543.

74  MT, p. 63-64.

75 Voir notre note 39.

76 VF, p. 543.

77 MT, p. 63-64. Il s’agit d’André Marie Ampère, philosophe, mathématicien et physicien, et de Pierre Édouard Lemontey, homme politique et historien (note de Del Litto).

78 Sur cette vision « égotiste » du paysage et du territoire français, voir Gérald Rannaud, « Du pittoresque à l’égotisme : une poétique de l’ironie dans le récit de voyage », in Alain Guyot et Chantal Massol (dir.), Voyager en France au temps du romantisme, Grenoble, ELLUG, 2003, p. 238-239. Le touriste avait déclaré d’entrée de jeu : « Ce n’est point par égotisme que je dis je, c’est qu’il n’y a pas d’autre moyen de raconter vite. » (MT, p. 3 ; c’est l’auteur qui souligne). Voir aussi Laure Levêque, « Géo-graphie ou ego-graphie : au détour du paysage-miroir dans les Mémoires d’un touriste, le Voyage en France et le Voyage dans le Midi de la France », L’Année stendhalienne, no 3, 2004, p. 71-93).

79 MT, p. 345.

80 Ibid., p. 265. Il s’agit d’une information empruntée à Mérimée.

81 Philippe Berthier, op. cit., p. 271.

82 MT, p. 15, 199.

83 Ibid., p. 199.

84 VF, p. 394.

85 Entrée « café » par Cécile Meynard in Yves Ansel, Philippe Berthier, Michel Nerlich (dir.), Dictionnaire de Stendhal, Paris, Honoré Champion, 2003, p. 126. Voir aussi Cécile Meynard, Stendhal et la province, Paris, Honoré Champion, 2005, p. 186.

86 Ibid.

87  MT, p. 307, 326 ; VMF, p. 579, 584, 607.

88 MT, p. 326.

89 VF, p. 444.

90 VMF, p. 679.

91 Françoise Parent-Lardeur, Les Cabinets de lecture, Paris, Payot, 1982, p. 30.

92 Ibid., p. 35.

93 On peut consulter une partie de la comptabilité tenue par Mareste en août 1822 dans CG, t. III, p. 348.

94 Un rapport de filature policière de Florence établi en novembre 1832 nous montre Stendhal visitant tour à tour les cafés et le cabinet littéraire Vieusseux pour lire et pour voir les gens, et parfois y demeurant jusqu’à dix heures du soir (CG, t. IV, p. 548-557).

95 MT, p. 111, 205 ; VF, p. 561 ; VMF, p. 736, 752.

96 MT, p. 205 ; VMF, p. 696.

97 MT, p. 205.

98 Ibid., p. 111. Selon Stendhal, il faudrait créer une bonne promenade couverte comme il s’en trouve en Italie, qui puisse abriter du vent et de la pluie les cafés et les cabinets littéraires qui s’y établissent (VF, p. 426).

99 VF, p. 561.

100 À l’époque où Stendhal a eu l’idée d’écrire les Mémoires d’un touriste, il travaillait à l’adaptation des récits italiens puisés dans d’anciens manuscrits : en 1837 sont sorties deux nouvelles, Vittoria Accoramboni et Les Cenci. Mariella Di Maio voit dans cette annotation du Voyage en France « l’indice d’un regain d’intérêt » pour l’histoire du couvent de Baiano qu’il connaissait déjà depuis les Promenades dans Rome (1829), et qui prendra plus tard la forme de Suora Scolastica et de Trop de faveur tue, deux ouvrages commencés en 1839 et restés inachevés (Mariella Di Maio, Stendhal. Intérieurs, Fasano / Paris, Schena / Didier, 1999, p. 212).

101 MT, p. 207. Pour ne citer que deux autres exemples : « des petitesses sans nombre qui font la vie du provincial le plus galant homme » (ibid., p. 20) ; « les malheurs et petitesses de la province » (ibid., p. 34).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Keiko Sugimoto-Ebine, « Stendhal voyageur, ou des livres qui se promènent sur une grande route »Revue Stendhal, 3 | 2022, 45-65.

Référence électronique

Keiko Sugimoto-Ebine, « Stendhal voyageur, ou des livres qui se promènent sur une grande route »Revue Stendhal [En ligne], 3 | 2022, mis en ligne le 01 janvier 2024, consulté le 23 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/stendhal/1040 ; DOI : https://doi.org/10.4000/stendhal.1040

Haut de page

Auteur

Keiko Sugimoto-Ebine

Keiko Sugimoto-Ebine est professeure de langue et littérature françaises à l’Université Meiji-Gakuin (Tokyo). Ses travaux portent sur Stendhal, les romans et la littérature viatique du xixe siècle. Elle est l’auteure de la nouvelle traduction en japonais de De l’amour de Stendhal (Éditions Iwanami-shoten, 2015-2016), et collaboratrice de L’Année stendhalienne (numéro 14 en 2015).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search