Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Marguerite Figeac-Monthus, Les enfants de l’Émile ? L’effervescence éducative de la France au tournant des xviiie et xixe siècles

Emmanuelle Chapron
Référence(s) :

Marguerite Figeac-Monthus, Les enfants de l’Émile ? L’effervescence éducative de la France au tournant des xviiie et xixe siècles, Berne, Peter Lang, 2015, 326 p.

Texte intégral

1L’Émile (1762) marque un tournant dans la pensée pédagogique des Lumières. Presque contemporaine des débats suscités par la suppression des collèges jésuites, l’œuvre de Rousseau inaugure une phase d’intense production éditoriale, qui voit la parution de dizaines de traités consacrés à la rénovation pédagogique du pays. Émanant d’un auteur particulier mais profondément inscrits dans le contexte politique, social et culturel de leur époque, ces traités redéfinissent le sens du geste éducatif, le contenu des programmes, les relations entre le maître et l’élève, dessinent une nouvelle architecture scolaire. Jusqu’alors destiné aux familles aristocratiques, le plan devient « une force de proposition pour transformer l’éducation des élites et celle du peuple » (p. 5). Plus spécifiquement, l’Émile enracine certaines idées pédagogiques parmi les élites, comme celle du rôle des sens dans l’éducation qui, si elle n’est pas nouvelle, se trouve désormais largement revendiquée par les auteurs de projets.

2C’est à cette production que Marguerite Figeac-Monthus consacre son étude. La source a déjà nourri des travaux sur l’idéal pédagogique des Lumières (Marcel Grandière, 1988) ou sur l’« impossible réforme » des collèges à la fin de l’Ancien Régime (selon le titre de l’article pionnier de Dominique Julia, paru en 1983 dans les Actes de la recherche en sciences sociales, malheureusement absent de la bibliographie). Cette étude s’en distingue par son pari chronologique. En embrassant près d’un siècle de réflexion pédagogique, jusqu’aux débuts du Second Empire, elle évite le bornage trop habituel aux historiens (Ancien Régime, Révolution, xixe siècle) et met en évidence des évolutions importantes. Les plans proposant une réforme totale du système pédagogique reculent ainsi au profit de projets plus ciblés, destinés à améliorer la législation scolaire existante ou manifestant un intérêt croissant pour l’éducation du peuple et des femmes. La suppression des collèges, l’année 1792, les grandes lois scolaires du xixe siècle (quoique de manière moins nette), ponctuent la dynamique éditoriale. À la fin de la période, les expériences pédagogiques suisses et le développement de la psychologie marquent également les réflexions des auteurs. L’étude de M. Figeac-Monthus se distingue également par son ambition quantitative, puisqu’elle se fonde sur un corpus d’environ 200 projets qui donne matière à quelques approches chiffrées. Bien plus que sur ces analyses statistiques (dont les projections figurées mériteraient d’être améliorées), la démonstration repose principalement sur des citations dont il n’est pas toujours aisé de mesurer la représentativité : dans quelle mesure un texte fait-il faisceau avec d’autres ou ne représente-t-il que lui-même ? C’est une des principales difficultés méthodologiques que l’auteure soulève elle-même dans l’introduction.

3La première partie du volume s’intéresse à la forme éditoriale de cette pensée pédagogique, dont la matière plastique se coule dans des types d’écriture très variés, du traité théorique au roman épistolaire. La carte des lieux d’édition montre la dimension européenne de cette production francophone, liée en particulier à la diaspora des éducateurs français, mais il faudrait y distinguer la part des fausses adresses éditoriales et celle des contrefaçons, qui sont un signe de la dimension polémique et du succès commercial de cette production. L’étude des auteurs ouvre sur une question plus large, celle de la participation des individus au débat public sur l’éducation nationale. Qu’est-ce qui fait qu’un individu se sent autorisé à proposer un plan de réforme, parfois très ambitieux, du système éducatif de son pays ? L’expérience vécue dans un établissement scolaire ou au contact des jeunes gens, la maternité, le statut social, la position dans les instances politiques ? La prosopographie des auteurs fournit quelques éléments de réponse, qui auraient pu être affinés par une étude systématique des paratextes et par une confrontation avec les travaux plus généraux de Robert Darnton (pour le second xviiie siècle) ou de Carla Hesse (pour la Révolution). Que les producteurs de projets soient majoritairement des hommes mûrs (entre 40 et 60 ans), que les femmes et les enseignants y soient probablement mieux représentées que dans la population des auteurs en général (respectivement près de 10 % et plus de 20 %), donne une idée du type d’autorité dont ils peuvent se prévaloir.

4La seconde partie du volume, la plus aboutie, reprend les différents thèmes abordés dans les projets : organisation matérielle des bâtiments et de la classe, disciplines enseignées, cursus, objectifs et méthodes pédagogiques, obsession de l’hygiène, vertus de l’émulation, formation des maîtres, enseignement professionnel. M. Figeac-Monthus brosse des évolutions générales et entre dans le détail des dispositifs proposés par certains plans, apportant ainsi une précieuse contribution à certaines réflexions en cours, comme sur les châtiments éducatifs, la construction historique des disciplines scolaires, ou encore la conception des espaces éducatifs. Le plan de la salle de classe proposé par Alexandre de Laborde (1816) n’est ainsi pas sans rappeler l’obsession panoptique des projets de systèmes policiers ou pénitentiaires de la même époque (voir le schéma p. 118).

5La troisième partie s’efforce de dégager la dimension politique de ces projets, ce qu’ils reflètent d’une conception – partagée ou conflictuelle – de l’État, de la société, de la jeunesse, des rapports entre les genres et entre les milieux sociaux, de la place de l’Église dans le monde social. Si le titre de l’ouvrage fait l’hypothèse de l’influence cardinale de Rousseau sur toute la production pédagogique du siècle qui suit la publication de l’Émile, la démonstration est inégalement tenue au fil des pages. La teneur des idées rousseauistes n’est à aucun moment présentée de manière systématique et elle est le plus souvent rapportée au rôle des sens dans l’éducation (dont l’auteure rappelle qu’elle s’origine également dans les philosophies de Locke et de Condillac). Est-ce ainsi que le percevait le lectorat des xviiie et xixe siècles ? Il faudrait se reporter, à ce propos, au courrier des lecteurs de Rousseau tel qu’analysé par Robert Darnton dans le Grand massacre des chats. À aucun moment n’est résolue (ni même soulevée) la contradiction entre une proposition pédagogique de nature préceptorale et une littérature de projets qui concerne majoritairement une éducation « publique », adaptée à un collectif d’élèves. Par ailleurs, si Rousseau est de loin l’auteur le plus cité (25 fois dans un échantillonnage de 40 auteurs, deux fois plus que les suivants, p. 234), la citation a d’autres fonctions que référentielles. Comme le rappelle M. Figeac-Monthus, c’est aussi un marqueur d’adhésion à un mouvement philosophique (les Lumières) ou à une sensibilité culturelle (le courant affectif).

6Le volume offre enfin une bibliographie nourrie, dont le classement thématique rend parfois difficile le repérage des références présentes dans le corps du texte. Uniquement française, à deux exceptions près, elle devrait être enrichie par une historiographie étrangère qui n’a pas négligé la question des projets pédagogiques : on pense par exemple à l’ouvrage consacré par Harvey Chisick à la question de l’éducation populaire, pour lequel il a également mobilisé un important corpus de projets pédagogiques (The Limits of Reform in the Enlightenment : Attitudes Toward the Education of the Lower Classes in Eighteenth-Century France, Princeton University Press, 1981, réédition 2014).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Emmanuelle Chapron, « Marguerite Figeac-Monthus, Les enfants de l’Émile ? L’effervescence éducative de la France au tournant des xviiie et xixe siècles », Strenæ [En ligne], 13 | 2018, mis en ligne le 15 mai 2018, consulté le 19 juillet 2018. URL : http://journals.openedition.org/strenae/1773

Haut de page

Auteur

Emmanuelle Chapron

Professeur d’histoire moderne
Université Aix-Marseille, CNRS, UMR 7303 Telemme

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals