Navigation – Plan du site
Dossier thématique

Enfants de la révolution ? La contre-culture, l’idée d’enfance et l’exemple de Schoolkids Oz

Children of the revolution? The counter-culture, the idea of childhood and the case of Schoolkids Oz
David Buckingham
Traduction de Claudia François
Cet article est une traduction de :
Children of the revolution? The counter-culture, the idea of childhood and the case of Schoolkids Oz

Résumé

Le 23 juin 1971 vit le début d’un procès historique qui se tint à la cour d’assises à Londres. Richard Neville, Jim Anderson and Felix Dennis, les trois jeunes rédacteurs en chef du magazine « avant-gardiste » Oz, se trouvaient sur le banc des accusés. Les accusations portaient sur le numéro 28 du magazine, intitulé Schoolkids Oz, publié en mai de l’année précédente. Ayant duré près de six semaines, l’affaire Oz représenta le plus long procès pour obscénité dans l’histoire de la justice britannique et prit une ampleur presque hors du commun à l’époque et par la suite. Cependant, alors que le procès se concentrait avec détail sur les sections de Schoolkids Oz que l’on jugeait obscènes, on faisait peu attention à la publication dans son ensemble, que ce soit à l’époque ou plus tard. À la demande de ses rédacteurs en chef, Oz 28 fut créé (au moins en partie) par des écoliers, et une grande partie de l’indignation qu’il a suscitée venait du fait qu’il se moquait des notions traditionnelles de contenu convenable pour les enfants. De ce fait, ceci soulève des questions intéressantes sur la place de « l’enfance » – c’est-à-dire les conceptions de l’enfance et non l’expérience d’enfants en particulier – au sein de la contre-culture de l’époque. Le but de cet article est d’explorer des tensions et contradictions qui étaient au cœur de ces conceptions, tout d’abord d’une manière générale et, ensuite, dans le cas précis de Schoolkids Oz.

Haut de page

Notes de la rédaction

Cet article est adapté d’un chapitre du livre le plus récent de David Buckingham, intitulé Growing up Modern: Childhood, Youth and Popular Culture Since 1945, qui peut être consulté en ligne ici : https://davidbuckingham.net/growing-up-modern/ Nous tenons à le remercier de nous avoir autorisé à inclure cette version dans ce numéro thématique.

Texte intégral

1Le 23 juin 1971 vit le début d’un procès historique qui se tint à la cour d’assises à Londres. Richard Neville, Jim Anderson and Felix Dennis, les trois jeunes rédacteurs en chef du magazine « avant-gardiste » Oz, se trouvaient sur le banc des accusés. Les accusations portaient sur le numéro 28 du magazine, intitulé Schoolkids Oz, publié en mai de l’année précédente. Ils étaient accusés d’avoir publié et envoyé un exemplaire obscène, faits pour lesquels ils encouraient respectivement la peine maximale de trois ans et un an d’emprisonnement. D’une manière plus générale, on les accusait de « conspiration… dans le but de publier un magazine contenant divers articles, dessins humoristiques et illustrations obscènes, indécents et sexuellement dépravés avec l’intention de pervertir et corrompre moralement enfants et jeunes gens du Royaume et de susciter et instiller des désirs lubriques et pervertis dans leurs esprits… », charges archaïques et rares pour lesquelles la peine maximum était la réclusion à vie.

2Ayant duré près de six semaines, l’affaire Oz représenta le plus long procès pour obscénité dans l’histoire de la justice britannique et prit une ampleur presque hors du commun à l’époque et par la suite. Pour Richard Neville et ses avocats, la motivation première de cette accusation n’était pas du tout l’obscénité, mais représentait plutôt, comme il l’énonce à l’ouverture du procès, « un événement politique ». Le procès était une attaque lancée contre « une communauté toute entière » : celle des hippies ou la contre-culture, et, comme il l’affirma, contre l’idée même de liberté. Pour d’autres, avec le recul, c’était déjà le début de la fin : la conclusion d’une ère optimiste plus vaste ou, tout du moins, un moment où la contre-culture en Grande Bretagne passa à une nouvelle phase, plus sombre.

3Cependant, alors que le procès se concentrait avec détail sur les sections de Schoolkids Oz que l’on jugeait obscènes, on faisait peu attention à la publication dans son ensemble, que ce soit à l’époque ou plus tard. À la demande de ses rédacteurs en chef, Oz 28 fut créé (au moins en partie) par des écoliers, et une grande partie de l’indignation qu’il a suscitée venait du fait qu’il se moquait des notions traditionnelles de contenu convenable pour les enfants. De ce fait, ceci soulève des questions intéressantes sur la place de « l’enfance » – c’est-à-dire les conceptions de l’enfance et non l’expérience d’enfants en particulier – au sein de la contre-culture de l’époque. Le but de cet article est d’explorer des tensions et contradictions qui étaient au cœur de ces conceptions, tout d’abord d’une manière générale et, ensuite, dans le cas précis de Schoolkids Oz.

Deux contre-cultures

4L’universitaire Theodore Roszak fut le premier à utiliser le terme de ‘contre-culture’ dans son livre The Making of a Counter Culture, publié aux États-Unis en 1969. Roszak ainsi que d’autres soutenaient que la contre-culture reposait sur un fondement de base – ils essayèrent du moins d’en créer un par leurs écrits – mais, en réalité, la contre-culture s’est révélée variée et incohérente – et en fait, souvent plus contradictoire que ses acteurs ne voulaient bien le dire. Plus particulièrement, il est important de reconnaître une distinction majeure entre ce qu’on pourrait appeler grossièrement la « nouvelle gauche » et les hippies – une distinction que les historiens tels que Timothy Miller (2011) ont identifiée.

5Pour simplifier, on peut dire que la nouvelle gauche voulait principalement défier l’ordre politique prédominant, alors que les hippies, eux, désiraient créer des voies alternatives en s’en détournant ou bien en ‘vivant en marge’. De nombreux hippies auto-proclamés se méfiaient grandement des groupes en tout genre – bien qu’on puisse être de l’opinion que les hippies eux-mêmes étaient extrêmement conformistes à leur manière. Nombre de commentateurs hippies considéraient la nouvelle gauche comme violente, démodée et anti-plaisir, alors que beaucoup de la nouvelle gauche pensaient que les hippies, complaisants et infantiles, fuyaient la réalité. Les hippies prétendaient être les vrais révolutionnaires et se comportaient comme si la révolution s’était déjà produite alors que la nouvelle gauche savait parfaitement que ce n’était pas le cas. Même s’il y avait des points communs – hippies et radicaux de la nouvelle gauche s’opposaient à la guerre du Vietnam, par exemple, ainsi qu’aux lois punitives contre les drogues – il existait aussi une grande hostilité réciproque entre eux et, alors que les années 70 avançaient, leurs points communs se raréfièrent.

Les hippies et la conception de l’enfance

6Ces tensions étaient particulièrement visibles sur la question de la conception de l’enfance – et leurs manifestations, comme nous le verrons, eurent des conséquences négatives sur Schoolkids Oz et sur le procès ultérieur de ses rédacteurs en chef. Alors que l’accroissement de la popularité de la contre-culture peut s’expliquer comme faisant partie d’un « rajeunissement » plus large de la société dans les années 60, du moins aux États-Unis (Braunstein, 2002), on peut soutenir l’idée que la conception de l’enfance était au cœur de la philosophie hippie. La pensée hippie valorisait l’état d’esprit d’enfant, l’émerveillement et la simplicité. Les hippies avaient pour but de ne faire qu’un avec la nature et la terre, dans une sorte d’innocence primaire, précédant l’ère technologique : après tout, ils étaient les « enfants fleurs ». Ils cherchaient à vivre dans le présent et pour celui-ci, refusant de se projeter dans le futur ou d’accepter le concept de progression professionnelle dans leur vie. Cette philosophie était sans aucun doute cultivée par l’utilisation des drogues psychédéliques et surtout du LSD. Pour beaucoup de ses défenseurs (allant d’Aldous Huxley à Timothy Leary), le « trip » psychédélique supposait un retour à l’enfance, voire à la prime enfance.

7Comme le soutient Jenny Diski (2009), la contre-culture a permis à la génération des Baby-Boomers de mener à bien la volonté de Peter Pan de ne pas quitter l’enfance. Ce fut d’après elle : « la plus longue année de césure de l’histoire ». Dans les premières années de la contre-culture au moins, on avait ce rêve constant qu’on pouvait vivre comme dans un festival de rock gratuit et permanent sans avoir besoin de travailler. On pouvait se raccrocher à son enfance ou à son irresponsabilité, pour toujours. Bien entendu, ce fantasme était principalement partagé par les membres de la classe moyenne, et attirait tout particulièrement un nombre croissant d’étudiants. Alors que la période d’austérité d’après-guerre avait vu naître la classe moyenne, les parents appartenant à cette classe sociale avaient envie de faire plaisir à leurs enfants et pas uniquement en leur offrant une montagne de biens de consommation, mais aussi on leur donnant la permission (et l’argent) de remettre à plus tard leur entrée dans la vie adulte. Vivre en marge, dans ces circonstances, pouvait être considéré comme une situation temporaire et non comme une excommunication définitive.

8On accordait une importance vitale à l’idée de jouer. Dans les années 60, on jouissait presque du plein emploi, mais les avancées technologiques promettaient un futur utopique, où les machines remplaceraient la plupart des travailleurs. Ceci permit aux adultes d’imaginer un monde où ils seraient libres de jouer, ou du moins, où le travail-même deviendrait une autre forme de jeu. Le « manifeste » de Richard Neville sur la contre-culture qui s’intitulait Play Power, fut publié au début de l’année 1971, quelques mois avant le procès d’Oz. Alors qu’il s’y trouve quelques éléments appartenant ouvertement à l’esprit de la « nouvelle gauche », Neville faisait l’apologie d’une forme d’hédonisme – une légère recherche du plaisir. Jouer en ces termes fait référence à la liberté de s’amuser : cela représente les valeurs que les adultes (ou du moins les adultes sérieux) ont en quelque sorte perdues en grandissant. Jouer est la manifestation de la joie, de la spontanéité et de l’innocence, sans aucune contrainte liée à des considérations d’ordre pratique en ou à des responsabilités inhérentes à l’âge adulte. La notion de jeu est anarchique par essence, mais cette action abrite aussi un aspect antisocial qui peut se révéler dangereux – voire une sorte de brutalité – et qui bouleverse et défie la répression sexuelle ainsi que l’éthique protestante du travail.

9La nécessité de jouer a influencé, à certains égards, l’évolution des formes de contestation politique : aux États-Unis, les scandaleuses et imprévisibles facéties des ‘yippies’ ont bouleversé les manières « sérieuses » de faire de la politique et ont eu de l’influence à l’international (et continuent à en avoir). Cependant, l’idée de jeu s’est aussi faite remarquer dans des pratiques culturelles plus courantes. Dans le domaine de la mode, le style des hippies était comme jouer à se « déguiser », associant des articles de mode excentriques que des parents ou grands-parents auraient pu porter, mais d’une manière ludique. De plus, comme le soutient Jenny Diski (2009), les drogues psychédéliques étaient aussi considérées comme une sorte de ‘jouet magique et fascinant’.

L’émancipation des enfants

10Cependant, contrairement à cette opinion, on peut trouver au sein de la contre-culture une autre façon de concevoir l’enfance – une conception qui provient plus du côté politique avec « la nouvelle gauche » que du côté culturel avec les hippies. Ce fut à la fin des années 60 et au début des années 70 que l’on vit apparaître des arguments en faveur des « droits de l’enfant » et de « l’émancipation des enfants », ce qui, d’une certaine manière, représentait une continuation logique d’autres mouvements des droits civiques de l’époque. Ces approches en particulier ont nourri les arguments en faveur de ce que l’on appelle avec de manières différentes l’éducation « centrée sur l’enfant » ou « l’éducation nouvelle ». Ce sont des termes vagues, mais d’une manière plus large ces approches ont remis en question l’importance de l’autorité et la coercition des adultes et ont mis l’accent sur la pertinence de l’apprentissage ludique au niveau de la pédagogie et du développement.

11Il est entendu que ce genre d’approches existait depuis bien longtemps, mais à la fin des années 60, de nombreux concepts et approches clé provenaient de pédagogues tels que Paul Goodman et John Holt. Dans ses livres How Children Fail et How Children Learn, et surtout dans Escape from Childhood: The Needs and Rights of Children (1974), qui s’apparente à un manifeste, Holt remet en cause la manière dont les enfants sont gardés à l’écart du monde adulte, et critique durement l’attitude condescendante des adultes et leurs tentatives agressives pour diriger ce qu’ils font. Les enfants, soutient-il, sont bien plus compétents que ce que les adultes veulent bien reconnaître : ils ont besoin de tirer des leçons de leurs erreurs au lieu d’être « protégés » et contrôlés à jamais par les adultes. Selon Holt, l’enfance s’apparente à une forme d’incarcération dont les enfants doivent s’échapper aussi vite que possible. Contrairement aux hippies, Holt remet en question les notions sentimentales de l’innocence et du naturel de l’enfant, et surtout l’idée que les enfants sont « mignons ». Considérer les enfants comme la personnification de la sagesse et de la beauté, soutenait-il, était en définitive condescendant : une manière de ne pas les prendre au sérieux en tant qu’individus.

  • 1 NDLR Qui fait l’objet d’un article dans ce numéro.

12Holt influençait énormément les professeurs et les écrivains britanniques et surtout son amie Leila Berg1. Berg, éditrice et auteure de livres pour enfants, s’intéressa aux droits de l’enfant et aux méthodes d’enseignement expérimentales dans les années 60. En plus de publier d’innombrables livres pour enfants, elle a aussi aidé à la création de la revue militante Children’s Rights. Son œuvre clé destinée aux adultes est probablement le livre intitulé Look at Kids (1972). Tout comme Holt, Berg se prononce contre la tendance qu’ont les adultes à traiter les enfants avec condescendance, à exercer une pression sur eux et à les opprimer. Encore une fois, les enfants sont considérés comme plus compétents que ce que les adultes croient en général : ils sont capables de s’autoréguler et devraient être libres d’explorer le monde à leur rythme sans intervention ou manipulation des adultes. Berg représente l’enfant de manière implicite comme un être libre et issu de la nature, bien que son œuvre montre principalement des paysages urbains. Pourtant, ses récits sont loin d’être d’une humeur festive ou sentimentale et encore moins mignonne : au lieu de cela, elle montre beaucoup l’indignité de la pauvreté, la brutalité et souffrance que des parents violents et un système d’aide sociale répressif font subir aux enfants. Berg exhorte ses lecteurs à observer les enfants et à apprendre d’eux, mais elle fait aussi d’âpres critiques des politiques et des pratiques (comme par exemple celles des écoles et des urbanistes) qui restreignent leur vie.

13À partir de la deuxième partie des années 60, plusieurs « écoles libres » parallèles s’ouvrirent pour la plupart à Londres et l’on vit un déferlement de campagnes et de publications critiquant le système éducatif traditionnel et préconisant une implication plus importante des enfants. Patricia Holland (2004) se souvient que bon nombre de ces publications comprenaient des lettres d’enfants, et que certaines avaient été écrites par les élèves eux-mêmes qui les avaient intitulées Cerveaux LentsEchec en Maths et L’Ennui d’Apprendre. Pendant ce temps, en 1969, à Londres, naissait le syndicat appelé Schools Action Union, qui donnait la possibilité aux enfants de faire campagne contre des problèmes comme la sélection pour l’admission à l’école, le système d’évaluation et le recours aux châtiments corporels. Comme ceci le suggère, Schoolkids Oz n’était pas un phénomène isolé en la matière, ni même empreint d’originalité.

14Comme nous allons le voir, bien que la publication fût en grande partie réalisée par des adolescents plus âgés, des éléments de cette approche plus politique de l’émancipation des enfants était très certainement présents dans Schoolkids Oz. Durant le procès, on avait invité des partisans majeurs des droits de l’enfant, dont Berg, à témoigner en tant qu’experts pour la défense. La « Charte » des droits de l’enfant, comportant des recoupements avec les théories de Holt dans son manifeste Escape from Childhood, fut même citée au procès, bien que le ministère public n’en ait retenu (stupidement) que la suggestion que « les enfants devraient se faire plaisir en s’adonnant à des relations sexuelles dans tout Londres ».

Deux manières de concevoir l’enfance

15Bien qu’il existe des différences majeures entre elles, ces idées libératrices rejoignent en quelque sorte celles des hippies. Alors que les hippies semblent concevoir l’enfance comme la condition souhaitable à laquelle les adultes devraient aspirer à retourner, la nouvelle gauche, elle, la considère comme un état d’oppression qu’il faut renverser. Pour la nouvelle gauche, les enfants (tout comme les femmes, les noirs et autres opprimés) ont besoin d’être libérés. Pour les hippies, ils sont déjà libérés. Au risque de trop schématiser, ce tableau à deux colonnes peut montrer ces différences de manière plus évidente.

L’ENFANCE VUE PAR LES HIPPIES

L’ENFANCE VUE PAR LA NOUVELLE GAUCHE

L’enfance vue comme innocente, naturelle

L’enfance vue comme une forme d’oppression

L’enfance vue comme une étape distincte et indépendante du reste de la vie

Contestation des distinctions entre enfant et adulte

Le jeu est une forme de contestation

Le jeu comme outil de croissance

Les enfants jouissent déjà de leur liberté

Les enfants doivent être libérés de leur condition

Les adultes devraient se comporter plus comme des enfants

Les enfants devraient jouir des mêmes privilèges que les adultes

Les adultes devraient se réfugier dans l’enfance

Les enfants doivent trouver refuge dans la vie adulte.

16Curieusement, à l’époque, Jenny Diski (dont les mémoires critiques des années 60 ont été citées ci-dessous) a elle-même été impliquée dans quelques mouvements radicaux de libération des enfants alors qu’elle travaillait dans une « école libre ». Selon Diski, on avait pour but de transmettre à la génération future l’idée que la contre-culture se faisait de l’enfance, à savoir, une forme de libération :

La génération Peter Pan essayait de donner à notre jeune personne l’enfance libérée que nous avions découverte sur le tard et que nous étions en train de rejouer, de la même manière que nos parents avaient financé la jeunesse follement insouciante dont eux-mêmes avaient été privés. Notre génération voulait donner aux jeunes l’enfance que nous aurions souhaité avoir ou que nous pensions que nous aurions aimé avoir. (2009: 109, 117)

17Bien que Diski résume ici finement ces paradoxes, je pense que son récit sous-estime quelque peu les dimensions politiques du mouvement de libération des enfants. La classe sociale avait une importance, du moins au Royaume Uni et les enfants pour qui ce mouvement existait appartenaient en grande partie à la classe ouvrière, alors que beaucoup de leurs professeurs appartenaient à la classe moyenne. C’était aussi principalement un mouvement pédagogique, qui avait pour vocation d’impliquer les écoles générales et de faire œuvre dans le système au lieu de simplement chercher à y échapper. Rétrospectivement, il serait tentant de le considérer comme une forme d’idéalisme naïf, mais cela minimiserait la sincère sagacité et l’engagement politique de ceux qui étaient impliqués.

La représentation de l’enfance

18Ces séries d’idées opposées transparaissent aussi dans la manière dont l’enfance était représentée dans la contre-culture. Aux États-Unis, l’enfance et l’impression d’innocence et d’émerveillement naturels qu’elle donne, était une métaphore récurrente dans la musique et l’iconographie hippie. Au début de l’âge d’or de « l’Été de l’amour » de San Francisco, les enfants-fleurs savouraient leur enfantine et mystique identification avec l’univers, bien que partiellement due à l’intervention chimique du LSD. Le style psychédélique des couvertures d’albums, des posters et des spectacles de lumières psychédéliques, et leurs tourbillons de couleurs primaires et effets de kaléidoscope en étaient la représentation ; comme l’était la référence récurrente à la mythologie et au fantastique, bien souvent empruntée aux contes de fées et aux histoires pour enfants. Des images représentant la nature – plantes, paysages, animaux mythologiques – abondaient ; et la nudité était partout, non seulement pour ses connotations sexuelles, mais aussi parce que la nudité semble évoquer une pureté et une innocence semblables à celles que l’on trouve dans le jardin d’Eden. L’idée du retour à l’enfance et à la nature se trouvait aussi dans les paroles de chansons. La chanson « Woodstock » de Joni Mitchell – considérée comme l’un des hymnes hippies les plus importants – le dit haut et clair : We are stardust, we are golden – And we've got to get ourselves back to the garden”.

19En Grande Bretagne, cette image de l’enfance se manifestait surtout dans la musique de l’époque. En 2015, la BBC a diffusé un documentaire fascinant intitulé Psychedelic Britannia, qui fournit une abondance de preuves soutenant cette affirmation. Alors que les musiciens britanniques de pop et de rock commençaient à se défaire de l’influence du rythm and blues américain et à ressentir l’emprise des drogues psychédéliques, on a vu émerger un style distinct qui (entre autres choses) rappelle le monde du rêve enfantin. Quelques-unes des premières chansons de Pink Floyd, par exemple, invoquent l’image bucolique d’une campagne anglaise standard dépeinte dans les classiques de la littérature pour enfants comme Le Vent dans les saules et Le Jardin secret. Alors que la musique elle-même était assurément électronique, les paroles, elles – écrites par une des victimes de l’acide les plus sensationnelles de l’histoire de la musique rock, Syd Barrett – invoquent un monde niais peuplé de fées, de lutins et de gnomes. Sorti en 1967, leur deuxième single intitulé See Emily Play est probablement la manifestation la plus poignante de ce désir d’une enfance mythique.

20En y ajoutant les influences de la musique folk britannique traditionnelle, des artistes comme Donovan (Sunshine Superman, A Gift from a Flower to a Garden) et l’Incredible String Band (The Hangman’s Beautiful Daughter, Wee Tam and the Big Huge) ont exploité la mythologie de l’enfance bien souvent de manière sensiblement féérique. Même les groupes mods tels que les Small Faces (Itchycoo Park) et les groupes issus de la classe ouvrière du nord de l’Angleterre tels que The Move (Flowers in the Rain, I Can Hear the Grass Grow) ont commencé à adapter leur style, mais pour une courte période. Ce sont bien sûr les Beatles qui ont apporté la plupart de l’imagerie enfantine au grand public. Les chansons telles que Strawberry Fields Forever et Lucy in the Sky with Diamonds, écrites sous l’influence de LSD, offraient des récits de retour à l’innocence enfantine et d’absence de répression des adultes. Le film réalisé pour la télévision et album intitulé Magical Mystery Tour (1967) ainsi que le film d’animation Yellow Submarine (1969) présentaient des mondes fantastiques qui étaient largement inspirés des contes de fées et de la littérature pour enfants.

21Comme le montre le documentaire de la BBC, cette retraite dans le jardin secret de l’enfance pourrait en partie être interprétée comme une réaction à l’intérêt que suscite la technologie, qui, au début des années 60, était un enjeu politique clé. Le fait que la mode ait été au style vestimentaire de l’époque édouardienne (Sergeant Pepper et al.) et à l’art et au design fin de siècle (Aubrey Beardsley, art nouveau), ainsi qu’au regain d’intérêt pour la littérature de la fin de l’époque victorienne (Alice au Pays des Merveilles fut adapté by Jonathan Miller pour la BBC à la fin de l’année 1966), reflète la méfiance généralisée pour la modernité qui représentait un aspect essentiel de la pensée hippie dans son ensemble. Or, même à l’époque où elle est apparue, cette imagerie était déjà en partie empreinte de nostalgique. Comme Patricia Holland (2004) le signale, la conception de l’âge d’or de la vie à la campagne avant l’industrialisation – de la « communauté biologique » du village anglais – était invoquée par les auteurs et les artistes à l’époque même où elle était en train de disparaître. Malgré le zèle révolutionnaire manifeste des hippies, le fait d’associer l’enfance à la nature – liée aux idées d’innocence et de pureté – était extrêmement traditionnel et aurait très bien pu être considéré comme réactionnaire.

  • 2 Célèbres personnages d’un manuel de lecture américain.

22Il est frappant de comparer cela avec l’imagerie utilisée par le mouvement pour les droits de l’enfant de l’époque. Le livre de Leila Berg intitulé Look at Kids (1972) et mentionné ci-dessus contient un grand nombre de photographies en noir et blanc apparemment sélectionnées par l’auteur et qui, accompagnant le texte, reviennent à créer un effet de « photo-récit ». C’est véritablement une image urbaine et industrielle (et post-industrielle) de l’enfance, qui est bien loin de l’idylle pastorale que s’imaginaient les hippies. Les photographies des enfants les montrent en pleine action, en train de travailler et de jouer. Ils sourient ou ne posent devant l’objectif que rarement, bien que dans certains cas ils se retournent et lancent un regard provocateur au photographe. Le cadre où évolue l’enfant n’est pas un jardin secret, mais plutôt une zone bombardée et des ruines abandonnées. De plus, l’utilisation du monochrome à contraste élevé se revendique avec force du réalisme propre au documentaire. Ce n’est donc peut-être pas une surprise que l’imagerie décrite dans le livre pour enfants de Berg soit moins brutalement réaliste. Toutefois, les illustrations dessinées pour sa série Nippers représentent aussi des décors urbains et offrent une sorte de réalisme quotidien qui se trouve bien loin du monde aseptisé de la classe moyenne à laquelle appartiennent leurs prédécesseurs Janet and John (l’équivalent britannique de Dick and Jane2) – et en effet de l’idylle pastorale féérique des hippies.

23Pendant ce temps, si le mouvement des droits de l’enfant se servait de d’une imagerie de l’enfance plus traditionnelle, c’était souvent dans une démarche de subversion. Les images des personnages de Disney ainsi que celles des super héros de Marvel étaient parfaites (et souvent détournées) pour faire la critique de la politique menée par les États-Unis. Au début des années soixante-dix, le héros britannique de bande dessinée Denis la Malice fait la couverture d’un tract de Keith Paton intitulé The Great Brain Robbery, et proclame « partout dans le monde, l’école abêtit la société ». Et comme le cas Schoolkids Oz le montrera, l’utilisation subversive de l’imagerie enfantine traditionnelle suscitait souvent une colère exceptionnelle des autorités.

Lire Schoolkids d’Oz

24La version britannique d’Oz fut publiée en 1967. Richard Neville, un des membres d’un petit groupe représentatif de hippies australiens, arrivé au Royaume-Uni dans les années 60, en était le rédacteur en chef. En 1963, alors étudiant, Neville avait fondé Oz dans sa ville natale, Sydney : c’était une publication calomnieuse et satirique, dont l’aspect provocateur lui avait valu des poursuites pour obscénité. Peu de temps après son arrivée à Londres, Neville commença la réalisation de la version britannique d’Oz. Alors que les premières parutions étaient toujours avant tout satiriques, Oz s’aligna rapidement sur la contre-culture hippie. Il était bien moins sérieux et moins ouvertement politique que son rival IT (International Times) et il devint tristement célèbre pour sa façon psychédélique d’employer couleurs et design (même ses créateurs admettaient qu’il était parfois illisible). Si IT était le journal officiel de la communauté, Oz, lui, était le supplément en couleur irrespectueux de la presse avant-gardiste.

25Neville était sans aucun doute un homme charismatique et charmant, mais aussi ambitieux et égoïste. Il savait très bien « déléguer » : il trouvait des idées pour ensuite laisser les autres les développer – ce qui était en fait le cas de Schoolkids Oz, qui était en grande partie édité par Jim Anderson et Felix Dennis pendant que Neville était en vacances à Ibiza. Contrairement à beaucoup de publications radicales, la « ligne » éditoriale d’Oz n’était pas convaincante. A première vue au moins, ce que les rédacteurs en chef désiraient faire, c’était établir un dialogue entre écrivains et lecteurs : les rubriques étaient souvent remplies de lettres de critiques provenant des lecteurs, reprochant au magazine de ne pas être suffisamment révolutionnaire. En général, le magazine rémunérait très peu ses auteurs, mais la stratégie préférée d’un des rédacteurs était d’inviter des auteurs extérieurs à contribuer aux numéros à thèmes et Oz 28, le numéro des écoliers, en faisait partie. Peut-être conscients du fait que bon nombre des idéologues de la contre-culture étaient loin d’être juvéniles, et affirmant qu’eux-mêmes n’étaient plus de première jeunesse, les rédacteurs en chef décidèrent de confier le numéro à un groupe d’écoliers. Pour trouver des co-auteurs, ils passèrent une annonce dans laquelle ils disaient souhaiter « redonner vigueur et jeunesse à notre corps âgé ».

26Les jeunes candidats qui y répondirent étaient, de manière générale, en fin d’adolescence : la plupart avaient entre seize et dix-huit ans et à peine des « gamins » ou des « enfants ». Dans les brefs profils des « co-auteurs » de Oz 28, beaucoup se décrivent comme « anarchistes », alors que la plupart donnent leur signe astrologique et que bon nombre font état de leur intérêt pour le « mysticisme » ainsi que pour les drogues de formes variées. Cependant, beaucoup de ces descriptions font preuve d’une grande ironie et autodérision. De plus, beaucoup des photos publiées les montrent (de façon satirique) vêtus de leur uniforme d’écolier. Ils n’étaient bien sûr pas censés être représentatifs : c’était un échantillon de jeunes lecteurs d’Oz volontaires qui savaient déjà ce qu’on attendait qu’ils disent ou fassent.

27Dans l’éditorial du numéro, les rédacteurs en chef indiquent qu’ils trouvaient ces jeunes gens bien moins radicaux que la « foule de lycéens lanceurs de bombes et assoiffés de révolution » qu’ils auraient aimé avoir : ils étaient déçus de voir que certains semblaient même aimer l’école et que beaucoup ne voulaient pas fâcher leurs professeurs. Pour compenser, les rédacteurs en chef inclurent un passage de l’œuvre de Tom Lindsay, The High School Revolutionaries, qui rend compte de l’approche plus agressive du High School Student Union (syndicat de lycéens) aux États-Unis, déclarant (sans vraies preuves) que cet extrait reflétait « plus ou moins exactement ce que pensaient les écoliers avec qui nous avons travaillé ». Selon ce qu’écrivit Neville dans son autobiographie (1995), la plupart des adolescents qui avaient contribué à ce numéro avaient dit dès le début qu’ils ne voulaient pas écrire au sujet de politique ou de sexe – et, preuve à l’appui, cela permit au procureur d’accuser les rédacteurs en chef adultes.

28L’image des co-auteurs et des rédacteurs en chef posant dans le but de parodier une photo de classe remplit les deux premières pages du magazine. Beaucoup portent l’uniforme et l’un d’entre eux arbore un bonnet d’âne. Neville est au premier plan et au centre, assis, les jambes bien écartées, brandissant une canne et saluant le poing levé – malgré le fait que, comme je l’ai mentionné, il se soit à peine impliqué dans la réalisation du numéro. L’éditorial présente le processus de réalisation comme une question d’anarchie collective : « on a tous passé un mois fabuleux à travailler dur week-end après week-end dans un véritable esprit collectif… ». Apparemment « on peut s’amuser comme ça à l’école mais cela se produit trop rarement ». En réalité, les rédacteurs en chef Anderson et Dennis prirent bon nombre de décisions majeures, et notamment au sujet de la couverture, qui fit énormément parler d’elle au procès. Ils utilisèrent (et apparemment sans permission) une illustration de l’artiste français Raymond Bertrand, représentant un groupe de lesbiennes noires, nues et identiques tournoyant et se caressant : l’une d’entre elles semble insérer un godemiché, tandis qu’une autre semble avoir une queue de rat qui dépasse de son vagin – bien que la photographie de l’un des co-auteurs recouvre stratégiquement ce qui peut être une scène de cunnilingus. (Dans sa biographie, Neville explique qu’il trouvait que les autres rédacteurs avaient manqué de discernement quand ils avaient décidé à la dernière minute d’opter pour cette couverture, mais il était trop tard.)

29En fait, environ un tiers du contenu de ce numéro de 48 pages – y compris certains des documents ayant retenu le plus l’attention lors du procès – ne fut pas du tout produit par les « écoliers ». Étant donné que le magazine était monté par Anderson et Dennis, il est même probable que les adolescents n’aient jamais vu la version finale avant sa publication. En plus de la couverture, ce numéro comporte plusieurs pages de lettres écrites par les lecteurs, des critiques de livres et de musique, ainsi qu’une page de conseils pratiques sur la drogue et le sexe rédigés par « Dr. Hippocrate », le correspondant expert d’Oz sur ces sujets. On y trouve aussi une publicité sur deux pages promouvant une offre spéciale sur d’anciens numéros et de nombreuses autres « annonces » dont des publicités pour le magazine pornographique Suck (incluant la description crue d’une fellation), pour des accessoires sexuels divers et variés, ainsi que des petites annonces pour rencontres amoureuses, beaucoup provenant de lecteurs homosexuels. À une époque où les homosexuels étaient encore stigmatisés (même si, deux ans auparavant, l’homosexualité avait été légalisée, du moins entre adultes consentants de plus de 21 ans), les petites annonces pour rencontres amoureuses représentaient un service de la plus grande importance, ainsi qu’un enjeu économique de taille pour la presse avant-gardiste.

30Cependant, les souvenirs du procès Oz que l’on garde en mémoire se concentrent presque invariablement sur un lot d’images spécifiques. Le texte pages 13 et 14 est accompagné d’une bande dessinée réalisée par Vivian Berger, l’un des écoliers (que l’accusation appela plus tard à la barre comme témoin, et qui y fut décrit comme étant un « complice »). Berger avait pris six vignettes d’une bande dessinée bien plus longue intitulée Eggs Ackley Among the Vulture Demonesses, créée par Robert Crumb, le célèbre dessinateur de BD américain avant-gardiste, et qui avait été publiée plus tôt dans l’année. Il a découpé et collé la tête de Rupert l’Ours, personnage d’une BD britannique connue de tous depuis bien longtemps, sur celle du personnage principal. En dessous, il a aussi ajouté un court extrait d’un livre de Rupert l’Ours. De cette manière, le dessin représente Rupert essayant de faire l’amour à Gipsy Granny, le personnage de Crumb : son hymen bloquant l’accès au pénis incroyablement surdimensionné de Rupert, ce dernier y parvient finalement en prenant son élan. Selon le témoignage de Berger lors du procès, il voulait en partie choquer ses aînés, mais il aimait ce dessin parce qu’il « se moquait de l’acte sexuel » : il disait que c’était un portrait de l’obscénité, plutôt que l’obscénité même – une opinion que partageait l’artiste Feliks Topolski, qui témoignait en tant qu’expert. C’est l’utilisation incongrue et subversive de l’image de Rupert – une icône sentimentale liée à l’enfance, qui, pour certains membres du jury plus âgés, s’apparentait presque au domaine du sacré – qui est bien évidemment à l’origine du choc et de l’humour.

  • 3 Genre théâtral qui trouve son origine aux États-Unis en 1965 et qui s’inspire des écrits de Che Gue (...)

31Or, au-delà de Rupert l’Ours, il y avait bien d’autres aspects du magazine qui furent complètement oubliés et dont on ne parla bien sûr jamais au procès. C’est dans les pages 6, 8 et 9 que l’on peut lire le long récit intitulé The Return of King Kong: Guerrilla Babes Wipeout. Elle décrit la tentative de l’auteur de mettre en scène une série de représentations de « guerrilla theater3 » dans plusieurs écoles londoniennes, ou au moins dans leur cour de récréation, certaines étant sollicitées mais la plupart ne l’étant pas. Le spectacle vise à attirer l’attention sur des problèmes comme la discipline à l’école et l’échec du système d’évaluation, mais il provoque fréquemment une réponse virulente de la part des professeurs et (dans bien des cas) de la police. Il arriva une fois qu’une émeute soit évitée de justesse et que les « artistes » soient conduits dans un centre de rétention préventive. Cette histoire est accompagnée d’un dessin représentant des étudiants proférant des injures à leur principal, qui s’efforce d’exclure les fauteurs de troubles.

32Les pages qui suivent traitent des « atrocités de l’école », et touchent surtout au sujet des punitions arbitraires. Les châtiments corporels (utilisant une canne) étaient toujours légaux à cette époque et il existe des histoires horribles de professeurs au comportement vindicatif et sadique. Ces récits sont illustrés de dessins dont un qui montre un professeur se masturbant tout en caressant le derrière d’un étudiant en train de vomir, tandis qu’un autre dessin représente trois professeurs apparemment en train de se donner des coups de bâton (de toute évidence, l’un d’entre eux est en train d’introduire un bâton dans l’anus d’un autre). Un des co-auteurs explique comment le principal l’a empêché de créer un « laboratoire d’arts » en ville. Un autre soutient que les sanctions disciplinaires pour répondre aux problèmes du cannabis conduisent les étudiants à se rabattre sur des substances plus dangereuses encore que l’on peut obtenir chez le pharmacien, tandis que d’autres exigent de vrais cours d’éducation sexuelle ainsi qu’une plus grande liberté sexuelle en général. Sur ces entrefaites, « Xam blues » fait une critique pertinente du système d’évaluation scolaire. En plus de déclarer que ce système est arbitraire et injuste, l’auteur soutient que les examens ne mesurent pas la compréhension de manière adéquate, et représentent un mauvais indicateur du succès futur.

33Cependant, tout dans ce numéro n’est pas négatif. Un co-auteur écrit de manière positive au sujet du fait que son école lui a donné une plus grande liberté de choix (par exemple, pour établir son propre emploi du temps) en classe de terminale. Un article intitulé Babes in Arms fait la critique d’une forme d’entrainement militaire (ou, comme l’écrit l’auteur, « jouer aux soldats ») qui était en fait obligatoire dans quelques écoles ; bien qu’un autre, malgré son titre British Hitler Jugens [sic], prétende que l’on s’amusait bien durant l’entraînement des élèves officiers.

34Beaucoup de ces articles auraient semblé à leur place dans les magazines « alternatifs », mentionnés ci-dessus, produits à l’époque par des élèves. De toute évidence, les histoires sont liées aux préoccupations du syndicat School Action Union – bien que, curieusement, l’un des co-auteurs de Oz explique sa déception vis-à-vis du syndicat lorsqu’aucun de ses amis n’était prêt à exprimer leurs doléances pour ne pas défier directement l’académie. Bien que l’on puisse dire d’une partie du contenu qu’il est puéril – un dessin représentant un individu souffrant de diarrhée assis sur les toilettes tout en se plaignant de la cantine de l’école – une grande partie était convaincante et réfléchie. Une bonne partie des articles a été écrite sur le ton de l’ironie et de la parodie et, jusqu’à un certain point, de l’auto-dérision aussi. Cela donne l’impression que ces jeunes co-auteurs jouent le rôle « d’écoliers », une identité que la plupart oubliera très vite.

35À côté du contenu ciblant les écoles, il y avait des documents supplémentaires à teneur politique et culturelle qui semblent avoir été créés par les co-auteurs en herbe. On décrit sur une double page l’apocalypse environnementale imminente ; une autre montre la superposition d’une citation de Nixon et des images de quatre étudiants qui ont été massacrés par les gardes nationaux américains à l’Université d’État de Kent. Tandis que certaines des critiques sont écrites par des co-auteurs d’Oz habituels, elles incluent aussi des articles plus longs créés par les « élèves » – y compris deux critiques de musique de Peter Popham, devenu journaliste pour The Independent, ainsi qu’une critique avisée de la commercialisation et du conformisme grandissant de la scène du rock « progressif » de Charles Shaar Murray, qui est plus tard devenu l’un des principaux critiques musicaux britanniques.

36Malgré tout, il est difficile de ne pas avoir le sentiment que, dans une certaine mesure, ces jeunes gens se sont laissés manipuler. Comme je l’ai mentionné, ce sont les rédacteurs en chef adultes qui ont apparemment pris les décisions définitives ; et à certains égards, ils prennent presque ces « élèves » pour un échantillon de leur lectorat adulte. Dans certains cas, cette idée est quelque peu troublante. Par exemple, au milieu de l’histoire intitulée King Kong on trouve la photographie d’une des co-auteurs nommée Bertie, une jeune fille de quinze ans, sur toute une page. Vêtue d’une mini-jupe et souriant à l’appareil, elle pose à genoux ; l’image est titrée « l’Appât de Prison du Mois ». D’un côté, on peut considérer cela comme une forme de parodie de la pornographie soft, cependant, cela pose aussi la question de savoir qui en est la cible. « Appât de prison » fait clairement référence à des hommes d’âge mûr ayant des relations sexuelles avec des filles n’ayant pas atteint la majorité sexuelle et qui ont été jugés pour ce crime. À cause de ce que l’on sait aujourd’hui au sujet de la prévalence des pédophiles dans la culture populaire de cette époque, ceci est extrêmement troublant ; bien qu’il soit plus sensé de considérer cela simplement comme un exemple de plus du sexisme irréfléchi qui existait dans la contre-culture de l’époque, dominée par les hommes. Pourtant, dans tous les cas, l’idée que Oz voyait le sexe comme une « libération » est indéniablement discutable.

37Comme le magazine dans son ensemble, Schoolkids Oz ne s’exprime pas que d’une voix. Il écrit depuis différents points de vue, et tout le contenu ne semble pas refléter les vraies préoccupations des élèves. Pourtant, en fin de compte, c’est un magazine d’adultes, réalisé pour des lecteurs adultes : on a presque l’impression que les contributions faites par les enfants viennent directement de leur bouche. Il se peut que cela aille trop loin, mais on pourrait avancer l’idée que, d’une certaine manière, Schoolkids Oz joue les ventriloques, appelant des jeunes à prêter leur voix pour défendre un projet politique flou. Dans le magazine et surtout durant le procès qui a suivi, on invoque des conceptions de la jeunesse et de la puérilité pour toutes sortes de raisons – pour promouvoir l’esprit de subversion et de rébellion, mais aussi pour sanctionner les recours aux formes de sexisme et d’élitisme qui faisaient partie du caractère de la contre-culture d’une manière plus générale.

Le procès d’Oz

38Les bureaux d’Oz furent fouillés par la police en juin 1970, quelques semaines après la publication du numéro des élèves – bien que le dossier soit resté une année entière à la cour pénale. Même si Neville avait très peu participé à la réalisation de Schoolkids Oz, le procès était une occasion en or pour lui de se vanter de ce qu’il avait fait auprès des médias nationaux. Contrairement aux autres accusés, il choisit de se représenter lui-même, profitant ainsi au maximum du temps qui lui était imparti pour se défendre et faire le plus de publicité possible. Conformes aux stratégies employées par les « Yippies » aux États-Unis, plus particulièrement pour le procès des Sept de Chicago plus tôt cette année-là, le procès se transforma en une sorte de carnaval. On a demandé aux « Amis d’Oz » de participer à la très médiatisée campagne publique, y compris aux manifestations quotidiennes à l’extérieur de la Haute cour de Justice. Les rédacteurs en chef avaient élaboré un dossier de presse exhaustif : on vendait des T-shirts faits pour l’occasion avec un choix de cinq designs différents, et on avait collé des autocollants (y compris certains représentant le priapique Rupert) dans le métro londonien ; de nombreux concerts de bienfaisance furent organisés, et John Lennon et Yoko Ono sortirent un single pour encourager le soutien du public. Neville et ses camarades rédacteurs en chef se présentaient fréquemment au tribunal déguisés – vêtus d’uniformes d’écolières ou bien en drag-queens – pour les photographes de presse. Ce procès était un cirque médiatique et Neville en était sans aucun doute la vedette.

39Bien qu’une partie du contenu du magazine eût pour but de provoquer et choquer la bonne société, et bien que l’on puisse reprocher à une partie de ce contenu d’être le résultat d’une exploitation, Schoolkids Oz ne relève pas de la « pornographie » - si l’intention implicite est de provoquer l’excitation sexuelle du lecteur (quoique dans ce cas, la couverture soit en quelque sorte une exception). La plupart du contenu explicitement sexuel est présentée dans le cadre de la parodie ou de l’humour, et une partie semble avoir pour but de dégoûter plutôt que d’exciter le lecteur. Selon la loi, le chef d’accusation d’obscénité requérait que la publication soit examinée « dans son ensemble », mais ce fut loin d’être le cas pour Schoolkids Oz.

  • 4 Désignation moqueuse de la « brigade des mœurs ».

40En effet, si l’obscénité était le problème principal, il existait une multitude de cibles plus évidentes. Cependant, à l’époque, les porte-paroles de la police étaient enclins à ne pas condamner la pornographie conventionnelle, soutenant qu’elle existait depuis des siècles. Ce n’est que sept ans plus tard que l’on put expliquer l’approche de la police. L’inspecteur George Fenwick, responsable de la « dirty squad4 » de la Metropolitan Police, fut plus tard accusé de corruption et condamné à dix ans de réclusion ; tandis que le chef de la brigade des crimes graves Wallace Virgo, lui, fut condamné à douze ans. Bien des années plus tard, des documents du Ministère de l’Intérieur révélés au public prouvaient que la police touchait de l’argent de la véritable industrie pornographique, basée à Soho, un quartier de Londres : étant mis sous pression pour sévir (notamment venant de groupes de pression religieux tels que le « Festival of Light »), poursuivre Oz en justice semblait être la diversion ou le leurre idéal.

41Le procès d’Oz révéla sans aucun doute le caractère hypocrite, imbécile et partial de l’« establishment » britannique de l’époque, notamment s’agissant de ce qui touchait au sexe. Le procureur, Brian Leary, s’intéressait presque exclusivement à ce qu’il appelait les sections « obscènes » du magazine, les répétant et les paraphrasant, laissant paraître une sorte de plaisir lubrique dans le but de provoquer le jury. Le magazine utilisait la satire et la parodie exprès, mais ses intentions étaient constamment mises de côté ou mal interprétées. Pendant toute la durée du procès planait la supposition que le sexe était sale, qu’il devait rester dans le domaine privé et dans la chambre conjugale, et que l’on ne devait pas le mentionner en public – surtout devant des enfants. Certaines pratiques sexuelles – y compris les pratiques légales telles que les relations homosexuelles et le sexe oral – étaient implicitement considérées comme déviantes ou perverses ; même si le procureur et le juge semblaient fréquemment ne pas savoir ce que ces pratiques impliquaient concrètement. Plusieurs parmi les experts judiciaires témoignant en faveur de la défense furent questionnés sur leur propre sexualité et, dans certains cas, on leur demanda comment ils aborderaient ce sujet avec leurs propres enfants. Leur compétence était systématiquement dénigrée. Le juge, Michal Argyle, se montra tellement grossier et méprisant envers d’illustres experts judiciaires qu’il fut condamné par le président de la Haute cour de justice durant l’appel ultérieur.

42La plupart du contenu soi-disant obscène, devenu le centre d’intérêt du réquisitoire (la couverture, la publicité pour Suck, et les petites annonces de rencontres) n’avait pas été créé par les « élèves » à l’origine ; mais leur présence dans « un numéro élèves » augmenta considérablement leurs chances de provoquer l’indignation. Comme le firent remarquer les avocats de la défense, Schoolkids Oz ne fut pas essentiellement réalisé pour des écoliers, mais par eux. Des preuves apportées pour le compte de la maison d’édition (Oz Publications Ink Limited) comprenant le témoignage de libraires, montraient que le magazine était rarement vendu aux enfants. La plupart du contenu mentionné par l’accusation, de toute évidence, ne les ciblait pas. Quant aux charges suggérant que cela pourrait « pervertir et corrompre moralement » de jeunes gens, ou encore « susciter et instiller des désirs lubriques et pervertis dans leurs esprits », aucune preuve allant dans ce sens ne fut présentée. Des experts judiciaires travaillant directement auprès de jeunes, y compris les psychologues Dr. Lionel Haward et Dr. Michael Argyle, soutinrent qu’il était peu probable que cela se produise, et que dans certains cas, cela pouvait bien engendrer l’effet inverse.

43Si, comme l’avance Neville, ce procès était une occasion politique, les réelles opinions politiques d’Oz – et en particulier les arguments libérationnistes du numéro Schoolkids – étaient presque entièrement absentes de la discussion. Certains experts judiciaires appelés en faveur de la défense – notamment Leila Berg et le directeur d’école radical Michael Duane – auraient peut-être pu mentionner ces préoccupations ; mais même là, les questions posées par l’accusation se concentraient immanquablement sur les problèmes d’obscénité, et les comportements sexuels de manière plus large. Or la majeure partie des témoins de la défense qui furent appelés à la barre expressément pour aborder ces sujets – y compris des universitaires de haut rang tels que les Professeurs Ronald Dworkin, Richard Wollheim et Hans Eysenck – ne réussirent pas à générer un débat éclairé sur une loi dont on avait sans aucun doute besoin pour lutter contre l’obscénité.

44Neville et ses corédacteurs en chef furent dans un premier temps déclarés coupables, bien qu’acquittés des charges de conspiration, et condamnés à des peines allant de neuf à quinze mois de réclusion ; Neville et Anderson furent avertis qu’ils seraient expulsés vers l’Australie une fois sortis de prison. En arrivant à la prison de Wormwood Scrubs, on leur coupa symboliquement les cheveux. La manière dont ils furent traités après leur procès a servi à galvaniser le mouvement de l’opposition. Les trois hommes se virent accorder la liberté provisoire en attendant de faire appel, contre l’avis du Juge Argyle ; et lorsque l’affaire se trouva devant les tribunaux une fois encore, la condamnation fut vite annulée, en grande partie parce que le juge avait mal avisé le jury lors de sa conclusion, surtout concernant la définition du concept d’obscénité.

45Pendant une courte durée, ce procès permit d’élever les rédacteurs en chef – et tout particulièrement Neville – au rang de martyrs avant-gardistes très médiatisés. Plus tard, Neville déclara qu’il se sentait gêné de devoir défendre le magazine sur le terrain de la politique ou de l’élévation morale, mais cette incertitude ne se voyait pas autant à l’époque. À l’ouverture, il présenta le procès comme une attaque de la « société alternative », des jeunes, et de la liberté d’expression ; il affirma ultérieurement qu’il désirait faire de ce procès un événement d’une grande importance dans l’histoire de la contre-culture. Lors d’une interview pour l’histoire orale de Jonathon Green (1998), il déclara que cela représentait « la remarquable apogée du mouvement avant-gardiste » ; et il déclare dans son autobiographie que

Dans les jours qui suivirent le verdict, l’affaire connut une transformation rapide de « procès pour obscénité le plus long de l’histoire britannique » à symbole du choc des générations, des limites de la liberté, des hauts et des bas de la contre-culture. (1995: 344)

46Ceci est peut-être vrai à certains égards, mais exagère énormément la portée du procès : Oz ne présentait pas toute la contre-culture, et Neville n’en était pas son porte-parole (même s’il essaya de s’autoproclamer porte-parole). En fin de compte, ce n’était pas principalement la politique qui était au cœur de ce procès, mais le sexe ; et à cet égard, cela ne représentait qu’un bref moment dans une bien plus longue histoire de changement d’attitude et de style de vie. En même temps, les affirmations de Neville cachent aussi certains des aspects de Schoolkids Oz les plus intéressants – et en particulier, l’implication des jeunes gens qui le réalisèrent. Oz 28 était victime de sa propre notoriété – une notoriété qui était sans nul doute encouragée et promue par Neville en particulier. Or, en devenant une cause célèbre, beaucoup de sa portée politique fut reléguée au second plan.

Conclusion

47Ces dernières années, de nombreux critiques ont soutenu que, bien loin de corrompre les valeurs sociales et politiques dominantes, la contre-culture a en fait préparé le terrain pour l’arrivée du néo-libéralisme. Pour cette raison, la contre-culture n’était pas une simple révolution manquée, mais une révolution dont les conséquences furent en fait très opposées à celles qu’elle pensait promouvoir. Par exemple, Joseph Heath et Andrew Potter dans leur livre provocateur intitulé The Rebel Sell (2006), et Jenny Diski dans ses mémoires intitulées The Sixties (2009), décèlent un lien entre l’éthique hippy qui promeut le fait de « suivre son propre chemin » et l’individualisme galopant qui est vraisemblablement apparu dans les années 80. Selon Diski, le célèbre dicton prononcé par Margaret Thatcher « il n’y a pas de société », était seulement une prolongation de l’éthique hippy qui prône la libération de l’individu. Alors qu’elle exclut l’idée que les hippies étaient les principaux responsables de l’avidité et de l’égoïsme du Thatchérisme, Diski suggère qu’ils « ouvraient involontairement la voie à la droite radicale, pavant ainsi le chemin vers l’enfer avec les meilleures intentions du monde ».

48Comme je l’ai suggéré, l’hypothèse qui laisse entendre que la contre-culture était un phénomène unique et unifié est très loin de la vérité – et en fait, je dirais la même chose du « néolibéralisme ». En plus de promouvoir l’idée de « suivre son propre chemin », la contre-culture a aussi souligné avec force et cohérence les valeurs collectives, et le partage plutôt que l’accumulation de biens – dont les communes et coopératives, qui fleurissaient dans les années 70 (et existent toujours pour certaines) étaient la manifestation la plus flagrante. Bien que cela fût sans doute élitiste à certains égards, la contre-culture était aussi ouvertement opposée à la compétition et à la hiérarchie. Bien que l’éthique hippie comporte tant de choses que l’on peut ridiculiser à raison, il serait injuste d’écarter ces valeurs sous prétexte qu’elles seraient simplement rhétoriques ou superficielles.

49Bien sûr, les revendications révolutionnaires de la contre-culture ont peut-être été énormément exagérées, et beaucoup étaient complétement fausses. Cependant, si l’attitude de « sexe, drogues et rock-n-roll » n’a peut-être pas tenu la promesse politique qu’on a faite pour elle, d’autres aspects de l’éthique hippie sont entrés dans le courant dominant d’une manière qui a indéniablement fait bouger les choses. L’origine de l’écologie moderne se trouve dans la contre-culture ; les concepts de communauté et de bien-être personnel (voire même spirituel) sont devenus bien plus courants ; l’attitude envers les sexes et la sexualité a considérablement changé, en partie en raison de la contre-culture, et aussi en réaction à celle-ci.

50Cependant, qu’en est-il de l’enfance ? Alors que certains aspects du mouvement de libération des enfants (promus dans Schoolkids Oz, bien que de manière indirecte) avaient disparu à la fin des années 70, d’autres ont depuis été institutionnalisés. La Convention des Droits de l’Enfant des Nations Unis, entrée en vigueur en 1990, a été ratifiée par presque tous les pays du monde (à l’exception notable des États-Unis) ; et les débats au sujet des droits de l’enfant ont eu une influence énorme sur le fonctionnement des services de la protection de l’enfance, quoique ceci soit moins vrai pour l’éducation. Les appels à la participation et à l’expression des enfants – bien que ce ne soit pas nécessairement facile – sont désormais entièrement normaux.

51À certains égards, Schoolkids Oz et la polémique qu’il a suscitée ressemblent au vestige d’une époque oubliée. Cependant, même si tout a tellement changé, à d’autres égards cela nous est toujours familier, notamment en ce qui concerne les droits de l’enfant. Si l’inquiétude générée par la présence explicite de sexe semble presque remonter à la préhistoire, la critique du système scolaire, elle, reste plus que jamais d’actualité – et d’une certaine manière, encore plus maintenant qu’à l’époque.

Haut de page

Bibliographie

Berg, Leila (1972) Look at Kids Harmondsworth: Penguin

Braunstein, Peter (2002) « Forever young: insurgent youth and the Sixties culture of rejuvenation », pp. 243-274 in Peter Braunstein and Michael William Doyle (eds.) Imagine Nation: The American Counterculture of the 1960s and 1970s London: Routledge

Diski, Jenny (2009) The Sixties London: Profile Books

Green, Jonathon (1988) Days in the Life: Voices from the English Underground, 1961-1971 London: Heinemann

Heath, Joseph and Potter, Andrew (2006) The Rebel Sell: How the Counter Culture Became Consumer Culture London: Capstone Press

Holland, Patricia (2004) Picturing Childhood: The Myth of the Child in Popular Imagery London: I.B. Tauris

Holt, John (1974) Escape from Childhood: The Needs and Rights of Children New York: Dutton

Miller, Timothy (2011) The Hippies and American Values Knoxville: University of Tennessee Press, second edition

Neville, Richard (1971) Play Power London: Jonathan Cape

Neville, Richard (1995) Hippie Hippie Shake London: Bloomsbury

Roszak, Theodore (1969) The Making of a Counter Culture New York: Anchor Books

AUTRES SOURCES

Retrouvez tout le contenu de Schoolkids Oz en ligne dans les archives de l’Université de Woolongong: http://ro.uow.edu.au/ozlondon/

Retrouvez de longs extraits des retranscriptions du procès dans Tony Palmer (2011) The Trials of Oz London: Gonzo Multimedia, second edition.

Psychedelic Britannia BBC4, documentaire télévisé produit et réalisé par Sam Bridger, diffusé le 23/10/2015

Haut de page

Notes

1 NDLR Qui fait l’objet d’un article dans ce numéro.

2 Célèbres personnages d’un manuel de lecture américain.

3 Genre théâtral qui trouve son origine aux États-Unis en 1965 et qui s’inspire des écrits de Che Guevara. Il consiste en des représentations spontanées visant à attirer l’attention sur des questions sociales et politiques, en utilisant la satire et des techniques carnavalesques.

4 Désignation moqueuse de la « brigade des mœurs ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

David Buckingham, « Enfants de la révolution ? La contre-culture, l’idée d’enfance et l’exemple de Schoolkids Oz », Strenæ [En ligne], 13 | 2018, mis en ligne le 15 mai 2018, consulté le 22 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/strenae/1810 ; DOI : 10.4000/strenae.1810

Haut de page

Auteur

David Buckingham

Loughborough University
11 Priory Avenue, London N8 7RP – UK
Email: D.Buckingham@lboro.ac.uk
Tel.: +44 7828 579760
www.davidbuckingham.net.

David Buckingham est professeur émérite en Média et Communications à l’Université de Loughborough en Angleterre, et professeur invité au King’s College de Londres. Ses recherches portent sur les interactions des enfants et des jeunes gens avec les médias électroniques et sur l’éducation à la littératie médiatique. Il a dirigé de nombreux projets de recherche sur ces thématiques, et été consultant pour des organisations comme l’UNESCO, les Nations Unies, Ofcom et le gouvernement britannique. Il est l’auteur de plus de 250 articles et 30 ouvrages, dont Media Education: Literacy, Learning and Contemporary Culture; Beyond Technology: Children’s Learning in the Age of Digital Culture; The Material Child: Growing Up in Consumer Culture et The Civic Web: Young People, the Internet and Civic Participation.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals