Navigation – Plan du site
Dossier thématique

Okapi, un journal fantastinouï pour les jeunes dans l’esprit de 68

Cécile Boulaire
Traduction(s) :
Okapi, a “fantastinouï”1 magazine for pre-teens in the spirit of May '68

Résumé

En 1971, le groupe Bayard Presse a lancé un magazine appelé Okapi à destination des 7-12 ans. Dès le premier numéro, il est frappant de constater à quel point ce magazine avait capturé les nouvelles ambitions éducatives de la génération de 68. Un nouveau modèle comportemental se développait pour les jeunes générations : accéder à l’information, formuler des demandes de changement, agir. Pourtant, à l’intérieur du magazine, cet esprit de protestation coexistait avec des narrations plus démodées, particulièrement en ce qui concernait la répartition des rôles sociaux entre filles et garçons. Ma question est la suivante : comment de telles divergences peuvent-elles être expliquées ? Comme le radicalisme de 1968 a-t-il influencé la culture catholique d’une maison de presse pour la jeunesse qui existait depuis des décennies ?

Haut de page

Texte intégral

1Lancé en 1972, c’est-à-dire dans le sillage direct des « événements » de 1968, le magazine pour enfants Okapi semble un parfait exemple des énergies et des contradictions qui marquent mai 68. Cet article tente de mettre en lumière ce qu’il y a d’« esprit de 68 » dans ce magazine pour enfants, exceptionnel à sa sortie, mais devenu aujourd’hui un classique.

2Okapi est créé par un groupe de presse fondé en 1973 par une congrégation catholique, les Augustins de l’Assomption, elle-même née en 1845. L’objectif des Assomptionnistes est alors de soutenir la foi catholique menacée par la montée de la pensée libérale. Le groupe de presse baptisé « la Maison de la Bonne Presse » crée en 1873 le journal hebdomadaire Le Pèlerin, puis en 1883 le quotidien La Croix et en 1895 le journal familial Le Noël, qui est doté dès 1898 d’un supplément destiné à la jeunesse.

Ill. 1 : Couverture de L'Étoile noëliste, publié par la Maison de la Bonne Presse, 2 juillet 1914. Source : Gallica, ark:/12148/bpt6k1166483k

  • 1 Charon Jean-Marie, « Lire et grandir en s'amusant, ou la grande aventure de la presse des jeunes », (...)

3Bien sûr, la presse pour la jeunesse existe en France depuis la fin du XVIIIe siècle1. Mais la particularité des titres de la Bonne Presse consiste à promouvoir une vision catholique de l’existence dans un contexte hostile : laïcisation de l’école primaire par les lois de Jules Ferry en 1882 ; exil des congrégations religieuses en 1902 ; séparation des églises et de l’État en 1905. L’autre spécificité de la Bonne Presse consiste, dès le début du XXe siècle, dans le « chaînage », c’est-à-dire la déclinaison des titres de presse pour s’adapter à toutes les tranches d’âge de l’enfance et de la jeunesse, filles et garçons.

Ill. 2 : Un échantillon des magazines pour la jeunesse publiés par la Bonne Presse : logique de chaînage et souci de s’adapter à son temps.

4Les titres de magazines pour enfants et adolescents se succèdent au cours du XXe siècle, s’adaptant aux changements de la société. Après-guerre, la désignation du Père Wilfrid Dufault comme supérieur général de la congrégation entraîne un rajeunissement des modes d’action. Américain, le Père Dufault n’a que 45 ans, et souhaite renouveler l’offre éditoriale en direction de la jeunesse. Pour cela, il engage de jeunes militants des mouvements de jeunesse catholiques, notamment Yves Beccaria. Après avoir créé plusieurs nouveaux journaux, Beccaria introduit une nouveauté très remarquée dans la presse enfantine : il crée en 1966 Pomme d’Api, le premier journal destiné aux enfants de l’âge de la maternelle (4-7 ans). À cette époque, l’autre groupe de presse catholique disposant de revue pour enfants, Fleurus, décline. Les journaux laïcs pour la jeunesse, nombreux, ne visent que la distraction ; la bande dessinée y domine. Avec le modèle de Pomme d’api, Bonne Presse est sur une pente ascendante. Consciente de la déchristianisation de la France, elle change alors son nom, en 1969, pour celui de Bayard Presse. La création d’Okapi en 1972 s’inscrit dans une double continuité : continuité avec la logique de « chaînage » des publications jeunesse du groupe, depuis le XIXe siècle ; et continuité avec le nouveau journal Pomme d’Api qui a fait sensation pour les petits.

Ill. 3 : Publicité pour Okapi parue dans Pomme d’Api n°65, 15 juillet 1971.

5Dans la France laïque et déchristianisée de 1972, il n’est pas spontané d’associer les concepts de « progressisme » et de « catholicisme » même si Vatican 2 a considérablement fait évoluer le catholicisme. Le mouvement de mai 1968 est issu de l’ébullition des milieux étudiants parisiens, politisés et radicaux, sensibles aux arguments de l’extrême gauche non-communiste. Il pourrait donc y avoir quelque chose de paradoxal à rechercher l’esprit de 1968 dans un magazine pour jeunes créé par un groupe de presse catholique fondé au XIXe siècle pour lutter contre le développement des idées libérales, notamment dans l’éducation. L’objectif de cet article est en fait de montrer que le magazine Okapi, créé dans un contexte de remises en cause innombrables, porte la trace de l’ébullition de 1968 autant que l’héritage d’un siècle de presse chrétienne. Il se révèle plein de contradictions, tantôt anti-moderne, tantôt d’avant-garde, parfois radical dans ses choix esthétiques, parfois réactionnaire dans la manière d’aborder certains sujets. C’est peut-être d’ailleurs dans ce caractère fondamentalement instable qu’il traduit le plus fidèlement l’esprit de 1968 : un moment de contestations et d’expérimentations non dénué de zones d’ombre (notamment autour de la place des femmes) et de contradictions.

Ill. 4 : Couverture du n° d’Okapi, octobre 1971.

6Ce qui frappe d’emblée, dès le n°1, c’est la manière dont le magazine met en scène la nouvelle ambition éducative de la génération 68, notamment à travers la bande dessinée « Chouette de classe » qui raconte le quotidien d’une classe idéale. Au fil des épisodes se dessine ainsi un nouveau modèle de conduite pour la jeune génération : il s’agit de s’informer, pour revendiquer et agir sur le monde. Néanmoins, ce modèle revendicatif cohabite avec d’autres discours, parfois archaïsants, notamment en ce qui concerne les différences entre filles et garçons. Comment expliquer ces contradictions ?

Un nouveau modèle éducatif ?

  • 2 https://www.nyrb.com/products/the-green-hand-and-other-stories?variant=30965876551

7La revue fait une grande place à la bande dessinée, avec un mélange d’amateurisme et d’audace typique de ces années d’expérimentation. C’est en effet en février 1973 que Nicole Claveloux publie la première planche de Grabote, petit personnage détestable qui va devenir la mascotte de la revue – or Nicole Claveloux, révélée par l’aventure Harlin Quist, est aussi l’une des plus éminentes représentantes de la scène alternative féministe en bande dessinée. On la présente aujourd’hui, à l’occasion de l’édition américaine de ses bandes dessinées de l’époque, comme « un maître inoubliable et injustement négligée de la bande dessinée française2 ».

Ill. 5 : Première apparition de Grabote, Okapi n°30, février 1973.

8C’est pourtant une bande dessinée de facture beaucoup plus classique (et, parfois, franchement maladroite) qui, dans un premier temps, porte le discours le plus audacieux sur l’éducation. La série « Chouette de classe », écrite par le scénariste Claude Gaignaire et dessinée par la jeune Marie-Marthe Collin, suit le quotidien d’une classe de primaire. Les élèves ont l’âge des lecteurs d’Okapi. Quant au maître, il met en place une pédagogie radicale, humaniste et libertaire.

9De manière symbolique, le premier épisode raconte l’élection du bureau de la coopérative scolaire, cette association, issue de la pédagogie Freinet, qui permet aux élèves d’agir librement dans et en-dehors de l’école. Dans la « chouette de classe », on pratique une pédagogie moderne audacieuse, axée sur l’initiative collective, sur l’observation et l’expérimentation libres. Les élèves visitent seuls un musée et étudient les sciences naturelles en sortie libre, ils vont en classe de mer et de neige. Les décisions sont prises collégialement, comme lorsque les élèves réclament qu’on dégoudronne dans la cour un espace dédié au jeu de billes. La conduite du maitre lui-même fait l’objet de débat s’il y a eu injustice.

Ill. 6 : Première apparition de la bande dessinée « Chouette de classe », Okapi n°1, octobre 1971.

  • 3 n°69, septembre 1974.
  • 4 n°76, janvier 1975.

10Le directeur de l’école, lui, incarne les anciennes méthodes, mais aussi la voix grondante d’une partie de la société contemporaine, qui n’approuve pas ces nouvelles valeurs : « Vous leur laissez trop faire ce qu’ils veulent3 ». C’est la rédaction du journal qui apporte la réplique au directeur, ou plus exactement, aux adultes réticents dont il est le représentant : « La Chouette de classe est une classe idéale parce que les élèves et l’enseignant y vivent en harmonie dans le souci constant que chacun et chacune y trouve une place qui lui conviennent et y joue le rôle qui corresponde le mieux à son caractère4 ». À quoi doit mener cette nouvelle pédagogie ?

Ill. 7 : « Chouette de classe », Okapi n°69, septembre 1974.

Revendiquer, agir

  • 5 n°72, novembre 1974.

11L’autonomie et le sens des responsabilités des élèves de la chouette de classe semble être la réponse que le magazine Okapi adresse aux jeunes lecteurs qui le sollicitent. Car les invitations à incarner l’esprit de 1968 semblent venir, dans un premier temps, du courrier des lecteurs eux-mêmes. Nombreux en effet sont les enfants qui écrivent au journal pour évoquer leurs craintes, manifester leur vision du monde, exprimer leur désir d’agir. Ils veulent protéger les animaux, lutter contre la pollution des villes où ils habitent. Béatrice appelle ainsi à l’aide, elle veut lutter contre Péchiney qui installe une usine de fluorine à Vézelay5. Okapi répond, fournit les adresses d’association de protection de la nature, bientôt aussi d’associations qui viennent en aide aux enfants orphelins de la guerre du Vietnam. Car très vite, les préoccupations des jeunes lecteurs s’élargissent, de la cause animale à l’injustice de la guerre ou de la pauvreté.

  • 6 Éditorial, n°32, mars 1973.

12Alors qu’il pourrait s’en tenir à des rubriques animalières, ou à des idées de bricolage, le journal s’engage. La rédaction invite même les lecteurs à s’intéresser très tôt à la politique : « Bientôt vous voterez à partir de 19 ans. Mais dès aujourd’hui, intéressez-vous à la politique, car c’est vous qui êtes en train de fabriquer le monde où vous vivrez longtemps6 ». Dans le même numéro, la rubrique « Dis-moi Denys » met en scène une mère de famille, dont l’activisme au sein d’une association de consommateurs donne à ses enfants l’idée de manifester contre la démolition de leur terrain de jeux : il s’agit d’initier les jeunes lecteurs à l’action collective.

Ill. 8 : « Dis-moi Denys », Okapi n°32, mars 1973.

  • 7 n°49, novembre 1973.
  • 8 n°74, décembre 1974.
  • 9 n°77, février 1975.
  • 10 n°34, avril 1973.

Ce sont des pré-adolescents qui ont besoin d’explications, mais aussi de guides, parce qu’ils souhaitent agir, s’investir. Pierre aimerait qu’on parle des ouvriers de Lip7, la bande dessinée Route libre évoque l’affrontement entre les ouvriers de Fos-sur-mer et les CRS8, la rubrique « Ça, c’est la vie » raconte les expulsions et la relégation des pauvres en banlieue9. La rubrique Dis-moi Denys interroge : « Pourquoi en France les Africains et les Portugais font-ils les travaux les plus durs10 ? » et se termine par cette formule « on ne peut pas accepter leur situation anormale ». Okapi choisit donc de ne pas se limiter à des sujets faciles.

13Mais les lecteurs veulent aller plus loin. Le mois suivant, un jeune lecteur fait remarquer que la question n’a pas été totalement traitée, et la rédaction répond par une invitation à l’action : « Denys aurait pu répondre “parce que le monde n’est pas juste” […] mais je crois qu’il désirait surtout que tu te poses la question à toi-même, que tu t’indignes et que tu désires voir les choses changer pour les travailleurs étrangers ». On ne pourrait être plus clair. Quarante ans avant que Stéphane Hessel mette la formule à l’honneur, Okapi le dit à ses lecteurs : « indignez-vous » !

Ill. 9 : « Dis-moi Denys », Okapi n°34, avril 1973.

  • 11 Mai 1975.

14Ainsi, alors que le magazine s’était lancé sur une ligne assez classique, consacrant beaucoup de ses rubriques aux jeux et aux animaux, voici que se dessine un nouveau sujet : la justice sociale. Il occupe principalement la rubrique « Dis-moi Denys », qui a été créée pour répondre directement aux interrogations des lecteurs. Rapidement, les questionnements s’éloignent de la religion ou du quotidien pour se concentrer sur les réalités sociales. « Dis-moi Denys » va alors consacrer 13 numéros, entre septembre 1974 et mai 1975, à des réflexions sur la justice. Elles partent de formules langagières du quotidien (« c’est juste, c’est pas juste ») et empruntent d’abord leur réflexion à l’exégèse biblique, mais rapidement, elles dérivent vers une réflexion sur la justice sociale et culminent par deux numéros consacrés à la révolte de Jean Jaurès contre l’injustice sociale. Le dernier épisode célèbre « le défilé des travailleurs qui agissent modestement pour la justice. Ils espèrent que tous ces efforts déployés dans le monde pour mieux répartir les richesses de la terre et réduire les écarts entre ceux qui ont tout et ceux qui n’ont rien finiront bien par faire naître une Société où chaque homme sera un véritable compagnon11. » Le message chrétien est ici clairement associé à la lutte des travailleurs pour la justice sociale.

  • 12 « Voir plus loin que le bout de son nez », n°79, mars 1975.

15Le lien avec la vie quotidienne du jeune lecteur est explicité12 : « Ta vie à l’école est une vie de groupe. […] La Société est le plus grand groupe qui existe dans un pays puisqu’elle réunit tous ses habitants. […] Seul, on ne peut pas grand chose. Il faut donc connaître les causes des injustices et ensuite agir ensemble dans la solidarité. […] Nous pouvons tous mettre ces moyens en action pour que la justice progresse dans la Société. » Il s’agit clairement d’une nouvelle incitation, cette fois-ci plus seulement à s’indigner, mais à agir.

  • 13 n°22, 1-15 octobre 1972.
  • 14 n°33, 15-31 mars 1973.

16C’est ici que prend tout son sens la vignette « Il faut agir » proposée dans le n°44 sous la forme d’un badge thermocollant aux lecteurs qui réclamaient un tee-shirt aux couleurs de leur magazine. La vignette, extraite d’un épisode de la bande dessinée Couscous et Cannelle13, a déjà été reprise pour illustrer un « Dis-moi Denys14 ». C’est le signe que la rédaction tient à cette image des deux petits personnages, garçon et fille, le poing levé en signe d’action de protestation. Agir collectivement, et d’abord par la protestation contre les injustices, c’est un des idéaux que cette revue créée en 1971 présente aux enfants de mai 68. Les Augustins de l’Assomption auraient-ils donc créé une revue révolutionnaire ?…

Ill. 10 : Okapi, n°44, septembre 1973.

Un fond archaïque

17Rien n’est moins sûr. On ne transforme pas un groupe de presse quasi centenaire en officine radicale du jour au lendemain : la réalité est beaucoup plus complexe, et au sein d’Okapi coexistent plusieurs réalités, jusqu’à risquer l’incohérence parfois.

  • 15 n°51, décembre 1973.
  • 16 Par exemple n°20, septembre 1972.

18Le ton de la revue, dans un premier temps, reste en effet imprégné des valeurs des mouvements de jeunesse catholique : hygiénisme, saine camaraderie, valeur émancipatrice du travail et de l’effort physique, esprit de charité chrétienne, voire de sacrifice. Dans un épisode de « Chouette de classe15 », une élève gagne à la loterie une poupée qu’elle choisit d’offrir à la petite Jamila qui vit dans un bidonville au pied de son HLM… Les rubriques documentaires exaltent les métiers au grand air, la prise de risque et le don de soi, par exemple dans le sauvetage. Quant aux vacances des petits élèves de la bande dessinée récurrente « Chouette de classe », elles se passent forcément à la montagne ou aux champs, et les petits citadins sont initiés aux rudes efforts des paysans ou des bergers16. Cette exaltation de la vie au grand air et du déploiement des corps dans l’effort physique est parfois accompagnée par un discours latent anti-moderniste, fustigeant la télévision qui rend les enfants amorphes, tout comme la vie citadine polluée. On y lit la tentation d’une axiologie réactionnaire opposant ville et campagne, modernité et tradition, production et consommation. Vue sous cet angle, la revue a parfois des accents passéistes.

19Le domaine dans lequel ce repli sur des valeurs traditionnaliste est le plus fort concerne la représentation genrée. Les premières années du magazine sont en effet marquées par la diffusion implicite d’une stricte répartition des tâches, des caractères et des aptitudes en fonction des sexes. Aux femmes, avant tout, la préparation des repas. Dans les premiers numéros, des fiches consacrées aux métiers sanctuarisent une stricte répartition par genre : aux femmes les « monitrice de ski » ou « infirmière », aux hommes les « conducteur de chantier », ou « pilote ». Et dans la coopérative scolaire de la Chouette de classe, le président et le trésorier sont des garçons, tandis que la seule fille est réduite au rôle de secrétaire.

20Les stéréotypes de genre sont accentués par les fictions : les filles sont godiches, passent l’aspirateur ou repassent le linge ; dans la bande dessinée Oncle Mc Haskett, la fillette Peluche promet de ne plus jamais toucher à un volant parce qu’elle conduit mal.

Ill. 11 : Quelques représentations de personnages féminins dans Okapi entre 1971 et 1974.

  • 17 n°32, mars 1973.
  • 18 n°37, mai 1973.

21La rédaction elle-même tient un discours ambivalent. Evoquant la mixité nouvelle dans les écoles, Okapi invite les filles à s’intéresser aux jeux des garçons – mais ne suggère pas l’inverse17. À la question « Pourquoi les femmes ne peuvent pas faire les mêmes métiers que les hommes18 ? », la rédaction répond que les femmes ne sont pas aussi fortes que les hommes, ce qui leur interdit beaucoup de professions, et surtout que la maternité, dont elles ont l’exclusivité, leur demande beaucoup de temps et d’attention : « c’est un vrai métier, qui empêche de se consacrer à autre chose ».

  • 19 « Dis-moi Denys », n°31, février 1973.
  • 20 « Dis-moi Denys », n°62, juin 1974.
  • 21 n° 73, novembre 1974.

22S’ajoute à ces stéréotypes un discours très curieux sur la force brutale. À plusieurs reprises en effet, le journal évoque des situations de conflit dans lesquelles le personnage, ou le lecteur, est invité à se conduire de manière « virile », c’est-à-dire en se battant. Un lecteur victime de harcèlement à l’école19 se voit répondre qu’il devrait faire du judo pour pouvoir rendre les coups : « si tu te défendais, tu n’aurais pas besoin de m’écrire et tu serais tranquille depuis longtemps ! » À un autre lecteur, qui écrit qu’il n’aime pas se battre20, la rédaction répond : « quand on se respecte soi-même, on n’accepte pas de se laisser bousculer systématiquement. Et on est prêt à se battre, même au risque d’avoir le dessous ». Et dans la Chouette de classe, le fort-en-thème Bruno, moqué par les autres, prend des cours de boxe auprès d’un ancien professionnel pour s’endurcir et mériter l’estime de ses camarades21. Le discours est donc très clair : la division des rôles genrés repose sur une conception archaïque de la virilité ; la masculinité est associée à la force physique et à la capacité à recourir à la violence. Peu de place pour les filles dans ce tableau…

23Par tous ces aspects, le journal porte donc la trace d’une idéologie archaïque, sexiste, anti-moderne. C’est portant ici qu’en 1973-1974 va se déployer un discours absolument explicite, lumineux et déculpabilisant sur le corps humain, la sexualité et la sensualité.

La « volonté de savoir »

  • 22 n°50, décembre 1973.

24Ces questions sont en réalité réclamées par les lecteurs dès le démarrage de la publication. En décembre 197322, Carmen réclame un Okapi sur les bébés, « particulièrement le bébé dans le ventre de sa mère, avec des photos car je dois faire un exposé en classe ».

  • 23 n°49, novembre 1973.

25Dès 1973, la rubrique « Dis-moi Denys » répond à la question « Qu’est-ce que c’est, la sexualité23 ? ». Mais cette fois, pas de discours archaïque : « Les parties du corps qui diffèrent chez le garçon et chez la fille, c’est cela, le sexe. La sexualité, c’est une force qui attire les garçons et les filles, les hommes et les femmes les uns vers les autres. Une force qui les attire avec leur cœur et aussi avec leur corps, et qui les conduit à se dépasser. L’amour, le désir d’avoir des enfants, l’envie d’être heureux avec son corps et de « vivre » font partie de la sexualité… » L’article se conclut en invitant l’enfant à s’exprimer : « Être simple et naturel, c’est aussi se renseigner quand on a envie de savoir. Aucune question n’est sotte ni honteuse. Pour vivre à plein, il faut être au courant de tout ce qui touche à la vie. »

Ill. 12 : « Dis-moi Denys », Okapi n°49, novembre 1973.

26De février à mai 1974 se succèdent alors questionnaires et dossiers documentaires sur le corps humain et la naissance. Les schémas n’évitent pas la représentation des sexes. Dans chaque dossier, deux magnifiques doubles pages de Nicole Claveloux, expressives et fantaisistes, proposent une réinterprétation onirique des informations données par le texte, et rappellent l’attachement du magazine à un rapport esthétique et spirituel au vivant. Très inspirée de l’esprit « flower power », l’imagerie inventée par Claveloux paraît très en harmonie avec le texte lui-même lyrique : « Toi le garçon et toi la fille, vous êtes très semblables, sauf en ce qui concerne les organes sexuels. […] Ta sexualité imprègne ton corps et ton esprit. Elle fait partie de cet élan vital qui te pousse à connaître les autres, à explorer le monde, à créer des œuvres d'art, à bâtir des maisons, à franchir les mers en bateau, à écrire des poèmes… […] Comme un courant d'eau vive, la sexualité dessine des rubans de soleil qui parcourent la terre et reflètent le ciel. »

Ill. 13 : Okapi n°56, mars 1974, Univers « Mon corps vivant (2) », dessin de Nicole Claveloux.

Ill. 14 : Okapi n°56, mars 1974, Univers « Mon corps vivant (2) », dessin de Volker Theinhardt.

27Ce lyrique contrebalance la double page suivante, qui présente deux schémas anatomiques commentés explicitement : « Si tu es une fille, […] entre tes jambes se trouve une petite fente rose et serrée, protégée par tes cuisses. […] Elle ouvre sur un long tuyau, élastique et humide, le vagin, qui est le vestibule de l’utérus placé plus haut. […] Si tu es un garçon, tes principaux organes sexuels sont externes, on les voit. Ce sont : la verge, qui peut durcir, et deux petits sacs ronds de chaque côté, les testicules. » Plus loin, le texte évoque l’acte sexuel : « Cette transmission se fait par la verge que l’homme fait doucement pénétrer dans le vagin de la femme ». Dans le dossier du n°61, consacré à la naissance, on a demandé à Monique Gaudriault de représenter l’accouchement, et à Colette Portal de croquer en trois étapes la tête du bébé sortant du vagin.

  • 24 Courrier des lecteurs, n°61.

28En moins de 4 mois, Okapi lève donc le voile sur les mystères du corps humain qui fascinent à l’âge où on lit le magazine, car « [on] ne voit pas pourquoi l’histoire du corps ne pourrait pas être racontée. Elle est si belle, si simple, et si fantastique à la fois24 ». Pour une revue qui tend à confiner garçons et filles dans des rôles sociaux parfois un peu étriqué, voilà bien de l’audace…

Conclusion

29Ce rapide tableau, qui laisse de côté de nombreux aspects de l’aventure Okapi, invite simplement à rappeler une évidence : les révolutions ne se font pas en un jour. Si quelques-unes des aventures nées autour de 1968 seront des feux de paille, Okapi est lancé par un groupe de presse déjà centenaire qui veut une revue durable. Pour cette raison, elle ne peut pas se confiner dans un esprit radical, qui s’aliénerait une part essentielle de son lectorat. Réunie autour de Denys Prache, la première équipe éditoriale doit donc composer : avec l’esprit de la maison Bayard ; avec les convictions des uns et des autres, constituant une équipe hybride ; avec le lectorat, enfants et parents, qui font parfois un accueil mouvementé aux audaces de la revue. Un épisode de Grabote rappelle en effet qu’en 1973 des numéros d’Okapi ont été brûlés par des lecteurs mécontents ! Héritière de représentations parfois réactionnaires, la revue témoigne d’une foi ardente dans les rénovations éducatives. C’est ce goût de la transmission qui va la pousser vers les audaces thématiques les plus spectaculaires, car l’équipe est convaincue qu’il faut « parler vrai » quand on s’adresse aux enfants – même lorsqu’il s’agit du sexe. Est-on pour autant sans tabou ? Bien sûr que non. En février 1975, quelques semaines après le vote de la loi Veil autorisant l’avortement, la jeune Elisabeth écrit à son journal et demande « qu’est-ce que l’avortement ? ». Question sensible à laquelle la rédaction répond en suggérant piteusement : « pourquoi ne pas en parler avec ta famille ? », avant de se contenter de quelques informations très succinctes. Dans ce milieu des années 1970, il reste des frontières infranchissables dans l’édition et la presse pour la jeunesse. Les avons-nous traversées depuis ? Ça n’est pas tout-à-fait certain…

Haut de page

Notes

1 Charon Jean-Marie, « Lire et grandir en s'amusant, ou la grande aventure de la presse des jeunes », Ela. Études de linguistique appliquée, 2003/2 (no 130), p. 223-236. URL : https://www-cairn-info.proxy.scd.univ-tours.fr/revue-ela-2003-2-page-223.htm

2 https://www.nyrb.com/products/the-green-hand-and-other-stories?variant=30965876551

3 n°69, septembre 1974.

4 n°76, janvier 1975.

5 n°72, novembre 1974.

6 Éditorial, n°32, mars 1973.

7 n°49, novembre 1973.

8 n°74, décembre 1974.

9 n°77, février 1975.

10 n°34, avril 1973.

11 Mai 1975.

12 « Voir plus loin que le bout de son nez », n°79, mars 1975.

13 n°22, 1-15 octobre 1972.

14 n°33, 15-31 mars 1973.

15 n°51, décembre 1973.

16 Par exemple n°20, septembre 1972.

17 n°32, mars 1973.

18 n°37, mai 1973.

19 « Dis-moi Denys », n°31, février 1973.

20 « Dis-moi Denys », n°62, juin 1974.

21 n° 73, novembre 1974.

22 n°50, décembre 1973.

23 n°49, novembre 1973.

24 Courrier des lecteurs, n°61.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Ill. 1 : Couverture de L'Étoile noëliste, publié par la Maison de la Bonne Presse, 2 juillet 1914. Source : Gallica, ark:/12148/bpt6k1166483k
URL http://journals.openedition.org/strenae/docannexe/image/1823/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Légende Ill. 2 : Un échantillon des magazines pour la jeunesse publiés par la Bonne Presse : logique de chaînage et souci de s’adapter à son temps.
URL http://journals.openedition.org/strenae/docannexe/image/1823/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Légende Ill. 3 : Publicité pour Okapi parue dans Pomme d’Api n°65, 15 juillet 1971.
URL http://journals.openedition.org/strenae/docannexe/image/1823/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Légende Ill. 4 : Couverture du n° d’Okapi, octobre 1971.
URL http://journals.openedition.org/strenae/docannexe/image/1823/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Légende Ill. 5 : Première apparition de Grabote, Okapi n°30, février 1973.
URL http://journals.openedition.org/strenae/docannexe/image/1823/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Légende Ill. 6 : Première apparition de la bande dessinée « Chouette de classe », Okapi n°1, octobre 1971.
URL http://journals.openedition.org/strenae/docannexe/image/1823/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 360k
Légende Ill. 7 : « Chouette de classe », Okapi n°69, septembre 1974.
URL http://journals.openedition.org/strenae/docannexe/image/1823/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 420k
Légende Ill. 8 : « Dis-moi Denys », Okapi n°32, mars 1973.
URL http://journals.openedition.org/strenae/docannexe/image/1823/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 372k
Légende Ill. 9 : « Dis-moi Denys », Okapi n°34, avril 1973.
URL http://journals.openedition.org/strenae/docannexe/image/1823/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 404k
Légende Ill. 10 : Okapi, n°44, septembre 1973.
URL http://journals.openedition.org/strenae/docannexe/image/1823/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Légende Ill. 11 : Quelques représentations de personnages féminins dans Okapi entre 1971 et 1974.
URL http://journals.openedition.org/strenae/docannexe/image/1823/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Légende Ill. 12 : « Dis-moi Denys », Okapi n°49, novembre 1973.
URL http://journals.openedition.org/strenae/docannexe/image/1823/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Légende Ill. 13 : Okapi n°56, mars 1974, Univers « Mon corps vivant (2) », dessin de Nicole Claveloux.
URL http://journals.openedition.org/strenae/docannexe/image/1823/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 316k
Légende Ill. 14 : Okapi n°56, mars 1974, Univers « Mon corps vivant (2) », dessin de Volker Theinhardt.
URL http://journals.openedition.org/strenae/docannexe/image/1823/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 330k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Cécile Boulaire, « Okapi, un journal fantastinouï pour les jeunes dans l’esprit de 68 », Strenæ [En ligne], 13 | 2018, mis en ligne le 15 mai 2018, consulté le 23 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/strenae/1823 ; DOI : 10.4000/strenae.1823

Haut de page

Auteur

Cécile Boulaire

Laboratoire InTRu
Université François-Rabelais
3 rue des Tanneurs
BP 4103
37041 TOURS Cedex 01 – FR
Email: cecile.boulaire@univ-tours.fr

Cécile Boulaire est maître de conférences habilitée à diriger des recherches à l’université de Tours. Elle est spécialisée en littérature pour la jeunesse (XIXe-XXe siècles) et en esthétique des albums pour enfants. Elle dirige actuellement le département de littérature française de l’Université de Tours. Elle est responsable de la revue de recherche en ligne Strenæ, recherches sur les livres et objets culturels de l’enfance, et est co-fondatrice, avec Laurent Gerbier, de la collection « Iconotextes » publiée par les Presses Universitaires François Rablelais. Sa monographie la plus récente s’intitule Les Petits livres d’or. Des albums pour enfants dans la France de la guerre froide (PUFR, 2016) et elle prépare actuellement un livre sur la manière d’analyser les albums pour enfants pour l’éditeur jeunesse Didier Jeunesse.

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals