Navigation – Plan du site
Dossier thématique

Le Droit de Lire : les Droits de l’Enfant et la littérature pour enfants en Grande Bretagne

The Right to Read: Children’s Rights and Children’s Publishing in Britain
Lucy Pearson
Traduction de Claudia François
Cet article est une traduction de :
The Right to Read: Children’s Rights and Children’s Publishing in Britain

Résumé

Alors que les manifestants remplissaient les rues de Paris en mai 68, une révolution plus tranquille avait lieu de l’autre côté de la Manche. Une refonte radicale de l’éducation britannique dans la période de l’après-guerre avait ouvert la voie à une nouvelle ère de pensée progressiste sur l’enfance et attiré l’attention sur la question des droits des enfants. Au cœur de ceux-ci se trouvait le droit de lire, et le droit qu’avaient les enfants à des livres qui reconnaissaient les réalités de leurs existences. Leila Berg – activiste, auteure, éditrice – était à l’avant-garde de ce mouvement avec sa série de livres pour jeunes lecteurs Nippers. Cet article étudie Nippers dans son contexte, et montre comment les livres de cette série ont rassemblé une longue tradition de pensée activiste et résumé une bonne part de l’esprit qui, plus largement, avait animé 68.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Charles Greville, « CENSORED: Sir Allen orders the Puffin Club to drop psychedelic », Daily Mail, l (...)
  • 2 Voir Lucy Pearson, The making of modern children’s literature in Britain: publishing and criticism (...)
  • 3 Aidan Chambers, The reluctant reader, London, The Pergamon Press, 1969, p. 67.
  • 4 Les problèmes de périodisation se manifestent par un désaccord général concernant le début exact et (...)
  • 5 Voir Marwick, Arthur, The sixties: cultural revolution in Britain, France, Italy and the United Sta (...)
  • 6 Arthur Marwick, The sixties: cultural revolution in Britain, France, Italy and the United States, c (...)

1En 1967, le Daily Mail titra « CENSURÉ : Sir Allen ordonne à Puffin Club de se débarrasser du psychédélique »1. En étudiant de près les détails de l’affaire, on s’aperçut qu’elle n’avait aucune substance : en réalité, le terme « psychédélique » n’avait été utilisé que pour faire vendre l’article, et la déclaration de Allen Lane sur le sujet était plus improvisée que ce que le titre ne suggérait. Néanmoins, le fait que cet incident, somme toute sans grande importance, ait suscité une telle couverture médiatique suggère que la révolution culturelle des années soixante n’était pas compatible avec l’univers de la littérature pour enfants – ou du moins pas avec la saine image d’une maison d’édition fiable et grand public telle que Puffin.2 En 1969, le critique et auteur Aidan Chambers confirme cette impression en se plaignant que les prestigieuses œuvres récompensées par le prix littéraire Carnegie Medal « n’aient pas le moindre intérêt et qu’elles soient "contestables" à bien des égards ».3 Si ces deux incidents laissent entendre que la littérature jeunesse grand public n’était pas affectée par certains changements culturels de l’époque au sens large, en revanche il est plus délicat de repérer « l’esprit des années soixante » dans la littérature pour enfants en Grande Bretagne : non pas parce qu’il y aurait eu trop peu de changements durant cette période, mais au contraire, parce qu’il y en avait trop. Les spécialistes de la littérature jeunesse s’accordent à dire que les années soixante constituent un « âge d’or » de la littérature pour enfants en Grande Bretagne : une période d’essor, d’innovation, parfois présentée comme débutant dès 1950, date à laquelle fut publiée l’œuvre de C.S. Lewis Le Lion, la Sorcière blanche et l’Armoire magique, et que l’on dit avoir duré au moins jusqu’au début des années soixante-dix, lorsque la récession commença à faire des ravages dans le monde de l’édition.4 Trois décennies d’évolution de la littérature jeunesse ne peuvent pas être imputées aux seules années soixante. Cependant, la notion de « longues années soixante » imposée par l’historien britannique Arthur Marwick5 invite à distinguer cette décennie pour l’« interaction et accélération sans précédent » des mouvements nés dans les années 1950 et que l’on verra se développer jusque dans les années 1970.6 Si nous n’avons pas vécu de révolution à proprement parler dans le monde de la littérature pour enfants, en revanche 1968 marque véritablement le début d’une rébellion. La même année, la publication de l’essai polémique de Leila Berg intitulée Risinghill: Death of a Comprehensive School (Risinghill : Mort d’un Etablissement d’Enseignement Secondaire Général) et la sortie de « Nippers » (« Les Gosses »), sa nouvelle collection pour jeunes lecteurs, sont les deux événements annonçant les changements en marche.

  • 7 Lorraine Johnson and Brian Alderson, « Learning to read », The Ladybird story: children’s books for (...)
  • 8 Ibid, pp. 104-121.
  • 9 Leila Berg, Reading and loving, London, Routledge and Keegan Paul, 1977, p. 83.
  • 10 Les premiers livres de la collection « Nippers » datent de 1968 ; cependant, il semble que même si (...)

2La série « Nippers » fut commandée par la maison d’édition Macmillan Education pour rivaliser avec les œuvres écrites pour l’apprentissage de la lecture, comme celles de la collection « Ladybird’s Key Words », considérée comme l’exemple parfait de la culture conventionnelle. La collection « Key Words », créée dans le but de familiariser les enfants avec les groupes de « mots les plus utilisés de la langue anglaise », se concentre plus sur le principe de répétition que sur l’histoire ou l’intérêt linguistique.7 Dans le texte intitulée We Have Fun (On S’Amuse), par exemple, on lit : « Peter et Jane vont chez le marchand de bonbons. Pat est dans le magasin. Jane et Peter prennent quelques bonbons. Pat en prend un. » L’illustration qui accompagne le texte montre que Peter et Jane sont des enfants propres, bien habillés et bien élevés ; leurs sourires indiquent qu’ils s’amusent en effet, mais il est difficile d’imaginer que les jeunes lecteurs de cette série puissent avoir les mêmes sentiments. À la fin des années 1960, bien que largement utilisée dans les écoles, cette série suscite des critiques pour son approche de l’apprentissage de la lecture, mais aussi parce qu’elle représente uniquement une société hétéronormative, blanche et dominée par la classe moyenne.8 La maison d’édition Macmillan Education fut parmi les premières à répondre à la demande d’un nouveau genre de « premières lectures » ; en 1966, elle engagea Leila Berg comme rédactrice de sa nouvelle série de « livres de lecture complémentaires pour les écoles primaires ».9 Les premiers exemplaires de « Nippers » furent lancés en 1968, suivis en 1972 par une série de « Little Nippers » pour les enfants de l’école maternelle.10 Une centaine de titres environ furent publiés, toutes séries confondues, presque un quart étant écrits par Berg elle-même. Parmi les auteurs de « Nippers », on trouve Janet MacNeill, une éminente bibliothécaire militante ; le poète Charles Causley ; Joan Eadlington, connue pour sa série intitulée Jonny Briggs (1977-1991) ; ainsi que la pionnière caribéenne, auteure et professeure Beryl Gilroy.

  • 11 Macmillan Education, « Nippers and new Little Nippers », brochure publicitaire (c. 1972), LB/06/01/ (...)
  • 12 Karen Sands-O’Connor a récemment commencé à se pencher sur ce fossé : elle consacre tout un chapitr (...)

3La série rejeta la plupart des caractéristiques principales de la collection « Ladybird » : on demanda aux auteurs d’utiliser une langue naturelle au lieu d’utiliser du vocabulaire tiré de listes définies au préalable, et la collection toute entière ne proposait pas de progression établie. Une brochure publicitaire faisait mention d’une tranche d’âge pour les niveaux auxquels le livre se destinait, mais les livres-mêmes ne se distinguaient que grâce à des logos de couleurs différentes – rouge pour les histoires simples, puis orange, jaune et vert et enfin bleu pour les récits plus longs avec des textes plus élaborés – sans informations quant aux lecteurs auxquels ce titre se destinait. En réalité, la publicité faite pour cette collection insistait bien sur le fait qu’elle « n’était aucunement créée comme une méthode d’apprentissage de la lecture », mais que c’était plutôt une « collection d’histoires pour enfants, à lire pour le plaisir ».11 Les illustrations étaient réalisées dans un style plus varié et plus sobre que celui de la collection « Ladybird » : parmi les illustrateurs, on comptait George Him, l’éminent graphiste et illustrateur ; le paysagiste et illustrateur de livres pour enfants Trevor Stubley ; ainsi que Richard Rose et Mary Dinsdale, tous deux chevronnés en matière d’illustrations de magazines et de livres pour enfants. Quant au contenu, les livres offraient aussi une gamme d’aventures enfantines bien plus variée que la collection « Key Word », décrivant la langue et le quotidien d’enfants de tout le Royaume-Uni, issus de familles de la classe moyenne vivant en ville. Cette collection est généralement considérée comme le meilleur exemple de l’évolution, dans ces années, vers des fictions enfantines plus réalistes, mais elle a rarement été analysée en détail.12 Mais quand on lit « Nippers » dans le contexte de l’essai que Berg consacre à Risinghill, on constate à quel point les mouvements contre-culturels des années 1960 convergeaient, et influencèrent le développement de la littérature pour enfants en Grande Bretagne.

  • 13 Leila Berg, op. cit, p. 83.
  • 14 Ibid.
  • 15 Karen Sands-O’Connor, op. cit., p. 4.
  • 16 Voir Pearson, op. cit., pp. 119-168.

4À bien des égards, choisir Leila Berg allait de soi pour Macmillan Education qui projetait une nouvelle collection. Elle écrivait des livres pour enfants depuis vingt ans et s’était spécialisée dans l’écriture de livres pour les tout-petits : sa série d’histoires intitulée Little Pete (Jeune Pete) fut d’abord diffusée dans le cadre d’une émission radiophonique de la BBC pour les moins de cinq ans intitulée Listen With Mother. Elle avait déjà travaillé comme rédactrice en chef, tout d’abord pour Methuen (1958-1960) puis pour Nelson, où elle éditait « Salamander », une collection spécialisée dans l’éducation (1965). Néanmoins, dans un premier temps, elle hésita à rejoindre Macmillan et n’accepta leur offre qu’à la condition qu’ils acceptent son projet de « révolutionner le livre de lecture pour les écoles ».13 Berg les avertit aussi que son livre à venir sur Risinghill serait sans doute gênant pour eux car « il provoquera très certainement la colère de personnes haut placées dans le domaine de l’éducation ».14 L’éditeur en chef de Macmillan Education, Michael Wace, ne fut pas dissuadé par ces mises en garde, et approuva les idées qu’elle suggérait pour la réalisation de cette collection. Il fut probablement rassuré par le fait que, bien que Leila Berg soit impliquée depuis longtemps dans la politique radicale – elle avait travaillé tout d’abord comme auteure pour le Communist Daily Worker – cela n’apparaissait pas au premier plan de ses premières histoires pour enfants, que Karen Sands-O’Connor décrit comme étant « formidablement conventionnelles ».15 Il est en revanche probable que Wace ait été séduit par la politique progressiste de Berg, car il avait lui-même aussi lancé une nouvelle collection innovante pour adolescents, intitulée « Topliner ». Il avait engagé Aidan Chambers pour diriger la nouvelle collection après avoir lu son article controversé sur les lecteurs adolescents « réticents », article dans lequel Chambers dénonçait vigoureusement la littérature offerte alors à cette tranche d’âge.16 Si Wace recherchait des adeptes de la pensée radicale, alors il choisit le bon moment pour recruter Leila Berg : au milieu des années 1960, ses préoccupations politiques ainsi que son opinion sur les livres pour enfants s’entrelaçaient de plus en plus. L’implication de Berg dans la campagne qui entourait Risinghill joua probablement un rôle primordial.

  • 17 Leila Berg, Risinghill: death of a comprehensive school, Harmondsworth, Penguin, 1968, p. 118.
  • 18 David Limond, « Risinghill and the Ecology of Fear », Educational Review, 54:2 (2002), p. 165-172, (...)
  • 19 Leila Berg, op. cit., p.8.
  • 20 Une critique dans the British Journal of Educational Studies au moment de la publication décrit bie (...)

5Risinghill était un établissement d’enseignement secondaire général mixte de Londres, construit en 1960 et regroupant quatre écoles déjà existantes. Les établissements d’enseignement secondaire généraux (comprehensive schools) avaient pour but de rendre le système éducatif plus égalitaire, en remplaçant l’ancien système des lycées d’enseignement général (grammar schools) et des collèges d’enseignement technique (secondary moderns, que fréquentaient les élèves ayant échoué à l’examen d’entrée dans le secondaire) par un seul établissement pour des élèves de niveaux variés. Compte tenu de la nouveauté du système d’enseignement général, qui allait devenir une mesure nationale en 1965, les polémiques étaient sans doute inévitables ; il semble que Risinghill ait été placé au cœur d’une bataille idéologique après des changements politiques au sein du Conseil Municipal de Londres (qui a toute autorité sur l’école).17 Les polémiques ne furent pas apaisées par le directeur de Risinghill, Michael Duane, déterminé à instaurer ce que David Limond qualifie de « vaste programme de pastorale, de démocratie à l’école, de franche éducation sexuelle, de collaboration rapprochée avec les parents, de discipline réformatrice et non punitive (aucun châtiment corporel autorisé), de promotion de la créativité et du multiculturalisme ».18 Agitée dès le début par des problèmes de « délinquance » parmi les élèves, et après une séries de conflits impliquant le Conseil municipal de Londres mais aussi des membres du personnel (ce que Berg décrit en réalité être un coup d’État), l’école fut fermée en 1965. Mais les conceptions de Duane étaient assez populaires pour que la fermeture de l’école suscite une considérable opposition chez les élèves de Risinghill et leurs familles. Berg était étroitement impliquée dans ce conflit, qui fit l’objet d’une importante couverture journalistique. Elle en rendit compte d’abord dans des articles pour The Guardian, puis dans Risinghill: Death of a Comprehensive SchooI (1968). Son livre offre un portrait frappant de la misère sociale qui affecte le quartier de Risinghill, qu’elle qualifie de « quartier le plus sale, le plus laid et le plus méprisé de Londres ».19 C’est sur cet arrière-plan qu’elle dépeint Duane comme une figure humaniste et anti-autoritaire, en butte aux enseignants et aux autorités locales. Son compte-rendu est ouvertement partisan, et suscita des contestations. Mais il nous révèle les conceptions qu’elle se faisait alors de l’enfance et de l’éducation, ce qui est fondamental pour comprendre la collection « Nippers ».20

  • 21 Leila Berg, « Moving towards self-government », in Children’s rights: towards the liberation of the (...)
  • 22 Leila Berg, Risinghill, op. cit., p. 117; ibid, p. 65.
  • 23 Leila Berg, op. cit., p. 7.
  • 24 Berg fit une transcription de cette conversation dans le but de la publier, elle est donc immortali (...)

6La sympathie de Berg pour les idées de Duane reflète un engagement de longue date dans l’éducation nouvelle : elle évoque des lectures décisives, à la fin de son adolescence, de l’œuvre du pédagogue soviétique Anton Makarenko, et des travaux de la psychologue de l’éducation et psychanalyste Susan Isaac (tous deux cités dans la dédicace de Risinghill). La prise en compte du développement de la sociabilité enfantine par Susan Isaac à l’école maternelle Malting House a appris à Berg, dit-elle, « à observer minutieusement les jeunes enfants, et à leur porter respect et considération », qualités qui sont la marque de fabrique de Berg, et qui deviendront fondamentales dans « Nippers ».21 À travers Risinghill, Berg eut la chance de voir ces principes mis en application, une expérience qui fut source d’inspiration, malgré son échec cuisant. En effet, le sentiment qu’elle avait que « alors même que l’école commençait à prendre son essor, elle était vouée à l’échec » nourrit la flamme de ses critiques passionnées contre « les adeptes de la tradition, de la discipline et de l’autorité » ainsi que sa conviction qu’un changement radical était nécessaire.22 L’implication de Berg dans la campagne en faveur de Risinghill la poussa aussi à se rapprocher de Duane et d’autres pédagogues radicaux, y compris A.S. Neill, le directeur de Summerhill School (la plus connue des écoles expérimentales de Grande Bretagne) et John Holt, l’auteur d’un livre marquant : How Children Fail (Comment les Enfants Échouent) (1963).23 Sa collaboration intellectuelle avec ce groupe se poursuivit jusqu’à la fin de sa carrière : en 1968, alors qu’elle était sur le point de lancer « Nippers », elle anima un débat sur le thème de l’éducation avec ces trois personnalités et Robert Mackenzie, le pédagogue écossais militant contre les châtiments corporels.24 Ainsi, Risinghill replace la collection « Nippers » dans le contexte plus large d’une pensée radicale de l’enfance et de l’éducation.

  • 25 Leila Berg, op. cit., p. 44; ibid, p. 45.
  • 26 Op. cit. p. 11-12.
  • 27 Op. cit., pp. 108-111.
  • 28 Op. cit. p. 92.

7L’un des thèmes marquants de Risinghill concerne les conditions de vie déplorables des citadins pauvres : « des maisons dévastées et pourries et, pourrissant devant, des voitures dévastées », « des maisons grouillant de rats puants » sans salles de bains ni électricité.25 Berg fait le lien entre ce dénuement physique et la pauvreté culturelle et linguistique : les enfants qui grandissent dans cet environnement sont « élevés dans le silence total ou bien on leur dit « ferme-la » et ils se prennent une baffe » lorsqu’ils ouvrent la bouche pour parler ; on les envoie dans des écoles maternelles manquant de personnel, ou bien ils restent « cloîtrés dans des appartements aussi propices qu’une prison au babillage et aux actions qui naissent des mots et conduisent aux mots. ».26 Ce n’était pas la première fois que Berg observait cela, ayant elle-même grandi dans un quartier pauvre de Salford. Cependant, ce qui est primordial, c’est la description qu’elle fit de la façon dont Michael Duane envisageait la formation des élèves de Risinghill, prenant en considération le contexte social dans lequel ils vivaient au lieu de l’ignorer. Il recruta des professeurs de la même origine que ses élèves, y compris des professeurs grecs et turcs qui pouvaient parler avec les élèves et leur famille dans leur langue maternelle.27 Il fit place aux familles au sein de l’école. Berg souligne que « voir les parents et les bébés « invités » dans le bureau du principal était incroyablement bénéfique pour les enfants […] cela représentait un merveilleux apprentissage social de voir que leur école pouvait servir de lieu où d’autres venaient chercher de l’aide, des conseils ou des informations, et qu’eux-mêmes pouvaient y jouer un rôle ». 28 Ce modèle d’éducation inclusive fut au centre de ses préoccupations lorsque Macmillan la sollicita : pour elle, « Nippers » représentait l’occasion de développer une forme de littérature qui fonctionnerait de la même manière.

8C’est dans un article publié en 1967 que Berg manifeste sa conviction que l’éducation « inclusive » et l’expérience de lecture sont liées. Dans son article, elle décrit sa vision d’une salle classe de maternelle où mères et grands-mères viendraient lire des livres avec les enfants et fait remarquer que c’est une chose dont profitent beaucoup d’enfants issus de familles de la classe moyenne à la maison : « Pour eux, la lecture n’a jamais été une matière scolaire étrangère, une technique sans vie ; quand ils sont en âge d’aller à l’école, la lecture est ancrée dans leur précieuse identité individuelle, fondée sur cette conviction : “je sais que je suis digne d’amour parce que tu m’aimes” ». Berg oppose cette image à la situation d’un enfant élevé dans un foyer sans livres, projeté à froid dans le monde de l’écrit, et souligne que le fossé s’agrandit encore si l’on considère le contenu des livres-mêmes :

  • 29 Leila Berg, « The five-year gap », The Guardian (20 novembre, 1967), p. 6.

On lui donne à lire des livres de lecture qui montrent […] la famille toute entière prenant le petit déjeuner autour d’une table recouverte d’une nappe damassée blanche comme neige. Ils sont tous calmes, habillés correctement et échangent des propos polis, grammaticalement corrects, dépourvus d’intérêt, de colère, de joie et de vie. Qui sont ces gens ? Dans les livres de lecture, personne ne va au travail. Le sentiment d’étrangeté est total.29

  • 30 Leila Berg, Reading and loving, op. cit., p. 84.

9À l’époque de la publication de cet article, la proposition de Macmillan lui offrait l’opportunité de s’attaquer à ce sentiment d’étrangeté. Son approche fut similaire à celle de Duane à Risinghill : en incluant les enfants et leurs familles. En termes d’écriture littéraire, cela signifiait proposer plus de réalisme social. Tout au long des années 1960, la fantasy avait été considérée comme le moyen d’aider les enfants à gérer des notions et des problèmes complexes dans l’absolu. Dans ses conseils aux auteurs potentiels de la collection « Nippers », Berg refusait que la fantasy puisse se substituer à des livres reflétant la vie réelle des enfants. Pour elle, « la fantasy peut être importante et enrichissante […] dans la mesure où elle s’enracine dans une prise solide sur le réel, une confiance ferme en son identité individuelle, ainsi que la conviction intime de sa propre valeur ». Pour pouvoir offrir ces fondations, il fallait « parler, dans les premiers livres de lecture, des enfants tels qu’ils sont vraiment ».30 C’est ce que l’on demanda aux auteurs de « Nippers ».

  • 31 Leila Berg, Reading and loving, op. cit., p. 84.
  • 32 Certains de ces livres représentent des enfants vivant dans un environnement rural : The Lamb (1973 (...)
  • 33 Lelia Berg, Risinghill, op. cit., p. 48. Berg remarque que la maison de Reading and Loving avait se (...)

10Le type de public que Leila Berg cherchait à représenter « tel qu’il est vraiment » dans Nippers est mentionné dans l’un des premiers titres provisoires de la série : Latchkey Books (Les Livres des gamins « à clés »).31 Ces histoires décrivaient la vie d’enfants de classe ouvrière, principalement – mais pas exclusivement – des citadins défavorisés, qu’on appelle « gamins à clés » parce qu’ils rentrent chez eux seuls, avec leurs propres clés, tandis que leurs parents sont encore au travail.32 Le foyer que Berg décrit dans le premier livre de la série intitulé Fish and Chips for Supper (Un Fish and Chips pour le dîner) (1968), reprenait clairement l’un des foyers évoqué dans Risinghill, avec un toit qui fuit et un escalier « enguirlandé de linge qui sèche ».33 D’autres livres dépeignaient des maisons mitoyennes des corons (Helen Solomon, Billy Finds a Pigeon (Billy a trouvé un pigeon), 1971), des tours d’immeubles tout juste construites (Petronella Breinburg, Tiger, Paleface and Me (Tigre, Visage Pâle et Moi), 1976), et des maisons de l’époque victorienne divisées en appartements (Janet MacNeil, The Family Upstairs (La Famille d’En Haut), 1973). The New Bath (La Nouvelle Salle de Bains) (1970) écrit par Denise Robertson traite de l’effervescence provoquée par l’installation d’une salle de bains dans la maison ; la famille dans le récit de Beryl Gilroy intitulé A Visitor from Home (Une Visite du Pays Natal) (1973) a une salle de bains à l’intérieur mais doit la partager avec d’autres familles avec qui elle vit en colocation. On voit fréquemment des familles prendre leurs repas ensemble, mais ce ne sont pas les repas bien ordonnés que partagent Peter et Jane de la collection « Ladybird » : dans Tracy’s Story (L’Histoire de Tracy) de Leila Berg (1972), par exemple, Richard Rose parle d’une maman dépassée, en blouse et en turban, au bout d’une tablée innombrable. De la même façon, on ne va pas à la mer dans la voiture de papa, on s’y rend en car parce que le voyage est organisé par le comité d’entreprise (Helen Solomon, A Present From the Seaside (Un Cadeau du Bord de Mer), 1972). Essayant de faire de la série une fidèle représentation de la réalité, Berg recruta des auteurs aux quatre coins du pays et elle les encouragea à employer les idiomes propres aux communautés dans lesquelles se situent les histoires. Cela se sent particulièrement dans l’emploi des différents noms donnés aux mères à travers les livres : dans la famille londonienne de Janet McNeill la mère s’appelle « Mum » (The Family Upstairs (La Famille d’en Haut), 1973), mais pour la famille du Lancashire appartenant à la communauté des mineurs créée par Helen Solomon, elle s’appelle « Mom » ; la famille galloise dans The Lamb (L’Agneau) (1973) d’Irma Chilton ainsi que celle du Nord-Est dans The New Pet (Le Nouvel Animal Domestique) (1973) de Denise Robertson ont toutes les deux une « Mam » ; alors que la famille caribéenne imaginée par Beryl Gilroy (Knock at Mrs Herb’s, (Frappe chez Mme Herb) 1973; A Visitor from Home) l’appelle « Mammy ». Bien que la langue utilisée généralement reste très proche de l’anglais standard, ces détails étaient censés créer une connexion entre la langue parlée à la maison et celle de l’école et, par là-même, réduire ce sentiment d’étrangeté dans l’expérience éducative.

  • 34 La « Dutch auction » dont il est question dans le roman est une « adjudication à la hollandaise », (...)
  • 35 Leila Berg, Reading and loving, op. cit. p. 88.
  • 36 Ibid.

11Le réalisme social présent dans « Nippers » ne s’arrêtait pas au choix de la langue et du cadre : beaucoup d’histoires s’appuient sur les réalités quotidiennes au sein de la classe ouvrière. The Red Windcheater (Le Coupe-vent Rouge) de J.L Carr tourne autour d’une vente aux enchères de vêtement de seconde main : la mère de l’héroïne pourra-t-elle lui procurer un manteau qui soit aussi bien que le coupe-vent rouge tant désiré mais trop cher ?34 Dans Fish and Chips for Supper, Leila Berg applique la construction traditionnelle du conte-randonnée et la situe dans un quartier défavorisé : alors que papa refuse de sortir de son lit parce qu’une fuite lui tombe sur la tête, les enfants doivent le décider à se lever pour pouvoir réaliser la chaîne des événements (aller travailler, payer la facture d’électricité, réparer la fuite), qui se terminera en « fish and chips » pour le dîner. En racontant la création du livre, Berg parle du rire presque hystérique des enfants à qui elle lut des échantillons, qu’elle décrit comme un « rire d’approbation, de reconnaissance ».35 Pour elle, cette « reconnaissance étonnée et joyeuse d’expression et de situations » était la clé de la « transformation des livres en amis », qui allait « rendre affectif tout le processus d’apprentissage » : elle espérait que grâce à « Nippers », le phénomène se reproduise pour autant d’enfants que possible.36

  • 37 John Holt, How children fail, London, Sir Isaac Pitman and Sons, 1964, p. 173.
  • 38 Gillian Avery, Nineteenth Century children: heroes and heroines in English children’s stories 1780- (...)
  • 39 Mary Cockett, The lost money, ill. Mary Dinsdale, Basingstoke, Macmillan, 1968, p.12.
  • 40 Leila Berg, Risinghill, op. cit., p. 142.

12La plupart des histoires de la série Nippers avaient un ton humoristique, et leurs illustrations étaient gaies et attrayantes. Cependant, contrairement aux publications antérieures décrivant les vies typiques de la classe ouvrière comme celles d’Eve Garnett intitulée The Family from One-End Street (La Famille de One-End Street) (1937), elles ne gommaient pas les conflits et les difficultés. Le pédagogue américain John Holt – une autre personnalité que Leila Berg avait rencontrée dans le cadre de son travail sur Risinghill – avait souligné cette expérience aliénante produite par l’éducation dans son livre célèbre How Children Fail (1963). Holt soutenait que les enfants « apprennent très tôt que, pour des raisons inexpliquées, ils doivent garder sous silence une grande partie des choses qu’ils pensent et ressentent, qui les intéressent ou les inquiètent le plus ».37 Les livres pour enfants obéissaient aux mêmes interdictions : quelques années seulement avant la sortie de « Nippers », Gillian Avery s’était plainte que les auteurs de livres pour enfants omettent de montrer « tous les traits déplaisants de la personnalité enfantine ; toute forme de grossièreté et d’impolitesse » et que cette pratique s’étende aussi en général à leurs parents : « Les relations de famille sont sans anicroches, maman a toujours raison, papa n’agace jamais ses fils ».38 Holt faisait le lien entre la censure du réel dans les livres et les difficultés scolaires : selon lui, les enfants sont incapables d’apprendre parce qu’ils ne réussissent pas à mettre en lien de manière cohérente ce qu’ils vivent dans le cadre de l’école avec ce qu’ils vivent en dehors. Il prônait une culture d’ouverture, une pratique employée dans la série « Nippers », où l’on voit des enfants sales et turbulents se disputer régulièrement et des parents – bien que généralement aimants – qui sont loin d’être parfaits. Dans le livre intitulé A Red Windcheater, l’héroïne ne peut pas obtenir le fameux coupe-vent parce que son père a perdu au jeu l’argent que sa mère avait mis de côté pour acheter des vêtements. On frappe Frankie, le personnage de Mary Cockett, lorsqu’il poste son billet d’une livre par inadvertance parce qu’il « ne pouvait pas supporter les disputes – et qu’on le traite de paresseux, de bon à rien et de nul ». 39 Ce qui est frappant dans le fait que « Nippers » intègre ce genre de détails, c’est que bien qu’ils fassent souvent partie intégrante de l’intrigue, ils ne sont pas considérés comme des problèmes qui doivent être résolus à la fin du livre, mais juste comme des éléments de la vie de l’enfant. Par exemple, Frankie redoute la réaction de sa mère quand elle apprendra qu’il a perdu son billet, mais cette peur est résolue, non pas par un changement de l’attitude de la mère, mais par l’intervention d’un gentil professeur qui aide Frankie à récupérer l’argent avant même que sa mère ne se rende compte de sa perte. Dans Risinghill, Leila Berg remarque que malgré tous les efforts de l’école, il est impossible de changer le milieu dont les enfants sont issus et se pose la question suivante : « Est-ce que tout ce que l’on peut faire est de leur enseigner à dire “quelle plaie cette affreuse vie !” au lieu de “Fait chier cette putain de vie ?” ».40 La série « Nippers » constitue une réponse implicite à cette question : elle suggère la possibilité de reconnaître ce que traverse l’enfant au lieu de le nier, même si ce n’est pas très reluisant.

  • 41 Voir Karen Sands-O’Connor, op. cit. pour une version plus complète de la discussion sur le discours (...)
  • 42 Bernard Coard, cité dans Karen Sands-O’Connor, op. cit., p. 61.
  • 43 Leila Berg, Reading and loving, p. 94.
  • 44 Karen Sands-O’Connor, op. cit., p. 43.
  • 45 Beryl Gilroy, A visitor from home, ill. Shyam Varma, Basingstoke, Macmillan, 1973, p. 16—17.
  • 46 Op. cit,. p. 49.

13En cherchant à représenter la réalité de la vie moderne en Grande Bretagne, « Nippers » rencontra un autre mouvement clé des années soixante : celui des droits civiques. L’adoption des lois anti-discrimination (the Race Relations Acts) de 1965 et 1968 reconnaissait qu’il y avait un problème de racisme dans la société britannique, et que l’État avait la responsabilité de l’endiguer. Ces lois assuraient une protection juridique contre la discrimination dans les domaines du logement, de l’éducation et de l’emploi. Cependant, des militants noirs s’intéressaient aussi à l’éducation et aux représentations culturelles, notamment parce que les immigrants venant des pays du Commonwealth qui avaient été éduqués selon la tradition britannique pensaient qu’on ne leur garantissait néanmoins pas un accueil chaleureux en Grande Bretagne.41 Ces militants percevaient dans l’éducation un caractère aliénant, révélant une forme de racisme institutionnel. Dans son pamphlet retentissant intitulé How the West Indian Child is Made Educationally Sub-Normal in the British School System (Comment un Enfant Caribéen Est Jugé Arriéré Par le Système Scolaire Britannique) (1971) Bernard Coard critique le recours aux tests de QI, avec leur parti-pris culturel implicite, et demande que l’on donne une éducation, des livres et des jouets aux enfants des Caraïbes afin qu’ils développent « un sentiment d’identité, de fierté et d’appartenance ».42 Les objectifs que Leila Berg avait fixés pour la série « Nippers » correspondaient manifestement à cette mission, cependant, les livres parus avant la publication du pamphlet de Coard n’étaient pas parvenus à répondre aux besoins d’un lectorat noir britannique. Certaines illustrations accompagnant les textes tentent de représenter la diversité des centres urbains – on croise plusieurs clients noirs et asiatiques dans la foule qui se trouve au marché dans Julie’s Story (L’Histoire de Julie) (1970) écrit par Leila Berg – mais tous les personnages principaux sont blancs. Berg déclara que l’omission était faite sciemment : la manière dont les échantillons de « Nippers » envoyés dans les écoles ont été accueillis « a montré à ma grande surprise qu’un grand nombre de directeurs trouvaient les vrais enfants blancs déjà assez difficiles à accepter. J’ai décidé avec regrets de garder les vrais enfants non-blancs […] pour la deuxième vague ».43 Cependant, quand elle en vint à la deuxième vague, Berg demanda de l’aide à ceux qui étaient déjà impliqués dans les publications spécialisées dans le lectorat noir britannique. Grâce à John la Rose, qui avait lancé la librairie et maison d’édition New Beacon, elle finit par prendre contact avec deux auteurs caribéens : Petronella Breinburg et Beryl Gilroy. Karen Sands-O’Connor, qui analyse en détail la contribution qu’a apportée « Nippers » à la littérature publiée pour le lectorat noir britannique, considère que l’inclusion de ces écrivains noirs ouvrit une phase de « changement dans les livres, un mouvement vers l’intégration (vivre les uns avec les autres en paix) plutôt que l’assimilation (un groupe minoritaire absorbé par la majorité) ».44 Ce qui est frappant ici, c’est que le racisme et le fait d’appartenir à un groupe racial minoritaire sont représentés comme faisant partie du tissu de l’expérience. Dans Tiger, Paleface and Me, écrit par Petronella Breinburg, le personnage du père caribéen plaisante en disant qu’ils n’ont obtenu leur nouvel appartement que parce que son nom de famille, dont la sonorité est écossaise, dissimule son origine ; le déménageur (blanc) partage sa satisfaction d’avoir été plus malin que les autorités, mais à part cela, le récit ne s’adresse pas explicitement aux lecteurs pour condamner (ni soutenir) le racisme. Les complexités inhérentes à l’expérience des immigrants des Caraïbes se retrouvent tissées dans l’histoire de A Visitor from Home écrite par Beryl Gilroy, dans laquelle Roy arrive fatigué et de mauvaise humeur à l’école car son oncle, arrivé la veille au soir, l’a tenu éveillé. Il a amusé la famille en racontant ses histoires et en donnant des nouvelles jusque tard dans la nuit. La crise de colère de Roy à l’école, quand il se plaint que ses camarades de classe s’en prennent à lui parce qu’il est noir, semble injustifiée (et la réponse de son professeur « tu t’en prends à moi parce que ma peau est rose » dérange), cependant, dans le contexte de l’histoire dans son ensemble, cela illustre une gêne plus profonde résultant du fait que Roy est un immigré de deuxième génération.45 L’oncle de Roy leur rend visite du « pays natal », mais Roy est chez lui à Londres et il ne se souvient même pas de son oncle (ou, implicitement, du pays d’où il vient). Cette gêne est exacerbée par la qualité de vie qu’offre Londres : les histoires de son oncle empêchent Roy de dormir parce que la famille entière est entassée dans une chambre de bonne, dans laquelle on cuisine, on mange et on dort. Cependant, la subtilité avec laquelle Gilroy traite de ce thème fait que ce livre se démarque du lot parce qu’il fait écho chez les lecteurs qui ont vécu la même chose et non parce que c’est un livre délibérément « multiculturel » ciblant un lectorat présumé composé de blancs ou de non-immigrés. Karen Sands-O’Connor remarque que « Nippers », tout comme d’autres collections publiées par des éditeurs, rédacteurs et auteurs blancs, cherchait essentiellement à « assimiler ses lecteurs noirs à la société britannique », et que c’est implicitement une société de prolétaires.46 Malgré ces défauts, « Nippers » se distingua en essayant de représenter des enfants noirs au lieu de se contenter d’admettre leur existence.

  • 47 Leila Berg, reading and loving, op. cit., p. 84. Souligné dans l’original.
  • 48 Helen Solomon, A present from the seaside, ill. John Dyke, Basingstoke, Macmillan, 1972, p. 4.
  • 49 Op. cit., p. 14.

14En cherchant à écrire des histoires qui décrivaient la vie et la langue typiques de la classe ouvrière, ainsi quelques-uns des aspects déplaisants de la vie, « Nippers » reproduisait pour les enfants quelque chose qui s’apparentait au réalisme trivial qui était apparu dans la littérature pour adultes pendant les années 1950. La volonté de Leila Berg de représenter l’enfant « tel qu’il est vraiment » allait cependant bien au-delà, s’appuyant sur la qualité de l’écriture. Sa conception singulière de la littérature pour enfants, plus représentative, s’appuyait avec force sur une approche éducative centrée sur l’enfant, celle qu’elle admirait dans le travail de Susan Isaacs et ses semblables. Les consignes destinées aux auteurs de « Nippers » plaident en faveur d’« une compréhension affectueuse et respectueuse de l’enfant – l’enfant essentiel, et pas seulement celui qui est favorisé par les circonstances ».47 Bien qu’elle rejetât l’image d’Épinal bucolique de l’enfant dominant une grande partie de la littérature pour enfants du XXe siècle, la vision que se faisait Berg de « l’enfant essentiel » adhérait aux caractéristiques de la tradition romantique qui privilégie le concept d’imagination et de jeu. Cette approche centrée sur l’enfant se manifeste dans « Nippers » par l’importance accordée à l’exploration sensorielle du monde par l’enfant. Dans A Present from the Seaside (Un Cadeau du Bord de Mer) écrit par Helen Solomon, Billy est fasciné par les « robinets argentés brillants […] les giclées d’eau claires » alors qu’elles « éclaboussent le contour de la cuvette et s’évacuent en gargouillant ».48 Dans le car en direction du bord de mer, « il sentait le métal chaud qui le brûlait à travers son T-shirt, et il sentait les frites ».49 Que ce soit dans ce qu’elle écrit pour « Nippers » ou dans ses textes non romanesques, Leila Berg met l’accent sur le jeu exploratoire en l’associant à la nourriture. Dans Susan’s Story (L’Histoire de Susan), le réconfort d’être à la maison après une tentative de fugue (avortée) est représenté par une assiette de petits gâteaux aux fruits secs faits maison :

  • 50 Leila Berg, Susan’s story, ill. Richard Rose, Basingstoke, Macmillan, 1970, p. 15.

Susan entra. Elle toucha un gâteau du doigt. Il avait une apparence dure, rugueuse et bosselée. Elle le mordit. Il était tendre, jaune et chaud. Elle se caressa le visage avec. C’était agréable.50

  • 51 Berg fait valoir ses arguments de manière plus explicite dans Look at Kids, Harmondsworth, Penguin, (...)

15De manière réaliste, Susan est grondée par sa maman pour « s’être essuyé le visage avec ces gâteaux », mais le fait que sa découverte sensorielle des biscuits passe avant sa faim souligne que ce genre d’exploration relève d’un besoin fondamental.51

  • 52 Matthew Thomson, Lost freedom: the landscape of the child and the British post-war settlement, Oxfo (...)
  • 53 Richard Freeman, « Children’s rights in the home, and the Draft Charter of Children’s Rights », in (...)
  • 54 Voir Leila Berg, « Correspondence with Cheapside Land Development Company Ltd » (1942), LBE/01, Pap (...)
  • 55 Matthew Thomson, op. cit., p. 202-3.

16Cette vision du monde centrée sur l’enfant faisait écho aux mouvements environnementaux émergents des années 1960. Matthew Thomson remarque que « L’enfant, et le fait d’essayer de regarder le monde à travers ses yeux, est l’image idéale pour lancer une nouvelle philosophie du paysage et un “environnementalisme” dont les premiers principes sont la subjectivité et les rapports d’échelle. »52 Les inquiétudes au sujet de la prolifération urbaine rejoignaient celles qui portaient sur les droits des enfants : le brouillon de la Charte des Droits de l’Enfant écrit par le centre consultatif pour l’éducation (the Advisory Centre for Education) en 1971 plaidait en faveur du droit des enfants aux aires de jeux et d’exploration physique, espaces menacés dans les zones urbaines bondées où la circulation rendait les rues trop dangereuses pour que les enfants y jouent.53 Ces problèmes avaient longtemps préoccupé Leila Berg – l’un de ses premiers actes de militantisme politique fut la rédaction d’une pétition destinée à ses propriétaires pour demander que l’accès des jardins communs alors sans surveillance soit sécurisé pour les enfants54 – et Thomson mentionne son livre intitulé Look at Kids (Regardez les Enfants) disant qu’il « souligne de manière fascinante l’importance de regarder le paysage du point de vue de l’enfant ».55 Les préoccupations politiques de Berg concernant les classes sociales, le pouvoir et l’intégration renforcent sa compréhension de l’espace. Elle revient sur sa connaissance personnelle de sa rue et de ceux qui y vivent, et dit :

  • 56 Leila Berg, Look at kids, op. cit., p. 44.

Lorsque, plus tard, j’ai rencontré des gens riches et que je les ai entendus parler avec désinvolture mais avec un amour tellement assuré de « notre » rivière, « notre » forêt, « notre » lac et de « nos » champs, j’ai été secouée. J’avais oublié que « notre » rue, bien que sordide, crasseuse et violente, c’était aussi notre territoire à nous.56

  • 57 Op. cit. p. 45.
  • 58 J.L. Carr, The red windcheater, ill. George Adamson, Basingstoke, Macmillan, 1970, p. 18.
  • 59 Leila Berg, Julie’s story, ill. Richard Rose, Basingstoke, Macmillan, 1970, p.1.
  • 60 Helen Solomon, Billy finds a pigeon, ill. John Dyke, Basingstoke, Macmillan, 1971, p. 3.
  • 61 Leila Berg, Look at kids, op. cit., p. 45.

17Berg nous dit qu’elle avait oublié, parce que « pendant ce temps, on m’avait dépossédée. Nous tous, les millions qui n’avons jamais été propriétaires de forêts ou de champs, mais qui avions la rue, avons été dépossédés ».57 « Nippers ouvre ce débat sur les enfants et l’espace à la fois directement et indirectement. Dans The Red Windcheater, un vieil homme achète un vélo parce que la sonnette “Ressemble à la voix de mamie quand elle était jeune […] Quand il n’y avait personne sur les routes et qu’on pouvait y jouer à la marelle et à la toupie et pousser des cerceaux au milieu de la rue sans jamais se faire tuer ».58 L’émotion liée à cet achat – il ne sait même pas faire de vélo – constitue une critique efficace du manque de liberté sur les voies urbaines modernes. D’autres œuvres abordent la question de l’appartenance urbaine de manière plus indirecte, en insistant sur la connaissance personnelle que les enfants se font de leur environnement. Dans Julie’s Story (L’Histoire de Julie), écrit par Berg, Julie, qui a huit ans, va au marché toute seule à pied, « elle passe devant le marchand de bonbons […] devant la caserne des pompiers […] jusqu’aux barrières où elle traverse toujours la rue ».59 Le Billy imaginé par Helen Solomon, se promène seul le long de maisons mitoyennes de mineurs qui « se ressemblent toutes. Il y avait une cour, des toilettes, la remise à charbon et la porte de derrière ».60 Ces petits détails permettent de faire passer l’idée de territoire que Berg fit ressurgir de son enfance ; ce sont de petits actes de résistance contre la volonté de « tenir les jeunes à l’écart des rues » critique-t-elle dans son livre Look at Kids.61

  • 62 Leila Berg, Reading and loving, p. 101.
  • 63 Ibid.
  • 64 Milner Holland Report on London Housing, HL Deb 29 March 1965, vol. 264. cc. 836-94
  • 65 Op. cit. pp. 98-99.
  • 66 Ibid.
  • 67 Michael Duane, cité dans la transcription de la conversation (1968)
  • 68 John Holt, cité dans la transcription, p. 5.

18La série « Nippers » connut un incroyable succès : en un an, plus d’un quart de million d’exemplaires furent vendus à la fois aux écoles, aux librairies et directement aux lecteurs.62 Cependant, l’enthousiasme avec lequel la série fut accueillie fut douché par ce que Berg décrit comme « les vocifération colériques d’une minorité » qui écrivit pour se plaindre du livre.63 Ces plaintes allaient du refus complet de croire que des enfants pouvaient vivre dans les conditions décrites dans le livre – bien qu’en 1965 le rapport de Milner Holland traitant du logement à Londres64 ait rapporté l’existence de conditions similaires – à des accusations disant que le contenu moral était « dégradant » et que les livres véhiculaient « des valeurs corrompues et des attitudes déplorables ».65 Berg qualifia ces critiques d’« autoritaires », un qualificatif qui semble parfaitement adéquat pour parler du professeur qui se plaignait que le « chef de famille ne devrait pas faire l’objet de critiques ».66 Si les détracteurs de la collection avaient le sentiment qu’elle prônait l’anti-autoritarisme, ce n’était pas sans raisons. En réalité, si l’on en croit la discussion que Berg avait organisée en 1968 avec plusieurs grands noms de l’éducation progressive, il est clair que la philosophie inclusive et centrée sur l’enfant qu’elle adoptait dans « Nippers » était étroitement associée à de l’anti-autoritarisme. Michael Duane, A.S. Neill, John Holt et le pédagogue radical écossais Robert Mackenzie organisèrent, chez Berg, un symposium informel sur l’éducation, durant lequel Duane se plaignit que les professeurs stagiaires – incarnations « du succès » du système éducatif – « dépendaient psychologiquement et entièrement d’une autorité ».67 John Holt fait le lien entre cette dépendance à l’autorité et l’aliénation que suscite le système éducatif, qui « dit, en réalité, à l’enfant que son expérience et ses sentiments […] ne comptent pas ».68 À travers « Nippers », la tentative pour reconnaître l’expérience et les sentiments des enfants de la classe ouvrière relevait par conséquent d’une posture anti-autoritaire. Cette attitude de défi est évidente dans le livre de Leila Berg intitulé Lesley’s Story (L’Histoire de Lesley) (1968), dans lequel Lesley essaie de raconter une histoire imitant un conte de fée traditionnel qu’elle a (probablement) entendu à l’école, mais est continuellement interrompue et questionnée par son petit frère, Jimmy :

  • 69 Leila Berg, Lesley’s Story, ill. Richard Rose, Basingstoke, Macmillan, 1968, p. 3.

« Il était une fois, une fille. Et elle vivait dans un cottage dans la forêt. »
« C’est quoi un cottage ? » demanda Jimmy.
« Ah mais tu sais bien ce que c’est un cottage, » répondit Lesley. « C’est dans les histoires. Les gens vivent dedans. »
« Tu veux dire un appartement. » rétorqua Jimmy.69

19La tentative de Lesley d’affirmer son autorité en insistant sur le modèle de fiction qu’elle a appris est discréditée lorsqu’elle essaie de montrer comment un prince s’y prendrait pour regarder à travers une épaisse haie, et qu’elle se coince la tête entre les barreaux de la grille. L’histoire montre de manière subtile aux enfants qui lisent le livre que leur expérience du monde peut en effet se révéler plus utile que la version qui leur est offerte à l’école.

  • 70 Beryl Gilroy, Knock at Mrs Herbs, ill. Shyam Varma, Basingstoke, Macmillan, 1973, p. 19.
  • 71 Ibid, p. 23.
  • 72 Karen Sands-O’Connor, op. cit., p. 46.

20Paradoxalement, bien que la série « Nippers » montre à la fois un esprit anti-autoritaire et un contenu révolutionnaire, elle avait aussi le but d’inculquer aux enfants une attitude envers la lecture et l’éducation qui les aiderait à s’intégrer à la culture dominante (majoritairement de classe moyenne). Si la collection montre ouvertement des adultes paresseux, en colère, ou injustes, ces défauts sont rarement attribués à des professeurs. Dans le livre de Denise Robertson intitulé The New Pet (1973) (Le Nouvel Animal Domestique), « la professeure de Brian est jeune et jolie. ‘Assez gentille’, dit Brian, ce qui veut dire qu’elle est formidable. » Dans The Lost Money (L’Argent Perdu), c’est le professeur compatissant de Frankie qui l’aide à récupérer le billet d’une livre sterling mis à la poste par inadvertance. Alors que dans A Visitor from Home, le professeur compatit avec Roy et son explosion de colère à l’école, due à la fatigue. Dans une autre histoire intitulée Knock at Mrs Herbs’ (1973) (Frappe chez Mme Herbs) qui évoque également Roy, Beryl Gilroy clarifie très bien les priorités de « Nippers ». Roy rentre à la maison et s’aperçoit que sa mère et sa petite sœur n’y sont pas. La famille a un système pour indiquer où chacun se trouve – par exemple, un mouchoir noué à la poignée de la porte signifie qu’on est à la laverie – mais la mère de Roy n’a laissé aucun signe. On découvre qu’elle a amené le bébé à l’hôpital, mais « on n’a pas de signe pour l’hôpital ».70 Lorsque que, le lendemain, Roy parle de cet épisode à sa maîtresse, elle fait en sorte que toute la classe fabrique des écriteaux, lui promettant « tu auras toujours un écriteau disponible ».71 Comme l’observe Karen Sands-O’Connor, cet épisode « amène Roy à découvrir les mots […] les auteurs de « Nippers » n’acceptaient pas que les communautés de la classe ouvrière ou des Noirs britanniques soient celles qui ne lisent pas ».72 En réalité, il n’y a pas de raison pour que les écriteaux préparées par la classe de Roy soient plus utiles que le système de symboles mise au point par cette famille caribéenne, puisque rien ne garantit que ne surgisse une situation pour laquelle il n’y a pas d’écriteau. Rien d’étonnant à ce qu’une collection créée par une maison d’édition spécialisée dans l’éducation, dans un contexte scolaire et à l’usage des instituteurs, mette l’accent sur l’importance de l’éducation ; néanmoins, cette hiérarchie des valeurs entre en contradiction avec la philosophie inclusive et anti-autoritaire de « Nippers ».

  • 73 Arthur Marwick, op. cit., p. 13.
  • 74 John Newsom, Half Our Future, London, HMSO, 1963, p. v, p. xiv
  • 75 Bridget Plowden, Children and Their Primary Schools, London, HMSO, 1967, p.7.
  • 76 Ibid, p. 587.
  • 77 Leila Berg, Reading and loving, op. cit., p. 98.

21La philosophie de « Nippers » n’était cependant pas en conflit avec la tendance générale de l’époque en matière d’éducation, malgré la « minorité bruyante » de ses détracteurs. Arthur Marwick prétend que les transformations apportées par les années soixante sont à attribuer au pouvoir en place, qui a « répondu avec flexibilité et tolérance aux exigences de la contre-culture ».73 « Nippers » doit son existence à ce type de convergence entre les idéaux de la contre-culture et la tendance dominante. Après tout, cette publication avait été commandée par un éditeur – Michael Wace – travaillant au sein d’une maison d’édition traditionnelle reconnue. On l’a dit, Wace semble avoir été plus séduit que troublé par les convictions de gauche de Berg ; quoi qu’il en soit, il a probablement saisi l’occasion de profiter des tendances du moment en termes d’éducation. Le Rapport Newsom (1963) accentuait l’attention portée aux besoins culturels de la classe ouvrière et des groupes sociaux défavorisés ; il abordait le problème de l’ éducation des « élèves de 13 à 16 ans de compétence moyenne ou inférieure à la moyenne » en insistant sur la conviction que « chacun d’eux est un individu dont l’esprit a besoin d’éducation tout comme son corps a besoin de nourriture ».74 Le Rapport Plowden (1967) consacré aux « Enfants et leur école primaire », fut construit à partir de certaines des recommandations du Rapport Newsom et allait devenir une référence en matière d’éducation progressive en Grande Bretagne. S’inspirant beaucoup des théories de Piaget sur le développement de l’enfant, il part de l’hypothèse que « l’enfant est au cœur du processus pédagogique », précisant que les initiatives pédagogiques doivent être « en harmonie avec la nature de l’enfant ».75 Le Rapport Plowden traite explicitement de la qualité des livres de lecture utilisés à l’école en employant presque exactement les termes figurant dans les instructions de Leila Berg pour l’écriture de « Nippers ». « L’univers de la classe moyenne dépeint dans les textes et illustrations est souvent étranger aux enfants, les personnages sont fantomatiques, le contenu est puéril, le texte est plat et manque de rythme ».76 Il est difficile de savoir si Berg avait lu le rapport avant d’écrire ses instructions pour « Nippers » ; ce qui est clair en revanche, c’est que ce rapport montre un rapprochement avec les courants de pensée pédagogiques auxquels Berg adhérait depuis des décennies. Sa publication créa une ambiance propice au lancement de la série : il y eut au moins un professeur pour affirmer que c’est sur la base du rapport qu’il avait choisi de travailler avec « Nippers ».77

  • 78 Lucy Pearson, op. cit., p.49.
  • 79 Rosemary Stones, « 13 Other Years: The Other Award 1975-1987 », Books For Keeps, 53 (novembre 1988) (...)
  • 80 Jacqueline Wilson, dans Lucy Pearson, « A Writing Life: Interview with Jacqueline Wilson », Jacquel (...)

22Le fait que la collection « Nippers » ne soit pas simplement une initiative isolée, mais qu’elle fasse partie d’un plus vaste mouvement culturel, aida à garantir à la série et à Leïla Berg elle-même un héritage durable. Le mouvement pour les droits de l’enfant continua à prendre de la vitesse dans la première moitié des années 1970, avec l’aide de Leila Berg en personne : tout comme Michael Duane, John Holt and A.S. Neill, elle faisait partie du comité consultatif de rédaction du périodique intitulé Children’s Rights (Les Droits de l’Enfant) lancé en 1971, et elle participa à la création d’une collection novatrice intitulée Children’s Rights (1971) (Les Droits de l’Enfant). Leur participation inspira Rosemary Stones et Andrew Mann, les fondateurs du Children’s Rights Workshop (l’Atelier sur les Droits de l’Enfant) en 1973. Le CRW se concentrait principalement sur les livres pour enfants et initia le Children’s Book Bulletin (Le Bulletin des livres pour enfants) pour informer sur les avancées progressives en matière de livres pour enfants, ainsi qu’une série de brochures sur des thèmes tels que le racisme, le sexisme, la représentation des classes sociales dans la littérature pour enfants.78 En 1975, le CRW lança aussi la récompense Other Award (l’Autre Prix), qui avait pour but de récompenser les livres offrant « une plus vaste et une plus juste représentation de l’expérience et des situations que les individus traversent ».79 Ces faits nouveaux n’étaient pas réservés au cercle des éditeurs spécialisés, mais étaient de plus en plus largement partagée dans l’ensemble de la littérature : l’année où la récompense Other Award fut fondée, ce fut Robert Westall qui remporta la prestigieuse récompense Carnegie Medal pour son œuvre intitulée The Machine Gunners (1975). The Machine Gunners, publié par la section jeunesse de Macmillan, met en scène des enfants de la classe ouvrière qui non seulement parlent dans leur dialecte et jurent, mais se comportent aussi « comme de tels garnements » qu’ils cachent à la fois une mitraillette et un pilote allemand. Son désir de représenter la vie authentique de la classe ouvrière, accompagné de son intérêt pour des thèmes comme le pouvoir des enfants, l’accès à l’espace et le sens de la collectivité, font de cette œuvre un parent proche de « Nippers ». Carrie’s War (La Guerre de Carrie) (1973) écrit par Nina Bawden est un autre exemple de roman sur la Deuxième Guerre mondiale et montre aussi une approche semblable à celle de Berg qui met l’accent sur les impressions de l’enfance en utilisant les sens et les émotions. La série fit des émules puisque plusieurs auteurs de « Nippers » connurent la célébrité en tant qu’auteurs de livres pour enfants. Les histoires de Jonny Briggs écrites par Joan Eadlington connurent la gloire dans les années 1980 grâce au succès des adaptations réalisées par la BBC, alors qu’une autre auteure de « Nippers », Jacqueline Wilson, devint l’un des auteurs de fictions réalistes pour enfants et jeunes les plus reconnus du Royaume-Uni. Wilson n’écrivit qu’un seul livre pour « Nippers » – Ricky’s Birthday (L’Anniversaire de Ricky), (1973) fut son premier livre pour enfants – mais rend hommage à la série pour lui avoir fait prendre conscience de ses talents d’auteure de livres de ce genre. Reconnaissant en « Nippers » comme « un territoire qui [lui] convient » elle fit de ce territoire le sien : à ce jour, elle a publié plus de 100 livres et est parmi les auteurs les plus empruntés dans les bibliothèques du Royaume-Uni.80 Le fait que de nombreux livres de la série « Nippers » furent publiés à l’étranger – traduits en suédois, en danois, en français et en hollandais – suggère que la série était en phase avec les publications innovantes de l’époque, partout ailleurs en Europe, participant ainsi au vaste « Moment 68 » dans le domaine de la littérature pour enfants.

23Dans les années 1970, la collection « Nippers » ne fut pas à elle seule responsable de la mutation vers une littérature plus audacieuse et socialement réaliste, mais elle fut à l’avant-garde de ce mouvement. Elle illustre l’importance de l’année 1968 comme moment décisif : comme beaucoup d’autres penseurs radicaux de l’époque, Leila Berg ne sortait pas de nulle part à la fin des années soixante. Au contraire, ses décennies de militantisme politique et son intérêt de toujours pour la pédagogie progressive lui permirent de saisir la chance que représentait « Nippers » pour mettre en œuvre un véritable projet radical.

Haut de page

Bibliographie

Avery, Gillian, Nineteenth Century children: heroes and heroines in English children’s stories 1780-1900, London, Hodder & Stoughton, 1965.

Berg, Leila, « Moving towards self-government », dans Children’s rights: towards the liberation of the child, ed. Julian Hall, London, Panther Books, 1972.

Berg, Leila, « Correspondence with Cheapside Land Development Company Ltd » (1942), LBE/01, Papers of Leila Berg, Institute of Education, University of London.

Berg, Leila, « Record of a conversation » (septembre 1968), LBe/2, Papers of Leila Berg, Institute of Education, University of London.

Berg, Leila, « The five-year gap », The Guardian (20 novembre, 1967), p. 6.

Berg, Leila, Julie’s story, ill. Richard Rose, Basingstoke, Macmillan, 1970.

Berg, Leila, Lesley’s Story, ill. Richard Rose, Basingstoke, Macmillan, 1968.

Berg, Leila, Look at Kids, Harmondsworth, Penguin, 1972.

Berg, Leila, Reading and loving, London, Routledge and Keegan Paul, 1977.

Berg, Leila, Risinghill: death of a comprehensive school, Harmondsworth, Penguin, 1968.

Berg, Leila, Susan’s story, ill. Richard Rose, Basingstoke, Macmillan, 1970.

Berg, Leila, à Michael Wace (décembre 1967), LB/01/03/17, Leila Berg Collection, Seven Stories: the National Centre for Children’s Books.

Brearley, M., « Review: Risinghill: Death of a Comprehensive School by Lelia Berg », British Journal of Educational Studies, 16:3 (octobre 1968), p. 346-347.

Breinburg, Petronella, Tiger, Paleface and me, ill. Richard Rose, Basingstoke, Palgrave Macmillan, 1976.

Carr, J.L., The red windcheater, ill. George Adamson, Basingstoke, Macmillan, 1970.

Chambers, Aidan, The reluctant reader, London, The Pergamon Press, 1969.

Chilton, Irma, The Lamb, ill. Dorothy Clark, Basingstoke, Macmillan, 1973.

Cockett, Mary, The lost money, ill. Mary Dinsdale, Basingstoke, Macmillan, 1968.

Freeman, Richard, « Children’s rights in the home, and the Draft Charter of Children’s Rights », dans Rights of children: report of the first National Conference on children’s rights, ed. Mark Vaughan, London, National Council for Civil Liberties, 1972, pp. 10-12.

Gilroy, Beryl, A visitor from home, ill. Shyam Varma, Basingstoke, Macmillan, 1973.

Gilroy, Beryl, Knock at Mrs Herbs, ill. Shyam Varma, Basingstoke, Macmillan, 1973.

Greville, Charles, « CENSORED: Sir Allen orders the Puffin Club to drop psychedelic », Daily Mail, lundi 27 février 1967, p. 4.

Holt, John, How children fail, London, Sir Isaac Pitman and Sons, 1964.

Johnson, Lorraine and Brian Alderson, « Learning to read », The Ladybird story: children’s books for everyone, London, The British Library, 2014.

Limond, David, « Risinghill and the Ecology of Fear », Educational Review, 54:2 (2002), p. 165-172.

Limond, David, « Risinghill Revised », History of Education, 31:6, 2002, p. 611-622.

Macmillan Education, « Nippers and new Little Nippers », brochure publicitaire (c. 1972), LB/06/01/02, f.1. Leila Berg Collection, Seven Stories, the National Centre for Children’s Books.

Marwick, Arthur, The sixties: cultural revolution in Britain, France, Italy and the United States, c. 1958 - c.1974, Oxford, Oxford University Press, 1998.

McNeill, Janet, The family upstairs, ill. Trevor Stubley, Basingstoke, Macmillan, 1973.

Milner Holland, Report on London Housing, HL Deb 29 March 1965, vol. 264. cc. 836-94.

Newsom, John, Half Our Future, London, HMSO, 1963.

Pearson, Lucy, « A Writing Life: Interview with Jacqueline Wilson », Jacqueline Wilson: A New Casebook, ed. Lucy Pearson, Basingstoke, Palgrave Macmillan, 2015, p. 198-212.

Pearson, Lucy, The making of modern children’s literature in Britain: publishing and criticism in the 1960s and 1970s, Farnham, Ashgate, 2013.

Plowden, Bridget, Children and Their Primary Schools, London, HMSO, 1967.

Robertson, Denise, The new pet, ill. John Dyke, Basingstoke, Macmillan, 1973.

Sands-O’Connor, Karen, Children’s book publishing for the Black British child, Basingstoke, Palgrave Macmillan, 2017.

Solomon, Helen, Billy finds a pigeon, ill. John Dyke, Basingstoke, Macmillan, 1971.

Solomon, Helen, A present from the seaside, ill. John Dyke, Basingstoke, Macmillan, 1972.

Stones, Rosemary, « 13 Other Years: The Other Award 1975-1987 », Books For Keeps, 53 (novembre 1988), consulté le 6 juin 2017. URL: http://www.booksforkeeps.co.uk/issue/53/childrens-books/articles/other-articles/awards.

Thomson, Matthew, Lost freedom: the landscape of the child and the British post-war settlement, Oxford, Oxford University Press, 2013.

Westall, Robert, The machine gunners, Basingstoke, Macmillan, 1975.

Wilson, Jacqueline, Ricky’s birthday, ill. Margaret Belsky, Basingstoke, Macmillan, 1973.

Nota Bene : une partie de la collection « Nippers » a été traduite par Hatier en 1978, sous le titre (assez mal choisi) de collection « Rigaudon », dans des traductions d’Isabelle Lamblin :

Berg Leila, L’Histoire de Paul (Paul’s Story), illustrations de Richard Rose (n°1).

Berg Leila, L’Histoire de Suzanne (Susan’s Story), illustrations de Richard Rose (n°2).

Berg Leila, L’Histoire d’Agnès, illustrations de Richard Rose (n°3).

Berg Leila, L’Histoire de Robert (Robert’s Story), illustrations de Richard Rose (n°4).

Berg Leila, L’Histoire de Julie (Julie’s Story), illustrations de Richard Rose (n°5).

Berg Leila, L’Histoire de Lisa, illustrations de Richard Rose (n°6).

Mac Neill Janet, La Première Neige (It’s Snowing Outside), illustrations de Prudence Seward, (n°7).

Pickering Peter, Oncle Max (Uncle Norman), illustrations de Julius (n°8).

Robertson Denise, Drôles de petites bêtes (New Pet), illustrations de John Dyke (n°9).

Robertson Denise, La Nouvelle voiture (New Car), illustrations de John Dyke (n°10).

Tuft Nancy, Une nouvelle maison pour Puce (Scruff’s New Home), illustrations de Prudence Seward (n°11).

Creswell Helen, Le Premier Poisson de Jean (John’s First Fish), illustrations de Prudence Seward, (n°12).

Haut de page

Notes

1 Charles Greville, « CENSORED: Sir Allen orders the Puffin Club to drop psychedelic », Daily Mail, lundi 27 février, 1967, p. 4.

2 Voir Lucy Pearson, The making of modern children’s literature in Britain: publishing and criticism in the 1960s and 1970s, Farnham, Ashgate, 2013, pp. 73-118 pour plus d’informations sur la réputation de Puffin en tant qu’éditeur de « qualité ».

3 Aidan Chambers, The reluctant reader, London, The Pergamon Press, 1969, p. 67.

4 Les problèmes de périodisation se manifestent par un désaccord général concernant le début exact et la fin de cet « âge d’or ». Voir Pearson, op. cit., pp. 1-13.

5 Voir Marwick, Arthur, The sixties: cultural revolution in Britain, France, Italy and the United States, c. 1958 - c.1974, Oxford, Oxford University Press, 1998.

6 Arthur Marwick, The sixties: cultural revolution in Britain, France, Italy and the United States, c. 1958 - c.1974, Oxford, Oxford University Press, 1998, p. 7.

7 Lorraine Johnson and Brian Alderson, « Learning to read », The Ladybird story: children’s books for everyone, London, The British Library, 2014, p. 100.

8 Ibid, pp. 104-121.

9 Leila Berg, Reading and loving, London, Routledge and Keegan Paul, 1977, p. 83.

10 Les premiers livres de la collection « Nippers » datent de 1968 ; cependant, il semble que même si les échantillons furent envoyés aux écoles cette année-là, la collection ne fut pas formellement lancée avant le début de 1969.

11 Macmillan Education, « Nippers and new Little Nippers », brochure publicitaire (c. 1972), LB/06/01/04/02, p. 4. Leila Berg Collection, Seven Stories, the National Centre for Children’s Books.

12 Karen Sands-O’Connor a récemment commencé à se pencher sur ce fossé : elle consacre tout un chapitre à Leila Berg et à Nippers dans son œuvre révolutionnaire intitulée Children’s book publishing for the Black British child, Basingstoke, Palgrave Macmillan, 2017, où elle réfléchit à ce que la série a apporté à l’écriture par et pour les groupes éthiques noirs et minoritaires.

13 Leila Berg, op. cit, p. 83.

14 Ibid.

15 Karen Sands-O’Connor, op. cit., p. 4.

16 Voir Pearson, op. cit., pp. 119-168.

17 Leila Berg, Risinghill: death of a comprehensive school, Harmondsworth, Penguin, 1968, p. 118.

18 David Limond, « Risinghill and the Ecology of Fear », Educational Review, 54:2 (2002), p. 165-172, p. 166. Limond reproche au compte rendu que fait Berg de Risinghill son ton polémique, mais son résumé de l’approche de Duane est similaire à ce compte rendu.

19 Leila Berg, op. cit., p.8.

20 Une critique dans the British Journal of Educational Studies au moment de la publication décrit bien la controverse concernant le compte rendu de Berg dans Risinghill. David Limond a examiné Risinghill et Michael Duane de très près. Voir M. Brearley, « Review: Risinghill: Death of a Comprehensive School by Lelia Berg », British Journal of Educational Studies, 16:3 (octobre 1968), p. 346-347; David Limond, « Risinghill and the Ecology of Fear », op. cit.; David Limond, « Risinghill Revised », History of Education, 31:6, 2002, p. 611-622.

21 Leila Berg, « Moving towards self-government », in Children’s rights: towards the liberation of the child, ed. Julian Hall, London, Panther Books, 1972, pp. 9-53, p. 24.

22 Leila Berg, Risinghill, op. cit., p. 117; ibid, p. 65.

23 Leila Berg, op. cit., p. 7.

24 Berg fit une transcription de cette conversation dans le but de la publier, elle est donc immortalisée. « Record of a conversation » (septembre 1968), LBe/2, Papers of Leila Berg, Institute of Education, University of London.

25 Leila Berg, op. cit., p. 44; ibid, p. 45.

26 Op. cit. p. 11-12.

27 Op. cit., pp. 108-111.

28 Op. cit. p. 92.

29 Leila Berg, « The five-year gap », The Guardian (20 novembre, 1967), p. 6.

30 Leila Berg, Reading and loving, op. cit., p. 84.

31 Leila Berg, Reading and loving, op. cit., p. 84.

32 Certains de ces livres représentent des enfants vivant dans un environnement rural : The Lamb (1973) d’Irma Chilton, par exemple, décrit le travail quotidien dans une ferme du Pays de Galle.

33 Lelia Berg, Risinghill, op. cit., p. 48. Berg remarque que la maison de Reading and Loving avait servi de modèle pour celle de Fish and Chips for Supper (op. cit., p. 97.)

34 La « Dutch auction » dont il est question dans le roman est une « adjudication à la hollandaise », c’est-à-dire une vente aux enchères – dans le cas présent de biens d’occasion – durant laquelle le vendeur commence par le montant le plus élevé et propose successivement des montants moindres jusqu’à ce que quelqu’un fasse une offre.

35 Leila Berg, Reading and loving, op. cit. p. 88.

36 Ibid.

37 John Holt, How children fail, London, Sir Isaac Pitman and Sons, 1964, p. 173.

38 Gillian Avery, Nineteenth Century children: heroes and heroines in English children’s stories 1780-1900, London, Hodder & Stoughton, 1965, p. 227.

39 Mary Cockett, The lost money, ill. Mary Dinsdale, Basingstoke, Macmillan, 1968, p.12.

40 Leila Berg, Risinghill, op. cit., p. 142.

41 Voir Karen Sands-O’Connor, op. cit. pour une version plus complète de la discussion sur le discours concernant l’éducation des Noirs britanniques et l’œuvre des éditeurs noirs de livres pour enfants de l’époque.

42 Bernard Coard, cité dans Karen Sands-O’Connor, op. cit., p. 61.

43 Leila Berg, Reading and loving, p. 94.

44 Karen Sands-O’Connor, op. cit., p. 43.

45 Beryl Gilroy, A visitor from home, ill. Shyam Varma, Basingstoke, Macmillan, 1973, p. 16—17.

46 Op. cit,. p. 49.

47 Leila Berg, reading and loving, op. cit., p. 84. Souligné dans l’original.

48 Helen Solomon, A present from the seaside, ill. John Dyke, Basingstoke, Macmillan, 1972, p. 4.

49 Op. cit., p. 14.

50 Leila Berg, Susan’s story, ill. Richard Rose, Basingstoke, Macmillan, 1970, p. 15.

51 Berg fait valoir ses arguments de manière plus explicite dans Look at Kids, Harmondsworth, Penguin, 1972, p. 20-21.

52 Matthew Thomson, Lost freedom: the landscape of the child and the British post-war settlement, Oxford, Oxford University Press, 2013, p. 188.

53 Richard Freeman, « Children’s rights in the home, and the Draft Charter of Children’s Rights », in Rights of children: report of the first National Conference on children’s rights, ed. Mark Vaughan, London, National Council for Civil Liberties, 1972, pp. 10-12.

54 Voir Leila Berg, « Correspondence with Cheapside Land Development Company Ltd » (1942), LBE/01, Papers of Leila Berg, Institute of Education, University of London.

55 Matthew Thomson, op. cit., p. 202-3.

56 Leila Berg, Look at kids, op. cit., p. 44.

57 Op. cit. p. 45.

58 J.L. Carr, The red windcheater, ill. George Adamson, Basingstoke, Macmillan, 1970, p. 18.

59 Leila Berg, Julie’s story, ill. Richard Rose, Basingstoke, Macmillan, 1970, p.1.

60 Helen Solomon, Billy finds a pigeon, ill. John Dyke, Basingstoke, Macmillan, 1971, p. 3.

61 Leila Berg, Look at kids, op. cit., p. 45.

62 Leila Berg, Reading and loving, p. 101.

63 Ibid.

64 Milner Holland Report on London Housing, HL Deb 29 March 1965, vol. 264. cc. 836-94

65 Op. cit. pp. 98-99.

66 Ibid.

67 Michael Duane, cité dans la transcription de la conversation (1968)

68 John Holt, cité dans la transcription, p. 5.

69 Leila Berg, Lesley’s Story, ill. Richard Rose, Basingstoke, Macmillan, 1968, p. 3.

70 Beryl Gilroy, Knock at Mrs Herbs, ill. Shyam Varma, Basingstoke, Macmillan, 1973, p. 19.

71 Ibid, p. 23.

72 Karen Sands-O’Connor, op. cit., p. 46.

73 Arthur Marwick, op. cit., p. 13.

74 John Newsom, Half Our Future, London, HMSO, 1963, p. v, p. xiv

75 Bridget Plowden, Children and Their Primary Schools, London, HMSO, 1967, p.7.

76 Ibid, p. 587.

77 Leila Berg, Reading and loving, op. cit., p. 98.

78 Lucy Pearson, op. cit., p.49.

79 Rosemary Stones, « 13 Other Years: The Other Award 1975-1987 », Books For Keeps, 53 (novembre 1988), consulté le 6 juin 2017. URL: http://www.booksforkeeps.co.uk/issue/53/childrens-books/articles/other-articles/awards.

80 Jacqueline Wilson, dans Lucy Pearson, « A Writing Life: Interview with Jacqueline Wilson », Jacqueline Wilson: A New Casebook, ed. Lucy Pearson, Basingstoke, Palgrave Macmillan, 2015, p. 198-212, p. 200.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Lucy Pearson, « Le Droit de Lire : les Droits de l’Enfant et la littérature pour enfants en Grande Bretagne », Strenæ [En ligne], 13 | 2018, mis en ligne le 15 mai 2018, consulté le 19 juillet 2018. URL : http://journals.openedition.org/strenae/1870 ; DOI : 10.4000/strenae.1870

Haut de page

Auteur

Lucy Pearson

  Lucy Pearson est conférencière en littérature jeunesse à l’Université de Newcastle en Angleterre. Ses recherches portent sur le développement de la littérature jeunesse britannique au vingtième siècle. Sa monographie The Making of Modern Children’s Literature: British Children’s Publishing in the 1960s and 1970s (2013) examine la formation du « deuxième âge d’or » de l’édition jeunesse britannique au travers de deux collections éditoriales : Puffin, collection de livres de poche dominant le marché, et la collection pour adolescents méconnue Topliner. Elle travaille actuellement à une nouvelle histoire de la médaille Carnegie. School of English Literature, Language and Linguistics Newcastle University Newcastle upon Tyne NE1 7RU +44 (0) 191 208 3894  

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals