Navigation – Plan du site
Dossier thématique

Le ‘68 des enfants : introduction

Children’s 68: introduction
Sophie Heywood
Traduction de Cécile Boulaire et Laurent Gerbier
Cet article est une traduction de :
Children’s 68: introduction

Texte intégral

1Dans les années qui entourent 1968, les livres et les médias pour enfants sont emportés dans le tourbillon de contestation et d’agitation contre-culturelle qui caractérise l’époque. Un nouveau motif fait son apparition : c’est la version enfantine du poing levé des révolutionnaires. Il apparaît sous forme de logo imprimé, brandissant parfois une sucette, souvent orné d’un visage enfantin, ou bien sous forme de badges distribués avec les magazines, et il devient même le sujet d’une histoire toute entière avec l’album allemand Fünf Finger sind eine Faust (Cinq doigts font un poing, 1969). Certains livres ont l’air franchement révolutionnaires. Le large disque rouge sur un fond vert vif formant la couverture du livre de Iela Mari Il palloncino rosso (Histoire d’une petite bulle rouge, 1967) rappelle les drapeaux des mouvements de libération du Tiers Monde. D’autres albums affichent des couleurs révolutionnaires comme le rouge et le noir, ou déploient un impact visuel qui s’inspire de la célèbre école polonaise de l’affiche ou du Push Pin studio. Il y a aussi des manifestes incitant à la révolte. C’est un thème favori de l’édition enfantine scandinave, qui produit l’incendiaire Den lille røde bog for skoleelever (Le Petit livre rouge des écoliers et des lycéens, 1969) enseignant aux enfants que « tous les adultes sont des tigres de papier », et le livre de Frances Vestin Handbok i barnindoktrinering (Manuel de contre-endoctrinement pour enfant, 1969) qui incite systématiquement à apprendre aux enfants à désobéir dès le plus jeune âge. Les Danois produisent des programmes télévisés très politisés, destinés aux jeunes enfants, comme Cirkeline og flugten fra Amerika (Cirkeline fuit l’Amérique, 1970), montrant des scènes de violence policière à l’encontre des Black Panthers. Même en Grande-Bretagne, pourtant relativement épargnée par les événements de 1968, on voit le magazine Children’s rights (Les Droits des enfants) publier un numéro spécial « Children’s Bust Book », qui enseigne aux enfants comment résister à une arrestation, tandis que les deux principaux procès célèbres pour obscénité du début des années 1970 concernaient des publications contre-culturelles ouvertement destinées à des écoliers (notamment le Petit livre rouge mentionné plus haut). Quelque chose est en train de se passer, à l’échelle européenne, dans la culture enfantine. Mais quels liens entretiennent entre eux tous ces faits, et en quoi ce moment est-il significatif ?

Ill. 1 : Logo, « Du côté des petites filles », éditions des femmes

Ill. 2 : « Il faut agir ! », badge distribuée avec la magazine Okapi

Ill. 3 : Brigitte Wengoborski, première et quatrième de couverture, Fünf Finger sind eine Faust (Cinq doigts sont un poing), Basis Verlag, 1969

Ill. 4 : Couverture, « The Children’s bust book », supplément au Children’s rights, mai-juin 1972

  • 1 Voir par exemple le numéro de la Revue des livres pour enfants intitulé « 1965-1975, la mutation d' (...)
  • 2 From Superman to Social Realism: Children’s media and Scandinavian childhood, Amsterdam, John Benja (...)
  • 3 Paola Vassali, « Pagine rivoluzionarie », dans Silvana Sola and Paola Vassali (dir.), I nostri anni (...)
  • 4 Voir par exemple Lucy Pearson, The making of modern children’s literature in Britain. Publishing an (...)
  • 5 Voir à ce sujet les comptes-rendus par Arthur Marwick de 1968: The World Transformed et Les Années (...)
  • 6 Mathew Thomson, Lost Freedom: The Landscape of the Child and the British Post-War Settlement, Oxfor (...)

2Pour la plupart, les historiographies nationales ainsi que, par conséquent, les fabriques de mythes autour de cette période ont souligné à quel point 1968 fut un point de bascule dans la culture enfantine, bien que cette périodisation ne soit pas forcément admise par toutes les traditions académiques. Sans surprise, les publications françaises ont commémoré 1968, des éditeurs et des artistes évoquant leur passé soixante-huitard et soulignant combien cette époque avait changé leur manière de travailler, notamment en leur permettant de vendre de la littérature enfantine expérimentale1. Dans son article consacré à l’Allemagne de l’ouest, Mathilde Lévêque discerne en effet une « césure nette » modifiant profondément les livres pour enfants dans leur forme, dans leurs thématiques et dans les fonctions qui leur sont assignées. Helle Strandgaard Jensen voit pour sa part une « violente rupture » dans la culture enfantine scandinave, au moment où une nouvelle génération de professionnels de l’enfance reproche à tous les produits médiatiques destinés à la jeunesse d’être inappropriés, ce qui provoque « rien de moins qu’une révolution2 ». Pour ce qui est de l’Italie, Paola Vassali évoque une explosion de créativité et de vitalité qui révolutionne les livres pour enfants3. L’idée qui revient est celle de la rupture, d’un intense désir de rébellion. Par contraste, cette périodisation est massivement absente de l’historiographie britannique – les « swinging sixties » ne constituent pas un épisode important du récit britannique concernant la littérature jeunesse de la modernité.4 Est-ce parce que les bouleversements politiques, sociaux et culturels n’ont pas affecté les livres pour enfants ? Ou n’est-ce pas plutôt parce qu’il s’agit d’un cadre européen et américain permettant de comprendre un phénomène qui n’a pas encore été bien identifié pour les îles britanniques ? Par exemple, le concept de « 1968 » laissait sceptique l’historien britannique Arthur Marwick, qui donna à son ouvrage consacré à cette période de turbulences culturelles et politiques en Grande-Bretagne, en Europe et aux États-Unis le titre Les Années soixante5. Pourtant, les articles de Lucy Pearson, Jonathan Bignell et David Buckingham dans ce numéro considèrent que le  concept de « 1968 » est un prisme pertinent à travers lequel examiner les enfants et leurs médias en Grande-Bretagne ; et l’étude par Mathew Thomson des changements subis par le « paysage » de l’enfance depuis l’après-guerre en Grande Bretagne se referme sur les années 1970, considérant que cette période constitue une césure importante, lorsque la « révolution permissive modifia ce que les enfants pouvaient faire, comment ils étaient entendus, et ce que les adultes pouvaient légalement faire pour les contrôler6 ». Tout ceci suggère qu’une approche comparative internationale de ce moment précis pourrait permettre de dépasser les historiographies nationales et de s’attacher à la dimension transnationale du 1968 des enfants, si possible au-delà des étiquettes et des périodisations communément admises.

  • 7 Ainsi l’essai de Martin Klimke et Joachim Scharloth, 1968 in Europe. A History of Protest and Activ (...)
  • 8 Daniel J. Sherman, Ruud van Dijk, Jasmine Alinder et A. Aneesh (dir.) The Long 1968: Revisions and (...)
  • 9 « Rethinking May 68 », Julian Jackson, Anna-Louise Milne, et James Williams (dir.) May 68: Rethinki (...)

3L’idée qu’il puisse y avoir un « 1968 des enfants » est récente et, à première vue, on ne voit pas très bien où la rattacher au grand récit de 68. Il est évident que sur les barricades les étudiants et les travailleurs ne se battaient par pour des livres pour enfants plus innovants. D’ailleurs, depuis les deux grandes commémorations de 1968, en 1998 puis en 2008, la tendance historiographique a consisté à replacer les événements de 1968 dans le contexte plus large des mouvements contestataires et des tumultes contre-culturels qui se sont manifestés dans ces années-là tout autour du globe. Dans ce schéma, 1968 était une étape significative au sein des changements sociaux et culturel profonds engagés au cours des « longues » années soixante (qui s’étirent de la seconde partie de la décennie 1950 jusqu’à la décennie 1970, et même parfois jusqu’en 1980 selon certaines études7). Les historiens ont commencé à utiliser les expressions « les années 1968 » ou « le long 1968 » pour désigner cette ère de protestation globale. Dans une large mesure, ce déplacement a conduit les historiens à dépasser ce qui, selon Sherman et ses collègues, « commençait à ressembler au traitement canonique des événements centré sur des figures familières situées sur l’axe Paris-Berkeley », et à inclure des événements, des groupes, des idées, des lieux et des acteurs jusque là exclus de la perspective8. Comme l’écrit Julian Jackson, « nous devons explorer “mai 68” spatialement, sociologiquement, chronologiquement et thématiquement9 ». Dans ce numéro, nous défendrons l’idée que ce décentrement des années 1968 devrait nous engager à tourner notre attention vers la culture enfantine. L’hypothèse du projet « le 68 des enfants » est que la nature-même de 1968, particulièrement tel qu’il s’est déroulé en Europe occidentale et aux États-Unis, souligne l’importance des enfants et de leur culture.

4Cette brève introduction (de même que l’ensemble du numéro) ne prétend pas être exhaustive, ni même complète. Elle ambitionne plus modestement d’identifier quelques idées de base qui impulseront des recherches ultérieures. Cette introduction insiste notamment sur les livres et les productions imprimées, en raison des contraintes d’espace, et ce au détriment des autres productions médiatiques. Néanmoins, dans ce dossier thématique, Helle Strandgaard Jensen et Jonathan Bignell se concentrent sur la télévision, tandis que Martina Winkler et Anna Antoniazzi incluent films et programmes télévisés dans leurs analyses, et que les contributions de Loïc Boyer et Carine Brosse nous emmènent respectivement dans les aires de jeux et les musées et galléries d’art.

Origines

  • 10 Il existe une importante littérature sur l’avant-garde de l’entre-deux-guerres. Le plus intéressant (...)
  • 11 Thomson, Lost Freedom, Introduction.

5Quelles furent les conditions qui, propres au champ de la culture enfantine, conduisirent à une rébellion culturelle ? Même si les rebelles de ces années 1968 doivent beaucoup aux mouvements radicaux de l’entre-deux-guerres10, cette introduction défend l’idée que les conditions expliquant ces turbulences culturelles trouvent leurs racines dans la période d’après-guerre. Cette conviction repose sur les arguments de Mathew Thomson, qui considère que ces regards nouveaux sur l’enfance furent le produit de préoccupations particulières créées par la situation d’immédiate après-guerre11.

  • 12 Voir par exemple Strandgaard Jensen, From Batman to social realism, p. 43-66 ; Mathilde Lévêque, Hi (...)
  • 13 En Grande-Bretagne, les théories concernant la psychologie infantile et la théorie de l’attachement (...)

6Après la fin de la Seconde guerre mondiale et à la suite de la Shoah, la figure de l’enfant concentra les inquiétudes que l’humanité nourrissait sur son avenir, ce qui conduisit à l’adoption de législations protectrices conçues pour réguler l’accès des enfants à tout ce qui constituait un danger potentiel. Législateurs et éducateurs se tournèrent vers les cultures enfantines, animés par la volonté d’impulser un nouveau départ, mais aussi par la crainte de la délinquance, et par le désir de contrer l’impact potentiellement traumatisant et corrupteur de la guerre et des propagandes fascistes sur la jeunesse12. Certaines de ces réponses furent constructives, comme par exemple la création en 1949 de la Bibliothèque Internationale de la Jeunesse à Munich, suivie, en 1953, par la fondation de l’association IBBY (International Board on Books for Young People). Toutes deux ambitionnaient de promouvoir la compréhension mutuelle des peuples à travers les livres d’enfants. Cependant, le principal effet de ce mouvement fut que la culture enfantine se trouva réglementée et même souvent surveillée, si ce n’est censurée. Dans les années 1950, l’UNESCO produisit une série de rapports sur les dangers potentiels des produits des mass media pour la jeunesse (bandes dessinées, films, et plus tard, télévision). De nombreux pays se dotèrent d’une législation protectrice. La France ouvrit la voie avec sa loi du 16 juillet 1949. La même année, le Canada vota le Bill 10, qui mit hors-la-loi les bandes dessinées évoquant le crime ou des thématiques horrifiques. Les États-Unis établirent leur Comic Code en 1954, et en 1955, la Grande Bretagne se dota du Children and Young Persons (Harmful Publications) Act. Les contours et les effets de ces mesures furent très variés et ne se limitèrent en aucun cas aux bandes dessinées. En France, la loi visa toutes les publications destinées aux enfants, tandis qu’en Grande-Bretagne et au Canada, seuls les illustrés d’horreur furent concernés. Bien qu’en Scandinavie aucune législation nouvelle ne soit votée, les débats furent malgré tout houleux, et l’on considéra que l’état social-démocrate scandinave était menacé dans son avenir même. Dans la plupart des pays, les discours concernant les bandes dessinées et la reconstruction dans le contexte d’après-guerre présentaient les psychés enfantines comme fragiles, et les enfants comme de potentielles victimes faciles à traumatiser ou à corrompre13.

  • 14 « Why Batman was Bad. A Scandinavian debate about children’s consumption of comics and literature i (...)

7Les articles réunis dans ce dossier font apparaître un deuxième élément catalysant la révolte : l’État-providence lui-même. Les Scandinaves en particulier l’identifient comme un facteur-clé du déclenchement de leur « 68 des enfants ». Helle Strandgaard Jensen montre de quelle manière l’État-providence créa le sentiment d’un besoin urgent de médiation, par des spécialistes, de la culture enfantine : « les professionnels chargés d’adapter les enfants aux exigences de l’état social, enseignants et autres éducateurs, devaient contrôler et superviser les divers produits des consommations culturelles des enfants ». Les familles n’étaient pas supposées détenir assez de compétences spécifiques pour satisfaire les besoins de l’État14. L’article de Olle Widhe détaille comment la nouvelle gauche suédoise, à la fin des années 1960, accuse l’état social d’« endoctriner » les enfants, les conditionnant à devenir « des citoyens soumis incapables de mettre en question l’ordre capitaliste dominant ». Olle Widhe montre que l’expérience et la signification de l’enfance sont étroitement liées au déploiement récent du capitalisme occidental (ou du complexe militaro-industriel, comme beaucoup de soixante-huitards le nomment). Il est certain que la construction des fameux États sociaux-démocrates protecteurs scandinaves, ainsi que la prospérité et la modernisation récentes qui en découlaient, constituent un bouleversement important, alors que la France, la Grande-Bretagne ou l’Allemagne ne connaissent pas un aussi grand changement, puisque dans ces trois pays l’État s’était déjà introduit jusque dans la sphère privée depuis la fin du XIXe siècle. Cependant, les Scandinaves ne sont pas les seuls à considérer ce modèle comme étouffant. L’un des stéréotypes associés aux soixante-huitards consiste à leur reprocher d’avoir été de jeunes privilégiés protestant contre le confort qui leur avait été garanti. L’article de David Buckingham dans ce numéro évoque les souvenirs de Jenny Diski, écrivaine britannique engagée dans la défense des droits des enfants. Elle les appelle « la génération Peter Pan », parce qu’ils voulaient donner aux enfants l’enfance libérée dont ils avaient rêvé pour eux-mêmes. La génération des enfants qui ont grandi sous le régime des nouveaux États-providence – les fameux baby-boomers – est la première à bénéficier du miracle économique de l’après-guerre et d’une ère de consensus. À la fin des années 1950, ces enfants bénéficient d’un niveau de confort matériel, d’encadrement scolaire et de stabilité politique qui fait d’eux des exceptions par rapport aux générations précédentes. Dans les années 1960 grandit alors le sentiment que plutôt que d’être craintif et de chercher à surprotéger les enfants, il est peut-être plus pertinent de créer pour les enfants des conditions favorables au déploiement de l’imagination, et peut-être de les secouer un peu.

  • 15 Les Petits Livres d’or : Des albums pour enfants dans la France de la guerre froide, Tours, Presses (...)

8La famille nucléaire prospère est l’une des pierres angulaires de la société américaine de la Guerre froide, en quête de bonheur et de liberté. Cette vision est exportée vers l’Europe par le Plan Marshall, dans les publicités pour des produits de consommation courante comme le Coca-Cola, mais aussi dans des livres et des produits culturels, comme les « Petits livres d’or » ou les films et dessins animés de Walt Disney qui tiennent des discours convergents. Comme Cécile Boulaire l’a montré, la CIA finançait même Georges Duplaix, l’agent français qui supervisait l’exportation des « Little golden books » vers l’Europe15. Mais cette vision va être contestée. L’extension des journaux télévisés diffuse largement dans les foyers l’image des bombes nucléaires américaines et des guerres en Corée et au Vietnam, tandis que la passion des adolescents des années 1960 pour la musique pop anglo-américaine assure l’expansion d’une culture jeune de plus en plus critique à l’égard du côté obscur de la Guerre froide américaine. Kimberley Reynolds nous a rappelé durant le colloque qui a précédé ce numéro qu’à l’époque, même si une grande partie des productions culturelles adressées aux enfants restait extrêmement discrète sur la politique contemporaine, les enfants avaient un accès très facile à d’autres formes de culture, en particulier aux chansons pop hostiles à la guerre (elle a plaisanté en rappelant que son plus jeune frère avait appris à compter avec la célèbre chansons protestataire « One, two, three, what are we fighting for ? »). Les jeunes (et les moins jeunes) se politisent au contact des mouvements anti-Vietnam et pour les droits civils. Ce sentiment de pression est renforcé par des changements au sein même de la famille nucléaire. Durant les années 1950 et plus encore les années 1960, un nombre croissant de femmes reçoivent une éducation secondaire voire supérieure et entrent sur le marché du travail, parfois avec l’ambition d’avoir une carrière professionnelle. Ces femmes modifient les équilibres de pouvoir au sein de la famille, affaiblissent l’autorité paternelle, et deviennent des mères qui ont de nouvelles idées concernant le genre de produits médiatiques que leurs enfants peuvent consommer. La question est : combien de temps encore la culture enfantine va-t-elle ignorer ces changements ?

Ill. 5 : Janet Frank, Tibor Gergely, Nos Papas, 1954. Edition française de Daddies, 1954

  • 16 Voir par exemple, Loredana Farina (dir.) La casa delle meraviglie: La Emme Edizioni di Rosellina Ar (...)
  • 17 Interview de Tomi Ungerer et de Judith Kerr, BBC Radio 4 Today Programme, 4 Octobre 2011, http://ne (...)

9Les premiers grondements de la discorde viennent d’outre-Atlantique. Dans les années de l’après-guerre, New York est perçu par beaucoup des professionnels du secteur européen comme le lieu où se publient les livres pour enfants les plus stimulants.16 De nombreux jeunes Européens, qui vont devenir des figures influentes du 68 des enfants, comme Tomi Ungerer et, plus tard, Étienne Delessert, viennent à New York tenter leur chance, frustrés par l’absence d’opportunités chez eux. Les expérimentations d’Ungerer dans le domaine de l’album vont être déterminantes pour la contre-culture internationale destinée à la jeunesse. Né à Strasbourg 1931, il a perdu son père très jeune, puis subi l’occupation nazie au cours de ses années d’écolier. Il sait pertinemment que toutes les enfances ne sont pas heureuses. Il s’installe à New York en 1956 et débute en 1957 comme illustrateur chez Harper, où il devient rapidement auteur-illustrateur. Ungerer emmène les jeunes lecteurs du côté sombre de l’existence. Dans Les Trois Brigands (1961), le livre lui-même est sombre au sens propre – le bleu nuit et le noir dominent les pages. L’intrigue est moralement ambiguë : trois brigands terrorisent la contrée jusqu’au moment où ils rencontrent une fillette aux boucles blondes. Jean de la lune (1966) contient une critique caustique du complexe militaro-industriel. « Je crois qu’il faut traumatiser les enfants », expliquera-t-il plus tard. « Je pense qu’ils doivent voir les gibets et les chambres à gaz. Ces choses ont existé, et nous voulons qu’elles n’existent plus jamais. Je pense que les enfants doivent prendre la réalité en pleine figure17 ». Maurice Sendak est le plus célèbre enfant terrible du monde de l’album américain dans les années 1960, une réputation qu’il doit à son chef d’œuvre Max et les maximonstres (Harper & Row, 1963). Dans cet album, Max le héros rebelle voyage vers l’île des monstres sauvages, où il mènera un terrible charivari. Très novateur, l’album voit ses pages progressivement envahies par les images, qui repoussent le texte et finissent par occuper en totalité l’espace de la double-page, avec la danse des monstres terribles qui grincent des dents en roulant des yeux, avant de régresser lorsque l’enfant fait voile à nouveau vers sa chambre. Comme Ungerer, Sendak veut parler aux enfants de la terreur et des cauchemars, inspiré par sa propre psychanalyse et par l’arrière-plan troublé de son enfance, marquée par la disparition de nombreux membres de sa famille juive polonaise dans l’horreur de la Shoah. Comme Ungerer un peu avant lui, il ne se contente pas d’être innovant dans son esthétique et son approche formelle de l’album, il veut avant tout libérer les enfants des tabous et de la censure.

Ill. 6 : Tomi Ungerer, image, Les Trois brigands, 1963

  • 18 Julia L. Mickenberg, Learning from the Left: Children’s Literature, the Cold War, and Radical Polit (...)
  • 19 Michael Grossberg, « Liberation and caretaking: fighting over children’s rights in postwar America  (...)

10Cette vitalité américaine s’explique en partie par le fait que les éditeurs américains n’ont pas connu les dégâts de la guerre, contrairement à leurs confrères européens. Or, Julia Mickenberg a montré que la période McCarthiste aux États-Unis constitua paradoxalement un contexte favorable à la publication pour ce genre d’auteurs. Alors que certaines professions se fermaient progressivement aux militants de gauche (comme l’enseignement, par exemple), l’édition pour la jeunesse demeura relativement épargnée, ce qui en fit un exutoire providentiel pour les gauchistes. Qui plus est, l’industrie du livre était connue pour compter dans ses rangs de nombreux sympathisants de gauche, capables de jouer finement sur la distinction entre un soutien ouvert aux radicaux et une position permettant d’éviter les ennuis, et surtout de vendre des livres18. Michael Grossberg rappelle aussi que les pressions exercées par les mouvements pour les droits des enfants, dans les années 1950 et 1960, incluaient des revendications liées au premier amendement (qui garantit notamment la liberté de la presse). L’association des bibliothécaires américains (American Library Association, ALA) utilisa ses prestigieux prix Newbery et Caldecott pour mettre en avant des livres défendant une approche libertaire19. En 1964, Maurice Sendak reçut la médaille Caldecott. Il fit de son discours de réception du prix un manifeste en faveur d’une plus grande liberté de parole dans les livres pour enfants :

  • 20 Maurice Sendak, discours de reception de la Caldecott Medal, 30 Juin 1964.

Bien sûr, nous voulons protéger nos enfants d’expériences douloureuses qui dépasseraient leurs capacités de compréhension et qui les angoisseraient […] [mais] c’est à travers l’imagination que les enfants réussissent la catharsis. C’est leur meilleur outil pour se défendre contre les maximonstres20.

11En considérant que le 68 des enfants trouve ses origines dans une réaction au contexte surprotecteur de l’après-guerre – comme un mouvement pour se débarrasser de cette société surprotectrice – nous suggérons un lien fort entre les œuvres de ces artistes installés à New York, comme Maurice Sendak et Tomi Ungerer dans les années 1950 et 1960, et les mouvements européens de la fin des années 1960. Ils représentent tous la réaction de la génération d’après-guerre aux horreurs de la Seconde guerre mondiale, à la Shoah, mais aussi aux efforts de la génération précédente pour masquer les failles qui fissuraient la société. La culture enfantine, à cause de sa position centrale dans la reconstruction de l’après-guerre et dans ses angoisses, devint un foyer important de rébellion et de contre-culture.

Une révolution visuelle ?

  • 21 Voir par exemple Christiane Clerc et al. (dir.) Images à la Page. Une histoire de l'image dans les (...)

12L’importance de 1968 dans le domaine de l’album pour enfants, de son illustration et de son design est bien connue pour certains pays d’Europe occidentale, comme la France, l’Italie et l’Allemagne21. On considère généralement que cette époque a profondément remis en cause les conventions de l’imagerie pour la jeunesse, qui au fil des années 1950 s’étaient engluées dans le réalisme conformiste ou dans la mièvrerie infantilisante. D’après ce récit convenu, 1968 se caractérise par une explosion de créativité, et par le désir de rejeter toutes les idées reçues qui définissent ce qu’un livre pour enfants doit et peut être. La liberté de création est désormais valorisée, et le goût de l’expérimentation entraîne avec lui une explosion de couleurs saturées et inhabituelles, de formes étranges et de déformations de la perspective et des proportions, voire même de l’abstraction totale. La culture enfantine est littéralement dopée par cette nouvelle esthétique hippie, onirique et utopique, qui forme un courant important au sein de la contre-culture – on le retrouve dans l’exubérance visuelle des pochettes de disques et des affiches que réalisent l’Américain John Van Hamersveld ou l’Anglais Alan Aldridge, ainsi que dans l’esthétique « flower power » bariolée des vans décorés par les hippies. Une relation symbiotique s’établit d’ailleurs entre la culture hippie et la culture enfantine, la première empruntant par exemple à la seconde l’univers « planant » de Lewis Carroll. Réciproquement, les livres et objets de l’enfance reflètent l’esthétique « Do It Yourself » des fanzines underground, des affiches de mai 68 ou des pamphlets grossièrement photocopiés qui circulent sur les campus américains. À l’exact opposé de l’esthétique baroque du psychédélisme et du « pop », ce style est rudimentaire et d’une maladresse assumée, ostensiblement « fait main ». Ce qui prime est le message politique, souligné par le manque de soin accordé à la facture. Cette esthétique, qui préfigure l’esprit punk de la fin des années 1970, est d’abord popularisée par les militants de la culture enfantine issus de la nouvelle gauche et des mouvements de libération (féministes, ou issus du mouvement des droits civiques), dans le sillage de 1968.

13Plusieurs articles dans ce numéro confirment cette analyse. Pour la RFA, Bettina Kümmerling-Meibauer souligne la contribution d’Heinz Edelmann, célèbre directeur artistique du film des Beatles Yellow Submarine (1968), qui importe l’esthétique psychédélique dans le domaine des albums. En France, les éditions Harlin Quist publient Alala les télémorphoses pour lequel Nicole Claveloux imagine des images planantes du même genre. Cet éditeur laisse libre cours à l’imagination de ses illustrateurs. Pour Ah ! Ernesto, Bernard Bonhomme emploie des couleurs éclatantes et fluorescentes, tandis que pour Théo la terreur, Jean-Jacques Loup utilise le motif de la fleur gigantesque pour symboliser le triomphe de l’instinct et de l’imagination. Les illustrations des artistes soviétiques Mikhail Anikst et Arkadii Troianker, présentés ici par Birgitte Beck Pristed, adaptent le même style à la fin des années 1970, utilisant le texte comme un élément pictural, déformant les silhouettes de manière grotesque et employant des couleurs fantasques. Dans le même temps, l’article d’Olle Widhe consacré à la Suède offre de parfaits exemples de l’esthétique du « Do It Yourself », avec les dessins au trait naïfs et volontairement puérils de la designer et militante de gauche Helena Henschen pour När barnen tog makten (Quand les enfants prirent le pouvoir, 1969). De même la simplicité apparente des images de Bernadette Després pour la série « Nicole » (pour l’éditeur communiste La Farandole) analysée dans ce numéro par Christophe Meunier, marque une claire rupture esthétique avec le style réaliste qui domine alors les séries comme « Martine » (en France) ou les Famous Five d’Enid Blyton (traduit en français sous le titre « Le Club des cinq »).

Ill. 7 : Heinz Edelmann, image de couverture pour Hans Stempel et Martin Ripkens, Andromedar SR1, Cologne, Gertraud Middelhauve Verlag, 1970

Ill. 8 : Nicole Claveloux, image pour Guy Monreal, Alala : les télémorphoses, Paris, Harlin Quist/ Ruy-Vidal, 1970

  • 22 Voir aussi Druker et Kümmerling-Meibauer (dir.) Children's Literature and the Avant-Garde.

14Comme le souligne Bettina Kümmerling-Meibauer dans sa réflexion sur les influences de Heinz Edelmann, la culture visuelle qui produisit cette ébullition dans la littérature enfantine ne doit pas être réduite aux styles psychédélique et de la contre-culture. Elle comprend aussi des références au pop art et même, en-deçà, à des mouvements d’avant-garde issus des livres pour enfants de l’entre-deux guerres, voire à l’art moderne22. De même, Anita Wincencjusz-Patyna montre dans son article que le style psychédélique ou l’esthétique « Do It Yourself », si populaires partout ailleurs, n’eurent qu’une influence mineure sur les artistes polonais qui s’adressaient à l’enfance. Leur avant-garde prenait ses racines dans la culture populaire vernaculaire, nourrie par la tradition et l’artisanat, et l’innovation formelle avait débuté bien plus tôt, de sorte que dans les années 1960 elle était mondialement reconnue. En Italie, comme le montre Anna Martinucci, les images créés pour la collection « Tantibambini » emploient souvent des formes arrondies popularisées par le Push Pin Studio, mais ces éléments sont fondus dans un style qui s’inspire bien davantage du design tel que l’a développé Bruno Munari dès les années 1950, esthétique qu’adoptent aussi Enzo et Iela Mari avec des résultats si spectaculaires.

Ill. 9 : Mikhail Anikst et Arkadii Troianker, image pour Stanislav Rassadin et Benedikt Sarnov, In the Land of the Literary Heroes, Moscow, Iskusstvo, 1979

Ill. 10 : Helena Henschen, image de couverture pour Gunnar Ohrlander (Dr Gormander) When the Kids Seized Power, Stockholm, Gidlunds, 1969

Ill. 11 : Bernadette Després, image de couverture pour Andrée Clair, Nicole et Djamila, Paris, La Farandole, 1969

Ill. 12 : Andrzej Strumiłło, image pour Helena Krzywicka-Adamowicz, Little Gabriel’s Great Day, Warsaw, Ruch Publishing House, 1968

15L’enquête menée dans ce numéro spécial remet donc en cause, ou du moins nuance profondément, l’idée même d’une « révolution graphique » propre à cette période. Tout au plus pourrait-on parler de la brève éclosion de modes graphiques, qui n’ont pas touché l’ensemble du champ. Ainsi la reconnaissance internationale dont Nicole Claveloux jouit dès 1976, à la suite du prix obtenu à la Biennale de Bratislava avec ses illustrations d’Alice au pays des merveilles, témoigne d’une recherche graphique devenu beaucoup plus personnelle, s’éloignant des lieux-communs du psychédélisme hippie (et déjà en germe dans La Forêt des Lilas en 1970). Les succès internationaux remportés à partir du début des années 1970 par les albums de Iela et Enzo Mari, de Leo Lionni, de Tomi Ungerer, de Maurice Sendak, soulignent à quel point la création graphique adressé à l’enfance reste diverse. Autrement dit, ce moment se distingue par sa grande diversité et par d’importantes variations selon les lieux et les dates. Plus que d’une révolution impliquant rupture, il serait sans doute plus juste d’évoquer ici l’idée d’une « renaissance », s’appuyant sur de riches traditions d’illustration enfantine et de culture visuelle.

  • 23 « Littérature enfantine : attention danger ! », interview de Jannick Jossin, L’Express, 11-17 décem (...)
  • 24 Bruno Bettelheim, « The Care and Feeding of Monsters », Ladies Home Journal, 48 (1969).

16Ces livres attirèrent pourtant l’attention des critiques, et eurent parfois des échos négatifs. En 1972, la célèbre psychanalyste Françoise Dolto publie dans L’Express un article dénonçant ces albums marqués par l’esprit de 1968. Pour elle, cette esthétique nouvelle menace de bloquer le développement psychique de l’enfant ; elle dénonce un mouvement dangereusement révolutionnaire visant explicitement les enfants de l’élite23. De la même manière, Max et les maximonstres de Maurice Sendak est attaqué par le psychologue pour enfants Bruno Bettelheim en 196924. On sait que l’image adressée à l’enfant focalise l’attention des milieux éducatifs, au moins depuis les années 1930. Les outrances chromatiques, stylistiques, thématiques de certains albums des années 68 cristallisent l’inquiétude des intellectuels peu familiers de l’image, et réactivent une très ancienne méfiance à l’égard des images.

17Pourtant, dès les années 1960 ou 1970 selon les pays, l’inquiétude des milieux éducatifs à l’égard de l’image va se déplacer de l’image imprimée vers l’image mobile, celle que la télévision a fait entrer dans les foyers. La panique à l’égard de l’influence délétère des images quitte peu à peu les colonnes des périodiques évoquant les livres, pour envahir les pages consacrées à la télévision. Il n’y a donc pas, en Europe, de vaste mouvement de rejet brutal de cette nouvelle imagerie enfantine. La preuve en est peut-être dans la carrière brillante que vont mener alors, dans des maisons d’édition plus installées, beaucoup des artistes cités ici.

Libération

  • 25 Pour une histoire des mouvements de libération des droits des enfants, voir Michael Grossberg, « Li (...)
  • 26 « Liberation and caretaking », p. 20.

18La véritable radicalité ne se trouve en effet pas dans la forme, mais dans le contenu, et surtout dans les nouvelles conceptions de l’enfance et de la manière de s’adresser aux enfants. Les turbulences contre-culturelles qui entourent l’année-charnière 1968 sont marquées par la recherche de nouvelles formes d’organisation sociale et d’action politique, ainsi que de nouvelles manières de les penser. Les structures autoritaires de la société capitaliste occidentale sont remises en question et réévaluées lorsque les soixante-huitards défient la police, l’armée, les gouvernements, les universités et les écoles, mais aussi lorsqu’ils réexaminent toutes les structures du pouvoir, y compris la famille. La période catalyse les mouvements de libération des femmes ou des homosexuels, par exemple. Pour certains, l’enfant apparaît comme le symbole même de l’opprimé, puisqu’il est légalement mineur, dépourvu de droits, et sans voix25. Les années 1960 et 1970 représentent ainsi un point culminant dans l’interprétation libertaire des droits de l’enfant, en opposition à l’approche protectrice manifestée dans les années d’après-guerre. Comme l’explique Michael Grossberg, s’affirme alors une conception très différente de l’enfance, qui repose sur son humanité fondamentale et affirme que « les jeunes, notamment parce qu’ils grandissent, devraient se voir garantir l’autodétermination et le contrôle des décisions qui affectent leurs vies – exactement comme les adultes26 ».

19De manière très logique, l’école constitue le lieu crucial pour entreprendre cette quête de libération des enfants. Les articles réunis dans ce numéro mettent en évidence la lame de fond que constituent les mouvements qui, dans ces années 1968, remettent en question les structures éducatives et forment le contexte d’où émergent les idées nouvelles sur la culture et les médias pour enfants. Berit Brink explore les mouvements de l’école alternative et de la déscolarisation qui émergent aux États-Unis à partir de 1964, tandis que Marie-Laure Viaud trace l’intérêt renouvelé dans les écoles alternatives en France autour de ‘68. Brink montre que la célébration contre-culturelle de l’esprit de rébellion de la jeunesse prend ses racines dans l’héritage marxiste de l’École de Francfort, couplé à une idéalisation de l’enfance perçue comme modèle révolutionnaire en puissance. Pour cette raison, dans les années 1960, développer de nouveaux modèles éducatifs et de nouvelles écoles est l’un des moyens qui permettent à une certaine contre-culture de promouvoir une utopie éducative. Nourrir l’imagination et la créativité individuelles est perçu comme une manière de dépasser le conformisme poussif du système de scolarisation de masse, et, on l’espère alors, de faire émerger une nouvelle génération capable de renverser l’ordre social existant. Le mouvement de création d’écoles alternatives est alors suivi, dans l’Amérique des années 1970, par le mouvement plus radical d’« unschooling », dans lequel on confie aux enfants le contrôle de leur propre éducation, et qui fait le nid de l’éducation « à domicile » qui apparaîtra plus tard. L’essai polémique de Brink suggère que cette évolution a probablement fait perdre au mouvement sa dimension d’engagement social ; elle suggère alors de revenir à l’idéal d’« enfances magiques » imaginée par le gauchisme des années 1960.

20En Europe, des publications comme le livre d’Ivan Illitch, Une société sans école (1971), permettent à ces idées radicales de se répandre, et les années 1968 se caractérisent par un renouveau de l’intérêt accordé aux écoles alternatives. Bien souvent cet activisme ne débouche que sur de modestes réformes du système scolaire. L’institution scolaire et les politiques éducatives demeurent affaires d’adultes ; et pourtant les médias destinés aux enfants se font eux aussi l’écho des réflexions du moment sur l’éducation et la scolarisation. Ah ! Ernesto, l’un des albums les plus célèbres publiés par le duo Harlin Quist – Ruy-Vidal, permet à Marguerite Duras de proposer aux enfants une critique impitoyable du système scolaire, sous la forme d’une fable dans laquelle le petit Ernesto se compare, comme élève, à un papillon épinglé sur un mur : « c’est un crime ! ». Le pédagogue britannique A.S. Neil, directeur de la célèbre école alternative de Summerhill, met en scène sa pédagogie dans le roman fantastique pour enfants Le Nuage vert (1969). Toujours en Angleterre, l’écrivaine et activiste Leila Berg lance en 1968 chez MacMillan la collection de manuels de lecture « Nippers » (« Les Gosses »). La collection est conçue en opposition à la collection « Ladybird Key Words » et à d’autres séries de livres de lecture scolaire qui mettent en scène des enfants tous blancs issus de la petite bourgeoisie. L’article que Lucy Pearson consacre à la collection souligne l’intérêt de lire ces récits à la lumière de l’engagement passionné de son auteur, Leila Berg, dans la défense de l’école alternative Risinghill, à Londres, une école fermée en 1965. Pour les « Nippers », elle a l’audace de commander des textes qui n’hésitent pas à peindre la dure réalité des familles en difficultés financières, mais qui savent aussi rendre la joie et la chaleur des vies de la classe populaire et des familles immigrées. De manière prévisible, la collection fait scandale, mais son succès est réel auprès des écoliers.

Ill. 13 : Bernard Bonhomme, image pour Marguerite Duras, Ah ! Ernesto Harlin Quist/ Ruy-Vidal, 1971

  • 27 Klaus Petersen and Per Jensen, « Den lille røde bog for skoleelever: En bog og en masse ballade i 1 (...)
  • 28 Dans Picturing Childhood: The Myth of the Child in Popular Imagery (London, I.B. Tauris, 2004), Pat (...)

21Ces nouvelles manières de penser l’école étaient à la fois une manière de protester contre l’ordre établi, et une occasion d’exprimer de nouvelles valeurs, notamment celles que mettaient en avant les mouvements pour les droits des enfants. Au Danemark, en 1969, deux enseignants et un psychologue, Bo Dan Andersen, Jesper Jansen et Søren Hansen, ont l’idée du Petit livre rouge des écoliers et des lycéens (Den lille røde bog for skoleelever27). Il est conçu en protestation contre le système scolaire autoritaire ; l’objectif des auteurs est d’ouvrir les élèves aux questions de démocratie, de système scolaire, mais aussi de sexe et de consommation de drogue. Il s’agit tout simplement d’un manuel d’initiation à la révolte politique, destiné à favoriser l’émancipation des écoliers et des lycéens. Le livre est traduit partout en Europe et cause partout le scandale, comme nous le verrons plus loin. L’appel au respect des droits des enfants stimula aussi l’imagination des élèves, comme le montre l’article que David Buckingham consacre au numéro spécial « édité par des écoliers » du magazine anglais underground Oz. Il rappelle que, si la mémoire populaire n’a retenu que les aspects sensationnels du magazine, beaucoup des articles écrits par les élèves étaient des réflexions sensées et soigneusement argumentées sur des sujets scolaires comme les punitions arbitraires ou les examens, et « manifestement articulées aux préoccupations des syndicats lycéens ». Les élèves étaient parfois incités à produire leurs propres fanzines ou brûlots dénonçant le système28.

22Beaucoup perçoivent les médias pour enfants comme un moyen de promouvoir l’émancipation des jeunes. L’étude que Helle Strandgaard Jensen consacre à la télévision pour enfants en Scandinavie montre comment une nouvelle génération de programmateurs imagine que la télévision pourrait être la solution, en se faisant le « porte-parole » des enfants (puisqu’en tant que mineurs ils n’ont pas de voix propre) et en leur donnant accès à des informations sur le monde dans lequel ils vivent. Ils imaginent des programmes pionniers et tentent même (sans grand succès) de confier des caméras aux enfants, pour les laisser imaginer leurs propres programmes. En France, l’éditeur catholique Bayard lance en 1971 le magazine Okapi pour les jeunes adolescents. Comme le montre Cécile Boulaire dans son article, les mots d’ordre du journal semblent être l’autonomie et la prise de conscience de ses responsabilités, comme le montre en particulier le courrier des lecteurs. En réponse aux réclamations de ses lecteurs, qui veulent plus de sujets sur la justice sociale, les protestations politiques et le sexe, le magazine devient progressivement plus militant, s’intéressant aux droits des travailleurs immigrés, aux mouvements de grève (comme celui des ouvriers de chez Lipp) et même, aussi surprenant que cela puisse paraître pour une publication catholique, à l’avortement.

  • 29 Kim Reynolds développe cette idée dans Radical children’s literature, chapitre 1, notamment p. 2.

23La culture enfantine devient donc un lieu où s’exprime la contestation politique de l’époque. Ce phénomène n’est absolument pas nouveau (en réalité, il est d’une certaine manière inhérent à toute culture enfantine29), mais le ton, dans ces années 1968, est dominé par les nouvelles idées concernant la psychologie, le besoin d’autonomie et d’émancipation des jeunes, et, en Occident, les rôles sexués et la sexualité. Martina Winkler rappelle qu’une nouvelle génération d’auteurs émerge dans la Tchécoslovaquie des années 1960. Les romans d’Helena Šmahelová, par exemple, créent une « nouvelle vague » qui entend rompre avec les romans exaltant les vertus socialistes qui dominaient jusqu’alors. Šmahelová, quant à elle, s’empare des développements récents de la psychologie de l’enfant pour explorer les émotions individuelles de ses personnages. Cette nouvelle vague dépeint une « enfance moderne », liée au contexte esthétique et émotionnel de la société moderne, et remet en cause la foi socialiste dans le progrès. Les romans et films de Iva Hercíková et Josef Bouček vont plus loin encore et commencent à remettre ouvertement en question l’ordre politique. L’intérêt renouvelé pour la psychologie infantile, qui perdure dans les médias tchèques malgré la répression qui suit le printemps de Prague en 1968, entraîne dans son sillage une nouvelle conception de l’autonomie de l’enfant. Pour Winkler, les médias tchèques promeuvent une enfance moderne et réflexive, ce qui implique d’accorder aux enfants des droits et une certaine autonomie, mais aussi de repenser les relations adultes-enfants. Selon elle, c’est l’équivalent du mouvement pour les droits des enfants qui se développe de l’autre côté du rideau de fer.

  • 30 « Sous les pavés, l’album : des influences croisées d’une période et d’un genre littéraire », Revue (...)
  • 31 Benjamin Spock, The Common Sense Book of Baby and Child Care, la première edition date de 1946. Le (...)
  • 32 « A New Wind Blowing from the Left: The Surge of Anti-Authoritarian Picturebooks in Germany after 1 (...)

24Les livres pour enfants et les nouvelles approches de l’éducation enfantine semblent alors, pour reprendre l’expression de l’éditeur français Christian Bruel, offrir un « second front » pour obtenir des changements là où les objectifs politiques des soixante-huitards ont échoué30. Le docteur Spock révise son célèbre manuel de puériculture pour expliquer qu’une éducation parentale douce (« permissive », diront souvent ses critiques) est peut-être la seule manière d’éviter un holocauste nucléaire et, inspiré par la seconde vague féministe, pour suggérer aux parents d’éviter les stéréotypes de genre31. Olle Widhe nous apprend que le manuel de puériculture de la gauchiste Frances Vestin explique qu’il faut apprendre aux enfants à désobéir à l’autorité – car obéir aux ordres a conduit les gardes des camps de concentration à accepter de gazer les enfants juifs. Bettina Kümmerling-Meibauer montre comment la nouvelle gauche, en Allemagne de l’ouest, se tourne vers les livres pour enfants pour mettre en valeur un anti-autoritarisme radical et fournir aux enfants les outils d’analyse qui leur permettront de contester l’ordre établi, auquel on reproche d’avoir échoué à se dénazifier32. Les militants fondent de nouvelles maisons d’édition, comme Basis Verlag et Oberbaumverlag (à Berlin), März Verlag (à Francfort), ou Weismann Verlag (à Munich). Le slogan de Weismann, citant un vers du poète allemand Joachim Rindgelnatz, est caractéristique du ton de l’époque : « Enfants, vous devez prendre confiance en vous ! N’acceptez pas qu’on vous mente, refusez d’être frappés par les adultes. Souvenez-vous qu’il suffit de cinq enfants pour donner la fessée à une grand-mère ! » (poème publié en 1924). L’article de Sophie Heywood détaille la manière dont la maison d’édition franco-américaine Harlin Quist adopta le langage des droits de l’enfant pour ses livres qui étaient à la fois expérimentaux sur le plan esthétique et provocateurs dans les idées, mettant en question les idées reçues sur la place de l’enfant dans la société.

  • 33 Lost freedom, p. 206.

25L’article de David Buckingham fait cependant entendre une note plus prudente : cette rhétorique des droits et de l’émancipation des enfants peut s’avérer creuse, comme le montre la manipulation cynique des élèves à laquelle se livre l’éditeur du magazine Oz Richard Neville. En Angleterre, le mouvement pour les droits des enfants s’est enlisé dans des scandales, comme le procès intenté à Oz, ou l’émotion autour de la publication du « Children’s bust book » qui expliquait aux enfants ce qu’il fallait faire en cas d’arrestation. Mathew Thomson relève la tension inhérente au mouvement : pousser jusqu’à son terme la logique consistant à donner le pouvoir aux enfants « ne peut mener qu’à un point de rupture33 ».

  • 34 Sur les liens entre le féminisme et « 68 », voir Bibia Pavard, Les éditions des femmes: histoire de (...)
  • 35 Leslie Paris, « Happily Ever After: Free to Be… You and Me, Second-Wave Feminism, and 1970s America (...)
  • 36 Bulletin du collectif Pour un autre merveilleux, Juillet 1976. Les archives du Sourire qui Mord et (...)
  • 37 Pavard, Les éditions des femmes, voir surtout son interview d’Adela Turin, p. 88-90.

26Cependant, le projet de transformer la société en libérant les enfants des conventions conduit à l’un des combats les plus durables et les plus importants de ce « second front » : le féminisme.34 Alors que de jeunes militantes féministes deviennent des mères inspirées par la thèse de Simone de Beauvoir selon laquelle « on ne naît pas femme, on le devient », on voit apparaître de nouvelles manières d’élever les enfants, libérées des stéréotypes sexistes et du conditionnement genré. Aux États-Unis par exemple, le collectif féministe Group 22 crée en 1970 Lollipop Power, dont les livres pour enfants sont écrits, édités, imprimés et distribués par les membres. Leurs livres offrent aux enfants la vision d’une société dans laquelle les relations de pouvoir entre hommes et femmes, enfants et adultes, entre membres de communautés ethniques différentes, sont complètement renouvelées. Les histoires tournent autour de la vie quotidienne : un père s’occupant de ses enfants, ou ce que ça fait à un enfant d’aller à l’école dans un nouveau pays. Ils présentent de nouvelles configurations familiales, notamment les premières représentations de mères lesbiennes. Sur une échelle plus commerciale, la comédienne américaine Marlo Thomas produit le disque Free to be… you and me en 1972, sur lequel des chanteur(e)s et comédien(ne)s connus chantent comment les enfants peuvent s’émanciper des stéréotypes genrés nocifs.35 En Italie, l’activiste féministe Adela Turin, stimulée par le livre d’Elena Gianini Belotti Dalla parte delle bambine (Du Côté des petites filles) qui dénonce le sexisme de la littérature enfantine, se met à écrire et à publier. En 1975, elle crée une maison d’édition du même nom et, en association avec les éditions des femmes (branche éditoriale du MLF), se met à publier des livres ouvertement féministes pour les petites filles. Le collectif créé en France par Christian Bruel, intitulé « Collectif pour un autre merveilleux », se crée lui en 1976, et publie le désormais classique Histoire de Julie qui avait une ombre de garçon, évoquant l’impact des normes de genre sur les enfants. « Est-ce que ça n’est pas rassurant de découvrir que tu n’es pas un monstre, que tu n’es pas seul ? » explique la brochure revendicatrice qui accompagne le livre36. Ces livres français et italiens sont examinés par trois articles dans ce numéro. Nelly Chabrol-Gagne compare l’environnement statique et mièvre de Martine avec le monde en mouvement de quelques livres féministes pour enfants. Anna Antoniazzi compare elle aussi des livres conservateurs et des livres progressistes pour les fillettes autour de 1968, tandis que Sophie Heywood explore l’histoire éditoriale des féministes françaises. Le partenariat franco-italien Dalla parte delle bambine / Du Côté des petites filles est un succès commercial. Selon Adela Turin, leurs livres atteignent régulièrement des tirages de 80 000 exemplaires37. Plusieurs de ces titres sont encore publiés actuellement.

Ill. 14 : Nella Bosnia, image de couverture pour Adela Turin, Rosaconfetto, Milan, edizioni dalla parte delle bambine, 1975

Ill. 15 : Anne Bozellec, image de couverture pour Christian Bruel et Annie Galland, Histoire de Julie avec une ombre de garçon, Paris, Sourire qui mord, 1976

Circulations

27La perspective européenne de ce numéro met en relief le rôle joué par les transferts culturels dans l’expansion d’une culture radicale destinée aux enfants. Elle jette aussi la lumière sur des traditions historiographiques différentes : toutes les traditions nationales ne vivent pas le moment 68 de la même manière, et toutes ne prennent pas leur source aux mêmes endroits. Jusqu’ici, nous avons essayé d’indiquer les ressemblances et les différences dans cette manière de percevoir 1968 ; désormais, nous voudrions mettre en évidence la manière dont les échanges culturels ont répandu et développé les idées radicales concernant la culture enfantine, tout en nous demandant dans quels pays elles furent bien accueillies et eurent le plus grand impact. Cette dernière partie pose plus de question qu’elle n’apporte de réponses – elle met en avant certaines des idées qui se sont imposées à mesure que ce numéro s’ébauchait, en espérant stimuler des recherches ultérieures. L’acte même de réunir ces articles a soulevé des questions : jusqu’à quel point peut-on considérer qu’il y a eu une contre-culture internationale pour enfants ? Quels sont les axes de collaboration les plus importants, et dans quel sens les idées ont-elles voyagé ?

  • 38 Voir les chapitres de Geneviève Dreyfus-Armand et Robert Frank dans Geneviève Dreyfus-Armand, Rober (...)
  • 39 Lars Bang Larsen, « The Mass Utopia of Art Activism: Palle Nielsen’s The Model – A Model for a Qual (...)

28Les historiens ont souligné l’internationalisme et, jusqu’à un certain point, la culture commune de 68. Alors que la chronologie des principaux événements diffère selon les pays et les régions du monde et que les mouvements de protestation ne sont généralement pas en contact direct les uns avec les autres, plusieurs symboles et slogans sont pourtant reconnus par l’ensemble des mouvements de jeunesse autour du monde. Cela concerne notamment les figures de Fidel Castro, Ho Chi Minh, Mao et Che Guevara, leaders révolutionnaires admirés pour leur résistance à l’impérialisme américain. Les mouvements de protestation internationaux se cristallisent autour du rejet de la guerre au Vietnam, première guerre à être télévisée38. Et l’on trouve d’autres exemples de ce 1968 « partagé » dans les médias pour enfants. L’article de Sophie Heywood nous apprend que Marguerite Duras, lorsqu’elle écrivait Ah ! Ernesto pour Harlin Quist en 1968, était « si mobilisée » par la guerre du Vietnam que tout le reste lui paraissait dépourvu d’importance. Le nom du personnage est un hommage à Ernesto Che Guevara. L’exposition de Palle Nielsen au Moderna Museet de Stockholm intitulée « The Model – A Model for a Qualitative Society » (1968) comprenait une gigantesque aire de jeu pour enfants mais aussi 200 masques de Fidel Castro, Mao Tse Toung, Charles de Gaulle et le président Johnson « pour mettre en évidence la dimension politique du jeu de rôle39 ». De même, le jeu d’influences mutuelles entre le style psychédélique et le pop art, dans l’art pour adultes comme dans l’art pour enfants, révèle la vitesse à laquelle la contre-culture se répand, transcendant les générations. Pourtant, la culture de la rébellion dans les médias pour enfants suit aussi ses logiques propres. Elle est plurielle et ne se contente pas de reprendre les formes identifiées dans la culture « adulte » de 1968. L’étude des origines de ce moment souligne l’importance de la culture américaine de la guerre froide, et met en avant le rôle de la famille comme catalyseur du 68 des enfants.

  • 40 Loredana Farina (dir.) La casa delle meraviglie: La Emme Edizioni di Rosellina Archinto (Milan, Top (...)

29Le 68 des enfants est en partie conditionné par le fait que les échanges culturels ont préalablement été encouragés de manière très structurée. Les années 1960 ont vu la création de la Foire du livre pour enfants de Bologne (1963), de la Biennale de Bratislava (1967), du Prix Andersen décerné par IBBY (1956 pour les écrivains, 1966 pour les illustrateurs), du Prix Jeunesse pour la télévision (1964), tandis que le sous-comité européen pour les émissions pour la jeunesse devient permanent au milieu des années 1960 et tient son premier atelier de production en 1968 à la British Broadcasting Corporation. Ces structures ont contribué à diffuser les innovations de forme et de contenu ainsi que de nouvelles manières de concevoir les fonctions de la culture enfantine. Plusieurs des éditeurs considérés aujourd’hui comme fondamentaux pour ce 68 des enfants, comme l’École des Loisirs (fondée en 1965) ou Emme Edizioni (fondées en 1966) évoquent le rôle de la Foire de Francfort et de la Foire de Bologne dans la mise en forme de leur projet. À l’origine, les publications de ces maisons reposent principalement sur des livres importés. Elles cherchent à dynamiser le champ du livre pour la jeunesse en allant chercher à l’étranger des livres stimulants40. La création du marché commun européen stimule aussi les co-productions. C’est notamment le cas pour les albums, qui utilisent souvent la co-édition compte tenu du coût de production des images en couleurs, mais aussi de la relative facilité avec laquelle les images traversent les frontières. Pourtant, à la fin des années 1960, le miracle économique perd de sa force dans de nombreux pays, puis la crise s’installe au milieu des années 1970. Les provocations esthétiques décrites ci-dessus sont coûteuses à produire et onéreuses pour les acheteurs. Les éditeurs tout aussi marginaux dans leurs options politiques que dans leur statut économique tendent fréquemment à considérer la co-édition comme une solution à leurs difficultés.

  • 41 Images a la page, p. 21; pour l’Italie, voir Sola et Vassali, I nostri anni 70, p. 31-3.

30Apparaissent alors plusieurs axes majeurs pour la circulation de la culture radicale. Le premier d’entre eux, déjà évoqué, est l’axe Amérique-Europe. L’influence de la scène éditoriale new-yorkaise, et d’artistes comme Sendak et Ungerer, ne doit pas être sous-estimée pour la France et l’Italie. Christiane Abbadie-Clerc rappelle que Max et les maximonstres devient un « manifeste » pour la « révolution visuelle » dans le domaine de l’album en France, et qu’il est important en Italie aussi41. Mais ce n’est en aucun cas un trajet à sens unique. Il s’agit plus largement d’un jeu d’influences croisées entre Europe et Amérique, certaines idées recevant un accueil plus favorable sur un nouveau marché. Bien entendu, comme cela a déjà été rappelé, les origines et l’héritage européens de ces artistes ont eu un rôle central dans la genèse de leurs idées.

  • 42 Farina (dir.) La casa delle meraviglie, p. 59.
  • 43 Ibid., p. 73.

31L’autre aire de circulation importante est intra-européenne. L’axe franco-italien est l’un des exemples les plus importants dans ce domaine des échanges culturels. Cela commence à la fin des années 1960, avec les co-éditions et traductions des livres d’Harlin Quist et de l’École des loisirs par Emme Edizioni. Archinto traduit et publie la totalité des collections Harlin Quist, jusqu’à ce que le partenariat franco-américain se perde en litiges et en animosité42. Un peu plus tard, le lien franco-italien sera crucial dans la création d’une édition féministe, avec la co-édition Della parte delle bambine / Du côté des petites filles, dont les livres sont ensuite traduits dans d’autres langues. Il faut noter que l’Italie produit quelques-uns des plus grands auteurs et illustrateurs de l’époque : ainsi Bruno Munari, Leo Lionni, Enzo et Iela Mari, Gianni Rodari, pour n’en nommer que quelques-uns. Les livres d’Enzo et Iela Mari se vendent alors particulièrement bien à l’étranger. Parmi ses partenaires étrangers, Archinto cite Middelhauve (l’éditeur d’Edelmann), les éditions NordSud, Ellermann Verlag pour le domaine germanique, aussi bien que des éditeurs anglais comme Cape et Heinemann43.

  • 44 Cet échange est traduit et publié dans le journal L’Arc, 29 (1966), p. 86-91.

32Cette circulation européenne des idées fonctionne aussi parfois entre l’Est et l’Ouest. L’effervescence de l’école affichiste et des arts graphiques polonais des années 1950 a influencé les éditeurs pour enfants. Le Ah ! Ernesto (1972) de Marguerite Duras présente en dernière page un photomontage de Roman Cieslewicz. Un certain nombre des critiques de gauche qui jouent un rôle important dans l’ouverture des débats sur la culture enfantine de l’époque regardent du côté des pays soviétiques avec admiration ; ils y trouvent une source d’inspiration. La culture enfantine des pays de l’est est vue comme pure de toute imprégnation commerciale. Leurs éditeurs et producteurs ne seraient pas animés par la seule quête du profit, à laquelle ils sacrifieraient l’art aussi bien que le souci du bien-être de l’enfant. C’est tout l’esprit de la discussion entre Marc Soriano et le journal Zlatjy Maj à propos de Jules Verne44. De manière similaire, Helle Strandgaard Jensen remarque l’influence tchèque sur le célèbre livre Skräpkultur åt barnen (La culture-poubelle pour enfants, 1968) écrit par la chercheuse, écrivaine et productrice de télévision suédoise Gunila Ambjörnsson. Elle se fonde sur son séjour en Tchécoslovaquie pour réfléchir à la manière de renouveler la culture enfantine scandinave. Elle soutient que la littérature enfantine socialiste, en Tchécoslovaquie, respecte les enfants, et que les socialistes en URSS peuvent produire une culture beaucoup plus sophistiquée et intéressante parce qu’ils n’ont pas à obéir à des impératifs commerciaux.

  • 45 Mathilde Lévêque dans son article pour ce numéro, ainsi que son livre Littérature allemande pour la (...)

33La dernière source d’idées incendiaires provoquant une réaction internationale violente contre le 68 des enfants est scandinave. Pippi Långstrump (Fifi Brindacier, 1945) fut le précurseur international d’une enfance rebelle. L’héroïne anarchiste d’Astrid Lindgren mérite ici une mention spéciale. Fifi Brindacier fut une sorte d’OVNI dans la littérature enfantine d’après-guerre, ridiculisant joyeusement les structures d’autorité (famille, école, police, institutions sociales) qui constituaient les piliers de la société d’après-guerre. Mathilde Lévêque souligne son importance pour la littérature allemande pour enfants. En dehors de la Scandinavie, c’est en RFA que Fifi est la plus célèbre. Elle contribue à inspirer un nouveau courant d’auteurs ouest-allemands, qui dans les années 1950 et 1960 mettent l’accent sur l’imagination, la profondeur psychologique et l’autonomie de l’enfant, préparant ainsi le terrain pour les radicaux des années 196845 – bien que les traductions ouest-allemandes atténuent certains aspects anti-autoritaires et absurdes du roman, et changent ses chaussettes brunes pour des rayées, pour éviter toute référence aux jeunesses hitlériennes. Martina Winkler met elle aussi en avant l’importance de l’écriture moderne d’Astrid Lindgren destinée à l’enfance dans la Tchécoslovaquie des années 1950. Les recherches d’Olle Widhe montrent que dans les années 1968 les « manuels de révolution » publiés par la nouvelle gauche suédoise ont une dette importante à l’égard de Fifi Brindacier et de sa « capacité musculaire, économique et verbale à dénigrer les adultes ».

Ill. 16 : Richard Kennedy, image de couverture pour Astrid Lindgren, Pippi Longstocking, traduction de Edna Hurup, Oxford, Oxford University Press, 1954

  • 46 Cette décision peut être consultée en ligne : Handyside v. the United Kingdom,(Application no. 5493 (...)

34Ce nouveau courant produit l’autre ouvrage scandinave qui va jouer un rôle central dans une perspective internationale : Le Petit Livre rouge des écoliers et des lycéens, de Bo Dan Andersen, Jesper Jansen et Søren Hansen. Ce livre danois fait sensation à l’export : il conduit à un procès en Grande-Bretagne en 1971, et ne peut circuler que sous une version expurgée. En France, il est immédiatement interdit. L’éditeur grec est emprisonné. L’éditeur anglais Richard Handyside porte l’affaire devant la Cour européenne de justice en 1972, après qu’un tribunal anglais a considéré que les parties concernant la sexualité pouvaient « dépraver et corrompre » la jeunesse. Dans un jugement historique, la cour européenne confirme le jugement anglais, notamment parce que le livre est adressé à des enfants, potentiellement très jeunes.46 La cour rappelle alors que chaque État, dans certaines limites, est libre de décider de ce qui concerne la protection morale de ses citoyens. Le Petit livre rouge des écoliers et les scandales qu’il a provoqués nous montrent que si le 68 des enfants est un phénomène qui transcende les frontières et contribue à la diffusion rapide d’idées radicales sur l’éducation, les réactions violentes qu’il suscite sont, elles aussi, internationales.

Ill. 17 : Bo Dan Andersen, Søren Hansen et Jesper Jensen Andersen, Den lille røde bog for skoleelever (Le petit livre rouge des écoliers et lycéens) Copenhague, Hans Reitzels forlag, 1969

Ill. 18 : Éditions francophones du Petit livre rouge des écoliers et lycéens, Paris, Maspero, 1971 et Lausanne, CEDIPS, 1971

Ill. 19 : Édition anglaise du Petit livre rouge des écoliers et lycéens : Little red schoolbook, Londres, stage one, 1971

Conclusion

  • 47 Pour de l’information sur la circulation de ce livre, voir Handyside v. the United Kingdom, (Applic (...)

35Le 68 des enfants fut bruyant, explosif, coloré et parfois extrémiste. Mais fut-il révolutionnaire ? Les plus audacieuses et les plus provocatrices de ces publications témoignent d’une ébullition qui touche avant tout les milieux de l’avant-garde intellectuelle et artistique, de même que les écoles alternatives ne concernent en définitive qu’une part très marginale des enfants des années 1970. Certaines productions sont considérées comme si extrémistes qu’elles sont censurées immédiatement (comme le montre l’exemple de l’édition française, par Maspéro, du Petit livre rouge des écoliers) ou jamais diffusées, comme le programme télévisé danois Virkeline og flugten fra Amerika (Cirkeline fuit l’Amérique, 197O). Devons-nous en conclure que l’impact de ces productions et de leurs idées avant-gardistes fut atténué par l’étroitesse des cercles dans lesquels elles circulèrent ? Il faut avant tout rappeler que tous les produits médiatiques évoqués ici ne furent pas des échecs commerciaux. La réputation sulfureuse du Petit livre rouge des écoliers dopa ses ventes, même dans les pays où il avait été censuré47. Les livres féministes se vendaient bien et leur distribution était même impressionnante pour des éditeurs marginaux. De manière plus marquante, il faut avoir à l’esprit que de nombreux produits culturels parmi ceux que nous avons examinés ne furent pas, à l’époque, perçus comme révolutionnaires. Il est évident que, dans plusieurs des pays étudiés dans ce numéro, il n’existait pas de séparation nette entre ce que nous pourrions appeler l’« establishment » et la contre-culture. En Grande-Bretagne et en Scandinavie, par exemple, Lucy Pearson et Helle Strandgaard Jensen ont montré chacune de leur côté que des maisons d’édition commerciales bien installées, des écoles et des services nationaux de télédiffusion se montrèrent réceptifs aux médias expérimentaux des années 1968. Cécile Boulaire montre que même la maison catholique Bayard se montra désireuse de recruter des éditeurs et illustrateurs d’avant-garde pour leur magazine pour adolescents Okapi. La respectable maison d’édition française Gallimard ouvrit en 1972 sa filiale jeunesse, pour laquelle elle recruta de nombreux artistes issus de cette avant-garde. Nous avons aussi montré qu’il était possible de déceler des continuités depuis les avant-gardes du début du XXe siècle. Plus que des années de rupture et de révolution, les années 1968 devraient plutôt être vues comme celles de la renaissance et du renouveau.

36Même si nous cherchons à souligner la continuité autant que le changement, il est important de replacer ces idées dans leur contexte. L’époque avait été profondément marquée par la Seconde guerre mondiale, par la guerre froide, et par leurs effets sur la culture destinée à l’enfance. Nous sommes convaincues que, pour ces raisons contextuelles, le 68 des enfants fut par nature profondément anti-autoritaire, que sa rhétorique fut calquée sur celle des mouvements de libération et visait à défier les structures de pouvoir des institutions régissant la vie des jeunes et de leurs familles. Les livres publiés par les collectifs féministes ou par des militants de la cause des enfants comme Leila Berg ouvrirent la voie à une acceptation progressive de la diversité dans les médias pour enfants : à une meilleure représentation des filles, mais aussi des enfants handicapés, des personnes issues de l’immigration et des minorités ethniques. Ces idées ont parfois pénétré les institutions ainsi que les publications de masse, comme nous l’avons dit, mais seulement de manière partielle, de sorte que beaucoup des livres publiés dans ces années 1968 nous paraissent, encore aujourd’hui, radicaux. Dans ces conditions, si 1968 est considéré comme un moment paroxystique d’effervescence révolutionnaire, nous devons aussi reconnaître que ces idées continuent à résonner et faire débat dans la culture enfantine aujourd’hui, depuis les productions médiatiques jusqu’aux institutions d’éducation, 50 ans après.

Haut de page

Notes

1 Voir par exemple le numéro de la Revue des livres pour enfants intitulé « 1965-1975, la mutation d'un paysage? » 244 (2008). Pour une bibliographie plus complète, voir l’article que Sophie Heywood consacre à la France dans ce numéro.

2 From Superman to Social Realism: Children’s media and Scandinavian childhood, Amsterdam, John Benjamins Press, 2016, p. 2.

3 Paola Vassali, « Pagine rivoluzionarie », dans Silvana Sola and Paola Vassali (dir.), I nostri anni 70: libri per ragazzi in Italia, Mantova, Maurizio Corraini, 2014.

4 Voir par exemple Lucy Pearson, The making of modern children’s literature in Britain. Publishing and criticism in the 1960s and 1970s (Farnham, Ashgate, 2013) – elle l’a aussi affirmé lors de son intervention au colloque qui a eu lieu à Tours en octobre 2017.

5 Voir à ce sujet les comptes-rendus par Arthur Marwick de 1968: The World Transformed et Les Années 1968: Le temps de la contestation, dans The English Historical Review, 459 (1999), p. 1384-1385 et 474 (2002), p. 1391-1393 ; et son livre The Sixties: Social and Cultural Transformation in Britain, France, Italy and the United States, 1958-74, Oxford, Oxford University Press, 1998.

6 Mathew Thomson, Lost Freedom: The Landscape of the Child and the British Post-War Settlement, Oxford, Oxford University Press, 2013, p. 1.

7 Ainsi l’essai de Martin Klimke et Joachim Scharloth, 1968 in Europe. A History of Protest and Activism, 1956–1977 (Palgrave Macmillan, 2008) commence en 1957, et Philippe Artières et Michelle Zancarini-Fournel (dir.) étirent la période jusqu’au début des années 1980 dans 68, une histoire collective (1962-1981) (Paris, Editions La Découverte, 2015).

8 Daniel J. Sherman, Ruud van Dijk, Jasmine Alinder et A. Aneesh (dir.) The Long 1968: Revisions and New Perspectives, Indiana Press, Bloomington and Indianapolis, 2013, Introduction, p. 2.

9 « Rethinking May 68 », Julian Jackson, Anna-Louise Milne, et James Williams (dir.) May 68: Rethinking France's Last Revolution, p. 3-16, notamment p. 4.

10 Il existe une importante littérature sur l’avant-garde de l’entre-deux-guerres. Le plus intéressant pour nous, bien que la focalisation soit largement anglophone, est l’étude de Kimberly Reynolds, Radical children’s literature: future visions and aesthetic transformations in juvenile fiction, Houndmills, Palgrave, 2007, chapter 2. Pour une perspective européenne, voir Elina Druker and Bettina Kümmerling-Meibauer (dir.) Children's Literature and the Avant-Garde, Amsterdam, John Benjamins, 2016.

11 Thomson, Lost Freedom, Introduction.

12 Voir par exemple Strandgaard Jensen, From Batman to social realism, p. 43-66 ; Mathilde Lévêque, Histoire de la littérature allemande pour la jeunesse (Paris, Éditions Thierry Marchaisse, 2017), chapitre 8. Pour des perspectives européenes et globales, voir Thierry Crépin et Thierry Groensteen (dir.) On tue à chaque page ! La loi de 1949 sur les publications destinées à la jeunesse Paris, éditions du temps, 1999 ; et John A. Lent, « The comics debate internationally », Jeet Heer et Kent Worcester (dir), Comics studies reader, (Jackson, University Press of Mississippi, 2009, p. 69-76.

13 En Grande-Bretagne, les théories concernant la psychologie infantile et la théorie de l’attachement popularisées par les travaux de John Bowlby sont un autre exemple de l’impact des années de guerre sur la perception de l’enfance comme fragile. Voir à ce sujet Thomson, Lost freedom, chapitre 3. En France voir les travaux d’Alfred Brauner, notamment son ouvrage Nos livres d’enfants ont menti! Une base de discussion (Paris, SABRI, 1951). Les débats autour de la loi de 1949 développèrent les mêmes idées, comme on peut le lire dans les articles que Mathilde Leriche publie dans la revue Vers l’Éducation Nouvelle en 1950 (n°44 et 45).

14 « Why Batman was Bad. A Scandinavian debate about children’s consumption of comics and literature in the 1950s », Barn, 3 (2010) p. 47–70, p. 66.

15 Les Petits Livres d’or : Des albums pour enfants dans la France de la guerre froide, Tours, Presses Universitaires François-Rabelais, 2016.

16 Voir par exemple, Loredana Farina (dir.) La casa delle meraviglie: La Emme Edizioni di Rosellina Archinto Milan, Topipittori, 2013, p. 29-39; Kimberly Reynolds, « Publishing Practices », Kimberly Reynolds et Nicholas Tucker (dir.), Children’s book publishing in Britain since 1945, Aldershot, Ashgate, 1998, p. 20-41. Pearson, The making of modern children’s literature, souligne également l’influence américaine, p. 20.

17 Interview de Tomi Ungerer et de Judith Kerr, BBC Radio 4 Today Programme, 4 Octobre 2011, http://news.bbc.co.uk/today/hi/today/newsid_9604000/9604157.stm.

18 Julia L. Mickenberg, Learning from the Left: Children’s Literature, the Cold War, and Radical Politics in the United States, Oxford, Oxford University Press, 2006, voir l’introduction, en particulier les pages 5-6.

19 Michael Grossberg, « Liberation and caretaking: fighting over children’s rights in postwar America », dans Paula S. Fass and Michael Grossberg (dir.), Reinventing childhood after World War II, Philadelphia, University of Pennsylvania Press, 2012, p. 19-37. Le passage concernant l’ALA se trouve p. 27-28.

20 Maurice Sendak, discours de reception de la Caldecott Medal, 30 Juin 1964.

21 Voir par exemple Christiane Clerc et al. (dir.) Images à la Page. Une histoire de l'image dans les livres pour enfants, Paris, Gallimard Jeunesse, 1984 ; Sola and Vassali (dir.), I nostri anni 70. Cette créativité fut mise à l’honneur par un numéro du magazine de design graphique Suisse Graphis en 1067 (n°131).

22 Voir aussi Druker et Kümmerling-Meibauer (dir.) Children's Literature and the Avant-Garde.

23 « Littérature enfantine : attention danger ! », interview de Jannick Jossin, L’Express, 11-17 décembre 1972, p. 139-40.

24 Bruno Bettelheim, « The Care and Feeding of Monsters », Ladies Home Journal, 48 (1969).

25 Pour une histoire des mouvements de libération des droits des enfants, voir Michael Grossberg, « Liberation and caretaking » ; en Grande Bretagne, voir Thomson, Lost Freedom, chapitre 4, et l’article de Lucy Pearson ; pour la Suède, ainsi que pour une bibliographie plus complète, voir l’article d’Olle Widhe.

26 « Liberation and caretaking », p. 20.

27 Klaus Petersen and Per Jensen, « Den lille røde bog for skoleelever: En bog og en masse ballade i 1969. », Arbejderhistorie: Tidsskrift for Historie, Kultur Og Politik 2-3 (2005), p. 85-98 ; David Limond, « The UK edition of The Little Red Schoolbook: a paper tiger reflects », Sex Education: Sexuality, Society and Learning, 12 (2012), p 523-534. Heywood et Strandgaard Jensen ont co-écrit un article (à paraître) sur la fortune éditoriale à l’échelle internationale du Petit livre rouge des écoliers.

28 Dans Picturing Childhood: The Myth of the Child in Popular Imagery (London, I.B. Tauris, 2004), Patricia Holland s’intéresse aux journaux d’élèves anglais, et Ludivine Bantigny a publié un recueil consacré à la France : La fabuleuse histoire des journaux lycéens (Paris, Les Arènes, 2014). Leur rôle dans le mouvement de mai 1968 est examiné par Didier Leschi et Robi Morder dans Quand les lycéens prenaient la parole. Les années 68 (Paris, éditions Syllepse, 2018).

29 Kim Reynolds développe cette idée dans Radical children’s literature, chapitre 1, notamment p. 2.

30 « Sous les pavés, l’album : des influences croisées d’une période et d’un genre littéraire », Revue des livres pour enfants 241 (2008), p. 89-97, notamment p. 95-6.

31 Benjamin Spock, The Common Sense Book of Baby and Child Care, la première edition date de 1946. Le livre est réédité en 1957, 1968 et 1976 sous le titre Baby and Child Care, puis en 1985 sous le titre Dr Spock’s Baby and Childcare.

32 « A New Wind Blowing from the Left: The Surge of Anti-Authoritarian Picturebooks in Germany after 1968 », billet publié sur le blog the Children’s 68, https://children68.hypotheses.org/334, le 25 novembre 2017.

33 Lost freedom, p. 206.

34 Sur les liens entre le féminisme et « 68 », voir Bibia Pavard, Les éditions des femmes: histoire des premières années, 1972-79, Paris, L’Harmattan, 2005, p. 36-43 ; Ann Taylor Allen, Women in twentieth-century Europe, Houndmill, Palgrave, 2008, chapitre 7.

35 Leslie Paris, « Happily Ever After: Free to Be… You and Me, Second-Wave Feminism, and 1970s American Children’s Culture », Julia Mickenberg et Lynne Vallone (dir.), The Oxford Handbook of Children's Literature, Oxford, Oxford University Press, 2011.

36 Bulletin du collectif Pour un autre merveilleux, Juillet 1976. Les archives du Sourire qui Mord et de l’autre entreprise Christian Bruel, Editions Etre, sont conserves à la bibliothèque de l’université de Clermont-Ferrand, http://bibliotheque.clermont-universite.fr/fonds-christian-bruel. Les documents relatifs au Sourire qui Mord sont classés sous la cote C10124.

37 Pavard, Les éditions des femmes, voir surtout son interview d’Adela Turin, p. 88-90.

38 Voir les chapitres de Geneviève Dreyfus-Armand et Robert Frank dans Geneviève Dreyfus-Armand, Robert Frank, Marie-Françoise Lévy et Michelle Zancarini-Fournel (dir.), Les années 68. Le temps de la contestation, Bruxelles, Éditions Complexe, 2000.

39 Lars Bang Larsen, « The Mass Utopia of Art Activism: Palle Nielsen’s The Model – A Model for a Qualitative Society », dans Lars Bang Larsen, Bartomeu Marí, Palle Nielsen (dir.) Palle Nielsen. The Model - A Model for a Qualitative Society, Barcelona, MACBA Collection, 2010. https://www.macba.cat/PDFs/lars_bang_larsen_eng.pdf

40 Loredana Farina (dir.) La casa delle meraviglie: La Emme Edizioni di Rosellina Archinto (Milan, Topipittori, 2013), p. 62 ; Arthur Hubschmid « Témoignage d’un éditeur : quarante ans à l’École des loisirs », Regards sur le livre et la lecture des jeunes : la Joie par les livres a 40 ans !, Paris, La Joie par les livres, 2005, p. 83-90, en particulier p. 84-86.

41 Images a la page, p. 21; pour l’Italie, voir Sola et Vassali, I nostri anni 70, p. 31-3.

42 Farina (dir.) La casa delle meraviglie, p. 59.

43 Ibid., p. 73.

44 Cet échange est traduit et publié dans le journal L’Arc, 29 (1966), p. 86-91.

45 Mathilde Lévêque dans son article pour ce numéro, ainsi que son livre Littérature allemande pour la jeunesse, p. 94-8.

46 Cette décision peut être consultée en ligne : Handyside v. the United Kingdom,(Application no. 5493/72) Judgment Strasbourg, 7 December 1976: http://www.bailii.org/eu/cases/ECHR/1976/5.html.

47 Pour de l’information sur la circulation de ce livre, voir Handyside v. the United Kingdom, (Application no. 5493/72).

Haut de page

Table des illustrations

Légende Ill. 1 : Logo, « Du côté des petites filles », éditions des femmes
URL http://journals.openedition.org/strenae/docannexe/image/1999/img-1.png
Fichier image/png, 321k
Légende Ill. 2 : « Il faut agir ! », badge distribuée avec la magazine Okapi
URL http://journals.openedition.org/strenae/docannexe/image/1999/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Légende Ill. 3 : Brigitte Wengoborski, première et quatrième de couverture, Fünf Finger sind eine Faust (Cinq doigts sont un poing), Basis Verlag, 1969
URL http://journals.openedition.org/strenae/docannexe/image/1999/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende Ill. 4 : Couverture, « The Children’s bust book », supplément au Children’s rights, mai-juin 1972
URL http://journals.openedition.org/strenae/docannexe/image/1999/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Légende Ill. 5 : Janet Frank, Tibor Gergely, Nos Papas, 1954. Edition française de Daddies, 1954
URL http://journals.openedition.org/strenae/docannexe/image/1999/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Légende Ill. 6 : Tomi Ungerer, image, Les Trois brigands, 1963
URL http://journals.openedition.org/strenae/docannexe/image/1999/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Légende Ill. 7 : Heinz Edelmann, image de couverture pour Hans Stempel et Martin Ripkens, Andromedar SR1, Cologne, Gertraud Middelhauve Verlag, 1970
URL http://journals.openedition.org/strenae/docannexe/image/1999/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Légende Ill. 8 : Nicole Claveloux, image pour Guy Monreal, Alala : les télémorphoses, Paris, Harlin Quist/ Ruy-Vidal, 1970
URL http://journals.openedition.org/strenae/docannexe/image/1999/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Légende Ill. 9 : Mikhail Anikst et Arkadii Troianker, image pour Stanislav Rassadin et Benedikt Sarnov, In the Land of the Literary Heroes, Moscow, Iskusstvo, 1979
URL http://journals.openedition.org/strenae/docannexe/image/1999/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Légende Ill. 10 : Helena Henschen, image de couverture pour Gunnar Ohrlander (Dr Gormander) When the Kids Seized Power, Stockholm, Gidlunds, 1969
URL http://journals.openedition.org/strenae/docannexe/image/1999/img-10.png
Fichier image/png, 233k
Légende Ill. 11 : Bernadette Després, image de couverture pour Andrée Clair, Nicole et Djamila, Paris, La Farandole, 1969
URL http://journals.openedition.org/strenae/docannexe/image/1999/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 328k
Légende Ill. 12 : Andrzej Strumiłło, image pour Helena Krzywicka-Adamowicz, Little Gabriel’s Great Day, Warsaw, Ruch Publishing House, 1968
URL http://journals.openedition.org/strenae/docannexe/image/1999/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Légende Ill. 13 : Bernard Bonhomme, image pour Marguerite Duras, Ah ! Ernesto Harlin Quist/ Ruy-Vidal, 1971
URL http://journals.openedition.org/strenae/docannexe/image/1999/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Légende Ill. 14 : Nella Bosnia, image de couverture pour Adela Turin, Rosaconfetto, Milan, edizioni dalla parte delle bambine, 1975
URL http://journals.openedition.org/strenae/docannexe/image/1999/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Légende Ill. 15 : Anne Bozellec, image de couverture pour Christian Bruel et Annie Galland, Histoire de Julie avec une ombre de garçon, Paris, Sourire qui mord, 1976
URL http://journals.openedition.org/strenae/docannexe/image/1999/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Légende Ill. 16 : Richard Kennedy, image de couverture pour Astrid Lindgren, Pippi Longstocking, traduction de Edna Hurup, Oxford, Oxford University Press, 1954
URL http://journals.openedition.org/strenae/docannexe/image/1999/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Légende Ill. 17 : Bo Dan Andersen, Søren Hansen et Jesper Jensen Andersen, Den lille røde bog for skoleelever (Le petit livre rouge des écoliers et lycéens) Copenhague, Hans Reitzels forlag, 1969
URL http://journals.openedition.org/strenae/docannexe/image/1999/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Légende Ill. 18 : Éditions francophones du Petit livre rouge des écoliers et lycéens, Paris, Maspero, 1971 et Lausanne, CEDIPS, 1971
URL http://journals.openedition.org/strenae/docannexe/image/1999/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 296k
Légende Ill. 19 : Édition anglaise du Petit livre rouge des écoliers et lycéens : Little red schoolbook, Londres, stage one, 1971
URL http://journals.openedition.org/strenae/docannexe/image/1999/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 158k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sophie Heywood, « Le ‘68 des enfants : introduction », Strenæ [En ligne], 13 | 2018, mis en ligne le 15 mai 2018, consulté le 27 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/strenae/1999 ; DOI : 10.4000/strenae.1999

Haut de page

Auteur

Sophie Heywood

Associate Professor in French Studies
Department of Modern Languages and European Studies
University of Reading, UK
Le Studium/Marie Skłodowska-Curie Research fellow in residence at InTRu (Equipe d’Accueil 6301), Université François-Rabelais de Tours - FR (2016-17)

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals