Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Bible et littérature de jeunesse, Cahiers robinson, n° 44, 2018, sous la direction de Béatrice Ferrier, 252 p.

Mariella Colin
Référence(s) :

Béatrice Ferrier (dir.), Bible et littérature de jeunesse, Cahiers Robinson, n° 44, 2018.

Texte intégral

  • 1 Northrop Frye, Le Grand Code. La Bible et la littérature [1981], trad. fr. C. Malamoud, Paris, Édit (...)
  • 2 Cf. Cécile Hussherr, Emmanuel Reibel (dir.), Figures bibliques, figures mythiques. Ambiguïtés et ré (...)
  • 3 Danièle Henky (dir.), L’Empreinte de la Bible : réécritures contemporaines de mythes bibliques en l (...)
  • 4 Nathalie Prince et Sylvie Servoise (dir.), Les personnages mythiques dans la littérature de jeuness (...)

1Ce numéro des Cahiers Robinson réunit un ensemble d’articles sur les relations entre la Bible (l’Ancien et le Nouveau Testament) et la littérature de jeunesse. L’étude des rapports entre la littérature et les Écritures ne date pas d’aujourd’hui — en Europe la Bible irrigue depuis toujours la littérature, pour laquelle elle représente un hypotexte fondamental, ou, comme l’affirmait Northrop Frye, le Grand Code1 — et elle s’est doublée de l’étude des mythes et des figures bibliques et leurs métamorphoses dans le patrimoine littéraire2. Même si la réflexion sur la réception des Écritures et des mythes bibliques dans les œuvres destinées au jeune public est plus récente, des jalons importants ont été posés dans ces deux domaines, grâce notamment aux ouvrages publiés par Danièle Henky (L’Empreinte de la Bible : réécritures contemporaines de mythes bibliques en littérature de jeunesse3) et par Nathalie Prince et Sylvie Servoise (Les personnages mythiques dans la littérature de jeunesse4). Ce numéro des Cahiers Robinson apporte une nouvelle pierre à l’exploration des horizons littéraires ouverts par la source biblique.

2Les contributions ici réunies sont précédées par une riche introduction de Béatrice Ferrier, nourrie d’un abondant apparat critique ; après avoir rappelé les apports principaux et les interrogations fondamentales de la bibliographie sur l’approche littéraire de la Bible étrangère à la théologie, elle oriente le lecteur vers les modalités spécifiques selon lesquelles les sujets bibliques ont été traités ou réécrits en littérature de jeunesse sur une période allant du xviiie siècle à nos jours. Le fil conducteur de ce recueil est en effet chronologique, ce qui permet de mettre en évidence une césure entre les œuvres des xviiie et xixe siècles, où priment les enjeux moraux ou apologétiques assignés à la transmission des textes bibliques, et celles des xxe et xxie siècles, où la distance instaurée par la désacralisation autorise le recours à tous les procédés narratifs : transformation, fictionalisation, parodie, transtextualité…

3Les quatre premiers articles portent sur la période xviiie-xixe siècles.

4L’âge des Lumières est représenté par les Contes moraux (1784) de Mme de Genlis. Il s’agit de contes qui obéissent à une représentation très « manichéenne » de l’existence humaine ; ils s’appuient essentiellement sur la morale du devoir, donnent lieu à des intrigues où est souvent présent un personnage alliant sagesse, tempérance et justice, et se concluent invariablement par une solution édifiante. Les références bibliques en sont totalement absentes, mais Josiane Morel considère que les Écritures, qui inspirent les notions fortes du bien et du mal, de la faute et de la rétribution, constituent la base éducative implicite de ces contes. Il ne s’agit pas seulement d’une matrice qui contribue à fonder la morale ; Josiane Morel s’applique à déceler tous les échos de la Bible et à renvoyer, conte après conte, à une série précise de textes et de figures de l’Ancien Testament (Genèse, Deutéronome, Décalogue, livre de Job, Judith…) et du Nouveau (les quatre Évangiles, les Lettres aux Corinthiens, aux Romains, aux Galathes…), ce qui peut susciter quelques perplexités : est-il bien sûr que les jeunes lecteurs de l’époque étaient en mesure de les percevoir ? Ces références bibliques sont-elles réellement à l’origine de ces contes, dont la morale du devoir pourrait tout aussi bien être associée à la leçon des Humanités classiques ? La conteuse, qui ne cite aucun passage ou personnage des Écritures, ne devrait-elle pas être considérée d’abord comme une éducatrice des Lumières ?

5Dominique Peyrache-Leborgne se penche sur les Kinder und Hausmärchen (Contes pour les enfants et la maison) des frères Grimm, et tout particulièrement sur les légendes et contes christianisés du recueil, qui contrairement aux autres mettent en scène des figures, une morale et une topique religieuses. Ces marques de christianisation diffèrent selon le sexe : les contes masculins sont remplis d’aventures et de farces des « gais-lurons », et les notes burlesques se multiplient avant qu’on en arrive à la punition ou à la fin édifiante ; les contes féminins en revanche se développent à l’enseigne d’une éthique austère, qui réserve les châtiments violents aux femmes impies et le sacrifice aux femmes pieuses. S’éloignant de la perspective de départ liée à la présence biblique et au religieux dans ces contes, la conclusion de Peyrache-Leborgne s’inscrit plutôt dans une problématique « de genre », en affirmant que ce corpus est un reflet de la morale sociale des sociétés patriarcales, fondée sur le principe de la disculpation des hommes et de la condamnation des femmes.

6L’article suivant porte sur l’œuvre apologétique que la comtesse de Ségur a consacrée aux deux volets de la Bible : Évangile d’une grand-mère (1866), Actes des Apôtres (1867) et Bible d’une grand-mère (1874) ; des trois livres, c’est surtout le dernier qui retient l’attention de Guillemette Tison, qui en examine attentivement le contenu et la forme. La comtesse écrit ce gros volume (561 pages) en suivant de très près l’ensemble des textes bibliques (à l’exception des livres « Poétiques et Sapientiaux ») avec une véritable honnêteté intellectuelle : elle n’en occulte pas la violence, ni les lacunes, et admet les limites de la raison face à l’inexplicable. Elle sait se montrer bonne pédagogue et manifeste un vrai talent de conteuse ; mais surtout, elle donne à l’ouvrage une authentique fraîcheur, en se plaçant, comme l’écrit Tison, à « hauteur d’enfant » : dans ce texte dialogué, les enfants interlocuteurs de la grand-mère ne sont pas des figurants, mais des personnages différenciés par leur âge et leur caractère, qui font preuve de spontanéité et de naïveté, mais aussi de bon sens et d’esprit critique.

7Isabelle Hautbout clôt cette première partie en recherchant la trace d’Abel et Caïn dans la littérature éducative du xixe siècle dans un corpus de textes divers pour les enfants. Il s’agit d’une référence biblique fréquente, mais ses occurrences sont liées à l’exploitation pédagogique du texte, qui fait d’Abel « l’enfant bon », et de Caïn « l’enfant mauvais dont les défauts sont à corriger ». Transformé en exemplum moral, le mythe biblique s’en trouve rapetissé, pour être mis au service d’une édification laïque qui ne donne plus le sentiment du sacré.

8Laurence Olivier-Messonnier inaugure la série d’études consacrées à la période plus récente. Elle propose une lecture inférentielle biblique des vicissitudes de deux personnages des albums de Benjamin Rabier : Flambeau le chien de guerre et Gédéon le canard. Sans voir pour autant dans ces albums des réécritures pures et simples des textes sacrés, elle considère ces deux personnages comme « des animaux aux missions évangéliques » qui sacralisent la condition humaine, et repère dans les dessins de Rabier des situations et des scènes puisées dans les évangiles et les livres bibliques. Et c’est surtout le canard Gédéon, qui, d’après elle, doit être vu comme « le bon apôtre », « le sage patriarche » proche de Salomon, au lieu d’être regardé comme un redresseur de torts, le porte-parole des idéaux humanitaires de Rabier.

9Interrompant la série d’analyses de la littérature de jeunesse, Nathalie Denizot fait le point sur la place faite à la Bible dans les programmes scolaires pour la classe de 6e, et retrace les grandes lignes de cette évolution ; la Bible fait son entrée dans le corpus des « textes anciens » en 1977, pour passer en 1996 dans le lot des « textes fondateurs » réunissant l’Antiquité, la Bible et le Coran, puis en être séparée et rendue autonome en 2015. Depuis, les manuels la classent parmi les « récits de création » : une évolution qui va de l’intérêt historique à la catégorie anthropologique, et qui trouve sa légitimité dans les visées culturelles de l’école.

10Plusieurs articles s’attachent ensuite à analyser la place et la reconfiguration de figures mythiques de l’Ancien Testament telles que Moïse, la reine de Saba ou Jonas. Marie-José Fourtanier examine les modalités d’inscription de la figure de Moïse dans un corpus de trois textes, dont deux sont apparentés au domaine scolaire, tandis que le troisième (Moïse, le prince en fuite de J. Lester) est un roman fictionnel, dans lequel le texte biblique sert de palimpseste à une histoire romanesque qui engage l’imaginaire du jeune lecteur. Aurélia Hetzel s’intéresse à la reine de Saba, un personnage biblique secondaire qui a eu une réception riche et contrastée : tantôt des adaptations simplifiées de la Bible, accompagnées de documents historiques, et tantôt des textes de fiction romanesque, qui mettent l’accent sur son voyage merveilleux. Ouvrant sur un imaginaire fabuleux, ce personnage de l’Ancien Testament devient un mythe littéraire qui se déploie dans un espace de liberté. Quant au mythe de Jonas, son inscription dans la littérature de jeunesse s’étend sur une longue durée, qui va du Magasin des enfants jusqu’à nos jours, en passant par Robinson Crusoé, Les aventures du baron de Münchhausen, Le petit soldat de plomb et Pinocchio. Tel que l’examine Lydie Laroque, le mythe se plie aux diverses interprétations des auteurs : il s’émancipe au fil des textes en prenant d’abord une connotation morale, pour révéler ensuite un caractère initiatique signifiant le passage de l’enfance à l’âge adulte ; enfin, dans les paraboles écologiques plus récentes, la figure s’infléchit vers un certain pessimisme sociétal. Des dysfonctionnements de la société sont également mis en cause dans le corpus de textes francophones pour le théâtre de jeunesse pris en considération par Laurianne Perzo : les mythes et les motifs bibliques évoluent vers une lecture laïque. Quand ils ne donnent pas lieu à des parodies et des travestissements burlesques, ils sont utilisés comme des arguments critiques envers les comportements humains, et servent à dénoncer une société inégalitaire.

11Deux nouvelles manières de présenter le texte biblique sont l’objet des contributions d’Eléonore Hamaide-Jager et de Florence Gaiotti. Eléonore Hamaide-Jager questionne une bible de Rebecca Dautremer et Philippe Lechermeier : une appropriation désacralisante qui voit d’abord dans la Bible un patrimoine littéraire multiple, fruit d’une écriture plurielle qui a utilisé toute la diversité des registres littéraires. Mais tout en étant résolument laïc, et en modernisant avec audace les figures féminines du récit biblique, le point de vue des auteurs respecte l’expérience christique quotidienne du croyant. Florence Gaiotti nous fait connaître une Bible singulière, qu’elle classe dans la catégorie de la pop culture, plus exactement dans ce qu’elle appelle le « Kitsch théologique » : la représentation en Lego par un artiste américain, Brendon Powell Smith, qui a donné lieu d’abord à un site, puis à une BD pour adultes, enfin à une version pour les enfants éditée en France sous le titre de La Bible en 1001 briques. Pour Florence Gaiotti c’est de loin le site qui offre la version la plus riche, où s’épanouit le vif intérêt de l’artiste pour les scènes de batailles, de destructions ou de sexe, tandis que la version BD est plus fade, et que l’édition pour la jeunesse se borne à illustrer quelques épisodes bibliques isolés.

12La présence biblique au cinéma est introduite par l’analyse de Life of Pi (2012) d’Ang Lee de Christine Prévost, transposition à l’écran d’un roman canadien, publié en France dans une édition pour la jeunesse avec le titre de L’Odyssée de Pi. Cette histoire du naufrage d’un cargo transportant des animaux, qui se termine par le long tête à tête, dans une chaloupe, d’un garçon nommé Pi avec un tigre du Bengale, est le résultat d’une superposition entre l’épisode biblique de l’arche de Noé et les récits de naufragés à la Robinson Crusoé. Le film met en scène un épisode miraculeux (la « tempête de Dieu »), car pour Ang Lee le cinéma doit faire exister l’incroyable et le merveilleux. Tout comme les albums de Rabier pour Laurence Olivier-Messonnier, le roman comme le film sur l’histoire de Pi font preuve d’un syncrétisme religieux, en montrant comment le chemin de l’homme vers le divin passe par la prise de conscience de son attitude envers l’animal.

13Les articles suivants sont consacrés à la fantasy contemporaine de langue anglaise, où l’univers biblique continue de constituer un fond commun, propice à engendrer le surnaturel et le merveilleux. Chantal Lapeyre et Jean-Louis Bischoff analysent la Trilogie du vent de Madeleine L’Engle, qui appartient au genre de la « fantasy éthique » (la bataille entre le Bien et le Mal) : parue en dans les années 1990, elle est devenue un classique de la littérature de jeunesse américaine. Nourrie de citations et de mythèmes bibliques, dans les personnages et dans la narration, la Trilogie a également recours à d’autres hypotextes et ne donne pas de primauté à la Bible. Les deux auteurs démontrent qu’elle se situe aux antipodes des finalités apologétiques ou moralisatrices traditionnelles, et qu’elle est structurée par le rapport au langage et à l’importance du Nom : l’idée d’une « parole de Nomination » est le mythe fondamental qui porte les personnages et promeut le spirituel contre le religieux. Isabelle Olivier identifie dans l’ange une nouvelle figure importante de la fantasy la plus récente, telle qu’elle s’impose dans deux cycles romantico-fantastiques : Hush Hush de Becca Fitzpatrick et Fallen de Lauren Kate, qui s’adressent à un lectorat de young adults. Tout comme dans quelques passages de la Bible (dont certains sont apocryphes), l’ange est une figure ambivalente : ces fantasies sont construites autour du mythe des anges déchus, amoureux des filles des hommes, qui abandonnent l’adoration divine et la condition angélique pour conquérir la liberté d’aimer.

14Les deux derniers articles s’éloignent de la littérature de jeunesse et du questionnement sur les modalités de la réception des sujets bibliques dans les œuvres s’adressant aux jeunes lecteurs, pour se tourner vers la culture populaire. Olivier Rota et Catherine Vialle entendent interpréter la figure du « zombie » à la lumière de la lecture du texte d’Ézéchiel 37 : un texte assez peu connu, où la vision des « ossements desséchés » du prophète Ézéchiel évoque l’espérance de la renaissance d’Israël au retour de Babylone, ou encore la résurrection des Justes au jugement final. Une interprétation qui peine à se révéler pertinente, puisque tout sépare les corps ressuscités du livre d’Ézéchiel du zombie, mort-vivant ou non-mort maléfique totalement désacralisé qui n’est promis à aucun retour à la vie. Enfin la contribution de Mathieu Pierre examine des séries télévisées américaines pour le grand public qui se réfèrent plus ou moins explicitement à la Bible : The Bible, Carnivàle et Buffy the Vampire Slayer. La première, qui condense l’Ancien et le Nouveau Testament en dix épisodes, a un but clairement didactique et vise l’enseignement religieux ; dans la deuxième, qui transpose les motifs bibliques dans l’Amérique de la première moitié du xxe siècle, les références à la Bible, souvent sur le mode de l’allégorie, sont implicites ; quant à Buffy the Vampire Slayer (qui concerne davantage les young adults), cette série véhicule des objets du culte chrétien vidés de leur symbolisme religieux (la croix, l’eau bénite), et directement reliés à la tradition du vampire initiée par Dracula de Bram Stoker.

15En conclusion, on peut considérer que l’ensemble des articles ici réunis explore et interprète des œuvres pour la jeunesse à l’enseigne de la diversité, et qu’ils répondent à l’intérêt du lecteur tout en suscitant parfois le débat.

Haut de page

Notes

1 Northrop Frye, Le Grand Code. La Bible et la littérature [1981], trad. fr. C. Malamoud, Paris, Éditions du Seuil, 1984 ; La Parole souveraine. La Bible et la littérature II [1990], trad. fr. C. Malamoud, Paris, Éditions du Seuil, 1994.

2 Cf. Cécile Hussherr, Emmanuel Reibel (dir.), Figures bibliques, figures mythiques. Ambiguïtés et réécritures, Paris, Éditions de la rue d’Ulm, 2002.

3 Danièle Henky (dir.), L’Empreinte de la Bible : réécritures contemporaines de mythes bibliques en littérature de jeunesse, Berne, Peter Lang, 2014.

4 Nathalie Prince et Sylvie Servoise (dir.), Les personnages mythiques dans la littérature de jeunesse, Rennes, PUR, 2015.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mariella Colin, « Bible et littérature de jeunesse, Cahiers robinson, n° 44, 2018, sous la direction de Béatrice Ferrier, 252 p. », Strenæ [En ligne], 14 | 2019, mis en ligne le 05 avril 2019, consulté le 22 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/strenae/2445

Haut de page

Auteur

Mariella Colin

Professeur des Universités. PRES Normandie Université (France) ; UNICAEN, ERLIS

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals