Navigation – Plan du site
Dossier thématique

Quellilà, les enjeux migratoires et les albums de jeunesse italiens contemporains

Teresa Solis

Résumé

Après un début de siècle marqué par une émigration massive, depuis les années 90 l’Italie est devenue un pays d’immigration, bien plus tard par rapport à d’autres pays européens. L’intégration des immigrés réguliers ne cesse cependant de susciter le plus vif débat, tout particulièrement en ce qui concerne l’acquisition de la nationalité italienne par les enfants dits de deuxième génération. À cela il faut ajouter que dans le cadre des flux migratoires actuels, l’Italie occupe une place spécifique : plongée dans la mer Méditerranée, elle représente un des principaux accès à l’Europe. C’est en Sicile que depuis quinze ans se succèdent les débarquements d’immigrés au départ des côtes nord-africaines. La présence immigrée – régulière ou non – occupe ainsi régulièrement la une des journaux et des débats publics qui s’interrogent sur les possibilités de cohabitation entre personnes de langues et cultures différentes. Les écoles se peuplent d’enfants bi- voire plurilingues, ou encore de nouveaux arrivants, autant de parcours de vie qui interrogent les enfants et qui nécessitent d’être analysés ensemble. Pour ces raisons, l’Italie se présente comme un cas d’un intérêt particulier. Comment dans ce pays qui se trouve au carrefour des routes migratoires, souvent première terre d’accueil, l’expérience de la migration est-elle racontée aux enfants ? Comment les albums de jeunesse italiens sensibilisent-ils à la problématique du vivre ensemble ? Comment traitent-ils les enjeux liés à la migration ? Pour répondre à ces questions, après avoir exposé de manière générale le contexte italien actuel vis-à-vis des migrations, nous nous concentrerons sur l’analyse de quatre albums de jeunesse contemporains : L’immigrazione spiegata ai bambini [L’immigration expliquée aux enfants] écrit par Marco Rizzo et illustré par Lelio Bonaccorso, Dall’Atlante agli Appennini [De l’Atlas aux Appenins] de Maria Attanasio (dessins de Francesco Chiacchio), Migrando [En migrant] de Mariana Chiesa Mateos (texte et images) et Quellilà [littéralement : « Ceuxlà »] de Daniele Movarelli (texte) et Michele Rocchetti (illustrations).

Haut de page

Texte intégral

Introduction1

  • 1 Nous sommes grées à Quentin Arnoud pour son aide précieuse et sa relecture attentionnée.
  • 2 Remarquons tout de même que d’après le rapport ISTAT (Institut National de Statistique italien), po (...)

1Au cours du xxe siècle, l’Italie a connu trois importants mouvements migratoires. Un premier, au tout début du siècle, d’émigration, qui a vu partir beaucoup d’Italiens vers d’autres pays européens ainsi que vers les Amériques. Un deuxième mouvement de migration lié au boom économique, interne au territoire italien, s’apparentant à un exode des populations du sud de la péninsule vers les cités industrielles du nord. À partir des années 1980, l’Italie devient un pays d’immigration2. Ce phénomène conduit l’État à reformuler ses lois en la matière, via la loi Martelli, promulguée en 1990. En effet, alors que les deux premiers mouvements migratoires concernent la circulation des Italiens, l’enjeu posé par le dernier est tout autre : il s’agit désormais de réglementer la présence étrangère sur le territoire.

2D’autant plus que ce changement de paradigme intervient au même moment où l’espace politique européen redéfinit la mobilité de ses ressortissants. Cela implique une catégorisation de la présence étrangère : d’une part les citoyens de l’espace Schengen, d’autre part les extra-communautaires, qui n’appartiennent donc pas aux pays de l’Union européenne. Dans les deux cas, ces présences suscitent des questionnements inédits pour la société italienne, concernant la cohabitation des langues et cultures étrangères sur le sol national. Cependant, les réponses à ces questionnements ne sont pas homogènes. Pour les Européens, il s’agit – dans l’enthousiasme de la construction européenne – de valoriser les langues et les cultures d’origine, perçues non pas comme clivantes mais comme variations d’une plus large culture européenne partagée. A contrario, les langues et les cultures des personnes en provenance d’Afrique, d’Asie et d’Europe de l’Est sont rapidement considérées comme une étrangeté insolvable nécessitant d’être tant bien que mal intégrées.

3Ces phénomènes nouveaux de circulation de populations ne se font pas sans heurts. Les nouveaux arrivants, tout particulièrement ceux d’Afrique et de l’est, suscitent des forts antagonismes, pour ne pas dire une vraie vague de xénophobie. Ces manifestations de rejet et de haine raciale se fondent sur une image du sud stéréotypée, qui porterait les traits de la pauvreté, de la fainéantise, de l’incivilité, du manque de culture, de la corruption, de la criminalité, voire dans les fantasmes xénophobes les plus exacerbés, de la bestialité. Ces mêmes stéréotypes avaient déjà touché les Italiens du sud au moment de leur arrivée dans les villes industrielles du nord du pays. L’arrivée importante des migrants issus d’États ou de pays considérés comme pauvres ou sous-développés a entraîné un déplacement des représentations dévalorisantes, qui avaient jusque-là investi les Italiens du sud, sur les nouveaux arrivants.

4Le cadre synthétique que nous venons d’évoquer montre à quel point les questions de migrations ont accompagné l’histoire sociale et politique de l’Italie tout au long du xxe siècle.

  • 3 Edmondo De Amicis, Cuore, Milan, Treves, 1886. Une nouvelle traduction française du texte a été pub (...)
  • 4 Cf. le poème « La valigia de l’émigrante » [La valise de l’émigrant], contenu dans le recueil Il tr (...)
  • 5 Parmi les dispositions concernant l’accueil et l’intégration en Italie d’enfants de langue étrangèr (...)

5Parmi les grandes tentatives pour répondre à ces questions, le recours fait par l’État à l’École en tant qu’appareillage intégrateur, lieu et moment privilégié pour la construction et la transmission du discours identitaire. Ce processus n’est pas sans intéresser le monde de la littérature. Tout comme Edmondo De Amicis en 1886 avait dans son célèbre Cuore3 [Le livre Cœur] intégré le sujet de la migration des Italiens vers les Amériques, dans les années 1960, Gianni Rodari aborde sans tabous le mouvement de migration interne4. Dans la continuité, se développe au cours des années 90 une nouvelle approche des problématiques migratoires à destination des enfants, cette fois-ci directement dans les circulaires scolaires. Ces circulaires ont pour objectif de valoriser la notion d’interculture au sein des pratiques éducatives. Cet effort vise la construction de la nouvelle citoyenneté à venir. La nature de plus en plus multiculturelle des classes dans les écoles a donc conduit à des changements d’approche dans les pratiques scolaires, notamment en ce qui concerne l’ouverture vers les langues premières des enfants, afin de valoriser leurs compétences personnelles. Il s’agit d’encourager le maintien de leur bilinguisme tout en sensibilisant les autres enfants à la connaissance d’autres idiomes5. C’est ainsi qu’à partir des années 1990, des livres bilingues commencent à être publiés, pour être lus à la maison ou à l’école, tous ensemble ou grâce à l’intervention de médiateurs. La prise de conscience d’un multilinguisme en Italie s’est également traduite par des changements dans les services de l’État, par exemple la traduction en plusieurs langues de certaines informations dans les lieux publics (les langues concernées sont le plus souvent l’anglais, le français, l’espagnol, l’arabe, le chinois et le roumain, en raison de la présence en Italie de personnes parlant ou comprenant ces langues).

  • 6 À ce propos, nous renvoyons aux travaux de Caroline Savi, « Immigrazione, cittadinanza, identità ne (...)
  • 7 L’approbation du texte de loi concernant la nationalité des enfants nés et grandis en Italie est tr (...)

6Une décennie plus tard, commencent les débarquements massifs sur les côtes de l’Italie du sud, qui depuis ne cessent de faire la une des journaux et d’occuper les agendas politiques. Par sa position géographique, l’Italie est une des principales portes d’entrée dans l’espace européen. Ces arrivées massives redessinent de manière plus générale le débat sur la présence étrangère en Italie, qui se cristallise autour de trois dimensions principales. La première dimension concerne les arrivées par la mer, et les enjeux éthiques et économiques qu’elles posent, notamment la perte des vies humaines, les tentatives de sauvetage et l’accueil des personnes sauvées et leur devenir. Ceci amène à la deuxième dimension, à savoir une situation de classification et de sélection de migrants, entre migration régulière et irrégulière, demandeurs d’asile, refugiés et migrants économiques. La troisième dimension concerne les migrants s’installant en Italie et leur mode d’intégration dans la société italienne, par exemple l’obtention de la nationalité, que ce soit des adultes arrivés ou de leur descendance. La loi en vigueur sur l’acquisition de la nationalité repose sur le principe du ius sanguinis : un enfant est italien lorsqu’au moment de sa naissance au moins un de ses parents a la nationalité italienne ; le parent en question peut être italien de naissance ou avoir acquis la nationalité suite à une démarche administrative. Le point fondamental est que la citoyenneté italienne soit acquise au moment de la naissance de l’enfant. Depuis 2011, le Parlement discute une nouvelle loi afin d’introduire le principe du ius soli mitigé, pour lequel tout enfant né en Italie serait italien6, sous certaines conditions, notamment la fréquentation de l’école (ius culturae). Toutefois, l’Assemblée est loin de trouver un accord et une nouvelle proposition de loi vient d’être encore une fois rejetée par le Sénat7.

7L’octroi de la nationalité italienne aux enfants nés en Italie de parents étrangers est un sujet très médiatisé, qui témoigne de l’évolution (ou de la non évolution) des politiques italiennes, ainsi que du débat public vis-à-vis de la présence étrangère. Sans doute parce que ce sujet hante le discours politique depuis désormais vingt ans, sans toutefois trouver sa résolution, il est devenu un sujet de discussion incontournable qui traverse toutes les couches de la société. Les enfants n’échappent pas à ce débat, comme en témoigne la vidéo récemment publiée par le périodique La Repubblica, où l’on voit des enfants nés en Italie de parents étrangers répondre à des questions sur leur quotidien et sur ce qu’être italien signifie pour eux8. Leurs réponses démontrent la bipolarité qui leur est imposée : d’une part, leur vécu quotidien, commun à tout enfant vivant en Italie, d’autre part, un cadre législatif qui nie leur italianité et qui ne réfléchit plus la réalité9. Négation d’autant plus forte dans un contexte où, tel que le montre la forme de cette enquête, la voix de l’enfant tend à devenir de plus en plus légitime. Le livre Italiani per esempio [Les Italiens, par exemple], publié il y a 8 ans par Giuseppe Caliceti10, enseignant d’école primaire, montre comment de manière générale les enfants sont de plus en plus appelés à s’interroger sur les termes récurrents de l’actualité, ici la migration11. Ce livre n’est pas un hasard, il s’inscrit dans une démarche de plus longue haleine dans le monde de l’édition qui vise le développement d’une littérature conçue comme support ludique permettant aux enfants de penser le monde et s’exprimer sur le monde.

8Si d’une part ces productions illustrent l’importance désormais accordée à la parole des enfants et représentent des instruments utiles pour parler de sujets complexes et épineux, il ne faut toutefois pas oublier qu’ils sont avant tout pensés et écrits par des adultes. Cet espace de réflexion pour l’enfant qu’est la littérature de jeunesse n’est pas un espace neutre. Il est imprégné par la culture qui l’a produit, dans un lieu et un temps donnés. L’analyse de cette littérature doit alors se pencher sur les représentations utilisées et diffusées, afin de mieux comprendre le contexte de création et d’en saisir les contradictions. Dans le contexte italien tel qu’évoqué plus haut, il nous semble pertinent d’appliquer cette lecture de contradictions à la thématique des enjeux migratoires telle qu’elle est traitée dans les albums de jeunesse. Afin de comprendre comment ces enjeux se trouvent problématisés dans les livres pour les plus petits, notre analyse se concentrera sur quatre albums parus entre 2008 et 2017. Nous avons fait le choix de considérer uniquement des albums écrits et illustrés par des Italiens.

9Comment alors dans ce pays qui se trouve au centre des routes migratoires, souvent première terre d’accueil, l’expérience de la migration est-elle racontée aux enfants ? Sous quelle tonalité est abordée la migration : pathos, rationalisation, édulcoration ou accentuation de certains traits ? Quelle forme de récit : format du conte, de l’épopée, du drame ? Quels moments du processus migratoire sont mis en avant ? Les causes de la migration, le voyage, l’arrivée, l’intégration ou le rejet (méconnaissance de l’autre, peur, préjugés) ? Quelle intégration est valorisée : multiculturalisme ou assimilation ? En quoi la sélection de certains de ces moments et le renvoi des autres dans un hors champs de l’album est déjà un discours ?

10Quel rapport intermédial entre le texte et les images ? En quoi la dimension iconotextuelle de l’album de jeunesse permet-elle de saisir les implicites du discours, liés au contexte socio-culturel de la création littéraire ? En quoi toutes ces différentes modalités de création servent et caractérisent un certain type de discours destiné aux enfants en Italie ?

11Par notre analyse, nous souhaitons apporter quelques éléments de réponse à ces questions, en considérant que, comme toute production artistique, les albums de jeunesse, même lorsqu’ils se veulent pédagogiques, sont faits de traits contradictoires entre l'intention de l’auteur et ses propres représentations inconscientes qui lui échappent et qui se laissent entre-apercevoir. Ces représentations inconscientes sont dans la plupart des cas l’ombre portée des contradictions que connaissent les sociétés. L’album de jeunesse est un lieu où se fait sentir de façon remarquable la tension entre d’une part une volonté active d’apporter aux enfants des sujets de réflexion, et d’autre part le recours plus ou moins conscient à des schémas qui cadrent (contenant ou contraignant) cette réflexion.

Avatar du multiculturalisme : le discours intégrateur

  • 12 Gianni Rodari, Grammaire de l’imagination : introduction à l’art d’inventer des histoires, trad. Ro (...)

12Avant d’exposer notre analyse d’albums qui parlent de migration et de cohabitation entre cultures différentes, nous tenons à rappeler l’importance qu’a eue en Italie l’œuvre de Gianni Rodari. Le travail de Rodari peut être considéré comme précurseur des approches interculturelles qui se développeront plus concrètement à la fin des années 80. Maître d’école et auteur de livres pour enfants, Rodari nourrit ses récits par un message d’égalité entre tous les êtres humains, et une profonde volonté d’éduquer au pacifisme et au respect réciproque. Non content d’écrire des livres à destination des enfants, cet auteur s’efforce de leur faire prendre eux-mêmes la plume. Dans son livre Grammaire de l’imagination : introduction à l’art d’inventer des histoires12, il défend l’importance de laisser libre cours à leur expression et donne aux adultes des conseils techniques pour stimuler l’invention d’histoires chez les enfants. Pour Rodari :

  • 13 Ibid., p. 199-200.

« Créativité » est synonyme de « pensée divergente », c’est-à-dire capable de faire éclater continuellement les schémas de l’expérience. Est « créatif » tout esprit qui est toujours en train de travailler, de poser des questions, de découvrir des problèmes là où les autres trouvent des réponses satisfaisantes, qui est à l’aise dans des situations fluides et mouvantes où les autres ne flairent que des dangers, qui est capable de jugements autonomes et indépendants (y compris vis-à-vis du père, du professeur et de la société), qui refuse le codifié, qui ne cesse de remanipuler objets et concepts sans se laisser inhiber par les conformismes. Toutes ces qualités se manifestent dans le processus créatif13.

  • 14 Voir à ce propos les contributions contenues dans Mariella Colin (dir.), La littérature de jeunesse (...)
  • 15 Gek Tessaro, Cavalcavia, Milan, Carthusia edizioni, 2016. Disponible sur YouTube : https://www.yout (...)
  • 16 Ibid. [notre traduction].
  • 17 Le programme de l’atelier est disponible sur le site internet de l’auteur : http://www.gektessaro.i (...)

13Inspirés par son travail, des auteurs tels que Roberto Piumini et Bianca Pitzorno poursuivront la transmission de ces valeurs dans leurs œuvres14. À partir des années 90, soit au moment où l’arrivée de personnes immigrées commence à être plus importante, du fait des regroupements familiaux, la présence d’enfants de pays lointains dans les écoles augmente, et des collections « ciblées » apparaissent. Il s’agit de livres parfois bilingues et naviguant entre fiction et vulgarisation. Ces supports visent deux types de public. D’une part, les enfants venus de loin qui apprennent la langue et la culture italiennes, d’autre part les enfants italiens qui sont invités à la tolérance, à travers la connaissance d’éléments-clés sur les cultures et les pays de provenance de leurs nouveaux camarades. C’est le cas des livres écrits par Vanna Cercenà et Graziella Favaro, dont le but est d’encourager le dialogue et la connaissance réciproque. Leur lecture doit susciter chez les enfants une réflexion sur les causes et les conséquences de la migration, et plus globalement sur les conditions du vivre ensemble. Conçus pour être utilisés en contexte scolaire ou extra-scolaire, ces ouvrages sont encore très marqués par un format classique du livre faisant la part belle au texte (l’image est surtout illustrative, rarement significative) et s’adressent le plus souvent à des enfants sachant lire. L’importance de l’image comme élément constitutif – voire privilégié – du récit accompagne l’évolution de la littérature qui s’adresse à un public de plus en plus jeune. À ce titre, l’image devient moteur du livre comme dans le travail de Gek Tessaro ; l’image n’accompagne pas le texte, elle le précède et le condense. Gek Tessaro est un auteur-illustrateur qui publie des albums de jeunesse depuis une vingtaine d’années. Bien qu’il n’ait pas jusqu’à présent entièrement consacré d’albums au thème de l’immigration, son travail est constamment traversé par une profonde attention à l’Autre et à la déconstruction des stéréotypes. Dans Cavalcavia15 [littéralement : « Chevauche et va-t’en »] il s’attaque à la figure du chevalier, héros positif et usuel des histoires pour enfants. Il rappelle que ce héros est aussi et avant tout un personnage de guerre (destrier, armure, lance). Les chevaliers de Gek Tessaro sont des personnages qui usent de violence et qui tentent de se justifier : « Trouer, percer, offenser, mordre, frapper, humilier, submerger, griffer, tuer, punir, marquer. Mais je le fais au nom de la paix16 ». Ce que nous invite à faire Gek Tessaro, c’est à nous méfier des images préfabriquées (ses images donnent l’impression d’être le résultat d’assemblages). Il faut apprendre à voir par soi-même et reconnaître nos ressemblances et nos différences. Cette perspective dépasse pour lui le cadre de l’album ou de l’édition mais prend corps dans les ateliers, tel que l’atelier « Due occhi, un naso, una bocca. Espressioni della multietnicità. Volti del nostro immaginario » (« Deux yeux, un nez, une bouche. Les expressions de la multiethnicité. Des visages de notre imaginaire »)17 qu’il propose aux écoles et qui visent à développer les capacités d’observation dans le but de relever et valoriser les différences qui font la spécificité de chacun.

Constitution du corpus et principes méthodologiques

14Au cours de notre bref excursus historique, nous avons pu constater le développement croissant de la littérature de jeunesse et l’ambition volontaire d’amener les enfants à s’interroger sur le monde, à l’heure même où l’immigration et l’intégration des nouveaux arrivants deviennent des axes forts du débat politique italien. La convergence de ces trois phénomènes nous amène à conjecturer qu’il devait y avoir l’opportunité d’une littérature de jeunesse traitant de la migration. Dans un premier temps, nous avons décidé de nous intéresser aux œuvres promues par le prix Andersen et la Foire du livre de jeunesse de Bologne, les deux distinctions les plus connues en Italie et les plus importantes consacrées à la littérature de jeunesse. Nous avons pensé que si le milieu de la culture italienne pour la jeunesse pensait la migration comme un sujet central dont il était nécessaire de parler aux enfants, il y avait de fortes chances que des albums dédiés à cette thématique soient promus dans le cadre de tels événements. Il nous semble en effet qu’au-delà de la qualité artistique qu’ils récompensent, ces prix, notamment au sein du marché littéraire, expriment une valeur morale. Ce type de manifestation, quasi institutionnel, possède une forme de capital symbolique. De ce fait, au vu de la situation migratoire en Italie telle que nous l’avons présentée au début de notre contribution, récompenser un album traitant de la migration n’est pas qu’une prise de position artistique, elle a également une valeur politique. Dimension politique d’autant plus essentielle quand nous avons vu que la littérature de jeunesse est presque toujours traversée d’intentions pédagogiques. Le relevé des livres et des auteurs récompensés au cours des dix dernières années nous a permis de déceler deux éléments. En premier lieu, ce sont souvent des auteurs et des livres étrangers qui ont gagné ces concours. Deuxièmement, nous n’avons pas recensé de livres – primés ou en compétition – qui traitent explicitement le thème du multiculturalisme. La plupart des albums traitent de thèmes généraux comme l’amitié, la solidarité entre pairs, le rapport aux adultes, sans forcément adopter un angle d’approche fondé sur les différences culturelles et linguistiques. Le biais des ouvrages primés n’ayant pas été productif (vide qui personnellement nous interroge et qui mériterait d’être approfondi), nous avons effectué la sélection des albums qui constituent notre corpus d’analyse à partir de recherches dans des librairies ainsi que dans les catalogues des bibliothèques municipales. Au cours de notre étude, nous établirons également des parallèles avec des albums étrangers traduits en italien, afin de mieux comprendre s’il existe un point de vue « national », spécifique à l’Italie, sur la migration.

L’immigrazione spiegata ai bambini, Il viaggio di Amal

  • 18 Marco Rizzo et Lelio Bonaccorso, L’immigrazione spiegata ai bambini. Il viaggio di Amal, Padoue, Be (...)
  • 19 Les exemplaires se concentrent surtout dans les villes du centre-nord, mais on en trouve des exempl (...)

15Le premier album considéré est L’immigrazione spiegata ai bambini. Il viaggio di Amal [L’immigration expliquée aux enfants. Le voyage d’Amal] de Marco Rizzo et Lelio Bonaccorso18. Il s’agit tout d’abord du seul album (jusqu’à présent) dont le titre affiche clairement la volonté des auteurs d’expliquer l’immigration aux enfants, et cela à travers l’histoire d’Amal, une petite chatte noire qui se trouve avec une fillette à bord d’un bateau traversant la mer, fort probablement la mer Méditerranée. Ce titre ambitieux interroge et laisse entendre que l’album offrira à travers ses textes et images une explication exhaustive de l’immigration au public enfantin. Dans le cadre de notre étude, il n’est pas anodin de remarquer qu’il s’agit d’un livre très récemment publié : il est en effet paru en 2016, c’est-à-dire dans une période où les arrivées d’immigrés ainsi que les naufrages des bateaux sur lesquels ils voyagent se sont intensifiés et ont fait beaucoup de morts. L’intérêt de se pencher sur cet album est alors aussi de comprendre comment un sujet d’une telle actualité a pu être traité dans un livre destiné aux plus petits. Qui plus est, cet album s’est révélé facilement accessible, aussi bien chez les libraires que dans les bibliothèques municipales. D’après une recherche sur le catalogue en ligne opac regroupant les catalogues de toutes les bibliothèques municipales italiennes, 62 bibliothèques possèdent un exemplaire de cet album, ce qui est beaucoup si l’on considère sa parution récente19. Il a donc dû avoir été acquis assez rapidement au moment de sa parution, ce qui témoigne de l’intérêt qu’il a sans doute suscité, surtout compte tenu des menues dotations financières destinées à l’enrichissement des fonds bibliothécaires. Pour ces raisons, cet album nous a paru significatif.

16Commençons par la couverture, qui évoque les protagonistes de l’histoire ainsi que le trajet qu’ils parcourent.

Lelio Bonaccorso, L’immigrazione spiegata ai bambini. Il viaggio di Amal, Padoue, BeccoGiallo, 2016, © Lelio Bonaccorso et BeccoGiallo.

17Comme on peut le voir sur l’image, la partie haute de la couverture (environ un tiers) représente une carte géographique où l’on reconnait les côtes nord-africaines et la Sicile. Sur la partie nord-ouest de l’île, on voit une croix qui indique probablement le lieu d’arrivée du voyage d’Amal. Dans les deux autres tiers de la couverture, on trouve les personnages principaux : Amal, le chien Joe, le faucon Alqamar et une chèvre sans prénom. Sur l’image, on voit aussi la petite fille qui accompagne Amal ainsi que trois adultes, les maîtres des autres animaux. Remarquons toutefois que l’on voit seulement les corps des adultes et pas leurs visages. Ce sera ainsi tout au long du récit. Ce n’est qu’à la toute fin, à la dernière page de l’album, que nous verrons tous les protagonistes de l’histoire en entier. Au cours du récit, les lecteurs apprennent les histoires de chaque animal ainsi que les raisons qui ont conduit leurs maîtres à partir. C’est Amal qui déclenche les récits en demandant à Joe pourquoi et comment il est arrivé à bord du bateau. Ils fuient la guerre, les persécutions, la pauvreté. L’histoire de ces êtres humains contraints à la fuite, est donc racontée aux lecteurs par le biais de leurs animaux. Ce recours aux animaux s’inscrit dans une tradition de la littérature de jeunesse – pensons aux Contes du chat perché de Marcel Aymé – qui elle-même hérite de l’anthropomorphisme des fables et contes de fées anciens. Parmi les personnages figure aussi le conducteur du bateau. On le voit une première fois lorsqu’il marche sur la queue de Joe le chien, mais on le voit surtout jeté à l’eau par les animaux après qu’il ait refusé de donner à boire aux passagers.

Lelio Bonaccorso, L’immigrazione spiegata ai bambini. Il viaggio di Amal, Padoue, BeccoGiallo, 2016, © Lelio Bonaccorso et BeccoGiallo.

18La violence physique exercée par le timonier sur le chien ainsi que son refus de donner à boire et à manger aux passagers, peuvent être considérés comme une version allégée des brutalités dont les migrants sont souvent victimes pendant leur traversée. La réaction des animaux qui arrivent à se libérer de cet homme représente l’espoir de voir cesser les abus perpétrés par les passeurs. Cette métaphore animalière d’une situation contemporaine n’est pas sans rappeler le conte des Musiciens de Brême, où un groupe d’animaux s’associe pour se libérer de leur oppression et disposer librement de leur vie. Cette réaction violente qui s’abat sur le méchant est méritée, car elle contrebalance les abus qu’il avait précédemment commis sur les protagonistes. Dans notre récit, à l’arrivée du bateau, les animaux sont placés tous ensemble dans des cages et c’est depuis cet endroit qu’ils racontent l’histoire de leur voyage. Une fois examinés par le service vétérinaire, ils pourront retrouver leurs compagnons humains.

Lelio Bonaccorso, L’immigrazione spiegata ai bambini. Il viaggio di Amal, Padoue, BeccoGiallo, 2016, © Lelio Bonaccorso et BeccoGiallo.

19La visite vétérinaire peut représenter les visites médicales auxquelles sont soumis les migrants à leur arrivée. Nous ne pouvons cependant pas nous abstenir de noter que la fin du voyage qui clôt le livre est très éloignée des tristes chroniques qui se répandent toutes les semaines depuis la Sicile, signe sans doute du message d’espoir que les auteurs veulent malgré tout lancer aux lecteurs. L’album explique aux enfants l’immigration des êtres humains en soulignant les raisons qui sont à l’origine des départs et les conditions du voyage, sans pourtant directement renvoyer aux cas de l’actualité. Par ailleurs, l’immigration est rapportée au seul voyage. Sont confiés au hors-champs le parcours du combattant pour l’obtention d’un statut régulier (sans parler des rapatriements), la difficulté de l’insertion et la rencontre avec l’Autre européen.

  • 20 Sophie Lamoureux et Guillaume Long, L’immigration à petits pas, Arles, Actes Sud, 2011.

20Le projet affiché dans le titre rappelle un autre album, L’immigration à petits pas20. Difficile de ne pas relever la proximité des titres. Paru en 2011 et traduit en italien l’année même de sa parution, cet album français est un vadémécum qui explique aux enfants ce qu’est la migration, pourquoi on émigre et quelles questions les migrations soulèvent. Dans les deux titres s’affiche une volonté commune, à savoir expliquer l’immigration aux enfants.

21Évidemment les deux formes sont différentes. L’une est une fiction, l’autre un documentaire. Ce dernier procède par entrées thématiques et nous avons pu constater que le traitement de la migration y est très complet. On pourrait alors se demander si la fiction, notamment façonnée sur le modèle du conte à fin heureuse, est un outil pertinent. Dans L’immigrazione spiegata ai bambini, les auteurs, par la métaphore animale et par la conclusion qui se veut résolument positive, exercent un double filtrage sur leur thématique. L’atténuation de la violence liée à la thématique migratoire ne se fait pas que par la structure narrative ou les personnages, elle passe également par les illustrations, par un univers graphique aéré (il y a de la place sur le bateau) et détendu (couleurs chaudes). Dans L’immigration à petits pas, les dessins offrent l’image d’une société plurielle mais tout de même soudée, tandis que le texte rend compte des nuances statutaires sans cacher les difficultés rencontrées par les personnes en trajectoire migratoire. Sans doute, le parti pris documentaire de Lamoureux et Long impose de lui-même une prise de distance entre le jeune lecteur et le sujet du livre, contrairement à l’album italien qui vise à susciter l’identification au(x) personnage(s). C’est un des axes sur lesquels se joue la prise de risque pour les œuvres fictionnelles, car faire vivre un événement violent, choquant et injuste au(x) personnage(s), c’est en partie le faire vivre aux lecteurs.

Dall’Atlante agli Appennini

  • 21 Maria Attanasio et Francesco Chiacchio, Dall’Atlante agli Appennini, Rome, Orecchio Acerbo, 2008. L (...)
  • 22 Maria Attanasio, « I battiti del Cuore al tempo della globalizzazione », en ligne : https://www.ore (...)
  • 23 Pour une étude approfondie sur les éléments historiques dans l’œuvre narrative de Maria Attanasio : (...)

22Contrairement à L’immigrazione spiegata ai bambini, l’album Dall’Atlante agli Appennini [De l’Atlas aux Apennins], écrit par Maria Attanasio et illustré par Francesco Chiacchio21, fait le choix d’impliquer le lecteur dans un univers sombre et violent. Ce choix répond à une exigence poétique de l’auteure, dont la déontologie expressive refuse « toute ostentation de bons sentiments22 ». Bien qu’elle soit enseignante et chef d’établissement, Maria Attanasio n’avait jusqu’alors jamais envisagé d’écrire pour les enfants. Écrivaine sicilienne, auteure de textes en prose, de poésie et d’essais, sa production narrative s’adressait jusqu’alors exclusivement aux adultes. Ancienne militante du parti communiste italien, elle entremêle dans ses ouvrages la fiction narrative aux intérêts d’ordre historique et social23.

  • 24 Edmondo De Amicis, Cuore, op. cit.
  • 25 Edmondo De Amicis, Sull’oceano, 1889, Milan, Garzanti, 2009.

23Le titre de l’album est un renvoi explicite au célèbre conte d’Edmondo De Amicis Dagli appennini alle Ande [Des Apennins aux Andes], contenu dans le livre Cuore [Le livre Cœur] publié en Italie à la fin du xixe siècle24. Le texte de De Amicis raconte l’histoire de Marco, un jeune garçon qui part à la recherche de sa mère émigrée en Amérique du Sud pour travailler et ainsi aider les membres de sa famille restés en Italie. N’ayant plus de nouvelles de sa mère, Marco entreprend un voyage qui, depuis le port de Gênes, le conduira en Argentine. Dès son arrivée, Marco est confronté à un grand nombre de difficultés qui l’empêchent de rejoindre sa mère et l’entraînent dans de nombreux périples. À travers ce récit, le dernier des récits mensuels que De Amicis propose à ses jeunes lecteurs dans le journal du jeune écolier protagoniste de Cuore, l’auteur aborde un thème – celui de l’émigration italienne aux Amériques – qu’il avait également traité dans Sull’oceano25 [Sur l’océan], un livre pour adultes où il retrace le parcours que les émigrants italiens affrontent pour arriver en Argentine. Le jeune protagoniste de Dagli Appennini alle Ande offre aux jeunes lecteurs de Cuore un exemple de courage et de ténacité face à l’adversité. Marco ne se rend jamais devant les obstacles qui entravent sa recherche, et persiste dans la volonté de retrouver sa mère.

24Le livre d’Attanasio est une réécriture actualisée du conte deamicisien, à partir du titre qui maintient les coordonnées géographiques de départ et d’arrivée : les Apennins et les Andes pour De Amicis, l’Atlas marocain et les Apennins italiens pour Attanasio. Ici, c’est Youssef qui part du Maroc pour chercher lui aussi sa mère, partie en Italie pour travailler à Bologne comme employée de maison, et ainsi aider ses deux enfants restés au pays. Pourquoi ce choix de réécriture ? Bien qu’éloignée du style et du paternalisme de De Amicis, Attanasio reconnait dans Cuore un modèle d’élan éthique et social. L’actualisation de l’œuvre de De Amicis illustre avec à propos l’évolution des histoires migratoires de l’Italie telles que nous les avons présentées dans notre introduction. Il y a un peu plus d’un siècle, Cuore nous parle des Italiens qui émigrent, alors qu’aujourd’hui Attanasio nous donne à voir l’Italie comme terre d’immigration. En outre, le récit dans le récit qu’était Dagli Appennini alle Ande pour Cuore, devient sous la plume d’Attanasio un récit autonome et moderne dans sa forme. Absentes dans Cuore, les images deviennent essentielles dans la structure narrative de Dall’Atlante agli Appennini.

25L’usage du fusain joue sur les intensités d’un trait tantôt fin tantôt nerveux, qui nous plonge dans les ténèbres ou qui nous projette vers la luminosité. Ce contraste de noir et de blanc, évoquant parfois de vieilles photographies, confère au récit une dimension ancienne, voire atemporelle. Se dégage à la fois une impression de réalisme et de fantaisie. Fantaisie qui s’invite par des jeux symbolistes. Par exemple, sur le dessin de couverture, on voit un petit bateau dessiné au fusain, pris dans la force des vagues marines et rempli de silhouettes agitées, dont une au fond aux bras levés qui cherche sans doute de l’aide. Au centre de l’image, la proue du bateau dans un mouvement de bascule semble happée par l’eau noire, tandis que les silhouettes, sombres et anonymes, trébuchent, s’agrippent, cherchent à échapper à l’inévitable. Le choix de cette illustration comme couverture d’album n’est pas anodin. Alors que le voyage en mer et le naufrage n’occupent qu’une faible partie du récit, leur mise en avant revendique le tragique d’une histoire qui n’est pas que celle d’un enfant, mais d’une destinée collective. La proue qui sombre dans l’abîme, c’est le radeau de la Méduse, c’est le naufrage d’Ulysse tel qu’il le raconte à Dante :

  • 26 Dante, La Divine Comédie, « Enfer », chant XXVI, vv. 137-142, trad. Jacqueline Risset, Paris, Flamm (...)

[…] de la terre nouvelle un tourbillon naquit, qui vint frapper le navire à l’avant. Il le fit tournoyer trois fois avec les eaux ; à la quatrième il dressa la poupe en l’air, et enfonça la proue, comme il plut à un Autre, jusqu’à ce que la mer fût refermée sur nous26.

Francesco Chiacchio, Dall’Atlante agli Appennini, Rome, Orecchio Acerbo, 2008, © Francesco Chiacchio et Orecchio Acerbo.

26L’histoire racontée dans l’album se divise en trois parties, que l’on pourrait résumer ainsi : la première partie est consacrée au départ de Youssef du Maroc, la deuxième à son arrivée et son séjour en Sicile, et la troisième à la recherche de sa mère entre les villes de Bologne, Turin et Venise. La première partie se révèle particulièrement intéressante par la manière de raconter le départ ainsi que pour les images qui l’accompagnent. L’histoire s’ouvre en effet sur un groupe de personnes aux provenances variées qui se trouvent en Libye et qui attendent jour après jour dans un « centre de rassemblement » que leur bateau parte, un départ toujours repoussé. Une image raconte cet enfermement avant même que le texte commence.

Francesco Chiacchio, Dall’Atlante agli Appennini, Rome, Orecchio Acerbo, 2008, © Francesco Chiacchio et Orecchio Acerbo.

27Dans cette image, nous retrouvons ce mélange de réalisme et de symbolisme dont nous parlions précédemment. Dans toute la partie inférieure du dessin, un groupe d’hommes, de femmes et d’enfants, assis sans distinction dans le noir. Au fond, dans la partie supérieure, une source blanche attire le regard. Ce que l’on peut d’abord prendre pour un rayon de lumière (peut-être l’interstice d’une porte qui s’ouvre), est en fait la barbe d’un vieillard. En tant qu’ancien, Sidi Habibi raconte des histoires pour remplir l’attente douloureuse. Voix sage de la communauté, il en est aussi la mémoire. Une fois de retour au Maroc, à la fin de l’album, ce sera encore lui le narrateur et le témoin des voyages de tous ses camarades partis pour l’Europe. Métaphore de l’ancêtre veillant sur le groupe comme de la parole et de la mémoire qui circulent, sa barbe se déploie comme une étoffe qui entoure, lie et protège. Dans l’enfermement, elle est comme une présence rassurante. Un enfermement forcé, comme l’on apprendra par la suite lorsqu’un des personnages entend un bruit de verrou, qui met en évidence les conditions du départ de nombreux migrants. La première partie de l’album, profondément ancrée dans la réalité actuelle des immigrations clandestines en Italie, n’est en rien édulcorée. Elle révèle dès le début les risques que ces voyages entrainent. Alerté par de soi-disant assistants au départ (sur lesquels on n’en apprend pas davantage) de l’arrivée imminente du bateau, le groupe commence à s’agiter, se lance à la mer dans l’espoir d’atteindre l’embarcation et de partir enfin.

  • 27 M. Attanasio et F. Chiacchio, Dall’Atlante agli Appennini, op. cit., p. 14 [notre traduction].

28La longue ligne de migrants se concentre dans une dense et chaotique nuée ; ils s’élancent tous ensemble en courant sur l’embarcation, qui dans l’impact éclate dans un enchevêtrement de corps et d’axes en bois flottant ; un garçon chancelant et une jeune Sénégalaise – qui malgré les plaintes générales, chantait des airs jour et nuit à son bébé qui pleurait – se font emporter. Une autre embarcation arrive, ils s’entassent à nouveau désespérés, le même épilogue : encore des corps écrasés – un homme âgé et un jeune – qu’on dépose à côté des autres. Resté assis à attendre que l’un des deux jeunes revienne du bateau le chercher – « tu auras la place la plus confortable », lui avait dit Fouad en courant vers l’embarcation – Sidi Habibi entend le cri de Youssef : il demande, il sait27.

29C’est une scène d’action, qui se traduit par un débordement, par une surabondance de verbes et d’adjectifs qui témoignent de la frénésie et de la violence du moment. « Dense et chaotique, s’élancent, éclate, enchevêtrement, chancelante, s’entassent, désespérés, encore des corps écrasés, le cri » ; tous ces termes convoquent un champ lexical du désordre, de l’égarement, du bruit et de la fureur. À ce texte succèdent deux images. Occupant chacune deux pleines pages, elles prennent le relais des mots pour exprimer ce qui ne peut être dit.

Francesco Chiacchio, Dall’Atlante agli Appennini, Rome, Orecchio Acerbo, 2008, © Francesco Chiacchio et Orecchio Acerbo.

Francesco Chiacchio, Dall’Atlante agli Appennini, Rome, Orecchio Acerbo, 2008, © Francesco Chiacchio et Orecchio Acerbo.

30Semblables à deux photographies de reportage, ces images sont, à l’inverse du dynamisme exprimé par le texte, d’une angoissante immobilité. La première nous montre la foule des personnes sur la plage qui attendent l’embarcation, dos au lecteur, le regard tourné vers la mer. La lumière lointaine éclairant l’horizon, laisse espérer une échappatoire. À l’inverse, la deuxième dans un cadre plongeant nous montre la même foule entourant le corps désormais sans vie de Fouad, le jeune garçon ami de Youssef. Le premier chapitre se conclut ainsi, avec la mort d’un enfant. Sur ce deuxième dessin, nous sommes presque tentés de dire sur ce deuxième cliché, la foule qui s’était oubliée, abandonnée à la folie et au désir d’embarquer, se retrouve. Sous le regard de l’ancien, Sidi Habibi, la communauté se reforme. Les corps allongés attrapent les lecteurs, qui sont ainsi violemment confrontés aux risques mortels que le départ des migrants entraine. Pour Youssef, avant même le départ, la mort de son ami Fouad, marque irrévocablement la fin de son enfance. Période qu’il se remémore une dernière fois pour expier la douleur. Ce renvoi dans le passé puis le retour au temps présent, se fait par l’horloge qui surplombe l’horizon. Elle symbolise à la fois le seul objet que Youssef a pu conserver de son ami Fouad, ainsi que l’heure du départ qui pèse comme un sinistre compte à rebours sur la destinée de ceux et de celles qui, entassés sur le pont, n’ont plus qu’à partir.

Francesco Chiacchio, Dall’Atlante agli Appennini, Rome, Orecchio Acerbo, 2008, © Francesco Chiacchio et Orecchio Acerbo.

  • 28 Ibid., p. 37 [notre traduction].

31La fin du voyage ne tarde pas à arriver ; elle est tristement prévisible et partiellement annoncée par la phrase finale du chapitre trois : « Ce fut la haute mer. Bleue et sans issue28 ». Le bateau fait naufrage et ses vagues noires entourent Youssef ; au loin derrière lui, on aperçoit la proue du bateau qui s’effondre et un corps qui tombe à l’eau.

Francesco Chiacchio, Dall’Atlante agli Appennini, Rome, Orecchio Acerbo, 2008, © Francesco Chiacchio et Orecchio Acerbo.

  • 29 M. Attanasio, « I battiti del Cuore al tempo della globalizzazione », op. cit. [notre traduction].

32Au cours de la deuxième partie, l’auteure parle de la condition des mineurs qui partent seuls, des procédures qui les attendent une fois arrivés en Italie ainsi que des abus dont ils peuvent être victimes. À son arrivée en Sicile, Youssef devient un clandestin obligé de travailler dans des serres pour un salaire misérable. Il arrivera tout de même à trouver une issue à cette situation et à s’échapper pour partir à la recherche de sa mère dans le nord du pays. Il apprend enfin que sa mère se trouve en Sicile où il revient pour la rejoindre. À la fin de l’album, l’auteure explique que Sidi Habibi, rentré au Maroc, racontera l’histoire de Youssef ainsi que les histoires d’autres personnes, des histoires qui finiront bien, « pour ne pas trahir la vie, pour le réconfort et pour l’espoir, pour une justice réalisée. Qui n’existe pas, mais qui peut exister ». Autrement dit, les histoires de ce genre ne se terminent pas toujours ainsi, mais ce serait ainsi qu’on voudrait qu’elles se terminent. Ces histoires que l’on se raconte, bien que fictives, n’en portent pas moins une vérité, comme l’exprime bien Maria Attanasio : « Youssef n’est pas un personnage réel, mais d’une profonde vérité29 ».

  • 30 Armin Greder, L’île. Une histoire de tous les jours, trad. Gaëlle Toquin et Claude Dagail, Bordeaux (...)

33Le réalisme parfois dur de cet album nous fait penser à L’île. Une histoire de tous les jours d’Armin Greder30. Également publié par la maison d’édition Orecchio Acerbo, L’île a été traduit en italien par le romancier Alessandro Baricco. Cet album nous semble particulièrement important par le déroulement du récit (les images très parlantes évoquent la distance et l’inégalité entre les personnes) ainsi que par son final, loin d’être heureux. L’île est un des rares albums où la fin est si pessimiste.

  • 31 Cf. Éléonore Hamaide-Jager, « "La terre nous est étroite" ou la représentation de l'étranger dans L (...)
  • 32 M. Attanasio et F. Chiacchio, Dall’Atlante agli Appenini, op. cit., p. 108 [notre traduction].

34Il nous semble utile de souligner certains rapprochements entre cet album, par ailleurs longuement analysé dans ce numéro de Strenae par Eléonore Hamaide-Jager31, avec Dall’Atlante agli Appennini. Tout comme la première partie de l’album d’Attanasio, il propose une narration qui sort du cadre habituel. En effet, les deux albums n’hésitent pas à montrer la xénophobie et le rejet arbitraire dont les étrangers peuvent être l’objet, ou encore la mort qui peut les surprendre lors de leurs voyages vers l’Europe. Si l’album d’Armin Greder ne laisse guère d’espoir sur les possibilités d’accueil et d’intégration des étrangers, dans l’album d’Attanasio il est tout de même possible de relever des éléments positifs de rencontre. Arrivé en Sicile, Youssef est obligé de travailler comme clandestin dans la récolte des fruits et légumes. C’est ainsi qu’il rencontre Orazio, un conducteur de camion chargé du transport de ces produits dans toute l’Italie. Youssef et Orazio apprennent à se connaître et se lient d’amitié. Grâce à Orazio, Youssef parvient à s’échapper et à rejoindre le nord de l’Italie, où commence la recherche de sa mère. Orazio joue ainsi le rôle d’auxiliaire, et grâce à lui Youssef peut véritablement commencer son voyage. Un voyage dans l’espace qui, comme nous l’avons remarqué, l’amène dans différentes villes italiennes. À la fin de l’album, ayant appris que sa mère se trouve à Catane, Youssef rentre en Sicile, où Orazio l’attend à la gare, pour le conduire auprès d’elle et lui permettre d’achever son voyage aux allures de quête initiatique. En effet, le périple de Youssef n’a duré que quinze jours, mais Orazio le trouve profondément changé. Les dernières paroles de Youssef montrent un jeune garçon avec une compréhension accrue de lui-même. Ce qui semble être devenu limpide pour Youssef reste au contraire encore obscur pour le lecteur. En effet, l’auteure met dans la bouche de Youssef une référence énigmatique au récit de De Amicis, qui vient troubler le lecteur : « "Je suis un autre", répond Youssef, "le petit Marco et Youssef ont fait la paix32" ». Youssef sort ainsi de son cadre de personnage, et semble vouloir adresser une conclusion, une vérité, une confidence aux lecteurs. Il semble savoir être l’actualisation contemporaine de Marcuccio, comme il appelle le petit garçon de Dagli Appennini alle Ande, recourant à un diminutif du prénom Marco. Cette forme, nommée en italien vezzeggiativo, dénote une proximité affective. D’où peut venir cette tendresse pour Marco ? Et quelle peut en être la signification ? Certes, les péripéties semblables que les deux jeunes affrontent pour retrouver leurs mères les rapprochent. Selon nous, l’histoire aurait pu s’arrêter avec la prise de conscience par Youssef du changement que le voyage a opéré en lui. La réconciliation avec Marco dépasse alors le simple cadre narratif, et se fait métadiscours qui met en tension la notion d’étranger à travers le temps, l’espace et la poétique des auteurs (De Amicis et Attanasio). Aujourd’hui, la catégorie d’étranger est trop souvent aplatie à son seul sens administratif et de provenance géographique. Toutefois, la notion d’étrangeté renvoie aussi à quelque chose d’inconnu, c’est-à-dire à l’expérience, ou la non-expérience, d’une situation ou d’un phénomène. Pour Youssef, arrivé à la fin de sa quête, l’expérience humaine de Marco, malgré le temps et les générations qui les séparent, devient désormais intelligible. Leurs histoires parallèles trouvent paradoxalement un point d’intersection, qui n’est pas une rencontre physique, mais une reconnaissance de l’Autre en miroir. La reconnaissance dans l’Autre de sa propre trajectoire. Certes, Marco et Youssef sont différents, tout comme diffèrent les récits de De Amicis et Attanasio. Dans le texte de De Amicis – comme dans tout l’ouvrage de Cuore – l’héroïsme est central, les personnages doivent toujours se construire par rapport à cet idéal et faire la preuve de leur valeur. À la différence des personnages de De Amicis, qui agissent comme « caractère », illustration de vertus, Youssef change. L’acte héroïque du xxie siècle, c’est d’affronter la question de la circulation des personnes et de l’identité. Chez De Amicis, il s’agit de révéler sa nature : Marco est courageux et la recherche de sa mère lui permet de le montrer. À travers ses personnages, De Amicis véhicule un modèle éducatif auquel les enfants doivent se conformer. En revanche, l’éducation selon Attanasio est celle de la quête de soi, symbolisée par le voyage concret dans l’espace. C’est le changement nécessaire et le rapport au temps. Pour Youssef, deux semaines équivalent à une vie. Cependant, à travers son personnage, Attanasio elle aussi « fait la paix » avec la poétique déamicisienne. La réconciliation concerne sans doute aussi l’auteure dans son propre rapport à De Amicis et aux modèles imposés de son enfance. Comme elle l’explique, lors de sa relecture du classique deamicisien :

  • 33 M. Attanasio, « I battiti del Cuore al tempo della globalizzazione », op. cit. [notre traduction].

Je commençai avec la lecture de Cuore. Je lus et je relus. Tout ; pour posséder chaque ligne de ce roman de formation, où les récits représentent les étapes d’une prise de conscience historique, sociale et – cas rarissime en Italie – laïque. Mais aussi pour essayer de comprendre depuis l’intérieur le savant montage de son langage ; le choix conscient et lucide d’une écriture engagée qui courageusement sacrifie les moyens de la littérature à la nécessité expressive de creuser une brèche, de captiver et de modifier la manière de sentir et de penser des jeunes lecteurs. En y parvenant pour plus d’un siècle. […] Mon rapport avec le texte de Edmondo De Amicis ne regarde pas seulement la structure narrative mais aussi un profond partage de l’élan éthique et social – évidemment, réinterprété dans la contemporanéité – qui motive Cuore. La recherche et les retrouvailles avec la mère, pour le protagoniste de mon récit, coïncident en effet avec la prise de conscience d’un noyau de valeurs – telles que l’instruction, l’honnêteté, la justice sociale, la solidarité, la reconnaissance et le respect de l’autre – qui, en temps de dictature de l’économie et de crise d’un modèle du monde à caractère anthropocentré, ne vont pas de soi, mais qu’il faut reconquérir culturellement, et réaffirmer avec force. Car la barbarie de nouveau se profile menaçante à l’horizon de l’histoire : avec la criminalisation des clandestins, la chasse aux mendiants, la persécution de la différence, les incendies des camps des Roms, le retour des croix gammées camouflées de la modernité33.

Migrando

35La posture énoncée par Maria Attanasio, à savoir « réaffirmer avec force » la défense toujours réactualisée d’un noyau de valeurs solidaires, est une belle illustration de la ligne éditoriale de la maison d’édition Orecchio Acerbo. Créée en 2001, cette maison a comme objectif de « contredire les règles du marché. Déplacer le point de vue, chercher une autre perspective34 ». Elle porte dans son bagage l’héritage de Gianni Rodari. Le nom est en fait un jeu de mots entre le vers d’un poème de Rodari (« Un signore maturo con un orecchio acerbo », « Un monsieur âgé avec une oreille acerbe ») et le nom de famille de la fondatrice, Fausta Orecchio. Persuadée qu’il n’existe pas une littérature pour l’enfance séparée d’une littérature pour adulte, mais que toute histoire peut aider grands et petits à mieux comprendre la réalité, la maison a su aborder le thème de la migration au cours des dernières années avec originalité, courage et finesse. Leurs publications comprennent aussi bien des traductions d’œuvres étrangères, comme les travaux d’Armin Greder, que des auteurs italiens, comme la déjà citée Maria Attanasio ou encore Mariana Chiesa Mateos.

  • 35 Mariana Chiesa Mateos, Migrando, Rome, Orecchio Acerbo, 2010. Publié d’abord en Italie, l’album a é (...)

36Née en Argentine à La Plata en 1967 d’une famille d’immigrés espagnols, Mariana Chiesa Mateos est émigrée à son tour en Espagne à l’âge adulte. Elle s’exprime à travers la gravure, la peinture et la bande dessinée. Depuis 2008, elle habite et travaille en Italie, où elle a publié l’album Migrando35 [« En migrant »]. Traduit et publié dans d’autres pays, la première parution de l’album se doit à la maison d’édition italienne Orecchio Acerbo, et pour cette raison nous l’avons inclus dans notre étude. L’album est divisé en deux parties complémentaires et inversées l’une par rapport à l’autre, il peut se lire tête-bêche et a donc deux entrées. Toutes deux sont précédées d’une brève préface où l’auteure expose les raisons qui l’ont conduite à la création d’un tel album. D’un côté, elle veut rendre hommage à ses grands-parents partis en Argentine et à tous les Européens qui ont fui les guerres et la pauvreté, et qui ont trouvé aux Amériques une terre où reconstruire leurs existences. D’un autre côté, l’album est dédié aux personnes qui aujourd’hui sont obligées de quitter leur pays d’origine à cause des conflits, des persécutions et de conditions économiques défavorables. Cette courte préface représente les seuls mots de l’album. Il n'y a pas d’autres paroles, uniquement des images, qui laissent à ceux et celles qui lisent la liberté de mettre en récit le sens et qui se prêtent à de multiples interprétations.

37Dès les illustrations en couverture, l’auteure rapproche la migration humaine de celle des oiseaux, en faisant de la migration une expérience ample qui dépasse les frontières de l’actualité.

38On peut voir en effet des silhouettes de visages humains sur des corps d’oiseaux, ce qui renvoie à l’idée exprimée par Chiesa Mateos que la migration ne concerne pas seulement les êtres humains.

Mariana Chiesa Mateos, Migrando, Rome, Orecchio Acerbo, 2010, © Mariana Chiesa Mateos et Orecchio Acerbo.

  • 36 Sandra Poirot Chérif, L’oiseau de Mona, Voisins-le-Bretonneux, Rue du monde, 2008.

39Si l’oiseau est la métaphore de la migration, les arbres, omniprésents dans le livre, symbolisent la maison, les racines et le lien généalogique. Une autre image permet d’évoquer les raisons des départs. Ici, sur les deux pages, se déploie le mouvement migratoire. À gauche, aux teintes noires et rouges, des arbres en feu, des hommes en arme et des cadavres symbolisent les conflits et la violence qui ravagent les pays d’origine. Au centre, des bateaux sur lesquels embarquent des oiseaux noirs, affrontent les vagues de la mer. Ces oiseaux noirs symbolisent les migrants. Le choix de la couleur est intéressant, car le noir peut autant renvoyer à la couleur du deuil (pour le pays et les proches perdus ou abandonnés) qu’aux connotations négatives qui entourent cet animal, considéré comme un oiseau de mauvais augure, symbole de menace imminente. On retrouve fréquemment ce motif dans les albums contemporains qui parlent de migration, comme L’oiseau de Mona, de Sandra Poirot Chérif36. À droite, un nouvel arbre reçoit les passagers des bateaux, en représentant les possibilités de vie qui s’ouvrent aux arrivants. En bas de la même page, deux silhouettes observent toute la scène, ou plutôt l’une d’elles est en train de l’évoquer. En effet, on retrouve dans cette image la technique de la bulle des BD. Ces scènes sont donc la représentation imagée d’un récit.

Mariana Chiesa Mateos, Migrando, Rome, Orecchio Acerbo, 2010, © Mariana Chiesa Mateos et Orecchio Acerbo.

40Ici, se trouve mis en avant un aspect parfois sous-estimé des migrations. Considérée la plupart du temps comme un enjeu politique, la migration n’est pas qu’un simple déplacement physique, mais elle intègre également les récits familiaux et personnels. À travers ses dessins, Mariana Chiesa Mateos rappelle que le phénomène migratoire est constitutif de l’humain. Contrairement aux discours nationalistes ou identitaires, pour l’auteure, la migration n’empêche pas le sentiment d’enracinement. On retrouve alors un rapprochement entre les migrations d’aujourd’hui en Europe et celles des Européens au début du xixe siècle. Cela est particulièrement évident à la moitié de l’album, là où les deux parties se rejoignent.

Mariana Chiesa Mateos, Migrando, Rome, Orecchio Acerbo, 2010, © Mariana Chiesa Mateos et Orecchio Acerbo.

Mariana Chiesa Mateos, Migrando, Rome, Orecchio Acerbo, 2010, © Mariana Chiesa Mateos et Orecchio Acerbo.

Quellilà

  • 37 Daniele Movarelli et Michele Rocchetti, Quellilà, Turin, Giralangolo, 2017.
  • 38 Nous traduirons désormais par « ceuxlà », sans trait d’union. L’absence de tiret est un choix de tr (...)

41Le dernier album que nous présentons s’intitule Quellilà37 [littéralement : « Ceuxlà »] et il a été publié par la maison d’édition Giralangolo en 2017. Le sujet de l’album est le rapport à l’Autre, un Autre inconnu et étranger. Dès le titre, on trouve en effet la marque de la méfiance que l’Autre peut susciter. Quellilà est un semi-néologisme créé en liant le déterminant pluriel quelli à l’adverbe de lieu . Signifiant littéralement « ceux-là », l’orthographe correcte voudrait les deux termes séparés par un espace : quelli là. Or, le fait d’attacher ces deux termes produit une nouvelle entité renvoyant à tous ceux qui sont quelque part là-bas, qui sont loin et opposés à un « nous » implicite38. À cela s’ajoute la nuance que porte en italien cette expression. Lorsqu’on parle de quelqu’un en disant quello là ou quella lì, ce n’est jamais positif : cela souligne une différence nette qui caractériserait le sujet dont on parle par rapport au sujet parlant. Quellilà indique alors un sujet Autre, qui n’est pas forcément défini, mais qui synthétise tous ceux qui dévient d’une norme implicite et qui sont donc substantiellement considérés comme autres. Une altérité inconciliable. Pour ces raisons, dès son titre, l’album laisse attendre une histoire de méfiance. Sur la couverture, juste en dessous du titre, figurent deux yeux dessinés, au regard oblique et scrutant, qui reviennent à la première page de l’histoire.

Michele Rocchetti, Quellilà, Turin, Giralangolo, 2017, © Daniele Movarelli et Giralangolo.

42Le début de l’histoire pose les jalons qui opposent le « nous » sujet narrateur à « ceuxlà » :

  • 39 Ibid., p. 1 [notre traduction].

Ceuxlà étaient nos voisins depuis toujours. Toutefois personne parmi Nous ne les avaient jamais vus. Car ils habitaient là-bas. Et Nous ici. On disait qu’ils avaient une tête horrible. Et qu’ils étaient méchants. Tellement méchants que personne n’était jamais allé là-bas, de peur d’en rencontrer un39.

Michele Rocchetti, Quellilà, Turin, Giralangolo, 2017, © Daniele Movarelli et Giralangolo.

43Personne n’a donc jamais rencontré « ceuxlà » sauf le vieux Marricordo (« Je-me-souviens ») qui page après page met en garde ses concitoyens contre l’imminente invasion de « ceuxlà ». Marricordo est un vieux sage qui dit avoir connu « ceuxlà », mais avoir aussitôt oublié de qui il s’agissait. Suspectés d’abord de projeter une attaque par le lancement de ratons laveurs en colère, puis de dresser des taupes géantes qui creuseraient des tunnels pour les surprendre et enfin d’envisager une attaque aérienne à l’aide d’otaries gonflées à l’hélium, « ceuxlà » ne se manifestent qu’à la fin de l’histoire.

Michele Rocchetti, Quellilà, Turin, Giralangolo, 2017, © Daniele Movarelli et Giralangolo.

44La phrase finale « Voici ceuxlà !! » écrite sur la page de gauche et, de façon inversée, sur la page de droite, comme si la pliure de la double-page tenait lieu de miroir, renvoie au caractère relatif de la notion d’Altérité ; chacun peut être un « celuilà », nous pouvons nous aussi représenter une entité à craindre pour ceux et celles qui ne nous connaissent pas (encore). La fin est circulaire et ouvre à la rencontre avec l’autre qui au début semblait improbable.

Conclusions

45La recherche que nous venons d’exposer permet de relever un certain nombre de spécificités concernant la manière d’aborder les enjeux migratoires dans quelques albums pour l’enfance écrits en Italie. Remarquons tout d’abord que si la thématique de la migration revient explicitement dans trois des quatre albums que nous avons analysés, cela donne lieu à des récits différents. Rizzo et Bonaccorso optent pour une histoire très positive bien éloignée des chroniques actuelles, ce qui se manifeste également dans le choix des animaux comme protagonistes. Alors que le titre nous semblait ambitieux, le contenu a peut-être manqué de profondeur. L’aspect simpliste de l’ouvrage s’inscrit selon nous dans une tradition de l’édition de jeunesse où il est estimé que le jeune lecteur est trop sensible pour pouvoir aborder frontalement des sujets épineux. Il ne s’agit pas de refaire ici l’analyse, simplement rappeler que ce qui s’apparentait à un sujet sensible, la migration, a été vidé de tous ces aspects qui justement en font un contenu dur, mais capital, à savoir : l’incertitude de ce qui peut advenir, la mort, le rejet et la xénophobie, la faim, le froid, la peur. Ces éléments ne transparaissent pas dans L’immigrazione spiegata ai bambini, ni dans le récit, ni dans les illustrations qui l’accompagnent.

46A contrario, le trait expressionniste de l’album d’Attanasio et Chiacchio donne toute une palette de nuances à cette réécriture du récit deamicisien en l’actualisant jusque dans les éléments les plus sombres, les plus réalistes, en parlant notamment des personnes qui meurent dans l’espoir de partir. Dall’Altante agli Appennini prouve que l’on peut aborder des thèmes difficiles avec les enfants. Le fonctionnement de la réécriture permet à l’auteur de se situer par rapport à l’histoire littéraire. Sa posture est celle d’une militante. Finalité artistique et finalité didactique ne s’opposent pas, elles participent au contraire d’un même élan et se renforcent mutuellement. Néanmoins, que cela soit dans L’immigrazione spiegata ai bambini ou Dall’Atlante agli Appennini, la volonté didactique rend fondamentale la notion de discours. Images et textes cohabitent, se complètent ou évoquent une même situation, mais sous deux modes de perception différents. Dans tous les cas, le cadre de la réception reste celui de l’auteur-émetteur vers le lecteur-récepteur.

47L’album de Chiesa Mateos est quant à lui singulier. Par l’absence de paroles et la valeur très symbolique des images et des figures dessinées, le cadre de réception proposé par Migrando diffère et place le lecteur dans un rôle actif. Il est évidemment appelé à mettre lui-même en récit les images de l’album, ou à collaborer avec l’adulte qui lui lit l’histoire. La migration est alors liée à l’histoire humaine à travers des histoires individuelles. La guerre est présente, mais elle n’est pas au cœur du livre. Central est au contraire l’accent mis sur la circulation des personnes, sur les départs familiaux qui peuvent parfois devenir des retours, comme dans le cas de l’auteure. Cet album s’avère intéressant également pour son format miroir, faisant émerger le lien établi par l’auteure entre émigration européenne et immigration en Europe. Cet élément pourrait caractériser l’existence d’un point de vue national propre à l’Italie, à savoir le renvoi aux émigrations d’autrefois pour parler des immigrations actuelles. En effet, c’est un argument récurrent dans les discours publics et scientifiques italiens, qui fondent la solidarité vers les immigrés d’aujourd’hui entre autres sur le devoir de mémoire vis-à-vis des expériences migratoires qui ont touché nombre d’Italiens au début du XIXe siècle. La reprise de De Amicis s’inscrit également dans ce cadre. Tout en comprenant la valeur de ce discours, il est pour autant tentant de se demander ce qu’il en serait de la solidarité si l’Italie n’avait pas connu des émigrations massives au siècle dernier. Questionnement d’autant plus tentant par le fait que cet argument est bien souvent le principal et le plus souvent mis en avant en faveur de l’accueil migratoire.

48Enfin, l’album de Movarelli et Rocchetti illustre efficacement et avec beaucoup d’ironie, la méfiance provoquée par la méconnaissance de l’autre. Les auteurs proposent un regard sur les phénomènes de constructions identitaires et sur les processus qui façonnent l’Autre. Un Autre qui ici ne se trouve pas spécifié, mais qui assume selon nous les allures d’un Autre géographique et qui peut à raison renvoyer à l’accueil ou au rejet en contexte migratoire. Par le fait que Quellilà s’attaque de manière générale aux constructions implicites, voire parfois même inconscientes, qui traversent les modes de représentation du monde de tout un chacun, c’est d’après nous l’album qui se prête le plus à questionner les sujets concernant l’accueil, l’exclusion, la différence, la cohabitation.

49Nous regrettons par ailleurs, faute de temps et de moyens, de ne pas avoir pu accompagner notre réflexion par une enquête de terrain, au cours de laquelle nous nous serions proposé d’interviewer enseignant-e-s, parents et enfants, sur leur réception et, de façon plus générale, questionner les pratiques de lecture mises en place à partir de ces albums, afin de comprendre comment les processus de construction citoyenne se réalisent.

50Les dernières élections nationales en Italie ont vu la victoire de deux partis, qui de manière plus ou moins violente, rejettent tous les deux l’arrivée des immigrés. Leur victoire témoigne d’une radicalisation des discours identitaires, et inscrit l’Italie dans un phénomène de montée de l’extrême droite et des discours xénophobes commun à tout le continent européen. Malgré les efforts continus, depuis les années 60 et toujours présents, de promotion d’une culture de la diversité dès le plus jeune âge, force est de constater que les mécanismes de bouc émissaire, croissant sur le dos de la misère sociale et économique, sont de plus en plus présents. C’est justement à ce titre qu’un album comme Quellilà nous paraît fondamental, car au-delà d’appeler à une reconnaissance humaniste de l’Autre, il cherche, de façon intelligible pour un enfant, à traduire comment se forment les mécanismes de la peur et du rejet. S’il est vrai que l’immigration n’est pas évoquée comme sujet central, le mérite de cet album est de replacer l’accueil et le rejet dans un cadre plus ample qui questionne les a priori. Outils précieux pour aiguiser et maintenir éveillé l’esprit critique.

  • 40 Poème écrit par le pasteur protestant Martin Niemöller (1892–1984), en 1946 dans sa première versio (...)

« Quand ils sont venus chercher les communistes,
Je n’ai rien dit, je n’étais pas communiste
Quand ils sont venus chercher les syndicalistes,
Je n’ai rien dit, je n’étais pas syndicaliste
Quand ils sont venus chercher les juifs,
Je n’ai rien dit, je n’étais pas juif
Quand ils sont venus chercher les catholiques,
Je n’ai rien dit, j'étais protestant...
... Puis ils sont venus me chercher,
Et il ne restait plus personne pour dire quelque chose40. »

Illustrations

Lelio Bonaccorso, L’immigrazione spiegata ai bambini. Il viaggio di Amal, Padoue, BeccoGiallo, 2016, © Lelio Bonaccorso et BeccoGiallo.

Lelio Bonaccorso, L’immigrazione spiegata ai bambini. Il viaggio di Amal, Padoue, BeccoGiallo, 2016, © Lelio Bonaccorso et BeccoGiallo.

Lelio Bonaccorso, L’immigrazione spiegata ai bambini. Il viaggio di Amal, Padoue, BeccoGiallo, 2016, © Lelio Bonaccorso et BeccoGiallo.

Francesco Chiacchio, Dall’Atlante agli Appennini, Rome, Orecchio Acerbo, 2008, © Francesco Chiacchio et Orecchio Acerbo.

Francesco Chiacchio, Dall’Atlante agli Appennini, Rome, Orecchio Acerbo, 2008, © Francesco Chiacchio et Orecchio Acerbo.

Francesco Chiacchio, Dall’Atlante agli Appennini, Rome, Orecchio Acerbo, 2008, © Francesco Chiacchio et Orecchio Acerbo.

Francesco Chiacchio, Dall’Atlante agli Appennini, Rome, Orecchio Acerbo, 2008, © Francesco Chiacchio et Orecchio Acerbo.

Francesco Chiacchio, Dall’Atlante agli Appennini, Rome, Orecchio Acerbo, 2008, © Francesco Chiacchio et Orecchio Acerbo.

Francesco Chiacchio, Dall’Atlante agli Appennini, Rome, Orecchio Acerbo, 2008, © Francesco Chiacchio et Orecchio Acerbo.

Mariana Chiesa Mateos, Migrando, Rome, Orecchio Acerbo, 2010, © Mariana Chiesa Mateos et Orecchio Acerbo.

Mariana Chiesa Mateos, Migrando, Rome, Orecchio Acerbo, 2010, © Mariana Chiesa Mateos et Orecchio Acerbo.

Mariana Chiesa Mateos, Migrando, Rome, Orecchio Acerbo, 2010, © Mariana Chiesa Mateos et Orecchio Acerbo.

Mariana Chiesa Mateos, Migrando, Rome, Orecchio Acerbo, 2010, © Mariana Chiesa Mateos et Orecchio Acerbo.

Michele Rocchetti, Quellilà, Turin, Giralangolo, 2017, © Daniele Movarelli et Giralangolo.

Michele Rocchetti, Quellilà, Turin, Giralangolo, 2017, © Daniele Movarelli et Giralangolo.

Michele Rocchetti, Quellilà, Turin, Giralangolo, 2017, © Daniele Movarelli et Giralangolo.

Haut de page

Notes

1 Nous sommes grées à Quentin Arnoud pour son aide précieuse et sa relecture attentionnée.

2 Remarquons tout de même que d’après le rapport ISTAT (Institut National de Statistique italien), pour l’année 2017, le nombre de personnes qui émigrent est encore en hausse, +7% en 2016 par rapport à 2015. Rapport ISTAT 2017, en ligne : https://www.istat.it/it/files/2017/11/Report_Migrazioni_Anno_2016.pdf (consulté le 20/03/2018).

3 Edmondo De Amicis, Cuore, Milan, Treves, 1886. Une nouvelle traduction française du texte a été publiée en 2001, où l’on trouve également un intéressant essai de Gilles Pécout ainsi que la traduction de deux essais de Umberto Eco sur le livre de De Amicis : Edmondo De Amicis, Le livre Cœur, trad. Piero Caracciolo, Marielle Macé, Lucie Marignac, Gilles Pécout, Paris, Éditions rue d’Ulm, 2001.

4 Cf. le poème « La valigia de l’émigrante » [La valise de l’émigrant], contenu dans le recueil Il treno delle filastrocche [Le train des comptines], Rome, Edizioni di cultura sociale, 1952.

5 Parmi les dispositions concernant l’accueil et l’intégration en Italie d’enfants de langue étrangère, rappelons par exemple la directive 77/486/CEE du conseil du 25 juillet 1977, visant la scolarisation des enfants des travailleurs migrants (http://admi.net/eur/loi/leg_euro/fr_377L0486.html) ; la loi 39/1990 en matière d’asile politique, d’entrée et de séjour de citoyens non-communautaires (http://www.gazzettaufficiale.it/eli/id/1990/02/28/090G0075/sg) ; la circulaire ministérielle n° 301, du 8 septembre 1989, visant l’insertion des élèves étrangers à l’école (http://www.edscuola.it/archivio/norme/circolari/cm301_89.html) ; la circulaire ministérielle n° 205, du 26 juillet 1990, sur les élèves étrangers à l’école et l’éducation interculturelle (http://www.edscuola.it/archivio/norme/circolari/cm205_90.html). (Toutes les pages ont été consultées le 21/03/2018).

6 À ce propos, nous renvoyons aux travaux de Caroline Savi, « Immigrazione, cittadinanza, identità nell’Italia dei primi anni duemila », dans : Ilona Fried (dir.), Identità italiana e civiltà globale all'inizio del ventunesimo secolo. Meticciati, relazioni, attraversamenti, rapporti con la modernità, Budapest, ELTE Département de langue et littérature italiennes, 2012, p. 159-175. Disponible en ligne : http://italogramma.elte.hu/wp-content/files/Italogramma_Identita_55-65_Savi.pdf (consulté le 02/07/2017). Voir aussi Alessandro Bergamaschi et Franco Pittau, « Les mineurs étrangers en Italie : données statistiques et implications sociales », Migrations Société, n° 141-142, 2012/3, p. 71-86. Disponible en ligne : http://www.cairn.info/revue-migrations-societe-2012-3-page-71.htm (consulté le 02/07/2017) ; Adelina Miranda, « Les enfants d’immigrés en Italie entre assignations et revendications », Migrations Société, n° 141-142, 2012/3, p. 59-70. URL : http://www.cairn.info/revue-migrations-societe-2012-3-page-59.htm (consulté le 02/07/2017).

7 L’approbation du texte de loi concernant la nationalité des enfants nés et grandis en Italie est très controversée. Approuvé en 2015 par la Chambre des Députés, le texte n’a été discuté au Sénat qu’en juin 2017, et il a finalement été rejeté.

8 http://video.repubblica.it/dossier/riforme-da-non-tradire/ius-soli-ehi-lo-sai-che-non-sei-italiano/278807/279407.

9 D’après le dernier rapport sur la population italienne publié par l’ISTAT (l’institut national italien de statistique), en 2016 près de 15% des nouveau-nés ont leurs deux parents étrangers : http://www.istat.it/it/archivio/206606 (consulté le 10/03/2018).

10 Giuseppe Caliceti, Italiani per esempio. L’Italia e gli italiani visti dai bambini immigrati, Milan, Feltrinelli, 2010.

11 Sur ce point, Cf. Teresa Solis, « "Si c’était pour moi, je ne venais pas ici". Les enfants racontent », Hommes et migrations, n° 1306, avril-juin 2014, p. 33-39.

12 Gianni Rodari, Grammaire de l’imagination : introduction à l’art d’inventer des histoires, trad. Roger Salomon, Paris, Les Éditeurs Français Réunis, 1979.

13 Ibid., p. 199-200.

14 Voir à ce propos les contributions contenues dans Mariella Colin (dir.), La littérature de jeunesse italienne du xxe siècle, Transalpina, n° 14, Caen, Presses Universitaires de Caen, 2011.

15 Gek Tessaro, Cavalcavia, Milan, Carthusia edizioni, 2016. Disponible sur YouTube : https://www.youtube.com/watch?time_continue=91&v=mZYh-y-j9cY (consulté le 25/03/2018).

16 Ibid. [notre traduction].

17 Le programme de l’atelier est disponible sur le site internet de l’auteur : http://www.gektessaro.it/ (consulté le 03/03/2018).

18 Marco Rizzo et Lelio Bonaccorso, L’immigrazione spiegata ai bambini. Il viaggio di Amal, Padoue, BeccoGiallo, 2016.

19 Les exemplaires se concentrent surtout dans les villes du centre-nord, mais on en trouve des exemplaires également en Sardaigne et en Sicile. Le catalogue est accessible à l’adresse suivante : http://opac.sbn.it/opacsbn/opac/iccu/free.jsp.

20 Sophie Lamoureux et Guillaume Long, L’immigration à petits pas, Arles, Actes Sud, 2011.

21 Maria Attanasio et Francesco Chiacchio, Dall’Atlante agli Appennini, Rome, Orecchio Acerbo, 2008. Le livre est disponible en ligne en version pdf : http://www.orecchioacerbo.com/editore/index.php?option=com_oa&vista=catalogo&id=233 (consulté le 02/07/2017).

22 Maria Attanasio, « I battiti del Cuore al tempo della globalizzazione », en ligne : https://www.orecchioacerbo.com/editore/index.php?option=com_content&view=article&id=85&Itemid=59 (consulté le 25/03/2018).

23 Pour une étude approfondie sur les éléments historiques dans l’œuvre narrative de Maria Attanasio : Serena Todesco, Tracce a margine. Scrittura a firma femminile nella narrativa storica siciliana contemporanea, Gioiosa Marea, Pungitopo, 2017.

24 Edmondo De Amicis, Cuore, op. cit.

25 Edmondo De Amicis, Sull’oceano, 1889, Milan, Garzanti, 2009.

26 Dante, La Divine Comédie, « Enfer », chant XXVI, vv. 137-142, trad. Jacqueline Risset, Paris, Flammarion, 2004, p. 243.

27 M. Attanasio et F. Chiacchio, Dall’Atlante agli Appennini, op. cit., p. 14 [notre traduction].

28 Ibid., p. 37 [notre traduction].

29 M. Attanasio, « I battiti del Cuore al tempo della globalizzazione », op. cit. [notre traduction].

30 Armin Greder, L’île. Une histoire de tous les jours, trad. Gaëlle Toquin et Claude Dagail, Bordeaux, La compagnie créative, 2005/Armin Greder, L’isola. Una storia di tutti i giorni, trad. Alessandro Baricco, Rome, Orecchio Acerbo, 2008. À partir de cet album, un spectacle théâtral a été mis en scène par Alessandra Pasi. Nous remercions Élodie Bouygues de l’Université de Franche-Comté de nous avoir signalé cet album, ainsi que la bibliothèque Croque’livres de Besançon pour nous avoir accueillie et mis à notre disposition l’ouvrage. La maison d’édition Orecchio Acerbo a récemment publié (2017) le dernier album d’Armin Greder, Mediterraneo (titre original The Mediterranean), un album constitué uniquement d’images dessinées au fusain.

31 Cf. Éléonore Hamaide-Jager, « "La terre nous est étroite" ou la représentation de l'étranger dans L’Île d'Armin Greder » dans ce n° de Strenae.

32 M. Attanasio et F. Chiacchio, Dall’Atlante agli Appenini, op. cit., p. 108 [notre traduction].

33 M. Attanasio, « I battiti del Cuore al tempo della globalizzazione », op. cit. [notre traduction].

34 Fausta Orecchio, « Orecchio Acerbo », https://www.orecchioacerbo.com/editore/index.php?option=com_content&view=article&id=84&Itemid=59 (consulté le 25/03/2018) [notre traduction].

35 Mariana Chiesa Mateos, Migrando, Rome, Orecchio Acerbo, 2010. Publié d’abord en Italie, l’album a été par la suite édité au Portugal par Orfeu ediciones, au Brésil chez Editora 34, au Mexique par Petra ediciones. En France il est apparu sous le titre Les migrants chez Le Sorbier.

36 Sandra Poirot Chérif, L’oiseau de Mona, Voisins-le-Bretonneux, Rue du monde, 2008.

37 Daniele Movarelli et Michele Rocchetti, Quellilà, Turin, Giralangolo, 2017.

38 Nous traduirons désormais par « ceuxlà », sans trait d’union. L’absence de tiret est un choix de traduction pour respecter le semi-néologisme voulu par l’auteur dans la langue d’origine du texte.

39 Ibid., p. 1 [notre traduction].

40 Poème écrit par le pasteur protestant Martin Niemöller (1892–1984), en 1946 dans sa première version, traduit dans plusieurs langues et repris plus tard par Bertold Brecht.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Lelio Bonaccorso, L’immigrazione spiegata ai bambini. Il viaggio di Amal, Padoue, BeccoGiallo, 2016, © Lelio Bonaccorso et BeccoGiallo.
URL http://journals.openedition.org/strenae/docannexe/image/2486/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Légende Lelio Bonaccorso, L’immigrazione spiegata ai bambini. Il viaggio di Amal, Padoue, BeccoGiallo, 2016, © Lelio Bonaccorso et BeccoGiallo.
URL http://journals.openedition.org/strenae/docannexe/image/2486/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 412k
Légende Lelio Bonaccorso, L’immigrazione spiegata ai bambini. Il viaggio di Amal, Padoue, BeccoGiallo, 2016, © Lelio Bonaccorso et BeccoGiallo.
URL http://journals.openedition.org/strenae/docannexe/image/2486/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 576k
Légende Francesco Chiacchio, Dall’Atlante agli Appennini, Rome, Orecchio Acerbo, 2008, © Francesco Chiacchio et Orecchio Acerbo.
URL http://journals.openedition.org/strenae/docannexe/image/2486/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Légende Francesco Chiacchio, Dall’Atlante agli Appennini, Rome, Orecchio Acerbo, 2008, © Francesco Chiacchio et Orecchio Acerbo.
URL http://journals.openedition.org/strenae/docannexe/image/2486/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Légende Francesco Chiacchio, Dall’Atlante agli Appennini, Rome, Orecchio Acerbo, 2008, © Francesco Chiacchio et Orecchio Acerbo.
URL http://journals.openedition.org/strenae/docannexe/image/2486/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Légende Francesco Chiacchio, Dall’Atlante agli Appennini, Rome, Orecchio Acerbo, 2008, © Francesco Chiacchio et Orecchio Acerbo.
URL http://journals.openedition.org/strenae/docannexe/image/2486/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Légende Francesco Chiacchio, Dall’Atlante agli Appennini, Rome, Orecchio Acerbo, 2008, © Francesco Chiacchio et Orecchio Acerbo.
URL http://journals.openedition.org/strenae/docannexe/image/2486/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Légende Francesco Chiacchio, Dall’Atlante agli Appennini, Rome, Orecchio Acerbo, 2008, © Francesco Chiacchio et Orecchio Acerbo.
URL http://journals.openedition.org/strenae/docannexe/image/2486/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Légende Mariana Chiesa Mateos, Migrando, Rome, Orecchio Acerbo, 2010, © Mariana Chiesa Mateos et Orecchio Acerbo.
URL http://journals.openedition.org/strenae/docannexe/image/2486/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende Mariana Chiesa Mateos, Migrando, Rome, Orecchio Acerbo, 2010, © Mariana Chiesa Mateos et Orecchio Acerbo.
URL http://journals.openedition.org/strenae/docannexe/image/2486/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Légende Mariana Chiesa Mateos, Migrando, Rome, Orecchio Acerbo, 2010, © Mariana Chiesa Mateos et Orecchio Acerbo.
URL http://journals.openedition.org/strenae/docannexe/image/2486/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Légende Mariana Chiesa Mateos, Migrando, Rome, Orecchio Acerbo, 2010, © Mariana Chiesa Mateos et Orecchio Acerbo.
URL http://journals.openedition.org/strenae/docannexe/image/2486/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Légende Michele Rocchetti, Quellilà, Turin, Giralangolo, 2017, © Daniele Movarelli et Giralangolo.
URL http://journals.openedition.org/strenae/docannexe/image/2486/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Légende Michele Rocchetti, Quellilà, Turin, Giralangolo, 2017, © Daniele Movarelli et Giralangolo.
URL http://journals.openedition.org/strenae/docannexe/image/2486/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Légende Michele Rocchetti, Quellilà, Turin, Giralangolo, 2017, © Daniele Movarelli et Giralangolo.
URL http://journals.openedition.org/strenae/docannexe/image/2486/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 371k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Teresa Solis, « Quellilà, les enjeux migratoires et les albums de jeunesse italiens contemporains », Strenæ [En ligne], 14 | 2019, mis en ligne le 05 avril 2019, consulté le 16 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/strenae/2486 ; DOI : 10.4000/strenae.2486

Haut de page

Auteur

Teresa Solis

CRIX – Université Paris Ouest Nanterre
 

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals