Navigation – Plan du site
Dossier thématique

Allemagne – la « crise des réfugiés » de l’été 2015. Quelle(s) réponse(s) dans l’album pour la jeunesse germanophone ?

Alexa Craïs et Euriell Gobbé-Mévellec

Résumé

Dans cet article, une analyse de la politique éditoriale de trois maisons d’édition germanophones est proposée par l’analyse de quatre albums pour la jeunesse qu’elles ont publiés en lien apparent avec la thématique de la « crise des réfugiés » en Allemagne et en Autriche en 2015-2016. Le questionnement porte sur le contexte de création des albums et sur leur diffusion en lien avec le traitement textuel et iconographique de la question proposé par les auteurs et les illustrateurs.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Dans le cadre de cet article, nous souhaiterions nous intéresser aux albums de jeunesse en langue allemande parus pendant la « crise des réfugiés » en 2015-2016, qui traitent de la thématique migratoire sous le prisme de l’exil. Celui-ci peut se définir à la fois comme une action, autrement dit un changement de résidence volontaire ou non qui provoque un sentiment ou une impression de dépaysement, mais également comme l’état de celui ou celle qui est contraint de vivre hors de son pays ou de sa résidence habituelle et d’être privé de ce qui lui est familier.

2Depuis 2015, l’Europe a été marquée par une crise migratoire et des mouvements de population d’une ampleur inédite depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale. Entre 2014 et 2015, la demande d’asile a doublé, passant de 630 000 à 1,2 millions de personnes1.

  • 2 Erik Vollmann, « Angela Merkel et la politique des réfugiés 2015-2017 », Outre-Terre, vol. 52, n° 3 (...)

3Durant l’été 2015, les crises (économiques, sanitaires, politiques) et les affrontements entre civils en Irak et surtout en Syrie aggravent la situation humanitaire dans les camps de réfugiés des régions frontalières de la Syrie : la Turquie, le Liban et la Jordanie. Or, après la fermeture par la Grèce (2012) de ses frontières avec la Turquie, la route des Balkans a constitué la principale voie d’accès à l’Europe de l’Ouest. La Hongrie, premier pays sur cette voie d’accès, a été débordée par l’afflux de réfugiés et son gouvernement très conservateur n’a pas souhaité les accueillir. À la fin de l’été 2015, l’Allemagne et l’Autriche décident ensemble d’autoriser les réfugiés à quitter la Hongrie et d’ouvrir les frontières2. Ce faisant, les deux pays contournent le règlement « Dublin 3 » de 2013 qui impose aux pays d’entrée des migrants de se charger d’instruire les demandes d’asile – et qui donc épargnait l’Allemagne et l’Autriche du fait de leur position centrale géographiquement – de façon à absorber une partie du flux migratoire qui s’est intensifié considérablement sur la route des Balkans et qui fragilise les pays d’entrée : Grèce, Serbie, Bosnie, Macédoine, etc.

  • 3 Le droit européen et le droit allemand font une distinction claire entre réfugiés et demandeurs d’a (...)
  • 4 Statistiques disponibles sur le site du Ministère de l’intérieur autrichien : http://www.bmi.gv.at/ (...)
  • 5 Schlüsselzahlen Asyl 2016, Bundesamt für Migration und Flüchtlinge http://www.bamf.de/SharedDocs/An (...)
  • 6 Heimerl, Daniela, « La politique de l'Allemagne à l'égard des réfugiés ex-yougoslaves », Hommes et (...)

4L'Allemagne a ainsi accueilli en 2015 et 2016 plus d'un million et demi de réfugiés3 et l’Autriche, 140 0004. 24 % d'entre eux ont moins de 18 ans (environ 350 000 personnes). Plus de la moitié des demandes d’asile provient de Syrie, d'Afghanistan ou d'Irak5. Un fort élan de solidarité citoyenne s'est déployé dans toute l'Allemagne qui ne voulait pas renouveler les erreurs commises dans les années 90 lors de la guerre en ex-Yougoslavie, qui avait eu comme conséquence l'arrivée dans les territoires germanophones, alors en pleine réunification, de nombreuses familles bosniaques du Kosovo (environ 500 000), pour lesquelles aucune politique ambitieuse d'intégration n'avait été alors proposée6.

  • 7 Phrase prononcée dans une conférence de presse le 31 août 2015 : https://www.youtube.com/watch?v=5e (...)
  • 8 Sébaux, Gwénola, « La politique migratoire du 3e gouvernement Merkel en temps de crise », Allemagne (...)

5En 2015, la volonté affichée d’Angela Merkel avec sa formule « Wir schaffen das7 » (« Nous y arriverons ») rappelait la nécessité de respecter la dignité de la personne et le droit d’asile politique ancrés dans la Loi fondamentale allemande. Elle soulignait également l’attrait de la puissance économique allemande qui apparaissait pour nombre de réfugiés comme le « pays d’espérance et de chances » (Land der Hoffnung und Chance). Portés par ce discours solidaire, des milliers d’Allemands ont assumé une « culture de bienvenue » (Willkommenskultur) ; on se souvient ainsi de ces multiples banderoles arborant le slogan « Refugees welcome ». Cela dépasserait le cadre de cette analyse que d’expliquer toutes les raisons culturelles, économiques et politiques qui ont poussé la chancelière à prendre cette décision controversée ; soulignons cependant qu’elle a eu des répercussions à long terme sur le paysage politique allemand8 et plus particulièrement pendant la campagne électorale lors de la constitution d’un nouveau parlement à l’été 2017. La « crise des réfugiés » et la politique de regroupement familial étaient au cœur des débats avec comme résultat une poussée de l’extrême‑droite en Allemagne et une prise du pouvoir par celle-ci en Autriche.

  • 9 Statistiques en ligne sur le site de l’observatoire de l’économie allemande : https://www.iwd.de/ar (...)
  • 10 Site présentant le projet et les initiatives mis en place dans les crèches et jardins d’enfants : h (...)

6Nous nous concentrerons sur les mesures d’accueil destinées à gérer cet afflux de personnes, parmi lesquelles les mesures liées à l'éducation et à l’apprentissage de la langue allemande jouent un rôle-clef. En 2016, l’Allemagne a dépensé 18 milliards d’euros dans l’accueil des réfugiés. Cette somme correspond aux frais engagés pour loger et nourrir les réfugiés sans emploi et avec peu ou pas de ressources, mais également à des cours d’intégration, à la formation scolaire et professionnelle9. Les coûts engendrés pour intégrer ces nouveaux arrivants ont été budgétés et la plus forte part des financements est dédiée aux cours d’intégration linguistique et civique obligatoire pour tous les demandeurs d’asile et destinés à des adultes ou jeunes adultes, mais aussi à l’apprentissage de l’allemand comme langue seconde dès le plus jeune âge, par exemple via le programme « Sprach-Kitas » (langue & crèche) lancé en janvier 201610.

7Pour l’Office fédéral des migrations et des réfugiés (BAMF), équivalent de l’OFPRA en France, la transmission des valeurs démocratiques et socioculturelles est l’une des clefs de l’intégration, conjuguée à la maîtrise de la langue allemande. Une grande attention est ainsi portée aux programmes de formation. Gwenola Sébaux précise :

  • 11 Sébaux, G., op. cit., p. 110-111.

La loi sur l’intégration de 2016 a augmenté à 100 heures (au lieu de 60) le module d’orientation (Orientierungskurs), portant ainsi le cours global d’intégration à 700 heures. Son contenu (cours de langue et cours d’orientation) est déterminé par une commission de praticiens, scientifiques et représentants de l’État et des Länder. Initialement réservé aux titulaires d’un titre de séjour, l’accès au cours a été étendu en octobre 2015 à d’autres groupes de migrants : demandeurs d’asile avec de bonnes perspectives de rester, personnes tolérées, réfugiés11.

8Ces modules concernent en moyenne plus de 300 000 personnes par an depuis 2015. D’un point de vue éditorial, il a fallu répondre à cette volonté institutionnelle. On peut ainsi noter de la part de toutes les maisons d’édition scolaire une spécialisation des ouvrages scolaires pour l’apprentissage de l’allemand comme langue étrangère (Deutsch als Fremdsprache) avec des manuels spécialement destinés aux réfugiés et demandeurs d’asile (DaF für Flüchtlinge und Asylsuchende). On relève également une utilisation forte des albums de jeunesse dans les actions mises en place par les organismes d’État à l’attention des jeunes enfants étrangers, aussi bien pour une lecture plaisir au sein des bibliothèques, dans des maisons de la culture, au sein des familles, que dans une perspective d’apprentissage dans les crèches et les écoles. Parmi ces albums, plusieurs sont des albums pluriculturels, qui traitent de la question migratoire ou de l’accueil des réfugiés.

  • 12 Cf. Gobbé-Mévellec, Euriell, « Livre Ensemble : réflexions critiques et pistes didactiques à partir (...)

9On peut alors s’interroger sur le contexte de création de ces albums. S’il s’agit d’ouvrages recommandés, sont-ils pour autant des « commandes », et si oui, celles-ci sont-elles institutionnelles ou éditoriales ? Répondent-ils dans ce cas à un cahier des charges particulier, à des objectifs didactiques, (inter)culturels, politiques ? Et à qui s’adressent-ils ? Aux enfants issus de la migration, à ceux qui accueillent et sont invités à s’engager dans une « culture de bienvenue » ou aux deux pour construire les bases d’une culture commune ? Ou bien s’agit-il d’une production que l’on pourrait qualifier de « conjoncturelle », émanant d’auteurs pour la jeunesse concernés par ces questions d’actualité, et souhaitant en proposer une réflexion littéraire et plastique subjective ? Il serait dans cette hypothèse possible de les rapprocher d’autres albums d’auteurs européens publiés également dans cette période12. Il nous a en tout cas semblé intéressant, dans ce contexte particulier des années 2015-2016, de nous pencher sur les échos que les problèmes sociaux et politiques liés à la « crise des réfugiés » pouvaient trouver dans ces albums de jeunesse écrits et illustrés par des auteurs germanophones.

  • 13 Cette expression permet « de coiffer d’un seul concept les littératures par le migrant, pour le mig (...)
  • 14 Paru en français sous le titre Tout le monde est là ?, Genève, La joie de lire, 2018.
  • 15 Boie, Kirsten et Birck, Jan, Bestimmt wird alles gut, Leipzig, Klett Kinderbuch, 2016/Janisch, Hein (...)

10Pour constituer notre corpus d'étude, nous avons croisé différentes listes d'ouvrages de référence proposés par des réseaux de bibliothèques en Allemagne, les Goethe-Institut, l’Office fédéral des migrations et des réfugiés (BAMF). Nous avons ainsi sélectionné les albums récents de langue allemande qui étaient les plus souvent cités et qui relevaient de la « littérature migrante13 ». Il s'agit de Nusret und die Kuh [Nusret et la vache] écrit par Anja Tuckermann et illustré par Mehrdad Zaeri et Uli Krappen, paru en 2016, de l’album Alle da! Unser kunterbuntes Leben [Tout le monde est là ! Notre vie multicolore] de la même auteure, illustré par Tine Schulz, paru en 201514, de Bestimmt wird alles gut [Ne t'inquiète pas, tout ira bien] de Kirsten Boie et Jan Birck paru en 2015 et de Der rote Mantel – Die Geschichte vom heiligen Martin [Le manteau rouge] de Heinz Janisch et Birgitta Heiskel15 paru en 2015.

  • 16 Schneider, Anne, « La carte postale coloniale dans l’album : Nona des sables, un château de cartes (...)
  • 17 Comme elle le rappelle d’ailleurs dans l’article publié dans ce numéro de Strenæ : « Enjeux mémorie (...)

11Les albums de notre corpus présentent une structure narrative assez similaire, en trois parties – l'avant-départ, la traversée, l'accueil – dont chacune peut comporter des sous-séquences plus détaillées. En ce sens, ils s’inscrivent dans une tradition de la « littérature migrante » de jeunesse telle que décrite par Anne Schneider16, une littérature « de l’entre-deux », où se conjuguent résurgences d’un pays fantasmé et appropriation progressive des codes du pays d’arrivée. On y trouve les motifs caractéristiques de cette littérature : l’arrachement à la terre des origines, l’évocation des moyens de transport et notamment le bateau17, l’imaginaire marin, le corps déplacé, balloté, souffrant, l’importance de la structure familiale, la nostalgie de la terre quittée et plus implicitement, une réflexion sur l’identité et l’au revoir à l’enfance.

Alle da! Unser kunterbuntes Leben et Bestimmt wird alles gut : deux albums publiés chez Klett Kinderbuch qui s’inscrivent dans la « Willkommenskultur »

  • 18 Site de la maison d’édition : https://www.klett-gruppe.de/startseite/die+klett+gruppe/chronik+und+f (...)
  • 19 Site officiel de la fédération industrielle allemande : http://www.wir-zusammen.de/home, « L’économ (...)

12Les éditions Klett Kinderbuch sont issues de la plus grande maison d’édition indépendante munichoise Klett Verlag18, leader sur le marché des manuels scolaires et parascolaires en Allemagne (3 600 collaborateurs, plus de 540 millions d’euros de chiffre d’affaire). Le département jeunesse est devenu indépendant en 2015 mais il continue de bénéficier de la renommée et du réseau de diffusion de la maison-mère. Klett s’est dès 2015 engagée dans la « culture de bienvenue » en étant entre autres partenaire officiel de l’initiative « Wir Zusammen Integrationsinitiativen der deutschen Wirtschaft19 » de la fondation Ralph & Judith Dommermuth Stiftung, qui regroupe de grands groupes industriels et l’État allemand, et vise à intégrer le plus vite possible les réfugiés dans le monde du travail, en particulier par une appropriation rapide de la langue.

  • 20 Heimat est un mot allemand qu'il est impossible de traduire par un seul mot français, bien qu'il co (...)

13Les albums Alle da! et Bestimmt wird alles gut, consacrés aux migrants, semblent s’inscrire dans ce mouvement. Alle da! juxtapose les récits, plus ou moins fictionnels selon Tuckermann, d’une multitude de personnages migrants, produisant un effet de polyphonie, alors que dans Bestimmt wird alles gut, Kirsten Boie s’est appuyée sur un seul récit authentique d’une famille syrienne, favorisant peut-être davantage l’empathie du lecteur qui suit leur périple. Ces réfugiés ont fui la guerre, la misère, la dictature, pour réaliser leurs rêves, pour mettre à l’abri ceux qu’ils aiment et offrir un meilleur avenir à leurs enfants. Ces deux ouvrages se décomposent en un prologue posant une situation dans le pays familier (Heimat20), suivi d’une construction traditionnelle en trois temps de l’exil : les raisons qui poussent au départ, puis le voyage et les difficultés y afférant et enfin l’arrivée dans le pays d’accueil et les conditions pour réussir à s’intégrer (l’école, la langue, le travail).

14Anja Tuckermann, dont nous présenterons dans cet article deux albums, est une écrivaine reconnue et prolixe21. La thématique des « réfugiés » occupe une place centrale dans son œuvre. Elle a ainsi écrit des romans, des documentaires, des pièces de théâtre, des livrets d’opéra autour de récits fictifs ou inspirés de la vie de réfugiés de la RDA vers la RFA dans les années 1980, de Tziganes pourchassés pendant la Seconde Guerre mondiale. Elle a aussi recueilli des témoignages d’enfants d’immigrés vietnamiens arrivés en Allemagne dans les années 1980-90, d’enfants roms, turcs installés en Allemagne. Elle est sans conteste une référence dans le champ éditorial de la littérature migrante pour la jeunesse, comme en attestent les nombreux prix d’envergure nationale qu’elle a obtenus (par exemple le « prix allemand de la littérature jeunesse » – Deutscher Jugendliteraturpreis – en 2006). Elle a en outre dirigé en 2017 pour le compte de l’agence publique fédérale pour l’éducation politique « Bundeszentrale für politische Bildung22 » (BpB) une revue informative à destination des éducateurs intitulée « Enfants réfugiés » – Kinder auf der Flucht23.

15Anja Tuckerman récuse le terme de « commande institutionnelle » en expliquant qu’elle avait dès 2013, c’est-à-dire avant la « crise », commencé à travailler sur le thème de l’exil pour l’album Alle da! avec son éditrice et l’illustratrice Tine Schulz24, une graphiste indépendante dont les illustrations se caractérisent par une gamme chromatique colorée, joyeuse et enfantine en accord avec la jeune collection « Alles25 » de Klett Kinderbuch. C’est pourtant en 2015 que la maison d’édition décide de publier le projet, et l’auteure évoque une demande explicite de l’éditeur à ce sujet :

  • 26 « J’ai travaillé dès 2013 et pendant 7 mois sur un projet d’album en discutant avec l’illustratrice (...)

Ich habe für ein Bilderbuch sehr lange daran gearbeitet, 7 Monate, auch im Gespräch mit der Illustratorin und der Verlegerin. Das war also nicht für 2015 geplant, sondern ich habe schon 2013 damit begonnen. Die BpB gibt keine Bücher in Auftrag, sie übernehmen nur, was sie wichtig finden und in ihr Programm passt Es wurde auch nicht gefördert, der Klett Kinderbuch Verlag hat aber mich gefragt, ob ich das schreiben möchte, weil die Leute mich kennen und wissen, dass ich zu dem Thema einen Zugang habe26.

16Kirsten Boie est également une auteure renommée en Allemagne, qui a publié avec succès une centaine d’ouvrages (romans, séries, albums de jeunesse…). Elle a également reçu de nombreux prix dont la Croix du Mérite – Verdienstkreuz 1. Klasse – pour l’ensemble de son œuvre en 2011, des mains du président de la République fédérale d’Allemagne. Son œuvre ne présente pas en revanche de thématique centrale ; ce qui la distingue est une écriture efficace et appréciée d’un jeune lectorat friand de séries. Elle le dit elle-même dans une interview accordée lors de la parution de l’album : elle cherche une écriture qui prenne tout à la fois en compte l’enfant lecteur, sans perdre de vue que la littérature pour la jeunesse est avant tout de la littérature27. Le choix de l’illustrateur, Jan Birck, a été opéré par la maison d’édition, vraisemblablement par l’intermédiaire d’une agence spécialisée. C’est, pour l’instant, son unique collaboration avec Klett Kinderbuch.

17Sans que l’on puisse parler de commande institutionnelle, ces ouvrages montrent que les différents acteurs de la littérature pour la jeunesse (auteurs, éditeurs) ont perçu que ce thème occuperait le devant de la scène ; en accélérant ou en favorisant des projets déjà en germe liés à la question migratoire, ils ont rencontré un besoin de ressources de la part des institutions. La maison d’édition ne s’y est pas trompée en insistant sur la valeur didactique de ses albums : on trouve en effet sur le site de Klett Kinderbuch un lien vers une page internet qui propose de nombreuses pistes de didactisations et d’exploitations dans différents contextes28. Alle da! et Bestimmt wird alles gut ont ainsi été rapidement remarqués pour leur adéquation entre le propos et la politique d’intégration et ont ainsi reçu une subvention du Parlement allemand : 5 506,25 euros29 pour la diffusion de l’album Alle da! en libre téléchargement sur le site de la BpB et l’achat à un prix modeste (1,50 euros), et 16 700 euros pour Bestimmt wird alles gut, pour le travail de traduction (le texte est bilingue allemand-arabe) et la création de ressources multimédia. Alle da! a par ailleurs donné lieu à une exposition itinérante financée entièrement par la fondation Heinrich-Böll30. Il est dès lors évident que ces deux albums bénéficient d’une exposition maximale et il est logique qu’ils soient présents sur toutes les listes des réseaux de bibliothèques et souvent recensés dans la presse généraliste.

18Tout en s’inscrivant dans la littérature de jeunesse migrante, on remarque cependant qu’ils ont adopté un point de vue assez différent. Alle da! met en avant la richesse culturelle et linguistique offerte par la diversité des populations vivant sur le même territoire et construit l’utopie d’une coexistence harmonieuse. L’avant-dernière double-page, sans texte, incarne cette idée en montrant une scène urbaine ensoleillée, où de multiples personnages, souriants, de différentes couleurs, sont saisis dans leur quotidien en interaction avec d’autres personnages : la diversité culturelle et linguistique ne semble pas constituer un frein à la communication ni au vivre ensemble.

Anja Tuckermann et Tine Schulz, Alle da! : Unser kunterbuntes Leben, Leipzig, Klett Kinderbuch, 2014. © Tine Schulz et Klett Kinderbuch.

19Dans le reste de l’album, ce choix se manifeste par la présence de plusieurs langues, par la palette vive et colorée et le trait humoristique de Tine Schulz et par une mise en page jouant en permanence sur la fragmentation et la juxtaposition d’images détourées. Moins de cadres que de flèches en effet dans cet album qui cherche à montrer les points communs entre les parcours variés de tous ces personnages enjoués. La valeur documentaire n’est pas écartée, comme en atteste la carte géographique représentant les étapes du parcours migratoire de la famille syrienne mais le ton, aussi bien dans le texte que dans les images, reste léger, y compris pour évoquer des situations graves. Le récit du parcours de la famille syrienne débute ainsi par une vignette où ils fuient la guerre civile et abandonnent leur maison en flammes, puis sont malmenés par des soldats, mais il se termine sur deux vignettes où les personnages souriants semblent avoir retrouvé ce qu’ils avaient perdu : une maison, et la possibilité pour la fillette d’aller à l’école.

Anja Tuckermann et Tine Schulz, Alle da! : Unser kunterbuntes Leben, Leipzig, Klett Kinderbuch, 2014. © Tine Schulz et Klett Kinderbuch.

20C’est certainement cette association entre un sujet grave d’actualité et son traitement à la fois documentaire, didactique et résolument optimiste qui explique le plébiscite de cet album « peu dérangeant ».

21La couverture de Bestimmt wird alles gut montre d’emblée un contraste dans le traitement de la thématique migratoire : les couleurs froides dominent (bleu, gris) dans cette scène nocturne où l’on voit, au premier plan, une famille débarquant sur une plage, trempée et visiblement peu rassurée.

Kirsten Boie et Jan Birck, Bestimmt wird alles gut, Leipzig, Klett Kinderbuch, 2016. © Kirsten Boie et Klett Kinderbuch.

  • 31 Isabelle Nières-Chevrel, « L’album, le mot, la chose », in Viviane Alary et Nelly Chabrol-Gagne (di (...)

22Le format à l’italienne souligne le caractère dramatique de la scène en mettant en valeur la représentation panoramique de la mer et en réduisant à de minuscules et fragiles silhouettes, en arrière-plan, le bateau et les autres migrants en train de débarquer. Dans cet album que l’on qualifierait plutôt d’album éditorial que d’album iconotextuel31 étant donné le petit nombre d’images et l’autonomie du texte, il faut souligner cependant la pertinence du choix du format, qui vient souligner tantôt la fuite des personnages (fuite d’un pays en guerre, voyage en bateau, débarquement sur la plage), dans un mouvement systématiquement orienté de la gauche vers la droite, tantôt l’attente longue comme dans l’illustration du hall d’aéroport. La construction de la double-page qui reprend la scène de couverture, celle du débarquement sur la plage, ainsi que la suivante, sont particulièrement intéressantes à ce titre puisque l’image s’y déploie sur toute la double-page dans sa partie inférieure, le texte occupant la partie supérieure.

Kirsten Boie et Jan Birck, Bestimmt wird alles gut, Leipzig, Klett Kinderbuch, 2016, p. 22-23. © Jan Birck et Klett Kinderbuch.

23Tout dans la position des corps de la famille sur le rivage – corps tournés vers la droite, main tendue de l’enfant, chaîne formée par les membres de la famille – dit l’effort que représente ce déplacement vers un nouveau lieu de vie. La position du jeune garçon sur la page de gauche en bout de chaîne, tandis que les autres membres de la famille sont « passés » sur la page de droite, montre qu’il s’agit bien du moment symbolique du franchissement de la frontière, matérialisée par la pliure de la double-page. Toute la famille est d’ailleurs réunie du « bon » côté de la pliure sur la double-page suivante mais là encore, la composition et le traitement chromatique laissent entendre qu’il reste bien d’autres frontières à franchir : le père, un doigt sur la bouche, semble demander à sa famille de se faire la plus petite et silencieuse possible pour se fondre dans le vaste espace horizontal de l’aéroport où circule une foule hostile de personnages de dos, en gris. La publicité « bonnes vacances ! » en bas à gauche de l’image souligne avec une cruelle ironie la souffrance liée au déracinement.

Kirsten Boie et Jan Birck, Bestimmt wird alles gut, Leipzig, Klett Kinderbuch, 2016, p. 24-25. © Jan Birck et Klett Kinderbuch.

  • 32 Notons que dans cet album comme dans ceux qu’analyse Sylvain Brehm pour ce numéro de Strenæ, le pro (...)

24On retrouve dans cet album la plupart des topoï de la littérature migrante évoqués par Anne Schneider, comme les motifs marins et l’évocation nostalgique du pays quitté, dont les couleurs chaudes s’opposent aux couleurs froides du pays d’arrivée, l’Allemagne. La photographie en noir et blanc scotchée au mur dans la chambre des enfants en Allemagne exprime bien ce sentiment d’entre-deux. On trouve également plusieurs représentations de la famille unie – par exemple la construction circulaire et à connotation mariale de la scène sur le pont du bateau – et la deuxième partie de l’album s’attarde sur les difficultés d’intégration dans le pays d’accueil : les premières images de l’Allemagne multiplient en effet les cadres et les images d’enfermement, comme cette illustration où les deux enfants sont assis sur leur lit comme au fond d’une boîte. Comme dans Alle da!, cependant, la fin est optimiste puisqu’à l’image de la fillette allemande ouvrant les bras à la fillette syrienne pour l’inviter à s’asseoir à côté d’elle en classe – allégorie de la « culture de bienvenue » – répond la construction circulaire de la dernière illustration, où le père vient en aide à un motocycliste blessé, sous les yeux des passants immobiles32.

Kirsten Boie et Jan Birck, Bestimmt wird alles gut, Leipzig, Klett Kinderbuch, 2016, p. 43. © Jan Birck et Klett Kinderbuch.

25La publication bilingue (arabe et allemand) rend explicite le double lectorat visé par cet album – lecteurs migrants arabophones et lecteurs allemands germanophones – et en révèle le projet interculturel : Bestimmt wird alles gut, en cherchant à développer l’empathie des lecteurs pour la famille syrienne, offre un espace de réunion de deux communautés, l’accueillante et l’accueillie. L’objectif est tout à la fois de favoriser une culture de l’accueil et de faciliter l’intégration des familles migrantes. Cette proximité avec l’actualité explique sans doute pourquoi la fondation Friedrich Ebert en a fait « l’album politique de l’année 2017 ».

Nusret und die Kuh d’Anja Tuckermann : le refus d’une littérature écrite dans l’urgence

26Les thèmes abordés dans Nusret ne diffèrent guère de ceux présents dans Alle da! et correspondent aux caractéristiques de la littérature migrante évoquées en introduction : une famille quitte un pays en guerre, le Kosovo, laisse son fils avec les grands-parents le temps de s’installer en Allemagne puis fait venir son enfant. Il s’ensuit un long périple, souligné dans le texte par l’anaphore de l'adjectif « longtemps » (lange), parfois redoublé, par des répétitions du même verbe et une illustration sur deux doubles-pages d'une ribambelle de voitures colorées collées les unes aux autres.

  • 33 Schneider, A., La littérature de jeunesse migrante, op. cit., p. 54.

27La particularité de cet album tient à sa construction duelle qui oppose pays d’origine et pays d’accueil. Anja Tuckermann, Mehrdad Zaeri et Uli Krappen explorent en effet le sentiment de nostalgie et la difficulté à être dans un entre-deux pays, comme une métaphore de la construction identitaire de l’enfant. Anne Schneider souligne la pertinence du récit de migration pour évoquer ce passage de l’enfance à l’âge adulte : « Il n’y a de souffrance dans l’ailleurs que parce que celui-ci est intrinsèquement relié à l’enfance, il n’y a pas de migration plus universelle que celle de son moi enfantin vers son moi adulte33 ». Dans Nusret, c’est d’abord le traitement chromatique qui permet d’opposer les deux pays : des couleurs vives à dominante verte pour le Heimat, des couleurs froides à dominantes grises et bleues pour l’Allemagne. À cela s’ajoute une opposition entre des paysages ruraux aux lignes courbes, aux formes arrondies souvent soulignées d’un trait noir, et une ville industrielle aux constructions plus orthogonales. Le style expressionniste des images permet, en donnant un caractère disproportionné aux éléments naturels des paysages kosovars (fleurs, arbres, rivière, foin, animal) de leur donner une fonction protectrice par rapport aux humains et, sans doute, d’exprimer là un point de vue « à hauteur d’enfant », tandis que la disproportion des éléments de la ville (voiture, néons, immeubles, terrain de sport) semble écraser les êtres humains qui y vivent.

Anja Tuckermann, Mehrdad Zaeri et Uli Krappen, Nusret und die Kuh, München, TULIPAN-Verlag, 2016. © Mehrard Zaeri, Uli Krappen et Tulipan Verlag.

Anja Tuckermann, Mehrdad Zaeri et Uli Krappen, Nusret und die Kuh, München, TULIPAN-Verlag, 2016. © Mehrard Zaeri, Uli Krappen et Tulipan Verlag.

28Anja Tuckermann n’en reste pas aux clichés du déchirement de son pays natal, des difficultés d’intégration dues à la langue ou aux brimades. Elle se concentre sur le dilemme de Nusret qui veut tout à la fois rester en Allemagne, le pays d’accueil, où il s’est fait des amis et où vaille que vaille il se sent bien, et la nostalgie de la maison des grands-parents, du monde coloré et bienheureux de sa petite enfance. L’image du papillon prend alors tout son sens en faisant allusion aux transformations que vit le jeune enfant qui devient peu à peu un jeune homme. Il lui faut faire le deuil de la Heimat de son enfance, qui n’existe plus que dans ses souvenirs colorés, dans son imagination fertile grâce à laquelle il continue de correspondre avec sa vache préférée, une Heimat vers laquelle il retournerait un jour pendant d’hypothétiques congés familiaux.

  • 34 Dans un échange d’e-mails privés du mois de février 2018. Reproduction autorisée par Anja Tuckerman (...)

29Le processus de création de cet album explique la prégnance de ce sentiment de nostalgie : Anja Tuckermann nous a en effet précisé34 que cet album était né à la suite d’ateliers d’écriture avec des enfants réfugiés parmi lesquels il y avait à chaque fois de jeunes Kosovars qui se languissaient de leur pays. L’étymologie du terme « nostalgie » dit bien l’inconfort de ces situations de l’entre-deux : il vient en effet du grec nostos, « le retour », et -algos, « la douleur ». Face à cette « douleur du retour », n’est-il pas préférable de rester à rêver du pays du départ plutôt que d’y retourner ?

30Anja Tuckermann n’est pas dupe des commandes institutionnelles et de l’utilisation démagogique, univoque que l’on peut en faire. Elle nous a confirmé, comme nous l’avons vu pour Alle da!, qu’elle avait été souvent sollicitée en 2015 et 2016 pour écrire des ouvrages au sujet de la « crise des réfugiés », mais si Alle da!, dont l’écriture était déjà engagée depuis 2013, pouvait rencontrer cette sollicitation de l’éditeur, elle s’est refusée à répondre dans l’urgence à ces commandes.

  • 35 « On m’a beaucoup sollicitée en 2015/2016 pour écrire des livres sur la crise, j’ai toujours refusé (...)

Ich bin 2015/2016 viel gefragt worden, ob ich ein Buch zu dem Thema machen möchte, habe das aber immer abgelehnt. Ich denke, man kann kaum so auf die Schnelle was Gutes machen, ohne die Menschen, um die es geht, und ihre Kultur gut zu kennen und einzubeziehen. Ganz gewiss wird das in Zukunft bei mir vorkommen, aber dann genau recherchiert35.

  • 36 « Le hasard a fait qu’il est sorti au bon moment. » (Notre traduction.)

31Pour Nusret, elle explique qu’il s’agit là encore d’un projet antérieur. Néanmoins, et même si elle affirme que « da erschien es zufällig genau richtig36 », publier en 2016 un album de jeunesse qui évoque la crise des réfugiés du Kosovo ainsi que la politique du regroupement familial est loin d’être anodin. Comme nous l’avons évoqué, l’opinion publique allemande a changé après l’attentat terroriste de Berlin et les événements de la Saint-Sylvestre à Cologne. Les réfugiés n’étaient plus autant les bienvenus pour un certain nombre d’Allemands. En période électorale, cela s’est traduit par un nombre croissant de refus de demandes d’asiles et des procédures plus contraignantes quant aux lois sur le regroupement familial. On peut se demander si Anja Tuckermann ne souhaitait pas avec Nusret rappeler les erreurs à ne pas commettre une nouvelle fois et plaider en faveur d’une politique de regroupement familial non contraignante.

32Notons pour finir que pour Nusret, Anja Tuckermann a fait des choix différents de ceux d’Alle da!. D’une part celui de travailler pour une petite maison d’édition de littérature de jeunesse berlinoise, Tulipan Verlag, qui attache une grande importance à publier des albums de qualité ; d’autre part, celui de collaborer à nouveau et de concert avec deux artistes aux styles différents mais complémentaires dans leur manière de créer. Les deux artistes expliquent ainsi leur démarche :

  • 37 « Nous travaillons ensemble depuis 10 ans. Pour cet album, nous avons peint sur la même feuille cha (...)

Wir arbeiten bereits seit über zehn Jahren zusammen. Bei den Bildern für Nusret und die Kuh stehen wir uns an einem Tisch gegenüber und malen am gleichen Blatt. Das ist ein bisschen wie Zeitschach. Wir haben eine Stoppuhr und jeder von uns hat zwei Minuten für seine Zeichnung. Die Erzählung ist unser Rahmen, die kennen wir sehr gut. Wir bewegen uns mit Farben und Formen innerhalb unseres Gefühls für die Geschichte. Sobald die Uhr piepst, wandert das Blatt rüber zum anderen. Dabei sagen wir uns gegenseitig, dass das nur ein ›Angebot‹ ist, dass der andere ruhig alles übermalen, zerstören, vernichten darf, sogar soll, damit das Spiel an Fahrt gewinnt. Irgendwann entwickelt sich etwas Konkretes im Bild37.

33Ce livre est par conséquent plus personnel, nous pourrions dire, plus « engagé », tant dans le choix de la maison d’édition, que dans son processus de création, alors même que la référence à l’histoire récente de l’Allemagne semblait a priori l’éloigner de l’actualité de 2015-2016.

Der Rote Mantel – Die Geschichte vom Heiligen Martin : l’album comme espace d’engagement et de contestation

34L’album Der rote mantel, de Heinz Janisch et Birgitta Heiskel, publié par Tyrolia, une maison d’édition autrichienne à la longue existence, prônant les valeurs chrétiennes, révèle quant à lui un engagement encore plus net. Pour mieux comprendre la portée de cet ouvrage publié l’année commémorative de Saint Martin, figure protectrice des voyageurs, attardons-nous sur le contexte politique autrichien. Nous avons signalé que le paysage politique allemand s’était transformé depuis la « crise des réfugiés » avec l’entrée en force des représentants du parti d’extrême‑droite Alternative für Deutschland (AfD) porteur d’un discours clairement anti-migrants et islamophobe. Le nombre de députés élus en septembre 2017 reste cependant faible. À l’inverse, en Autriche, Sebastian Kurz, chef du parti très conservateur de droite, Österreichische Volkspartei (ÖVP), revendiquant des racines chrétiennes et diffusant tout comme l’AfD un discours islamophobe, a été élu chancelier en 2017 suite à une alliance avec le parti d’extrême-droite Freiheitliche Partei Österreichs (FPÖ), après avoir mené une campagne stigmatisant les immigrés arrivés massivement en 2015 et 2016 (90 000 demandes sur les deux années, soit 1 % de la population). Kurz avait été auparavant ministre de l’Intérieur et à l’origine de la fermeture de la route des Balkans et de l’interdiction du voile intégral dans les lieux publics en 2016.

  • 38 « Tyrolia versteht sich dabei nicht nur als Wirtschaftsunternehmen, sondern als geistiger und kultu (...)

35Tyrolia est une entreprise qui développe différentes activités : l’édition, la papeterie et la diffusion, à travers un réseau de 12 librairies réparties sur le territoire. Elle mène une activité éditoriale depuis 1907 et s’est progressivement spécialisée dans la publication de livres sur la théologie, le régionalisme et dans l’édition scolaire. Cible de plusieurs attentats, de réquisitions violentes, d’interdictions pendant la période du national-socialisme (1933-1945), elle a finalement été fermée, en raison de sa politique d’édition humaniste et chrétienne. Reconstruite après la guerre, elle continue d’afficher son souhait de « diffuser avec les moyens de communication modernes les valeurs d’une culture chrétienne38 », et autrichienne, si on se réfère à son nom qui renvoie à la région d’Autriche la plus connue, située au cœur du pays. Paradoxalement, elle utilise les mêmes éléments de discours que les représentants des partis conservateurs et d’extrême-droite. Mais les valeurs prônées sont tout autres, comme le démontre l’album Der rote mantel, puisqu’elles défendent une culture de l’accueil, et non du rejet, des réfugiés.

36Les éditions Tyrolia ont publié l’album en 2016, année de Saint Martin dans les territoires germanophones catholiques (sud de l’Allemagne et Autriche). Le sous-titre, Die Geschichte vom heiligen Martin [L’histoire de Saint Martin], laisse à penser qu’il s’agit d’une nouvelle version de la légende de ce personnage très connu, fêté dans les écoles le 11 novembre par la confection de lanternes et par des processions dans les rues. Néanmoins, dès la première page, il est question d’un jeune garçon, Amir, enroulé dans une couverture rouge, dormant sur un matelas dans un gymnase, au milieu d’une foule de personnes dans la même situation que lui. Un narrateur omniscient raconte qu’il a été accueilli dans cette structure, dans une ville qui lui est inconnue, après avoir passé la nuit dans la remorque d’un camion. Sans que cela soit explicite, la situation initiale est claire pour le lecteur : il s’agit d’un réfugié.

  • 39 Il ne peut y avoir en allemand de jeu de mots entre « couverture » (tissu) et « couverture de livre (...)

37L’album reprend donc l’histoire maintes fois relatée de Saint Martin, le patron des voyageurs, associé à des valeurs telles que le partage, la charité, l'altruisme et, dans un anachronisme, unit le destin de ce personnage légendaire à celui d’un jeune réfugié contemporain. La première et la quatrième de couverture, presque entièrement rouges, font allusion à la couverture39 que Saint Martin a, selon la légende, partagée avec un nécessiteux dans un acte de charité. La couleur renvoie donc à toute une iconographie religieuse associée à ce personnage, reprise dans cet album à travers un traitement en bichromie à la fois du texte et des images.

Heinz Janisch et Birgitta Heiske, Der rote Mantel : die Geschichte vom heiligen Martin, Innsbruck, Tyrolia-Verlag, 2016. © Birgitta Heiske et Tyrolia Verlag.

38Le titre, au centre de la première de couverture, fait alterner deux choix de polices et de couleurs. Le fait que les mots « der Mantel » soient en caractères plus épais et mis en avant par la couleur blanche focalise l’attention sur l’objet et sa fonction : protéger du froid, donner de la chaleur, partir. La couleur blanche permet de mettre en relation immédiate le manteau avec le visage blanc d’un enfant aux traits fins, aux yeux grands ouverts fixés sur le lecteur, les mains serrées sous son menton, tenant fermement la couverture contre lui.

  • 40 Serge Martin, « Les fables de la voix en littérature enfantine : actualités du “Raconteur” (Der Erz (...)
  • 41 Walter Benjamin, Gesammelte Schriften, Hrsg. v. Rolf Tiedemann und Hermann Schweppenhäuser, Stuttga (...)

39Même si, stratégiquement, la maison d’édition a ajouté une pastille dorée rappelant les « 1700 Jahre heiliger Martin » (Les 1 700 ans de Saint Martin) et malgré le sous-titre, le héros de l’histoire est bien ce jeune garçon dont au final on ne sait rien en dehors de son statut de réfugié, qui fait de lui le « nécessiteux » de la légende de Saint Martin, dans sa version actualisée. Il est le miroir de l’enfant lecteur auquel il s’associe par le regard, dès la couverture. Tous deux se retrouvent en effet dans la position d’auditeurs d’une histoire. À travers cette mise en abyme, Janisch et Heiskel se rattachent à la tradition classique du conteur qui, en interpellant l’enfant, crée de fait une communauté que ne vient pas altérer la différence de culture, de langue, de religion, de statut : pour Walter Benjamin en effet, « qui écoute une histoire forme une société avec qui la raconte40 ». Cette communauté se fonde sur le partage d’une expérience à travers l’imaginaire et l’empathie : « Et ce qu’il raconte, à son tour, devient expérience en ceux qui écoutent son histoire41 ».

40Cette articulation étroite entre récit religieux et actualité n’a pas de quoi étonner. N'oublions pas que l'État et l'Église ne sont séparés ni en Allemagne ni en Autriche et que les cours de « Religion » ou « Ethik » sont obligatoires. Ce livre peut donc être utilisé au sein d’un dispositif d’éducation du fait religieux. Heinz Janisch a présenté, lu et animé de multiples ateliers à destination d’enfants de toutes origines, dont des enfants de réfugiés. Auteur de littérature pour la jeunesse reconnu en Autriche, il s’est impliqué dans le projet de l’Office fédéral autrichien pour les livres (Büchereiverband Österreichs) qui promeut entre autres la lecture d’albums de jeunesse aux enfants au sein d’écoles, de bibliothèques42, centres culturels, mais également d’églises, de départements de théologie. Cet engagement a participé sans doute à l’obtention pour cet album du « Prix catholique du livre pour la jeunesse » en 2016. Le propos des deux auteurs, habitués à travailler ensemble à la création d’albums de jeunesse chrétiens, et la ligne de la maison d’édition sont sans ambiguïté : le thème central de cet album est l’illustration de la charité chrétienne. Toutefois, il ne s’agit nullement, comme le font les partis d’extrême-droite, d’opposer les religions les unes aux autres ou de stigmatiser l’une d’entre elles. Nous avons affaire ici à une transmission généreuse de connaissances culturelles, voire interculturelles lorsque le jeune Amir fait des parallèles entre ce qu’il a vécu (être dépourvu de vêtements, de nourriture, être pourchassé) et la période de la vie de Saint Martin soldat.

41On pourrait en ce sens rapprocher cet album des trois précédents en considérant que son objectif, auprès d’un lectorat de jeunes réfugiés, est de participer à leur éducation dans le cadre des cours d’intégration. Quant au second objectif que nous avions relevé dans les autres albums, celui de favoriser une culture de l’accueil, on remarque ici qu’il est fortement associé à une dimension religieuse et possède une portée politique particulière dans le contexte autrichien. En rappelant aux jeunes lecteurs autrichiens les « vraies » valeurs chrétiennes, cet album devient un espace de contestation du pouvoir en place, de refus des valeurs de repli et de nationalisme, renouant par là avec l’histoire de la maison d’édition Tyrolia.

Conclusion

42Le gouvernement allemand a mis sur pied une politique d'intégration par l'éducation qui s'axe autour de l'apprentissage, la reconnaissance des acquis de l'expérience, l'accès à la culture et l'acquisition de la langue allemande43. Pour permettre une maîtrise rapide de l’allemand, les intervenants adaptent leur enseignement au public. En ce qui concerne les jeunes enfants de réfugiés, il a été développé des applications, des sites en ligne, une formation spécifique des professeurs et un programme, Lesestart für Flüchtlingskinder (« L'ABC de la lecture pour les enfants de réfugiés »), qui promeut avant tout la lecture à voix haute d'albums de jeunesse par un adulte ou un pair germanophone. Chaque enfant reçoit une mallette dans laquelle il y a des albums, des jeux, des CD de chansons pour enfants, des bandes dessinées etc. Il est noté44 que le choix des albums doit être motivé par un texte peu complexe, si possible en version multilingue (ce qui est le cas de Bestimmt wird alles besser). Les enfants doivent pouvoir s'identifier et mieux comprendre le pays qui les accueille.

43Nous avons tenté au cours de notre analyse de mettre en lumière les stratégies éditoriales, les intentions des auteurs qui participent à divers degrés à ces actions institutionnelles. Pour les offices fédéraux, l’album est avant tout un outil au service d'une politique d'intégration qui ne dévalorise pas le pays quitté et fait ressortir positivement les valeurs du pays d'accueil ainsi que ses racines chrétiennes. Toutefois, nous avons mis en lumière des écarts entre les albums qui selon leurs canaux de diffusion permettent aux auteurs et illustrateurs d’être plus nuancés, critiques, ce qui laisse plus de champ à leur créativité. En effet, faut-il le rappeler, la formule de la chancelière « Wir schaffen das », même si elle a été par la suite critiquée, traduit parfaitement la situation. L'emploi du verbe schaffen en allemand, étymologiquement voisin du verbe schöpfen (« créer » dans un sens artistique mais aussi employé dans la Bible – Dieu créa) et du verbe schnitzen qui signifie « tailler le bois, sculpter » souligne à la fois l’acte de création et la nécessité de devoir s'engager moralement et concrètement pour consolider le vivre ensemble. Le fait d'employer ce verbe au présent de l'indicatif et à la première personne du pluriel sans utiliser de verbes de modalité ou de modalisateurs (peut-être, assurément...) ni le futur met en évidence la nécessité d'agir ensemble et maintenant afin d'aider et d'intégrer les réfugiés tout en exprimant sa propre sensibilité.

Haut de page

Bibliographie

Albums analysés

Kirsten Boie et Jan Birck, Bestimmt wird alles gut, Leipzig, Klett Kinderbuch, 2016.

Heinz Janisch et Birgitta Heiske, Der rote Mantel: Die Geschichte vom heiligen Martin, Innsbruck, Tyrolia-Verlag, 2016.

Anja Tuckermann et Tine Schulz, Alle da!: Unser kunterbuntes Leben, Leipzig, Klett Kinderbuch, 2014 [édition en français : Tout le monde est là !, Genève, La Joie de lire, 2018].

Anja Tuckermann, Mehrdad Zaeri et Uli Krappen, Nusret und die Kuh, München, Tulipan Verlag, 2016.

Références critiques

Elien Declercq, « “Écriture migrante”, “littérature (im)migrante”, “migration literature” : réflexions sur un concept aux contours imprécis », Revue de littérature comparée, vol. 339, n° 3, 2011, pp. 301-310.

Carsten Gansel, Moderne Kinder-und Jugendliteratur: Ein Praxishandbuch für den Unterricht, Cornelsen Scriptor, 1999.

Serge Martin, « Les fables de la voix en littérature enfantine : actualités du “Raconteur” (Der Erzähler, 1936) de Walter Benjamin », Strenæ, n° 5, 2013, http://strenae.revues.org/961.

Jean-Pierre Mercier, Laura Cecilia Caraballo, Anne Morillon, Vincent Marie et Gilles Ollivier, Albums : des histoires dessinées entre ici et ailleurs : bande dessinée et immigration, 1913-2013 : [exposition, Paris], Palais de la Porte Dorée, Musée d'histoire de l'immigration, Paris, Futoropolis, 2013.

Isabelle Nières-Chevrel, « L’album, le mot, la chose », in Viviane Alary et Nelly Chabrol-Gagne (dir.), L’album ou le parti-pris des images, Clermont-Ferrand, Presses Universitaires Blaise Pascal, 2012, p. 15-20.

Anne Schneider, « La carte postale coloniale dans l’album : Nona des sables, un château de cartes mémorielles », Strenæ, n° 3, 2012, https://journals.openedition.org/strenae/585.

Anne Schneider, La littérature de jeunesse migrante : récits d'immigration de l'Algérie à la France, Paris, L'Harmattan, 2013.

Gwénola Sebaux, « La politique migratoire du 3e gouvernement Merkel en temps de crise », Allemagne d'aujourd'hui, vol. 222, no 4, 2017, pp. 94-113.

Erik Vollmann, « Angela Merkel et la politique des réfugiés 2015-2017 », Outre-Terre, vol. 52, no 3, 2017, pp. 117-124.

Haut de page

Notes

1 « Une Europe ouverte ? », site du Parlement européen : http://www.europarl.europa.eu/external/html/welcomingeurope/default_fr.htm et « Statistiques sur l’asile », Site Eurostat, statistics explained : https://ec.europa.eu/eurostat/statistics-explained/index.php?title=Asylum_statistics/fr.

2 Erik Vollmann, « Angela Merkel et la politique des réfugiés 2015-2017 », Outre-Terre, vol. 52, n° 3, 2017, pp. 117-124.

3 Le droit européen et le droit allemand font une distinction claire entre réfugiés et demandeurs d’asile : un réfugié possède un statut particulier en vertu de la convention de Genève (1951) ; il se définit comme une personne qui craint avec raison, des persécutions dans son pays en raison de sa race, religion, nationalité, appartenance à un certain groupe social ou de ses opinions politiques en cas de retour dans son pays, alors qu’un migrant est quelqu’un qui quitte son pays, volontairement ou non. Néanmoins, en Allemagne, la langue courante emploie le terme « Flüchtling » comme générique, c’est-à-dire pour faire référence à toute personne ayant dû fuir son lieu de vie familier pour quelque raison que ce soit et partir dans un autre lieu. Un réfugié est appelé dans les textes de loi « Asylsuchender », les deux termes sont synonymes. En revanche, dès qu’il fait une demande d’asile il devient « Asylbewerber » (postulant à l’asile) et s’il obtient l’asile légalement, il est « Asylberechtiger » (réfugié politique). (cf. https://www.bundesregierung.de/Webs/Breg/DE/Themen/Fluechtlings-Asylpolitik/4FAQ/_node.html?id=GlossarEntry1659092 (dernière consultation le 22.03.2019). En France un migrant devient réfugié après validation de son statut par l’OFPRA.

4 Statistiques disponibles sur le site du Ministère de l’intérieur autrichien : http://www.bmi.gv.at/301/Statistiken/start.aspx#pk_2017.

5 Schlüsselzahlen Asyl 2016, Bundesamt für Migration und Flüchtlinge http://www.bamf.de/SharedDocs/Anlagen/DE/Publikationen/Flyer/flyer-schluesselzahlen-asyl-2016.pdf?__blob=publicationFile.

6 Heimerl, Daniela, « La politique de l'Allemagne à l'égard des réfugiés ex-yougoslaves », Hommes et Migrations 1235.1, 2002, pp. 28-39.

7 Phrase prononcée dans une conférence de presse le 31 août 2015 : https://www.youtube.com/watch?v=5eXc5Sc_rnY.

8 Sébaux, Gwénola, « La politique migratoire du 3e gouvernement Merkel en temps de crise », Allemagne d'aujourd'hui, vol. 222, n° 4, 2017, pp. 94-113. Il faut par ailleurs rappeler les événements de la nuit de la Saint-Sylvestre à Cologne en décembre 2015 ainsi que l’attentat du marché de Noël de Berlin en 2016 entre autres. Cela révèle du défi pour l’Allemagne que d’intégrer ces milliers de réfugiés.

9 Statistiques en ligne sur le site de l’observatoire de l’économie allemande : https://www.iwd.de/artikel/wachstumsfaktor-migration-320630/.

10 Site présentant le projet et les initiatives mis en place dans les crèches et jardins d’enfants : https://sprach-kitas.fruehe-chancen.de.

11 Sébaux, G., op. cit., p. 110-111.

12 Cf. Gobbé-Mévellec, Euriell, « Livre Ensemble : réflexions critiques et pistes didactiques à partir d'albums pluriculturels européens », Cahiers Robinson, n° 45, à paraître en 2019.

13 Cette expression permet « de coiffer d’un seul concept les littératures par le migrant, pour le migrant et sur la figure du migrant et son processus migratoire », in Declercq, Elien, « “Écriture migrante”, “littérature (im)migrante”, “migration literature” : réflexions sur un concept aux contours imprécis », Revue de littérature comparée, vol. 339, n° 3, 2011, pp. 301-310.

14 Paru en français sous le titre Tout le monde est là ?, Genève, La joie de lire, 2018.

15 Boie, Kirsten et Birck, Jan, Bestimmt wird alles gut, Leipzig, Klett Kinderbuch, 2016/Janisch, Heinz et Heiske, Birgitta, Der rote Mantel Die Geschichte vom heiligen Martin, Innsbruck, Tyrolia-Verlag, 2016/Tuckermann, Anja et Schulz, Tine, Alle da! : Unser kunterbuntes Leben, Leipzig, Klett Kinderbuch, 2014/Tuckermann, Anja, Zaeri, Mehrdad et Krappen, Uli, Nusret und die Kuh, München, Tulipan Verlag, 2016.

16 Schneider, Anne, « La carte postale coloniale dans l’album : Nona des sables, un château de cartes mémorielles », Strenæ, n° 3, 2012, https://journals.openedition.org/strenae/585 et son ouvrage de référence :Schneider, Anne, La littérature de jeunesse migrante : récits d'immigration de l'Algérie à la France, Paris, L'Harmattan, 2013.

17 Comme elle le rappelle d’ailleurs dans l’article publié dans ce numéro de Strenæ : « Enjeux mémoriels de l'album dans le discours sur l'immigration algérienne : images culturelles et culture de l'image ».

18 Site de la maison d’édition : https://www.klett-gruppe.de/startseite/die+klett+gruppe/chronik+und+fakten.63.htm.

19 Site officiel de la fédération industrielle allemande : http://www.wir-zusammen.de/home, « L’économie allemande solidaire pour réussir tous ensemble l’intégration ».

20 Heimat est un mot allemand qu'il est impossible de traduire par un seul mot français, bien qu'il corresponde à un sentiment universellement répandu. Il désigne à la fois le pays où l'on naît, le village où l'on a grandi, mais aussi la maison où on a passé son enfance, celle où on est chez soi, tout à la fois sentiment et référent spatial et temporel.

21 Comme on peut le lire dans la notice bibliographique de la Bibliothèque nationale allemande : https://portal.dnb.de/opac.htm?method=simpleSearch&cqlMode=true&reset=true&referrerPosition=0&referrerResultId=Woe%3D120243520%26books%26any&query=idn%3D120243520.

22 En quelque sorte l’équivalent d’un site comme Eduscol pour la France.

23 Revue Kinder auf der Flucht : http://www.bpb.de/shop/lernen/falter/254953/kinder-auf-der-flucht.

24 Site de l’illustratrice Tine Schulz : https://www.tineschulz.com.

25 On trouve déjà Alles lecker (Sur l’alimentation), Alles Familie (Sur la famille) : http://klett-kinderbuch.de/index.php?id=280.

26 « J’ai travaillé dès 2013 et pendant 7 mois sur un projet d’album en discutant avec l’illustratrice et l’éditrice. Ce n’était pas vraiment prévu pour 2015. La BpB ne passe pas commande d’ouvrages auprès d’auteurs mais elle soutient ceux qu’elle juge important et en accord avec leur programme. Les éditions Klett m’ont demandé si je voulais écrire quelque chose sur ce sujet parce qu’elles me connaissent et savent que je suis familière de ces questions. » (Notre traduction.)

27 Site de Kirsten Boie : http://www.kirsten-boie.de/kirsten-boie-biografie.php?kategorie=Biografie&sprache=de.

28 Site de Klett Kinderbuch : https://www.onilo.de/boardstories/ansicht/boardstory/bestimmt_wird_alles_gut/?tx_enetboardstorywebstore_presentation%5BlistPid%5D=49&tx_enetboardstorywebstore_presentation%5Baction%5D=showPresentation&tx_enetboardstorywebstore_presentation%5Bcontroller%5D=Product&cHash=a842187016c6bd2b78d03166bc50b5d1.

29 Site du parlement allemand, publication des comptes rendus des commissions parlementaires : http://dip21.bundestag.de/dip21/btd/18/123/1812371.pdf.

30 Site présentant l’exposition : http://www.boell-mv.de/de/2016/04/20/ausstellungsverleih-alle-da-unser-kunterbuntes-leben.

31 Isabelle Nières-Chevrel, « L’album, le mot, la chose », in Viviane Alary et Nelly Chabrol-Gagne (dir.), L’album ou le parti-pris des images, Clermont-Ferrand, Presses Universitaires Blaise Pascal, 2012, pp. 18-19.

32 Notons que dans cet album comme dans ceux qu’analyse Sylvain Brehm pour ce numéro de Strenæ, le processus de résilience et d’intégration débute par un acte symbolique qui permet l’expression et la reconnaissance de l’individu.

33 Schneider, A., La littérature de jeunesse migrante, op. cit., p. 54.

34 Dans un échange d’e-mails privés du mois de février 2018. Reproduction autorisée par Anja Tuckermann.

35 « On m’a beaucoup sollicitée en 2015/2016 pour écrire des livres sur la crise, j’ai toujours refusé. Il me semble qu’on ne peut rien écrire de bien dans l’urgence. Il faut avant tout bien connaître les gens dont on parle et s’imprégner de leur culture. C’est ce vers quoi je tends avec application. » (Notre traduction.)

36 « Le hasard a fait qu’il est sorti au bon moment. » (Notre traduction.)

37 « Nous travaillons ensemble depuis 10 ans. Pour cet album, nous avons peint sur la même feuille chacun d’un côté de la table. Un peu comme dans une partie d’échec. Il y avait une horloge entre nous et toutes les deux minutes c’était soit l’un soit l’autre qui peignait. Nous connaissons très bien l’histoire, c’est notre cadre. Nous transposons les sentiments qu’elle nous inspire en formes et couleurs. Chacun de nous a le droit de donner son avis sur le travail de l’autre, de le modifier, de peindre par dessus, de le détruire. Il ressort toujours quelque chose à un moment donné. » (Notre traduction), https://tulipan-verlag.de/nusret-und-die-kuh/.

38 « Tyrolia versteht sich dabei nicht nur als Wirtschaftsunternehmen, sondern als geistiger und kultureller Faktor im Lande. Gegründet, um christlichen Standpunkten mit den Mitteln der modernen Medien Gehör zu verschaffen, versuchen wir auch heute, diesem Auftrag gerecht zu warden ». Cf. https://www.tyrolia.at/unternehmen/firmengeschichte.

39 Il ne peut y avoir en allemand de jeu de mots entre « couverture » (tissu) et « couverture de livre », ce sont deux mots distincts : die Decke pour la couverture et der Buchumschlag pour la couverture d’un livre.

40 Serge Martin, « Les fables de la voix en littérature enfantine : actualités du “Raconteur” (Der Erzähler, 1936) de Walter Benjamin », Strenæ, n° 5, 2013, http://strenae.revues.org/961.

41 Walter Benjamin, Gesammelte Schriften, Hrsg. v. Rolf Tiedemann und Hermann Schweppenhäuser, Stuttgart, Frankfurt, II/2, 1972, pp. 438-465.

42 Site institutionnel à destination des bibliothécaires autrichiens : https://www.stadtbibliothek.graz.at/index.asp?id=2985#prettyPhoto.

43 Site ministériel pour la gestion de la question migratoire : https://www.bmbf.de/de/fluechtlinge-durch-bildung-integrieren.html.

44 Site guide pour développer la lecture et l’accompagnement à la lecture mis en place par le ministère de l’enseignement allemand avec une entrée spécifique pour les réfugiés : https://www.lesestart.de/.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Anja Tuckermann et Tine Schulz, Alle da! : Unser kunterbuntes Leben, Leipzig, Klett Kinderbuch, 2014. © Tine Schulz et Klett Kinderbuch.
URL http://journals.openedition.org/strenae/docannexe/image/2513/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 772k
Légende Anja Tuckermann et Tine Schulz, Alle da! : Unser kunterbuntes Leben, Leipzig, Klett Kinderbuch, 2014. © Tine Schulz et Klett Kinderbuch.
URL http://journals.openedition.org/strenae/docannexe/image/2513/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 528k
Légende Kirsten Boie et Jan Birck, Bestimmt wird alles gut, Leipzig, Klett Kinderbuch, 2016. © Kirsten Boie et Klett Kinderbuch.
URL http://journals.openedition.org/strenae/docannexe/image/2513/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Légende Kirsten Boie et Jan Birck, Bestimmt wird alles gut, Leipzig, Klett Kinderbuch, 2016, p. 22-23. © Jan Birck et Klett Kinderbuch.
URL http://journals.openedition.org/strenae/docannexe/image/2513/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Légende Kirsten Boie et Jan Birck, Bestimmt wird alles gut, Leipzig, Klett Kinderbuch, 2016, p. 24-25. © Jan Birck et Klett Kinderbuch.
URL http://journals.openedition.org/strenae/docannexe/image/2513/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Légende Kirsten Boie et Jan Birck, Bestimmt wird alles gut, Leipzig, Klett Kinderbuch, 2016, p. 43. © Jan Birck et Klett Kinderbuch.
URL http://journals.openedition.org/strenae/docannexe/image/2513/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Légende Anja Tuckermann, Mehrdad Zaeri et Uli Krappen, Nusret und die Kuh, München, TULIPAN-Verlag, 2016. © Mehrard Zaeri, Uli Krappen et Tulipan Verlag.
URL http://journals.openedition.org/strenae/docannexe/image/2513/img-7.png
Fichier image/png, 873k
Légende Anja Tuckermann, Mehrdad Zaeri et Uli Krappen, Nusret und die Kuh, München, TULIPAN-Verlag, 2016. © Mehrard Zaeri, Uli Krappen et Tulipan Verlag.
URL http://journals.openedition.org/strenae/docannexe/image/2513/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Légende Heinz Janisch et Birgitta Heiske, Der rote Mantel : die Geschichte vom heiligen Martin, Innsbruck, Tyrolia-Verlag, 2016. © Birgitta Heiske et Tyrolia Verlag.
URL http://journals.openedition.org/strenae/docannexe/image/2513/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 211k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alexa Craïs et Euriell Gobbé-Mévellec, « Allemagne – la « crise des réfugiés » de l’été 2015. Quelle(s) réponse(s) dans l’album pour la jeunesse germanophone ? », Strenæ [En ligne], 14 | 2019, mis en ligne le 05 avril 2019, consulté le 21 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/strenae/2513 ; DOI : 10.4000/strenae.2513

Haut de page

Auteurs

Alexa Craïs

Laboratoire CREG
ESPE de Toulouse – Université Toulouse Jean-Jaurès
 

Euriell Gobbé-Mévellec

Laboratoire LLA-CREATIS
ESPE de Toulouse – Université Toulouse Jean-Jaurès
 

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals