Navigation – Plan du site
Dossier thématique

Livre Ensemble1 : l’album pluriculturel comme espace de rencontre avec l’autre
Introduction

Euriell Gobbé-Mévellec

Texte intégral

  • 1 Co-porté par l’ESPE de Toulouse Midi-Pyrénées et le laboratoire LLA-CREATIS de l’Université Toulous (...)
  • 2 Patrick Chamoiseau, Frères migrants, Paris, Seuil, 2017, p. 81.

1« Les civilisations ne se sont jamais fermées au monde. Elles ont toujours éprouvé le goût du monde dans la peur toujours émerveillée du monde. Elles ont toujours accusé une tension entre un refus du monde et le désir-imaginant des autres rives du monde. La frontière est une vitalité qui scintille dans cette couple de forces : celle qui ouvre, celle qui ferme. Celle qui accueille et celle qui refuse d’accueillir sont en nous, sur la même ligne, soumises à des intensités de peur ou de confiance qu’actionnent les aubes ou crépuscules de nos imaginaires2. »

2On constate aujourd’hui, dans le champ éditorial de l’album pour la jeunesse, et dans de nombreux pays, la publication de titres abordant la question de la diversité culturelle et linguistique sous l’angle du vivre ensemble. Une préoccupation croissante semble se manifester pour des questions telles que les migrations, l’exil, le droit d’asile, la xénophobie, les solidarités intra et extra-communautaires, les barrières linguistiques, etc.

3C’est au tournant des années 2000 que cette tendance semble s’affirmer, s’accompagnant de ce que nous qualifierions d’un changement de paradigme : celui de l’abandon de la perspective multiculturelle, fondée sur la reconnaissance de la diversité, au profit d’une perspective interculturelle, voire pluriculturelle, centrée sur les interactions culturelles et sur la construction d’identités plurielles et mouvantes, produits de ces interactions.

  • 3 Citons par exemple la collection « Amis du bout du monde » chez Mango jeunesse, dont les albums son (...)
  • 4 Cf. Frédérique Lemarchand, « Dominique Darbois et la collection “Enfants du monde”. La photographie (...)
  • 5 Laurence Le Guen, « Abolir les frontières en littérature jeunesse : la tentative des albums photogr (...)

4Il était fréquent en effet de trouver dans l’album, et dans la littérature de jeunesse plus généralement, avant les années 2000, le souci de sensibiliser le jeune lecteur aux autres cultures, aux autres langues existant en dehors de l’espace national. Certaines collections déclinaient ainsi – déclinent toujours, car cette tendance n’a pas totalement disparu3 –, pour chaque titre, le quotidien d'un enfant dans un pays différent. Nous pensons notamment à ces deux collections pionnières nées dans les années 1950, la collection « Enfants du monde » chez Nathan, illustrée par les photographies de Dominique Darbois4, et la collection « Les Enfants de la Terre » du Père Castor. Il n’est pas question dans ces albums d’apprendre à vivre avec l’autre : les auteurs cherchent à susciter l’étonnement, l’émerveillement, le dépaysement du jeune lecteur ; « l’Autre reste à distance5 », comme le rappelle Laurence Le Guen dans son étude d’Horoldamba le petit Mongol.

5La collection « Les Enfants de la Terre », éditée entre 1948 et 1983 par Le Père Castor, étudiée par Christophe Meunier dans ce numéro, semble cependant avoir anticipé, préparé peut-être pour la France, le changement de perspective. Tout en étant emblématique de cette approche multiculturelle visant à faire découvrir aux jeunes lecteurs la pluralité des pays, des hommes et des langues, et ce, de la façon la plus « exacte possible » puisque Paul Faucher fait appel à des scientifiques pour rédiger les textes, Christophe Meunier remarque pourtant qu’à partir de 1961, « si la majorité des albums continue à s’intéresser à tous les enfants de la Terre, un certain nombre d’entre eux présente des communautés, issues de l’émigration, vivant sur le territoire national et/ou ayant souvent adopté des manières marginales d’habiter la France ». Il fait l’hypothèse que l’intention de Paul Faucher, ce faisant, était de s’appuyer sur ces albums pour favoriser une « paix sociale nationale », pour adresser un message de fraternité au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, dans le contexte d’une grande vague migratoire depuis les territoires coloniaux vers la France, qui sollicite la main-d’œuvre étrangère pour se reconstruire.

  • 6 P. Chamoiseau, op. cit., p. 45.

6Si l’intention pluriculturaliste anime cette deuxième époque de la collection « Les Enfants de la Terre », Christophe Meunier reconnaît cependant qu’elle reste suggérée aux lecteurs mais jamais traitée en tant que telle dans la mesure où les albums présentent les communautés séparément. Les albums contemporains semblent quant à eux vouloir explorer les diverses formes de relation, de communication et de cohabitation avec cet « autre », qui ne parle pas la même langue et vient d’ailleurs. « Là-bas est dans l’ici6 », pourrions-nous dire en reprenant les mots de Patrick Chamoiseau.

  • 7 Pour une analyse plus approfondie des significations portées par ces préfixes, nous renvoyons à l’a (...)

7Parce qu’ils traitent des interactions, du dialogue culturel et linguistique, plus que de la diversité, ces albums méritent davantage le terme d’ « interculturel » que celui de « multiculturel ». C’est cependant le préfixe « pluri- » que nous avons retenu pour les qualifier car il permet de déplacer le point de vue à la fois sur le sujet (personnage, lecteur, communauté) et sur l’objet livre comme produit hybride, en construction, mouvant, fruit de ces interactions linguistiques et culturelles. L’adjectif « interculturel » a donc été écarté car il aurait, d’une part, masqué la complexité de ces interactions en donnant l’impression qu’il existe des groupes culturels bien identifiables et délimités, et d’autre part, parce qu’il aurait focalisé l’attention sur la dimension idéologique des albums, au détriment du travail de création littéraire et plastique à l’œuvre dans ces ouvrages7. Les albums pluriculturels peuvent ainsi être définis comme des ouvrages qui par leur thématique, leur dispositif iconotextuel, leur articulation au contexte, permettent de problématiser les interactions linguistiques et culturelles.

  • 8 Quelques exemples : J. M. Mateo Calderón et J. Martinez Pedro, Migrar, México, Tecolote, 2011 (Mexi (...)
  • 9 Quelques exemples, néanmoins : Barroux, Ahmed sans abri, Paris, Mango jeunesse, 2007 (France), J. R (...)

8Les formes que prennent ces albums pluriculturels sont cependant diverses. Souvent, il s’agit de récits centrés sur l’expérience singulière de personnages confrontés à l'altérité, à travers la rencontre avec des lieux ou avec des individus étrangers. C’est souvent le point de vue de personnages enfantins, migrants ou immigrés, parfois enfants ou petits-enfants d’immigrés qui est adopté8, plutôt que celui de personnages issus du pays d’accueil9. Certains albums se centrent sur les parcours migratoires de ces personnages, adoptant les modalités du récit épique, ou empruntant aux codes du récit de voyage. D’autres concernent davantage les conditions de leur accueil dans un nouveau pays. D’autres encore mêlent ces deux aspects, comme le montre Sylvain Brehm dans son article.

  • 10 Anne Jonas et Olivier Latyk, Là-bas, tout au fond du dessin, Paris, Sarbacane, 2005.
  • 11 Henriqueta Cristina et Yara Kono, Avec trois brins de laine (on refait le monde), Paris, Éditions d (...)
  • 12 Thierry Lenain et Olivier Balez, Moi, Dieu Merci, qui vis ici, Paris, Albin Jeunesse, 2008.
  • 13 Kirsten Boie et Jan Birck, Bestimmt wird alles gut, Leipzig, Klett Kinderbuch, 2016.

9Son analyse rapproche les parcours des personnages de trois albums : Là-bas tout au fond du dessin10, Avec trois brins de laine (on refait le monde)11 et Moi, Dieu Merci, qui vis ici12. Trois personnages exilés dont l'identité se construit cahin-caha dans l'entre-deux pays, dans l'entre-deux langues. Trois personnages écartelés entre passé et présent, entre la nostalgie du pays qu’ils ont été contraints de quitter et la nécessité d’aller de l’avant dans un univers hostile. Sylvain Brehm montre bien que la résilience passe pour ces trois personnages par un acte symbolique fort, en rupture, voire en contestation avec leur environnement quotidien : acte créatif (tricot, dessin) ou héroïque (sauvetage de la vieille dame), il permet à chacun des personnages d’affirmer et de faire reconnaître l’existence de son « moi » profond et de se relier aux autres. Notons au passage qu’un autre album évoqué dans ce numéro suit la même structure : dans Bestimmt wird alles gut13 en effet, que nous avons analysé avec Alexa Craïs, le processus d’intégration de la famille syrienne dans la société allemande débute véritablement lorsque le père porte secours à un motocycliste blessé, sous le regard des passants immobiles. L’analyse de Sylvain Brehm montre également comment le rapport empathique avec le lecteur se construit entre « fictionnalisation » et « défictionnalisation » : si le paratexte se charge de rappeler en effet le lien de ces récits avec le réel, l’album joue de ses propres codes graphiques et textuels pour favoriser l’implication du lecteur.

  • 14 Elien Declercq, « “Écriture migrante”, “littérature (im)migrante”, “migration literature” : réflexi (...)
  • 15 Nous renvoyons à l’ouvrage d’Anne Schneider : La littérature de jeunesse migrante. Récits d’immigra (...)
  • 16 Cf. Ségolène Le Men, « Le romantisme et l’invention de l’album pour enfants », dans J. Glénisson et (...)

10On retrouve dans ces albums les grands traits de la littérature migrante14 : le déplacement géographique, la quête d’un ailleurs, se doublent d’une quête identitaire, et ces écritures à la première personne reflètent elles-mêmes, souvent, une réflexion plus large sur les relations entre les pays et entre les populations dans le monde postcolonial15. Le récit y joue un rôle mémoriel (garder le souvenir de la terre que l’on quitte) et de reliance entre des espaces, des temporalités, des langues, des imaginaires différents. L’espace littéraire devient de ce fait un lieu d’enracinement, de réconciliation et de construction identitaire, mais également celui d’une reconfiguration des imaginaires culturels. C’est bien ce que met en lumière Anne Schneider dans son article, centré sur des albums traitant de l'immigration algérienne en France. Elle montre notamment comment l’usage de la carte postale et de la photographie permettent la mise à distance de l'exotisme et plus largement, comment le genre de l’album, de par son hybridité et la place qu’il accorde au visuel, permet de renouveler la littérature migrante. Notons à ce propos la récurrence dans l’album pluriculturel de deux canons génériques : le carnet de voyage et le journal intime, qui découlent tous deux de l’héritage humaniste et romantique de l’album16.

  • 17 Quelques exemples : F. David et G. Alibeu, On n’aime pas les chats, Paris, Sarbacane, 2006 (France) (...)
  • 18 Quelques exemples : J. Ruillier, Quatre petits coins de rien du tout, Vineuil, Bilboquet, 2004/L. L (...)
  • 19 Quelques exemples : A. Greder, Die Insel, Saüerlander, 2002 (Allemagne)/V. Caylou, Mère la soupe, U (...)

11On trouve également, parmi les albums pluriculturels, d’autres types de récits, plus éloignés des canons de la littérature migrante, rejoignant néanmoins une tradition très présente en littérature de jeunesse : celle des récits allégoriques et des fables. Ces albums cherchent moins à s’appuyer sur la personnalité en construction, plurielle, d’un personnage qu’à exemplifier certaines situations de confrontation à l’altérité. On y retrouve ainsi le recours à des animaux anthropomorphes17 ou à des formes abstraites en lieu et place des personnages18, l’absence de lieu et de cadre temporel précis propres au récit exemplaire19. C’est le cas de l’album analysé en détail par Éléonore Hamaide-Jager. Si Die Insel [L’île], d’Armin Greder, mérite qu’on lui consacre toute une étude, c’est qu’il tient une place particulière dans le paysage des albums pluriculturels. Son traitement chromatique, presque exclusivement en noir et blanc à l’exception de quelques taches rougeâtres, est à l’image du tragique qui le caractérise. Les interrogations autour du vivre ensemble trouvent ici une réponse profondément pessimiste puisque les habitants de « l’île » ne parviennent pas à accepter l’étranger qui s’est un jour échoué, sans vêtements, sans nom, sans identité, sur leur rivage et finissent par le rejeter à la mer, le condamnant à une mort certaine. Un album « coup de poing », selon Éléonore Hamaide-Jager, qui s’attache à en proposer des lectures et des médiations, en le confrontant à de grands mythes ou à des événements historiques, afin d’en faciliter l’accès pour les lecteurs.

12Nous avons précisé plus haut que les albums pluriculturels se caractérisaient, entre autres choses, par leur articulation au « contexte » ; il convient de préciser cela. Le contexte général de mondialisation, d’accroissement général de la circulation des personnes, des biens, des idées explique en partie le changement d’orientation des albums que nous avons constaté à partir des années 2000, mais il ne doit pas masquer des justifications plus locales ou plus conjoncturelles, sur lesquelles il est utile de s’arrêter. De fait, on ne constate pas une homogénéité des discours sur la question migratoire dans les albums, même s’il est vrai que certains motifs, certains traitements sont récurrents, ouvrant la voie à des analyses croisées.

13On remarque que les pays à avoir publié le plus tôt des albums pluriculturels sont des pays d’immigration historique comme les États-Unis, l’Australie ou, pour l’Europe et comme l’explique Sylvie Dardaillon, la Grèce. Elle revient en effet sur les grandes étapes de l’histoire hellénique pour montrer combien le brassage des populations, les mouvements migratoires entrants et sortants sont constitutifs de l’identité de ce territoire, qui se pense comme incluant en son centre la mer Égée. L’album contemporain grec, dont Sylvie Dardaillon pointe l’intention didactique, aborde la question des migrations récentes depuis cet héritage « philoxénique », celui d’une posture de bienveillance et de curiosité envers l’étranger accueilli. Cette visée didactique n’empêche pourtant pas la possibilité d’une expression plastique et littéraire ambitieuse : l’analyse de Sylvie Dardaillon montre comment les auteurs retravaillent cet imaginaire collectif d’un territoire à la fois terrestre et maritime, à cheval sur deux continents, ou revisitent les images de la Grèce éternelle pour penser le présent.

  • 20 L’Union européenne voit ses demandes d’asile passer de 263 835 en 2009 à 1 322 845 en 2015, avant d (...)

14Comme Sylvie Dardaillon, Teresa Solis, Alexa Craïs et nous-même relatons, dans le champ de l’album italien et dans celui de l’album allemand et autrichien, les échos de la « crise migratoire » que les pays européens connaissent depuis 2010. Celle-ci, liée à l’augmentation significative du nombre de migrants entrant sur le territoire européen depuis les Balkans ou la Méditerranée20, met à l’épreuve le principe de mobilité dans l’espace Schengen et l’équilibre entre les États membres de l’Union européenne. Elle met en effet en lumière la position délicate des pays frontaliers de l’UE du sud et de l’est, responsables d’après les règlements Dublin de la gestion des demandes d’asile dans la mesure où ils constituent les pays d’entrée des migrants sur le territoire. À cet égard, les analyses de Sylvie Dardaillon et de Teresa Solis se font écho. La position géostratégique de l’Italie ressemble en effet à celle de la Grèce puisque les deux pays se situent aux portes de l’Europe, en position avancée dans la Méditerranée, et constituent pour cette raison le seuil des deux principales voies de migration : la route de la Méditerranée orientale (route des Balkans) pour la Grèce et celle de la Méditerranée centrale pour l’Italie.

15La crise migratoire met également en évidence l’hétérogénéité des réponses des États membres et la difficulté à mettre en place des outils communs de régulation et de gestion. La question des frontières intérieures refait surface, et avec elle, celle des identités nationales, voire des réactions de repli xénophobe, mettant ainsi à mal une union politique qui peine à trouver sa stabilité. L’article que nous avons co-écrit avec Alexa Craïs s’en fait l’écho, en se centrant sur certaines publications d’albums germanophones des années 2015 et 2016, années de la prise de position forte de la chancelière Angela Merkel en faveur de l’accueil des réfugiés, et parallèlement, de l’arrivée au pouvoir de l’extrême-droite en Autriche, élue sur une ligne en opposition totale avec la « culture de l’accueil » allemande (Willkommenskultur).

  • 21 Nous renvoyons notamment aux propos de l’auteure Anja Tuckermann rapportés dans l’article que nous (...)

16La lecture croisée de ces trois articles montre l’étroite relation de l’édition pour la jeunesse avec le contexte géopolitique, même si les choix plastiques et littéraires des auteurs ne sont pas nécessairement ceux du réalisme ou du discours documentaire, et s’autorisent souvent une prise de distance historique, esthétique, fictionnelle, afin de ne pas tomber dans les travers d’une « littérature de l’urgence21 ». Elle permet également de mettre en évidence certaines spécificités nationales dans le regard porté sur la question migratoire, liées comme on l’a dit à la position stratégique de ces pays, à leur contexte politique ou à leur histoire.

  • 22 Maria Attanasio et Francesco Chiacchio, Dall’Atlante agli Appennini, Rome, Orecchio Acerbo, 2008.
  • 23 Mariana Chiesa Mateos, Migrando, Rome, Orecchio Acerbo, 2010.
  • 24 Daniele Movarelli et Michele Rocchetti, Quellilà, Turin, Giralangolo, 2017.

17L’Italie, comme la Grèce, est un territoire dont l’histoire a été fortement marquée par des flux d’émigration, avant de devenir dans l’histoire contemporaine un pays d’immigration. Certains des albums évoqués par Teresa Solis s’appuient sur cette mémoire des migrations passées pour proposer une lecture de la situation contemporaine qui vise à rapprocher les réfugiés d’aujourd’hui avec les Italiens migrants d’hier, et à rappeler à ces derniers leur devoir d’accueil. Dall’Atlante agli Appennini22 joue ainsi sur son intertextualité avec le conte « Dagli appennini alle Ande » d’Edmondo De Amicis, publié à la fin du xixe et racontant l’histoire d’un jeune garçon qui part à la recherche de sa mère émigrée en Amérique du Sud pour travailler. De son côté, Mariana Chiesa Mateos favorise cet effet miroir par le dispositif iconotextuel choisi pour Migrando23 : l’album sans texte peut en effet être lu dans les deux sens, il évoque d’un côté les Européens partis en Amérique au xixe siècle et de l’autre, les migrants d’aujourd’hui. Teresa Solis souligne également dans son article le rôle actif des maisons d’édition dans cette construction d’une culture de l’accueil (Orecchio Acerbo, notamment). Dans le contexte politique italien actuel, qui exprime plutôt un rejet de l’étranger et une forme de repli nationaliste, elle montre la portée d’albums comme Quellilà24, qui met en scène avec beaucoup d’ironie la méfiance vis-à-vis de l’étranger et les fantasmes qu’elle engendre, de façon à expliquer, « de façon intelligible pour un enfant, […] comment se forment les mécanismes de la peur et du rejet ».

18L’article que nous avons co-écrit avec Alexa Craïs analyse quant à lui quatre albums germanophones publiés en 2015 ou 2016, qui figurent fréquemment dans les programmes d’accueil et d’intégration des réfugiés, afin d’essayer de comprendre les relations qui peuvent se tisser entre l’institution en charge de l’intégration – et notamment, dans le cas qui nous concerne, de l’éducation des enfants de réfugiés –, le monde de l’édition et les auteurs.

  • 25 Heinz Janisch et Birgitta Heiske, Der rote Mantel : die Geschichte vom heiligen Martin, Innsbruck, (...)

19S’il apparaît que ces albums ont permis de répondre, au moment opportun, à un besoin de ressources pédagogiques institutionnelles, tant pour acculturer les nouvelles populations que pour favoriser chez les jeunes lecteurs allemands une culture de l’accueil, il serait cependant abusif de parler d’ouvrages de commande, et il faut y voir plutôt une réactivité du milieu éditorial. Les auteurs, tout en étant conscients de l’utilisation de leurs albums à des fins parfois démagogiques, revendiquent leur part de liberté, de subjectivité et d’engagement personnel dans ces projets, ce dont témoignent certains de leurs choix esthétiques. L’album autrichien Der rote Mantel25 possède quant à lui un statut un peu particulier puisque tout en étant accessible au lectorat allemand, il voit le jour dans un contexte politique en radicale opposition avec la ligne défendue par Angela Merkel, et il devient en ce sens un espace de contestation du pouvoir politique.

20La contribution de Mathilde Chèvre à ce numéro nous transporte dans un contexte bien différent, celui du conflit israélo-palestinien, où la question migratoire revêt davantage encore une dimension politique et idéologique, au point qu’elle semble même fondatrice dans l’émergence de la littérature de jeunesse et de ses structures éditoriales dans les pays du Moyen-Orient (Égypte, Syrie, Liban). Mathilde Chèvre y montre en effet comment se déploient dans les albums les motifs de l’exil et de son corollaire, le retour – fantasmé – en Palestine, constitutifs de l’identité arabe. Espace d’exaltation de la résistance palestinienne, voire appel à la lutte armée dans les années 1970, espace de conservation de la mémoire du sort subi par les Palestiniens, l’album est un lieu éminemment politique qui cristallise l’utopie d’une unité du monde arabe. Mathilde Chèvre montre cependant que depuis les années 2000, le discours en faveur du projet panarabe a laissé place à de nouvelles thématiques et que c’est peut-être aujourd’hui dans le travail de création linguistique que proposent les albums, à l’intersection de l’arabe littéraire et des différents dialectes, qu’il faut lire les traces de ce projet identitaire, qui passerait par une réappropriation linguistique. Mathilde Chèvre termine en évoquant la richesse de cette découverte de l’autre, dans ses ressemblances comme dans ses différences, rencontre rendue possible par l’utilisation d’une langue commune : « lorsqu’un album libanais parvient entre les mains d’un enfant marocain, il l’invite alors à un voyage vers un ailleurs à la fois proche et différent, un si proche Orient dont il comprend la langue et les codes tout en percevant ses nuances ».

  • 26 Dominique Vochelle et Chiaki Miyamoto, Le petit monde de Miki, Paris, Gallimard Jeunesse, 2005.
  • 27 Annelore Parot, Aoki, Toulouse, Milan Jeunesse, 2010.

21Si l’album se pense comme un espace de rencontre avec l’autre, il ne faut pas oublier cependant que cet autre est toujours vu d’un certain point de vue, depuis un certain imaginaire culturel, plus ou moins stéréotypé. C’est bien cette question de la représentation et l’illusion d’une capacité à se décentrer véritablement qu’interroge Catherine Cua, à partir de l’étude de deux albums français mettant en scène le Japon : Le petit monde de Miki26 et Aoki27. Elle montre comment la représentation de l’autre mobilise généralement les mêmes critères (fêtes, alimentation, folklore, mode, personnages célèbres, drapeau), tout particulièrement dans le domaine de la littérature de jeunesse : « lorsque le jeune lecteur est ciblé, les représentations de l’Autre s’en remettent à une simplification thématique où la culture de l’Autre est exprimée à travers des catégories prévisibles ». Dans l’album, ces représentations stéréotypées passent notamment par l’image et contribuent à « fossiliser » les représentations culturelles. Catherine Cua note cependant que ces simplifications visent des objectifs différents selon les albums : dans Le petit monde de Miki, la recherche d’un certain exotisme confère à l’album une valeur poétique, et joue comme déclencheur de l’imagination. Dans Aoki, une autre sorte de fascination s’exerce : Catherine Cua remarque que la représentation iconique, tout en ayant recours aux catégories habituelles, s’efforce de dépasser le stade de l’exotisme en s’inscrivant dans l’esthétique nippone du kawaii, mais elle lit dans cette saturation de détails visuels une fonction commerciale, invitant le jeune lecteur français à la consommation des nombreux produits dérivés de l’album.

22Ce numéro de Strenæ propose pour finir trois articles qui explorent la possibilité d’utiliser en classe la littérature de jeunesse pluriculturelle, en particulier l’album, dans des dispositifs visant la construction de compétences plurilingues et pluriculturelles.

23Ces propositions didactiques font écho aux travaux menés depuis une quinzaine d'années, notamment sous l'impulsion du Conseil de l'Europe, autour de la construction d'une compétence interculturelle chez l'élève (M. Byram, G. Zarate, V. Castellotti, D. Moore) et autour de l'efficacité des approches plurielles des langues (M. Candelier, M. Kervran, J-F. De Pietro, C. Perregaux). Depuis 2015, les programmes de l’école primaire en France se font l’écho de ces travaux puisque l’éveil à la diversité linguistique figure dans les programmes de maternelle et que ceux des cycles 2 et 3 encouragent à une approche comparée des langues. La construction de la compétence interculturelle est, quant à elle, bien ancrée, tant dans les programmes que dans le socle commun de connaissances, de compétences et de culture.

  • 28 Nous renvoyons notamment aux travaux suivants : Nathalie Auger, Fred Dervin, E. Suomela-Salmi, Pour (...)
  • 29 Nous renvoyons notamment aux travaux suivants : Evelyn Arizpe et al., Visual Journeys: Understandin (...)

24Les travaux sur les approches plurielles des langues se développent en réalité depuis les années 1990 (Evlang, EOLE, ELODIL), permettant de théoriser ces approches, de montrer leur pertinence, et de créer des ressources favorisant leur mise en œuvre dans les classes, même s’il y a peu d’échos encore de ces approches en France. De nouvelles orientations se font jour plus récemment, portant notamment sur les supports de ces approches et sur les conditions favorisant une expérience de l'élève, globale, authentique, subjective28. En ce sens, les recherches, de plus en plus, mobilisent le support de la littérature de jeunesse29. Les travaux du projet « Livre Ensemble » essaient d’y apporter modestement leur contribution.

  • 30 Pierre Aronéanu, La Grande muraille des caractères, Paris, Syros, 1989.
  • 31 Catherine Louis, Liu et l’oiseau, Arles, Picquier, 2003.
  • 32 Cat Zaza, La Fille du calligraphe, Paris, Marmailles et compagnie, 2013.

25Bénédicte Duvin-Parmentier interroge ainsi la possibilité de faire entrer les élèves dans une observation réfléchie de la langue à travers leur confrontation avec des signes idéographiques, afin de leur faire prendre conscience à la fois de la spécificité et de la relativité de leur système alphabétique de référence, voire pour leur permettre d’en légitimer aussi la part imageante, si l’on fait le lien avec les pratiques d’« écriture tâtonnée » en maternelle, à cheval entre signe linguistique et dessin. Elle s’appuie pour cela sur un corpus d’albums mobilisant des sinogrammes : La Grande muraille des caractères30, Liu et l’oiseau31 et La Fille du calligraphe32. Pour Bénédicte Duvin-Parmentier, l’album est le lieu privilégié pour le déploiement de ces signes relevant à la fois du visuel et du textuel, de par son hybridité, mais également de par son héritage antique et sa fonction d’espace d’inscription, invitant le jeune lecteur à y apposer les marques de son expression. Les albums retenus mettent par ailleurs en abyme cette représentation puisque leurs jeunes protagonistes, engagés dans un parcours initiatique, y percent l’énigme de la langue et y font leur entrée dans l’écriture calligraphique, ce qui leur permet l’accès à la culture chinoise ancestrale.

26Dora François Salsano expose quant à elle les caractéristiques et les étapes d’un dispositif de recherche-action mis en place entre 2015 et 2017 dans l'Académie de Nantes et intitulé « Langues, Cultures et Imaginaires au CP », destiné à agir sur les pratiques des professeurs des écoles du Cours Préparatoire. Ce dispositif se fonde sur le sentiment d’illégitimité fréquemment exprimé par les professeurs des écoles à propos de leur enseignement des langues étrangères ainsi que sur leurs représentations paradoxales. Le dispositif consiste à développer des démarches innovantes autour des contes tout en s'appuyant sur la diversité linguistique de la classe. Si le support du conte a été retenu, le plus souvent à partir de réécritures sous formes d’albums, c’est pour favoriser le décentrement du seul aspect verbal vers les aspects non verbaux et paraverbaux de la communication, mobilisant davantage la dimension affective. L’une des questions de recherche du dispositif était en effet de savoir si la perception émotionnelle de l'histoire contée en langue étrangère jouait un rôle dans sa compréhension par l'élève. L’article revient sur les différentes étapes d’appropriation des récits par les professeurs des écoles et sur certains effets du contage sur les élèves : le développement d’une curiosité pour l’album correspondant, et un déclenchement de la parole à propos des langues familiales qui a permis aux élèves comme aux enseignants de prendre conscience de la richesse du répertoire linguistique de la classe.

27Enfin, Marie-Anne Chateaureynaud et Maiana Oroz-Aguerre reviennent sur un projet mis en œuvre en 2016 dans deux classes plurilingues, une UPE2A (Unité Pédagogique pour Élèves Allophones Arrivants) et une classe bilingue français basque, autour du roman pour la jeunesse Xolak badu lehoien berri de Bernardo Atxaga et de plusieurs de ses traductions (espagnol, français, anglais, allemand et turc). Les objectifs de ce dispositif étaient, par la mobilisation de stratégies pédagogiques plurilingues, de développer les mécanismes de compréhension plurilingue, d’accroître l’intérêt des élèves pour la littérature, et d’améliorer l’inclusion des élèves allophones. Elles ont pu constater, à l’issue du projet, le développement des compétences de lecture des élèves et des formes d’expression plurilingue dans leurs productions écrites.

  • 33 Éric Méchoulan, « Intermédialités : le temps des illusions perdues », Intermédialités, n° 1 : naîtr (...)

28Au terme de cet itinéraire parmi des albums pluriculturels issus de différents endroits du monde, en prise avec des contextes interculturels variés, nous proposons de préciser davantage la définition que nous en donnions en début d’introduction, en insistant sur leur qualité médiatique. Si tout medium se caractérise en effet, selon Éric Méchoulan, par l’articulation entre trois niveaux de signification : le support d’inscription, les échanges permis par ce support et la communauté créée par ces échanges33, il nous semble que les dispositifs iconotextuels des albums pluriculturels tendent tout particulièrement, par leur portée éthique et politique, par leur problématisation des interactions culturelles, vers la constitution de communautés interprétatives engagées. Ils appellent en effet à des « lectures actualisantes » au sens où l’entend Yves Citton, c’est-à-dire à des lectures partagées, négociées – ce qui les rend particulièrement propices à une utilisation en classe – et ils pointent vers la possibilité de nouvelles formes de vie sociale, ce qui dit leur potentiel performatif dans le monde actuel. Nous conclurons donc avec ces mots d’Yves Citton, en forme d’invitation à la lecture des articles qui suivent comme à celle des albums qui y sont analysés :

  • 34 Yves Citton, Lire, interpréter, actualiser, pourquoi les études littéraires ?, Paris, Éditions Amst (...)

Au sein de formations sociales appelées à devenir de plus en plus profondément multi-culturelles, l’interlocution littéraire a un rôle essentiel à jouer en ce qu’elle fournit un site d’expérimentation et de négociation unique pour mesurer et gérer la pluralité linguistique et axiologique du monde qui nous entoure et qui nous constitue34.

Haut de page

Notes

1 Co-porté par l’ESPE de Toulouse Midi-Pyrénées et le laboratoire LLA-CREATIS de l’Université Toulouse 2 Jean Jaurès, le projet de recherche collectif « Livre Ensemble » que nous coordonnons depuis 2014 vise le recensement et l’analyse des albums pluriculturels au niveau international en vue de modéliser leur utilisation dans les classes dans des dispositifs d’éveil aux langues et aux cultures. Ce projet a donné lieu à différentes manifestations scientifiques, notamment un colloque en novembre 2016 dont les conférences sont accessibles sur Canal U à l’adresse suivante : https://www.canal-u.tv/producteurs/universite_toulouse_ii_le_mirail/colloques/livre_ensemble.

2 Patrick Chamoiseau, Frères migrants, Paris, Seuil, 2017, p. 81.

3 Citons par exemple la collection « Amis du bout du monde » chez Mango jeunesse, dont les albums sont écrits et illustrés par Patricia Geis depuis 2013.

4 Cf. Frédérique Lemarchand, « Dominique Darbois et la collection “Enfants du monde”. La photographie entre fiction et documentaire », Strenae, n°8, 2015 : https://journals.openedition.org/strenae/1386.

5 Laurence Le Guen, « Abolir les frontières en littérature jeunesse : la tentative des albums photographiques des années 1950 à travers l’exemple d’Horoldamba le petit Mongol », Strenae, n° 11, 2016, https://journals.openedition.org/strenae/1670.

6 P. Chamoiseau, op. cit., p. 45.

7 Pour une analyse plus approfondie des significations portées par ces préfixes, nous renvoyons à l’article d’E. Lemaire : « Approches inter, trans, pluri, multiculturelles en didactique des langues et des cultures », International Journal of Canadian Studies, n° 45-46, 2012, p. 205-218. URL : https://www.erudit.org/fr/revues/ijcs/2012-n45-46-ijcs0128/1009903ar.pdf ; ainsi qu’à l’ouvrage dirigé par G. Zarate, D. Lévy et C. Kramsch, Claire, Précis du plurilinguisme et du pluriculturalisme, Paris, Éditions des archives contemporaines, 2008.

8 Quelques exemples : J. M. Mateo Calderón et J. Martinez Pedro, Migrar, México, Tecolote, 2011 (Mexique)/S. Stewart et D. Small, The Quiet Place, New York, Farrar Straus Giroux, 2012 (USA)/A. Tuckermann, U. Krappen et M. Zaeri, Nus ret und die Kuh, Tulipan Verlag, 2016 (Allemagne), T. Arnal et H. Amekan, Caja de cartón, Pontevedra, Oqo, 2010 (Espagne), M. Piquemal et J. Brax, La robe rouge de Nonna, Paris, Albin Michel, 2013 (France).

9 Quelques exemples, néanmoins : Barroux, Ahmed sans abri, Paris, Mango jeunesse, 2007 (France), J. Ruillier, Ici c’est chez moi, Paris, Autrement, 2007 (France), I. Minhos Martins et M. Matoso, O meu vizinho é um cão, Carcavelos, Planeta Tangerina, 2008 (Portugal).

10 Anne Jonas et Olivier Latyk, Là-bas, tout au fond du dessin, Paris, Sarbacane, 2005.

11 Henriqueta Cristina et Yara Kono, Avec trois brins de laine (on refait le monde), Paris, Éditions des éléphants, 2016.

12 Thierry Lenain et Olivier Balez, Moi, Dieu Merci, qui vis ici, Paris, Albin Jeunesse, 2008.

13 Kirsten Boie et Jan Birck, Bestimmt wird alles gut, Leipzig, Klett Kinderbuch, 2016.

14 Elien Declercq, « “Écriture migrante”, “littérature (im)migrante”, “migration literature” : réflexions sur un concept aux contours imprécis », Revue de littérature comparée, 2011/3 (n°339), p. 301-310. URL : https://www.cairn.info/revue-de-litterature-comparee-2011-3-page-301.htm.

15 Nous renvoyons à l’ouvrage d’Anne Schneider : La littérature de jeunesse migrante. Récits d’immigration de l’Algérie à la France, Paris, L’Harmattan, 2013, p. 45-114.

16 Cf. Ségolène Le Men, « Le romantisme et l’invention de l’album pour enfants », dans J. Glénisson et S. Le Men (dir.), Le livre d’enfance et de jeunesse, Bordeaux, Société des bibliophiles de Guyenne, 1994, p. 145-175.

17 Quelques exemples : F. David et G. Alibeu, On n’aime pas les chats, Paris, Sarbacane, 2006 (France)/I. Minhos Martins et M. Matoso, O meu vizinho é um cão, Carcavelos, Planeta Tangerina, 2008 (Portugal)/L. Corvalán, Horacio no quiere ir a la escuela, Santiago de Chile, Pehuén, 2013 (Chili).

18 Quelques exemples : J. Ruillier, Quatre petits coins de rien du tout, Vineuil, Bilboquet, 2004/L. Le Néouanic, Petite Tache, Paris, Panama, 2005/G. Macri et C. Zanotti, Puntino, Nuinui, 2015 (Italie)/L. Lionni, Little Blue and Little Yellow, New York, Astor Book, McDowell, Obolensky, 1959 (USA).

19 Quelques exemples : A. Greder, Die Insel, Saüerlander, 2002 (Allemagne)/V. Caylou, Mère la soupe, Urville-Nacqueville, MØtus, 2009 (France)/E. Turkowski, Es war finster und merkwürdig still, Zürich, Atlantis, 2005 (Suisse).

20 L’Union européenne voit ses demandes d’asile passer de 263 835 en 2009 à 1 322 845 en 2015, avant de redescendre pour atteindre les 638 240 en 2018. Données Eurostat consultables à l’adresse suivante : http://appsso.eurostat.ec.europa.eu/nui/show.do?dataset=migr_asyappctza&lang=fr. Voir également, pour une analyse des facteurs de migration vers l’Europe et de la gestion de ces flux par l’UE dans les années 2010, l’article suivant : Gérard-François Dumont, « L’immigration en Europe et en France dans les années 2010 », Centre Thucydide, Université Panthéon-Assas, Annuaire français des relations internationales 2017, pp. 277-295, https://www.google.com/url?sa=t&rct=j&q=&esrc=s&source=web&cd=1&cad=rja&uact=8&ved=2ahUKEwjU--a875zhAhVQDGMBHe2vCiYQFjAAegQIARAC&url=https%3A%2F%2Fhalshs.archives-ouvertes.fr%2Fhalshs-01544840%2Fdocument&usg=AOvVaw2ct3KNIHAun3MUOYe3iDuz.

21 Nous renvoyons notamment aux propos de l’auteure Anja Tuckermann rapportés dans l’article que nous avons co-écrit avec Alexa Craïs.

22 Maria Attanasio et Francesco Chiacchio, Dall’Atlante agli Appennini, Rome, Orecchio Acerbo, 2008.

23 Mariana Chiesa Mateos, Migrando, Rome, Orecchio Acerbo, 2010.

24 Daniele Movarelli et Michele Rocchetti, Quellilà, Turin, Giralangolo, 2017.

25 Heinz Janisch et Birgitta Heiske, Der rote Mantel : die Geschichte vom heiligen Martin, Innsbruck, Tyrolia-Verlag, 2016.

26 Dominique Vochelle et Chiaki Miyamoto, Le petit monde de Miki, Paris, Gallimard Jeunesse, 2005.

27 Annelore Parot, Aoki, Toulouse, Milan Jeunesse, 2010.

28 Nous renvoyons notamment aux travaux suivants : Nathalie Auger, Fred Dervin, E. Suomela-Salmi, Pour une didactique des imaginaires dans l'enseignement-apprentissage des langues étrangères, Paris, L'Harmattan, 2009/Véronique Castellotti, Pour une didactique de l’appropriation : diversité, compréhension, relation, Paris, Didier, 2017/Danièle Moore, « Paroles enfantines à propos… du plurilinguisme et des écritures des langues. Sinogrammes, textes polygraphiques et dialogues métagraphiques », dans Agir dans la diversité des langues [Mélanges en l’honneur d’Anne-Claude Berthoud], Louvain-la-Neuve, De Boeck Supérieur, « Champs linguistiques », 2015, pp. 209-224.

29 Nous renvoyons notamment aux travaux suivants : Evelyn Arizpe et al., Visual Journeys: Understanding immigrant children’s responses to the visual image in contemporary picturebooks, Bloomsbury Academic, 2014/Teresa Colomer et Martina Fittipaldi (coord.), La literatura que acoge: inmigración y lectura de álbumes, Barcelone, Banco del Libro y Gretel, 2012/Françoise Armand et al., « Littérature jeunesse, éducation inclusive et approches plurielles des langues », Nouvelle Revue Synergies Canada, n° 9, 2016, https://journal.lib.uoguelph.ca/index.php/nrsc/article/view/3675/Carole-Anne Deschoux et Christiane Perregaux, « Et si la classe faisait circuler les écrits plurilingues au-delà d'elle-même ? » Langages et pratiques, 2007, http://www.forumlecture.ch/myUploadData/files/2011_3_Deschoux_Perregaux.pdf.

30 Pierre Aronéanu, La Grande muraille des caractères, Paris, Syros, 1989.

31 Catherine Louis, Liu et l’oiseau, Arles, Picquier, 2003.

32 Cat Zaza, La Fille du calligraphe, Paris, Marmailles et compagnie, 2013.

33 Éric Méchoulan, « Intermédialités : le temps des illusions perdues », Intermédialités, n° 1 : naître, 2003, p. 16, erudit.org/fr/revues/im/2003-n1-im1814473/1005442ar.pdf.

34 Yves Citton, Lire, interpréter, actualiser, pourquoi les études littéraires ?, Paris, Éditions Amsterdam, 2007, p. 163.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Euriell Gobbé-Mévellec, « Livre Ensemble : l’album pluriculturel comme espace de rencontre avec l’autre
Introduction
 », Strenæ [En ligne], 14 | 2019, mis en ligne le 31 mars 2019, consulté le 21 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/strenae/2547 ; DOI : 10.4000/strenae.2547

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals