Navigation – Plan du site
Dossier thématique

Partir, c’est revivre un peu : l’expérience de l’exil dans Là-bas, tout au fond du dessin, Moi, Dieu Merci, qui vis ici et Avec trois brins de laine (on refait le monde)

Sylvain Brehm

Résumé

Les enjeux liés à l’immigration et au déplacement des réfugiés sont évoqués depuis plusieurs années en littérature pour la jeunesse. Le contexte géopolitique mondial et son retentissement, notamment en Europe en raison d’un afflux sans précédent de personnes déplacées, invite à s’intéresser à la manière dont les albums destinés aux enfants abordent ces délicates questions. Le corpus à l’étude est composé de trois œuvres qui traitent de l’exil et de ses conséquences : Là-bas, tout au fond du dessin, Moi, Dieu Merci, qui vis ici et Avec trois brins de laine (on refait le monde). Mon analyse rend d’abord compte des difficultés éprouvées par des personnages migrants contraints de s’adapter à un nouvel environnement, puis des ressources qu’ils déploient pour surmonter ces difficultés. Je montre, ensuite, comment, en réinventant leur vie, les exilés contribuent à changer positivement celle de leur entourage dans le pays d’accueil. Je conclus ma réflexion en examinant les moyens mis en œuvre dans les trois albums afin d’amener les lecteurs à se sentir interpellés par l’expérience des personnages exilés.

Haut de page

Texte intégral

1Bien qu’il ne s’agisse pas d’un phénomène récent, la question des réfugiés est devenue, depuis quelques années, un motif récurrent des discours politiques et médiatiques (et du flot d’images qui les accompagnent). Elle fait aussi parfois irruption de manière concrète dans notre quotidien, par exemple lorsque des campements de migrants apparaissent à la périphérie ou au cœur des villes. Dans ce contexte, en quoi des narrations iconotextuelles peuvent-elles offrir des représentations différentes des exilés et contribuer à mieux faire comprendre aux jeunes lecteurs l’expérience des réfugiés ?

  • 1 Anne Jonas et Olivier Latyk (ill.), Là-bas, tout au fond du dessin, Paris, Sarbacane, 2005. Désorma (...)
  • 2 Henriqueta Cristina et Yara Kono (ill.), Avec trois brins de laine (on refait le monde), Paris, Édi (...)
  • 3 Thierry Lenain et Olivier Balez (ill.), Moi, Dieu Merci, qui vis ici, Paris, Albin Jeunesse, 2008. (...)

2Les protagonistes principaux de Là-bas tout au fond du dessin1, Avec trois brins de laine (on refait le monde)2 et Moi, Dieu Merci, qui vis ici3, sont justement des exilés. Le petit garçon de Là-bas se retrouve au milieu d’un nouveau dessin et d’un nouveau pays où il est privé de tous ses repères familiers ; la narratrice d’Avec trois brins de laine est encore une enfant quand ses parents choisissent de quitter leur pays d’origine ; Dieu Merci a fui la guerre et la réclusion en Angola. S’ils ne sont pas les seuls à traiter de ce sujet, ces albums présentent l’intérêt de rendre compte à la fois de l’exil et de ses conséquences, à savoir l’acclimatation à un nouvel environnement.

  • 4 Clément Moisan et Renate Hildebrand, Ces étrangers du dedans. Une histoire de l’écriture migrante a (...)

3Mon analyse commencera par confirmer ce que laisse entendre le fameux adage selon lequel « partir, c’est mourir un peu ». Dans les trois albums étudiés, l’expérience de l’exil présente effectivement un caractère dramatique, pour ne pas dire traumatisant. Toutefois, je mettrai également l’accent sur la résilience dont font preuve tous les personnages contraints de réinventer leur vie ailleurs. Cela conduira à prendre conscience de l’impact positif sur le pays d’accueil de « ces étrangers du dedans4 ». La réflexion se conclura sur l’examen des moyens mis en œuvre dans les trois albums afin de permettre aux lecteurs de mieux comprendre l’expérience de l’exil et de nouer une relation d’empathie avec les personnages exilés.

Une expérience dysphorique

  • 5 Henriqueta Cristina et Yara Kono (ill.), Avec trois brins de laine, op. cit., p. 2. (Comme aucun de (...)
  • 6 Ibid.
  • 7 Ibid.
  • 8 Ibid., p. 4.
  • 9 Cette information est révélée par le paratexte, plus précisément par la dernière page de l’album, s (...)

4Que représente le passé pour des enfants âgés de quelques années ? Éprouver un sentiment tel que la nostalgie requiert nécessairement d’avoir un certain vécu, mais aussi d’en conserver des souvenirs. Dans Avec trois brins de laine, ces derniers sont peu nombreux et la narratrice ne consacre qu’une double-page à ce qui précède l’exil. Elle le justifie implicitement, dans son récit rétrospectif, en déclarant dès la première phrase de l’album : « J’étais encore petite quand tout cela est arrivé5 ». Nous n’apprenons qu’au bas de la page que « cela » désigne l’« exil6 » qui va conduire la famille d’un « pays où brillait toujours le soleil, mais où peu d’enfants allaient à l’école7 » à un « pays très différent […], tout bien rangé, tout bien organisé8 ». Certes, deux petites vignettes dans lesquelles sont insérées des photos en noir et blanc représentent ce qui devait être l’ancienne maison ainsi que les trois enfants de la famille. Néanmoins, ce sont les seules traces du passé et la réticence de la narratrice à livrer des informations précises sur le nom du pays d’accueil9 fait en sorte que l’on ne découvre que progressivement les caractéristiques de ce dernier, en particulier son uniformité (architecturale et vestimentaire) et son austérité.

5De plus, l’omniprésence de figures polygonales et le recours à une palette restreinte de couleurs (noir, gris, blanc, rouge et vert) suscitent l’impression d’être immergé dans un univers mécanique et monotone. Enfin, la répétition de motifs quasiment interchangeables (à l’instar de la série d’enfants formant trois lignes successives sur une pleine page), de même que l’absence de perspective qui prive le regard d’un point de fuite engendrent un sentiment d’oppression.

6Le passé du jeune protagoniste de Là-bas est encore plus mystérieux, car son histoire débute in medias res. Cependant, la concomitance du temps de la narration et de celui du narré permet d’évoquer ce passé encore récent. À cet égard, le clivage entre « avant » et « maintenant » est particulièrement brutal. Dès la première page, on découvre un jeune garçon représenté dans une petite vignette apposée dans le coin d’un paysage hivernal où n’apparaît qu’un arbre défeuillé. L’expression de son visage laisse penser qu’il s’y sent totalement perdu.

  • 10 Anne Jonas et Olivier Latyk (ill.), Là-bas, tout au fond du dessin, op. cit., p. 1.
  • 11 Ibid., p. 6.
  • 12 Ibid., p. 16.

7Quelques pages plus loin, les traces d’adhésif qui exhibent le lieu de la suture avec le dessin où il est exilé soulignent justement son incapacité à se fondre dans le décor. Les nombreuses marques énonciatives (notamment les déictiques « ici » et « là-bas ») contenues dans le texte en regard rendent explicite la souffrance provoquée par l’exil : « Là-bas, tout au fond du dessin, il y a un petit garçon qui ne dit plus rien. Maintenant qu’il est ici, il est toujours loin10 ». Cette opposition entre le passé et le présent, de même qu’entre l’ici et l’ailleurs, est redoublée dans les illustrations. Celles-ci, en effet, font ressortir le contraste entre des paysages inhospitaliers, dans lesquels dominent les couleurs froides comme le bleu et où le garçonnet figure toujours seul, et des tableaux lumineux et colorés de paysages baignés par le soleil qui évoquent ceux de l’Afrique du Nord ou du Moyen-Orient. Le jeune garçon y apparaît plutôt « au milieu de la page, avec tous ceux qui rigolent et qui font les fous11 ». Cependant, la mélancolie et la nostalgie finissent par constituer une entrave si elles empêchent de vivre pleinement le présent : quelques pages plus loin, face à l’image de la trace du personnage découpé dans une vignette représentant son nouvel environnement (ciel bleu pâle et flocons de neige), le texte laisse entendre que le passé n’offre pas un refuge durable, car « […] il y fait trop froid. C’est pas du soleil qui réchauffe. C’est juste un petit bout de lumière qui lui [au garçon] reste d’hier12 ».

  • 13 Thierry Lenain et Olivier Balez (ill.), Moi, Dieu Merci, qui vis ici, op. cit., p. 3-4.

8Dieu Merci, quant à lui, fuit l’Angola alors qu’il est adulte. Son récit est également le seul à posséder une valeur testimoniale, dans la mesure où il rend compte de toutes les épreuves qui l’ont contraint à s’exiler et de celles auxquelles il est confronté depuis son arrivée en France (jamais nommée, mais identifiée explicitement sur la dernière page de garde grâce à un timbre postal). Bien que le temps de référence soit le présent, la narration opère de très fréquents retours dans le passé, jusqu’aux deux dernières doubles-pages qui nous ramènent au moment de l’énonciation. L’oscillation constante entre ces deux temporalités, ainsi qu’entre l’Angola et la France, donne l’impression d’une disjonction spatio-temporelle marquée, à la manière de ce qu’on observe dans Là-bas : « Je m’appelle Dieu Merci et je n’ai pas toujours été ici. Je suis né là-bas, en Angola, dans le pays de la princesse Nzhingha. Puis, un jour j’ai fui, et aujourd’hui je suis ici en vie, Dieu Merci13 ». Cette tension se manifeste aussi dans l’évolution de la palette chromatique. Le jaune, le rouge, le marron et le noir prédominent dans les premières pages de l’album qui décrivent les affres de la guerre, puis de la réclusion en Angola.

9Le bleu fait son apparition un peu avant le milieu de l’album, dès que Dieu Merci imagine son avenir ailleurs, et acquiert une importance croissante dans la seconde moitié de l’album, après le départ de Dieu Merci pour la France.

  • 14 Ibid.
  • 15 Ibid., p. 27-28.

10Cependant, en faisant alterner le présent et le passé composé, la narration suggère que ce départ, s’il est advenu dans des conditions dramatiques, a permis à Dieu Merci de demeurer en vie. En ce sens, la relation dialectique qui s’établit entre rupture et continuité met en relief la formidable résilience d’un personnage soumis à un destin chaotique qui ne cesse pourtant jamais de mener sa vie sous des formes et des latitudes différentes. C’est, notamment, ce qu’illustrent deux doubles-pages, situées en début et fin d’album, sur lesquelles les côtes africaine et française sont reliées par une même bande de sable. Sur la première14, on voit Dieu Merci assis, sur la page de gauche qui représente l’Afrique, le regard tourné vers la France (page de droite). Cette illustration forme une sorte de diptyque avec la seconde double-page évoquée plus haut, qui enregistre les changements positifs survenus dans la vie de Dieu Merci15. Le bleu, quasi inexistant dans la première illustration, occupe désormais une place importante et se mêle à l’ocre et au marron, omniprésents dans la double-page précédente. De plus, Dieu Merci a complètement franchi la frontière symbolique entre l’Afrique et la France que constitue la reliure centrale. Il tient désormais entre ses mains le guidon du vélo rouge grâce auquel il se déplace et travaille dans son pays d’accueil, ce qui ne l’empêche pourtant pas de conserver en mémoire le vif souvenir de ses parents morts en Angola.

  • 16 Ibid., p. 19-20.

11Il n’en demeure pas moins que le présent demeure uni au passé par un lien douloureux, car, contrairement aux personnages d’Avec trois brins de laine et de Là-bas, Dieu Merci a vécu des événements traumatisants dans son pays d’origine qui ont encore des répercussions dans sa vie de réfugié (il est, par exemple, interdit de séjour en Angola). Par ailleurs, bien qu’elle soit incomparable avec celle qu’il a connue en Angola, la vie en France n’en demeure pas pour autant exempte d’embûches et de difficultés. La première image de Dieu Merci en France le montre couché sur un banc, loin du regard des passants16. Le texte en appui tient lieu de légende éloquente en révélant ce qui caractérise la vie d’un réfugié sans-papiers : l’impossibilité de communiquer dans une langue qu’on ne connaît pas, l’ignorance des règles sociales et des codes culturels, mais aussi la solitude, la faim et, parfois, la xénophobie. En ce sens, bien que cet album se conclue sur l’exaltation de ce qui est le plus important, demeurer vivant, il est aussi celui qui accorde le plus de place à la nostalgie, à la mélancolie, ainsi qu’au courage dont doit faire preuve l’exilé dans son pays d’accueil.

Une vie à réinventer

  • 17 Edward Saïd, Réflexions sur l’exil et autres essais, Arles, Actes Sud, 2008, p. 251.

12La linéarité de la trame narrative des trois albums renforce l’idée de l’irréversibilité de l’exil et rend inévitable l’accomplissement d’un geste salvateur, nécessaire pour dénouer des situations de crise. Dans Là-bas, Avec trois brins de laine et Moi, Dieu Merci, ce geste décisif est posé par les réfugiés eux-mêmes, en dépit de leur isolement. Pour ces personnages, se projeter dans l’action constitue une revanche sur un destin qu’ils n’ont pas choisi ou, à tout le moins, un moyen d’infléchir le cours de leur existence et de s’ancrer dans leur nouvelle vie. Ce faisant, ils renoncent à l’ambiguïté qui, selon Edward Saïd, provoque parfois chez les exilés le refus « de se sentir à leur place17 ». Mais, justement, quelle place occuper pour celui ou celle qui vient d’ailleurs et qui est autre ? L’acculturation est-elle le seul moyen de faire face au choc culturel ?

  • 18 Henriqueta Cristina et Yara Kono (ill.), Avec trois brins de laine (on refait le monde), op. cit., (...)

13La réponse des personnages d’Avec trois brins de laine consiste plutôt à faire preuve d’audace et de créativité, dans un contexte pourtant peu favorable – celui de la République socialiste de Tchécoslovaquie, à l’aube du Printemps de Prague – où prévalent la surveillance et la planification étatiques. Lasse d’être entourée par « toujours les mêmes couleurs et les mêmes formes18 », la mère de la narratrice décide de démailler le fil des chandails monochromes afin d’en tricoter de nouveaux en mélangeant les couleurs et les types de points. D’apparence anodine, le geste du tressage, représenté dans une pleine page au milieu de l’album, revêt un caractère inédit et transgressif, d’une part parce qu’il exprime le désir de liberté (de choix et d’action) des réfugiés, d’autre part parce qu’il valorise métaphoriquement l’ouverture à la nouveauté, à l’imprévu et à la différence. Ainsi considéré, cet acte de création apparaît intrinsèquement subversif en ce qu’il sape les fondements d’un régime autoritaire, bureaucratique et centralisateur.

  • 19 Anne Jonas, Olivier Latyk (ill.), Là-bas, tout au fond du dessin, op. cit., p. 18.
  • 20 Ibid.

14Pour sa part, bien qu’il se retrouve projeté dans un inconfortable entre-deux, tiraillé entre l’ici et un ailleurs désormais inaccessible, le petit garçon de Là-bas prend conscience que le repli sur soi est stérile, vain et que « [c’]est sa vie d’ici qu’il faut rendre plus jolie19 ». L’effet est immédiat : non seulement il découvre la présence d’une petite fille qui occupe la place qui était jusqu’alors la sienne, « là-bas, tout au fond du dessin », mais cette petite fille « lui tend son sourire20 ». Faut-il y voir le signe qu’on peut se faire des amis partout ? C’est ce que semble indiquer la suite de l’histoire, car il suffit au jeune garçon de poser un regard neuf sur le monde pour que celui-ci, en retour, s’offre à lui et révèle des potentialités jusque-là insoupçonnées. Cela se manifeste dès la page suivante lorsque le garçonnet entreprend de laisser libre cours à son imagination sur le papier.

15Par une sorte de métalepse, le petit garçon devient l’auteur de son propre dessin aussi bien que de son propre destin.

  • 21 Thierry Lenain et Olivier Balez (ill.), Moi, Dieu Merci, qui vis ici, op. cit., p. 23.
  • 22 Ibid., p. 18.

16Dieu Merci, quant à lui, ne manifeste pas une sensibilité esthétique ou des dispositions artistiques particulières. En revanche, les vicissitudes de la vie l’ont contraint à faire des choix et à en assumer les conséquences. C’est le cas, notamment, lorsqu’il décide de quitter son pays et d’affronter l’inconnu, mais aussi quand, une fois en France, il répond spontanément à l’appel d’une femme âgée en détresse alors que personne, jusque-là, ne s’est préoccupé de son propre sort. D’une manière générale, d’ailleurs, Dieu Merci semble constamment en mouvement, porté par un élan irrépressible matérialisé par des lignes courbes que l’on retrouve sur de nombreuses illustrations. Dynamique, courageux, infatigable, il « court » souvent, que ce soit pour fuir la guerre, s’évader de prison ou encore sauver des flammes la vieille dame dont il est question plus haut (ce qu’il fait en grimpant les marches « quatre à quatre21»). De même, une fois installé en France, qu’il a rejointe « par la mer et par les airs22», il « parcourt » les routes en vélo.

  • 23 Ibid., p. 23.
  • 24 Il est tentant de considérer comme un clin d’œil de l’Histoire à la fiction le sauvetage, en mai 20 (...)

17Dieu Merci et les protagonistes d’Avec trois brins de laine et de Là-bas ont précisément en commun une énergie vitale et une générosité qui, en dépit de leurs moyens limités, les poussent à prendre des risques, à agir et, ce faisant, à créer du lien avec celles et ceux qui les entourent. À cet égard, Dieu Merci révèle non sans une certaine ironie comment, grâce au sauvetage de la vieille dame, il voit son existence en France enfin reconnue : « Alors sans plus me contenir j’ai hurlé du plus fort que je pouvais. La foule a levé la tête vers moi, moi, Dieu Merci, que personne n’avait encore vu ici23 ». L’altruisme, pour ne pas dire l’humanité, dont fait preuve le réfugié angolais est effectivement une qualité distinctive si l’on considère qu’il est le seul à avoir suffisamment le souci de l’Autre pour entendre sa détresse et intervenir en sa faveur. C’est précisément en vertu de son courage et de sa générosité que sa situation, jusque-là bloquée, se dénoue (du moins partiellement) puisqu’il se fait offrir un logement dans la résidence secondaire de la vieille dame24.

L’exilé, un ami qui vous veut du bien

  • 25 Anne Jonas, Olivier Latyk (ill.), Là-bas, tout au fond du dessin, op. cit., p. 21.

18Si la quête des personnages migrants, dans les trois albums étudiés, vise avant tout à assurer leur bien-être, voire leur survie, elle n’en contribue pas moins à améliorer la vie des individus autour d’eux. Comme nous l’avons vu plus haut, dans Là-bas, dès que le jeune garçon accepte son sort d’exilé, il découvre la présence d’une jeune fille située à l’autre extrémité de la double-page. Bien qu’elle lui ressemble, tout laisse à penser qu’elle se sent parfaitement à sa place, contrairement à lui, puisqu’elle sourit et confectionne un bonhomme de neige. Elle demeure seule, toutefois, et, dès l’instant où le garçon commence à élaborer son propre dessin, elle se rapproche de lui. Sur la dernière double-page, les deux vignettes dans lesquelles ils figurent sont désormais liées par une bande adhésive et les deux enfants se font face dans une posture qui suggère qu’ils ont finalement sympathisé. La voix du narrateur, quant à elle, s’est tue, laissant toute la place à l’image. Or, cette dernière est particulièrement saisissante, car elle condense des caractéristiques de la vie d’antan et de la vie présente du petit garçon (un soleil radieux, notamment, brille dans un ciel enneigé). On y décèle, en outre, des traces du rapiéçage de plusieurs dessins. Celui sur lequel apparaissent le garçon et la jeune fille semble d’ailleurs collé sur les autres, ce qui produit l’impression que les espaces géographiques et mémoriels se superposent et se mêlent. Le caractère harmonieux de la scène amène effectivement à penser qu’en dessinant « tout ce qu’il gardait derrière ses yeux fermés25 », le garçon est parvenu à entrer de plain-pied dans sa nouvelle vie (il ne porte notamment plus les vêtements de ses anciens camarades, comme au début de l’album) sans toutefois renier ce qui a façonné son identité. Ainsi affranchi du poids de la nostalgie, il peut s’ouvrir au présent et faire profiter sa nouvelle amie des richesses de son imaginaire nourri par son expérience passée.

  • 26 Henriqueta Cristina et Yara Kono (ill.), Avec trois brins de laine (on refait le monde), op. cit., (...)
  • 27 Andrea Semprini, « Sujet, interaction, monde. Le lieu commun comme déixis instituante », Protée, vo (...)
  • 28 Henriqueta Cristina et Yara Kono (ill.), Avec trois brins de laine (on refait le monde), op. cit., (...)

19Avec trois brins de laine propose une conclusion assez semblable à celle de Là-bas. La découverte, par les habitants du pays d’accueil, des nouveaux chandails multicolores produit une fascination et une contagion immédiates : « Les dimanches suivants [...], la place était remplie d’aiguilles, de laine, de mamans, de papas et de beaucoup d’enfants26 ». Le fil à tricoter devient ainsi le lien invisible entre les nouveaux arrivants et les habitants, le « liant commun27 » qui fait émerger un monde partagé. En effet, toute la ville est métamorphosée par la créativité, l’audace et le désir de liberté des migrants : « les pulls s’étaient répandus aux quatre coins de la ville ‒ à présent envahie de motifs, de formes et de combinaisons de gris, de vert et d’orange28 ». L’illustration placée en regard du texte représente effectivement des enfants, des adultes et même un chien revêtus de vêtements bigarrés et dispersés sur l’ensemble de la page, ce qui contraste avec celle, évoquée plus haut, sur laquelle des enfants portant des vêtements quasiment identiques avançaient en ligne droite comme des automates. La ville et la vie renaissent, comme l’indiquent les derniers mots du texte, écrits en gras et avec de plus gros caractères que le reste du texte, qui soulignent l’arrivée du printemps.

  • 29 Thierry Lenain et Olivier Balez (ill.), Moi, Dieu Merci, qui vis ici, op. cit. p. 25.
  • 30 Ibid., p. 29.

20À l’instar des personnages exilés des autres albums, Dieu Merci change également de manière positive la vie de son entourage. La vieille dame qu’il a sauvée des flammes laisse d’ailleurs clairement entendre que sans lui, elle ne serait plus en vie : « Dieu Merci, tu étais ici et pas là-bas29 ». Par ailleurs, à la fin de l’album, Dieu Merci nous apprend qu’il a amorcé son insertion sociale et professionnelle, puisqu’il accumule les « petits boulots30 ». À rebours, donc, de certains clichés sur la générosité excessive de la société d’accueil à l’égard des migrants, les diverses nuisances que ces derniers occasionnent ou encore leur impossible intégration en raison de leurs différences (notamment culturelles et religieuses) ou de la situation économique du pays où ils arrivent, Moi, Dieu Merci met au jour, avant tout, le fait que la solidarité et l’entraide peuvent être réciproques.

Si loin, si proches

21Les trois récits d’exils sont singuliers, d’autant plus que ceux proposés dans Avec trois brins de laine et Moi, Dieu Merci sont inspirés de faits vécus. On peut néanmoins considérer que les auteurs et les illustrateurs des albums tentent par différents moyens de permettre aux lecteurs de mieux comprendre l’expérience de l’exil et de développer une relation d’empathie avec les personnages.

22Comme je l’ai mentionné plus haut, seul le paratexte, dans Avec trois brins de laine, invite à (re)lire l’album en situant le périple de la famille de réfugiés dans le contexte tourmenté des années 1960 et 1970 en Europe (dictature de Salazar au Portugal, Printemps de Prague en ex-Tchécoslovaquie). En effet, à la fin d’Avec trois brins de laine, un bref paragraphe révèle que l’histoire qui nous a été présentée est fondée sur des faits réels. Une photographie en noir et blanc, en regard du texte, représente une dame âgée qu’on suppose être celle qui a inspiré le personnage de la narratrice puisqu’elle est en train de coudre un patchwork. Le reste du texte relate les principaux éléments du contexte historique de l’époque. Sur la quatrième de couverture, une note d’Amnesty International met l’accent sur le caractère informatif de l’album, qui « expose avec délicatesse ce que devoir tout quitter implique », et souligne du même souffle l’exemplarité de l’expérience des réfugiés. Dans Moi, Dieu Merci, le paratexte contient deux dédicaces de l’auteur et de l’illustrateur. Le premier révèle la part biographique de l’album (Dieu Merci n’est pas qu’un personnage de fiction) et comble plusieurs « blancs » du récit (par exemple, le fait que Dieu Merci est le père d’enfants nés en France, ce qui pourrait lui permettre d’obtenir la nationalité française). L’illustrateur signale, plus laconiquement, son engagement en faveur des étrangers sans-papiers.

  • 31 Fanny Mahy, « L’immigration dans la littérature jeunesse. Vers une compréhension du monde dans lequ (...)

23Cette défictionnalisation de l’histoire opérée par le discours paratextuel s’accompagne d’un processus inverse de fictionnalisation de l’Histoire grâce à l’insertion, dans les récits eux-mêmes (du moins dans deux d’entre eux), de références historiques. L’entrelacement des deux trames historiques les rend, en quelque sorte, consubstantielles : « la grande histoire s’intercale dans le cours de la petite et [...] chacune des deux est nécessaire à la compréhension du phénomène de la migration, à la fois histoire individuelle et collective31 ». Avec trois brins de laine et Moi, Dieu Merci mettent effectivement en scène des personnages ballottés par l’Histoire dont les expériences singulières peuvent justement contribuer à faire découvrir dans quel contexte (social, politique et historique) se déroulent leurs exils.

  • 32 Thierry Lenain et Olivier Balez (ill.), Moi, Dieu Merci, qui vis ici, op. cit. p. 7. La présence de (...)
  • 33 Ibid., p. 6.

24Cela explique sans doute la présence, dans Moi, Dieu Merci, de plusieurs indices référentiels dont la visée informative est assez explicite. L’évocation de la guerre civile angolaise et de ses conséquences s’étend, notamment, sur la première moitié de l’album de Lenain et Balez. Ces derniers évitent néanmoins tout didactisme en confiant la narration à Dieu Merci qui relate, dans un récit empreint d’une forte subjectivité, sa propre expérience du conflit (les exécutions sommaires, sa capture et sa longue détention). Dieu Merci passe sous silence le nom des factions qui s’entre-déchirent, mais nous amène tout de même à percevoir ce qui est sans doute l’essentiel, à savoir l’absurdité de la guerre fratricide qu’elles se livrent et qu’elles imposent à la population : « […] les soldats ont débarqué par camions entiers. Ils voulaient qu’on tue nos frères, nos sœurs, aucune prière n’y pouvait rien faire32 ». Par ailleurs, s’il se garde de prendre position et même d’expliquer les causes du conflit, Dieu Merci ne se prive pas de rappeler implicitement aux lecteurs la responsabilité des pays occidentaux en évoquant l’ancien colonisateur et les deux grandes puissances de la guerre froide qui s’affrontaient par pays tiers interposés : « Les autres pays regardaient et semblaient dire : tant pis. Pourtant, c’étaient eux qui, il y a longtemps, avaient allumé l’incendie33 ».

  • 34 Henriqueta Cristina et Yara Kono (ill.), Avec trois brins de laine (on refait le monde), op. cit., (...)
  • 35 Ibid., p. 6.
  • 36 Ibid.
  • 37 Ibid.

25Dans Avec trois brins de laine, les références historiques (outre celles figurant dans le paratexte dont il a été question plus haut) sont plutôt disséminées dans les illustrations : les paroles en tchèque des enfants jouant dans un parc34, la mention d’un prix en couronnes tchèques dans une vitrine35 ou encore la date « 1968 » inscrite dans le coin supérieur droit d’une page36 constituent autant d’indices que l’histoire de la famille de réfugiés se déroule dans le contexte du Printemps de Prague. Dès lors, il est intéressant de relever que la mère est non seulement l’instigatrice de la frénésie créatrice qui s’est emparée de la ville, mais également celle qui annonce : « voilà le printemps37 ! ». Ce subtil brouillage des frontières entre l’histoire des personnages ayant inspiré l’album et celle de l’ex-Tchécoslovaquie, de même qu’entre la fiction et le réel, réenchante l’Histoire, d’une certaine manière, en laissant imaginer que le geste créatif de la mère a été à l’origine du vent de liberté qui a soufflé sur la ville durant le Printemps de Prague.

  • 38 Daniel Delbrassine, « Deux stratégies de séduction du lecteur dans le roman contemporain adressé au (...)
  • 39 Gérard Langlade, « Le sujet lecteur auteur de la singularité de l’œuvre », dans : Annie Rouxel et G (...)
  • 40 Cf. Véronique Larrivé, Du bon usage du bovarysme dans la classe de français : développer l’empathie (...)
  • 41 Jérôme Pelletier, « Deux conceptions de l’interprétation des récits de fiction », Philosophiques, v (...)
  • 42 Cf. Fanny Mahy, « L’immigration dans la littérature jeunesse. Vers une compréhension du monde dans (...)
  • 43 Anne Jonas, Olivier Latyk (ill.), Là-bas, tout au fond du dessin, op. cit., p. 3.
  • 44 Thierry Lenain et Olivier Balez (ill.), Moi, Dieu Merci, qui vis ici, op. cit., p. 29.

26Outre la relation entre des histoires individuelles et l’Histoire collective, censée permettre aux lecteurs de mieux comprendre à la fois ce que vivent les personnages exilés et le contexte dans lequel ils doivent (ré)agir, les albums tentent d’instaurer, chacun à leur manière, un effet de « proximité38 » entre ces personnages et les lecteurs. Cette proximité repose sur la représentation d’expériences et d’émotions qui peuvent aisément éveiller chez les enfants des souvenirs familiers rattachés à leur propre vécu. En effet, tout « texte vit de ses retentissements avec les souvenirs, les images mentales, les représentations intimes de soi, des autres, du monde du lecteur39 ». À cet égard, des travaux récents sur l’empathie fictionnelle ont établi le rôle central des émotions dans la compréhension des récits, au même titre que la cognition40. On peut alors envisager sans peine la « résonance émotionnelle41 » provoquée par plusieurs scènes des albums, en particulier celles qui donnent accès à l’intériorité des personnages42. C’est le cas, par exemple, lorsque le garçon de Là-bas jette ses livres d’école, parce que, « [d]ans son cartable il y a des livres avec des mots qu’il ne comprend pas43 », puis, qu’il sent avec mélancolie un peu de la chaleur maternelle sur un mouchoir qu’il conserve dans sa poche. Dans Moi, Dieu Merci, le rapport de connivence avec le personnage éponyme prend une forme différente, notamment parce que celui-ci est un adulte. Ce dernier n’hésite cependant pas à s’adresser directement à ses narrataires : « Quand je passe près de vous, je vous effraie ou vous attendris, vous me rejetez ou me maternez, m’ignorez ou me parlez44 ». Même si le pronom personnel ne vise pas un destinataire spécifique, il est parfaitement concevable que des enfants, acteurs ou victimes de ce type de rejet de la différence (fondé notamment sur la couleur de peau), se sentent interpellés. Ces deux exemples montrent bien à quel point, en dépit de la diversité des stratégies mises en œuvre (focalisation interne, narration autodiégétique, espace important alloué à la composante textuelle dans Moi, Dieu Merci, focalisation zéro et brèves interventions d’un narrateur hétérodiégétique dans Là-bas), les albums visent à faire comprendre (au sens de prendre avec soi) aux jeunes lecteurs les divers aspects de l’expérience des exilés.

  • 45 Cf. à ce propos, l’« Avant-Propos » de Christiane Connan-Pintando, Florence Gaiotti et Bernadette P (...)
  • 46 Thierry Lenain et Olivier Balez (ill.), Moi, Dieu Merci, qui vis ici, op. cit., p. 8.
  • 47 Ibid., p. 6.

27Enfin, l’implication des lecteurs repose aussi sur un phénomène auquel on peut attribuer deux visées : inscrire la lecture des trois albums dans l’horizon d’attente littéraire des enfants et alléger une charge émotive éventuellement trop intense. L’hybridité de l’album comme genre n’est plus à démontrer45. Les trois albums de mon corpus insèrent à plusieurs reprises des procédés poétiques ou des éléments d’autres genres (tels que la comptine) dans leurs narrations en prose. Dans Là-bas, cela se manifeste notamment par le subtil jeu des antithèses (ici/là-bas) et dans le dédoublement des sens (la polysémie de l’adverbe « loin »). Dans Avec trois brins de laine, on retrouve plutôt des rapprochements phonétiques (« une maille endroit, une maille envers ») ou encore des répétitions des séries de mots évocateurs même si l’on ignore qu’ils désignent des points en tricot : « Riz, mousse, jersey, coquillage, torsade, œil de perdrix ». La récurrence de ces motifs textuels, dans la seconde partie du récit, rythme la narration et rassure les enfants en réitérant des éléments déjà connus, à la manière d’une ritournelle. Quant au texte de Moi, Dieu Merci, il est marqué par l’abondance de procédés stylistiques communs en poésie, tels que l’antithèse, l’assonance ou encore le parallélisme : « La première balle est entrée là, dans ma chair. La deuxième balle est entrée là, dans mon crâne46 ». Cependant, l’ironie est sans doute ce qui singularise le plus cet album, en raison de la constante ambiguïté sémantique liée au fait que « Dieu Merci » est à la fois une expression populaire et le prénom du personnage : « Et moi, Dieu Merci, j’ai grandi sur cette terre, par eux meurtrie47 ». À chaque occurrence, autant dire quasiment à chaque phrase, on est invité à s’interroger sur la polysémie de tels énoncés et à percevoir l’ironie douce-amère qui affleure dans le récit du personnage.

28En 2016, la photo d’Alan Kurdi, ce jeune garçon syrien retrouvé échoué sur une plage, a suscité l’indignation collective et a été abondamment relayée dans les médias et les réseaux sociaux. Deux ans plus tard, pourtant, l’exil apparaît encore à de nombreux hommes, femmes et enfants comme la meilleure, sinon la seule, garantie d’échapper à la mort ou à un destin misérable.

29Là-bas, Avec trois brins de laine et Moi, Dieu Merci offrent trois perspectives singulières, mais néanmoins complémentaires, sur ce phénomène bouleversant. Bien qu’ils n’occultent nullement les difficultés éprouvées par les exilés, que ce soit dans leur pays d’origine ou dans leur pays d’accueil, ces trois albums font également ressortir le courage et la résilience des réfugiés. Ils mettent également en scène des personnages dont la créativité et la capacité à se réinventer constituent une véritable richesse pour le pays d’accueil.

30Le fait que ces personnages soient des enfants, à tout le moins dans Là-bas et Avec trois brins de laine, favorise sans doute une immédiate proximité et une plus grande connivence avec les lecteurs de ces albums. De même, l’ancrage biographique d’Avec trois brins de laine et de Moi, Dieu Merci est susceptible d’amener les lecteurs à poser un regard différent ou nouveau sur une réalité dont la plupart n’ont connaissance qu’à travers des discours souvent stéréotypés et parfois xénophobes.

31Enfin, à l’heure où la question de l’accueil des migrants se pose dans la plupart des pays occidentaux, la lecture de ces albums offre des perspectives intéressantes, dans la mesure où elle permet de s’interroger sur notre rapport à l’Autre, ainsi que sur les défis et les enjeux de la rencontre interculturelle.

Haut de page

Bibliographie

Christiane Connan-Pintando, Florence Gaiotti et Bernadette Poulou (dir.), L’album contemporain pour la jeunesse : nouvelles formes, nouveaux lecteurs ?, Modernités 28, Pessac, PUB, 2008, 314 p.

Henriqueta Cristina et Yara Kono (ill.), Avec trois brins de laine (on refait le monde), Paris, Éditions des éléphants, 2016.

Daniel DELBRASSINE, « Deux stratégies de séduction du lecteur dans le roman contemporain adressé aux adolescents », dans : Cécile Boulaire (dir.), Le livre pour enfants. Regards critiques offerts à Isabelle Nières-Chevrel, Rennes, P.U.R., coll. « Interférences », 2006, p. 135-146.

Anne Jonas et Olivier Latyk (ill.), Là-bas, tout au fond du dessin, Paris, Sarbacane, 2005.

Gérard Langlade, « Activité fictionnalisante du lecteur et dispositif de l’imaginaire », dans : Max Roy, Marylin Brault et Sylvain Brehm (dir.), Formation des lecteurs, formation de l’imaginaire, Cahier Figura, n° 20, 2008, p. 46-65.

Véronique Larrivé, Du bon usage du bovarysme dans la classe de français : développer l’empathie fictionnelle des élèves pour les aider à lire les récits littéraires : l’exemple du journal de personnage, Université Michel de Montaigne ‒ Bordeaux III, 2014, récupéré de : tel.archives-ouvertes.fr/tel-01155167, le 25 juin 2017.

Thierry Lenain et Olivier Balez (ill.), Moi, Dieu Merci, qui vis ici, Paris, Albin Jeunesse, 2008.

Fanny Mahy, « L’immigration dans la littérature jeunesse. Vers une compréhension du monde dans lequel on vit », @nalyses, vol. 11, n° 2, printemps-été 2016, p. 440. Récupéré de : https://uottawa.scholarsportal.info/ojs/index.php/revue-analyses/article/viewFile/1586/1471, le 28 juin 2017.

Clément Moisan et Renate Hildebrand, Ces étrangers du dedans. Une histoire de l’écriture migrante au Québec (1937-1997), Montréal, Nota bene, 2001.

Jérôme Pelletier, « Deux conceptions de l’interprétation des récits de fiction », Philosophiques, vol. 32, n°1, 2005, p. 39-54.

Edward Saïd, Réflexions sur l’exil et autres essais, Arles, Actes Sud, 2008.

Andrea Semprini, « Sujet, interaction, monde. Le lieu commun comme déixis instituante », Protée, vol. 22, n° 2, printemps 1994, p.7-13.

Haut de page

Notes

1 Anne Jonas et Olivier Latyk (ill.), Là-bas, tout au fond du dessin, Paris, Sarbacane, 2005. Désormais désigné par : Là-bas.

2 Henriqueta Cristina et Yara Kono (ill.), Avec trois brins de laine (on refait le monde), Paris, Éditions des éléphants, 2016. Désormais désigné par : Avec trois brins de laine.

3 Thierry Lenain et Olivier Balez (ill.), Moi, Dieu Merci, qui vis ici, Paris, Albin Jeunesse, 2008. Désormais désigné par : Moi, Dieu Merci.

4 Clément Moisan et Renate Hildebrand, Ces étrangers du dedans. Une histoire de l’écriture migrante au Québec (1937-1997), Montréal, Nota bene, 2001.

5 Henriqueta Cristina et Yara Kono (ill.), Avec trois brins de laine, op. cit., p. 2. (Comme aucun des trois albums n’est paginé, chaque page simple, après celle du titre et des crédits, sera ici identifiée par un numéro afin de faciliter la localisation des citations.)

6 Ibid.

7 Ibid.

8 Ibid., p. 4.

9 Cette information est révélée par le paratexte, plus précisément par la dernière page de l’album, sur laquelle un texte de nature informative explique que l’histoire que l’on vient de lire est inspirée par l’exil de réfugiés portugais en Tchécoslovaquie juste avant le Printemps de Prague.

10 Anne Jonas et Olivier Latyk (ill.), Là-bas, tout au fond du dessin, op. cit., p. 1.

11 Ibid., p. 6.

12 Ibid., p. 16.

13 Thierry Lenain et Olivier Balez (ill.), Moi, Dieu Merci, qui vis ici, op. cit., p. 3-4.

14 Ibid.

15 Ibid., p. 27-28.

16 Ibid., p. 19-20.

17 Edward Saïd, Réflexions sur l’exil et autres essais, Arles, Actes Sud, 2008, p. 251.

18 Henriqueta Cristina et Yara Kono (ill.), Avec trois brins de laine (on refait le monde), op. cit., p. 10.

19 Anne Jonas, Olivier Latyk (ill.), Là-bas, tout au fond du dessin, op. cit., p. 18.

20 Ibid.

21 Thierry Lenain et Olivier Balez (ill.), Moi, Dieu Merci, qui vis ici, op. cit., p. 23.

22 Ibid., p. 18.

23 Ibid., p. 23.

24 Il est tentant de considérer comme un clin d’œil de l’Histoire à la fiction le sauvetage, en mai 2018, d’un enfant suspendu à un balcon parisien par un migrant d’origine malienne, Mamoudou Gassama. Ce dernier, salué comme un héros, a obtenu la nationalité française à la suite de son acte de bravoure.

25 Anne Jonas, Olivier Latyk (ill.), Là-bas, tout au fond du dessin, op. cit., p. 21.

26 Henriqueta Cristina et Yara Kono (ill.), Avec trois brins de laine (on refait le monde), op. cit., p. 21.

27 Andrea Semprini, « Sujet, interaction, monde. Le lieu commun comme déixis instituante », Protée, vol. 22, n° 2, printemps 1994, p. 8.

28 Henriqueta Cristina et Yara Kono (ill.), Avec trois brins de laine (on refait le monde), op. cit., p. 24.

29 Thierry Lenain et Olivier Balez (ill.), Moi, Dieu Merci, qui vis ici, op. cit. p. 25.

30 Ibid., p. 29.

31 Fanny Mahy, « L’immigration dans la littérature jeunesse. Vers une compréhension du monde dans lequel on vit », @nalayses, vol. 11, n° 2, printemps-été 2016, p. 440. Récupéré de : https://uottawa.scholarsportal.info/ojs/index.php/revue-analyses/article/viewFile/1586/1471, le 28 juin 2017.

32 Thierry Lenain et Olivier Balez (ill.), Moi, Dieu Merci, qui vis ici, op. cit. p. 7. La présence de l’emblème du drapeau angolais, en haut de cette même page, renvoie également à l’idée d’une guerre opposant les Angolais entre eux (cf. illustrationLENAIN1).

33 Ibid., p. 6.

34 Henriqueta Cristina et Yara Kono (ill.), Avec trois brins de laine (on refait le monde), op. cit., p. 3-4.

35 Ibid., p. 6.

36 Ibid.

37 Ibid.

38 Daniel Delbrassine, « Deux stratégies de séduction du lecteur dans le roman contemporain adressé aux adolescents », dans : Cécile Boulaire (dir.), Le livre pour enfants. Regards critiques offerts à Isabelle Nières-Chevrel, Rennes, P.U.R., coll. « Interférences », 2006, p. 140.

39 Gérard Langlade, « Le sujet lecteur auteur de la singularité de l’œuvre », dans : Annie Rouxel et Gérard Langlade (dir.), Le sujet lecteur, Rennes, P.U.R., 2004, p. 81-91.

40 Cf. Véronique Larrivé, Du bon usage du bovarysme dans la classe de français : développer l’empathie fictionnelle des élèves pour les aider à lire les récits littéraires : l’exemple du journal de personnage, Université Michel de Montaigne ‒ Bordeaux III, 2014, récupéré de : tel.archives-ouvertes.fr/tel-01155167, le 25 juin 2017.

41 Jérôme Pelletier, « Deux conceptions de l’interprétation des récits de fiction », Philosophiques, vol. 32, n°1, 2005, p. 47.

42 Cf. Fanny Mahy, « L’immigration dans la littérature jeunesse. Vers une compréhension du monde dans lequel on vit », op. cit., p. 444.

43 Anne Jonas, Olivier Latyk (ill.), Là-bas, tout au fond du dessin, op. cit., p. 3.

44 Thierry Lenain et Olivier Balez (ill.), Moi, Dieu Merci, qui vis ici, op. cit., p. 29.

45 Cf. à ce propos, l’« Avant-Propos » de Christiane Connan-Pintando, Florence Gaiotti et Bernadette Poulon à leur ouvrage collectif L’album contemporain pour la jeunesse : nouvelles formes, nouveaux lecteurs ?, Modernités 28, Pessac, PUB, 2008, 314 p.

46 Thierry Lenain et Olivier Balez (ill.), Moi, Dieu Merci, qui vis ici, op. cit., p. 8.

47 Ibid., p. 6.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sylvain Brehm, « Partir, c’est revivre un peu : l’expérience de l’exil dans Là-bas, tout au fond du dessin, Moi, Dieu Merci, qui vis ici et Avec trois brins de laine (on refait le monde) », Strenæ [En ligne], 14 | 2019, mis en ligne le 05 avril 2019, consulté le 22 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/strenae/2595 ; DOI : 10.4000/strenae.2595

Haut de page

Auteur

Sylvain Brehm

Université du Québec à Montréal
Département d’études littéraires (UQAM)

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals