Navigation – Plan du site
Dossier thématique

Et si le Père Castor avait voulu sauver le monde ?
Du discours sur la diversité dans la collection « Les Enfants de la Terre »

Christophe Meunier

Résumé

De 1948 à 1983, le Père Castor publie une série de vingt albums dans une collection appelée « Les Enfants de la Terre ». Chaque volume est l’occasion pour un auteur et un illustrateur, souvent « maison », de présenter la vie d’un enfant d’une dizaine d’années vivant dans un endroit du monde. L’objectif annoncé par Paul Faucher, dès le lancement de la collection, est de « s’appuyer sur des faits et des documents d’une authenticité inattaquable, de manière à ce que les jeunes lecteurs puissent bâtir solidement, sur les impressions que chacun de ces petits livres leur aura laissées, une idée juste des pays et des gens ». Cet article s’attache à montrer que, derrière cette intention naïve mais louable, il en existe une autre bien plus louable encore qui consiste à s’appuyer sur la diversité pour adresser un message de fraternité et de paix entre les peuples au lendemain des six années de guerre que l’Europe et le monde viennent de connaître.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Parmi les auteurs et les illustrateurs qui ont collaboré à la collection « Les Enfants de la Terre  (...)
  • 2 « Extrait du schéma de la collection “Les Enfants du monde” », Archives du Centre de documentation (...)

1De 1948 à 1983, le Père Castor publie une série de vingt albums dans une collection appelée « Les Enfants de la Terre ». Chaque volume est l’occasion pour un auteur et un illustrateur, souvent « maison1 », de présenter la vie d’un enfant d’une dizaine d’années vivant dans un endroit du monde. L’objectif annoncé par Paul Faucher, dès le lancement de la collection, est clair et peut sans doute paraître naïf : « s’appuyer sur des faits et des documents d’une authenticité inattaquable, de manière à ce que les jeunes lecteurs puissent bâtir solidement, sur les impressions que chacun de ces petits livres leur aura laissées, une idée juste des pays et des gens2 ». Cet article s’attachera à montrer que, derrière cette intention énoncée, il en existe une autre bien plus ambitieuse et sans doute plus axiologique encore qui consiste à s’appuyer sur la diversité pour adresser un message de fraternité et de paix entre les peuples au lendemain des six années de guerre que l’Europe et le monde viennent de connaître. Et si le Père Castor avait voulu sauver le monde de la barbarie, de l’ignorance, de la bêtise humaine qui pousse des peuples à se faire la guerre ? Si la connaissance de l’Autre pouvait limiter l’intolérance et éviter la haine ?

  • 3 Voir Claire Delbard, « Grandir dans l’enthousiasme avec le Roman des bêtes », Strenæ [En ligne], 6  (...)
  • 4 « Extrait du schéma de la collection “Les Enfants du monde” », Archives du Centre de documentation (...)

2Se servant de l’expérience de la série « Le Roman des bêtes », Paul Faucher conserve la recette et le format. Pour la recette, il s’agit d’avoir recours à des images réalistes et de proposer aux enfants des personnages près desquels ils peuvent se sentir proches et qui les aideront à grandir en prenant conscience du monde qui les entoure. Cette recette réunit les principales caractéristiques de ce que Paul Faucher a inventé avec la collection « Le Roman des bêtes » et que Claire Delbard nomme le « roman documentaire3 ». Concernant le format, il s’agit d’ouvrages cartonnés et brochés au format à l’italienne contenant trente-deux pages et qui mettent textes et images en étroite interdépendance. Il est question ici de créer des livres pédagogiques pour des enfants de sept à douze ans qui répondent en tous points aux résultats des recherches sur l’album réalisées au sein de l’Atelier du Père Castor, créé en 1946 autour « d’une petite équipe d’éducateurs, d’artistes, d’écrivains4 » et s’appuyant sur des expérimentations dans l’École du Père Castor fondée l’année suivante boulevard Saint-Michel. Paul Faucher, dans un discours prononcé au Ve Congrès de l’Union internationale pour la littérature de jeunesse réuni à Florence en 1958, explicitait ces résultats comme de véritables exigences et constituant une sorte de cahier des charges pour la collection :

  • 5 Paul Faucher, « Comment adapter la littérature enfantine aux besoins des enfants à partir des premi (...)

Autant que d’air, de nourriture, de sécurité matérielle, [l’enfant] a besoin de sécurité affective. Le livre peut-il contribuer à cette sécurité ? Grandement, par le texte comme par l’image, qui doivent l’éclairer, le rassurer sur tout ce qui l’entoure, en dissipant le trouble que lui causent les faits et les comportements dont il est témoin et qu’il comprend mal ; en remplaçant ses fausses intuitions par des explications vraies5.

3C’est pourquoi dans les premiers numéros qu’il va superviser de près, Paul Faucher fait appel à des scientifiques pour rédiger les histoires. Apoutsiak, le petit flocon de neige, qui lance la collection en 1948, est la réalisation de l’anthropologue Paul-Émile Victor ; Mangazou, le petit pygmée qui sort en 1952, celle de l’ethnologue Jean-Michel Guilcher. Les six premiers volumes proposent une série de personnages dispersés dans le temps (un petit peau-rouge du Far-West au xixe siècle, un petit paysan du Moyen Âge) et dans l’espace (un petit Inuit, un Pygmée Babinga, un petit Hollandais et un petit Italien).

  • 6 L’expression « Français d’ailleurs » est empruntée au titre d’une collection créée par Autrement Je (...)

4À partir de 1961, l’intentionnalité change. Si la majorité des albums continue à s’intéresser à tous les enfants de la Terre, un certain nombre d’entre eux présente des communautés, issues de l’émigration, vivant sur le territoire national et/ou ayant souvent adopté des manières marginales d’habiter la France. À chaque fois, ces « Français d’ailleurs6 » possèdent une manière d’habiter qui les caractérise et c’est cette dernière qui est mise en avant. Si parmi les six premiers volumes, aucun ne concernait de « Français d’ailleurs », ce n’est plus le cas à partir de 1961 puisque six albums sur les quatorze qui paraîtront jusqu’en 1983 leur sont consacrés.

5Comment ces « Français d’ailleurs » sont-ils présentés ? Subissent-ils le même traitement éditorial que les « étrangers d’ailleurs » abordés pas la collection ? Cet article s’emploiera à montrer comment la collection passe d’un intérêt pour le pluriculturalisme mondial à une sorte de pluriculturalisme national ; comment dans les deux cas, elle s’écarte des pensées conformistes de l’époque de sa création. Je distinguerai donc une première période durant laquelle Paul Faucher tente d’apporter sa contribution à la paix mondiale ; puis une seconde période durant laquelle Paul Faucher, et surtout son successeur et fils François Faucher, recherchent une sorte de paix sociale nationale. J’aborderai, dans un dernier temps, ce que je nomme la recherche d’une sorte de « paix spatiale » qui semble être récurrente sur toute la durée de la série et qui fait la part belle aux parcours des personnages, à leur ancrage dans un milieu particulier ou parfois commun, à des lieux d’intégration, points de passage obligés, de leurs itinéraires de vie.

Paix entre les hommes de la Terre

6Ce qui anime Paul Faucher en 1948, avec Apoutsiak, le petit flocon de neige, c’est d’abord de proposer aux enfants une rencontre avec les peuples de la planète car seule la connaissance de l’Autre peut, estime-t-il, éviter l’intolérance et la haine. Déjà en 1931, lorsqu’il inaugure la collection du « Père Castor », cette idée humaniste est présente. Je fais mes masques est en effet un album aux couleurs éclatantes qui passe en revue les masques de différents continents et de différents pays.

  • 7 Michel Defourny, « Préface », Je fais mes masques, Meuzac, Les Amis du Père Castor, 2007.
  • 8 Ibid.

7Dans la préface faite pour sa réédition par « Les Amis du Père Castor », Michel Defourny7 insiste sur le message de cet album qui propose aux jeunes lecteurs français de « se fondre dans la peau d’un Noir, d’être fier d’apparaître sous les traits d’un jeune Hindou au turban ou de sourire comme une petite paysanne russe. C’est que les enfants de la Terre se ressemblent par-delà leurs différences. Sans doute est-ce le message de la couverture de Je fais mes masques dont le graphisme s’apparente à celui de l’affiche ou du manifeste8 ». Le message est novateur en 1931, il le sera encore en 1948 lorsque sortira la collection « Les Enfants de la Terre ». Car il faut le souligner ici, les albums français de cette époque, et même des années 1930 jusqu’aux années 1960, regardent avec condescendance les populations colonisées.

8Dans Martine en voyage (1954), par exemple, de Gilbert Delahaye et Marcel Marlier, la jeune héroïne décide de quitter la maison familiale. Elle emmène dans sa fugue une grande poupée noire qui parle, qui danse et qui marche sans tomber. Cacao, c’est son nom, est le faire-valoir de Martine. On la voit à trois reprises pleurer alors que Martine affirme son assurance. La page 6 n'est pas sans rappeler une situation qui pourrait s’apparenter à de la subordination :

  • 9 Gilbert Delahaye, Marcel Marlier, Martine en voyage, Paris, Casterman, 1954, p. 6.

Pour voyager Martine a mis sa plus jolie robe. On voit danser son ombrelle au-dessus de son chapeau de paille garni de cerises. Cacao porte la valise. Elle est ravissante avec son foulard qu’elle a noué sur la tête9

  • 10 Grandes vacances, Éditions des enfants de France, 1953, p. 10-11.

9De la même façon, dans un ouvrage un peu plus engagé publié aux Éditions des enfants de France, deux enfants, Catherine et François, font le tour du monde en avion. Grandes Vacances les emmène en Afrique, au Maghreb d’abord, où ils sont attaqués par des « indigènes » ; en Afrique noire ensuite où Catherine est faite prisonnière par des « sauvages » qui veulent la manger. Catherine sera sauvée par François déguisé en lion et un petit Noir du nom de Boubou déguisé... en singe10.

10A contrario, en 1952, Jean Cana dessine un Mangazou proche du réalisme en évitant soigneusement tout trait caricatural. Mangazou n’est pas un « négrillon », c’est un enfant pygmée qui possède une identité propre et qui ne se confond pas, par exemple, avec d’autres peuples de couleur comme le montre la page 3. Il n’est pas dépeint comme un petit sauvage cannibale à l’instar des membres de la tribu qui attaquent Catherine et François. Mangazou a une vie de chasseur et cueilleur nomade. Il n’est pas question de donner une représentation erronée de ce petit étranger.

11Ainsi le récit de Mangazou s’appuie-t-il sur les récits des explorations d’ethnologues et d’anthropologues français qui portèrent leurs études dans la région de Sangha, dans le nord-est de la République du Congo, en 1946. Les références aux travaux de l’anthropologue Raoul Hartweg, publiés dans différentes revues spécialisées entre 1948 et 1950, sont connues et lues par l’auteur, Jean-Michel Guilcher, lui-même ethnologue.

Guilcher, Cana, Mangazou le petit Pygmée (1952), p. 15-16 © Père Castor/Flammarion.

12Jean Cana, l’illustrateur, retranscrit dans les pages 15-16 la territorialisation et l’habiter léger de cette population nomade de Pygmées Babinga, vivant au cœur de la forêt équatoriale. Sur cette double-page, c’est le cheminement d’une migration qui se déroule. La tribu serpente entre les arbres, quittant un campement situé en haut de la page de gauche et disparaissant derrière les arbres de la forêt pour rejoindre un nouveau lieu de campement situé en bas de la page de droite. L’habitation, constituée entièrement d’éléments végétaux, est abandonnée en l’état. Elle saura très vite être rattrapée par la nature qui l'a vue naître. L’anthropisation de la forêt équatoriale du nord-est congolais, habitat des Babingas, est légère. L’homme vit là en communion avec la nature, ne cherchant jamais à la dominer.

  • 11 « Extrait du schéma de la collection “Les Enfants du monde” », Archives du Centre de documentation (...)
  • 12 Jean-Michel Guilcher, Gerda Müller, Jan de Hollande, Père Castor, 1954, p. 13.

13Cet habiter, présenté à travers l’histoire de Mangazou, tranche véritablement avec l’habiter du petit Français des années 1950, en grande majorité urbain ou périurbain, plongé dans l’ébullition de la période de reconstruction suivant la Seconde Guerre mondiale. Offrir des éléments de comparaison avec leurs propres foyers, passer par le biais de l’image, construire des représentations de l’Ailleurs et de l’Autre plus ou moins lointain, voilà l’entrée choisie par Paul Faucher pour mettre les enfants en « contact avec le monde11 ». À l’opposé de Mangazou, Jan de Hollande (1954) vit dans un pays où les habitants ont construit leur habitat et l’ont conquis sur la mer. Aux pages 13-14, Jan et ses amis réalisent à l’école un panneau expliquant comment les Pays-Bas étaient un « pays sorti des eaux12 ». La construction des digues, l’assèchement des zones circonscrites au moyen des moulins à vent et la mise en culture des polders y sont expliqués en quatre bandes.

Guilcher, Müller, Jan de Hollande (1954), p. 13-14 © Père Castor/Flammarion.

  • 13 Michèle Piquard, « Paul Faucher, concepteur des albums du Père Castor, sergent recruteur de la Nouv (...)
  • 14 Christian Jacob, L’Empire des cartes, Paris, Albin Michel, 1992, p. 15.
  • 15 Ibid., p. 65.
  • 16 Les géoramas font parties de ces quelques attractions géographiques apparues au début dans la premi (...)
  • 17 Les lois Ferry de 1881-1882 imposent dans toutes les écoles de la République le mode d’enseignement (...)

14Sur la page opposée, les élèves construisent une carte de leur pays. Les tables et les pupitres ont disparu : les élèves sont agenouillés au milieu d’une grande carte qui est étalée sur le sol. Dans son étude sur les cartes dans les albums du Père Castor, Michèle Piquard croise l’analyse de l’historien de la cartographie, Christian Jacob, avec les théories du « sergent recruteur de l’école nouvelle », Paul Faucher13. Pour Christian Jacob, la scène qui est dépeinte ici par Gerda Müller correspond à la création d’une « utopie gullivérienne14 » qui appartient aux « grandes utopies pédagogiques visant à l’éducation populaire et à la vulgarisation de la géographie au xixe siècle15 ». Ces grandes utopies consistaient à imaginer de vastes globes terrestres, des « géoramas16 », que l’observateur pouvait dominer de son seul regard. Utopies balayées par la pédagogie simultanée devenue académique en 188217, elles seront exhumées et subsumées par les pédagogues de l’École Nouvelle dans les années 1920.

15Plus encore que dominer la carte, Jan et ses amis cherchent à s’approprier un territoire qui a été construit par les générations qui les ont précédés et qu’à leur tour ils auront à construire. Cette double-page paraît alors en parfait contre-point de celle extraite de Mangazou. Deux manières d’habiter le monde y sont présentées sans qu’aucune ne soit véritablement privilégiée. Nous avons bien là le projet initial de Paul Faucher en créant cette collection : proposer des exemples aux enfants, les laisser se faire une idée et, pourquoi pas, se construire leurs propres représentations, leur propre manière d’habiter la Terre.

Paix sociale en France

16Après avoir voulu prioritairement montrer l’altérité dans un monde où la paix entre les peuples doit s’installer durablement, la collection s’attaque à la paix sociale, à la diversité intrinsèque à la France des années 1960-1970, une France qui voit arriver sur son sol plusieurs flux de populations arrivées des territoires coloniaux qui progressivement s’affranchissent de la domination française.

17Le courant migratoire qui suit l’immédiat après-guerre forme la troisième grande vague d’immigration sur le sol métropolitain depuis le milieu du xixe siècle. Il est caractérisé par une immigration durable, de regroupement familial et de travail. Dans le contexte de la Reconstruction, la France a besoin de bras. L’ordonnance du 2 novembre 1945 met en place une acquisition de droits successifs au fur et à mesure de l’allongement de la durée du séjour des étrangers, ou pour être plus exact, des ressortissants de l’empire colonial français. De 1,7 millions d’étrangers en 1946, on atteint le double en 1975. Cette vague va en partie changer la donne et l’orientation de la collection « Les Enfants de la Terre ». Même si l’immigration n’est jamais réellement abordée dans les albums, l’émigration vers la France est quant à elle parfois très fortement suggérée.

18En 1946, par exemple, la France signe un nouvel accord de main-d’œuvre avec Rome. Jusqu’en 1962, les Italiens constituent la première nationalité étrangère en France. C’est dans ce contexte qu'il faut situer Antonio, un petit Italien de Bénédicte de la Roncière et Paul Faucher en 1961. À travers les pages de l’ouvrage, on ne sait jamais très bien de quelle région d’Italie est originaire Antonio, même si les paysages font penser aux campagnes de Toscane.

19La situation économique de l’Italie est évoquée page 7 : « Pauvre Nonna ! Ses plus jeunes fils ont dû partir très loin, parce qu’il n’y a pas assez de travail pour eux à la ferme. Elle est si contente, ma grand-mère, quand elle reçoit de leurs nouvelles ! Mais elle ne sait pas lire, alors tante Beppina fait la lecture. « Noi si sta bene… Nous allons bien. Nous espérons que vous êtes tous en bonne santé et que Renato a trouvé du travail… Mais s’il est toujours disoccupato (ça veut dire : chômeur), il peut venir nous rejoindre. » Lorsqu’à partir de la page 26, le camarade d’Antonio, Robertino, s’est enfui de chez lui après avoir essuyé le courroux de ses parents excédés par ses mauvais résultats scolaires, où apprend-on que Robertino veuille se rendre ? En France. « Mes parents ? Ils me traitent comme un bébé. Je vais leur montrer que je suis un homme. Je vais m’embaucher ! », dit-il. « Et tu crois qu’on te donnera du travail ? » lui demande Antonio. « Si je n’en trouve pas en Italie, j’irai… eh bien, en France, par exemple ! »

  • 18 Stéphanie Condon, « Migrations antillaises en métropole. Politique migratoire, emploi et place spéc (...)

20Pour Féfé des Antilles, d’Annie et Lucie Butel, l’année suivante, en 1962, le contexte est quasi similaire. Depuis le milieu des années 1950, la France métropolitaine a lancé aux Antilles des campagnes de recrutement auprès des services des PTT, des douanes et de la police. Cette démarche répond à deux objectifs : d’une part réduire la forte pression démographique qui pèse dans les îles et qui conduit à un chômage important tout en évitant les tensions socio-politiques fortes qui ont déjà conduit en 1959 à de violentes manifestations à Fort-de-France ; d’autre part, fournir à la métropole une main-d’œuvre peu qualifiée dans les services publics et parapublics dont elle a tant besoin. Entre 1954 et 1962, la population antillaise résidente en métropole double puis augmente de 50 % entre 1962 et 196818.

  • 19 Colette Ranely Vergé-Dépré, Les Antilles françaises en transition : de la relation privilégiée fran (...)
  • 20 Annie et Lucile Butel, Féfé des Antilles, Père Castor, 1962, p. 28.

21Là encore, le lien avec la France est suggéré en fin d’ouvrage. D’abord par le drapeau tricolore flottant au-dessus de l’école de la ville page 26. Ensuite par le bateau bananier baptisé Mère Patrie page 28 qui insiste sur le commerce de bananes qui faisait vivre toutes les Antilles19. « Féfé rêve de lointains voyages : s’il était plus grand, il s’engagerait sur un bananier pour aller voir la France…20 »

22Assoua, petit Sénégalais de Casamance, de Bénédicte de la Roncière, paraît en 1969. Aucune allusion n’est faite à l’émigration vers la France. En revanche quelques vestiges de la colonisation sont à traquer ici et là, à travers le choix des prénoms donnés aux camarades d’Assoua par exemple : « Moussa, Boniface, Jean-Baptiste, Bakary et tous les autres garçons du même âge sont venus rejoindre Assoua sous le grand fromager du village » (p. 4). Encore une fois le contexte dans lequel paraît cet album est celui d’une émigration sénégalaise forte vers la France, et ce depuis le début des années 1960 avec la forte demande en main-d’œuvre de l’industrie automobile française. Cette dernière a favorisé le départ des gens de la vallée du Sénégal et de la Casamance : tout Sénégalais peut se rendre en France s’il dispose d’une carte nationale d’identité, de certificats de vaccination et d’une garantie de rapatriement de 1 500 francs français.

  • 21 Gilbert Grandval, ministre du Travail de 1962 à 1966. La convention organise le recrutement, la sél (...)

23L’émigration tunisienne en France a connu de son côté deux périodes majeures : la première juste après l’indépendance (le 20 mars 1956) ; la seconde, à partir de 1963 avec la convention Grandval21. Entre 1969 et 1972, plus de la moitié des départs contrôlés des émigrants tunisiens a pour destination la France. Habib, le petit Tunisien de Myriam Houri-Pasotti et Roger Turc paraît en 1971. La vie d’Habib est très proche de celle d’un enfant de France et la première partie de l’album montre une famille composée d’une mère au foyer, d’un père qui travaille dans un bureau à Tunis et de deux enfants (un garçon et une fille) scolarisés. L’empreinte de la culture française est partout très forte dans les images. La vie à Tunis est la manifestation du syncrétisme entre deux cultures.

  • 22 Myriam Houri-Pasotti et Roger Turc, Habib, petit Tunisien, 1971, p. 32.

24C’est véritablement dans la dernière double-planche qu’on peut entrevoir une allusion à l’émigration. Le grand-père et le petit-fils sont tous les deux face à la mer, avec derrière eux les bâtiments de la mosquée de Djerba. Et le grand-père dit à Habib : « Il faut que tu retournes à Tunis pour y étudier et devenir un homme de ton temps. Certains de tes cousins quitteront l’île. Ensemble vous irez peut-être plus loin, à l’étranger. Mais je sais que vous reviendrez. Quand on a goûté la douceur de notre pays, on y revient toujours22 ! »

25Deux autres ouvrages, commandes de François Faucher à ses auteurs et illustrateurs, semblent encore correspondre à des faits d’actualité. Sarah, la petite tzigane (1972) paraît ainsi faire écho à la loi du 3 janvier 1969 sur « l’exercice des activités économiques ambulantes et le régime applicable aux personnes circulant en France sans domicile ni résidence fixe ». Cette loi remplace le carnet anthropométrique par un livret de circulation et instaure la notion de « commune de rattachement ». Sarah n’est plus une petite Tsigane mais une « petite fille du voyage », expression inaugurée par la loi même. Les deux appellations sont d’ailleurs présentes dans le livre : la première apparaissant en page de titre alors que la seconde a été choisie comme titre sur la couverture.

  • 23 Pascal Marchetti, L’Usu corsu, Alain Piazzola, 2001.
  • 24 Pascal Marchetti, U corsu senza straziu, Paris, Assimil, 2003.

26Dans les années 1970, le déclin démographique, l’exode vers la métropole et le déclin économique de la Corse est à l’origine de la naissance de plusieurs mouvements autonomistes, exposant leurs idées dans un essai intitulé Main basse sur une île (1971). Ces derniers souhaitent la promotion de la langue corse et de sa culture. Santu est un album commandé à Pascal Marchetti, qui a beaucoup œuvré pour la défense de la langue corse. Il est l’auteur de divers ouvrages historiques et linguistiques sur la Corse et le corse. On lui doit, par exemple, la rédaction de L’Usu corsu23, dictionnaire italien/corse/français et une méthode d’apprentissage de la langue corse, U corsu senza straziu24.

  • 25 Pascal Marchetti, May Angeli, Santu de Corse, Père Castor, 1976, p. 29.

27Après avoir découvert les montagnes et les villages corses, conservatoires de la tradition, Santu se rend en ville où il vient accueillir pour les vacances estivales ses cousins du continent : « Jour après jour, on voit apparaître, venant de France, ceux du pays qui vivent là-bas, mais qui n’ont pas oublié leur village » (p. 29). Une forme de pluriculturalisme apparaît alors quelques lignes plus loin : « Roccu, le frère de Marta, débarque lui aussi de Paris, avec Chantal, sa femme (c’est une pinzuta : elle n’est pas née en Corse), et ses deux enfants : Alain et Patrick. Ce sont les cousins germains de Santu. Ils aiment le village, mais n’en connaissent bien ni les gens ni les lieux. Ils parlent le français à gorge déployée. Quant à parler corse, ils ne s’y essaient même pas. Heureusement, Santu et ses camarades savent aussi très bien parler le français25 ».

28Pour conclure brièvement cette deuxième partie, nous pouvons dire que ce qui anime véritablement cette seconde époque de la collection, c’est le pluriculturalisme national. Certes ce dernier n’est pas véritablement traité en tant que tel dans chacun des albums. Il est cependant très fortement suggéré aux enfants lecteurs de l’époque, ces petits Français métropolitains qui voient peu à peu arriver dans les écoles, dans les rues, dans l’espace public des minorités différentes venues d’ailleurs. Ce que raconte le Père Castor, en présentant chacune de ces communautés séparément, c’est leurs origines, leurs cultures différentes replacées dans le contexte qui les a vues naître.

Paix spatiale : une intégration par l’espace

29Je voudrais dans cette dernière partie me livrer à l’analyse spatiale des parcours des personnages dans les six albums que je viens d’évoquer précédemment. Chacun des récits, en même temps qu’il entend rendre compte de spécificités culturelles attachées à un groupe humain, propose également les moyens d’inscrire ce groupe humain dans un territoire habité.

  • 26 Alexandre W. Siegel et Sheldon H. White, « The Development of spatial representations of large-scal (...)
  • 27 L’Italie : Paul François, Bénédicte de la Roncière, Antonio, un petit Italien (1959) – L’archipel a (...)

30Si l’on se réfère aux travaux d’Alexander Siegel et de Sheldon White26 portant sur la cognition spatiale, il existe trois niveaux successifs d’une séquence développementale qui permettrait à un individu de structurer un espace. Cette hiérarchie comporte les trois niveaux suivants : des repères (landmarks), un itinéraire (route-map) et une configuration (survey-map). Les configurations globales des six albums retenus sont principalement à l’échelle d’un pays ou d’une région : l’Italie, l’archipel antillais, le Sénégal, la Tunisie, le côté est/sud-est de la France, la Corse27. Dans chacune de ces configurations globales, on peut observer des itinéraires assez semblables et des repères récurrents.

Carte spatiogénétique de l’album Assoua, petit Sénégalais de Casamance (1969) © C. Meunier.

  • 28 Les « sociétés de travail » ont connu leur apogée pendant la seconde partie du xxe siècle en Afriqu (...)

31Les itinéraires empruntés par les personnages ont pratiquement tous la même composition. Ils consistent en une « boucle » et une « translation ». À l’exception d’Antonio, pour lequel les deux trajectoires diégétiques sont inversées. Par souci de clarté, je vais prendre l’exemple d’Assoua. Les 5/6 de l'album se déroulent au village d'Assoua (de la page 4 à la page 28). On suit pas à pas la « société de travail28 » à laquelle appartient Assoua. Par tradition, ces sociétés paysannes concernaient surtout les jeunes qui formaient plusieurs groupes constitués d'individus de même sexe et de la même classe d'âge. Ainsi Assoua est le chef de sa société de travail qui rend divers services à la communauté villageoise : porter les paniers des femmes qui reviennent de la rizière, surveiller les bœufs aux champs. Dans cette première partie de l'ouvrage, on voit Assoua quitter sa case et partir à la recherche de ses camarades, se diriger vers les rizières, revenir vers les greniers du village, repartir aux champs, passer devant l'école, revenir vers la place du village et se coucher dans sa case au sein de la concession. La trajectoire diégétique décrit ainsi une boucle qui a permis au lecteur de découvrir les différentes échelles du village : la case, la concession, le village, les abords du village.

32Le récit prend une autre trajectoire avec l'arrivée de l'oncle d'Assoua, le chef de famille, qui vient de Dakar. Apprenant qu'Assoua ne va pas à l'école, il a décidé de l'emmener avec lui à la ville pour qu'il puisse s'instruire avec ses cousins. Dans la double-page qui suit, la trajectoire prend la forme d'une translation de Mangagoulak, le village de Casamance, vers Dakar où Assoua devient un écolier exemplaire.

Carte spatiogénétique de l’album Antonio, un petit Italien (1961) © C. Meunier.

33Dans le cas d’Antonio, les huit premières pages de l'album se passent à la campagne et plus exactement dans la ferme familiale dont le chef est l'oncle d'Antonio. On apprend que le père d'Antonio est à la recherche d'un emploi et qu'il se rend quotidiennement en ville pour vendre ses services. À partir de la page 11, on apprend que le père d'Antonio a trouvé un travail fixe et que toute la famille va pouvoir se mettre en marche : l'histoire commence et le lecteur suit la famille d'Antonio dans sa translation vers la ville.

34Dans la seconde partie de l'album, nous suivons Antonio dans sa pérégrination urbaine. La trajectoire décrite par le personnage principal part de l'immeuble dans lequel la famille loue un appartement, passe par l'école, la place principale de la ville, la place du marché, le musée, la gare et finit par l'immeuble où habite la famille. Cette fois-ci, à la translation qui mène vers la ville fait suite une boucle qui permet de prendre connaissance de la ville dans laquelle est arrivée Antonio et dans laquelle il s'est lancé à la recherche d'un camarade, Robertino.

Carte spatiogénétique de l’album Habib, petit Tunisien (1971) © C. Meunier.

  • 29 Christophe Meunier, L’Espace dans les livres pour enfants, Rennes, P.U.R., 2016, p. 202.

35Chacune des trajectoires diégétiques semble correspondre à une intentionnalité spatiale29. Ainsi, la translation semble-t-elle relier ville et campagne et mettre en relation modernité et tradition. Le récit d'Habib qui est le seul à commencer par la ville suit cependant la même règle. La boucle initiale nous permet d'appréhender une vie très urbaine et très européenne au cœur de Tunis. La translation qui suit est une sorte de retour aux sources comme le suggère l'image de la page 16, servant de transition entre Tunis et Djerba. À l'arrière-plan de l'image, on aperçoit la ville ; alors qu'au premier plan deux systèmes agricoles semblent cohabiter : à gauche le tracteur en se dirigeant vers la gauche renvoie aux pages précédentes qui ont évoqué l'occidentalisation ; à droite les Bédouins et leur caravane de dromadaires se dirigeant vers la droite de l'image semblent indiquer les pages suivantes et l'évocation de la tradition orientale.

Houri-Pasotti, Turc, Habib, petit Tunisien (1971), p. 16 © Père Castor/Flammarion.

36Chacun des itinéraires proposés passe par des repères communs qui peuvent être considérés comme des points de passage obligés ayant une fonction propre. Ces points de passage sont l’espace domestique du personnage, l’école et un espace public.

  • 30 Dans l’introduction à Habiter, le propre de l’humain, le philosophe Thierry Paquot revient sur la d (...)

37Très souvent la maison familiale du héros, le foyer de l'enfant, est le point de départ du récit. Le lecteur découvre alors son habitation, voire son habitat30. En effet, les représentations qui sont proposées par les illustrateurs alternent les vues extérieures et intérieures. Elles décrivent l'habiter intime du personnage, ses relations intra-familiales.

38« La maison de Féfé est une simple case. Philibert l'a construite lui-même sur la terre battue, en assemblant des planches et des morceaux de tôles. La porte reste toujours ouverte, sauf pendant la nuit », apprend-on à la page 5 de Féfé. La vue extérieure est alors l'occasion de donner des indications sur la construction et les matériaux de l'édifice. « La case a deux pièces. Dans la première, il n'y a qu'une table et quelques caisses. Dans la seconde, deux lits pliants et un coffre de bois », est-il écrit plus loin, page 12. À partir des deux images, on comprend que l'habiter antillais est essentiellement tourné vers l'extérieur et que la case ne remplit que les fonctions strictement nécessaires de l'espace domestique : se nourrir, se restaurer et se protéger.

39L’école constitue le deuxième point de passage obligé. Elle réunit des enfants de la même classe d'âge auxquels un adulte transmet l'histoire de son peuple et/ou la langue officielle et intégratrice. Mis à part le cas d'Antonio, dans tous les autres récits, c'est le français qui est enseigné. À l'école d'Habib on apprend le français et l'arabe ; à celle de Santu, la culture corse a sa place (les enfants offrent un coq au maître pour fêter le début des vacances).

40L'école est le lieu de l'intégration culturelle voire polyculturelle. Elle est gage d'un avenir tourné vers l'extérieur en garantissant le respect des racines. En cela, la page 32 d'Assoua est révélatrice : « Et voilà : Assoua est devenu un écolier dakarois qui passe sans plus s'étonner devant le palais du Président, et qui rêve des jours de vacances où il montera en car rapide, ou en bateau peut-être, pour retrouver ses camarades, sa case sous les arbres, son village, sa Casamance ».

  • 31 Le Kumpo est une figure mythologique des peuples manding de Casamance. Il est à la fois un masque e (...)
  • 32 Macouba est un village de la Martinique dans lequel se tient chaque année une fête patronale.
  • 33 La paghjella est un chant traditionnel polyphonique corse interprété généralement par trois voix ma (...)

41Enfin, le dernier lieu commun à tous ces récits est la place publique du village ou d'un quartier de la ville sur laquelle se trouve réunie une foule multigénérationnelle. Dans Antonio, le marché a lieu sur la vieille place centrale de la ville. Les habitants échangent verbalement et économiquement au milieu des richesses produites par les générations précédentes. Assoua participe sur la place du village à la danse du Kumpo31 au milieu des adultes. Féfé participe avec ses parents et les autres habitants à la fête de Macouba32. Habib et sa famille sortent le soir pour participer à la fête de Ramadan dans les rues de Tunis. Santu va au café écouter les adultes parler politique ou s'assoit à côté des vieux du village sur la place pour chanter avec eux le paghjella33.

42Ces espaces publics sont représentés comme des lieux multigénérationnels. Espaces de socialisation et de communion, ils permettent au groupe humain une plus grande cohésion sociale et culturelle. Globalement, les lieux, les itinéraires des personnages dans un espace identificatoire semblent obéir à une intentionnalité spatiale claire.

Synthèse des parcours spatiogénétiques des personnages du corpus © C. Meunier.

43Comme le montre la carte-modèle ci-dessus, les trajectoires des personnages opposent la campagne à la ville. À la campagne sont associés la tradition culturelle, les aïeuls mais également l'enfermement. À la ville reviennent la modernité et l'ouverture vers l'extérieur (voyage et immigration). Cette dernière semble d'ailleurs conçue comme une rencontre entre les peuples, comme un échange de service sans dominant ni dominé, à l'instar de ce qu'Antonio a appris en classe : « que les Romains, nos ancêtres, ont gouverné l'Europe, l'Asie Mineure, et même une partie de l'Afrique ; et puis aussi que la mer Méditerranée nous entoure, et que nous sommes plus nombreux que les Français dans un pays deux fois moins grand que le leur. (C'est pour cela que tant d'Italiens sont obligés d'aller vivre en Amérique, au Brésil, en France et même en Australie) » (p. 13).

  • 34 Samuel Delépine, Atlas des Tziganes. Les dessous de la question rom, Paris, Autrement, 2012, p. 62- (...)

44Pour terminer, un album résiste à cette analyse : il s’agit de Sarah, petite fille du voyage de Gaby Cozian et May Angeli. L’itinéraire n’est pas constitué de l’association des deux trajectoires diégétiques dont j’ai parlé mais d’une seule : la boucle. Ce choix peut être interprété comme la volonté de déconstruire un stéréotype qui associe les gens du voyage à des vagabonds. « Pour ceux qui voyagent, écrit le géographe Samuel Delépine en 2012, l'itinérance n'est jamais hasardeuse. Guidée par des repères territoriaux précis, elle doit correspondre à des habitudes de vie mais doit également servir l'économie familiale34. »

45L'intentionnalité est bien de lutter contre les préjugés et d'agir manifestement pour la paix sociale. L'introduction de l'ouvrage n’est guère équivoque : « Pour toi, enfant sage, qui vis dans la quiétude d’une maison, entouré des soins de tes parents, des sourires de tes voisins ; pour toi, il peut être difficile de comprendre la vie des gens qui vont de villes en villages à bord de vieilles caravanes, par tous les temps, sous tous les cieux. […] Je vais te dire comment vivent les gens du voyage, les “Romanichels”, comme ils disent en parlant d’eux-mêmes » (p. 2).

46En revanche, les points de passage obligés sont les mêmes : la roulotte, l'école ou les écoles que fréquente régulièrement Sarah, la grande fête des Saintes-Maries-de-la-Mer qui réunit chaque année une grande partie des « Voyageurs ».

47Pour apporter une conclusion provisoire à ce travail portant sur la collection « Les Enfants de la Terre », je crois pouvoir affirmer qu’il existe du pluriculturalisme dans les albums pour enfants avant les années 2000 en France, et peut-être plus particulièrement avant 2006. J'ajouterais même que c'est le moteur de la collection « Les Enfants de la Terre », l'esprit qu'a voulu donner Paul Faucher en misant sur une éducation polyculturelle des enfants à travers les vingt albums de la collection.

  • 35 Nicolas Bancel, « Que faire des postcolonial studies ? Vertus et déraisons de l’accueil critique de (...)

48La collection précède certes l’intérêt pour les postcolonial studies en France qui débutent peu après les émeutes dans les « cités » de Clichy-sous-Bois, de Grigny, de Montfermeil, d’Évry, ou de Mantes-la-Jolie en novembre 2005. Le colloque organisé à l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS) fin septembre 2006 et portant sur « la situation postcoloniale », le numéro spécial de la revue Hérodote en janvier 2006 et consacré à la question postcoloniale ainsi que le numéro de la revue Labyrinthe, en mai 2006, intitulé Faut-il être postcolonial ? marquent de manière claire cet intérêt pour les postcolonial studies en France. Pendant près de vingt ans, les sciences sociales avaient boudé ce courant venu de Grande-Bretagne. À partir de 2006, comme le montre l’historien Nicolas Bancel35, l’intérêt ira grandissant. C’est d’ailleurs à ce même engouement que l’on peut associer l'inauguration du Musée de l'Immigration dans le Palais de la Porte Dorée en 2007, palais construit, ironie du sort, pour l'exposition coloniale de 1931. Quand Paul Faucher, entre 1948 et 1961, vise la paix mondiale, il mise sur l'enfant. Il pense sincèrement que la connaissance de l'Autre, de ses différences, permettra la tolérance. En 1969, prenant la succession de son père, François Faucher donne une inflexion à la collection en traitant plus particulièrement de ces « Français d'ailleurs », souvent peuples anciennement colonisés et aujourd'hui pourvoyeurs d'une immigration importante jusqu'au milieu des années 1970.

49Comment caractériser alors le pluriculturalisme du Père Castor dans la collection « Les Enfants de la Terre » ? Jamais, il est vrai, les albums ne mettent différents groupes culturels en contact. Ces groupes sont abordés séparément pour ce qu'ils sont, pour ce qu'ils peuvent apporter et échanger. En revanche chacun d'eux n'est pas sclérosé. Ils ne vivent pas séparés du monde. Les auteurs ne manquent jamais de suggérer leur ouverture vers les autres, vers l'ailleurs.

  • 36 Paul Faucher, op. cit., p.347.

50Le pari de Paul Faucher, et celui de François Faucher dans son sillage, est la pleine confiance dans l'intelligence des enfants. Je rappellerai ici ce que Paul Faucher disait en 1958 : « L'enfant a besoin de penser par lui-même, d'exprimer librement ses goûts, ses idées, ses jugements. […] Il est bon de lui présenter des enfants de caractères, de milieux, de pays différents, afin d'élargir son horizon, mais aussi et surtout, pour qu'il se compare, se situe et se jauge36 ». Il appartient donc à l'enfant de faire les rapprochements entre ces groupes culturels, d'accepter l'altérité et de s'en nourrir.

  • 37 Antoine de Saint-Exupéry, Terre des hommes (1939), in Œuvres complètes, Paris, La Pléiade, 1953, p. (...)

51Sans doute naïvement, sans doute sans le savoir, Paul Faucher apportait une réponse aux inquiétudes d’Antoine de Saint-Exupéry, lorsqu’il écrivait en 1939 dans Terre des hommes : « Ce qui me tourmente, les soupes populaires ne le guérissent point. Ce qui me tourmente, ce ne sont ni ces creux, ni ces bosses, ni cette laideur. C’est un peu, dans chacun de ces hommes, Mozart assassiné. Seul l’Esprit, s’il souffle sur la glaise, peut créer l’Homme37 ». Pour Paul Faucher, sur la terre des hommes, c’est en soufflant sur la glaise que les enfants peuvent faire naître l’homme nouveau.

Haut de page

Bibliographie

Corpus

FRANCOIS Paul, ANGELI May, Antonio, un petit Italien, Père Castor, 1961.

BUTEL Anne, BUTEL Lucile, FAUCHER Paul, Féfé des Antilles, Père Castor, 1962.

DE LA RONCIERE Bénédicte, Assoua, petit Sénégalais de Casamance, Père Castor, 1969.

HOURI-PASOTTI Myriam, TURC Roger, Habib, petit Tunisien, Père Castor, 1971.

GOZIAN Gaby, ANGELI May, Sarah, petite fille du voyage, Père Castor, 1969.

MARCHETTI Pascal, ANGELI May, Santu de Corse, Père Castor, 1976.

Bibliographie critique

Bancel Nicolas, « Que faire des postcolonial studies ? Vertus et déraisons de l’accueil critique des postcolonial studies en France », Vingtième siècle. Revue d’Histoire, Paris, n° 115, 2012, p. 129-147.

DELBARD Claire, « Grandir dans l’enthousiasme avec le Roman des bêtes », Strenæ [En ligne], 6 | 2013, mis en ligne le 27 mai 2014, consulté le 24 juin 2017. URL : http://strenae.revues.org/1312.

Delépine Samuel, Atlas des Tziganes. Les dessous de la question rom, Paris, Autrement, 2012.

FAUCHER Paul, « Comment adapter la littérature enfantine aux besoins des enfants à partir des premières lectures », Bulletin des bibliothèques de France, Villeurbanne, n° 5, 1958, p. 345-352. URL : http://bbf.enssib.fr/consulter/bbf-1958-05-0345-002.

MEUNIER Christophe, L’Espace dans les livres pour enfants, Rennes, P.U.R., 2016.

PAQUOT Thierry, LUSSAULT Michel, YOUNES Chris, Habiter, le propre de l’humain. Villes, territoires et philosophie, Paris, La Découverte, 2007.

PIQUARD Michèle, « Paul Faucher, concepteur des albums du Père Castor, sergent recruteur de la Nouvelle Éducation dans l’entre-deux-guerres », Recherches & éducations [En ligne], 4 mars 2011, mis en ligne le 15 novembre 2012, consulté le 11 février 2016. URL : http://rechercheseducations.revues.org/782.

PIQUARD Michèle, La Carte géographique dans les albums du Père Castor, Meuzac, Les Amis du Père Castor, 2011.

Siegel Alexandre W. et White Sheldon H., « The Development of spatial representations of large-scale environments », dans : REESE H. W. (éd.), Advances in Child Development and Behavior (vol. 10), New York, Academic Press, 1975.

Haut de page

Notes

1 Parmi les auteurs et les illustrateurs qui ont collaboré à la collection « Les Enfants de la Terre », on compte quatre auteurs sur les seize de la collection et cinq illustrateurs sur les onze qui avaient déjà travaillé pour Paul Faucher dans d’autres collections du Père Castor tels que Jean-Michel Guilcher, Paul Faucher, Gerda Müller, Bénédicte de la Roncière, Lucile Butel, May Angeli...

2 « Extrait du schéma de la collection “Les Enfants du monde” », Archives du Centre de documentation du Père Castor, Forgeneuve, Meuzac, dossier 195. « Ce texte non daté est attribué par François Faucher à son père, qui l’aurait conçu vers 1950. Dans le même dossier, une note du 1er mars 1951 présente, sous le titre “Enfants de la Terre”, les arguments de la collection, ses collaborateurs possibles et ses sources d’informations. » (Michèle Piquard, La Carte géographique dans les albums du Père Castor, Meuzac, La Petite collection du Père Castor, 2011, p.60).

3 Voir Claire Delbard, « Grandir dans l’enthousiasme avec le Roman des bêtes », Strenæ [En ligne], 6 | 2013, mis en ligne le 27 mai 2014, consulté le 24 juin 2017. URL : http://strenae.revues.org/1312 ; DOI : 10.4000/strenae.1312.

4 « Extrait du schéma de la collection “Les Enfants du monde” », Archives du Centre de documentation du Père Castor, Forgeneuve, Meuzac, dossier 195.

5 Paul Faucher, « Comment adapter la littérature enfantine aux besoins des enfants à partir des premières lectures », Bulletin des bibliothèques de France, n° 5, 1958, p. 345-352. Disponible en ligne : http://bbf.enssib.fr/consulter/bbf-1958-05-0345-002.

6 L’expression « Français d’ailleurs » est empruntée au titre d’une collection créée par Autrement Jeunesse et dirigée par Jessie Mangana entre 2005 et 2015 en partenariat avec le Musée d’Histoire de l’Immigration. Chacun des onze titres de la collection avait pour but d’évoquer un pan de l’histoire de l’immigration française à travers les yeux d’un enfant de 10 ans et de ses parents.

7 Michel Defourny, « Préface », Je fais mes masques, Meuzac, Les Amis du Père Castor, 2007.

8 Ibid.

9 Gilbert Delahaye, Marcel Marlier, Martine en voyage, Paris, Casterman, 1954, p. 6.

10 Grandes vacances, Éditions des enfants de France, 1953, p. 10-11.

11 « Extrait du schéma de la collection “Les Enfants du monde” », Archives du Centre de documentation du Père Castor, Forgeneuve, Meuzac, dossier 195.

12 Jean-Michel Guilcher, Gerda Müller, Jan de Hollande, Père Castor, 1954, p. 13.

13 Michèle Piquard, « Paul Faucher, concepteur des albums du Père Castor, sergent recruteur de la Nouvelle Éducation dans l’entre-deux-guerres », Recherches & éducations [En ligne], 4 mars 2011, mis en ligne le 15 novembre 2012, consulté le 11 février 2016. URL : http://rechercheseducations.revues.org/782.

14 Christian Jacob, L’Empire des cartes, Paris, Albin Michel, 1992, p. 15.

15 Ibid., p. 65.

16 Les géoramas font parties de ces quelques attractions géographiques apparues au début dans la première moitié du xixe siècle. Ils consistaient en des représentations sphériques inversées du globe terrestre sous la forme de sphères concaves.

17 Les lois Ferry de 1881-1882 imposent dans toutes les écoles de la République le mode d’enseignement simultané. Ce dernier consiste à ordonner l’école de manière que tous les élèves ou du moins une partie notable des élèves puissent recevoir ensemble l’enseignement sur les diverses parties du programme » (Ferdinand Buisson, Dictionnaire de pédagogie, 1887).

18 Stéphanie Condon, « Migrations antillaises en métropole. Politique migratoire, emploi et place spécifique des femmes », Les Cahiers du CERF, [En ligne], 8-9 | 2000, mis en ligne le 21 août 2009, consulté le 23 juin 2017. URL : http://cedref.revues.org/196.

19 Colette Ranely Vergé-Dépré, Les Antilles françaises en transition : de la relation privilégiée franco-française à l’ouverture internationale. Essai d’une géographie des transports, Villeneuve d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 1999.

20 Annie et Lucile Butel, Féfé des Antilles, Père Castor, 1962, p. 28.

21 Gilbert Grandval, ministre du Travail de 1962 à 1966. La convention organise le recrutement, la sélection et les conditions de séjour des travailleurs tunisiens en France.

22 Myriam Houri-Pasotti et Roger Turc, Habib, petit Tunisien, 1971, p. 32.

23 Pascal Marchetti, L’Usu corsu, Alain Piazzola, 2001.

24 Pascal Marchetti, U corsu senza straziu, Paris, Assimil, 2003.

25 Pascal Marchetti, May Angeli, Santu de Corse, Père Castor, 1976, p. 29.

26 Alexandre W. Siegel et Sheldon H. White, « The Development of spatial representations of large-scale environments », dans : H. W. Reese (éd.), Advances in Child Development and Behavior (vol. 10), New York, Academic Press, 1975, p. 9-55.

27 L’Italie : Paul François, Bénédicte de la Roncière, Antonio, un petit Italien (1959) – L’archipel antillais : Lucile et Annie Butel, Féfé des Antilles (1962) – Le Sénégal : Bénédicte de la Roncière, Assoua, petit Sénégalais de Casamance (1969) – Le côté est/sud-est de la France : Gaby Gozian et May Angeli, Sarah, petite fille du voyage (1969) – La Corse : Pascal Marchetti et May Angeli, Santu de Corse (1976).

28 Les « sociétés de travail » ont connu leur apogée pendant la seconde partie du xxe siècle en Afrique. Ces organisations ou sociétés paysannes concernaient surtout les jeunes qui formaient plusieurs groupes constitués d’individus de même sexe et de la même classe d’âge. C’était sur ces classes d’âge que s’appuyait le conseil des anciens ou des sages pour des travaux d’utilité collective : creusement de puits, destruction du tapis herbacé autour du village pour éviter la propagation d’éventuels feux de brousse…

29 Christophe Meunier, L’Espace dans les livres pour enfants, Rennes, P.U.R., 2016, p. 202.

30 Dans l’introduction à Habiter, le propre de l’humain, le philosophe Thierry Paquot revient sur la distinction qu’il convient de faire entre habitat et habitation. L’habitat est l’ensemble des « conditions de logement », aussi bien le milieu géographique que les mœurs, dans lesquelles l’homme évolue. L’habitation est le « fait d’habiter » propre à la personnalité de chacun. Elle constitue la demeure, souvent provisoire, d’un individu.

31 Le Kumpo est une figure mythologique des peuples manding de Casamance. Il est à la fois un masque et une danse qui permet d’éloigner les mauvais esprits. Le Kumpo est également le garant de certaines valeurs telles que l’ordre et la justice, la puissance et le sens des responsabilités.

32 Macouba est un village de la Martinique dans lequel se tient chaque année une fête patronale.

33 La paghjella est un chant traditionnel polyphonique corse interprété généralement par trois voix masculines.

34 Samuel Delépine, Atlas des Tziganes. Les dessous de la question rom, Paris, Autrement, 2012, p. 62-63.

35 Nicolas Bancel, « Que faire des postcolonial studies ? Vertus et déraisons de l’accueil critique des postcolonial studies en France », Vingtième siècle. Revue d’Histoire, Paris, n°115, 2012, p. 129-147.

36 Paul Faucher, op. cit., p.347.

37 Antoine de Saint-Exupéry, Terre des hommes (1939), in Œuvres complètes, Paris, La Pléiade, 1953, p. 333-334.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Guilcher, Cana, Mangazou le petit Pygmée (1952), p. 15-16 © Père Castor/Flammarion.
URL http://journals.openedition.org/strenae/docannexe/image/2706/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 5,6M
Légende Guilcher, Müller, Jan de Hollande (1954), p. 13-14 © Père Castor/Flammarion.
URL http://journals.openedition.org/strenae/docannexe/image/2706/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 5,8M
Légende Carte spatiogénétique de l’album Assoua, petit Sénégalais de Casamance (1969) © C. Meunier.
URL http://journals.openedition.org/strenae/docannexe/image/2706/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 568k
Légende Carte spatiogénétique de l’album Antonio, un petit Italien (1961) © C. Meunier.
URL http://journals.openedition.org/strenae/docannexe/image/2706/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 372k
Légende Carte spatiogénétique de l’album Habib, petit Tunisien (1971) © C. Meunier.
URL http://journals.openedition.org/strenae/docannexe/image/2706/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 384k
Légende Houri-Pasotti, Turc, Habib, petit Tunisien (1971), p. 16 © Père Castor/Flammarion.
URL http://journals.openedition.org/strenae/docannexe/image/2706/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Légende Synthèse des parcours spatiogénétiques des personnages du corpus © C. Meunier.
URL http://journals.openedition.org/strenae/docannexe/image/2706/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 201k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christophe Meunier, « Et si le Père Castor avait voulu sauver le monde ?
Du discours sur la diversité dans la collection « Les Enfants de la Terre »
 », Strenæ [En ligne], 14 | 2019, mis en ligne le 05 avril 2019, consulté le 22 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/strenae/2706 ; DOI : 10.4000/strenae.2706

Haut de page

Auteur

Christophe Meunier

ESPE Centre Val de Loire
Université d’Orléans

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals