Navigation – Plan du site
Dossier thématique

Le retour au pays
Un élément constitutif de l’identité arabe dans les albums du Moyen-Orient depuis les années 1970 (Égypte, Syrie, Liban)

Mathilde Chèvre

Résumé

L’exil et le fantasme, voire le mythe collectif, du retour au pays jouent un rôle fondateur dans l’émergence de la littérature de jeunesse et de ses structures éditoriales dans les pays du Moyen-Orient (Égypte, Syrie, Liban). Espace d’exaltation de la résistance palestinienne, voire appel à la lutte armée dans les années 1970, espace de conservation de la mémoire du sort subi par les Palestiniens, l’album est un lieu éminemment politique qui cristallise l’utopie d’une unité du monde arabe. Depuis les années 2000, on constate un traitement plus sentimental de ces motifs, souvent porté par la métaphore de l’envol, comme si le retour au pays devenait un rêve. Le discours en faveur du projet panarabe a par ailleurs laissé place à de nouvelles thématiques et c’est peut-être aujourd’hui dans le travail de création linguistique que proposent les albums, à l’intersection de l’arabe littéraire et des différents dialectes, qu’il faut lire les traces de ce projet identitaire, qui passerait par une réappropriation linguistique.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Le terme naksa découle du verbe nakasa qui évoque un renversement, une inversion intégrale de situa (...)
  • 2 Georgia MAKHLOUF, L’édition pour enfants au Liban et la production de dar al-Fata al-Arabi : le fon (...)

1Partir, et revenir parfois… L’exil et le fantasme, voire le mythe collectif, du retour au pays sont à l’origine même de la création arabe en littérature pour la jeunesse. L’exil forcé, devrait-on dire, l’exil vécu comme injuste et subi, l’exil de Palestine, qui devient au lendemain de la guerre de 1967 la cause identitaire commune du monde arabe, tandis que la lutte pour la cause palestinienne et la libération de la Palestine deviennent la pierre angulaire qui doit parachever la construction d’un monde arabe unifié. La guerre de 1967, autrement appelée en France « Guerre des six jours », est nommée la naksa1 par les Arabes. Dans sa thèse consacrée à la maison d’édition Dâr al-Fatâ al-‘Arabî2, Georgia Makhlouf montre bien l’interaction entre l’engagement dans la lutte pour la cause palestinienne, les tournants idéologiques et politiques de l’Organisation de Libération de la Palestine (OLP) après 1967 et la naissance de la première maison d’édition spécifiquement dédiée à la jeunesse dans le monde arabe :

  • 3 Idem, p. 19-20.
  • 4 Idem, p. 30.

C’est après la guerre de 1967 que les Palestiniens purent reprendre l’initiative politique et que le vieux slogan selon lequel l’Unité Arabe ouvrait la voie à la Libération de la Palestine fut inversé pour signifier que la Libération de la Palestine serait le chemin qui conduirait à l’Unité Arabe. [En 1968], l’OLP crée un « Centre de Planification » afin de coordonner ses différentes actions, de définir et prévoir les besoins et perspectives dans les domaines politique, social et éducatif. Composé essentiellement d’universitaires, il est dirigé par Nabîl Cha‘th qui sera également à l’origine de la création de Dâr al-Fatâ al-‘Arabî en 19743. […] C’est dans ce contexte qu’il faut appréhender la création de [cette maison d’édition] qui, par ses livres destinés à un usage extra-scolaire, tente donc de transmettre à l’ensemble des enfants arabes les fondements d’une identité politique spécifique. […] Il nous faut souligner ici qu’une des ambiguïtés du projet de Dâr al-Fatâ al-‘Arabî tient justement à une définition floue de ses destinataires. D’un côté, l’expérience palestinienne est unique et appelle des réponses particulières ; de l’autre côté, il s’agit dans le même temps de s’adresser à « l’enfant arabe » en général4.

2Cette ambiguïté permet à une génération d’intellectuels arabes de s’engager dans la création d’albums pour les enfants, avec pour mission d’écrire un avenir meilleur. Ce faisant, ils se décrivent, racontent leur temps et dessinent leur avenir idéalisé.

3Partir, et revenir parfois… Le thème de l’exil est donc d’abord associé dans les albums à la thématique de la lutte et de la résistance palestinienne, pour se déplacer au tournant des années 2000 vers un traitement plus sentimental souvent porté par la métaphore de l’envol, comme si le retour au pays devenait un rêve.

4Mais « l’exil » évoque aussi deux autres occurrences dans la création arabe en littérature pour la jeunesse : celle de l’exil économique, qui pousse à une redéfinition des rôles et places dans la famille du fait de l’absence du père ou des parents. Enfin et surtout, l’exil linguistique qui est le premier vécu par tout enfant arabe apprenant à lire et écrire, qui est au cœur même des préoccupations identitaires des éditeurs et des auteurs, et qui rejoint une autre thématique de ce numéro, celle du plurilinguisme et partant, des cultures plurielles.

L’exil et la lutte politique, l’exil et l’envol

Résister, se battre et recouvrer son pays : la lutte sera longue

  • 5 Zakaria TAMER, Mohieddine ELLABBAD, Al-bayt [La maison], Beyrouth, Dâr al-Fatâ al-‘Arabî, 1975.

5En 1975, l’un des premiers et le plus fameux des albums publiés alors s’intitule Al-bayt [La maison5], il commence comme une fable animalière par l’énumération des maisons habitées par différents animaux : au lapin son terrier, au cheval son écurie, à l’oiseau son nid. Le terme de « maison » est scandé. Plus qu’à des constructions, il est associé à des territoires et à une relation évidente, affective et, partant, légitime entre l’habitant et son habitation. Puis vient la maison des humains, le lieu « qui apporte à l’homme la sécurité et le bonheur ». Le Palestinien, lui, n’habite pas dans sa maison car sa maison est habitée par l’ennemi du Palestinien. La maison du Palestinien est en Palestine, le Palestinien n’a qu’une solution pour reprendre sa maison, celle des armes, et il se battra, car « la maison du Palestinien est au Palestinien ». Le petit livre est un appel direct au combat et à la lutte armée. Le texte est didactique, les mots « Palestinien » et « Palestine » sont martelés comme dans un chant guerrier. Le fusil dessiné en avant-dernière page sur fond rouge (comme le sang) est entouré d’un grand soleil et d’une lune : le combat sera long, mais il est vital.

6

Mohieddine ELLABBAD, Al-bayt [La maison], Beyrouth, Dâr al-Fatâ al-‘Arabî, 1975, © Mohieddine Ellabad et Dâr al-Fatâ al-‘Arabî.

7La maison du Palestinien est représentée à deux reprises sur deux pages distinctes : telle qu’elle est aujourd’hui, cernée de flammes et sans vie, et telle qu’elle sera demain, habitée par le Palestinien au milieu d’arbres chargés de fruits, de fleurs et de palmiers. Les illustrations sont codées et sans équivoque : l’ennemi est de profil, le nez crochu, l’œil noir et le sourcil froncé, engoncé dans un char marqué d’une étoile, et bien qu’il ne soit jamais nommé, chacun le reconnaît comme étant israélien.

  • 6 Zayn al-‘Abidîn HUSSAYNI, HIGAZI, Hila zakiya [Une ruse maligne], Beyrouth, Dâr al-Fatâ al-‘Arabî, (...)

8Dans le même esprit, Hila zakiya [Une ruse maligne6] raconte l’histoire d’un petit garçon qui observe les grenades attachées à la ceinture du soldat israélien et imagine une ruse vengeresse : il court chercher une aubergine et la lance sus aux soldats ennemis, lesquels apeurés s’enfuient en abandonnant leurs armes, que le petit garçon offre à son père, le paysan palestinien. Le texte est placé en prologue sur deux pages, il énonce la « morale de l’histoire » selon laquelle les enfants peuvent participer à la lutte pour le retour au pays, avec leurs propres moyens. Par la suite, la narration et la description de cette « ruse maligne » sont exclusivement portées par l’image. L’illustration réinvestit les codes de la représentation de l’ennemi de profil, le nez crochu, montrant les dents et portant un casque où figure une étoile à six branches. Les armes et les ennemis sont peints dans des camaïeux de rouge, couleur du feu et du sang, tandis que les Palestiniens arborent le vert, couleur de la vie, de la terre, de l’Islam et du drapeau palestinien.

9Les exemples qui associent l’exil à la lutte pour la cause palestinienne pourraient être multipliés à l’envi. Pourtant, si les années 1970 associent cette lutte à la résistance par la ruse et par les armes, les années 2000 traitent le même thème avec la métaphore de l’envol.

Le déplacement de la question palestinienne : le retour au pays fantasmé et l’image de l’envol

  • 7 Fondée à Beyrouth en 1987, Dâr al-Hadâ’iq (Les édition des jardins) est la première maison d’éditio (...)
  • 8 Samira KHOURY, Hilmi TOUNI, Al-faracha al-hamra [Le papillon rouge], Beyrouth, Dâr al-Hadâ’iq, 2005

10En 2005, au lendemain de l’échec des accords d’Oslo et de la seconde intifâda, la maison d’édition Dâr al-Hadâ’iq7 réinvestit les chemins de la lutte pour la cause palestinienne en publiant Al-faracha al-hamra [Le papillon rouge8], l’histoire d’un papillon qui voudrait voler librement de jardin en jardin et d’arbre en arbre… Les illustrations représentent un petit papillon rouge (métaphore de l’humain et de l’enfant) volant librement de jardin vert en jardin vert, d’une rose rouge à une autre rose rouge, se posant sur la branche verte d’un arbre… Son chemin est dessiné par des pointillés blancs, tout comme le cerné des formes, blanc. L’illustration est entièrement peinte aux couleurs du drapeau de la Palestine. Le texte poétique raconte la quête impossible de ce papillon hanté par son désir de voir le monde, wa-shawqu-ha kabîr et son désir est grand. Le rythme et le vocabulaire du poème sont redondants, circulaires, tel un désir inassouvi qui tourne et tourmente l’être, telle une envie obsédante qui se heurte à l’impossible. Le livre se termine par un extrait de la Déclaration des Droits de l’Homme sur la libre circulation des êtres humains d’un pays à l’autre. Rien n’est didactique dans cet album, tout est fait d’allusions à la cause palestinienne. La ronde circulaire du texte, le vol impossible du papillon évoquent mieux que tout discours le sentiment d’enfermement ressenti dans l’enceinte des frontières des territoires palestiniens. C’est une nouvelle forme de lutte que propose Hadaek, celle qui consiste à éveiller la compassion participative de l’enfant arabe pour le peuple palestinien à travers une allégorie champêtre.

  • 9 Mohamed Ali CHAMSEDDINE, Hilmi TOUNI, Al-aouda ilal-manzil [Le retour à la maison], Beyrouth, Dâr a (...)
  • 10 Sur l’image des martyrs du hezbollah, voir Kinda CHAIB, « Le Hezbollah libanais à travers ses image (...)

11Quelques années auparavant, la même maison avait publié le seul album pour la jeunesse traitant de l’occupation du Sud-Liban (1982-2000) avec Al-aouda ilal-manzil [Le retour à la maison9], l’histoire d’un retour imaginaire dans la zone alors occupée par Israël. Un papa et sa petite fille partent dans les airs découvrir leur terre d’origine, ils volent dans le ciel tels des colombes. L’oiseau rappelle les images produites aujourd’hui par le Hezbollah pour honorer la mémoire des martyrs de la région, symbolisés tantôt par des roses ou tulipes rouges, tantôt par des colombes10. Par le truchement de ce rêve éveillé, la situation de l’occupation du Sud-Liban et de l’impossible retour au pays sont racontés à l’enfant. Les illustrations et la légèreté du vol permettent d’évoquer un sujet politique tendu. L’aboutissement du voyage onirique permet les retrouvailles avec un territoire inaccessible car occupé, où les gens vivent, où les femmes font le feu et préparent le repas tandis que les hommes gardent les troupeaux et se baignent avec les enfants dans le fleuve Litanî. La mosquée est au cœur du village « tel un phare » et lance son appel pour le rassemblement, tandis qu’au sud, comme en réponse, retentissent des explosions. L’évocation onirique, apaisée et quotidienne du Sud-Liban rural et champêtre, mais cerné de barbelés et menacé par les bombardements ennemis, rappelle les images d’une Palestine rêvée. Ainsi, ce Retour à la maison induit un glissement, permet d’élargir le thème de la nostalgie de la terre perdue, inaccessible, du retour impossible vers un territoire occupé et opprimé au-delà de la question du Sud-Liban et d’évoquer de façon implicite la question palestinienne.

  • 11 Fatima CHARAFEDDINE, Amal KARZAY, Law kunt tayran [Si j’étais un oiseau], Émirats Arabes Unis, Kali (...)

12En 2009, nouvelle évocation de la terre perdue et du retour au pays, et nouvelle métaphore de l’envol à travers la question du mur construit par Israël entre son territoire et les territoires palestiniens, une « muraille de protection » pour ses partisans, et un « mur de la honte » (en référence au mur de Berlin) ou « mur de séparation raciale » (jidar al-fasl al-ounsori) pour ses opposants. Law kunt tayran [Si j’étais un oiseau11] est l’histoire d’un enfant enfermé, qui vit « du côté gris », un enfant de Palestine, aujourd’hui. Premier album à aborder ce sujet dans le monde arabe, il s’efforce de présenter l’exil des réfugiés palestiniens comme un fait historique, là où beaucoup d’albums se contentent de le considérer comme un fait inique. Et il (re)visite aussi les grands thèmes liés à la question palestinienne : la maison perdue, le droit au retour symbolisé par la clef conservée par les exilés ou par leurs descendants, la question de la gestion de l’eau.

Amal KARZAY, Law kunt tayran [Si j’étais un oiseau], Émirats Arabes Unis, Kalimât, 2009, © Amal Karzay et Kalimât.

13Sur la couverture de l’album un enfant dessine à même un mur gris des fleurs, des ballons et un oiseau dont l’apparition se fait en trois temps. La décomposition de l’image évoque l’envol : d’emblée, la poésie apparaît comme la seule échappatoire possible. Le cadrage adopte le point de vue de l’oiseau, en première page, il survole une terre tranchée en deux. Vu d’en haut, le mur est une large courbe grise, un cercle qui se perd dans le hors-champ. Dans une sorte de bocal rond, une cartographie de l’intérieur du cercle est donnée à voir : des points, des cubes, des traits entremêlés pour signifier des gens, des maisons serrées reliées par des fils électriques. Le tout ressemble à une toile d’araignée dans laquelle les éléments graphiques, humains et architecturaux, semblent pris au piège et serrés dans un étau. À l’extérieur l’espace est ouvert et clair, les maisons larges et les vasques d’eau évoquent la fraîcheur. Le mur est une ligne entre deux mondes profondément inégaux.

14Illustration après illustration, le mur enserre les gens et le dessin, dont la perspective est déformée par un effet de grand angle, renforce la sensation de bocal fermé. Sur les parois sont dessinés des loups dévoreurs face à des mains faisant le V de la victoire. Un combat à mains nues contre des fauves. Des photos de martyrs se devinent entre les dents, dont le portrait d’un petit enfant. À l’intérieur du cercle, on vit avec la mort, on rend hommage aux martyrs, on résiste et on lutte.

  • 12 Idem, pp. 3 à 6.

15Le mot « mur » est scandé par le texte, maintes fois répété par l’enfant qui s’y frotte et s’y colle pour écouter la vie de l’autre côté. « Notre maison est de l’autre côté du mur. Je me souviens du jardin dans lequel je jouais, là-bas. Je me souviens de ma chambre, de mon lit, de mes jeux12. » Le texte et l’image s’accompagnent, sans se chevaucher, pour évoquer la perte de la maison, lieu de mémoire, de vie heureuse, mais aussi espace intime. L’intimité s’est perdue dans la densité du ghetto intérieur.

16En page de titre, le livre s’ouvre sur l’image d’une longue file d’exilés : la litanie des opprimés de tous les temps qui forment une grande ligne de corps courbés et fatigués. Les oliviers plantés sur le haut des collines évoquent la Palestine, vaste et verte, que l’on a laissée derrière soi. Quelques pages après, même image, avec, en tête de file, la famille dont le livre raconte l’histoire. Les corps longs et maigres forment un petit groupe resserré sur lui-même pour se protéger, dans un mouvement circulaire qui les unit pour former un chœur. Le jeune garçon, héros de l’histoire, tient dans ses mains crispées le jouet qu’il a emporté avec lui, un lapin. Tout ici évoque l’effort et la dureté de cette expérience.

Je me souviens du jour où ils nous ont fait partir de notre maison. Ils ont dit : « Allez-vous-en ! » Ils ont hurlé : « Allez-vous-en, ou sinon… » Et lorsque nous n’avons pas quitté les lieux, ils nous ont fait peur avec leurs armes. Ils nous ont fait partir de notre maison. Ils ont pris notre maison et ils y ont mis une famille venue d’un pays lointain. Nous ne sommes pas les seuls. Nos voisins aussi ont laissé leur maison et sont partis.

17Si j’étais un oiseau donne la version arabe d’une histoire, celle du départ des Palestiniens : les menaces, l’exil forcé pour loger de nouvelles familles fraîchement immigrées. Parallèlement, le livre énumère les injustices subies : la perte des terres, l’occupation des maisons, la vétusté des nouvelles conditions de vie, l’opposition criante entre les deux côtés. C’est aussi le premier album pour la jeunesse qui aborde la question de l’eau, l’inégalité de sa gestion et de son utilisation de part et d’autre du mur avec, d’un côté, un désert gris et, de l’autre, une « oasis » de vasques et de piscines.

18L’album entier est construit sur un principe de dualité. L’image est déchirée par le mur, l’histoire est déchirée entre l’avant et le présent, entre le « eux » et le « nous ». Cette construction duelle donne corps au sentiment d’injustice que souligne la différence de statut, le « fossé » qui sépare les deux univers. Face à cette injustice, l’enfant interroge l’adulte : « Pourquoi ont-ils une piscine construite sur le terrain de notre maison quand nous vivons ici ? » demande-t-il à sa mère en levant un doigt inquisiteur. La mère l’aide à se contenir, elle lui caresse le visage, apaise sa colère. Elle semble tout à la fois lui tenir la tête haute et le retenir. Trente ans plus tôt, la maman d’Usâma bénissait son enfant et l’envoyait au combat, tandis que sa petite sœur enviait son destin. Ici, l’attitude maternelle est résignée. En vis-à-vis de l’image, une phrase est soulignée en gras : « Cela me rend très triste », que semble hurler l’enfant pour dire que l’injustice est une violence insupportable. Le père répond à la question de son enfant : « Un jour, nous retournerons dans notre maison, mon chéri. Regarde ! Voilà la clef de notre maison, nous l’avons toujours. Nous y retournerons un jour… » Il brandit une clef au-dessus du mur, son bras s’élève dans le ciel au-delà de la ligne d’horizon. Par un effet magique, la clef efface le mur qui se transforme en colline. L’illustration entoure la clef d’un voile blanc, comme si réellement un acte surnaturel était à l’œuvre : la dernière solution pour lutter en Palestine serait-elle la magie ? Et l’envol poétique l’unique échappatoire ?

19Album après album, l’image de l’oiseau et la métaphore du vol imaginaire comme échappatoire ou comme moyen de retour au pays remplacent, depuis le début des années 2000, l’appel à la lutte armée en réponse à l’exil forcé. Dans l’ensemble de ce corpus, on perçoit, en creux, l’impact de cette question éminemment politique sur les trajectoires collectives, l’ordre familial et social, et sur les parcours de vie.

L’exil économique et la transformation du tissu familial en Égypte : histoires de femmes

20Autre exil, autre rupture sociologique et familiale : le mouvement migratoire des hommes en quête de revenus meilleurs, en particulier vers les pays du Golfe et l’Arabie Saoudite, constitue une manne financière majeure et l’une des premières ressources du PIB égyptien. L’absence du père, du frère, de l’oncle, parfois même des deux parents et les bouleversements sociologiques qui s’ensuivent font l’objet de nombreux récits. Dans l’album, le thème est maintes fois abordé à travers le regard de l’enfant et souvent traité via l’histoire des mères.

  • 13 Fatima MAADOUL, Rabab HAKIM, Wazîfa li-Mâmâ ? [Un travail pour Maman ?], Le Caire, Nahdat Misr, 201 (...)

21L’album égyptien Wazîfa li-Mâmâ ? [Un travail pour Maman ?13] questionne les raisons qui conduisent une femme à travailler. Dans cette histoire, c’est la défaillance de l’homme, un mari travailleur émigré comme l’Égypte en connaît beaucoup, un père absent comme les enfants en connaissent tant, qui pousse la femme à travailler. Car cet homme envoie de moins en moins d’argent, puis un jour plus du tout, et ne revient pas pour autant. Alors Maman cherche du travail, mais n’en trouve pas et la maison devient triste. L’histoire raconte la quête secrète et émouvante des deux enfants qui s’investissent de la responsabilité de trouver un travail pour leur maman et se frottent aux rigueurs du monde du travail. Malgré l’ingéniosité et l’audace de la petite fille accompagnée par son frère, toujours un peu derrière, leur quête reste vaine car le monde du travail est principalement réservé aux hommes et aux diplômés. Par le biais des métiers que les enfants choisissent pour leur mère, l’histoire dessine son portrait : elle sait bien cuisiner (les enfants la proposent au poste de cuisinier), elle sait bien les soigner (ils l’imaginent volontiers pharmacienne), elle sait bien les élever et les choyer (leur maman pourrait être nourrice, mais ils ne veulent pas se passer d’elle), elle sait bien les aider pour leurs devoirs (ils postulent pour qu’elle devienne institutrice), enfin, elle sait bien coudre, et seul le couturier accepte de la rencontrer et de l’embaucher à ses côtés.

22Cette recherche d’Un travail pour Maman permet de décrire le dur labeur de celle-ci au quotidien et d’aborder la question de la condition d’une mère égyptienne, reconnue capable par ses enfants et par la société de les élever en tous points, seule face à l’exil des hommes, mais qui se heurte au dehors à un monde du travail encore largement inaccessible aux femmes, en particulier si elles n’ont pas eu l’occasion ni les moyens de faire des études.

  • 14 Fatima MAADOUL, Hilmi TOUNI, Anâ wa-jaddatî [Ma grand-mère et moi], Le Caire, Shorouk, 2005.

23De la même auteure, Anâ wa-jaddatî [Ma grand-mère et moi14] est l’un des premiers livres à décrire le lien intergénérationnel singulier entre une grand-mère qui rajeunit beaucoup au contact de son petit-fils, lequel mûrit beaucoup au contact de sa grand-mère. Pour l’un comme pour l’autre, le point de départ est un changement obligé : le papa est un travailleur émigré qui tombe malade, la maman part le rejoindre pour le soigner et leur enfant doit être gardé chez sa grand-mère Karima. Grand-mère mène une vie statique et souffre d’un diabète drastique, le docteur l’a bien dit : il lui faut changer de vie. Alors ensemble, grand-mère et petit-fils changent de vie. Sous l’influence de l’enfant, la vieille dame s’ouvre à la modernité : elle troque ses vieilles chaussures contre des baskets jaunes plus commodes pour marcher, elle délaisse sa vieille robe noire pour des vêtements de sport plus agréables à porter. Elle change de vie, mange des fruits et se met à courir le Caire qui redevient une aire d’aventures. Pour accompagner sa grand-mère qui l’aide à oublier sa mère, l’enfant réfléchit, mûrit et grandit. L’histoire devient de plus en plus loufoque lorsque tous deux décident d’acheter une voiture Volkswagen rose pour agrandir leur champ d’expérimentation. Petit-fils et grand-mère cherchent une voiture sur internet, vendent le mobilier inutile de la vieille maison pour pouvoir la payer, embauchent une chauffeuse car Grand-mère a décidé qu’il était important de faire travailler une femme. Leur aventure croise le combat féministe, la revendication pour la liberté personnelle et résonne comme une incantation pour la rencontre entre les générations. Ensemble, l’un pour l’autre, les deux héros deviennent anti-conventionnels et traversent les frontières convenues, ils s’inventent une vie libre, drôle et frappante d’originalité. Anâ wa-jaddatî est l’histoire d’une libération et d’une renaissance mutuelle, devant laquelle même la maman reste étonnée.

L’exil linguistique : faire de l’exil une richesse

24Mais le premier exil pour un enfant arabe qui découvre un album est celui de la lecture en elle-même. Car tout enfant qui apprend à lire et à écrire l’arabe « littéraire » découvre une langue différente de l’arabe « dialectal » qu’il entend et parle au quotidien, une langue plus ardue d’un point de vue grammatical et syntaxique, au lexique plus varié. L’album lui devient-il alors étranger ? De quel monde l’album peut-il parler à son lecteur dans cette langue autre ?

  • 15 Georgine AYOUB, « Parier sur la langue » dans Boutros HALLAQ, Heidi TOELLE (Dir.), Histoire de la l (...)
  • 16 Idem, p. 292.
  • 17 Article du poète libanais, Ibrâhîm al-YAZIJI (1847-1906) cité par Georgine AYOUB dans « Parier sur (...)

25Dès le xixe siècle, le grand pari de la renaissance arabe, la nahda, et la grande affaire des intellectuels arabes, c’est « le lexique, tout le lexique15 » : le premier défi relevé par les intellectuels est de trouver les mots pour nommer le réel et se l’approprier dans une langue arabe écrite, qui souffre de léthargie depuis plusieurs siècles. Les mots du dictionnaire arabe manquent pour désigner le présent : « Que servent les mille noms de l’épée si même la plume la plus affûtée reste muette, dans l’impouvoir de nommer les meubles de la chambre à coucher de celui qui la tient16 ? », interroge Georgine Ayoub se faisant l’écho du désarroi des intellectuels d’alors. Et en cette circonstance, rien ne leur sert « des 80 noms du miel, des 200 noms du vin, des 500 noms des lions, des 1 000 du sabre, des 1 000 autres du bétail, des 4 000 noms du malheur17 » dont regorgent les dictionnaires de la poésie et de la littérature classiques arabes.

26À plus d’un siècle de distance, c’est toujours la même question qui anime et interpelle les auteurs contemporains en littérature pour la jeunesse : les réformateurs établissent des listes de mots puisés dans la langue parlée et les intronisent dans leur dictionnaire littéraire. Leur souci est de dire le réel de l’enfant avec des mots qu’il puisse comprendre et qui fassent écho au dictionnaire de son quotidien.

27À travers la quête d’un nouveau lexique, les réformateurs de la nahda rénovent la façon de voir le monde dans un processus de réappropriation historique, éclairé par Georgine Ayoub :

  • 18 Idem, pp. 297-298.

Fut ainsi reposée toute la question du rapport de la langue au temps et à l’époque. […] Furent remis également en cause le rapport de la langue au monde, à la communauté linguistique, aux autres langues, à la transcendance divine. Car pouvoir dire le monde permet de se l’approprier. Pendant des siècles, les Arabes ont désigné la langue arabe comme « la langue de l’autre » : kalâmu-hum (leur langue) comme disent les traités classiques, qui ne désignent jamais l’arabe comme « notre langue ». […] La langue dès lors se caractérise par son extériorité radicale. Elle sera donc, tout au long de son histoire, la « langue de l’Absent ». […] En affirmant avec force la relation de la langue à la communauté linguistique qui la parle (relation de reflet et de registre), [les intellectuels de la nahda] affirment à la fois l’historicité de la langue – son histoire, sa vie même dépendent de la vie de la société qui la parle – et son immanence18.

  • 19 Cité dans Yasir SULEIMAN, « Nationalism and the Arabic Language: an Historical overview », dans Ara (...)
  • 20 Entretien avec Fatima CHARAFEDDINE, auteure libanaise, Beyrouth, janvier 2011.
  • 21 La collection Histoires d’un enfant de Beyrouth comprend cinq titres publiés entre 2004 et 2007 par (...)

28Ainsi, le travail de rénovation du lexique tisse-t-il un lien entre langue et identité, dont découle historiquement le nationalisme arabe. « La langue n’est pas seulement un moyen de communication, mais la substance essentielle et l’âme de la culture d’un peuple, dont elle incarne et organise les concepts et les idées », écrit Sâti‘ al-Husrî19. La création littéraire contemporaine des auteurs pour la jeunesse apparaît dès lors comme un projet éminemment identitaire par le biais d’une réappropriation linguistique. Leur intention est que les enfants lisant ces albums pensent : « ce sont nos livres car ils sont écrits dans notre langue20 ». À ce titre, la note d’intention qui précède tous les albums de la collection « Histoires d’un enfant de Beyrouth » écrite par Samâh Idrîs est un exemple parlant21 :

Cette collection raconte les histoires d’un enfant de Beyrouth, dans une langue qui tente de se rapprocher de notre parler quotidien, loin de « la langue docte », cette « homélie », qui demeure le trait distinctif de la plupart des livres pour enfants. Cette collection essaie aussi d’alléger la perplexité des enfants (que ressentent avec eux la plupart des familles !) face à la langue arabe.

  • 22 Abdelfattah KILITO, Tu ne parleras pas ma langue, Arles, Sindbad/Actes Sud, 2008, 108 p.
  • 23 Yves GONZALEZ-QUIJANO, « Un coup de jeune pour l’arabe : la langue métissée de l’internet », op. ci (...)

29Cette tirade est volontairement écrite dans un arabe très châtié, comme pour préciser de façon implicite que le choix d’une langue proche du langage parlé n’est pas un défaut de culture linguistique et littéraire, mais une volonté de relier les histoires écrites aux histoires vécues. Reprenant cette problématique dans Tu ne parleras pas ma langue, Abdelfattah Kilito interroge le tiraillement qui résulte de l’usage de deux langues par un même locuteur22. Or, nous l’avons vu, tout enfant arabe qui apprend à lire et à écrire apprend une deuxième langue. À ne pouvoir décrire le monde bien qu’il sache lire et écrire, à ne pouvoir l’écrire bien qu’il puisse le dire dans une langue du quotidien, l’enfant développe-t-il fatalement une schizophrénie ? C’est cette rupture que les créateurs contemporains veulent amenuiser en construisant des marches entre le réel de l’enfant et le monde de l’écrit. Leur ambition recoupe en cela l’évolution de la langue arabe remodelée par les pratiques de l’internet qui tend vers une diglossie, « ou, si l’on préfère, de la coexistence de registres très différents de la langue, allant du plus dialectal au plus savant, selon les circonstances et les besoins du locuteur23 ».

30Pour construire la passerelle entre la réalité vécue par l’enfant et les livres qu’il lit, certains assurent que l’essentiel réside dans le choix des thématiques, d’autres mettent l’accent sur l’importance de rénover le lexique, tous cherchent à éveiller le plaisir de lire chez l’enfant par l’ancrage des albums dans son monde quotidien et par la beauté de l’écriture en soi, tous cherchent à faire de l’exil linguistique une richesse plutôt qu’une béance.

Conclusion

31Partir, et revenir parfois… L’évocation de l’exil évolue au fil du temps et au gré des histoires nationales : les albums délaissent la revendication politique panarabe qui trouve son expression dans la lutte pour la cause palestinienne, au profit d’une identité au territoire géographique et idéologique plus conscrit qui trouve son expression dans des approches différenciées de sujets tels que la nation, la guerre, la communauté.

32Si les années 1970 ont largement focalisé le discours politique autour de la lutte pour la cause palestinienne et l’énoncé du projet panarabe, les années 2000 voient émerger de nouvelles thématiques en prise avec l’actualité et les réalités nationales. Les Arabes ne parlent plus d’une seule et même voix. Ainsi, tandis que les maisons libanaises publient des ouvrages sur des situations d’occupation ou de guerre contemporaines, l’Égypte, « en paix » depuis trois décennies avec ses ennemis extérieurs, publie des ouvrages dénonçant l’absurdité même de l’idée de guerre.

33Il arrive même que les Arabes ne parlent plus d’une seule et même langue, puisque l’ancrage national se caractérise dans certains albums par une écriture proche de la langue vernaculaire. Et lorsqu’un album libanais parvient entre les mains d’un enfant marocain, il l’invite alors à un voyage vers un ailleurs à la fois proche et différent, un si proche Orient dont il comprend la langue et les codes tout en percevant ses nuances. La réciproque est vraie, lorsque les chemins poussifs de la diffusion-distribution entre pays arabes permet aux livres de traverser les frontières.

  • 24 Edward W . SAID, Réflexions sur l’exil et autres essais, Arles, Actes Sud, 2008, 768 p.

34Revenons, pour finir, sur les mots de l’intellectuel palestinien Edward Saïd dans son ouvrage Réflexions sur l’exil24, et ainsi, de la Palestine à la Palestine, notre voyage sera terminé :

J’ai défendu l’idée que l’exil peut engendrer de la rancœur et du regret, mais aussi affûter le regard sur le monde. Ce qui a été laissé derrière soi peut inspirer de la mélancolie, mais aussi une nouvelle approche. Puisque, presque par définition, exil et mémoire sont des notions conjointes, c’est ce dont on se souvient et la manière dont on s’en souvient qui déterminent le regard porté sur le futur.

Haut de page

Notes

1 Le terme naksa découle du verbe nakasa qui évoque un renversement, une inversion intégrale de situation telle une culbute ou une chute « cul par-dessus tête », en l’occurrence, une défaite inattendue, rapide et, partant, suprêmement humiliante. L’Histoire se renverse en 1967 lorsque les Arabes perdent contre Israël en six jours une guerre qui devait réhabiliter « leurs droits et leur honneur, et mettre fin aux années d’occupation et de colonisation sioniste en Palestine ».

2 Georgia MAKHLOUF, L’édition pour enfants au Liban et la production de dar al-Fata al-Arabi : le fonctionnement de l’idéologie dans les livres illustrés (1975-1980), thèse de doctorat, EHESS, 1982.

Dâr al-Fatâ al-‘Arabî est la première maison d’édition spécifiquement dédiée aux albums pour enfants dans le monde arabe. Fondée en 1974 à Beyrouth, elle y publie ses premiers albums en 1975 et rassemble des auteurs et illustrateurs venus de plusieurs pays arabes. Son directeur artistique Mohieddine Ellabbad était égyptien, il rassembla autour de lui une génération qui posa les jalons thématiques et graphiques de la création arabe en littérature pour la jeunesse.

3 Idem, p. 19-20.

4 Idem, p. 30.

5 Zakaria TAMER, Mohieddine ELLABBAD, Al-bayt [La maison], Beyrouth, Dâr al-Fatâ al-‘Arabî, 1975.

6 Zayn al-‘Abidîn HUSSAYNI, HIGAZI, Hila zakiya [Une ruse maligne], Beyrouth, Dâr al-Fatâ al-‘Arabî, 1975.

7 Fondée à Beyrouth en 1987, Dâr al-Hadâ’iq (Les édition des jardins) est la première maison d’édition exclusivement spécialisée en création arabe pour la jeunesse au Liban depuis Dâr al-Fatâ al-‘Arabî. Elle est l’œuvre d’une femme, Nabîha Muhaydlî. Après des débuts spécialisés dans la publication de revues pour les enfants (Ahmed, puis Tûta Tûta pour les plus petits), la Dâr al-Hadâ’iq s’est lancée dans la publication d’albums de jeunesse entièrement créés et illustrés par des auteurs arabes, dont Nabiha Muhaydlî, qui signe bon nombre des livres qu’elle édite. Cette maison joue un rôle novateur et moteur, tant au niveau des thématiques que de la facture des livres. Au regard de sa production, on a le sentiment que cette maison a posé, avec une belle décennie d’avance, les jalons de la production contemporaine.

8 Samira KHOURY, Hilmi TOUNI, Al-faracha al-hamra [Le papillon rouge], Beyrouth, Dâr al-Hadâ’iq, 2005.

9 Mohamed Ali CHAMSEDDINE, Hilmi TOUNI, Al-aouda ilal-manzil [Le retour à la maison], Beyrouth, Dâr al-Hadâ’iq, 1995.

10 Sur l’image des martyrs du hezbollah, voir Kinda CHAIB, « Le Hezbollah libanais à travers ses images : la représentation du martyr », dans Sabrina MERVIN (dir.), Les mondes chiites et l’Iran, Paris, Karthala/IFPO, 2007, pp. 113-131.

11 Fatima CHARAFEDDINE, Amal KARZAY, Law kunt tayran [Si j’étais un oiseau], Émirats Arabes Unis, Kalimât, 2009.

12 Idem, pp. 3 à 6.

13 Fatima MAADOUL, Rabab HAKIM, Wazîfa li-Mâmâ ? [Un travail pour Maman ?], Le Caire, Nahdat Misr, 2010.

14 Fatima MAADOUL, Hilmi TOUNI, Anâ wa-jaddatî [Ma grand-mère et moi], Le Caire, Shorouk, 2005.

15 Georgine AYOUB, « Parier sur la langue » dans Boutros HALLAQ, Heidi TOELLE (Dir.), Histoire de la littérature arabe moderne, Arles, Sindbad/Actes Sud, 2007, p. 291.

16 Idem, p. 292.

17 Article du poète libanais, Ibrâhîm al-YAZIJI (1847-1906) cité par Georgine AYOUB dans « Parier sur la langue », op. cit, p. 292.

18 Idem, pp. 297-298.

19 Cité dans Yasir SULEIMAN, « Nationalism and the Arabic Language: an Historical overview », dans Arabic Sociolinguistics: Issues and Perspectives, Curzon Press, Richmond, 1994, p. 13.

20 Entretien avec Fatima CHARAFEDDINE, auteure libanaise, Beyrouth, janvier 2011.

21 La collection Histoires d’un enfant de Beyrouth comprend cinq titres publiés entre 2004 et 2007 par les éditions Dâr al-Âdâb li-l-Sighâr.

22 Abdelfattah KILITO, Tu ne parleras pas ma langue, Arles, Sindbad/Actes Sud, 2008, 108 p.

23 Yves GONZALEZ-QUIJANO, « Un coup de jeune pour l’arabe : la langue métissée de l’internet », op. cit. Pour aller plus loin sur l’impact du développement de l’internet sur l’évolution des pratiques langagières et plus largement sur l’élaboration d’un langage par la jeunesse arabe pour inventer une nouvelle manière d’être arabe, voir du même auteur Arabités numériques, Arles, Sindbad/Actes Sud, 2012, 186 p.

24 Edward W . SAID, Réflexions sur l’exil et autres essais, Arles, Actes Sud, 2008, 768 p.

Haut de page

Table des illustrations

Crédits Mohieddine ELLABBAD, Al-bayt [La maison], Beyrouth, Dâr al-Fatâ al-‘Arabî, 1975, © Mohieddine Ellabad et Dâr al-Fatâ al-‘Arabî.
URL http://journals.openedition.org/strenae/docannexe/image/2742/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 760k
Crédits Amal KARZAY, Law kunt tayran [Si j’étais un oiseau], Émirats Arabes Unis, Kalimât, 2009, © Amal Karzay et Kalimât.
URL http://journals.openedition.org/strenae/docannexe/image/2742/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 3,4M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mathilde Chèvre, « Le retour au pays
Un élément constitutif de l’identité arabe dans les albums du Moyen-Orient depuis les années 1970 (Égypte, Syrie, Liban)
 », Strenæ [En ligne], 14 | 2019, mis en ligne le 05 avril 2019, consulté le 22 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/strenae/2742 ; DOI : 10.4000/strenae.2742

Haut de page

Auteur

Mathilde Chèvre

Chercheuse associée IREMAM
Aix-en-Provence

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals