Navigation – Plan du site
Dossier thématique

« La terre nous est étroite1 » ou la représentation de l'étranger dans L’Île d'Armin Greder

Éléonore Hamaide-Jager

Résumé

L’album d’Armin Greder L’Île s’impose comme une puissante dénonciation du rejet de l’étranger dans une société atemporelle, difficilement localisable. Confronté à un groupe d’individus qui condamne à une mort certaine un individu démuni qu’ils ont d’abord recueilli, le lecteur est invité à prendre position face à cette violence faite à l’Homme. Le riche intertexte, entre robinsonnade, dystopie, mythe biblique et réinterprétation métaphorique de génocide, dépasse le seul récit singulier pour proposer une réflexion universelle sur ce qui fonde l’être humain. La construction complexe de l’album, entre retour du même et éclatement de l’image, fait de l’ouvrage de Greder un incontournable atypique de la littérature de jeunesse engagée, au parcours éditorial très significatif.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Cette citation est le titre d’un poème de Mahmoud Darwich, grand poète palestinien qui a largement (...)
  • 2 À titre d’exemple, il est possible de citer aussi bien Refugiada de Tessa Julià et Anna Gordillo (L (...)
  • 3 La traduction de la Compagnie Créative sera la version de référence dans le cadre de cet article.
  • 4 La question de la migration, de l’accueil des populations et de la capacité d’une nation à intégrer (...)

1À l'heure où Lampedusa n'est plus synonyme d'île de rêve, les ouvrages concernant les migrants, le droit d'asile ou l'exil commencent à être légion en littérature de jeunesse2. Cependant, en 2002, la maison allemande Sauerländer publiait déjà un album coup de poing, Die Insel d’Armin Greder, traduit en français dès 2005 par la Compagnie Créative3. L’Île dépeint de manière très noire l'impossibilité à accepter l’autre. Si une partie de la production en littérature de jeunesse est loin des stéréotypes ou de la mièvrerie que le grand public veut parfois lui accoler, cet album semble cependant très atypique par son usage du noir et blanc lié à une grande cruauté des personnages, un pessimisme patent et une clôture très négative. Bien que cet album soit accessible à des enfants d'une dizaine d'années, il est pourtant perçu comme difficile et mérite qu'on propose quelques pistes et perspectives d’analyse, en s'attachant en particulier à la représentation de l'étranger au prisme de grands mythes ou d'événements historiques passés. Après une rapide présentation des caractéristiques de l’album, le présent article tente, par une analyse ciblée, de répondre à deux interrogations : en quoi la perspective littéraire et historique adoptée autorise-t-elle l'auteur à dépasser la seule histoire singulière pour proposer une réflexion plus universelle ? Comment, par une intéressante combinaison d’un texte déclinant des faits atemporels et d’illustrations au fusain très composées, l'artiste prend-il position face à la violence d’une situation, proche de l'actualité4 ?

  • 5 Son parcours mériterait aussi sans doute qu’on s’y arrête. Né en Suisse dans une ville bilingue, ém (...)
  • 6 En 2008, la même maison d’édition a déjà publié un récit de migration entre le Maroc et l’Italie. S (...)

2Avant même d’entrer dans l’analyse de l’album, le parcours éditorial de L’Île mérite qu’on s’y arrête. D’abord publié en 2002, en allemand, chez Verlag Sauerländer, qui appartient au groupe Cornelsen Bildunsgruppe, un acteur majeur de l’édition scolaire, le livre de Greder est republié en 2015 chez Fischer Sauerländer avec une postface d’Heribert Prantl. Loin du monde du livre pour la jeunesse, ce dernier est juriste et surtout il dirige la rédaction de politique intérieure du Süddeutsche Zeitung. La personnalité du rédacteur témoigne dès lors du retentissement du livre dans une Allemagne traversée par les questionnements sur l’accueil des migrants dans des années où un million de réfugiés, des Syriens particulièrement, arrivent et demandent l’asile et où les prises de position d’ouverture des frontières d’Angela Merkel sont très controversées et pèsent encore aujourd’hui dans les élections. Traduit précocement en Espagne en 2003 (Lóguez, réédité en 2015) et en France en 2005 puis en 2007 en anglais (Allen & Unwin) par le biais d’une édition australienne, pays d’adoption de l’auteur5, l’album doit attendre plus de dix ans pour voir exploser ses traductions dans d’autres langues tant européennes avec l’italien (L’isola, Orrechio Acerbo6, 2014) ou le serbe (Ostrvo, Fabrika knjiga, 2014) qu’asiatiques avec le japonais (Shima, Asukashinsha, 2015). Ce regain d’intérêt pour une œuvre datant de plus de dix ans peut d’abord s’expliquer en termes éditoriaux. En 2012-2013, le catalogue jeunesse de la maison Sauerländer est cédé au groupe Fischer, appartenant lui-même à Holtzbrinck, un grand groupe allemand qui s’exporte beaucoup à l’étranger et voit dans ces années 2012-2013 augmenter son chiffre d’affaire de plus de 25 %. Le catalogue pour la jeunesse de la maison d’édition Fischer gagne en visibilité. Par ailleurs, l’Italie, comme la Serbie, sont des pays particulièrement concernés par les vagues de migrations, aussi l’ouvrage d’Armin Greder ne peut qu’intéresser leurs éditeurs pour la jeunesse.

  • 7 Il a également fait partie de la « Short Listed Children’s Book Council of Australia, Book of the Y (...)

3Cet album, qui a reçu le prix Octogone en 20057, raconte l'histoire d'un homme, nu et démuni, arrivant sur une île où, après discussion, les habitants acceptent de le garder tout en l’accueillant dans des conditions indécentes. D’abord toléré, il devient la hantise de toute la population qui finit par le rejeter à la mer sur son fragile radeau et s’entourer de murailles afin d’éviter toute autre incursion intempestive.

Parallèles et contrastes

4Le fonctionnement de l’album repose sur des phénomènes de ruptures et de reprises. L’album est tout d'abord encadré par deux pages représentant une mer sombre et houleuse.

5Sur la première image, le cadrage subjectif, propre à la page de titre, permet au lecteur d’imaginer qu’il est sur un radeau et la lumière rose du lever du jour est pour lui symbole d’espoir. Tout ceci aura disparu sur la dernière page puisque la fin relève davantage du crépusculaire.

Armin Greder, L’Île, Bordeaux, Compagnie créative, 2005, © Armin Greder et Compagnie créative, 2005.

6De la même façon, plusieurs doubles-pages avec des personnages jouent sur des phénomènes de variation et de reprise tout au long de l’album : la première double-page est presque blanche, à l’exception, sur la page de gauche, d’un petit croquis au fusain du radeau aperçu sur la page de titre et d’un homme nu, occupant un tout petit espace de la page de droite. Par contraste, les insulaires, au corps massif, occupent voire envahissent l’espace des doubles-pages, y compris lorsque la mise en page oppose la solitude du naufragé, sur la page de droite, à la coalition agressive des autochtones, d’abord cantonnée sur la page de gauche. Les insulaires finissent par occuper tout l’espace, au mitan du livre, enjambant la frontière symbolique de la pliure de la page, d’emblée traversée par les armes.

7En effet, la deuxième page présente les hommes du village, méfiants, regardant en coin, avec une forme de violence contenue dans des corps imposants, leurs fourches pointées vers le ciel. La mer, de nouveau, sur la double-page vient interrompre ces présentations antithétiques, au moment où le pêcheur prend la parole et refuse que le seul horizon de ce naufragé soit la mer.

Armin Greder, L’Île, Bordeaux, Compagnie créative, 2005, © Armin Greder et Compagnie créative, 2005.

8Lorsque pour la première fois l’étranger et les habitants apparaissent ensemble sur une double-page, les seconds gardent des visages fermés.

Armin Greder, L’Île, Bordeaux, Compagnie créative, 2005, © Armin Greder et Compagnie créative, 2005.

  • 8 Catherine Coquio et Aurélia Kalisky, L’enfant et le génocide, Témoignages sur l'enfance pendant la (...)

9Or, cette double-page est reprise et réinterprétée sur la suivante. Si les adultes retournent à leur vie ordinaire, synthétisée dans quatre vignettes proches de la bande dessinée, en oubliant l'homme qui est arrivé chez eux, les enfants de l'île s'emparent d'emblée dans leurs jeux de cet événement extraordinaire, à plus d'un titre. En effet, le bas de la double-page souligne combien les enfants réinterprètent leur quotidien en rejouant certaines scènes, y compris violentes, comme ont pu le noter Catherine Coquio et Aurélia Kalisky dans L’enfant et le génocide8. Trois petits garçons, dont l’un porte une casquette semblable à celle des adultes, visages fermés et menaçants, sont armés de grands bâtons de bois avec lesquels ils chassent un autre enfant, habillé mais pieds nus, contrairement à ses camarades. Cet enfant n’a pas le calme de l’étranger mais pleure, bien conscient d’être isolé et d’avoir le mauvais rôle.

Armin Greder, L’Île, Bordeaux, Compagnie créative, 2005, © Armin Greder et Compagnie créative, 2005.

10Dans cette « histoire de tous les jours », selon le sous-titre de l'album, apparaissent également les femmes dans un rôle stéréotypique, celui de nourrir les hommes et de les servir : les préparatifs du repas, le service, la vaisselle. Pourtant, aucune solidarité entre les « victimes » de l’oppression des hommes ne se fait jour. Bien au contraire, c’est par une femme que le scandale arrive. Une double-page laisse voir, de nouveau, en regard subjectif, par une réinterprétation du Cri de Munch, l’angoisse qui étreint la passante à la vision de l’étranger. Dans cette double-page, il y a un contraste très fort entre le texte très neutre, qui mentionne, hors champ, l’arrivée de l’étranger au village, et les sentiments exacerbés, portés par l’image.

11Par la suite, la discussion collégiale entre les îliens est réitérée. Avec toujours la même disposition proche de la bande dessinée, l’image transpose les échanges entre les autochtones à propos des emplois auxquels l'étranger pourrait prétendre, et, adoptant le point de vue des îliens sur l’homme, décline autant de situations inacceptables.

Armin Greder, L’Île, Bordeaux, Compagnie créative, 2005, © Armin Greder et Compagnie créative, 2005.

12Hormis l’incongruité de la nudité de l’homme, ce sont autant de spectacles de désolation : la cuisine est sens dessus dessous, les meubles ne tiennent pas debout et l’étranger s'effondre sous le poids des charges, jusqu’à cette image le présentant comme un diable n’ayant pas sa place dans cet endroit.

13Le dispositif suivant, toujours composé de quatre images en bandeau au milieu de la double-page, est le seul où l’étranger est représenté en présence d’autres personnages au sein d’une même vignette : paradoxalement, il ne s’agit pourtant pas de présence physique. L’homme fait partie des conversations, des cauchemars, des peurs et des rejets et endosse donc dans ces quatre images toutes les profondes angoisses humaines. Il joue le rôle de l’ogre, du loup ou de toute instance chargée de terroriser les enfants : « Il viendra et te dévorera si tu ne finis pas ta soupe » déclare une mère à son fils, ce à quoi le maître d’école a beau jeu de dire que ce « il », auquel aucune identité n’est jamais associée, fait peur aux enfants. Chaque angoisse trouve à s’incarner dans la neutralité du pronom personnel. Le fantasme de meurtre est acté par l’illustration, conforté par l’inscription, noir sur blanc, dans le journal local du climat d'angoisse que « l’étranger » provoquerait, chacun oubliant à dessein que ces dénonciations reposent sur leurs projections et non sur une réalité.

14La décision des autochtones est alors prise, l’homme doit partir. L'illustration se structure sur un retour et une variation des images précédentes avec les mêmes groupes d’individus, mais cette fois-ci, un orateur parle devant un public plus large, avec, en premier plan, les mêmes hommes, outils en main. Trois doubles-pages matérialisent l’éviction de l’étranger, exclu de l’île comme du livre, puisqu’il disparaît littéralement de la page de droite, poussé par les fourches des insulaires. La mer envahit la double-page suivante, avec le bateau en feu du pêcheur, obligeant à reconsidérer le rougeoiement des premières pages qui pouvait certes représenter le jour levant mais aussi un autre feu.

15La rupture se fait alors par une double-page sans texte, qui reprend la couverture, à l’exception d'un oiseau, transpercé d'une flèche : la parole n’est plus de ce monde de violence. Il ne s’agit même plus d’une tour babélienne où les hommes ne se comprennent plus car ils ne parlent plus la même langue. Les mots n’existent plus. Seules les vagues ont droit de cité dans cet univers.

16S'échafaude donc au gré des pages une sorte de système de l’album, du moins une disposition qui repasse par les mêmes motifs pour construire fictionnellement et symboliquement l’exclusion de l’homme. Succincte et rapide, cette première lecture ne permet pourtant pas d’épuiser l’album, loin s’en faut. Je propose de le parcourir à nouveau à partir d’entrées thématiques qui sont autant de clés de lecture, autant de médiations possibles pour accompagner des lectures d’enfants, par exemple dans un cadre scolaire, en interrogeant la manière dont le recours aux grands mythes littéraires peut exemplifier une « histoire de tous les jours ».

Entre utopie et robinsonnade revisitées

  • 9 Francis Marcoin, « Introduction », Cahiers Robinson, n° 41, Encore Robinson, 2017, p. 8.
  • 10 Danielle Dubois-Marcoin, « Robinson, le roman de la mauvaise conscience », Cahiers Robinson, n° 41, (...)

17Le motif de l’île emprunte à une double tradition : à la fois celle de l’utopie comme lieu idéal développé par Thomas More et celle de la robinsonnade. En écrivant L’Utopie ou La meilleure forme de gouvernement possible en 1516, Thomas More crée une matrice pour nombre de fictions. Son texte pourfend d’abord la propriété privée, responsable selon l’auteur de la pauvreté et du malheur des hommes. Dans la suite de son écrit, il imagine un nouveau modèle social et politique autorisant chaque individu à accéder au bonheur, notamment grâce à la communauté des biens. L’île est le terrain idéal pour mettre en œuvre le renouveau politique et social proposé par et dans l’utopie. Ce motif est poursuivi ensuite dans nombre de fictions, de Paul et Virginie à Sa Majesté des Mouches en passant par L’île au trésor de Stevenson qui penche vers l’aventure. Le thème de l’île a été particulièrement exploité en littérature de jeunesse, en particulier à la suite du roman de Defoe, par ce qu’on a appelé les « robinsonnades » qui évoquent la survie d’un certain nombre d’individus dans un endroit désertique où ils réorganisant une société. Francis Marcoin suggère que « Robinson se hausserait donc au rang de figure mythique, le mythe littéraire se distinguant par cette plasticité qui lui permet de servir à peu près n'importe quel propos » et que ce personnage serait donc « l'archétype de l'homme moderne, caractérisé par sa solitude9 ». Dans l’album d’Armin Greder, on est toutefois dans un autre registre. L’île n’est jamais perçue comme paradisiaque et l’horizon d’attente que propose le titre se heurte à la couverture très massivement noire, avec cette forteresse et ses hauts murs, loin de l’espace promis par l’idée de l’île, aussi diverse soit-elle dans les diverses œuvres évoquées. Néanmoins, comme le souligne Danielle Dubois-Marcoin à propos des robinsonnades, « l'île, miroir de l’âme est un espace de questionnement, de révélation10 ». Espace de questionnement du lecteur, sans aucun doute, mais vraisemblablement pas celui des habitants qui, enfermés dans leur forteresse d’île, refusent toute ouverture à l’autre. La révélation ne peut avoir lieu ni du côté de l’étranger, puisqu’il ne peut rien exprimer de ce qu’il est, et encore moins du côté des insulaires dont les questions stérilisent la rencontre. Si robinsonnade il y a, elle est assurément du côté du lecteur, invité à s’impliquer dans une lecture qui lui fait violence, en remettant en cause ses préjugés. Le Robinson moderne doit reposer ce qui fonde intrinsèquement son humanité, à l’aune du même et du dissemblable présents en l’étranger.

  • 11 Danielle Dubois-Marcoin, « La robinsonnade pour la jeunesse et la question de l’altérité au xixe si (...)
  • 12 Voir Danielle Dubois-Marcoin, « Le motif de la robinsonnade dans Romain Kalbris », Perrine, 2013, p (...)
  • 13 Armin Greder, L’Île, Bordeaux, La Compagnie créative, 2005, [p. 12].

18Les premières pages peuvent laisser croire à une relecture de cette double tradition de l’utopie et de la robinsonnade, en opposant les habitants de l’île d’abord invisibles à l’étranger. C’est d’autant plus vrai que Danielle Dubois-Marcoin fait de cette rencontre entre le civilisé et le « naturel » un des nœuds des robinsonnades11. Les réécritures tirent l’épisode dans des interprétations complètement opposées, selon la part dévolue à la dimension éducative, instructive ou récréative du texte : du récit allégorique de la confrontation de l’adolescent à la solitude, proche de la retraite, avant la communion où l’épisode est une « expérience d’expiation12 » jusqu’à la réécriture de Tournier où, avec l’anéantissement de l’univers occidental reconstitué après l’explosion de l’entrepôt de poudre, le modèle de la vie sauvage prévaut. Avec Armin Greder, l’épisode se fait contre-modèle. Le rapport de force est largement en défaveur du nouvel arrivant. La tourne de page entre les deux premières doubles-pages ne laisse d’ailleurs aucun doute sur ce point. À aucun moment l’arrivée de l’homme n’est l’occasion d’une remise en question des modes de fonctionnement des insulaires. Au contraire, en sous-titrant son texte « Une histoire de tous les jours », Armin Greder suggère, à raison au vu de l’actualité, que son histoire n’a rien d’une parabole mais qu’elle s’ancre dans une réalité où chacun « retourn[e] à [son] quotidien » et continue de « vivre comme d’habitude13 ». Les habitants reprochent à ce nouvel arrivant de les obliger, malgré eux, à changer un peu. S'il n'est pas seul sur l'île, l'étranger n'a pas non plus le pouvoir d'influer sur la société en place, encore moins de lui proposer un autre modèle. La potentialité utopique est balayée par l'enchaînement des événements.

19Plusieurs albums traitent dans les années qui suivent cette publication la même thématique, avec des choix plastiques, sinon identiques, du moins très similaires. La gamme chromatique réduite de Mère la soupe de Véronique Caylou (Møtus, 2009) suggère une forme de lien entre les deux récits. Dans cette parabole, à la mort de Mère la soupe, les villageois oublient le sens de l’hospitalité et leurs propres origines étrangères et refusent d’accueillir l’homme sel. C’est pourtant lui qui les sauve lorsqu’ils prennent la mer agitée pour ne pas mourir de faim. La clôture du récit est bien plus optimiste que dans l’album de Greder. Commettant d’abord les mêmes erreurs que dans L’Île, les villageois de Mère la soupe, « des maris, des frères, des amis, épuisés, transis, mais vivants », veulent faire de l’homme sel, qui les a rendus à leur statut d’homme, leur maire, mais celui-ci poursuit son chemin vers des endroits où son aide est requise. Les personnages de pêcheurs ont ici aussi un double sens, ils pêchent des poissons pour se nourrir mais commettent aussi des erreurs qu’ils veulent racheter par une transformation complète de leurs actions. Les dernières phrases soulignent combien l’accueil de l’étranger est dès lors réinscrit dans l’essence du village où chaque nouvel arrivant est petit à petit assimilé au village et à la collectivité. Les pages noires rehaussées par un tracé malhabile blanc disent la fragilité humaine. La barque, la mer, l’affrontement entre locaux et l’étranger sont autant de motifs littéraires et plastiques proches de l’œuvre de Greder.

  • 14 Chaque compte-rendu va mettre en avant certains politiciens ou personnalités, comme dans cet extrai (...)
  • 15 Ibid, p. 17.
  • 16 Cette formule qu'il répétera à l'envi apparaît d'abord dans un discours de l'Assemblée nationale le (...)

20Même si la France n’a évidemment pas le monopole de la xénophobie en politique et que chacun des lecteurs espagnols, allemands14 ou anglais y trouvera des échos aux discours anti-migrants, pour les lecteurs français, certains passages de la traduction rappellent des phrases énoncées par des hommes politiques contemporains. Qui n’entend pas dans « mais nous ne pouvons tout de même pas nourrir toutes les bouches qui nous arrivent, sinon, bientôt, c’est nous qui mourrons de faim15 ! » la célèbre sentence de Michel Rocard, « la France ne peut pas accueillir toute la misère du monde16 ».

  • 17 Certes Le Passeur de Lois Lowry est déjà sorti (l’école des loisirs, Paris, 1994, publié en 1992) m (...)
  • 18 Voir Archéologies du futur. Le désir nommé utopie, Max Milo éditions, Chevilly Larue, 2007.
  • 19 Matthieu Letourneux, « Littérature pour la jeunesse et société, une affaire de discours », La Revue (...)
  • 20 Christian Godin, « Sens de la contre-utopie », Cités, 2010/2, n° 42, p. 61.

21Cet album semble précurseur d’une mode littéraire de la contre-utopie en littérature de jeunesse qui émerge plus particulièrement dans le roman au milieu des années 200017 mais qui est encore très peu représentée dans les albums. Selon la définition qu’en donne Jameson18, les dystopies seraient des utopies qui ont mal tournés. Les relations qui se jouent entre l’étranger et les habitants relèvent bien d’un rapport de dominant à dominé. Alors que le pêcheur les incite à agir pour le bien commun, tous pensent à leurs biens propres. Comme le souligne Matthieu Letourneux, « il existe des récits irréalistes qui en disent beaucoup sur la société et ses rapports de force (comme certaines dystopies en science-fiction […] reformulant métaphoriquement la violence des rapports sociaux19 ». S’il est possible de parler de courant dystopique avec cet album, c’est à cause de sa fin. Le rapport texte-image souligne une violence qui n’est pas abordée de front mais qui montre comment une société s’organise pour endosser collectivement la mort d’un homme par crainte qu’il ne perturbe l’équilibre social. À la peur infondée se substitue le meurtre tant symbolique que réel. Selon Christian Godin, « l’utopie était l’expression de l’humanisme, la contre-utopie est celle de l’inhumain20 ». C’est bien à la brute qui est en eux que ces hommes font appel. Le seul qui parle de conscience collective est rejeté. Il n'est pas d’album aussi sombre et sans espoir que celui-ci. En effet, plusieurs ouvrages mettent en scène des îles qui tendent vers la dystopie mais leurs fins sont résolument tournées vers l'espoir, que ce soit L’Île du droit à la caresse de Galeron et Mermet (Harlin Quist, 1998), dont la palette graphique très colorée est très loin du fusain de Greder ou encore l’album Les Deux Îles de Jörg Müller et Jörg Steiner (Duculot, 1981), qui propose une véritable rédemption dans un récit proche de la parabole, opposant la sagesse de l’expérience et la folie du pouvoir. Si Greder ne fait pas ce choix de l’optimisme, son album peut se lire à l'aune du mythe d’origine biblique.

Mythe biblique21 et ambiguïté

  • 21 Nathalie Denizot, « Les "textes fondateurs" dans les programmes et manuels depuis 1938 : histoire e (...)
  • 22 Voir en particulier l’article de Béatrice Ferrier, pour son introduction et des indications de mise (...)
  • 23 « Ici [sous-entendu en France], la religion, c’est LE tabou par excellence », Susie Morgenstern, «  (...)
  • 24 Anne-Marie Pelletier rappelle par exemple que ce « livre du patrimoine de l’humanité » est nécessai (...)
  • 25 Voir à ce sujet le numéro 43 des Cahiers Robinson sur « Bible et littérature de jeunesse » et en pa (...)
  • 26 Voir la mise au point des Cahiers Voltaire, n° 11, 2012, sur l’enseignement du fait religieux (p. 1 (...)

22Cette entrée interprétative pourrait surprendre dans le cadre d’un usage scolaire de l’album dans une école française laïque. C’est pourtant du constat de l’inculture religieuse des élèves que découle la nécessité d’une prise en charge par l’enseignement du fait religieux22. Si l’on en croit Susie Morgenstern, la crispation autour de la religion, notamment dans les livres pour enfants, est une spécificité française23. Comme dans tout texte littéraire pourtant, l’auteur d’album inscrit son identité et sa culture24. Même si l’expression fait débat, les « mythes bibliques » sont entrés dans les programmes de l’école, non par leur versant religieux mais bien pour leur portée symbolique et littéraire. Béatrice Ferrier25 fait ainsi l’hypothèse que « la littérature fournirait un filtre efficace pour aborder, en classe notamment, le texte biblique comme un texte patrimonial, pour mettre en lumière sa dimension culturelle : la fiction éloignerait ainsi les sujets et personnages bibliques du sacré judéo-chrétien ». Plusieurs passages de l’album de Greder se donnent à lire comme des réinterprétations de certains motifs bibliques. Le lecteur de l’album est alors placé en situation d’interprète de cet intertexte, qu’il revient aux médiateurs de faire connaître26, d’accompagner et de mettre en lumière avec d’autres intertextes, tout aussi recevables.

  • 27 Cette figure est justement intéressante car elle ne permet pas une lecture univoque. Il ne s’agit p (...)

23Tout d’abord, le personnage qui arrive sur l’île nu et qui va le demeurer tout au long de l’album prend certaines des caractéristiques christiques. On ne sait rien de ses origines et jamais il n’aura droit à la parole27, il reste « l’homme », incarnation par excellence de la fragilité humaine et sera le plus souvent désigné par ce terme, ainsi qu’avec le pronom « il », les groupes nominaux « le naufragé » dans une seule occurrence, et « l'étranger » dans la seconde partie de l'album. Comme Jésus à sa naissance, l’homme est logé dans une étable, car il n’y a pas de place pour lui ailleurs. Comme lui aussi, son chemin de croix le mène à une mort certaine et il est condamné sans avoir la possibilité de se défendre. Il est ligoté. S'il n'endosse pas les péchés du monde, il est une incarnation des peurs de cette société.

24La figure du pêcheur est intéressante pour l’interprétation du récit. Pour rappel, dans la Bible, un des premiers apôtres, André, est un pêcheur et il va servir d’intermédiaire à plusieurs reprises. Il présente son frère Simon à Jésus, lors de l’épisode de la multiplication des pains, il amène le garçon avec ses cinq pains et ses deux poissons. Le « pêcheur », qui garde cette appellation tout au long de l’album, joue aussi les intermédiaires entre les habitants de l’île et l’étranger. Il possède d’ailleurs un statut à part puisqu’il tient des deux catégories. Certes il appartient aux habitants de l’île et jamais à l’image, on ne sait le distinguer. A-t-il ce même physique massif que les autres personnages ? Il serait pourtant peu conciliable avec sa frêle embarcation. Il est paradoxalement transparent, absent à l'image, seule sa voix compte. Mais il est aussi celui qui connaît la mer, le seul vraisemblablement à s’éloigner des côtes de l’île et à connaître un peu de cet ailleurs. Dès lors, il est aussi le seul à pouvoir accueillir l’autre, l’étranger, celui qui n’est pas exactement comme lui. À plusieurs reprises, lorsqu’il parle, ses paroles sont rapportées au discours direct tandis le narrateur iconique dépeint la mer.

Armin Greder, L’Île, Bordeaux, Compagnie créative, 2005, © Armin Greder et Compagnie créative, 2005.

25En jouant sur les mots, on peut dire qu’en revanche, ce personnage ne veut pas être pécheur, c'est-à-dire endosser des péchés. Par charité ou altruisme, il veut recueillir l’étranger car il sait la dangerosité de la mer, en particulier celle que donne à voir le narrateur iconique, toujours noire et houleuse : « On le conduirait à la mort et je ne veux pas avoir sa mort sur la conscience ». C’est autant pour lui que pour l’homme qu’il se bat.

26Le pêcheur incarne aussi le sens figuré du terme en français, à savoir un synonyme du mot « apôtre », un pêcheur d’hommes. Certes, il ne se veut pas prédicateur religieux, même si ses argumentaires sont autant de variantes de l’expression « aime ton prochain comme toi-même ». Néanmoins Armin Greder fait le choix sinon d’une idéologie, du moins d’une prise de position éthique très nette que la construction plastique de l’album va accentuer. Lors de la première remise en cause de la place de l’étranger sur l’île, il répète : « Nous ne pouvons pas simplement l’abandonner à son sort maintenant qu’il est chez nous. Nous devons l’aider ». Il essaie de trouver les arguments imparables auprès de ses congénères, à savoir que l’étranger représente une main d’œuvre peu chère qu’il est le seul à ne pas pouvoir exploiter car lui-même est sans doute pauvre et n’a qu’un petit bateau destiné à une seule personne.

27Il parle également de l’homme comme d’un enfant et fait appel au sens de l’hospitalité de ses concitoyens, en rappelant que si personne ne peut le prendre en charge individuellement, il est de leur responsabilité collective de s’en occuper, « même s’il n’est pas des [leurs] ». Ses qualités d'orateur le poussent à reprendre, dans une formule concessive, les mots des habitants.

28À trois reprises, le pêcheur peut parler, mais ses mots ne portent pas. On pense à Pierre qui, dans la Bible, renie trois fois le Christ par peur d'être inquiété à son tour. Dans l’album, par trois fois le pêcheur plaide en vain la cause du naufragé et n’a plus de prise sur les décisions collectives. Bien plus, il est considéré comme responsable de la présence de l’étranger et doit donc expier une faute. Il est puni au même titre que l'homme. Pour ne pas avoir voulu faire le mal, il devient une des incarnations du mal. Il endosse donc la responsabilité de la faute collective avec cette inversion des valeurs : celui qui fait preuve de bonté est puni et promis à une mort prochaine car il n’a plus de moyen de subsistance. En brûlant son bateau, la communauté des habitants le rejette à court terme. Il devient à son tour un paria. Le texte souligne pourtant que ce pêcheur a su fédérer quelques hommes autour de lui mais la parole – et vraisemblablement la force – est dans l’autre camp. La violence mortifère requiert silence et acceptation. Il ne s’agit plus de propager la bonne parole mais au contraire de rester entre soi et de faire oublier jusqu’à son existence.

29Lors de la clôture du récit, on ne peut s’empêcher de penser enfin à une arche de Noé inversée. Le bateau apparaît sous une double forme, le fragile radeau et le bateau du pêcheur brûlé donc inutilisable. Par ailleurs, Noé trouve grâce aux yeux de Dieu et est sauvé. Ici les bateaux condamnent à la mort. Enfin, pour s’assurer que les terres sont à nouveau praticables, Noé envoie à plusieurs reprises des oiseaux dont la colombe, qui, la seconde fois, lui ramène un rameau d’olivier. Dans l'album, l’oiseau est tué, transpercé par une flèche afin qu’il ne trahisse pas la présence humaine, voire l’existence même de l’île. La noirceur des desseins des habitants de l’île, absents à l’image, est métaphorisée par cet énorme bâtiment carcéral qui tient davantage d’Alcatraz que de la tour de Babel. L’oiseau blanc, transpercé par une flèche, reprend aussi toute une imagerie religieuse, de la lance qui achève Jésus sur sa croix aux multiples interprétations du martyr de Saint Sébastien. À la fin de l’album, le paradis est définitivement perdu sans que l’homme ne sache quel a été son péché.

Armin Greder, L’Île, Bordeaux, Compagnie créative, 2005, © Armin Greder et Compagnie créative, 2005.

Entre xénophobie et antisémitisme ?

30Réitérée régulièrement dans le texte, l’affirmation de la différence est d’emblée posée à l’ouverture du livre, avec une phrase isolée du reste du texte sur la page : « Il n’était pas comme eux ». Cette marque typographique fait partie des dispositifs mis en œuvre dans l’album pour matérialiser la volonté des insulaires, affichée d’emblée, de vouloir se séparer, d’abord spatialement, de cet homme qu’il s’agit de renvoyer dans son pays, pays dont on ne sait rien. L’étranger rejoint dès lors le mythe du Juif errant, haï partout puisque de nulle part, qui dès le xvie siècle devient le symbole du mal. La convocation de cette figure dans l’analyse se justifie par la reprise plastique de certains préjugés antisémites, d’autant que le choix des vignettes centrales collées les unes contre les autres rappellent le dispositif de l’affichage. L’étranger est posé et représenté comme différent des autres. Rappelons toutes les affiches de propagande contre les Juifs, notamment à l’orée de la Seconde Guerre mondiale, qui leur octroient des caractéristiques identifiables. Le Juif y est représenté sous une double facette : celle du riche profiteur mais aussi celle du Juif pauvre, un parasite contaminant, qui ne mérite pas de vivre dans la civilisation. Or, c’est exactement ce qui arrive dans l’histoire racontée. Comme on fait vivre le naufragé dans des conditions déplorables, pires que celles proposées aux animaux, puisque l’homme, qui restera toujours sans nom, est logé dans la « partie inhabitée de l’île où on l’emmène dans une étable réservée aux chèvres, vide depuis longtemps », où il est enfermé, il lui devient difficile de préserver son apparence. Nombre de témoignages et de textes littéraires évoquent ce syllogisme : les nazis obligent les Juifs à vivre dans des conditions indécentes et leur reprochent ensuite leur saleté. Ils s’en servent de justification pour animaliser les Juifs et surtout comme argument pour pouvoir les éliminer, en choisissant de le faire de manière systématique et concertée. Dans l’album, il est évoqué comme une « menace », il est apparenté aux « sauvages », il sème la « terreur ». Son apparence, plutôt frêle, n’est en rien remarquable ; au contraire, il y a une forme de neutralité dans son portrait, ce que renforce sa nudité qu’on peut alors « habiller » de tous les fantasmes possibles. De même sa singularité ne se réduit pas à une couleur de peau ou à une religion. L’étranger est celui qui est du dehors, étymologiquement, mais aussi qui sort de l’ordinaire, ce que l’on constate dans les représentations physiques des divers protagonistes.

  • 28 « […] Un mot, une connotation ou une valeur linguistique donnée ne commencent à prendre vie dans un (...)

31Parallèlement aux décisions politiques qui, sous le régime nazi, ont mené au génocide, c’est aussi la langue qui se transforme pour mettre à distance et déshumaniser ceux qu’on éliminera plus facilement s’ils n’appartiennent plus à l’espèce humaine. Victor Klemperer dans LTI, la langue du IIIe Reich : carnets d’un philologue, montre que le lexique employé par les nazis existait déjà en grande partie auparavant mais acquiert de nouveaux sens par détournement, comme les termes de « peuple » ou « étranger » qui sont matraqués dans les discours. L’utilisation massive de termes associés aux émotions et à certaines images érigées en symboles impose de nouvelles valeurs et des connotations dégradantes, si bien que le sens premier disparaît, à commencer par le terme « race »28. Tout un vocabulaire religieux est réinvesti à propos du Führer, comme « je crois en lui » ou « j’appartiens au Führer ». C’est exactement ce qui se produit dans le récit de Greder avec cet homme qui réussit à quitter le lieu où il a été confiné, mis en quarantaine et enfermé, telle une bête. Il s’en libère pour quémander à manger, puisqu’il est démuni. Le seul plat qu’on octroie à l’étranger est composé des restes de l’auberge d’ordinaire destinés aux cochons. Il est alors possible de reprocher à l’étranger sa sauvagerie et le fait qu’« il mange avec les mains et [qu’] il mange des os ». Certaines des remarques des habitants de l’île à l’égard de l’étranger font écho aux discours nazis ou à Mein Kampf, dans lequel Hitler affirme : « Le Juif n’a jamais été un nomade, mais toujours un parasite, prospérant grâce à la substance des autres ». Il lui est dès lors reproché la situation dans laquelle on le met. Même son absence de ressentiment face à la manière dégradante dont on le traite lui est préjudiciable. Pas de novlangue mais des formes de syllogismes absurdes qui mènent à l’inscription dans un journal de l’inquiétude présente d’abord dans les échanges oraux. Le fait de poser par écrit un mensonge lui donne réalité : « c’était écrit, noir sur blanc ».

  • 29 Cécile Boulaire, « Les deux narrateurs à l’œuvre dans l’album : tentatives théoriques », in Viviane (...)

32Cette déviation dans l’emploi du langage est manifeste d’emblée lorsque sur la quatrième double-page, il y a scission entre narrateur verbal et narrateur iconique, tels que définis par Cécile Boulaire29. En effet, le texte reste très sobre : « c’est ainsi qu’ils le recueillirent ». Dans cette phrase, il y a plusieurs façons de comprendre l’adverbe « ainsi ». Soit on suit le narrateur verbal et on le prend comme un adverbe de conséquence, dont l’emploi serait justifié par la conversation précédente entre le pêcheur et les hommes, qui se rangeraient à l’avis du sage. Soit, on peut le lire comme un adverbe de manière, en suivant le narrateur iconique et son ironie : il montre la maltraitance, il insiste sur l'écart entre « recueillir » et le comportement indécent adopté, puisque l'homme avance sous la menace des fourches dans un lieu où il est ensuite retenu prisonnier. Cette ambiguïté sémantique est déjà présente dans l’édition originale en allemand avec la polysémie de l'adverbe « also » : « Also nahmen sie den Mann auf ».

33Il y a dès lors une diabolisation du personnage dans le texte mais aussi à l’image. Elle passe parfois par une imagerie qui emprunte aux clichés de l’antisémitisme, comme mentionné, mais qui réunit plus généralement tout ce qui fait peur, toutes les angoisses possibles, adaptant à la cible l’incarnation de la peur. La première fois où l’étranger apparaît sous une autre figure que la sienne correspond à une intervention du prêtre regrettant de ne pas pouvoir davantage que les autres habitants accueillir l’étranger dans sa chorale car « la voix de l’étranger n’[irait] pas avec le reste de sa chorale ». Dans cette vignette, tous les autres membres sont féminins et représentés de manière identique, les bouches ouvertes et les yeux fermés, le visage tourné vers le ciel. La représentation de l’homme est tout autre. Il perd ses traits pour ceux d’un diable noir affublé de petites cornes. Il regarde le lecteur en face, comme sur la plupart des vignettes de la double-page suivante. Ce regard fixe, presque halluciné, incarne l’obsession que devient l’homme pour les habitants, hantés par son image, de jour comme de nuit. Sur une autre vignette, en regard, il est alors très proche, dans sa posture accroupie, du diable se tenant sur le corps d’une femme dont il est le « cauchemar », selon le titre du tableau de Füssli qui pourrait avoir inspiré l’illustrateur. Son humanité, déjà mise à mal, s’en trouve très négativement connotée.

Armin Greder, L’Île, Bordeaux, Compagnie créative, 2005, © Armin Greder et Compagnie créative, 2005.

Johann Heinrich Füssli, Le Cauchemar, 1781, Detroit Institut of Art.

34Par ailleurs, cette diabolisation joue aussi de l’écart entre le discours du maître d’école et sa représentation plastique, dans laquelle sa tenue n’est pas sans évoquer celle d’un prêtre. En effet, bien plus que l’étranger, c’est cet enseignant qui fait peur par la posture qu’il endosse, la noirceur de l’habit, la taille des mains et la bouche grande ouverte qui n’est évidemment pas sans rappeler les multiples photographies de nazis vociférants, d’Hitler à Goering. Ce visage est d’autant plus effrayant qu’il est sans regard. Les yeux sont dissimulés derrière des lunettes. La sauvagerie dont il est question est évidemment du côté de l’enseignant et non du côté du naufragé. Enfin, sur une des petites images suivantes, l’étranger est représenté dans une posture typique du Juif (ou du bolchevique en d’autres temps) sur les affiches de propagande, beaucoup plus grand et musculeux qu’il ne l’est dans la réalité, avec un couteau à la main, le regard mauvais (mais toujours nu), prêt à tuer celui qui lui a tendu la main. Cette terreur que sème l’étranger est définitivement actée à partir du moment où elle apparaît dans le journal, un des supports privilégiés de la propagation des thèses nazies où, à force de caricature, les mensonges finissent par être vus comme des réalités. La propagande se fait vérité.

Armin Greder, L’Île, Bordeaux, Compagnie créative, 2005, © Armin Greder et Compagnie créative, 2005.

35Le rapprochement opéré dans cet album avec le sort des Juifs tient aussi à la mise à mort concertée qui clôt l'ouvrage. Le jeu de variations et de reprises des illustrations est ici signifiant : le narrateur iconique chasse littéralement de la page l’étranger avant que la décision soit actée, avec une gradation dans la violence. Est reprise à ce moment essentiel l’opposition déjà mentionnée entre une page de droite réservée à l’étranger, presque vide, et une page de gauche saturée par le groupe d’hommes dont les outils se font toujours plus menaçants, à l'instar des visages et des postures corporelles.

Armin Greder, L’Île, Bordeaux, Compagnie créative, 2005, © Armin Greder et Compagnie créative, 2005.

Armin Greder, L’Île, Bordeaux, Compagnie créative, 2005, © Armin Greder et Compagnie créative, 2005.

36En pendant, l’homme est toujours seul sur la page de droite, toujours nu mais il est ligoté et presque acculé contre le bord de la double-page. La tourne de page le fait sortir de l’image dans un procédé très cinématographique où, par une sorte de travelling, le regard s’arrête sur cette foule en colère et menaçante tandis que l’homme a définitivement disparu de l’image, comme de l’album. Le texte garde en revanche sa sobriété factuelle : « [Les villageois] s’emparèrent de l’homme, le conduisirent à son radeau et le poussèrent à la mer ». Toute cette scène est hors champ, elle n’en est que plus intolérable, comme s’il n’était pas possible de la représenter. Elle laisse aussi flotter le doute sur l’ignominie de ces bien-pensants dans la mesure où, à plusieurs reprises, le pêcheur a mis en garde contre la mort assurée pour celui qu’on remettrait à la mer. On pourrait aussi rappeler, avec le risque d’aller un peu loin, que l’extermination des Juifs dans les chambres à gaz visait justement cette élimination des corps, jusque dans la mort.

37Les pages suivantes ne font plus apparaître aucune figure humaine, façon de souligner la gravité des actions de ces hommes, qui ont quitté, par leurs agissements, leur condition humaine. La dernière illustration se focalise sur le bateau du pêcheur en feu. L’unique défenseur de l’étranger est puni pour avoir été l’instigateur d’un accueil avorté et condamné, à plus ou moins court terme, dans la mesure où son instrument de travail lui est confisqué. La purification par le feu ramène aux pires heures de l’histoire religieuse et politique, mais aussi aux autodafés perpétrés par les nazis avec les œuvres qui ne correspondaient pas aux canons édictés par le régime.

38La folie meurtrière tend jusqu’à l’absurde et annonce aussi la mort de l’île à long terme en raison de son isolement. Cela se traduit par la construction des hauts murs, présentés au lecteur dès la première page, et dont il trouve, à la fin de l’album, une « explication ». La bêtise des autochtones va jusqu’à refuser de se nourrir des poissons au prétexte qu’ils sont associés, par la mer, à l’étranger dont ils ne veulent plus. L'absence d’ouverture d’esprit de ces îliens va jusqu’à éliminer toute espèce animale s’approchant de l’île et susceptible de révéler leur existence. En éradiquant toute forme de vie, c’est aussi leur mort prochaine qu’ils programment. Cette fin pourra être lue avec espoir ou non selon la lecture des dernières pages, sans texte : le triomphe de l'intolérance ou son auto-éradication…

  • 30 L’album d’Einar Turkowski, Le Pêcheur de nuages, aurait aussi toute sa place (Paris, Autrement jeun (...)
  • 31 Catherine Tauveron, Lire la littérature à l’école. Pourquoi et comment conduire cet apprentissage s (...)

39L’album d’Armin Greder propose une lecture très percutante du rejet de l’étranger. Sans doute difficile d’accès pour un public d’enfants, L’Île peut se lire à travers divers prismes comme la réinterprétation de l'utopie, de la robinsonnade ou encore du mythe biblique, qui permettent à Armin Greder de confronter ses lecteurs au refus d'accueillir l’autre, qu'on l’appelle migrant ou non. Derrière un texte enregistrant en apparence des faits neutres, les illustrations, par un dispositif très construit, font ressortir l'inhumanité d'êtres censément civilisés, que tout oppose au naufragé. Dès lors, il revient au lecteur de se positionner, y compris lorsque la violence est rejetée hors champ. Pour une exploitation en classe, l'ouvrage, déjà riche en lui-même, pourrait être mis en réseau30, selon le dispositif proposé par la didacticienne de la littérature, Catherine Tauveron31, à commencer peut-être par Six hommes de David McKee (Kaléidoscope, Paris, 2001) dans un trait assez éloigné d’Elmer. L’absurdité de la peur et l’auto-génération de la crainte de l’autre sont soulignés dans la construction de cet album sous forme circulaire, plus nettement encore que dans l’album de Greder. Le but premier des six hommes « qui parcouraient le monde à la recherche d’un lieu où travailler et vivre en paix » est de construire une utopie, ce à quoi ils parviennent puisqu’ils mettent le fruit de leur travail en commun et qu’ils finissent par s’enrichir de ce travail collaboratif. À partir du moment où ils commencent à posséder des biens matériels, ils s’inquiètent et ils construisent alors une tour, proche de celle de Greder, pour surveiller ceux qui pourraient venir les voler. Deux adversaires visent le même oiseau, qu’ils ratent. Une flèche arrive dans l’un des deux camps adverses et vaut déclaration de guerre, jusqu’à l’anéantissement des deux sociétés, à l’exception de six hommes de part et d’autre qui repartent trouver un lieu de paix. L’absurdité de la situation est plus visible dans Six hommes que chez Greder et l’album met bien en scène la manière dont le danger ne vient pas de l’extérieur mais de ceux qui possèdent et génèrent leur propre peur. Enfin un certain nombre d’albums proposés dans le corpus mis en avant par ce numéro de Strenae peuvent être lus par contraste, soulignant combien les migrants, les étrangers sont aussi porteurs de changements salutaires pour les sociétés et combien leur intégration sert la société qui ose les intégrer, comme dans Avec trois brins de laine (on refait le monde) d’Henriqueta Cristina et Yara Kono (Éditions des éléphants, Paris, 2016) ou Moi, Dieu merci, qui vis ici de Thierry Lenain et Olivier Balez (Albin Jeunesse, Paris, 2008).

Illustrations 1 à 8 et 10 à 12
Armin Greder, L’Île, Bordeaux, Compagnie créative, 2005, © Armin Greder et Compagnie créative, 2005.

Illustration 9
Johann Heinrich Füssli, Le Cauchemar, 1781, Detroit Institut of Art.

Haut de page

Notes

1 Cette citation est le titre d’un poème de Mahmoud Darwich, grand poète palestinien qui a largement évoqué dans son œuvre l’attachement à une terre, pour lui la Palestine, et la douleur de l’exil, d’où sa convocation à propos d’un album centré sur l’exil et le refus de l’ouverture et qui se termine sur la mort du locuteur. C’est aussi le titre d’une anthologie de poèmes de l’auteur (Paris, Gallimard, coll. « Poésie », 2000).

2 À titre d’exemple, il est possible de citer aussi bien Refugiada de Tessa Julià et Anna Gordillo (La Galera, Barcelone, 2017), The Journey de Francesca Sanna (Flying Eye Books, Londres, 2016, publié en français sous le titre Partir au-delà des frontières chez Gallimard jeunesse, Paris, 2016) ou Y’a pas de place chez nous d’Andrée Poulin et Enzo Lord Mariano, Éditions Québec Amérique, Montréal, 2016.

3 La traduction de la Compagnie Créative sera la version de référence dans le cadre de cet article.

4 La question de la migration, de l’accueil des populations et de la capacité d’une nation à intégrer des réfugiés qui se posait en 2002, reste toujours d’une grande actualité, que ce soit en Allemagne où l’album a d’abord été publié, comme en Australie dont le quart de la population vient d’ailleurs et où l’auteur, lui-même en situation d’émigration, vivait au moment de la publication de son album.

5 Son parcours mériterait aussi sans doute qu’on s’y arrête. Né en Suisse dans une ville bilingue, émigré en Australie puis réinstallé en Suisse avant de partir pour le Pérou, Armin Greder a d’abord illustré le texte d’autres auteurs avant de publier L’Île. Avec La Ville, The Mediterranean, proche par ses thèmes de L’Île mais aussi Australia to Z, il écrit et illustre et est reconnu sur la scène internationale. En prolongement de cet article, il pourrait être intéressant de développer sa trajectoire linguistique, culturelle et graphique, tout comme s’arrêter sur les maisons d’édition qui l’ont publié.

6 En 2008, la même maison d’édition a déjà publié un récit de migration entre le Maroc et l’Italie. Si le noir et blanc et la thématique sont proches de L’Île, l’album Dall’Atlante agli Appennini de Maria Attanasio et Francesco Chiacchio fait référence explicitement au grand classique Cuore d’Amicis.

7 Il a également fait partie de la « Short Listed Children’s Book Council of Australia, Book of the Year » en 2008 et a été le lauréat en Allemagne de « Die besten Sieben » en 2002. Armin Greder a été nominé pour le prix Hans-Christian Andersen et a reçu, pour The Great Bear, un Bologna Ragazzi Award en 2000.

8 Catherine Coquio et Aurélia Kalisky, L’enfant et le génocide, Témoignages sur l'enfance pendant la Shoah, Paris, Robert Laffont, coll. « Bouquins », 2007.

9 Francis Marcoin, « Introduction », Cahiers Robinson, n° 41, Encore Robinson, 2017, p. 8.

10 Danielle Dubois-Marcoin, « Robinson, le roman de la mauvaise conscience », Cahiers Robinson, n° 41, op. cit., p. 25.

11 Danielle Dubois-Marcoin, « La robinsonnade pour la jeunesse et la question de l’altérité au xixe siècle », Institut français de l’éducation, janvier 2008, http://litterature.ens-lyon.fr/litterature/dossiers/litterature-de-jeunesse/intervention (dernière consultation mars 2018) : « Le traitement de ce motif évoluera selon les époques et les circonstances historiques et politiques, selon l’engagement des auteurs : de l’effacement, l’euphémisation, à l’échange bienveillant ou au contraire l’affrontement brutal, les représentations de cette rencontre et des rapports de forces ou d’amitié qui se lient entre Robinson et l’Autre sont révélatrices des courants idéologiques qui traversent un siècle à la recherche d’un nouvel ordre social au niveau national, et au niveau international du fait de l’entreprise de colonisation. »

12 Voir Danielle Dubois-Marcoin, « Le motif de la robinsonnade dans Romain Kalbris », Perrine, 2013, p. 2, https://www.amis-hectormalot.fr/revue-perrine/revue-perrine-2013/.

13 Armin Greder, L’Île, Bordeaux, La Compagnie créative, 2005, [p. 12].

14 Chaque compte-rendu va mettre en avant certains politiciens ou personnalités, comme dans cet extrait de critique allemande, où les noms de deux leaders anti-migrants, Otto Schily et Günther Beckstein, sont mentionnés. Voir Herber Huber, « Die Insel », 2004, http://www.lesekost.de/deutsch/kinder/HHLDK04.htm (dernière consultation mars 2018).

15 Ibid, p. 17.

16 Cette formule qu'il répétera à l'envi apparaît d'abord dans un discours de l'Assemblée nationale le 6 juin 1989 où il est question de l'Europe et de la France, puis reprise le 3 décembre 89 lors de l'émission très regardée d'Anne Sinclair, Sept sur sept, avant d'être largement déclinée dans les jours suivants pour divers médias afin de justifier la fermeté de sa politique en matière d'immigration.

17 Certes Le Passeur de Lois Lowry est déjà sorti (l’école des loisirs, Paris, 1994, publié en 1992) mais il n’a pas fait école même s’il est depuis largement cité, au même titre que les grandes contre-utopies, plus anciennes, d’abord destinées aux adultes mais ensuite récupérées par un lectorat adolescent, notamment avide de science-fiction (Fahrenheit 451, Le meilleur des mondes, Soleil vert de Harry Harrison, publié en France, un an après son adaptation en film).

18 Voir Archéologies du futur. Le désir nommé utopie, Max Milo éditions, Chevilly Larue, 2007.

19 Matthieu Letourneux, « Littérature pour la jeunesse et société, une affaire de discours », La Revue des livres pour enfants, n° 268, décembre 2012, p. 96.

20 Christian Godin, « Sens de la contre-utopie », Cités, 2010/2, n° 42, p. 61.

21 Nathalie Denizot, « Les "textes fondateurs" dans les programmes et manuels depuis 1938 : histoire et enjeux d’un corpus », Le Français aujourd’hui, n° 155, 2006, p. 49-56, https://www.cairn.info/revue-le-francais-aujourd-hui-2006-4-page-49.htm.

22 Voir en particulier l’article de Béatrice Ferrier, pour son introduction et des indications de mises en œuvre dans le secondaire, « La Bible en ses réécritures théâtrales au xviiie siècle : un sujet patrimonial » dans Véronique Castagnet (dir.), L’Éducation au patrimoine. De la recherche scientifique aux pratiques pédagogiques, Villeneuve d’Ascq, Presses Universitaires du Septentrion, 2013, p. 93-108.

23 « Ici [sous-entendu en France], la religion, c’est LE tabou par excellence », Susie Morgenstern, « Oh my God ! », La Revue des livres pour enfants, avril 2016, n° 288, p. 103.

24 Anne-Marie Pelletier rappelle par exemple que ce « livre du patrimoine de l’humanité » est nécessaire pour comprendre les œuvres majeures, littéraires ou non, de notre culture (voir Lectures bibliques aux sources de la culture occidentale, Paris, Nathan, 1973, p. 5).

25 Voir à ce sujet le numéro 43 des Cahiers Robinson sur « Bible et littérature de jeunesse » et en particulier l’introduction très documentée de Béatrice Ferrier, « La Bible au prisme de la littérature d’enfance et de jeunesse : enjeux de la réception du xviiie au xxie siècle », 2018, p. 10.

26 Voir la mise au point des Cahiers Voltaire, n° 11, 2012, sur l’enseignement du fait religieux (p. 168-190).

27 Cette figure est justement intéressante car elle ne permet pas une lecture univoque. Il ne s’agit pas de plaquer tout le parcours christique sur ce récit, mais de souligner comme certains traits caractéristiques peuvent proposer des pistes d’interprétation. Cette nudité de l’homme fait de lui symboliquement un nouveau-né, qui arrive au monde. Peut-être est-ce ce qui explique ce mutisme presque constant, qui peut faire contraste avec la figure du Christ, évoqué aussi comme le Verbe fait chair. Néanmoins, comme lors de la Passion du Christ, l’homme accepte d’endosser le rôle auquel d’autres veulent le cantonner, sans rébellion. Certaines paroles dans la Bible, attribuées à la figure de Jésus, pourraient aussi être une illustration de ce parcours, comme « Pardonne-leur, ils ne savent pas ce qu’ils font », quand le peuple décide de condamner Jésus plutôt que Barabbas. De même, en brûlant le bateau du pêcheur, c’est aussi lui… et eux-mêmes qu’ils condamnent.

28 « […] Un mot, une connotation ou une valeur linguistique donnée ne commencent à prendre vie dans une langue que lorsqu’ils rentrent dans l’usage d’un groupe ou d’une collectivité et y affirment son identité » (Victor Klemperer, LTI, la langue du IIIe Reich : carnets d’un philologue, Paris, Albin Michel, 1996, p. 80).

29 Cécile Boulaire, « Les deux narrateurs à l’œuvre dans l’album : tentatives théoriques », in Viviane Alary, Nelly Chabrol-Gagne, L’album. Le parti pris des images, Clermont-Ferrand, Presses Universitaires Blaise Pascal, 2012, p. 21.

30 L’album d’Einar Turkowski, Le Pêcheur de nuages, aurait aussi toute sa place (Paris, Autrement jeunesse, 2007). À noter que cet album a d’abord été publié lui aussi en allemand.

31 Catherine Tauveron, Lire la littérature à l’école. Pourquoi et comment conduire cet apprentissage spécifique ? De la GS au CM, Paris, Hatier, 2002.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Armin Greder, L’Île, Bordeaux, Compagnie créative, 2005, © Armin Greder et Compagnie créative, 2005.
URL http://journals.openedition.org/strenae/docannexe/image/2957/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 2,0M
Légende Armin Greder, L’Île, Bordeaux, Compagnie créative, 2005, © Armin Greder et Compagnie créative, 2005.
URL http://journals.openedition.org/strenae/docannexe/image/2957/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,8M
Légende Armin Greder, L’Île, Bordeaux, Compagnie créative, 2005, © Armin Greder et Compagnie créative, 2005.
URL http://journals.openedition.org/strenae/docannexe/image/2957/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Légende Armin Greder, L’Île, Bordeaux, Compagnie créative, 2005, © Armin Greder et Compagnie créative, 2005.
URL http://journals.openedition.org/strenae/docannexe/image/2957/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Légende Armin Greder, L’Île, Bordeaux, Compagnie créative, 2005, © Armin Greder et Compagnie créative, 2005.
URL http://journals.openedition.org/strenae/docannexe/image/2957/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Légende Armin Greder, L’Île, Bordeaux, Compagnie créative, 2005, © Armin Greder et Compagnie créative, 2005.
URL http://journals.openedition.org/strenae/docannexe/image/2957/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 504k
Légende Armin Greder, L’Île, Bordeaux, Compagnie créative, 2005, © Armin Greder et Compagnie créative, 2005.
URL http://journals.openedition.org/strenae/docannexe/image/2957/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Légende Armin Greder, L’Île, Bordeaux, Compagnie créative, 2005, © Armin Greder et Compagnie créative, 2005.
URL http://journals.openedition.org/strenae/docannexe/image/2957/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 524k
Légende Johann Heinrich Füssli, Le Cauchemar, 1781, Detroit Institut of Art.
URL http://journals.openedition.org/strenae/docannexe/image/2957/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Légende Armin Greder, L’Île, Bordeaux, Compagnie créative, 2005, © Armin Greder et Compagnie créative, 2005.
URL http://journals.openedition.org/strenae/docannexe/image/2957/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Légende Armin Greder, L’Île, Bordeaux, Compagnie créative, 2005, © Armin Greder et Compagnie créative, 2005.
URL http://journals.openedition.org/strenae/docannexe/image/2957/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Légende Armin Greder, L’Île, Bordeaux, Compagnie créative, 2005, © Armin Greder et Compagnie créative, 2005.
URL http://journals.openedition.org/strenae/docannexe/image/2957/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 902k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Éléonore Hamaide-Jager, « « La terre nous est étroite » ou la représentation de l'étranger dans L’Île d'Armin Greder », Strenæ [En ligne], 14 | 2019, mis en ligne le 05 avril 2019, consulté le 21 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/strenae/2957 ; DOI : 10.4000/strenae.2957

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals