Navigation – Plan du site
Dossier thématique

Regards grecs sur la migration à travers l’album de jeunesse contemporain

Sylvie Dardaillon

Résumé

Si elle ne les renie pas et continue de diffuser largement les grands textes du patrimoine hellénique, la littérature grecque contemporaine pour la jeunesse tend désormais à s’affranchir de sa culture nationale historique pour explorer des voies esthétiques nouvelles et questionner son présent. Depuis quelques années se développe en effet, sous l’impulsion de grandes maisons en partie liées à l’édition scolaire, une production originale qui fait de plus en plus de place à l’image, à l’album comme espace de création. Se faisant l’écho des tensions qui traversent la société grecque contemporaine, cette littérature aborde en particulier la question vive des migrations, migrations historiques inscrites dans les mémoires familiale et nationale mais aussi migrations plus récentes avec l’afflux de réfugiés sur le territoire. Cet article se propose donc de questionner tout à la fois les contenus véhiculés, leur mise en forme et leur diffusion auprès du jeune lectorat grec.

Haut de page

Entrées d’index

Géographique :

Grèce, Balkans
Haut de page

Texte intégral

Préalables

1Quoiqu’elle continue de favoriser largement les ouvrages porteurs d’une culture héritée et plus ou moins simplifiée – question qu’il serait intéressant de cerner de plus près dans la perspective d’une Grèce qui souhaite transmettre un fonds culturel « national » –, la littérature grecque contemporaine pour la jeunesse se dégage depuis quelques années d’une tradition de transmission des mythes et des grands auteurs patrimoniaux pour se faire l’écho, comme partout en Europe, des questions qui traversent la société moderne.

  • 1 Jeune maison d’édition dirigée par un Grec marié à une Française.
  • 2 Primé dans la catégorie Opera Prima de la Foire internationale du livre jeunesse de Bologne 2016.
  • 3 Depuis 1974, Πατάκη édite des ressources pédagogiques et a élargi son champ en proposant de la litt (...)

2Depuis une dizaine d’années en effet, une dynamique s’est emparée des grands éditeurs grecs qui ouvrent des secteurs pour la jeunesse, comme en témoigne le nombre croissant de stands qu’accueille le salon du livre de Thessalonique. Au sein d’une abondante production de romans et de récits illustrés, l’album commence à se développer, favorisant une autonomie grandissante de l’image, et certains éditeurs n’hésitent pas à emprunter des voies novatrices en privilégiant les créateurs contemporains. Ainsi, Κόκκινο [Kokkino]1 s’est donné pour objectif de traduire et faire connaître aux enfants grecs une sélection d’albums créés et publiés ailleurs en Europe tout en s’ouvrant peu à peu à de jeunes créateurs grecs. Lors du salon de 2015, cette maison d’édition particulièrement réactive accueillait la jeune illustratrice Cléa Dieudonné, invitée pour présenter l’édition grecque de son premier album, La Mégalopole, une aventure graphique parue la même année aux éditions de l’Agrume2. Καλειδοσκόπιο [Kalaidoskopio], branche grecque des éditions Kaléidoscope, développe également un catalogue de qualité en faisant appel à des philologues, des critiques littéraires, des linguistes, des auteurs de théâtre ainsi qu’à de jeunes plasticiens grecs. Mais l’éditeur le plus productif est sans doute le grand éditeur athénien Πατάκη [Pataki]3 qui a produit la plupart des ouvrages du corpus travaillé dans cet article.

3Les questions migratoires et la dimension multiculturelle qui traversent la société grecque contemporaine occupent une place de plus en plus importante dans cette création pour la jeunesse. Celle-ci porte la trace et se fait l’écho des migrations, elle donne à penser aussi bien le brassage « balkanique » présent surtout en Grèce du nord que les migrations involontaires, historiques et contemporaines, de citoyens grecs de l’Asie Mineure vers la Thrace, de la Grèce vers l’Amérique ou l’Australie, ou encore les migrations vers la Grèce de Russes, Ukrainiens, Albanais, Africains et aujourd’hui de réfugiés syriens.

4Ainsi l’objet de cet article sera-t-il d’interroger les contenus véhiculés par ces productions et les dispositifs plastiques et littéraires utilisés par les auteurs/illustrateurs pour mettre en scène les phénomènes pluriculturels et migratoires contemporains. Il s’agira également de mettre en lumière les enjeux sociaux-pédagogiques spécifiques à la Grèce qui sous-tendent ces albums ainsi que leur diffusion auprès du jeune public grec. Pour ce faire, nous commencerons par présenter un corpus restreint de neuf albums publiés entre 1999 et 2014, en fonction des points de vue qu’ils proposent sur les phénomènes migratoires et de leur écho avec l’histoire récente de la Grèce. Nous tenterons ensuite de mettre en évidence la double vocation, pédagogique et artistique, de ces albums collectionnés au fil des rencontres avec les éditeurs exposants, les libraires et les collègues universitaires.

Des albums, kaléidoscopes de la migration

5S’implantant sur les contours des mers Égée et Méditerranée sur les traces du mythique Ulysse puis de Pausanias, l’inventeur du voyage culturel, les Grecs ont institué l’exploration des terres inconnues en mode de vie constitutif de leur identité. Depuis l’Antiquité donc, les Grecs sont des migrants, des voyageurs. Ils ont connu récemment des migrations contraintes liées à la fois à des aléas historiques – les troubles liées à la fin de l’occupation turque dans les années 20, la dictature des colonels de 1967 à 1974 − et à des nécessités économiques. Située au cœur des Balkans et de l’Europe, mais aussi, par ses îles, au contact de l’Asie Mineure et de l’Afrique, la Grèce est devenue de fait un lieu de passage – et aussi de séjour − privilégié pour les migrants et réfugiés récents. La situation géopolitique de la Grèce faisant du pays un lieu de brassage des populations, la thématique migratoire a donc naturellement gagné une littérature de jeunesse en mutation.

6Nous proposerons donc une première approche des albums de notre corpus en esquissant une sorte de « typologie » des images de la migration qu’ils proposent. Témoins de l’histoire contemporaine de la Grèce, ceux-ci véhiculent tout d’abord la mémoire de l’exode des Grecs d’Asie Mineure à l’orée du xxe siècle. Ils rendent également compte du brassage des populations balkaniques spécifique des régions septentrionales de Thrace et de Macédoine. Certains albums de notre corpus mettent ensuite en avant la Grèce comme terre d’accueil, quand d’autres enfin illustrent les phénomènes migratoires économiques aussi bien du point de vue de l’émigration que de l’immigration.

L’album témoin des migrations traumatiques de la Grande Catastrophe

  • 4 L’empire ottoman a en effet étendu sa domination sur la Grèce du xvie à la fin du xixe siècle.

7La plupart des albums grecs sont à l’image d’une Grèce-terre de marins qui se pense comme incluant dans son territoire la Mer Égée, η Θάλασσα [I Thalassa] la Mer par excellence. Depuis l’Antiquité, des populations grecques se sont installées sur les rives du Pont Euxin et sur les côtes d’Asie Mineure avec des cités florissantes comme Constantinople ou Smyrne. Certains de nos albums se font l’écho des déchirures d’un peuple encore marqué par le Génocide perpétré par les Turcs en 1922, tragique épiphénomène de la Première Guerre mondiale dans les Balkans, et par les échanges massifs de populations d’une rive à l’autre de l’Égée décrétés par le traité de Lausanne. En effet, à l’aube de la Grande Guerre, la Grèce soit par la résistance des pallicares, soldats grecs de la guerre d’indépendance contre les Turcs4, soit par la négociation, avait presque recouvré son territoire antique. En 1914, la Turquie fait alliance avec l’Allemagne avant de connaître une défaite sur tous les fronts balkaniques en 1918. Commence alors en 1919 le démantèlement de l’Empire Ottoman et l’armée grecque débarque à Smyrne, approuvée par les Alliés, provoquant la démission de Mustapha Kémal et son entrée en résistance pour reconquérir la Turquie. Or le conflit gréco-turc débouche à l'automne 1922 sur la défaite des troupes grecques face à l'armée conduite par Mustafa Kemal qui entre dans Smyrne qu’il incendie. Débute alors ce que la mémoire vive des Grecs nomme η Μεγάλη Καταστροφή [i Mégali Catastrophi] (la Grande Catastrophe) d’Asie Mineure qui se traduit par le massacre et l’expulsion des populations chrétiennes d'Anatolie. En 1923, le traité de Lausanne conduit à un échange massif de populations entre la Grèce et la Turquie. Le déplacement de population massif effectué à marche forcée va ruiner les existences de nombre de réfugiés. Ayant tout perdu au moment de leur départ, ces réfugiés durent, de plus, une fois de retour en Grèce, affronter les réactions hostiles de la population locale qui ne les considérait pas comme des compatriotes mais voyait plutôt en eux des immigrés. Une intégration difficile voire impossible et des conditions de vie extrêmement précaires ont longtemps fait de ces « Micrasiates » (Grecs d’Asie Mineure aussi nommés « Pontiques ») des parias dans leur propre pays.

  • 5 Les titres d’ouvrages sont d’abord écrits dans la langue d’origine puis glosés phonétiquement entre (...)
  • 6 Dès leur deuxième apparition dans le texte, les noms propres d’auteurs, illustrateurs et éditeurs s (...)

8La nostalgie pontique est notamment présente dans deux albums primés par le Cercle du Livre Grec pour Enfants : Το άγαλμα που κρύωνε [To agalma pou krioné] (La Statue qui avait froid)5, de Χρήστος Μπουλώτης [Christos Boulotis], illustré par Φωτεινή Στεφανίδη [Photini Stéphanidi] et Το μισό πιθάρι [To misso pissari] (La Demi-jarre), de Φωτεινή Φραγκούλη [Photini Frangouli], illustré par Εύη Τσακνιά [Evi Tsaknia], publiés par l’éditeur Pataki6 en 1999 et 2003. Dans l’un et l’autre cas, un objet, artistique et muséifié ou quotidien et laissé au rebut, vient trouver refuge en Grèce, vestige des villes grecques opulentes d’Asie Mineure que les Grecs pontiques ont dû fuir au début du xxe siècle.

9La Statue qui avait froid se centre sur la statuette emblématique dite du « Petit Réfugié », présente dans tous les manuels d’histoire des écoliers grecs, en racontant dans quelles circonstances celle-ci fut ramenée depuis le Gérontikon de Nysa en Anatolie jusqu’aux collections du musée le plus symbolique d’Athènes, sauvée in extremis par les archéologues, réfugiée parmi les réfugiés chassés par les Turcs lors de la Grande Catastrophe. L’album se revendique, dès la première de couverture, comme « une histoire vraie qui s’est passée au Musée archéologique national d’Athènes ». Christos Boulotis, archéologue de formation, utilise la fiction pour permettre aux enfants de percevoir l’objet archéologique par leur sensibilité. Il y dit la difficulté de cette petite statue à comprendre la langue des enfants qui viennent la voir, le froid qui la saisit à l’approche de l’hiver athénien, elle qui fut sculptée avec amour sous le soleil d’Asie Mineure, sa peur lors du sauvetage depuis Nysa.

10Photini Fragouli situe quant à elle son récit, La Demi-jarre, sur son île natale de Lesbos, lieu de refuge en mer Égée pour les Micrasiates. L’auteure y évoque la mémoire douloureuse de ces évènements, entre réalisme et merveilleux, conférant des accents lyriques à la vie de tous les jours. Le récit fait vivre au lecteur les étés de la petite Hélène collectant avec son grand-père des objets venus d’Asie Mineure que la mer Égée fait s’échouer sur la plage. Ce sont ces objets fracturés, usés, dépareillés qui vont servir de point d’ancrage aux contes que va lui transmettre son grand-père, afin qu’elle puisse à son tour garder la mémoire vive des jours heureux sur la côte turque. Son aïeul lui apparaît en songe, bien des années plus tard, pour l’inviter à « aimer et se rappeler » la patrie originelle et à retrouver ces reliques afin d’alimenter son propre récit. L’auteure, enseignante à l’école démotique (primaire), fortement impliquée dans son récit, semble donc assumer ici sa part dans la transmission d’une mémoire commune.

Images d’une Grèce « balkanique » lieu de brassage des populations

11Deux albums se font plus particulièrement l’écho d’une spécificité géopolitique grecque, très sensible en Grèce du Nord, à savoir le brassage des populations balkaniques qui favorise les contacts culturels et linguistiques. Il s’agit de Θέλω να σας πω την αλήθεια [Sélo na sas po tin alitia] (Je veux vous dire la vérité) et Με λένε Νιλουφέρ [Mé léné Nilouphèr] (Je m’appelle Nénuphar), tous les deux fruits de la collaboration d’Αλεχάνδρα Μητσιάλι [Alexandra Mitsiali] et Ραφαέλλα Τσάτσι [Raphaella Tsatsi], publiés par Pataki en 2007 et 2009.

  • 7 Nom désignant les populations tziganes donné en Grèce du Nord.

12Je veux vous dire la vérité pose de manière subtile la question de l’intégration des enfants migrants se heurtant à la barrière de la langue et devant parfois travailler pour survivre. Ce récit à la première personne met en scène des enfants dans leur quotidien, en particulier celui de la classe. Émiglé, prénom du jeune migrant, sonne de manière étrangère à une oreille grecque. L’enfant est-il pour autant d’origine turque, albanaise, bulgare ou encore roma7 ? Le prénom choisi ne pointe aucune communauté en particulier. Toutes sont très présentes en Grèce du Nord d’où est originaire Alexandra Mitsiali, psychopédagogue de formation. Un dimanche, la petite Daphné surprend Émiglé au parc, dans une attitude étrange : son camarade de classe progresse furtivement de banc en banc, murmurant, tête basse. Il s’enfuit lorsqu’il l’aperçoit. Elle comprend alors qu’il vend des mouchoirs à la sauvette pour aider sa famille à subsister. De retour en classe, elle se demande comment aider cet élève qui ne maîtrise pas le grec à progresser et prend sa défense lorsqu’il se trouve injustement accusé d’avoir provoqué un chahut.

13Je m’appelle Nénuphar met en scène Nilouphèr, fillette appartenant à la communauté pomaque, implantée en Bulgarie et en Thrace grecque, suite à la recomposition des identités qui a suivi la dissolution de l’Empire ottoman et la construction des nouveaux États balkaniques. Cette population reste aujourd’hui encore perçue comme hétérogène du fait de sa religion musulmane et de sa langue spécifique, proche du bulgare. Arrive à l’école une jeune institutrice, Lina, « exilée » de son Péloponnèse natal vers la région de Komotini par les mutations interrégionales fréquentes en Grèce. Celle-ci, confrontée à l’hétérogénéité culturelle balkanique, jette des ponts entre des enfants qui se pensaient différents, par le biais d’un jeu d’appariement de leurs prénoms respectifs. La plupart en effet portent des prénoms imagés d’origine grecque, turque ou pomaque. Ainsi, Ελπίδα [Elpida] (Espoir en grec) peut-elle s’associer à Oumout (Espoir en turc), Ειρήνη [Irini] (Paix en grec) à Barik (Paix en turc)… Nilouphèr (Nénuphar en pomaque) ne trouve en revanche aucune correspondance, νούφαρο [nupharo] n’étant pas devenu un prénom dans la langue grecque. Devant la déception de la fillette qui se sent exclue, Lina lui montre des tableaux de Monet pour lui faire comprendre que cette fleur a intéressé des artistes, loin de son pays. Réassurée, la fillette pourra envisager son avenir autrement.

Images d’une Grèce terre de la « philoxénie »

14La φιλοξενία [philoxénia] renvoie à la tradition antique présente chez Homère d’un « amour » de l’étranger que l’on accueille, dont on est curieux. Le nom commun est d’ailleurs devenu prénom dans la tradition grecque.

15Deux albums mettent plus particulièrement laccent sur la vocation de la Grèce comme terre daccueil pour les migrants : Το ταξίδι του Φερευντουν Φαριαντ [To taxidi tou Phérevdoun Fariad] (Le Voyage de Phérevdoun) de Γρήγορης Χαλιακόπολος [Grigoris Haliakopoulos], illustré par Φιροουζέ Ακλαγί [Firouzé Ahlagi], paru chez Kaléidoskopio en 2013 et Το Παλιοπαιδο [To Paliopaido] (Le Sale Gosse) d’Αγγελική Δαρλάση [Angéliki Darlasi] publié par Pataki en 2014.

16Le Voyage de Phérevdoun retrace le parcours de Φερευντουν Φαριαντ [Phérevdoun Phariad], poète persan philhellène né en 1949 à Khoramshahr en Perse et exilé volontaire en Grèce en 1986, après la destruction de sa ville natale par l'armée de Saddam Hussein. Par la voix de Grigoris Haliakopoulos, celui-ci retrace son voyage « pour la vie ». Cette odyssée a bien sûr valeur d’exemple, Phariad représente ici tous les enfants dont la vie bascule, qui fuient la guerre, qui doivent abandonner dans la précipitation tous leurs repères et qui, tout en cherchant refuge dans un ailleurs, conservent la nostalgie des jours insouciants.

17Le Sale Gosse est inspiré par El Sistema, une utopie socio-musicale fondée par José Antonio Abreu au Venezuela qui a essaimé à travers le monde, notamment en Grèce du Nord. Angéliki Darlasi raconte ici comment un garçon venu d’ailleurs, vivant dans un quartier populaire qui pourrait se situer aussi bien en Amérique du Sud, à Athènes ou encore à Thessalonique, finit par se conformer au surnom de « sale gosse » qu’on lui avait attribué faute de connaitre son nom. Les premiers mots de l’album le présentent comme une figure à la fois ordinaire et emblématique de ces enfants albanais ou aujourd’hui syriens errant dans les rues des grandes villes grecques :

  • 8 Le Sale Gosse, p. 9, traduction S. Dardaillon.

Comme il arrive souvent, mais pas toujours, cet enfant avait deux jambes, deux bras et une tête toute bouclée. Et un nuage avait décidé de rester tout seul au-dessus de sa tête. Juste pour que vous puissiez vous en faire une idée, c’était un nuage noir, puisque ses cheveux étaient noirs. Noirs, comme des charbons, étaient aussi ses yeux.
Il avait un père qui avait quitté la famille pour aller chercher du travail et une fois qu’il en avait trouvé, il l’avait quittée parce qu’il travaillait beaucoup. Il avait aussi une mère qui était fatiguée et avait l’air d’une poupée de cire. Et comme les poupées, elle non plus ne parlait pas8.

  • 9 Référence directe à l'économiste et musicien José Antonio Abreu qui, en 1975, au Venezuela, fonda « (...)

18Cet enfant, dont les boucles et les yeux noirs comme le charbon sont les indices stéréotypiques de l’enfant immigré, est un enfant-poète qui parle aux étoiles, commence par quelques vols à la tire, se laisse enrôler dans une bande de gosses des rues pour se retrouver de fil en aiguille « armé » par Raoul, le Tigre. Enfin, la rencontre décisive avec José Antonio9, un violoniste qui l’initiera à la musique, permettra au « sale gosse » de grandir, de devenir un homme.

Images des migrations économiques

19Trois albums récents mettent enfin en scène les migrations économiques : To υπόσχομαι [To iposkomai] (Je le promets) dAlexandra Mitsiali, mis en images par Raphaella Tsatsi, publié par Pataki en 2007, Κι οι ιστορίες μεταναστεύουν [Kè i istoriès métanastévoun] (Les Histoires migrent aussi) de Βαγγέλης Ηλιόποθλος [Vangélis Iliopoulos], illustré par Δατσέντα Παρίση [Diatséda Parisi], paru chez Pataki en 2009, et Ο μικρός Ναμάντου διηγείται [O mikros Namadou diégétai] (Le Petit Namadou raconte) de Δήμητρας Νικηφορίδου [Dimitras Nikiphoridou], illustré par Ζαχαρίας Παπαδόπουλος [Zacharias Papadopoulos], édité par Οσελότος [Osélotos] en 2012.

20Je le promets évoque la migration des familles grecques, contraintes depuis le début du xxe siècle de partir chercher du travail ailleurs, en Amérique du Nord, en Australie, en Allemagne… Ancré dans le quotidien d’un enfant réduit par sa situation précaire à vivre dans la pénombre d’un entresol canadien, le récit fait également place au rêve et à l’espoir. L’album s’ouvre sur les pleurs du narrateur, triste de voir son père travailler de nuit, sa mère nettoyer les escaliers de l’immeuble, fatiguée par cette injustice. Dans un sursaut vital, il décide d’apprendre la langue de son pays d’accueil pour pouvoir parler de son pays de cœur, Karpathos, une île du Dodécanèse. Par la voix de Nicolas qui promet à la jeune Annie de lui montrer un jour tous les trésors de son île natale, Alexandra Mitsiali touche à un des sentiments les plus ancrés dans l’imaginaire collectif depuis l’Odyssée, la nostalgie, l’amour pour sa terre. Elle déploie alors les motifs emblématiques de la Grèce solaire et maritime, rejoignant en cela une tradition littéraire pour laquelle la mer et le soleil, chantés par Odysseas Elytis, ont toujours été une source d'inspiration.

21Dans Les Histoires migrent aussi, Φαουζέγια [Phaouzéia] suit ses parents dans leur migration de l’Égypte vers la Grèce. Vangélis Iliopoulos raconte avec sensibilité l’arrachement subi par la fillette, sa nostalgie du pays natal, ses angoisses à l’arrivée dans ce pays où tout est différent : les odeurs, la nourriture, les maisons… Il dit sa peur des premiers temps, attendant le retour du père, « enroulée avec sa mère dans les couvertures ». Peu à peu, il évoque aussi le soutien des enfants lui apprenant le grec dans la cour de récréation et enfin sa joie de faire voyager les mots pour raconter ses histoires d’enfance.

22Dimitras Nikiphoridou, qui travaille auprès de jeunes enfants, donne, dans Le Petit Namadou raconte, la parole à un jeune migrant venu d’Afrique. Le point de vue est celui d’un enfant qui ne sait pas d’où vient son nom et qui ne comprend pas ce qui lui arrive. Il sait juste qu’il est venu en Grèce pour pouvoir manger à sa faim, pour un « petit moment », mais ignore quand cela prendra fin. Ce qu’il sait, c’est que sa famille, ses grands-parents, « sa vraie maison » lui manquent. Ici en Grèce, il a froid, il se sent seul. C’est grâce à un chiot errant avec lequel il se lie d’amitié et grâce à la maîtresse qui lors d’une fête lui donne l’occasion de danser sur des musiques qui lui sont familières que Namadou va réussir à se faire des amis pour mieux s’acclimater à sa nouvelle vie.

Une vocation clairement pédagogique ancrée dans le réel…

23L’identification rapide des auteurs mentionnée plus haut au fil du texte montre qu’exception faite de l’album Le Voyage de Phérevdoun, tous les ouvrages de ce corpus ont été écrits par des professionnels de l’enfance et de la médiation culturelle, avec une visée pédagogique plus ou moins explicite.

Un projet pédagogique affiché aux marges des ouvrages

24Certains des ouvrages publiés par la maison Pataki s’inscrivent dans un cursus lectoral explicite. Le nom de la collection, « Χωρίς σωσίβιο » [Horis sosivio] (Sans bouée) est déjà en soi révélateur. La quatrième de couverture s’adresse directement aux enfants en ces termes : « À présent, tu peux lire seul tout ce qui te plaît ». Elle est par ailleurs subdivisée en trois « grades » étalonnés selon leur difficulté lexicale, mesurée à l’aune du nombre de mots : les albums « Καβούρια » [Kavouria] (Petits crabes) comportent 250 mots, les « Ψαράκια » [Psarakia] (Petits poissons), 400 mots et enfin les « Δελφινάκια » [Delphinakia] (Petits dauphins) en comptent 800. La collection affiche donc clairement une volonté de progression et d’accompagnement de l’apprentissage linguistique et lexical : « Enfants, plongez dans la mer de la lecture en compagnie des poissons, plus tard et en des eaux plus profondes vous attendent les dauphins ». En fin d’ouvrage, l’éditeur adjoint de manière systématique un accompagnement pédagogique, en lien direct avec son propos. Ainsi le jeune lecteur de l’album Les Histoires migrent aussi est-il invité à replacer Assouan, Le Caire, Alexandrie et le Nil sur une carte d’Égypte. Un court lexique grec-arabe lui propose de s’essayer à écrire de droite à gauche, l’appareillage pédagogique lui suggère un menu pour les amis comportant des plats égyptiens…

25Les liens entre littérature pour la jeunesse et milieu scolaire nous semblent donc, pour l’instant du moins, clairement affirmés dans les publications. La collection « Sans bouée » s’ancre de manière explicite dans le milieu scolaire, proposant des niveaux de lecture en relation non pas avec l’âge mais avec la classe des enfants (élèves-)lecteurs. Ainsi, précise-t-on au dos de Je veux vous dire la vérité : « Pour les enfants qui maîtrisent le mécanisme de la lecture », en spécifiant le lectorat visé (classes A et B de la « Démotika », c'est-à-dire CP-CE1). La première page des ouvrages de la collection « Sans bouée » de chez Pataki invite les enfants à inscrire leur nom sur le volume, la dernière page délivre un « Diplôme » de lecteur que l’enfant peut rapporter à la maison. Notre exemplaire de l’album Le Petit Namadou raconte spécifie qu’il s’agit d’une deuxième édition. L’éditeur Osélotos est par ailleurs bien connu comme éditeur de manuels. La Statue qui avait froid est réédité chaque année depuis 1998. Ces ouvrages, largement diffusés, participent donc de l’enseignement de la littérature dans les classes, en accompagnement des manuels de lecture comportant des extraits simplifiés des grandes œuvres du patrimoine national.

Une vocation didactique parfois explicite

26Je veux vous dire la vérité, Je m’appelle Nénuphar et Le Petit Namadou raconte prennent tous la forme de récits en « je » mettant explicitement en scène des enfants dans leur quotidien, en particulier celui de la classe. Si le maître d’Émiglé reste un personnage secondaire, incapable de comprendre son désarroi et l’injustice dont il est victime sans l’aide de Daphné, les institutrices des deux autres albums en revanche apparaissent telles que le modèle grec les souhaite : attentives aux enfants, compréhensives, inventives et constructives. Elles amènent les enfants à mieux vivre ensemble par le jeu, par la danse, par une prise en compte des spécificités de chacun.

27Dans ces albums sans effets stylistiques notables, pas de décollage vers l’imaginaire, l’image est le plus souvent redondante, en particulier chez Raphaella Tsatsi dont les images, très colorées et proches de l’univers enfantin, fonctionnent comme des auxiliaires de lecture. Ainsi par exemple, cadrage et orientation du regard traduisent-ils sans ambiguïté le changement d’état d’Émiglé lorsqu’il se sentira rasséréné par le soutien de Daphné. Dans La Promesse, l’image adopte le point de vue de l’enfant. Ainsi montre-t-elle en une carte subjective, sorte de tapis de jeu, combien son île semble perdue dans le bleu de la mer Égée. Elle dessine pour lui un soleil de facture enfantine, dont la taille et les rayons traduisent la lumière aveuglante. En outre, la vivacité des bleu, blanc et vert émeraude contribue à traduire l’éclat de la lumière grecque. Dans Je m’appelle Nénuphar, elle matérialise la transformation mentale de la fillette par le passage d’une maison fermée, entourée de hauts murs, à une maison ouverte sur son jardin futur orné de nymphéas. Dès la première page de l’album Les Histoires migrent aussi, Diasténa Parisi place Phaouzéia devant une carte traduisant la position centrale de la Méditerranée comme lieu d’échange et de migration. L’image en noir et blanc de Zacharias Papadopoulos accompagne avec beaucoup de simplicité le témoignage enfantin de Namadou. Son trait net donne vie à sa silhouette, en traduit les émotions de manière parfaitement lisible. Les arrière-plans floutés permettent d’ancrer le récit dans son contexte, sobrement mais efficacement grâce à des stéréotypes comme le baobab ou le kiosque au coin de rue.

Un ancrage dans le réel

  • 10 Membres fondateurs : Aspa Chatzidaki (Université de Crète), Sofia Gavriilidis (Université Aristote (...)

28Ces albums sont fermement ancrés dans la réalité grecque contemporaine et ses initiatives pour faire face aux flux migratoires. Ainsi, par exemple, Le Sale Gosse trouve-t-il un écho tout particulier dans une Grèce moderne ouverte aux migrants venus d’Albanie, de Bulgarie et plus récemment de Syrie. Se pose en effet de manière cruciale la question de l’accueil et de la scolarisation des enfants. On voit se développer à l’heure actuelle des associations qui se donnent pour objectif de favoriser le vivre ensemble comme Polydromo à Thessalonique, association inter-universitaire10 à but non lucratif, née d’un besoin de faire interagir des enseignants d’université, des éducateurs et des parents immigrés ou non sur les questions de bilinguisme et de multiculturalisme. Les bénévoles y proposent des cours de langues (grec, français, anglais, russe, arabe…) et des ateliers culturels multilingues (lecture, musique, cuisine…). Le colloque organisé par Polydromo en mai 2015, sur la violence dans et hors l’école, a d’ailleurs mis l’accent sur la multiplication en Grèce du Nord d’ateliers musicaux comme arme contre l’échec, l’exclusion et la violence et pour que des jeunes en mal d’identité découvrent le goût de la vie, la fierté de soi et leur place dans la société.

… Qui n’empêche pas la démarche artistique

29L’ancrage de ces albums dans le quotidien n’empêche toutefois pas leurs auteurs et illustrateurs de ménager un espace au rêve, à l’univers des contes et à la poésie, très vivants dans la mentalité grecque, avec des écritures métaphoriques, des ellipses à combler par le lecteur, des décrochages entre réel et fiction. Même si la culture de l’album au sens iconotextuel que nous lui donnons aujourd’hui nous apparaît comme très récente dans le corpus grec, quelques-uns des albums mis en lumière ici s’engagent dans une démarche artistique faisant dialoguer texte et image.

30Christos Boulotis inscrit d’emblée le récit de La Statue qui avait froid dans un espace proche du conte. Dans la nuit du musée, les statues s’animent grâce à deux auxiliaires merveilleux. Un mois d’octobre où les grenades mûrissent, apparaît Galatée dont les yeux noirs sont devenus couleur de l’Égée lorsqu’elle a dû fuir Smyrne, Galatée dont les chants d’Asie Mineure dans l’éolien d’Homère émeuvent à ce point le petit réfugié « dont le cœur n’est pas de marbre » que ses larmes se transforment en perles. Apparaît également l’Oiseau d’Azur qui parle la langue des hommes. Malheureux dans ce musée où il a si froid et désorienté par les éclats de voix des enfants dont il ne comprend pas la langue, le « Petit Réfugié » pourra retourner en songe vers sa patrie grâce à leur médiation. Cet album très poétique est magistralement servi par les aquarelles et esquisses de Photini Stéphanidi. Délicates et suggestives, celles-ci plongent leurs racines dans l’atmosphère, le bleu égéen, les ocres et les motifs de la Grèce éternelle.

Stéphanidi, Το άγαλμα που κρύωνε [To agalma pou krionè] (La Statue qui avait froid), Athènes, Pataki, 1999, p. 27, © Photini Stéphanidi et Pataki.

31Photini Stéphanidi montre ici Galatée et le petit réfugié, « blottis » l’un contre l’autre dans un grand sac multicolore, évoquant le bagage de l’exil, fermement tenu dans « le grand bec » de l’oiseau bleu, emportés dans les airs au-dessus de la mer Égée. Nous partageons avec les deux personnages un point de vue dominant l’Hellespont. Bleus de l’Égée, du ciel et de l’oiseau se répondent et sur l’ocre du sol sont suggérés les vestiges de Pergame, de Milet et d’Éphèse. Sont également esquissés les coquelicots, la bigarade, la pastèque, le galant de nuit, la menthe, le basilic, le myrte… comme autant de symboles de la grécité.

32Par son illustration impressionniste et ses jeux de lumière, Evi Tsaknia rend encore plus floues les limites entre réel et irréel dans La Demi-jarre. Ses arrière-plans mettent en évidence la proximité de la côte turque, séparée de la Grèce par un bras de mer ténu que le grand-père nomme ο ποταμός [o potamos], le fleuve. Les bruns, les bleus sont estompés, les silhouettes du grand-père et de sa petite fille, éclairés par le blanc de leurs vêtements, se détachent sur le chemin de terre battue, ce chemin tracé dans un sol aride parsemé de fleurs séchées par le soleil intense de l’île de Lesbos. Pierres et fragments de poteries affleurent, vestige d’un temps où la plage de Πλατύ Γιαλού (Plati Ialou) se nommait Μήθυμνα (Mithimna).

Evi Tsaknia, Το μισο πιθαρι [To misso pissari] (La Demi-jarre), Pataki, Athènes, 2003, p. 11, © Evi Tsaknia et Pataki.

33Les objets découverts dans la cave par Héléni devenue adulte, sont mis en valeur par les rayons de la lune, témoins d’un passé et d’un ailleurs perdus. Cette nature morte, habitée par deux chats efflanqués, compose comme un tableau emblématique de la Grèce d’hier et d’aujourd’hui : oignons, aubergines, squelettes d’étoiles de mer et d’oursins, coquillages, fragments de poteries rouges à motifs noirs mais aussi le chapeau de paille du grand-père sentant « le copeau et le savon vert »… et bien sûr la jarre éponyme dont une moitié est restée en Turquie tandis que l’autre dérivait vers la Grèce.

Evi Tsaknia, Το μισο πιθαρι [To misso pissari] (La Demi-jarre), Pataki, Athènes, 2003, p. 31, © Evi Tsaknia et Pataki.

34Porteurs d’un imaginaire collectif grec, ces deux albums, nostalgiques d’une Grèce aux portes de l’Asie, véhiculent ainsi des motifs et couleurs stéréotypiques d’une terre brûlée par le soleil, baignée par la mer, imprégnée de l’odeur des aromates.

35Les Histoires migrent aussi fait également une large place au mythe, à la poésie par la référence symbolique à l’hirondelle marquée par son aile blanche, messagère, tisseuse d’histoires d’une langue à l’autre, d’une rive à l’autre de la Méditerranée. Dans l’image de Diasténa Parisi, la posture de la fillette traduit son désarroi lors du départ : son visage reste tourné vers l’Égypte, tandis que ses parents, silhouettes à peine esquissées, regardent vers l’inconnu. L’image, de part et d’autre de la tourne de page, marque le lien (la rupture ?) entre l’ici et l’ailleurs.

Diatsénta Parisi, Κι οι ιστορίες μεταναστεύουνμ [Les Histoires migrent aussi], Athènes, Pataki, 2009, p. 14, © Diatsénta Parisi et Pataki.

Diatsénta Parisi, Κι οι ιστορίες μεταναστεύουνμ [Les Histoires migrent aussi], Athènes, Pataki, 2009, p. 15-16, © Diatsénta Parisi et Pataki.

36On notera par ailleurs que si la silhouette entraperçue de sa mère porte le voile, Pharouzéia n’est pas immédiatement reconnaissable comme fillette émigrée. Ses cheveux bruns ne tranchent en rien sur ceux de ses camarades d’école. Seul signe distinctif pour un œil attentif, elle porte sous sa robe un pudique pantalon étroit, mis à part sur la couverture et sur les premières pages où la fillette se présente jambes nues, renvoyant son récit en analepse.

37Le Sale Gosse est sans doute un des exemples les plus réussis de ce corpus du point de vue de la dynamique iconotextuelle. L’album est remarquablement servi par un texte à la fois simple dans sa facture et subtil, écrit comme une comptine, multipliant chiasmes et antonymes, pour montrer que tout, toujours, peut se renverser. L’image suggestive d’Iris Samartzi renforce le sentiment de solitude, de marginalité, l’existence en filigrane de l’enfant qui se fond dans un décor, à peine suggéré sur fond blanc. Émergent quelques « motifs » emblématiques du dénuement : les habitats-cahutes, les escaliers bancals, la récupération des eaux de pluie à la sortie des gouttières… L’espace vide sur lequel s’inscrivent les silhouettes de José Antonio et Félix met en évidence la dimension unique et symbolique de l’instant décisif de leur rencontre. Le bidonville, collage de fragments photographiques, est subtilement transformé par quelques touches de rouge, par quelques notes suspendues au fil à linge… Ces infimes modifications suffisent alors à traduire en quoi la transformation opérée sur l’enfant rejaillit sur son lieu de vie.

Angeliki Darlasi, Το Παλιοπαιδο [To Paliopaido] (Le Sale Gosse), Athènes, Pataki, 2014, p. 18, © Angeliki Darlasi et Pataki.

Angeliki Darlasi, Το Παλιοπαιδο [To Paliopaido] (Le Sale Gosse), Athènes, Pataki, 2014, p. 56, © Angeliki Darlasi et Pataki.

38Poète, nouvelliste et dramaturge, Grigoris Haliakopoulos donne enfin au Voyage de Phérevdoun une dimension littéraire. Créer le personnage de Phariad enfant lui permet de maintenir la biographie aux marges entre fiction et réel, ouvrant un espace narratif à la sensibilité et à l’imaginaire de l’enfant en fuite. Ainsi commence l’album :

  • 11 Le Voyage de Phérevdoun, p. 9, traduction S. Dardaillon.

Mon nom est Phérevdoun Phariad et je veux vous raconter mon histoire. Non, non, ne faites pas l’erreur de croire que c’est un conte, ce serait me faire une grave offense. Bien sûr, pour être sincère avec vous, cela ressemble un peu à un conte, mais il faut que vous sachiez que tout ce que je vais vous dire est la stricte vérité11.

39Un jour que les enfants du quartier faisaient voler leurs cerfs-volants multicolores, apparut dans le ciel un oiseau noir immense progressant à une vitesse vertigineuse. C’était un bombardier qui sema la mort en un éclair. L’image aux couleurs très denses, créée par la jeune artiste iranienne Firouzeh Achlagi, invite au rêve en offrant au lecteur des fragments de réalité, des paysages mentaux habités par le motif récurent du cerf-volant. Perdu entre ciel et mer lors de sa traversée de la mer Égée, noyé dans ce bleu – το γαλάζιο [to galazio], le bleu ciel et mer, le bleu grec –, le personnage n’apparaît qu’à l’état de silhouette, potentiellement porteur de toutes les identités.

Éléments d’une conclusion provisoire

40L’imaginaire collectif grec s’est construit avec, au cœur, la mer Égée, espace réel et imaginaire à la fois salvateur et mortel. Comme le montrent encore aujourd’hui les nombreuses scènes de sauvetage par les pêcheurs des îles du Dodécanèse, les Grecs ont gardé mémoire de leurs migrations poussées par le fer ou le manque d’avenir, entre Orient et Occident. Depuis longtemps en contact avec les Balkans au nord et avec l’Asie Mineure à l’est et face à la situation actuelle, le pays et son école ont fait le choix de l’accueil, de l’inclusion et du multiculturalisme, même si cela ne va pas sans tensions.

41Ainsi, ce qui se raconte dans les albums présentés, ce n’est pas seulement l’histoire d’Émiglé, de Namadou ou de Phaouzéia mais celle « de tous les migrants, volontaires ou non, de ceux qui entrent par les airs, de ceux qui parlent toutes les langues ». Car comme l’écrit le poète persan Phérevdoun Phariad :

  • 12 Le Voyage de Phérevdoun, p. 38, traduction S. Dardaillon.

Ma patrie
Est un ciel
Sans passeport
Sans portes.
Je viens à travers le ciel12

Haut de page

Bibliographie

Christos Bouliotis et Photini Stéphanidi, Το άγαλμα που κρύωνε [To agalma pou krionè] (La Statue qui avait froid), Athènes, Pataki, 1999.

Grigoris Chaliakopoulos et Phirouzé Achlagi, Το ταξίδι του Φερευντουν [To taxidi tou Phérevdoun] (Le Voyage de Phérevdoun), Athènes, Kaléidoskopio, 2013.

Angeliki Darlasi, Το Παλιοπαιδο [To Paliopaido] (Le Sale Gosse), Athènes, Pataki, 2014.

Photini Frangouli et Evi Tsaknia, Το μισο πιθαρι [To misso pissari] (La Demi-jarre), Athènes, Pataki, 2003.

Vangélis Iliopoulos et Diatsénta Parisi, Κι οι ιστορίες μεταναστεύουνμ [Les Histoires migrent aussi], Athènes, Pataki, 2009.

Alexandra Mitsiali et Raphaella Tsatsi, Θέλω να σας πω την αλήθεια [Je veux vous dire la vérité], Athènes, Pataki, 2009.

Alexandra Mitsiali et Raphaella Tsatsi, Με λένε Νιλουφέρ (Je m’appelle Nénuphar), Athènes, Pataki, 2009.

Alexandra Mitsiali et Raphaella Tsatsi, Το υπόσχομαι… [La Promesse], Athènes, Pataki, 2010.

Dimitra Nikiphoridou et Zacharias Papadopoulos, Ο μικρός Ναμάντου διηγείται [Le Petit Namadou raconte], Athènes, Osélotos, 2012.

Haut de page

Notes

1 Jeune maison d’édition dirigée par un Grec marié à une Française.

2 Primé dans la catégorie Opera Prima de la Foire internationale du livre jeunesse de Bologne 2016.

3 Depuis 1974, Πατάκη édite des ressources pédagogiques et a élargi son champ en proposant de la littérature pour la jeunesse dès 1981 dont des traductions du Petit Nicolas, du Petit Prince, un grand choix de romans, des séries…

4 L’empire ottoman a en effet étendu sa domination sur la Grèce du xvie à la fin du xixe siècle.

5 Les titres d’ouvrages sont d’abord écrits dans la langue d’origine puis glosés phonétiquement entre crochets. Dans la mesure où ils n’ont pas été traduits en français, les titres entre parenthèses sont de notre fait, ils sont ensuite repris dans leur version francisée au fil de l’article pour faciliter la lecture.

6 Dès leur deuxième apparition dans le texte, les noms propres d’auteurs, illustrateurs et éditeurs sont notés dans leur transposition phonétique pour faciliter la lecture.

7 Nom désignant les populations tziganes donné en Grèce du Nord.

8 Le Sale Gosse, p. 9, traduction S. Dardaillon.

9 Référence directe à l'économiste et musicien José Antonio Abreu qui, en 1975, au Venezuela, fonda « l'action sociale pour la musique ». Sa silhouette est directement inspirée du physique d’Abreu.

10 Membres fondateurs : Aspa Chatzidaki (Université de Crète), Sofia Gavriilidis (Université Aristote de Thessalonique), Vasilia Kazoulli (Université de la mer Égée), Eleni Skoutou (Université de la mer Égée), Stavroula Tsiplakou (Université ouverte de Chypre), Roula Tsokalidou (Université Aristote de Thessalonique).

11 Le Voyage de Phérevdoun, p. 9, traduction S. Dardaillon.

12 Le Voyage de Phérevdoun, p. 38, traduction S. Dardaillon.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Stéphanidi, Το άγαλμα που κρύωνε [To agalma pou krionè] (La Statue qui avait froid), Athènes, Pataki, 1999, p. 27, © Photini Stéphanidi et Pataki.
URL http://journals.openedition.org/strenae/docannexe/image/2983/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 2,1M
Légende Evi Tsaknia, Το μισο πιθαρι [To misso pissari] (La Demi-jarre), Pataki, Athènes, 2003, p. 11, © Evi Tsaknia et Pataki.
URL http://journals.openedition.org/strenae/docannexe/image/2983/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 3,9M
Légende Evi Tsaknia, Το μισο πιθαρι [To misso pissari] (La Demi-jarre), Pataki, Athènes, 2003, p. 31, © Evi Tsaknia et Pataki.
URL http://journals.openedition.org/strenae/docannexe/image/2983/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 4,1M
Légende Diatsénta Parisi, Κι οι ιστορίες μεταναστεύουνμ [Les Histoires migrent aussi], Athènes, Pataki, 2009, p. 14, © Diatsénta Parisi et Pataki.
URL http://journals.openedition.org/strenae/docannexe/image/2983/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Légende Diatsénta Parisi, Κι οι ιστορίες μεταναστεύουνμ [Les Histoires migrent aussi], Athènes, Pataki, 2009, p. 15-16, © Diatsénta Parisi et Pataki.
URL http://journals.openedition.org/strenae/docannexe/image/2983/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 2,4M
Légende Angeliki Darlasi, Το Παλιοπαιδο [To Paliopaido] (Le Sale Gosse), Athènes, Pataki, 2014, p. 18, © Angeliki Darlasi et Pataki.
URL http://journals.openedition.org/strenae/docannexe/image/2983/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 2,2M
Légende Angeliki Darlasi, Το Παλιοπαιδο [To Paliopaido] (Le Sale Gosse), Athènes, Pataki, 2014, p. 56, © Angeliki Darlasi et Pataki.
URL http://journals.openedition.org/strenae/docannexe/image/2983/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 2,1M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sylvie Dardaillon, « Regards grecs sur la migration à travers l’album de jeunesse contemporain », Strenæ [En ligne], 14 | 2019, mis en ligne le 05 avril 2019, consulté le 16 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/strenae/2983 ; DOI : 10.4000/strenae.2983

Haut de page

Auteur

Sylvie Dardaillon

Laboratoire DYNADIV, ESPE Centre Val de Loire
Université d’Orléans

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals